Navigation – Plan du site

Palladia Tolosa : fantaisie de poète ou évergésie impériale ?

Palladia Tolosa. A poet’s fantasy or an imperial benefit ?
Jean-Marie Pailler
p. 205-215

Résumés

Comment comprendre le rapprochement de termes Palladia (…) Tolosa, opéré par Martial dans une épigramme de 94 ap. J.-C. ? La thèse traditionnelle fait de cette expression une création de lettré et le simple équivalent poétique de « Toulouse, ville de culture ». Cette interprétation a été reprise par Michel Labrousse (1968) et défendue récemment par Patrick Le Roux (2010). Sans aucunement minorer les échos culturels qu’éveille, et qu’a éveillés dès l’Antiquité tardive le groupement de mots Palladia Tolosa, l’auteur a exposé (1989, 2002) et présente ici, avec un argumentaire renouvelé, une vision des choses qui lui paraît mieux rendre compte de l’actualité politico-religieuse d’une époque très particulière. Les promoteurs de la nouvelle titulature urbaine souhaitée par les Toulousains et magnifiée par le poète sont l’empereur lui-même, son ancien bienfaiteur et désormais protégé M. Antonius Primus et un notable local dont il transfigure la carrière, Q. Trebellius Rufus.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Même si ce n’est pas son objet, cet article réfute un point de vue publié dans cette même revue (Le (...)

1L’appellation Palladia Tolosa, « Toulouse la Palladienne », Toulouse cité de Pallas, fait pour nous son apparition en 94 de notre ère. Elle est l’œuvre du poète latin Martial, dans une épigramme (IX, 99) qui honore à la fois la cité des bords de Garonne et son plus illustre rejeton, Marcus Antonius Primus, un proche de Vespasien puis de Domitien. La vulgate (Labrousse 1968, Le Roux 20101, Henriksén 2012) voit dans cette formule une création de lettré et le simple équivalent poétique de « Toulouse, ville de culture ». J’ai proposé en 2002 une tout autre interprétation, à laquelle de nouveaux arguments sont apportés ci-dessous.

1. L’empereur palladien

  • 2 Cf. Pailler, Sablayrolles, 1994, dans Pailler, Sablayrolles (éd.), p. 11-55.
  • 3 L’expression est de R. Sablayrolles : Sablayrolles, 1994, avec une riche documentation, dans Paille (...)

2Le règne du dernier Flavien a duré de 81 à 96. Ce règne, marqué selon les sources anciennes par une tyrannie qui est allée s’aggravant au cours des dernières années, s’est achevé par un complot, par l’assassinat du despote et la « condamnation de sa mémoire », la damnatio memoriae. Proclamée par le sénat de Rome, cette mesure ultime, qui avait déjà frappé Néron, aboutissait en principe à la destruction de tous les monuments, au sens le plus large, élevés à la gloire du souverain déchu2. Motivation si ardemment proclamée, destruction si largement consommée dans le cas de Domitien que la plupart des traces « signées » de son action ont en effet disparu (aspect quasi négligé par Le Roux 2010). Aujourd’hui encore il paraît à beaucoup difficile d’attribuer à cet « empereur maudit » une quelconque action positive ou simplement marquante, voire originale. Lui-même, pourtant, plus encore que ses prédécesseurs, avait voulu s’affirmer comme un second Auguste. Selon nos sources, bien entendu, il ne fut tout au plus qu’un « Auguste ridicule »3. Et cependant…

  • 4 Id., ibid.
  • 5 Sans doute plus, en fait, dans la conception que s’en font les Romains que dans l’authentique tradi (...)
  • 6 En un sens, l’énigme est parallèle à celle que présente, au premier abord, Palladia Tolosa. Nous ve (...)

3Cependant, en dépit de l’enfouissement de ses faits et gestes dans un oubli délibéré, tout montre qu’à Rome Domitien a été, après Auguste, l’empereur le plus actif, le plus engagé dans les constructions et l’aménagement publics de la cité, ne le cédant sur ce point qu’à son modèle impérial4. Laissons de côté tous les éléments qui militent, dans des domaines divers, pour une réhabilitation au moins partielle des « années Domitien » – tâche entreprise il y a vingt ans dans un numéro spécial de la bien nommée revue toulousaine Pallas. Ce qui doit ici nous retenir, ce sont toutes les marques de la dévotion la plus profonde qu’il a professée envers Pallas-Athéna. Entendons l’Athéna grecque plus que la Minerve latine et, plus encore qu’Athéna, Pallas (contra Le Roux, 2010, p. 132). Il faut voir là une trace de l’hellénisme affirmé de Domitien, d’un hellénisme où la coloration athénienne domine, en même temps que s’affirme un attachement spécifique à la divinité protectrice de l’activité guerrière, mais aussi des arts et de l’artisanat5. La décoration même du Forum inauguré à Rome par Nerva en 97, mais qui est l’œuvre de Domitien, le Forum Transitorium, témoigne, sous les dehors latins de Minerve, d’une référence à Athéna Erganè, l’Athéna « ouvrière » de la mythologie athénienne. On comprend que ce Forum ait été nommé par Martial (I, 2, 8) Forum Palladium… sans pouvoir décider s’il s’agit là d’une invention de poète courtisan ou, plus vraisemblablement, de la reprise d’un titre officiel ou semi-officiel6, en tout cas avalisé par l’empereur. Le temple qui préside la longue place, au fond de celle-ci, est un des quatre temples que le dernier Flavien a fait élever à Rome en l’honneur de la déesse. Il portait ce faisant à dix le nombre de ces édifices. Quatre temples de Minerve-Pallas sur dix sont donc à Rome l’œuvre de Domitien.

