Navigation – Plan du site
Laisser son nom : femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes

Celles qui avaient un nom. Eurykléia ou comment rendre les femmes visibles

Sandra Boehringer, Adeline Grand-Clément, Sandra Péré-Noguès et Violaine Sebillotte Cuchet
p. 11-19

Texte intégral

1Pour les Anciens, prononcer le nom d’une divinité, c’est la faire advenir. Mais qu’en est-il du nom des mortels, des hommes et des femmes des sociétés grecque et romaine ? Ce dossier se propose d’étudier, avec l’outil du genre (gender), la façon dont les Grecs et les Romains nommaient les femmes, la manière dont elles-mêmes se désignaient et comment leurs traces et leur nom étaient conservés. On a longtemps pensé que les historiens disposaient de moins d’informations sur les femmes que sur les hommes du passé, mais les recherches du xxe siècle, tant dans le champ de l’épigraphie et de la papyrologie que dans celui de l’histoire des femmes et du genre, ont montré qu’il en allait autrement. Elles ont permis non seulement de réduire l’écart entre nos connaissances sur les hommes et celles sur les femmes des sociétés anciennes, mais surtout de révéler combien le regard contemporain sur les documents antiques a contribué à négliger un certain nombre d’informations pourtant présentes dans notre documentation.

  • 1 La démarche décrite ici est celle qui anime nos travaux collectifs : Sebillotte Cuchet et Ernoult, (...)

2Le genre est une méthode permettant d’historiciser les catégories et de percevoir les différentes manières dont les sociétés se représentaient ce que nous appelons la « différence de sexe ». La différenciation femmes/hommes est le résultat d’une interprétation culturelle et sociale des corps, des actes et des fonctions que chaque individu est appelé à assumer au cours d’une vie. En histoire ancienne, qu’il s’agisse des domaines de la génération, de la croissance, de la maladie et la mort, ou encore de fonctions sociales variées, comme la participation à des rituels, l’inscription dans un réseau de parenté ou une hiérarchie sociale, l’outil du genre permet de comprendre quelles significations ont été données, parmi un ensemble d’interactions sociales, au fait d’être né(e) fille ou garçon1.

  • 2 Sur le kleos, bruit éclatant qui contribue à conserver la mémoire d’un défunt, voir les belles page (...)

3C’est avec l’outil du genre que les contributrices et les contributeurs de ce dossier consacré aux femmes et aux actes de mémoire se proposent de mener l’enquête. Il s’agit d’étudier, sous l’angle particulier du nom et de l’acte de nomination, les sociétés antiques grecque et romaine entre le viiie siècle av. J.-C. et le iiie siècle apr. J.-C. Faire résonner à nouveau le nom des femmes revient à leur restituer une forme de visibilité, à leur rendre le kleos – la renommée2 – dont elles ont été souvent privées, en raison des aléas de la transmission des documents et, surtout, du filtre déformant de la tradition historiographique, tant antique que moderne.

Le « nom des femmes » dans l’historiographie récente

  • 3 Fraenkel, s.v ; Namenwesen, R.E., 1935, XVI-2, col. 1611-1670.
  • 4 Masson, 1981, p. I–IV.
  • 5 Robert, 1968.

4Si l’on excepte les travaux de Friedrich Bechtel (1855-1924) qui, en 1902, publie les Attische Frauennamen, la question de la spécificité éventuelle des noms de femmes n’a jamais été traitée en tant que telle. Comme le souligne Olivier Masson, l’article d’Ernst Fraenkel sur l’onomastique grecque, paru en 1935 dans l’encyclopédie Pauly-Wissowa3, ne mentionne que peu de noms de femmes4. Il faut attendre Louis Robert, durant les années 19605 puis lors du Viie Congrès international d’épigraphie grecque et latine de 1977 à Constantza, pour que soient rappelées précisément les conditions dans lesquelles les noms de femmes retenus par la tradition – surtout manuscrite – nous sont parvenus. Louis Robert montre comment l’invention de noms de personnages féminins dans certains genres discursifs antiques – la comédie notamment – a influencé l’interprétation des historiens et des épigraphistes contemporains. Il pointe aussi la ténacité des préjugés modernes qui conduisent à alimenter la liste imaginaire des « noms de courtisanes ». Là, l’apport de certains documents épigraphiques, souligne-t-il, est précieux :

  • 6 Robert, 2007, p. 151 (étude publiée pour la première fois en 1979).

