Navigation – Plan du site
Laisser son nom : femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes

Des voix de femmes dans la cité grecque archaïque : le cas des dédicaces athéniennes

Female Voices in the Archaic Greek City: the Example of Athenian Dedications
Claire Jacqmin
p. 31-45

Résumés

Une série de dédicaces faites par des femmes dans la cité athénienne sur une période allant de 550 à 480 av. J.-C. présente un nouvel aspect de l’expression de la voix des femmes. Adressées aux divinités, autant qu’au reste de la cité, ces dédicaces ne mentionnent aucun parent masculin et témoignent d’une liberté d’expression et de statut des femmes souvent mise de côté par l’historiographie traditionnelle. À travers l’étude d’un corpus de quatorze inscriptions, ce travail essayera de souligner les modalités de cette expression féminine et de déterminer la place des femmes dans le dialogue interne à la cité.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie le Center for Hellenic Studies (Washington) de m’avoir donné l’opportunité d’utiliser leur fond et ressources bibliographiques.

  • 1 Code, 1981 et 1991 ; Harding, 1991; Longino, 2001.
  • 2 Lanza, 1997, p. 47-78.
  • 3 Loraux, 2003 ; Sebillotte Cuchet, 2012.

1L’historiographie traditionnelle a souvent lié l’acceptation de la « voix » des femmes grecques au sein de la cité au contexte précis dans lequel cette voix s’exprimait. La parole féminine n’aurait ainsi été entendue qu’à la condition de respecter les normes encadrant cette expression. Elle-même transmise par la voix d’un auteur principalement masculin, la présentation d’une voix féminine dans un poème, une pièce de théâtre ou un texte « historique » jouerait un rôle particulier et déterminé, construit à partir des normes sociales sur lesquelles reposeraient les sociétés des cités grecques1. La « voix » des femmes, alors presque désincarnée, véhiculerait un message, souvent de mise en garde, appelant au respect de ces normes ou permettant de signaler à l’auditoire ou au lecteur la situation désespérée dans laquelle se trouverait la cité2. Cependant, l’étude des expressions féminines présentes dans différents types de sources tend à suggérer que la parole féminine pouvait s’exprimer plus librement que cela ne l’a été envisagé jusqu’ici3. En effet, à côté des sources littéraires et de la difficulté qu’elles posent, les sources épigraphiques, étudiées en particulier par L. H. Jeffery et A. E. Raubitschek, nous renseignent sur l’aspect que pouvait prendre cette parole de femmes mise par écrit.

2Vecteur d’expression personnelle, les dédicaces portent témoignage de la place de l’expression des femmes au sein de leur communauté. Adressées aux divinités, autant qu’au reste de la cité, elles permettent de s’interroger sur le mode de désignation des femmes et sur leur place dans la mémoire collective d’une cité qu’elles aident à construire.

3Le corpus utilisé pour ce travail est limité aux dédicaces athéniennes faites par des femmes, sans mention de parent masculin, entre 550 et 480 av. J.-C. Ces dédicaces ont été choisies pour leur simplicité, tant dans le vocabulaire utilisé que dans la nature de l’offrande, les offrandes les plus spectaculaires ayant déjà fait l’objet de plusieurs études. Un aperçu de l’analyse de la parole des femmes dans l’historiographie et une étude de quatorze dédicaces de l’époque archaïque nous permettront ainsi de suggérer quelques pistes de réflexion sur l’engagement de la voix des femmes dans la cité.

1. La parole des femmes dans la cité : les dédicaces

1. 1. Les expressions féminines au sein de la polis

  • 4 Schmitt Pantel, 2002, p. 616.
  • 5 Plutarque, Préceptes de mariage 29-32, Moralia, 142 C-D.
  • 6 Jacqmin, 2013, p. 101-115.
  • 7 On peut évoquer ici l’étude d’A. Powell de 2004 sur le cri des femmes, l’ololugè. Émis aux côtés du (...)

4Dans les sources littéraires, les femmes sont parfois perçues comme étant un outil à la disposition des auteurs anciens. Il est alors accordé peu de crédit au message transmis par leur biais. Le rôle littéraire de la « voix » des femmes justifiait en retour la théorie de leur exclusion du politique dans sa définition la plus large. Comme le résumait P. Schmitt Pantel, « ces cris, pleurs, chants, bavardages, langues étranges, disent très clairement l’impossibilité pour les femmes d’accéder à la seule parole reconnue, la parole politique4 ». La femme devait ainsi avant tout faire preuve de modestie, cacher son corps et ses paroles5, sa « voix » étant alors potentiellement soumise à la désapprobation sociale. Cependant, plusieurs sources présentent une parole féminine pouvant s’exprimer en différentes occasions et de différentes manières en fonction du contexte de la prise de parole, des circonstances politiques et du statut du « parlant »6. Qu’elles soient recherchées par le reste de la communauté ou spontanées, individuelles ou collectives, les « voix » de ces femmes participent au dialogue de la cité dans le cadre public. En effet, que le but soit le divertissement, l’éducation, la louange, le blâme ou la politique, l’oralité est le vecteur premier d’expression des liens sociaux et communautaires. Le fait que des femmes puissent exercer ce type d’activité, comme par exemple la « pratique » de la louange et du blâme à Sparte, souligne leur place et leur intégration au sein de la cité7.

  • 8 Stehle, 1997, p 72. Elle mentionne également des artistes femmes, parfois étrangères, à Thèbes, Dél (...)

5Malgré la tendance à vouloir catégoriser le discours des femmes, il semble, au contraire, qu’il ne soit pas formaté parce qu’exprimé par une femme, mais dépende du contexte et du but recherché par le discours. Il en serait ainsi de la sphère religieuse de la cité qui, en-dehors du cadre des prêtresses et des autres agents féminins, laisserait aux femmes la possibilité de s’exprimer dans l’espace public par le biais des chœurs et des fêtes religieuses (comme le suggère l’attestation de chœurs féminins à Sparte et en Arcadie8). Dans le cadre rituel, les limites imposées à l’expression publique semblent par ailleurs s’appliquer aux hommes comme aux femmes, en fonction du rituel, de la divinité et principalement du statut du locuteur, plutôt que d’un critère sexué.

  • 9 Stehle, 1997, p. 102 et sq.

6Ainsi, la variété des sources et des contextes est en contradiction avec la vision que la voix des femmes était intrinsèquement soumise, reflet d’un état de sujétion et de coutumes inégalitaires de l’époque9. La prise de parole des femmes ne peut être ramenée à un discours creux ou préétabli, mais est intégrée aux dynamiques d’expression qui lient les membres de la communauté, que cette parole soit dite ou écrite, comme dans le cas des dédicaces.

1. 2. La particularité des dédicaces

7Individuelles ou collectives, les dédicaces donnent aux femmes la possibilité de s’exprimer dans l’espace public et de participer à l’articulation entre la mémoire et le rite. C’est en outre l’un des rares témoignages directs dont les femmes sont reconnues, sans ambiguïté, comme étant les auteurs.

  • 10 Day, 2010, p. 3.
  • 11 Il s’agit d’une relation que F. T. Van Straten qualifie de transaction commerciale (Van Straten, 19 (...)
  • 12 Day, 2010, p. 15.
  • 13 Van Straten, 1981, p. 80-81.
  • 14 Ibid., p. 75-76.

