Navigation – Plan du site

Pierre Paris, un parcours athénien (1882-1885). Le dossier phocidien : les fouilles du sanctuaire d’Athéna Cranaia

Pierre Paris, an Athenian record (1882-1885). The Phocidian case: the excavations of the sanctuary of Athena Cranaia
Grégory Reimond
p. 217-247

Résumés

Connu pour ses études sur la culture ibérique, fondateur de la Casa de Velázquez (Madrid), Pierre Paris est un brillant archéologue hispaniste. Formé à la fin du xixe siècle dans les plus prestigieuses institutions scientifiques françaises de l’époque, l’École normale puis l’École française d’Athènes, ses premiers pas en tant que chercheur et enseignant sont restés longtemps méconnus. Le présent essai se penche sur son parcours athénien. Il s’agira de voir comment un jeune érudit formé à la philologie classique s’est peu à peu orienté vers les études archéologiques. Les travaux que Pierre Paris mène à Délos ont déjà retenu notre attention. Dans le présent essai, nous nous intéresserons aux fouilles qu’il dirige près d’Élatée, au sanctuaire d’Athéna Cranaia. Un chantier où archéologie, philologie et histoire de l’art sont intimement liés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche HAR 2012-31736 « Antigüedad, nacionalismo (...)
  • 2 CRAI, 1884, 28, 3, p. 325. Par cohérence, nous avons choisi de conserver la translittération « Cran (...)
  • 3 CRAI, 1885, 29, 2, p. 93.
  • 4 Heuzey, 1886, p. 105.
  • 5 Paris, 1892a. La version de soutenance est publiée en 1891. L’année suivante, la monographie parisé (...)

1Le 11 juillet 1884, Pierre Paris1, qui séjourne à l’École française d’Athènes (EFA) depuis le début de l’année 1883, fait parvenir à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, par l’intermédiaire du ministre de l’Instruction publique et du directeur de l’EFA, Paul Foucart, un premier état des lieux des fouilles qu’il a entreprises sur le site d’Élatée en Phocide et au temple d’Athéna Cranaia2. Le 17 avril 1885, le mémoire de ces fouilles est réceptionné par les Académiciens3. Léon Heuzey en fait un long compte rendu devant ses pairs le 22 janvier 1886, soulignant la qualité des recherches menées et incitant son auteur à publier ses résultats, tout en lui prodiguant des conseils pour améliorer l’ensemble : « après une légère révision du style, qui du reste est presque partout un bon style d’exposition, facile et simple, il y aura là, pour la Bibliothèque de l’École d’Athènes, un nouveau volume de tous points excellent »4. Ainsi encouragé, Pierre Paris en fait l’objet de sa thèse de doctorat, soutenue à la faculté des Lettres de Paris le 21 juillet 1890. Le résultat de ses travaux, dédié à Paul Foucart en « hommage de profonde gratitude », est publié en 18915.

  • 6 Radet, 1901, p. 215.
  • 7 Reimond, 2013.

2S’il s’agit bien d’une thèse d’archéologie grecque, le choix d’une telle discipline universitaire n’avait pourtant rien d’évident. Formé à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1879), agrégé de Lettres (1882), déjà habitué à côtoyer les auteurs classiques, Pierre Paris est peut-être un philologue en herbe, un jeune érudit, mais pas un archéologue. À leur arrivée, les jeunes Athéniens découvraient d’ailleurs qu’ils ne savaient pratiquement rien et étaient semblables à des « coques de noix vides », pour reprendre l’expression forgée par Georges Radet6. Cependant, lorsque Pierre Paris prend la direction du chantier de fouilles en Phocide (les premières prospections sont conduites en novembre-décembre 1883, suivies d’une fouille plus complète entre mai et juillet 1884), l’archéologie n’est plus pour lui un territoire complètement vierge. Il a déjà pris part à un voyage épigraphique en Lydie en compagnie de Michel Clerc et a participé à la VIIIe campagne des fouilles de Délos7. Dans le même temps, le Bulletin de correspondance hellénique a déjà accueilli plusieurs de ses publications, tandis qu’il travaille à la rédaction d’un Supplément au catalogue des figurines en terre cuite du musée de la Société archéologique d’Athènes.

  • 8 Voir Gran-Aymerich, 2007 ainsi que Schnapp, 1993.

3Les fouilles d’Élatée occupent toutefois une place particulière dans le parcours athénien du jeune Pierre Paris. Il s’agit de fouilles « personnelles » dans la mesure où il en prend la direction et contrôle l’ensemble des étapes du processus, depuis les premières prospections jusqu’à la publication d’une monographie. À ce titre, ses travaux reflètent parfaitement l’état de la discipline archéologique au début des années 1880, alors en voie de professionnalisation8. En outre, ils nous font assister à la métamorphose du jeune Normalien en véritable archéologue. Devenues l’objet de son doctorat, ses recherches en Phocide constituent l’outil qui lui permet de se lancer dans une carrière universitaire à son retour en France. Lorsqu’il publie sa thèse, en 1891, Pierre Paris est depuis 1886 Maître de conférences pour les Antiquités grecques et latines à Bordeaux ; l’obtention du doctorat lui permet d’occuper dès l’année suivante, en 1892, la chaire d’archéologie et d’histoire de l’art spécialement créée pour lui à Bordeaux (il en est le premier titulaire).

  • 9 La Chronique des fouilles en ligne de l’EFA précise qu’au début des années 2000, « après les premiè (...)

4Afin de mieux comprendre comment s’est opérée la conversion d’un jeune Normalien agrégé de Lettres en un archéologue professionnel à la carrière prometteuse, il est indispensable de s’attarder sur l’action déployée par Pierre Paris à Élatée. Rappelons en outre que depuis les fouilles de 1884-1885, peu d’archéologues se sont intéressés à l’antique cité phocidienne et moins encore au temple d’Athéna Cranaia. La monographie pariséenne de 1891 reste ainsi un ouvrage de référence9. Nous avons fait le choix de nous concentrer sur les travaux menés au sanctuaire d’Athéna Cranaia, au détriment de ceux réalisés sur le site même d’Élatée que nous n’évoquerons que succinctement. Ils pourront faire l’objet d’une étude postérieure.

1. La genèse du projet pariséen : individus et institutions

  • 10 BCH, 1883, 7, p. 518.
  • 11 Paris, 1884, p. 476 et pl. XXI.
  • 12 Paris, 1892a, p. VII.

5C’est par une note lapidaire que les lecteurs du Bulletin de correspondance hellénique ont appris que l’EFA avait entrepris des fouilles prometteuses à Élatée à la fin de l’année 188310. L’avant-propos de la thèse que publie Pierre Paris en 1891 permet toutefois de reconstituer avec plus de détails la genèse de ce projet. Il montre d’abord qu’au-delà du rôle joué par l’École, en tant qu’autorité administrative et scientifique, l’archéologie reste une affaire d’individus. C’est Abel Gotteland (1851-1925), ingénieur des Ponts et Chaussées alors au service du gouvernement hellénique, qui lance Pierre Paris sur les chemins d’Élatée. Alors qu’il campe près du temple d’Athéna Cranaia au cours d’une mission visant à étudier le tracé du chemin de fer entre Athènes et la Thessalie, Gotteland repère des vestiges et une inscription. Il en informe Pierre Paris en juin 1883. Les deux hommes se connaissent et sont amis ; ils travaillent d’ailleurs ensemble lorsque Paris participe à la VIIIe campagne de fouilles à Délos le mois suivant : Abel Gotteland réalise le plan de la Maison des Dauphins qui accompagne la description qu’en donne Pierre Paris11. En août, alors qu’il se rend à Delphes depuis l’Eubée, le jeune archéologue traverse la Phocide et se fait conduire aux ruines12.

  • 13 Ibid., p. VII-VIII. Quoi qu’en dise Pierre Paris, son travail à Élatée ne se résume pas à « une suc (...)
  • 14 Ibid., p. 76-77.
  • 15 Dodwell, 1819 (sa description d’Élatée et du sanctuaire d’Athéna dans le volume 2, p. 139-142). Voi (...)

6Pierre Paris est d’emblée frappé par le paysage qu’il découvre, le mont Kallidromon, la vallée du Céphise, la plaine de Phocide et le Parnasse. Les impressions qu’il nous a laissées le rattachent à la plus pure tradition des voyageurs de l’époque romantique, désireux de voir par eux-mêmes les précieux vestiges de l’Antiquité grecque et de les confronter aux descriptions laissées par les Anciens : « J’étais, je l’avoue, séduit avant tout par l’admirable situation des ruines, par le spectacle des âpres rochers d’alentour, et les lignes grandioses de l’horizon où, par delà les plaines de Phocide étalées à mes pieds, le Parnasse découpait ses trois cimes dans l’azur pur et profond du ciel. Il me semblait qu’un séjour dans ces montagnes sereines serait une succession d’heures charmantes, et que le travail, même en cas de déconvenue, porterait en lui-même sa récompense »13. Cette prose teintée de lyrisme se retrouve au cœur même du texte, Pierre Paris ôtant ses habits d’archéologue pour revêtir ceux du poète. Le lyrisme de ce passage, au cœur d’une thèse d’archéologie grecque, ne peut que susciter l’étonnement du lecteur d’aujourd’hui : « l’endroit est délicieux ; le ruisseau, courant sous la verdure, répand une fraîcheur bienfaisante ; matin et soir les perdrix se rassemblent de la montagne desséchée pour boire l’eau limpide du vallon ; tout le long du jour, à l’heure même où le soleil brûle à l’entour les rochers dorés, les merles et les fauvettes à tête noire sifflent dans l’ombre des buissons épais, et les tortues s’attardent à traîner leur écaille indolente sur l’herbe verte et drue. C’est là qu’il est doux, aux heures lourdes, de faire halte au milieu de l’ascension pénible, de se reposer et de rêver, absorbé dans la contemplation du Parnasse bleuissant à l’horizon lointain »14. Des sentiments qu’aurait sans doute partagé Edward Dodwell (1767-1832), auteur d’une description pittoresque de la Grèce centrale qu’il visite à plusieurs reprises entre 1801 et 180615 (fig. 1).

Fig. 1. Le paysage phocidien : le Parnasse et la plaine de Chéronée

Fig. 1. Le paysage phocidien : le Parnasse et la plaine de Chéronée

Source : E. Dodwell, Views in Greece, from drawings, vol. I, Rodwell and Martin, Londres, 1820, p. 200.

  • 16 Paris, 1892a, p. VII et 3 ; Dodwell, 1819, vol. 2, p. 139-142.
  • 17 Valenti, 2002.
  • 18 Paris, 1892a, p. VIII.
  • 19 Ibid., p. IX.
  • 20 Dumont, 1883, p. 347.

7La démarche initiale des deux hommes est d’ailleurs la même : informés de l’existence de vestiges, ils se font conduire aux ruines et convoquent les auteurs anciens qu’ils prennent pour guide, s’efforçant d’identifier les sites à partir des descriptions laissées par les géographes et voyageurs de l’Antiquité. Concernant Élatée, Pausanias (X, 34) est une référence incontournable16. Cependant, si Dodwell s’en tient à cette approche philologique (qui a longtemps prévalu à l’EFA17), Pierre Paris la complète par une véritable démarche archéologique. Le spectacle qu’il contemple le convainc « que des fouilles pratiquées en cet endroit auraient quelque chance de succès »18 tandis que les premiers sondages lui font « espérer d’heureux résultats pour une prochaine campagne »19. Le dilettantisme des premiers Athéniens s’est effacé au profit d’une démarche qui se veut scientifique. Reste que la démarche scientifique n’est pas incompatible avec un certain farniente. Albert Dumont lui-même affirme, dans un rapport lu devant l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres le 10 août 1883 que « les obligations professionnelles des membres de l’École se bornent à travailler pour eux et à réfléchir, ce qui est permis à si peu d’hommes d’étude quand une fois ils sont engagés dans une carrière. Le temps n’est pas loin où les trois années de Grèce étaient considérées comme des loisirs trop agréables, qu’on était tenté de reprocher à ceux qui en profitaient ; à la vérité, elles sont une période de libres recherches, auxquelles il faut enlever le moins possible et seulement pour les raisons de famille les plus légitimes, qui ont fait du retour en France à une époque fixe une des traditions de l’École. Le charme qu’exerce la Grèce n’est pas seulement dans les travaux auxquels elle invite, il est dans la nouveauté d’une beauté parfaite, dans des voyages où le présent rappelle sans cesse le passé, dans la joie de n’avoir d’autre souci que de voir, découvrir et admirer. Ce sont là des années d’exception, qu’il faut interrompre le moins possible »20.

  • 21 Sur l’histoire de l’EFA et le contexte scientifique dans lequel se déroule le séjour de Pierre Pari (...)
  • 22 Le texte du décret du 26 novembre 1874 qui réorganise l’EFA figure en annexe de Radet, 1901, p. 437 (...)
  • 23 Au moins jusqu’en 1876, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres publie ainsi chaque année dan (...)
  • 24 Radet, 1901, p. 191.

