Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Louis Maurin et Milagros Navarro Caballero, avec la collaboration de D.Barraud, C.Brial et A.Zieglé, Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA). Bordeaux

Bordeaux, éd. Ausonius, 2010, 688 p.
Patrice Faure
p. 254-261
Référence(s) :

Louis Maurin et Milagros Navarro Caballero, avec la collaboration de D. Barraud, C. Brial et A. Zieglé, Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA). Bordeaux, Bordeaux, éd. Ausonius, 2010, 688 p.

Texte intégral

1Plus d’un siècle après les travaux essentiels de C. Jullian (Inscriptions romaines de Bordeaux, 1887 et 1890) et d’O. Hirschfeld (premier volume du tome XIII du Corpus Inscriptionum Latinarum, 1899), la publication par L. Maurin et M. Navarro Caballero du sixième volume des Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA) fournit un nouvel ouvrage de référence sur l’épigraphie de Bordeaux. La parution du livre marque aussi une étape importante dans l’avancement du corpus général des ILA, dont le dernier volume publié remontait à 2001 (ILA Pétrucores, par J.-P. Bost et G. Fabre). Comme le précise L. Maurin (p. 11-12), il s’agit de l’aboutissement d’un travail de longue haleine débuté en 1990 et facilité par la collaboration de divers collègues parmi lesquels figurent tout particulièrement D. Barraud, C. Brial et A. Zieglé. Le choix de l’interdisciplinarité est évidemment bienvenu, puisque les compétences des spécialistes d’archéologie et de sculpture apportent souvent des éclairages importants à la compréhension des monuments inscrits. Il traduit l’évolution d’une science épigraphique qui n’est plus centrée exclusivement sur les textes, mais qui sait aussi prendre en compte leur support matériel, leurs éventuels compléments iconographiques et leur contexte archéologique, lorsqu’il est connu. Le volume des ILA Bordeaux présente également un certain nombre d’innovations concernant la méthodologie épigraphique et le travail de rédaction d’un corpus. À ce titre, il s’inscrit à la fois dans la continuité d’une tradition disciplinaire forgée au cours des siècles passés, et dans une démarche prospective dont les partis-pris méritent d’être présentés et discutés.

2Le volume se compose essentiellement de deux grandes parties : une introduction (p. 19-158, dont la longueur tient pour une large part aux préoccupations nouvelles ou renforcées dont les textes sont désormais l’objet : voir déjà les ILA Lectoure par G. Fabre et P. Sillières, en 2000), suivie du corpus des inscriptions proprement dit (p. 159-602). L’ensemble est dévolu à l’étude de 396 textes, dont 394 proviennent de la ville même de Bordeaux (le volume comporte 398 numéros, mais deux autres inscriptions – n° 389 et 390 – faussement attribuées à Saint-Médard en Jalles ont été récemment identifiés comme romaines). Les deux seuls textes découverts sur le territoire de la cité sont une épitaphe chrétienne de 405 (n° 391) et une borne routière de Trajan (n° 392) mises au jour à Sainte-Croix-du-Mont et à Saint-Ciers. C’est dire combien l’épigraphie de la petite cité des Bituriges Vivisques (désormais B. V.) est une épigraphie urbaine qui justifiait, aux yeux des éditeurs, le titre d’ILA Bordeaux plutôt que celui d’ILA Bituriges Vivisques. Ce choix – auquel les Inscriptions romaines de Bordeaux de C. Jullian n’est sans doute pas étranger – rend mieux compte de la réalité épigraphique, tout en permettant une meilleure identification du volume, car nul ne contestera que le nom de Bordeaux est plus connu que celui des B. V. Faut-il y voir, également, la prolongation de la situation antique et la perpétuation plus ou moins consciente de l’affirmation de la ville sur ses environs ? Car ce choix, même justifié, contribue à maintenir dans l’ombre un territoire qui existait malgré tout et qui s’efface encore un peu plus derrière le chef-lieu, alors même que la désignation officielle de la cité fut celle de ciuitas ou de res publica Biturigum Viuiscorum durant tout le Haut-Empire (inscription n° 1 et p. 32). Là n’est toutefois pas l’essentiel.