8Les dédicaces accompagnent des offrandes religieuses, courantes aux viie et vie siècle av. J.-C., qui se trouvent tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des temples10. La dédicace permettait au dédicant de présenter sa relation avec la divinité réceptrice de l’offrande11, ainsi que sa propre place dans la communauté cultuelle, puisque le dédicant participait à la piété collective par le biais de cet acte de piété individuelle12. L’objet consacré pouvait également servir à remercier les dieux pour un événement passé ou pour exprimer un désir dans un futur plus ou moins proche13. Il pouvait aussi servir d’objet de décoration au sein du temple où il était exposé, ainsi que de memna14.

  • 15 Bodel, 2006, p. 18.
  • 16 Van Straten, 1981, p. 75 ; Bodel, 2006, p. 19.
  • 17 Day, 2010, p. 14. Voir également Svenbro, 1988, p. 36-52. P. Bing suggère plutôt que l’importance d (...)
  • 18 Bodel, 2001, p. 19.
  • 19 Pucci, 1988, p. 484.
  • 20 Dans le cadre de ce travail, le terme « communauté » est employé dans son sens large, le découpage (...)

9La dédicace est le témoignage d’une relation d’échanges avec la divinité15 – et ce témoignage perdure, à la différence d’un sacrifice16. Elle s’adresse de fait à tous, car cette parole se met en scène et se répète à chaque fois que l’inscription et l’offrande sont observées par un tiers17. En effet, comme le souligne J. Bodel, l’aspect physique des inscriptions et leur lien avec les surfaces, les objets sur lesquels elles étaient présentes, leur confèrent une signification allant au-delà du simple texte18. Ainsi, selon P. Pucci, une dédicace est un pacte implicite entre le dédicant et la divinité. Elle est la part réelle de l’offrande qui devient alors un document privatisé et personnalisé19. Cette parole écrite permet alors à ces femmes de dialoguer avec le reste de la communauté, réaffirmant à chaque fois leur place au sein de la cité20.

  • 21 Comme pour les offrandes de Milet et de Samos, objets au vie siècle av. J.-C. de luttes pour asseoi (...)
  • 22 Guettel Cole, 1995, p. 299.
  • 23 Day, 2010, p. 47.

10Le pouvoir des offrandes, dans l’affirmation d’un statut personnel et l’évolution de ce statut, jouait un rôle important pour les Grecs de l’époque archaïque, comme le signale A. Duplouy21. Ainsi, certaines cités auraient tenté de les limiter, soulignant la force potentielle de ces offrandes au niveau social. Il peut être suggéré que dans le climat de compétition aristocratique de l’époque archaïque, le sexe du dédicant pouvait apparaître moins important que son statut, tant que l’offrande permettait à un groupe plus ou moins large de s’affirmer. Dans le cadre d’Athènes, une offrande faite sur l’Acropole, sanctuaire de la divinité poliade dont le culte était ouvert à tous les membres de la cité22, pouvait atteindre un public plus large qu’une dédicace faite sur un autre site23.

  • 24 Van Straten, 1981, p. 92.
  • 25 D’Onofrio, 1998, p. 117.

11La période archaïque a notamment été une période de changements dans la nature et la forme des dédicaces faites à Athènes. D’après l’étude d’A. M. d’Onofrio, on observe une augmentation, au cours du dernier quart du vie siècle av. J.-C., des offrandes en tant que dékatè ou aparkhè, peut-être en lien avec le besoin d’aide divine ressenti par la population dans ses activités quotidiennes24. Cette augmentation indiquerait un changement de fonction des offrandes. C’est également à la fin de ce même vie siècle av. J.-C. que l’on peut observer un développement des dédicaces féminines sur l’Acropole25.

1. 3. Les dédicaces de femmes

  • 26 Dédicaces faites par des femmes seules à Athènes : Psakythè vers 510/500 av. J.-C.: IG I3 656 ; Pei (...)
  • 27 Dédicaces conjointes classées par cité: à Athènes : Lysias et Euarkhis (époux ?) vers 510-500 av. J (...)

12D’après les études de M. L. Lazzarini concernant l’ensemble des cités grecques du viiie à la fin du ve siècle av. J.-C. et regroupant 1000 dédicaces archaïques, 77 d’entre elles auraient été faites par des femmes. Ces dédicaces ont pu être effectuées par des femmes seules26 ou par un homme et une femme procédant alors à une dédicace conjointe27.

  • 28 Cependant, M. Dillon remet ces chiffres en cause et suggère que, pour les dédicaces présentées par (...)
  • 29 Alroth, 1988, p. 195.
  • 30 Ibid., p. 201.

13Concernant les objets dédiés, très peu de ces dédicaces semblent avoir été liées à des offrandes de statues28. Il semble que, durant les vie et ve siècles av. J.-C., les femmes aient principalement dédié de petits objets en bronze, en grande majorité à l’intérieur des temples. C. M. Keesling utilise comme base de cette réflexion le recensement qui a été fait des objets de bronze retrouvés sur l’Acropole, dont 35 % auraient été consacrés par des femmes. Elle utilise également, pour établir ce pourcentage, une comparaison avec les ive et iiie siècles, au cours desquels la moitié des dédicaces a été faite par des femmes (les objets dédiés n’étaient des statues que dans de très rares cas). La qualité même des objets dédiés pourrait expliquer ce petit nombre de dédicaces féminines dans les chiffres établis par C. M. Keesling, les objets en bronze pouvant se perdre ou être réutilisés plus facilement que d’autres types d’offrandes. Des objets en terre cuite, souvent non inscrits, pouvaient également être offerts aux divinités. Ils étaient alors accompagnés d’une tablette en bois donnant le nom du dédicant. L’emplacement potentiel des offrandes était varié. Elles pouvaient être suspendues aux murs, dans les arbres, dans les temples ou les stoai29, être placées sur des bancs, des étagères ou des tables prévus à cet effet30. Ces offrandes, facilement perdues, augmenteraient peut-être le nombre total réel des dédicaces faites par des femmes.

  • 31 Sur les 73 dédicaces du Parthénon faites entre la deuxième moitié du ve siècle av. J.-C. et le ive (...)

14Concernant la présentation du dédicant, les dédicaces de femmes faites après les guerres médiques semblent contenir plus régulièrement le nom d’un parent masculin, ce qui ne semble pas avoir été une obligation auparavant. Selon M. Dillon, les dédicaces présentes dans l’espace public et faites par des femmes sur l’Acropole cesseraient après les années 450, en lien avec la loi de Périclès sur la citoyenneté. Les dédicaces seraient alors cantonnées aux temples du Parthénon et de l’Erechthéion, ce qui ne prend pas en compte les offrandes conservées dans les dépôts prévus à cet effet et leur exposition éventuelle31. La loi de 450 peut cependant effectivement être envisagée comme la dernière étape du processus de redéfinition civique débuté avec Clisthène, car les deux procèdent d’un même mouvement de fermeture des pratiques matrimoniales à mesure que la citoyenneté se définit plus étroitement. La famille et le particulier se retrancheraient alors dans l’intérieur des temples pour laisser la « place publique » à la communauté.

2. Des dédicaces d’une grande simplicité

2. 1. Les dédicaces athéniennes

  • 32 Keesling, 2003b, p. 76 ; Keesling, 2003a, p. 41-54.

15Selon les études de C. M. Keesling à propos d’Athènes, pour la période allant de 510 à 480 av. J.-C., dix-sept noms de femmes pourraient être attestés avec certitude pour des inscriptions sur pierre, dont treize concernant des dédicaces de statues. Selon ses calculs, ce chiffre correspondrait à 10 % du total des deux cents personnes qui consacrèrent des statues sur l’Acropole et dont les noms ont été préservés. Sur deux de ces dédicaces, les femmes en question s’identifient par ailleurs comme femmes de citoyens en indiquant le nom de leur mari et de leur dème32.

