Navigation – Plan du site
Felix Curiositas. Hommage à Aline Rousselle

Un collaborateur qui a « beaucoup de qualités », mais…

Lorsque Charles Michel introduit Franz Cumont auprès d’Alfred Loisy
An employee who has “many qualities”, but… When Charles Michel introduces Franz Cumont with Alfred Loisy
Corinne Bonnet, Sarah Rey, Danny Praet et Annelies Lannoy
p. 219-234

Résumés

Helléniste de formation, savant polyvalent, amateur d’histoire des religions, Charles Michel (1853-1930) a été l’un des maîtres de Franz Cumont à Gand. C’est aussi un chrétien convaincu, attentif aux débats provoqués par l’œuvre novatrice d’Alfred Loisy, dont il devient le correspondant. Sont ici présentées douze lettres inédites, envoyées entre 1902 et 1909 : Michel y exprime son soutien à Loisy dans les difficultés qui l’opposent aux autorités catholiques, tout en le félicitant de son élection au Collège de France. La question de la relance de la Revue d’histoire et de littérature religieuses est aussi au cœur de cet échange épistolaire : à cette occasion apparaît le nom de Cumont, pressenti comme futur collaborateur du périodique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rousselle, 1999, p. 501-666.
  • 2 Cumont à Loisy : BnF, ms. NAF 15651, ff. 64-442 ; Loisy à Cumont : BnF, ms. NAF 15644, ff. 55-329. (...)
  • 3 Pour une présentation préliminaire du projet, Lannoy, 2010, p. 261-265.
  • 4 Projet de recherche de l’Université de Gand financé par le Fonds voor Wetenschappelijk Onderzoek-Vl (...)
  • 5 Cet ensemble représente tout ce que l’on conserve des échanges entre Alfred Loisy et Charles Michel
  • 6 Cumont, 1908 ; Cumont, 1908 (2), p. 113-126. Un tel envoi n’était pas anodin : dans l’introduction (...)
  • 7 Cumont, 1910, p. 31-43.
  • 8 Loisy sollicite un «  petit service personnel  » et déclare d’emblée à Cumont dans cette lettre : « (...)
  • 9 BnF, papiers Loisy, vol. XXVI, NAF 15659, ff 42-58.
  • 10 Rousselle, 1999, p. 577-598. Dans le titre de l’article «  religieuse  » est au singulier, mais il (...)

1En décembre 1997, Aline Rousselle organisait à Paris une Table Ronde sur « Franz Cumont et la science de son temps »1où elle explorait, pour la première fois, les relations riches et complexes qu’Alfred Loisy (1857-1940) et Franz Cumont (1868-1947) ont entretenues pendant plus de trente ans, comme en témoigne un extraordinaire dossier épistolaire2. Aline Rousselle ayant malheureusement été empêchée de porter à terme son projet d’édition de ces matériaux, avec son accord et ses encouragements, nous avons constitué dans ce but un petit groupe de travail belgo-français3. À ce stade, nous avons procédé à la transcription de l’intégralité des 404 lettres : 233 de la part de Cumont, 171 de la part de Loisy, conservées presque toutes à la BnF (Paris) et, pour une petite part, à l’Academia Belgica de Rome ; elles couvrent un arc chronologique de 32 ans, entre 1908, quelques mois après l’excommunication de Loisy et au moment de son élection au Collège de France, et 1940, date de la mort d’Alfred Loisy, sept ans avant celle de Cumont. Dans le cadre de sa thèse sur « L’origine du christianisme et les cultes à mystères dans la pensée de Franz Cumont et Alfred Loisy » à l’Université de Gand, sous la direction de Danny Praet4, Annelies Lannoy étudie en outre divers aspects de ces échanges qui portent en particulier sur la période moderniste et ses enjeux intellectuels. Nous espérons pouvoir publier la correspondance Cumont-Loisy, avec introduction et commentaire, dans le courant de 2013. Pour rendre ici hommage à Aline Rousselle, nous avons choisi de publier un petit corpus de lettres qui éclairent la genèse des rapports entre les deux hommes, à savoir 12 lettres envoyées par Charles Michel (Tournai 1853 – Tourcoing 1930) à Alfred Loisy, entre 1902 et 1909, conservées à la BnF où Sarah Rey les a découvertes et transcrites5. Dans son article paru en 1999, Aline Rousselle notait que la première trace d’échange épistolaire vient de Loisy (8 mai 1908), mais qu’elle suppose un geste de Cumont en amont puisque Loisy remercie pour l’envoi des Recherches sur le manichéisme et d’un article sur « La religion et les philosophes en Grèce »6. En mai 1909, Cumont félicite Loisy pour son élection au Collège de France advenue le 2 mars et, dès juillet de la même année, Loisy entreprend Cumont sur le projet de relance de la Revue d’Histoire et de Littérature religieuses, lui demandant s’il accepterait de collaborer à sa (litt. « ma ») revue, ce à quoi Cumont répond positivement. Il dit tout le bien qu’il pense de la revue, s’abonne illico, refuse en revanche d’y tenir une Chronique, mais propose peu après une étude sur le manichéisme7. Parallèlement et simultanément, il engage avec Cumont un dialogue approfondi sur les questions liées au thème du sacrifice qui l’occupent au premier chef. Aline Rousselle a parfaitement analysé la dynamique de cet échange singulier8. De même, elle a très bien perçu, en parcourant le carteggio entre Loisy et Charles Michel9, que ce dernier a joué un rôle essentiel dans le « recrutement » de Cumont pour la RHLR à laquelle Michel participa aussi dès sa reprise10. Nous nous contenterons donc de développer son intuition en fournissant les pièces qui l’illustrent.

  • 11 Sur les études gantoises de F. Cumont, voir Bonnet, 1997, p. 5-6. Sur les rapports épistolaires ave (...)
  • 12 Cumont était quinze ans plus jeune que lui.
  • 13 Il fut élu Correspondant étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1908 et était (...)
  • 14 Il faut tenir compte, dans le contexte belge de la première guerre scolaire entre catholiques et li (...)
  • 15 Grégoire, 1929, p. 1450-1458, en part. p. 1452. Voir aussi la notice nécrologique que lui a consacr (...)
  • 16 A. Lang, 1886. Il s’agit de la traduction de son entrée «  Mythology  » dans l’Encyclopaedia Britan (...)
  • 17 Cf. Michel, 1908. Il fut choisi de préférence à Ferdinand de Saussure, proposé par Antoine Meillet  (...)
  • 18 P. Peeters – Ch. Michel, 1911-1914.
  • 19 Sur cette dédicace, voir Bonnet, Van Haeperen, 2006, p. XI-LXXIV : «  À mon maître et ami Charles M (...)

