Navigation – Plan du site
Laisser son nom : femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes

Garder et transmettre la mémoire des femmes. Cléora, Eupolia, Proauga et les archives lacédémoniennes

To keep and transmit the memory of women. Cleora, Eupolia, Proauga and the Lacedaemonian archives
Annalisa Paradiso
p. 47-59

Résumés

Dans cette contribution, on va enquêter sur les raisons historiographiques qui ont permis de découvrir les noms de trois femmes lacédémoniennes appartenant à l’entourage d’Agésilas II, contribuant ainsi à en perpétuer le souvenir. La recherche a été menée à bien par Plutarque, qui déclare de les avoir découvert dans les “archives lacédémoniennes”, les lakonikai anagraphai: il l’annonce dans la Vie d’Agésilas, dans le même passage où il remarque que Xénophon n’avait pas mentionné le nom de la fille d’Agésilas et que Dicéarque s’était indigné qu’on ne connaisse pas ce même nom.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier vivement Adeline Grand-Clément pour m’avoir invitée à la journée d’étude toulousaine, intitulée ‘Laisser son nom: femmes et actes de mémoire dans l’Antiquité’. Je lui exprime également ma gratitude pour avoir discuté avec moi, à mon grand profit, sur plusieurs aspects de ma contribution.

  • 1 Voir Paradiso, 2013.

1Pour des femmes théoriquement destinées à l’oubli social, le fait de laisser son nom, et donc de transmettre la mémoire de soi, dépend de différents facteurs. On peut d’emblée en distinguer deux : d’une part, le facteur historique, qui aide à cristalliser la mémoire de quelques femmes pendant leur vie et après leur mort, d’autre part, le facteur historiographique, qui contribue ensuite à en perpétuer le souvenir.Les raisons historiques de la survivance d’un nom sont les plus variées. Elles reposent en grande partie sur quelques données comme l’origine économique et sociale, le lien avec leur(s) partenaire(s) et la fonction exercée, qui peuvent placer des femmes au premier rang. Les raisons historiographiques tiennent en revanche à des opérations de sélection de nature diverse. La première tient au projet choisi par les différentes sources anciennes qui décident de transmettre le nom d’une femme ainsi que son héritage : l’écriture d’un ouvrage d’histoire véhicule sur les femmes qui y sont citées des informations différentes de celles d’une inscription ou d’une composition poétique. L’autre sélection est celle, intentionnelle ou bien fortuite, qui a déterminé la perte ou la survivance des œuvres de l’Antiquité : le naufrage d’une grande partie de la littérature ancienne nous a privés de données fondamentales1. Dans les pages qui suivent, nous allons examiner le cas assez exceptionnel du ‘sauvetage’ déjà ancien du nom de trois femmes de naissance royale de l’Antiquité.

1. L’entourage féminin d’Agésilas

  • 2 La première avait été sa demi-tante Lampito ou Lambido.
  • 3 Cf. Xénophon, Helléniques 4.4.19; Plutarque, Agésilas 1.1 et 21.1. Voir Cartledge, 1987, p. 115, 14 (...)
  • 4 Cf. Douris FGrH/BNJ 76 F 69, Plutarque, Agésilas 3.1-3, Lysandre 22.6-8 et Alcibiade 23.7-9. Cartle (...)
  • 5 Théopompe FGrH 115 F 312. Cf. aussi Pausanias 3.10.3, Plutarque, Agis 3 et Arrian, Anabase 2.13.6, (...)
  • 6 Anthologie Palatine 13.16 Σπάρτας μὲν βασιλῆες ἐμοὶ πατέρες καὶ ἀδελφοί· / ἅρματι δ´ ὠκυπόδων ἵππων (...)
  • 7 Cf. Pausanias 3.15.1. Selon Xénophon, Agésilas 9.6 et Plutarque, Agésilas 20-1, la responsabilité d (...)

2Un passage assez intéressant de Plutarque révèle la raison apparemment paradoxale qui a permis à trois femmes de transmettre leur nom quelques temps après leur mort et non pendant leur vie. Ces femmes sont Cléora, la femme d’Agésilas II, roi de Sparte, ainsi que ses filles Eupolia et Proauga.Sur elles, comme sur toutes les femmes de l’entourage d’Agésilas à l’exception de sa sœur Cynisca, nous disposons de peu d’informations historiques, et celles dont nous disposons sont notamment généalogiques. Outre Cléora, Eupolia et Proauga, l’entourage féminin d’Agésilas comprenait sa mère Eupolia, sa belle-sœur Timéa, ainsi que sa belle-fille Deinicha. Ces femmes nous sont connues pour le rôle dynastique qu’elles jouèrent auprès du roi. D’Eupolia, par exemple, nous connaissons le stemma généalogique. Nous savons qu’elle était la fille de Mélésippidas et la deuxième femme du roi Archidamos II2, à qui elle avait donné un fils, Agésilas, et peut-être aussi une fille, Cynisca. Plus jeune qu’Archidamos, elle avait épousé après sa mort un certain Théodore et en avait eu un troisième enfant, Teleutias3. Timaia était la femme d’Agis II, la maîtresse d’Alcibiade et la mère du (prétendu) bâtard Léotychidas4. Deinicha était la femme d’Archidamos III et la mère d’Agis III, Eudamidas I et Agésilas, peut-être aussi la cousine de Phoibidas : selon Théopompe, Archidamos intervint à côté des Phocéens lorsqu’ils occupèrent le temple de Delphes à l’époque de la troisième guerre sacrée (356-346), car Deinicha et lui-même avaient été corrompus par eux5. Parmi ces femmes, l’exception est Cynisca, la sœur d’Agésilas. Cynisca fut la première femme à élever des chevaux, ainsi que la première à participer aux concours olympiques, au cours desquels elle remporta deux victoires à la course du quadrige, vraisemblablement en 396 et 392, aux 96e et 97e concours olympiques. Elle-même fit ériger à Olympie une statue qui fut le premier portrait d’un membre d’une famille royale spartiate. Sur la base, elle fit inscrire une épigramme dans laquelle elle revendique personnellement ses victoires : « De rois de Sparte, sœur et fille. Cynisca, mon char et mes chevaux rapides triomphèrent et j’ai dressé ce groupe. En Grèce, non, jamais femme n’obtint cette couronne6. » Après sa mort, la cité lui consacra un hérôon7.

2. ‘Perdre’ et ‘recouvrer’ son nom

3Si Cynisca a transmis orgueilleusement son nom, inscrit sur la pierre d’une offrande, Cléora et ses filles Eupolia et Proauga représentent au contraire le cas exceptionnel de trois femmes qui ont ‘perdu’ et ensuite ‘recouvré’ – et donc transmis – leur nom grâce à une enquête historiographique, et plus précisément à des recherches menées dans les archives par un auteur quatre siècles après leur mort.

  • 8 Xénophon, Agésilas 8.7. Ce passage de Xénophon fut cité et commenté par Polémon (fr. 86 Preller) et (...)
  • 9 Χίλων ὁ τὴν ἀδελφὴν τοῦ Ἀρχιδάμου ἔχων: Xénophon, Helléniques 7.4.23, avec Cartledge, 1987, p. 149. (...)
  • 10 Plutarque, Agésilas 19.5.
  • 11 Dicéarque de Messène fr. 65 Wehrli2/76 Mirhady. L’indignation de Dicéarque se reflète dans celle de (...)
  • 12 Plutarque, Agésilas 19.9-10.
  • 13 Keil, 1842, p. 161.
  • 14 Xénophon, L’art de la chasse 7.5. Voir Shipley, 1998, p. 243.

