Navigation – Plan du site
Laisser son nom : femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes

Eurykléia, une vie, un nom

Eurykleia, her life, her name
Evelyne Scheid-Tissinier
p. 21-29

Résumés

Eurykléia est une figure homérique bien connue, dont la renommée, inscrite dans son nom même (elle est celle qui bénéficie d’un large kleos), est liée à la fidélité qu’elle a su témoigner à la famille royale d’Ithaque, jusqu’au retour d’Ulysse. Femme achetée par Laërte, sans qu’il fasse d’elle sa concubine, Eurykléia s’est vu assigner la fonction d’être la nourrice d’Ulysse puis de Télémaque. Elle a vécu une longue vie de servante au cœur du palais, dont elle garde le trésor, le thalamos, au plus près de la famille royale, avant que ses capacités de résistance et l’aide qu’elle a su apporter au roi, lors de la reconquête du trône, lui confèrent une gloire dont n’a pas en revanche bénéficié, Antikléia, la mère d’Ulysse, qui n’a pas réussi à rester en vie et qui est morte de douleur avant le retour de son fils. Eurykléia/Antikléia deux figures, dont les noms se font écho et auxquelles la poésie épique a conféré un ensemble de caractères antinomiques qui se répondent trait pour trait.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nagy, 1994, p. 28-41, qui explore l’onomastique pour expliciter le rôle dévolu à un certain nombre (...)
  • 2 Voir sur le déroulement de ce processus, Cantarella, 2003.

1Figure féminine du monde homérique, et plus précisément de l’Odyssée, Eurykléia a été dotée par la postérité d’une destinée tout à fait atypique dans un monde épique voué à célébrer les faits et gestes des héros et héroïnes aristocratiques qui peuplent ses récits. Tout en étant présentée par le texte épique comme une femme qui a vécu une longue vie de servante, recluse dans le palais d’Ulysse à Ithaque, Eurykléia bénéficie en effet d’un nom pourvu d’une résonance quasiment aristocratique puisqu’il proclame qu’une « large renommée », un large kleos, s’attache à elle1. De fait, elle est connue comme la nourrice d’Ulysse puis de Télémaque, une figure féminine dont la fidélité sans faille accompagne celle de Pénélope et incarne d’une certaine manière la capacité de résistance qu’a su déployer l’oikos du héros pendant sa très longue absence. Une résistance qui, face aux tentatives d’accaparement menées par les prétendants, a permis la mise en place du processus à travers lequel le roi d’Ithaque a pu réussir son retour, son nostos, et retrouver son trône2.

2Dans la configuration générationnelle du monde d’Ithaque, Eurykléia appartient à la génération des parents d’Ulysse, donc des grands-parents de Télémaque. La première apparition au début du poème de celle qui est devenue une femme désormais très âgée, néanmoins toujours attachée au service de ses maîtres, s’accompagne d’un certain nombre de précisions qui sont autant de questions concernant les origines familiales d’Eurykléia, les conditions de son arrivée dans le palais royal, la position à laquelle elle était vouée et qui lui a finalement été dévolue, la destinée enfin que la tradition épique lui a assignée.

1. La fausse concubine

  • 3 Homère, Odyssée, I, 429-433.

3Eurykléia fille d’Ithaque, avait pour père Ops, fils de Pisénor, lequel l’avait autrefois vendue au roi Laërte qui l’avait « achetée de ses propres biens », priato kteatessin heoisin, en donnant pour elle la valeur de vingt bœufs. Eurykléia était à ce moment-là « toute jeune », prôthêbên, sans doute une jeune fille à peine pubère et Laërte, est-il précisé, avait tenu à l’honorer, tien, à l’égal de son épouse légitime, son alochos, la mère d’Ulysse, Antikléia, fille d’Autolykos, tout en s’abstenant d’avoir avec elle des relations sexuelles, pour éviter, précise le texte, de susciter la colère, le cholos, de cette épouse3.

  • 4 Le cas de la jeune et jolie servante Mélanthô, qui est la fille d’un dépendant du palais, Dolios, e (...)
  • 5 Homère, Odyssée, XIV, 199-203.
  • 6 Homère, Odyssée, IV, 3-15.

4L’union réservée à Eurykléia est ainsi explicitement définie comme le résultat d’un achat effectué par un homme qui était déjà par ailleurs pourvu d’une épouse légitime. Dans le monde épique, le cas n’est pas rare. À s’en tenir au monde de l’Odyssée, le Crétois que prétend être Ulysse se présente comme un fils illégitime, né d’une « concubine achetée », pallakis ônêtê, par son père4. Lequel avait par ailleurs une épouse légitime, alochos, dont il avait des fils évidemment « légitimes », gnêsioi5. Le père « estimait », etima, cependant le fils né de sa concubine, à l’égal de ses autres enfants et le traitait de la même manière. Ménélas avait lui aussi un fils Mégapenthès né d’une mère esclave, d’une doulê, et dont il est précisé qu’il lui était d’autant plus cher que son épouse légitime Hélène ne lui avait donné qu’une fille, Hermione6.

