Navigation – Plan du site
Laisser son nom : femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes

Gravées dans la mémoire. Le cas des étrangères à Athènes à l’époque classique

Etched on Memory. The Foreign Women in Classical Athens: a case study
Romain Guicharrousse
p. 61-76

Résumés

Cet article se propose d’explorer un projet de base de données relationnelle consacrée aux femmes étrangères – c’est-à-dire non citoyennes – dans l’Athènes classique. Cette base, dont l’architecture est ici soigneusement détaillée et justifiée, est centrée sur l’individu, mais n’oublie pas la source qui nous permet de connaître ce dernier. Les sources privilégiées sont épigraphiques. Par l’utilisation de la base de données, on peut mettre en valeur la transmission des noms jusqu’à nos jours et ce que celle-ci implique. En effet, volontaire ou involontaire, valorisante ou non, elle participe de la création d’une mémoire des individus. Cette mémoire est individuelle – parce que souvent à visée familiale – mais aussi collective – parce que prenant place dans l’espace de la cité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier, pour leurs suggestions avisées, Violaine Sebillotte (Paris 1, ANHIMA) et Vinc (...)
  • 2 Brun, 2005, p. 9.
  • 3 Parmi d’autres : Peek, 1980, sur les épigrammes ; Osborne, 1981-1983, sur les naturalisations. Par (...)
  • 4 De tels projets existent pour des périodes plus tardives à Athènes : Follet, 1976, sur l’Athènes im (...)
  • 5 Le doctorat porte sur la place des étrangers au sein de la société athénienne : « Ni étrangers, ni (...)
  • 6 Pour les détails des types d’inscription, voir infra.

1L’Attique1 antique a laissé aux historiens quantité de documents épigraphiques – entre 25 et 30 000 inscriptions selon les estimations2. Ces documents, quelle que soit leur nature, comportent très fréquemment des noms. Ces derniers, souvent incomplets lorsque la pierre est brisée, existent toutefois sous une forme fragmentaire. On ne trouve ainsi jamais d’anonymes en épigraphie. Ces textes témoignent de traces laissées par des individus, parfois involontairement (listes de vente, par exemple), parfois selon une volonté de la famille du défunt (stèles sépulcrales), et sont, d’une manière ou d’une autre, autant de gravures qui gardent en mémoire des individus, qu’ils soient hommes ou femmes. Les études consacrées à l’épigraphie attique ont fréquemment envisagé ces documents de manière sérielle, par type de documents ou par corpus3. Moins fréquentes, pour la période classique, ont été les analyses sérielles menées par le biais d’une prosopographie4 consacrée à un groupe donné. C’est cette perspective, plus sociale et moins institutionnelle, qui est la nôtre. Dans le cadre d’un travail de doctorat5, a été établie une base de données prosopographique de certains étrangers à Athènes – en particulier à partir de sources épigraphiques6. Les sources épigraphiques citant des femmes ne constituent qu’une partie de la base : c’est celle que nous allons étudier ici.

  • 7 Pour la femme d’Ischomaque, voir Schmitt Pantel, 1994-1995, p. 299-305 ; voir aussi, à propos des o (...)
  • 8 Voir Sears, 2013, p. 143-149.
  • 9 Les Héraclée du monde grec sont pour la plupart des fondations coloniales. Ainsi Héraclée du Pont e (...)
  • 10 Genet, 1986, p. 7.

