Navigation – Plan du site
II. Son et société

Clamore sublato : le bruit de la guerre

Clamore sublato: the sound of war
Paul François
p. 89-112

Résumés

L’article s’intéresse à diverses manifestations sonores liées à la guerre, en s’appuyant essentiellement, mais non uniquement, sur Tite-Live et sur son récit de la deuxième guerre punique. Il étudie, dans un premier temps, le « fond sonore » d’un conflit, en particulier à travers divers usages de la voix humaine (échanges diplomatiques ; rôle de la fama, du rumor, des nuntii ; aspects religieux ; problèmes posés par la langue, le ton, l’accent). Une deuxième partie est consacrée aux situations topiques que constituent les harangues, les batailles et sièges (avec notamment les clamores), les dévastations et autres manifestations bruyantes (punitions militaires, triomphes). La stratégie (militaire et narrative) est examinée dans un troisième temps, sous l’angle auditif : stratagèmes, dialectiques du bruit et du silence, de la vue et de l’ouïe, avec l’exemple notamment de la bataille du lac Trasimène, avant que soit avancé le concept d’ekphrasis sonore.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 E. g. Platon, Timée 47a-c ; Aristote, Métaph. I, 1, 980a; De l’âme III, 8; Nicom. X, 1176a ; De s (...)
  • 2 Platon, Timée 47c-d ; Aristote, De sens. 1, 437a; Cic., Off. I, 30, 105.

1Dans l’Antiquité comme à notre époque, la vue exerce une hégémonie et l’emporte sur les autres sens, à la fois dans le domaine sensoriel et dans les représentations1. Il n’est que de constater (j’allais dire : de voir) comment, dans le langage, la métaphore de la vue est très souvent lexicalisée et passe inaperçue (je veux dire : ne se remarque pas) : ainsi des expressions comme « Tu as vu ce qu’il a dit ? », incompréhensible au sens littéral. L’ouïe arrive au deuxième rang2. Nous verrons plus loin que ce rapport hiérarchique intervient dans les récits relatant des faits de guerre.

2On est beaucoup moins à l’aise pour parler des réalités sonores de l’Antiquité que pour évoquer ses aspects visuels. Pour ces derniers, nous disposons à la fois des représentations figurées et des descriptions littéraires. Pour les sons, le matériau est beaucoup moins riche ; aucun témoignage sonore antique ne nous est parvenu et l’on se prend à rêver aux « paroles gelées » de Rabelais. Même ouvertes, les bouches représentées sur un vase, une fresque, une mosaïque, un bas-relief ou une statue restent muettes : c’est la vue d’une telle bouche, d’un musicien utilisant son instrument, d’un geste censé produire un bruit qui conduit à imaginer le son.

  • 3 E. g.Bélis, 1999; Vendries, 1999.
  • 4 Schettino, Pittia (dir.), 2012a.
  • 5 Voir dans ce volume la contribution d’Adeline Grand-Clément.
  • 6 Schettino, Pittia, 2012b, p.10.

3Moins riche, ce matériau n’en est pas pour autant inexistant et des recherches ont pu être conduites sur la musique et les musiciens à partir de documents visuels et écrits3. Ont été également étudiés les rapports entre sons et pouvoir4. On a avancé des expressions comme celles de « paysage sonore5 » et de « ruines acoustiques6 ». De telles notions me semblent opérantes et exploitables.

  • 7 E. g.Cic., De or. I, 59, 251 ; III, 56, 213 – 58, 219 ; 60, 224 – 61, 227.
  • 8 Les exemples de Démosthène et de Caius Gracchus sont particulièrement connus : voir Schettino, Pitt (...)
  • 9 Voir Schettino, Pittia, 2012b, p. 13, qui renvoient au Brutus et à Narducci, 1997 et 2009.

4Les difficultés de base peuvent donc en partie être surmontées. Absence de témoignages sonores ne veut pas dire manque de témoignages sur le son. Ainsi Cicéron, dans ses ouvrages de rhétorique, évoque-t-il l’importance de la voix pour les orateurs7, donne-t-il une idée de celle de certains d’entre eux, par ses caractéristiques acoustiques et par ses effets ; de même Plutarque8. Il n’est pas facile, cependant, de déterminer à quoi correspondent exactement, dans notre spectre acoustique, les qualificatifs utilisés par Cicéron, pas plus qu’il n’est aisé de percevoir la gamme chromatique des Anciens à partir de descriptions écrites9.

5Cette contribution considérera l’exemple spécifique de la guerre. Plus que son, la guerre est bruit. Impossible d’imaginer un conflit sans bruit. Un épisode illustre ce lien inévitable. Lorsque, à la fin de 211, T. Manlius Torquatus fut désigné comme consul par la centurie prérogative, il demanda qu’on revînt sur ce vote : ses yeux, disait-il, étaient malades et le rendaient inapte à cette fonction. Et d’ajouter que « ses oreilles venaient tout juste de se reposer du bruit et du tumulte causés par l’ennemi » (uixdum requiesse aures a strepitu et tumultu hostili – Liu. XXVI, 22, 8).

  • 10 Textes et traductions sont empruntés (parfois retouchés) à la Collection des Universités de France. (...)

6On peut, certes, concevoir un récit de bataille qui ne fasse pas appel à des notations auditives, quand il s’agit d’une analyse stratégique ou tactique. Mais dès lors que l’auteur procède à une description, l’élément sonore est le plus souvent présent. C’est le cas, notamment, chez celui qui me fournira l’essentiel du corpus de textes examiné : Tite-Live, et principalement sa troisième décade, consacrée, comme on sait, à la deuxième guerre punique10. Ce conflit – et le récit qu’en a fait l’historien romain –, par ses enjeux, sa longueur, son extension géographique, l’importance des effectifs militaires engagés dans les deux camps, le nombre des batailles livrées, constitue un objet d’étude fécond.

7Pendant toute sa durée, un conflit armé s’accompagne d’un « bruit de fond », aux constituants divers qu’une première partie essaiera de distinguer. Je m’intéresserai ensuite à des situations topiques des récits consacrés à la guerre (harangues des généraux, batailles et sièges, dévastations…), afin de voir quelle place y est faite aux sons et quel est leur rôle. Seront enfin examinés quelques cas précis dans lesquels l’historien tire parti de la spécificité de certains contextes (stratagèmes ; rapports entre bruit et silence, entre ouïe et vue ; exemple de la bataille du lac Trasimène) ; dans ce cadre, j’avancerai en dernier lieu la notion d’« ekphrasis sonore ».

1. Le « bruit de fond » de la guerre

1.1. L’approche du conflit

8La guerre débute par un bruit : celui de son arrivée, pressentie dans les pensées, les inquiétudes, les propos des futurs belligérants.

  • 11 Sur les rapports entre ouïe, parole et connaissance, voir Aristote, De sens. 1, 437a (cf. Hist. an.(...)
  • 12 Voir XXI, 18, 8-12 (propos d’un sénateur carthaginois à l’adresse des ambassadeurs romains) : « quo (...)

9Même s’il en est qui commencent « à bas bruit », un conflit est généralement précédé d’un certain nombre de manifestations sonores. Celles-ci sont essentiellement vocales11. Avant que se déclenche la deuxième guerre punique, des discussions ont lieu aussi bien au sénat de Carthage (Liu. XXI, 3, 2 – 4, 1 ; 10, 1 – 11, 1) qu’au sénat de Rome (XXI, 6, 6-8). Ensuite, ou parallèlement, les deux adversaires procèdent à des échanges diplomatiques. Ainsi les Romains ne s’engagent-ils pas dans ce conflit sans envoyer à Hannibal et à Carthage des ambassades (Pol. III, 15, 2-12 ; 20, 6 – 21, 8 ; 33, 1-4 ; Liu. XXI, 6, 2-8 ; 9, 3-4 ; 11, 3 ; 11, 1-14). L’un des deux objets principaux est la question des traités et notamment lesquels il convient de prendre en compte ; lesquels engagent l’un ou l’autre des deux États ou seulement un individu (Lutatius, Hasdrubal)12. Paroles échangées sur une parole donnée, ou non.

10Antérieurement à ces échanges, on peut remonter au serment d’Hannibal, première et fameuse manifestation sonore de ce conflit, plusieurs années avant son déclenchement, serment par lequel l’enfant qu’il était alors aurait juré à son père d’être, dès qu’il le pourrait, l’ennemi des Romains (Pol. III, 11, 5-7 ; Liu. XXI, 1, 4). Une deuxième étape dans la montée vers la guerre, la désignation d’Hannibal comme successeur d’Hasdrubal à la tête de l’armée punique d’Espagne, s’accompagna d’un bruit d’une tout autre ampleur : ce sont les soldats eux-mêmes qui donnèrent au jeune Barcide le titre de général « au milieu d’immenses clameurs et d’un consentement unanime » (ingenti omnium clamore atque adsensu – Liu. XXI, 3, 1).

11Du côté romain, après la déclaration de guerre officielle, une autre manifestation bruyante accompagne les démarches des ambassadeurs cherchant à obtenir l’appui de cités ibères ou gauloises (XXI, 19, 6 – 20, 9). Quand ils demandent aux Gaulois d’empêcher le passage d’Hannibal sur leur territoire, ceux-ci éclatent de rire et font un tel vacarme (tantus cum fremitu risus dicitur ortus – Liu. XXI, 20, 3) que les plus âgés de l’assemblée ont du mal à calmer les plus jeunes : ils trouvent stupide et impudent qu’on veuille les voir subir eux-mêmes les ravages de la guerre pour protéger les Romains.

12Par la suite, fama et rumor accompagnent l’entrée en guerre, dans la cité romaine (Legati Romam redeunt […]. Ciuitatem omnem in exspectationem belli erectam inuenerunt, satis constante fama iam Hiberum Poenos tramisisse : « Les ambassadeurs reviennent à Rome […]. Ils trouvèrent toute la ville tendue dans l’attente de la guerre, car le bruit qui courait était bien fondé : les Puniques avaient déjà franchi l’Èbre. » – Liu. XXI, 20, 9) comme dans le camp punique (per Pyrenaeum saltum traduci exercitus est coeptus rumorque per barbaros manauit certior de bello Romano : « l’armée entama le franchissement de la chaîne des Pyrénées et commença à prendre corps le bruit qu’il s’agissait d’une guerre contre Rome » – XXI, 23, 4).

1.2. La voix humaine comme fond sonore

1.2.1. Négociations et débats

  • 13 E. g.Pol. III, 98, 2 – 99, 9; Liu. XXII, 22, 4-21 (à Sagonte, en 217) ; XXIII, 2, 1 – 7, 2 (à Cap (...)
  • 14 E. g. Liu. XXI, 12, 3 – 13, 9 (le Sagontin Alcon et l’Espagnol Alorcus, pendant le siège de Sagonte (...)

13Après les échanges diplomatiques antérieurs à la déclaration, d’autres négociations ou tractations ont lieu, durant la guerre. Ainsi celles par lesquelles les belligérants cherchent à s’attacher de nouveaux alliés, à conserver les anciens ou à gagner ceux de l’adversaire : au moyen d’ambassades, lorsqu’il s’agit de démarches officielles, mais aussi par l’intermédiaire de particuliers (ceux qui, dans une cité alliée à l’un des belligérants, souhaitent, pour une raison ou pour une autre, un renversement d’alliance et essaient de convaincre leurs compatriotes ; ceux qui connaissent un membre du camp adverse…13). Les tractations pour négocier une reddition sont un autre exemple14.

14Nombreux sont aussi les discours et débats qui se tiennent dans les instances délibératives ou décisionnaires (sénat, assemblées du peuple…), chez les deux principaux belligérants, mais également dans les différents États, cités, peuples impliqués à des titres divers dans le conflit. Comme pour les situations évoquées précédemment, les exemples ne manquent pas et il ne serait pas d’un grand intérêt de les multiplier, dans le cadre de cette étude.

1.2.2. Fama, rumor, nuntius

15Très nombreuses sont, tout au long de la guerre, les allusions à des bruits qui courent, à des rumeurs, à des informations, qui constituent comme une basse continue dans le récit. La cité vit au rythme de la fama, des rumores, des nuntii.

  • 15 Voir aussi XXVII, 44, 10 : les Romains s’exagèrent les forces de l’ennemi et minorent les leurs.

16Les nuntii jouent un rôle essentiel pendant un conflit, en apportant les informations, à une époque où d’autres media n’existent pas. Aussi bien ces nouvelles sont-elles parfois déformées, à mesure qu’elles se transmettent de bouche à oreille. Ainsi quand, après un débarquement de Laelius sur les côtes africaines, avec des effectifs limités, pour un raid rapide, des messagers alarmés (nuntii trepidi) annoncent à Carthage que c’est Scipion qui est arrivé, avec une flotte importante, et que la ville va être bientôt assiégée ; l’affolement gagne les Puniques, avant que la vérité finisse par se révéler (Liu. XXIX, 3, 7 – 4, 4)15. De même, en 206, un officier de Syphax, chargé de traquer Massinissa affirme, de bonne foi mais à tort (uanus auctor – XXIX, 32, 10 ; cf. XXX, 13, 7), que le jeune Massyle est mort. Quand la voix s’exprime indépendamment de la vue, quand l’ouïe supplée l’absence de vision, on peut être abusé.