« Les auteurs grecs ont donné des séries de noms féminins quand ils ont écrit l’histoire des courtisanes ou qu’ils ont rédigé des lettres entre personnes de ce monde (Athénée, Alciphron, Aristénète). Même dans les mentions épisodiques de femmes, il s’agissait chez eux, le plus souvent, de parler des maîtresses ou des concubines des grands ou des célébrités de ce monde. La comédie fournissait sa contribution en ce domaine, et puis encore les épigrammes amoureuses ou érotiques. Ce sont les inscriptions (en Égypte les papyrus) qui ont apporté, successivement et massivement, la matière de l’onomastique des femmes dans la vie quotidienne, femmes de toutes les classes : épitaphes, listes, inventaires d’offrandes, souscriptions publiques aussi et inscriptions honorifiques. Or, beaucoup de noms de femmes avaient déjà été classés comme noms de courtisanes. Parce qu’une Chélidôn avait été la maîtresse de Verrès, les filles appelées par leurs parents du nom gracieux d'« Hirondelle » ont été suspectées de galanterie. On en est arrivé à l’aventure de la «Sogenannte Hetaereninschrift von Paros», liste de contributions féminines dans un sanctuaire d’Aphrodite. C’est en 1898 que Wilhelm a dû démontrer qu’il s’agissait – inscriptions de Paros à l’appui – d’épouses et de mères de famille. Mais il y a toujours et toujours à lutter contre la vieille tradition philologique périmée. Bechtel fut influencé par elle, dans ses «Noms de femmes athéniennes» et ailleurs ; tant de femmes dans les épitaphes ont été déclarées péremptoirement «Hetäre oder Sklavin», «Sklavin oder Hetäre». Les lexicographes contribuaient à ce contresens. Car, pour bien des mots qui se retrouvent dans l’onomastique, ils notent qu’ils sont employés aussi pour les organes sexuels de l’un ou l’autre sexe ; c’est le « Nebensinn » souvent allégué par Bechtel. Mais tout le vocabulaire pourrait y passer ; car le vocabulaire familier du sexe est tentaculaire et ne laisse rien en dehors de ses comparaisons et identifications6. »

  • 7 Cameron, 1981. Sur cet effet de contagion, voir, dans Boehringer, 2007, l’analyse de l’interprétati (...)

5Plus tard, Alan Cameron, dans son étude des épigrammes hellénistiques7, dénonce également cette autre tendance qui consiste à considérer comme courtisane toute femme qui ne se conduit pas selon l’idée que l’on se fait de l’épouse grecque : ces préjugés contemporains conduisent à agrandir encore la (dite) liste de « noms de courtisanes ». Ainsi, l’invention de nom de femmes fictifs dans certaines pratiques discursives valorisées par la tradition manuscrite et les représentations que les hellénistes se font, à chaque époque, de l’« épouse » ou de la « mère de famille » grecque, ont faussé les interprétations de bien des témoignages, en particulier les témoignages épigraphiques qui n’étaient pas inscrits dans le champ des références d’un métadiscours érudit.

  • 8 Briquel, 1996, p. 21-23.
  • 9 Pour une étude récente des noms celtiques, voir Stüber, 2005.
  • 10 Briquel, 1996, p. 29.
  • 11 Ce fut le cas, par exemple, de Philê ou de Kleitaretê (Isée 3.30) : Todd, 1997.