4Cette dévotion palladienne a trouvé à s’affirmer ailleurs qu’à Rome. Domitien est ainsi devenu à un moment « archonte d’Athènes », il a organisé à Albe des jeux et concours en l’honneur de la déesse. Nous aurons à nous souvenir qu’en cette cité voisine de Rome il a « institué en l’honneur de Minerve un collège, dont certains membres, tirés au sort, devaient se charger de ces fêtes et donner, outre des chasses et des représentations théâtrales de premier ordre, des concours d’orateurs et de poètes » (Suétone, Vie de Domitien, 4, 11). Enfin, dès 82, Domitien avait nommé Mineruia, « Minervienne », une légion qu’il venait de créer en Gaule, pour lutter en Germanie contre les Chattes. Cette Legio I Mineruia devint Flauia Pia Fidelis [« la Flavienne, la Pieuse, la Loyale »] ou Pia Fidelis Domitiana en 89, lorsqu’avec d’autres troupes elle aida l’empereur à réprimer l’insurrection de Saturninus.

  • 7 Les données sont rassemblées dans Dubosc, 2004 ; v. également Susplugas, 1999.
  • 8 Cf. Gsell, 1891, p. 158 et passim ; Jones, 1992, p. 100.
  • 9 Guiraud, 1994, dans Pailler, Sablayrolles (éd.), p. 94, où est également signalée, sur quatre docum (...)

5Nulle part dans l’Empire on ne pouvait ignorer cette dévotion prédominante, à un point jamais égalé par aucun empereur païen envers quelque divinité que ce soit7. Il a surnommé « palladiennes » ou « minerviennes » des villes d’Italie8. Dès son avènement, et de plus en plus au cours des années 84-86, Domitien fit frapper et diffuser des monnaies à l’effigie, ou plutôt aux effigies diverses de la déesse, y compris sur des aurei et, plus encore, sur des deniers d’argent. Les plus étonnantes sont celles qui présentent au droit un buste de l’empereur et au revers celui de la déesse. Au-delà de cette importante innovation iconographique, l’impression de rapprochement et presque de confusion entre les deux figures, impériale et divine, est renforcée sur celles des monnaies où la partie la plus significative de la titulature impériale, IMP(erator) ou PONT(ifex) MAX(imus), se dédouble ou se reporte sur le revers où figure Pallas. L’identification touche à la perfection – au sens non esthétique du terme… – sur un grand camée en sardonyx de la Bibliothèque Nationale, dont les dimensions exceptionnelles (13 x 8 cm) font une pièce à part : sous le casque de la déesse, le portrait de profil ne peut être lu, ainsi que le suggère H. Guiraud9, que comme un « condensé » des représentations ordinaires de la déesse et de l’empereur.

6Indépendamment de la coïncidence temporelle, en quoi la vénération palladienne du souverain peut-elle avoir, ou non, influé sur le titre apparu en 94, deux ans avant la chute du dominus et deus ?

2. Palladia Tolosa, un titre dans l’histoire

  • 10 Ce cas, complexe, mériterait une étude entière. Gosserez 2009 clarifie l’usage fait de la mythologi (...)

7À s’en tenir à la lettre des textes attestant cette expression si connue, si exploitée, si galvaudée, on ne peut dire que ceci : après l’épigramme 99 du neuvième Livre de Martial, on la retrouve au ive siècle chez Ausone (deux fois : Commémoration des professeurs de Bordeaux, 17, 7 ; Parentalia, 3, 1), au ve siècle chez Sidoine Apollinaire (Poèmes, VII, 436) : des textes en apparence peu explicites pour notre sujet. Notons cependant que les deux passages d’Ausone situent ce titre dans le contexte d’un loisir romain cultivé, celui de la toga docta. Ce constat peut s’expliquer de deux manières : la reprise fidèle d’une pure création littéraire antérieure ; l’exaltation littéraire d’un titre public préexistant. Nulle ambiguïté de ce genre chez Sidoine, où l’on a le sentiment de lire une appellation banalisée, plutôt officielle que poétique : un indice à ne pas négliger10 (contra Le Roux 2010, p. 133). Qu’on en juge : Palladiam implicitis manibus subiere Tolosam,/Haud secus insertis ad puluinaria palmis/Romulus et Tatius foedus iecere/Cum… Hersilia inseruit Pallantis colle Sabinas. On peut traduire : « Ils entrèrent main dans la main dans Toulouse Palladienne ; tels autrefois Romulus et Tatius, joignant leurs mains sur les coussins sacrés, se jurèrent alliance, alors qu’Hersilia jetait les Sabines entre leurs pères et leurs maris, sur la colline de Pallantée ».

  • 11 Un lointain écho s’en retrouve, cum grano salis, dans le beau titre donné au volume d’Hommages offe (...)
  • 12 Cf. Pailler, 2002, dans Pailler (dir.), 2002, p. 296-297 : critique retournée, presque mot pour mot (...)