17Mais c’est parfois volontairement que l’on fait courir une fausse nouvelle, le plus souvent afin de tromper l’adversaire. Quand Hannibal entre en possession du sceau de Marcellus, il l’utilise pour tendre un piège aux habitants de Salapia, en Apulie : il leur envoie un messager parlant latin, porteur d’une fausse lettre annonçant l’arrivée prochaine du général romain, auquel ils devront ouvrir leurs portes ; le Punique compte sur la présence dans son armée de transfuges romains (et donc latinophones : Latine omnes loquentes) pour faire croire à sa ruse : la voix doit seconder la vue pour aider à la réussite de l’entreprise – qui échoue cependant (Liu. XXVII, 28, 3-13). Il existe une sorte de « guerre des communiqués », avec notamment l’usage de fausses nouvelles, comme l’information controuvée, diffusée auprès des soldats et de la population de Syracuse, selon laquelle les Romains auraient massacré sans distinction soldats et civils de Leontini ; cette affirmation mensongère provoque, d’ailleurs, les clamores de la foule et fait qu’elle reste sourde à tout appel au calme et à la réflexion (Liu. XXIV, 29, 1 – 32, 9).

18Un général peut aussi répandre une fausse information afin de ne pas inquiéter ses propres hommes. En 205, alors qu’il prépare son débarquement en Afrique, Scipion ment à ses soldats sur le motif de la venue dans son camp d’ambassadeurs de Syphax, qui ne sont pas passés inaperçus (uagati enim in urbe obuersatique praetorio erant) : alors que ces derniers lui ont annoncé que leur roi a abandonné l’alliance romaine pour rejoindre les Puniques et qu’il souhaite le voir renoncer à son expédition, le général affirme qu’ils l’engagent au contraire à passer au plus tôt en Afrique (Liu. XXIX, 23, 6 – 24, 5). La voix sert ici à influencer la vue. L’art de la guerre utilise aussi la « communication ».

  • 16 Pol. III, 77, 3-7 ; 85, 4 ; Liu. XXI, 52, 4 ; XXII, 58, 2 ; App., Hann. 10, 43 ; Frontin, Strat. IV (...)

19Stratégie de communication aussi, sous forme de propagande cette fois, l’affirmation répétée d’Hannibal qu’il est venu en Italie pour libérer les peuples soumis à la domination de Rome16.

  • 17 L’épisode est repris par Valère Maxime (III, 7, 4) : Respondit in hoc eis oportere parci ne hostibu (...)

20Permettre à une nouvelle de se diffuser peut être un moyen d’ébranler le moral de l’adversaire. À l’issue de la bataille qu’il a remportée avec son collègue C. Claudius Nero au Métaure, en 207, M. Livius Salinator retient les soldats qui voudraient se lancer à la poursuite de l’ennemi vaincu : « Quin supersint » inquit « aliqui nuntii et hostium cladis et nostrae uirtutis » (« “Qu’il reste au contraire quelques survivants », dit-il, « pour porter la nouvelle du désastre des ennemis et de notre bravoure !” » – Liu. XXVII, 49, 9)17.

  • 18 Plutarque (Fab. 22, 5) reprend cette dernière hypothèse : « Il semble que dans cette occasion Fabiu (...)

21Inversement, la propagande peut jouer du silence : silence provoqué pour éviter que ne se répande un bruit défavorable. C’est grâce à la trahison d’un contingent bruttien en poste à Tarente que Fabius, en 209, réussit à prendre la ville. Cependant alii alios passim sine discrimine armatos inermes caedunt, Carthaginienses Tarentinosque pariter. Bruttii quoque multi passim interfecti, seu per errorem seu uetere in eos insito odio seu ad proditionis famam ut ui potius atque armis captum Tarentum uideretur exstinguendam (« Le massacre fut général, sans qu’on fît de distinction entre ceux qui étaient armés et ceux qui ne l’étaient pas ; on tua aussi bien les Carthaginois que les Tarentins ; beaucoup de Bruttiens furent eux aussi abattus ici ou là, soit par erreur, soit en raison de la vieille haine enracinée contre eux, soit pour étouffer le bruit de la trahison, afin de faire croire que Tarente avait été prise plutôt par la force des armes. » – Liu. XXVII, 16, 6)18.

1.2.3. Religion

22La vie religieuse est un autre domaine dans lequel les notations auditives jouent un rôle. On connaît le poids de la religion dans la vie de la cité antique et certaines circonstances ne sont bien sûr pas propres à un contexte de guerre. Mais même parmi celles-ci, plusieurs revêtent, dans ces périodes, des caractères exacerbés ou particuliers.

  • 19 E. g. Liu. XXIV, 44, 8 : alia ludibria oculorum auriumque credita pro ueris (« d’autres prodiges – (...)

23Ainsi, prières, supplications et autres formes de dévotion ou d’adresse aux dieux se font-elles à la fois plus nombreuses et plus intenses. Les prodiges, annoncés et conjurés, sont certes une composante constante de la vie de la cité romaine. Mais, à plusieurs reprises, Tite-Live fait la remarque qu’un contexte menaçant ou des moments perçus comme déterminants provoquent une fréquence accrue des annonces de prodiges (XXI, 62, 1 ; XXIV, 10, 6 ; 44, 8 ; XXVII, 23, 2 ; 37, 2 ; XXVIII, 11, 1 ; XXIX, 14, 2). Si ces événements jugés surnaturels frappent souvent la vue, ils s’adressent aussi à l’ouïe19. Tite-Live rapporte plusieurs prodiges sonores : enfant de six mois qui crie « triomphe ! » (triumphum clamasse – XXI, 62, 2) ou un autre qui, dans le ventre de sa mère, crie « Io ! Triomphe ! » (infantem in utero matris « Io triumphe » clamasse – XXIV, 10, 10), bœuf qui parle (XXIV, 10, 10 ; XXVII, 11, 4) ; armes qui résonnent dans un temple de Jupiter Vicilinus à Compsa (XXIV, 44, 8) ; grondement accompagné d’un fracas épouvantable dans celui de Junon Sospita à Lanuvium (cum horrendo fragore strepitum editum – XXIX, 14, 3).

  • 20 Voir Dumézil, 19742, p. 463-464.
  • 21 Saint-Denis, 1942, p. 135-136.

24Ces omina sont nettement liés au conflit en cours. Cela est évident pour les deux premiers et pour les deux derniers. Concernant ceux-ci, des considérations plus précises sont à noter. D’une part, Compsa, ville des Hirpins, avait été prise par Hannibal deux ou trois ans plus tôt. D’autre part, le culte célébré à Lanuvium était commun à cette ville et à Rome ; la statue représentait une Junon belliqueuse, avec lance et bouclier ; de plus, une interpretatio rapprochait Junon de la grande déesse de Carthage et Hannibal vénérait la Junon-Héra gréco-latine20. Quant à l’omen du bœuf qui parle, il est survenu en Sicile en 215 ou 214, moment où la situation dans l’île devient préoccupante pour les Romains, après la mort de leur vieil allié Hiéron II de Syracuse. De plus, en XXIV, 10, 6-12, l’énumération des prodiges suit un ordre qui n’est ni chronologique ni géographique, mais, d’après E. de Saint-Denis21, dramatique ; on peut en outre y voir, selon moi, un classement thématique et la signification guerrière est alors évidente, ce prodige étant pris entre celui d’une lance qui aurait bougé d’elle-même dans le temple de Mars à Préneste et celui de l’enfant qui crie « Io triumphe ! ».

  • 22 Le même rituel fut repris, toujours à la naissance d’un androgyne, au moins à six reprises (voir Ob (...)

25La procuratio des prodiges revêt parfois, elle aussi, une forme sonore inhabituelle, « inouïe ». Ainsi en 207, à la suite de la naissance d’un androgyne, celui-ci, sur décision des haruspices, est enfermé vivant dans un coffre et jeté à la mer ; puis, sur décision des pontifes, trois groupes de neuf jeunes filles chantent un hymne composé par le poète Livius Andronicus (XXVII, 37, 5-14)22.

1.3. Accidents de la parole

26La voix a une importance considérable dans la guerre sous d’autres aspects que le contenu des paroles : langue, accent, ton. Elle révèle une personnalité : le caractère emporté et irréfléchi de Varron (rendu responsable de la défaite de Cannes) transparaît dans ses vociférations (Liu. XXII, 41, 3 : uociferante) ; avant son départ en campagne, il prononce des harangues présomptueuses (contiones… feroces – XXII, 38, 6), quand son collègue Paul-Émile s’abstient dans ses propos de toute dureté (nihil inclementer in Varronem dictum – XXII, 38, 8).

27La voix peut trahir celui qui parle : lorsqu’en 215 Hannibal envoie des émissaires à Philippe V de Macédoine pour discuter d’une alliance, ceux-ci sont interceptés par une flotte romaine ; ils essaient de mentir sur leur mission, mais leur accent révèle leur nationalité (sermo prodidit – XXIII, 34, 6). Cet accent carthaginois cause un autre tort à Hannibal : en 217, il demande à son guide de le conduire à Casinum, mais sa mauvaise prononciation du latin (Punicum abhorrens ab Latinorum nominum locutione os – XXII, 13, 6) fait comprendre « Casilinum » ; quand l’erreur se révèle, le guide est fouetté et mis en croix (XXII, 13, 5-9).

  • 23 Pol. I, 67, 8-11. Ces réflexions se situent dans le récit de la guerre des Mercenaires.
  • 24 Sur cette question, voir Rochette, 1997. Dans ce conflit mondial, il est fait plusieurs fois allusi (...)

28Dans ce type de conflit mondial, il est nécessaire de se faire comprendre de gens parlant des langues différentes. Polybe évoque les difficultés posées par le caractère cosmopolite d’une armée de mercenaires comme celle de Carthage : « Aussi n’était-il pas possible de les réunir en assemblée générale et on ne trouvait aucun moyen de le faire. Comment aurait-on pu ? Il était impossible pour le général de connaître leurs diverses langues ; tenir une séance au moyen de plusieurs interprètes, répétant quatre ou cinq fois la même chose en même temps, était, dirais-je, presque plus impossible. Il ne restait plus qu’à faire transmettre par les officiers les réclamations et les exhortations […]. Mais au bout du compte il arrivait que les uns ne comprenaient pas ce qu’il disait et que les autres, quelquefois, acquiesçaient à ses paroles et rapportaient à leurs soldats tout leur contraire, soit par sottise, soit par malveillance23. » On peut rapprocher ce qu’écrit Tite-Live quand il fait le récit de la bataille de Zama (XXX, 33, 8-12) : Varia adhortatio erat in exercitu inter tot homines quibus non lingua, non mos, non lex, non arma, non uestitus habitusque, non causa militandi eadem esset. […] Cum maxime haec imperator apud Carthaginienses, duces suarum gentium inter populares, pleraque per interpretes inter immixtos alienigenis agerent… (« Bien différentes étaient les exhortations à adresser, dans cette armée, à tant d’hommes, qui n’avaient de commun ni langue, ni coutume, ni lois, ni armes, ni costume et attitude, ni raison de combattre. […] Au milieu de ces discours du général en chef aux Carthaginois, des chefs des divers peuples à leurs concitoyens, et, le plus souvent, de harangues faites par le moyen d’interprètes à des corps où se mêlent diverses nations… »)24. Dans le bruit de la guerre peut intervenir la cacophonie des langues.

29Ces harangues, et particulièrement les paroles adressées par le général avant le début d’un combat, font partie, avec les récits de batailles et de sièges, des situations topiques, des figures imposées de l’historiographie antique.

2. Les situations topiques

2.1. Harangues

  • 25 Je résume ici une partie d’un article en préparation sur ce sujet.

30Ce n’est pas ici le lieu de revenir sur les caractéristiques générales de ce qui est un genre en soi : je ne retiendrai que ce qui entre dans mon propos actuel25.

31Si l’on peut admettre qu’un général prononce un long discours devant son état-major (son consilium) ou devant des soldats réunis en assemblée, il en va différemment pour une harangue militaire présentée comme prononcée par un général sur le champ de bataille. Dans ce cas, une question qui revient fréquemment est celle l’authenticité et de la vraisemblance. Il s’agit notamment de savoir si les conditions matérielles permettaient aux généraux de prononcer, devant leur armée rangée en lignes, des discours formellement élaborés et parfois longs. Dans cette discussion interviennent les données acoustiques.

