Navigation – Plan du site
II. Son et société

Jouer de l’aulos à Athènes était-il politiquement correct ?

Playing the aulos in Athens: was it politically correct?
Emmanuèle Caire
p. 57-72

Résumés

Selon Plutarque, Alcibiade enfant aurait catégoriquement refusé de jouer de l’aulos au prétexte que cette pratique déformait les traits du visage et était indigne d’un citoyen athénien. Son exemple aurait fait école et dès lors l’aulos aurait été exclu des études libérales à Athènes. D’autres sources, textuelles et iconographiques, témoignent au contraire de l’omniprésence des auloi dans la vie publique et privée des Athéniens, aux ve et ive siècles. Sans doute faut-il distinguer ce qui relève de l’audition et de la pratique lorsqu’on analyse le statut ambigu de l’aulétique à Athènes. Et, si la confrontation des sources permet effectivement de retrouver la trace de ruptures successives dans le degré de popularité de cet instrument, il convient de s’interroger sur les causes et sur l’origine de ces ruptures. L’examen des arguments utilisés par le jeune Alcibiade permet de formuler quelques hypothèses sur la valeur symbolique que prenait l’aulos dans les discours politiques des élites, favorables ou hostiles à la démocratie, pendant la guerre du Péloponnèse.

Haut de page

Texte intégral

1Au début de la Vie d’Alcibiade, Plutarque rapporte quelques traits relatifs à l’enfance de son personnage, au nombre desquels l’anecdote suivante :

Επε δες τ μανθάνειν κε, τος μν λλοις πήκουε διδασκάλοις πιεικς, τ δαλεν φευγεν ς γεννς κα νελεύθερον. Πλήκτρου μν γρ κα λύρας χρσιν οδν οτε σχήματος οτε μορφς λευθέρ πρεπούσης διαφθείρειν, αλος δ φυσντος νθρώπου στόματι κα τος συνήθεις ν πάνυ μόλις διαγνναι τ πρόσωπον. ῎Ετι δ τν μν λύραν τ χρωμέν συμφθέγγεσθαι κα συνδειν, τν δαλν πιστομίζειν κα ποφράττειν καστον, τήν τε φωνν κα τν λόγον φαιρούμενον. « Αλείτωσαν ον » φη « Θηβαίων παδες· διαλέγεσθαι γρ οκ σασιν· μν δ τος θηναίοις, ς ο πατέρες λέγουσιν, ρχηγέτις θην κα πατρος πόλλων στίν, ὧν μν ρριψε τν αλόν, δ κα τν αλητν ξέδειρε. » Τοιατα παίζων μα κα σπουδάζων λκιβιάδης ατόν τε το μαθήματος πέστησε κα τος λλους. Ταχ γρ διλθε λόγος ες τος παδας, ς ε ποιν λκιβιάδης βδελύττοιτο τν αλητικν κα χλευάζοι τος μανθάνοντας. ῞Οθεν ξέπεσε κομιδ τν λευθερίων διατριβν κα προεπηλακίσθη παντάπασιν αλός. (Plutarque Alcibiade 2-5-7)

  • 1 L’impropriété de la traduction usuelle du terme aulos par « flûte » a été depuis longtemps relevée. (...)

« Lorsqu’il fut en âge d’apprendre, il écoutait généralement bien ses maîtres, mais refusait de jouer de l’aulos1, considérant que c’était vil et indigne d’un homme libre. L’usage du plectre et de la lyre, selon lui, ne gâtait en rien la figure et l’aspect physique qui conviennent à un homme libre, tandis que ses proches eux-mêmes reconnaissent vraiment difficilement le visage d’un homme qui souffle avec sa bouche dans un aulos. De plus, quand on se sert d’une lyre, on peut en même temps faire entendre sa voix et chanter, alors que l’aulos occupe et obstrue la bouche, enlevant ainsi la voix et la parole. « Que les enfants des Thébains jouent donc de l’aulos », disait-il, « eux qui ne savent pas entretenir une conversation ! Mais nous, les Athéniens, à ce que disent nos pères, nous avons Athéna comme archégète, et Apollon comme ancêtre : des deux, l’une a jeté l’aulos et l’autre a écorché l’aulète ! ». Avec ces propos mi-badins, mi-sérieux, Alcibiade se détourna de l’étude de l’aulos et en détourna également ses camarades. En effet, le bruit courut chez les enfants qu’Alcibiade avait raison de détester l’art de l’aulos et de se moquer de ceux qui l’étudiaient. C’est à partir de là que l’aulos fut entièrement exclu des occupations libérales et complètement déconsidéré. »

  • 2 Plutarque, Alc. 2.1 : φύσει δὲ πολλῶν ὄντων καὶ μεγάλων ἐν αὐτῷ τὸ φιλόνικον ἰσχυρότατον ἦν καὶ τὸ (...)

2L’anecdote est censée illustrer les traits dominants du caractère d’Alcibiade, son désir de vaincre et de primer2. En l’occurrence, elle souligne surtout son peu de respect pour la tradition et l’autorité quelle qu’elle soit, ainsi que sa précoce influence sur ses contemporains et, accessoirement, le souci assez superficiel qu’il avait déjà de son apparence physique (fig. 1).

3On peut toutefois se demander quel crédit il faut accorder à la conclusion du passage. L’aulétique fut-elle vraiment l’objet d’un discrédit général à Athènes ? Dans l’affirmative, faut-il attribuer ce discrédit à un caprice d’enfant ? À moins que les propos prêtés au jeune Alcibiade ne soient le reflet d’un débat plus large, dont les enjeux peuvent être plus profonds que des considérations esthétiques et dont les effets dépassent la versatilité des effets de mode.

Figure 1 : « …ses proches eux-mêmes reconnaissent vraiment difficilement le visage d’un homme qui souffle avec sa bouche dans un aulos ».

Figure 1 : « …ses proches eux-mêmes reconnaissent vraiment difficilement le visage d’un homme qui souffle avec sa bouche dans un aulos ».

Coupe du peintre Euaion, vers 460 – 450 av. J.-C. Musée du Louvre G467
Origine de l’illustration : http://upload.wikimedia.org/​wikipedia/​commons/​3/​33/​Banquet

1. Vivre au son des auloi

  • 3 Pausanias, 4.27 : ταῖς δὲ ἐφεξῆς τοῦ τείχους τὸν περίβολον ἤγειρον καὶ ἐντὸς οἰκίας καὶ τὰ ἱερὰ ἐπο (...)

4Il importe, pour mieux cerner la portée de l’anecdote rapportée par Plutarque, de rappeler tout d’abord l’omniprésence de l’aulos, en Grèce de manière générale et à Athènes en particulier, dans tous les contextes de la vie civique et de la vie privée, comme en témoignent les documents textuels et iconographiques. La céramique met fréquemment en scène des aulètes accompagnant les cérémonies religieuses, les scènes de sacrifice, les processions de mariage, tout comme les grands concours et festivals civiques. Elle illustre abondamment par ailleurs la présence de l’aulos au banquet, que l’instrument soit aux mains d’un personnel spécifique, masculin ou féminin, représenté debout aux côtés de convives, ou aux mains des convives eux-mêmes, allongés sur des lits de banquets. C’est également au son des auloi que s’exercent un certain nombre d’activités collectives, constructions navales, élévation de murailles par exemple, comme en témoigne Pausanias à propos de la construction de Messène3. De même, l’aulos imprime le rythme des marches militaires ou celui de la rame quand il s’agit de faire avancer les trières. Il est ainsi associé à nombre d’activités où la répétition d’un même geste, accompli simultanément par un grand nombre de participants, justifie de marquer la mesure tout en produisant un effet d’entraînement collectif.

  • 4 Platon, Symp. 212 d-e.
  • 5 Platon, Symp. 215b-d. Comparant Socrate à Marsyas, Alcibiade affirme que le premier est supérieur a (...)
  • 6 Plutarque, Alc. 32.2.

