Navigation – Plan du site
I. Imiter les sons dans l’antiquité

Vocalisme et consonantisme expressifs dans le vocabulaire des sons inarticulés en grec ancien

Expressive vocalism and consonantism in words denoting inarticulate sounds in Ancient Greek
Éric Dieu
p. 15-30

Résumés

Le présent article propose une présentation synthétique de divers procédés expressifs qui apparaissent, en grec ancien, dans le vocalisme et le consonantisme de formes dénotant des sons inarticulés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Saussure, 1916, p. 100-102. Comme l’indiquait bien F. de Saussure lui-même (p. 101-102), il ne (...)

1L’expressivité, qui constitue une exception au principe général, bien reconnu par Ferdinand de Saussure, de l’arbitraire du signe1, en ceci qu’elle associe certains types de sons à un sens plus ou moins spécifique, est un phénomène très largement répandu dans le vocabulaire des sons en grec ancien. La présente étude se propose d’établir une synthèse raisonnée de diverses approches de l’expressivité du vocabulaire en grec ancien, principalement dans la langue homérique où le vocabulaire relatif aux sons est particulièrement abondant : cette synthèse concernera tout d’abord le vocalisme expressif, puis le consonantisme expressif, et, enfin, la présence de suffixes ou de finales qui peuvent être considérés comme expressifs dans plusieurs groupes de formes appartenant au vocabulaire des sons.

2L’approche, par nécessité, sera à la fois synchronique et diachronique. De fait, certaines formes d’origine expressive ont pu s’intégrer secondairement dans un système cohérent qui ne laisse plus clairement reconnaître leur origine expressive ; et, inversement, d’autres formes non expressives, qui disposent d’une étymologie indo-européenne parfaitement établie, ont pu se laisser rattacher à des séries productives d’origine largement expressive et, par là même, devenir elles-mêmes, en synchronie, des formes expressives. Comme le remarquait F. Létoublon (1988, p. 138-139), si la notion d’onomatopée (ou, plus largement, d’expressivité) peut paraître claire en synchronie, elle ne l’est pas en diachronie ; l’auteur va jusqu’à pencher, par le biais d’une formulation peut-être un peu trop systématique, pour une « théorie de l’évolution cyclique généralisée de l’onomatopée au lexème et du lexème à l’onomatopée », au moyen des exemples suivants :

  1. Pour l’évolution de l’onomatopée vers le lexème, elle évoque, dans les langues germaniques, la lexicalisation de l’interjection issue du germanique commun *wai (cf. latin uae dans un tour comme uae uictis ! « malheur aux vaincus ! »), qui se retrouve en allemand moderne dans le lexème Weh « douleur » à côté d’un tour de type interjectif Weh mir ! « malheur à moi ! » (cf. aussi angl. woe, qui était employé autrefois comme substantif et comme interjection).

    • 2 Cf. DHLF, p. 35.

    En ce qui concerne l’évolution du lexème vers l’onomatopée, ou simplement l’expressivité, F. Létoublon cite le cas du français aïe, qui serait issu, selon l’analyse qu’elle retient, du latin tardif aiuda ; il s’agirait d’un cri d’appel au secours peu à peu désémantisé, et remontant au verbe latin adiutāre « aider », fréquentatif de adiuuāre « aider ». Toutefois, sans invalider aucunement l’idée générale défendue par F. Létoublon, cet exemple précis peut être contesté, car on admet le plus souvent que le français aïe serait plutôt une variante graphique, datant du xve siècle, de ahi (1080), combinaison des interjections a, ah et hi2. Mais d’autres exemples pourraient être pris, tels que ceux qu’évoquait F. de Saussure (1916, p. 102) lorsqu’il indiquait que « des mots comme fouet ou glas peuvent frapper certaines oreilles par une sonorité suggestive ». De fait, en diachronie, ces mots français ne présentent rien d’expressif : fouet est un dérivé diminutif de l’ancien français fou « hêtre », qui remonte au latin fāgus « hêtre » (dans le diminutif, on est passé du sens de « *petit hêtre » à celui de « *baguette de hêtre ») ; quant à glas, ce mot provient du latin populaire *classum, répondant au latin classique classicum « sonnerie de trompette ». Ainsi, comme le conclut F. de Saussure à propos de ces mots, « la qualité de leurs sons actuels, ou plutôt celle qu’on leur attribue, est un résultat fortuit de l’évolution phonétique ».

3Il importera donc, dans ce qui va suivre, de démêler ce qui, dans les formations expressives qui seront mentionnées, relève d’une expressivité héritée, de ce qui peut être tenu pour une expressivité nouvelle à partir d’une origine indo-européenne non expressive.

1. Vocalisme expressif

4Dans une étude magistrale consacrée aux verbes de sonorité à vocalisme expressif en grec ancien, J.-L. Perpillou a clairement mis en évidence l’existence d’un rapport, dans ce type de formations, entre le timbre vocalique radical et le sens des formes concernées. Le principe général en est le suivant :

« Les timbres vocaliques s’orientent vers une articulation fermée d’avant pour de petits bruits envisagés favorablement, et vers une articulation vélaire pour des sons plus forts à connotation pénible ou défavorable, le timbre a exprimant de son côté une grande sonorité, celle du vacarme. » (Perpillou, 1982, p. 233 = 1996, p. 6)

  • 3 Ces passages sont cités par J.-L. Perpillou, 1982, p. 234 = 1996, p. 7.

5Ce type de rapport entre le signifiant et le signifié se trouvait déjà évoqué, sous une forme préscientifique, dans le Cratyle de Platon : le i serait caractéristique de la petitesse, de la légèreté, le a de la grandeur, le o de la grosseur. La valeur expressive de ces phonèmes y est évidemment liée à la réalité articulatoire : on a une aperture minimale dans i, une aperture maximale dans a, et une émission vélaire arrondie dans o. On peut citer notamment, à cet égard, les deux passages suivants du Cratyle3 :

Cratyle, 426e : τῷ δὲ αὖ ἰῶτα πρὸς τὰ λεπτὰ πάντα « mais d’autre part, c’est l’i pour tout ce qui est léger. » (trad. Robin)

Cratyle, 427c : τὸ δ’ αὖ ἄλφα τῷ “μεγάλῳ ἀπέδωκε, καὶ τῷ μήκει τὸ ἦτα, ὅτι μεγάλα τὰ γράμματα, εἰς δὲ τὸ γογγύλον τοῦ οὖ δεόμενος σημείου, τοῦτο πλεῖστον αὐτῷ εἰς τὸ ὄνομα ἐνεκέρασεν « Si [celui qui a établi les noms] a enfin fait cadeau de l’a à mégas, « grand », de l’è à mècos, « la longueur », c’est que ce sont des lettres d’importance, comme d’autre part il avait besoin de l’o pour le « rond », gongulon, c’est à cette lettre qu’il a, pour former le nom, donné dans la combinaison le rôle principal. » (trad. Robin modifiée)

  • 4 Voir Perpillou, 1982, p. 239-241 = 1996, p. 12-13.
  • 5 Cf. DELG, p. 199.
  • 6 Cf. DELG, p. 1140.
  • 7 Sur cette association d’Héra à l’image de la chienne, voir en particulier Lamberterie, 1994, p. 30 (...)

6Prenons en premier lieu l’exemple de formes à υ radical. Selon J.-L. Perpillou4, ces formes dénotent des bruits ou sons rauques, forts ou assourdis, exprimant un déplaisir, voire une menace. Leurs origines sont diverses, mais l’ensemble de ces formes donne l’impression, en synchronie, d’un système cohérent. On y trouve des formes d’origine clairement onomatopéique, comme ἰύζω (cf. ἰού, qui apparaît notamment comme cri de douleur), verbe qui, dans les poèmes homériques, s’applique au cri de chiens et d’hommes pour écarter un lion (Il. 17, 66) ou au cri d’hommes et de femmes qui pourchassent un oiseau rapace (Od. 15, 162), ou encore comme μύζω, verbe associé à l’idée de grommellements, de maugréements (ceux d’Héra à l’égard de Zeus dans Il. 4, 20, avec le préverbe ἐπι-), et qui repose sur l’onomatopée μῦ (cf. notamment Ar., Cav. 10, dite deux fois six fois [μυμῦ] sur un ton plaintif). D’autres formes expressives peuvent être citées ici, sans que soit attestée une onomatopée sur laquelle elles reposeraient : par exemple, βέϐρῡχα, forme de parfait qui suppose un grondement connoté de danger, à savoir celui des vagues (Il. 17, 264 ; Od. 5, 412 et 12, 242), ou le grondement de douleur d’un guerrier blessé (Il. 13, 393)5, ou bien τρύζω, verbe qui, chez Homère, est dit d’hommes qui bavardent de manière importune (Il. 9, 311), et qui, par la suite, dénote plus généralement des gargouillements (Corpus hippocratique) ou des roucoulements d’animaux (Théocrite, Pollux)6. Il faut également ajouter à ces cas de figure celui d’une forme qui, en synchronie, peut être rattachée à ce système, mais qui, en diachronie, présente un υ radical qui n’est nullement d’origine expressive. Il s’agit de σκύζομαι, verbe qui, dans l’Iliade, s’applique à des grondements dignes de ceux d’un chien, dans un passage où Zeus s’adresse à Héra (Il. 8, 482-483)7 :

Oὔ σευ ἔγωγε
σκυζομένης ἀλέγω, ἐπεὶ οὐ σέο κύντερον ἄλλο.
« De tes grondements, moi, je ne me soucie pas : il n’est pas plus chien que toi. » (trad. Mazon modifiée)

  • 8 Voir Perpillou, 1982, p. 240 = 1996, p. 12.
  • 9 En dehors du baltique, sans *s-, cf. grec κυδάζομαι (Epich., Tragiques) « injurier, insulter », vie (...)
  • 10 Cf. Lamberterie, 1994, p. 27.