32Quand une armée de fantassins était rangée en ordre de bataille, les lignes s’étiraient sur plusieurs centaines de mètres en longueur et sur plusieurs rangs en profondeur. De plus, même si les soldats s’efforçaient de rester silencieux, armes et armures devaient inévitablement produire des cliquetis. Dans de telles conditions, un général ne pouvait prononcer un discours susceptible d’être entendu par tous ses hommes en même temps. Si plusieurs officiers commandaient, chacun pouvait s’adresser à une partie de la ligne ; mais si un seul devait exhorter l’ensemble de l’armée, il lui fallait procéder différemment : traverser les rangs et s’adresser aux soldats unité par unité. Plusieurs exemples relevés chez divers historiens antiques conduisent à penser que c’est bien ainsi que les choses se déroulaient.

  • 26 Voir aussi Hannibal en XXX, 32, 6 (passage mentionné infra).
  • 27 XXVII, 18, 8-10. Ces deux ensembles ne comptent respectivement que cinquante-cinq et vingt-deux mot (...)

33On conçoit mal, dans ce cas, qu’ait pu être prononcé un discours en forme ; sinon, une partie des troupes aurait entendu l’introduction, les suivantes l’un ou l’autre des arguments et la dernière la conclusion. Il est tout aussi improbable que le général se soit arrêté à plusieurs reprises pour répéter l’ensemble de son discours. Il devait se limiter à quelques formules d’encouragement. Le jeune Scipion (le futur Africain) avant d’affronter Hasdrubal à Baecula, en 208, parcourt les rangs : Scipio circumuectus ordines signaque… (« Scipion, passant devant les rangs et les enseignes… » – Liu. XXVII, 18, 8)26. Tite-Live lui prête quelques brèves paroles (au style indirect) de dépréciation de l’adversaire, puis de rapides consignes données à seulement deux cohortes27.

34On peut imaginer qu’un chef se soit adressé indirectement à son armée grâce à une réunion préalable de l’état-major où il présentait des informations, recommandations et exhortations, ensuite transmises aux diverses unités par leurs officiers. Ensuite, le général, passant devant les rangs juste avant la bataille, pouvait se contenter de lancer quelques paroles d’encouragement, mots d’ordre, slogans reprenant les principaux thèmes.

35Une autre possibilité existe. Avant de ranger l’armée en ligne, voire, éventuellement, la veille de la bataille, le général réunit ses soldats en assemblée pour les haranguer. Comme dans l’hypothèse précédente, une fois l’armée rangée, il se contente de quelques paroles d’encouragement. Une illustration peut être fournie par le récit que fait Tite-Live des moments qui précèdent la bataille du Tessin, au début de la deuxième guerre punique (Liu. XXI, 40-44). Publius Scipion harangue son armée avant de la faire sortir du camp et de la mettre en ligne (priusquam educeret in aciem – XXI, 39, 10 ; de même, Hannibal convoque ses soldats en assemblée (contione… aduocata – XXI, 43, 1) pour s’adresser à eux.

  • 28 XXX, 32, 11 : instruit deinde primos hastatosetc. Voir aussi e. g. Sall., Cat. 57, 6-59, 1 : avant (...)

36À la fin de la guerre, avant la bataille de Zama, Hannibal comme Scipion s’adressent à leurs soldats in castra ut est uentum (« après qu’ils furent arrivés à leur camp » – Liu. XXX, 32, 1), la veille de la bataille. Le jour même, quand Hannibal exhorte son armée, Tite-Live le représente rappelant les exploits individuels, quand il arrivait devant un soldat remarquable par le souvenir de quelque combat (sua cuique decora ubi ad insignem alicuius pugnae memoria militem uenerat referebat – XXX, 32, 6) ; Hannibal parcourt donc ici les rangs. Scipion, quant à lui, s’adresse à son armée avant de la ranger en bataille28.

  • 29 Hansen, 1993. Mon étude à venir prendra ses exemples dans César, Salluste, Tite-Live, Tacite, Ammie (...)
  • 30 Clark, 1995, cite B. Franklin, Autobiography and other writings, ed. K. Silverman, New York, 1986, (...)

37Avec ces exemples, je rejoins les conclusions auxquelles a abouti M. H. Hansen en s’appuyant essentiellement sur les rhéteurs et historiens grecs29. M. Clark s’est opposé au savant danois en se fondant sur un passage de l’autobiographie de Benjamin Franklin30. Selon ce dernier, de son temps, à Philadelphie, un certain prêcheur itinérant pouvait être entendu, dans la rue, par une foule estimée à plus de trente mille personnes. La conclusion de M. Clark est que de longues exhortations pouvaient donc être prononcées sur le champ de bataille, la seule question qui demeure étant alors de savoir dans quelle mesure les historiens anciens ont restitué la teneur de ces discours. Observons cependant que la foule en question, répartie en demi-cercle, ne ressemblait nullement à une armée rangée en ligne. Ensuite, les personnes ainsi réunies étaient serrées les unes contre les autres, quand des soldats en ligne doivent maintenir une certaine distance avec ceux qui les entourent. J’ai déjà parlé, d’autre part, des cliquetis produits par l’équipement des soldats. Enfin, dans une ville, les bâtiments environnants peuvent répercuter vers l’auditoire la voix de l’orateur, alors que, sur un terrain de bataille, elle se perd dans un espace ouvert.

38Ce caractère inventé des harangues d’avant bataille était d’ailleurs reconnu dès l’Antiquité : auteurs et lecteurs devaient donc accepter implicitement cette fiction d’un discours en forme.

2.2. Clamor et fragor. Batailles et sièges

  • 31 Sur les bruits mêlés entendus lors d’une bataille, voir aussi Sall., J. 60, 2 (combat devant Zama).
  • 32 Voir aussi XXIII, 46, 2 (les habitants de Nola encouragent les Romains depuis leurs remparts) ; XLI (...)
  • 33 Sur les pratiques sonores liées aux éclipses (qui ne sont pas propres à un contexte guerrier), voir (...)

39Si le bruit est indissociable de la guerre dans son ensemble, il l’est principalement de la bataille. Deux passages sont particulièrement évocateurs. Lorsque les soldats romains rescapés de la défaite de Cannes se plaignent qu’on ne leur donne pas l’occasion de se racheter sur le terrain, ils ont ces mots : « Clamorem pugnantium crepitumque armorum exaudimus resides ipsi ac segnes, tamquam nec manus nec arma habeamus. » (« “Nous entendons les cris des combattants et le fracas des armes, et nous restons là, inactifs, comme si nous n’avions ni bras ni armes.” » – Liu. XXV, 6, 21). Et voici comment Tite-Live décrit le début de l’un des combats livrés durant le siège de Capoue, en 211 (XXVI, 5, 9) : Proelium non solito modo clamore ac tumultu est coeptum ; sed ad alium uirorum, equorum armorumque sonum disposita in muris Campanorum imbellis multitudo tantum cum aeris crepitu, qualis in defectu lunae silenti nocte cieri solet, edidit clamorem ut auerteret etiam pugnantium animos. (« On n’entendit pas seulement, au moment où le combat commença, les cris et les fracas habituels ; au bruit produit par les hommes, les chevaux et les armes, s’ajoutèrent les cris poussés par la foule sans armes des Campaniens disposés sur les remparts, avec en outre le vacarme des instruments de bronze, comme on peut l’entendre dans le silence de la nuit, lors d’une éclipse de lune ; cris si puissants qu’ils détournèrent même l’attention des combattants »)31. Cette situation présente certes des éléments particuliers, puisqu’aux motifs habituels et constants s’ajoute celui de la teichoscopie32 ; par contre, certains bruits, rapportés pour d’autres batailles, ne sont pas évoqués ici, comme le barrissement des éléphants (XXX, 18, 7 : stridor)33.

  • 34 Liu. XXI, 5, 12 ; 46, 6 ; XXII, 4, 7 ; 47, 1 ; XXIII, 44, 8 ; XXVII, 41, 8. Voir aussi Sall., C. 60 (...)

40Sauf exception, une bataille commence avec un clamor poussé par les combattants34. Le récit s’ouvre souvent par un ablatif absolu comme clamore sublato, clamore orto, ou par une proposition du type clamor est sublatus ; tollitur clamor. Ce type d’expression fonctionne comme un marqueur narratif qui signe en quelque sorte le début d’un engagement. Aussi est-il intéressant et révélateur de le voir employé hors de ce contexte. Ainsi en XXII, 42, 3, lisons-nous : Clamor inde ortus ut signa proferri iuberent ducerentque ad persequendos hostis (« Alors, un cri s’éleva : les consuls devaient faire avancer les enseignes, mener les soldats à la poursuite de l’ennemi »), puis (§ 7) clamore orto a militibus, ni signum detur, sine ducibus ituros (« comme les soldats criaient que, si le signal n’était pas donné, ils iraient sans leurs chefs »). Dans cet épisode de l’année 216 (un peu avant la bataille de Cannes), des soldats romains, comme le souhaite Hannibal qui leur a tendu un piège, réclament à grands cris le signal du combat : ce renversement (la clameur précédant le signal) constitue un dévoiement, un détournement de la coutume militaire. Dans ce contexte de mésentente entre les deux consuls, il est l’indice d’un manque de discipline dont le consul Varron, présenté comme un démagogue, est responsable.

  • 35 Voir aussi XXVI, 40, 10 clamor Romanus haudquaquam ignotus [Hannoni].
  • 36 C’est là la traduction d’Eugène Lasserre, mais je comprends plus précisément ut dans le sens « comm (...)

41Il apparaît que chaque nation a son clamor propre, reconnaissable. Quand Hannibal entreprend, en 218, de traverser le Rhône, Galli occursant in ripa cum uariis ululatibus cantuque moris sui, quatientes scuta super capita uibrantesque dextris tela (« Les Gaulois, sur la rive, accourent, poussent toutes sortes de hurlements et entonnent leur chant traditionnel, secouant leur bouclier au-dessus de leur tête et brandissant leurs armes de la main droite » – Liu. XXI, 28, 1). Le récit de la bataille de Zama distingue clamor des Romains et clamor des Carthaginois35 : Ad hoc dictu parua sed magna eadem in re gerenda momenta : congruens clamor ab Romanis eoque maior et terribilior, dissonae illis, ut gentium multarum discrepantibus linguis, uoces (« Ajoutez des mobiles insignifiants quand on les raconte, mais importants aussi dans l’action : le cri de guerre des Romains, uniforme, et d’autant plus grand et terrible ; les clameurs de leurs adversaires, discordantes, comme celles de plusieurs peuples aux langues différentes » – Liu. XXX, 34, 1)36.

  • 37 Liu. XXV, 21, 8. Cf. § 7 : du côté romain ne sont mentionnés que les cris inutiles des tribuns (cla (...)
  • 38 Voir François, à paraître.
  • 39 Du moins tumultus présente-t-il, dans certaines situations, une nette composante auditive, même si (...)
  • 40 XXI, 14, 2. Clamor et tumultus se trouvent par ailleurs associés (XXII, 45, 3 ; XXIV, 7, 6 clamore (...)
  • 41 Pour l’association de tumultus (avec une composante auditive) et de terror, dans un rapport de caus (...)

42Essentielle est cette composante sonore de la bataille. Le clamor vise autant à se donner du courage (Liu. XL, 31, 7) qu’à impressionner l’adversaire. Lors de la première bataille d’Herdonea, en 212, les Romains ont été incapables de soutenir le cri de guerre de l’ennemi (Ne clamorem quidem atque impetum primum eorum Romani sustinuere37). Le clamor peut ainsi avoir une incidence sur le déroulement du combat : à Zama, il fait se retourner les éléphants contre leurs propres lignes (Liu. XXX, 33, 13). Fréquemment, il terrorise l’ennemi : des mots comme clamor ou tumultus se trouvent souvent associés à des termes indiquant la peur38. Plusieurs passages montrent que, pour Tite-Live, tumultus peut être un équivalent de clamor39 : on lit ainsi des expressions comme tumultus auditur40. En dehors même d’un éventuel souci de uariatio, le choix de tumultus est stylistiquement intéressant par l’allitération expressive qu’il peut présenter avec terror, timor ou trepidatio41.

  • 42 Voir, en Liu. XXIV, 16, 1, une expression comme renouato clamore, mais aussi César, BG VIII, 29, 3  (...)
  • 43 E. g.Liu. XXVII, 15, 19; XXVIII, 19, 16-17.
  • 44 Liu. XXIX, 6, 13 : oppressique forent Romani nequaquam numero pares, ni clamor ab iis qui extra arc (...)