3L’introduction de l’ouvrage comprend quatre chapitres qui offrent une synthèse claire et de qualité sur l’histoire et l’épigraphie de Bordeaux. Le premier d’entre eux (« La localisation et le contexte historique des inscriptions. Bordeaux et la cité gallo-romaine des B. V. », p. 19-50) permet de faire le point sur d’importantes questions historiques. Un premier problème tient au contexte de l’installation des B. V. sur l’estuaire de la Gironde où se situait l’emporion de Burdigala (p. 19-21). Sans se départir de la prudence requise, les auteurs suivent les hypothèses émises par J. Hiernard, qui propose de voir dans les Vivisques une fraction du peuple des Bituriges tardivement transférée du Berry dans le Bordelais, à l’issue de la guerre des Gaules et par décision de César. L’étude se poursuit avec un rapide essai de délimitation du territoire de la cité, essentiellement fondé sur l’examen des limites des diocèses médiévaux (p. 21-28, avec deux cartes). Cet exercice toujours délicat n’est pas déterminant pour la définition du corpus épigraphique proprement dit, compte tenu de l’extrême rareté des inscriptions découvertes hors de Bordeaux. Au Haut-Empire, ce territoire devait s’étendre sur les deux rives de la Garonne et se trouvait divisé en pagi (parmi lesquels figurait le pagus Medulicus ou Médoc). Comme le soulignent les auteurs (p. 28), la cité des B. V. se composait alors d’un « territoire exigu » et d’une « ville dynamique » dont le corpus épigraphique traduit « la prépondérance écrasante de la ville ». Suit une mise au point sur les institutions de la cité des B. V. (p. 28-35), que Pline l’Ancien présente comme « libres » : Bituriges liberi cognomine Viuisci (NH, 4, 108). Une dédicace à Auguste et au Génie de la cité des B. V. (n° 1) conduit à placer sa fondation officielle sous le règne du premier empereur. À notre avis, les auteurs ont raison de ne pas considérer l’absence actuelle de mention des B. V. dans le dossier épigraphique du Confluent, comme une conséquence de leur absence au sanctuaire fédéral et comme l’indice d’une constitution de la cité postérieure à 12 av. J.-C. La communauté bénéficia ensuite du droit latin, mais ses institutions municipales demeurent très mal connues et l’épigraphie n’apporte que fort peu d’éléments d’appréciation.