  • 33 IG I3 931.
  • 34 IG I3 857 et IG I3 573.
  • 35 IG I3 644.
  • 36 Selon U. Kron, les offrandes faites par des femmes concernaient principalement les divinités poliad (...)
  • 37 Raubitschek, 1949, p. 465.
  • 38 Kron, 1993, p. 165. En effet, dans l’inventaire des offrandes de Brauron, la plupart des femmes ne (...)
  • 39 Raubitschek, 1949, p. 466.
  • 40 Kron, 1996, p. 165.

16Vingt-neuf dédicaces de cette période peuvent cependant être attribuées à des femmes. Sur ces vingt-neuf dédicaces, vingt-sept ne mentionnent aucun nom de parent masculin. Sur une seule dédicace, la femme mentionne sa filiation33 et sur deux autres, les dédicantes mentionnent leurs enfants34. Une quatrième dédicace est une inscription conjointe d’un homme et d’une femme, mais faisant des offrandes séparées35. La relation qui les lie n’est pas précisée, comme cela est par ailleurs le cas pour les autres dédicaces communes trouvées sur l’Acropole (trente-trois dédicaces pour des offrandes de statues entre 600 et 450 av. J.-C.). Les objets offerts à la divinité sont par ailleurs assez variés (disque, figurine, miroir, bassin, …), tant par leur taille que par le matériau utilisé (marbre, bronze, …). Toutes ces offrandes sont dédiées à Athéna et suivent, pour l’ensemble d’entre elles, un formulaire simple précisant parfois si l’offrande est consacrée comme aparkhè ou dékatè36. Comme le soulignait déjà A. E. Raubitschek, il est très difficile de déterminer le statut social de ces dédicantes. Cependant, nous ne possédons aucune preuve laissant suggérer que ces femmes n’étaient pas « respectables »37. En effet, l’absence de patronyme n’est pas un critère suffisant pour en faire des non citoyennes38. De plus, les dédicaces faites par des femmes n’étaient pas différentes de celles faites par des hommes39 et la taille de l’objet consacré ne semble pas avoir été lié au sexe du dédicant40.

  • 41 Kron, 1996, p. 166.
  • 42 IG I3 615.
  • 43 L’offrande avait été faite par Archermos de Chios et consacrée par Iphidikè à Athéna. Archermos, me (...)
  • 44 IG I3 656.
  • 45 M. Dillon continue son analyse en soulignant que la mention de l’artiste à l’origine de l’objet déd (...)

17Quatorze dédicaces, faites par des femmes sans mention de parent masculin, ont été sélectionnées pour cette étude. Ces dédicaces sont simples par leur présentation et l’objet dédié, bien que les femmes n’aient pas été limitées dans le choix de leurs offrandes. Les inventaires attiques témoignent du grand nombre de dédicaces faites par des femmes. Plusieurs de ces offrandes étaient de prix et dépassaient la somme maximum souvent citée comme étant à la disposition des femmes41, comme celles d’Ergokléia42, Iphidikè43 et Psakythè44 qui ont déjà fait l’objet de plusieurs études45.

2. 2. Quatorze dédicaces exemplaires ?

18Toutes les dédicaces utilisées dans le cadre de cette étude proviennent de l’Acropole et datent des années 550 à 480 av. J.-C. Elles ont été classées en trois séries. La première série de dédicaces regroupe quatre dédicaces mentionnant simplement le nom de la dédicante et celui de la divinité. La deuxième série comprend huit dédicaces mentionnant le nom de la dédicante, celui de la divinité et utilisant les termes dékatè ou aparkhè. La dernière série regroupe deux dédicaces de femmes précisant leur profession.

19La première série de dédicaces utilise une formulation simple se limitant au nom de la dédicante, au nom de la divinité et au verbe ἀνατίθημι. Le pronom personnel faisant référence à l’objet consacré est omis dans deux de ces dédicaces.

201. La première de ces dédicaces a été faite par Timagora. Elle se situe sur la poignée d’un vase en forme de bol en bronze et serait datée des alentours des années 525-500 av. J.-C. :

  • 46 IG I3 555. Voir Lazzarini, 1976, n. 229 pour une datation vers le ve siècle av. J-C.

Τιμαγόρα μ’ ἀ[ν|έθεκε τἀθεναίαι(?)]
« Timagora m’a consacré à Athéna46. »

212. La dédicace suivante a été faite par Myrto dans les années 550-480 av. J.-C. Elle a été retrouvée sur la poignée d’une œnochoé en bronze :

  • 47 IG I3 572. Voir Lazzarini, 1976, n. 10 pour une datation vers le vie siècle av. J.-C.

Μυρτὸ μ’ ἀνέθεκεν ⋮ τἀθενᾶι.
« Myrto m’a consacré à Athéna47 »

223. Une autre dédicace de la même époque a été offerte à Athéna par Himéra et a également été retrouvée sur la poignée d’une œnochoé en bronze :

  • 48 IG I³ 571.

Ἱμέρα Ἀθαναίαι ἀνέθεκε.
« Himéra a consacré à Athéna48. »

234. Cette dernière dédicace provient d’un socle en bronze daté de 480 av. J.-C. :

  • 49 IG I3 538. Voir Lazzarini, 1976, n. 25 pour une datation au ve siècle av. J.-C.

Ἀθεναίαι ἀν|έθεκεν Κλεαρέτε.
« Kléarété a consacré à Athéna49. »

24Le deuxième groupe de dédicaces comprend des dédicaces faites par des femmes avec l’utilisation des termes aparchè ou dékatè.

251. La première a été faite par Lysilla vers 500-475 av. J.-C. L’inscription se trouve sur un disque en bronze :

  • 50 IG I3 547.

Λύσιλλα ἀπαρχὲν Ἀθεναίαι.
« Lysilla (a consacré ceci), comme aparkhè, à Athéna50 »

262. La deuxième dédicace de cette série est attribuée à Kalis et a été retrouvée sur une colonne en marbre, vers 500-490 av. J.-C. :

  • 51 IG I3 814.

Κάλις δεκάτεν ἀνέθεκεν Ἀθεναίαι.
« Kalis a consacré comme dîme à Athéna51. »

273. La troisième dédicace choisie a été inscrite sur un pilier en marbre. Elle est attribuée à Empédia et est datée des alentours de 490 av. J.-C :

  • 52 IG I3 767. Voir Parsons, A. W., 1943, Hesperia, Xii, p. 201-203.

Ἐμπεδία δεκάτεν ἀνέθεκεν [τ]ε̑ι Ἀθ[ε]να-
ίαι
« Empédia a consacré comme dîme à Athéna52 »

284. L’inscription de la dédicace suivante a été retrouvée sur un bassin en marbre. Elle remonte aux années 490-480 av. J.-C. et est attribuée à Kalikrité :

  • 53 IG, I3, 921.

Καλ(λ)ικρίτε μ’ ἀνέθεκεν ἀπα[ρχὲ]ν τἀθ[εναί]αι.
« Kalikrité m’a consacré à Athéna comme aparkhè53. »

295. Cette dédicace est celle de Méléso. Elle dédie à Athéna, ici Promachos, une statuette de bronze aux alentours des années 480-470 av. J.-C. :

  • 54 IG I3 540. Voir Lazzarini, 1976, n. 647 (SEG, X, 313).

Μελεσὸ ἀνέθεκεν | δεκά|τεν τἀθεναίαι.
« Méléso a consacré (ceci) à Athéna comme dîme54. »

306. Kapanis a également fait une dédicace vers 480 av. J.-C. L’inscription est visible sur un vase en bronze :

  • 55 IG I3 565. Voir Lazzarini, 1976, n. 648 pour une datation vers la fin du vie s. av. J.-C.

