Navigation – Plan du site
Notes de lectures

José Antonio Dabdab Trabulsi, Le Présent dans le Passé. Autour de quelques Périclès du xxe siècle et de la possibilité d’une vérité en Histoire

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2011, 222 p.
Pascal Payen
p. 243-245
Référence(s) :

José Antonio Dabdab Trabulsi, Le Présent dans le Passé. Autour de quelques Périclès du xxe siècle et de la possibilité d’une vérité en Histoire, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2011, 222 p.

Texte intégral

1Périclès est à la mode. Non seulement chaque époque, mais tout historien s’estime devoir passer par ce « révélateur », au sens chimique du terme, pour évaluer sa méthode et, bien plus, sa propre vie et l’articulation qu’il y a construite entre l’historien et le citoyen. Tout autant que le grand politique, c’est aussi l’homme privé qui est scruté, et à l’intersection de ces deux facettes la question de la démocratie, avec sa nature exacte dans l’Athènes du ve siècle, son intemporalité qui s’est tissée au cours des siècles qui nous en séparent. Le projet de José Antonio Dabdab Trabulsi, professeur d’histoire ancienne à l’Université Fédérale du Minas Gerais, à Belo Horizonte (Brésil), est d’étudier l’image de Périclès dans l’historiographie du xxe siècle « et, plus largement, dans la culture contemporaine ». Face à une production presque pléthorique, le choix est « forcément arbitraire ». Il revient à l’historien de construire un parcours qui tente de proposer des hypothèses expliquant ces « Périclès » redondants. Or les six biographies retenues, suivies de « deux digressions péricléennes », n’obéissent, étrangement, à d’autre logique que la langue dans laquelle elles ont été écrites, qui permet de les regrouper deux à deux : « deux auteurs de langue italienne, deux auteurs de langue française et deux auteurs de langue anglaise » (p. 11 ; l’exclusion des Périclès en langue allemande vient en contradiction avec l’ambition large du projet). Pour autant, aucun autre critère et encore moins le contenu de chaque « Périclès » ne permettait, de l’aveu même de l’auteur, de rapprocher les ouvrages de Gaetano De Sanctis (1944) et Mario Attilio Levi (1980), de Léon Homo (1954) et Marie Delcourt (1939), de Donald Kagan (2008) et A. R. Burn (1948). Les divergences d’interprétation, parfois radicales, pouvaient certes conduire, à partir de ce dossier, à « vérifier la possibilité d’une vérité en histoire », mais cet immense problème, rapidement formulé en introduction (p. 12-13), ne fait l’objet par la suite d’aucun examen approfondi. La fortune jamais démentie de Périclès, depuis le début du xxe siècle (il est fort peu à l’honneur dans les études antérieures au xviiie siècle), tiendrait-elle à ce qu’il incarne « le triomphe de la démocratie libérale et, ensuite, de l’État providence » (p 13) ? Le livre ne conclut pas non plus fermement en ce sens, bien que cette piste soit féconde, et l’on pourrait alors ajouter à la liste des Périclès les pages que lui consacre Gustave Glotz dans son Histoire grecque, tome II : La Grèce au ve siècle (1931), où il n’hésite pas à considérer les misthoi comme « l’œuvre d’entraide et de préservation sociale de Périclès » et à parler de « socialisme d’État » » (p. 178-182). Le Front populaire n’est alors pas loin.

