Navigation – Plan du site

Les « pierres gravées » d’Athéna. Quelques images de Minerve dans la glyptique romaine en Gaule

The ‘engraved stones’ of Athena. About some images of Minerva in the Roman glyptic
Hélène Guiraud
p. 179-186

Résumés

Étude de sept intailles et un camée gravés sur des matériaux variés (cornaline, plasma et prase, jaspe, onyx, verre) et d’un anneau en ambre, des ier-iie siècles apr. J.-C., provenant de divers lieux (villas, cité, sanctuaire, nécropole) ; tous ces objets s’intègrent bien dans l’iconographie de Minerve et l’évolution chronologique de la glyptique romaine.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la glyptique romaine, la représentation de Minerve n’est pas très variée ; elle s’appuie sur des modèles codifiés que sont les monnaies où les images expriment la pensée politique du magistrat monétaire, à un moment donné, ou soulignent l’action du commanditaire, militaire vainqueur ou législateur avisé. Sur les intailles, les motifs sont moins nombreux à cause des acheteurs, du choix des acheteurs qui ont une prédilection pour des motifs clairs, n’exprimant que leur besoin de protection ou leur plaisir de contempler un bel ornement. Dans l’ensemble du répertoire, les images de Minerve regroupent 6 à 7 schémas, héritiers des figures de la glyptique grecque classique et hellénistique, la déesse debout ou trônant, les objets tenus par la déesse permettant de changer le sens du motif : par exemple, protégeant les artisans sous la forme d’Athéna Ilias, une quenouille à la main, ou suggérant la pérennité de Rome sous la figure du Palladion, la statue volée à Troie.

2Sur la quarantaine d’intailles au type de Minerve provenant du sol français, sont visibles la majorité des motifs connus : les schémas les plus courants, la moitié des exemplaires environ, sont inspirés des statues de Phidias, Athéna Parthénos (fig. 1) ou Athéna Promachos. Cet aspect à la fois guerrier et protecteur se retrouve sur des images dérivées, comme celles de la déesse immobile, tenant son casque à la main ou simplement debout entourée de ses armes (fig. 2, 3, 6). Les images narratives sont plus rares en glyptique que sur les monnaies, à cause des dimensions restreintes du support et de sa dureté, en partie aussi parce qu’elles ne correspondent plus au besoin de protection des acheteurs pour lesquels l’image de la déesse seule suffit. Ainsi sont peu courantes les scènes de gigantomachie, les rencontres avec les autres divinités de l’Olympe ou des héros, sauf Héraklès encore assez présent. Les intailles ou les camées figurant la tête ou le buste d’Athéna – Minerve sont en revanche bien connus : l’exemplaire figuré ici est particulier puisqu’il présente le buste de la déesse comme ornement d’un anneau d’ambre (fig. 8) sur lequel cet usage est rare.

  • 1 Abréviations utilisées pour les matériaux : c = cornaline, j = jaspe ; jr = jaspe rouge ; n = nicol (...)

1- Cornaline. 14 x 11 x 4. Convexe. Éclat dans la partie supérieure. De Champigny (Haute-Marne) (villa des Granges, iie-ive s., et carrefour routier)1.

1- Cornaline. 14 x 11 x 4. Convexe. Éclat dans la partie supérieure. De Champigny (Haute-Marne) (villa des Granges, iie-ive s., et carrefour routier)1.

3Minerve Nicéphore. La déesse est debout, presque de face, la tête tournée vers la droite ; elle est vêtue d’un long péplos. De son bras gauche presque le long du corps, elle touche l’orbe du bouclier disposé verticalement ; une lance verticale est placée sur le côté. Sur sa main droite tendue, elle présente une Victoriola tournée vers elle.

  • 2 Maaskant-Kleibrink, 1986, n° 108 (c). Sena Chiesa, 1966, n° 106-113, 115-116 (n, 7 c, jr, prase). G (...)
  • 3 Guiraud, 1988, p. 50-52 ; volume du corps assez réaliste caché par l’importance donnée au tissu aux (...)