8La formule allait connaître une nouvelle jeunesse dans des textes postérieurs, souvent des discours officiels, dans une lignée poursuivie jusqu’à nos jours ou presque. Le sens qui lui est alors donné, et ce qui, chaque fois, justifie qu’on y recoure, c’est la fonction traditionnelle, elle-même largement fantasmée, de patronne des arts attribuée à la Pallas Athéna grecque et à la Minerve romaine11. À cela s’est mêlée l’exaltation de Toulouse comme patrie des arts et lettres, puis des sciences et techniques. Belle leçon de survie et d’adaptation d’une expression qui s’est pliée sans difficulté aux évolutions de la Toulouse antique, puis de celle des parlementaires, jusqu’à celle des avionneurs et explorateurs de l’espace12.

9Par un effet en retour inévitable, ces libertés interprétatives mises au service du patriotisme toulousain ont débouché sur une compréhension unilatérale, y compris en milieu savant, de l’expression originelle. Tout cela, se sont demandé les ralliés à la vulgate, était-il autre chose qu’affaire de versification latine, de clin d’œil littéraire et d’exaltation rhétorique locale ? Après tout, un écrivain courtisan comme Martial a bien pu gratifier et glorifier d’une appellation un peu vague – « poétique », comme on dit avec le dédain trop familier à l’historien et à l’archéologue – la cité que patronnait apparemment Antonius Primus, un proche du monarque qui fut l’objet, par ailleurs, des flagorneries du poète. Avant d’examiner, précisément, au prix d’une analyse plus serrée, l’apport historique de l’épigramme IX, 99, revenons à la galaxie hiérarchisée de quatre personnages qui se dessine à l’arrière-plan du « baptême palladien » de Toulouse.

3. Une pièce, quatre auteurs

10Ces auteurs, ou plutôt ces acteurs de la « palladisation » de Toulouse, sont au nombre de quatre, sans compter les anonymes que sont pour nous, mais les anonymes actifs qu’ont dû être les citoyens de Tolosa aspirant à la pleine citoyenneté romaine. Celle-ci, rappelons-le, était réservée au moins depuis Auguste, dans le cadre du « droit latin », aux anciens magistrats de la cité, les décurions, et à leurs familles. Dans l’ordre, nous rencontrons – un empereur « palladien », Domitien ; – un grand Toulousain dans le siècle, M. Antonius Primus ; – un poète client des puissants et ami de cités gauloises de Narbonnaise, Martial (Marcus Valerius Martialis) ; – Quintus Trebellius Rufus, enfin, d’extraction locale plus modeste, fait chevalier sous Domitien, et qu’une impressionnante ascension a élevé de Toulouse à la capitale provinciale, puis à Rome et enfin, comme archonte, à Athènes.

11Tout en haut, l’empereur. C’est lui, nouvel Auguste – un titre, comme on l’a vu, revendiqué au premier chef par Domitien –, qui est en mesure de prendre des décisions à l’égard des villes les plus importantes des provinces. Ainsi en allait-il d’une « refondation » par recrutement de nouveaux habitants (« colons » dans les colonies) ou d’une promotion statutaire, par exemple l’élévation d’une colonie latine au rang de colonie « honoraire ». De telles décisions étaient généralement prises en fonction de considérations régionales d’ordre stratégique, culturel (le degré d’intégration de la population, ou du moins d’une élite élargie) ou plus souvent (mais ces divers motifs étaient conciliables et en somme cumulables) du souci de récompenser un évergète local en l’associant à la progression de sa cité dans la hiérarchie des villes de la province et de l’Empire.

12Évergétisme local : le second rôle revient, classiquement, au grand personnage issu d’une cité et bénéficiant des bonnes grâces du souverain. Dans le cas de Toulouse, le hasard, ou la chance, fait qu’un Toulousain resté sans aucun doute proche du milieu impérial soit ce Marcus Antonius Primus dont Suétone nous apprend le surnom local, gaulois, qui lui avait été donné, enfant, dans sa patrie : Becco, « Bec de coq ». Lisons Suétone, non sans donner un titre au passage qui va être commenté.

13Antonius Primus/Becco ou le destin d’un jeu de mots, entre Toulouse, Rome et Vienne.

14Suétone conclut sa Vie de Vitellius par l’annonce de sa mort misérable à cinquante-sept ans, ainsi que de celle de son frère et de son fils, en l’an 69.

  • 13 Le mot est passé au latin beccus, et de là aux langues romanes. Delamarre, 2003, signale les autres (...)

15« On vit se justifier l’interprétation donnée par certains du présage qui, nous l’avons dit [au § 9], lui avait été adressé à Vienne [un coq, gallinaceus, s’était perché sur son épaule, puis sur sa tête, alors qu’il rendait la justice]. Ce signe annonçant, à les en croire, qu’il tomberait aux mains d’un certain Gaulois (in alicuius Gallicani hominis potestatem). Il fut en effet écrasé par Antonius Primus, chef du parti adverse [celui de Vespasien], qui était né à Toulouse et qui, dans son enfance, était surnommé Becco, ce qui signifie « Bec de coq »13 (gallinacei rostrum).

16Le jeu de mots latin Gallicani/gallinacei, qui nous révèle s’il en était besoin, à travers le mot Becco, que la langue gauloise était encore couramment parlée à Toulouse au milieu du ie siècle, nous apprend aussi que la saga de M. Antonius, connue jusqu’à Rome, avait été transmise par les sources auxquelles puisait Suétone dans les années 120. Cette mention joue ici un rôle purement pittoresque, puisque l’origine gauloise d’Antonius, connue de tous, suffisait à la démonstration. On peut penser que c’est le personnage lui-même qui avait complaisamment répandu l’anecdote. Loin de le camper en volatile vantard, elle faisait de lui un combattant résolu et efficace, en même temps qu’elle mettait en vedette une « petite patrie » à laquelle il resterait fidèle jusque dans ses vieux jours. Cela devait bien lui mériter les éloges de Martial, non moins que le buste sculpté par l’artiste local Marc Arcis à la fin du xviie siècle, aujourd’hui exposé au musée des Augustins, dans la même ville (Suétone, Vitellius, 18).