8Dès lors, l’action individuelle solitaire s’efface pour se fondre dans le cadre des institutions officielles qui se sont développées en Grèce pour encadrer la pratique archéologique. Il s’agit d’abord de l’École française d’Athènes (EFA) qui est entrée, au début des années 1880, dans son « âge scientifique »21. Sous l’impulsion de ses directeurs successifs, Albert Dumont (1875-1878) et Paul Foucart (1878-1890), sa vocation scientifique s’est affirmée, l’École devenant un véritable institut de recherche engagé dans de grandes fouilles concédées par les autorités grecques (notamment à Délos dès 1873, plus tardivement à Delphes, en 1891), dans un contexte de forte concurrence avec l’Institut archéologique allemand d’Athènes (fondé en 1873), en charge de l’exploration d’Olympie depuis 1874. Les règles de fonctionnement de l’EFA sont celles fixées par la réforme de 1874, menée par Albert Dumont (qui complète la précédente réforme de 1850)22. Placée sous le contrôle scientifique de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, qui impulse les travaux et à laquelle les jeunes Athéniens doivent rendre compte de leurs activités sous la forme de mémoires de recherche23, l’École accueille les jeunes savants pour trois ans. Le nouvel Institut de correspondance hellénique (1876) permet, par les séances publiques qu’il organise, de renseigner, d’informer et de stimuler les nouvelles recherches. L’École dispose aussi d’outils pour réunir ces faits et les diffuser. Il s’agit notamment du Bulletin de correspondance hellénique (dont le premier numéro paraît en 1877). Plus qu’une simple revue, le Bulletin est un outil pédagogique pour former les jeunes Athéniens : « grâce à lui, la préparation, la correction de chaque fascicule devint, pour les membres de l’École, un exercice pratique dont ils sentirent vite le prix », affirme Georges Radet24. Tandis que l’archéologie s’affirme en France comme une discipline à part entière, l’EFA contribue puissamment à l’élaboration d’une véritable méthode scientifique, inspirée par l’Altertumswissenschaft. Outre les fouilles auxquelles participent les Athéniens, Albert Dumont et Paul Foucart les initient à l’épigraphie et à l’élaboration de corpus de sources fondées sur le classement chronologique, typologique, géographique et la mise en série des vestiges recueillis lors des fouilles ou des voyages réalisés en Grèce et en Asie mineure. Dès lors, les jeunes Athéniens ne sauraient se contenter de confronter les textes anciens aux vestiges immédiatement visibles.

  • 25 Voir notamment Trigger, 1984.
  • 26 Paris, 1892a, p. IX.
  • 27 Ibid., p. VIII-IX.
  • 28 Ibid., p. 8. Sur ces questions, cf. Fittschen, 1996.

9Si Pierre Paris semble avoir obtenu rapidement le soutien de l’EFA et de son directeur, comme en témoignent la note insérée dans le Bulletin de correspondance hellénique de 1883, son projet doit aussi être validé par les autorités grecques. En effet, soucieux de protéger son patrimoine face à la rapacité d’une « archéologie impérialiste » venue d’Europe occidentale25, le jeune État grec s’est doté d’une législation stricte. Dès 1827, l’exportation des antiquités est interdite ; depuis 1834, un Service archéologique est chargé de la concession des chantiers de fouilles et de leur surveillance. S’il explore le site d’Élatée dès août 1883, Pierre Paris doit ainsi attendre la fin du mois de novembre pour que « l’Éphorie générale des Antiquités [pût] désigner un commissaire, le regretté Stamatakis, qui conformément à la loi grecque, avait mission d’assister à mes travaux »26. Il est parfaitement conscient de la double dimension politique de la recherche archéologique (concurrence entre savants étrangers et nationalisme archéologique de l’État grec) et en fait même un argument pour justifier le choix de fouiller à Élatée. Paris affirme ainsi « qu’à côté de l’exploration des grands temples de la Grèce, qui exige des dépenses considérables, et que le patriotisme des archéologues grecs abandonne rarement aux étrangers, l’étude d’un sanctuaire de modeste importance, à peine connu même, comme celui d’Athéna Cranaia pourrait offrir quelque intérêt »27. Le rôle joué par l’EFA dans les fouilles de Délos, Delphes ou Thasos, la présence en Grèce de savants anglais, allemands, autrichiens, italiens, etc., conduit à nuancer ces propos : n’oublions pas qu’il s’agit surtout de confier un chantier à un jeune savant inexpérimenté qui a tout à apprendre, ou presque, en matière d’archéologie. La présence de savants étrangers sur le sol grec donne d’ailleurs lieu à une forte compétition scientifique. Celle-ci est parfois attisée par la situation internationale et par les déséquilibres du moment. L’affrontement entre Français et Prussiens en 1870-1871 trouve ainsi, d’une certaine façon, un prolongement en Grèce, sur le terrain scientifique cette fois. Les travaux de Pierre Paris n’évoquent que très exceptionnellement cette atmosphère imprégnée de nationalisme et d’esprit revanchard. Toutefois, il semble y faire discrètement allusion dans le premier chapitre de sa thèse. Dans un développement consacré à l’opposition entre les Phocidiens et les Thessaliens, il écrit, en sortant du cas particulier pour généraliser son propos, que « par antagonisme de race, plus encore sans doute par une de ces haines subites et implacables, naturelles entre deux peuples limitrophes dont les intérêts et l’ambition se heurtent chaque jour par-dessus des frontières indécises, les Phocidiens et les Thessaliens étaient ennemis héréditaires »28.

  • 29 Paris, 1892a, p. IX.
  • 30 Ibid., p. VIII.
  • 31 Ibid., p. VIII.
  • 32 Ibid., p. X.
  • 33 Ibid., p. VIII.
  • 34 Heuzey, 1886, p. 100-101. Le souci de la prise en compte de l’ensemble des vestiges matériels condu (...)

10Élatée offre ainsi l’avantage de ne heurter aucune sensibilité, s’agissant « d’un sanctuaire de modeste importance »29. Un site peut-être secondaire, mais qui offre cependant des perspectives intéressantes : la quête de l’objet rare et beau n’est pas absente chez Pierre Paris qui espère que le sol élatéen puisse « cacher bien des marbres sous son épais tapis d’herbes et de chênes-verts »30. Toutefois, le primat du bel objet, qui est le propre de l’antiquaire, s’efface rapidement devant une démarche véritablement archéologique qui reflète les évolutions récentes qui ont transformé l’EFA. Il s’agit désormais de révéler l’existence des cultures anciennes et d’en écrire l’histoire. On s’appuie pour cela sur les fouilles et la publication rigoureusement organisée des sources matérielles qu’elles révèlent, en tenant compte de tous les vestiges, même les plus modestes. Pierre Paris se penche ainsi sur les « fragments du temple écroulé », mais également sur les « débris céramiques »31, la sculpture, les textes épigraphiques et se propose de faire « une exploration aidée de sondages »32 à Élatée. Aussi secondaire soit-il, le territoire de la cité et du sanctuaire présente un intérêt pour le jeune archéologue. Il ne doute pas de faire œuvre utile, d’autant que « l’abandon des lieux, que fréquentent seuls quelques bergers, laissait penser que les ruines avaient été plutôt envahies par les terres que pillées par les hommes »33. Dans le compte rendu qu’il lit devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres lors de la séance du 22 janvier 1886, Léon Heuzey reconnaît lui aussi que le temple « n’est pas, malgré la brève description de Pausanias, un de ces emplacements célèbres, où le moindre coup de pioche a un écho retentissant ; mais les recherches, justement parce qu’elles y étaient limitées à un emplacement restreint et isolé de toutes parts, pouvaient faire espérer des découvertes d’une précision particulière. La perspective d’un résultat utile à la science a décidé M. Paris, et il a été récompensé de son zèle par un sérieux succès »34.

  • 35 Paris, 1892a, p. X.
  • 36 Ibid.

11Précisons que si Pierre Paris conçoit sa thèse comme une monographie de la ville d’Élatée, elle se compose en réalité de deux parties bien distinctes (fig. 2). La principale (même si elle figure dans le « Livre Second ») concerne les résultats du déblaiement du temple d’Athéna Cranaia (127 pages et l’essentiel des 109 pages d’appendices), reflétant l’intérêt de la communauté savante de l’époque pour les sanctuaires. Les recherches menées sur le site de l’ancienne ville principale de Phocide sont quant à elles beaucoup plus sommaires, clairement subordonnées aux premières (69 pages). En réalité, il ne s’agit pas de fouilles. Pierre Paris reconnaît que n’ayant utilisé ni tout l’argent ni tout le temps dont il disposait pour fouiller le sanctuaire, il en a profité pour explorer le sol d’Élatée qui, « trop souvent ravagé, où presque partout d’ailleurs le rocher affleure sous une mince couche d’humus, n’est pas favorable à des fouilles méthodiques »35. Il se contente donc d’une « exploration aidée de sondages »36.

Fig. 2. Structure de la thèse de Pierre Paris

Structure d’ensemble

Nombre de pages

Nombre de figures

Dédicace à Paul Foucart

1

0

Avant-propos

5

0

LIVRE PREMIER – LA VILLE D’ÉLATÉE

69

6

Chapitre I – Origine et histoire d’Élatée

19

0

Chapitre II – Les ruines d’Élatée d’après Pausanias et les voyageurs modernes

12

3

Chapitre III – Exploration des ruines. L’acropole. La ville. La nécropole

21

3

Chapitre IV – Les inscriptions

12

0

LIVRE SECOND – LE TEMPLE D’ATHÉNA CRANAIA

127

4

Chapitre I – Situation du temple. Aspect des ruines avant les fouilles

14

0

Chapitre II – Les fouilles. État actuel du temple

9

2

Chapitre III – Restitution du temple. Plan. Élévation

19

0

Chapitre IV – La sculpture au temple d’Athéna Cranaia. Polyclès et sa famille. Xénocratès

19

1

Chapitre V – Les ex-voto

39

1

Chapitre VI – Les inscriptions

19

0

CONCLUSION

8

0

APPENDICES

109

59

Appendice I – Inscriptions d’Élatée et du temple d’Athéna Cranaia (64 inscriptions répertoriées)

43

0

Appendice II

5

4

I. Catalogue des débris d’architecture en terre cuite trouvés au temple d’Athéna Cranaia

5

4

II. Catalogue des fragments de sculpture trouvés au temple d’Athéna Cranaia

2

0

Appendice III – Catalogue des ex-voto du temple d’Athéna Cranaia

40

25

Terres-cuites

23

5

— Pyramides et cônes votifs

2

0

— Vases

4

3

— Objets en métal

7

9

— Objets de toilette

5

5

— Objets en os

2

2

— Verre

2

0

— Objets divers

2

1

Appendice IV – La pierre de Cana

14

1

Appendice V - La langue des inscriptions élatéennes

3

0

Appendicecorrigenda

4

0

Imprimatur du Vice-rectorat de l’Académie de Paris

1

0

Table des matières

2

0

Planches

15

70

Source : graphique de l'auteur

12Présentés dans la deuxième partie de sa thèse, les résultats des recherches menées au sanctuaire d’Athéna constituent donc l’axe principal de son travail. Ils sont présentés selon un plan rigoureux, qui répond aux exigences méthodologiques fixées par Albert Dumont et ses successeurs depuis les années 1870.

2. Les fouilles du sanctuaire d’Athéna Cranaia : d’une archéologie romantique à une archéologie scientifique

  • 37 Pausanias X, 34, 7 : Ἐλατείας δὲ ὅσον σταδίους εἴκοσιν ἀφέστηκεν Ἀθηνᾶς ἐπίκλησιν Κραναίας ἱερόν· ἡ (...)
  • 38 Paris, 1892a, p. 74-75.
  • 39 Ibid., p. 77.

13L’étude s’ouvre sur un chapitre qui, s’il n’apporte rien de fondamentalement nouveau, constitue comme un état des lieux et un bilan des connaissances dont on dispose alors sur le sanctuaire. Partant des indications sommaires données par le Périégète37, Pierre Paris rappelle les travaux des savants-voyageurs qui l’ont précédé, reconnaissant la dette qu’il a envers eux. Si leurs descriptions sont souvent succinctes, ce sont pourtant ces précurseurs lointains de la géographie historique qui ont permis d’identifier les ruines observées avec les sites d’Élatée et du sanctuaire, une localisation restée longtemps approximative, jusqu’à ce qu’elle soit fixée par Edward Dodwell lors de ses deux voyages en Grèce (1801-1806). Pierre Paris part d’ailleurs des conclusions de ce dernier. Il les estime suffisamment pertinentes pour traduire de l’anglais un passage de son récit38. Il reproduit également une gravure du voyageur anglais (malheureusement la seule image du site transmise par Pierre Paris) qui donne un aperçu de l’état de la muraille sud, faite de gros blocs polygonaux, qui soutient la terrasse du temple (fig. 3). Il rappelle enfin le passage plus récent à Élatée (1877) de l’archéologue allemand Habbo Gerhard Lolling (1848-1894). Dès lors, Paris s’emploie à compléter et corriger leurs conclusions. Il parvient à localiser des « vestiges de route antique »39 conduisant au temple, ainsi que la porte d’entrée du sanctuaire, avant de donner une description précise du téménos. Les murs de soutènement retiennent son attention, notamment les cavités présentes dans le mur Sud (fig. 3) : leur régularité lui laisse penser qu’il ne s’agit pas d’un accident mais qu’il y a là une volonté délibérée, ces trous étant destinés à permettre l’écoulement des eaux de pluie depuis le sol du téménos.

Fig. 3. Le mur Sud de soutènement de la terrasse du temple d’Athéna Cranaia.

a. Gravure empruntée à Edward Dodwell

a. Gravure empruntée à Edward Dodwell

Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, pl. III.

b. État actuel

b. État actuel

Source : [http://www.gaiaelliniki.gr/​2012/​11/​blog-post_2298.html], site consulté le 15 juillet 2014.

  • 40 Reimond, 2013, ainsi que Rouillard, 1996, p. 38-39.
  • 41 Il ne semble pas distinguer clairement ces deux périodes, notant que « bien que l’appareil pélasgiq (...)
  • 42 Ibid., p. 78.
  • 43 Ibid., p. 81.
  • 44 Ibid., p. 80.
  • 45 Ibid., p. 101. Voir également Dodwell, 1819, vol. 2, p. 142: « the temple itself was of small dimen (...)
  • 46 Paris, 1892a, p. 105.
  • 47 Woodward, 2012, p. 424.
  • 48 Ibid., p. 367-368, 386, ainsi que Étienne, 2004, p. 97.