4Le motif dérive de la statue d’Athéna Parthénos de Phidias, avec plus ou moins de vérité (ont disparu notamment la colonnette soutenant la Victoire et le serpent lové dans le bouclier) ; il arrive dans le monde romain par le filtre des copies mais surtout par celui des monnaies grecques, puis hellénistiques, enfin italiques et impériales. Nombreuses intailles, position du bras gauche identique2. Style : formes assez précises, régularité des draperies, mais une certaines raideur (bras en forme de bâton) : style classique linéaire3.

iie s.

  • 4 Bertrand, 2012, n° 10, fig. 1-3.

2- Verre-nicolo. 13,3 x 11,6 x 3,4. Plate. De Jonzac (Charente-Maritime) : villa du Moulin de chez Bret (US 4359), fouilles 2012 (K. Robin)4.

2- Verre-nicolo. 13,3 x 11,6 x 3,4. Plate. De Jonzac (Charente-Maritime) : villa du Moulin de chez Bret (US 4359), fouilles 2012 (K. Robin)4.

5La déesse est debout, vêtue de long, presque de face, la tête casquée de profil vers la gauche. Elle tient de sa main droite levée une lance et sa main gauche est appuyée sur l’orbe du bouclier posé verticalement à ses pieds. Sol.

  • 5 Guiraud, 1988, n° 76-83 (références).

6Motif assez fréquent parmi les représentations possibles de la déesse armée5. Le matériau est surtout utilisé aux iie-iiie s. et le moulage a été fait sans soin, ce qui ne permet guère de déterminer le style de l’œuvre qui a servi pour le moulage.

Fin iie s. – iiie s.

3- Cornaline. Sur bague de fer. De Mandeure (Doubs) : Champ de l’Areigne ; couche d’abandon du sanctuaire, état 5, sol de la cour : fin iie s. – début iiie s.

3- Cornaline. Sur bague de fer. De Mandeure (Doubs) : Champ de l’Areigne ; couche d’abandon du sanctuaire, état 5, sol de la cour : fin iie s. – début iiie s.

7Minerve immobile. La déesse est figurée debout, de profil, vers la gauche, vêtue de long, casquée ; elle porte un bouclier rond, vu de face, qui dissimule son buste ; elle tient une lance disposée en oblique derrière elle, et l’extrémité d’un glaive apparaît derrière ses reins. Sur la main droite tendue, un élément rond (une chouette vraisemblablement).

  • 6 Pour le 1er schéma : Sena Chiesa, 1966, n° 135, 137-8, 141-148 (c, v, j, agate, 5 c). Pour le 2e, M (...)

8Le motif de Minerve portant un bouclier rond assez haut contre son épaule donne lieu à deux schémas : le plus couramment, la déesse tient son bouclier presque derrière son épaule, elle avance, parfois elle est figurée descendant de l’Olympe (absence de sol), parfois un serpent est placé devant elle. Dans le second type, comme ici, plus rare, le bouclier est ramené devant le torse et la déesse est immobile (ici, les concrétions de fer ne permettent pas de voir si le sol est tracé) ; le motif se rapproche de celui du Palladion. Le style est assez simplifié6. La datation est proposée aussi en fonction de la forme de la bague et du site.

iie s.

4- Plasma. 9 x 8 x 2. Convexe. De Périgueux (Dordogne), d’un puits (2e phase du comblement du puits F 47, avec monnaie de Nerva ; fouilles 2012, Wandel-Migeon), fin ier-iie s.

4- Plasma. 9 x 8 x 2. Convexe. De Périgueux (Dordogne), d’un puits (2e phase du comblement du puits F 47, avec monnaie de Nerva ; fouilles 2012, Wandel-Migeon), fin ier-iie s.

9Minerve sacrifiant. La déesse est debout, casquée, vêtue du long péplos. Tournée vers la droite, elle tend de sa main droite une patère au dessus d’un autel (avec flammes). De sa main gauche, le bras un peu écarté du corps, elle tient un bouclier disposé verticalement ; une lance en oblique derrière ce bras. Sol.

  • 7 Minerve devant un autel debout ou assise ; elle tient divers objets, sans action précise ; qu’elle (...)

10C’est un motif ancien, en glyptique, on note quelques variantes dans la présence ou non de l’autel, la position du bras gauche levé tenant le haut de la lance ou la main appuyée sur l’orbe d’un bouclier posé verticalement contre les plis du péplos7. Style classique linéaire.