  • 14 Tacite, Histoires, II, 86 ; III, 78 ; IV, 2 ; 11. En II, 86, il le qualifie cependant de sermone pr (...)
  • 15 Il est en effet le seul Toulousain connu à avoir atteint le rang sénatorial. C’est là un point d’ac (...)
  • 16 Sur les relations de Primus et de Martial, cf. Henriksén ad loc., qui reste légitimement prudent su (...)

17Chef de guerre rugueux, audacieux, rapace, impitoyable, en tout cas décrit comme tel sans indulgence aucune par Tacite14, il avait jadis joué un rôle décisif dans le succès de Vespasien, père de Domitien, contre Vitellius (68-69). Il fut l’artisan principal de la victoire de Bédriac (septembre 69). Au moment où Martial qualifie ce sénateur, retiré dans sa ville natale, de « gloire incontestée de Toulouse Palladienne »15, où il s’est retiré, il a près de soixante-quinze ans ; il était donc né peu avant 20, au début du règne de Tibère, et il a connu une traversée du siècle d’abord tumultueuse, puis sereine. Écarté depuis un quart de siècle des jeux du pouvoir, il mène à Toulouse une vie de sage et de lettré à l’ancienne, vantée par Martial dans une épigramme de peu postérieure, qu’on dirait inspirée de Sénèque (X, 23) : « Voici déjà qu’Antonius Primus, heureux de son âge paisible, compte quinze olympiades révolues [soixante-quinze ans] ; il retourne son regard vers les jours écoulés, les années bien à lui, et il ne craint pas les eaux du Léthé, plus proches désormais. À revoir le passé, pas de jour amer ou pénible, pas un qu’il n’aime à se rappeler. L’homme de bien allonge pour lui-même la durée de son existence ; c’est vivre une seconde fois que de pouvoir jouir de sa vie passée » (trad. J.-M. Pailler). Une ou deux autres pièces du même livre (32, et probablement 73) nous éclairent sur les relations suivies, entre lettrés (docti), qu’entretenaient, sur le tard, Martial et son « éloquent ami » (facundus… amicus) et protecteur toulousain. Rien ne vaut aux yeux du poète « l’attention et le jugement [favorable] d’un lettré » : officium docti iudiciumque uiri (X, 73, 10e et dernier vers) : le mot officium traduit, comme à l’ordinaire, le « service » rendu par un bienfaiteur16.

  • 17 Cf. Pailler, 2002, dans Pailler (dir.), 2002, p. 296. Christian Rico fait apparaître les étapes et (...)
  • 18 Sur ce titre, Pailler, 1989. Contra, Le Roux, 1994 ; cf. Pailler, 2002, dans Pailler (dir.), p. 297 (...)
  • 19 L’épouse de Trebellius, mentionnée dans une des inscriptions d’Athènes, y est dite « prêtresse à To (...)

18Un troisième personnage important de la pièce palladienne qui s’est jouée à Toulouse est ignoré de Martial, mais non de l’épigraphie athénienne et même toulousaine. Quintus Trebellius Rufus fait partie de ces membres des cités de l’Empire appelés par Domitien à un destin provincial, puis impérial17. Cet homme issu d’une famille de rang statutairement peu élevé, mais à coup sûr féru de culture grecque, fut promu chevalier, puis « premier prêtre provincial des rites impériaux »18 à Narbonne, archonte d’Athènes enfin, où a été découvert, dédié à sa louange, un échange d’inscriptions grecques entre les autorités d’Athènes, cité de Pallas-Athéna, et celles de Toulouse19.

19Ainsi se précise la répartition des rôles. Si, dans tout cet épisode, Domitien a été le décideur, Antonius Primus fut le promoteur, Trebellius Rufus l’instrument et Martial le médiateur, au sens exactement « médiatique » du terme.

  • 20 Analyse comparative : Pailler, 2002a, avec le tableau final élargi à Sassina (Ombrie).

20Le poète espagnol de Bilbilis, (près de Calatayud, en Catalogne actuelle), établi depuis longtemps à Rome, a des contacts avec plusieurs cités gauloises dont il lui arrive de chanter les mérites à la mesure de l’estime et du soutien qu’elles lui témoignent : Vienne, Narbonne, Toulouse20… Ces échanges de bons procédés indiquent naturellement une relation de type « client-patron » avec un notable local, relation similaire, à un degré inférieur, à celle que le poète entretient ou cherche à entretenir, à Rome, avec l’empereur lui-même. Dans les deux cas, l’homme de rang plus humble s’abandonne aisément à la flatterie, mais une forme de détachement désinvolte et le cadre même de l’épigramme avertissent le lecteur que c’est la loi du genre. Les trois épigrammes adressées indirectement (IX, 99 ; X, 23 ; X, 73) à Antonius Primus s’inscrivent dans ce registre. Il est temps d’en venir à l’examen détaillé de la première de ces pièces, par laquelle Martial semble bien avoir dédié son livre IX à son influent ami, et par-delà à Tolosa, cité palladienne.