Καπανὶς δεκά[τ]εν ἀνέθεκεν τἀθεναίαι.
« Kapanis a consacré comme dîme à Athéna55

317. Cette dédicace a été trouvée sur un socle en bronze et est datée des années 480 av. J.-C. Elle est attribuée à Glyké :

  • 56 IG I3 536. Voir Lazzarini, 1976, n. 667 pour une datation à la fin vie s. et au début du ve s. av. (...)

Γλύκε δεκά|τεν τἀθεναία|<ι>.
« Glyké à Athéna comme dîme56

328. La même Glykè est peut-être également à l’origine de l’offrande d’un miroir en bronze daté de la même période :

  • 57 IG I3 548 bis. Voir E. Empereur, BCH, 105, 1981, 565, n. 5.

Γλύκε ⋮ δεκάτεν
ἀνέθεκεν.
« Glyké a consacré comme dîme57. »

33Dans ces différents exemples, le langage formulaire est générique. Le dédicant est présenté comme sujet au nominatif, accompagné de l’utilisation du verbe ἀνατίθημι. L’offrande est alors présentée comme objet direct et la divinité comme objet indirect.

  • 58 Keesling, 2003b, p. 22.
  • 59 Parker, 2003, p. 180.

34Cette simplicité formulaire est traditionnelle. Les inscriptions les plus courtes comprennent uniquement le nom de la personne faisant la dédicace avec celui de la divinité (le verbe est omis58). La mention de la divinité pouvait se faire par le nom de celle-ci, son épithète ou une combinaison des deux59. Cette simplicité peut traduire une limite dans les moyens financiers utilisés pour faire la dédicace ou être plus simplement liée à la surface disponible pour l’inscription sur l’objet consacré. Le verbe ἀνατίθημι est quant à lui utilisé pour décrire un acte symbolique et physique, puisque le dédicant enlève un objet du circuit des hommes pour l’élever vers les dieux.

  • 60 Les formules de base sont : « Untel (nominatif) a consacré telle chose (accusatif) à telle divinité (...)
  • 61 En référence à Hérodote, I, 92, 1-4. Keesling, 2005, p. 398.
  • 62 Keesling, 2003b, p. 7.

35Les dédicaces sont assez simples, avec une utilisation d’aparkhè et de dékatè (pas de mention d’agalma) sans autre précision60. Le terme aparkhè fait référence à une partie que l’on met de côté pour les dieux. C. M. Keesling suggère également que le terme aurait pu être utilisé en référence aux premiers fruits qu’une personne toucherait après avoir perçu un héritage ou une dot dans le cas d’une femme61, ce qui sous-entendrait alors une possible indépendance financière des femmes vis-à-vis d’une partie de leurs possessions. Son utilisation pourrait ainsi permettre à la dédicante de marquer la différence entre ses revenus et le patrimoine familial. Le terme dékatè fait par contre toujours référence à un dixième d’une chose, rappelant le partage du butin de guerre. Choisir d’offrir un dixième pour une offrande privée permettrait d’imiter cet acte collectif de partage62. En-dehors de la différence concernant la valeur de l’offrande, les deux termes paraissent presque interchangeables. Aucun ne semble être attaché à un groupe de dédicants ni à un type d’offrandes particulier.

  • 63 Day, 2010, p. 103.
  • 64 Les promachoi peuvent également être analysées comme liées aux Panathénées, alors réorganisées par (...)

36Cependant, l’utilisation de ces termes peut tout de même nous renseigner sur la volonté du dédicant. En effet, selon J. Day, choisir le terme aparkhè ou dékatè pour décrire une offrande la présente de manière abstraite63. Il n’y a pas de mention de la source de la dîme ou de l’aparkhè dans ces inscriptions, peut-être dans le but de concentrer l’attention sur l’objet dédié et non sur le dédicant. Il n’y a pas d’utilisation d’épithète pour la mention de la divinité, car l’objet consacré permettait d’identifier immédiatement le champ de compétence de la divinité qui était mis en avant. L’objet consacré pouvait alors agir tel un objet parlant, comme cela devait être le cas avec la statuette de bronze consacrée à Athéna Promachos par Méléso64.

  • 65 Lamb, 1969, p. 99.
  • 66 Sismondo Ridgway, 1992, p. 127 et 129.
  • 67 Ibid., 1992, p. 129.
  • 68 Wagner, 2001, p. 99.

37Les offrandes faites par des femmes n’étaient pas limitées à des activités dites traditionnellement féminines. Elles pouvaient être liées à des objets cultuels, tels que les vases, ou à une possible fonction sacerdotale exercée par la dédicante. Ainsi, en-dehors des objets liés au tissage et des miroirs (notamment pour les dédicaces concernant Artémis), les femmes pouvaient faire des offrandes mettant en avant un autre aspect particulier d’une divinité, comme l’Athéna Promachos. Essentiellement attique65, ce type d’offrande était par ailleurs très populaire à Athènes et onze statues, datant des années 530 à 480 av. J.-C., ont été identifiées comme Athéna Promachos66. Le type particulier du bras replié serait influencé par le récit retrouvé sur les amphores panathénaïques et la gigantomachie du vieux temple d’Athéna67. L’introduction de l’Athéna Promachos coïnciderait ainsi avec l’introduction des amphores panathénaïques, prix aux concours des Panathénées réorganisées dans les années 560 av. J.-C.68

38La dernière série regroupe deux dédicaces dans lesquelles les femmes ont indiqué leur profession.

391. La première dédicace a été retrouvée sur le piédestal pleinement préservé d’un bassin en marbre. L’offrande a été faite par Smikythè, la lavandière. La dédicace est datée des années 490-480 av. J.-C. :

  • 69 IG3 794. Pour l’ensemble des références, voir D’Onofrio, 1998, p. 113.

Σμικύθε πλύντρια δεκάτεν ἀνέθεκεν.
« Smikythè, la lavandière, a consacré (ceci) comme dîme69. »

  • 70 Van Straten, 1981, p. 93.
  • 71 Kron, 1996, p. 162.
  • 72 Suk Fong Jim, 2014, p. 173. Pour P. Brulé, Smikythè aurait fait cette dédicace dans le cadre des Pl (...)
  • 73 Kron, 1996, p. 163.

40Athéna, en sa qualité d’erganè, recevait de nombreuses offrandes d’artisans sur l’Acropole athénienne70. Concernant Smikythè, la source de cette dîme n’est pas assurée. Elle avait peut-être utilisé les revenus de sa profession pour faire cette offrande, bien que celle-ci puisse paraître au-delà des revenus que l’on suppose attachés à ce métier. Or, nous ne possédons aucune autre information ni sur le statut, libre ou servile, de cette femme ni sur ses revenus71. La proposition consistant à dire que le commerce textile devait être particulièrement lucratif pour qu’une blanchisseuse puisse faire une telle offrande a été réfutée par T. Suk Fong Jim. Elle suggère, au contraire, que la récurrence d’offrandes conséquentes faites par des personnes aux métiers modestes (pêcheur, vendeuse de pain) n’était pas un fait exceptionnel et que ces offrandes semblent être faites en relation avec le métier du dédicant72. Cependant, comme le souligne U. Kron, les bassins consacrés sur l’Acropole n’étaient pas tant des objets liés au métier du dédicant que des objets de cultes traditionnellement présents dans les sanctuaires et par conséquent régulièrement consacrés aux dieux73.

  • 74 IG I3 574.
  • 75 IG I3 700.
  • 76 Raubitschek, 1949, p. 100.
  • 77 IG I3 1219.
  • 78 Wagner, 2000, p. 386. Voir IG I2 642 ; IG I2 751 ; IG I2 720 ; IG I2 547 ; IG I2 626.