14Ces observations le conduisent à évoquer la chronologie du site, un point sur lequel Pierre Paris reste très flou (une constante dans ses travaux40). N’ayant pas découvert de vestiges architecturaux, céramiques ou épigraphiques des époques mycéniennes et archaïques41, et considérant le mode d’assemblage de la porte plus complexe qu’à Tirynthe ou Mycènes, donc « moins primitif »42, il rejette l’idée d’une acropole antérieure au temple et conclut que les murs d’enceinte en appareil cyclopéen et le temple datent de la même époque : « c’est tout simplement que la poussée de cette masse incohérente devait être très forte, et qu’il fallait lui opposer un obstacle très résistant »43. Pierre Paris se contente d’affirmer que « tout cet ensemble de constructions ne remonte pas à une très haute antiquité »44. Cependant, il précise plus loin la chronologie du temple. Les détails architecturaux qu’il observe, et les remarques déjà formulées par Edward Dodwell45, conduisent Pierre Paris à rapprocher le temple élatéen de l’Héphaïstéion d’Athènes (une analogie sur laquelle il fonde aussi ses hypothèses relatives à l’organisation intérieure de l’édifice) : « il nous apparaît comme régulièrement construit suivant le canon dorique le plus généralement usité au ve siècle. Mais il est fort possible qu’il soit antérieur à cette époque. En effet, si on le compare au Théseion d’Athènes, dont le souvenir s’est présenté le premier à notre esprit, comme à l’esprit de Dodwell, parce que les deux édifices ont à peu près la même grandeur, et qu’ils sont tous les deux de la forme périptère hexastyle, ayant treize colonnes sur le grand côté, on voit qu’il devrait être d’aspect plus bas et plus lourd ; les colonnes ont 4,40 m, seulement, tandis que celles du Théseion ont 5,70 m ; et de plus l’entrecolonnement est diastyle à Élatée, tandis qu’il est eustyle (2 diamètres ½) à Athènes. Il faut ajouter que le Théseion était tout entier construit en marbre, tandis que l’architecte du temple d’Athéna avait fait un large emploi de la terre cuite ; c’est là, selon M. Dœrpfeld dont l’autorité est grande en ces matières, une preuve d’antiquité »46. C’est donc grâce aux méthodes propres à l’histoire de l’art et l’architecture que Pierre Paris affine la datation du temple. Les conclusions des spécialistes n’ont guère évolué sur ce point : si l’on admet la chronologie retenue par Robert Woodward pour le temple d’Élatée (entre 500 et 475 av. J.-C.)47, rappelons que le temple de l’Agora d’Athènes est quant à lui édifié à partir du milieu du ve siècle av. J.-C48.

  • 49 L’épiclèse Κραναία dériverait de κράνος (le casque), renvoyant à la figure d’une Athéna guerrière, (...)
  • 50 Ibid., p. 86. La banque de données des épiclèses grecques du Centre de Recherche et d’Étude des Soc (...)

15Après avoir identifié, décrit et daté l’espace sacré, Pierre Paris s’attache à expliquer le nom du temple et de la divinité. Il part d’une inscription figurant sur une petite stèle livrée par les fouilles, τὸ ἱερὸν τᾶς Ἁθανᾶς ἐν Κράναις. Rejetant le sens religieux avancé par Friedrich Gottlieb Welcker (1784-1868) et Édouard Gerhard (1795-1867)49, il opte pour une interprétation philologique et géographique. Ainsi, ἐν Κράναις serait la forme dorienne de ἐν Κρήναις (par référence aux sources ou fontaines) : « nous avons dit que tout autour du pic où s’élevait le temple les replis de montagnes cachent de frais torrents, et que tout près du sommet […] s’échappe du roc une eau vive et claire. Cette source bienfaisante, où venaient sans doute s’approvisionner les prêtres et les servants du temple, a bien pu suffire à donner son nom à la montagne », et donc au temple50.

  • 51 Ibid., p. 94.
  • 52 Ibid., p. 96-97.
  • 53 Ibid., p. 107-108.
  • 54 Ibid., p. 108-109.

16L’attention de Pierre Paris se porte ensuite sur l’édifice en lui-même et son environnement immédiat. Il souligne notamment l’existence d’un mur de soutènement le long du côté Est du temple, où la montagne « se coupe brusquement et tombe en précipice. […] Le portique devait y perdre quelque chose de son élégance et de sa légèreté ; […] mais ce que l’édifice perdait en sveltesse, il le gagnait en solidité et en sécurité »51. Les fondations du temple sont identifiées, tout comme une partie du stylobate et les bases de huit colonnes renversées que le jeune archéologue décide de redresser (il justifie son choix en s’appuyant sur plusieurs détails architecturaux)52. Ses conclusions sont rassemblées dans un plan et deux planches qui sont commentés dans le texte (fig. 4 et 6). Si la restitution du temple qu’il offre au lecteur lui semble vraisemblable (fig. 6), Pierre Paris reste prudent dans ses conclusions qui ne reposent que sur d’infimes traces visibles de l’édifice antique (concrètement, une bande du stylobate sur le grand côté Est portant cinq bases de colonnes). Ces hypothèses concernent surtout la disposition intérieure du temple dorique qu’il décrit comme périptère hexastyle diastyle : il imagine ainsi une entrée sur la face Nord, un pronaos, un naos et un opisthodome. La restitution du dallage et des deux colonnes qui marquent l’entrée du pronaos et de l’opisthodome sont tout aussi hypothétiques, de même que l’élévation du temple qu’il propose (fig. 7). Ces conclusions reposent toutefois sur des mesures prises sur le site et sur la découverte de plusieurs vestiges architecturaux en pierre calcaire (et non en marbre) : plusieurs chapiteaux appartenant à deux types différents, des fragments du larmier (qui révèlent des traces de polychromie), de triglyphes, des restes de la décoration en terre cuite comme des gargouilles en forme de mufle de lion ou des antéfixes, ou encore les tuiles portant pour certaines des estampilles. L’historien de l’art rejoint ici l’archéologue. Pierre Paris souligne ainsi les qualités esthétiques du travail des coroplathes : « ces différents morceaux ne sont de style ni médiocre ni banal. […] Les antéfixes, au moins, et surtout la gouttière ornée de mufles de lions prouvent que l’obscur sanctuaire d’Athéna Cranaia, perdu sur un pic phocidien, fut décoré avec le même soin et le même goût que plus d’un édifice célèbre, et que l’architecte était un artiste vraiment digne de ce nom ». Il n’hésite pas à signaler ces fragments de terre cuite comme « les produits d’une ingénieuse et délicate industrie », des « œuvres d’art »53. Il insiste enfin sur le fait que « l’intérêt de cette série unique réside encore dans la variété que l’ouvrier a su donner, par d’habiles retouches, à des modèles sortis d’un même moule. On reconnaît la main d’un artiste qui s’est plu à donner à chacune de ces figurines identiques un caractère propre. […] Ils sont d’un modèle plus original [que ceux d’Olympie] et semblent moins les produits d’une industrie un peu routinière qui multiplie en grand nombre les épreuves d’un moule invariable »54.

Fig. 4. Le plan du téménos du temple d’Athéna Cranaia

Fig. 4. Le plan du téménos du temple d’Athéna Cranaia

Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, p. 90.

Fig. 5. Le plan du temple d’Athéna Cranaia

Fig. 5. Le plan du temple d’Athéna Cranaia

Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, pl. IV.

Fig. 6. Le plan restauré du temple d’Athéna Cranaia

Fig. 6. Le plan restauré du temple d’Athéna Cranaia

La clé de lecture du plan est donnée dans le texte (p. 100-101) : « sur le plan, nous avons teinté en noir les colonnes subsistantes et en place, en rouge les colonnes restituées ; les hachures noires indiquent la partie du stylobate encore existante, les hachures bleues les plates-bandes de substruction apparentes en l’état actuel ».

Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, pl. V.

Fig. 7. Élévation restaurée du temple d’Athéna Cranaia

Fig. 7. Élévation restaurée du temple d’Athéna Cranaia

Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, pl. VI.

  • 55 Dodwell, 1819, vol. 2, p. 141.
  • 56 Paris, 1892a, p. 200.

17Pierre Paris doit donc se contenter de bien peu de vestiges architecturaux pour imaginer ce que devait être le sanctuaire phocidien dans l’Antiquité. Déjà au début du xixe siècle, Edward Dodwell avait souligné que seuls « some ancient walls and columns were seen upon the hills »55. Il sait que ses travaux ne révèleront guère que des débris enfouis et que « des fouilles plus complètes n’obtiendraient que des résultats sans proportion avec les dépenses nécessaires »56 (d’autant qu’il ne dispose que de deux mois pour mener le projet à son terme). Qu’en est-il justement de la méthode et des techniques employées par Pierre Paris sur le chantier ?

  • 57 L’EFA n’a conservé aucune trace des travaux de Pierre Paris à Élatée, ni photographie, ni carnet de (...)
  • 58 « Je pensais avoir le temps de faire quelques sondages et de m’éclairer sur l’opportunité de recher (...)
  • 59 Ibid., p. 203.
  • 60 Ibid., p. 90-91.
  • 61 Ibid., p. 89.
  • 62 Ibid., p. 91. Concernant les monnaies byzantines, Pierre Paris ajoute qu’« elles n’ont du reste auc (...)

18Il est malaisé de les reconstituer précisément57. Les conditions de la fouille, parfois difficiles, sont évoquées brièvement pour expliquer le retard pris sur le chantier en raison de l’hiver58. Pour le reste, que l’on invoque son inexpérience ou l’empirisme d’alors, on ne peut que constater la rareté des informations dont on dispose sur ses conceptions de la fouille et l’enregistrement des données. La topographie du sanctuaire est décrite à plusieurs reprises. Pierre Paris parle d’« un épais tapis d’herbes et de chênes-verts », de « buissons épineux », et d’« une assez grande épaisseur de terre végétale ». Dès lors, l’objectif de la fouille est de décaper le sol du sanctuaire qui pourrait dissimuler des restes du temple écroulé, des débris céramiques ou encore des inscriptions. Il s’agit de dégager la surface du téménos, de « mettre à nu le roc »59 (il évoque une couche de terre allant de cinquante centimètres à deux mètres60). Ailleurs, il précise que « nous avons, pour retrouver les vestiges de ces constructions, ouvert des tranchées dans tous les sens à l’intérieur de l’enceinte sacrée »61. Ce déblaiement est nécessairement destructeur. Il sacrifie les niveaux d’occupation les plus récents du site. Ces dommages irréparables ne sont d’ailleurs pas passés sous silence. Pierre Paris explique ainsi que l’espace du temple d’Athéna était occupé par un grand nombre de murs de l’époque byzantine (des monnaies portant l’effigie de Justin II ont été retrouvée dans les déblais) : « nous avons dû démolir toutes ces murailles parasites, et même défoncer un assez large morceau de mosaïque grossière pour arriver jusqu’aux fondations mêmes du temple et en retrouver le plan primitif »62. Le jugement est lapidaire ; le vocabulaire mobilisé montre que les vestiges de l’Antiquité grecque sont fortement valorisés, perçus comme supérieurs, tandis que les traces laissées par les époques postérieures, jugées barbares, sont considérées comme sans intérêt.

  • 63 Jockey, 1999, p. 147-153.
  • 64 Darcque, 1996, p. 316. Précisons cependant que les grands chantiers ouverts à partir de 1891 (Delph (...)

19La technique mise en œuvre reflète parfaitement la pratique de la fouille extensive, systématique, qui est alors celle des archéologues63. Ce travail difficile, confié à un novice, se déroule à une époque où les cadres méthodologiques sont bien minces. Plus qu’une méthode, en réalité absente, c’est davantage une démarche que l’on inculque aux jeunes Athéniens, fondée sur l’observation des affleurements des vestiges et la lecture des sources anciennes. Ce travail empirique ne peut donc pas être reproché à Pierre Paris. Il est alors d’usage. Il faudra attendre les années 1950 pour que se renouvellent les méthodes sur le terrain sous l’impulsion de Paul Courbin, introducteur à l’EFA de la méthode stratigraphique élaborée dès les années 1930 par Mortimer Wheeler et théorisée en 1954 dans son Archaeology from the earth. Auparavant, « P. Courbin, comme la plupart de ses collègues en Grèce, applique une méthode de fouille dont la principale caractéristique est de ne pas exister. De très nombreux ouvriers, peu et mal encadrés, « dégagent » des murs en les suivant. Le principal objectif est d’atteindre le sol vierge aussi vite que possible, tout en collectant un grand nombre d’objets. La stratification n’est pas ignorée, mais rarement observée, jamais relevée pour elle-même, quelquefois reconstituée après coup »64. Telles sont les conditions dans lesquelles Pierre Paris mène son chantier de fouille en Phocide.

  • 65 Paris, 1892a, p. 99.
  • 66 Ibid., p. 90, fig. 7.
  • 67 Ibid., p. 106.
  • 68 Rousset, 2012, p. 19. Pierre Paris y fait lui-même plusieurs fois référence. Voir également Jockey, (...)