4. Une épigramme et ses implications

21Rappelons d’abord que le livre IX, comme plusieurs autres, notamment le livre VIII, est dédié à Domitien. L’éloge du souverain s’y fait plus direct, plus concret, plus explicitement « palladien » surtout.

22Reprenons à son début l’épigramme 99 et tentons une traduction, délicate mais « engagée », en français d’aujourd’hui, que suivra un bref commentaire, par la force des choses, à la fois littéraire et historique.

Marcus amat nostras Antonius, Attice, Musas,
charta salutatrix si modo uera refert :
Marcus Palladiae non infitianda Tolosae
Gloria, quam genuit Pacis alumna Quies.

« Nos Muses, Atticus, sont goûtées d’Antonius, si la lettre dit vrai qui son salut m’apporte : Marcus, de Toulouse Palladienne gloire incontestée, qu’engendra Repos, nourrisson de Paix ».

  • 21 C’est un problème encore mal résolu que celui de l’origine (ou plutôt, sans doute des diverses sour (...)
  • 22 On notera le jeu digne des Saturnales par lequel la lettre d’un patron est dite salutatrix : d’ordi (...)

23Accompagnant la mention des « Muses » poétiques de Martial, l’adresse à Atticus, emblème du lettré sur le mode grec (voir VII, 32), situe l’épigramme, comme les deux autres qui font référence à Antonius (ci-dessus), dans le genre des pièces échangées entre lettrés hellénisants21. L’emphase sans parallèle de la formule charta salutatrix, la mention hyperbolique de la gloria d’Antonius, situent dans son vrai cadre statutaire l’hommage rendu par le poète à un ami qui est aussi un « patron »22. Cette « gloire » du plus haut personnage, le seul de rang sénatorial qu’ait jamais produit et abrité Toulouse romaine, rejaillit sur toute la cité. Cet effet est rendu sensible par la tournure en chiasme Palladiae non infitianda Tolosae/Gloria. Il faut redire une évidence à propos du mot infitianda, « indéniable, incontestable », adjectif verbal qu’on a préféré rendre ici par le mot plus fort « incontestée » : la formule ne laisse entendre en aucune façon que cette « gloire » serait contestée, et certainement pas à Toulouse, au motif du passé lointain et parfois trouble du personnage (contra Le Roux 2010, p. 127). Seule la fin de ces deux vers prête à équivoque, ou du moins appelle un commentaire. Commentaire sur deux aspects, l’un grammatical, l’autre sémantique et historique. Grammaticalement, le relatif quam, complément de genuit, se rapporte à gloria : la gloire d’Antonius est « née de Repos », etc. Mais le caractère global, inséparable, du groupe de mots précédemment étudié laisse entendre que c’est aussi bien « Toulouse Palladienne » qui est « enfant de Repos, nourrisson de Paix » ; indirectement, donc, enfant d’Antonius et, par-delà, de l’empereur en personne. La suggestion est claire : le pater patriae se manifeste aussi, dans ce cas, en père de la « petite patrie ». Encore une fois, non point fantaisie de poète « hors sol », mais hommage très concret, même s’il peut paraître alambiqué, rendu à l’évergétisme impérial.

24Formellement, cette expression, comme la structure même du vers, est empruntée à Ovide, Fastes, I, 704 (Pax Cererem nutrit, Pacis alumna Ceres) référence poétique majeure de Martial. Au temps des Flaviens, Quies a remplacé mot pour mot la Cérès augustéenne d’Ovide, ce qui confirme son caractère de notion divinisée, et justifie la majuscule que nous lui avons affectée. Le nom de Pax, dans ce contexte, n’en doit pas moins retenir l’attention. C’est une allusion à la séquence Vespasien-Domitien qui a scandé la carrière de Primus : Vespasien, sur son Forum, comme par ses monnaies, avait exalté par la construction d’un temple une Paix (Pax) due largement aux victoires de Primus. Domitien lui garantit sur le tard un Repos de lettré dans sa ville natale, qu’il tient à honorer en sa faveur. Dès l’épigramme I, 2, à un lecteur romain soucieux de se procurer son « petit livre » (libellus), le poète avait indiqué le chemin conduisant « derrière le parvis du temple de la Paix et le forum palladien » : limina post Pacis Palladiumque forum. On ne décèlera naturellement pas Antonius Primus à l’arrière-plan de ce texte, mais le rapprochement voulu de ces termes, certes fidèle à la topographie, reste significatif d’un attachement durable à la dynastie flavienne. On pouvait acquérir l’ouvrage de Martial, et il tenait à le faire savoir, en un lieu emblématique de cette continuité que souligne l’allitération Pacis Palladiumque. Le libellus lui-même, comme son auteur, s’en retrouvait à la fois flavien et palladien. Il faut aller plus loin : dans ce contexte, ce dernier adjectif transcende sans doute la simple référence à Pallas, avatar d’Athéna, Il ne pouvait, pour un Romain cultivé, que renvoyer à l’univers mythique des temps fondateurs de Rome, rappelant à la fois le Palladium et Pallantée, fils du Grec et proto-Romain Evandre, lui-même père du Pallas chanté par Virgile. Palladius, au fond, n’est pas loin d’être un équivalent mythico-poétique de Romanus.