Fin du ier s.

  • 8 Au centre de Lons-le-Saunier, présence de fondations diverses, d’un aqueduc et d’un collecteur d’ea (...)

5- Prase vert (12,75 x 8,5 x 3,5). Légèrement bombé. De Lons-le-Saunier (Jura), d’un égout d’époque romaine, au centre de la ville8.

5- Prase vert (12,75 x 8,5 x 3,5). Légèrement bombé. De Lons-le-Saunier (Jura), d’un égout d’époque romaine, au centre de la ville8.

11Minerve érigeant un trophée. La déesse, debout, va accrocher un bouclier au trophée disposé devant elle. Derrière elle, haute colonne surmontée d’une lampe. Sol.

  • 9 Maaskant-Kleibrink, 1978, n° 435-437 (agates rayées), 556 (plasma). Guiraud, 1988, p. 48-50.

12Quelques intailles figurent M. écrivant sur un bouclier appuyé sur ses genoux ou sur un piédestal ; le trophée est rare dans l’entourage de la déesse. Le style est classique, avec des formes lisses, rondes et peu de plis sur les tissus. Style classique modelé9.

ier s.

6- Jaspe blanc. 10 x 8 x 2. Plat. De Lombez (Gers), prospections à Galane.

6- Jaspe blanc. 10 x 8 x 2. Plat. De Lombez (Gers), prospections à Galane.

13Minerve marchant. La déesse avance sur la pointe des pieds vers la gauche ; elle est vêtue d’un long péplos flottant derrière elle, le tissu arrangé en forme de corps d’abeille. La main droite tient une lance disposée en oblique derrière son corps ; un gros bouclier bombé apparaît à la hauteur de son épaule gauche. Un serpent est visible de chaque côté de ses jambes, derrière elle.

  • 10 Voir : Sena Chiesa, 1966, n° 141, 143-147 (2 agates, 4 c). Guiraud, 1988, n° 87 (c ; sans bouclier) (...)

14Le type dérive de celui de l’Athéna Promachos ; des anciennes représentations où elle figurait parfois ailée, elle a gardé la marche sur la pointe des pieds. Assez nombreuses représentations avec des variantes dans la forme et la position du bouclier placé plus ou moins haut, le bas de la tunique, la présence ou non du serpent. Le travail de gravure est assez simple, entre le style lisse et le style incohérent10.

iie/début du iiie s.

  • 11 Normandie, 2009, « Le Bois de Parville », p. 86-91 (camée, p. 91). Guiraud, 2011, p. 128, fig. 1.

7- Onyx, noir, blanc. 66 x 38. Camée. De Parville (Eure). Fouilles (INRAP 2006, D. Lukas) d’un domaine gallo-romain superposé à une ferme indigène (niveau de démolition d’une domus, iie-iiie s., dans une pièce à hypocauste et sol de mosaïque ; avec un coulant de collier)11.

7- Onyx, noir, blanc. 66 x 38. Camée. De Parville (Eure). Fouilles (INRAP 2006, D. Lukas) d’un domaine gallo-romain superposé à une ferme indigène (niveau de démolition d’une domus, iie-iiie s., dans une pièce à hypocauste et sol de mosaïque ; avec un coulant de collier)11.

15Minerve sur un char. Minerve est debout sur un char dont on voit les deux roues ; le char est tiré vers la gauche par deux chevaux, celui du fond beaucoup plus en avant que l’autre, les jambes avant relevées, les jambes arrière ramenées sous le ventre. La déesse aux cheveux longs porte un casque corinthien, la tête de profil, le torse de trois quarts face ; elle est vêtue un long péplos qui s’évase un peu en bas. Ce péplos pourrait avoir un long rabat, mais il semble plutôt qu’ici, sur le haut du corps, la déesse porte une cuirasse (traits assez profonds, en forme de languette, sur les cuisses, traits peu profonds, obliques et croisés, sur le torse). Elle tient les rênes de sa main droite et de sa main gauche cachée par le bouclier rond porté au bras (tête de méduse en épisème) une lance disposée en oblique devant elle. Pas de sol.