4Dans les sources littéraires, les références aux trois femmes sont très discrètes, au point que même leur nom a été oublié et que le nombre est erroné. Xénophon affirme que ‘la fille’ d’Agésilas (sans préciser laquelle) descendait à Amyclées dans un cannathre, un char, public8. Il n’en connaît qu’une : ailleurs il mentionne un certain Chilon, évidemment un descendant du sage, qui avait épousé ‘la sœur’ d’Archidamos9. Dans la biographie d’Agésilas, Plutarque remarque que le roi, à son retour d’Asie Mineure, ne changea rien à ses coutumes, ni à la décoration de ses armes et de sa maison, ni à ses repas ou à ses bains, ni à la toilette, évidemment modeste, de sa femme, qui reste ici anonyme10. Le moraliste regrette en outre le fait que Xénophon, en faisant allusion au cannathre de ‘la fille’ d’Agésilas, ne mentionne pas son nom. Plutarque remarque aussi que Dicéarque de Messène – philosophe péripatéticien, élève d’Aristote – s’indignait (ἐπηγανάκτησεν) qu’on ne connaisse ni le nom de ‘la fille’ d’Agésilas ni celui de la mère d’Épaminondas11. ‘Mais moi – annonce-t-il finalement – j’ai découvert dans les documents de Lacédémone (les lakonikai anagraphai) que la femme d’Agésilas s’appelait Cléora et ses filles Eupolia et Proauga12.’ L’ironie du sort veut que le nom de Proauga ne soit pas attesté avec certitude. La leçon πρόαυγαν est transmise par le Seitenstettensis, tandis que πρόλυταν est attesté dans GLN, soit le Sangermanensis (Coislinianus) 319, le Laurentianus plut. 69, 6 et le Matritensis N 55 : les deux noms sont facilement interchangeables lorsqu’ils sont écrits en onciale (ΠΡΟΑΥΓΑΝ/ΠΡΟΛΥΤΑΝ). En 1842, Heinrich Keil suggérait de corriger πρόλυταν en ἱππόλυταν : il attribuait πρόαυγαν à la faute d’un copiste. Il retrouvait ainsi une référence au monde des chevaux dans le nom de la sœur d’Eupolia (de πῶλος, ‘poulain’) et nièce de Cynisca (‘chiot’)13. Mais le nom ‘Proauga’ recèle aussi une allusion au monde de la chasse et ne doit donc pas être remplacé par ‘Hippolyta’: Αὐγώ (de αὐγή, ‘lumière’, ‘éclair’) était, d’après Xénophon, l’un des noms de choix pour des chiens de chasse14.

3. Les ressorts psychologiques de la recherche scientifique

  • 15 Xénophon, Agésilas 9.6.
  • 16 Cornelius Nepos, Epaminondas 1.
  • 17 Plutarque, Apophtegmes de rois et de généraux 10, 193a ; Id., Qu’il n’est pas même possible de vivr (...)
  • 18 Plutarque, Qu’il n’est pas même possible de vivre agréablement selon la doctrine d’Épicure 16.1098b

5Xénophon, qui connaissait et avait peut-être rencontré toutes les femmes de la famille du roi son ami, n’a pas jugé bon de transmettre exactement leurs noms (et même leur nombre !), à l’exception inévitable de celui de Cynisca15. S’il reste imprécis quand il fait allusion à ‘la fille’ d’Agésilas, ce n’est pas par manque d’information. Dicéarque pose le problème d’une façon explicite, lorsqu’il réagit au silence de Xénophon, qui était évidemment sa source. Dicéarque le fait dans un contexte du βίος τῆς ῾Ἑλλάδος où il confronte les deux ennemis, Agésilas et Épaminondas, tout en soulignant incidemment l’absence d’informations détaillées sur les membres de leur famille. En effet, le nom du père d’Épaminondas, Polymne, était connu, mais pas celui de sa mère16. Plutarque atteste qu’Épaminondas exprima sa satisfaction et même sa joie d’avoir vaincu les Lacédémoniens à Leuctres du vivant de son père et de sa mère, mais il ne cite pas leur nom, auquel il s’était pourtant intéressé à l’époque de la rédaction de la Vie d’Épaminondas, aujourd’hui perdue17. Le biographe met aussi en parallèle la mère d’Épaminondas et celle d’Épicure, comparant la réaction des deux femmes face aux différents exploits de leur fils18.

  • 19 Plutarque, Alcibiade 1.3. Pour d’autres exemples chez Plutarque, voir Bremmer, 1981.
  • 20 Sur l’auctorialité, par exemple chez Hérodote, voir Dewald 1987 ; Dewald, 2002 ; Baragwanath et de (...)

6Peut-être Dicéarque connaissait-il quelques anecdotes de ce type, qui l’ont conduit à remarquer l’absence du nom de la femme. Qu’il l’ait fait en s’indignant est fort douteux. La citation de Dicéarque s’inscrit dans un climax qui débute par le silence de Xénophon et s’achève par la découverte de Plutarque. En d’autres mots, Plutarque souligne l’importance d’une enquête que Xénophon n’a pas menée, que Dicéarque n’a pas été capable de poursuivre et que lui-même est le seul à avoir su brillamment résoudre. Dans une telle configuration, l’indignation qu’il prête à Dicéarque ne sert qu’à valoriser son propre mérite. D’ailleurs, ce n’était pas la première fois que Plutarque s’interrogeait sur une question prosopographique, au point de regretter, tout au début de la Vie d’Alcibiade, qu’on ne connaisse pas le nom de la mère de nombreux personnages, tandis qu’on connaissait même les noms de la nourrice et du précepteur d’Alcibiade19. En revanche, c’était la première fois qu’il annonçait, avec tant d’orgueil, son succès dans une enquête délicate aux archives. Il faut y voir non seulement une déclaration d’auctorialité, mais aussi une précieuse indication sur la psychologie d’un auteur qui mène des recherches scientifiques20.

4. Les listes des morts à la guerre

  • 21 Sur le rapport entre Hérodote et les archives lacédémoniennes, je développe ici des idées que j’ai (...)

7Déjà, avant Plutarque, Hérodote avait manifesté un certain goût pour la recherche d’archives21 et, comme lui, avait annoncé la découverte – je crois parmi des documents lacédémoniens officiels – de tous les noms des guerriers tombés aux Thermopyles, c’est-à-dire d’une liste des morts de la guerre :

καὶ Λεωνίδης τε ἐν τούτῳ τῷ πόνῳ πίπτει ἀνὴρ γενόμενος ἄριστος, καὶ ἕτεροι μετ᾽ αὐτοῦ ὀνομαστοὶ Σπαρτιητέων, τῶν ἐγὼ ὡς ἀνδρῶν ἀξίων γενομένων ἐπυθόμην τὰ οὐνόματα, ἐπυθόμην δὲ καὶ ἁπάντων τῶν τριηκοσίων.

  • 22 Hérodote, 7.224.1 (trad. Ph.-E. Legrand).

“Pendant cette action tomba Léonidas, après s’être conduit avec la plus grande bravoure ; et, avec lui, d’autres Spartiates réputés ; je me suis informé de leurs noms, comme étant les noms d’hommes dignes de mémoire ; je me suis même informé de ceux de tous les trois cents22.”

  • 23 Voir Paradiso, 2011. À une liste de noms écrits ‘in some public place’ pensait déjà Boring, 1979, p (...)
  • 24 Pausanias 3.14.1. Les noms des 300 étaient suivis, sur la stèle, par les patronymes, donc par encor (...)
  • 25 Maier, 1959-61, vol.1 no 49. Je remercie James Roy pour avoir attiré mon attention sur cette référe (...)