  • 7 Un détail souligné par Stéphanie West : West, 1981, p. 241.
  • 8 Homère, Odyssée, II, 37-38.

5Il est permis de supposer que ces femmes venaient de l’extérieur de la communauté : achetée à un marchand d’esclave, dans le cas du Crétois, captive de guerre dans le cas de Ménélas ? L’exemple d’Eurykléia présente donc une configuration bien particulière : un père choisit de céder contre rémunération sa fille (ou l’une de ses filles ?) à un homme riche et puissant pour qu’il fasse d’elle sa concubine. Eurykléia, on l’a dit, est issue d’une famille honorable d’Ithaque, un fait que souligne la mention qui est faite du nom de son père, Ops, désigné comme étant un Pisénoride, avec l’emploi d’une forme adjectivale à connotation aristocratique propre à suggérer le prestige de la famille7. Un Pisénor occupe d’ailleurs la fonction de héraut à Ithaque, et à l’occasion de l’assemblée réunie par Télémaque, c’est lui qui place le sceptre entre les mains de l’orateur8. S’agit-il d’un neveu voire d’un petit-neveu d’Eurykléia, qui sait que vit toujours, dans le palais royal, une vieille tante ou grand-tante autrefois vendue au roi ?

  • 9 Sur le rôle et le fonctionnement de ces cadeaux que le père de la mariée offre à sa fille au moment (...)
  • 10 Leduc, 1991, p. 271.
  • 11 Le mariage n’a au contraire jamais pour effet de couper les liens de la jeune femme avec son oikos (...)

6La transaction dont Eurykléia a été l’objet diffère radicalement de l’accord traditionnellement passé entre le père de la mariée et le futur époux. Un accord construit sur un échange de cadeaux : aux hedna, ces troupeaux que le prétendant offre au père pour obtenir en retour la main de sa fille, répondant de la part du père des dons, des dôra qui vont accompagner la mariée dans l’oikos de son époux, où ils témoigneront du statut du père ainsi que du souci qui est le sien d’honorer sa fille9. À ces échanges prestigieux, fondateurs d’alliance entre des familles qui ont le même statut aristocratique tout en appartenant le plus souvent à des communautés différentes, s’oppose la brutalité de l’acte d’achat. Conclue dans l’espace d’une même communauté entre deux hommes qui n’ont pas le même statut social cette transaction faisait dire à Claudine Leduc : « Laërte a offert vingt bœufs et Ops a vendu sa fille puisqu’il l’a cédée sans faire de dons. Avec ses vingt bœufs, Laërte a pris possession du sexe d’Eurykléia. Rebut de sa maison, Eurykléia n’a pas d’existence sociale : c’est un corps destiné à travailler dès qu’il aura cessé de plaire »10. Autrement dit, la nature de la cession opérée par Ops a eu pour effet de trancher définitivement les liens qui attachaient la jeune fille à sa maison paternelle11. Née libre, Eurykléia, à l’issue de la transaction conclue entre Ops et Laërte, se trouve exclue de la maison paternelle et privée de la protection qu’elle lui assurait. Elle change de statut social pour devenir la propriété de celui qui a payé pour disposer d’elle, même si son acquéreur semble avoir eu le souci de lui assurer une position, une timê, similaire à celle dont bénéficie l’épouse légitime.

  • 12 Sans même parler de la polygamie du roi Priam, largement mentionnée dans le texte. Voir sur le suje (...)
  • 13 Homère, Iliade, IX, 448-484.
  • 14 Sophocle, Les Trachiniennes, 531 sq.
  • 15 Euripide, Andromaque, 160-180.

7Pourtant, Laërte a choisi de ne pas introduire dans son lit cette fille si cher payée, mais de la laisser vierge pour éviter, dit expressément le texte, de provoquer la colère, le cholos, de son épouse voyant arriver dans son foyer une jeune rivale. Un élément qui renvoie au phénomène de la polygynie, largement attesté au sein des familles aristocratiques que met en scène l’épopée12. L’épouse du riche crétois, aussi bien qu’Hélène, ont dû accepter la présence à leurs côtés d’une concubine qui même si elle n’a pas le même statut qu’elles, n’en partage pas moins avec elles le mari. Une cohabitation qui ne va pas toujours sans drame. Il suffit de rappeler l’histoire bien connue du jeune Phénix poussé par sa mère, furieuse de voir son mari sur le point de prendre comme favorite une jeune esclave, à séduire la jeune fille avant qu’elle accepte de devenir la maîtresse du père. Ce que voyant, le père avait maudit son fils, lequel avait alors quitté le palais familial et trouvé refuge chez le roi Pélée, le père d’Achille13. Un type de situation qui recèle aussi un potentiel dramatique que la tragédie a largement exploité : qu’il s’agisse de l’amertume exprimée par Déjanire lorsqu’elle comprend les raisons qui ont conduit son époux Héraclès à faire venir au palais la jeune captive Iole14 ou des récriminations d’Hermione lorsqu’ arrivant, jeune épousée, dans la maison de Néoptolème, elle découvre la présence sur place d’une concubine, Andromaque15.