2L’intérêt des sources gravées est de ne jamais présenter de « femme sans nom » comme celle d’Ischomaque7. Elles permettent donc d’étudier l’expression et de la transmission de la mémoire des femmes d’origine étrangère vivant à Athènes à l’époque classique. Celles qui sont concernées par notre étude sont nommées avec deux ethniques particuliers : les Thraces, considérées dans la tradition rhétorique athénienne comme barbares8, et les Héracléotes, c’est-à-dire les habitantes des différentes Héraclée, considérées comme grecques9. La population étudiée forme donc un groupe a priori large, et forcément hétérogène de par le statut et l’origine. Leur point commun est d’appartenir à deux groupes considérés a priori comme mineurs dans l’historiographie traditionnelle, mais centraux dans les post-colonial studies : celui des non-citoyens et celui des femmes. Dans le même temps, de par leur appartenance à ces deux catégories, ce groupe est restreint : les sources gravées athéniennes nomment, pour de nombreux documents, surtout des hommes citoyens (liste de magistrats, morts à la guerre,…). L’intérêt de notre étude prosopographique est alors d’étudier les modes d’expression, gravés sur la pierre, de ces femmes. Dans cette perspective, il faut prêter une attention toute particulière au document, car c’est à travers lui que passe l’acte de mémoire, l’expression du souvenir d’un individu. Si ce dernier est au centre de notre base documentaire, c’est d’abord la source qui permet la connaissance et il s’agit de l’analyser au mieux en fonction de notre problématique. Pour interroger de manière efficace la base de données, une fois celle-ci mise en place, il faut séparer en plusieurs tables les sources, les individus et leurs caractéristiques (fig. 1). Ces tables, mises en relation entre elles, constituent la base de données. La description de l’individu et des sources correspond à ce que Jean-Philippe Genet a appelé une « métasource », c’est-à-dire « l’ensemble des informations disponibles sur un moment donné de l’histoire »10, organisées autour de la problématique de notre travail.

3Nous présenterons ainsi la construction de la métasource et de sa structure, avant de voir en quoi la base peut être un bel outil pour étudier la trace mémorielle des femmes d’origine étrangère à Athènes à l’époque classique.

1. Déconstruire la source, construire la métasource

  • 11 Brendler, 2004, p. 412.

4Avant de s’intéresser aux critères qui ont présidé à la constitution de la base de données, il faut s’interroger sur la manière de produire un registre de noms. Silvio Brendler11 a proposé de poser cinq questions, les « 5-W », aux noms qui apparaissent dans la documentation, lorsqu’on veut produire une prosopographie : Warum (pourquoi), Wem (par qui), Wen (pour qui), Was (quoi), Wann (quand). Ces cinq questions interrogent le pourquoi de la forme du nom, de l’identité de la personne qui donne le nom, l’attribution ou l’emploi du nom, la localisation et la date d’enregistrement du nom. Ces questions parcourent la production d’un « registre de noms » tel qu’attendu d’une base prosopographique. Cette dernière est mise en place grâce à un questionnaire lié à la problématique du travail : ce questionnaire permet de définir les catégories d’informations qui constitueront les rubriques de la base de données. Il a pour but de déconstruire la ou les source(s) et de construire la métasource de mon registre.

1. 1. Établir une carte d’identité de l’individu

  • 12 Le stock onomastique attique est assez restreint comme l’a souligné notamment C. Habicht (2000, p.  (...)
  • 13 Nicolet, 1977, p. 58.
  • 14 Aristophane, Acharniens, v. 273 ; Guêpes, v. 828 ; Paix, v. 1138 ; Thesmophories, v. 280-4 et 293.
  • 15 Cf. IG ii2 12808 infra, par exemple.
  • 16 Les images véhiculées par l’onomastique ne renvoient donc pas à une réalité en soi mais à un ensemb (...)
  • 17 Platon, Cratyle, 388b-c.
  • 18 Ainsi pour le cas des Thraces, voir n.14 supra.

