Navigation – Plan du site

Live at the Palladium

Live at the Palladium
Laurent Bricault
p. 275-281

Résumés

Quelques-unes des plus célèbres salles de spectacle du xxe siècle, de New-York à Londres en passant par Rome et Avignon, portent le nom de Palladium. Ces pages proposent un voyage dans le temps et l’espace, aux origines de ce que l’on appellera une interpretatio britannica.

Haut de page

Texte intégral

1Tonight, live at the Palladium… Cette annonce très radiophonique, d’une euphonie rare, retentit depuis plus d’un siècle aux oreilles de tous les amateurs de music-hall, sur les cinq continents. Aux cotés des Coliseum, Empire Theatre et autres Caesar’s Palace, les Palladium constituent l’un des foyers essentiels de l’histoire du spectacle vivant au xxe siècle. Mais comment diable Pallas-Athéna s’est-elle retrouvée dans cette situation pour le moins inattendue ?

  • 1 Troisième album studio du chanteur après Greetings from Asbury Park N. J. et The Wild, the Innocent (...)
  • 2 Elle le fut finalement, à l’amiable, le 28 mai 1977. Par cet accord, Appel conservait une part des (...)
  • 3 Springsteen et le E Street Band s’y produisirent de nouveau deux ans plus tard, pour trois concerts (...)
  • 4 Le 4 novembre. L’ancienne chanteuse lead des Ronettes y interprète trois titres de 1963-1964 : « Ba (...)
  • 5 Le 30 octobre. P. Smith l’accompagne au chant sur « Rosalita », un morceau du deuxième album de Spr (...)
  • 6 Le 29 octobre. Les deux chanteurs y donnent une version mémorable du « Quarter to Three » créé par (...)

2La sortie de l’album Born to run le 1er septembre 19751, la couverture simultanée de Time et de Newsweek le 27 octobre de la même année, des concerts de plus en plus nombreux et spectaculaires font en quelques mois de Bruce Springsteen l’une des, sinon la sensation musicale du moment. Soucieux de renégocier avec son manager, Mike Appel, le contrat signé en 1972 par l’artiste inconnu qu’il était alors et qui arrive à échéance en 1977, contrat qui lui octroyait 3,5 % de droits d’auteur par disque vendu, Springsteen engage durant l’été 1976 un bras de fer contre un manager qu’il accuse de fraudes, d’influence illégitime et d’abus de confiance. Appel réplique en portant plainte à son tour contre Springsteen qui souhaite confier son prochain album aux bons soins d’un autre producteur, Jon Landau. L’imbroglio juridique qui s’ensuit interdit au chanteur d’enregistrer quoi que ce soit tant que l’affaire n’est pas tranchée2. Privés de ressources financières, Springsteen et son groupe, le E Street Band, se lancent dans plusieurs tournées successives afin de maintenir la cohésion du groupe et de faire connaître les multiples compositions qui voient le jour durant cette période d’intense créativité. Le 1er août 1976, au Monmouth Arts Center de Red Bank, dans le New Jersey, débute une tournée de trois mois, connue sous le nom de The Lawsuit Tour, qui s’achève en apothéose, du 28 octobre au 4 novembre, par une série de six concerts donnés au Palladium de New York3, six performances durant lesquelles le chanteur est rejoint sur scène par Ronnie Spector4, Patti Smith5 ou encore Gary U.S. Bonds6.

  • 7 Il construisit à Londres, en 1928, sur Leicester Square, l’Empire Cinema, qui succéda à l’Empire Th (...)
  • 8 Construit en 1854 sur les plans de l’architecte Alexander Saeltzer, l’Academy of Music originelle a (...)
  • 9 Parmi lesquels on note une série de concerts précédant le Jour de l’An 1962, avec comme tête d’affi (...)
  • 10 Sur S. Bernstein et la British Invasion, cf. S. Bernstein & Arthur Aaron, « It’s Sid Bernstein Call (...)
  • 11 Le 24 octobre 1964 et les 1er mai et 6 novembre 1965 (fig. 4).