  • 16 C’est l’hypothèse formulée par Vernant, 1974, p. 67.

8Faut-il alors considérer que c’était le ressentiment de son épouse que craignait Laërte ? Ou bien son inquiétude, que partageait peut-être d’ailleurs aussi Antikléia, n’avait-elle pas plutôt une autre dimension, de nature dynastique, dans la mesure où la naissance éventuelle d’un fils bâtard pouvait venir concurrencer le fils légitime16 ? Mais pourquoi alors acquérir à un prix si élevé une femme dont on est décidé à ne rien attendre d’autre que les services domestiques que fournit une simple esclave? Le texte, à le regarder de près, laisse peut-être entrevoir une situation plus complexe.

  • 17 Homère, Odyssée, XV, 363-367.
  • 18 La tradition de l’Odyssée diffère donc de celle qui faisait d’Ulysse le fils de Sisyphe, secrètemen (...)
  • 19 Hymne à Déméter, 219-220.

9On apprend en effet que l’épouse de Laërte, Antikléia, a d’abord mis au monde une fille, Ktimène, que mentionne le fidèle porcher Eumée pour rappeler qu’elle et lui furent des amis d’enfance avant que la jeune fille fasse, comme il était normal, un mariage aristocratique qui l’a conduite à quitter Ithaque17. Ulysse est né dans un second temps18 et Eurykléia, au moment où elle présente le bébé Ulysse à son grand-père maternel Autolykos, souligne le fait qu’il est un enfant poluarêtos, « très désiré ». Le même adjectif est employé par la reine d’Eleusis, Métanire, au moment où elle confie à la vieille femme sous les traits de laquelle se dissimule Déméter, son fils « tardif, inespéré, et poluarêtos, très désiré »19, pour qu’elle l’élève.

  • 20 Homère, Odyssée, IV, 10-12. La jeune épouse est fille du spartiate Alektor.

10Serait-il possible qu’à Ithaque Laërte, espérant la naissance d’un fils et doutant qu’Antikléia soit en mesure de le lui donner, ait décidé de prendre une concubine dont le fils se serait alors trouvé dans la position du fils de Ménélas, Mégapenthès ? Un fils né d’une mère achetée, mais auquel son père a le souci d’assurer un avenir en lui trouvant une épouse choisie parmi les jeunes filles spartiates de bonne famille, et dont il célèbre solennellement le mariage20. Un fils susceptible d’hériter de ses biens à défaut de son trône ? Le texte souligne le fait que Laërte a choisi sa compagne dans une famille honorable d’Ithaque. Un élément qui pouvait d’ailleurs accroître le risque pour sa lignée au cas où la concubine donnerait le jour à un fils susceptible de trouver, à Ithaque, des appuis pour s’emparer du trône, en concurrençant, le cas échéant, l’héritier légitime.

  • 21 Homère, Odyssée, XV, 355-359. Le vieil homme est décrit comme miné par le regret de son alochos, so (...)
  • 22 Homère, Odyssée, XXIV, 211-212.

11La naissance d’Ulysse aurait alors modifié les intentions de Laërte, qui n’avait plus de raison de risquer le ressentiment de son épouse et aurait voulu éviter de créer un danger pour le futur. Elle aurait aussi changé le destin d’Eurykléia. De fait, en dépit de la considération qu’il est supposé lui avoir témoignée, la jeune femme ne semble pas avoir été particulièrement proche de Laërte qui est décrit, une fois devenu veuf et âgé, comme un homme très affecté par la disparition d’une épouse à laquelle il était très attaché21. Eurykléia n’a d’ailleurs pas suivi le vieux roi lorsqu’il a décidé de se retirer sur ces domaines et c’est une vieille servante sicilienne qui a la charge de gérer son quotidien22.

2. Servitude et distinction

  • 23 Homère, Odyssée, XIX, 354-355.
  • 24 Homère, Odyssée, II, 361 ; IV, 742 ; XVII, 31 trophos Eurykléia ;ii, 349 ; XXII, 419 ; XVII, 482, 5 (...)
  • 25 Homère, Odyssée, 425-442. Elle éclaire le jeune homme pendant qu’il gagne sa chambre et s’occupe de (...)
  • 26 Homère, Odyssée, II, 361-381.