41Il existe deux autres dédicaces qui concernent le même nom. La première date des années 475 av. J.-C. et mentionne Smikythè, mais non sa profession74. La deuxième dédicace date des années 500-480 av. J.-C. et mentionne Smikythè avec une autre femme, Phrynè, peut-être sa sœur75. L’inscription est néanmoins incomplète et il a été suggéré qu’une troisième personne s’était jointe à ces deux femmes dans le cadre de cette offrande76. Il existe également un monument funéraire pour un garçon prénommé Smikythos vers 510 av. J.-C. sans mention de filiation. Il s’agit peut-être ici d’un membre de la même famille77. Nous ne possédons pas d’autres informations sur le statut de cette femme, mais la comparaison avec d’autres dédicaces d’artisans réalisée par C. Wagner suggère que le démotique était couramment omis. Le nom seul et l’occupation semblent avoir été suffisants pour que le dédicant puisse s’identifier78.

422. La deuxième dédicace est faite par Phrygia, vendeuse de pain, aux alentours de 500 av. J.-C. Elle offre à Athéna un bouclier miniature en bronze :

  • 79 IG I3 546. À cause de son nom à « consonance » étrangère, M. Dillon suggère qu’elle était peut-être (...)

Φρυγία ⋮ ἀνέθεκέ με̣ τ̣ἀθεναίαι
ℎε ἀρτόπολ[ις].
« Phrygia m’a consacré à Athéna, elle, la vendeuse de pain79. »

  • 80 Kron, 1996, p. 163.
  • 81 Kosmopoulou, 2001, p. 281-319.

43Selon U. Kron, Phrygia, la Phrygienne, était peut-être une étrangère, libre ou métèque, originaire de Phrygie80. Il est également possible qu’elle ait appartenu à une famille athénienne ayant des liens avec la Phrygie. À la différence de Smikythè, on ne peut suggérer que la nature de l’offrande pouvait être liée à la profession de Phrygia, ce qui aurait pu justifier sa mention. Elle précise ici la source de ses revenus de manière simple, comme pouvaient le faire d’autres artisans masculins. Il ne semble donc pas déshonorant pour une femme de travailler, ni de le mentionner. Les métiers des femmes d’Athènes sont par ailleurs régulièrement mentionnés à partir du ive siècle av. J.-C., tant dans les dédicaces que dans les épigrammes81. Il s’agit donc ici de mettre en avant un élément se référant au statut de la personne faisant l’offrande, élément qui lui permet de se distinguer des autres au sein de la communauté et de continuer à s’approprier l’origine de l’offrande sur le long terme.

  • 82 Day, 2010, p. 183.
  • 83 Comme le rappelle U. Kron, les hommes avaient par ailleurs l’obligation d’aider financièrement leur (...)
  • 84 À la différence des monuments funéraires mentionnant des femmes et étant commissionnés par leur fam (...)

44La simplicité de ces formules dédicatoires soulève plusieurs interrogations. Peut-on suggérer que l’identité du dédicant était suffisamment connue pour ne pas nécessiter plus de précision ? Ou au contraire, la simplicité de ces dédicaces doit-elle être comprise comme un signe de piété82 et d’effacement face à la divinité et à la collectivité ? Ces dédicaces seraient-elles, en fait, comme le suggère J. Day, un autre type de participation aux Panathénées et donc à comprendre dans ce contexte ? Il semble en tout cas clair que les dédicants, hommes comme femmes, possédaient une grande liberté dans la présentation de leur dédicace. Le fait que ces femmes aient choisi de se présenter seules, avec une référence à leur profession, souligne le caractère individuel de chacune de ces dédicaces. L’absence de mention de parent masculin exprimerait, selon M. Dillon, un désir d’affirmation de leur capacité à faire une dédicace de manière indépendante. Cependant, rien ne permet de l’affirmer aussi clairement et il est sans doute plus probable que les dédicaces de femmes étaient ordinaires et qu’elles n’avaient aucune difficulté à faire une offrande en leur nom si elles le souhaitaient et le pouvaient83. Ces dédicaces étaient simplement le vecteur de leur expression personnelle84.

2. 3. Les objectifs des dédicaces

  • 85 Voir Prêtre, 2009.

45La dédicace s’adresse à la divinité comme au reste de la communauté. Celui qui voit la dédicace peut en devenir le narrateur par le biais du pronom personnel. Chaque lecture permet une nouvelle performance de l’offrande et du rituel. L’offrande est ainsi mise en scène à chaque fois qu’une personne lit la dédicace85.

  • 86 I, 50-51.

46Les dédicaces pouvaient permettre d’attirer l’œil en fonction de l’objet dédié et de la place qui lui avait été donnée. C’était également le moyen pour le fidèle de montrer sa réussite, ses exploits, sa puissance, son statut, voire son goût artistique, car une offrande faite par un membre d’une famille témoignait de la piété de cette famille et de sa place dans la communauté. Pour certaines dédicaces, mentionner le nom du dédicant pouvait ajouter à la valeur de l’offrande, comme dans le cas de l’offrande de Crésus rapportée par Hérodote86. On peut alors s’interroger sur « la valeur ajoutée » précise apportée par le nom de ces femmes, si ce n’est leur participation individuelle à la piété collective.

  • 87 Les résultats sont similaires pour les offrandes faites à l’Asklépéion, bien que ces offrandes soie (...)

47Ces offrandes peuvent également nous éclairer sur les biens financiers à la disposition de ces femmes et sur leur potentielle instruction (avaient-elles besoin de savoir lire pour vérifier le travail du graveur ?). Rien n’indique qu’il s’agissait de prostituées, qui seules auraient pu s’exprimer, et si l’on suit le travail de P. Schmitt-Pantel sur les représentations iconographiques, aucun élément ne permet d’affirmer que ces femmes n’étaient ni libres ni citoyennes87.

  • 88 Vial, 1996, p. 343.

48La famille de la dédicante n’est aucunement mentionnée dans ces inscriptions. Il n’est signalé aucun kyrios. La mention de ces noms de femmes sans aucun autre parent masculin tend à suggérer l’existence d’une certaine autonomie « légale » des femmes, notamment dans la gestion de leurs biens. Ainsi, la kyreia de l’époque archaïque, loin d’être aussi formellement encadrée qu’à l’époque classique, n’aurait été ni rigide ni permanente, comme le suggère C. Vial88. Elle ne serait alors qu’une fonction ponctuelle à laquelle les femmes n’auraient pas nécessairement eu besoin de recourir pour s’exprimer dans un contexte public.

  • 89 Keesling, 2003b, p. 7.

49La raison de la dédicace n’est nullement précisée et il n’y a aucune mention ni de remerciement ni d’un succès quelconque pouvant être à l’origine de la consécration. C. M. Keesling suggère que les offrandes aparkhai et dekatai peuvent être considérées comme répondant à un vœu89. Dans ce cas précis, vu qu’un certain nombre d’entre elles datent des guerres médiques, le vœu pourrait correspondre à un vœu de protection auprès de la divinité poliade. Il se peut également que ces offrandes aient simplement eu pour but d’attacher la divinité à une réussite personnelle et familiale.

  • 90 Hérodote, I, 60 et Aristote, AP, XIV, 4.

50La datation de ces dédicaces peut également être liée à la « politique religieuse » des Pisistratides concernant la divinité poliade d’Athènes. En effet, avec la réorganisation de son culte, Athéna domine alors l’Acropole et peut servir d’agent fédérateur à une communauté large et diverse. Dans le même esprit, on peut rappeler le premier retour d’exil de Pisistrate à Athènes, raccompagné par Athéna et par les habitants de l’Attique90. Les astoi n’ont alors plus l’exclusivité du culte.