6Les femmes, qu’elles fussent grecques, romaines ou « barbares », portaient toutes un nom personnel et les conventions onomastiques variaient en fonction des sociétés. On sait que, dans les inscriptions romaines d’époque impériale, le citoyen porte les tria nomina (prénom, gentilice, cognomen), tandis que la désignation par un nom unique caractérise les individus de condition servile. Or, en ce qui concerne les Romaines, leur nom est la forme féminine du nomen de leur père (nom de famille, de la gens à laquelle elles appartiennent) avec éventuellement l’addition conventionnelle d’adjectifs tels que maior, minor, tertia, etc. Cela donne donc : une Antonia, une Iulia ou une Lucia8. Ainsi, la femme des inscriptions romaines ne bénéficie pas, contrairement à son homologue masculin, du prénom qui permet l’individualisation et elle reste présentée, même après son mariage, comme un membre de sa gens de naissance. Dans le monde celte, en revanche, hommes et femmes partagent le même type de dénomination, un nom individuel souvent à connotation valorisante9. La règle du nom individuel se retrouve dans le monde étrusque où il peut être accompagné du patronyme, voire du matronyme10. Dans l’Athènes classique, pour prendre l’exemple grec le plus connu, l’usage diffère peu puisque les filles reçoivent leur nom lors de la dekatê (fête du dixième jour)11. Le système onomastique exprime ainsi, dans sa variété, des relations de genre, du moins dans leur aspect formel.

  • 12 Schmitt Pantel, 1994-1995. Pour la notion anachronique de « bourgeoisie », voir l’emploi qu’en fait (...)
  • 13 Byrne et al., 1994.
  • 14 Oulhen, 2009, p. 112 n. 6.
  • 15 Voir, dans ce numéro, l’article de Marie Augier consacré aux prêtresses ou aux donatrices qui prolo (...)

7Au-delà de cette remarque d’ordre général, il reste difficile de mettre en valeur une autre variation, que l’on pourrait dire interne aux systèmes sociaux, celle due au type de pratique discursive. En 1977, David Schaps soulignait le soin pris par les orateurs attiques à éviter de nommer des épouses et filles de citoyens, précautionneusement désignées par périphrase. Dans les discours prononcés devant les tribunaux, elles apparaissaient incidemment et dans une position subalterne : « ma mère était fille de X ». Pour expliquer ce silence entourant le nom des femmes, David Schaps suggérait que le simple fait de nommer une femme respectable dans un contexte judiciaire était préjudiciable à celle-ci et à l’honneur de sa famille. En effet, seules trois catégories de femmes sont effectivement nommées : celles qui sont décédées, celles qui ont mauvaise réputation et les parentes de celui auquel on s’oppose. Dans son article sur « la femme sans nom d’Ischomaque », fondé sur l’analyse de l’Économique de Xénophon, Pauline Schmitt Pantel a montré que toute une série de documents se conformait à la norme sociale que certains désignent aujourd’hui comme « bourgeoise »12. En utilisant les volumes du Lexicon of Greek Personal Names (en l’occurrence le LGPN ii, qui recense les noms connus en Attique13) comme source documentaire, Jacques Oulhen a récemment dressé un constat statistique qui confirme ce que l’on appelle désormais l’invisibilité des femmes : « Toute période confondue, on connaît à Athènes 5 691 femmes (pour 1 890 noms différents) contre 56 618 hommes (pour 6 423 noms différents) : soit un rapport de 1/10 »14. L’absence d’attention portée aux contextes de citation des noms de femmes (et d’hommes) conduit cependant à gommer les effets de source. En effet, celles et ceux qui ont travaillé sur des sources différentes du corpus textuel classique ont souligné à la fois le biais idéologique de ce corpus et son écart par rapport à des sphères d’activités – religion, échanges économiques, poésie – dans lesquelles des femmes pouvaient tirer quelque gloire à être nommées par leur nom personnel15. Autrement dit, la visibilité des femmes découle en grande partie des conventions propres au type de document utilisé par les chercheur-e-s.

8Ainsi, au lieu d’appuyer une réflexion uniquement sur la catégorie de documents couramment mobilisés – en général, les textes issus de la tradition manuscrite, qui concernent les activités des assemblées politiques et des tribunaux –, il s’agit pour nous de comparer les différentes pratiques discursives afin d’analyser la façon dont elles influent sur l’enregistrement du nom et la perception de l’individu. On pourra alors comprendre quel type de pratique ou de contexte construit, plus qu’un autre, la distinction de genre entre les individus.

La base de données Eurykléia : un projet collaboratif et évolutif

  • 16 Pour l’heure, un carnet de recherche en ligne rend compte de l’avancée des travaux : https://eurykl (...)

