Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Hélène Vial, La métamorphose dans les Métamorphoses d’Ovide. Étude sur l’art de la variation

Collection d’études anciennes, Les Belles Lettres, Paris, 2010, 527 p.
François Ripoll
p. 248-250
Référence(s) :

Hélène Vial, La métamorphose dans les Métamorphoses d’Ovide. Étude sur l’art de la variation, Collection d’études anciennes, Les Belles Lettres, Paris, 2010, 527 p.

Texte intégral

1Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce qui est le sujet central des Métamorphoses d’Ovide, le phénomène de la métamorphose elle-même, n’avait fait l’objet jusqu’ici d’aucune étude d’ensemble, mais seulement de publications dispersées sous forme d’articles ou de chapitres d’ouvrages plus généraux. H. Vial a donc eu le courage de prendre à bras-le-corps ce problème central, et de produire une étude qui ne soit pas la simple compilation des travaux antérieurs, même si la prise en compte d’une bibliographie copieuse était inévitable : celle qui figure dans les annexes de l’ouvrage témoigne de l’ampleur du travail d’H. Vial dans ce domaine ; même si cette bibliographie est un peu artificiellement « gonflée » par des références à des œuvres de littérature française dont on aurait pu se passer (p. 494-495), elle témoigne d’un gros travail d’investigation et d’assimilation (car le corps de la thèse atteste bien que cette masse de travaux est parfaitement dominée). Mais c’est surtout, évidemment, de l’œuvre ovidienne elle-même que l’auteur manifeste une solide connaissance, appuyée sur une profonde sympathie. Car ce n’est pas la moindre qualité de cet ouvrage, empreint d’une véritable sensibilité littéraire, que de faire admirer les qualités esthétiques d’une œuvre qu’on ne saurait réduire à un jeu purement intellectuel d’ordre métalittéraire, même si cette dimension, importante aussi, n’est point négligée par H. Vial. Le propos central de cet ouvrage, comme l’explicite le sous-titre, est de montrer l’adéquation entre le sujet de la métamorphose et la principe d’écriture fondamental de ce poème, qui est celui de la variation sur un même thème – lequel se décline à son tour en sous-thèmes permettant des rapprochements entre divers récits qui se répondent en échos thématiques entrelacés. Il s’agit donc de démêler cet entrelacs et de montrer comment ce savant tissage illustre à la fois la puissance imaginative du poète et sa revendication d’une souveraine liberté dans le traitement de sa matière. Une liberté qui est d’ordre plus poétique que politique, comme le suggère l’auteur, méfiante (probablement à juste titre) à l’égard des lectures frontalement « oppositionnelles » de l’œuvre ovidienne. Quoi qu’il en soit, cette thèse n’est pas une étude de l’« idéologie » d’Ovide, mais de son esthétique ; laissant aussi de côté la dimension intertextuelle du poème et les jeux avec les modèles, elle s’attache avant tout à saisir la personnalité littéraire propre du poète dans son mode d’écriture. Sous l’angle spécifique qui est le sien, cette thèse s’inscrit parfaitement dans le cadre de la floraison actuelle des études ovidiennes en France, à la suite, pour s’en tenir aux Métamorphoses, de celles de G. Tronchet et I. Jouteur, auxquelles elle apporte un éclairage complémentaire.

2L’ouvrage s’articule en trois parties d’inégale ampleur. La première partie (« Les contours indistincts. Frontières de la métamorphose ») s’intéresse aux formes les plus « excentriques » de métamorphose, aux franges du motif. Ce sont, tout d’abord, les récits ne comportant pas de métamorphose à proprement parler, mais où figurent divers substituts (métaphores, comparaisons) qu’étudie H. Vial, pour montrer comment il s’en dégage une définition en creux du projet ovidien. Elle envisage ensuite ces formes « extrêmes » de métamorphose que sont les récits cosmogoniques des premiers livres et le discours de Pythagore, puis, à l’inverse, les formes minimales, allusives ou fragmentaires, du motif. Après ce mouvement de balancier entre les extrêmes, elle revient « au centre » pour poser le cadre théorique de l’étude des récits de métamorphose proprement dits auxquels sera consacrée toute la deuxième partie. Celle-ci (« Fragments d’une cartographie imaginaire. Les récits de métamorphoses ») se présente comme un commentaire littéraire de quelque quatre-vingts extraits du poème répartis en quatre axes thématiques recoupant grosso modo les quatre éléments (plus, dans le prologue, un cinquième : l’humain). Sont envisagées successivement les métamorphoses apparentées à l’eau, puis à la terre (d’abord sous l’angle minéral, puis végétal, et enfin, animal), à l’air (transformations en oiseaux, dissipation du corps dans les airs), et pour finir, les apothéoses, auxquelles vient s’associer le thème du feu. Dans toute cette partie, l’approche des textes combine la théorie bachelardienne de l’imaginaire et le commentaire littéraire de type académique (ceci dit sans nuance péjorative). La troisième partie, au titre assez vague (« Le poème inépuisable ») est en quelque sorte la synthèse. Sa première sous-partie dégage les principales caractéristiques structurelles, temporelles, et stylistiques des récits de métamorphoses. La seconde sous-partie s’efforce de faire le lien d’un point de vue métalittéraire entre le récit de métamorphoses et l’esthétique littéraire de la variation pour mettre finalement en valeur, dans le dernier chapitre, la figure du poète dont le phénix est, pour H. Vial, l’image la plus accomplie. L’ouvrage s’achève par une importante série d’annexes (liste des récits de métamorphoses, bibliographie, index nominum, index des auteurs modernes, et surtout, index locorum).