12En revanche, la jeune concubine laissée vierge et destinée à ne jamais enfanter, s’est vu confier pour s’en occuper, dès sa naissance, le fils légitime, Ulysse, dans lequel s’incarnait l’avenir de la maison royale d’Ithaque, un avenir auquel elle va d’ailleurs elle-même finir par s’identifier. Pénélope rappelle qu’Eurykléia a reçu l’enfant dans ses bras aussitôt que sa mère l’a eu mis au monde23, ce qui lui a assuré une place privilégiée auprès du couple royal. C’est elle qui dépose le nouveau-né sur les genoux de son grand-père maternel Autolykos, venu admirer son petit-fils, et qui lui demande de choisir un nom pour l’enfant, sans que le rôle que s’est ainsi attribué la nourrice qui se comporte d’une certaine manière comme un double de la mère, paraisse incongru à Autolykos. Eurykléia est effectivement d’abord définie par cette fonction de trophos, de nourrice24, tant auprès d’Ulysse, qu’auprès de Pénélope et surtout de Télémaque auquel la lie une tendresse toute particulière et auprès duquel elle tient le rôle de femme de chambre25. Elle accepte, en dépit des frayeurs et des pleurs que ce projet lui inspire, de se faire la complice du jeune homme pour l’aider à préparer son voyage chez Nestor et Ménélas26.

  • 27 Homère, Odyssée, I, 438, II, 377, XIX, 353, 467, XXII, 481.
  • 28 Euryclée est celle qui parmi les dmôai aime le plus Télémaque, Odyssée, I, 434-435, et elle accueil (...)
  • 29 Homère, Odyssée, XX, 149-158.

13Pourtant, lorsqu’apparaît dans l’Odyssée la vieille femme, graus27, qu’elle est devenue, Eurykléia semble, en dépit de sa proximité avec la famille royale, partager le sort des servantes esclaves, les dmôai28, que l’âge ne dispense pas d’accomplir les tâches qui leur incombent. Seul privilège que lui valent son âge et la confiance dont elle bénéficie de la part de Pénélope, c’est elle qui dirige les esclaves dans leurs travaux de nettoyage quotidiens, notamment l’entretien de la grande salle qui sert chaque jour de cadre aux festins des prétendants29.

  • 30 Homère, Odyssée, XIX, 357-359.
  • 31 Homère, Odyssée, XXIII, 21-24.
  • 32 Homère, Odyssée, XIX, 488-490.

14Bien qu’elle soit d’une génération antérieure à la sienne, Eurykléia n’en reste pas moins soumise à l’autorité de Pénélope, qui peut lui demander de laver les pieds du vagabond miséreux qui se présente au palais30, ou la rudoyer lorsqu’elle vient lui annoncer la nouvelle, impossible à croire, du retour d’Ulysse31. Ulysse menace lui aussi sans hésitation sa vieille nourrice pour l’empêcher de révéler son identité, en rappelant le pouvoir de coercition qu’il possède sur elle comme sur toutes les autres dmôai, auxquelles Eurykléia est ainsi clairement assimilée32.

  • 33 Pénélope est de manière répétée présentée comme une femme periphrôn, notamment tout au long du chan (...)
  • 34 Homère, Odyssée, XIX, 349 où Eurykléia est désignée par Pénélope comme une personne periphrôn – qua (...)
  • 35 Homère, Odyssée, IV, 755-759.
  • 36 Homère, Odyssée, XXI, 381-385.
  • 37 Homère, Odyssée, XXII, 420 – 425.

15Pour reprendre l’expression de Claudine Leduc, celle qui était dans un premier temps destinée à être utilisée à des fins sexuelles, semble n’être plus, l’âge venant, qu’un « corps bon à travailler » qui bénéficie de la bienveillance de ses maîtres aussi longtemps qu’elle satisfait à leurs exigences. Pourtant, dans le même temps, cet asservissement est le cadre dans lequel Eurykléia déploie un certain nombre de qualités qu’elle partage de manière significative avec Pénélope, notamment celle d’être une personne avisée periphrôn33, dont « l’esprit est rempli de pensées sensées » comme le reconnaît Pénélope elle-même34. Son sang froid lui permet d’apaiser la panique qui s’empare de la reine lorsqu’elle apprend le départ de Télémaque35 et sa confiance hautement affirmée dans le destin de la lignée royale, la lignée d’Arkesios, fait d’elle l’un des soutiens les plus indéfectibles du palais. Alliée active d’Ulysse et de Télémaque, elle se fait à leurs côtés justicière, soucieuse de les assister dans leur vengeance contre les prétendants, d’abord en gardant fermées les portes de la salle de banquet pour empêcher quiconque de venir à leur secours36, puis en désignant au courroux de leurs maîtres, les servantes qui les ont trahis avec les prétendants et n’ont cessé d’humilier Pénélope37.