51Descendantes de l’aristocratie athénienne ou de la nouvelle configuration civique amorcée par Pisistrate, puis par Clisthène, l’ensemble des femmes de la cité pouvait ainsi s’exprimer à travers ces dédicaces et s’impliquer dans la vie cultuelle de la communauté.

Conclusion

  • 91 Schmitz, 2010, p. 25.

52Ces dédicaces sont l’une des premières traces écrites personnelles et individuelles des femmes de la cité91. À la fois honorifiques et signes de piété, elles nous renseignent sur la participation des femmes aux échanges entre le divin et les membres d’une communauté – une participation effectuée en leur nom propre. Il devait en effet être nécessaire à l’ensemble des membres de la cité de prendre part aux cultes des dieux, collectivement et individuellement. La possibilité pour les femmes de faire des dédicaces à Athéna, quand leurs moyens le leur permettaient, augmentait la protection de la divinité envers l’ensemble de la cité. Restreindre ou interdire les dédicaces de femmes aurait limité le nombre d’offrandes faites en l’honneur de la divinité poliade. Or, la cité athénienne de la période archaïque ne pouvait s’en passer durant la période de crises qu’elle traversait, tant du point de vue institutionnel que politique.

53Participant d’une identité civique et communautaire en constante évolution, les femmes de la cité nous font, par le biais de ces dédicaces, entendre leur voix dans le dialogue reliant les hommes entre eux et avec les dieux.

Haut de page

Bibliographie

Aleshire, S., B., 1989, The Athenian Asklepeion, the People, their Dedication, and the Inventories, Amsterdam.

Alroth, B., 1988, The positioning of Greek Votive Figurines, dans R. Hägg, N. Marinatos et G. C. Nordquist (éd.), Early Greek Cult Practice, Proceedings of the Fifth International Symposium at the Swedish Institute at Athens, 26-29 June 1986, p. 195-203.

Bing, P., 2002, The Un-Read Muse? Inscribed Epigram and its Reader in Antiquity, dans M. A. Harder, R. F. Regtuit et G. C., Wakker (éd.), Hellenistic Epigrams, Leuven, p. 39-66.

Boedeker, D. et Sider, D., 1996, The New Simonides, Arethusa, 26.

Bodel, J., 2001, Epigraphic Evidence, Ancient History from Inscriptions, Londres.

Bodel, J., 2006, Sacred Dedications: A Problem of Definitions, dans J. Bodel et M. Kajava (dir.), Dediche Sacre Nel Mondo Greco-Romano, Diffusione, funzioni, tipologie, Acta Instituti Romani Finlandiae, vol. 35, p. 17-30.

Bowie, E., 2010, Epigram as narration, dans M. Baumbach, A. Petrovic et I. Petrovic (éd.), Archaic and Classical Epigram, Cambridge, p. 313-384.

Brulé, P., 1987, La fille d’Athènes, Besançon.

Code, L., 1981, Is the Sex of the Knower Epistemologically Significant?, Metaphilosophy, 12, p. 267-276.

Code, L., 1991, What Can She Know? Feminist Theory and the Construction of Knowledge, Ithaca.

Day, J., 2010, Archaic Greek Epigram and Dedication, Representation and Performance, Cambridge.

Dillon, M., 2002, Girls and Women in Classical Greek Religion, Londres.

D’Onofrio, A. M., 1998, Oikoi, généalogies et monuments : réflexions sur le système des dédicaces antiques archaïques, Ktèma, 23, p. 103-123.

Dubois, L., 1996, Inscriptions grecques dialectales d’Olbia du Pont, Genève.

Duplouy, A., 2006, Le prestige des élites, Recherches sur les modes de reconnaissance sociale en Grèce entre le xe et ve siècles avant J.-C., Paris.

Friedländer, P., 1948, Epigrammata, Greek Inscriptions in Verse from the Beginnings to the Persian Wars, Berkeley.

Guettel Cole, S., 1995, Civic cult and civic identity, dans M. Hermann Hansen (éd.), Sources for the Ancient Greek City-State, Symposium August 24-27 1994, Acts of the Copenhagen Polis Centre, vol. 2, Copenhague, p. 292-325.

Harding, S., 1991, Whose science? Whose knowledge?, Ithaca.

Higbie, C., 2010, Epigrams on the Persian Wars : Monuments and Politics, dans M. Baumbach, A. Petrovic et I. Petrovic (éd.), Archaic and Classical Epigram, Cambridge, p. 183-201.

Jacqmin, C., 2013, Arbitres et règlements de conflits : l’exemple des 16 femmes des cités d’Elide, dans V. Sebillotte-Cuchet et S. Boehringer (dir.), Des femmes en action. L’individu et la fonction en Grèce ancienne, Mètis, H.S., p. 101-115.

Jeffery, L. H., 1961, The Local Scripts of Archaic Greece, A Study of the Origin of the Greek alphabet and its Development from the Eight to the Fifth Centuries B.C., Oxford (éd. revue 1990).

Keesling, C. M., 2003a, Rereading the Acropolis Dedication, dans D. Jordan et J. Traill (éd.), Lettered Attica, A Day of Attic Epigraphy, Actes du symposium d’Athènes du 8 mars 2000, Athènes, Publications de l’Institut Canadien d’Archéologie à Athènes, 3, p. 41-54.

Keesling, C. M., 2003b, The Votive Statues of the Athenian Acropolis, Cambridge.

Keesling, C. M., 2005, Patrons of Athenian Votive Monuments of the Archaic and Classical Periods: Three Studies, Hesperia, 74, p. 395-426.

Kosmopoulou, A., 2001, Working Women, Female Professionals on Classical Attic Gravestones, The Annual of the British School at Athens, 96, p. 281-319.

Kron, U., 1996, Priesthoods, Dedications and Evergetism. What part did Religion play in the Political and Social Status of Greek Women?, dans P. Hellström et B. Aloth (éd.), Religion and Power in the Ancient Greek World, Proceedings of the Uppsala Symposium 1993, p. 139-182.

Lamb, W., 1969, Ancient Greek and Roman Bronzes, Chicago.

Lanza, D., 1997, Le tyran et son public, Paris.

Lazzarini, M. L., 1976, Le formule delle dediche votive nella Grecia Arcaica, Rome.

Longino, H., 2001, The Fate of Knowledge, Princeton.

Loraux, N., 2003, La Grèce au féminin, Paris.

Mc Clure, L. K., 2003, Courtesans at Table, Gender and Greek Literary in Athenaeus, Londres.

Parker, R., 2003, The Problem of Greek Epithet, Opuscula Atheniensia, 28, p. 173-184.

Parker, R., 2005, Polytheism and Society at Athens, Oxford.

Powell, A., 2004, The Women of Sparta – and other Greek Cities – at war, dans T. J. Figueira (éd.), Spartan Society, Swansea.

Prêtre, C., 2009, Le donateur, l’offrande et la déesse. Systèmes votifs dans les sanctuaires de déesses du monde grec, Liège.

Pucci, P., 1988, Inscriptions archaïques sur les statues des dieux, dans M. Detienne, Les savoirs de l’écriture en Grèce ancienne, Paris.

Raubitschek, A. E., 1949, Dedications from the Athenian Akropolis, A Catalogue of the Inscriptions of the Sixth and Fifth Centuries B. C., Cambridge.

Robertson, N., 1996, Athena’s Shrines and Festivals, dans J. Neils (éd.), Worshipping Athena, Panathenaia and Parthenon, Madison, p. 27-76.