2« Chrétien fervent », partisan enthousiaste et fidèle de Loisy, Charles Michel a été un des maîtres de Franz Cumont à Gand11. On conserve de lui, à l’Academia Belgica de Rome, dans les archives Cumont 521 lettres adressées à son disciple12 entre 1888 et 1929, l’autre versant des échanges semblant définitivement perdu. Ces mêmes archives contiennent aussi les notes du cours de sanscrit de Charles Michel. En effet, docteur en Philosophie et Lettres de l’Université de Louvain, Charles Michel avait été chargé de cours à l’Université de Liège en 1880, puis professeur à Gand de 1885 à 1892, avant de revenir à Liège en 1892 jusqu’à son éméritat en 1923. Helléniste, il enseignait aussi le sanscrit et la grammaire comparée, mais aussi les auteurs grecs, l’épigraphie et l’archéologie, ainsi que l’histoire politique de l’Orient et de la Grèce. Il fut notamment le maître de Franz Cumont à Gand et celui de Léon Parmentier à Liège. Patricien, bourgeois, catholique, francophile13, Charles Michel était néanmoins très attaché à l’enseignement public et il dirigea, avec Paul Thomas et Léon Parmentier, la Revue de l’Instruction Publique en Belgique, entre 1891 et 1914 ; il y publia en outre de nombreuses notices et comptes rendus, parfois même en recourant à des pseudonymes14. On lui reconnaissait une acribie philologique « héroïque », comme l’écrit Henri Grégoire15, acribie sans doute acquise en Allemagne où il avait, comme Franz Cumont le fit peu après, parfait sa formation philologique (Bonn, Berlin, Strasbourg). Il fréquenta aussi Paris pendant trois ans, en particulier l’EPHE et le Collège de France, où il suivit les cours de Foucart, Bréal, Havet et Bergaigne pour le sanscrit. On lui doit le célèbre Recueil d’inscriptions grecques, dont le premier tome, paru en 1896, rassemblait quelque 1400 documents épigraphiques ; deux suppléments l’enrichirent, respectivement en 1912 et 1927. Cette courageuse entreprise à laquelle Cumont fut associé – il fut, par exemple, un relecteur d’épreuves assidu – valut à Charles Michel d’être élu membre correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1908. Le maître de Franz Cumont cultivait en outre un intérêt prononcé pour les religions ; lecteur passionné de Frazer, il préfaça la traduction de La mythologie d’Andrew Lang16. Croyant et même pratiquant, il prônait une approche historique des phénomènes religieux, y compris du christianisme, tout à fait en phase avec les positions de Loisy, dont il fut un précoce et fidèle admirateur. Il consacra les prestigieuses conférences Michonis du Collège de France en 1907 à la religion populaire des Grecs17 et donna, avec le père Paul Peeters, une édition des évangiles apocryphes18. C’est à ce titre qu’il collabora à la Revue d’histoire et de littérature religieuses entre 1900 et 1902, en proposant un « Bulletin des religions des peuples classiques avant le christianisme ». On rappellera enfin que c’est à Charles Michel que Franz Cumont choisit, en 1906, de dédier Les religions orientales dans le paganisme romain19.

  • 20 Comme à l’accoutumée dans les éditions de lettres, le texte est reproduit de manière autoptique, sa (...)

3Ces quelques informations nous permettent à présent de nous tourner vers les échanges épistolaires entre Loisy et Michel, afin de découvrir comment Franz Cumont y entre en scène20. Toutes les lettres sont de la main de Charles Michel.

Lettre 1. (f° 42)

4(Papier à en-tête : « Revue de l’Instruction Publique en Belgique »)
Liège, Avenue Blonden, le 16 novembre 1902

  • 21 Loisy, 1902.
  • 22 Jacques, 1903, p. 248-249. Le même auteur propose, dans la Chronique, p. 352-353 du même volume, un (...)

Monsieur,
J’ai bien reçu les Études Évangéliques21 que vous avez bien voulu m’adresser ; je vous en remercie bien sincèrement, et je serai heureux de les faire connaître à nos lecteurs22.
Voilà longtemps que je suis, avec toute l’attention dont je suis capable, vos beaux travaux d’exégèse, permettez moi de saisir cette occasion pour vous dire tout le bien qu’ils me font.
Je n’ai pas qualité pour vous adresser des félicitations ou des encouragements, ce serait une prétention impertinente de ma part, je ne suis qu’un chrétien fervent, quelque peu habitué aux recherches historiques et philologiques, qui trouve dans vos travaux à la fois à s’instruire et à s’édifier, c’est vous dire toute la reconnaissance que je vous ai.
Je termine la lecture de votre dernier livre : L’Évangile et l’Église, et je ne saurais vous dire la consolation qu’il m’a apportée. Puisse-t-il faire à beaucoup d’autres tout le bien qu’il m’a fait !
Veuillez agréer, Monsieur, avec mes remerciements l’hommage respectueux de mon admiration et de ma très haute estime.
Ch. Michel

Lettre 2 (f° 43-44)

5Liège, 4 novembre 1903
42, Avenue Blonden

  • 23 Loisy est ordonné prêtre en 1879, à vingt-deux ans.
  • 24 Il s’agit de Loisy, 1903.
  • 25 La lettre 3092 du fonds Cumont de l’Academia Belgica, du 16/9/1903, de Michel à Cumont, provient de (...)
  • 26 Cf. supra, n. 20.
  • 27 Loisy, 1903.
  • 28 Sous le pseudonyme de Firmin, Loisy signe, entre 1898 et 1900, plusieurs articles dans la Revue du (...)
  • 29 Loisy, 1903 (2).

Monsieur l’Abbé23,
Je m’excuse de venir si tard vous remercier du volume que vous avez bien voulu envoyer à la Revue24.
J’ai trouvé votre envoi à mon retour de vacances25 et je n’ai pu le lire tout de suite à cause de la besogne que me donnait la rentrée. D’autre part, je ne voulais pas vous adresser un remercîment banal, sans avoir lu l’ouvrage attentivement.
Je viens enfin de terminer cette lecture, et je ne puis que vous renouveler l’expression de mon admiration et vous répéter à propos de ce volume, comme à propos du premier26, que ces fortes et savantes pages m’ont fait le plus grand bien.
Il me semble que c’est bien là le livre qu’attendent depuis longtemps ceux qui souffrent de voir que l’Église ne paraît pas comprendre « les aspirations du siècle qui marche »27et dont la foi se trouble depuis longtemps de ne trouver que chez les protestants et les incrédules appliquées à l’histoire de la religion chrétienne les méthodes qu’ils ont accoutumé d’employer dans leurs travaux historiques. C’est un vrai réconfort que de voir dans votre livre combien notre religion a peu à craindre d’un travail comme celui-là, entrepris loyalement et courageusement.
Ne nous donnerez-vous pas le livre que Firmin préparait naguère et dont vous parlez pp. 7-828 ? Vous devez savoir maintenant que plus d’un l’attend impatiemment et que bien loin de troubler et d’inquiéter les âmes, des livres comme les vôtres rendent de la fierté aux catholiques, en montrant qu’eux aussi ils peuvent opposer aux noms des Harnack et des Holtzmann des travaux qui sont l’honneur de la science contemporaine.
Je suis plongé en ce moment dans l’étude de votre commentaire du 4ème évangile29 et je ne puis assez vous dire quel bien me fait une semblable lecture.
Laissez-moi, Monsieur l’Abbé, en faisant des vœux pour le succès final de votre noble campagne, vous présenter l’humble hommage de mon admiration, de ma reconnaissance et de mon respect.
Charles Michel.