20L’enregistrement des données reste quant à lui très approximatif. Si la stratigraphie est à peu près complètement négligée (ce qui n’a rien d’exceptionnel à l’époque), Pierre Paris s’efforce cependant de consigner des « mesures que nous avons prises avec soin »65 afin de dresser le plan d’ensemble du sanctuaire. Les documents élaborés à partir de ces relevés permettent d’avoir une idée d’ensemble de l’organisation du site. À ce titre, les illustrations archéologiques de la thèse pariséenne constituent un outil précieux qui complète les descriptions rédigées par l’auteur. Au croquis d’ensemble du téménos66 (fig. 4), qui semble avoir été réalisé par Pierre Paris lui-même (lequel déplore – non sans raison semble-t-il – son « inexpérience de dessinateur »67), s’ajoutent les plans du temple réalisés par l’architecte Victor-Auguste Blavette (1850-1933) (pl. IV et V, fig. 5 et 8) et l’élévation restaurée (pl. VI, fig. 7) que l’on doit au photographe Albert Fernique (1841-1898). La volonté de produire un outil rigoureux et scientifique est évidente. Elle témoigne des avancées de la méthode archéologique, là où le recours à la gravure, au caractère plus pittoresque, est aussi plus approximatif. D’une certaine façon, la présence des planches réalisées par Blavette et Fernique, à partir de mesures mathématiques, à côté de la gravure de Dodwell (pl. III, fig. 3), est un des signes du passage d’une archéologie romantique à une archéologie qui se veut plus scientifique. Plus généralement, l’iconographie participe du processus d’enregistrement des données. Si l’étude pariséenne est parcourue de gravures, l’auteur a pris soin de reproduire les pièces les plus significatives (débris architecturaux, fragments de sculptures et d’ex-voto) grâce à la photographie, selon la technique de l’héliographie (pl. I, II et VII à XIII), donnant parfois plusieurs vues du même objet selon un angle différent. Depuis les années 1870 en effet, le recours à la photographie tend à se généraliser malgré son coût, lequel explique la place importante que conserve le dessin. Elle facilite la diffusion de l’information archéologique, d’autant que l’essentiel des objets mis au jour ne quittera pas le sol phocidien et rejoindra la petite collection rassemblée dans l’ancienne école communale transformée en musée à Élatée, ou celle du musée d’Athènes (pour les pièces les plus significatives)68.

  • 69 CRAI, 1884, 28, 2, p. 193. Voir également Heuzey, 1886, p. 100. L’ouvrage rédigé par Pierre Paris, (...)
  • 70 Paris, 1892a, p. 110.
  • 71 Ibid., p. 110-118.
  • 72 Ibid., p. 209-251.
  • 73 Ibid., p. 253-298.

21Enfin, la démarche scientifique de Pierre Paris apparaît à travers l’approche typologique mise en œuvre. Nous avons rappelé que les jeunes Athéniens étaient initiés à l’élaboration de corpus de sources fondés sur le classement chronologique, typologique, géographique et la mise en série des vestiges recueillis lors des fouilles. Pierre Paris a déjà été confronté à cet exercice austère, puisque lorsqu’il commence à fouiller le sanctuaire d’Athéna, le 7 mai 1884, il a déjà fait parvenir à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres son Supplément au catalogue des figurines en terre cuite du musée de la Société archéologique d’Athènes qui est réceptionné le 30 mai 188469. La méthode acquise est réinvestie dans ses travaux élatéens, selon les exigences de l’époque. Ayant noté la présence d’un grand nombre de tuiles en terre cuite inscrites, il estime que « ces humbles documents, trop souvent négligés » (une remarque qui témoigne déjà d’une nouvelle conception de l’objet archéologique), méritent d’être répertoriés70. Il en dresse donc le catalogue, tout en recensant celles qui ont été découvertes sur d’autres sites grecs71. Mais l’essentiel de ce travail de classement figure en appendice de la thèse. Il s’agit du catalogue des inscriptions recueillies à Élatée et au temple d’Athéna Cranaia, y compris celles recopiées par les voyageurs qui ont précédé Pierre Paris (dont il corrige parfois la transcription)72 ; s’ajoutent le catalogue des débris architecturaux, des fragments de sculptures et celui des ex-voto découverts, par ailleurs illustrés de nombreuses gravures73. Le catalogue des ex-voto est le plus riche et le plus complexe : il est organisé en tenant compte de la typologie et de la morphologie des objets, mais aussi selon des critères thématiques et chronologiques (qui ne sont toutefois pas systématiques). Ces vestiges ne sont pas seulement catalogués, ils sont étudiés dans les chapitres 4 à 6, au sein desquels les intérêts de l’archéologue rejoignent ceux du philologue et de l’historien de l’art.

3. L’archéologie pariséenne, entre philologie et histoire de l’art

  • 74 Voir Paris, 1889a ; 1889b ; 1892b ; 1895 et 1897.
  • 75 Paris, 1892a, p. 119.

22Avec le chapitre sur la sculpture du temple d’Athéna Cranaia, Pierre Paris aborde pour la première fois ce qui deviendra par la suite l’un de ses thèmes de prédilection, celui de la sculpture grecque74. S’il reconnaît que « les Phocidiens n’ont pas marqué leur place dans le développement artistique de la Grèce »75, les fragments révélés par ses fouilles, aussi infimes soient-ils, lui permettent d’éclaircir deux questions, dont l’une a déjà suscité des débats parmi les spécialistes. Les vestiges découverts étant peu nombreux et très fragmentaires, l’archéologue convoque la philologie et l’histoire de l’art, l’épigraphie et la numismatique devant éclairer les objets exhumés (et réciproquement).

  • 76 Pausanias, X, 34, 8, trad. Clavier, Paris, 1831 : Τὸ δὲ ἄγαλμα ἐποίησαν μὲν καὶ τοῦτο οἱ Πολυκλέους (...)
  • 77 Paris, 1892a, p. 121.
  • 78 Ibid., p. 122.
  • 79 Ibid., p. 123-124.
  • 80 Ibid., p. 124.

23Partant du témoignage de Pausanias, il rappelle que la statue de culte d’Athéna Cranaia, comme celle de l’Asclépiéion d’Élatée, est l’œuvre des artistes athéniens Timoclès et Timarchidès, fils de Polyclès l’Ancien : la statue de la déesse est aussi l’ouvrage des fils de Polyclès ; elle est armée comme pour aller au combat, et on a représenté sur son bouclier le même sujet qu’on voit à Athènes sur celui d’Athéna nommée Parthénos76. Pierre Paris pense avoir découvert plusieurs fragments de cette œuvre, remployés dans la construction des murs d’époque byzantine. Il parvient à rapprocher trois de ces fragments qui « s’appliquent exactement l’un contre l’autre de manière à former un ensemble », et qui correspondent à une statue plus grande que nature. Il en conclut que « ces débris si humbles » sont les restes de la statue de culte de la déesse, « systématiquement brisée pour servir à des constructions barbares »77. Curieusement, il n’en donne aucune reproduction, que ce soit sous la forme d’un dessin ou d’une photographie, se contentant de les décrire : « sur une plaque de marbre mal dégrossie, qui devait être recouverte de métal et engagée dans une cavité du piédestal, s’élèvent les plis inférieurs d’une robe de femme, taillés dans le même bloc. On voit que l’étoffe se gonfle sous l’effet du vent ou d’une marche rapide, et ce paquet de draperies rejeté en arrière comme dans les Victoires servait habilement à équilibrer l’inclinaison de la figure penchée en avant. Le fragment a environ un mètre de hauteur et s’arrête au-dessous des genoux »78. Si cette attitude, qui suggère le mouvement, concorde avec Pausanias qui parle lui d’une déesse « armée comme pour aller au combat », ces quelques fragments ne lui permettent pas de donner une restitution précise de l’allure générale de l’œuvre. Ici, c’est la numismatique qui vient à son secours. L’Athéna combattante figurée sur certaines monnaies élatéennes, publiées par Anton Prokesch von Osten (1795-1876) et dont il a lui même trouvé un exemplaire, reproduirait en réalité la statue de culte réalisée par les fils de Polyclès (fig. 8). Pierre Paris rappelle toutefois les objections avancées par le numismate Friedrich Imhoof-Blumer (1838-1920) et l’archéologue Percy Gardner (1846-1937) : ces derniers, qui ont publié une monnaie d’Élatée figurant une Athéna représentée comme palládion, considèrent que le texte de Pausanias est trop vague pour que l’on puisse affirmer que la statue de culte se rapprochait de l’une ou l’autre attitude. Pierre Paris rejette toutefois leurs conclusions : le drapé observé sur le fragment découvert correspond davantage à une Athéna représentée comme prómakhos, dans l’élan du combat, que comme palládion, armée mais au maintien rigide79. Ainsi, la démarche mise en œuvre témoigne d’une conception positiviste de l’archéologie et du primat accordé à l’objet comme document-source : « après les découvertes des fragments que nous avons décrits, il nous semble qu’il ne peut plus y avoir d’hésitation. Le marbre et la monnaie de Prokesch von Osten s’éclairent l’un par l’autre, et se prêtent un mutuel appui. La monnaie nous aide à reconnaître dans les fragments les restes de l’œuvre des fils de Polyclès, et les fragments prouvent que c’est bien l’Athéna Cranaia, et non pas une autre, qui est représentée sur la monnaie. Il y a accord absolu entre les deux documents »80.

Fig. 8. Monnaie d’Élatée figurant Athéna au combat

Fig. 8. Monnaie d’Élatée figurant Athéna au combat

Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, p. 122.

  • 81 Ibid., p. 136-137. Elle apparaît sur un piédestal avec une épigramme en vers transcrite dans le cat (...)
  • 82 Loewy, 1885. Il y reproduit l’estampage de Pierre Paris (n° 241, p. 393).
  • 83 Paris, 1892a, p. 125-126.
  • 84 Voir Marcadé, 1996, p. 190-191 (n° 85). Sur la signature de cette statue, voir Marcadé, 1957, notic (...)
  • 85 Sur la généalogie de la famille de Polyclès, voir également : Collignon, 1897, vol. 2, p. 622-624 ; (...)

24Les fouilles pariséennes révèlent par ailleurs deux autres documents qui viennent compléter le corpus relatif aux signatures des sculpteurs grecs. L’une mentionne un certain Xénocratès, fils d’Ergophilos81. C’est toutefois une seconde inscription, plus modeste, trouvée sur une corniche moulurée en marbre blanc appartenant à un piédestal de statue, qui retient l’attention du jeune archéologue. Elle lui permet d’entrer dans le débat de la généalogie incertaine de la famille de Polyclès. Il s’agit en réalité de deux fragments que Pierre Paris rapproche grâce au décor sculpté identique (un estampage est envoyé à Emanuel Loewy (1857-1938), à sa demande, alors qu’il travaille à son Inschriften Griechischer Bildhauer82) : « on lit, en caractères du second siècle avant Jésus-Christ : ΓΟΛΥΚΛΗΣΤΙ[Μ et sur un autre fragment semblable, décoré de la même façon, il reste un trait vertical avec une légère amorce oblique à gauche. Après ce débris de lettre il y a un blanc, ce qui indique certainement une lettre finale »83. Si rien ne subsiste de la statue, pas même son sujet, elle est l’œuvre d’un Polyclès qui ne peut pas être Polyclès l’Ancien. S’appuyant sur l’ensemble des sources littéraires qui évoquent la famille du sculpteur (notamment Pline l’Ancien) et sur les autres documents épigraphiques alors connus, il restitue ainsi l’inscription d’Élatée : Πολυκλῆς Τιμ[αρχίδου Ἀθηναῖος ἐποίησε]ν. Cette œuvre inconnue serait donc celle de Polyclès, fils de Timarchidès (l’un des auteurs de la statue de culte d’Athéna Cranaia) et petit-fils de Polyclès l’Ancien. Pierre Paris est ainsi en mesure de fixer la généalogie de la famille sur trois générations. En revanche, il se trompe en refusant les conclusions de Théophile Homolle (1848-1925) et Emanuel Loewy qui distinguent deux Timarchidès. Renvoyant à la signature présente sur la statue de Caius Ofellius Ferus trouvée à Délos84, œuvre de Dionysios et Timarchidès, il y voit l’œuvre du père et du fils alors qu’il s’agit de l’oncle et du neveu, le Timarchidès de Délos étant le fils du Polyclès d’Élatée85.

  • 86 Heuzey, 1886, p. 102.
  • 87 Jeammet, 2003 ; 2001.
  • 88 Pottier et Reinach, 1887. Alphonse Veyries, Athénien et ancien compagnon de Pierre Paris à l’ENS (p (...)
  • 89 CRAI, 1884, 28, 2, p. 193. Voir également Heuzey, 1886, p. 100. Malgré nos efforts et l’aide apport (...)
  • 90 Heuzey, 1882. Voir aussi Heuzey, 1883. Ce dernier ouvrage, après une rapide introduction, présente (...)
  • 91 Paris, 1892a, p. 140.
  • 92 Pierre Paris en profite ainsi pour dresser un inventaire des temples grecs qui ont fourni des terre (...)

25Les nombreux ex-voto du temple retiennent également l’attention du jeune archéologue. L’étude qu’il y consacre constitue l’un des principaux apports de sa thèse, comme le rappelle Léon Heuzey : « nous arrivons à ce qui fait surtout l’intérêt et la nouveauté des découvertes de M. Paris : ce n’est pas le principal, c’est l’accessoire ; ce sont les objets d’une importance secondaire qui, par leur abondance et leur variété, fournissent tout un ensemble de renseignements précieux. Le plus grand nombre de ces objets sont en terre cuite et l’on peut dire qu’il y a là un chapitre ajouté à l’histoire de la céramique grecque »86. Il est vrai qu’il s’agit là d’un thème d’actualité, mis à l’honneur par les fouilles menées sur la nécropole de Tanagra87 (1870), ou à Myrina sous la direction d’Edmond Pottier, Salomon Reinach et Alphonse Veyries88 (1880-1882). Rappelons que Pierre Paris est lui-même l’auteur d’un Supplément au catalogue des figurines en terre cuite du musée de la Société archéologique d’Athènes, resté inédit, qui vient compléter le Catalogue des figurines en terre cuite du musée de la Société archéologique d’Athènes de Jules Martha (1880), qui dressait une description de la collection dans son état de juillet 187989. Au même moment, Léon Heuzey travaille à son Catalogue des figurines antiques de terre cuite du musée du Louvre90. Pierre Paris s’efforce d’ailleurs de situer ses travaux dans le sillage de ses prédécesseurs, expliquant que « toute mutilée qu’elle soit, cette collection a un grand avantage qu’une seule, celle de Myrina, a au même degré ; la provenance en est absolument sûre, ainsi que la destination »91. En outre, il s’agit d’une collection provenant intégralement d’un temple, et non d’une nécropole, ce qui fait l’originalité de la collection élatéenne par rapport à celles de Myrina et Tanagra92.