7On peut remarquer, dans ce passage, le rapprochement entre le verbe σκύζομαι et le comparatif κύντερος « plus chien ». Un tel rapprochement avec le nom du chien se retrouve chez Hésychius : σκύζουσιν· ἡσυχῇ ὑποφθέγγονται, ὥσπερ κύνες (σκύζουσιν : « ils grognent tout bas, comme des chiens »). On trouve ailleurs chez Homère, plus généralement, pour ce verbe, l’idée de murmures et de grommellements liés à un sentiment de mécontentement (Il. 4, 23 ; 24, 113). Selon J.-L. Perpillou8, qui suivait P. Chantraine (DELG, p. 1023), ce verbe reposerait sur une onomatopée, tout en devant, à l’intérieur du grec, être mis en rapport avec le nom du chien, κύων, et celui du chiot, σκύλαξ. Mais, comme l’a montré d’une manière décisive Ch. de Lamberterie (1994, p. 25-26, avec bibliographie), σκύζομαι, de même que le verbe σκυδμαίνω (Hom.) « murmurer, gronder, grogner, protester, se plaindre », remonte en réalité au degré zéro *skud- d’une racine indo-européenne *(s)keu̯d-, qui est bien attestée en baltique avec les idées de « plainte » et de « douleur »9. L’idée première doit être celle « d’une émotion violente (douleur, colère, etc.) qui se traduit par des cris ou des grondements ». Mais si l’idée d’une base expressive est exclue en diachronie, il apparaît néanmoins qu’en synchronie, il est possible de considérer que l’on a affaire à une base expressive (σ)κυ-, qui, dans le cas de σκύζομαι, s’intègre dans le système général constitué par des formes telles que ἰύζω, μύζω, τρύζω, etc. Cette base se retrouve, descriptivement, dans des formes qui, en diachronie, proviennent d’origines tout autres, à savoir le nom du chien, κύων (Il. +) « chien », qui dispose d’une étymologie indo-européenne parfaitement établie (cf. védique śvān-/śun- « chien », lat. canis « chien », etc.), ainsi que le nom du chiot, σκύλαξ (Od. +), qui, diachroniquement, est sans rapport avec le nom du chien, et se laisse rapprocher de la forme arménienne ցուլ cʿul « taurillon »10.

  • 11 On se limitera quasiment, dans cette présentation, aux formes à υ et ι radical. Pour les autres tim (...)
  • 12 Voir Perpillou, 1982, p. 242 = 1996, p. 14.
  • 13 Voir Perpillou, 1982, p. 243 = 1996, p. 15.

8L’examen de quelques formes verbales à ι radical permet d’observer une nette différence par rapport aux formes à υ radical11 : pour reprendre les termes de J.-L. Perpillou12, il s’agit de « verbes exprimant un bruit ténu ou discret, un susurrement ou le cri d’un petit animal, le plus souvent sans connotation péjorative ». Le cas de τρίζω est net, à travers la comparaison qui peut être faite avec le verbe τρύζω qui a été mentionné ci-dessus : ce verbe dénote de petits cris ou crissements, qu’il s’agisse du pépiement d’oisillons (Il. 2, 314), du cri des chauves-souris (Od. 24, 7) et des âmes des morts (Il. 23, 101 ; Od. 24, 5, 9), ou bien du crissement des vertèbres et du dos dans la lutte (Il. 23, 714)13. Le verbe σίζω, qui, selon l’analyse retenue par E. Tichy (1983, p. 122), doit reposer sur une base onomatopéique *sizd, en admettant l’idée, pour la formation du verbe à partir de cette base, d’une influence analogique de formes verbales comme τρίζω, s’applique quant à lui, après Homère, à un reniflement, à un grésillement (celui du miel versé sur une galette, d’une poêle sur le feu, d’un mets servi tout chaud, etc.), ou à un sifflement d’incitation adressé à un chien, c’est-à-dire à des bruits envisagés favorablement. Comme l’a très bien montré J.-L. Perpillou (1982, p. 242 = 1996, p. 14), l’emploi de σίζω chez Homère (Od. 9, 394), où ce verbe dénote le sifflement, le grésillement de l’œil crevé du Cyclope, et donc a priori un bruit qui pourrait être envisagé défavorablement, s’applique bien en réalité à un petit bruit susceptible d’être connoté de manière positive par ceux qui l’entendent (Ulysse et ses compagnons). Cela peut être reconnu à travers l’opposition qui apparaît, aux vers 394 et 395, entre ce petit bruit d’une part, et le gémissement terrible poussé par le Cyclope d’autre part (cf. σμερδαλέον et μέγα au vers 395), ainsi que sa répercussion par l’écho :

Ὣς τοῦ σίζ’ ὀφθαλμὸς ἐλαϊνέῳ περὶ μοχλῷ.
Σμερδαλέον δὲ μέγ’ ᾤμωξεν, περὶ δ’ ἴαχε πέτρη.
« Ainsi sifflait l’œil du monstre autour de l’épieu d’olivier. Terrible fut le grand gémissement qu’il poussa ; la roche le répercuta tout alentour. » (trad. Dufour - Raison)

  • 14 Voir Perpillou, 1982, p. 255-260 = 1996, p. 25-29.
  • 15 Voir aussi le dossier chez Perpillou, 1982, p. 256 = 1996, p. 25, qui parle, pour le verbe κωκῡ́ω, (...)
  • 16 Sur ce dossier étymologique, qu’il n’est pas utile de développer ici, voir par exemple DELG, p. 775
  • 17 Voir Perpillou, 1982, p. 255 = 1996, p. 25.
  • 18 Voir Perpillou, 1982, p. 256 = 1996, p. 25, ainsi que Schwyzer, GG, p. 647, Skoda, 1982, p. 94, Tic (...)

9À côté de telles formes à radical monosyllabique existent également de nombreux exemples de séquences vocaliques expressives. Certaines d’entre elles sont immédiatement d’origine expressive, d’autres sont héritées de l’indo-européen (et ont pu, à l’intérieur même du grec, connaître une adaptation sémantique à leur schéma vocalique qui, en synchronie, était expressif), d’autres encore sont le produit d’une adaptation secondaire d’une séquence vocalique héritée à des schémas vocaliques expressifs. Par exemple, pour la séquence vocalique ο-υ, qui suggère une « évocation de sons sentis comme forts et pouvant comporter soit une plainte soit un appel »14, le verbe κωκῡ́ω, qui suppose des cris de douleur et de deuil, repose, selon l’analyse d’E. Tichy (1983, p. 266), sur une base onomatopéique *kū kū ou *kōkū15. Le verbe ὀδῡ́ρομαι « se plaindre, se lamenter », quant à lui, se laisse rattacher, en grec même, au nom de la « souffrance », ὀδύνη, qui dispose d’une bonne étymologie indo-européenne16 ; mais, comme le souligne bien J.-L. Perpillou17, sa séquence vocalique ο-υ, bien que d’origine non expressive, peut avoir favorisé son évolution sémantique, dès les poèmes homériques, vers l’expression de lamentations. Quant à un verbe comme μορμῡ́ρω « gronder » (en parlant de masses d’eau déchaînées, au cours violent), qui se laisse comparer avec des formes comme latin murmurō, arménien մռմռամ mṙmṙam, lituanien murmė́ti, il pourrait s’agir, cette fois-ci, d’un cas d’adaptation formelle à un schéma expressif, par dissimilation de υ-υ vers ο-υ18.

2. Consonantisme expressif : le cas de la sonorisation expressive des occlusives

10À côté d’une expressivité dans les occlusives sourdes aspirées du grec, pour laquelle on peut renvoyer à l’ouvrage de R. Hiersche (1964), N. Maurice (1987) a développé l’idée d’une sonorisation expressive des occlusives, notamment dans des doublets à sourde et à sonore initiale qui appartiennent, pour bon nombre d’entre eux, au vocabulaire des sons ; la sourde y est souvent héritée de l’indo-européen, qu’elle y soit ou non d’origine expressive, tandis que la sonore, expressive, est fréquemment interne au grec. La sonorisation aurait créé un certain nombre de néologismes expressifs.