  • 38 Homère, Odyssée, II, 337.
  • 39 Homère, Odyssée, II, 337-347.
  • 40 Homère, Odyssée, XXI, 4-12.
  • 41 Sur la place occupée par le thalamos au centre de l’oikos, voir les remarques de Vernant, 1985, p.  (...)
  • 42 Hymne à Déméter, 101-104.

16Enfin et surtout la place impartie à Eurykléia s’inscrit au cœur même du palais, dans ce trésor, ce thalamos, dont elle est devenue l’intendante, gunê tamiê, particulièrement vigilante. Ce trésor explicitement présenté comme étant celui du père thalamos patros38, celui d’Ulysse donc, et auquel ont seuls accès, en l’absence du maître de maison, son fils et son épouse, Télémaque et Pénélope, est longuement décrit par le texte. Situé dans un endroit reculé, protégé par des portes épaisses garnies de doubles barres, il contient toutes les richesses de l’oikos : les tissus et les métaux : objets d’or, de bronze et de fer 39 parmi lesquels l’arc fameux qui permettra à Ulysse de se débarrasser des prétendants40, mais aussi les réserves alimentaires : huile, vin, farine. Tout ce qui constitue les ktêmata, les possessions de la famille royale, de l’oikos royal, est ainsi entreposé, à l’abri, dans le fin fond du palais41. Il n’est sans doute pas indifférent que soit rappelé, dans ce contexte précis, l’origine de l’intendante : « fille d’Ops le fils de Pisénor ». Une fille issue de la communauté d’Ithaque qui veille sur ce qui constitue le cœur même du palais royal, lui-même au centre de la vie politique du royaume. On trouve la figure de l’intendante, la tamia, associée de la même manière, dans l’Hymne à Déméter, à celle de la femme que son âge éloigne de la double fonction sexuelle et reproductive. C’est l’aspect que Déméter a choisi de revêtir lorsqu’elle décide de déserter l’Olympe : celui d’une femme âgée, graus, semblable à celles qui sont « les nourrices, trophoi, des enfants des rois ou leurs intendantes, tamiai, au fond des demeures sonores42. »

  • 43 Hymne à Hestia (I), 1-2 et 10-11 : dômata anthrôpôn. On connaît aussi la place qu’occupe Hestia au (...)
  • 44 Vernant, 1985, p. 162-163.
  • 45 Vernant, 1985, p. 182-187, et notamment la note 122, p. 185, qui esquisse un parallèle entre la tam (...)
  • 46 Homère, Odyssée, XIX, 468, egnô, et 468 gnô : la nourrice « sut ». François Lissarrague, que je rem (...)

17Jean-Pierre Vernant, a insisté sur le lien étroit qui rapprochait, à son avis, le rôle ainsi imparti à l’intendante, gardienne du thalamos, de celui qui est reconnu à la déesse Hestia, protectrice par excellence du foyer domestique dans tous les sens du terme. Une divinité qui n’est explicitement mentionnée ni dans l’Iliade, ni dans l’Odyssée, mais dont l’Hymne homérique qui lui est consacré mentionne avec insistance la place privilégiée qui lui est réservée dans les demeures des hommes43. Cette déesse qui « symbolise le dedans, le centre, le fixe, directement associée à cette fonction de l’habitat », « assure au groupe domestique sa pérennité dans le temps : c’est par Hestia que la lignée familiale se perpétue, et se maintient semblable à elle-même »44. Une proximité qui est encore renforcée dans le cas d’Eurykléia, précisait Jean-Pierre Vernant par la situation de vierge qui lui a été imposée et qui répond à la virginité à laquelle s’est vouée Hestia45. On pourrait ajouter que la gardienne des trésors l’est également de la mémoire familiale. C’est le souvenir qu’elle garde de la blessure jadis infligée au jeune Ulysse par un sanglier, à l’occasion d’un séjour chez son grand-père Autolykos, qui permet à la nourrice de reconnaître la marque corporelle que porte au genou le vagabond et de lui rendre son identité au sein de l’oikos46.

  • 47 Ce n’est pas le seul sens que peut avoir anti-. C’est néanmoins un sens possible, et la structure p (...)
  • 48 Même si les professionnels de l’épopée, récitants ou maîtres d’école qui enseignaient aux enfants l (...)

18Il ressort que la tradition épique semble avoir élaboré une sorte de construction autour de la figure de ces deux femmes qui sont censées avoir pendant un temps cohabité, chacune à sa place et dans le rôle que les impératifs sociaux leur avait assigné : Antikléia et Eurykléia. Deux femmes que leur nom pareillement construit à partir du même élément, kleos, définit symétriquement en fonction de la « renommée », en distinguant celle qui s’est acquise un large kleos (Eurykléia) et celle dont il est dit qu’elle a eu (quelque chose) « à la place », « au lieu », anti, du kleos (Antikléia), bref, qui n’a pas eu accès au kleos47. Et, de fait, force est de reconnaître que la mère d’Ulysse ne bénéficie pas du même renom que celui qui s’attache à Eurykléia48. Deux figures et deux destinées qui présentent ainsi des traits antinomiques, mais qui dans le même temps se répondent.