Schmitt Pantel, P., 2002, Histoire des femmes en Occident, Paris.

Schmitz, T. A., 2010, Speaker and Adressee in Early Greek Epigram and Lyric, dans M. Baumbach, A. Petrovic et I. Petrovic (éd.), Archaic and Classical Epigram, Cambridge, p. 25-41.

Sebillotte Cuchet, V., 2012, Régimes de genre et Antiquité grecque classique, Annales HSS, p. 573-603.

Simon, E., 1983, Festivals of Attica, An Archaeological Commentary, Madison.

Sismondo Ridgway, B., 1992, Images of Athena on the Akropolis, dans J. Neils (éd.) Goddess and Polis, The Panathenaic Festival in Ancient Athens, Princeton, p. 119-142.

Stehle, E., 1997, Performance and Gender in Ancient Greece, Nondramatic Poetry in its Setting, Princeton.

Suk Fong Jim, T., 2014, Sharing with the Gods, Aparchai and Dekatai in Ancient Greece, Oxford.

Svenbro, J., 1988, Phrasikleia, Anthropologie de la lecture en Grèce ancienne, Paris.

Vial, C., 1996, Statut et subordination, dans O. Cavalier (dir.), Silence et fureur. La femme et le mariage en Grèce, Avignon, p. 339-357.

Van Straten, F. T., 1981, Gifts for the Gods, dans H. S. Versnel (éd.), Faith, Hope and Worship, Aspects of Religious Mentality in the Ancient World, Leiden.

Wagner, C., 2000, The Potters and Athena, Dedications on the Athenian Acropolis, dans G. R. Tsetskhladze, A. J. N. W. Prag et A. M. Snodgrass (éd.), Periplous : papers on classical art and archaeology presented to Sir John Boardman, p. 383-387.

Wagner, C., 2001, The Worship of Athena on the Athenian Acropolis: Dedications of Plaques and Plates, dans S. Deacy et A. Willing (éd.), Athena in the Classical World, Leiden.

Haut de page

Notes

1 Code, 1981 et 1991 ; Harding, 1991; Longino, 2001.

2 Lanza, 1997, p. 47-78.

3 Loraux, 2003 ; Sebillotte Cuchet, 2012.

4 Schmitt Pantel, 2002, p. 616.

5 Plutarque, Préceptes de mariage 29-32, Moralia, 142 C-D.

6 Jacqmin, 2013, p. 101-115.

7 On peut évoquer ici l’étude d’A. Powell de 2004 sur le cri des femmes, l’ololugè. Émis aux côtés du cri de guerre des hommes, l’ololugè équivalait à une arme qui pouvait affecter le moral des combattants des deux côtés (Powell, 2004, p. 143). On peut également considérer l’épigramme des Corinthiennes au lendemain des guerres médiques (Plutarque, De la malignité d’Hérodote 870e-871e). Elles sont également mentionnées chez Athénée, (XIII, 573d-e) qui cite Timée (FGrHist 556 F 10) et Théopompe (FGrHist 115 F 286) comme sources. Voir Boedeker, Sider, 1996 ; Higbie, 2010, p. 185, sur l’analyse de l’épigramme. Cette épigramme peut être comprise comme s’inscrivant à la fois dans une série de dédicaces faites par des femmes et dans la construction de l’histoire que la cité souhaitait transmettre au sujet de son rôle dans le conflit.

8 Stehle, 1997, p 72. Elle mentionne également des artistes femmes, parfois étrangères, à Thèbes, Délos, Delphes, Élis, Égine, Lesbos ou Argos (Stehle, 1997, p. 72).

9 Stehle, 1997, p. 102 et sq.

10 Day, 2010, p. 3.

11 Il s’agit d’une relation que F. T. Van Straten qualifie de transaction commerciale (Van Straten, 1981, p. 72).

12 Day, 2010, p. 15.

13 Van Straten, 1981, p. 80-81.

14 Ibid., p. 75-76.

15 Bodel, 2006, p. 18.

16 Van Straten, 1981, p. 75 ; Bodel, 2006, p. 19.

17 Day, 2010, p. 14. Voir également Svenbro, 1988, p. 36-52. P. Bing suggère plutôt que l’importance de ces dédicaces réside dans le geste de faire une offrande et non dans la lecture de l’inscription (Bing, 2002, p. 41-43).

18 Bodel, 2001, p. 19.

19 Pucci, 1988, p. 484.

20 Dans le cadre de ce travail, le terme « communauté » est employé dans son sens large, le découpage entre communauté politique, religieuse et autres étant ici artificiel.

21 Comme pour les offrandes de Milet et de Samos, objets au vie siècle av. J.-C. de luttes pour asseoir un prestige personnel (Duplouy, 2006, p. 185-249).

22 Guettel Cole, 1995, p. 299.

23 Day, 2010, p. 47.

24 Van Straten, 1981, p. 92.

25 D’Onofrio, 1998, p. 117.

26 Dédicaces faites par des femmes seules à Athènes : Psakythè vers 510/500 av. J.-C.: IG I3 656 ; Peithylla vers 525-470 av. J.-C.: NAM, n. 18497 ; Myrto vers 550-500 av. J.-C. : NAM, n. 17524 ; ; Ergokleia vers 525-510 av. J.-C.: IG I3 615 ; Iphidikè vers 510-500 av. J.-C.: IG I3 683 ; Kléophanè vers 480 av. J.-C.: IG I3 534 ; Méliteia vers 475-450 av. J.-C.: IG I3 567 ; Pheido vers 480 av. J.-C.: IG I3 813 ; Mikythè et ses enfants vers 470-450 av. J.-C.: IG I3 857 ; Kallisto vers 480 av. J.-C.: IG I3 934 ; Eumélido vers 450 av. J.-C.: IG I2 591 ; Philéa vers 500 av. J.-C.: IG I2 661 ; Myrine vers 490-480 av. J.-C.: IG I3 803 ; Kalikritè vers 490-480 av. J.-C.: EM 6541.

27 Dédicaces conjointes classées par cité: à Athènes : Lysias et Euarkhis (époux ?) vers 510-500 av. J.-C.: IG I3 644 ; Photimè et son frère (?), début ve av. J.-C. : IG I2, 599 ; Mypine avec son père (?) vers 500 av. J.-C.: IG I2 677 ; une femme et son mari (?) : début ve av. J.-C.: IG I, 356. Dans d’autres cités : Eumétis avec Hégésisitratos, à Amphipolis, milieu du ve av. J.-C., Laz. 148 ; Charigénès et sa fille Eudeinè, près d’Érétrie, vers 450 av. J.-C., IG Xii 9 124. À Paros : Démocykes et Télestodikè, vers 500 av. J.-C., IG XII 5 215 (voir Dillon, 2002, p. 12 ; Bowie, 2010, p. 347). À Dodone : Crétaia et son époux, 525-500 av. J.-C., LSAG 228 n. 13. À Bérézan : Démonassa et son père, vers 500 av. J.-C., (Dubois, 1996, p. 144-145). Cela pouvait également être le cas pour les inscriptions funéraires : à Athènes, Opsios (mari) et Apsynthie (mère) pour une femme, vers 510-500 av. J.-C. : IG I31229 ; une fille et un garçon enterrés ensemble, vers 540 av. J.-C.: IG I2 891. En Thessalie (Oloosson) : Cléodamus le père et Corono la mère pour leur fille Thessalia, date inconnue : Friedländer n. 32 ; Nicole et son fils Théoxénos, vie siècle av. J.-C., BCH 99, 1975, p. 219 ; à Camarine : Choro et Elos, tombe érigée par leur fils, fin du vie siècle av. J.-C., Friedländer n. 79 A. En Attique : Archias et sa sœur enterrés ensemble, vers 540 av. J.-C. : SEG 452 a. L’association du nom d’un homme à celui d’une femme se retrouve également sur les graffiti trouvés sur les vases : en Béotie, Mogéas pour sa femme Eucharis, vers 450-430 av. J.-C., IG VII 3467 ; à Bérézan, Eudiké et son ami, ve siècle av. J.-C., SEG XXXI, 696. À Sélinonte : Aristocléia et Pithacos, Sélinonte, vers 550-525 av. J.-C., SEG XXIX, 338. Voir Parker, 2005, p. 48 et sq.