5En ce qui concerne plus particulièrement Alcibiade, divers témoignages semblent indiquer que son rejet de l’aulos, dans sa vie privée comme dans sa vie publique, ne fut pas si radical que le suggère Plutarque. Il n’hésitait pas à recourir, tout comme les autres Athéniens de son temps, au service de joueuses d’aulos dans le cadre symposiaque. En témoigne ce passage du Banquet de Platon, où l’on voit Alcibiade, à l’occasion d’une savoureuse scène de kômos, arriver chez Agathon, appuyé sur l’épaule d’une joueuse d’aulos4. Un peu plus loin dans ce même dialogue, lorsqu’Alcibiade s’adresse à Socrate, il tient, sur l’aulos en général et sur Marsyas, l’aulète écorché par Apollon, en particulier, des propos beaucoup plus nuancés que ce que pouvait laisser supposer l’anecdote racontée par Plutarque5. Ce même Plutarque, d’ailleurs, rapporte (avec quelques réserves il est vrai) une affirmation de Douris de Samos selon lequel, en 407 pour son retour triomphal à Athènes à la tête de la flotte, l’ancien exilé avait recruté comme joueur d’aulos chargé de rythmer les gestes des rameurs, non pas le premier venu, mais une véritable star en la personne de Chrysogonos, vainqueur aux jeux Pythiques6. Certes le trait est destiné à illustrer la munificence d’Alcibiade, et si Douris l’a retenu, c’est justement pour souligner le caractère exceptionnel que revêtait ce choix dans un tel contexte. Mais cela indique aussi que la qualité de l’aulète pouvait être appréciée par les Athéniens au même titre que celle des autres équipements du navire, et qu’Alcibiade le savait. Il apparaît ainsi que vers la fin du ve siècle, les aulètes atteignaient parfois une réelle célébrité quand ils avaient su démontrer leur talent, et que l’Athénien moyen était bien conscient des différences de valeur entre les exécutants, dans un corps de professionnels où pouvait prendre place toute une hiérarchie allant de la plus modeste joueuse d’aulos recrutée pour un banquet au virtuose couronné dans des concours panhelléniques.

6Toutefois, ces différents témoignages illustrent surtout le goût des auditeurs. Qu’en est-il lorsqu’il s’agit de la pratique instrumentale ? Les deux modalités, audition et pratique, vont-elles de pair ? Sont-elles également appréciées ou dénigrées ? Ou faut-il les distinguer pour mesurer la réalité de l’engouement ou du rejet de l’aulos ?

2. La pratique de l’aulos en débat

7Un passage d’Athénée permet de reconsidérer dans cette perspective l’anecdote plutarquienne :

Εμελεν δ τος πάλαι πσιν Ελλησι μουσικς· διόπερ κα αλητικ περισπούδαστος ν. Χαμαιλέων γον ρακλεώτης ν τ πιγραφομέν Προτρεπτικ Λακεδαιμονίους φησ κα Θηβαίους πάντας αλεν μανθάνειν ρακλεώτας τε τος ν τ Πόντ καθαυτν τι θηναίων τε τος πιφανεστάτους, Καλλίαν τε τνΙππονίκου κα Κριτίαν τν Καλλαίσχρου. Δορις δν τ περ Εριπίδου κα Σοφοκλέους λκιβιάδην φησ μαθεν τν αλητικν ο παρ το τυχόντος, λλ Προνόμου το μεγίστην σχηκότος δόξαν. ριστόξενος δ κα παμινώνδαν τν Θηβαον αλεν μαθεν παρ λυμπιοδώρ κα ρθαγόρ. Κα τν Πυθαγορικν δ πολλο τν αλητικν σκησαν, ς Εφράνωρ τε κα ρχύτας Φιλόλαός τε λλοι τε οκ λίγοι. ῾Ὁ δΕφράνωρ κα σύγγραμμα περ αλν κατέλιπεν· μοίως δ κα ρχύτας. (Athénée, Deipnosophistes IV 184d)

« Tous les Grecs d’autrefois s’intéressaient à la musique. C’est la raison pour laquelle la pratique de l’aulos faisait l’objet d’un grand engouement. Par exemple, Chaméléon d’Héraclée, dans son Protreptique, écrit que tous les Lacédémoniens et les Thébains apprennent à jouer de l’aulos, ainsi que les habitants d’Héraclée à son époque encore, et les plus en vue des Athéniens : Callias, fils d’Hipponicos et Critias, fils de Callaischros. Douris, lui, dans son ouvrage sur Euripide et Sophocle, affirme qu’Alcibiade étudia l’art de l’aulos, non pas auprès du premier venu mais auprès de Pronomos qui jouissait d’une réputation considérable. Aristoxène affirme qu’Épaminondas de Thèbes apprit à jouer de l’aulos auprès d’Olympiodore et d’Orthagoras. Par ailleurs, beaucoup des Pythagoriciens pratiquèrent l’art de l’aulos, tels Euphranôr, Archytas, Philolaos et d’autres en nombre significatif. Euphranôr a aussi laissé des écrits sur l’aulos, ainsi qu’Archytas. »

  • 7 Plutarque, Alc. 32.2.
  • 8 Plutarque, Per. 28 ; Alc. 32 ; Dém. 19.
  • 9 Aristide Quintilien, 2.19.
  • 10 Critias, fr. B1 (88 DK).

8Il s’agit bien, cette fois, de rendre compte du goût des Grecs en général et des Athéniens en particulier pour l’aulétique, sous l’angle de la pratique personnelle. Les sources que cite Athénée paraissent converger pour établir l’extension spatiale et chronologique de l’aulétique comme objet d’étude, tout particulièrement chez les élites, avec une tradition qui s’étend du dernier tiers du ve siècle à leur propre époque, c’est-à-dire jusqu’au début du iiie siècle, et qui concerne de nombreuses cités, dont Athènes. Le témoignage de Douris de Samos est particulièrement intéressant : selon lui, le jeune Alcibiade étudia bien l’art de l’aulos et, qui plus est, eut un maître des plus prestigieux. Douris, historien, auteur de traités sur la tragédie, se prétendait descendant d’Alcibiade7 : or il semble avoir voulu à plusieurs reprises montrer en ce dernier un bon connaisseur en matière d’aulétique, ce qui irait à l’encontre de l’anecdote rapportée par Plutarque. Toutefois ce dernier met fréquemment en doute la crédibilité de Douris8 et, de façon plus générale, on peut remarquer que le montage de citations opéré par Athénée (dans un passage où un personnage veut donner ses lettres de noblesse à la mode de l’aulos et plus particulièrement du monaule chez les Alexandrins) utilise comme sources des théoriciens de la musique, de tradition soit pythagoricienne (Euphranôr, Archytas) soit péripatéticienne (Chaméléon, Douris, Aristoxène). Il est probable que ces différents témoignages s’inscrivaient précisément au cœur de discussions et de débats concernant aussi bien les vertus comparées des instruments à vents et des instruments à cordes, que l’évolution de la musique et sa fonction éducative. En ce qui concerne les « Pythagoriciens », il serait facile d’opposer à l’assertion selon laquelle beaucoup d’entre eux pratiquèrent l’art de l’aulos, l’assertion d’Aristide Quintilien, selon laquelle Pythagore jugeait l’aulos vulgaire et hubristikos et conseillait à ses disciples de se « rincer l’ouïe » après avoir entendu son souffle en purifiant par les sons de la lyre les élans irraisonnés de l’âme qu’il provoquait9. Mais cette affirmation, qui porte la marque du néo-pythagorisme, reflète elle aussi des débats ultérieurs au ve siècle. En revanche, un fragment conservé de Critias qui, selon Chaméléon d’Héraclée, avait étudié l’aulétique de même que les « plus en vue des Athéniens », fait l’éloge d’Anacréon qualifié d’« adversaire des auloi, ami du barbiton » (αλνντίπαλον, φιλοβάρβιτον)10. Cette expression laisse supposer que l’opposition entre l’aulos et les instruments à cordes faisait bien l’objet d’un débat au ve siècle, quelle qu’ait été par ailleurs la position de Critias lui-même dans ce débat.

3. Marsyas l’aulète, entre Athéna et Apollon

  • 11 Voir supra, note 4.

9Pour dépasser ces apparentes contradictions, il faut maintenant revenir au texte de Plutarque. Celui-ci fait état d’une rupture dans la tradition éducative athénienne, rupture qu’il impute à un caprice du jeune Alcibiade, soucieux de son apparence physique. Toutefois, on peut relever dans les propos prêtés à l’enfant l’allusion appuyée à Marsyas et au double développement de son mythe : la tradition selon laquelle il ramassa et fit son instrument de prédilection de l’aulos inventé et rejeté par Athéna, et celle selon laquelle il osa provoquer Apollon à une compétition musicale, au terme de laquelle le dieu et sa lyre furent déclarés vainqueurs, tandis que Marsyas était écorché. Or, cette allusion trouve un écho dans la comparaison, beaucoup plus positive11, entre Socrate et Marsyas que fait Alcibiade adulte dans le Banquet de Platon. Cet écho n’est certainement pas le fait du hasard. Que le discours du jeune Alcibiade, tel que le rapporte Plutarque, soit véridique ou apocryphe, il est douteux que la paternité tout comme la conséquence de cette argumentation, qui renvoie au mythe de Marsyas comme à des faits connus de tous, soit attribuable au seul Alcibiade, fût-il le personnage charismatique et lanceur de modes que se plaisent à décrire les textes contemporains ou postérieurs.