3Cette salle de concert, d’une capacité d’environ 3 000 places, fut construite en 1927 au 126 East 14th Street, dans le Lower East Side de Manhattan, sur les plans de l’architecte écossais Thomas W. Lamb, célèbre pour avoir dessiné la plupart des movie palaces qui fleurirent à New York, San Francisco, Boston, Londres7 et ailleurs durant les années qui virent l’explosion du cinématographe. Le commanditaire en était William Fox, l’un des magnats d’Hollywood, pour lequel il avait déjà dessiné le New York City Theatre en 1909. Cette nouvelle et luxueuse salle de cinéma prit le nom d’Academy of Music que portait jusque là un bâtiment vétuste mais autrefois prestigieux situé de l’autre côté de la rue, et qui venait d’être démoli8. La crise de 1929 et la banqueroute de Fox réduisirent ses espérances à néant et la salle se mua en simple salle de théâtre, hébergeant à l’occasion combats de boxe et concerts, dont celui donné fin 1955 dans le cadre du Rock ‘n’Roll Christmas Show d’Alan Freed par le Count Basie Orchestra entouré de vedettes du doo-wop et de la scène rock naissante comme The Valentines, The Cadillacs ou LaVern Baker. Réputée pour son excellente acoustique, la salle accueille sporadiquement mais de plus en plus régulièrement des concerts dans les années 19609, à l’initiative de l’impresario Sid Bernstein10, et notamment la plupart des groupes de la British Invasion : les Rolling Stones à plusieurs reprises en 1964 et 196511, les Herman’s Hermits le 12 juin 1965, les Kinks et les Moody Blues une semaine plus tard (fig. 5), bien d’autres encore.

  • 12 Cette salle de l’East Village, sur la Deuxième Avenue, un ancien théâtre yiddish bâti en 1925-1926 (...)

4En 1971, la fermeture du Fillmore East, qui fut trois années durant la salle de concert new yorkaise la plus prisée du monde du rock12, fait dès lors de l’Academy of Music, désormais dirigée par le producteur Howard Stein, le lieu de passage obligé des groupes désireux de livrer des prestations scéniques à New York. La crème du rock des années 1970 s’y produit le soir tandis qu’en journée sont projetés sur les écrans films de kung-fu et autres réalisations bon marché. Ces projections disparaissent progressivement et au milieu de la décennie l’Academy of Music devient un lieu exclusivement réservé aux concerts. Après un demi-siècle d’existence, la salle est débaptisée le 18 septembre 1976 et devient The Palladium, en référence à la salle de spectacle londonienne du même nom. The Band, le groupe de Robbie Robertson, est à l’affiche du concert inaugural de la « nouvelle » salle, pour l’une des premières dates d’une tournée qui s’achève quelques semaines plus tard, le 25 novembre, au Winterland de San Francisco, lors d’un concert mémorable filmé par Martin Scorcese et bientôt projeté sur grand écran sous le titre The Last Waltz.

5Le nom sur lequel Stein jeta son dévolu pour rebaptiser l’Academy of Music n’est pas anodin et exprime clairement l’ambition qui est la sienne : faire du Palladium LA scène rock de New York. Même si l’aventure fut de courte durée, la capacité de la salle s’avérant dès la fin des années 1970 largement insuffisante pour accueillir les tournées de groupes préférant désormais rentabiliser leurs performances dans des arènes et autres stadiums, le choix d’un tel nom renvoyait à une autre fondation glorieuse qui, après bien des vicissitudes, demeurait l’une des salles de spectacles les plus fameuses d’Europe.

  • 13 Cf. Chris Woodward, The London Palladium : The Story of the Theatre and Its Stars, Huddersfield 200 (...)
  • 14 Cf. Andrew Horrall, Popular Culture in London c.1890-1918 : The Transformation of Entertainment, Ne (...)

6Pour en retrouver l’origine, il nous faut maintenant quitter New York, traverser l’Atlantique et remonter le temps. Et se réveiller dans la Londres victorienne, en 1868 précisément. Au 7, Argyll Street, dans le quartier de Westminster, tout près d’Oxford Circus. Édifiée en 1737 à cette adresse par le 3e Duke of Argyll, Argyll House fut vendue en 1863 à une firme de marchands de vins et de spiritueux, qui la fit détruire deux ans plus tard afin de faire creuser à cet endroit des caves pour la conservation des bouteilles. Un nouveau bâtiment fut construit par-dessus en 1868. Décoré en façade de plusieurs colonnes corinthiennes caractéristiques du style classique alors en faveur chez les architectes victoriens, il en tira son nom : The Corinthian Bazaar and Exhibition Rooms. Remanié à plusieurs reprises dans les années qui suivent, le Bazaar peine à s’affirmer comme un lieu de spectacle et de divertissement. Il change de nom en 1871 et devient le Palais Royal. Mais le succès n’est toujours pas au rendez-vous et la même année les murs sont rachetés par un certain Charles Hengler, qui modifie la structure interne du bâtiment pour en faire un Grand Cirque, lequel ouvre ses portes le 16 septembre 187113. La variété et l’originalité des numéros et des spectacles proposés par Charles Hengler puis, après sa disparition en 1887, par son fils cadet Albert font du cirque une adresse réputée. En 1895, la piste est transformée un patinoire, la deuxième à voir le jour à Londres, et le Grand Cirque devient le National Skating Palace at Hengler’s Circus. Mais les goûts du public changent et le patinage, comme le cirque, ne figurent bientôt plus en tête des divertissements préférés des Londoniens14. Le 15 juin 1908, le 7 Argyll Street ferme ses portes.