43Toujours dans l’intention d’effrayer, le clamor peut se faire entendre quand des hommes en embuscade sortent soudain de leur cachette (Liu. XXVII, 27, 4). Il peut s’élever au cours d’un combat, notamment quand sont engagées de nouvelles unités, ou quand arrivent des renforts – ces soldats rassurent ainsi leurs camarades en difficulté et leur redonnent courage42 –, ou encore à un moment décisif43 ; le clamor peut alors renverser le cours de la rencontre44. On le pousse aussi quand la victoire est obtenue (XXIV, 16, 10).

  • 45 Voir e. g. Liu. XXIV, 46, 2 ubi quartae uigiliae signum cecinisset (« quand aurait sonné le signal (...)
  • 46 Sall., J. 99, 1.
  • 47 Autre exemple du type signum cecinit: XXIV, 46, 2.
  • 48 Voir aussi X, 40, 14 signa canere et clamorem tolli iussit [Papirius consul].
  • 49 Liu. XXVII, 47, 5 (cf. §3).

44Autres sons liés à la bataille : les ordres donnés par les officiers, leurs encouragements ou invectives, mais aussi les sonneries de trompettes ou de clairons (tubae, cornua) : clamor tubarumque sonus (Liu. XXV, 37, 11). S’ils rythment la vie du soldat en campagne, signalant la succession des veilles45, la relève des sentinelles46 ou le départ du camp (ubi, praetorio dimisso, signa concinuissent – XXX, 5, 2)47, les instruments jouent un rôle spécifique lors des batailles. Ils donnent le signal du combat (ubi signa coeperunt canere – XXIV, 15, 1), ce qui peut être souligné par l’association de clamor et de tuba, cornu ou signa : clamor tubarumque sonus (XXV, 37, 11) ; signa canunt et tollitur clamor (XXV, 39, 3) ; tubae cornuaque ab Romanis cecinerunt, tantusque clamor ortus… (XXX, 33, 12-13)48. Hasdrubal, en 207, en déduit le nombre de consuls présents près du Métaure : semel in praetoris castris signum, bis in consularibus referebant cecinisse ; duos profecto consules esse (« il y avait eu, lui rapportait-on, une sonnerie simple dans le camp du préteur, double dans celui du consul ; il y avait assurément deux consuls49 »).

  • 50 Liu. XXIV, 17, 5. Voir aussi XXI, 55, 3 ; 59, 5 ; XXIII, 37, 7 ; XXIV, 42, 2 ; XXV, 19, 5 ; 37, 14  (...)
  • 51 Autres exemples : Liu. XXII, 29, 6 ; XXV, 30, 12 ; XXVI, 6, 7 ; 44, 4 ; XXVII, 42, 13 ; 47, 2 ; XXI (...)

45Les instruments servent à ordonner la retraite : certes, le latin ne précise pas toujours alors qu’il s’agit d’un signal sonore et Tite-Live se contente parfois d’expressions comme signum receptui dedit50, mais souvent le verbe canere apporte cette indication : cum iam receptui caneret (XXV, 14, 3)51. Enfin, tuba et cornu sont utilisés pour coordonner les mouvements de divers groupes lors d’une opération : iubet [Q. Fabius consul] tenentes partem urbis cornu signum dare ut ceterae copiae admouerentur (« il leur ordonne […], une fois occupée une partie de la ville, de donner avec la trompette un signal destiné à faire avancer le reste des troupes » – Liu. XXIV, 46, 3).

46La victoire donne lieu à diverses manifestations sonores, au-delà du champ de bataille : diffusion de la nouvelle par des nuntii ou par la fama, lecture d’un bulletin de victoire au sénat, acclamations, actions de grâce.

47Beaucoup des sons qui viennent d’être évoqués se retrouvent, bien sûr, dans les récits de sièges, quand ceux-ci se concluent par un assaut, qui est un type particulier de bataille. On peut ainsi entendre le clamor des assiégés qui font une sortie (Liu. XXVIII, 36, 8 ; XLIII, 10, 5) ou qui résistent à l’entrée des ennemis (XXI, 9, 1), celui des combattants des deux côtés (XXI, 11, 6). Plusieurs des exemples donnés supra se rapportent à des situations de ce genre.

  • 52 Voir Paul, 1982.
  • 53 Sur cette reticentia de Tite-Live : François, 2005, p. 360-363. Voir aussi XXV, 10, 1, cité infra p (...)

48Il est cependant des bruits spécifiques à un siège : les hurlements des assiégeants (obstrepunt portis XXII, 50, 8), le fragor provoqué par l’écroulement d’un élément de fortification : tour, portion de muraille (XXI, 8, 5). Autre son caractéristique : les cris des habitants quand la ville est prise. Depuis Homère, le thème de l’urbs capta parcourt la littérature52 ; il est même devenu tellement commun que parfois l’historien préfère n’en rien dire : neque ulla, quae in tali re memorabilis scribentibus uideri solet, praetermissa clades est (« il n’est pas une seule des atrocités qui, en l’occurrence, paraissent aux historiens dignes d’être rapportées qui ne fût commise » – sac de Victumulae par Hannibal en 218, Liu. XXI, 57, 14)53.

2.3. Manifestations bruyantes : dévastations, sanctions, triomphes

  • 54 Sur ce thème de la ville prise, voir Paul, 1982.

49Nombreux sont les passages évoquant ces souffrances des populations. Cris, pleurs, lamentations, gémissements, prières (clamores, fletus, ploratus, comploratio, lacrimae, flebilis uociferatio, gemitus, preces…) font partie de la bande son de la guerre. Minucius, en 217, déplore qu’on ne vienne pas au secours des alliés dont on peut, depuis le camp romain, entendre les cris de souffrance : strepunt aures clamoribus plorantium sociorum, saepius nostram quam deorum inuocantium opem (« nos oreilles résonnent des cris et des lamentations de nos alliés qui implorent plus souvent notre aide que celle des dieux » – Liu. XXII, 14, 8). Ces populations viennent parfois se plaindre à Rome ou auprès d’Hannibal, comme les Hirpins et les Samnites, en 215 : non solum incolumi et uictore sed praesente te, cum ploratum prope coniugum ac liberorum nostrorum exaudire et flagrantia tecta posses conspicere, ita sumus aliquotiens hac aestate deuastati ut M. Marcellus, non Hannibal, uicisse ad Cannas uideatur (« Alors que tu étais non seulement sain et sauf et victorieux, mais présent, et que tu pouvais presque entendre les pleurs de nos femmes et de nos enfants et voir nos maisons en train de brûler, nous avons subi si souvent de tels ravages cet été que l’on pourrait penser que c’est Marcus Marcellus, et non Hannibal, qui a vaincu à Cannes » – XXIII, 42, 5). Et de telles souffrances sont parfois infligées par ceux-là même dont on attendait une protection et auprès de qui on vient porter plainte ; en 205, les Locriens déplorent devant le sénat romain les exactions du légat Pleminius : « Cottidie capitur urbs nostra, cottidie diripitur ; dies noctesque omnia passim mulierum puerorumque qui rapiuntur atque asportantur ploratibus sonant. […] Omnia quae captae urbes patiuntur passi sumus et cum maxime patimur, patres conscripti. » (« “C’est chaque jour qu’on prend notre ville, chaque jour qu’on la met à sac ; jour et nuit tout retentit de tous côtés des lamentations des femmes et des enfants qu’on ravit et emporte. […] Tout ce que souffrent les villes prises, nous l’avons souffert et nous le souffrons plus que jamais, pères conscrits.” » – XXIX, 17, 16)54. À chaque fois, la manifestation sonore des souffrances est évoquée, renforçant le reproche.

  • 55 Les mots rumor, fama, nuntii reviennent fréquemment en Liu. XXVIII, 24, 1 – 25, 1.
  • 56 Liu. XXVIII, 29, 9-11. Version identique en Pol. XI, 30, 2, mais différente en App., Ib. 36, 145-14 (...)

50Il arrive qu’un général doive infliger à ses propres hommes, pour maintenir la discipline, des punitions dans lesquelles le son peut être appelé à jouer un rôle. En 206, au camp de Sucro, en Espagne, des hommes de l’armée de Scipion profitent de sa maladie pour faire valoir leurs revendications concernant notamment le paiement de la solde. Des nouvelles et rumeurs55 leur font croire à la mort de leur général, alors à Carthagène, et ils se mutinent. Le châtiment infligé par Scipion est conçu pour faire impression sur la vue et sur l’ouïe : terror oculis auribusque est offusus (« les yeux et les oreilles furent frappés d’effroi »). Les soldats loyaux, qui ont encerclé les mutins, choquent leurs épées contre leurs boucliers (Exercitus […] gladiis ad scuta concrepuit), le héraut cite le nom des condamnés qui sont ensuite flagellés et décapités à la hache. À cela répond le silence du reste de l’armée qui ne fait pas même entendre un gémissement : adeo torpentibus metu qui aderant ut non modo ferocior uox aduersus atrocitatem poenae sed ne gemitus quidem exaudiretur (« les assistants étant à ce point paralysés par la peur que non seulement on n’entendit aucune voix un peu hardie protester contre l’atrocité du châtiment, mais pas même de gémissements56 »).

51Quand arrive l’heure du triomphe, les soldats accompagnent bruyamment leur général avec des plaisanteries et des chants. Ainsi en 207, au retour des armées de M. Livius Salinator et de C. Claudius Nero, victorieuses au Métaure (carmina militaribus iocis […] iactata – XXVIII, 9, 18).

3. Stratégie militaire et stratégie narrative

3.1. L’usage militaire du bruit

3.1.1. Stratagèmes

  • 57 «Hostem caecum ad has belli artes habetis.» (« “Vous aurez affaire à un ennemi aveugle devant ces (...)

52Les ruses et pièges font partie des moyens d’action d’un général. Ces stratagèmes jouent le plus souvent sur la vue : il s’agit d’ordinaire de rester inaperçu ou de cacher quelque chose à l’ennemi. Mais l’ouïe peut aussi intervenir. Nous avons déjà considéré un premier exemple, dans lequel ces deux sens se conjuguent, Hannibal utilisant des transfuges qui, à la fois, portent un équipement romain et parlent latin. De même que, d’après le Barcide, les Romains sont aveugles aux ruses de leurs adversaires57, on peut dire qu’en certaines occasions ils y sont sourds. Après celui qui a été rappelé ci-dessus, contentons-nous ici encore d’un seul exemple, dans lequel le stratagème, cette fois, réussit. En 212, un Lucanien, Flavus, jusqu’alors resté fidèle aux Romains, décide de changer de camp et, pour sceller son alliance avec les Carthaginois, veut leur livrer le proconsul Ti. Sempronius Gracchus. Il s’entend secrètement avec Magon, qui commande les troupes puniques dans le Bruttium, et celui-ci prépare une embuscade en un lieu où Flavus devra conduire le général romain. Le traître promet à Sempronius de l’aider à obtenir le ralliement de l’ensemble des Lucaniens et le convainc de rencontrer des représentants de cette nation. Le Romain n’entend pas malice à ces belles paroles et se laisse entraîner dans l’embuscade où il trouve la mort : Gracchus fraudem et sermoni et rei abesse ratus ac similitudine ueri captus, cum lictoribus ac turma equitum e castris profectus duce hospite in insidias praecipitatur (« Gracchus, pensant qu’il n’y avait aucune ruse ni dans ces paroles ni dans ce projet, et abusé par leur vraisemblance, quitte le camp avec ses licteurs et un escadron de cavalerie : guidé par son hôte, il va donner dans l’embuscade » – Liu. XXV, 16, 5-24).

53Il est plus rare que les Carthaginois se laissent berner par ce genre de procédé et, quand cela se produit, Tite-Live souligne le caractère inhabituel de la chose. Ainsi quand, en 217, le Sagontin Abelux se joue de Bostar, commandant de la garnison punique de la ville, où sont gardés les otages livrés par de nombreux peuples espagnols. Comme plus tard Flavus, Abelux souhaite changer de camp et cherche à se faire valoir auprès de ses nouveaux alliés (les Romains, dans son cas). Il réussit à persuader Bostar (homini non ad cetera Punica ingenia callido, « un homme qui, pour un Carthaginois, manquait de finesse » – Liu. XXII, 22, 15) qu’il pourra gagner la reconnaissance et, partant, la fidélité des Espagnols en leur rendant les otages. Il se fait confier cette mission mais s’entend en cachette avec les Romains et feint de tomber par mégarde sur leurs postes. Grâce à lui, ce sont ainsi ses nouveaux alliés qui rendent les otages à leurs peuples, dont ils s’assurent ainsi la gratitude (Liu. XXII, 22, 4-21).

3.1.2. Dialectique du bruit et du silence

54Le bruit doit aussi être considéré dans son rapport avec son contraire, le silence. À une reprise au moins, Tite-Live les oppose explicitement : per silentium […] sine strepitu ac tumultu (XXV, 23, 16-17). L’un comme l’autre sont utilisés dans un contexte militaire.