9Pour retrouver « celles qui avaient un nom » et les faire connaître dans le champ de l’histoire et de l’anthropologie des sociétés antiques, il faut se doter d’outils nouveaux et efficaces, susceptibles de rendre accessible aux chercheurs une documentation qui soit la plus large et variée possible. C’est autour d’un tel projet qu’est née l’idée de constituer une base de données destinée à être consultable en ligne16. L’objectif est de fournir un instrument de travail rassemblant tous les noms de femmes à partir de leur apparition dans les documents antiques, que ces derniers aient été transmis par la tradition manuscrite ou soient issus de découvertes archéologiques. L’aire géographique retenue est vaste : le bassin méditerranéen, avec ses extensions orientales et occidentales, liées à la conquête macédonienne puis romaine. Quant à l’arc temporel, il va du viie siècle av. J.-C. au iiie apr. J.-C. Ce choix d'un cadre géographique et chronologique de référence peut sembler trop ambitieux ; il vise en fait à favoriser les possibilités de comparaisons et à intégrer tous les chercheuses et chercheurs intéressés par notre problématique, même s’ils travaillent sur des données situées aux extrémités du découpage traditionnel de ce que l’on considère comme l’Antiquité classique. Nous avons choisi d’appeler cette base de données Eurykléia, en référence au personnage homérique, la nourrice d’Ulysse : son nom, qui dit la grande gloire (kleos), contraste avec le statut subalterne dont l’a dotée l’aède – ou la tradition poétique de l’archaïsme grec.

  • 17 Loraux, 1991.

10Conçue comme le fruit d’une entreprise collaborative et évolutive, la base Eurykleia se trouvera enrichie à mesure des avancées des équipes intégrées dans le projet. Pour ce qui concerne le choix des noms féminins retenus, nous avons décidé de nous limiter à ceux de femmes ayant effectivement vécu – c’est-à-dire celles que les Anciens ont considéré comme étant de « leur monde », autrement dit, de « leur époque », celle de la « Race de fer », si l’on reprend la terminologie hésiodique. Les déesses, les nymphes et les figures de la tradition poétique (y compris dans la tragédie) associées à l’âge des héros ou au monde divin ne sont donc pas concernées par la base de données. Certes, il est dommage de séparer ainsi des domaines qui ont tant d’interférences dans la société antique, mais il a fallu donner au projet un périmètre raisonnable. Et, après tout, comme le soulignait Nicole Loraux17, une déesse n’est pas une femme.

  • 18 Les bases de données prosopographiques ont été principalement élaborées pour l’Antiquité gréco-roma (...)
  • 19 Et la détermination du genre d’un anthroponyme n’est pas toujours aisée. La forme grammaticale, au (...)

11La constitution d’une base de données présente plusieurs intérêts. L’aspect quantitatif – qui ne signifie pas nécessairement recherche de l’exhaustivité – permettra de reprendre à nouveaux frais les réflexions sur la norme statistique et de reposer la question de l’exceptionnalité par rapport à cette norme, par l’étude préalable des enjeux propres aux différents genres discursifs dans lesquels apparaissent les noms. Il ne s’agit donc pas de recenser les noms de femmes pour eux-mêmes, mais de mettre en avant la pluralité des contextes discursifs à partir d’un répertoire de noms de femmes. De fait, l’originalité de la base résidera dans le fait qu’elle ne visera pas à produire un grand dictionnaire biographique de femmes antiques, puisque les entrées de la base de données Eurykléia ne concerneront pas les personnages eux-mêmes mais bien les occurrences de leur nom dans la documentation. Nous nous écartons donc délibérément du modèle de la prosopographie pour privilégier l’étude de la source qui produit le nom et la forme de son énonciation18. Pourquoi un nom de femme était-il énoncé ? Par qui ? Que disent les énoncés des femmes quand ils les nomment ? Pour répondre à ces questions, il conviendra de signaler les raisons de la nomination (son acte, sa parole, son lien à un autre personnage) et la modalisation éventuelle de cette nomination. Nous souhaitons en effet que l’utilisateur de la base de données puisse évaluer la manière dont le sexe (noté par le nom personnel19) du personnage apparaît, s’il entre en lien avec une fonction ou une activité sociale, et dans quelle proportion il influence ou non la réception des actions réalisées. Notre projet ne vise donc pas in fine à souligner la différence entre les hommes et les femmes – que ce soit pour s’en indigner, pour l’exagérer ou la minorer – mais à percevoir la manière dont, dans les sociétés antiques, le genre interagit avec les autres formes de différenciations que sont, entre autres, le statut politique, le positionnement socio-économique ou l’ancrage dans la parenté et dans un contexte chrono-culturel donné.