4Le même constat s’impose en ce qui concerne le statut éventuel de capitale provinciale de Burdigala (p. 34-35). Bien établie pour l’Antiquité tardive, cette situation est encore discutée pour le Haut-Empire, car Saintes – voire Poitiers – sont parfois considérés comme d’autres candidats à ce titre (voir en dernier lieu P. Le Roux, La toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Occident, Rennes, 2011, p. 649-660, qui plaide pour Bordeaux). En se fondant sur l’inscription n° 31 (une dédicace à Gordien Ier qui découlerait de l’initiative du gouverneur), les auteurs estiment « très probable » que Bordeaux ait été capitale provinciale au iiie siècle au moins. Ils versent également les inscriptions n° 35 et 36 (épitaphes d’un soldat de la IIe légion Parthique et d’un licteur) au dossier du personnel du gouverneur, ce qui demeure incertain. Si la nature du licteur a déjà été discutée par divers spécialistes, le rattachement éventuel d’un soldat de la IIe Parthique à l’officium du gouverneur d’Aquitaine mérite tout autant de l’être. Il est vrai que le manque d’informations invite à ne pas se montrer catégorique. Mais il serait étonnant de trouver à Bordeaux, dans un emploi administratif, un membre de cette légion « italienne », créée par Septime Sévère et largement employée durant les déplacements impériaux. Comme les auteurs l’envisagent eux-mêmes dans la notice, la découverte de l’épitaphe à Bordeaux pourrait aussi découler d’une origine locale de la famille, sans que l’on puisse exclure d’autres explications. Il conviendrait enfin d’envisager la présence d’un texte perdu entre mil(iti) leg(ionis) II Part(hicae) (l. 1) et qui uix(it) ann(is)… (l. 2). Cette restitution, justifiée par la mise en page du texte, pouvait logiquement faire place à des surnoms de la légion (qui fut pia felix fidelis aeterna dès le règne de Caracalla et qui reçut encore des titres honorifiques impériaux comme Antoniniana, Seueriana ou Gordiana) et/ou à la centurie du défunt (généralement indiquée, dans cette légion, par le titre du centurion plutôt que par son nom : (centuria) III pil(i) prio(ris), par exemple, comme dans AE 1993, 1582). Le chapitre 1 se poursuit par une mise en parallèle de l’épigraphie et des connaissances archéologiques relatives à Bordeaux sous le Haut-Empire (p. 35-44, avec un plan des vestiges et une superficie maximale estimée à 140 ha au tournant des iie et iiie siècles). L’exercice, qui permet de retracer les principales étapes du développement urbain et architectural, montre à la fois l’apport et les limites de la documentation épigraphique à la reconstitution de la ville antique. En ce qui concerne le port, si important pour le développement de Burdigala, les inscriptions ne livrent aucun renseignement sur ses infrastructures, mais laissent transparaître son activité par le biais des nombreux textes relatifs à la présence et aux affaires commerciales des étrangers installés sur l’estuaire de la Gironde. Enfin et bien évidemment, le contenu des inscriptions de Bordeaux – constitué d’épitaphes pour plus de 80 % – est intimement associé aux espaces funéraires du Haut-Empire. Malheureusement, le remploi dans le rempart de la quasi totalité d’entre elles empêche de les associer avec précision à leur contexte topographique antique. Dans l’Antiquité tardive (p. 44-50), la cité changea de nom au ive siècle pour devenir la ciuitas Burdigalensium. C’est une nouvelle manifestation de la domination de la ville sur son territoire et de l’importance de son port. Cette évolution procède également des changements administratifs intervenus à partir de la fin du iiie siècle, au gré desquels Bordeaux gagna le statut de capitale de l’Aquitaine Seconde et de capitale du diocèse de Gaule méridionale. C’est enfin à cette époque, marquée par une sévère rétraction de l’espace urbain à seulement 32 ha, que fut érigé le rempart dans lequel tant de monuments funéraires furent intégrés avant d’en être dégagés bien plus tard, à partir du xve siècle. Mais alors qu’Ausone chantait la grandeur de sa patrie, la pratique épigraphique semble avoir presque disparu à Bordeaux dès le début du ive siècle.