  • 12 LIMC II, s.v. « Athena-Minerve », n° 255 (monnaie de la République), 253 (relief sur l’arc de Mar A (...)
  • 13 Henig, 1990, n° 158, 159 (onyx), iie s.
  • 14 Divers coulants semblables : Naix (couverture du 48e suppl. Gallia), Charente-Maritime (Gallia, 39, (...)

16Si les liens d’Athéna avec le cheval sont connus depuis longtemps et si les images d’Athéna sur un char existent dans l’imagerie grecque (céramiques attiques de gigantomachie, scènes avec Héraklès), les représentations de la déesse en char sont assez rares dans l’art romain12. Et, en glyptique, qu’il s’agisse de camées ou d’intailles, les déesses en char sont essentiellement Éos, la déesse de l’aurore reconnaissable au voile levé autour de sa tête et Victoria, ailée. L’image est inspirée des scènes de cirque comme celles visibles sur les plaques Campana. Sur quelques images, sur un arc de triomphe ou un grand camée comme ici, Minerve se substitue à Victoria. La découverte de cette grande pièce au motif rare suggère la présence ou le passage de quelque haut personnage. Pour le style, les rondeurs des animaux, la précision des détails témoignent d’un travail du Haut-Empire, mais des détails (crinière des chevaux, plis de la tunique) rappellent des travaux des iie-iiie s.13 La présence d’un coulant de collier en or, dont les facettes sont décorées d’une tresse, suggère, si les deux objets sont bien du même niveau, la période du iie-iiie s14. Ce travail et la chronologie donnée par le site permettent de proposer une datation du iie s.

iie s.

  • 15 Guiraud, 2008, n° 1472.

8- Ambre, rouge orangé sombre. D de l’anneau : 43 ; d : 20. Ht avec buste : 50. Larg. tête : 17. Éclat sur le bord du buste. Anneau lisse. De Toulouse (Haute Garonne) : fouilles urbaines (Allées F. Verdier, 2002 ; INRAP, C. Amiel) ; nécropole : tombe F 85 ; niveau : milieu – seconde moitié du ier s.15

8- Ambre, rouge orangé sombre. D de l’anneau : 43 ; d : 20. Ht avec buste : 50. Larg. tête : 17. Éclat sur le bord du buste. Anneau lisse. De Toulouse (Haute Garonne) : fouilles urbaines (Allées F. Verdier, 2002 ; INRAP, C. Amiel) ; nécropole : tombe F 85 ; niveau : milieu – seconde moitié du ier s.15

17Buste de Minerve. Le buste est disposé longitudinalement sur le dessus de l’anneau et y adhère par le buste, le bandeau des cheveux sur la nuque et la crinière du casque : de profil, l’ensemble dessine un triangle en forte saillie au dessus de la ligne de l’anneau. Le buste forme un demi-cercle sans décor. De face, le visage est lourd, très large à partir des pommettes vers un menton assez proéminent ; les yeux sont un peu tombants (l’oeil droit portant une petite perforation pour marquer la pupille), la bouche, horizontale, est bordée de lèvres épaisses ; le nez est plutôt fin par rapport au reste du visage. Les cheveux, séparés par une raie médiane, forment un bandeau, marqué de quelques traits obliques, autour du visage. L’ensemble de la tête présente un profil fin. La déesse porte un casque corinthien rejeté sur le dessus de la tête ; la crinière, épaisse, s’étale à l’arrière.

  • 16 Gagetti, 2001. Guiraud, 1988, n° 1012-1014 (cristal de roche), 1015 (ambre).
  • 17 Gagetti, 2001, n° 28 (Carlisle, buste de Minerve en ambre).

18Ce type de bague portant un visage ou un buste en fort relief existe en de nombreux exemplaires, en ambre et en cristal de roche16. Les têtes figurées sont essentiellement des têtes féminines « humaines » ; les divinités sont rares17. Ce type de bijou en ambre apparaît dès la seconde moitié du ier s. av. J.-C., mais la grande période de vogue commence à partir de Néron jusqu’au règne d’Hadrien. Ces bagues sont datées grâce au type des coiffures ornant les têtes figurées, et aussi par leur provenance, souvent des tombes féminines (grâce au matériel enterré avec le bijou). Comme ici.