  • 15 Sur Fr. Matcham et ses nombreuses réalisations architecturales, cf. les deux ouvrages collectifs de (...)
  • 16 À l’apex, un groupe réunit les allégories de l’Art, de la Science et de la Littérature ; aux extrém (...)
  • 17 Ian Bevan, Top of the Bill : The Story of the London Palladium, Londres 1952 ; Chr. Woodward, The L (...)
  • 18 Felix Barker, The House that Stoll Built : The Story of the Coliseum Theatre, Londres 1957.
  • 19 Une synthèse sur cinq siècles d’histoire des théâtres et music halls de Grande-Bretagne dans John E (...)

7Pour les rouvrir deux ans plus tard, en grandes pompes. Entre temps, Walter Gibbons, un ancien chanteur de music-hall ayant fait fortune dans les premiers matériels de projection est devenu le propriétaire des lieux. Il passe aussitôt commande au célèbre architecte Frank Matcham d’un nouveau bâtiment15. Derrière la façade aux six colonnes corinthiennes, vestiges du Bazaar, c’est un véritable temple néo-baroque qui s’élève alors, avec son fronton et ses statues16. Fini le cirque, terminé le patinage. Un nouveau théâtre naît au cœur de Londres, dont la presse salue l’élégance et la magnificence17. Inauguré le 26 décembre 1910, jour du Boxing Day, il annonce un programme composé de ballets, d’opéras, de mélodrames, de farces, de chansons et de comédies. Avec ses quelque 2306 places assises, la nouvelle salle de spectacle espère se faire un nom dans un marché déjà très concurrentiel, dominé par le Coliseum et ses presque 2360 places. Déjà dessiné par Fr. Matcham, le Coliseum commandé par Oswald Stoll, alors le plus important manager de la scène théâtrale britannique, avait ouvert ses portes le 24 décembre 190418. À cette date, désormais, il n’est plus guère de grande ville en Grande-Bretagne qui ne possède son Empire ou son Coliseum managé par Stoll19. Face à cette domination, W. Gibbons, avec sa nouvelle salle de spectacle, doit faire un sans faute sous peine de disparaître rapidement. Et dans la stratégie à adopter, le choix d’un nom à la hauteur du nouveau théâtre d’Argyll Street, qui a coûté plus de 250 000 £, est fondamental. Mais qu’opposer au Coliseum et à l’Empire lui-même ?

  • 20 L’histoire a conservé le souvenir de deux traditions relatives à ce Palladion ; l’une qui l’emporte (...)
  • 21 Voir Clifford Ando, « The Palladium and the Pentateuch : Towards a Sacred Topography of the Later R (...)
  • 22 Servius, ad Aen. 7, 188 : septem fuerunt pignora, quae imperium Romanum tenent : acus matris deum, (...)

8Afin de lutter à armes égales, la réponse est à chercher dans Rome. Il faut à W. Gibbons trouver un nom court, efficace, qui sonne à l’antique, aux intonations latines, et capable d’exprimer la même puissance que ceux choisis par ses rivaux pour leurs propres établissements. W. Gibbons a bien une idée, qu’il fait partager à Fr. Matcham. Il existe dans la langue anglaise un mot qui pourrait bien faire l’affaire : palladium. Gibbons se renseigne sur ce terme hérité du moyen-français et qui désigne à l’origine la statue de Pallas/Athéna protégeant Troie20. Transférée à Rome21, elle devient l’un des sept pignora imperii qui assurent la protection et la pérennité de l’Empire22. Passé dans le langage juridique, le mot désigne un élément protecteur, au sens figuré comme au sens propre. Si le Bill of Rights est le palladium des libertés civiques, le bouclier ovale d’Athéna protège la cité. Et il aurait même, croit-on alors, donné son nom à un cirque antique – lieu de plaisir et de spectacle par excellence – ayant épousé sa forme. Magnifique ! W. Gibbons ne cherche pas davantage. Face au Coliseum, cet autre circus plongeant ses racines dans la Rome des Flaviens, son théâtre sera le Palladium (fig. 6). De cette interpretatio britannica du terme palladium, le plus prestigieux des théâtres modernes tire son nom.