8La répétition rhétorique de ἐπυθόμην, ainsi que l’insistance sur ἁπάντων, ‘tous les noms’, révèlent l’orgueil de la découverte et excluent, à mon avis, des sources d’information sur cette liste qui ne proviendraient pas de recherches aux archives23. Je ne pense pas qu’Hérodote se soit servi de stèles commémoratives analogues à celle que Pausanias a vu à Sparte au iie siècle ap.  J.-C. et qui remontait à des modèles beaucoup plus anciens, puisqu’elle déployait 300 noms avec les patronymes, donc environ 600 noms, qui ont dû inévitablement être enregistrés à l’époque de la bataille24. Je ne crois pas non plus qu’Hérodote s’appuie sur le témoignage d’informateurs lacédémoniens, qui lui ont pourtant fourni les histoires individuelles de quelques guerriers parmi les Trois Cents.La démarche procède d’une recherche délibérée de documents qui n’étaient pas faciles à consulter – sauf si Hérodote, comme Plutarque après lui, n’a souligné les difficultés de l’investigation que pour mettre en valeur son propre succès. En effet, les documents d’archives étaient, en général, difficilement accessibles, voire inaccessibles pour plusieurs raisons, des raisons politiques ou militaires, ou bien d’autres raisons liées à la structure des archives anciennes et de leur organisation : que l’on pense à l’absence de centralisation ou à leur gestion, qui pouvait être plus ou moins ‘rationnelle’ et systématique. Une inscription de Kamiros (Rhodes), qui reproduit un décret datant de 225 ou 180 av. J.-C., mentionne le cas d’archives mal rangées. Un certain Philocratès, fils de Philostephanos, assure avoir réorganisé les documents officiels des archives qui avaient été laissées en désordre pendant 77 années25.

5. Les archives lacédémoniennes

  • 26 IG V 1. 20 (A, 3-4) : τοὺς δὲ νεικήσαντας ἀναγράψουσιν οἱ γραμματεῖς ἐν τῷ γυμνασίῳ καὶ εἰς τὸ γραμ (...)
  • 27 Avec Stella Georgoudi, on se gardera de donner une interprétation moderniste du caractère ‘public’ (...)
  • 28 Georgoudi, 1988, p. 233.
  • 29 Giorgio Camassa insiste, et pour cause, sur ce point : voir Camassa, 2002, p. 90. Voir aussi Faragu (...)
  • 30 Plutarque, Contre Colotès 1116f.
  • 31 Tacite, Annales 4.43.
  • 32 Voir Boring, 1979, p. 31-36, Cartledge, 1978, p. 30 et maintenant Millender, 2001, p. 127-141. Thom (...)
  • 33 Hérodote 6.57.4. Voir Cartledge, 1978, p. 30 ; Boring, 1979, p. 19, 24, 31 ; Millender, 2001, p. 12 (...)
  • 34 Le sanctuaire d’Apollon à Amyclées était choisi pour l’érection de copies en pierre de traités : Th (...)
  • 35 Plutarque, Lysandre 30.3 (Lysandros FGrH/BNJ 583 T 1c) = Éphore FGrH/BNJ 70 F 207. Diodore 14.13.8, (...)

9Il serait intéressant de formuler quelques hypothèses sur l’endroit où ces documents – les listes des morts de la guerre – étaient gardés et où Hérodote en entreprit la recherche. Une inscription lacédémonienne datée du règne de Trajan (fin du ier siècle ap.  J.-C.), donc de l’époque de Plutarque, nomme un endroit, le grammatophylakion, où il fallait classer les listes des vainqueurs aux Léonideia26. Ce document est généralement considéré comme la première attestation épigraphique de l’existence, à Sparte, d’archives publiques27 – mais le grammatophylakion était sans doute loin d’être le seul lieu de conservation des archives officielles à l’époque28. On sait qu’ il existait auparavant des archives “éparses” : la pluralité de lieux d’archives est de mise lorsque les centres du pouvoir sont multiples29. Nombre de témoignages nous amènent à supposer l’existence de fonds d’archives dès la deuxième moitié du viiie siècle/première moitié du viie siècle, pour la collecte des oracles. Plutarque atteste que les Spartiates conservaient l’oracle ayant institué la Rhètra de Lycurgue (viie siècle) ἐν ταῖς παλαιοτάταις ἀναγραφαῖς30. Tacite fait allusion à quelques archives publiques qui remontent au moins au dernier quart du ive siècle31. Des documents publics – des listes d’éphores, de rois et de vainqueurs, des oracles – étaient conservés à divers endroits, chez les rois, chez des généraux, dans des temples etc.32. Par exemple, les textes des oracles delphiques étaient confiés aux rois et gardés chez eux. C’étaient les Pythioi qui étaient chargés de consulter l’oracle : Paul Cartledge leur a même attribué un rôle d’archivistes33. D’autres documents – des traités ainsi que des listes de vainqueurs – étaient déposés dans les temples d’Apollon à Amyclées et d’Athéna Chalkioikos34. Enfin, on sait que dans la bibliothèque de Lysandre était conservé un document qu’il a fallu consulter après sa mort, lors d’une controverse avec les alliés – il s’agissait sans doute d’un traité. Le verbe employé par Plutarque dans la formule τὰ γράμματα .. ἃ παρ᾽ ἑαυτῷ κατέσχεν ὁ Λύσανδρος montre cependant que Lysandre avait pu garder chez lui ce document officiel d’une façon un peu ‘illégale’35.

  • 36 Les ephoreia (Pausanias 3.11.11) ou ephoreion (Xénophon, Agésilas 1.36; Plutarque, Apophtegmes des (...)
  • 37 Sur l’archeion comme ‘bureau des éphores’, voir Plutarque, Agis 16.3 et Lysandre 20.4, Souda δ 1062 (...)
  • 38 IG V 1. 30, l.6.
  • 39 Souda α 4089.
  • 40 Pausanias 3.11.11 (le mnèma d’Épimènide); Sosibios FGrH/BNJ 595 F 15 = Diogène Laërce 1.115-9-10 (s (...)
  • 41 Xénophon, République des Lacédémoniens 11.2 et Helléniques 3.2.23 et 25, 3.5.6, 4.2.9, 6.4.10-11 et (...)
  • 42 Cf. Xénophon, Helléniques 6.4.16; Plutarque, Agésilas 29.4-5.
  • 43 Cf. Xénophon, Helléniques 1.1.23. Richer, 1998, p. 479 n. 17.