Lettre 3 (f° 45-46)

6Liège, 24 avril 1904
42, Avenue Blonden

  • 30 C’est la première fois que Michel s’adresse à Loisy en ces termes qui le désignent comme un «  Maît (...)
  • 31 Sur Paul Lejay (1861-1920), éminent spécialiste de patrologie latine, professeur à l’Institut catho (...)
  • 32 Dès 1903, le cardinal Richard, archevêque de Paris, interdit la lecture de L’Évangile et l’Église a (...)
  • 33 Cette phrase aurait été murmurée par Galilée en 1633, lorsque l’Inquisition le força à abjurer sa t (...)

Monsieur et très honoré Maître30,
J’apprends aujourd’hui seulement, par un journal, le résultat – que m’avait déjà fait pressentir mon ami P. Lejay31 – de la campagne entreprise contre vous, et je prends la liberté de vous exprimer, avec ma profonde sympathie, l’émotion poignante que me causent les mesures prises32. Je ne sais quel bien les hauts dignitaires de l’Église croient faire en agissant ainsi, mais il me semble que je vois nettement le mal que l’on fait en vous arrachant des mains la plume dont vous vous serviez si noblement et si utilement pour la science et la religion. Faut-il vraiment qu’il ne nous soit pas permis, à nous catholiques, de concilier les exigences de la critique scientifique avec la soumission aux chefs de l’Église ?… Je ne puis, malgré tout, abandonner cet espoir, que vous avez tant fait pour confirmer en moi.
Ce n’est certes pas moi qui vous prêcherai la révolte – je n’ai d’ailleurs pas qualité pour vous prêcher quoique (sic) ce soit, mais laissez moi exprimer l’espoir que des temps meilleurs reviendront, que vous pourrez nous donner encore de ces livres que nous attendions avec émotion et qui donnaient si pleine satisfaction à nos habitudes d’esprit scientifique en même temps qu’à notre foi chrétienne. E pur si muove33, est un mot qui vient naturellement aux lèvres quand on songe à vos travaux et à la façon dont ils sont interrompus : laissez moi vous le redire, comme une consolation et comme une espérance.
Daignez agréer, Monsieur et très honoré maître, l’expression du chagrin profond que me cause le coup tragique porté aux études scientifiques en votre personne, et l’hommage respectueux de ma vive admiration et de ma douloureuse sympathie.
Charles Michel
Professeur à l’Université de Liège

Lettre 4 (f° 47)

7Liège, 11 mars 1908
42, Avenue Blonden

  • 34 L’excommunication de Loisy est prononcée le 7 mars.
  • 35 Une fois encore, Charles Michel souligne par l’emploi de ce terme une filiation intellectuelle fort (...)

Monsieur,
Au moment où vous êtes si durement et si injustement frappé34, permettez au plus modeste de vos lecteurs et de vos disciples35 de vous exprimer ses sentiments de haute estime et de profonde sympathie pour votre personne en même temps que l’admiration qu’il éprouve pour vos travaux.
J’y joins de tout cœur le vœu ardent de voir cesser un jour le malentendu déplorable qui amène actuellement l’Église à se séparer de quelques uns de ses fils les plus nobles, les plus savants et les plus clairvoyants.
Veuillez recevoir, Monsieur, l’expression respectueuse de mon entier dévoûment.
Ch. Michel
Professeur à l’Université

Lettre 5 (f° 48-49)

8Liège, 16 déc. 1908
42, Avenue Blonden

  • 36 Il s’agit des Conférences Michonis au Collège de France sur la religion populaire des Grecs. Cf. su (...)
  • 37 Ce projet éditorial ne vit finalement pas le jour.
  • 38 Loisy commence alors à travailler sur le sacrifice. Son cours du Collège de France traite de la que (...)
  • 39 Considérer qu’un Allemand soit en retard sur le plan scientifique est assez original. Ou plus exact (...)
  • 40 Louis Havet (1849-1925) est titulaire de la chaire de philologie latine au Collège de France de 188 (...)

Cher Monsieur,
Je n’ai pas l’intention de publier tout de suite les leçons que je viens de faire à Paris36. Elles sont extraites d’un ouvrage que je prépare depuis assez longtemps et qui ne sera pas terminé sans doute avant un an ou deux37. – Sur les sacrifices dans la religion hellénique38, je puis vous recommander : P. Stengel, Die griechischen Kultusaltertümer, 2e édit. Munich, Beck, 1898. Prix : 5 marcs, broché. –
L’ouvrage contient des renseignements étendus, précis et sûrs. Il y a une bibliographie abondante et des renvois à tous les textes principaux. Comme collection de matériaux l’ouvrage est donc bon, clair et bien classé. Mais pour l’interprétation des faits l’auteur est fort en retard39. Il est encore à raisonner comme ceci : tel rite, par ex. les sacrifices purificatoires, n’est pas mentionné dans Homère, donc il n’est pas ancien en Grèce et doit être d’importation étrangère.
Cela repose sur une conception bien vieillie de la poésie homérique.
Mais, encore une fois, vous ne trouverez pas ailleurs plus de matériaux réunis et classés avec des renvois exacts.
En tout cas, je me tiens à votre disposition pour les renseignements complémentaires, recherches de détail dans les textes ou dans les inscriptions.
J’ai appris à Paris avec grand plaisir que votre candidature au Collège de France était en bonne voie. L. Havet, Chuquet et P. Lejay sont pleins d’espoir40.
Je me joins à eux de tout cœur, et je vous prie d’agréer, avec mes vœux, l’expression respectueuse de mes sentiments de profonde estime.
Votre tout dévoué
Ch. Michel

Lettre 6 (f° 50)

  • 41 L’assemblée des Professeurs du Collège de France élit Loisy le 31 janvier 1909. Voir Loisy, 1931, p (...)
  • 42 Charles Michel a été élu membre correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1 (...)

Cher Monsieur,
Je lis dans les Débats de hier soir que le Ministre a soumis à la signature du Président un décret vous nommant au Collège de France41 ; comme cette signature ne peut manquer d’être apposée, je ne veux pas attendre la publication du décret pour vous adresser mes félicitations les plus chaleureuses, et pour vous dire combien je suis heureux de ce choix, que la présentation faite par le Collège de France rendait déjà très probable. Je me réjouis pour l’illustre maison dans laquelle vous allez entrer, et pour la science qui peut attendre de vous de beaux travaux et un enseignement solide et fécond. J’espère (s’il manque effectivement) bien avoir parfois l’occasion de vous entendre, lors de mes voyages à Paris, qui sont assez fréquents42.
En attendant, je vous prie d’agréer l’expression respectueuse de mes sentiments de haute estime et d’entier dévoûment.
Ch. Michel.
Liège, 3. III. 09

Lettre 7 (f° 51-52)

9Liège, 7 mars 1909
42, avenue Blonden

  • 43 La première série de la RHLR comprend douze numéros, de 1896 à 1907. Elle renaît de ses cendres en (...)
  • 44 Entre 1900 et 1902, Charles Michel se charge d’un «  Bulletin des religions des peuples classiques (...)
  • 45 Dans la correspondance entre Loisy et Cumont, ce sujet est abondamment illustré. Il apparaît pour l (...)
  • 46 Par rapport au portrait traditionnel de Cumont, homme réservé et discret, cette appréciation détone (...)
  • 47 Sur le recours à l’anonymat dans le contexte moderniste et de la part de Loisy, voir E. Poulat, 196 (...)
  • 48 Voir aussi le jugement qu’exprime Loisy sur la RHR dans une lettre à Cumont le 31 juillet 1909 : «  (...)
  • 49 Voir infra, n. 70.
  • 50 Émile Nourry (1870 – 1935) était un libraire et éditeur parisien, mais aussi un folkloriste. Sous l (...)