  • 93 Ibid., p. 161.
  • 94 Ibid., p. 162.
  • 95 Ibid., p. 164.

26Parmi les nombreux vestiges découverts, il distingue deux types d’ex-voto : ceux qui se rapportent directement au culte de la divinité (statuettes, têtes d’Athéna, bouclier) et ceux qui n’ont aucun lien évident avec lui, les « figurines de genre, dont le sujet, comme le style, varie à l’infini »93 (représentations de divinités et de héros mythologiques, masques et bustes estampés, figurines grotesques, animaux, etc.). Cette classification amène Pierre Paris à prendre position dans le débat qui anime la communauté savante quant au sens à donner à ces figures sans lien apparent avec le culte de la déesse à laquelle elles sont consacrées. S’appuyant sur les travaux d’Edmond Pottier, Pierre Paris souligne d’une part que « ce monde d’argile »94 repose essentiellement sur un artisanat qui produit en série, et qu’ensuite la nature de l’objet importe peu : « les mêmes sujets, les mêmes personnages, les figurines sorties de moules tout à fait identiques, se trouvent dans les temples et se trouvent dans les tombeaux. Sortant des mains du coroplaste, étalées à l’auvent des boutiques, toutes ces statuettes diverses n’ont a priori ni sens religieux, ni sens funéraires […]. Les terres cuites sont indifférentes par elles-mêmes ; l’intention seule de celui qui les consacre ou les enterre établit entre elles une distinction »95. Quant à l’origine des figurines, Pierre Paris s’appuie sur l’étude de la couleur de la terre utilisée et les détails de leur fabrication pour identifier des ateliers. Les origines sont diverses, mais il rapproche l’essentiel de la collection du style tanagréen, les ateliers de la cité béotienne proche d’Élatée ayant pu satisfaire la demande des fidèles phocidiens.

  • 96 « Alors que nos musée sont riches de tant de figurines intactes, parées encore de leurs tendres cou (...)
  • 97 Léon Heuzey n’hésite pas à parler d’« art populaire », de « fragiles merveilles » ou encore de « cr (...)
  • 98 Notamment en ce qui concerne la sculpture délienne. Reimond, 2013.
  • 99 Paris, 1892a, p. 169.
  • 100 Ibid., p. 170. Elle est reproduite pl. IX, fig. 11.
  • 101 Ibid., p. 171-172. Il est reproduit pl. IX, fig. 5 et 51. Pierre Paris précise d’ailleurs que face (...)
  • 102 Ibid., p. 172.
  • 103 Ibid., p. 172. Il s’agit du masque reproduit pl. IX, fig. 4.
  • 104 Ibid., p. 172.
  • 105 Ibid., p. 173.
  • 106 Reimond, 2013. Il s’agit d’un jugement fort répandu à la fin du xixe siècle. Ainsi, Maxime Colligno (...)

27Si les belles pièces mises au jour sont peu nombreuses96, Pierre Paris, à la suite de Léon Heuzey97, valorise fortement les qualités artistiques de cet artisanat ; ce regard bienveillant tranche avec ses propos souvent sévères relatifs à la sculpture archaïque98. Il évoque ainsi « le charme piquant et l’élégance spirituelle de ces coquettes petites Tanagres ; […] les têtes d’enfants rieurs, aux cheveux bouclés, pleins de grâce ingénue »99. Les têtes de femmes voilées retiennent son attention, notamment celle d’une femme d’âge mur, « au visage sérieux et serein, encadré dans les plis simples et sans recherche d’un voile épais seyant à sa beauté grave, [qui] révèle l’épouse et la mère ; c’est là, malgré sa petitesse, une œuvre de grand style. […] L’humble artisan devient artiste »100. La valorisation positive qu’il donne des figures féminines est encore plus marquée lorsqu’il évoque les ex-voto provenant, selon lui, d’ateliers locriens. C’est particulièrement le cas dans la description qu’il donne d’un masque féminin qu’il rapproche d’une œuvre similaire découverte dans la nécropole de Bogdano, près de l’antique Hyampolis101. Il entrevoit alors que la coroplathie dépend, dans une certaine mesure, de la grande statuaire : « le profil que nous publions soutient la comparaison […] avec le profil des plus belles têtes classiques. Nous ne croyons pas qu’il soit sorti des boutiques tanagréennes un morceau d’une inspiration aussi haute, d’une facture aussi franche, d’une beauté aussi pure »102. Du reste, Pierre Paris rattache cette œuvre à un type de masques qu’il appelle les « masques de Déméter » et dont il a trouvé plusieurs exemplaires au cours de ses fouilles (ainsi qu’à Bogdano). Il pense donc être en mesure de reconstituer « comme une histoire du type de Déméter » en adoptant la démarche typologique. Les remarques qu’il formule à cette occasion témoignent déjà de son approche ultérieure de la sculpture grecque. Sa curiosité et son intérêt pour l’archaïsme (que l’on découvre à peine) sont suggérés par la description d’un fragment : « l’archaïsme est dans la forme allongée du visage, qui s’amincit aux joues à la hauteur du nez, dans la position des yeux, un peu obliques et très rapprochés du nez, dans la forme aussi de ces yeux, étroits, fendus en amandes, entourés de paupières épaisses et saillantes, dans le dessin de la bouche, aux lèvres charnues, dont les coins se relèvent en souvenir peut-être du sourire qu’ébauchaient les sculpteurs primitifs, dans la rondeur sèche et proéminente du menton »103. Ce fragment élatéen serait « l’origine, le point de départ d’un développement très original »104. Sur d’autres vestiges, il note que « l’archaïsme tend à disparaître […]. Tout imparfaits que soient ces bustes, nous comprenons qu’il n’y a plus qu’un pas à faire pour que les coroplastes atteignent la perfection du genre »105. La démarche suit donc un schéma rigoureusement évolutionniste, reflet de l’approche qui prévaut alors au sein de la communauté scientifique, et qui sera omniprésente dans les travaux de Pierre Paris106.

  • 107 Heuzey, 1886, p. 104. Ces inscriptions figurent dans un catalogue en appendice de la thèse de Pierr (...)
  • 108 Paris, 1892a, p. 180.
  • 109 Sur la Phocide, son territoire et son organisation politique en confédération (koinon), nous renvoy (...)
  • 110 Sur la troisième guerre sacrée et l’amende infligée aux Phocidiens, nous renvoyons à : Ellinger, 19 (...)
  • 111 Paris, 1892a, p. 192.
  • 112 Ibid., p. 192-193.
  • 113 Voir notamment Bourguet, 1897 ; 1905 (notamment p. 37-42) ; 1932 (notamment p. 59-64). Plus récemme (...)

28Il est un dernier dossier abordé par Paris lors de ses fouilles au temple d’Athéna Cranaia. Peut-être s’agit-il du principal apport de ses travaux. Nous faisons référence aux inscriptions découvertes dans le sanctuaire, « des documents historiques d’une réelle valeur », comme le rappellera Léon Heuzey107. Le jeune archéologue les classe en trois catégories. D’abord, les textes qui se rapportent directement au culte d’Athéna, puis ceux qui renvoient à la vie publique de la cité d’Élatée ; enfin, les documents qui sont à mettre en relation avec l’histoire de la Phocide et du monde grec dans son ensemble108. Ces derniers méritent une mention particulière : il s’agit d’une contribution essentielle à l’histoire de la troisième guerre sacrée (356-346). Rappelons brièvement les faits : au ive siècle, le sanctuaire d’Athéna Cranaia est l’un des plus importants de la confédération – koinon – phocidienne. Élatée est quant à elle l’une des principales cités de Phocide109. Située à l’Est de la vallée du Céphise et au pied du mont Kallidromon, la ville a une importance stratégique considérable : elle domine la région environnante et contrôle la route qui, venant du Nord et des Thermopyles, donne accès à la Grèce centrale et à l’Attique. Dans la première moitié du ive siècle, la Phocide est impliquée dans les luttes pour l’hégémonie que se livrent Athènes, Thèbes et Sparte. En 363, Thèbes (qui s’est imposée face aux Spartiates suite à sa victoire à Leuctres en 371) accuse les Phocidiens d’avoir mis en culture des terres sacrées d’Apollon dans la plaine de Krisa. En 356, la Phocide refuse de payer la forte amende qu’on lui impose et riposte en occupant le sanctuaire d’Apollon et en s’emparant du trésor de Delphes : c’est le début de la troisième guerre sacrée (356-346). Ces troubles donnent à Philippe de Macédoine le prétexte pour intervenir dans les affaires grecques. Il est cependant repoussé par les Phocidiens dirigés par Philomélos et Onomarchos (soutenus par Sparte et Athènes). L’année 353 marque cependant le retour en Grèce du roi de Macédoine qui écrase les troupes phocidiennes. Onomarchos est tué. Son frère Phayllos lui succède (il meurt en 352), puis son fils Phalaïcos. En 346, ce dernier, sans ressource financière après l’épuisement du trésor de Delphes, ne peut faire face à une nouvelle incursion macédonienne et capitule. Habilement, Philippe laisse le Conseil de l’amphictionie delphique décider du sort de la Phocide. Le verdict est terrible : les cités phocidiennes sont détruites, les populations dispersées en villages, et elles sont condamnées à verser à l’Amphictionie une lourde amende annuelle de 60 talents d’argent110. C’est sur ce dernier point que les travaux de Pierre Paris enrichissent le corpus des sources disponibles : « nous avons aujourd’hui la preuve, écrit-il, que les clauses relatives à cette amende annuelle furent suivies d’exécution, car les sept inscriptions du temple d’Athéna Cranaia sont justement sept reçus véritables de sept versements faits à Delphes, reçus dont l’authenticité est consacrée par la garantie même de la déesse »111. Le jeune archéologue n’est pas en mesure de préciser la chronologie des versements. Il se contente de préciser que les textes découverts « nous apprennent, par la mention d’archontes choisis dans les différentes villes, que le κοινὸν était déjà reconstitué »112. Il appartiendra à ses successeurs de combler ces lacunes113.

Conclusion

  • 114 Renan, 1876, p. 483.
  • 115 Paris, 1892a, p. 206.
  • 116 Ibid., p. 199 et 204, par exemple.

29Dans la prière qu’il adresse, depuis l’Acropole, à la déesse Athéna, Ernest Renan confesse que pour l’approcher, il lui a fallu « des recherches infinies » : « l’initiation que tu conférais à l’Athénien naissant par un sourire, je l’ai conquise à force de réflexions, au prix de longs efforts »114. Pierre Paris n’aurait sans doute pas renié ces paroles. Son parcours athénien illustre à la perfection cette initiation faite d’efforts et de réflexion. La figure d’un archéologue professionnel à la formation complète, selon les critères d’une jeune discipline qui se veut scientifique, émerge alors peu à peu. Sans évoquer le chantier-école délien, songeons qu’avec le dossier phocidien, Pierre Paris applique une méthode alors moderne : prospections et sondages pour partir en quête des données, fouilles systématiques, enregistrement des données, analyse et datation des objets, publication des résultats (articles, monographie, rédaction de catalogues et de corpus de sources selon la méthode typologique), exposition des objets. L’approche est par ailleurs volontiers pluridisciplinaire, comme le reconnaît l’auteur : « notre livre effleure bien des sciences, géographie, histoire, architecture, épigraphie, plastique ; c’est son défaut, c’est peut-être aussi son mérite »115. Mais in fine, c’est bien une thèse d’archéologie grecque que Pierre Paris offre au lecteur, et il le revendique116.

  • 117 Heuzey, 1892, p. XI.
  • 118 Paris, 1892a, p. 201.
  • 119 Ibid., p. 202. Sa position sera la même lorsqu’il orientera ses travaux vers l’archéologie ibérique (...)
  • 120 Paris, 1892a, p. 206.

30La thèse pariséenne (comme pour Délos) révèle par ailleurs le regard curieux que porte Pierre Paris sur le monde qui l’entoure et sur le passé grec. Il y a chez lui la volonté d’embrasser dans leur ensemble tous les vestiges hérités du passé, y compris les plus modestes. Les propos de Léon Heuzey qui affirmait, en parlant d’Albert Dumont, « qu’il y a [vait] de la bonté chez lui, même pour les choses »117, pourraient tout aussi bien s’appliquer à Pierre Paris. Il est par ailleurs conscient que l’archéologie est une science qui se renouvelle en permanence, au gré des découvertes, et que les conclusions des savants ne peuvent être que provisoires : « tel fragment informe qui nous semble aujourd’hui méprisable, excitera demain nos réflexions ; inutile à neuf archéologues, il intéressera peut-être les travaux d’un dixième ; et dans ce sens, quand l’origine des documents est certaine, quand ils sont lus avec soin et transcrits avec prudence, les plus modestes collections sont précieuses »118. S’il est conscient de ne pas travailler sur un chantier prestigieux, il revendique toutefois « le mérite d’avoir ouvert la voie, et planté des jalons » en fouillant à Élatée119 : « ce n’était pas une cité puissante, ni dont le rôle ait jamais été bruyant ou glorieux ; elle n’était pas cependant méprisable ; et s’il est vrai que l’histoire se fait peu à peu, de recherches patientes et d’études de détail ; si les monographies précises et consciencieuses sont comme les pierres d’appui de l’édifice historique, nous espérons qu’on nous saura gré d’avoir entrepris une monographie d’Élatée antique »120.