5Après ce parcours dans l’histoire de la ville et de son territoire, les auteurs ont choisi de consacrer le chapitre 2 de l’introduction (« Onomastique et statut personnel à Bordeaux et dans la cité des Bituriges Vivisques d’après les inscriptions », p. 51-82) à un sujet entièrement lié à l’exploitation du corpus épigraphique constitué par leurs soins. Comme ils le précisent eux-mêmes, la place tenue par ces questions découle des progrès accomplis depuis une trentaine d’années par l’étude des noms de personnes dans le monde romain. En France, d’autres corpus épigraphiques récents avaient déjà réservé une place importante aux commentaires onomastiques (voir par exemple les volumes viennois des Inscriptions latines de Narbonnaise, par B. Rémy et ses collaborateurs, en 2004 et 2005), sans parler des ouvrages fondamentaux publiés sous la direction de M. Dondin-Payre et de M.-Th. Raepsaet-Charlier. Ces réflexions, qui renouvellent en partie le questionnaire appliqué à des textes funéraires souvent très secs, permettent dans le même temps des observations sur les statuts juridiques des personnes, ainsi que sur les contacts culturels et les phénomènes linguistiques à l’œuvre en Gaule romaine. Ils prennent place dans le cadre de réflexions elles aussi largement renouvelées depuis deux décennies sur la « romanisation » et l’« intégration » des communautés et des individus dans le monde romain. Il s’agit là d’une tendance lourde dans l’évolution de la conception des corpus épigraphiques, qui ne peuvent plus ignorer l’importance de l’onomastique. Il convient cependant de rappeler que ces sujets difficiles doivent être traités non seulement avec la plus grande rigueur, mais également avec la plus grande prudence, car les risques de contre-sens et de surinterprétation ne sont pas minces. Ils exigent aussi des épigraphistes une formation exigeante et une attention constante aux progrès de la discipline (voir en dernier lieu M. Dondin-Payre dir., Les noms de personnes dans l’Empire romain, Bordeaux, 2011). Conscients de ces enjeux, les auteurs du corpus bordelais ont mené une discussion complète sur l’onomastique des habitants de la ville, dont nous ne relèverons que les aspects les plus saillants. Pour l’essentiel, le dossier se compose de noms gravés sur des épitaphes datées entre 150 et 250 dans un milieu urbain. Contrairement à ce qui arrive souvent, ces textes ne relèvent pas en premier lieu des notables, mais de milieux plus populaires. À ce titre, les auteurs estiment qu’ils constituent un « remarquable conservatoire de l’onomastique indigène », ce qui confère une originalité et un intérêt particuliers au dossier bordelais. Un autre trait fréquent tient à la mention du seul nom d’usage dans nombre de textes, même en cas d’accès à la citoyenneté. Il s’ensuit la difficulté de préciser le statut exact des personnages mentionnés par une onomastique uninominale (p. 65-69). Le corpus fait apparaître une large majorité de citoyens romains, sans que la part des pérégrins soit négligeable. Un beau dossier est également constitué par les attestations d’une cinquantaine d’étrangers à Bordeaux (mentions regroupées dans le tableau présenté p. 70-71). Déterminée en premier lieu par l’activité commerciale du port, cette présence a engendré plusieurs flux migratoires contemporains ou successifs, issus de la péninsule Ibérique, de Trèves et de Bretagne, des cités des Gaules (pour les deux tiers de l’ensemble) et plus rarement de Grèce et d’Orient. Sur un plan général, le répertoire onomastique livré par la documentation bordelaise est l’objet d’une analyse rigoureuse inspirée des principes et des méthodes définis et sans cesse affinés par les spécialistes. Cette recherche approfondie met au jour certains phénomènes linguistiques décelables dans l’onomastique des B. V. et montre la romanisation progressive mais profonde de la cité et de ses habitants. Elle conduit à conclure que « dans le processus de romanisation, l’onomastique italienne n’a pas servi de marqueur d’appartenance au monde romain. À défaut d’une tradition italienne, la latinisation des dénominations pérégrines, et ensuite celle des nomenclatures citoyennes, se sont faites sur les bases locales, donc celtiques, influencées par le prestige de la romanité. Les caractéristiques des noms énumérés tout au long du corpus ne sont pas le fruit d’un celtisme volontaire mais, au contraire, de l’utilisation de noms locaux pour s’apparenter aux critères sociaux romains d’identification personnelle » (p. 82).

6Dans la lignée de son prédécesseur, le chapitre 3 (« la chronologie des inscriptions romaines de Bordeaux », p. 83-115) est tout aussi significatif des progrès méthodologiques accomplis par la discipline épigraphique. Au-delà des résultats concrets de l’enquête (les trois quarts des inscriptions ont été gravées entre 150 et 270 environ : voir les « tableaux des datations » proposés dans les annexes des p. 147-158), c’est bien la démarche employée qui retient l’attention. Après avoir défini une typologie et une chronologie des monuments funéraires fondée sur leur architecture et leur décor (p. 83-100, avec dessins p. 90-91 et 94-95 : notons à ce propos l’importance des monuments « à personnages », qui présentent des portraits des défunts et qui furent étudiés par F. Braemer, Les stèles funéraires à personnages de Bordeaux (Ier-iiie siècles). Contribution à l’histoire de l’art provincial sous l’empire romain, Paris, 1959, dont les propositions de datation sont partiellement modifiées par ce nouvel examen), les auteurs et leurs collaborateurs ont croisé les données obtenues avec le style de l’écriture (p. 100-103) et les critères de datation proprement épigraphiques constitués par le formulaire des épitaphes (p. 103-111). Malgré toutes les incertitudes que présentent le contenu des documents eux-mêmes et la teneur de certaines conclusions, il s’agit d’une voie à suivre toujours plus avant (en intégrant, chaque fois que cela s’avère possible, une étude approfondie des matériaux et de leur provenance : voir n° 19 ainsi que ILA Lectoure, p. 108-111), car elle envisage les monuments inscrits comme un tout, dans un contexte qui dépasse leur seule dimension écrite. Elle rapproche l’épigraphiste des realia de la fabrication d’un monument lapidaire, en lui rappelant que ses très chères inscriptions ne jouaient parfois qu’un rôle secondaire dans leur composition générale.