  • 23 Cf. S. Theodore Felstead, Stars Who Made the Halls, Londres 1947.
  • 24 Vanna Fraticelli, Roma 1914-1929. La città e gli architetti tra la guerra e il fascismo, Rome 1982.

9Le succès est au rendez-vous. Les vedettes se succèdent sur scène et le nom Palladium devient alors l’emblème de la réussite de W. Gibbons23. Le développement du cinéma, favorisé par l’évolution rapide des techniques, de projection notamment, oblige les propriétaires de salles à s’adapter régulièrement, avec une fréquence qui va s’accélérant dans les années 1900-1910. W. Gibbons en profite pour rebaptiser certaines des salles lui appartenant. C’est notamment le cas du Ealing Theatre situé dans l’ouest de Londres. Ouvert en 1899 sur les plans de George G. Pargeter, il est reconstruit dès 1906 par l’architecte de théâtre Bertie Crewe et renommé Ealing Hippodrome Theatre. Avec une capacité de 1800 places, il est l’un des fleurons du circuit Gibbons avant la construction du Palladium. En 1908, converti en cinéma, il prend le nom de Broadway Theatre. De nouvelles modifications interviennent au début des années 1910 et le bâtiment, désormais réservé aux projections de films, rouvre le 16 mars 1914 sous le nom de Broadway Palladium Cinema. En quelques années, les cinémas Palladium se multiplient en Grande-Bretagne. Certains succèdent à de précédentes salles de spectacle comme à Brighton, sur la côte, où le vieil Alhambra Opera House and Music Hall dessiné par Fr. Matcham et ouvert en 1888 devient, le 6 avril 1912, le Palladium Grand Cinema De Luxe ; d’autres apparaissent ex nihilo comme à Llandudno, au Pays de Galles, où un grand Palladium Theatre dessiné par Arthur Hewitt ouvre ses portes en 1920 en lieu et place du vieux Market Hall datant de 1864 et détruit pour l’occasion. Cette frénésie gagne rapidement le continent, où les théâtre et cinémas Palladium fleurissent un peu partout. Tandis qu’en Avignon, un cinéma Palladium voit le jour en 1927, avec à l’affiche un film muet de Jean Durand et Berthe Dagmar, L’île d’amour, dont les principales vedettes sont Claude France et Mistinguett (fig. 8), à Rome, l’architecte Innocenzo Sabbatini construit entre 1927 et 1929 le Cinema Teatro Garbatella, dans le quartier du même nom24. Rebaptisé Teatro Palladium, l’édifice qui allie salle de concert et habitations a été restauré au début des années 2000 et fait aujourd’hui partie intégrante de l’Università degli Studi Roma Tre.

10Rome a fini par retrouver le Palladium.

11Un siècle après l’ouverture du premier Palladium, on ne compte plus aujourd’hui les salles de spectacle ainsi appelées de par le monde, un nom dont l’origine se trouve dans la compétition commerciale plus qu’érudite que se livrèrent au début du xxe siècle, à Londres, deux magnats du music hall.

Fig. 1 Affiche annonçant les six concerts (complets) de Bruce Springsteen au Palladium de New York en 1976

Fig. 1 Affiche annonçant les six concerts (complets) de Bruce Springsteen au Palladium de New York en 1976

Fig. 2 L’enseigne lumineuse du Palladium de New York affichant les trois concerts (à nouveau complets) donnés par Bruce Springsteen en 1978

Fig. 2 L’enseigne lumineuse du Palladium de New York affichant les trois concerts (à nouveau complets) donnés par Bruce Springsteen en 1978

Fig. 3 Publicité pour le Christmas Show d’Alan Freed en 1955

Fig. 3 Publicité pour le Christmas Show d’Alan Freed en 1955

Fig. 4 Ticket du concert des Rolling Stones à l’Academy of Music le 24 octobre 1964

Fig. 4 Ticket du concert des Rolling Stones à l’Academy of Music le 24 octobre 1964