  • 20 Ce dossier prolonge les réflexions menées à l’occasion d’une Journée d’études qui a eu lieu à Toulo (...)

12On l’aura compris, l’élaboration de la base Eurykléia ne constitue pas une fin en soi mais marque une étape dans un processus de recherche plus large. Les différents articles rassemblés ici en montrent une autre facette et confirment l’intérêt de l’entreprise20, en suggérant notamment les pistes d’analyse qui pourront être suivies à partir de l’outil informatique.

Autour du nom des femmes : retour aux sources

13Envisager les différents canaux de la transmission, depuis l’Antiquité, du nom des femmes grecques implique de porter une attention soutenue à la nature de la documentation disponible. Chaque source se caractérise en effet par un type de discours spécifique, qui influe sur la place accordée aux anthroponymes féminins. En témoignent les sept contributions du dossier, qui présentent un large éventail de configurations possibles.

14L’article présenté par Évelyne Scheid sur le nom et le personnage épique d’Eurykleia, la nourrice d’Ulysse, souligne d’entrée de jeu la spécificité de la poésie épique comme matériau documentaire – ce qui justifie dans un sens son exclusion du domaine couvert par la base de données. Le nom de la nourrice d’Ulysse, Eurykleia, apparaît dans l’Iliade largement investi de significations symboliques, notamment parce qu’il répond à celui d’Antikleia, la mère d’Ulysse, celle qui a eu autre chose (anti) à la place du kleos. Deux destins de femmes se dessinent : celle de l’épouse occupant la position sociale que l’on pourrait dire idéale, dans une perspective d’histoire sociale classique, et celle de la nourrice abandonnée par sa famille et achetée par un maître, qui ne fonde nulle famille, reste dans l’ombre du palais mais acquiert, à l’inverse de la première, une renommée individuelle par sa capacité à participer à la geste épique des héros.

15Qu’ils travaillent à partir d’archives écrites, en compilant des œuvres antérieures ou en récoltant des témoignages oraux, les historiens grecs et romains constituent un maillon décisif dans la chaîne de transmission des noms féminins. Récipiendaires d’une mémoire collective, ils contribuent eux-mêmes à la façonner, à l’enrichir ou à l’infléchir. En s’intéressant à l’entourage d’un des rois spartiates les plus renommés, Agésilas ii, Annalisa Paradiso cherche à mettre en lumière les aléas de la transmission, dans l’Antiquité, du nom de certains membres féminins de la famille royale. On remonte ainsi aux origines de l’invisibilité des noms de femmes et, avec Plutarque, on peut suivre les premiers efforts historiographiques destinés à les sortir de l’oubli dans lequel ils étaient tombés. Dans le cas de Polyen, analysé par Sandya Sistac, on constate que la mémoire des événements peut se transmettre sans celle des noms : les actions héroïques des femmes mentionnées dans les Strategika sont parfois celles d’anonymes, qui agissent de manière collective et sont finalement identifiées à leur cité. Enfin, l’étude d’Adeline Adam permet de suivre le processus complexe d’élaboration d’un renom individuel, celui d’Agrippine l’Aînée par Tacite, dans les Annales. Si le nom de sa fille, Agrippine la Jeune, a frappé l’imaginaire contemporain par l’efficacité des charges portées contre elle par les historiens, Agrippine l’Aînée est, quant à elle, associée au souvenir d’un idéal républicain, que Tacite façonne notamment grâce au portrait de cette femme de pouvoir.