  • 121 Radet, 1901, p. 300.
  • 122 Gran-Aymerich, 2007, p. 868-869. Membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres depuis 187 (...)
  • 123 Heuzey, 1886, p. 104. Léon Heuzey apparaît ainsi comme le protecteur et le mentor de Pierre Paris, (...)
  • 124 La recension publiée dans le BCH, 17, 1893, p. 222-223 ne présente aucun intérêt : elle est puremen (...)
  • 125 Voir The American Journal of Archaeology, 1885, 1, 1, p. 93 ; 1885, 1, 2-3, p. 229-230 ; 1885, 1, 4 (...)
  • 126 RA, 1892, 20, p. 138.
  • 127 Ibid., p. 138.
  • 128 Gran-Aymerich, 2007, p. 874-875.
  • 129 Hogarth, 1892, p. 278.
  • 130 Ibid., p. 278.

31Comment la critique a-t-elle accueilli ses travaux ? Georges Radet loue « l’actif explorateur » et rapporte que sous la plume de Pierre Paris, « le temple revit le jour […], sans parler de battues à travers les villages »121. Léon Heuzey122 appuie pour sa part « les heureux résultats de ses fouilles » devant l’Institut, et encourage Pierre Paris à les publier123. D’autres adoptent en revanche un ton plus nuancé124. La plupart des recensions louent le travail épigraphique réalisé par Pierre Paris, qu’il s’agisse des inscriptions découvertes au sanctuaire d’Athéna Cranaia ou sur le site de l’antique Élatée. The American Journal of Archaeology, qui publie au moins quatre comptes rendus, semble suivre avec intérêt les découvertes épigraphiques pariséennes125. La Revue archéologique, en 1892, reconnaît certes, dans un compte rendu non signé, son travail épigraphique et l’intérêt du catalogue des ex-voto, mais rappelle que les fouilles ont été réalisées « dans un coin assez mal connu de la Phocide » et dans « une ville de second ordre », de sorte que « les recherches de M. Paris ne peuvent faire espérer de découvertes bien importantes ». Certes, « la lecture, un peu aride, de l’ouvrage ne sera sans profit ni pour l’historien, ni pour l’archéologue »126, mais la restitution du temple d’Athéna Cranaia, « n’en demeure pas moins une création presque complète »127. Cependant, c’est The Classical Review, en la personne de l’acerbe David G. Hogarth (1862-1927)128, qui attaque le plus durement la thèse pariséenne. L’archéologue britannique n’a pas de mots assez durs pour qualifier un travail selon lui inutile et sans intérêt. Le ton est volontiers cynique : « the justification for so long a delay and so stout a volume as this before us lies in the expediency of exhausting any subject, however unfruitful, and placing every scrap of information on ancient Greek life before archaeologists, in the hope that one out of ten (as Monsieur Paris himself says) may find something to connect with or illustrate his own researches. It must be confessed that in this case the explorer found almost nothing of obvious interest or importance »129. Ainsi, les actes relatifs au versement de l’amende des Phocidiens sont décrits comme « a few public acts of a little Phocian community », tandis que Pierre Paris « dilutes his meagre results with a catalogue of terra-cotta ex voto’s found in all parts of the Greek world – not an exhaustive list, by the way, for no mention is made of the terra-cottas found at Paphos in Cyprus »130. Ce sont bien souvent des remarques accessoires de Pierre Paris qui retiennent l’attention de Hogarth, non sans arrière-pensées. Un extrait mérite d’être cité dans son intégralité :

  • 131 Ibid., p. 279.

32« Elatea was once important in history, and then only for a moment: the temple of Athena Cranaia had apparently no considerable position even among local sanctuaries: and, when excavations conducted there have not resulted in illustrating to much purpose provincial life even in the obscurest of Phocian towns, one is tempted to question whether the exploration was worth a monograph – even whether it was ever worth undertaking at all! Monsieur Paris apologises a little in his Preface, and cites the unwillingness of the Greek Government and Greek archaeologists to give up important sites to foreign explorers as a justification of time and money having been spent in an obscure corner of Phocis. May we not ask, if these things are so, whether it is worth the while of foreign archaeologists to expend energy in gleaning over the fields of ancient Greece where so little now remains to be learned? It is natural that the Greeks should wish to reap their own land: results so obtained, however trivial, have always a justification from a national point of view […]. The question is more vital for the English than for the French, whose archaeological Schools are state-aided; is it well for us to continue to solicit the public for funds to be expended on unimportant sites grudgingly conceded to us by jealous Greek? It may well be questioned whether such exploration is the true function of our School; or whether it does not do work enough as a centre in Athens for students wishing to see Athenian treasures, or those in search of that education which a tour in Greece never fails to promote. The French have made their School a point d’appui for travellers in the East: why should not we also? We might do well to go even further than they; to recognize explicitly that not only Greater Greece but all Western Asia is our field, and to make of the British Archaeological School not only an appendage of museums and a promoter of students excavations in Greece, but a centre of British learned exploration for the whole Levant »131.

  • 132 Valenti, 2006, p. 59-60.

33La critique est ainsi bien plus politique que scientifique. Hogarth reproche à Pierre Paris la rédaction d’un travail inutile et infructueux et sous-entend que l’école britannique aurait fait mieux. À travers Pierre Paris, ce sont les choix et la gestion de l’École française d’Athènes qui sont visés. C’est donc la vieille rivalité entre Français et Anglais qui ressurgit à l’occasion de ce compte rendu132. Rappelons qu’en 1892, la British School at Athens est de création récente (1886). Hogarth en prendra la direction entre 1897 et 1900. Elle doit donc s’imposer dans un contexte de forte concurrence entre savants étrangers présents en Grèce.

  • 133 CRAI, 1885, 29, 2, p. 98.
  • 134 Paris, 1892a, p. 200.

34N’en déplaise à Hogarth, les travaux de Pierre Paris furent récompensés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Lors de la séance du 15 mai 1885, celle-ci décida en effet de proposer son nom comme candidat à la médaille que la Société centrale des architectes accorde chaque année à l’un des membres des écoles d’Athènes et de Rome. « M. P. Paris a paru mériter cette distinction par les fouilles intéressantes qui ont dégagé les restes du temple d’Athéna Cranaia »133. Des fouilles pour lesquelles, comme il le rappellera dans la conclusion de sa thèse134, ce sont bien, au-delà des textes grecs, les vestiges matériel du passé qui lui ont servi de guide.

Haut de page

Bibliographie

Bousquet, J., 1988, Études sur les comptes de Delphes, Paris, E. de Boccard, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 267.

Bousquet, J., 1989, Les comptes du ive et du iiie siècle. Corpus des inscriptions de Delphes 2, Paris, E. de Boccard.

Bourguet, É., 1897, Inscriptions de Delphes. Les versements de l’amende des Phocidiens, BCH, 21, p. 321-344.

Bourguet, É., 1905, L’administration financière du sanctuaire pythique au ive siècle avant J.-C., Paris, A. Fontemoing, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 95.

Bourguet, É., 1932, Les comptes du ive siècle. Fouilles de Delphes 3, Épigraphie, fasc. 5, Paris, E. de Boccard.

Collignon, M., 1892-1897, Histoire de la sculpture grecque, 2 vol., Paris, Firmin-Didot.

Darcque, P., 1996, Paul Courbin et la méthode Wheeler, BCH, 120, 1, p. 15-23.

Deger-Jalkotzy, S., 1990, Elateia (Phokis) und die frühe Geschichte der Griechen : ein österreichisch-griechisches Grabungproject, AnzWien, 127, p. 77-86.

Deger-Jalkotzy, S. et Dakoronia, P., 1992, Elateia, die antike Phokis und das Ausklingen der mykenischen Kultur in Mittelgriechenland, Archäologie Österreichs, 3, p. 67-71.

Dodwell E., 1819, A classical and topographical tour through Greece during the years 1801, 1805 and 1806, 2 vol., Londres, Rodwell and Martin.

Dodwell E., 1820, Views in Greece, from drawings, 2 vol., Londres, Rodwell and Martin.

Dumont, A., 1883, Rapport de la Commission des Écoles d’Athènes et de Rome sur les travaux de ces deux écoles pendant l’année 1883, CRAI, 1883, 27, 3, p. 346-375.

Ellinger, P., 1993, La légende nationale phocidienne, Suppl. au BCH, 27, Paris, De Boccard.

Etienne, R., 1996, L’École française d’Athènes, 1846-1996, BCH, 120, 1, p. 3-22.

Etienne, R., 2004, Athènes, espaces urbains et histoire. Des origines à la fin du iiie siècle apr. J.-C., Paris, Hachette.

Fittschen, K., 1996, L’École française d’Athènes et l’Institut archéologique allemand, BCH, 120, 1, p. 487-496.

Fossey, J. M., 1986, The ancient topography of eastern Phokis, Amsterdam, J. C. Gieben.

Glotz, G., 1909, Philippe et la surprise d’Élatée, BCH, 33, p. 526-546.

Gran-Aymerich, È., 2007, Les chercheurs de passé (1798-1945). Aux sources de l’archéologie, Paris, CNRS.

Heuzey, L., 1882, Catalogue des figurines antiques de terre cuite du musée du Louvre, Paris, Librairies-Imprimeries réunies.

Heuzey, L., 1883, Les figurines antiques de terre cuite du musée du Louvre, Paris, Ve A. Morel et Cie.

Heuzey, L., 1886, Rapport de la Commission des Écoles d’Athènes et de Rome sur les travaux de ces deux écoles pendant l’année 1885 (lu dans la séance du 22 janvier 1886), CRAI, 1886, 30, 1, p. 97-119.

Heuzey, L., 1892, Notice sur les travaux de M. Dumont, dans Mélanges d’archéologie et d’épigraphie réunis par Th. Homolle, Paris, Ernest Thorin, p. III-XXXV.

Hogarth, D. G., 1892, c. r. de Paris, 1892, The Classical Review, 6, 6, p. 278-279.

Holleaux, M., 1904, Rapport sur les travaux exécutés dans l’île de Délos par l’École française d’Athènes pendant l’année 1904, CRAI, 48, 6, p. 726-748.

Jeammet, V., 2001, La vie quotidienne en Grèce : des terres cuites pour la vie et l’au-delà, Paris, RMN-Musée du Louvre.

Jeammet, V. (dir.), 2003, Tanagra, mythe et archéologie, Paris, RMN.

Jockey, P., 1999, L’archéologie, Paris, Belin.

Larsen, J. A. O., 1968, Greek federal states. Their institutions and history, Oxford, Clarendon Press.

Leclant, J., 1996, L’École française d’Athènes et l’Académie des inscriptions et belles-lettres : des relations fructueuses au profit des études grecques, BCH, 120, 1, p. 51-68.

Lefèvre, F., 1998, L’amphictionie pyléo-delphique : histoire et institutions, Paris, Éditions de Boccard, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 298.

Loewy, E., 1885, Inschriften Griechischer Bildhauer, Leipzig, Druck und Verlag von B. G. Teubner.

Luce, J.-M., 2011, La Phocide à l’âge du fer, dans A. Mazarakis-Ainian, The « Dark ages » revisited, Acts of an International Symposium in memory of William D. E. Coulson, Volos, University of Thessaly, 14-17 june 2007, p. 307-330.

Marcadé, J., 1957, Recueil des signatures de sculpteurs grecs, vol. 2, Paris, De Boccard.

Marcadé, J. (dir.) 1996, Sculptures déliennes, Paris, De Boccard, Sites et Monuments, 17.

Martha, J., 1880, Catalogue des figurines en terre cuite du musée de la Société archéologique d’Athènes, Paris, Ernest Thorin, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 16.

Oulhen, J., 2004, Phokis, dans M. H. Hansen et T. H. Nielsen (éd.), An inventory of archaic and classical poleis, Oxford, Oxford University Press, p. 399-430.

Paris, P., 1883, Fouilles à Élatée, BCH, 7, p. 518.

Paris, P., 1884, Fouilles de Délos. Maisons du second siècle av. J.-C., BCH, 8, p. 473-496 (pl. XX-XXI).

Paris, P., 1885, Fouilles d’Élatée. Nouveau fragment de l’édit de Dioclétien, BCH, 9, p. 222-239.

Paris, P., 1886, Inscriptions d’Élatée, BCH, 10, p. 356-385.

Paris, P., 1887a, Fouilles d’Élatée. Le temple d’Athéna Cranaia, BCH, 11, p. 39-63 (pl. I, II et VI).

Paris, P., 1887b, Fouilles d’Élatée. Inscriptions du temple d’Athéna Cranaia, BCH, 11, p. 318-346.

Paris, P., 1887c, Fouilles au temple d’Athéna Cranaia. Les ex-voto, BCH, 11, p. 405-444 (pl. III, IV et V).

Paris, P., 1888, Fouilles au temple d’Athéna Cranaia. Catalogue des ex-voto, BCH, 12, p. 37-63.

Paris, P., 1889a, La sculpture antique, Paris, Maison Quantin.

Paris, P., 1889b, Statue archaïque de Délos, BCH, 13, p. 217-225 (pl. VII).

Paris, P., 1892a, Élatée : la ville, le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 60.

Paris, P. (éd.), 1892b, Catalogue méthodique des moulages des œuvres de sculpture grecque rédigé par un groupe d’étudiants, Bordeaux, Imprimerie Cadoret.

Paris, P., 1895, Polyclète, Paris, Librairie de l’Art.

Paris, P., 1897, Le Diadumène de Madrid, Monuments et mémoires de la fondation Piot, 4, 1, p. 53-76 (pl. VIII et IX).

Paris, P., 1903, Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive, t. 1, Paris, Ernest Leroux.

Pottier, E. et Reinach, S., 1887, La nécropole de Myrina, 2 vol., Paris, Ernest Thorin.

Radet, G., 1901, L’histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, A. Fontemoing.