10À ces nombreux témoignages, qui attestent l’existence, à Sparte, d’une pluralité de lieux d’archives depuis l’époque archaïque jusqu’à l’époque romaine, on peut ajouter, à mon avis, ceux concernant les ephoreia ou ephoreion, les locaux des éphores36. À l’époque romaine, le bureau des éphores était appelé par un nom, archeion, qui désignait aussi d’autres bureaux ou bien résidences officielles, entre autres les archives d’une ville37. Une inscription du iie siècle av. J.-C. mentionne des archives à l’archeion de (probablement) Pheneos (... τῶν ὄντων παρ᾽ἐμοὶ κειμένων ἐν τῷ ἀρχείῳ ἐν βυβλίῳ ψηφισμάτων)38. Un lemma de la Souda glose ἀρχεῖα par ἔνθα οἱ δημόσιοι χάρται ἀπόκεινται, χαρτοφυλάκια39. Mais à l’ephoreion de Sparte, à l’endroit même où était conservé le mnèma d’Épiménide, à savoir son corps ou sa peau ‘tatouée’ de lettres (peut-être des textes oraculaires écrits sur le cuir40), des archives étaient vraisemblablement déjà aménagées à l’époque archaïque ou classique. Nicolas Richer a supposé avec de bons arguments qu’à l’époque classique les éphores, auxquels revenait la mobilisation des troupes et la gestion des effectifs militaires ainsi que leur comptabilité, tenaient dans leur bureau, et sous leur responsabilité, des sortes de registres militaires41. Après la bataille de Leuctres, par exemple, ce furent les éphores qui reçurent communication des noms des soldats tombés au combat et qui, à leur tour, communiquèrent ces noms aux membres de leurs familles42. Les armées en campagne disposaient évidemment d’un ‘secrétariat’ chargé d’adresser la correspondance aux éphores : chez Xénophon, Hippocratès, le second du navarque Mindaros qui envoya une lettre à Sparte avec l’annonce de la perte des navires à Cyzique en 410, était un epistoleus.43. À la lumière de ces témoignages, et notamment du dernier, on peut supposer qu’Hérodote a puisé dans les registres militaires, donc aux archives des éphores, les données qu’il affirme connaître, à savoir la liste des mort de la bataille des Thermopyles.

6. Dicéarque au bureau des éphores

  • 44 Cf. Cicéron, Lettres à Atticus 6.2.3 et vixerat in Peloponneso (fr. 10 Wehrli2/79 Mirhady). Dicéarq (...)
  • 45 Souda δ 1062 Adler, s.v. Δικαίαρχος : .. οὗτος ἔγραψε τὴν πολιτείαν Σπαρτιατῶν καὶ νόμος ἐτέθη ἐν Λ (...)
  • 46 Cf. Athénée 4.141ac (Dicéarque, fr. 72 Wehrli2/87 Mirhady, cité peut-être à travers Didymos, fr. 25 (...)
  • 47 Cf., e.g., Critias, VS 88 F37, sur la peur des hilotes, et Aristote, fr.538 Rose3 = 543 Gigon, à pr (...)
  • 48 Souda δ 1062: εἰς τὸ τῶν ἐφόρων ἀρχεῖον.

11Dicéarque était en quelque sorte un spécialiste de l’histoire de Sparte. Il connaissait bien le Péloponnèse : il y avait même séjourné, lorsqu’il travaillait sur l’orographie de la région44. Il avait en outre visité Sparte, au moment de rédiger la Constitution des Lacédémoniens et le Tripolitique. En fait, sa Constitution devait être fondée sur des sources officielles, puisqu’on sait que les Spartiates établirent par la suite une loi, longtemps en vigueur, qui consistait à donner une lecture publique de l’œuvre au bureau des éphores, tous les ans, en présence des jeunes Spartiates accédant à la majorité45. Cet événement annuel avait des fonctions pédagogiques évidentes. Une telle loi montre que l’ouvrage était soutenu au plus haut niveau et que Dicéarque jouissait d’excellentes relations politiques à Sparte. Dans le Tripolitique, Dicéarque revient sur Sparte, en comparant sa politeia avec d’autres constitutions. Cet ouvrage avait des finalités différentes de la Constitution lue en public, mais partageait avec elle les mêmes sources : l’énumération exacte des écots obligatoires aux syssities que Dicéarque y dressa, et que nous connaissons grâce à trois citations qu’Athénée (peut-être à travers Didymos), Plutarque et Proclus (chez une scholie aux Lois de Platon) en ont faites, était vraisemblablement issue, encore une fois, des données officielles46. Il est peu vraisemblable que cette énumération ait été tirée de quelques sources littéraires comme Critias ou bien Aristote, auteurs qui, de surcroît, s’étaient montrés parfois critiques envers la politeia lacédémonienne47. Je propose par conséquent d’en déduire que c’est dans les archives lacédémoniennes que Dicéarque a puisé la liste des contributions à payer pour l’admission aux syssities. Plus précisément, je suggère qu’il s’est servi des archives gérées par les éphores, les ephoreia, où sa Constitution fut pendant longtemps lue publiquement tous les ans48.

  • 49 Pour anagraphai comme ‘listes’ (Plutarque, Aristide 5.10 et Numa 1.4), voir Magnetto, 2007, p. 45, (...)
  • 50 Millender, 2001, p. 127 n. 23.

12Je pense que Dicéarque a également consulté les archives lacédémoniennes afin d’y repérer le nom de la fille d’Agésilas. La raison pour laquelle il n’aurait pas trouvé l’information, alors que Plutarque a réussi à le faire cinq siècles plus tard, reste obscure. On peut supposer que l’information a échappé au Péripatéticien, car il a cherché dans d’autres archives et non aux ephoreia, qu’il connaissait pourtant bien et où il avait travaillé avec profit. Plutarque, au contraire, a pu mener à bien son enquête car les documents avaient été désormais ‘centralisés’ et étaient donc devenus plus accessibles. Plutarque repéra les noms des trois femmes dans les lakonikai anagraphai, expression ambigue qui peut désigner aussi bien les ‘documents lacédémoniens’ que les ‘archives lacédémoniennes’ (notamment au pluriel)49. Quoi qu’il en soit, l’expression insiste sur le caractère public des documents et/ou archives où ils étaient gardés; d’ailleurs, l’endroit où Plutarque les a consultés a été généralement identifié avec le grammatophylakion public50.

7. La liste généalogique des Eurypontides

  • 51 Millender, 2001, p. 132 n. 49.
  • 52 Dans les deux passages, Hérodote n’offre pas deux listes de rois mais les généalogies de Léonidas e (...)
  • 53 D’après Pausanias 3.7.10, il était mort de maladie.

13Après l’échec de Dicéarque, Plutarque, lecteur de Xénophon, cherche aux archives un nom et en trouve finalement trois, tous ensemble, car ils devaient figurer dans une liste généalogique royale, dans ce cas le stemma des Eurypontides51. Par conséquent, les lakonikai anagraphai dans lesquelles Plutarque repéra les trois noms ne devaient pas être différentes des ‘listes lacédémoniennes’, les ‘listes généalogiques des rois de Sparte’. En puisant peut-être lui aussi dans des données d’archives, Hérodote offre deux listes généalogiques, celle des Agiades et celle des Eurypontides, lorsqu’il déploie les origines familiales de l’Agiade Léonidas I (7.204) et de l’Eurypontide Léotychidas II (8.131.2) afin d’en souligner le prestige52. Hérodote semble encore une fois puiser dans une liste généalogique en 6.71, lorsqu’il nous offre des informations précieuses, encore une fois sur les Eurypontides dont il présente la suite de la liste qui s’arrêtait à Léotychidas II en 8.131. En 6.71 il atteste que Leotychidas eut un fils, nommé Zeuxidamos, qui mourut avant lui. Le roi épousa une deuxième femme, Eurydame, et engendra une fille, Lampito, qu’il donna en épouse à Archidamos II, le fils de Zeuxidamos. Il avait évidemment un double but, de nature politique (assurer la transmission dynastique) et patrimoniale (éviter la dispersion de son patrimoine). Archidamos et Lampito engendrèrent Agis II. Hérodote utilise ici une liste royale, mais d’une façon sélective. Il privilégie la lignée royale d’Archidamos, à travers sa femme et demi-tante Lampito, fille d’Eurydame. Il signale aussi, avec de nombreux détails, la généalogie d’Eurydame, dont il mentionne le père Diactoridas, ainsi que le frère Ménios. En revanche, il tait le nom de la première femme de Léotychidas, la mère de Zeuxidamos, le prince héritier mort53. Il ajoute aussi une information de tout autre origine : le surnom qui, en ville, était donné à Zeuxidamos, appelé aussi Cyniscos, ‘petit chien’, ‘chiot’. Si Hérodote puise ces données dans une liste généalogique, il les sélectionne à dessein.