16Si les sources issues de la tradition manuscrite peuvent être envisagées sous un jour nouveau, la documentation épigraphique constitue, elle, un réservoir de noms féminins assurément beaucoup plus riche, et qui gagne à être analysé du point de vue du genre. Les inscriptions permettent en effet de remettre en question l’idée très répandue d’un silence des hommes grecs sur le nom de leurs concitoyennes, et celle d’un espace public uniquement masculin. En s’intéressant aux décrets honorant, à l’époque classique et hellénistique, des prêtresses ou des citoyennes donatrices, Marie Augier fait apparaître l’importance de la visibilité du nom de ces femmes au cœur de la cité et incite à reprendre le dossier de l’autonomie financière de ces gunaikes, dans divers contextes. Elle souligne que les instances qui promulguent des décrets honorifiques désignent généralement de la même manière les personnes honorées, quel que soit leur sexe. La série d’inscriptions votives athéniennes que rassemble Claire Jacqmin révèle également l’importance des femmes dans la vie religieuse de la cité et l’indépendance dont elles font preuve en tant que donatrices, agissant à l’égal de leurs homologues masculins. Quant à la contribution de Romain Guicharrousse, consacrée à la documentation épigraphique funéraire athénienne, elle pose la question de l’identification de l’origine ethnique à partir de l’étude de l’onomastique féminine. Comment repérer les étrangères dans les épitaphes ? Son étude montre que l’interprétation du texte ne peut se passer de la prise en compte du monument support, dans sa matérialité : l’énonciation du nom obéit en effet à une série de conventions et d’objectifs liés à la production de la stèle, à son érection dans un espace parcouru par des visiteurs, à sa mise en valeur par effets de réponse et de miroir avec les stèles voisines de la nécropole.

  • 21 Signalons, dans cette perspective, le travail mené par Anne Debrosse sur la transmission des noms d (...)

17Les différents articles suggèrent qu’il y a encore beaucoup à faire pour comprendre les mécanismes qui ont joué dans la publicité accordée (ou non) au nom des femmes et permis (ou au contraire empêché) leur inscription dans la mémoire collective de la cité, aux côtés de leurs homologues masculins. Une telle enquête implique de porter attention à la variété des sources documentaires, mais aussi de mener une enquête historiographique. Il faut en effet tenter de suivre le fil de la transmission de ces noms sur la longue durée, afin de saisir les moments de rupture, de réajustements ou de recréations21 dans la constitution d’une tradition sans cesse remodelée depuis l’Antiquité, et dont nous avons aujourd’hui hérité.

Haut de page

Bibliographie

Avram, A., 2013, Prosopographia Ponti Euxini Externa, Louvain.

Boehringer, S. et Sebillotte Cuchet, V. (dir.), 2011, Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine. Le genre : méthode et documents, Paris.

Boehringer, S. et Sebillotte, Cuchet V. (dir.), 2013, Des femmes en action. L’individu et la fonction en Grèce antique, Mètis, Hors Série, Paris-Athènes.

Boehringer, S., 2007, All’Hagêsichora me teirei (Alcman fr. 3). Ce que les travaux sur la sexualité apportent aux recherches sur le genre, dans N. Ernout et V. Sebillotte-Cuchet (dir.), Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris, p. 125-145.

Briquel, D., 1996, Le système onomastique féminin dans les épigraphes de l’Italie préromaine, Sources. Travaux historiques, 45-46, p. 21-30.

Byrne, S. G., Fraser, P. M. et Osborne, M. J., 1994, Lexicon of Greek Personal Names. Volume II: Attica, Oxford.

Cameron, A., 1981, Asclepiades’s Girlfriends, dans H. P. Foley (ed.), Reflections of Women in Antiquity, Londres, p. 275-302, révisé et complété dans A. Cameron, Callimachus and His Critics, Princeton, 1995, p. 494-519.

Debrosse, A., 2015, La réception des poétesses grecques, ou les affabulations de « l’imagination combleuse », Anabases, 21, p. 253-262.

Fraenkel, E., 1935, s.v. Namenwesen, Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Stuttgart, XVI-2, col. 1611-1670.

Frija, G., 2012, Les Prêtres des empereurs: le culte impérial civique dans la province romaine d’Asie, Rennes.

Georgoudi, S., 2003, Lysimaché la prêtresse, dans N. Loraux (dir.), La Grèce au féminin, Paris, p. 167-214 (2ème éd. 1993).