3En dépit de ses qualités, l’ensemble n’est pas sans présenter quelques faiblesses structurales. Les deux premières parties manquent un peu d’axes problématiques et de progression logique. La seconde surtout, la plus volumineuse, se présente comme une juxtaposition d’explications de texte, souvent fines et pénétrantes dans le détail, mais auxquelles la subdivision « élémentale » ne donne qu’un cadre taxinomique dans lequel les extraits analysés s’enchaînent mécaniquement sans véritable idée directrice. L’absence de conclusion partielle vient confirmer de façon criante ce défaut de problématisation. La troisième partie est plus satisfaisante de ce point de vue, et sa première section est, de loin, la plus intéressante de l’ouvrage ; en fait, c’est elle qui aurait pu fournir le canevas de l’ensemble de l’étude. Mais à l’intérieur même de ce chapitre, des problématiques importantes ne sont qu’effleurées, qui auraient mérité de plus amples développements. Le traitement des effets de variation dans le rythme poétique (p. 389-392) laisse particulièrement le lecteur sur sa faim : une étude d’une œuvre poétique qui clame haut et fort son orientation prioritairement esthétique peut-elle évacuer purement et simplement la métrique en se contentant de dire qu’« une étude détaillée de la variation métrique montrerait sans doute son rôle central dans la composition du rythme du récit » (p. 392) ? Mais l’on touche ici à un problème institutionnel : celui des délais impartis aux thèses « nouveau régime », pour lesquelles les doctorants sont censés acquérir en un temps record ce que leurs aînés mettaient parfois plus de dix ans à atteindre : maîtrise du corpus et de la bibliographie, recul et hauteur de vues permettant une approche véritablement synthétique et problématisée, et éventuellement, compétences techniques spécifiques. Si l’on persiste à donner aux nouveaux doctorants des sujets du type thèse d’État des années cinquante, il est inévitable que le résultat pèche sur l’un ou l’autre plan.

4A ces critiques générales et relativement objectives, le recenseur en ajoutera une plus subjective, que d’autres lecteurs ne partageront pas forcément : le style dans lequel est rédigé cet ouvrage, à la fois volubile, foisonnant et sinueux (cf. par ex., p. 429-430, la phrase qui commence par « Nous dirions plutôt… »), et parasité par une multiplication incontrôlée des citations critiques (« comme le dit untel… », « comme le rappelle untel… », « selon l’expression d’untel… »), le tout aggravé par une mise en page assez compacte, n’en facilite guère la lecture. On a globalement l’impression que l’auteur aurait pu dire la même chose en beaucoup moins de mots ; mais ce n’était manifestement pas le but recherché.

5Si l’on fait la part des défauts « de jeunesse » découlant plus ou moins directement des contraintes propres au genre de la thèse nouveau régime, il n’en reste pas moins qu’H. Vial s’affirme comme une sérieuse spécialiste de l’œuvre d’Ovide, et que sa thèse est un jalon important dans les études ovidiennes en France. Le programme de l’Agrégation de Lettres Classiques tombe à point nommé pour en « doper » les ventes !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ripoll, « Hélène Vial, La métamorphose dans les Métamorphoses d’Ovide. Étude sur l’art de la variation », Pallas, 88 | 2012, 248-250.

Référence électronique

François Ripoll, « Hélène Vial, La métamorphose dans les Métamorphoses d’Ovide. Étude sur l’art de la variation », Pallas [En ligne], 88 | 2012, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/2616

Haut de page

Auteur

François Ripoll

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org