25Mais au cours des années Domitien, c’est la déesse Pallas elle-même qui a bel et bien été au centre du pouvoir. Que le « palladisme » ait été porteur d’une marque que l’empereur désirait laisser sur l’Empire partout où elle pouvait prendre sens, l’œuvre même de Martial en apporte ailleurs encore de précieux témoignages. Je n’en retiendrai que trois expressions. En VIII, 28, c’est l’invocation Tu mihi, tu Pallas Caesariana ueni, « O toi, viens à mon aide, toi, Pallas de César » : là s’exprime, à nouveau sous forme de groupe adjectivé (Pallas Caesariana), une quasi-fusion entre le souverain et la déesse qui l’inspire autant que le poète. Ce sont, dans le même ordre d’idée, mais en version guerrière, les pièces VII, 11 et XIV, 179 où l’empereur, lorsqu’il revêt la « cuirasse de Minerve », est seul à lui donner droit d’être nommée « égide ». C’est enfin et surtout un ensemble de trois « épigrammes albaines » : au livre IX, toujours, les pièces 23 et 24 sont adressées à un certain Carus, vainqueur du concours de poésie célébré lors des Jeux organisés annuellement par Domitien pour la déesse. Il a dû laisser son prix, Palladium decus, couronne de feuilles d’olivier en or – l’olivier d’Athéna –, se poser de lui-même sur la chevelure d’un buste en marbre du Dominus (IX, 23). Et Pallas ne lui a pas seulement accordé la couronne : « ce portrait du Maître, que tu [Carus] révères, c’est elle [Pallas] qui te l’a donné » (effigiem domini, quam colis, illa dedit) (IX, 24). Le texte décisif, dans le même sens, est celui qui ouvre le livre V : Hoc tibi, Palladiae seu collibus Albae,/Caesar… Albe y est désignée, aux dépens des autres cités latines énumérées ou évoquées dans la même pièce, Aricie, Antium, Gaète, Circei, Anxur, comme séjour de prédilection du César : Palladiae Albae

  • 23 Sur les envois gaulois de Martial, voir Pailler, 2002a.

26C’est là, dans toute l’œuvre, le seul autre cas, avec celui de Toulouse et, sous une autre forme, celui d’Athènes, où une cité de l’Empire soit nommée « Palladienne ». Parallèle significatif, auquel il faut en ajouter un dernier, un autre « envoi » gaulois23, adressé à Narbonne, celui-là (VIII, 72) :

… Arcanum properas sequi, libelle,
Quem pulcherrimam iam redire Narbo,
Docti Narbo Paterna Votieni,
Ad leges iubet annuosque fasces :

  • 24 Narbo est décrétée « ville d’un [magistrat] lettré », qu’il s’appelle Arcanus ou Votienus. Un même (...)

27« Tu te hâtes, mon petit livre, de suivre Arcanus, que la toute belle Narbo, la Narbo Paterna du lettré Votienus, appelle à rendre la justice et prendre les faisceaux de l’année [être duumvir pour un an] » (vers 3-6). Le vers où figure Narbo Paterna, élément de la titulature officielle de la colonie narbonnaise, est le vers 5, placé intentionnellement au cœur d’un poème de neuf vers, longueur peu habituelle chez Martial. Quoi qu’il en soit, une conclusion se dégage : Narbo Paterna est sur le même plan que Palladia Tolosa (cf. Pailler, 2002, p. 295 ; contra Le Roux, 2010, p. 133). Ni l’une ni l’autre ne sont inventions de poète, mais bien titulatures24. La comparaison va peut-être même plus loin : Domitien a pu vouloir donner, à la pointe occidentale de la Narbonnaise, un pendant hellénique, pacifique et novateur à l’ancienne gloire latine et guerrière – « martiale » – de la capitale provinciale : Narbo Paterna était aussi, et d’abord, Narbo Martius.

  • 25 Ici prend fin cette enquête sur un nom. Elle est bien entendu à compléter par une étude archéologiq (...)

28Cet ensemble de rapprochements plaide en tout cas pour faire reconnaître en Palladia Tolosa, au-delà d’évidentes connotations saluées par les lettrés, un titre officiel accordé à la ville par Domitien, à une date impossible à déterminer, mais au plus tard en 94. Que s’est-il passé après 96 ? Toulouse étant ignorée de la littérature du iie et du iiie siècle, aucun indice formel sur sa dénomination d’alors ne nous a été conservé. On peut logiquement penser, d’après le témoignage ultérieur d’Ausone et de Sidoine, que l’épithète divine a survécu, mais que le souvenir de la circonstance et du responsable de la décision a été refoulé. La damnatio memoriae avait préparé le terrain aux lectures réductrices d’Ausone et de ses continuateurs modernes25.

Haut de page

Bibliographie

Aymard, A., 1967, Du nouveau sur un Toulousain et sur Toulouse à l’époque romaine, dans Etudes d’Histoire Ancienne, Paris, PUF, p. 548-559, repris de BSAMF, 3e série, V, 2, 1942-1945, p. 513-528.

Colton, R.E., 1976, Martial’s vocabulary in Sidonius Apollinaris, Classical Bulletin, 53, p. 12-16.

Delamarre, X., 2003, Dictionnaire du gaulois, Paris, Errance, 2e éd. revue.

Dubosc, G., 2004, Domitien le maudit, empereur dévot, Nîmes, Lacour éd.

Gosserez, L., 2009, Mythe et politique dans le Panégyrique d’Avitus, Vita Latina 180, 1, p. 39-52.

Gsell, St., 1891, Essai sur le règne de l’empereur Domitien, Paris.

Henriksén, Ch., 2012, A Commentary on Martial, Epigrams Book 9, Oxford, New York

Jones, B.W., 1992, The emperor Domitian, Londres-New York.