10Dans un autre passage des Deipnosophistes d’Athénée, au début du livre XIV, les convives abordent la question de la valeur de l’aulos et évoquent eux aussi le mythe d’Athéna et de Marsyas.

Περὶ μὲν γὰρ αὐλῶν ὃ μέν τις ἔφη τὸν Μελανιππίδην καλῶς ἐν τῷ Μαρσύᾳ διασύροντα τὴν αὐλητικὴν εἰρηκέναι περὶ τῆς Ἀθηνᾶς· ἁ μὲν Ἀθάνα τὤργαν´ ἔρριψέν θ´ ἱερᾶς ἀπὸ χειρὸς εἶπέ τ’ ἔρρετ´ αἴσχεα, σώματι λύμα, ἐμὲ δ´ ἐγὼ κακότατι δίδωμι. Πρὸς ὃν ἀντιλέγων ἄλλος ἔφη· ἀλλ´ ὅ γε Σελινούντιος Τελέστης τῷ Μελανιππίδῃ ἀντικορυσσόμενος ἐν Ἀργοῖ ἔφη — ὁ δὲ λόγος ἐστὶ περὶ τῆς Ἀθηνᾶς· ὃν σοφὸν σοφὰν λαβοῦσαν οὐκ ἐπέλπομαι νόῳ δρυμοῖς ὀρείοις ὄργανον δίαν Ἀθάναν δυσόφθαλμον αἶσχος ἐκφοβηθεῖσαν αὖθις ἐκ χερῶν βαλεῖν, νυμφαγενεῖ χειροκτύπῳ φηρὶ Μαρσύᾳ κλέος. (Athénée, Deipnosophistes XIV 616 e-f)

« En ce qui concerne les auloi, l’un des convives dit que Mélanippide, tournant joliment en ridicule l’art de l’aulos dans son Marsyas, a dit d’Athéna : « Athéna jeta de sa sainte main l’instrument et prononça ces mots : “loin de moi, chose honteuse, affront pour mon apparence, Quoi, moi, m’adonner à cette vilenie !” ». Mais un autre convive lui objecta : « Oui, mais Téleste de Sélinonte va à l’encontre de Mélanippe dans son Argo quand il dit (le passage porte sur Athéna) “Je ne peux croire en mon cœur que la divine Athéna, elle l’ingénieuse, ayant reçu cet ingénieux instrument des chênaies des montagnes l’ait rejeté de ses mains par crainte d’un aspect disgracieux, pour qu’il fasse la gloire du bestial Marsyas, fils d’une Nymphe, qui la fait résonner de ses mains.” »

  • 12 Sur le groupe de Myron et ses rapports avec le dithyrambre de Mélanippide, voir Beschi, 1996, p. 42
  • 13 Voir par exemple le cratère attique à volutes à figures rouges attribué au peintre Cadmos, daté des (...)
  • 14 Sur les liens entre les textes et l’iconographie, voir Van Keer, 2004.

11Une nouvelle fois, en l’absence du contexte d’où proviennent les citations attribuées à Mélanippide et à Téleste, on ne peut affirmer que celles-ci, tirées de dithyrambes, reflétaient un jugement personnel de leurs auteurs sur l’aulos. Mais elles témoignent en tout cas que, dès la seconde moitié du ve siècle, le personnage de Marsyas était utilisé pour mettre en scène le débat sur la valeur de l’aulos, au point d’être le personnage titre d’un dithyrambe. Dès les années 460, le célèbre groupe statuaire de Myron offrait aux regards sur l’Acropole une représentation du mythe de l’invention de l’aulos (fig. 2)12. Dans les dernières décennies du ve siècle, aux représentations de ce thème dans la céramique s’ajoute celle de l’agôn entre Marsyas et Apollon13 et, par la suite, le motif iconographique du satyre Marsyas jouant de l’aulos connaît un succès croissant14. Lorsque dans la République de Platon est abordée la question de la place qui doit être accordée à la musique dans l’éducation et de celle des instruments qui seront admis dans la cité, Socrate s’inscrit dans la tradition qui place « Apollon et les instruments d’Apollon devant Marsyas et ses instruments », faisant ainsi allusion à la seconde partie du mythe.

– Τριγώνων ρα κα πηκτίδων κα πάντων ργάνων σα πολύχορδα κα πολυαρμόνια, δημιουργος ο θρέψομεν.
– Ο φαινόμεθα.
– Τί δέ ; αλοποιος αλητς παραδέξ ες τν πόλιν ; ο τοτο πολυχορδότατον, κα ατ τ παναρμόνια αλο τυγχάνει ντα μίμημα ;
– Δλα δή, δς.
– Λύρα δή σοι, ν δγώ, κα κιθάρα λείπεται κατ πόλιν χρήσιμα· κα α κατγρος τος νομεσι σύριγξ ν τις εη.
 ς γον, φη, λόγος μν σημαίνει.
– Ο
δέν γε, ν δ’ γώ, καινν ποιομεν, φίλε, κρίνοντες τν πόλλω κα τ το πόλλωνος ργανα πρ Μαρσύου τε κα τν κείνου ργάνων. (Platon, République II 399c-e)

« – Donc, nous n’accueillerons pas de fabricants de harpes triangulaires, ni de pectides, ni d’aucun de tous ces instruments à cordes multiples et à harmonies multiples.
– Non, de toute évidence !
– Mais quoi ? Les fabricants d’auloi et les joueurs d’aulos, les admettras-tu dans la cité ? N’est-ce pas là l’instrument qui possède le plus de cordes, et ces instruments mêmes qui possèdent toutes les harmonies, ne sont-ils pas, par hasard, des imitations de l’aulos ? 
– Si, c’est clair.
– Il te reste donc la lyre, dis-je, et la cithare, comme instruments à utiliser dans la cité. Par ailleurs, à la campagne il pourrait y avoir la syrinx pour les bergers.
– C’est du moins le sens que prend notre propos.
– Nous ne faisons en tout cas rien de nouveau, mon ami, dis-je, en plaçant Apollon et les instruments d’Apollon devant Marsyas et ses instruments. »

  • 15 Sur la probable origine athénienne de cet ajout au mythe de l’invention de l’aulos, voir Beschi, 19 (...)

12Les raisons du rejet de l’aulos dans le texte de Platon peuvent paraître surprenantes, puisqu’il est écarté à côté d’une série d’instruments à cordes, et condamné paradoxalement comme l’instrument polychordique et polyharmonique par excellence. Sans aborder plus avant la question complexe des théories platoniciennes sur les rapports de l’harmonie musicale et politique, on constatera seulement que les propos attribués à Socrate s’appuient sur la réprobation de la « nouvelle musique », dont l’essor a fait l’objet de controverses dès la seconde moitié du ve siècle. De fait, l’évolution technique des instruments a conduit à accroître le nombre de notes par l’ajout de cordes ou de trous supplémentaires, à l’origine d’une variété des chromata, permettant de multiplier les harmonies et les modulations et donnant lieu à une virtuosité instrumentale. Cette évolution a eu pour conséquence de donner progressivement une véritable autonomie de la musique instrumentale par rapport au chant. Par ailleurs, cette nouvelle musique vise à susciter des émotions fortes chez l’auditeur. L’aulos, par les possibilités qu’il offre en ce domaine, par son association traditionnelle au mode phrygien et à des circonstances comme la célébration des mariages et des funérailles, par ses liens avec les représentations tragiques, est accusé d’enflammer les passions. Si l’on ajoute qu’il dissocie nécessairement le chant et le jeu instrumental, comme le souligne le jeune Alcibiade, l’aulos peut être considéré comme emblématique de cette nouvelle musique qui fait l’objet de condamnations sévères chez ceux qui, à la suite de Damon d’Oè, considèrent que l’évolution de la musique modifie l’ethos des citoyens et, par là-même, la politeia de la cité. Après le rejet de sa propre invention par Athéna15, le châtiment imposé à Marsyas par Apollon devient ainsi la représentation la plus radicale qui soit de l’exclusion de l’aulos de la cité bien gouvernée.