  • 49 Homère, Odyssée, XI, 204-214.
  • 50 Homère, Odyssée, XI, 202, où l’ombre d’Antikléia évoque les mêdea et le pothos qui l’ont minée. Une (...)
  • 51 Homère, Odyssée, XI, 195 où sont mentionnés l’achos et le penthos qui minent Laërte.

19Du côté d’Antikléia, il y a le mariage avec la visibilité et le statut social qu’il procure, et l’engendrement d’enfants légitimes : une fille, Ktimène puis Ulysse, le fils tant souhaité. Epouse chérie du roi, et mère aimée d’un fils qui lui exprime son affection lorsqu’il rencontre son ombre dans les Enfers49, la reine a dû affronter une tragédie qui s’est déroulée sur plus de vingt ans : le départ puis la disparition de ce fils unique. Une situation qui a eu raison d’elle et l’a conduite à une mort qui a précédé celle de son mari et l’a empêchée d’assister au triomphe d’Ulysse. Antikléia est morte sous l’effet de la « douleur », achos, des « soucis », mêdea, et du « regret », pothos50, insupportables qu’a fait naître en elle l’absence de ce fils dont elle a désespéré de voir le retour, le nostos. Comme son époux Laërte, qui a choisi de se retirer dans ses domaines, miné par le même chagrin51, elle a d’une certaine manière déserté le palais et le conflit qui s’y déroulait. Au propre, comme au figuré, elle s’est enfoncée dans le royaume des ombres. Celui de l’absence et des Enfers.

  • 52 Loraux, 1989.
  • 53 On pense évidemment au roi Agamemnon dont le sort, lié au fait que personne n’a su préserver son oi (...)
  • 54 Le “large kleos” que s’est acquis Eurykléia, à l’issue d’une vie passée au service de l’oikos royal (...)

20Eurykléia de son côté, vierge condamnée à se flétrir sans époux, reléguée au fond du palais, avec un statut de servante, s’est vu refuser ce qui constitue le lot normal des femmes, la sexualité et la maternité52. Mais sa ténacité et sa fidélité l’ont paradoxalement qualifiée pour incarner la pérennité de cet oikos qui enracine dans le sol d’Ithaque la lignée royale. Sa détermination lui a permis de traverser des années marquées à la fois par l’incertitude concernant le sort d’Ulysse et par les manœuvres des prétendants désireux d’éliminer la lignée d’Arkesios et de mettre la main sur la royauté d’Ithaque. Elle lui a aussi permis d’être présente le moment venu, aux côtés de Télémaque, pour aider le roi à mettre en œuvre sa vengeance et reconquérir son trône, bref, à réussir un nostos, un « retour », dont il n’a pas été donné à tous les héros de la guerre de Troie de bénéficier53. À cette figure féminine, l’imaginaire épique a réservé un destin à part. La capacité d’Eurykléia à survivre et à résister, mieux que n’a su finalement le faire Antikleia, l’épouse légitime et la mère de l’héritier, a eu pour effet que cette obscure servante s’est trouvée gratifiée d’un large kleos54 qui l’a faite accéder à une visibilité, que rien, dans la condition qui lui avait été assignée, ne la prédestinait à connaître.

Haut de page

Bibliographie

Cantarella, E., 2003, Ithaque. De la vengeance d’Ulysse à la naissance du droit, traduit de l’italien (2002) par P.-E. Dauzat, Paris.

Detienne, M., 1989, Hestia misogyne, la cité en son autonomie, L’écriture d’Orphée, Paris, p. 85-98.

Leduc, Cl., 1991, Comment la donner en mariage ? La mariée en pays grec (ixe-ive s. av. J.-C.), dans G. Duby et M. Perrot (éd.), Histoire des femmes, vol. 1 , L’antiquité, P. Schmitt-Pantel (dir.), Paris, p. 259-316.

Gherchanoc, Fl., 2009, Des cadeaux pour numphai : dôra, anakaluptêria et epaulia, dans L. Bodiou et V. Mehl (éd.), La religion des femmes en Grèce ancienne. Mythes, cultes et société, Rennes, p. 207-223.

Loraux, N., 1985, Façons tragiques de tuer une femme, Paris.

Loraux, N., 1989, Le lit, la guerre, dans N. Loraux, Les expériences de Tirésias. Le féminin et l’homme grec, Paris, p. 29-53.

Nagy, G., 1994, Le meilleur des Achéens. La fabrique des héros dans la poésie grecque archaïque, trad. de l’anglais (1979) par J. Carlier et N. Loraux, Paris.