  • 58 Liu. XXIII, 35, 17-18 ; XXIV, 17, 3 ; 40, 11 ; XXV, 23, 16 ; 24, 2 ; XXV, 38, 23 – 39, 2 ; XXVII, 2 (...)

55Nous avons vu l’emploi du clamor pour se donner du courage mais aussi pour effrayer l’ennemi avant d’engager une bataille. En sens inverse, le silence est recherché pour tromper l’adversaire en agissant à son insu – le bruit est, en effet, indice de présence (XXII, 19, 6-7). Pour cela, il faut à la fois n’être pas entendu et ne pas être vu : aussi, dans ce genre d’opérations, silentium et nox sont-ils très fréquemment associés58. Il arrive même que s’ajoute le brouillard, qui à la fois masque la vue et atténue les sons (XXVI, 17, 8-15).

  • 59 Voir Sall., C. 45, 2-3 ; J. 99, 1-2.

56L’adresse consiste à savoir doser bruit et silence, à les combiner, à déterminer à quel moment il convient de rompre le silence. Si l’on s’avance à l’insu de l’adversaire, un clamor poussé au dernier moment avant l’attaque sera d’autant plus effrayant59. En 207, le consul Claudius Nero campe dans le sud de l’Italie et surveille les mouvements d’Hannibal. Apprenant qu’Hasdrubal a passé les Alpes, il rejoint à marches forcées son collègue, tout au nord de la péninsule, afin d’opposer au Carthaginois deux armées. Mais la réussite de l’opération demande qu’Hannibal ignore son départ, afin qu’il n’en tire pas parti. De l’autre côté, si l’on veut écraser Hasdrubal, il faut que celui-ci ne se doute pas qu’une deuxième armée romaine se trouve près de lui ; aussi Nero part-il et arrive-t-il de nuit et en silence (Liu. XXVII, 43, 12 ; 46, 4-5). En revanche, révéler au dernier moment, une fois les troupes rangées pour la bataille, que les effectifs romains ont été doublés peut démoraliser l’adversaire : Auditum modo in acie – nam ne ante audiatur, daturum operam – alterum consulem et alterum exercitum aduenisse haud dubiam uictoriam facturum (« Qu’on entende seulement dire, sur la ligne de bataille – il veillerait à ce qu’on ne l’entende pas avant – qu’un second consul et qu’une seconde armée étaient arrivés provoquerait, à n’en pas douter, la victoire » – XXVII, 45, 4-5).

57Pour reprendre Tarente, en 209, Fabius sut, lui aussi, jouer du bruit et du silence (ainsi que de la nuit) pour les utiliser de manière complémentaire et efficace. Il est nécessaire de citer ici un long passage pour apprécier ce jeu subtil, d’un point de vue tactique comme narratif. On appréciera, en particulier, l’entrelacement des deux champs sémantiques, la variété lexicale et grammaticale des termes qui les expriment, les divers procédés qui les mettent en relief :

Fabius uigilia prima dato signo iis qui in arce erant quique custodiam portus habebant, ipse circumito portu ab regione urbis in orientem uersa occultus consedit. Canere inde tubae simul ab arce simul a portu et ab nauibus quae ab aperto mari adpulsae erant, clamorque undique cum ingenti tumultu unde minimum periculi erat de industria ortus. Consul interim silentio continebat suos. Igitur Democrates, qui praefectus antea classis fuerat, forte illi loco praepositus, postquam quieta omnia circa se uidit, alias partes eo tumultu personare ut captae urbis interdum excitaretur clamor, ueritus ne inter cunctationem suam consul aliquam uim faceret ac signa inferret, praesidium ad arcem unde maxime terribilis accidebat sonus traducit. Fabius cum et ex temporis spatio et ex silentio ipso quod, ubi paulo ante strepebant excitantes uocantesque ad arma, inde nulla accidebat uox, deductas custodias sensisset, ferri scalas ad eam partem muri qua Bruttiorum cohortem praesidium agitare proditionis conciliator nuntiauerat iubet. Ea primum captus est murus adiuuantibus recipientibusque Bruttiis, et transcensum in urbem est ; deinde et proxima refracta porta ut frequenti agmine signa inferrentur. Tum clamore sublato sub ortum ferme lucis nullo obuio armato in forum perueniunt, omnesque undiqu qui ad arcem portumque pugnabant in se conuerterunt.

À la première veille, après avoir donné le signal à ceux qui étaient dans la citadelle et à ceux qui gardaient le port, Fabius fit lui-même le tour du port et s’installa, sans se faire voir, à l’est de la ville. Les trompettes se mirent alors à sonner en même temps, à la fois à la citadelle, au port et sur les navires arrivant du large, tandis que de partout, à dessein, une clameur s’élevait, créant une énorme confusion, sur les points où il y avait le moins de danger. Pendant ce temps, le consul imposait le silence à ses hommes. Aussi Démocratès, l’ancien préfet de la flotte, qui se trouvait justement chargé de ce secteur, voyant que tout était tranquille autour de lui, alors que tous les autres quartiers résonnaient d’un tumulte tel qu’il en montait parfois des clameurs comme il s’en fait entendre dans une ville prise, craignit que, au milieu de ses hésitations, le consul ne lançât quelque attaque et n’engageât le combat ; il emmène ses hommes vers la citadelle d’où venait le bruit le plus effrayant. Fabius, tirant du temps écoulé et du silence même qui régnait (là où, peu auparavant, retentissaient les cris de ceux qui exhortaient les combattants et les appelaient aux armes, on n’entendait plus personne) la conclusion que les gardes avaient été retirés, fait apporter des échelles le long de la partie du rempart où, d’après l’instigateur de la trahison, la cohorte des Bruttiens montait la garde. C’est par là d’abord que, aidés et accueillis par les Bruttiens, ils s’emparèrent du rempart et qu’en l’escaladant, ils passèrent dans la ville ; après quoi ils enfoncèrent aussi la porte la plus proche, de façon à faire entrer une colonne en rangs serrés ; puis, poussant une clameur, vers le lever du jour, sans rencontrer la moindre résistance armée, ils parviennent au forum ; ils firent alors converger vers eux de partout tous ceux qui combattaient du côté de la citadelle et du port. » (Liu. XXVII, 15, 13-19)

  • 60 Voir aussi Tac., Ann. IV, 48, 2.

58Mais cette dialectique du bruit et du silence est plus complexe encore. Le bruit peut, en effet, lui aussi, permettre de couvrir une opération. Après la défaite romaine à la Trébie, la fuite de l’armée passe inaperçue grâce non seulement au silence que les soldats observent (tacito agmine) et à la nuit (nocte insequenti), mais au bruit de la pluie : nihil sensere [hostes] obstrepente pluuia (« les ennemis ne s’aperçurent de rien, le bruit de la pluie couvrant tout » – XXI, 56, 8-9)60.

3.2 Dialectique de la vue et de l’ouïe

59Ces deux sens se trouvent eux aussi, souvent, dans un rapport dialectique, qui, comme dans l’exemple (cité supra) de Fabius à Tarente, relève à la fois de la stratégie militaire et de la stratégie narrative.

3.2.1 Situations typiques

  • 61 Voir infra p.106-108.

60Faire appel à des indications auditives constitue, pour l’historien, un moyen d’éviter l’uniformité de ce type de récits obligés, souvent répétitifs. Mais ces notations elles-mêmes peuvent engendrer la monotonie : la mention des clamores devient vite systématique et banale. Cependant elles peuvent se révéler un recours intéressant et original quand il est impossible de tirer parti des données visuelles, comme dans le cas de la bataille du lac Trasimène : le brouillard occupe, en effet, le terrain où s’engage l’armée romaine et les soldats doivent se fier à leur oreille pour s’orienter, guider leurs pas et leurs gestes. Le caractère exceptionnel de la situation redonne de la vigueur à un procédé usé. Aussi le vocabulaire de l’ouïe se fait-il alors plus riche et les mots habituels (comme clamores) regagnent-ils intérêt et éclat61.

61Il arrive cependant que, tout comme une lumière éblouissante empêche de bien voir, un fracas tonitruant rende inaudibles les sons qui pourraient être utiles : ingenti sono caelum strepere et inter horrendos fragores micare ignes ; capti auribus et oculis metu omnes torpere (franchissement de l’Apennin par Hannibal pendant l’hiver 218-217 : « un bruit terrible retentit dans le ciel et des éclairs brillèrent au milieu d’un horrible fracas ; privés de l’usage de leurs yeux et de leurs oreilles, tous étaient paralysés par la peur » – Liu. XXI, 58, 5).

62On a rappelé en commençant que, dans la hiérarchie des sens, la vue est généralement considérée comme occupant le premier rang. Elle est plus sûre que l’ouïe. L’obscurité empêche de bien se rendre compte d’une situation et les sons ne suffisent pas à compenser le manque d’information visuelle.

  • 62 Il est possible que dans ce passage allitération et assonance soient recherchées pour accompagner e (...)

63Cette dialectique se développe de manière particulièrement aiguë dans certains épisodes où la vue est temporairement, parfois partiellement, indisponible et où les combattants doivent recourir essentiellement à l’ouïe pour se diriger, reconnaître les êtres et les choses qui les entourent, comprendre la situation pour adopter le bon comportement, dans la défense comme dans l’attaque. Lors de la deuxième bataille d’Herdonea, en 210, Hannibal laisse ses fantassins accaparer les regards et l’attention (cum pedestres acies occupassent praesenti certamine oculos animosque – XXVII, 1, 8-11) ; pendant ce temps, ses cavaliers tournent le camp ennemi et d’autres attaquent les lignes adverses à revers. Le bruit causé par cette charge dans leur dos (tumultus a tergo) et la clameur venant de leur camp (simul a castris clamor hostilis auditus) font se retourner les Romains. Ici, ce n’est que lorsque l’oreille pallie les insuffisances de l’œil que l’on prend conscience de la réalité62.

64Mais d’ordinaire l’ouïe est moins précise que la vue et quand celle-ci peut de nouveau être utilisée, la situation devient plus claire. Je reparlerai tout à l’heure de l’exemple évocateur de Trasimène, mais on pourrait mentionner, parmi d’autres passages similaires, l’attaque nocturne de Tarente par Hannibal en 212 (Liu. XXV, 10, 1 ; 4-5) :

Iam tumultus erat clamorque qualis esse in capta urbe solet ; sed quid rei esset nemo satis pro certo scire. […] Errorem et tuba audita ex theatro faciebat ; nam et Romana erat, a proditoribus ad hoc ipsum praeparata, et inscienter a Graeco inflata quis aut quibus signum daret incertum efficiebat. Vbi inluxit, et Romanis Punica et Gallica arma cognita dubitationem exemerunt, et Graeci Romanos passim caede stratos cernentes ab Hannibale captam urbem senserunt.

« Déjà régnaient le tumulte et les cris qui règnent habituellement dans une ville prise, mais personne ne savait exactement ce qui se passait. […] Ce qui contribuait à mettre les esprits dans l’erreur, c’était une trompette qu’on entendait sonner au théâtre : elle était romaine (les traîtres l’avaient préparée d’avance, exprès pour en faire cet usage), mais utilisée par un Grec qui en jouait mal, de sorte qu’on ne savait qui donnait un signal ni à qui. Au lever du jour, les Romains reconnurent les armes carthaginoises et gauloises, et leurs doutes se dissipèrent. ; de leur côté, les Grecs, en voyant partout des Romains étendus morts, comprirent qu’Hannibal avait pris leur ville. »

  • 63 E. g. Liu. XXV, 24, 4-7 (à Syracuse, attaque nocturne de Marcellus) ; XXVI, 17, 11-14 (Hasdrubal tr (...)

65On trouve, dans la troisième décade livienne, plusieurs récits de ce genre, qui suivent un schéma similaire63 : l’obscurité (ou le brouillard) empêche de bien voir ; les différents acteurs essaient de recourir aux perceptions auditives, mais celles-ci sont moins sûres que les perceptions visuelles, ou bien l’un des adversaires agit dans le silence ; puis la situation s’éclaircit et la réalité se révèle.

3.2.2. Trasimène

66Un des épisodes les plus fameux qui illustrent cette dialectique est celui de la bataille de Trasimène. Ici, ce n’est pas la nuit, mais le brouillard qui empêche de voir. Les limites fixées pour cet article imposent de sélectionner, dans le long récit livien (XXII, 4, 1 – 6, 10), les passages les plus représentatifs pour mon propos.