4. L’aulos et l’éducation du citoyen

13Dans un passage souvent cité du livre VIII des Politiques, consacré à l’éducation du citoyen dans l’État idéal, Aristote aborde, en historien et en philosophe, la place qu’a occupée et que doit occuper l’aulos dans cette éducation.

Δλον δ κ τούτων κα ποίοις ργάνοις χρηστέον. Οτε γρ αλος ες παιδείαν κτέον οτ’ λλο τι τεχνικν ργανον, οον κιθάραν κν ε τι τοιοτον τερον στιν, λλσα ποιήσει τούτων κροατς γαθος τς μουσικς παιδείας τς λλης· τι δ οκ στιν αλς θικν λλ μλλον ργιαστικόν, στε πρς τος τοιούτους ατ καιρος χρηστέον ν ος θεωρία κάθαρσιν μλλον δύναται μάθησιν. Προσθμεν δ τι συμβέβηκεν ναντίον ατ πρς παιδείαν κα τ κωλύειν τ λόγ χρσθαι τν αλησιν. Δι καλς πεδοκίμασαν ο πρότερον ατο τν χρσιν κ τν νέων κα τν λευθέρων, καίπερ χρησάμενοι τ πρτον ατ. Σχολαστικώτεροι γρ γιγνόμενοι δι τς επορίας κα μεγαλοψυχότεροι πρς τν ρετήν, τι τε <κα> πρότερον κα μετ τ Μηδικ φρονηματισθέντες κ τν ργων, πάσης πτοντο μαθήσεως, οδν διακρίνοντες λλ’ πιζητοντες. Δι κα τν αλητικν γαγον πρς τς μαθήσεις. Κα γρ ν Λακεδαίμονί τις χορηγς ατς ηλησε τ χορ, κα περ θήνας οτως πεχωρίασεν στε σχεδν ο πολλο τν λευθέρων μετεχον ατς· δλον δ κ το πίνακος ν νέθηκε Θράσιππος κφαντίδ χορηγήσας. Ὕστερον δ’ πεδοκιμάσθη δι τς πείρας ατς, βέλτιον δυναμένων κρίνειν τ πρς ρετν κα τ μ πρς ρετν συντενον· μοίως δ κα πολλ τν ργάνων τν ρχαίων, οον πηκτίδες κα βάρβιτοι κα τ πρς δονν συντείνοντα τος κούουσι τν χρωμένων, πτάγωνα κα τρίγωνα κα σαμβῦκαι, καὶ πάντα τὰ δεόμενα χειρουργικῆς ἐπιστήμης. Ελόγως δ’ χει κα τ περ τν αλν π τν ρχαίων μεμυθολογημένον. Φασ γρ δ τν θηνν εροσαν ποβαλεν τος αλούς. ο κακς μν ον χει φάναι κα δι τν σχημοσύνην το προσώπου τοτο ποισαι δυσχεράνασαν τν θεόν· Ο μν λλ μλλον εκς τι πρς τν διάνοιαν οθέν στιν παιδεία τς αλήσεως, τ δ θην τν πιστήμην περιτίθεμεν κα τν τέχνην. (Aristote Politique VIII 6 1341a)

« Dès lors, on voit clairement aussi quelle sorte d’instruments il faut utiliser. En effet, il ne faut introduire dans l’éducation ni l’aulos, ni aucun autre instrument professionnel comme la cithare ou tout autre de ce genre, mais seulement tous ceux qui formeront de bons auditeurs, qu’il s’agisse de l’éducation musicale ou de toute autre éducation. De surcroît l’aulos n’a pas un caractère éthique, mais plutôt orgiastique, de sorte qu’il faut l’utiliser dans les occasions où le spectacle produit plus une catharsis qu’un apprentissage. Ajoutons aussi que la pratique de l’aulos empêche l’usage de la parole, ce qui est un obstacle à sa fonction éducative. Aussi nos pères eurent-ils raison d’en proscrire l’usage pour les jeunes gens et les hommes libres alors qu’ils en avaient usé précédemment. En effet, disposant de plus de loisir grâce à leur aisance matérielle et plus magnanimement portés à la vertu, exaltés de plus par leurs exploits antérieurs et postérieurs aux guerres médiques, ils s’attachaient à toute sorte d’études, indistinctement et avec ardeur. Voilà pourquoi ils introduisirent aussi l’aulétique dans les études. Ainsi, à Lacédémone également, un chorège mena lui-même le chœur au son de l’aulos et, concernant Athènes, la pratique de l’aulos se répandit au point que presque tous les hommes libres s’y livraient. On le voit bien avec la tablette que déposa Thrasippos qui avait été chorège pour Ekphantidès. Par la suite, l’expérience qu’on en avait fit proscrire cet instrument, lorsque l’on devint plus apte à départager ce qui tend à la vertu et ce qui n’y tend pas. Il en alla de même pour bien des instruments antiques, tels les pectides, les barbitons et ceux qui tendent au plaisir des auditeurs de ceux qui en jouent : l’heptagone, le trigone, la sambuque et tous ceux qui demandent une dextérité manuelle. Il ne manque pas de sens le récit mythique rapporté par les anciens à propos de l’aulos. On raconte en effet qu’Athéna après avoir découvert l’aulos l’a rejeté au loin. Il n’est pas stupide de dire que c’est à cause de la déformation infligée à son visage que la déesse irritée agit ainsi. Néanmoins il est plus vraisemblable que l’éducation apportée par la pratique de l’aulos n’apporte rien à l’intelligence, alors que c’est à Athéna que nous attribuons le savoir et l’art. »

14Ce texte est d’une importance capitale pour la question qui nous occupe. On y retrouve la référence à Athéna, à côté de considérations sur le caractère orgiastique de l’aulos, considérations dont l’origine est sans doute à chercher dans l’association de l’aulos à des contextes orgiaques, mais aussi dans les liens étroits qu’il entretient avec le vin et le kômos dans le cadre du symposion. Cependant deux registres sont désormais étroitement mêlés : d’une part celui du jugement philosophique concernant les effets produits par le son de l’aulos sur l’auditeur, résultat d’un siècle de réflexion philosophique sur les liens entre la musique et l’éthique, réflexion qui, comme chez Platon, ne se limite pas au seul aulos et s’étend plus globalement à un jugement sur l’évolution de la musique ; d’autre part, la question particulière de la place qu’occupe et que doit occuper la pratique de l’aulos dans la paideia grecque. Certes la condamnation de l’audition de l’aulos implique celle de sa pratique mais l’inverse n’est pas nécessairement vrai, et le point de vue philosophique d’Aristote sur cette question dépasse largement la simple opposition de l’aulos et de la lyre, des instruments à vent et des instruments à cordes, telle qu’elle apparaît dans l’anecdote sur l’enfance d’Alcibiade.

15Il faut donc reprendre la question de la place réservée à l’aulos dans l’éducation, non pas à partir du dialogue qui s’instaure entre ce passage des Politiques aristotéliciennes et celui, cité plus haut, de la République de Platon, mais à partir de la confrontation entre les éléments fournis par Aristote et ceux contenus dans les témoignages de Plutarque et d’Athénée.

  • 16 Voir par exemple la coupe de Makron conservée au Kunsthistorisches-Museum de Vienne et datée des en (...)
  • 17 Plutarque, Per. 13.9.
  • 18 Plutarque, Per. 13.12 : Φιλοτιμούμενος δ᾿ ὁ Περικλῆς τότε πρῶτον ἐψηφίσατο μουσικῆς ἁγῶνα τοῖς Πανα (...)
  • 19 Plutarque, Per. 4.1-4. Sur l’influence de Damon d’Oè, voir Beschi, 1996, p. 43.