Scheid-Tissinier, E., 1994, Les usages du don chez Homère. Vocabulaire et pratiques, Nancy.

Vernant, J.-P., 1985, Hestia-Hermès. Sur l’expression religieuse de l’espace et du mouvement chez les Grecs, dans J.-P. Vernant, Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, 1965, p. 155-215.

Vernant, J.-P., 1974, Le mariage, dans J.-P. Vernant, Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, François Maspéro, p. 57-81.

West, St., 1981, Omero, Odissea, vol. I, A. Heubeck, St. West, G. A. Privitera (éd,), Fondazione Lorenzo Valla, Milan.

Haut de page

Notes

1 Nagy, 1994, p. 28-41, qui explore l’onomastique pour expliciter le rôle dévolu à un certain nombre de personnages dans la manière dont se déroulent les retours respectifs d’Agamemnon et d’Ulysse, analyse longuement le nom de Clytemnestre, sans relever le cas d’Eurykléia.

2 Voir sur le déroulement de ce processus, Cantarella, 2003.

3 Homère, Odyssée, I, 429-433.

4 Le cas de la jeune et jolie servante Mélanthô, qui est la fille d’un dépendant du palais, Dolios, et avait été éduquée par Pénélope, laisse entrevoir certaines occasions qui pouvaient donner lieu à l’acquisition d’une concubine. Mélanthô a noué une liaison avec l’un des prétendants, Eurymaque (Odyssée, XVIII, 321-325). Ne peut-on imaginer que dans d’autres circonstances, Eurymaque, séduit par la jeune esclave aperçue dans le palais, ait pu souhaiter faire d’elle sa concubine et se soit arrangé pour l’acheter à ses maîtres ?

5 Homère, Odyssée, XIV, 199-203.

6 Homère, Odyssée, IV, 3-15.

7 Un détail souligné par Stéphanie West : West, 1981, p. 241.

8 Homère, Odyssée, II, 37-38.

9 Sur le rôle et le fonctionnement de ces cadeaux que le père de la mariée offre à sa fille au moment du mariage, voir parmi beaucoup d’autres études, celles qui prennent tout particulièrement en compte la bibliographie antérieure : Leduc, 1991 ; Scheid-Tissinier, 1994, p. 83-114, et plus récemment Gerchanoc, 2009.

10 Leduc, 1991, p. 271.

11 Le mariage n’a au contraire jamais pour effet de couper les liens de la jeune femme avec son oikos natal. En témoignent le cas de la mère d’Andromaque qui, devenue captive d’Achille, avait été rachetée par son père qui avait payé la rançon, Iliade, VI, 425-428, où le cas de Pénélope que Télémaque pourrait renvoyer chez son père, si elle acceptait l’idée de son veuvage, Odyssée, II, 132-135.

12 Sans même parler de la polygamie du roi Priam, largement mentionnée dans le texte. Voir sur le sujet de la polygamie et de la polygynie dans l’épopée, et du statut réservé aux bâtards, les remarques réunies par Vernant, 1974, p. 65-67.

13 Homère, Iliade, IX, 448-484.

14 Sophocle, Les Trachiniennes, 531 sq.

15 Euripide, Andromaque, 160-180.

16 C’est l’hypothèse formulée par Vernant, 1974, p. 67.

17 Homère, Odyssée, XV, 363-367.

18 La tradition de l’Odyssée diffère donc de celle qui faisait d’Ulysse le fils de Sisyphe, secrètement conçu pendant que Sisyphe était l’hôte d’Autolykos, Hygin, Fables, 243.

19 Hymne à Déméter, 219-220.

20 Homère, Odyssée, IV, 10-12. La jeune épouse est fille du spartiate Alektor.

21 Homère, Odyssée, XV, 355-359. Le vieil homme est décrit comme miné par le regret de son alochos, son épouse.

22 Homère, Odyssée, XXIV, 211-212.

23 Homère, Odyssée, XIX, 354-355.

24 Homère, Odyssée, II, 361 ; IV, 742 ; XVII, 31 trophos Eurykléia ;ii, 349 ; XXII, 419 ; XVII, 482, 500 où Télémaque puis Ulysse s’adressent à elle avec le qualificatif de maia. Tandis qu’elle s’adresse à Télémaque comme à son phile teknon, II, 363 et à Ulysse comme à son teknon emon, XIX, 492.

25 Homère, Odyssée, 425-442. Elle éclaire le jeune homme pendant qu’il gagne sa chambre et s’occupe de ses vêtements.

26 Homère, Odyssée, II, 361-381.

27 Homère, Odyssée, I, 438, II, 377, XIX, 353, 467, XXII, 481.

28 Euryclée est celle qui parmi les dmôai aime le plus Télémaque, Odyssée, I, 434-435, et elle accueille Télémaque, de retour de voyage, avec « les autres servantes », allai dmôai, Odyssée, XVII, 33-34.