Cher Monsieur,
Je vous remercie de la confidence que vous avez bien voulu me faire de vos projets au sujet de la résurrection de la Revue d’Hist. et de litt. relig43. Vous pouvez compter sur ma discrétion absolue.
Vous pouvez m’inscrire dès maintenant parmi vos abonnés, et dès que vous aurez des prospectus, je vous serais bien obligé si vous pouviez m’en envoyez quelques uns ; j’espère bien vous amener des abonnés et éventuellement des collaborateurs. Si je puis vous être bon à quelque chose, comptez sur moi. Je reprendrais volontiers, par exemple, un bulletin périodique sur les religions des peuples classiques, comme j’avais commencé à le faire pour la défunte revue44.
Je suis bien sûr que F. Cumont collaborerait volontiers45, mais il vaudrait mieux ne pas lui parler de la chose que quand tout sera prêt car, s’il a beaucoup de qualités que j’apprécie fort, la discrétion lui fait totalement défaut, soit dit entre nous46.
Une seule chose serait peut-être de nature à le faire hésiter, c’est l’anonymat47, et je vous avoue que de mon côté j’ai aussi des doutes à cet égard. Permettez moi de les exprimer bien franchement.
Je me demande quel accueil le public fera à cette innovation qui rompt si complètement avec nos habitudes. N’y verra-t-on pas la preuve qu’il s’agit bien, quoiqu’on puisse dire, d’un instrument de propagande moderniste ? Puis notre public n’est-il pas habitué à voir dans la signature une garantie ?
Je comprends bien que certains de vos collaborateurs n’aimeront pas de se faire connaître, et je sais bien aussi que le procédé de l’anonymat de tous les articles est en usage dans plusieurs grandes et importantes revues anglaises. Mais je ne sais si on l’acclimaterait facilement en France.
Voilà mes scrupules. Pour le plan et l’esprit dans lequel vous comptez diriger la Revue, je ne puis qu’approuvez et avoir toute confiance en vous.
Je suis aussi de votre avis au sujet de la Revue d’Histoire des Religions48 ; et je regrette de n’avoir pas eu connaissance de votre projet plus tôt, car alors je n’aurais pas promis à cette Revue une de mes leçons au Collège de France49.
Puis-je vous parler de votre éditeur ? Je crains que vous n’ayez pas Picard, mais je pense que vous ne songez pas à Nourry dont le nom seul donnerait à la Revue la couleur que vous ne voulez pas lui donner50.
Excusez moi de vous parler de tout cela à cœur ouvert, et ne voyez pas là l’intention de vous donner des conseils. Je suis sûr d’ailleurs que quelque soit le parti que vous preniez vous ferez d’excellente besogne scientifique.
Veuillez agréez, je vous prie, l’expression respectueuse de mes sentiments les plus distingués.
Ch. Michel

Lettre 8 (f° 53-54)

10Liège, 7 mai 1909
42, Avenue Blonden

  • 51 Loisy, 1909.
  • 52 Émile Levasseur (1828-1911), successivement titulaire de deux chaires au Collège de France («  Hist (...)
  • 53 Sur Lejay, cf. supra, n. 30.
  • 54 Sur Havet, cf. supra, n. 39.
  • 55 Loisy commence ses cours au Collège de France en décembre 1909.

Cher Monsieur,
Je vous remercie bien vivement de votre belle leçon d’ouverture que j’ai lue avec le plus grand intérêt51. Je comprends le succès qu’elle a eu, et j’ai été heureux d’apprendre par les journaux que les appréhensions de M. Levasseur52 étaient vaines et que tout s’est passé le mieux du monde.
J’ai regretté de n’avoir pu revoir M. Lejay53, pour avoir par lui des nouvelles du déjeuner chez L. Havet54. J’ai causé avec lui, lundi matin, de votre Revue et de la date de la publication, et nous étions d’accord pour penser que, somme toute, la date du 1er janvier 1910 serait la meilleure. On pourrait ne lancer les prospectus que après le 1er janvier, de façon à laisser passer le début de votre cours55, et lancer le 1er fascicule dans le courant de février, le 2d au début d’avril, et rattraper ainsi peu à peu le temps perdu au début. En vous réservant un peu de temps pour vous entendre avec vos collaborateurs et pour bien tracer votre plan et votre programme, vous pourriez, me semble-t-il, éviter les tâtonnements qui marquent presque toujours un début, par lui-même toujours périlleux.
Je souhaite à votre nouvel enseignement tout le succès qu’il mérite, et je vous prie d’agréer l’expression respectueuse de mon entier dévoûment.
Ch. Michel

Lettre 9 (f° 55-56)

11Liège, 28 avril 1909
42, Avenue Blonden

  • 56 Cf. supra, lettre n°  5.
  • 57 Il peut s’agir soit de Frazer, 1897 ss., soit de Frazer, 1900.
  • 58 La seconde édition du Golden Bough, en trois volumes, paraît chez Macmillan en 1900.
  • 59 Rohde, 1890.
  • 60 Charles Michel était un bibliophile réputé. Cumont le rappelle dans sa notice nécrologique «  Miche (...)
  • 61 En vérité, Erwin Rohde est mort en 1898.
  • 62 M. = marcs.
  • 63 Gruppe, 1906.
  • 64 Sur O. Gruppe dans le contexte de l’histoire des religions en Allemagne, voir Krech, 2002. Sur le p (...)
  • 65 Le mot «  index  » est écrit au-dessus de «  tables  ».
  • 66 Dans l’énumération de la lettre, il s’agit en fait de «  4°  ».
  • 67 Cf. supra, p. 228, lettre 7.
  • 68 La notion de «  fétichisme  » est très à la mode à l’époque, notamment dans l’œuvre de Salomon Rein (...)
  • 69 Loisy effectue sa leçon inaugurale le 3 mai 1909. Il vit dans sa propriété de Ceffonds (Haute-Marne (...)