16Nous avons vu que Plutarque faisait état d’une rupture dans la pratique éducative athénienne, celle qui fit bannir l’étude de l’aulos des études libérales, dans les années 440, sous l’influence d’Alcibiade enfant. Aristote lui, évoque deux ruptures : une première qui correspond à l’introduction de l’aulétique dans le programme éducatif du jeune Athénien et qu’il situe juste après les guerres médiques, puis une seconde, correspondant à son exclusion, qu’il ne date pas précisément, se contentant d’affirmer qu’elle eut lieu « par la suite » (ὕστερον) et par la volonté d’une génération antérieure à la sienne (οπρότερον), c’est-à-dire entre les guerres médiques et sa propre époque. Il attribue cette seconde rupture, non pas à l’influence d’un homme déterminé, mais plus largement à l’expérience acquise. On peut ainsi reconstituer une chronologie de la mode de l’aulétique à Athènes, introduite dans le programme éducatif peu après (ou peu avant) les guerres médiques, mais sans doute comme savoir propre aux élites, accompagnant l’étude de la poésie et mis en valeur dans la pratique symposiaque. La céramique du début du ve siècle, qui offre quelques scènes de leçons d’aulétique, confirme que l’étude de l’aulos faisait bien alors partie intégrante de l’éducation libérale (fig. 3)16. La faveur dont jouissait la pratique de l’aulos chez les élites trouva sans doute son apogée au début de la période péricléenne, moment à partir duquel cette faveur convergea avec la démocratisation de son audition et avec les premiers développements de la virtuosité instrumentale et l’émergence d’une théorisation des liens entre musique éthique et politique. De fait, les témoignages se recoupent pour montrer l’influence de Périclès dans cette convergence : nous avons vu que selon Douris de Samos, il faisait initier à la pratique de l’aulos son pupille Alcibiade par un maître réputé ; dans le même temps, il faisait construire l’Odéon17, instaurait les concours musicaux (dont un concours d’aulos dont il passait pour avoir réglé lui-même les modalités) lors de la fêtes des Panathénées18, et fréquentait assidûment son ancien maître de musique, Damon d’Oè19, premier théoricien d’une interprétation éthique de la musique.

Figure 3 : « une leçon d’aulos ». Coupe de Douris, vers 485, Staatliche Museen Berlin. F2285.

Figure 3 : « une leçon d’aulos ». Coupe de Douris, vers 485, Staatliche Museen Berlin. F2285.

Origine de l’illustration : http://www.perseus.tufts.edu/​hopper/​artifactBrowser?object=Vase&field=Painter&value=Douris

17La seconde rupture, qu’Aristote attribue à l’expérience acquise et au progrès de la connaissance en matière d’arètè, est toutefois décrite et justifiée avec des arguments qui rappellent ceux prêtés à Alcibiade par Plutarque. Comme Alcibiade, Aristote évoque le récit mythique du rejet de l’aulos par Athéna et le juge « non dépourvu de sens « (ελόγωςχει). Même si pour sa part il en propose une interprétation intellectuelle qui va dans le sens de l’enjeu éducatif qu’il défend, il ne considère pas stupide (οκακς μν ονχει) la lecture littérale, qui correspond exactement à celle pratiquée par Alcibiade. Comme Alcibiade également il voit dans l’empêchement de la parole un obstacle à la valeur éducative de cet instrument. Comme Alcibiade enfin, il en proscrit l’usage pour les hommes libres. On voit donc que si Aristote, à la différence de Plutarque, n’associe pas le nom d’Alcibiade à cette seconde rupture, on retrouve des éléments d’argumentation assez disparates mais fort semblables dans les deux textes, qui paraissent renvoyer à un discours largement diffusé.

  • 20 Voir Wilson,1999, p. 79.

18Parmi ces éléments, l’argument du caractère aneleutheros, « indigne d’un homme libre », de l’aulos, quoiqu’à peine évoqué, est peut-être le plus significatif. Il correspond à une évolution de la céramique où, dans le dernier tiers du ve siècle, les convives jouant eux-mêmes de l’aulos disparaissent graduellement au profit d’un personnel servile, jeunes serviteurs ou joueuses d’aulos. Ce phénomène peut être relié à l’évolution du jeu entraîné par le développement de la nouvelle musique : une pratique de plus en plus technique, demandant une virtuosité de plus en plus grande devient progressivement l’apanage de professionnels. Parallèlement, l’essor de l’aulos dans tous les domaines de la vie civique a favorisé l’inflation de la fonction aulistique, au point que la question se pose de savoir s’il existait un contingent d’aulètes de statut servile20.

  • 21 Platon, Symp. 176e.

19On connaît le jugement politique de Platon et d’Aristote sur les professionnels, et surtout sur ceux qui pratiquent un art manuel : il va de soi que, pour Aristote, un savoir qui relève de la virtuosité manuelle (χειρουργικὴ ἐπιστήμη) ne peut convenir à l’homme libre. Mais il est probable que pour le jeune Alcibiade, la pratique généralisée de l’aulos par des professionnels rémunérés, voire par des esclaves femmes, ôte tout prestige à cette activité. Ce n’est pas le son de l’aulos qu’il repousse, pour des raisons éthiques ou philosophiques, mais sa seule pratique. Autrement dit, à la différence d’Eryximaque dans le Banquet, Alcibiade n’envoie pas « promener la joueuse d’aulos21 », il refuse seulement d’être confondu avec elle.

  • 22 Athénée, VIII.337e-f : Ἀνδρὶ μὲν αὐλητῆρι θεοὶ νόον οὐκ ἐνέφυσαν, ἀλλ´ ἅμα τῷ φυσῆν χὠ νόος ἐκπέτατ (...)
  • 23 Cf. Plutarque, Symp. quaest. VII8. 713b : τὸν Μαρσύαν ἐκεῖνον ὑπὸ τοῦ θεοῦ κολασθῆναι ὅτι φορβεῖᾳ (...)

20De fait, cette évolution remet en cause la paideia aristocratique, transmise en particulier dans le cadre du symposion comme un savoir partagé par les élites et permettant de prouver sa valeur entre pairs par la maîtrise d’un certain nombre d’activités précisément réglées, incluant le « savoir boire » et le « savoir parler », qui se matérialisent dans le « savoir passer les coupes et la parole », le « savoir chanter », le « savoir jouer de la musique », ou encore le « savoir lancer le cottabe ». La technicité croissante de la pratique de l’aulos, en privant les élites de la prépondérance dans la maîtrise de ce savoir, a progressivement discrédité cet instrument. La séparation, dans un système d’opposition exclusive, du geste (affaire de technique) et de la parole (affaire d’éducation), apparaît donc davantage comme une conséquence que comme une cause du discrédit de l’aulos. échappant à l’élite, l’aulos devient le propre de l’homme de rien, de celui qui a besoin d’un instrument pour émettre un son, faute de maîtriser le logos, désormais au centre de la paideia. Un dicton, rapporté par Athénée et présenté comme « ancien », ne dit-il pas : « À un homme qui joue de l’aulos, les dieux n’ont pas insufflé l’esprit : chez lui, avec le souffle s’envole l’esprit22 » ? La phorbeia, cet accessoire qui réduit la tension et la déformation des joues en aidant le joueur à diriger son souffle, aurait pu être une réponse à l’argument de la disgrâce physique avancé par Alcibiade. Elle a surtout achevé de faire de l’aulos le symbole même de la parole empêchée, devenue la parole muselée (fig. 4)23.

Figure 4 : Phorbeia

Figure 4 : Phorbeia

Origine de l’illustration : http://www.mlahanas.de/​Greeks/​Music.htm

  • 24 Sur les attaques portées contre la place des aulètes au théâtre par les auteurs comique, voir Basti (...)
  • 25 Pratinas, fr.1 (Page) [= Athénée XIV 617d.] : τὰν ἀοιδὰν κατέστασε Πιερὶς βασίλειαν· ὁ δ᾿ αὐλὸς ὕστ (...)
  • 26 Platon, Leg. III.701 a : ὅθεν δὴ τὰ θέατρα ἐξ ἀφώνων φωνήεντ᾿ ἐγένοντο, ὡς ἐπαΐοντα ἐν μούσαις τό (...)

21Dans le même temps, la démocratisation du goût pour l’audition de l’aulos, favorisée par sa présence accrue au théâtre24 jusqu’à son émancipation par rapport au texte du drame pour devenir un spectacle à part entière, ne pouvait que renforcer la réprobation des élites à son égard. Elle dérogeait ainsi à la préconisation formulée à la fin du vie siècle par l’un des premiers auteurs de dithyrambes, Pratinas de Phlionte, qui écrivait : « le chant, Piéris l’a établi roi ; que l’aulos vienne en second dans le chœur, car il est son serviteur »25. Cette évolution, dans laquelle l’Athénien des Lois voit l’origine de la « théâtrocratie »26, ultime dégradation du régime politique athénien de son temps, qui débouche sur le mépris généralisé des lois, ne pouvait que contribuer à détourner de l’aulos tous ceux qui faisaient de la paideia l’une des caractéristiques des « meilleurs ». Le goût du public ne saurait coïncider avec celui des aristoi.