Reimond, G., 2013, Pierre Paris, un parcours athénien (1882-1885). Des premiers travaux au noviciat délien : la découverte des études archéologiques, Hormos. Ricerche di Storia Antica, 5, p. 69-94.

Renan, E., 1876, Souvenirs d’enfance, Revue des Deux Mondes, 18, p. 481-507.

Rouillard, P., 1996, Dis-moi qui tu es : Espagnole, Salammbô ou Carmen ?, dans R. Olmos et P. Rouillard (éd.), Formes archaïques et arts ibériques, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, 59, p. 33-42.

Rousset, D., 1999, Centre urbain, frontière et espace rural dans les cités de Grèce centrale, dans M. Brunet (éd.), Territoires des cités grecques. Actes de la table ronde internationale organisée par l’École française d’Athènes, 31 octobre – 3 novembre 1991, BCH, Supp. 34, p. 35-77.

Rousset, D., 2005, c. r. de Typaldou-Fakiris 2004, RA, 39, p. 101-103.

Rousset, D., 2012, Une coupe attique à figures rouges et un pentamètre érotique à Élatée de Phocide, REG, 125, p. 19-35.

Roux, G., 1979, L’Amphictionie, Delphes et le temple d’Apollon au ive siècle, Lyon, Maison de l’Orient.

Sánchez, P., 2001, L’Amphictionie des Pyles et de Delphes : recherches sur son rôle historique des origines au iie siècle de notre ère, Stuttgart, Franz Steiner.

Schnapp, A., 1993, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éd. Carré.

Trigger, B. G., 1984, Alternative archaeologies : nationalist, colonialist, imperialist, Man, 19, 3, p. 355-370.

Typaldou-Fakiris, C., 2004, Villes fortifiées de Phocide et la IIIe guerre sacrée, 356-346 av. J.-C., Aix en Provence, Publications de l’Université de Provence.

Valenti, C., 1996, Les membres de l’École française d’Athènes : étude d’une élite universitaire (1846-1992), BCH, 120, 1, p. 157-172.

Valenti, C., 2002, Le voyage en Grèce des membres de l’École française d’Athènes. Du périple héroïque à l’aventure scientifique, 1846-1892, Balkanologie, 6, 1-2, p. 155-166.

Valenti, C., 2006, L’École française d’Athènes, Paris, Belin, Collection « Histoire de l’éducation ».

Woodward, R., 2012, An Architectural Investigation into the Relationship between Doric Temple Architecture and Identity in the Archaic and Classical Periods, thèse en vue d’obtenir le grade de Docteur en Philosophie sous la direction de Jane Rempel, University of Sheffield, décembre 2012, [http://etheses.whiterose.ac.uk/4185/], site consulté le 15 juillet 2014.

Zachos, G., 2013, Ελάτεια : ελληνιστική και ρωμαϊκή περίοδος, Υπουργείο Παιδείας και Θρησκευμάτων, Πολιτισμού και Αθλητισμού : Αρχαιολογικό Ινστιτούτο Θεσσαλικών Σπουδών, Βόλος.

Haut de page

Notes

1 Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche HAR 2012-31736 « Antigüedad, nacionalismos e identidades complejas en la historiografía occidental (1700-1900) : los casos español, británico y argentino », sous la direction d’Antonio Duplá (Université du Pays Basque). Je remercie Corinne Bonnet pour sa relecture bienveillante, ses conseils avisés et son soutien inconditionnel. Cet essai lui est dédié.
Le lecteur désireux de se familiariser avec la figure et l’œuvre de Pierre Paris trouvera la liste des principales références bibliographiques déjà publiées dans Reimond, 2013, p. 69-70, note 5.

2 CRAI, 1884, 28, 3, p. 325. Par cohérence, nous avons choisi de conserver la translittération « Cranaia » adoptée par Pierre Paris pour l’épiclèse Κραναία et non Kranaia.

3 CRAI, 1885, 29, 2, p. 93.

4 Heuzey, 1886, p. 105.

5 Paris, 1892a. La version de soutenance est publiée en 1891. L’année suivante, la monographie pariséenne paraît dans la collection de la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome (la pagination des deux éditions est identique). Avant même de faire l’objet d’une monographie, les recherches phocidiennes de Pierre Paris sont régulièrement publiées dans le Bulletin de correspondance hellénique. Voir Paris, 1883 (il s’agit d’une simple note informative) ; 1885 ; 1886 ; 1887a ; 1887b ; 1887c ; 1888.

6 Radet, 1901, p. 215.

7 Reimond, 2013.

8 Voir Gran-Aymerich, 2007 ainsi que Schnapp, 1993.

9 La Chronique des fouilles en ligne de l’EFA précise qu’au début des années 2000, « après les premières recherches de Pierre Paris au xixe s., on a repris les fouilles du sanctuaire d’Athéna Kranaia, à la fois sanctuaire le plus important d’Élatée et centre administratif du Koinon des Phocidiens », [http://www.chronique.efa.gr/app/webroot//index.php/fiches/voir/933], fiche consultée le 13 juillet 2014. Élatée a davantage retenu l’attention des chercheurs, notamment celle des spécialistes de géographie historique du monde grec. Nous ne saurions dresser ici une bibliographie exhaustive. Nous renvoyons notamment à : Rousset, 1999 ; 2005 ; 2012 ; Typaldou-Fakiris, 2004 et Zachos, 2013 (nous remercions D. Rousset et G. Zachos pour les informations bibliographiques qu’ils nous ont aimablement communiquées). Ajoutons que le site d’Élatée a été fouillé récemment par une équipe austro-grecque (Deger-Jalkotzy, 1990 ; Deger-Jalkotzy et Dakoronia, 1992).

10 BCH, 1883, 7, p. 518.

11 Paris, 1884, p. 476 et pl. XXI.

12 Paris, 1892a, p. VII.

13 Ibid., p. VII-VIII. Quoi qu’en dise Pierre Paris, son travail à Élatée ne se résume pas à « une succession d’heures charmantes ». Les sondages qu’il entreprend dès le mois de décembre 1883 sont en effet interrompus par l’hiver, le mauvais temps et une fronde de ses ouvriers. Les fouilles ne débutent donc réellement qu’à la fin du printemps 1884 (p. IX).

14 Ibid., p. 76-77.

15 Dodwell, 1819 (sa description d’Élatée et du sanctuaire d’Athéna dans le volume 2, p. 139-142). Voir également Dodwell, 1820.

16 Paris, 1892a, p. VII et 3 ; Dodwell, 1819, vol. 2, p. 139-142.

17 Valenti, 2002.

18 Paris, 1892a, p. VIII.

19 Ibid., p. IX.

20 Dumont, 1883, p. 347.

21 Sur l’histoire de l’EFA et le contexte scientifique dans lequel se déroule le séjour de Pierre Paris, nous renvoyons à Valenti, 2006 ; Étienne, 1996 (l’ensemble du volume est à consulter puisqu’il s’agit d’un numéro spécial paru à l’occasion du cent cinquantenaire de la fondation de l’école) ; Radet, 1901 et Gran-Aymerich, 2007, notamment p. 203-237 et p. 302-308.

22 Le texte du décret du 26 novembre 1874 qui réorganise l’EFA figure en annexe de Radet, 1901, p. 437-439.

23 Au moins jusqu’en 1876, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres publie ainsi chaque année dans ses Comptes rendus les « questions proposées pour les travaux de l’École française d’Athènes ». Par la suite sont régulièrement publiés des rapports de la Commission des Écoles d’Athènes et de Rome sur les travaux de ces deux Écoles au cours d’une année donnée. Sur les liens entre les deux institutions, voir Leclant, 1996.

24 Radet, 1901, p. 191.

25 Voir notamment Trigger, 1984.

26 Paris, 1892a, p. IX.

27 Ibid., p. VIII-IX.

28 Ibid., p. 8. Sur ces questions, cf. Fittschen, 1996.

29 Paris, 1892a, p. IX.

30 Ibid., p. VIII.

31 Ibid., p. VIII.

32 Ibid., p. X.

33 Ibid., p. VIII.

34 Heuzey, 1886, p. 100-101. Le souci de la prise en compte de l’ensemble des vestiges matériels conduit Albert Dumont à développer la rédaction de catalogues raisonnés des collections archéologiques existantes. Léon Heuzey rappelle que « le futur directeur de l’École d’Athènes qui, plus tard, non parfois sans trouver quelque résistance, imposera à ses élèves de débuter par des catalogues détaillés et rigoureux, donne d’avance l’exemple, en se mettant lui-même à ce régime sévère. Se rencontre-t-il quelque série de monuments négligés et comme méprisés, soit parce que l’étude en est particulièrement ardue, soit parce qu’elle ne semble pas promettre des découvertes retentissantes, c’est à ceux-là que le jeune savant s’attache avec prédilection. On dirait qu’il y a de la bonté chez lui, même pour les choses. Il sait d’ailleurs que, dans ces humbles débris, résidus de la civilisation antique, on trouve souvent plus de métal précieux, plus de renseignements et de faits que n’en promet un examen superficiel. Toute la question est de savoir traiter ces scories, de les soumettre à une pression plus forte, de les fondre à une flamme plus vive ». Voir Heuzey, 1892, p. XI. Depuis le « triennat Dumont » (Radet, 1901, p. 181), telle est la conception des études qui prévaut à l’EFA.

35 Paris, 1892a, p. X.

36 Ibid.

37 Pausanias X, 34, 7 : Ἐλατείας δὲ ὅσον σταδίους εἴκοσιν ἀφέστηκεν Ἀθηνᾶς ἐπίκλησιν Κραναίας ἱερόν· ἡ δὲ ὁδὸς ἐπὶ τοσοῦτον ἀναντεστέρα ὡς ἀνιᾶν τὸ μηδὲν καὶ λεληθέναι μᾶλλον αὐτῆς τὸ ἄναντες. Λόφος δὲ ἐπὶ τῆς ὁδοῦ τῷ πέρατι τὰ πλείω μὲν ἀπότομος, οὐ μέντοι ἄγαν ἢ μεγέθους ἔχων ἐστὶν ἢ ὕψους· ἐπὶ τούτῳ τῷ λόφῳ τὸ ἱερὸν πεποίηται, καὶ στοαί τέ εἰσι καὶ οἰκήσεις διὰ τῶν στοῶν, ἔνθα οἰκοῦσιν οἷς τὴν θεὸν θεραπεύειν καθέστηκε, καὶ ἄλλοις καὶ μάλιστα τῷ ἱερωμένῳ. À vingt stades d’Élatée, on trouve un temple de Minerve Cranéa ; le chemin qui y conduit va en pente, mais la pente est si douce, que vous montez sans vous en apercevoir. Quand vous êtes arrivés, vous voyez un rocher assez escarpé, qui ne vous paraît ni fort haut, ni fort grand ; c'est sur ce rocher que le temple est situé. Il est accompagné de portiques où il y a des appartements pour les ministres du temple et surtout pour le prêtre de Minerve (trad. Clavier, Paris, 1831).

38 Paris, 1892a, p. 74-75.

39 Ibid., p. 77.

40 Reimond, 2013, ainsi que Rouillard, 1996, p. 38-39.

41 Il ne semble pas distinguer clairement ces deux périodes, notant que « bien que l’appareil pélasgique de la terrasse puisse un moment faire illusion […] nous n’avons rien découvert au cours de nos fouilles […] qui rappelle l’âge archaïque » (Paris, 1892a, p. 80-81).

42 Ibid., p. 78.

43 Ibid., p. 81.

44 Ibid., p. 80.

45 Ibid., p. 101. Voir également Dodwell, 1819, vol. 2, p. 142: « the temple itself was of small dimensions, less than the Theseion at Athens, and built upon the same plan. The lower parts of four columns are yet standing in their places. They are of stone, and fluted Doric; they are two feet seven inches diameter, and the intercolumniations are four feet six inches ».

46 Paris, 1892a, p. 105.

47 Woodward, 2012, p. 424.

48 Ibid., p. 367-368, 386, ainsi que Étienne, 2004, p. 97.

49 L’épiclèse Κραναία dériverait de κράνος (le casque), renvoyant à la figure d’une Athéna guerrière, casquée, qui du haut de son promontoire rocheux protégerait Élatée et la plaine de Phocide des incursions étrangères venues du Nord (Paris, 1892a, p. 82).

50 Ibid., p. 86. La banque de données des épiclèses grecques du Centre de Recherche et d’Étude des Sociétés et Cultures Antiques de la Méditerranée (CRESCAM) propose de traduire Κραναία par « des sommets, élevée ». Voir [https://epiclesesgrecques.univ-rennes1.fr/recherche-generale.php], site consulté le 9 juin 2015.

51 Ibid., p. 94.

52 Ibid., p. 96-97.

53 Ibid., p. 107-108.

54 Ibid., p. 108-109.

55 Dodwell, 1819, vol. 2, p. 141.

56 Paris, 1892a, p. 200.

57 L’EFA n’a conservé aucune trace des travaux de Pierre Paris à Élatée, ni photographie, ni carnet de fouille. Nous remercions mesdames Anne Rohfritsch (responsable des archives de l’EFA) et Katie Brzustowski-Vaïsse (directrice de la bibliothèque de l’EFA) pour l’aide qu’elle nous ont apportée sur ce point.

58 « Je pensais avoir le temps de faire quelques sondages et de m’éclairer sur l’opportunité de recherches ultérieures ; je partis donc pour Drakhmani. Vers le 10 décembre les ouvriers que j’avais pu retenir malgré la pluie, la boue, et le vent qui parfois soufflait en tempête et renversait la tente abri, se mettaient en grève à la première neige, et je dus quitter la montagne » (Paris, 1892a, p. IX).