Cher Monsieur,
Je réponds tout de suite et point par point aux différentes questions que vous voulez bien m’adresser :
1°. Je crois que vous avez parfaitement raison que Stengel n’a rien compris à la vraie théorie du sacrifice et que tout son travail est à refaire sur ce point – comme sur beaucoup d’autres –, et cela en vaudrait la peine56.
2°. L’ouvrage de Frazer sur Pausanias57 est en effet très cher : plus de 150 f. et je crois qu’il ne vous rendrait pas, pour votre travail actuel, des services proportionnés à son prix. La plus grande partie du livre est consacrée aux questions d’archéologie et d’histoire de l’art, et pour le folklore, il se sert surtout des matériaux accumulés dans son Golden Bough, 2e édit.58.
3°. La Psyche de Rohde59 vous rendra beaucoup plus de services que Frazer, me semble-t-il. C’est vraiment l’ouvrage capital. Il faut avoir la 2°, la 3° ou la 4° édit. qui diffèrent beaucoup de la 5e, mais qui sont presque identiques entre elles et qui se correspondent page par page60. On trouve facilement d’occasion la 2de ou la 3e édit. et alors on la paie beaucoup moins cher que la 4° - qui est, je crois, de 1907 (Rohde est mort vers 190361), et qui coûte environ 24 M.62.
Ne joindriez-vous pas à Rohde, le grand ouvrage de Gruppe, Griech. Mythol. und Religionsgeschichte63 ?Il y a des théories singulières64, mais c’est une immense collection de matériaux, et il y a 500 colonnes de tables [index]65 admirables. L’ouvrage forme deux énormes volumes 8° et coûte, relié, 40 marcs (Munich. Beck).
66. Pour la Revue, je ne sais pas exactement quel genre d’article vous désireriez. Je ne puis songer à rédiger un article d’ici au mois de juin, parce que je suis absorbé par d’autres travaux, mais je pourrais vous donner une de mes leçons du Collège de France67. Seulement ce n’est que de la vulgarisation, et cela ne prétend pas, sur tous les points, à l’originalité. Je regrette d’avoir promis dès le mois de novembre, à la Rev. d’histoire des Relig. ma seconde leçon sur les traces que le fétichisme primitif avait laissées en Grèce au début de l’ère chrétienne68. Cela vous aurait peut-être convenu. Croyez-vous que ma dernière leçon sur le culte d’Esculape puisse vous convenir ? Encore une fois, cela ne fait que résumer des choses connues…
N’avez-vous pas encore de prospectus de la Revue ? Je crois que je pourrai vous procurer plusieurs abonnés, quand je pourrai parler du programme, du prix, du directeur et des principaux collaborateurs.
Je ne parviens pas à voir si vous avez commencé vos leçons au Collège de France. Le Journal des Débats a annoncé une leçon de vous pour le lundi 26, et je vois que ce jour-là vous datez une lettre de Ceffonds69.
Je dois me rendre à Paris prochainement. Si vous étiez visible samedi prochain après-midi ou lundi prochain, je serais bien heureux d’aller vous voir. Si l’un de ces jours, vous faisiez une leçon, j’irais vous entendre, et peut-être à la sortie pourrais-je vous parler un moment.
Si cela est possible, faites moi, je vous prie, le plaisir de m’écrire un mot Hôtel d’Orléans, 17, Rue de Richelieu. J’y serai depuis vendredi après-midi, jusqu’à lundi soir (Il va de soi que le dimanche je pourrais aussi vous rejoindre à l’endroit que vous m’indiqueriez).
Recevez, je vous prie, l’expression respectueuse de tous mes meilleurs sentiments.
Ch. Michel

Lettre 10 (f° 57-58)

12Paris, 14 sept. 1909
17, Rue de Richelieu, Hôtel d’Orléans.

  • 70 Cf. la lettre précédente.
  • 71 Michel, 1909, p. 141-160.
  • 72 Cf. supra, p. 228, lettre 7.
  • 73 René Dussaud (1868 – 1956), professeur au Collège de France depuis 1905/6, devint co-directeur de l (...)
  • 74 Cf. supra, n. 16.

Cher Monsieur et très honoré Collègue,
Comme j’ai eu l’honneur de vous le dire, je ne puis mettre pour le moment à votre disposition qu’un de mes leçons du Collège de France70, mais je vous l’offre très volontiers, très flatté de paraître à côté de vous dans la nouvelle Revue d’Histoire et de Littérature religieuses71.
J’avais d’abord songé à vous proposer ma leçon sur le culte d’Esculape, mais mon ami Cumont à qui j’ai parlé de mon projet quand il a été pressenti par vous, m’engage à vous donnez ma leçon sur les Démons.
La décision dépendra de vous, et du temps que j’aurai à ma disposition, car la leçon sur Esculape demandera beaucoup moins de remaniements que celle que j’ai consacrée aux bons et aux mauvais esprits.
Dès que vous aurez des prospectus, j’espère que vous m’en ferez adresser un petit paquet – une dizaine, p. ex. – dont je ferai une distribution de mon côté, et qui, je l’espère, vous amènera quelques abonnés.
Il va de soi que je suis inscrit depuis longtemps sur votre première liste d’abonnés.
Veuillez agréer, je vous prie, l’expression respectueuse de mes sentiments de haute considération.
Ch. Michel
Ma leçon sur les survivances du fétichisme en Grèce doit paraître prochainement dans la Rev. d’Hist. des Rel72. Je crois vous avoir dit qu’elle m’a été demandée par M. Dussaud73 le jour même où elle a été prononcée. Je n’avais alors aucune raison de la refuser. Je ne l’ai d’ailleurs presque pas remaniée, tandis qu’elle sera, je crois, transformée dans le volume que je prépare74.

Conclusion

  • 75 Laplanche, 1999, p. 623-634.
  • 76 Notice nécrologique citée supra, n. 14.

13Les échanges épistolaires entre Charles Michel et Alfred Loisy, dont on n’a conservé que cette section allant de 1902 à 1909, montrent des affinités croissantes entre les deux savants dont le parcours personnel est pourtant bien différent. Ils partagent à l’évidence un intérêt profond pour l’histoire des religions anciennes et pour les origines du christianisme. L’un et l’autre sont de fervents défenseurs d’une approche scientifique, historico-critique, de ces phénomènes. Charles Michel manifeste une grande admiration envers Alfred Loisy, et une réelle empathie envers ses difficultés et ses succès. Il participe ainsi, avec enthousiasme, à l’aventure de la remise sur rail de la Revue d’histoire et de littérature religieuses. C’est précisément dans ce cadre que fait irruption, dans leur correspondance, le nom de Franz Cumont, ami proche de l’un et de l’autre. De la même façon que Loisy a sollicité Cumont en tant qu’expert de Mithra et des sacrifices, comme l’a bien montré Aline Rousselle, il profite aussi de l’expertise de Charles Michel en ces matières. Les lettres inédites que nous publions ici montrent à l’œuvre un réseau – Loisy, Michel, Lejay, Dussaud ; on pourrait ajouter Frazer et Reinach – qui s’intéresse activement à l’histoire des religions, discipline en pleine affirmation à l’époque et qui cherche sa voie entre plusieurs approches et méthodes75. On peut terminer cette évocation par quelques mots de Franz Cumont sur son maître : « Le nom de Michel n’a guère été connu en dehors d’un cercle restreint de spécialistes, mais son action sur ses élèves a été considérable. Il suffisait de causer une heure avec lui pour subir l’ascendant de cette intelligence si remplie de connaissances variées, si lucide, si sagace. On peut dire que la renaissance de l’école belge de philologie classique est due en grande partie à Charles Michel. »76.

Haut de page

Bibliographie

Anon., 1913, Charles Michel, dans Liber Memorialis de l’Université de Gand, Notices Biographiques, Gand, vol. I, p. 209.

Bernays, L. (éd.), 2004, Otto Friedrich Gruppe 1804-1876: Philosoph, Dichter, Philologe. (Paradeigmata 3), Freiburg.

Bonnet, C., 1997, La correspondance scientifique de Franz Cumont conservée à l’Academia Belgica de Rome, Bruxelles – Rome.