8. Les archives comme des “musées” ?

  • 54 Voir Xénophon, Helléniques 3.3.1-4 ; Cornelius Nepos Agésilas1.2-5 ; Plutarque, Agésilas 3-4.1, Lys (...)
  • 55 Aristoménidas ou bien Aristomélidas : voir Pausanias 3.9.3, à corriger, et 8.47.6.
  • 56 Plutarque, Agésilas 10.11.

14La royauté dynastique est fondée sur le droit du sang qui se transmet de père en fils ou bien à l’intérieur de la famille : la raison d’être des listes généalogiques est précisément de légitimer la succession des souverains. Dans le cas spécifique que nous analysons, on sait qu’Agésilas était devenu roi à la place de son neveu Léotychidas – le fils de son demi-frère Agis, que Lysandre accusa d’être le bâtard d’Alcibiade54. Le nouveau roi a dû avoir à coeur de valoriser sa propre lignée afin de combler le vide généalogique laissé par l’autre branche, celle de Léotychidas, désormais éloigné du pouvoir et peut-être aussi de Sparte.Cléora était également issue d’une famille puissante : son père était l’ambassadeur Aristoménidas et jouissait d’importantes connections en Béotie, le cercle de Léontiadas à Thèbes55. Son frère était ce Pisandre qu’Agésilas nomma navarque, en commettant une faute, selon Plutarque, pour honorer sa parenté et faire plaisir à sa femme56. Il se peut que la liste généalogique des Eurypontides ait d’abord été gardée chez Agésilas et ses héritiers pour n’être transférée que plus tard aux archives ‘centralisées’, avant ou après la fin de la dyarchie à Sparte. Un tel déplacement expliquerait pourquoi Dicéarque n’a pas pu identifier les noms des femmes : la liste généalogique des Eurypontides ne se trouvait pas aux archives où il avait travaillé à sa Constitution des Lacédémoniens et au Tripolitique (les ephoreia?). À l’époque de Plutarque, en revanche, quand la dyarchie n’existait plus, ces listes étaient classées au grammatophylakion ou dans quelques autres archives publiques.

  • 57 Plutarque, Pélopidas 21.3. La ‘peau tatouée’ d’Épiménide est un objet symbolique parfait pour des a (...)

15Je me demande si l’on ne pourrait pas considérer les lieux abritant ces archives comme des “musées”, puisque que l’on n’y trouvait pas seulement des documents écrits. Plutarque put y admirer quelques memorabilia du roi qui étaient encore conservés six siècles après sa mort. Développant une allusion aux armes – très simples – d’Agésilas (§ 6), Plutarque prétend au § 11 qu’on pouvait encore admirer sa lance à Sparte. Il ne dit pas explicitement aux archives, mais juste avant il mentionne les lakonikai anagraphai. Dans la Sparte d’époque romaine, où la royauté était un souvenir du passé, le souci de conservation de la lance d’Agésilas relevait d’une archéologie de la mémoire et peut-être aussi de la nostalgie. D’autres sources attestent aussi la présence de reliques dans deux différents fonds d’archives lacédémoniens : la peau d’Épiménide, marquée de textes, était exposée dans un des locaux des éphores, tandis que la peau de Phérécyde le Sage était gardée par les rois, conformément à la volonté d’un oracle57.

9. Les listes généalogiques à l’ephoreion

  • 58 Plutarque, Lysandre 30.7.
  • 59 Hérodote 5.39-40.
  • 60 Plutarque, Agésilas 2.6.
  • 61 Platon, Alcibiade I, 121b : « (les rois) dont les femmes sont mises par l’État sous la garde des ép (...)

16Pour ce qui concerne la localisation de la liste généalogique des Eurypontides, on peut néanmoins formuler une autre hypothèse. Les éphores étaient chargés de surveiller (ἐφοράω) différents aspects de la vie publique à Sparte, entre autres l’organisation militaire et les syssities. Ils exerçaient également un contrôle sur le respect des règles ayant trait au mariage. Plutarque atteste qu’il y avait, à Sparte, une pénalité pour le refus de mariage, le mariage tardif et le mauvais mariage (ἀγαμίου δίκη καὶ ὀψιγαμίου καὶ κακογαμίου). Par ‘mauvais mariage’ on entendait l’alliance avec des gens riches au lieu du mariage avec des gens de bien ou avec leurs proches.Cette pénalité fut appliquée aux fiancés des filles de Lysandre, lorsqu’ils apprirent qu’elles étaient pauvres et les délaissèrent à la mort de leur père en 37558. La surveillance des pratiques matrimoniales, qui remonte au plus tard au vie siècle, s’étendait aux mariages royaux. Vers 545, les éphores ordonnèrent au roi Anaxandride de perpétuer la race d’Eurysthène, donc la lignée royale des Agiades. Ils le sommèrent de répudier sa femme, qui était stérile, et d’en prendre une autre : face à son refus, ils lui ordonnèrent de prendre une deuxième femme sans répudier la première59. Au ve siècle, ils sanctionnèrent Archidamos qui avait épousé une femme de petite taille (il s’agit d’Eupolia, la mère d’Agésilas) car elle était censée engendrer de roitelets au lieu de rois60. Cela prouve que les éphores intervenaient dans tout ce qui concernait les mariages royaux des deux lignées. Le Socrate de Platon remarque d’ailleurs que les femmes royales à Sparte sont officiellement soumises au contrôle des éphores, afin d’éviter qu’un roi puisse naître en cachette d’un non-Héraclide61.

17De ce fait, les éphores ont pu aussi veiller sur les listes généalogiques royales, puisqu’elles n’étaient que la représentation graphique de cet ordre dynastique qui présidait à la légitimité de la transmission du pouvoir. Dans ce cas, elles possédaient un caractère public et ont pu être conservées non seulement à la résidence des rois mais aussi aux ephoreia. Mais si elles étaient effectivement gardées dans le bureau des éphores, pourquoi Dicéarque ignore-t-il le nom de la fille d’Agésilas ?

10. Dicéarque et l’enquête aux archives

  • 62 Martini, 1905, col. 547.

18Il est peu probable que Dicéarque n’ait pas réussi à trouver la liste généalogique des Eurypontides, l’un des documents parmi les plus importants, dans les mêmes archives où il semble avoir travaillé avec profit, à propos des syssities. Je suppose donc qu’il n’a pas mené l’enquête parmi les documents officiels. Dicéarque, dont le floruit est fixé entre 320 et 300, au plus tard en 310 selon Martini, séjourna à Sparte à l’époque de l’Eurypontide Eudamidas I, qui fut roi entre 331 et c. 305, ou, à la limite, de son fils Archidamos IV, roi de c. 305 à c. 27562. Eudamidas était le fils d’Archidamos III, donc le neveu d’Eupolia et Proauga et le petit-fils de Cléora. Dicéarque aurait pu tout simplement enquêter auprès du roi, afin de connaître le nom et les détails de la vie de cette ‘fille’ d’Agésilas. Il ne l’a pas fait, sinon il aurait découvert que les filles étaient au nombre de deux. Il aurait pu enquêter aussi auprès de ses informateurs lacédémoniens, dans les milieux puissants qu’il fréquentait, mais il n’a pas mené non plus cette investigation. S’il l’avait fait, il est probable qu’il aurait reçu une réponse car personne, à Sparte, ne devait ignorer que le roi avait deux tantes et il est difficile de croire que l’on ignorait leur nom. Il est donc plus vraisemblable de penser que Dicéarque n’a pas interrogé ses sources. Cela tendrait à prouver que l’indignation que lui prête Plutarque est une invention du moraliste.