7Le chapitre 4 (« La découverte et la transmission des inscriptions. Les inscriptions perdues », p. 117-146) est le dernier de l’introduction. Il se recommande à la fois par le respect de la tradition d’un « historique de l’épigraphie » attendu dans tout corpus, et par une approche originale marquée par l’attention particulière accordée aux inscriptions perdues. Le lecteur y trouve une présentation complète des savants, des œuvres et des institutions (Académie de Bordeaux, Société archéologique de Bordeaux, mais aussi Musée d’Aquitaine pour la conservation des pierres) qui ont contribué à l’étude des inscriptions de la ville du xvie siècle à nos jours. Comme il se doit, une dette particulière est reconnue envers C. Jullian et O. Hirschfeld, dont les travaux de très grande qualité ont été indispensables aux auteurs des ILA Bordeaux. La préservation d’une importante collection épigraphique bordelaise est due en partie au souci de tous ces hommes, qui ont accordé une juste attention aux pierres extraites du démantèlement de l’enceinte urbaine (saluons à ce titre l’heureuse nouvelle que constitue l’entrée de M. Navarro Caballero dans cette galerie aussi illustre que masculine). Afin de mieux établir les textes et à l’exemple de C. Jullian, les auteurs des ILA Bordeaux se sont montrés attentifs à l’évaluation des qualités propres à chaque érudit, en mettant les transcriptions de ces derniers à l’épreuve des inscriptions aujourd’hui conservées. Mais l’effort principal de L. Maurin et de M. Navarro Caballero a surtout porté sur les inscriptions perdues depuis leur découverte dans le rempart et sur la transmission qui en a été assurée par leurs prédécesseurs (plans et tableau des dates et des circonstances de découverte, p. 119-124). La part importante de textes perdus (30 % du corpus) et le nombre anormalement élevé d’hapax qu’ils comportent (et qui doivent s’expliquer pour partie au moins par des lectures fautives) les ont incités à introduire une nouveauté dans le mode de classement des inscriptions. Le corpus épigraphique proprement dit (p. 159-602, avec principes de publication p. 13-18) demeure marqué par une organisation thématique classique (dieux, déesses, prêtres et choses religieuses ; empereurs et maisons impériales ; vie publique ; épitaphes…, ces dernières étant rangées dans l’ordre alphabétique de l’onomastique, contrairement au choix de C. Jullian). Mais l’innovation principale est la division, lorsqu’il y a lieu, de chacune de ces rubriques en deux parties : les « inscriptions conservées » d’une part et les « inscriptions perdues » d’autre part. Ce choix rappelle au rédacteur et à son lecteur que les conditions d’analyse et d’exploitation historique d’une inscription perdue sont particulières. Il donne aussi une acuité plus grande à certaines observations (à condition de bien recourir aux manuscrits originaux) et une cohérence plus forte à certains passages du volume, où se succèdent des inscriptions relevées par les mêmes érudits, dont les qualités et les défauts apparaissent plus nettement. En ce qui concerne le corpus étudié, l’adoption de ce principe semble facilitée par deux faits : la provenance bordelaise quasi exclusive des inscriptions et la très forte proportion d’épitaphes. Dans le cas de corpus qui présenteraient une plus grande variété géographique et typologique, la division introduite pourrait contribuer à fragmenter un peu plus l’ensemble. Car il faut aussi souligner l’intérêt et la commodité que peut présenter le regroupement sur quelques pages consécutives de toutes les dédicaces à