5Le premier des critères d’une entreprise prosopographique est d’abord évidemment le nom d’un individu. L’intitulé onomastique canonique, dans l’Athènes classique, est composé de trois éléments : l’onoma proprement dit (ou idionyme), suivi du nom du père au génitif (patronyme) et de l’ethnique. Bien entendu, il ne s’agit que d’un canon qui est loin d’être toujours respecté dans les inscriptions, où l’on ne trouve souvent que deux des trois éléments. Ces trois éléments sont les premiers de l’identité d’un individu et sont signifiants, a fortiori quand on parle d’étrangères dont les noms peuvent être rares au regard de l’onomastique attique12. Cette triade peut permettre de répondre partiellement déjà aux questions « Wen » et « Wem ». Comme le souligne Claude Nicolet pour la période romaine républicaine, « un individu ne s’appelle pas, il est appelé »13 : un nom est un palimpseste, il rappelle des visages, des personnes, des espaces, des représentations culturelles, particulièrement pour les femmes thraces dont on connaît plusieurs formes de représentations dans la littérature dramatique et dans l’iconographie – pas toujours connotées positivement. Ainsi le nom Thraitta (littéralement « la Thrace ») est souvent moqué dans la comédie classique14, or notre corpus en compte un certain nombre, dont certaines ne sont assurément pas esclaves au moment où leur nom est transmis15. Un nom est polysémique et véhicule une série de références, de valeurs et de représentations mentales16. Comme le dit Socrate à Hermogène dans le Cratyle, dialogue daté de la première moitié du ive siècle, « le nom est un instrument qui sert à instruire »17. La table principale ne contient que l’idionyme d’un individu, car, comme nous allons le voir, le patronyme et l’ethnique relèvent plutôt de « qualités » et ne sont pas propres à un individu. Pour l’analyse postérieure, la place de l’onoma doit être primordiale, et peut-être aussi dans cette perspective la place du type de nom (nom théophore, nom géographique, nom hypocoristique, nom d’abstraction, nom tiré d’une fonction). Ce dernier peut avoir une influence sur l’identité de la personne, et éventuellement sur les représentations que l’on se fait de cette personne lorsque son nom est énoncé ou gravé18.

  • 19 Le corpus des Thraces et Héracléotes n’en comprend pas, mais la pratique est attestée pour d’autres (...)

6Dans notre perspective, le second critère est le sexe, puisqu’il est, d’une certaine manière, significatif. À la période qui nous intéresse, le choix de mettre en exergue le sexe dans la base de données est évidemment déjà le fruit d’une interprétation de la part de l’historien à partir d’une source et d’un nom. Certains, rarement, peuvent être homonymes chez les deux sexes : il faudra, si possible, le préciser19.

7Ces premiers renseignements constituent le fondement de l’identité de l’individu : ils sont par conséquent compris dans la table « Individu ». Cette dernière est logiquement la table centrale dans la structure de notre base de données relationnelle (fig. 1). Autour de cette carte d’identité centrale vont graviter un certain nombre d’éléments que l’on peut regrouper en trois grands domaines.

1. 2. Les « qualités » des individus

  • 20 Cf. le cas de IG ii2 12808 infra.
  • 21 IG ii2 8699.
  • 22 IG I3 421, l.34, 35 et 40 ; IG ii2 1557, A, V, l.51, IG ii2 10208, 11686, 11687, 11688, 12808 ; IG (...)
  • 23 IG ii2 8554. Louis Robert (1973, p. 441) indique que ce nom vient assurément de Carie et qu’il conv (...)

8Les renseignements sociaux, ce qui fait qu’un individu est en interaction avec d’autres individus, constituent ce que j’appelle les « qualités » des étrangères de la base (fig. 1). Il en va ainsi du statut juridique (rarement identifiable20), mais également du métier et éventuellement des liens avec d’autres individus de la base de données, qui sont ici essentiellement des liens de parenté (mère de, fille de, sœur de, tante de, nièce de…). Dans le cas qui m’intéresse, l’indication de l’ethnique est indispensable, puisqu’il s’agit de rassembler les femmes étrangères. Celui-ci est donné par la source, de façon plus ou moins précise et plus ou moins directe, soit par la simple présence d’un ethnique (par exemple Konna d’Héraclée21), soit par une étude onomastique (par exemple Thraitta22), soit des deux façons (Ada d’Héraclée, nom carien23). L’indication de l’origine géographique (qui concerne la femme, non l’inscription), quand elle est possible, est indissociable de chaque individu, mais comme elle est commune à plusieurs individus, elle ne doit pas se trouver dans la table centrale, mais dans une table à part (table « Ethnique », fig. 1). De cette manière commence à se construire en quelque sorte la carte d’identité d’un individu.