En guise de conclusion

  • 63 Plutarque, Agésilas 10.11. D’ailleurs, les sources suggèrent qu’Agésilas était lié à sa famille au (...)

19Le cas de Cléora, Eupolia et Proauga fournit un exemple, exceptionnel et assez paradoxal, de trois noms plongés dans l’oubli social et finalement éclairés a posteriori grâce à l’enquête érudite menée par un biographe, près de quatre siècles plus tard. De leur vivant, l’existence sociale de ces trois femmes ne tenait qu’à leur statut d’épouse, de mère ou de fille de personnages de rang royal ou aristocratique. Leur vie s’est déroulée à l’ombre de ce pouvoir. Néanmoins, dans les coulisses, on sait qu’elles ont détenu un pouvoir invisible. Ainsi, lorsque Cléora aurait demandé à Agésilas la navarchie pour son frère Pisandre, et que le roi la lui aurait accordée ‘pour faire plaisir à sa femme’, la demande n’a pas été formulée de façon publique, mais dans l’intimité63.

20L’appartenance de Cléora et de ses filles à la famille royale des Eurypontides a été la condition indispensable de ce pouvoir indirect détenu par les femmes, et elle explique aussi la renommée tardive des trois femmes – notamment des deux filles. La liste généalogique a fonctionné en effet comme un document d’identité pour les trois femmes : Cléora y figurait car elle assurait, par son mariage légitime, la transmission dynastique de la branche royale, incarnée par ses enfants, son fils Archidamos et ses filles Eupolia et Proauga. D’un autre côté, la liste a fonctionné comme un point de repère objectif permettant la conservation de leur nom d’abord et leur redécouverte ensuite. Le nom de Cléora et celui des filles ne pouvaient être gardés, se ‘cacher’, que dans la liste généalogique de la dynastie : il suffisait de comprendre cela pour savoir où les trouver. Plutarque en a eu conscience et les a cherchés au bon endroit.

21La transmission des noms de Cléora, Eupolia et Proauga dépend d’une liste généalogique et de l’histoire du document sur lequel elle a été consignée. Et l’histoire de ce document coïncide avec celle de sa conservation, donc avec l’histoire des lieux abritant les archives lacédémoniennes et de leur organisation à l’époque classique, hellénistique et romaine. En dernier ressort, a joué la sélection qu’on y a opéré, à une époque où les listes généalogiques royales et les quelques reliques du passé de la cité spartiate avaient une signification plus historique et nostalgique que politique.

Haut de page

Bibliographie

Baragwanath, E. et de Bakker, M. (éd.) 2012, Myth, Truth, and Narrative in Herodotus, Oxford.

Boffo, L., 2003, Per una storia dell’archiviazione pubblica nel mondo greco, Dike, 6, p. 5-85.

Boring, T.A., 1979, Literacy in Ancient Sparta, Lugduni Batavorum.

Bremmer, J., 1981, Plutarch and the Naming of Greek Women, AJPh, 102, p. 425-426.

Bremmer, J., 1993, The Skins of Pherekydes and Epimenides, Mnemosyne, 46, p. 234-236.

Camassa, G., 2004, Gli archivi, memoria dell’ordine del mondo, QS, 59, p. 79-101.

Cartledge, P.A., 1978, Literacy in the Spartan Oligarchy, JHS, 98, 25-37 (= P.A. Cartledge, Spartan Reflections, Berkeley-Los Angeles-Londres 2001, p. 39-54 et 197-201).

Cartledge, P.A., 1987, Agesilaos and the Crisis of Sparta, Londres.

Cartledge, P.A. et Spawforth, A., 2002, Hellenistic and Roman Sparta. A Tale of Two Cities, Londres et New York (1ère éd. 1989).

Corcella, A., 2003, Echi di documenti sulle guerre persiane in Erodoto, dans A.M. Biraschi, P. Desideri, S. Roda et G. Zecchini (éd.), L’uso dei documenti nella storiografia antica, Naples, p. 125-149.

Dewald, C., 1987, Narrative Surface and Authorial Voice in Herodotus’ Histories, Arethusa, 20, p. 147-170.

Dewald, C., 2002, ‘I Didn’t Give My Own Genealogy’: Herodotus and the Authorial Persona, dans E.J. Bakker, I.J.F. de Jong et W. van Wees (éd.), Brill’s Companion to Herodotus, Leyde, p. 267-289.

Ebert, J., 1972, Epigramme auf Sieger an gymnischen und hippischen Agonen, Berlin.

Faraguna, M., 2005, Scrittura e amministrazione nelle città greche: gli archivi pubblici, QUCC n.s. 80, p. 61-86.

Geourgoudi, S., 1988, Manières d’archivage et archives de cités, dans M. Detienne (éd.), Les savoirs de l’écriture en Grèce ancienne, Lille, p. 221-247.

Keil, K., 1842, Analecta epigraphica et onomatologica, Lipsiae.

Kennell, N., 1987, Were Was Sparta’s Prytaneion?, AJA, 91, p. 421-422.

Lupi, M., 2001, Epimenide a Sparta. Note sulla tradizione, dans E. Federico et A. Visconti (éd.), Epimenide cretese, Naples, p. 169-191.

Magnetto, A., 2007, ἀναγραφή, dans Lexicon Historiographicum Graecum et Latinum 2, Pise, p. 40-49.

Maier, F. G., 1959-1961, Griechische Mauerbauinschriften, 2 vol., Heidelberg.

Martini, O., 1905, s.v. Dikaiarchos 3, RE, V, col. 546-563.

Millender, E., 2001, Spartan literacy revisited, ClA, 20, p. 121-164.

Moretti, L., 1953, Iscrizioni agonistiche greche, Rome.

Moretti, L., 1957, Olympionikai, i vincitori degli antichi agoni olimpici, Atti dell’Accademia dei Lincei. Memorie 8.2, p. 55-198.

Paradiso, A., Herodotus’ list of the Three Hundred, dans H. et W. Cavanagh et J. Roy (éd.), Honouring the Dead in the Peloponnese. Proceedings of the Conference held in Sparta 23-25 April 2009, CSPS Online Publication 2 prepared by S. Farnham, Nottingham, p. 521-535.

Paradiso, A., 2013, Gorgô la Spartiate et les manipulations de la fonction, dans S. Boehringer et V. Sebillotte Cuchet (éd.), Des femmes en action. L’individu et la fonction en Grèce antique, Mètis Hors Série, p. 39-51.

Paradiso. A., 2014, Dicéarque et ses lecteurs, DHA, supplément 11, p. 203-218.

Paradiso, A., L’exercice du pouvoir royal: Agésilas, Cynisca et les exploits olympiques, à paraître dans Ktèma (Actes du Colloque «La royauté dans l’Antiquité grecque: d’Agamemnon à Cléopâtre», Colloque dédié à la mémoire de Pierre Carlier, Athènes 6-8 février 2014).

Paradiso, A., Epimenides and the Spartan archives, en préparation.

Pareti, L., 1958, Studi minori di storia antica 1. Preistoria e storia antica, Rome.

Richer, N., 2008, Les éphores. Études sur l’histoire et sur l’image de Sparte (viiie-iiie siècles avant Jésus-Christ), Paris.