22Mais si le rejet de l’aulos, à partir du dernier tiers du ve siècle est le fait d’une réaction anti-démocratique des élites, pourquoi quelqu’un comme Critias, oligarque notoire, membre influent de l’oligarchie des Trente, a-t-il laissé, au côté d’un Callias réputé l’homme le plus riche d’Athènes, le souvenir d’avoir personnellement pratiqué l’art de l’aulos ? Est-ce là une trace de ces deux moments bien distincts dans l’éducation athénienne dont parle Aristote, Critias et Callias illustrant la paideia des élites entre les guerres médiques et la guerre du Péloponnèse ? Cependant, ces deux personnages, nés tous deux entre 460 et 450 appartiennent sensiblement à la même génération qu’Alcibiade, ont eu les mêmes maîtres, ont fréquenté les mêmes cercles. Aussi faut-il sans doute chercher ailleurs l’origine de cette réputation.

5. L’aulos, arme des oligarques ?

  • 27 Xénophon, Hell. II.3.23 : Μετὰ δὲ ταῦτα Λύσανδρός τε κατέπλει εἰς τὸν Πειραιᾶ καὶ οἱ φυγάδες κατῇσα (...)

23Avant de revenir au cas particulier de Critias, un détour par les circonstances de l’établissement de la seconde oligarchie à Athènes est nécessaire. Après avoir longuement évoqué les douloureuses négociations de paix au terme desquelles Athènes finit par accepter de se rendre aux conditions imposées par le vainqueur, incluant la destruction des Longs-Murs et de ceux du Pirée, la livraison de vaisseaux et le retour des exilés, Xénophon conclut le chapitre des Helléniques consacré à la fin de la guerre par cette phrase : « Ensuite, Lysandre et sa flotte entrèrent au Pirée, les exilés revinrent, et on se mit à détruire les murailles avec un grand enthousiasme, sous la conduite des joueuses d’aulos, en considérant que ce jour marquait le début de la liberté pour les Grecs27 ». La fin de la phrase a de quoi surprendre, dans la bouche d’un Athénien, si peu favorable fût-il à la démocratie, d’autant que Xénophon évite soigneusement de préciser le sujet du verbe : apparemment ceux-là mêmes qui détruisent les murailles (les Athéniens ?) le font avec enthousiasme et voient dans la destruction du symbole de la puissance de leur cité de début de leur liberté. Mais que font là les joueuses d’aulos ?

24La même anecdote est reprise par Plutarque, dans la Vie de Lysandre. Le biographe s’inspire visiblement de Xénophon, mais place l’épisode un peu plus tard, lors de la seconde venue de Lysandre à Athènes et ajoute quelques précisions supplémentaires :

῾Ὁ δον Λύσανδρος νδόντων τν θηναίων πρς παντα, πολλς μν ξ στεος μεταπεμψάμενος αλητρίδας, πάσας δ τς ν τ στρατοπέδ συναγαγών, τ τείχη κατέσκαπτε κα τς τριήρεις κατέφλεγε πρς τν αλόν, στεφανωμένων κα παιζόντων μα τν συμμάχων, ς κείνην τν μέραν ρχουσαν τς λευθερίας. (Plutarque, Lysandre 18)

« Une fois que les Athéniens se furent soumis à toutes les conditions, Lysandre fit venir un grand nombre de joueuses d’aulos de la ville, les réunit à toutes celles qu’il avait dans son camp, et fit abattre les murs et brûler les trières au son de l’aulos, tandis que les alliés, couronnés, faisaient la fête avec l’idée que ce jour marquait le début de la liberté. »

25La version de Plutarque répond en partie aux questions posées plus haut. L’enthousiasme et la joie sont le fait des alliés de Sparte, non des Athéniens. Quant aux joueuses d’aulos, elles viennent aussi bien d’Athènes que du camp de Lysandre (ce qui suppose qu’elles étaient présentes sur ses navires), convoquées par le navarque lacédémonien. Quel sens donner à cette mise en scène ?

  • 28 Xénophon, Lac. Pol. 13.8 : ὅταν γὰρ ὁρώντων ἤδη τῶν πολεμίων χίμαιρα σφαγιάζηται, αὐλεῖν τε πάντας (...)

26On peut bien sûr la mettre en rapport avec les habitudes militaires des Lacédémoniens, telles que les décrit Xénophon, dans la Constitution qu’il consacre à leur cité28 et telles que Thucydide les montre en action lors de la bataille de Mantinée :

Κα μετ τατα ξύνοδος ν, ργεοι μν κα ο ξύμμαχοι ντόνως κα ργ χωροντες, Λακεδαιμόνιοι δ βραδέως κα π αλητν πολλν μο γκαθεστώτων, ο το θείου χάριν, λλνα μαλς μετ υθμο βαίνοντες προσέλθοιεν κα μ διασπασθείη ατος τάξις, περ φιλε τ μεγάλα στρατόπεδα ν τας προσόδοις ποιεν. (Thucydide V 70)

« Après cela, ils se mirent en marche. Les Argiens et leurs alliés se déplaçaient avec fougue et impétuosité, mais les Lacédémoniens marchaient avec lenteur, selon le rythme donné par de nombreux aulètes établis parmi eux non pour une raison religieuse, mais pour que, marchant en cadence ils s’avancent de manière uniforme, sans rompre la disposition de leurs lignes comme les grandes armées ont coutume de le faire durant leur avancée. »

27La présence dans l’armée lacédémonienne d’aulètes, ayant pour fonction d’imprimer le rythme de l’embaton, “la marche au combat”, est ainsi bien attestée et Xénophon précise que les musiciens joueurs d’aulos faisaient partie des égaux et étaient admis dans la tente du roi, aux côtés des devins et des chefs de l’armée. Mais dans l’épisode qui nous occupe Lysandre n’est pas roi, malgré les couronnes il ne s’agit pas de marcher au combat, et les musiciens joueurs d’aulos sont des musiciennes !

  • 29 Cf. supra, note 2.

28S’agit-il alors seulement, comme lors de la construction des murailles de Messène29, d’accompagner musicalement le travail physique de ceux qui détruisent celles d’Athènes ? C’est possible, mais on ne voit pas dans ce cas la nécessité de regrouper toutes les joueuses d’aulos d’Athènes et du camp lacédémonien, et de s’en tenir à un personnel féminin. La mention de joueuses d’aulos, de couronnes et de réjouissances évoque bien davantage une scène de symposion tel qu’on le pratiquait à Athènes. Lysandre, bon connaisseur des pratiques athéniennes, présentait ainsi au vaincu un miroir où les mœurs guerrières du vainqueur se transformaient en une joyeuse fête de kômos célébrant sa défaite, et dans le même temps, il offrait à ses partisans, alliés de Lacédémone et oligarques athéniens pour qui la défaite de leur cité était surtout la défaite de la démocratie, une image de leur alliance, de leur satisfaction et de leurs intérêts communs.

29Or, si Lysandre est par bien des traits le plus athénien des Lacédémoniens, Critias est sans doute le plus laconophile des Athéniens. Chantre du banquet aristocratique à l’ancienne mode, il est en même temps un fervent admirateur de Sparte, dont il loue dans ses élégies la sophrôsunè et le kosmos, au banquet comme en campagne. Il est probable que si lui-même jouait de l’aulos, c’était très certainement selon « l’ancien style », et peut-être avec la volonté d’imiter Sparte où l’apprentissage de l’aulos restait une institution immuable comme le constate encore Chaméléon. Le goût de Critias pour l’aulos est un choix culturel qui n’est pas dépourvu de provocation.

  • 30 Plutarque, Pelop. 19 : οἱ νομοθέται τὸ φύσει θυμοειδὲς αὐτῶν καὶ ἄκρατον ἀνιέναι καὶ ἀνυγραίνειν εὐ (...)
  • 31 Cordano, 2002, p. 167-168.
  • 32 Pour E. Van Keer (2004), l’origine du discrédit de l’aulos à Athènes serait antérieure à la guerre (...)