Fig. 5 Programme de l’Academy of Music du 12 au 19 juin 1965

Fig. 5 Programme de l’Academy of Music du 12 au 19 juin 1965

Fig. 6 Couverture du programme de la première du Palladium de Londres le 26 décembre 1910

Fig. 6 Couverture du programme de la première du Palladium de Londres le 26 décembre 1910

Fig. 7 La façade du Palladium (ex Opera House) de Brighton en 1918

Fig. 7 La façade du Palladium (ex Opera House) de Brighton en 1918

Fig. 8 La façade du cinéma Palladium d’Avignon lors de son ouverture en 1927

Fig. 8 La façade du cinéma Palladium d’Avignon lors de son ouverture en 1927
Haut de page

Notes

1 Troisième album studio du chanteur après Greetings from Asbury Park N. J. et The Wild, the Innocent, and the E Street Shuffle.

2 Elle le fut finalement, à l’amiable, le 28 mai 1977. Par cet accord, Appel conservait une part des profits des trois premiers albums de Springsteen et le chanteur obtenait un contrôle total sur sa musique, ce qui lui permit de renégocier à la hausse son contrat d’enregistrement avec CBS. Sur la vie et la carrière de Br. Springsteen, dans une bibliographie aussi riche qu’inégale, on retiendra Dave Marsh, Bruce Springsteen : Two Hearts : The Definitive Biography, 1972-2003, New York 2003 et, dernièrement, Peter Ames Carlin, Bruce, New York 2012.

3 Springsteen et le E Street Band s’y produisirent de nouveau deux ans plus tard, pour trois concerts, du 15 au 17 septembre 1978 (fig. 1-2).

4 Le 4 novembre. L’ancienne chanteuse lead des Ronettes y interprète trois titres de 1963-1964 : « Baby, I Love You », « Walking in the Rain » et « Be My Baby ».

5 Le 30 octobre. P. Smith l’accompagne au chant sur « Rosalita », un morceau du deuxième album de Springsteen, sorti en 1973.

6 Le 29 octobre. Les deux chanteurs y donnent une version mémorable du « Quarter to Three » créé par Gary U.S. Bonds en 1961.

7 Il construisit à Londres, en 1928, sur Leicester Square, l’Empire Cinema, qui succéda à l’Empire Theatre inauguré quant à lui le 17 avril 1884. Les archives de Th. W. Lamb, qui comprennent des centaines de dessins, sont conservées à Columbia University.

8 Construit en 1854 sur les plans de l’architecte Alexander Saeltzer, l’Academy of Music originelle accueillit les premières américaines de nombreux opéras (Lucia di Lammermoor [1854], La Traviata [1856], Aida [1873], Lohengrin [1874], Carmen [1878], etc.) et des événements mondains mémorables tels que le bal donné le 12 octobre 1860 en l’honneur du Prince de Galles, le futur Edouard VII ; cf. l’édition du New York Times du 13 octobre 1860 et, plus généralement, sur le voyage du prince en Amérique du Nord, Dana Bentley-Cranch, Edward VII : Image of an Era 1841-1910, Londres 1992, p. 20-34. Détruite par le feu en 1865, l’Academy of Music fut aussitôt reconstruite mais dut ensuite faire face à la concurrence du Metropolitan Opera House qui ouvrit ses portes en 1883 au 1423 Broadway. L’Academy of Music, après un dernier opéra donné en 1885, se recentra alors sur le vaudeville, le théâtre, puis le cinéma ; cf. Edwin G. Burrows & Mike Wallace, Gotham : A History of New York City to 1898, New York – Oxford 1999, p. 1074-1075.

9 Parmi lesquels on note une série de concerts précédant le Jour de l’An 1962, avec comme tête d’affiche Murray the K, Johnny Mathis, Jan and Dean et, déjà, Gary U.S. Bonds (fig. 3).

10 Sur S. Bernstein et la British Invasion, cf. S. Bernstein & Arthur Aaron, « It’s Sid Bernstein Calling…», New York 2001.

11 Le 24 octobre 1964 et les 1er mai et 6 novembre 1965 (fig. 4).

12 Cette salle de l’East Village, sur la Deuxième Avenue, un ancien théâtre yiddish bâti en 1925-1926 et devenu par la suite un movie palace, fut rachetée par le producteur Bill Graham qui en fit l’épicentre de la scène musicale new yorkaise entre son ouverture le 8 mars 1968 et sa fermeture le 27 juin 1971. Du fait de sa remarquable acoustique, de nombreux concerts y furent enregistrés afin d’être commercialisés.