Bonnet, C. et Van Haeperen, Fr., 2006, Introduction historiographique, dans F. Cumont, Les religions orientales dans le paganisme romain, 5e édition, Turin, p. XI-LXXIV.

Bonnet, C., 2005, Le « grand atelier de la science ». Franz Cumont et l’Altertumswissenschaft. Héritages et émancipations. I Des études universitaires à la fin de la Ie Guerre mondiale, 1918-1923, Bruxelles – Rome.

Cumont, F., 1896, L’Éternité des empereurs romains, RHLR, 1, p. 435-452.

Cumont, F., 1897, La propagation des mystères de Mithra, RHLR, 2, p. 289-305 et 408-423.

Cumont, F., 1901, Le taurobole et le culte de Bellone, RHLR, 6, p. 97-110.

Cumont, F., 1903, La polémique de l’Ambrosiaster contre les païens, RHLR, 8, p. 417-440.

Cumont, F., 1906, L’astrologie et la magie dans le paganisme romain, RHLR, 11, p. 24-55.

Cumont, F., 1907, Notes de mythologie manichéenne, RHLR, 12, p. 134-149.

Cumont, F., 1908, La cosmogonie manichéenne d’après Théodore Bar Khôni. Recherches sur le manichéisme, vol. I, Bruxelles.

Cumont, F., 1908, La religion et les philosophes en Grèce, Journal des Savants, p. 113-126.

Cumont, F., 1910, La propagation du manichéisme dans l’Empire romain, RHLR, 2e série, 1, p. 31-43.

Cumont, F., 1912, Fatalisme astral et religions antiques, RHLR, 3, p. 513-543.

Cumont, F., 1913, C.r. Joseph Bidez. Philostorgius Kirchengeschichte mit dem Leben des Lucian von Antiochien und den Fragmenten eines Arianischen Historiographen, RHLR, 4, p. 563-564.

Cumont, F., 1922, Zoroastre chez les Grecs et la doctrine zervaniste, RHLR, 8, p. 1-12.

Cumont, F., 1930, Charles Michel, Revue archéologique, 31, p. 165-166.

Delatte, A., 1936, Charles Michel, dans Liber Memorialis de l’Université de Liège, Liège, p. 332-336.

Duchêne, H. (éd.), 2004, Introduction, dans S. Reinach, Cultes, Mythes et Religions, 2e éd., Paris.

Dussaud, R. 1929, Éloge funèbre de M. Charles Michel, correspondant étranger de l’Académie, CRAI, 73, p. 328-331.

Frazer, J.G., 1897 ss., Pausanias, Description of Greece, 6 vol. , Londres.

Frazer, J.G., 1900, Pausanias and other Greek Sketches, Londres.

Grégoire, H., 1929, Léon Parmentier et Charles Michel, RBPh, 8, p. 1450-1458.

Gruppe, O., 1906, Griechische Mythologie und Religionsgeschichte, Munich.

Jacques, M., 1903, C.r. d’A. Loisy, Études évangéliques. Paris : Picard, 1901. XIV-333 pp. , Revue de l’Instruction Publique en Belgique, 46, p. 248-249.

Jakobson, R., 1971, La première Lettre de Ferdinand de Saussure sur les anagrammes, L’Homme, 11/2, p. 15-24.

Koch-Piettre, R., 2007, Loisy et ses études sur le sacrifice, dans F. Laplanche, I. Biagioli et C. Langlois (éd.), Alfred Loisy cent ans après Autour d’un petit livre, Turnhout, p. 71-82.

Krech, V., 2002, Wissenschaft und Religion. Studien zur Geschichte der Religionsforschung in Deutschland 1871 bis 1933, Tübingen.

Lang, A., 1886, La mythologie, trad. L. Parmentier, préface de C. Michel, Paris.

Lannoy, A., 2010, La correspondance bilatérale entre Alfred Loisy et Franz Cumont : brève présentation et projet d’édition, Anabases, 13, p. 261-265.

Lannoy, A., à paraître, Le Jubilé Loisy de 1927. Entre histoire des religions et histoire du christianisme, RHR.

Lannoy, A., à paraître (2), Comparing words, myths and rituals. Alfred Loisy, Franz Cumont and the case of ‘Gaionas le δειπνοκρίτης’, dans F. Amsler (éd.), Alfred Loisy dans l’histoire de l’exégèse biblique et des sciences des religions (Actes du Colloque tenu à Lausanne, juin 2011), RHR.

Laplanche, F., 1999, L’histoire des religions en France au début du xxe siècle, dans A. Rousselle (éd.), Franz Cumont et la science de son temps, MEFRIM, 111, p. 623-634.

Loisy, A., 1902, Études évangéliques, Paris.

Loisy, A., 1903, Autour d’un petit livre, Paris.

Loisy, A., 1903 (2), Le quatrième Évangile, Paris.

Loisy, A., 1909, Leçon d’ouverture du cours d’histoire des religions au Collège de France, Paris.

Loisy, A., 1919, Les Mystères païens et le Mystère chrétien, Paris.

Loisy, A., 1930, Mémoires, volume I, Paris.

Loisy, A., 1931, Mémoires, volume II-III, Paris.

Michel, Ch., 1908, La religion officielle et la religion populaire dans la Grèce ancienne, Gand.

Michel, Ch., 1909, Les survivances du fétichisme dans les cultes populaires de la Grèce ancienne, RHR, 60/2, p. 141-160.

Nourry, É., 1923, Essai de folklore biblique et évangélique, Paris.

Peeters, P. et Michel, Ch., 1911-1914, Évangiles apocryphes, Textes et documents pour l’étude historique du christianisme, 13, 18, Paris, vol. 1 (1911) : Protévangile de Jacques, Pseudo-Matthieu, Évangile de Thomas, trad. Ch. Michel ; Histoire de Joseph le Charpentier, trad. P. Peeters ; vol. 2 (1914), L’Évangile de l’enfance, rédactions syriaques, arabe et arménienne traduites et annotées, trad. P. Peeters.

Poulat, É., 1962, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, Paris.

Praet, D., à paraître, Symbolisme, évolution rituelle et morale dans l’histoire des religions : le cas du taurobolium dans les publications et la correspondance de Franz Cumont et d’Alfred Loisy, dans F. Amsler (éd.), Alfred Loisy dans l’histoire de l’exégèse biblique et des sciences des religions (Actes du Colloque tenu à Lausanne, juin 2011), RHR.

Rohde, E., 1890, Psyche. Seelenkult und Unsterblichkeitsglaube der Griechen, Freiburg.

Rousselle, A. (éd.), 1999, Franz Cumont et la science de son temps, MEFRIM, 111, p. 501-666.

Rousselle, A., 1999 (2), Cumont, Loisy et la Revue d’histoire et de littérature religieuse, MEFRIM, 111, p. 577-598.

Severyns, A., 1930, Charles Michel, Bulletin de la Société des Amis de l’Université de Liège, 2, p. 109-115.

Talar, Ch., 2010, Prelude to the Modernist Crisis. The Firmin articles of Alfred Loisy, Oxford.

Haut de page

Notes

1 Rousselle, 1999, p. 501-666.

2 Cumont à Loisy : BnF, ms. NAF 15651, ff. 64-442 ; Loisy à Cumont : BnF, ms. NAF 15644, ff. 55-329. En outre, neuf lettres de Loisy à Cumont sont conservées dans les archives Cumont de l’Academia Belgica, à Rome.