Flaminius […] uixdum satis certa luce angustiis superatis, […] id tantum hostium quod ex aduerso erat conspexit ; ab tergo ac super caput decepere insidiae […]. Eo magis Romanis subita atque inprouisa res fuit, quod orta ex lacu nebula campo quam montibus densior sederat agminaque hostium ex pluribus collibus ipsa inter se satis conspecta eoque magis pariter decucurrerant. Romanus clamore prius undique orto quam satis cerneret se circumuentum esse sensit […]. Consul […] turbatos ordines, uertente se quoque ad dissonos clamores, instruit ut tempus locusque patitur, et, quacumque adire audirique potest, adhortatur […]. Ceterum prae strepitu ac tumultu nec consilium nec imperium accipi poterat, tantumque aberat ut sua signa atque ordines et locum noscerent, ut uix ad arma capienda aptandaque pugnae conpeteret animus. […] Et erat in tanta caligine maior usus aurium quam oculorum. Ad gemitus uulnerum ictusque corporum aut armorum et mixtos terrentium pauentiumque clamores circumferebant ora oculosque. […]
Insignemque armis [Flaminium] et hostes summa ui petebant et tuebantur ciues, donec Insuber eques […], facie quoque noscitans consulem, [eum] lancea transfixit. […]
Magnae partis fuga inde primum coepit ; et iam nec lacus nec montes pauori obstabant ; per omnia arta praeruptaque
uelut caeci euadunt, armaque et uiri super alium alius praecipitantur. […]
Sex milia ferme primi agminis per aduersos hostis eruptione inpigre facta, ignari omnium quae post se agerentur, ex saltu euasere et, cum in tumulo quodam constitissent,
clamorem modo ac sonum armorum audientes, quae fortuna pugnae esset neque scire nec perspicere prae caligine poterant. Inclinata denique re, cum incalescente sole dispulsa nebula aperuisset diem, tum liquida iam luce montes campique perditas res stratamque ostendere foede Romanam aciem.

« Flaminius […] franchit le défilé, à la lumière encore incertaine de l’aube […] ; il ne vit comme ennemis que ceux qui étaient en face de lui ; les embuscades tendues derrière lui et au-dessus de sa tête, il ne les soupçonna pas. […] L’assaut fut pour les Romains d’autant plus subit et imprévu qu’un brouillard né du lac s’était installé plus épais sur la plaine que sur les montagnes et que les colonnes ennemies, venant des diverses hauteurs, arrivaient assez bien à se voir entre elles et dévalaient ainsi vers la plaine avec plus d’ensemble. Ce fut le cri poussé de tous côtés qui apprit au Romain, avant qu’il pût le voir, qu’il était cerné […]. Comme la confusion régnait dans les rangs (chacun se tournant vers les cris qui venaient de partout), le consul […] y remet de l’ordre autant que le permettent les circonstances et l’endroit et, partout où il peut approcher et se faire entendre, il exhorte les siens. […] Mais le vacarme et le tumulte empêchaient les Romains d’entendre ses conseils et ses ordres et, loin de reconnaître les enseignes, les rangs et leur place, ils n’avaient même pas la présence d’esprit de prendre leurs armes et de les préparer pour le combat. […] Dans un brouillard si opaque, ils faisaient usage de leurs oreilles plus que de leurs yeux : c’était vers les gémissements arrachés par les blessures, les chocs des corps et des armes, les cris mêlés de ceux qui inspiraient la terreur et de ceux qui l’éprouvaient qu’ils tournaient leurs visages et leurs regards. […] »
Comme son équipement faisait reconnaître [Flaminius], les ennemis mettaient toute leur énergie à l’attaquer et ses concitoyens à le défendre, jusqu’à ce qu’un cavalier insubre […], reconnaissant aussi le consul à ses traits, […] le transperce de sa lance […].
Alors un grand nombre de Romains commencèrent à fuir ; désormais, ni le lac, ni les montagnes n’étaient plus un obstacle à leur terreur ; à travers les passages les plus étroits ou les plus escarpés, comme des aveugles, ils tentent de s’échapper et les hommes avec leurs armes tombent les uns sur les autres.
Parmi les soldats qui étaient en tête de la colonne, six mille environ s’étaient courageusement ouvert un passage à travers les ennemis qui leur faisaient face et, ignorant tout de ce qui se passait derrière eux, ils étaient sortis du défilé ; ils firent halte sur une hauteur d’où ils ne pouvaient qu’entendre les clameurs et le fracas des armes : un épais brouillard les empêchait de savoir et de discerner quelle était l’issue du combat. Enfin, comme le dénouement était proche, le soleil plus chaud dissipa les nuées qui laissèrent passer la lumière ; alors, en pleine clarté, les montagnes et la plaine montrèrent le désastre et le massacre effroyable de l’armée romaine. »

67Les expressions en caractères gras mettent en évidence les données les plus significatives : la vue empêchée, le recours à l’ouïe, la juxtaposition ou plutôt la contraposition des deux sens, le jeu sur le négatif et l’affirmatif.

  • 64 Voir XLIII, 13, 2 : mihi uetustas res scribenti nescio quo pacto anticus fit animus « en écrivant l (...)

68Le lecteur se trouve dans la même configuration que les acteurs du récit, comme invité à partager leurs sensations, impressions et sentiments. Aussi bien cette empathie est-elle un des soucis constants de Tite-Live : il l’éprouve lui-même64 et cherche à la communiquer à ceux qui le lisent. On peut cependant noter que le souci dramatique conduit l’écrivain à oublier le contexte qu’il s’est pourtant appliqué à décrire, et à négliger d’éventuelles contradictions. Au motif dramatique de l’absence de visibilité, il ajoute celui de la mort du général, pris comme cible par un ennemi. Mais si la vue est ainsi occultée (le brouillard ne se dissipe que plus tard), comment Flaminius peut-il être reconnu à son équipement et à ses traits ?

3.3. « Ekphrasis sonore » ?

  • 65 Je remercie Jean-Pierre Aygon qui m’a fait l’amitié de me donner un avis précieux sur les lignes qu (...)
  • 66 Voir Aygon, 1994 et 2008 ; François, 2012, spécialement p. 124-133. Ce schéma n’a pas été théorisé (...)
  • 67 La notion d’ekphrasis sonore, que j’avance ici, n’existe pas dans l’Antiquité. Mais les formes iden (...)
  • 68 Il s’agit de ponere ante oculos, « placer devant les yeux » du lecteur, qui a ainsi l’impression de (...)

69Comme on sait, l’ekphrasis est un développement descriptif qui vise à « mettre une réalité sous les yeux » du lecteur (l’expression revient dans les traités de rhétorique)65. La critique littéraire moderne réserve généralement ce terme à la description d’œuvre d’art, mais dans la stylistique antique son usage est beaucoup plus étendu : on peut parler d’ekphrasis de lieu, de personne, d’objet, d’action même. Ce développement peut se caractériser par les traits suivants : la présence en tête (ou proche du début) d’une forme du verbe être, un nom commun qui désigne l’« objet » (au sens large) qui sera décrit, éventuellement son nom propre, ses caractéristiques. Ces descriptions peuvent être brèves. Le retour au récit se marque par un anaphorique qui insère l’« objet » ainsi décrit dans la trame narrative66. Les récits que j’ai utilisés constituent souvent de véritables ekphraseis pragmatôn (descriptions d’actions) et l’on pourrait parler dans ce cas d’ekphraseis sonores et visuelles à la fois67. De la même façon que, selon la définition des rhétoriciens antiques, l’ekphrasis doit mettre sous les yeux, donner au lecteur l’impression de voir68, de la même façon, certains récits de batailles, pourrait-on dire, « mettent dans l’oreille » un événement, donnent l’impression d’entendre.

70Les choses sont moins nettes que dans les emplois répertoriés par les rhétoriciens ; voici cependant, deux passages qui me paraissent correspondre à cette notion.

  • 69 François, 2012, p. 124-133.

71En Liu. XXV, 10, 1-5, cité supra p. 105, on trouve les traits que j’ai rappelés : le verbe « être » près du début (erat), le nom commun désignant l’objet de l’ekphrasis (tumultus clamorque), ses caractéristiques (qualis esse in capta urbe solet). Est-il possible de penser que, de manière insolite, la reprise du récit se ferait par quid, interrogatif qui insiste sur le caractère incertain de la situation ? J’ai naguère essayé de montrer le caractère original des ekphraseis dans l’historiographie antique, notamment par la variété des verbes introducteurs, des « objets », mais aussi des mots qui signalent la reprise du récit69. Nous en aurions dans ce passage un autre exemple. La situation est cependant plus complexe, comme je vais essayer de le montrer.

  • 70 Les paragraphes 2 et 3 présentent les réactions des Tarentins, des Romains, du préfet.
  • 71 Voir Paul, 1982.
  • 72 Voir Quint. VIII, 3, 67 : Sine dubio […] qui dicit expugnatam esse ciuitatem complectitur omnia qua (...)

72On pourrait objecter que la description proprement dite se réduit ici à bien peu de chose. Cela est vrai, et les mots que je n’ai pas reproduits n’y apporteraient rien70. Mais le topos de l’urbs capta est si connu dans la littérature antique71, avec ses thèmes récurrents, visuels (le fer et le feu, le sang…) mais aussi auditifs (les cris, les gémissements, les pleurs…), qu’il est inutile que l’historien en dise ici davantage72. Ces quelques mots suffisent à imposer dans l’esprit du lecteur des sons et une ambiance très nets (rappelons-nous que la scène se déroule de nuit).

73De plus – et c’est une autre singularité de cet extrait –, une partie de la description, la plus originale, serait rejetée après la reprise du récit. La sonnerie de trompette participe à l’incertitude qui caractérise l’ensemble de l’épisode. Avec le retour des interrogatifs et l’écho certo… incertum, les mots quis aut quibus signum daret incertum efficiebat reprennent l’idée initiale de quid rei esset nemo satis pro certo scire.

  • 73 Si Tite-Live connaissait le texte correspondant de Polybe (VIII, 30, 7), son insistance sur l’incer (...)

74Ce déplacement de l’élément le plus frappant et caractéristique contribue à le mettre en évidence et accentue l’intérêt dramatique de l’épisode73. Il illustre le souci de fusion entre description et récit que l’on observe dans les ouvrages historiques pour l’ekphrasis visuelle.

  • 74 Jakob Voorbroek (dit Perizonius), Notae (dans l’édition d’A. Drakenborch, Amsterdam, 1738-1746).
  • 75 Georg Alexander Ruperti, T.Livii Patavini Historiarum libri qui supersunt, Londres, 1828.
  • 76 Voir François, 2012, p. 124-133.

75Trouverait-on excessive cette analyse qui se fonde sur plusieurs singularités, une autre interprétation est possible, sans doute plus convaincante. Le texte cité ci-dessus adopte une correction de Perizonius74, qui supprime tum, présenté par les manuscrits après cognita. Plusieurs autres conjectures ont été proposées, parmi lesquelles je retiendrais volontiers celle, très séduisante, de Ruperti75, qui écrit eam dubitationem. Nous obtiendrions ainsi une ekphrasis plus proche du schéma présenté ci-dessus, avec une partie proprement descriptive plus développée et une reprise du récit (à partir d’Vbi inluxit) signalée par un anaphorique, reprise confortée par l’écho capta urbe… captam urbem. D’une manière courante dans l’historiographie76, celui-ci détermine un nom (dubitationem) qui exprime la caractéristique essentielle pour le récit.

  • 77 Cette question sera développée dans un article actuellement en préparation.

76Je me limiterai à un seul autre exemple77 (Liu. XXVII, 42, 4-5) :

Crescit pugna subsidiis et procurrentium ad certamen numero augetur ; pugnantesque – quod nisi in uetere exercitu et duce ueteri haud facile est – inter tumultum ac terrorem instruxisset Hannibal, ni cohortium ac manipulorum decurrentium per colles clamor ab tergo auditus metum ne intercluderentur a castris iniecisset. Inde pauor incussus et fuga passim fieri coepta est ; minorque caedes fuit, quia propinquitas castrorum breuiorem fugam perculsis fecit.

« La bataille prend de l’ampleur avec l’arrivée des renforts et s’étend en raison du nombre de ceux qui courent au combat, et Hannibal aurait réussi – ce qui n’est pas facile, si ce n’est avec une armée de vétérans et pour un général vétéran – à ranger ses hommes alors qu’ils combattaient au milieu du tumulte et de la peur, si les cris poussés derrière eux par les cohortes et les manipules qui dévalaient les collines ne leur avaient fait craindre d’être coupés de leur camp. D’où la panique qui les frappa et la fuite en tous sens qui commença à se produire. Mais le carnage fut limité parce que la proximité de leur camp abrégea la fuite de ceux qui avaient été mis en déroute. »

  • 78 François, 2012, p. 124-133.
  • 79 Sur cette position, voir aussi Aygon, 2008, p. 378-379.
  • 80 Voir François, 2012, p. 128-129 ; 132.