Shipley, D.R., 1998, A Commentary on Plutarch’s Life of Agesilaos, Oxford.

Thomas, R., 1992, Literacy and Orality in Ancient Greece, Cambridge.

Vannicelli, P., 1993, Erodoto e la storia dell’alto e medio arcaismo (Sparta – Tessaglia – Cirene), Rome.

West, S., 1985, Herodotus’ epigraphical interests, CQ, n.s. 35, p. 278-305.

Haut de page

Notes

1 Voir Paradiso, 2013.

2 La première avait été sa demi-tante Lampito ou Lambido.

3 Cf. Xénophon, Helléniques 4.4.19; Plutarque, Agésilas 1.1 et 21.1. Voir Cartledge, 1987, p. 115, 145, 148.

4 Cf. Douris FGrH/BNJ 76 F 69, Plutarque, Agésilas 3.1-3, Lysandre 22.6-8 et Alcibiade 23.7-9. Cartledge, 1987, p. 113.

5 Théopompe FGrH 115 F 312. Cf. aussi Pausanias 3.10.3, Plutarque, Agis 3 et Arrian, Anabase 2.13.6, avec Cartledge, 1987, p. 147-148.

6 Anthologie Palatine 13.16 Σπάρτας μὲν βασιλῆες ἐμοὶ πατέρες καὶ ἀδελφοί· / ἅρματι δ´ ὠκυπόδων ἵππων νικῶσα Κυνίσκα/ εἰκόνα τάνδ´ ἔστασα· μόναν δ᾿ἐμέ φαμι γυναικῶν/ ῾Ελλάδος ἐκ πάσας τόνδε λαβεῖν στέφανον (trad. de F. Buffière); IG V 1, 1564a; IvO 160; Moretti, 1953, no. 17: cf. Moretti, 1957, no. 373; Ebert, 1972, n. 33.

7 Cf. Pausanias 3.15.1. Selon Xénophon, Agésilas 9.6 et Plutarque, Agésilas 20-1, la responsabilité de sa participation aux concours olympiques revint au roi son frère. Sur Cynisca et sa propre décision de participer aux concours olympiques, voir en revanche Paradiso, à paraître.

8 Xénophon, Agésilas 8.7. Ce passage de Xénophon fut cité et commenté par Polémon (fr. 86 Preller) et par Plutarque (Agésilas 19.7-9: voir infra). Polémon d’Ilion, le Périégète, consacra au iiie siècle av. J.-C. un ouvrage, aujourd’hui perdu, au char de la fille d’Agésilas.

9 Χίλων ὁ τὴν ἀδελφὴν τοῦ Ἀρχιδάμου ἔχων: Xénophon, Helléniques 7.4.23, avec Cartledge, 1987, p. 149. Le frère d’Eupolia et de Proauga est Archidamos III.

10 Plutarque, Agésilas 19.5.

11 Dicéarque de Messène fr. 65 Wehrli2/76 Mirhady. L’indignation de Dicéarque se reflète dans celle de Paul Cartledge : ‘so it is irritating that we know nothing for certain about Kleora apart from her brother and children’ (Cartledge, 1987, p. 146).

12 Plutarque, Agésilas 19.9-10.

13 Keil, 1842, p. 161.

14 Xénophon, L’art de la chasse 7.5. Voir Shipley, 1998, p. 243.

15 Xénophon, Agésilas 9.6.

16 Cornelius Nepos, Epaminondas 1.

17 Plutarque, Apophtegmes de rois et de généraux 10, 193a ; Id., Qu’il n’est pas même possible de vivre agréablement selon la doctrine d’Épicure 16.1098a.

18 Plutarque, Qu’il n’est pas même possible de vivre agréablement selon la doctrine d’Épicure 16.1098b.

19 Plutarque, Alcibiade 1.3. Pour d’autres exemples chez Plutarque, voir Bremmer, 1981.

20 Sur l’auctorialité, par exemple chez Hérodote, voir Dewald 1987 ; Dewald, 2002 ; Baragwanath et de Bakker, 2012.

21 Sur le rapport entre Hérodote et les archives lacédémoniennes, je développe ici des idées que j’ai déjà présentées dans Paradiso, 2011. Quant à son rapport avec ses sources documentaires, il faut reconnaître qu’Hérodote cite souvent des documents (cf. 2.100-2 et 8.85.2), mais normalement préfère les possibilités offertes par la mémoire orale. Cependant, ainsi que le remarque West, 1985 (p. 303), ‘we may suspect that his information derives from inscriptions more often than he admits’. Voir aussi Corcella, 2003.

22 Hérodote, 7.224.1 (trad. Ph.-E. Legrand).

23 Voir Paradiso, 2011. À une liste de noms écrits ‘in some public place’ pensait déjà Boring, 1979, p. 48.

24 Pausanias 3.14.1. Les noms des 300 étaient suivis, sur la stèle, par les patronymes, donc par encore 300 noms ou un peu moins, si quelques pères avaient plus qu’un fils tombé aux Thermopyles.

25 Maier, 1959-61, vol.1 no 49. Je remercie James Roy pour avoir attiré mon attention sur cette référence.

26 IG V 1. 20 (A, 3-4) : τοὺς δὲ νεικήσαντας ἀναγράψουσιν οἱ γραμματεῖς ἐν τῷ γυμνασίῳ καὶ εἰς τὸ γραμματοφυλάκιον παραδώσουσιν.

27 Avec Stella Georgoudi, on se gardera de donner une interprétation moderniste du caractère ‘public’ des archives de l’Antiquité. Voir Georgoudi, 1988, p. 227.

28 Georgoudi, 1988, p. 233.

29 Giorgio Camassa insiste, et pour cause, sur ce point : voir Camassa, 2002, p. 90. Voir aussi Faraguna, 2005, p. 73.

30 Plutarque, Contre Colotès 1116f.

31 Tacite, Annales 4.43.

32 Voir Boring, 1979, p. 31-36, Cartledge, 1978, p. 30 et maintenant Millender, 2001, p. 127-141. Thomas, 1992, p. 94, 131, 136, 144 minimise par contre le nombre des documents gardés aux archives et leur rôle dans la vie publique lacédémonienne de l’époque classique. Je reprends la question dans un travail en préparation: “Epimenides and the Spartan archives”.

33 Hérodote 6.57.4. Voir Cartledge, 1978, p. 30 ; Boring, 1979, p. 19, 24, 31 ; Millender, 2001, p. 129. Contra, Boffo, 2003, p. 12.

34 Le sanctuaire d’Apollon à Amyclées était choisi pour l’érection de copies en pierre de traités : Thucydide 5.18.10 et 23.5. Dans l’enceinte du temple d’Athéna Chalkioikos on a dégagé des listes des vainqueurs, entre autres la liste des victoires athlétiques de Damonon (IG V 1. 213).

35 Plutarque, Lysandre 30.3 (Lysandros FGrH/BNJ 583 T 1c) = Éphore FGrH/BNJ 70 F 207. Diodore 14.13.8, qui dépend lui aussi d’Éphore, écrit καί τινων χρηματισμῶν ζητουμένων κατὰ τὴν οἰκίαν (FGrH/BNJ 583 Τ 1a). Voir aussi Plutarque, Apophtegmes des Lacédémoniens 229f.

36 Les ephoreia (Pausanias 3.11.11) ou ephoreion (Xénophon, Agésilas 1.36; Plutarque, Apophtegmes des Lacédémoniens 232f 13) correspondent au θώκος d’Hérodote 6.63. Pausanias 3.11.11 localise les anciens ephoreia dans l’agora. Pour Kennell, 1987, p. 421-422, il servait aussi de Prytanéion.