3 Pour une présentation préliminaire du projet, Lannoy, 2010, p. 261-265.

4 Projet de recherche de l’Université de Gand financé par le Fonds voor Wetenschappelijk Onderzoek-Vlaanderen (FWO), dans le cadre du projet de recherche G.0126.08. Voir déjà : Lannoy, à paraître (1) ; Lannoy, à paraître (2). Voir aussi Praet, à paraître.

5 Cet ensemble représente tout ce que l’on conserve des échanges entre Alfred Loisy et Charles Michel.

6 Cumont, 1908 ; Cumont, 1908 (2), p. 113-126. Un tel envoi n’était pas anodin : dans l’introduction de cet article, on trouve, en effet, un subtil plaidoyer pour «  la raison, émancipée de la tutelle de toute autorité sacrée  ». Cumont loue la théologie séculaire grecque et souligne le contraste avec la théologie catholique dominée par cette autorité sacrée. Il fait ainsi allusion à la crise moderniste : «  Essayons donc de dégager les aspects principaux d’un conflit qui, s’il n’eut pas chez les Grecs la même acuité que dans les temps modernes, s’y perpétua cependant à travers les siècles, tantôt déclaré, tantôt latent, depuis le jour où la raison s’opposa au “subconscient”.  »

7 Cumont, 1910, p. 31-43.

8 Loisy sollicite un «  petit service personnel  » et déclare d’emblée à Cumont dans cette lettre : «  c’est vous qui êtes Mithra  ».

9 BnF, papiers Loisy, vol. XXVI, NAF 15659, ff 42-58.

10 Rousselle, 1999, p. 577-598. Dans le titre de l’article «  religieuse  » est au singulier, mais il est au pluriel dans le corps de l’article.

11 Sur les études gantoises de F. Cumont, voir Bonnet, 1997, p. 5-6. Sur les rapports épistolaires avec Ch. Michel (très abondants), p. 319-343. Charles Michel a en vérité formé une génération entière d’antiquisants belges : Parmentier, Serruys, Kugener, Grégoire, Delatte, Severyns, etc.

12 Cumont était quinze ans plus jeune que lui.

13 Il fut élu Correspondant étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1908 et était marié à une Française.

14 Il faut tenir compte, dans le contexte belge de la première guerre scolaire entre catholiques et libéraux (1878-1884), de la tension entre l’identité idéologique de Michel – un croyant – et celle de la revue tout à fait scientifique, mais libérale et anticléricale –, qui peut expliquer le recours à des pseudonymes.

15 Grégoire, 1929, p. 1450-1458, en part. p. 1452. Voir aussi la notice nécrologique que lui a consacré F. Cumont (Cumont, 1930, 165-166), lui-même dans la Revue archéologique, avec ce jugement fort intéressant : «  Car ce savant, qui avait une érudition très vaste et très sûre de linguiste, de mythologue, de philologue, une intelligence très lucide et alerte, était un lettré si délicat qu’il n’était jamais satisfait de ce qu’il avait rédigé. Il écrivait avec facilité des lettres charmantes, nourries de faits, pétillantes d’esprit, mais il ne se décida jamais à faire imprimer un ouvrage, bien que les sujets ne lui fissent pas défaut  ». Voir en outre, Dussaud, 1929, p. 328-331 ; Delatte, 1936, p. 332-336 ; Severyns, 1930, p. 109-115. Voir également Anon., 1913, vol. I, p. 209.

16 A. Lang, 1886. Il s’agit de la traduction de son entrée «  Mythology  » dans l’Encyclopaedia Britannica.

17 Cf. Michel, 1908. Il fut choisi de préférence à Ferdinand de Saussure, proposé par Antoine Meillet : voir Jakobson, 1971, p. 15-24.

18 P. Peeters – Ch. Michel, 1911-1914.

19 Sur cette dédicace, voir Bonnet, Van Haeperen, 2006, p. XI-LXXIV : «  À mon maître et ami Charles Michel 1886-1906  ». Voir aussi Bonnet, 1997, p. 515-516, pour une lettre de Cumont à Michel à ce sujet.

20 Comme à l’accoutumée dans les éditions de lettres, le texte est reproduit de manière autoptique, sans correction, en respectant ce qui est éventuellement souligné et en reflétant, autant que faire se peut, la disposition du texte.

21 Loisy, 1902.

22 Jacques, 1903, p. 248-249. Le même auteur propose, dans la Chronique, p. 352-353 du même volume, une brève annonce de L’Évangile et l’Église.

23 Loisy est ordonné prêtre en 1879, à vingt-deux ans.

24 Il s’agit de Loisy, 1903.

25 La lettre 3092 du fonds Cumont de l’Academia Belgica, du 16/9/1903, de Michel à Cumont, provient de Langrune dans le Calvados. Plusieurs missives de Michel à Cumont, entre 1892 et 1906, indiquent que le premier affectionnait cette plage de Normandie.

26 Cf. supra, n. 20.

27 Loisy, 1903.

28 Sous le pseudonyme de Firmin, Loisy signe, entre 1898 et 1900, plusieurs articles dans la Revue du clergé français. Poulat, 1962, p. 74-88 et p. 636-637 ; Talar, 2010.

29 Loisy, 1903 (2).

30 C’est la première fois que Michel s’adresse à Loisy en ces termes qui le désignent comme un «  Maître  ».

31 Sur Paul Lejay (1861-1920), éminent spécialiste de patrologie latine, professeur à l’Institut catholique de Paris, co-directeur de la Revue d’histoire et de littérature religieuses, voir Loisy, 1930, p. 388-418.

32 Dès 1903, le cardinal Richard, archevêque de Paris, interdit la lecture de L’Évangile et l’Église au clergé et aux fidèles de son diocèse. Il est bientôt imité par sept évêques. La mise à l’Index de l’ouvrage survient à l’avènement de Pie X ; cf. Loisy, 1931, p. 193-219 et Poulat, 1962, p. 248.

33 Cette phrase aurait été murmurée par Galilée en 1633, lorsque l’Inquisition le força à abjurer sa théorie selon laquelle la Terre tourne autour du Soleil et non l’inverse, comme le voulait la doctrine catholique de l’époque.

34 L’excommunication de Loisy est prononcée le 7 mars.

35 Une fois encore, Charles Michel souligne par l’emploi de ce terme une filiation intellectuelle forte avec Loisy.

36 Il s’agit des Conférences Michonis au Collège de France sur la religion populaire des Grecs. Cf. supra, n. 16.

37 Ce projet éditorial ne vit finalement pas le jour.

38 Loisy commence alors à travailler sur le sacrifice. Son cours du Collège de France traite de la question du sacrifice et, dans le premier tome de la Revue d’histoire et de littérature religieuses (1910), il donne un article sur le sacrifice en Israël (p. 1-30). En ligne de mire, il y a son ouvrage sur les mystères (A. Loisy, 1919). A. Rousselle (Rousselle, 1999, p. 577-598) a bien analysé les différentes étapes de l’échange entre Cumont et Loisy sur la thématique du sacrifice. Voir aussi Koch-Piettre, 2007, p. 71-82.