77On retrouve ici le souci à la fois de variété, de précision, d’incorporation dans la trame narrative que j’ai relevé ailleurs, dans des ekphraseis visuelles, chez les historiens78. S’agissant d’une notation auditive, le verbe introducteur n’est pas un simple fuit, mais correspond à ce contexte : auditus. Si j’ai donné un extrait large, c’est parce que cette ekphrasis (si c’en est bien une) est davantage prise dans la narration que beaucoup de descriptions traditionnelles. Cela est dû notamment à la position de clamor, placé au milieu d’indications concernant son origine : humaine (cohortium ac manipulorum decurrentium) et locale (per colles ; ab tergo)79. L’effet produit correspond ainsi plutôt à une synesthésie associant images et sons. Les « qualités » se réduisent à deux éléments brièvement énoncés : cette double origine des cris et leur conséquence. Enfin, la reprise se fait par l’adverbe anaphorique inde (« de là »), ici dans un sens logique. Cet adverbe se rattache étymologiquement au pronom is, anaphorique fréquemment utilisé dans la reprise du récit après une ekphrasis80 ; il équivaut ici à ex eo clamore ou simplement eo clamore.

78Dans des récits de ce genre, il ne s’agit pas, comme dans l’ekphrasis visuelle, de ponere ante oculos, mais bien de ponere in aures : le lecteur n’a pas l’impression de voir, mais d’entendre. Pour démarquer les mots de Quintilien (IX, 2, 40) forma rerum ita expressa ut cerni potius uideantur quam audiri (« une représentation des faits proposée en termes si expressifs que l’on croit voir plutôt qu’entendre »), on pourrait dire ut audiri potius uideantur quam legi (« que l’on croit entendre plutôt que lire »). De même qu’un récit entendu peut créer une image, un récit lu peut faire imaginer un son.

Conclusion

79Au-delà des réalités les plus banales et concrètes, les données sonores dans les récits historiques consacrés, notamment par Tite-Live, à la guerre révèlent une grande richesse, tant dans le contenu que dans la manière. Le rôle de l’ouïe est capital dans de nombreux domaines, de l’approche du conflit jusqu’à son issue : échanges verbaux divers, rumeurs, propagande, vie religieuse, stratagèmes… Certaines situations topiques propres à ce genre de récits (batailles, sièges, harangues) fournissent un cadre particulièrement propice aux notations auditives, qui y assurent une fonction non négligeable, dont les acteurs savent tirer profit.

80Deux types de dialectiques sont mis en œuvre de ce point de vue. Les généraux les plus habiles savent mettre au point des stratégies fondées sur une combinaison du bruit et du silence, mais jouent aussi de l’association ou de l’opposition entre l’ouïe et la vue.

81La stratégie narrative, enfin, exploite ce matériau, spécialement par le biais de ce qu’on pourrait appeler « ekphrasis sonore », présentation qui met un « objet » auditif dans l’oreille du lecteur, comme l’ekphrasis traditionnelle met un « objet » visuel devant ses yeux.

Haut de page

Bibliographie

Aygon, J.‑P., 1994, L’Ecphrasis et la notion de description dans la rhétorique antique, Pallas, 41, p. 41-56.

Aygon, J.‑P., 2008, Le jeu avec les bornes de l’ecphrasis topou, d’Homère à Sénèque, dans B. Bureau et Ch. Nicolas (éd.), Commencer et finir. Débuts et fins dans les littératures grecque, latine et néolatine. Actes du colloque (Université Jean‑Moulin – Lyon 3 et E.N.S. Lyon, 29 et 30 septembre 2006), Lyon, CEROR, p. 373-392.

Bélis, A., 1999, Les musiciens dans l’Antiquité, Paris.

Clark, M., 1995, Did Thucydides invent the Battle Exhortation? Historia, 44/3, p. 375-376.

Delbey, E., 2013, Le regard agît : recherches sur l’importance du regard dans les traités de rhétorique de Cicéron, dans G. Puccini (dir.), 2013a, p. 123-134..

Dumézil, G., 19742, La religion romaine archaïque, Paris.

Erskine, A., 1993, Hannibal and the Freedom of the Italians, Hermes, 121, p. 58-62.

François, P., 2002, Énée et Fabius Cunctator : une influence de Virgile sur Tite-Live ? dans P. Defosse (éd.), Hommages à Carl Deroux, Coll. Latomus, vol. 266, tome I – Poésie, p. 208-220.

François, P., 2005, Neque adgrediar narrare : Tite-Live de la démonstration implicite à la démonstration paradoxale, dans M. Armisen-Marchetti (éd.), Demonstrare : voir et faire voir. Formes de la démonstration à Rome. Actes du Colloque international de Toulouse (18-20 novembre 2004), Pallas, 69, p. 353-364.

François, P., 2006, Externo more : Scipion l’Africain et l’hellénisation, dans P. François, P. Moret et S. Péré-Noguès (éd.), L’hellénisation en Méditerranée occidentale au temps des guerres puniques (260-180 av. J.-C.). Actes du Colloque international de Toulouse (31 mars-2 avril 2005), Pallas, 70, p. 313-328.

François, P., 2012, Iuuit locus. L’entrelacement du narratif et du descriptif dans le récit historique, dans M. Briand (éd.), La trame et le tableau. Poétiques et rhétoriques du récit et de la description dans l’Antiquité grecque et latine. Actes du colloque international (Poitiers, 21-23 octobre 2010), La Licorne, 101, Presses Universitaires de Rennes, p. 115-138.

François, P. (à paraître) Mixtos terrentium pauentiumque clamores. La peur dans le récit livien de la deuxième guerre punique, dans S. Coin Longeray et D. Vallat, Peurs antiques. Actes du colloque (Saint-Étienne et Lyon, 27-29 mai 2013), à paraître aux Publications de l’Université de Saint-Étienne.

Hansen, M.H., 1993, The Battle Exhortation in Ancient Historiography. Fact or Fiction ? Historia, 42/2, p. 161-180.

James-Raoul, D., 2013, À l’écoute du monde arthurien, dans G. Puccini (dir.), 2013, p. 219-234.

Murgier, Ch., 2013, Comment hiérarchiser les sens ? Perspectives aristotéliciennes, dans G. Puccini (dir.), 2013, p. 59-72.

Narducci, E., 1997, Cicerone e l’eloquenza romana, Rome-Bari.

Narducci, E., 2009, Cicerone. La parola e la politica, Rome-Bari.

Paul, G.M., 1982, Vrbs capta: Sketch of an Ancient Literary Motif, Phoenix, 36/2, p. 144-155.

Puccini, G. (dir.), 2013a, Le Débat des cinq sens de l’Antiquité à nos jours, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux.

Puccini, G., 2013b, Introduction, dans G. Puccini (dir.), 2013a, p. 7-18.

Rochette, B., 1997, Sur le bilinguisme dans les armées d’Hannibal, LEC 65, p. 153-159.

de Saint-Denis, E., 1942, Les énumérations de prodiges dans l’œuvre de Tite-Live, RPh, p. 126-142.

Schettino, M.T. et Pittia, S. (dir.), 2012a, Les sons du pouvoir dans les mondes anciens. Actes du colloque international (La Rochelle, 25 – 27 novembre 2010), Besançon.

Schettino, M.T. et Pittia, S., 2012b, Bruits et silences du pouvoir, dans M. T. Schettino et S. Pittia (dir.), 2012a, p. 10-20.

Vendries, Chr., 1999, Instruments à cordes et musiciens dans l’Empire romain : étude historique et archéologique. iie siècle av. J.‑C. – ve siècle apr. J.‑C., Paris.

Zalateo, G., 1998, Il « topos » della disperazione all’annuncio di un disastro, A & R, 43/1-2, p. 11-20.

Haut de page

Notes

1 E. g. Platon, Timée 47a-c ; Aristote, Métaph. I, 1, 980a; De l’âme III, 8; Nicom. X, 1176a ; De sens. 4, 442b ; Cic., De or. III, 40, 160-161. Sur la hiérarchie des sens, voir Puccini, 2013, p. 7-10, qui renvoie (p. 8, n. 1) à Michel Serres, Philosophie des corps mêlés. TomeI. Les cinq sens, Paris, Bernard Grasset, 1985, p. 23. Sur Aristote en particulier : Murgier, 2013. Voir aussi Delbey, 2013 ; pour le Moyen Âge : James-Raoul, 2013.

2 Platon, Timée 47c-d ; Aristote, De sens. 1, 437a; Cic., Off. I, 30, 105.

3 E. g.Bélis, 1999; Vendries, 1999.

4 Schettino, Pittia (dir.), 2012a.

5 Voir dans ce volume la contribution d’Adeline Grand-Clément.

6 Schettino, Pittia, 2012b, p.10.

7 E. g.Cic., De or. I, 59, 251 ; III, 56, 213 – 58, 219 ; 60, 224 – 61, 227.

8 Les exemples de Démosthène et de Caius Gracchus sont particulièrement connus : voir Schettino, Pittia, 2012b, p. 13, qui mentionnent Plut., Dem. 7, 5-6 ; 8, 3 ; 11, 1-3 ; Tib. Gr. 2, 6 ; voir aussi Cic., De or. III, 60, 225 ; Val. Max. VIII, 10, 1.

9 Voir Schettino, Pittia, 2012b, p. 13, qui renvoient au Brutus et à Narducci, 1997 et 2009.

10 Textes et traductions sont empruntés (parfois retouchés) à la Collection des Universités de France. Pour les livres de Tite-Live non encore parus dans la CUF : livre 22, texte inédit de Paul François, traduction inédite de Georges Vallet revue par Paul François ; livre 30, texte de P. G. Walsh (Leipzig, Teubner, 1986), traduction d’Eugène Lasserre (Paris, Garnier, sans date [1949]).

11 Sur les rapports entre ouïe, parole et connaissance, voir Aristote, De sens. 1, 437a (cf. Hist. an. IX, 1, 608a) ; Murgier, 2013, p. 66-67. Sur le pouvoir de la voix : Cic., Or. 18, 60.

12 Voir XXI, 18, 8-12 (propos d’un sénateur carthaginois à l’adresse des ambassadeurs romains) : « quoniam discerni placet quid publico consilio, quid sua sponte imperatores faciant », « puisqu’il vous plaît de distinguer ce que les généraux font en vertu d’une décision publique de ce qu’ils font de leur propre chef ». L’autre point de discussion est de savoir si les dirigeants carthaginois ont ordonné l’attaque de Sagonte (possible casus belli) ou si Hannibal en est le seul responsable.

13 E. g.Pol. III, 98, 2 – 99, 9; Liu. XXII, 22, 4-21 (à Sagonte, en 217) ; XXIII, 2, 1 – 7, 2 (à Capoue, en 216).

14 E. g. Liu. XXI, 12, 3 – 13, 9 (le Sagontin Alcon et l’Espagnol Alorcus, pendant le siège de Sagonte par Hannibal, en 218).

15 Voir aussi XXVII, 44, 10 : les Romains s’exagèrent les forces de l’ennemi et minorent les leurs.

16 Pol. III, 77, 3-7 ; 85, 4 ; Liu. XXI, 52, 4 ; XXII, 58, 2 ; App., Hann. 10, 43 ; Frontin, Strat. IV, 5, 25. Son frère Magon fait de même (Liu. XXIX, 5, 4), ainsi qu’Hannon (Liu. XXIII, 43, 11). Sur cette question, voir Erskine, 1993.

17 L’épisode est repris par Valère Maxime (III, 7, 4) : Respondit in hoc eis oportere parci ne hostibus tantae cladis domestici nuntii deessent (« Il répondit qu’il fallait les épargner afin d’éviter que l’ennemi ne trouvât personne parmi les siens pour lui annoncer pareille défaite »).

18 Plutarque (Fab. 22, 5) reprend cette dernière hypothèse : « Il semble que dans cette occasion Fabius se montra inférieur à sa gloire, car, afin de cacher qu’il avait pris la ville par trahison, il fit tuer d’abord les Bruttiens. Mais il ne put accréditer l’opinion qu’il voulait donner et il encourut en outre les reproches de mauvaise foi et de cruauté. » Sur l’ensemble de l’épisode : Liu. XXVII, 15, 4 – 16, 9 ; Plut., Fab. 21, 1 – 22, 6.

19 E. g. Liu. XXIV, 44, 8 : alia ludibria oculorum auriumque credita pro ueris (« d’autres prodiges – illusions des yeux et des oreilles – furent tenus pour réels »).

20 Voir Dumézil, 19742, p. 463-464.

21 Saint-Denis, 1942, p. 135-136.

22 Le même rituel fut repris, toujours à la naissance d’un androgyne, au moins à six reprises (voir Obseq. 27a ; 34 ; 36 ; 46 ; 48 ; 53 – références données par P. Jal, éd. de Tite-Live XXVII, Paris, CUF, 1998, n. 7 à XXVII, 37, 7).

23 Pol. I, 67, 8-11. Ces réflexions se situent dans le récit de la guerre des Mercenaires.

24 Sur cette question, voir Rochette, 1997. Dans ce conflit mondial, il est fait plusieurs fois allusion, bien sûr, à l’usage d’interprètes de manière plus large (Liu. XXI, 42, 1 ; XXIII, 43, 9 : XXVII, 43, 5). Sur l’aspect hétéroclite de l’armée d’Hannibal, voir aussi Liu. XXVIII, 12, 2-5.