2.1. Exemples de diverses époques

  • 19 Voir Maurice, 1987, p. 196, avec d’intéressantes remarques philologiques concernant le passage de P (...)

11Cette idée d’une sonorisation expressive est clairement susceptible de rendre compte d’un certain nombre de faits. Certains d’entre eux sont bien connus. Ainsi, à côté du verbe κλάζω (Hom. +) « pousser un cri aigu, retentir, faire retentir », on trouve une forme à sonore initiale γλάζω « faire résonner, faire retentir », qui est un hapax attesté chez Pindare : à l’évidence, il s’agit d’un néologisme expressif à partir de κλάζω, par sonorisation de l’occlusive initiale19.

  • 20 Voir Maurice, 1987, p. 211-213.
  • 21 Cf. par exemple DELG, p. 154, 855 ; Casevitz-Skoda, 1985, p. 34-35.

12D’autres faits ont été bien mis en évidence par N. Maurice. On peut retenir notamment le cas des interjections ioniennes-attiques βαϐαί et παπαῖ20. Selon l’analyse traditionnelle21, il ne s’agirait nullement de synonymes, car leurs contextes d’apparition différeraient en partie : βαϐαί exprimerait la surprise et l’étonnement, παπαῖ l’étonnement ou la douleur. Mais en réalité, suivant l’analyse de N. Maurice, il s’agit plutôt là de deux onomatopées à vocalisme a exprimant, l’une comme l’autre, des manifestations bruyantes et soudaines. De fait, l’opposition sémantique que l’on admet habituellement entre elles se trouve neutralisée dans certains contextes où le choix de l’une ou de l’autre dépend de critères strictement phoniques : cf. Achaios, 28 (βαϐαὶ βαϐαί, βήσομαι γυναῖκας) et Sophocle, fr. 153 Radt = 157 Nauck (παπαῖ, τὰ παιδίχ’, ὡς ὁρᾷς, ἀπώλεσας). En outre, en synchronie, βαϐαί peut être tenu avec raison, selon N. Maurice, pour un doublet expressif de παπαῖ, comme l’illustrent clairement les vers 153 et 156 du Cyclope d’Euripide (avec παπαιάξ comme simple variante de παπαῖ au vers 153) :

v. 153 (Silène renifle le vin d’Ulysse avant de le goûter) : παπαιάξ, ὡς καλὴν ὀσμὴν ἔχει « Fichtre ! Quelle belle odeur il a ! » (trad. N. Maurice)
v. 156 (Silène, après y avoir goûté) : βαϐαί· χορεῦσαι παρακαλεῖ μ’ ὁ βάκχιος « Fichtre ! Il m’invite à danser, ce fils de Bacchus. » (trad. N. Maurice)

13Toutefois, tout en étant incontestable dans son principe, l’idée d’une sonorisation expressive des occlusives est parfois plus difficile à mettre en évidence que celle d’un vocalisme expressif dont il a été question précédemment, tant les influences analogiques qui ont pu s’exercer sur les formes concernées sont quelquefois de nature complexe. Pour prendre tout d’abord un exemple relativement simple à présenter, il existe, à côté de la forme κοκκύζω « pousser un cri perçant » (pour le coucou, puis le coq ou autres volailles), qui est attestée depuis Hésiode et est issue de l’interjection κόκκῡ (cf. véd. kukkuṭá- « coq », lat. cucūlus « coucou »), une forme avec la sonore correspondante et avec une nasale au lieu de la dorsale sourde géminée, γογγύζω : celle-ci est tardive, et peut signifier « murmurer, grogner » (Phrynicos [avec περι-], Septante, NT, pap.), ou « roucouler » (Pollux, 5, 39, en parlant de pigeons). P. Chantraine (DELG, p. 231) indiquait la chose suivante à propos de γογγύζω :

  • 22 Forme glosée de la façon suivante chez Hésychius : τὸ μετὰ γέλωτος προσπαίζειν (« jouer avec, badin (...)

« Verbe à harmonie imitative qui ne se prête pas à une étymologie précise. Il n’y a rien à tirer de sûr, ni d’un rapprochement avec grec γαγγαίνειν22, ni avec skr. gaṅgūyati « crier », ou guñjati « bourdonner » ».

14N. Maurice (1987, p. 199) tente de préciser l’analyse de ce verbe, en considérant que γογγύζω serait une variante expressive de κοκκύζω, un peu comme, dans l’exemple présenté ci-dessus, l’hapax de Pindare γλάζω apparaît comme une variante expressive du plus ancien κλάζω ; les attestations tardives de γογγύζω par rapport à κοκκύζω iraient dans ce sens. Comme le précise N. Maurice, cette hypothèse ne peut cependant être postulée que d’après l’examen du seul passage de Pollux, où γογγύζω est attesté au sens de « roucouler », qui répond bien au sens de κοκκύζω ; les sens de γογγύζω que l’on trouve ailleurs seraient, quant à eux, des sens secondaires résultant de l’influence du verbe γρύζω « grogner », attesté depuis Aristophane.

15Toute cette analyse semble pertinente, mais il n’est pas sûr qu’elle rende compte pour autant de la totalité des faits. Comme l’indique E. Tichy (1983, p. 225), il se peut en effet que γογγύζω résulte d’une double influence : celle de κοκκύζω d’une part, mais aussi, d’autre part, celle de formes à sonores labiales et à nasale bâties sur une base expressive βομϐ- : cf. βόμϐος (grec classique) « bruit sourd, grondement, bourdonnement », βομϐέω (attesté depuis Homère) « faire un bruit sourd ». Cette seconde influence a évidemment un intérêt réel du point de vue de la compréhension des autres sens de γογγύζω que celui de « roucouler » qui est attesté par Pollux, car le sémantisme des formes en βομϐ- n’est guère éloigné de celui de γογγύζω.

  • 23 Sur les formes en βομϐ-, voir Maurice, 1987, p. 221-222, qui traite du contraste entre βε/ομϐ- et l (...)
  • 24 La forme τονθρύζω peut être elle-même issue de l’adaptation du plus ancien τονθορύζω « râler, murmu (...)
  • 25 Sur ce dossier, voir Tichy, 1983, p. 225-226, dont notre présentation des faits suit largement le r (...)

16Ainsi, et sans entrer plus avant dans ce dossier complexe23, sans doute serait-il prudent de considérer que l’on a certes dans γογγύζω un consonantisme expressif (avec /gong/ comme /bomb/dans βόμϐος, βομϐέω), mais pas nécessairement, ou pas uniquement, une sonorisation expressive par rapport à κοκκύζω. En tout cas, des rapports entre des bases /gong/ et /bomb/ pouvaient exister indépendamment des bases correspondantes avec consonnes sourdes : de fait, à partir de la forme γογγρύζω (Hésychius) « grogner », qui doit être issue du croisement de γογγύζω et de γρύζω, ou de γογγύζω et de τονθρύζω « murmurer, gronder » (forme attestée depuis Hérondas)24, une forme βομϐρύζω (Hésychius) semble avoir été tirée, d’après le rapport qui pouvait exister par ailleurs entre les deux bases /gong/ et /bomb/. Cela dit, il peut être difficile d’arriver à des conclusions nettes concernant ces mots de lexicographe25.

2.2. Un exemple homérique complexe : τύπτω, δοῦπος, κτύπος

17Les difficultés que l’on peut rencontrer pour reconnaître un cas de « sonorisation expressive » sont particulièrement nettes dans un exemple homérique postulé par N. Maurice (1987, p. 203-208). Il met en jeu les familles des formes τύπτω « frapper », δοῦπος « bruit, fracas » et κτύπος « bruit, fracas ».

2.2.1. Présentation du dossier

18Le dossier est présenté de la manière suivante par N. Maurice :

  1. Le verbe τύπτω repose sur une racine verbale héritée : cf. védique tupáti, tumpáti, tpati « blesser », vieux slave tŭpatĭ « battement (du cœur) » et tŭputŭ « bruit », etc. En grec, une évolution sémantique s’est faite de « bruit (fait par un coup) » vers « coup » (cf. aussi τυπή « coup, blessure », etc.). Des traces du sens ancien sont reconnaissables dans les formes à *s- mobile, ainsi chez Hésychius : στύπος· ὁ ψόφος τῆς βροντῆς (« στύπος : le bruit retentissant du tonnerre »), στυπάζει· βροντᾷ, ψοφεῖ, ὠθεῖ (« στυπάζει : il tonne, il émet un bruit retentissant, il donne une poussée ») ; en outre, N. Maurice évoque avec raison un certain nombre d’emplois homériques où l’idée d’un choc et celle d’un bruit ne peuvent pas être dissociées (rames qui frappent la mer : Od. 4, 580 ; 9, 104 ; 12, 215 ; fracas des crânes brisés : Od. 22, 309 ; 24, 185 ; etc.).