Fig. 1 : Schéma de la structure de la base de données relationnelle

Fig. 1 : Schéma de la structure de la base de données relationnelle

9C’est le cas aussi des autres « qualités » : elles doivent être traitées dans des tables à part, car elles renvoient certes à différentes caractéristiques de l’individu, mais ces dernières peuvent être partagées par plusieurs femmes de la base – au contraire du nom, propre à chacune. Le fait de créer des tables séparées permettra dans un second temps une analyse croisée des renseignements, par le biais d’une analyse factorielle.

10Ces « qualités » permettent de dégager un élément essentiel de la base de données : le degré de confiance que l’on peut accorder à une inscription, les éventuels biais qui peuvent affecter l’information. En effet, le nom ou le statut peuvent très bien être restitués, sans que ce soit une certitude, ou les liens de parenté peuvent être hypothétiques. Il est primordial de noter ces informations dans la base de données, surtout pour le cas d’un travail à plusieurs mains, car une restitution mal assurée devient, souvent, définitive.

  • 24 IG ii2 12808 (NM 2690, conservée au Musée Benaki) = CAT 330.
  • 25 Ainsi Lauffer, 1979, p. 137.
  • 26 Il est bien difficile de lui trouver une origine, car les attestations à l’époque classique sont ma (...)
  • 27 Un naiskos est, en sculpture funéraire, une stèle prenant l’apparence d’une façade d’un petit templ (...)
  • 28 C’est le costume « traditionnel » sur les stèles funéraires attiques. Sur cette question, voir Heuz (...)
  • 29 Roccos, 2000, p. 245.
  • 30 Ibid., p. 244.
  • 31 La ceinture en dessous du surplis est portée par les femmes adultes (Ibid., p. 245).
  • 32 Ibid., p. 238.

11Prenons l’exemple d’une stèle en marbre pentélique, conservée au Musée Benaki et datée du milieu du ive siècle, qui comporte trois noms : Τίμων, Θρᾶιτα, Ἑρπυλλίς24 (fig. 2). Certes, Thraita a un nom plutôt porté par les esclaves – quoique cette forme à un seul tau soit inédite – , mais on ne doit pas juger de son statut a priori, comme certains ont pu le faire en la désignant comme esclave et servante25. Le nom Herpyllis n’est pas thrace, mais il est étranger à l’Attique26. Cette stèle en marbre pentélique a été trouvée dans la région du Laurion, au nord de Thorikos, à Kératéa. Elle représente les trois individus, accompagnés sur la stèle d’une quatrième personne, une servante non nommée qui porte une pyxis. La scène proposée est classique : c’est une dexiosis, c’est-à-dire une poignée de main, au sein d’un naiskos27. Ici, nous pouvons identifier les personnages assez aisément : en effet, lorsqu’on regarde attentivement la gravure sur l’épistyle, on s’aperçoit que le lapicide n’a pas gravé les noms géométriquement (un tiers de l’espace disponible par nom), ni même à la suite des autres en partant du début de la ligne, mais à chaque fois très précisément au début de la gauche de la tête de chaque individu. Ainsi, le nom se situe systématiquement au-dessus d’un personnage. Cette manière de graver, rare, permet d’affirmer que le (ou la) commanditaire de la pierre a décidé qu’ils seraient représentés de cette façon et identifiés avec les représentations sculptées sur le relief. Timon porte un himation, qu’il maintient avec le bras gauche, laissant son torse et son bras libre28. Avec ce dernier, il serre la main d’Herpyllis, habillée d’un chiton double et d’un voile29. Entre les deux se situe une jeune fille, Thraita, vêtue d’un péplos attique, porté dans l’iconographie non funéraire par Athéna Parthénos30 et dont on voit bien la ceinture au-dessus du surplis31 : il s’agit du « costume de la jeune fille »32 athénienne. Herpyllis, quant à elle, assise sur une chaise, se voit présenter une boîte à bijoux, une pyxis, motif très fréquent sur tous les types de stèles funéraires attiques. La boîte est présentée par une servante, qui n’est pas nommée. Compte tenu de la présence de cette servante anonyme et des habits de Thraita, il n’est pas possible de faire de cette dernière une servante ou une esclave.