Seconde moitié du ier siècle

19Les résultats de cette courte étude autour de quelques images de la déesse s’intègrent bien l’ensemble de la glyptique romaine, que les objets proviennent de Gaule ou d’autres provinces de l’empire.

20Parmi les matériaux, si la cornaline orangée figure en deux exemplaires sur huit numéros (d’habitude, elle est présente sur près de la moitié des pièces), si l’onyx à deux strates de couleur est travaillé en camée, on peut observer aussi des pierres plus rares, vertes toutes les deux, le prase et le plasma, faciles à confondre d’ailleurs, présentes au début de l’Empire, oubliées ensuite. La forme des pièces et la taille sont conformes aux habitudes.

21Parmi les lieux de provenance, les villes, dans des milieux particuliers, un égout (5), un puits, à côté de grands bâtiments, des entrepôts (4), une nécropole (8) ; des espaces ruraux, des villas (1, 2) ; un sanctuaire (3) : rien d’anormal dans cette courte liste, sinon la nature du dépôt de Lons (5), non pas l’égout en lui-même, mais la quantité de pierres trouvée là, une soixantaine, sans que l’on puisse expliquer cette quantité en un seul dépôt. L’achat d’une pierre gravée suppose un certain niveau de vie et de culture romaine, mais la variété des lieux de provenance ne permet pas d’avancer d’hypothèses sur les possesseurs de ces intailles. Les styles figurés ici sont « classiques », des ier iie siècles, avec des variantes dans le modelé plus ou moins prononcé, ou, au contraire dans l’aspect linéaire ; par les résultats des fouilles et par le style, l’essentiel de ces pièces est datable de la fin du ier s. et du iie siècle.

22Les quelques variantes par rapport aux notations habituelles viennent du choix effectué parmi notre catalogue en fonction du sujet choisi : la déesse Minerve n’est pas la personnalité la plus recherchée dans la glyptique, sous l’Empire : c’est une déesse « officielle », de grandes statues, sur de nombreux sites en Gaule, Alésia, Dijon, Besançon, etc, des effigies « décoratives », comme sur un des grands médaillons figurant les dieux provenant de la villa de Chiragan (Musée Saint-Raymond) et de nombreuses monnaies (et pas seulement sous Domitien) témoignent de ce rôle ; elle paraît moins protectrice du simple fidèle que d’autres dieux : en Gaule, le nombre d’intailles à son effigie n’est pas aussi élevé que celui de Mercure, par exemple. Mais, dans l’ensemble, matériaux, lieux de provenance et datation s’insèrent bien dans le cadre de la glyptique que l’on retrouve en Gaule.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand, I., 2012, Villa du Moulin de chez Bret, Jonzac (17), fouille 2012. Accessoires de la parure, de la coiffure et de l’écriture, dans K. Robin et V. Mortreuil et al., Jonzac. Moulin de chez Bret « Val de Seugne » (Charente Maritime), villa gallo-romaine, DFS de fouille programmée, vol. I, p. 85-90, n° 10, fig. 1, n° 3.

Bochaton, J., 2012, Les intailles de la villa du lieu-dit : Les Granges à Champigny-lès-Langres, marqueurs de la personnalité de leur propriétaire, Bulletin de la Société d’histoire naturelle et d’archéologie de Haute-Marne, 11, p. 1-5.

Gagetti, E., 2001, Due anelli da vecchi scavi e l’iconografia glittica dell’anello dell’adopzione, Il modello romano in Cisalpina. Problemi de tecnologia, artigianato e arti, G. Sena Chiesa (dir.), Università degli studi di Milano, Florence, All’insegna del giglio, p. 129-150.

Guiraud, H., 1988, Intailles et camées de l’époque romaine en Gaule, 48e supplément à Gallia, Paris.

Guiraud, H., 1995, Intailles de la Comédie à Lons-Le-Saunier (Jura), Gallia, 52, p. 359-406.

Guiraud, H., 2008, Intailles et camées de l’époque romaine en Gaule, 48e supplément à Gallia, vol. II, Paris.