30Car il est une autre explication possible du rejet de l’aulos à Athènes, que nous n’avons pas encore évoquée. C’est celle que suggèrent l’allusion que fait le jeune Alcibiade aux enfants thébains et son interprétation « nationaliste » du mythe de Marsyas : Athènes ne peut que se ranger du côté d’Athéna et d’Apollon, ses protecteurs, contre le phrygien Marsyas, l’étranger par excellence. Dès avant la guerre du Péloponnèse, à l’époque où Alcibiade est encore enfant et où il est censé avoir tenu ces propos, Thèbes est un centre producteur d’auloi, ce dont elle s’est fait une spécialité et une réputation, mais aussi d’aulètes, réputés pour leur virtuosité et leur pratique de la nouvelle musique. L’aulos reste très présent dans l’éducation thébaine à la fin du ve siècle et au début du ive, comme le signale Chaméléon à propos d’Épaminondas et comme le confirme Plutarque dans la Vie de Pélopidas30. Lacédémone est également très étroitement associée, nous l’avons vu, à la pratique de l’aulos31, mais selon le mode ancien, cette fois. Ainsi, alors que la guerre se prépare32 et plus encore quand elle a commencé, l’aulos peut être ressenti comme doublement étranger et qui plus est, lié aux deux principales cités ennemies. L’aulos qui muselle la parole du citoyen libre et qu’a rejeté Athéna peut ainsi symboliser l’hostilité à Athènes et à la démocratie (ce qui transparaît dans les propos prêtés au jeune Alcibiade, en un temps où il est encore le pupille de Périclès). En revanche, un Critias, anti-démocrate, ouvertement laconophile, qui dut à la défaite d’Athènes et à la victoire de Sparte son retour d’exil et qui n’allait pas tarder à instaurer une oligarchie extrêmement dure inspirée du modèle spartiate, ne pouvait que voir dans l’aulos un autre symbole de ce kosmos spartiate, de cette mise au pas qui devait caractériser l’ordre nouveau. Par ailleurs, le fait que cet instrument muselle la parole n’était peut-être pas pour lui déplaire, à lui qui prit des mesures tyranniques pour interdire l’enseignement de la rhétorique à Athènes. On peut supposer que lui et d’autres faisaient partie de ceux qui « faisaient la fête » aux côté de Lysandre et des alliés, lors de la destruction des Longs Murs édifiés par la démocratie athénienne. La musique produite par les joueuses d’aulos venues d’Athènes et du camp lacédémonien symbolisait assez bien la nouvelle alliance de deux personnages aussi ambigus l’un que l’autre par rapport aux valeurs de leurs cités respectives, Lysandre le général incarnant la victoire lacédémonienne mais si peu spartiate dans sa vie quotidienne, et Critias, l’Athénien nostalgique des pratiques symposiaques d’une Athènes révolue, et préparant pour sa cité une oligarchie radicale imitée d’une Sparte idéalisée.

Conclusion

31Dans l’analyse du statut controversé de l’aulos à Athènes, deux courants opposés seraient donc à croiser. D’une part, l’aulos entretient des rapports ambigus avec la démocratie, popularisé dans la seconde moitié du ve siècle par le théâtre et les spectacles musicaux, il fait l’objet d’un véritable engouement du public tandis que se développe la nouvelle musique. Mais dans le même temps, il reste quelque peu suspect parce qu’il est ressentie comme étranger, que ce soit par son origine ou par l’utilisation qu’en font Thébains et Lacédémoniens. Tout aussi ambiguë est l’attitude des élites à son égard : condamné au IVe et sûrement dès la fin du Ve comme emblématique du dérapage de la démocratie l’aulos est méprisé et rejeté parce qu’il devient l’instrument de professionnels, même si une partie de ces mêmes élites en fait de façon provocante le symbole de l’ordre oligarchique qu’elles voudraient voir instaurer à Athènes.

  • 33 Pour la réfutation de cette thèse, voir Mc Kinnon, 1985.

32Pour revenir à la question posée par le titre de cet article, il n’est donc pas de réponse simple. Le rejet de l’aulos au profit de la lyre, formulé par le jeune Alcibiade ne peut être ramené au choix de l’hellénisme contre la barbarie, ni à celui d’Apollon contre Dionysos, comme on l’a parfois dit33. C’est plus probablement déjà le reflet d’un choix politique. Mais lequel ? Les propos que lui attribue Plutarque se font l’écho d’un discours hostile mais disparate regroupant en un même développement des arguments d’origines diverses. Sans doute faudrait-il alors moduler la question : jouer de l’aulos à Athènes était-il politiquement correct ? Quand ? Pour qui ? Pourquoi ? À partir de la fin du ve siècle, la réponse serait sans doute majoritairement négative, mais pour des raisons très variables et, plus étrangement, en dépit de choix politiques parfois diamétralement opposés.

Haut de page

Bibliographie

Bastin-Hammou, M., 2010, Le silence des aulètes. Le statut du musicien dans la comédie ancienne, entre acteur et personnage, dans M. Plana et F. Sounac (éd.), Les relations musique-théâtre : du désir au modèle, Paris, p. 29-39.

Beschi, L., 1996, La democrazia e il mondo della musica, dans M. Sakellariou (éd.), Colloque Démocratie athénienne et culture, 23-25 novembre 1992, Athènes, p. 35-50.

Bundrick, S., 2005, Music and Image in Classical Athens, Cambridge.

Cordano, F., 2004, La guerra e la musica nell’ antica Grecia, dans M. Sordi (éd.) Guerra e diritto nel mondo greco e romano, Milan.

Mc Kinnon, J., 1985, The rejection of the Aulos in Classical Greece, dans E. Strainchamps et M.R. Maniates (éd.), Music and Civilisations. Essay in Honor of P.H. Lang, New York, p. 203-214.

Musti, D., 2000, Musica greca tra aristocrazia e democrazia, dans A.C. Cassi, D. Musti et L.E. Rossi (éd.), Synaulia. Cultura musicale in Gecia e contatti, Naples, p. 7-55.

Queyrel, A., 2004, Scènes apolliniennes et dionysiaques du Peintre de Pothos, BCH, 108, p. 123-159.

Van Keer, E., 2004, The Myth of Marsyas in Ancient Greek Art: Musical and Mythological Iconography, Music in Art, 29, p. 21-37.

Wilson, P., 1999, The aulos in Athens, dans S. Goldhill et ROsborne (éd.), Performance Culture and Athenian Democracy, Cambridge, p. 58-95.

Haut de page

Notes

1 L’impropriété de la traduction usuelle du terme aulos par « flûte » a été depuis longtemps relevée. à Athènes, l’instrument dont il s’agit est plus précisément le diaulos, qui peut être désigné soit par le pluriel αὐλοί, soit, plus fréquemment, par le singulier générique αὐλός. Faute d’un équivalent satisfaisant en français, nous avons fait le choix de la translittération du terme grec au singulier, sans distinguer les cas où le grec emploie le pluriel, ni ceux où le terme au singulier est employé de manière générique. La translittération auloi a été réservée aux cas où il s’agit d’une pluralité d’instruments.

2 Plutarque, Alc. 2.1 : φύσει δὲ πολλῶν ὄντων καὶ μεγάλων ἐν αὐτῷ τὸ φιλόνικον ἰσχυρότατον ἦν καὶ τὸ φιλόπρωτον, ὡς δῆλόν ἐστι τοῖς παιδικοῖς ἀπομνημονεύμασιν. « De toutes les passions qu’il avait en lui, naturellement nombreuses et puissantes, la plus forte était son désir de vaincre et d’être le premier, comme le montrent les anecdotes que l’on rapporte sur son enfance. »

3 Pausanias, 4.27 : ταῖς δὲ ἐφεξῆς τοῦ τείχους τὸν περίβολον ἤγειρον καὶ ἐντὸς οἰκίας καὶ τὰ ἱερὰ ἐποιοῦντο. Εἰργάζοντο δὲ καὶ ὑπὸ μουσικῆς ἄλλης μὲν οὐδεμιᾶς, αὐλῶν δὲ Βοιωτίων καὶ Ἀργείων· τά τε Σακάδα καὶ Προνόμου μέλη τότε δὴ προήχθη μάλιστα ἐς ἅμιλλαν. « Les jours suivants, ils construisirent l’enceinte du rempart et, à l’intérieur, ils édifièrent les maisons et les temples. Ils travaillaient au son de la seule musique des auloi béotiens et argiens : les airs de Sacadas et de Pronomos furent ce jour-là particulièrement mis en concurrence. »

4 Platon, Symp. 212 d-e.

5 Platon, Symp. 215b-d. Comparant Socrate à Marsyas, Alcibiade affirme que le premier est supérieur au second par sa capacité à charmer les auditeurs avec sa bouche, sans avoir besoin de recourir à un instrument. Ainsi, si Socrate est un aulète plus étonnant encore que Marsyas (πολύ γε θαυμασιώτερος ἐκείνου), ce dernier, auquel Alcibiade attribue la paternité des mélodies attribuées à Olympos, a cependant su composer des airs qui « exécutés par l’aulos, que ce soit par un bon joueur, ou une misérable joueuse, sont les seuls à mettre en état de possession… parce qu’ils sont divins » (τὰ οὖν ἐκείνου ἐάντε ἀγαθὸς αὐλητὴς αὐλῇ ἐάντε φαύλη αὐλητρίς, μόνα κατέχεσθαι ποιεῖ […] διὰ τὸ θεῖα εἶναι).