13 Cf. Chris Woodward, The London Palladium : The Story of the Theatre and Its Stars, Huddersfield 2009, part. p. 3-16 sur le Grand Cirque de Charles et Albert Hengler.

14 Cf. Andrew Horrall, Popular Culture in London c.1890-1918 : The Transformation of Entertainment, New York 2001.

15 Sur Fr. Matcham et ses nombreuses réalisations architecturales, cf. les deux ouvrages collectifs de Brian M. Walker (éd.), Frank Matcham : Theatre Architect, Belfast 1980 et David Wilmore (éd.), Frank Matcham & Co, Dacre 2008.

16 À l’apex, un groupe réunit les allégories de l’Art, de la Science et de la Littérature ; aux extrémités, deux figures présentent de grands masques, l’un tragique, l’autre comique. L’intérieur du nouveau théâtre offre une version très libre du style Rococo français, « brilliant in white and gold, with seating in warm red […] Rose du Barry hangings adorn the boxes, and upholstery of the same colour has been employed in the stalls, while the orchestra is enclosed by a marble balustrade. Generally speaking, the colour scheme of the walls is pink, white and gold, with coloured marbles, and certainly there is not a dull note anywhere. » (The Era, 24 déc. 1910). La salle de concert du premier étage est quant à elle décorée en style Louis XV. On cherchera en vain, hier comme aujourd’hui, toute trace d’Athéna dans les décors intérieur et extérieur du théâtre londonien.

17 Ian Bevan, Top of the Bill : The Story of the London Palladium, Londres 1952 ; Chr. Woodward, The London Palladium, p. 20, citant le Daily Telegraph du 1er décembre 1910.

18 Felix Barker, The House that Stoll Built : The Story of the Coliseum Theatre, Londres 1957.

19 Une synthèse sur cinq siècles d’histoire des théâtres et music halls de Grande-Bretagne dans John Earl, British Theatres and Music Halls, Princes Risborough 2005.

20 L’histoire a conservé le souvenir de deux traditions relatives à ce Palladion ; l’une qui l’emporte à Athènes après que Démophon, fils de Thésée, s’en est emparé, l’autre qui le mène en Italie, aux bons soins d’Anchise fuyant Troie en flammes sur les épaules de son fils Énée ; ces traditions et les versions qui s’y rattachent sont rappelées et analysées par Christiane Sourvinou-Inwood, Athenian Myths & Festivals. Aglauros, Erechtheus, Plynteria, Panathenaia, Dionysia (éd. par Robert Parker), Oxford 2011 (chap. 4).

21 Voir Clifford Ando, « The Palladium and the Pentateuch : Towards a Sacred Topography of the Later Roman Empire », Phoenix, 55.3/4, 2001, p. 398-399.

22 Servius, ad Aen. 7, 188 : septem fuerunt pignora, quae imperium Romanum tenent : acus matris deum, quadriga fictilis Veientanorum, cineres Orestis, sceptrum Priami, velum Ilionae, palladium, ancilia.

23 Cf. S. Theodore Felstead, Stars Who Made the Halls, Londres 1947.

24 Vanna Fraticelli, Roma 1914-1929. La città e gli architetti tra la guerra e il fascismo, Rome 1982.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Affiche annonçant les six concerts (complets) de Bruce Springsteen au Palladium de New York en 1976
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 2 L’enseigne lumineuse du Palladium de New York affichant les trois concerts (à nouveau complets) donnés par Bruce Springsteen en 1978
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 3 Publicité pour le Christmas Show d’Alan Freed en 1955
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2959/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4 Ticket du concert des Rolling Stones à l’Academy of Music le 24 octobre 1964
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2959/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 5 Programme de l’Academy of Music du 12 au 19 juin 1965
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2959/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 6 Couverture du programme de la première du Palladium de Londres le 26 décembre 1910
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2959/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 7 La façade du Palladium (ex Opera House) de Brighton en 1918
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2959/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 8 La façade du cinéma Palladium d’Avignon lors de son ouverture en 1927
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2959/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Bricault, « Live at the Palladium », Pallas, 100 | 2016, 275-281.

Référence électronique

Laurent Bricault, « Live at the Palladium », Pallas [En ligne], 100 | 2016, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/2959 ; DOI : 10.4000/pallas.2959

Haut de page

Auteur

Laurent Bricault

Professeur d’Histoire romaine
Université Toulouse Jean Jaurès / IUF
PLH-ERASME (EA 4601)
bricault@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org