Fig. 2 : Stèle funéraire de Timon, Thraita et Herpyllis (Athènes, Musée Benaki)

Fig. 2 : Stèle funéraire de Timon, Thraita et Herpyllis (Athènes, Musée Benaki)

12À la vue de cette stèle, il est bien difficile d’y reconnaître des personnes représentées comme des artisans ou esclaves travaillant dans les difficiles conditions que l’on connaît au Laurion : Thraita, et peut-être ses parents, s’affichent publiquement comme des « Athéniens », au travers d’une stèle inscrite. Sans même préjuger de son statut juridique (affranchie, métèque, esclave ?), la mémoire du nom de la jeune fille d’origine thrace, et de sa personne, ne s’exprime pas à travers une stèle où elle serait représentée comme esclave, mais à travers une stèle où elle est représentée de la même manière qu’une jeune femme libre.

13La base de données doit rendre compte de ces éléments, et éventuellement du degré d’interprétation de l’historien lorsqu’il lit les données. Une métasource correctement construite n’est pas qu’une liste d’éléments : elle prend en compte l’intervention de l’historien.

1. 3. La gravure et l’individu

  • 33 Signalons également quatre individus connus par des œuvres issues de la tradition manuscrite.

14La documentation utilisée pour ce projet est datée de la période classique et de la haute période hellénistique et comporte différents types d’inscriptions33 :

  1. Actes d’affranchissement (1 individu connu par ce type de source dans la base)

  2. Ex voto (1)

  3. Stèles funéraires (32)

  4. Catalogues de vente (7)

  5. Tablette de malédiction (defixio) (1)

  • 34 Notamment les décrets concernant les prêtresses, dont celles d’Athéna Polias ou de Déméter et Korè (...)

15L’existence de la stèle gravée en elle-même est déjà un critère significatif pour l’analyse historique. En effet, certaines femmes vivant à Athènes ne sont pas présentes sur certains types de documents : par exemple, si l’on connaît quelques citoyennes athéniennes citées ou honorées par des décrets civiques34, ce n’est pas le cas des femmes d’origine étrangère pour l’époque classique.

  • 35 On citera cependant les travaux de G. Hoffmann (notamment Hoffmann, 1993).

16L’essentiel des documents disponibles consiste en des stèles funéraires. Ces dernières ont été peu étudiées dans une perspective d’histoire sociale35, en particulier les stèles dépourvues de bas-reliefs. Pourtant, ce sont pour les commanditaires, notamment les familles qui les ont érigées, des actes de mémoire en tant que tels, visibles par tous, et nous ne devons pas les négliger. Dès lors, quel(s) intérêt(s) tirer de sources souvent considérées comme peu riches par les historiens ? Comment rendre leur utilisation dans le cadre d’une base de données pertinente et enrichissante ?

  • 36 Genet, 1977, p. 232.
  • 37 Kirchner, 1901-1903.
  • 38 Traill, 1994-2012.
  • 39 Certains projets du récent réseau européen EAGLE (www.eaglenetwork.eu) ont pour objectif de rendre (...)