une même divinité, de toutes les inscriptions de soldats, de tous les défunts portant le même gentilice… Il appartient désormais aux épigraphistes et aux rédacteurs de corpus de réfléchir à l’intérêt de cette pratique, qui présente aussi des inconvénients. Faut-il travailler ainsi dans l’élaboration du corpus, mais présenter ce dernier selon les usages traditionnels ? Il serait aussi envisageable de recourir ou non à cette bipartition en fonction de la nature intrinsèque de chaque corpus. Mais la question qui se pose alors et celle de la cohérence avec d’autres volumes d’une même série. Dans celle des ILA, le volume bordelais est le premier à procéder ainsi. Or ce même volume, organisé selon les normes PETRAE adoptées pour l’ensemble de l’entreprise (voir p. 16-17), est une bonne illustration de l’intérêt d’un travail soumis à l’adoption de règles fixes et très rigoureuses. Il donne naissance à des notices où se côtoient, comme il se doit, description complète du support, établissement précis du texte (avec un état majuscule et minuscule suivi d’une une traduction) et commentaire approfondi. Le tout accompagné d’excellentes photographies, dessins ou fac-similés. Ces quelques réflexions générales en appellent trois autres, relatives au contenu même des corpus provinciaux (comme les ILA ou encore les ILN, pour s’en tenir aux entreprises françaises) et à l’esprit dans lequel ils sont pensés. Le principal problème est sans doute celui de la place à donner à l’instrumentum domesticum, qui n’a pas été ignoré dans d’autres volumes des ILA. Sur ce point, la position des auteurs est la suivante (p. 14) : « pour l’instrumentum, nous n’avons pas retenu les cachets (sur céramique, sur bois), puisqu’il ne s’agit pas de textes originaux, mais qui peuvent être répétés à l’identique en un grand nombre d’exemplaires. En revanche, nous avons retenu les matrices, objets uniques, dans le cas de deux cachets d’oculistes. Nous avons laissé de côté les graffites sur céramique qui avaient été l’objet de publications récentes et nous avons choisi, avec les n° 393-395 et 398, des documents remarquables par leur originalité et leur intérêt. » Il ne s’agit donc pas d’un traitement exhaustif, comme pour les inscriptions lapidaires, mais de choix subjectifs dont les logiques peuvent se comprendre lorsque le lecteur en est averti. Mais une fois le beau volume des ILA Bordeaux refermé, les noms de personnes livrés par ces documents (souvent fort difficiles à lire) seront versés dans les répertoires onomastiques ou les banques de données épigraphiques en ligne, alors que d’autres, eux aussi gravés sur de l’instrumentum, ne le seront pas. Les auteurs ont le mérite d’attirer l’attention sur ce type de textes et personne ne contestera l’intérêt historique présenté par les graffites et autres estampilles, que l’épigraphiste ne peut plus ignorer. Mais à notre avis, cette importance justifie plutôt d’en dresser des corpus aussi exhaustifs que possible, et non une simple sélection. Tâche souvent immense dans certaines cités et qui demanderait peut-être d’être menée non pas dans le cadre des corpus lapidaires en cours, mais dans celui d’une autre série spécialement dévolue à cette documentation (sur le modèle des Roman Inscriptions of Britain, par exemple, ou du volume récent des Tituli Aquincenses). Il faudrait, pour ce faire, renforcer la formation des épigraphistes débutants ou confirmés dans ce domaine trop souvent négligé parce que difficile. Des progrès importants, auxquels a participé notamment l’épigraphiste bordelais Jean-Pierre Bost (qui