Guiraud, H., 2011, Intaglios and Cameos from Gaul in the 3rd and 4th Centuries AD, dans Ch. Entwistle et N. Adams (éd.), Gems of Heaven, Recent Research on Engraved Gemstones in Late Antiquity c. AD 200-600, Londres, p. 127-129.

Henig, M., 1990, The Content Family Collection of Ancient Cameos, Oxford-Houlton.

Jonzac : Dix ans de fouilles sur la villa aristocratique de Jonzac : un domaine agricole en Haute-Saintonge du Ier au viie siècle, Communauté des communes de Haute-Saintonge.

LIMC : Lexikon iconographicum mythologiae classicae, Zurich-Munich, 1981-… s.v., t. II, 1984.

Maaskant-Kleibrink, M., 1978, Catalogue of the Engraved Gems in the Royal Coin Cabinet, The Hague. The Greek, Etruscan and Roman Collections, La Haye-Wiesbaden, Government Publishing Office, The Hague, F. Steiner.

Maaskant-Kleibrink, M., 1986, Description of the Collections in the Rijksmuseum G. M. Kam at Nijmegen, X. The Engraved Gems, Nimègue.

Normandie, 2009 = Dorion-Peyronnet (dir.), Les Gaulois face à Rome. La Normandie entre deux mondes, Catalogue d’exposition, Musée des Antiquités, Rouen (Seine-Maritime), mai-sept., édition Point de vue, Rouen.

Richter, G.M.A., 1971, The Engraved Gems of the Greeks, Etruscans and Roman-II-Engraved Gems of the Romans, Londres.

Schaad, D. et al., 1992, Le trésor d’Eauze. Bijoux et monnaies du iiie siècle après J.-C., Toulouse.

Sena Chiesa, G.M., 1966, Gemme del Museo Nazionale di Aquileia, Aquilée.

Haut de page

Notes

1 Abréviations utilisées pour les matériaux : c = cornaline, j = jaspe ; jr = jaspe rouge ; n = nicolo ; v = verre. Toutes les intailles sont de forme ovale. Bochaton, 2012.

2 Maaskant-Kleibrink, 1986, n° 108 (c). Sena Chiesa, 1966, n° 106-113, 115-116 (n, 7 c, jr, prase). Guiraud, 2008, n° 1105 (c).

3 Guiraud, 1988, p. 50-52 ; volume du corps assez réaliste caché par l’importance donnée au tissu aux sillons réguliers engonçant, raidissant la silhouette.

4 Bertrand, 2012, n° 10, fig. 1-3.

5 Guiraud, 1988, n° 76-83 (références).

6 Pour le 1er schéma : Sena Chiesa, 1966, n° 135, 137-8, 141-148 (c, v, j, agate, 5 c). Pour le 2e, Maaskant-Kleibrink, 1986, n° 110 (c). Pour le style voir, en particulier, le bas du corps, fait d’un sillon vertical et plusieurs traits obliques et courbes pour figurer le tissu. Ce travail régulier se retrouve à diverses époques, mais à cause de la forme de la tête, voir Maaskant-Kleibrink, 1978, n° 804-844, « impérial round head style ».

7 Minerve devant un autel debout ou assise ; elle tient divers objets, sans action précise ; qu’elle fasse une libation est plus rare : motif ancien, quelques exemples sur des vases à figures noires, et surtout sur des vases à figures rouges. LIMC, II, « s. v » « Athena » et « Athena-Minerve », 188 (statuette de bronze, copie d’un original du ve s. av. J.-C.), 115, 126 (denier et médaillon, époque d’Hadrien). Diverses références dans la glyptique : Guiraud, 2008, n° 1107, de Biesheim (nombreuses références) (bras gauche levé). Voir (bras baissé) : Sena Chiesa, 1966, 117-118 (c, jr). (jr).

8 Au centre de Lons-le-Saunier, présence de fondations diverses, d’un aqueduc et d’un collecteur d’eaux usées ; l’égout a livré soixante trois intailles, de belle qualité, dont quinze intailles en verre, et d’autres matériaux : lampes, céramiques, fragments de verre, etc. Dans une zone d’habitat actif jusqu’à la fin du iie s. Guiraud, 1995, n° 22 (Minerve).