17Il faut, et c’est sans doute ce qui manque le plus dans les entreprises à visées prosopographiques, être précis pour reconstituer la source. Comme l’explique Jean-Philippe Genet, « la constitution de la métasource est difficile, car elle oblige à faire entrer une réalité complexe dans l’étroit carcan d’une catégorisation36 ». L’objectif, pour rendre le travail le moins biaisé possible, surtout dans le cadre d’un travail collectif, est de décomposer au maximum la source. Ce n’est pas le cas des grands projets prosopographiques consacrés à Athènes, et cela ne l’a jamais été, de la Prosopographia attica de Kirchner37 en 1901 au Persons of Ancient Athens de Traill38 achevé en 2012. Pour analyser la source, il faut utiliser des critères précis et bien définis qui puissent convenir pour tous les types de documents, sans occulter leurs spécificités : cela revient à appliquer aux documents épigraphiques les « 5-W » que Brendler appliquait aux noms39.

  • 40 IG I3 421-430.
  • 41 Bäbler, 1998, p. 13.

18Le premier critère est alors la catégorie de la source (fig. 1) et le type de source (Was) : il faut bien les différencier, puisque la base de données ne présente pas uniquement des sources épigraphiques, et, à l’intérieur même de ces sources épigraphiques, l’interprétation est très différente selon que l’on est en présence d’une stèle funéraire ou d’un catalogue de vente d’esclaves, comme c’est le cas pour les stèles attiques de la fameuse affaire des Hermocopides en 41140. Cette distinction du support est à mettre en relation avec la question de la mémoire, puisque, dans un cas, il s’agit d’une autoreprésentation par la famille – le plus souvent – qui veut perpétuer la mémoire d’un individu et de la famille, alors que dans le second cas, il s’agit d’une représentation41 d’un nom par la cité, un enregistrement qui peut être qualifié anachroniquement de quasi-administratif. L’acte d’« inscrire la mémoire dans la pierre » n’est pas le même selon le commanditaire, et donc selon la source.

  • 42 Il faut pour cela établir des conventions d’édition, sorte de « lexique » à respecter tout au long (...)
  • 43 Clairmont parle des années 430 au mieux (Clairmont, 1993, p. 12), mais Stears estime qu’on peut rem (...)
  • 44 La date de 317/6 est généralement acceptée, mais le texte de Cicéron relatant cette mesure (Lois, i (...)
  • 45 Bäbler, 1998, p. 2.

19Vient ensuite la question de la date de la source (Wann) – dédoublée en un début et une fin, pour souligner les incertitudes42 – ainsi que du mode de datation, alliant critères internes (de la date absolue à une datation plus imprécise, reposant sur la paléographie, mode de datation le plus souvent adopté pour les stèles funéraires) et critères externes : ainsi les bas-reliefs des grandes stèles funéraires attiques sont tous datés entre les années 440-42043, qui marquent le début de la production de ce type de stèle funéraire, et ca. 317, date estimée des lois somptuaires de Démétrios de Phalère qui interdisent la production de ce type de monument pour les remplacer par des columellae standardisées44 dont il n’existe, selon Balbina Bäbler, qu’un seul exemple dans les années pré-31745. La précision du mode de datation permet de souligner d’éventuels biais ou incertitudes, voire de re-dater à l’avenir des textes, si les critères de datation venaient à évoluer.

20Ensuite, il est indispensable de préciser le lieu où a été trouvée la source et celui où elle est conservée. Il n’est pas toujours possible de renseigner ces champs, car le lieu de découverte a pu ne pas être enregistré, ou bien la pierre peut avoir été découverte en remploi dans une construction moderne, mais lorsqu’il est connu, le lieu d’exposition d’une inscription donne au texte une part de son sens. Cela peut permettre d’établir une cartographie des données, pour comprendre si la mémoire des femmes par l’épigraphie s’inscrit dans un espace géographique ou politique particulier.

  • 46 Mes travaux de doctorat portent également sur les individus connus par des sources issues de la tra (...)