Kron, U., 1996, Priesthoods, dedications and euergetism. What part did religion play in the political and social status of greek women?, dans P. Hellström et B. Alroth (éd.), Religion and Power in the Ancient Greek World (Uppsala Symposium, 1993), Uppsala, p. 139-182.

Loraux, N., 1991, Qu’est-ce qu’une déesse ?, dans G. Duby et M. Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, vol. 1, p. 31-62.

Marchiandi, D., 2011, I periboli funerari nell’Attica classica: lo specchio di una « borghesia », Athènes/Paestum, p. 192-193.

Masson, O., 1981, Friedrich Bechtel et l’anthroponymie grecque, préface à l’ouvrage de Fr. Bechtel, Kleine onomastische Studien: Aufsätze zur griechischen Eigennamenforschung, Königstein/Taunus, p. I–IV.

Morpurgo Davies, A., 2000, Greek Personal Names and Linguistic Continuity, dans S. Hornblower et E. Matthews, Greek Personal Names. Their Value as Evidence, Proceedings of the British Academy, 104, Oxford, p. 15-39.

Nissen, C., 2006, Prosopographie des médecins de l’Asie Mineure pendant l’Antiquité classique, thèse EPHE, Paris.

Oulhen, J., 2009, Les noms théophores composés féminins à Athènes, dans L. Bodiou et V. Mehl (éd.), La Religion des femmes en Grèce ancienne, Rennes, p. 111-143.

Robert, L., 1968, Discussion de la communication de W. Ludwig, Die Kunst des Variation im Hellenistischen Liebesepigramm, L’Épigramme grecque (Fondation Hardt, Entretiens sur l’Antiquité classique 14), Genève, p. 340-341.

Robert, L., 2007, L’onomastique grecque, dans D. Rousset et Ph. Gauthier (éd.), Choix d’écrits, Paris, p. 145-156 (texte publié en 1979).

Schmitt Pantel, P., 1994-1995, Autour d’une anthropologie des sexes. À propos de la femme sans nom d’Ischomaque, Mètis, 9-10, p. 299-305.

Sebillotte Cuchet, V. et Ernoult, N. (éd.), 2007, Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris.

Stüber, K., 2005, Schmied und Frau. Studien zur gallischen Epigraphik und Onomastik, Budapest.

Svenbro, J., 1988, Phrasikleia : anthropologie de la lecture en Grèce ancienne, Paris.

Todd, S. C., 1997, Status and Gender in Athenian Public Records, dans G. Thür et J. Velissaroupoulos (éd.), Symposion 1995. Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte 11 (Corfou, 1er-5 septembre 1995), Cologne, p. 113-124.

Haut de page

Notes

1 La démarche décrite ici est celle qui anime nos travaux collectifs : Sebillotte Cuchet et Ernoult, 2007 ; Boehringer et Sebillotte Cuchet, 2011 ; Boehringer et Sebillotte Cuchet, 2013.

2 Sur le kleos, bruit éclatant qui contribue à conserver la mémoire d’un défunt, voir les belles pages de Jesper Svenbro, à propos justement du nom porté par une jeune Athénienne du milieu du vie siècle av. J.-C., Phrasikleia, dont on a retrouvé le monument funéraire (Athènes, Musée archéologique national, 4889, voir image en couverture) : Svenbro, 1988.

3 Fraenkel, s.v ; Namenwesen, R.E., 1935, XVI-2, col. 1611-1670.

4 Masson, 1981, p. I–IV.

5 Robert, 1968.

6 Robert, 2007, p. 151 (étude publiée pour la première fois en 1979).

7 Cameron, 1981. Sur cet effet de contagion, voir, dans Boehringer, 2007, l’analyse de l’interprétation selon laquelle Nannion et Bittô, personnages de l’épigramme d’Asclépiade (Anthologie grecque, V. 207), seraient des courtisanes sous prétexte qu’elles ont des relations sexuelles ensemble et qu’elles viennent de Samos, comme Philaenis qui porterait un « nom de courtisane ».