    • 26 Voir le dossier chez Adams, 2013, p. 308.
    • 27 Voir Maurice, 1987, p. 205.
    • 28 Mot signifiant « coup » (chez Hérodote), « marque, empreinte ».
    • 29 Voir Maurice, 1987, p. 205-206.

    La forme δοῦπος pourrait également être héritée (cf. serbo-croate dȕpiti « frapper avec fracas », letton dupêtiês « résonner sourdement », et peut-être tokharien A et B täp- « proclamer, annoncer à haute voix »26) ; mais, selon N. Maurice, « c’est seulement dans la synchronie grecque que l’opposition entre τύπτω et δοῦπος mérite d’être observée ». L’auteur explique de la sorte le vocalisme o et l’occlusive sonore27 : « le vocalisme o radical (anomal dans le cadre des alternances héritées) et la nature sonore de l’occlusive initiale y ont vraisemblablement une valeur iconique, qui fait de δοῦπος un terme marqué par rapport à τṻπος28, d’un point de vue tant morphologique que sémantique ». Δοῦπος, de fait, dénote des bruits forts, tels qu’une grêle de pierres contre un rempart (Il. 12, 289), le choc des armes (Il. 11, 363 ; 16, 361, 635, etc.), des bruits de pas ou la lourde marche de soldats en armes (Il. 10, 354 ; Od. 16, 10 ; etc.), le grondement d’un torrent (Il. 4, 455) ou celui du ressac sur des rochers (Od. 5, 401 ; 12, 202), etc.29

    • 30 Voir Maurice, 1987, p. 207.

    La forme κτύπος, enfin, répond à δοῦπος dans les composés en -γδουπος (cf. aussi l’aoriste ἐγδούπησαν : Il. 11, 45) : on peut évoquer par exemple le cas des composés βαρύκτυπος (h. Cer. 3 ; Hes., Op. 79, etc.) « qui frappe de manière retentissante, aux lourds grondements » et βαρύγδουπος (Pi., O. 6, 81 ; 8, 44 ; etc.) « qui résonne fortement ». Kτύπος, comme δοῦπος, dénote un bruit fort, qu’il s’agisse du galop des chevaux (Il. 10, 532, 535 ; etc.), du tumulte du combat (Il. 12, 338 ; 20, 66 ; etc.), de la lourde marche des soldats (Il. 19, 363), ou encore des grondements de Zeus tonnant (Il. 15, 379). Mais, comme le remarque bien N. Maurice30, κτύπος et le verbe dénominatif κτυπέω sont moins expressifs que δοῦπος et le verbe correspondant δουπέω : six fois sur huit dans les poèmes homériques, κτυπέω est renforcé par un adverbe d’intensité (σμερδαλέα, μεγάλα ou μέγα), contrairement à δουπέω.

  • 31 Voir Maurice, 1987, p. 207-208.

19Au terme de cette présentation du dossier, N. Maurice conclut à l’existence, chronologiquement, de deux oppositions31 :

20(1) On aurait une première opposition entre τύπτω, au sens de « frapper bruyamment », et δοῦπος « vacarme (provoqué par des coups) ». Cela supposerait, dans δοῦπος, une sonorisation et un vocalisme o expressifs.

21(2) À partir du moment où le groupe de τύπτω a évolué vers la dénotation de l’idée de coup plutôt que de celle d’un bruit, une seconde opposition serait apparue, entre δοῦπος et κτύπος, par l’intermédiaire des composés en -γδουπος / -κτυπος.

2.2.2. Réexamen du contraste δουπ- vs τυπ-

  • 32 Voir DELG, p. 295, à propos de δουπέω : « noter le vocalisme o, qui dans le verbe peut avoir une fo (...)

22Cette interprétation des données n’est toutefois pas absolument évidente, notamment en ce qui concerne l’idée d’un vocalisme radical et d’une sonorisation dans δοῦπος qui seraient expressifs par rapport à τύπτω. Une sonorisation expressive peut naturellement être postulée dans une perspective synchronique. Mais pour ce qui concerne le vocalisme radical de δοῦπος, il nous semble difficile de suivre l’analyse de N. Maurice qui y voit également une valeur iconique. Le degré o de δοῦπος, en diachronie, serait parfaitement régulier si l’on partait d’une racine indo-européenne *deu̯p- : on aurait un degré o *dou̯p- relevant du type *CόC-o-s dans δοῦπος et du type *CoC-éi̯-ō (dénominatif ou itératif-intensif) dans δουπέω « faire un bruit sourd en tombant ; tomber au combat ». Ce vocalisme o semble également régulier en synchronie, et donc, a priori, non expressif, tant les formes nominales et verbales des types *CόC-o-s et *CoC-éi̯-ō sont répandues en grec, y compris dans ce type de vocabulaire32.

23Il semble donc plus économique de postuler que les groupes de τύπτω et de δοῦπος sont tous deux hérités de l’indo-européen, et indépendants l’un de l’autre, à partir de racines *teu̯p- et *deu̯p-. D’un point de vue diachronique, il n’y aurait donc pas de sonorisation expressive dans δοῦπος (rien ne permettant de considérer avec évidence, en indo-européen même, la racine *deu̯p- comme expressive par rapport à *teu̯p-). Cela n’empêche pas, naturellement, d’admettre avec N. Maurice l’idée d’une plus grande expressivité synchronique du groupe de δοῦπος par rapport à celui de τύπτω, en lien avec l’existence, dans d’autres familles de mots, d’un principe de sonorisation expressive.

2.2.3. Examen du contraste (-γ)δουπ- vs κτυπ-

24Pour ce qui concerne le groupe consonantique γδ (dans -γδουπ-) et les mots de la famille de κτύπος, κτυπέω, deux solutions seraient théoriquement envisageables.

    • 33 Voir DELG, p. 295. Cf. Ruijgh, 1957, p. 148 : « forme expressive et secondaire, l’addition de la gu (...)
    • 34 Cette hypothèse remonte à H. Güntert, 1914, p. 158. Elle est reprise explicitement par N. Guilleux (...)

    Selon la première, le seul fait expressif dans le groupe de δοῦπος serait le γ de -γδουπος, -γδουπέω33 ; celui-ci se rencontre seulement après un premier élément de composition ou un augment, car il n’y a jamais de groupe initial γδ- en grec. Le groupe de κτύπος relèverait, quant à lui, d’une création interne au grec, par croisement de celui de τύπτω et de celui de (γ)δοῦπος34.

    • 35 Cette analyse est suivie par M. Schmidt (LfgrE, II, col. 1566).

    Mais cette première solution, à nos yeux, ne s’impose pas nettement comme la meilleure. Une autre solution a été avancée par E. Tichy (1983, p. 96-98 et p. 39-40) : le groupe de κτύπος serait simplement onomatopéique35, et ce serait au contraire le γ de -γδουπος, -γδουπέω, qui devrait être tenu pour analogique de κτ dans κτύπος, κτυπέω. Cette seconde solution présente sur la première l’avantage de rendre mieux compte des données philologiques. E. Tichy observe en effet que les composés de δοῦπος et de δουπέω se répartissent en deux catégories, distinctes non seulement par leur forme, mais également par leurs contextes d’apparition dans les poèmes homériques :

  1. On aurait, d’une part, un groupe ancien en -δ- : cf. ἐρίδουπος (dix occurrences), qui fonctionne le plus souvent comme épithète du nom du portique (Il. 24, 323, etc. : huit occurrences en tout), ou qui dénote le bruit des vagues (épithète du nom du cap, Il. 20, 50) ou de fleuves (Od. 10, 515).

    • 36 Sur les emplois posthomériques, où les composés en -γδουπος et ceux en -δουπος tendent à ne plus êt (...)
    • 37 Ces occurrences sont les suivantes : Il. 7, 479 ; 8, 75 ; 8, 170 ; 15, 377 ; 15, 379 ; 17, 595 ; Od(...)
    • 38 Cf. Hainsworth, 1993, p.223, à propos de la forme d’aoriste ἐγδούπησαν (Il. 11, 45): «ἐπὶἐγδο (...)
    • 39 Sur ce type d’emplois de κτύπος, κτυπέω, voir LfgrE (II, col. 1567, notice de M. Schmidt).
    • 40 Cf. Kaimio, 1977, p. 69 : dans plusieurs de ces passages (Il. 24, 323 ; Od, 3, 493 ; 15, 146, 191), (...)