Labrousse M., 1968, Toulouse Antique, des origines à l’établissement des Wisigoths, Paris, De Boccard, BEFAR, 212.

Le Roux, P., 1994, L’évolution du culte impérial dans les provinces occidentales d’Auguste à Domitien, dans Pailler, Sablayrolles (éd.), p. 397-411.

Le Roux P., 2010, Sur Toulouse et les Toulousains sous l’Empire romain, Pallas 82, Mélanges P. Sillières, p. 121-137.

Pailler, J.-M., 1989, Domitien, la « loi des Narbonnais » et le culte impérial dans les provinces sénatoriales d’Occident, RAN XXII, p. 171-189.

Pailler, J.-M.,1994, La Gaule de Domitien. Remarques préliminaires, dans Pailler, Sablayrolles (éd.), p. 169-183.

Pailler, J.-M., 2002a, … locus ille et hic amicus : de quelques envois de Martial aux villes et notables de la Gaule, Pallas, 59, Palladio magistro, Hommages à J. Soubiran, p. 291-302.

Pailler, J.-M., (dir.), 2002, Tolosa. Nouvelles recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité, Rome, coll. EFR, 281.

Pailler, J.-M., 2002b, Palladia Tolosa, dans Pailler (dir.), p. 293-302.

Pailler, J.-M., 2006, Quand l’argent était d’or. Paroles de Gaulois, Gallia, 63, p. 211-241.

Pailler, J.-M. (dir.), 2015, Toulouse. Naissance d’une ville, Toulouse.

Pailler, J.-M. et Sablayrolles, R.,1994, Damnatio memoriae : une vraie perpétuité, dans Pailler, Sablayrolles (éd.), p. 11-56.

Pailler, J.-M. et Sablayrolles, R. (éd.), 1994, Les années Domitien, Pallas, 40, 1994.

Sablayrolles, R., 1994, Domitien, l’Auguste ridicule, dans Pailler, Sablayrolles (éd.), p. 113-144.

Susplugas, M., 1999, Recherches sur la politique religieuse de Domitien, thèse, Montpellier III.

Haut de page

Notes

1 Même si ce n’est pas son objet, cet article réfute un point de vue publié dans cette même revue (Le Roux, 2010), qui prenait le contre-pied des idées exposées dans diverses publications (notamment Pailler, 1989, 2002). La thèse de 2010 marquait un retour à Labrousse, 1968 (ici, p. 508-511, 526-530), sauf en ce qui concerne « l’or de Toulouse ». Elle fait de Palladia Tolosa « une invention poétique » (p. 132), car prendre au sérieux l’idée d’un titre formulaire, c’est à la fois prêter à Domitien des initiatives incongrues et faire à Tolosa plus d’honneur qu’elle n’en méritait et qu’elle n’en reçut. P. Le Roux souhaite donc dissiper les illusions du « patriotisme local » (ibid.) qui « s’est emparé non seulement du titre de colonie mais encore du qualificatif de Palladia Tolosa rapporté de manière inespérée [inespérée ?] par Martial »). La rédaction péremptoire et hâtive de cet article (p. 127, p. 129, p. 132 et la n. 70), les mises en cause ad hominem (p. 132 et la n. 69), ainsi que la confusion dans laquelle plusieurs passages laissent le lecteur (p. 122, Strabon et « l’or de Toulouse » avec renvoi sans objet à Pailler, 2006 ; p. 131-132, le développement abscons sur les divers types de colonies et leur évolution ; p. 133, d’étonnantes remarques sur la création littéraire chez Martial…) m’ont conduit à éviter toute polémique à l’adresse d’un collègue que j’ai connu, à l’université de Toulouse, savant et généreux. Nos désaccords seront signalés par la mention « contra P. Le Roux, 2010, p.… ».

2 Cf. Pailler, Sablayrolles, 1994, dans Pailler, Sablayrolles (éd.), p. 11-55.

3 L’expression est de R. Sablayrolles : Sablayrolles, 1994, avec une riche documentation, dans Pailler, Sablayrolles (éd.), p. 113-144.

4 Id., ibid.

5 Sans doute plus, en fait, dans la conception que s’en font les Romains que dans l’authentique tradition grecque, qui ne fait pas d’Athéna une déesse des « arts et lettres » (remarque de P. Brulé, que je remercie).

6 En un sens, l’énigme est parallèle à celle que présente, au premier abord, Palladia Tolosa. Nous verrons que dans ce dernier cas une série d’arguments autorise à trancher. Le moins décisif n’est pas celui-ci : dans toute la poésie latine du ie siècle, et en particulier dans l’œuvre de Martial, l’adjectif Palladius ne fait jamais référence qu’à la puissante déesse elle-même ou à son domaine agricole favori : culture de l’olivier, production d’huile. Aucune occurrence ne concerne l’univers des arts ou de la littérature. La seule exception concerne Albe (ci-dessous), mais il s’agit là de jeux et concours transposant dans le domaine du sport ou de l’éloquence les vertus guerrières.

7 Les données sont rassemblées dans Dubosc, 2004 ; v. également Susplugas, 1999.

8 Cf. Gsell, 1891, p. 158 et passim ; Jones, 1992, p. 100.

9 Guiraud, 1994, dans Pailler, Sablayrolles (éd.), p. 94, où est également signalée, sur quatre documents en pâte de verre figurant la tête de l’empereur, « l’égide placée à la base du cou selon le même schéma que sur les monnaies ».