a préfacé les ILA Bordeaux, p. 9-10), ont été faits en ce sens durant les dernières années. On signalera, par exemple, la publication récente et en français, par G. Féret et R. Sylvestre, des Graffiti sur céramique d’Augusta Raurica (Augst, 2008). L’avenir dira si les moyens matériels, l’énergie et les compétences humaines permettront d’aller plus avant, alors même que la publication des corpus dévolus aux inscriptions lapidaires d’une seule province s’étale déjà sur des décennies (mais la prise en compte de l’instrumentum les ralentirait encore !). En attendant, il convient de bien réfléchir aux intérêts et aux inconvénients d’une intégration partielle de l’instrumentum dans les corpus en cours. En ce qui concerne les ILN, pour lesquelles le problème se pose tout autant (voir notamment la prise en compte des graffites sur tuiles et enduit mural de Châteauneuf dans ILN Vienne, V, 2, 463-500 et 502-511), il a été récemment décidé de maintenir le principe général de son exclusion. Deux autres points, moins fondamentaux, touchent encore à la définition du contenu du corpus. La position des auteurs vis-à-vis des inscriptions chrétiennes peut paraître plus ou moins justifiée : « le corpus comprend les inscriptions du Haut et du Bas-Empire romain jusqu’à l’installation des Wisigoths en Aquitaine en 418, les textes de l’Antiquité tardive, uniquement chrétiens, s’inscrivant dans un autre domaine de l’épigraphie » (p. 13). Le choix de ce terminus ante quem peut éventuellement se comprendre, mais fallait-il forcément intégrer les inscriptions chrétiennes antérieures ? De même, est-il tout à fait cohérent de trouver dans le volume consacré aux inscriptions latines de Bordeaux, l’épigramme funéraire de Lucilla (n° 284) et un fragment (n° 364) rédigés en grec (et non pas bilingues) ? Il faut bien entendu savoir faire preuve de souplesse, mais ces remarques posent tout de même la question de l’articulation entre les ILA, le Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule (RICG, dont le dernier volume paru remonte cependant à 1997) et les Inscriptions grecques de la France (IGF, par J.-Cl. Decourt, Lyon, 2004). Le lecteur aura toutefois compris que ce ne sont ni le support, ni la langue, ni la religion, ni la chronologie, ni le territoire qui ont le plus importé dans la définition du corpus : le critère qui l’emporte sur tous les autres, c’est Bordeaux. Les auteurs, soucieux de traiter au mieux de l’épigraphie et de l’histoire de la ville, ont fait des choix qui se comprennent, même s’ils peuvent sembler plus ou moins clairs de prime abord et même s’ils constituent parfois de légères entorses à certains principes (causées d’ailleurs par un très petit nombre de textes). Une fois ce parti pris et assumé, et afin d’être plus complet encore, n’aurait-il pas été possible d’ajouter en annexe d’ultimes notices consacrées aux deux attestations extérieures de Bordelais (tous deux militaires : ILAfr. 152 = ILTun. 454 b et ILAlg. I, 3535c) ? Pour en finir avec les questions de fond que pose aujourd’hui la rédaction de corpus épigraphiques, il convient d’évoquer brièvement celle du rapport avec les bases de données informatiques. Conçu dans le foyer de développement du système PETRAE, les ILA Bordeaux gagneraient à être consultables en ligne, de manière partielle au moins (afin de ne pas mettre en péril le devenir des corpus imprimés, qui par leur maniabilité rendent aussi de très grands services). Il faut espérer que cette tâche sera menée à bien dans le futur, notamment pour les volumes des ILA et des ILN publiés à ce jour.