    Et, d’autre part, un groupe récent en -γδ-, avec -γδ- d’après κτ- dans κτύπος, κτυπέω, et avec le plus souvent, chez Homère36, un sémantisme différent de celui des formes comportant un simple δ, qui pourrait également s’expliquer par l’influence de κτύπος, κτυπέω : le composé ἐρίγδουπος s’applique à Zeus tonnant (cf. Il. 7, 411 ; etc. : dix occurrences en tout), sauf dans Il. 11, 152 (bruit de sabots de chevaux) où il s’agirait, selon E. Tichy, d’une simple variante métrique de ἐρίδουπος. L’aoriste ἐγδούπησαν (Il. 11, 45), quant à lui, est également attesté dans un contexte où ce sont des divinités qui tonnent (Athéna et Héra). Or, il se trouve précisément que κτύπος et κτυπέω sont fréquemment employés pour parler de Zeus tonnant (sept occurrences sur dix-neuf)37, tandis que les formes simples ou composées en (-)δουπ- ne le sont jamais38. Il faut ajouter à cela que, plutôt que de voir dans l’emploi de ἐρίγδουπος dans Il. 11, 152 pour dénoter le bruit des sabots de chevaux un fait purement conditionné par la métrique, il semble légitime de recourir également, et peut-être même principalement, à l’idée d’une influence de κτύπος, κτυπέω. De fait, même s’il est vrai que δοῦπος est susceptible de s’appliquer à des bruits de pas dans les poèmes homériques (cf. Il. 10, 354 ; Od. 16, 10 ; etc.), il est notable que κτύπος, κτυπέω dénotent assez souvent ce type de bruit (six occurrences sur dix-neuf). Il peut s’agir de pas humains (Il. 19, 363 ; Od. 16, 6), de pas d’hommes et de bêtes à la fois (chiens et hommes dans Od. 19, 444), et surtout, ce qui rappelle l’emploi de ἐρίγδουπος dans Il. 11, 152, de sabots de chevaux en train de courir (Il. 10, 532, 535 ; 17, 175)39 : notamment, dans Il. 10, 535 (ἵππων […] ὠκυπόδων […] κτύπος « le bruit de chevaux aux pieds rapides »), on trouve un syntagme qui peut évoquer celui qui est attesté dans Il. 11, 152 avec ἐρίγδουπος (ἐρίγδουποι πόδες ἵππων « les pieds retentissants des chevaux »). On pourrait, il est vrai, objecter à notre hypothèse que les emplois de ἐρίδουπος s’appliquent également au pas d’animaux, à travers la mention formulaire du portique (αἴθουσα) sonore (ἐρίδουπος) qui résonne sous les pas des bêtes et le bruit des véhicules ; mais cela reste beaucoup moins explicite que dans Il. 11, 152 avec ἐρίγδουπος40.

25Ainsi, il est vraisemblable que le groupe -γδ-, dans ces composés et dans la forme d’aoriste ἐγδούπησαν, s’est introduit dans la famille de δοῦπος, δουπέω par analogie de κτύπος, κτυπέω. Cette analogie formelle s’est accompagnée d’un ajustement des emplois de δοῦπος, δουπέω à ceux de κτύπος, κτυπέω : l’application des formes en -γδ- à des divinités tonnantes, qui n’apparaît jamais dans les formes avec un simple δ, est vraisemblablement le résultat de l’influence exercée par les emplois de κτύπος, κτυπέω. Il est notable que dans la première hypothèse envisagée, selon laquelle le γ de -γδ- serait expressif et κτύπος issu du croisement de τύπτω et de (γ)δοῦπος, un phénomène resterait difficile à expliquer : la scission des emplois des composés en -(γ)δουπος entre ceux qui ne sont jamais relatifs à des divinités tonnantes (ceux en -δουπος), et ceux qui, chez Homère, leur sont presque systématiquement associés (ceux en -γδουπος). De fait, il serait sans doute assez hasardeux de supposer que la plus grande expressivité de γδ par rapport à δ aurait abouti spontanément à une application des composés en -γδουπος au monde divin, tandis que les composés en -δουπος auraient été réservés à des emplois moins nobles : il peut sembler plus économique de penser que cette répartition des emplois de ces composés est due à l’influence de κτύπος, κτυπέω. Par ailleurs, bien que ἐρίδουπος et ἐρίγδουπος entrent dans des tours largement formulaires, il serait également hasardeux de penser que de purs critères métriques auraient abouti à créer de toutes pièces une scission sémantique entre ces composés.

26Un autre argument, enfin, inviterait peut-être à privilégier une création artificielle de -γδουπ- à partir de κτυπ- plutôt que l’inverse : les emplois des formes en -γδουπ- sont beaucoup moins diversifiés, et beaucoup plus figés, que ceux des formes en κτυπ-. Mais naturellement, cet argument à lui seul ne serait pas décisif : dans l’hypothèse qui nous semble la moins bonne, il serait toujours possible de dire que la plus grande diversité des emplois des formes en κτυπ- proviendrait de la double influence exercée par le groupe des formes en τυπ- (τύπτω, etc.) et par celui des formes en -γδουπ-, dont κτυπ- serait issu par croisement.

2.3. Conclusion

27À travers le réexamen de ces quelques exemples, il apparaît ainsi que l’idée d’une sonorisation expressive des occlusives est quelquefois difficile à mettre en évidence, tant les données sont souvent complexes, sans pour autant que, d’une manière générale, l’existence même de ce type de phénomène doive être remise en cause.

3. Suffixations ou finales expressives

  • 41 Cf. Chantraine, 1933, p. 260, à propos des noms de bruits en -ϐος : « Ce sont des mots expressifs d (...)
  • 42 Cf. Chantraine, 1933, p. 360, à propos des noms de bruits en -δος : « groupe expressif net qui a dû (...)
  • 43 Cf. Chantraine, 1933, p. 401, à propos des noms de bruits en -γος, -γή : « Dans ces mots il n’exist (...)

28Dans un certain nombre de formes appartenant au vocabulaire des sons inarticulés, et notamment dans des formes nominales (ainsi que dans les formes verbales qui en sont dérivées), un autre trait notable concernant le consonantisme consiste en la présence de suffixes qui peuvent y être considérés comme expressifs – d’autant qu’ils ne font pas partie du matériel suffixal le plus usuel qui soit hérité de l’indo-européen –, ou simplement de finales expressives : il s’agit principalement de finales comportant la labiale β41, la dentale δ42 et les dorsales γ et χ43. Cela a abouti à la constitution de petits groupes lexicaux cohérents. Nous les présenterons ici brièvement, en mentionnant principalement les formes les plus anciennes, et en nous interrogeant sur l’origine de chacun de ces microsystèmes lexicaux, pour autant qu’elle se laisse percevoir.

3.1. Formes en -ϐος

  • 44 Cf. DELG, p. 561 : « repose plus ou moins sur une onomatopée », avec κονα- qui fait penser à καναχή (...)
  • 45 Le radical de cette dernière forme n’est pas d’origine expressive : un rapport avec φλέω « être gon (...)
  • 46 Le radical θορυ- se retrouve dans τονθορύζω (Eschl. +) « murmurer, gronder » ( *τορθορύζω) ; cf. au (...)

29Il s’agit, dès Homère, de formes telles que ἄραϐος, qui dénote un bruit d’objets qui s’entrechoquent (dents : Il. 10, 375 ; Ps.-Hes., Sc. 404 ; armes) ; κόναϐος, qui implique un bruit retentissant (armes de bronze, etc.)44 ; enfin, φλοῖσϐος, qui désigne le tumulte, l’agitation de la bataille, la rumeur, le grondement de la mer (dans le composé πολύφλοισϐος « au bruit retentissant »)45. Après Homère, il faut également citer ὄτοϐος (Hes. +), qui dénote un bruit perçant (bruit de la bataille dans Th. 709), et qui est clairement d’origine onomatopéique (cf. les interjections ὀτοτοῖ, ὀτοτοτοῖ, et le verbe ὀτοτύζω « se lamenter, se plaindre, déplorer »), ainsi que θόρυϐος (Pi., ion.-att.) « tumulte, bruit ; désordre, confusion »46.

30L’origine de ce microsystème suffixal et lexical est difficile à établir. La clef du système se trouve peut-être dans le groupe de βόμϐος (grec classique) « bruit sourd, grondement, bourdonnement », qui est ancien : le verbe correspondant, βομϐέω « faire un bruit sourd », est attesté depuis les poèmes homériques. Ce groupe, comme on l’a vu plus haut (cf. 2. 1), repose sur une base onomatopéique/bomb/, et donc le second β de βόμϐος et βομϐέω y fait partie du radical. Il serait alors possible d’admettre, avec P. Chantraine (1933, p. 260), que la finale -ϐος présente dans les autres formes se serait développée à partir du groupe de βόμϐος et βομϐέω. Mais il faut reconnaître que, sans être impossible, une origine limitée à une seule famille étymologique constitue un point de départ assez maigre pour le développement d’un suffixe expressif -ϐος dans ce champ du lexique.

3.2. Formes en -δος

  • 47 Sur cette racine indo-européenne *ghrem-, voir cependant Perpillou, 1990, p. 11 = 1996, p. 94 : « l (...)