10 Ce cas, complexe, mériterait une étude entière. Gosserez 2009 clarifie l’usage fait de la mythologie par Sidoine. Comme le note justement l’auteur (p. 50-51), la référence à Palladia… Tolosa connote tout à la fois la solidité archaïsante du royaume wisigothique de Toulouse et la réminiscence virgilienne de la plus ancienne Rome, avec l’assonance recherchée PalladiamPallantis. Il faut prolonger l’article, un peu court sur ce point précis. Ailleurs, certes, Sidoine n’ignore pas Martial (cf. Colton, 1976). Il peut donc connaître et même avoir à l’esprit l’épigramme IX, 99. Mais dans le contexte très politique de l’accord de paix scellé en 455, à Toulouse, par l’empereur arverne Avitus, le roi wisigoth Théodoric II et un Barbare venu à résipiscence, il est infiniment plus vraisemblable d’y voir la référence à une titulature officielle. Grâce à ce titre… et à sa fonction de capitale du royaume wisigothique, Tolosa, si chère à Sidoine, est ici comme une petite Rome en Gaule et comme une vraie Rome : la Rome des anciens temps.

11 Un lointain écho s’en retrouve, cum grano salis, dans le beau titre donné au volume d’Hommages offert à J. Soubiran, encore dans la revue Pallas : Palladio magistro, Pallas 59, 2002.

12 Cf. Pailler, 2002, dans Pailler (dir.), 2002, p. 296-297 : critique retournée, presque mot pour mot, par Le Roux, 2010 contre l’explication par la titulature.

13 Le mot est passé au latin beccus, et de là aux langues romanes. Delamarre, 2003, signale les autres occurrences en gaulois, s.v. beccos, p. 70, avec la bibliographie.

14 Tacite, Histoires, II, 86 ; III, 78 ; IV, 2 ; 11. En II, 86, il le qualifie cependant de sermone promptus

15 Il est en effet le seul Toulousain connu à avoir atteint le rang sénatorial. C’est là un point d’accord avec Le Roux, 2010. Sur ce texte essentiel, v. infra, p. 211-213.

16 Sur les relations de Primus et de Martial, cf. Henriksén ad loc., qui reste légitimement prudent sur la chronologie.

17 Cf. Pailler, 2002, dans Pailler (dir.), 2002, p. 296. Christian Rico fait apparaître les étapes et le sens de sa carrière dans une belle et vraisemblable inscription fictive : cf. Rico dans Pailler (dir.), 2015, p. 205.

18 Sur ce titre, Pailler, 1989. Contra, Le Roux, 1994 ; cf. Pailler, 2002, dans Pailler (dir.), p. 297 et n. 20.

19 L’épouse de Trebellius, mentionnée dans une des inscriptions d’Athènes, y est dite « prêtresse à Toulouse de… ». Le nom de la déesse concernée a disparu. « Prêtresse « de Rome », Rômès ? Aymard, 1967, préférait « d’Athéna » ; j’ai suggéré « de Pallas », Pallados (Pailler 2002, dans Pailler éd., 2002, p. 296, n. 12) ; contra Le Roux, 2010 : « prêtresse de Livie » (sans autre commentaire : pour l’auteur, la « banalité impériale » s’impose là comme ailleurs). La restitution Pallados comporte 8 lettres. Celle-ci (en grec transposé du latin Liouias) implique 7 lettres, Aθènas 6, Rômès 5. Un examen minutieux de la pierre permettrait peut-être de trancher.

20 Analyse comparative : Pailler, 2002a, avec le tableau final élargi à Sassina (Ombrie).

21 C’est un problème encore mal résolu que celui de l’origine (ou plutôt, sans doute des diverses sources) de « l’hellénisme » affiché de Toulouse, substrat local des honneurs prodigués à la cité sous le règne du Flavien philhellène. Des traces de cette présence grecque se décèlent dès le iie s. av. J.-C. sur le site de Toulouse Saint-Roch ; cf. Moret, Verrier 2015, dans Pailler (éd.), p. 48.

22 On notera le jeu digne des Saturnales par lequel la lettre d’un patron est dite salutatrix : d’ordinaire, le salutator, c’est le client.

23 Sur les envois gaulois de Martial, voir Pailler, 2002a.

24 Narbo est décrétée « ville d’un [magistrat] lettré », qu’il s’appelle Arcanus ou Votienus. Un même poème peut ainsi mêler connivence esthétique et dédicace empruntée au formulaire public. C’est aussi une manière de rendre hommage à des représentants de leur cité qui sont en même temps ceux des « arts libéraux ». Sur ce plan au moins, le parallèle avec Antonius Primus s’impose.

25 Ici prend fin cette enquête sur un nom. Elle est bien entendu à compléter par une étude archéologique et historique de Tolosa à la fin du ie siècle. On trouvera cette étude esquissée chez Pailler (dir.), 2015, p. 193-211, où le renouvellement des connaissances et des points de vue est important par rapport aux arguments avancés avec prudence en 2002 (p. 298-301).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pailler, « Palladia Tolosa : fantaisie de poète ou évergésie impériale ? », Pallas, 100 | 2016, 205-215.

Référence électronique

Jean-Marie Pailler, « Palladia Tolosa : fantaisie de poète ou évergésie impériale ? », Pallas [En ligne], 100 | 2016, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/2923 ; DOI : 10.4000/pallas.2923

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pailler

Professeur émérite d’Histoire romaine
Université Toulouse Jean Jaurès
TRACES, UMR 5608
pailler@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org