37 Sur l’archeion comme ‘bureau des éphores’, voir Plutarque, Agis 16.3 et Lysandre 20.4, Souda δ 1062 Adler. Dans Pausanias 3.11.2 il est question des différents archeia (’bureaux’) des éphores, des nomophylakes, ainsi que des Bidiaioi.

38 IG V 1. 30, l.6.

39 Souda α 4089.

40 Pausanias 3.11.11 (le mnèma d’Épimènide); Sosibios FGrH/BNJ 595 F 15 = Diogène Laërce 1.115-9-10 (son corps); Souda ε 2471= FGrH/BNJ 457 T 2 et Diogenianos, Proverbes 8.28 (sa peau tatouée), avec Pareti, 1958, p. 140. Pour des oracles écrits sur parchemin, cf. Euripides, fr. 627 Kannicht, avec Bremmer, 1993 et Lupi, 2001. Sur le rapport entre Épiménide et les archives de Sparte, voir Paradiso, en préparation.

41 Xénophon, République des Lacédémoniens 11.2 et Helléniques 3.2.23 et 25, 3.5.6, 4.2.9, 6.4.10-11 et 17-18, etc., avec Richer, 1998, p. 324-336 et 479-481.

42 Cf. Xénophon, Helléniques 6.4.16; Plutarque, Agésilas 29.4-5.

43 Cf. Xénophon, Helléniques 1.1.23. Richer, 1998, p. 479 n. 17.

44 Cf. Cicéron, Lettres à Atticus 6.2.3 et vixerat in Peloponneso (fr. 10 Wehrli2/79 Mirhady). Dicéarque fut l’auteur de Καταμετρήσεις τῶν ἐν Πελοποννήσῳ ὀρῶν (Suda δ 1062 = fr. 1 Wehrli2/2 Mirhady).

45 Souda δ 1062 Adler, s.v. Δικαίαρχος : .. οὗτος ἔγραψε τὴν πολιτείαν Σπαρτιατῶν καὶ νόμος ἐτέθη ἐν Λακεδαίμονι καθ᾽ ἕκαστον ἔτος ἀναγινώσκεσθαι τὸν λόγον εἰς τὸ τῶν ἐφόρων ἀρχεῖον, τοὺς δὲ τὴν ἡβητικὴν ἔχοντας ἡλικίαν ἀκροᾶσθαι. καὶ τοῦτο ἐκράτει μέχρι πολλοῦ. Selon Ada Adler (in apparatu), cette information remonte à l’Onomatologos d’Hésychius de Milet (vie siècle après J.-C.), donc à une érudition de qualité. La lecture publique a eu lieu à l’époque hellénistique et non à l’époque romaine selon Cartledge, 2002, p. 198.

46 Cf. Athénée 4.141ac (Dicéarque, fr. 72 Wehrli2/87 Mirhady, cité peut-être à travers Didymos, fr. 25 Schmidt); Plutarque, Lycurgue 12.3-4 ; scholie à Platon, Lois I. 633a συσσίτια (plus vague sur les quantités des contributions). Voir Paradiso, 2014.

47 Cf., e.g., Critias, VS 88 F37, sur la peur des hilotes, et Aristote, fr.538 Rose3 = 543 Gigon, à propos des femmes et encore des hilotes. Dans ses ouvrages, Dicéarque s’écartait sûrement de la Constitution des Lacédémoniens attribuée à son maître, dont le point de vue sur la société spartiate était beaucoup plus critique : pour une ultérieure prise de distance par rapport à Aristote, cf. Dicéarque, fr.26 Wehrli2/6 Mirhady.

48 Souda δ 1062: εἰς τὸ τῶν ἐφόρων ἀρχεῖον.

49 Pour anagraphai comme ‘listes’ (Plutarque, Aristide 5.10 et Numa 1.4), voir Magnetto, 2007, p. 45, qui toutefois interprète lakonikai anagraphai comme ‘chroniques lacédémoniennes’. J’adopte cette interprétation pour l’oracle qui transmettait la Rhétra de Lycurgue et qui était gardé ἐν ταῖς παλαιοτάταις ἀναγραφαῖς, ‘dans les chroniques très anciennes’ (Plutarque, Contre Colotès 1116f). Cependant, je préfère interpréter les lakonikai anagraphai comme des ‘listes lacédémoniennes’ ou bien comme les ‘archives lacédémoniennes’: trois femmes comme Cléora, Eupolia et Proauga trouvaient une place dans une liste, par exemple généalogique, plus facilement que dans une chronique. Pour anagraphai comme ‘archives’, voir e.g. Polybe 12.11.1. Pour les lakonikai anagraphai comme les archives de Sparte, voir Cartledge, 20022, p. 217 n. 12.

50 Millender, 2001, p. 127 n. 23.

51 Millender, 2001, p. 132 n. 49.

52 Dans les deux passages, Hérodote n’offre pas deux listes de rois mais les généalogies de Léonidas et de Léotychidas: voir sur ce point Vannicelli, 1993, p. 36-37.

53 D’après Pausanias 3.7.10, il était mort de maladie.

54 Voir Xénophon, Helléniques 3.3.1-4 ; Cornelius Nepos Agésilas1.2-5 ; Plutarque, Agésilas 3-4.1, Lysandre 22.6-13 et Alcibiade 23.7.8 ; Pausanias 3.8.7-10. Sur l’adultère de Timéa, la femme d’Agis, cf. Douris FGrH/BNJ 76 F 69.

55 Aristoménidas ou bien Aristomélidas : voir Pausanias 3.9.3, à corriger, et 8.47.6.

56 Plutarque, Agésilas 10.11.

57 Plutarque, Pélopidas 21.3. La ‘peau tatouée’ d’Épiménide est un objet symbolique parfait pour des archives ; la peau de Phérècyde signale une compétition entre deux pouvoirs politiques différents, les éphores et les rois.

58 Plutarque, Lysandre 30.7.

59 Hérodote 5.39-40.

60 Plutarque, Agésilas 2.6.

61 Platon, Alcibiade I, 121b : « (les rois) dont les femmes sont mises par l’État sous la garde des éphores, pour éviter, autant que cela se peut, qu’il ne vienne à naître clandestinement un roi qui ne serait pas du sang des Héraclides » (ὧν (sc. τῶν βασιλέων) αἱ γυναῖκες δημοσίᾳ φυλάττονται ὑπὸ τῶν ἐφόρων, ὅπως εἰς δύναμιν μὴ λάθῃ ἐξ ἄλλου γενόμενος ὁ βασιλεὺς ἣ ἐξ Ἡρακλειδῶν).

62 Martini, 1905, col. 547.

63 Plutarque, Agésilas 10.11. D’ailleurs, les sources suggèrent qu’Agésilas était lié à sa famille au point de partager les jeux de ses enfants à la maison, montant à cheval sur un bâton : voir Plutarque, Agésilas 25.11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annalisa Paradiso, « Garder et transmettre la mémoire des femmes. Cléora, Eupolia, Proauga et les archives lacédémoniennes », Pallas, 99 | 2015, 47-59.

Référence électronique

Annalisa Paradiso, « Garder et transmettre la mémoire des femmes. Cléora, Eupolia, Proauga et les archives lacédémoniennes », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/2996 ; DOI : 10.4000/pallas.2996

Haut de page

Auteur

Annalisa Paradiso

Chercheur à l’Université de la Basilicate (Italie)
annalisa.paradiso@unibas.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org