59 Ibid., p. 203.

60 Ibid., p. 90-91.

61 Ibid., p. 89.

62 Ibid., p. 91. Concernant les monnaies byzantines, Pierre Paris ajoute qu’« elles n’ont du reste aucun intérêt ».

63 Jockey, 1999, p. 147-153.

64 Darcque, 1996, p. 316. Précisons cependant que les grands chantiers ouverts à partir de 1891 (Delphes) puis au début du xxe siècle à Délos, Thasos et Argos permettront à l’EFA de parfaire la méthode mise en œuvre. Un compte-rendu adressé à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, concernant les fouilles menées à Délos en 1904, permet de dresser un état des lieux des techniques de fouille alors employées : « il vaut la peine d’indiquer en quelques mots quelle a été la méthode adoptée et constamment suivie. Partout, la fouille a été conduite jusqu’au sol vierge ; tous les déblais ont été amenés aux rivages et jetés à la mer ; les altitudes ont été relevées, les plans établis, les photographies prises au fur et à mesure de l’exploration ; on a dressé le catalogue complet des objets découverts et ce catalogue ne comprend pas moins de 4 000 numéros ; les inscriptions ont toutes été déchiffrées, transcrites et estampées ; les ouvrages de sculpture qui se trouvaient rompus en morceaux, ont été provisoirement réparés ; on a consolidé toutes les parties croulantes des édifices mis au jour ; on s’est très spécialement appliqué à sauver de la ruine les peintures et les mosaïques trouvées dans plusieurs de ces édifices : les stucs coloriés ont été notamment l’objet de soins minutieux ; on les a fixés par du ciment aux murs qu’ils décoraient et recouverts d’un vernis isolant qui les protège contre l’air et l’humidité. Quand on procède de la sorte, on est excusable de ne point aller très vite ; du moins peut-on se rendre ce témoignage qu’on n’a manqué à aucune des parties essentielles de sa tâche » (Holleaux, 1904, p. 727 ; voir également Valenti, 2006, p. 73-82).

65 Paris, 1892a, p. 99.

66 Ibid., p. 90, fig. 7.

67 Ibid., p. 106.

68 Rousset, 2012, p. 19. Pierre Paris y fait lui-même plusieurs fois référence. Voir également Jockey, 1999, p. 133-134.

69 CRAI, 1884, 28, 2, p. 193. Voir également Heuzey, 1886, p. 100. L’ouvrage rédigé par Pierre Paris, resté inédit, vient compléter celui de Martha, 1880.

70 Paris, 1892a, p. 110.

71 Ibid., p. 110-118.

72 Ibid., p. 209-251.

73 Ibid., p. 253-298.

74 Voir Paris, 1889a ; 1889b ; 1892b ; 1895 et 1897.

75 Paris, 1892a, p. 119.

76 Pausanias, X, 34, 8, trad. Clavier, Paris, 1831 : Τὸ δὲ ἄγαλμα ἐποίησαν μὲν καὶ τοῦτο οἱ Πολυκλέους παῖδες, ἔστι δὲ ἐσκευασμένον ὡς ἐς μάχην· καὶ ἐπείργασται τῇ ἀσπίδι τῶν Ἀθήνῃσι μίμημα ἐπὶ τῇ ἀσπίδι τῆς καλουμένης ὑπὸ Ἀθηναίων Παρθένου.

77 Paris, 1892a, p. 121.

78 Ibid., p. 122.

79 Ibid., p. 123-124.

80 Ibid., p. 124.

81 Ibid., p. 136-137. Elle apparaît sur un piédestal avec une épigramme en vers transcrite dans le catalogue des inscriptions d’Élatée et du temple d’Athéna Cranaia en appendice (I, n° 49, p. 240-241).

82 Loewy, 1885. Il y reproduit l’estampage de Pierre Paris (n° 241, p. 393).

83 Paris, 1892a, p. 125-126.

84 Voir Marcadé, 1996, p. 190-191 (n° 85). Sur la signature de cette statue, voir Marcadé, 1957, notice 41.

85 Sur la généalogie de la famille de Polyclès, voir également : Collignon, 1897, vol. 2, p. 622-624 ; Marcadé, 1957, notices 108 (Polyclès d’Athènes – l’Ancien –), 131 (Timarchidès I), 132 (Timarchidès le Jeune), 134 (Timoclès) ; 41 et 42 (Dionysios et Timarchidès le Jeune).

86 Heuzey, 1886, p. 102.

87 Jeammet, 2003 ; 2001.

88 Pottier et Reinach, 1887. Alphonse Veyries, Athénien et ancien compagnon de Pierre Paris à l’ENS (promotion de 1878) participe aux fouilles mais il meurt à Smyrne le 5 décembre 1882. En 1883, l’école fait don de la collection de terres cuites de Myrina au Musée du Louvre.

89 CRAI, 1884, 28, 2, p. 193. Voir également Heuzey, 1886, p. 100. Malgré nos efforts et l’aide apportée par madame Katie Brzustowski-Vaïsse, Conservateur de la bibliothèque de l’EFA, nous n’avons pu, à ce jour, localiser ce document. Voir également Martha, 1880.

90 Heuzey, 1882. Voir aussi Heuzey, 1883. Ce dernier ouvrage, après une rapide introduction, présente 56 planches accompagnées de leur commentaire. Les figurines y sont reproduites non pas grâce à la photographie, mais selon la technique de la gravure ; l’auteur explique ce choix dans son introduction (p. IV).

91 Paris, 1892a, p. 140.

92 Pierre Paris en profite ainsi pour dresser un inventaire des temples grecs qui ont fourni des terres cuites (son classement est organisé par grandes aires géographiques et par sites). Ibid., p. 141-160.

93 Ibid., p. 161.

94 Ibid., p. 162.

95 Ibid., p. 164.

96 « Alors que nos musée sont riches de tant de figurines intactes, parées encore de leurs tendres couleurs, et choisies parmi les plus jolies et les plus précieuses, nous n’espérons pas que l’attention s’arrête longtemps sur notre collection de débris ». Ibid., p. 169.

97 Léon Heuzey n’hésite pas à parler d’« art populaire », de « fragiles merveilles » ou encore de « créations d’un art souvent exquis » (1883, respectivement p. I, II et IV).

98 Notamment en ce qui concerne la sculpture délienne. Reimond, 2013.

99 Paris, 1892a, p. 169.

100 Ibid., p. 170. Elle est reproduite pl. IX, fig. 11.

101 Ibid., p. 171-172. Il est reproduit pl. IX, fig. 5 et 51. Pierre Paris précise d’ailleurs que face aux riches perspectives de découvertes sur le site de Bogdano, il a entrepris des démarches pour obtenir l’autorisation de fouiller, sans succès : le propriétaire a refusé de donner son accord (p. 171).

102 Ibid., p. 172.

103 Ibid., p. 172. Il s’agit du masque reproduit pl. IX, fig. 4.

104 Ibid., p. 172.

105 Ibid., p. 173.

106 Reimond, 2013. Il s’agit d’un jugement fort répandu à la fin du xixe siècle. Ainsi, Maxime Collignon écrit-il encore en 1892 que « le propre de l’archaïsme grec est de procéder avec lenteur, de n’aborder les difficultés qu’une à une. Nulle part cette laborieuse patience ne se révèle plus clairement que dans la série des statues viriles. Le type reste immuable ; tout l’effort des artistes vise à l’assouplir, à corriger le modelé défectueux, à rectifier les proportions fautives. Les monuments, aujourd’hui fort nombreux, permettent de suivre pas à pas, et jusque dans le plus minutieux détail cette lente évolution ». Voir Collignon, 1892, vol. 1, p. 196-197.

107 Heuzey, 1886, p. 104. Ces inscriptions figurent dans un catalogue en appendice de la thèse de Pierre Paris, aux côtés des inscriptions recueillies à Élatée. Voir Paris, 1892a, p. 209-251 (p. 240-251 pour les inscriptions découvertes au sanctuaire d’Athéna).

108 Paris, 1892a, p. 180.

109 Sur la Phocide, son territoire et son organisation politique en confédération (koinon), nous renvoyons à : Rousset, 1999 ; Oulhen, 2004, p. 399-430 (notamment p. 399-402 et 416-417) ; Fossey, 1986 ; Larsen, 1968. Voir également Luce, 2011.

110 Sur la troisième guerre sacrée et l’amende infligée aux Phocidiens, nous renvoyons à : Ellinger, 1993 (notamment p. 323-332) ; Typaldou-Fakiris, 2004 ; ainsi que Roux, 1979 (notamment p. 164-172) ; Bousquet, 1988 (notamment p. 155-165) ; Lefèvre, 1998 ; Sánchez, 2001. Consulter également Glotz, 1909.

111 Paris, 1892a, p. 192.

112 Ibid., p. 192-193.

113 Voir notamment Bourguet, 1897 ; 1905 (notamment p. 37-42) ; 1932 (notamment p. 59-64). Plus récemment, voir le travail déjà mentionné de Bousquet, 1988 et 1989, p. 73-76. Les inscriptions recueillies par Pierre Paris, qui est cité, y sont regroupées. Une photographie du reçu n° 39 est publiée (pl. VIII, fig. 15).

114 Renan, 1876, p. 483.

115 Paris, 1892a, p. 206.

116 Ibid., p. 199 et 204, par exemple.

117 Heuzey, 1892, p. XI.

118 Paris, 1892a, p. 201.

119 Ibid., p. 202. Sa position sera la même lorsqu’il orientera ses travaux vers l’archéologie ibérique. Ainsi, dans l’avant-propos de la synthèse sur la culture ibérique en deux volumes que publie Pierre Paris en 1903 et 1904 (la première du genre), il écrit : « Je ne me suis pas dissimulé combien la tâche est malaisée de construire de toutes pièces un édifice absolument nouveau. Le terrain est vierge ; les matériaux sont inconnus, disséminés. Les rassembler est un travail long et pénible ; les amener à pied d’œuvre, les grouper, les tailler, les appareiller demande une patiente attention ; les dresser harmonieusement exige un soin, une habileté dont je ne me flatte pas. Aussi n’est-ce vraiment qu’un Essai que j’ai osé écrire. S’il est tout informe et ne satisfait pas les exigences légitimes de la critique, s’il est condamné par les juges compétents, je demande qu’on accorde à l’auteur des circonstances atténuantes ; qu’on lui sache gré d’ouvrir une avenue et quelques sentiers de traverse dans un domaine inexploré, et son ambition sera contente ». Voir Paris, 1903, p. VI.

120 Paris, 1892a, p. 206.

121 Radet, 1901, p. 300.

122 Gran-Aymerich, 2007, p. 868-869. Membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres depuis 1874, conservateur adjoint au Département des Antiquités grecques et romaines du Musée du Louvre depuis 1870, puis directeur de son Département des Antiquités orientales (créé en 1881).

123 Heuzey, 1886, p. 104. Léon Heuzey apparaît ainsi comme le protecteur et le mentor de Pierre Paris, y compris au moment où il décide de réorienter ses travaux vers l’archéologie ibérique. L’Essai de 1903 lui est dédié. L’étude de la correspondance entre les deux hommes, conservée à la Bibliothèque Mazarine de l’Institut de France, sera nécessaire pour préciser cette question essentielle.

124 La recension publiée dans le BCH, 17, 1893, p. 222-223 ne présente aucun intérêt : elle est purement descriptive.

125 Voir The American Journal of Archaeology, 1885, 1, 1, p. 93 ; 1885, 1, 2-3, p. 229-230 ; 1885, 1, 4, p. 434-435 et 1886, 2, 3, p. 360.

126 RA, 1892, 20, p. 138.

127 Ibid., p. 138.

128 Gran-Aymerich, 2007, p. 874-875.

129 Hogarth, 1892, p. 278.

130 Ibid., p. 278.

131 Ibid., p. 279.

132 Valenti, 2006, p. 59-60.

133 CRAI, 1885, 29, 2, p. 98.

134 Paris, 1892a, p. 200.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le paysage phocidien : le Parnasse et la plaine de Chéronée
Crédits Source : E. Dodwell, Views in Greece, from drawings, vol. I, Rodwell and Martin, Londres, 1820, p. 200.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre a. Gravure empruntée à Edward Dodwell
Crédits Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, pl. III.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre b. État actuel
Crédits Source : [http://www.gaiaelliniki.gr/​2012/​11/​blog-post_2298.html], site consulté le 15 juillet 2014.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 4. Le plan du téménos du temple d’Athéna Cranaia
Crédits Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, p. 90.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 5. Le plan du temple d’Athéna Cranaia
Crédits Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, pl. IV.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2936/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 6. Le plan restauré du temple d’Athéna Cranaia
Légende La clé de lecture du plan est donnée dans le texte (p. 100-101) : « sur le plan, nous avons teinté en noir les colonnes subsistantes et en place, en rouge les colonnes restituées ; les hachures noires indiquent la partie du stylobate encore existante, les hachures bleues les plates-bandes de substruction apparentes en l’état actuel ».
Crédits Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, pl. V.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2936/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 7. Élévation restaurée du temple d’Athéna Cranaia
Crédits Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, pl. VI.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2936/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Fig. 8. Monnaie d’Élatée figurant Athéna au combat
Crédits Source : P. Paris, Élatée : la ville, Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, Ernest Thorin, 1891, p. 122.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2936/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Reimond, « Pierre Paris, un parcours athénien (1882-1885). Le dossier phocidien : les fouilles du sanctuaire d’Athéna Cranaia », Pallas, 100 | 2016, 217-247.

Référence électronique

Grégory Reimond, « Pierre Paris, un parcours athénien (1882-1885). Le dossier phocidien : les fouilles du sanctuaire d’Athéna Cranaia », Pallas [En ligne], 100 | 2016, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://pallas.revues.org/2936 ; DOI : 10.4000/pallas.2936

Haut de page

Auteur

Grégory Reimond

Chercheur associé PLH-ERASME (EA 4601)
gregoryreimond1984@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org