31Chez Homère, -δος est clairement suffixal dans κέλαδος « clameur », forme apparentée au verbe κελαρύζω « bruire », et, plus lointainement, à καλέω « appeler », ainsi que dans l’hapax χρόμαδος « craquement (de mâchoires) » (Il. 23, 688), cf. χρόμος (Hsch., nom d’action du type *CC-o-s), χρεμετίζω (Hom. +) « hennir », etc. : χρόμαδος remonte à une racine indo-européenne *ghrem-, cf. russe гpeмéть gremét’« tonner, cliqueter », гpoм grom « tonnerre » ( = vieux slave gromŭ « tonnerre », = grec χρόμος)47.

  • 48 Cf. DELG, p.796.
  • 49 Cf. Tichy, 1983, p.193-194.

32L’origine de ce suffixe expressif se trouve peut-être dans la forme ὅμαδος « foule tumultueuse, mêlée bruyante de guerriers, clameur », également attestée depuis les poèmes homériques. Le δ de ὅμαδος serait certes suffixal, cette forme se laissant rapprocher de ὁμός « un, le même, commun, uni »48, mais il remonterait plus haut que la préhistoire du grec : comme l’indiquait déjà H. Güntert (1914, p. 153), ὅμαδος se laisse rapprocher du substantif védique samád- « combat » (dérivé de samá- = grec ὁμός). H. Güntert expliquait le passage à un thème en -ο- en grec par le modèle de χρόμαδος ; mais cela n’est guère probant, car χρόμαδος est un hapax qui, comme l’a bien montré N. Guilleux (2007, p. 100-102), est bien plutôt un « mot-valise » créé à partir de la base χρεμ-/χρομ- et de ὅμαδος. On peut alors préférer voir dans la forme ὅμαδος, « thématisée » par rapport à véd. samád-, un dérivé d’appartenance substantivé du thème en *-d-49. C’est à partir de là que se serait étendu le suffixe expressif -δος des noms de bruits. Mais, ici encore, le point de départ du développement de ce suffixe dans ce champ du lexique serait assez ténu.

  • 50 Voir sa présentation dans le DELG, p. 828.
  • 51 Pour une analyse formelle différente de celle de Szemerényi, mais reposant également sur l’idée d’u (...)

33Une dernière forme en -δος d’époque homérique, ὀρυμαγδός « fracas » (en parlant d’hommes qui se battent, travaillent, d’animaux, de cris), est un peu à part, du fait de son accentuation isolée au sein du microsystème lexical des noms de bruits en -δος. Suivant une hypothèse d’O. Szemerényi50, ce nom serait de la famille de ἐρεύγομαι « roter, vomir, cracher », avec un radical ὀρυγ- (cf. Hsch. : ὀρυγμάδες· θόρυϐοι) : il faudrait admettre l’existence d’un présent *ὀρυγάζω, d’où la dérivation d’un substantif *ὀρυγαδ-μός, dont proviendrait ὀρυμαγδός sous l’influence des autres noms de bruits en -δος. Cette hypothèse ingénieuse (et hasardeuse) présenterait au moins l’avantage d’expliquer l’accent de ὀρυμαγδός : il s’agirait de l’accent des abstraits en -μός, qui aurait été préservé au moment du changement de suffixe. Mais force est de reconnaître que ce dossier étymologique reste incertain51.

  • 52 Cf. DELG, p. 977 ; mais cf. Risch, 1974, p. 173 : ῥοῖζος < *ῥοῖσ-δος (cf. φλοῖσ-ϐος) ?

34Après Homère, on peut encore mentionner les formes ἄραδος (Hp. +) « trouble ; palpitation » (forme apparentée à ἄραϐος, cf. ci-dessus, 3. 1) et ῥοῖϐδος (Eschl. +) « bruit sifflant, perçant » (flèches, vent), forme peut-être apparentée à ῥοῖζος (Hom. +) « sifflement, bourdonnement » (flèches, vent, mer, appel d’un berger), avec *-gu̯i̯- > -ζ- vs *-gu̯d- > -ϐδ-52.

3.3. Formes en -γή, -χή

3.3.1

  • 53 Cf. GH, I, p.112; Tichy, 1983, p.195.

35Parmi les noms de bruits homériques en -χή, on compte notamment καναχή (bruit de métal, de dents) et στοναχή « gémissement » (à côté duquel on trouve les verbes στοναχέω et στενάχω, dérivés expressifs, pour des raisons métriques53, du groupe de στένω « gémir profondément et bruyamment »).

  • 54 Il s’agit d’une racine non onomatopéique *dhreh2gh-, ici au degré zéro *dhr̥h2gh- : cf. Tichy, 1983 (...)

36Selon E. Risch (1974, p. 279, à propos de στενάχω, στοναχή), suivi par E. Tichy (1983, p. 195), le -χ- se serait introduit dans ces formes d’après des formes telles que ἰαχή « cri » et ἰάχω « crier, résonner » (apparentées à ἠχή « bruit, son inarticulé », ἠχέω « résonner, retentir »). P. Chantraine (1933, p. 403) avance une autre source possible : le χ de καναχή et de στοναχή pourrait trouver son origine dans celui de ταραχή « trouble, agitation », qui appartient à la racine (cf. le parfait τέτρηχα)54.

37Un χ apparaît également dans βληχή (Od. +) « bêlement » ; la dorsale se retrouve dans d’autres langues (cf. DELG, p. 180).

3.3.2

  • 55 On admet généralement que le γ de ὀλολῡγή est suffixal : ὀλολῡγή et le verbe correspondant ὀλολύζω (...)
  • 56 Cf. Güntert, 1914, p. 120-121 : πλαταγέω doit être issu de la réfection de παταγέω (verbe dénominat (...)
  • 57 Le γ peut y être ancien, cf. le j des formes védiques sphū́rjati, -áyati « exploser, pétarader, gro (...)

38Pour les noms en ‑γος, ‑γή ou les verbes en -γέω / -γέομαι attestés dans les poèmes homériques, on peut évoquer des formes telles que οἰμωγή « cri de douleur, lamentation, gémissement » (cf. l’interjection οἴμοι) ; ὀλολῡγή « cri rituel, cri de joie »55 ; πάταγος, qui dénote des battements et des chocs : claquement de dents (Il. 13, 283), de branches brisées (Il. 16, 769), choc de guerriers ou de dieux les uns contre les autres (Il., 21, 9, et 387) ; συμπλαταγέω (Il. 23, 102) « claquer (des mains) »56 ; σμαραγέω / -έομαι « retentir, gronder » (en parlant de Zeus, de la mer, etc.) ; σφαραγέομαι « grésiller, crépiter » (œil du Cyclope brûlé par Ulysse, Od. 9, 440)57.

39La forme κλαγγή « son pénétrant, aigu » (corde d’un arc, cri de grues, chiens, etc.) doit être jointe à cette liste, avec en outre la particularité de la présence d’une nasale. La nasale du groupe γγ se laisse comparer en synchronie, dans le même champ du lexique, avec celle qui apparaît dans la famille de φθέγγομαι « émettre un son ; chuchoter ; crier », ainsi que, notamment, dans l’aoriste homérique λίγξε « il rendit un son aigu », dans le substantif λύγξ (Hp. +) « hoquet » (λύζω, inf. aor. λύγξαι « avoir le hoquet »), ainsi que dans le verbe ῥέγχω (Hp. +) « ronfler ».

  • 58 Ces dernières formes sont issues de λαλέω « bavarder », verbe qui repose lui-même sur une onomatopé (...)

40Après Homère seulement sont attestées des formes telles que ἰῡγή (Hdt. +) « cri de douleur » (mais le verbe ἰύζω est déjà homérique : cf. plus haut, 1), κορκορυγή (Eschl. +) « borborygme des intestins », ἀλαλαγή (Soph.) « cri de guerre », κραυγή (Telecl., Eur., Th. +) « cri », λαλαγέω (Pi. +) « babiller » / λαλαγή (Opp. ) « murmure, bavardage »58, etc.

3.4

41Plusieurs microsystèmes lexicaux à finales expressives ont pu ainsi se mettre en place dans le vocabulaire des noms de bruits, sans que leur origine exacte soit toujours aisée à reconstruire d’une manière définitive. Un autre fait qui reste en partie obscur est la cohérence sémantique de chacune de ces finales, et la prévisibilité de l’apparition de telle ou telle finale expressive à partir d’un radical donné en fonction du sens : par exemple, l’idée de dents qui s’entrechoquent ou de mâchoires qui craquent est susceptible d’être dénotée aussi bien par des formes à labiale (cf. ἄραϐος), des formes à dentale (cf. χρόμαδος), que des formes à dorsale (cf. καναχή, πάταγος).

Haut de page

Bibliographie

Adams, D. Q., 2013, A Dictionary of Tocharian B, Revised and Greatly Enlarged, Amsterdam — New York, Rodopi.

Casevitz, M. et Skoda, F., 1985, De bric et de broc : bric-à-brac étymologique (Recherches sur des radicaux onomatopéiques en grec ancien), Živa antika, 35, p. 29-56.

Chantraine, P., 1933, La Formation des noms en grec ancien, Paris, Klincksieck.