6 Plutarque, Alc. 32.2.

7 Plutarque, Alc. 32.2.

8 Plutarque, Per. 28 ; Alc. 32 ; Dém. 19.

9 Aristide Quintilien, 2.19.

10 Critias, fr. B1 (88 DK).

11 Voir supra, note 4.

12 Sur le groupe de Myron et ses rapports avec le dithyrambre de Mélanippide, voir Beschi, 1996, p. 42.

13 Voir par exemple le cratère attique à volutes à figures rouges attribué au peintre Cadmos, daté des environs de 410 et conservé au musée Jatta à Ruvo (inv. No 1093). Pour d’autres exemples dans le répertoire du peintre de Pothos, à la fin du ve siècle, voir Queyrel, 1984, p. 124-127.

14 Sur les liens entre les textes et l’iconographie, voir Van Keer, 2004.

15 Sur la probable origine athénienne de cet ajout au mythe de l’invention de l’aulos, voir Beschi, 1996, p. 41.

16 Voir par exemple la coupe de Makron conservée au Kunsthistorisches-Museum de Vienne et datée des environs de 490, ou la coupe de Douris, conservée à Berlin (inv. F2285), datée des années 485, sur laquelle on voit plusieurs scènes d’école, dont une leçon d’aulos, à côté de leçons de lecture et d’écriture et d’une leçon de récitation accompagnée de la lyre. La céramique conduit à dater plutôt de la fin du vie siècle l’apparition de l’aulos dans l’éducation. Voir Bundrick, 2005, p. 197.

17 Plutarque, Per. 13.9.

18 Plutarque, Per. 13.12 : Φιλοτιμούμενος δ᾿ ὁ Περικλῆς τότε πρῶτον ἐψηφίσατο μουσικῆς ἁγῶνα τοῖς Παναθηναίοις ἅγεσθαι, καὶ διέταξεν αὐτὸς ἀθλοθέτης αἱρεθεὶς καθότι χρὴ τοὺς ἀγωνιζομένους αὐλεῖν ἢ ᾄδειν ἢ κιθαρίζειν. « Dans sa recherche des honneurs, Périclès fit alors voter pour la première fois l’instauration d’un concours de musique aux Panathénées et, choisi comme président du concours, il régla lui-même la façon dont les concurrents devaient jouer de l’aulos, chanter ou jouer de la cithare. »

19 Plutarque, Per. 4.1-4. Sur l’influence de Damon d’Oè, voir Beschi, 1996, p. 43.

20 Voir Wilson,1999, p. 79.

21 Platon, Symp. 176e.

22 Athénée, VIII.337e-f : Ἀνδρὶ μὲν αὐλητῆρι θεοὶ νόον οὐκ ἐνέφυσαν, ἀλλ´ ἅμα τῷ φυσῆν χὠ νόος ἐκπέταται.

23 Cf. Plutarque, Symp. quaest. VII8. 713b : τὸν Μαρσύαν ἐκεῖνον ὑπὸ τοῦ θεοῦ κολασθῆναι ὅτι φορβεῖᾳ καὶ αὐλοῖς ἐπιστομίσας ἑαυτὸν ἑτόλμησεν ψιλῷ μέλει διαγωνίζεσθαι πρὸς ᾠδὴν καὶ κιθάραν. (« Marsyas lui-même fut châtié par le dieu parce qu’il avait osé, après s’être lui-même muselé la bouche avec sa phorbeia et son aulos, concourir avec sa mélodie nue contre le chant et la cithare ».)

24 Sur les attaques portées contre la place des aulètes au théâtre par les auteurs comique, voir Bastin-Hammou, 2010.

25 Pratinas, fr.1 (Page) [= Athénée XIV 617d.] : τὰν ἀοιδὰν κατέστασε Πιερὶς βασίλειαν· ὁ δ᾿ αὐλὸς ὕστερον χορευέτω.

26 Platon, Leg. III.701 a : ὅθεν δὴ τὰ θέατρα ἐξ ἀφώνων φωνήεντ᾿ ἐγένοντο, ὡς ἐπαΐοντα ἐν μούσαις τό τε καλὸν καὶ μή, καὶ ἀντὶ ἀριστοκρατίας ἐν αὐτῇ θεατροκρατία τις πονηρὰ γέγονεν. (« De là vint que le public des théâtres, autrefois dépourvu de voix, fit entendre sa voix, pensant comprendre ce qui en musique est beau et ce qui ne l’est pas, et qu’en ce domaine, à une aristocratie s’est substituée une pernicieuse théâtrocratie. »)

27 Xénophon, Hell. II.3.23 : Μετὰ δὲ ταῦτα Λύσανδρός τε κατέπλει εἰς τὸν Πειραιᾶ καὶ οἱ φυγάδες κατῇσαν καὶ τὰ τείχη κατέσκαπτον ὑπ’ αὐλητρίδων πολλῇ προθυμίᾳ, νομίζοντες ἐκείνην τὴν ἡμέραν τῇ Ἑλλάδι ἄρχειν τῆς ἐλευθερίας.

28 Xénophon, Lac. Pol. 13.8 : ὅταν γὰρ ὁρώντων ἤδη τῶν πολεμίων χίμαιρα σφαγιάζηται, αὐλεῖν τε πάντας τοὺς παρόντας αὐλητὰς νόμος καὶ μηδένα Λακεδαιμονίων ἀστεφάνωτον εἶναι. (« Lorsque l’ennemi est en vue on égorge un chevreau et la loi prescrit que tous les joueurs de flûte présents jouent et qu’aucun Lacédémonien ne reste sans couronne. »)

29 Cf. supra, note 2.

30 Plutarque, Pelop. 19 : οἱ νομοθέται τὸ φύσει θυμοειδὲς αὐτῶν καὶ ἄκρατον ἀνιέναι καὶ ἀνυγραίνειν εὐθὺς ἐκ παίδων βουλόμενοι, πολὺν μὲν ἀνεμείξαντο καὶ σπουδῇ καὶ παιδιᾷ πάσῃ τὸν αὐλόν, εἰς τιμὴν καὶ προεδρίαν ἄγοντες. (« Les législateurs, désireux de détendre et d’amollir dès l’enfance le caractère naturellement violent et excessif des Thébains, mêlèrent à toutes les occupations sérieuses et à tous les amusements un usage assidu de l’aulos, qu’ils mirent à l’honneur et au tout premier plan. »)

31 Cordano, 2002, p. 167-168.

32 Pour E. Van Keer (2004), l’origine du discrédit de l’aulos à Athènes serait antérieure à la guerre du Péloponnèse et devrait être rattachée au conflit avec Thèbes.

33 Pour la réfutation de cette thèse, voir Mc Kinnon, 1985.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : « …ses proches eux-mêmes reconnaissent vraiment difficilement le visage d’un homme qui souffle avec sa bouche dans un aulos ».
Légende Coupe du peintre Euaion, vers 460 – 450 av. J.-C. Musée du Louvre G467Origine de l’illustration : http://upload.wikimedia.org/​wikipedia/​commons/​3/​33/​Banquet
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2650/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 2 : Reconstitution du groupe de Myron
Légende Origine de l’illustration : http://www.goddess-athena.org/​Museum/​Sculptures/​Group/​Athena_Marsyas_Myron_restored.jpg
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2650/img-2.png
Fichier image/png, 596k
Titre Figure 3 : « une leçon d’aulos ». Coupe de Douris, vers 485, Staatliche Museen Berlin. F2285.
Légende Origine de l’illustration : http://www.perseus.tufts.edu/​hopper/​artifactBrowser?object=Vase&field=Painter&value=Douris
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2650/img-3.png
Fichier image/png, 716k
Titre Figure 4 : Phorbeia
Légende Origine de l’illustration : http://www.mlahanas.de/​Greeks/​Music.htm
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2650/img-4.png
Fichier image/png, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuèle Caire, « Jouer de l’aulos à Athènes était-il politiquement correct ? », Pallas, 98 | 2015, 57-72.

Référence électronique

Emmanuèle Caire, « Jouer de l’aulos à Athènes était-il politiquement correct ? », Pallas [En ligne], 98 | 2015, mis en ligne le 14 mars 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/2650 ; DOI : 10.4000/pallas.2650

Haut de page

Auteur

Emmanuèle Caire

Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org