8Après ces remarques, nous achèverons ce parcours en faisant quelques observations aussi ponctuelles que subjectives sur les 543 pages du corpus, afin d’attirer l’attention sur des documents particulièrement intéressants ou dont l’interprétation pourrait encore être améliorée. Soulignons avant tout que le corpus des ILA Bordeaux présente cinq textes inédits, tous fragmentaires, avec un doute sérieux sur le caractère antique de l’un d’entre eux (n° 363). Le n° 11 relève d’une dédicace votive à Mercure ; le n° 132 de l’épitaphe de Iulia [---] ; le n° 368 d’une inscription de nature mal identifiée et le n° 369 d’une inscription monumentale. Parmi les textes et dossiers remarquables, déjà évoqués pour certains, figurent entre autres la dédicace à Auguste et au Génie de la cité des B. V. (n° 1), les dédicaces à la Tutelle (n° 17-18bis et 19, cette dernière pour la démarche d’un commerçant originaire de York), le poème à Onuaua (n° 29), les inscriptions fragmentaires du mont Judaïque (n° 32-34, associées aux piédestaux de statues de princes julio-claudiens et vraisemblablement intégrées à un ensemble monumental), les legs testamentaires d’équipements hydrauliques dus à C. Iulius Secundus (n° 38-41 b), l’épitaphe du negotiator scaenicus Aurelius Paedocaeus (n° 68) et de la Trévire Domitia (n° 107, pour sa datation et pour la question des débuts du christianisme à Bordeaux), l’inscription « des compagnons de bouteille » (n° 123, qui ravira les amateurs de bordeaux avec une minuscule), l’épitaphe de C. Sulpicius N[---] (n° 214, dont la fonction de cornicen est révélée par l’image), la liste comptable inscrite sur une feuille de plomb (n° 395, voir ci-dessous), ainsi que les mentions occasionnelles de métiers (comme le n° 70, pictor, ou le n° 198, sculptor représenté par un beau relief), le dossier des étrangers (comme les n° 109 et 155) et celui des monuments « à personnages » (n° 199 et 218, par exemple). Pour ce qui est des menues suggestions, faut-il exclure, au n° 26, la lecture Deo inuicto M(ithrae) (cf. CIL XIII, 11608) ? En ce qui concerne le texte n° 69, outre la mention très probable d’un grade et d’une unité aux l. 3-5, il faut envisager la lecture conm(anipularis) à la dernière ligne (cf. CIL VI, 2503 ; RIU 2, 337). Il s’agirait d’un argument supplémentaire en faveur d’un statut militaire qui s’accommoderait tout aussi bien d’une éventuelle origine danubienne, pour le iiie siècle (les auteurs datent l’inscription de la période 181-220, sans qu’une datation plus basse paraisse exclue). Au n° 365 et autant que l’on puisse en juger à partir de la photographie, est-il certain que le décor représente un sanglier plutôt qu’un ours ? Enfin, au début du texte A2 de la liste comptable (n° 395), les mots contingere omnes intente doivent constituer le début de Virgile, Aen., 2, 1 (conticuere omnes intentique ora tenebant) et relever d’un exercice sans rapport avec le reste du document (voir AE 2008, 891). Une bibliographie (p. 603-616), une liste des inscriptions (p. 617-626), un index des voies, places et monuments de Bordeaux (avec mention des textes qui y ont été découverts, p. 627-631), un index épigraphique (p. 633-682) et des tables de concordances (p. 683-688) prennent encore place à la fin du volume. Tout au long de ce dernier, le lecteur appréciera l’usage de tableaux, de cartes et de plans qui rassemblent commodément la documentation et qui fournissent des repères essentiels. Il reste à conclure en soulignant les mérites des auteurs et de l’éditeur, car la qualité de la recherche est encore rehaussée par celle du livre, superbement réalisé. Ce faisant, les ILA Bordeaux sont aussi un hommage à la ville, comme le souligne J.-P. Bost dans sa préface (p. 9) et à tous ceux qui, comme C. Jullian, ont œuvré à la connaissance de son passé. En apportant leur contribution à la réflexion sur les pratiques modernes de rédaction d’un corpus épigraphique, L. Maurin et M. Navarro Caballero ont fait plus que fournir un « complément » ou une « mise à jour des IRB » (p. 145). Ils ont aussi atteint « ce qui est, en définitive, le but de ce corpus, la réunion de matériaux pour l’histoire d’une société provinciale sous le Haut-Empire romain » (p. 146).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Faure, « Louis Maurin et Milagros Navarro Caballero, avec la collaboration de D.Barraud, C.Brial et A.Zieglé, Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA). Bordeaux », Pallas, 88 | 2012, 254-261.

Référence électronique

Patrice Faure, « Louis Maurin et Milagros Navarro Caballero, avec la collaboration de D.Barraud, C.Brial et A.Zieglé, Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA). Bordeaux », Pallas [En ligne], 88 | 2012, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/2620

Haut de page

Auteur

Patrice Faure

Université Jean-Moulin Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org