DELG = Chantraine, P., 1968-1980, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, I [A-Δ], 1968 ; II [E-K], 1970 ; III [Λ-Π], 1975 ; IV/1 [P-Υ], 1977 ; IV/2 [Φ-Ω], par J. Taillardat, O. Masson et J.-L. Perpillou, 1980, Paris, Klincksieck (nouvelle édition en 2009 avec, en supplément, les dix premières livraisons de la Chronique d’étymologie grecque rassemblées par A. Blanc, Ch. de Lamberterie et J.-L. Perpillou ; la pagination indiquée ici est celle de l’édition originale).

DELL = Ernout, A. et Meillet, A., 1932, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, Paris, Klincksieck, retirage de la 4e édition (1959) augmentée d’additions et de corrections par Jacques André (1985).

DHLF = Rey, A. (dir.), 1993, Dictionnaire historique de la langue française, nouvelle édition, Paris, Dictionnaires Le Robert.

GG= Schwyzer, E., 1939, Griechische Grammatik, I, Allgemeiner Teil - Lautlehre - Wortbildung - Flexion, Munich, Beck.

GH = Chantraine, P., Grammaire homérique, I, Phonétique et morphologie, 1942 (3e tirage, 1958) ; II, Syntaxe, 1953, Paris, Klincksieck.

Guilleux, N., 2007, Allitérations et assonances associées à l’emploi des impressifs de sonorité dans la langue homérique, dans A. Blanc et E. Dupraz (éd.), Procédés synchroniques de la langue poétique en grec et en latin, Bruxelles, Safran, p. 95-102.

Güntert, H., 1914, Über Reimwortbildungen im Arischen und Altgriechischen, Heidelberg, Winter.

Hainsworth, B., 1993, The Iliad: A Commentary, III, Books 9-12 (G. S. Kirk, dir.), Cambridge, Cambridge University Press.

Hiersche, R., 1964, Untersuchungen zur Frage des Tenues aspiratae im Indogermanischen, Wiesbaden, Harrassowitz.

Janda, M., 2014, Purpurnes Meer. Sprache und Kultur der homerischen Welt, Innsbruck, Innsbrucker Beiträge zur Kulturwissenschaft (Neue Folge, Band 7).

Kaimio, M., 1977, Characterization of Sound in Early Greek Literature, Helsinki – Helsingfors, Societas Scientiarum Fennica.

Lamberterie, Ch. de, 1994, Grec σκυζᾶν, σκύζεσθαι et les grognements d’Héra, RÉG, 107, p. 15-46.

Létoublon, F., 1988, Dérivés d’onomatopées et délocutivité, dans ’ἩΔΙΣΤΟΝ ΛΟΓΟΔΕΙΠΝΟΝ. Logopédies. Mélanges de philologie et de linguistique grecques offerts à Jean Taillardat, Paris, Peeters/Selaf, p. 137-154.

LfgrE = Snell, B., et alii (éd.), 1955-2010, Lexikon des frühgriechischen Epos, I (A), fascicules 1-9, 1955-1979 ; II (B-Λ), fascicules 10-14, 1982-1991 ; III (M-Π), fascicules 15-20, 1993-2004 ; IV (Ρ-Ω), fascicules 21-25, 2006-2010, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Maurice, N. ( = Guilleux, N.), 1987, Sonorisation et expressivité en grec ancien, BSLP, 82/1, p. 189-225.

Perpillou, J.-L., 1982, Verbes de sonorité à vocalisme expressif en grec ancien, RÉG, 95, p. 233-274 ( = Perpillou, 1996, p. 7-39).

Perpillou, J.-L., 1990, Sur deux verbes signifiant « cracher », RPh, 64, p. 9-31 ( = Perpillou, 1996, p. 92-112).

Perpillou, J.-L., 1996, Recherches lexicales en grec ancien. Étymologie, analogie, représentations, Louvain – Paris, Peeters.

Risch, E., 1974, Wortbildung der homerischen Sprache, 2e éd., Berlin, De Gruyter.

Ruijgh, C. J., 1957, L’Élément achéen dans la langue épique, Assen, Van Gorcum.

Saussure, F. de, 1916, Cours de linguistique générale, Paris, Payot (tirage de 2005).

Skoda, F., 1982, Le Redoublement expressif : un universal linguistique. Analyse du procédé en grec ancien et en d’autres langues, Paris, SELAF.

Tichy, E., 1983, Onomatopoetische Verbalbildungen des Griechischen, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften.

Haut de page

Notes

1 Voir Saussure, 1916, p. 100-102. Comme l’indiquait bien F. de Saussure lui-même (p. 101-102), il ne s’agit cependant pas d’une exception qui remettrait en question le principe même de l’arbitraire du signe : les onomatopées et autres faits expressifs « ne sont jamais des éléments organiques d’un système linguistique », et l’idée d’un lien nécessaire entre le signifié et le signifiant n’y est nullement incontestable, notamment à travers le fait que ces formes varient d’une langue à l’autre (cf. français aïe! et allemand au!), et qu’elles sont soumises, comme les lexèmes pleins, aux évolutions phonétiques et morphologiques attendues (cf. le français pigeon, issu de l’accusatif pīpiōnem du latin pīpiō « pigeonneau », qui dérive lui-même de verbes expressifs comme pīpiō et pīpō « pépier, piauler, piailler, glousser » : voir notamment DELL, p. 509 ; DHLF, p. 1518).

2 Cf. DHLF, p. 35.

3 Ces passages sont cités par J.-L. Perpillou, 1982, p. 234 = 1996, p. 7.

4 Voir Perpillou, 1982, p. 239-241 = 1996, p. 12-13.

5 Cf. DELG, p. 199.

6 Cf. DELG, p. 1140.

7 Sur cette association d’Héra à l’image de la chienne, voir en particulier Lamberterie, 1994, p. 30 sq.

8 Voir Perpillou, 1982, p. 240 = 1996, p. 12.

9 En dehors du baltique, sans *s-, cf. grec κυδάζομαι (Epich., Tragiques) « injurier, insulter », vieux slave kuditi « blâmer » ; cf. aussi, avec *s-, des formes germaniques comme moyen anglais schūten « crier » (anglais moderne shout), vieil islandais skúta « moquerie ».

10 Cf. Lamberterie, 1994, p. 27.

11 On se limitera quasiment, dans cette présentation, aux formes à υ et ι radical. Pour les autres timbres vocaliques, je renvoie à l’étude de J.-L. Perpillou.

12 Voir Perpillou, 1982, p. 242 = 1996, p. 14.

13 Voir Perpillou, 1982, p. 243 = 1996, p. 15.

14 Voir Perpillou, 1982, p. 255-260 = 1996, p. 25-29.

15 Voir aussi le dossier chez Perpillou, 1982, p. 256 = 1996, p. 25, qui parle, pour le verbe κωκῡ́ω, d’un « principe expressif de redoublement différencié », et chez Skoda, 1982, p. 46-47.

16 Sur ce dossier étymologique, qu’il n’est pas utile de développer ici, voir par exemple DELG, p. 775.

17 Voir Perpillou, 1982, p. 255 = 1996, p. 25.

18 Voir Perpillou, 1982, p. 256 = 1996, p. 25, ainsi que Schwyzer, GG, p. 647, Skoda, 1982, p. 94, Tichy, 1983, p. 278-279.

19 Voir Maurice, 1987, p. 196, avec d’intéressantes remarques philologiques concernant le passage de Pindare où apparaît γλάζω. Cf. DELG, p. 225 : « variation phonétique expressive de κλάζω » ; même analyse chez Tichy, 1983, p. 121.

20 Voir Maurice, 1987, p. 211-213.

21 Cf. par exemple DELG, p. 154, 855 ; Casevitz-Skoda, 1985, p. 34-35.

22 Forme glosée de la façon suivante chez Hésychius : τὸ μετὰ γέλωτος προσπαίζειν (« jouer avec, badiner avec en riant »).

23 Sur les formes en βομϐ-, voir Maurice, 1987, p. 221-222, qui traite du contraste entre βε/ομϐ- et les formes à sourdes π / φ en πε/ομφ- (cf. πέμφιξ « souffle ; bulle », πομφός « ampoule, pustule sur la peau », etc.).

24 La forme τονθρύζω peut être elle-même issue de l’adaptation du plus ancien τονθορύζω « râler, murmurer, gronder, balbutier », attesté depuis Eschyle, au schéma trisyllabique de γογγύζω : cf. Tichy, 1983, p. 225-226. L’idée d’une simple syncope à partir de τονθορύζω, évoquée par P. Chantraine (DELG, p. 1124), est sans doute moins satisfaisante, tant le phénomène de la syncope est irrégulier en grec.

25 Sur ce dossier, voir Tichy, 1983, p. 225-226, dont notre présentation des faits suit largement le réseau complexe d’analogies qu’elle reconstruit, ainsi que Skoda, 1982, p. 83-84.