2Reste chaque étude prise en elle-même, à la suite. De Sanctis compose un Péricle, alors qu’il est un spécialiste renommé de la Rome antique. Le livre, paru en 1944, est tout autant une histoire d’Athènes et de la Grèce. De Sanctis, né en 1870, conservateur catholique, est l’un des douze universitaires à avoir refusé de prêter serment au nouveau régime fasciste. Son analyse veut montrer que Périclès n’a jamais rien tenté contre les institutions démocratiques ; en tant que duce, mot employé de façon neutre, il est resté fidèle à un idéal politique. Pour cette raison, il aurait dû intégrer les esclaves et mieux traiter les cités de l’« empire ». Mais il demeure, en dépit de la guerre déclarée à Sparte, qu’aucun État du monde antique ne fut mieux gouverné. Maria Attilio Levi, élève de De Sanctis, fit un choix politique inverse en ralliant le fascisme dans les années 1930. In extremis, il prend le parti inverse dans les derniers temps de la seconde guerre Mondiale. La publication en 1980 de son Pericle. Un uomo, un regime, una cultura est difficile à expliquer. Levi tente de dissocier Périclès, qu’il juge favorablement, du peuple, dont il stigmatise les attentes et les revirements. La démocratie ne vit que parce que des Périclès, cultivés et réservés, acceptent de se sacrifier au service de la cité. Toutes les erreurs, y compris la déclaration de guerre contre Sparte, reviennent au dèmos. Ensuite, les « deux Périclès franco-belges » forment un diptyque sans lien. Léon Homo, historien de Rome, né en 1872, publie en 1954 un Périclès, dont le sens est condensé dans le sous-titre : « une expérience de démocratie dirigée ». La formule glose le jugement que formule Thucydide, à la mort du stratège : « dans les mots, c’était une démocratie ; dans les faits, c’était le gouvernement du premier citoyen » (II, 65, 9) et que Homo place en épigraphe de son livre. Périclès était un aristocrate en démocratie, rempli de sincérité dans ses convictions, de dignité dans son comportement, et possédant une culture qu’il exprimait dans la maîtrise de l’art de la parole, seule manière légitime de l’emporter dans les luttes politiques démocratiques. Périclès est un mélange de Pisistrate et de Clisthène, et un modèle. Quant au Périclès (1939) de Marie Delcourt, il est une figure de l’entre-deux-guerres, qui porte les marques des conséquences du premier conflit mondial. Le bilan est sévère. Le projet « impérial » de Périclès a échoué parce qu’il reposait avant tout sur l’octroi du misthos et de la solde des marins. C’est là un déclin collectif qui s’annonce. Or sans espoir de rénovation économique, on court au désastre politique ; il suffit de tourner le regard vers les deux décennies qui suivent le premier grand conflit Mondial. Le « Périclès du nouveau monde » que publie l’historien américain Donald Kagan (Pericles of Athen and the birth of democracy, 1991) fait de l’Athénien un « grand homme » qui a permis que s’épanouisse une fleur rare, la démocratie. Plus audacieux que Roosevelt, encore plus téméraire que Churchill en matière de politique étrangère, il crée, par la misthophorie, « une démocratie athénienne pleine et entière ». Kagan affiche clairement ses propres options favorables à la démocratie comme régime de nature à dominer le monde, sans l’écraser. Telle était la vocation de l’« empire athénien », comme celui des États-Unis d’après la chute du mur de Berlin. Le vocabulaire politique de A. R. Burn dans son Pericles and Athen (1948) renvoie aux problèmes de l’immédiat d’après-guerre : la tragédie hitlérienne, Hippias en « Duce », les difficultés à construire une Europe unie. Son Périclès est à la fois celui qui, par la guerre, a mené les Athéniens dans une impasse, mais qui ne disposait d’aucune autre voie. Lui seul aurait encore pu guider les Athéniens, ses successeurs non !

3Le livre s’achève avec une quatrième section consacrée à « deux digressions péricléennes ». La première examine un hors-série d’un des principaux hebdomadaires français : Le Nouvel Observateur (n° 69, Juillet-août 2008), consacré au « siècle de Périclès ». Les contributions, qui se veulent à la fois scientifiques dans leurs assises et engagées par le ton adopté, reflètent les nouvelles approches valorisées par l’anthropologie historique, qui insistent sur l’altérité des Grecs, et des attitudes plus traditionnelles en matière politique, qui n’échappent pas à l’éloge du modèle démocratique athénien ou bien qui, à l’inverse, en dressent la critique pour des raisons peu claires. La seconde « digression péricléenne » est consacré de nouveau à De Sanctis : « Périclès comme exil volontaire : Gaetano De Sanctis. Histoire ancienne et antifascisme » (p. 191-205). J. A. Dabdab Trabulsi dresse une synthèse claire des liens entre l’œuvre d’historien de l’Antiquité de De Sanctis et ses contextes présents. Pour lui, aucun doute n’est permis : le citoyen doit prendre part aux luttes de la cité, à la manière de la « loi de Solon », que rapporte Aristote (Constitution d’Athènes, VIII, 5) et qui impose à chacun de prendre les armes en cas de conflit dans la cité. De Sanctis veut faire partie des « quelques-uns qui se refusent avec la même force d’être opprimés et de se faire oppresseurs », écrit-il dans le volume IV de la Storia dei Romani. Si, en fin de compte, il se tourne vers l’histoire grecque, au début de la décennie 1940, c’est parce qu’il y voit la réalisation possible de l’idéal de la liberté, impossible sous le fascisme.

4Dans cette dernière section, il n’est plus du tout question de Périclès et encore moins de la « possibilité d’une vérité en Histoire » (on retrouve d’ailleurs des formulations identiques et des données inutilement reprises, concernant De Sanctis, p. 11, 21, 191). Le lecteur regrettera d’autant plus l’absence de toute mise en perspective de ces chapitres dans une synthèse ou une conclusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Payen, « José Antonio Dabdab Trabulsi, Le Présent dans le Passé. Autour de quelques Périclès du xxe siècle et de la possibilité d’une vérité en Histoire », Pallas, 88 | 2012, 243-245.

Référence électronique

Pascal Payen, « José Antonio Dabdab Trabulsi, Le Présent dans le Passé. Autour de quelques Périclès du xxe siècle et de la possibilité d’une vérité en Histoire », Pallas [En ligne], 88 | 2012, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/2612

Haut de page

Auteur

Pascal Payen

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org