9 Maaskant-Kleibrink, 1978, n° 435-437 (agates rayées), 556 (plasma). Guiraud, 1988, p. 48-50.

10 Voir : Sena Chiesa, 1966, n° 141, 143-147 (2 agates, 4 c). Guiraud, 1988, n° 87 (c ; sans bouclier). Style : Maaskant-Kleibrink, 1978, n° 1044, 1046 (c), imperial incoherent style, iie iiie s.

11 Normandie, 2009, « Le Bois de Parville », p. 86-91 (camée, p. 91). Guiraud, 2011, p. 128, fig. 1.

12 LIMC II, s.v. « Athena-Minerve », n° 255 (monnaie de la République), 253 (relief sur l’arc de Mar Aurèle et Lucius Verus à Tripoli). Richter, 1971, n° 101, sardonyx- couleur différente pour les chevaux, sombre/clair, et la déesse est un peu moins penchée en avant.

13 Henig, 1990, n° 158, 159 (onyx), iie s.

14 Divers coulants semblables : Naix (couverture du 48e suppl. Gallia), Charente-Maritime (Gallia, 39, 1961, p. 8101), Isny (Bavière : Germania, 1971, p. 137 s.), Voir bibliographie plus complète dans Schaad (dir.), 1992, p. 27, note 29-31.

15 Guiraud, 2008, n° 1472.

16 Gagetti, 2001. Guiraud, 1988, n° 1012-1014 (cristal de roche), 1015 (ambre).

17 Gagetti, 2001, n° 28 (Carlisle, buste de Minerve en ambre).

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1- Cornaline. 14 x 11 x 4. Convexe. Éclat dans la partie supérieure. De Champigny (Haute-Marne) (villa des Granges, iie-ive s., et carrefour routier)1.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 2- Verre-nicolo. 13,3 x 11,6 x 3,4. Plate. De Jonzac (Charente-Maritime) : villa du Moulin de chez Bret (US 4359), fouilles 2012 (K. Robin)4.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 3- Cornaline. Sur bague de fer. De Mandeure (Doubs) : Champ de l’Areigne ; couche d’abandon du sanctuaire, état 5, sol de la cour : fin iie s. – début iiie s.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 4- Plasma. 9 x 8 x 2. Convexe. De Périgueux (Dordogne), d’un puits (2e phase du comblement du puits F 47, avec monnaie de Nerva ; fouilles 2012, Wandel-Migeon), fin ier-iie s.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2902/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 5- Prase vert (12,75 x 8,5 x 3,5). Légèrement bombé. De Lons-le-Saunier (Jura), d’un égout d’époque romaine, au centre de la ville8.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2902/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 6- Jaspe blanc. 10 x 8 x 2. Plat. De Lombez (Gers), prospections à Galane.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2902/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 7- Onyx, noir, blanc. 66 x 38. Camée. De Parville (Eure). Fouilles (INRAP 2006, D. Lukas) d’un domaine gallo-romain superposé à une ferme indigène (niveau de démolition d’une domus, iie-iiie s., dans une pièce à hypocauste et sol de mosaïque ; avec un coulant de collier)11.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2902/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre 8- Ambre, rouge orangé sombre. D de l’anneau : 43 ; d : 20. Ht avec buste : 50. Larg. tête : 17. Éclat sur le bord du buste. Anneau lisse. De Toulouse (Haute Garonne) : fouilles urbaines (Allées F. Verdier, 2002 ; INRAP, C. Amiel) ; nécropole : tombe F 85 ; niveau : milieu – seconde moitié du ier s.15
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2902/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Guiraud, « Les « pierres gravées » d’Athéna. Quelques images de Minerve dans la glyptique romaine en Gaule », Pallas, 100 | 2016, 179-186.

Référence électronique

Hélène Guiraud, « Les « pierres gravées » d’Athéna. Quelques images de Minerve dans la glyptique romaine en Gaule », Pallas [En ligne], 100 | 2016, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/2902 ; DOI : 10.4000/pallas.2902

Haut de page

Auteur

Hélène Guiraud

Professeure retraitée d’Histoire de l’art antique
Université Toulouse Jean Jaurès
guiraud.helene@numericable.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org