26 Voir le dossier chez Adams, 2013, p. 308.

27 Voir Maurice, 1987, p. 205.

28 Mot signifiant « coup » (chez Hérodote), « marque, empreinte ».

29 Voir Maurice, 1987, p. 205-206.

30 Voir Maurice, 1987, p. 207.

31 Voir Maurice, 1987, p. 207-208.

32 Voir DELG, p. 295, à propos de δουπέω : « noter le vocalisme o, qui dans le verbe peut avoir une fonction intensive, cf. βρομέω [«bourdonner »], βρόμος [«grondement »], etc. » (cf. aussi DELG, p. 194 : βρομέω peut être soit un dénominatif de βρόμος, forme du type *CC-o-s, soit un itératif-intensif par rapport à βρέμω « gronder »). Dans le même champ du lexique que δοῦπος, δουπέω, on peut aussi évoquer le degré o radical de formes telles que κρότος « coup qui résonne », κροτέω « heurter, faire résonner », etc.

33 Voir DELG, p. 295. Cf. Ruijgh, 1957, p. 148 : « forme expressive et secondaire, l’addition de la gutturale renforçant le caractère d’onomatopée ». Cf. aussi Maurice, 1987, p. 206, note 39 : -γδ- traduirait « un renforcement de l’occlusion (les dentales, comme les labiales, se révélant dans l’histoire ultérieure du grec moins résistantes que les dorsales) ».

34 Cette hypothèse remonte à H. Güntert, 1914, p. 158. Elle est reprise explicitement par N. Guilleux (Maurice) dans la Chronique d’étymologie grecque, 3 = DELG Suppl., s.u. κτύπος ; comme l’indique N. Guilleux, il n’est plus possible de chercher à retrouver un préfixe κ- dans κτύπος (comme on l’a supposé également pour grec κάπρος vs latin aper « sanglier », etc.), malgré A. Meillet, Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 28/2, 1928, p. 117.

35 Cette analyse est suivie par M. Schmidt (LfgrE, II, col. 1566).

36 Sur les emplois posthomériques, où les composés en -γδουπος et ceux en -δουπος tendent à ne plus être que de simples variantes métriques, voir Tichy, 1983, p. 97, note 60.

37 Ces occurrences sont les suivantes : Il. 7, 479 ; 8, 75 ; 8, 170 ; 15, 377 ; 15, 379 ; 17, 595 ; Od. 21, 413.

38 Cf. Hainsworth, 1993, p.223, à propos de la forme d’aoriste ἐγδούπησαν (Il. 11, 45): «ἐπὶἐγδούπησαν: only here of thunder (which must be meant). Thunder, elsewhere the prerogative of Zeus and expressed by κτυπεῖν […]».

39 Sur ce type d’emplois de κτύπος, κτυπέω, voir LfgrE (II, col. 1567, notice de M. Schmidt).

40 Cf. Kaimio, 1977, p. 69 : dans plusieurs de ces passages (Il. 24, 323 ; Od, 3, 493 ; 15, 146, 191), aucune autre mention d’un bruit n’est explicite en dehors du fait qu’un char sort du palais par le portique. Dans d’autres passages, l’association de ἐρίδουπος à αἴθουσα est même purement formulaire, car il semble qu’il n’y ait aucun bruit à ces moments du récit (cf. notamment Od. 7, 345, où Ulysse va dormir dans le portique du palais d’Alcinoos).

41 Cf. Chantraine, 1933, p. 260, à propos des noms de bruits en -ϐος : « Ce sont des mots expressifs dont l’étymologie n’est généralement pas claire. Le β de la finale peut représenter un *b ou un *gu̯, mais il semble surtout avoir une valeur expressive. »

42 Cf. Chantraine, 1933, p. 360, à propos des noms de bruits en -δος : « groupe expressif net qui a dû être productif ».

43 Cf. Chantraine, 1933, p. 401, à propos des noms de bruits en -γος, -γή : « Dans ces mots il n’existe pas à proprement parler de suffixe ; mais ils constituent un groupe cohérent. Tous semblent tirés d’onomatopées. » Pour les noms avec χ, cf. aussi Chantraine, 1933, p. 403 : « un abstrait comme στοναχή « gémissement » […] en face de στόνος comporte un suffixe expressif. »

44 Cf. DELG, p. 561 : « repose plus ou moins sur une onomatopée », avec κονα- qui fait penser à καναχή (cf. plus bas sur ce mot) et κόμπος « bruit retentissant » (cf. lat. canō « chanter »).

45 Le radical de cette dernière forme n’est pas d’origine expressive : un rapport avec φλέω « être gonflé de sève, être florissant », φλύω « (se) gonfler », φλοιδάω « être gonflé », doit peut-être se laisser postuler. Voir le dossier dans DELG, p. 1214 : il n’est pas impossible que φλοῖσϐος remplace une forme suffixée en -μός, *φλοισ-μός (attestée avec des préfixes), qui remonterait à *φλοιδ-μός ; la substitution du suffixe -ϐος au suffixe -μός serait due à des raisons sémantiques.

46 Le radical θορυ- se retrouve dans τονθορύζω (Eschl. +) « murmurer, gronder » (< *τορθορύζω) ; cf. aussi θρῦλος (Batr., Orph., pap., etc.) « rumeur, murmure », θρῡλέω (att., hellén.) « rabâcher, répéter ».

47 Sur cette racine indo-européenne *ghrem-, voir cependant Perpillou, 1990, p. 11 = 1996, p. 94 : « l’aptitude expressive de cette base est liée à la séquence en contact que constitue *ghr-, comme dans les bases onomatopéiques que sont *kr- (κρίζω, κρώζω) et *gr- (γρύζω), dont les deux éléments ne sont jamais, ni nulle part, dissociés par un mécanisme morphologique quelconque. » Il s’agirait donc d’une ancienne base onomatopéique devenue secondairement une racine pouvant être soumise aux alternances de degré vocalique entre le degré e et le degré o.

48 Cf. DELG, p.796.

49 Cf. Tichy, 1983, p.193-194.

50 Voir sa présentation dans le DELG, p. 828.

51 Pour une analyse formelle différente de celle de Szemerényi, mais reposant également sur l’idée d’un rattachement à la famille de ἐρεύγομαι, voir Janda, 2014, p. 484-485.

52 Cf. DELG, p. 977 ; mais cf. Risch, 1974, p. 173 : ῥοῖζος < *ῥοῖσ-δος (cf. φλοῖσ-ϐος) ?

53 Cf. GH, I, p.112; Tichy, 1983, p.195.

54 Il s’agit d’une racine non onomatopéique *dhreh2gh-, ici au degré zéro *dhr̥h2gh- : cf. Tichy, 1983, p. 171-172, 184-185.

55 On admet généralement que le γ de ὀλολῡγή est suffixal : ὀλολῡγή et le verbe correspondant ὀλολύζω « pousser des cris aigus » remontent vraisemblablement à une interjection qui est également à l’origine de formes telles que latin ululō « hurler », védique ululí- « hurlant », etc. Comme l’a bien montré J.-L. Perpillou, 1982, p. 260-261 = 1996, p. 29, le vocalisme o-ο-υ s’intègre dans le système grec et répond au vocalisme ε-ε-ι de ἐλελίζω « pousser un cri, émettre un chant » (verbe tiré de l’exclamation ἐλελεῦ) et au vocalisme α-α-α de ἀλαλάζω « pousser une clameur guerrière », tout en résultant d’une réorganisation des timbres comparable à celle de μορμṻρω (cf. plus haut, 1). Pour une autre hypothèse qui considérerait le γ comme appartenant au radical, mais qui est toutefois plus ingénieuse que convaincante, voir Janda, 2014, p. 354-381 (l’auteur s’efforce d’analyser ὀλολύζω comme un composé dont le second élément devrait être rapproché de λύζω « avoir le hoquet »).

56 Cf. Güntert, 1914, p. 120-121 : πλαταγέω doit être issu de la réfection de παταγέω (verbe dénominatif tiré de πάταγος ) d’après la famille de πλήσσω « frapper, heurter », πληγή « coup ».

57 Le γ peut y être ancien, cf. le j des formes védiques sphū́rjati, -áyati « exploser, pétarader, gronder », et le g du verbe lituanien spragù « exploser, craquer », etc. : cf. Tichy, 1983, p. 176-180.

58 Ces dernières formes sont issues de λαλέω « bavarder », verbe qui repose lui-même sur une onomatopée qui se retrouve ailleurs, cf. lat. lallō « chanter pour endormir un enfant », lit. lalúoti « bégayer », etc. : cf. DELG, p. 616.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Dieu, « Vocalisme et consonantisme expressifs dans le vocabulaire des sons inarticulés en grec ancien », Pallas, 98 | 2015, 15-30.

Référence électronique

Éric Dieu, « Vocalisme et consonantisme expressifs dans le vocabulaire des sons inarticulés en grec ancien », Pallas [En ligne], 98 | 2015, mis en ligne le 14 mars 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/2629 ; DOI : 10.4000/pallas.2629

Haut de page

Auteur

Éric Dieu

Université Toulouse-Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org