39 Considérer qu’un Allemand soit en retard sur le plan scientifique est assez original. Ou plus exactement, on reconnaît à la science allemande de grandes qualités d’érudition, mais des faiblesses herméneutiques. Voir, sur ce point, Bonnet, 2005.

40 Louis Havet (1849-1925) est titulaire de la chaire de philologie latine au Collège de France de 1885 à 1925 ; Arthur Chuquet (1853-1925) détient, lui, la chaire de langues et littératures d’origine germanique (1893-1925) ; pour Lejay (cf. supra, n. 31). Voir aussi sur cette élection, Loisy, 1931, p. 63-88.

41 L’assemblée des Professeurs du Collège de France élit Loisy le 31 janvier 1909. Voir Loisy, 1931, p. 79-81.

42 Charles Michel a été élu membre correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1908.

43 La première série de la RHLR comprend douze numéros, de 1896 à 1907. Elle renaît de ses cendres en 1910.

44 Entre 1900 et 1902, Charles Michel se charge d’un «  Bulletin des religions des peuples classiques avant le christianisme  » dans la RHLR.

45 Dans la correspondance entre Loisy et Cumont, ce sujet est abondamment illustré. Il apparaît pour la première fois le 31 juillet 1909 dans une lettre de Loisy. Cumont participera à plusieurs reprises à la RHLR ; dans la première série : Cumont, 1896, p. 435-452 ; Cumont, 1897, p. 289-305 et 408-423 ; Cumont, 1901, p. 97-110 ; Cumont, 1903, p. 417-440 ; Cumont, 1906, p. 24-55 ; Cumont, 1907, p. 134-149. Dans la 2e série : Cumont, 1910, p. 31-43 ; Cumont, 1912, p. 513-543 ; Cumont, 1913, p. 563-564 ; Cumont, 1922, p. 1-12.

46 Par rapport au portrait traditionnel de Cumont, homme réservé et discret, cette appréciation détone de manière singulière. Mais Charles Michel avait avec Cumont une grande intimité qui donne beaucoup de valeur à son jugement.

47 Sur le recours à l’anonymat dans le contexte moderniste et de la part de Loisy, voir E. Poulat, 1962, p. 621-647 (Annexe : «  Pseudonymes et anonymes modernistes. Étude et bibliographie  »).

48 Voir aussi le jugement qu’exprime Loisy sur la RHR dans une lettre à Cumont le 31 juillet 1909 : «  Il me semble que la Revue de l’histoire des religions, très estimable en elle-même, ne répond pas tout à fait aux exigences de la situation. C’est une revue de spécialistes ; elle n’initie pas le public à la science des religions. Et pour ce qui est de la Bible et des origines chrétiennes, par ce qu’elle dit, et par ce qu’elle ne dit pas, je ne sais si on ne pourrait pas s’autoriser à soutenir qu’elle a été et qu’elle reste un organe du protestantisme libéral, C’est là, d’ailleurs, qu’est une bonne partie de sa clientèle.  »

49 Voir infra, n. 70.

50 Émile Nourry (1870 – 1935) était un libraire et éditeur parisien, mais aussi un folkloriste. Sous le pseudonyme de Pierre Saintyves, il publia de nombreux ouvrages. Il fut président de la Société du folklore français et directeur de la Revue du folklore français et de la Revue anthropologique, ainsi que Maître de conférences à l’École d’anthropologie de Paris. On lui doit notamment un Essai de folklore biblique et évangélique (Nourry, 1923), préfacé par Salomon Reinach.

51 Loisy, 1909.

52 Émile Levasseur (1828-1911), successivement titulaire de deux chaires au Collège de France («  Histoire des doctrines économiques  » et «  Géographie, histoire et statistiques économiques  »), administrateur de cette même institution entre 1903 et 1911.

53 Sur Lejay, cf. supra, n. 30.

54 Sur Havet, cf. supra, n. 39.

55 Loisy commence ses cours au Collège de France en décembre 1909.

56 Cf. supra, lettre n°  5.

57 Il peut s’agir soit de Frazer, 1897 ss., soit de Frazer, 1900.

58 La seconde édition du Golden Bough, en trois volumes, paraît chez Macmillan en 1900.

59 Rohde, 1890.

60 Charles Michel était un bibliophile réputé. Cumont le rappelle dans sa notice nécrologique «  Michel était un grand bibliophile et il avait une bibliothèque magnifique qui heureusement n’a pas été dispersée ; elle a été cédée à l’Université de Liège au moment où il se transféra à Tourcoing, près de sa belle famille.  »

61 En vérité, Erwin Rohde est mort en 1898.

62 M. = marcs.

63 Gruppe, 1906.

64 Sur O. Gruppe dans le contexte de l’histoire des religions en Allemagne, voir Krech, 2002. Sur le père de Gruppe (Otto Friedrich Gruppe 1804-1876), cf. Bernays, 2004. L’auteur est l’arrière petit-fils d’O.F. Gruppe et le petit-fils d’O. Gruppe.

65 Le mot «  index  » est écrit au-dessus de «  tables  ».

66 Dans l’énumération de la lettre, il s’agit en fait de «  4°  ».

67 Cf. supra, p. 228, lettre 7.

68 La notion de «  fétichisme  » est très à la mode à l’époque, notamment dans l’œuvre de Salomon Reinach. Cf. H. Duchêne, 2004. Voir aussi Michel, 1909, p. 141-160.

69 Loisy effectue sa leçon inaugurale le 3 mai 1909. Il vit dans sa propriété de Ceffonds (Haute-Marne) depuis avril 1907.

70 Cf. la lettre précédente.

71 Michel, 1909, p. 141-160.

72 Cf. supra, p. 228, lettre 7.

73 René Dussaud (1868 – 1956), professeur au Collège de France depuis 1905/6, devint co-directeur de la Revue d’histoire des religions en 1908. On lui doit une notice nécrologique sur Ch. Michel (cf. supra, n. 14, où il évoque les conférences de Michel au Collège de France et le fait qu’il les avait suivies). Il a été Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres entre 1937 et 1948.

74 Cf. supra, n. 16.

75 Laplanche, 1999, p. 623-634.

76 Notice nécrologique citée supra, n. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, Sarah Rey, Danny Praet et Annelies Lannoy, « Un collaborateur qui a « beaucoup de qualités », mais… », Pallas, 88 | 2012, 219-234.

Référence électronique

Corinne Bonnet, Sarah Rey, Danny Praet et Annelies Lannoy, « Un collaborateur qui a « beaucoup de qualités », mais… », Pallas [En ligne], 88 | 2012, mis en ligne le 09 juin 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/2581 ; DOI : 10.4000/pallas.2581

Haut de page

Auteurs

Corinne Bonnet

Professeure d’histoire grecque
Université de Toulouse II-Le Mirail
Membre de l’IUF
corinne.bonnet@sfr.fr

Articles du même auteur

Sarah Rey

Post-doctorante
Universités de Münster et de Gand
sarah-rey@hotmail.fr

Danny Praet

Professeur de Philosophie ancienne et d’Histoire du christianisme
Université de Gand
Danny.Praet@UGent.be

Annelies Lannoy

Doctorante à l’Université de Gand
annelies.lannoy@ugent.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org