29 Homère, Odyssée, XX, 149-158.

30 Homère, Odyssée, XIX, 357-359.

31 Homère, Odyssée, XXIII, 21-24.

32 Homère, Odyssée, XIX, 488-490.

33 Pénélope est de manière répétée présentée comme une femme periphrôn, notamment tout au long du chant XIX, dans cette sorte de duel verbal qui l’oppose à Ulysse : 308, 349, 508, 559 588.

34 Homère, Odyssée, XIX, 349 où Eurykléia est désignée par Pénélope comme une personne periphrôn – qualificatif repris par Eumée (XXI, 381) et dont « l’esprit est rempli de réflexions censées » : pukina phresi mêdea echousa (353).

35 Homère, Odyssée, IV, 755-759.

36 Homère, Odyssée, XXI, 381-385.

37 Homère, Odyssée, XXII, 420 – 425.

38 Homère, Odyssée, II, 337.

39 Homère, Odyssée, II, 337-347.

40 Homère, Odyssée, XXI, 4-12.

41 Sur la place occupée par le thalamos au centre de l’oikos, voir les remarques de Vernant, 1985, p. 184-185

42 Hymne à Déméter, 101-104.

43 Hymne à Hestia (I), 1-2 et 10-11 : dômata anthrôpôn. On connaît aussi la place qu’occupe Hestia au cœur des structures politiques des cités. Voir Détienne, 1989, p. 89-98.

44 Vernant, 1985, p. 162-163.

45 Vernant, 1985, p. 182-187, et notamment la note 122, p. 185, qui esquisse un parallèle entre la tamia homérique telle que l’incarne Euryclée et Hestia.

46 Homère, Odyssée, XIX, 468, egnô, et 468 gnô : la nourrice « sut ». François Lissarrague, que je remercie, me signale la présence sur un skyphos attribué au peintre de Pénélope de la fameuse scène où Eurykléia lave les pieds d’Ulysse. La nourrice étant ici désignée par une inscription qui se lit : Antiphata. Un hapax qui renvoie à la parole qui est dans ce moment précis interdite à la nourrice, laquelle sait mais est empêchée par Ulysse de révéler son information. Chiusi 1831; Beazley ARV2 1300/2; Beazley Archive en ligne n° 216789.

47 Ce n’est pas le seul sens que peut avoir anti-. C’est néanmoins un sens possible, et la structure parallèle dont sont pourvus les deux noms autorise à la présence d’un jeu entre les deux dénominations.

48 Même si les professionnels de l’épopée, récitants ou maîtres d’école qui enseignaient aux enfants les vers d’Homère, voire les enfants eux-mêmes ne devaient pas ignorer le nom de la mère d’Ulysse, il n’en reste pas moins que la postérité n’a pas donné à Antikleia le renom dont bénéficie Eurykléia.

49 Homère, Odyssée, XI, 204-214.

50 Homère, Odyssée, XI, 202, où l’ombre d’Antikléia évoque les mêdea et le pothos qui l’ont minée. Une tradition rapportait qu’Antikléia s’était suicidée après avoir reçu une fausse nouvelle qui lui annonçait la mort de son fils. Hygin, Fables, 243. Eumée mentionne par ailleurs l’achos de son fils qui a causé la mort d’Antikléia, voir Odyssée, XV, 358.

51 Homère, Odyssée, XI, 195 où sont mentionnés l’achos et le penthos qui minent Laërte.

52 Loraux, 1989.

53 On pense évidemment au roi Agamemnon dont le sort, lié au fait que personne n’a su préserver son oikos, est mis en parallèle par l’ombre du roi lui-même, dans les Enfers, avec la situation qui est celle d’Ithaque, voir Odyssée, XI, 405-456.

54 Le “large kleos” que s’est acquis Eurykléia, à l’issue d’une vie passée au service de l’oikos royal, n’est pas sans résonnance avec la “belle gloire”, eukleia, qu’acquièrent ces autres vierges que met en scène la tragédie. Des jeunes pricesses beaucoup plus glamour : Iphigénie, Antigone, Polyxène, qui savent mourir dans l’éclat de leur jeunesse en faisant preuve d’une « grandeur virile », pour reprendre la formule de Nicole Loraux, 1985, p. 81-82,.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evelyne Scheid-Tissinier, « Eurykléia, une vie, un nom », Pallas, 99 | 2015, 21-29.

Référence électronique

Evelyne Scheid-Tissinier, « Eurykléia, une vie, un nom », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/2977 ; DOI : 10.4000/pallas.2977

Haut de page

Auteur

Evelyne Scheid-Tissinier

Professeure retraitée, histoire ancienne, Université Paris 13
EA 7338
evelyne.scheid@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org