8 Briquel, 1996, p. 21-23.

9 Pour une étude récente des noms celtiques, voir Stüber, 2005.

10 Briquel, 1996, p. 29.

11 Ce fut le cas, par exemple, de Philê ou de Kleitaretê (Isée 3.30) : Todd, 1997.

12 Schmitt Pantel, 1994-1995. Pour la notion anachronique de « bourgeoisie », voir l’emploi qu’en fait Daniela Marchiandi (2011, p. 192-193).

13 Byrne et al., 1994.

14 Oulhen, 2009, p. 112 n. 6.

15 Voir, dans ce numéro, l’article de Marie Augier consacré aux prêtresses ou aux donatrices qui prolonge des pistes ouvertes, entre autres, par les études fondatrices de Stella Georgoudi (2003) et Uta Kron (1996) sur les prêtresses.

16 Pour l’heure, un carnet de recherche en ligne rend compte de l’avancée des travaux : https://eurykleia.hypotheses.org/

17 Loraux, 1991.

18 Les bases de données prosopographiques ont été principalement élaborées pour l’Antiquité gréco-romaine de l’époque impériale. La période du viiie siècle av. J.-C. au iiie siècle apr. J.-C. est bien moins connue, alors que le genre du Catalogue des femmes apparaît dès l’époque archaïque. Les prosopographies actuelles concernent souvent une profession (par exemple pour les médecins de l’Asie mineure : Nissen, 2006) ou une fonction (par exemple pour les personnes impliquées dans le culte impérial de la province d’Asie : Frija, 2012, et http://www.pretres-civiques.org/). Des prosopographies externes sont souvent élaborées sur des critères géographiques (pour le Pont-Euxin par exemple : Avram, 2013).

19 Et la détermination du genre d’un anthroponyme n’est pas toujours aisée. La forme grammaticale, au vocatif par exemple, ou au datif, peut être identique pour un nom d’homme ou de femme. Amunias est appelé au vocatif Amunia, forme grammaticale identique à celle d’un nom féminin, ce que souligne le personnage de Socrate dans les Nuées d’Aristophane (v. 685 sq.) : Morpurgo Davies, 2000, particulièrement p. 20-21.

20 Ce dossier prolonge les réflexions menées à l’occasion d’une Journée d’études qui a eu lieu à Toulouse le 4 avril 2014 (« Laisser son nom. Femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes »). Nous remercions l’ensemble des collègues pour leur participation et particulièrement l’équipe toulousaine pour l’organisation de la journée, qui a bénéficié d’un soutien financier assuré par la MSHS de Toulouse, les laboratoires TRACES (UMR 5608), ANHIMA (UMR 8210) et PLH-ERASME (EA 4601). L’ensemble du projet Eurykléia est, quant à lui, financé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et soutenu par l’UMR 8210 ANHIMA. Les laboratoires TRACES (UMR 5608), PLH-ERASME (EA 4601) et ARCHIMEDE (UMR 7044, Strasbourg) en sont partenaires.

21 Signalons, dans cette perspective, le travail mené par Anne Debrosse sur la transmission des noms de poétesses grecques au cours de l’époque moderne : Debrosse, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Boehringer, Adeline Grand-Clément, Sandra Péré-Noguès et Violaine Sebillotte Cuchet, « Celles qui avaient un nom. Eurykléia ou comment rendre les femmes visibles », Pallas, 99 | 2015, 11-19.

Référence électronique

Sandra Boehringer, Adeline Grand-Clément, Sandra Péré-Noguès et Violaine Sebillotte Cuchet, « Celles qui avaient un nom. Eurykléia ou comment rendre les femmes visibles », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 15 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/2974

Haut de page

Auteurs

Sandra Boehringer

Maître de conférences en Histoire grecque,
Université de Strasbourg
ARCHIMEDE (UMR 7044)
s.boehringer@unistra.fr

Adeline Grand-Clément

Maître de conférences en histoire grecque
Université Toulouse - Jean Jaurès
PLH-Erasme EA 4601
adelinegc@yahoo.fr

Articles du même auteur

Sandra Péré-Noguès

Maître de conférences en histoire grecque
Université Toulouse - Jean Jaurès
TRACES UMR 5608
perenog@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Violaine Sebillotte Cuchet

Professeure d’Histoire grecque
Université Paris I Panthéon-Sorbonne
ANHIMA (UMR 8210)
violaine.sebillotte@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org