28 Cependant, M. Dillon remet ces chiffres en cause et suggère que, pour les dédicaces présentées par M.L. Lazzarini, environ 10 % ont été faites par des femmes (Dillon, 2002, p. 9).

29 Alroth, 1988, p. 195.

30 Ibid., p. 201.

31 Sur les 73 dédicaces du Parthénon faites entre la deuxième moitié du ve siècle av. J.-C. et le ive siècle av. J.-C., 35 avaient été faites par des femmes, des métèques, des enfants ou des étrangers. Pour l’Erechthéion, 22 dédicaces ont été retrouvées, dont 12 faites par des femmes (Kron, 1996, p. 165).

32 Keesling, 2003b, p. 76 ; Keesling, 2003a, p. 41-54.

33 IG I3 931.

34 IG I3 857 et IG I3 573.

35 IG I3 644.

36 Selon U. Kron, les offrandes faites par des femmes concernaient principalement les divinités poliades ou celles liées à la fertilité, la santé, les enfants ou la famille (Kron, 1996, p. 181).

37 Raubitschek, 1949, p. 465.

38 Kron, 1993, p. 165. En effet, dans l’inventaire des offrandes de Brauron, la plupart des femmes ne mentionnent pas leur patronyme. On peut néanmoins envisager qu’elles étaient filles de citoyens (Kron, 1996, p. 166).

39 Raubitschek, 1949, p. 466.

40 Kron, 1996, p. 165.

41 Kron, 1996, p. 166.

42 IG I3 615.

43 L’offrande avait été faite par Archermos de Chios et consacrée par Iphidikè à Athéna. Archermos, membre d’une famille d’artistes de Chios, était un artiste important. L’origine d’Iphidikè est incertaine (Raubitschek, 1949, p. 8).

44 IG I3 656.

45 M. Dillon continue son analyse en soulignant que la mention de l’artiste à l’origine de l’objet dédié, parfois même d’un artiste étranger, indique que ces objets n’étaient pas des objets de la vie courante, mais qu’ils avaient été commandés pour l’occasion et étaient conséquemment coûteux (Dillon, 2002, p. 15).

46 IG I3 555. Voir Lazzarini, 1976, n. 229 pour une datation vers le ve siècle av. J-C.

47 IG I3 572. Voir Lazzarini, 1976, n. 10 pour une datation vers le vie siècle av. J.-C.

48 IG I³ 571.

49 IG I3 538. Voir Lazzarini, 1976, n. 25 pour une datation au ve siècle av. J.-C.

50 IG I3 547.

51 IG I3 814.

52 IG I3 767. Voir Parsons, A. W., 1943, Hesperia, Xii, p. 201-203.

53 IG, I3, 921.

54 IG I3 540. Voir Lazzarini, 1976, n. 647 (SEG, X, 313).

55 IG I3 565. Voir Lazzarini, 1976, n. 648 pour une datation vers la fin du vie s. av. J.-C.

56 IG I3 536. Voir Lazzarini, 1976, n. 667 pour une datation à la fin vie s. et au début du ve s. av. J.-C.

57 IG I3 548 bis. Voir E. Empereur, BCH, 105, 1981, 565, n. 5.

58 Keesling, 2003b, p. 22.

59 Parker, 2003, p. 180.

60 Les formules de base sont : « Untel (nominatif) a consacré telle chose (accusatif) à telle divinité (datif) »ou « Untel (nominatif) (sous-entendu : consacre) Untel (accusatif) ». Les dédicaces sont généralement écrites dans le dialecte de la personne faisant la dédicace.

61 En référence à Hérodote, I, 92, 1-4. Keesling, 2005, p. 398.

62 Keesling, 2003b, p. 7.

63 Day, 2010, p. 103.

64 Les promachoi peuvent également être analysées comme liées aux Panathénées, alors réorganisées par les Pisistratides (Day, 2010, p. 168).

65 Lamb, 1969, p. 99.

66 Sismondo Ridgway, 1992, p. 127 et 129.

67 Ibid., 1992, p. 129.

68 Wagner, 2001, p. 99.

69 IG3 794. Pour l’ensemble des références, voir D’Onofrio, 1998, p. 113.

70 Van Straten, 1981, p. 93.

71 Kron, 1996, p. 162.

72 Suk Fong Jim, 2014, p. 173. Pour P. Brulé, Smikythè aurait fait cette dédicace dans le cadre des Plyntéries (Brulé, 1987, p. 393). Ce festival avait lieu à la fin du mois de mai et au début du mois de juin. La statue en bois de la divinité était alors baignée à la lueur de la lune et sa robe lavée (voir Simon, 1983, p. 477-478 ; Robertson, 1996, p. 27).

73 Kron, 1996, p. 163.

74 IG I3 574.

75 IG I3 700.

76 Raubitschek, 1949, p. 100.

77 IG I3 1219.

78 Wagner, 2000, p. 386. Voir IG I2 642 ; IG I2 751 ; IG I2 720 ; IG I2 547 ; IG I2 626.

79 IG I3 546. À cause de son nom à « consonance » étrangère, M. Dillon suggère qu’elle était peut-être métèque. Voir Lazzarini, 1976, n. 46 pour une datation vers le vie siècle av. J.-C.

80 Kron, 1996, p. 163.

81 Kosmopoulou, 2001, p. 281-319.

82 Day, 2010, p. 183.

83 Comme le rappelle U. Kron, les hommes avaient par ailleurs l’obligation d’aider financièrement leurs parentes pour tout ce qui concernait le culte et la religion (Kron, 1996, p. 166). Platon, dans les Lois, souligne par ailleurs que les dédicaces de femmes étaient courantes (Platon, Lois, X, 909 e).

84 À la différence des monuments funéraires mentionnant des femmes et étant commissionnés par leur famille.

85 Voir Prêtre, 2009.

86 I, 50-51.

87 Les résultats sont similaires pour les offrandes faites à l’Asklépéion, bien que ces offrandes soient liées à des guérisons espérées ou obtenues (Keesling, 2003b, p. 76). 51, 39% de ces dédicaces ont été faites par des femmes, 45,82% par des hommes et 2, 79% par des couples ou par le démos athénien (Aleshire, 1989, p. 45).

88 Vial, 1996, p. 343.

89 Keesling, 2003b, p. 7.

90 Hérodote, I, 60 et Aristote, AP, XIV, 4.

91 Schmitz, 2010, p. 25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Jacqmin, « Des voix de femmes dans la cité grecque archaïque : le cas des dédicaces athéniennes », Pallas, 99 | 2015, 31-45.

Référence électronique

Claire Jacqmin, « Des voix de femmes dans la cité grecque archaïque : le cas des dédicaces athéniennes », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/2988 ; DOI : 10.4000/pallas.2988

Haut de page

Auteur

Claire Jacqmin

Chargée de cours à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Laboratoire ANHIMA (UMR 8210) et CRAHAM (UMR 6273)
clairejacqmin@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org