25 Je résume ici une partie d’un article en préparation sur ce sujet.

26 Voir aussi Hannibal en XXX, 32, 6 (passage mentionné infra).

27 XXVII, 18, 8-10. Ces deux ensembles ne comptent respectivement que cinquante-cinq et vingt-deux mots.

28 XXX, 32, 11 : instruit deinde primos hastatosetc. Voir aussi e. g. Sall., Cat. 57, 6-59, 1 : avant la bataille de Pistoia, Catilina s’adresse à son armée réunie en assemblée (contione aduocata), puis la met en rangs.

29 Hansen, 1993. Mon étude à venir prendra ses exemples dans César, Salluste, Tite-Live, Tacite, Ammien Marcellin.

30 Clark, 1995, cite B. Franklin, Autobiography and other writings, ed. K. Silverman, New York, 1986, p. 119-120.

31 Sur les bruits mêlés entendus lors d’une bataille, voir aussi Sall., J. 60, 2 (combat devant Zama).

32 Voir aussi XXIII, 46, 2 (les habitants de Nola encouragent les Romains depuis leurs remparts) ; XLIII, 10, 5 (siège d’Uscana, en 170).

33 Sur les pratiques sonores liées aux éclipses (qui ne sont pas propres à un contexte guerrier), voir e. g. Diod. XIII, 7 ; Plut., Paul-Émile 17, 7-10 ; Juv., VI, 442-443 ; Tac., Ann. I, 28, 3.

34 Liu. XXI, 5, 12 ; 46, 6 ; XXII, 4, 7 ; 47, 1 ; XXIII, 44, 8 ; XXVII, 41, 8. Voir aussi Sall., C. 60, 2 ; J.53, 2 ; 57, 3 ; 99, 1 ; César, BG III, 22, 4 ; VI, 8, 5 ; VII, 12, 5 ; 24, 3 ; 88, 2 ; Liu. II, 10, 9 ; III, 28, 2 ; IV, 18, 7 ; 37, 9 ; VI, 8, 2 ; VIII, 38, 10 ; XXXIV, 38, 4 ; XXXVII, 20, 10 ; XL, 28, 3 ; 31, 7 ; 48, 5.

35 Voir aussi XXVI, 40, 10 clamor Romanus haudquaquam ignotus [Hannoni].

36 C’est là la traduction d’Eugène Lasserre, mais je comprends plus précisément ut dans le sens « comme il était normal de la part de nombreuses nations parlant des langues différentes », remarque qui renvoie au caractère multiethnique de l’armée d’Hannibal, dont il a été question plus haut. Il ne s’agit pas d’une comparaison mais d’une explication.

37 Liu. XXV, 21, 8. Cf. § 7 : du côté romain ne sont mentionnés que les cris inutiles des tribuns (clamantibus tribunis) ; contestant à juste titre la disposition des troupes adoptée par le préteur Cn. Fulvius Flaccus, ces derniers pensent que, sur quelque point que se dirige la charge ennemie (quacumque impetum fecissent), les lignes romaines seront enfoncées. Le double écho clamantibus… impetum…; clamorem… atque impetum, illustrant le contraste entre, d’un côté, mauvaise organisation et dissension, de l’autre, cohésion efficace, laisse prévoir la défaite romaine.

38 Voir François, à paraître.

39 Du moins tumultus présente-t-il, dans certaines situations, une nette composante auditive, même si s’y ajoute l’idée de désordre, d’agitation : XXII, 55, 8 Vbi conticuerit tumultus (dans un contexte non militaire) ; XXIII, 18, 3 (ingenti cum tumultu erumpunt) ; 44, 4 (cum magno tumultu erupit) ; XXV, 10, 3 (excitatus tumultu) ; XXVI, 17, 13 ; 45, 6 (Vix prior tumultus conticuerat) ; XXVII, 15, 15 (alias partes eo tumultu personare). Plusieurs passages opposent tumultus et silentium : XXIV, 24, 5 (dans un contexte non militaire) ; 40, 11.

40 XXI, 14, 2. Clamor et tumultus se trouvent par ailleurs associés (XXII, 45, 3 ; XXIV, 7, 6 clamore et tumultu audito; XXV, 10, 1 ; 39, 9 ; XXVI, 5, 9 cité supra p. 97-98; XXVIII, 2, 3), parfois dans un rapport de synonymie (XXI, 28, 3 : Iam satis pauentes aduerso tumultu terribilior ab tergo adortus clamor; XXVII, 1, 11 : equestris tumultus a tergo, simul a castris clamor hostilis auditus ; 42, 1 : Hannibal […] clamorem audiuit; itaque excitus tumultu…). Voir aussi XXVI, 22, 8 (cité supra dans l’introduction) qui associe strepitus et tumultus. En XXVIII, 14, 10, par contre, clamor est rattaché à l’ouïe, tumultus à la vue : Hasdrubal clamore equitum excitatus, ut […] tumultum […] uidit…

41 Pour l’association de tumultus (avec une composante auditive) et de terror, dans un rapport de cause à effet, voir e. g. Liu. XXI, 14, 2 ; 28, 3 ; 62, 3 ; XXV, 25, 9 ; XXVI, 9, 6 ; XXVII, 42, 3. Pour trepidatio et tumultus (avec les mêmes caractéristiques, sémantique et logique): Liu. XXI, 31, 12.

42 Voir, en Liu. XXIV, 16, 1, une expression comme renouato clamore, mais aussi César, BG VIII, 29, 3 ; Liu. V, 43, 2 ; VIII, 10, 5 ; 14, 18 ; 33, 4. Cf. Liu. VIII, 38, 10 qui évoque la possibilité de cette reprise du clamor.

43 E. g.Liu. XXVII, 15, 19; XXVIII, 19, 16-17.

44 Liu. XXIX, 6, 13 : oppressique forent Romani nequaquam numero pares, ni clamor ab iis qui extra arcem erant sublatus, incertum unde accidisset […] fecisset (« les Romains, nettement inférieurs en nombre, auraient été écrasés, si une clameur poussée par ceux qui étaient à l’extérieur de la citadelle n’avait provoqué une incertitude quant à son origine »).

45 Voir e. g. Liu. XXIV, 46, 2 ubi quartae uigiliae signum cecinisset (« quand aurait sonné le signal de la quatrième veille ») ; Liu. XXVIII, 27, 15.

46 Sall., J. 99, 1.

47 Autre exemple du type signum cecinit: XXIV, 46, 2.

48 Voir aussi X, 40, 14 signa canere et clamorem tolli iussit [Papirius consul].

49 Liu. XXVII, 47, 5 (cf. §3).

50 Liu. XXIV, 17, 5. Voir aussi XXI, 55, 3 ; 59, 5 ; XXIII, 37, 7 ; XXIV, 42, 2 ; XXV, 19, 5 ; 37, 14 ; 38, 11 ; XXVI, 45, 4 ; XXVIII, 14, 3 ; 14, 13.

51 Autres exemples : Liu. XXII, 29, 6 ; XXV, 30, 12 ; XXVI, 6, 7 ; 44, 4 ; XXVII, 42, 13 ; 47, 2 ; XXIX, 7, 6 ; XXX, 34, 11.

52 Voir Paul, 1982.

53 Sur cette reticentia de Tite-Live : François, 2005, p. 360-363. Voir aussi XXV, 10, 1, cité infra p.105.

54 Sur ce thème de la ville prise, voir Paul, 1982.

55 Les mots rumor, fama, nuntii reviennent fréquemment en Liu. XXVIII, 24, 1 – 25, 1.

56 Liu. XXVIII, 29, 9-11. Version identique en Pol. XI, 30, 2, mais différente en App., Ib. 36, 145-146 et Zon. 9, 10. Pour l’ensemble de l’épisode : Liu. XXVIII, 24, 1 – 29, 12.

57 «Hostem caecum ad has belli artes habetis.» (« “Vous aurez affaire à un ennemi aveugle devant ces ruses de guerre” » – Liu. XXI, 53, 3 : propos d’Hannibal aux soldats choisis pour tendre une embuscade lors de la bataille de la Trébie, en 218). Voir François 2002, p. 211-212 ; 2006, p. 317.

58 Liu. XXIII, 35, 17-18 ; XXIV, 17, 3 ; 40, 11 ; XXV, 23, 16 ; 24, 2 ; XXV, 38, 23 – 39, 2 ; XXVII, 2, 10 ; 32, 2 ; 46, 4-5 (cf. 45, 12) ; 47, 8 ; XXVIII, 15, 16.

59 Voir Sall., C. 45, 2-3 ; J. 99, 1-2.

60 Voir aussi Tac., Ann. IV, 48, 2.

61 Voir infra p.106-108.

62 Il est possible que dans ce passage allitération et assonance soient recherchées pour accompagner et souligner cette importance de l’ouïe.

63 E. g. Liu. XXV, 24, 4-7 (à Syracuse, attaque nocturne de Marcellus) ; XXVI, 17, 11-14 (Hasdrubal trompe la vigilance de C. Claudius Nero grâce à la nuit, au brouillard et au silence) ; XXVII, 2, 10 (fuite nocturne d’Hannibal) ; XXIX, 6, 10-14 (attaque nocturne de Locres par les Romains).

64 Voir XLIII, 13, 2 : mihi uetustas res scribenti nescio quo pacto anticus fit animus « en écrivant l’histoire des temps anciens, je me suis fait, je ne sais comment, une âme antique ».

65 Je remercie Jean-Pierre Aygon qui m’a fait l’amitié de me donner un avis précieux sur les lignes qui suivent. Les maladresses, insuffisances ou erreurs qui subsisteraient me sont entièrement imputables.

66 Voir Aygon, 1994 et 2008 ; François, 2012, spécialement p. 124-133. Ce schéma n’a pas été théorisé comme tel par les Anciens – voir cependant Servius, Ad Æn. 10, 653 –, ce qui n’empêche pas son existence, qu’un certain nombre d’exemples permet de repérer.

67 La notion d’ekphrasis sonore, que j’avance ici, n’existe pas dans l’Antiquité. Mais les formes identifiées par les théoriciens antiques ont pu influencer les auteurs, que ceux-ci en aient été conscients ou non, donnant lieu à des formes nouvelles. Les traits que je crois pouvoir repérer sont une interprétation a posteriori.

68 Il s’agit de ponere ante oculos, « placer devant les yeux » du lecteur, qui a ainsi l’impression de voir. E. g.Rhet. Her. II, 22; IV, 68; Cic., Inu. I, 54, 104; 55, 107; II, 26, 78; De or. III, 53, 202 ; Part. 6, 20 ; Quint. IV, 2, 123 ; VI, 2, 32 ; VIII, 3, 62 ; IX, 2, 40.

69 François, 2012, p. 124-133.

70 Les paragraphes 2 et 3 présentent les réactions des Tarentins, des Romains, du préfet.

71 Voir Paul, 1982.

72 Voir Quint. VIII, 3, 67 : Sine dubio […] qui dicit expugnatam esse ciuitatem complectitur omnia quaecumque talis fortuna recipit (« quand on dit qu’une ville a été prise d’assaut, on embrasse tout ce que comporte un tel sort ») – Quintilien ajoute cependant (ibid.) : sed in adfectus minus penetrat breuis hic uelut nuntius (« mais cette espèce d’annonce concise pénètre les cœurs moins profondément »).

73 Si Tite-Live connaissait le texte correspondant de Polybe (VIII, 30, 7), son insistance sur l’incertitude générale montre sa volonté de dramatisation. L’historien grec, en effet, écrivait au contraire que ceux qui sonnaient ainsi aux armes savaient utiliser la trompette romaine.

74 Jakob Voorbroek (dit Perizonius), Notae (dans l’édition d’A. Drakenborch, Amsterdam, 1738-1746).

75 Georg Alexander Ruperti, T.Livii Patavini Historiarum libri qui supersunt, Londres, 1828.

76 Voir François, 2012, p. 124-133.

77 Cette question sera développée dans un article actuellement en préparation.

78 François, 2012, p. 124-133.

79 Sur cette position, voir aussi Aygon, 2008, p. 378-379.

80 Voir François, 2012, p. 128-129 ; 132.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul François, « Clamore sublato : le bruit de la guerre », Pallas, 98 | 2015, 89-112.

Référence électronique

Paul François, « Clamore sublato : le bruit de la guerre », Pallas [En ligne], 98 | 2015, mis en ligne le 14 mars 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/2681 ; DOI : 10.4000/pallas.2681

Haut de page

Auteur

Paul François

Maître de Conférences de langue et littérature latines
Université Toulouse - Jean Jaurès
PLH-CRATA (EA 4601)
paul.francois0@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org