21Dans cette perspective, il est important de rappeler que le document épigraphique est souvent, en premier lieu, considéré comme une inscription. Ce dernier terme, synecdoque, reflète le statut longtemps accordé à l’objet. Or celui-ci est d’abord et avant tout un objet archéologique. Cette dimension doit trouver sa place dans les bases de données actuelles. D’une certaine manière, pour une source épigraphique, le travail reviendrait à rendre possible la reconstitution visuelle de la source, sans photographie. Cela revient donc à consigner les mesures de la pierre dans ses trois dimensions : hauteur, largeur, profondeur. Ces données sont évidemment exploitables si l’état de conservation de la pierre est précisé, puisqu’une pierre brisée rend ces données moins exploitables. À cela, il convient d’ajouter à la base de données la présence d’éléments de décoration, de la simple taille ronde sans décoration au grand bas-relief en passant par la présence d’un fronton. Toutes ces indications ont leur importance dans une perspective d’histoire culturelle et sociale. Ainsi, dans mon corpus général de documents – différent de cette base46 –, les femmes ont plus souvent des décorations sur leurs stèles que les hommes (14 sur 45 contre 31 sur 175). Ce résultat permet de poser par exemple l’hypothèse d’une mémoire différenciée des femmes par rapport aux individus masculins : si les moyens d’expression sont différents, les valeurs transmises par ces sources le sont-elles également ? Ces modes de transmission sont-ils genrés ?

  • 47 Les auteurs sont, sur ce point, tous d’accord : Hildebrandt, 2006, n° 170, p. 305-306 ; Marchiandi, (...)
  • 48 IG ii2 11891 : Korallion femme d’Agathôn.
  • 49 Ainsi que le signale B. Schmaltz (1983, p. 108). Cette inscription, en lettres larges, était centré (...)
  • 50 Les datations concordent là encore : Hildebrandt, 2006, n° 170, p. 305-306 ; Marchiandi, 2011, n° W (...)
  • 51 IG ii2 8551 : Agathôn, fils d’Agathoklès, d’Héraclée. L’inscription mentionne également le frère d’ (...)
  • 52 Aristote, Constitution des Athéniens, 26.4. Sur la question des descendants, voir Blok, 2005.

22Dans la même perspective, il peut être intéressant de savoir si un document épigraphique s’inscrit dans une série, dans un dispositif spatial qui lui donne sens. Dans ce cas, il paraît nécessaire de prévoir un lien entre les fiches (table « Source liée », fig. 1). La stèle funéraire de Korallion, daté du milieu du IVe siècle47, illustre bien ce point (fig. 3). L’inscription sur celle-ci est Κοράλλιον Ἀγάθωνος γυνή48. Il s’agit en fait d’une réécriture d’une première inscription qui apparaît encore : Κοράλλιον49. L’ethnique n’est ici pas indiqué, mais on sait par le pilier, contemporain50, situé immédiatement à la gauche de cette stèle qu’Agathôn est héracléote : l’inscription est [Ἀ]γάθων Ἀγαθοκλέους Ἡρακλεώτης51. Il n’est certes pas certain que Korallion soit elle-même héracléote, puisque rien ne l’indique explicitement. Si depuis 451/0 la loi dite de Périclès52, réactivée dès 403/2 et interdisant aux enfants issus de mariages entre citoyen(ne)s et étranger(e)s d’être eux-mêmes citoyens, a sans doute mis un frein, à défaut de l’interdire, aux unions mixtes, rien n’interdit de penser que Korallion peut être citoyenne, c’est-à-dire fille de deux astoi. Ceci étant, quand bien même Korallion serait Athénienne, elle est symboliquement associée à ces étrangers par le truchement de cette proximité matérielle – d’autant plus importante à partir du moment où l’inscription est modifiée. En l’absence de son ethnique, il me semble correct de dire qu’elle est considérée comme étrangère aux yeux des passants.

Fig. 3 : Stèle funéraire de Korallion, femme d’Agathôn (Athènes, Musée du Céramique). 3d Ephorate of Prehistoric and Classical Antiquities – Kerameikos.

Fig. 3 : Stèle funéraire de Korallion, femme d’Agathôn (Athènes, Musée du Céramique). 3d Ephorate of Prehistoric and Classical Antiquities – Kerameikos.

© Hellenic Ministry of Culture and Sports / Archaeological Receipts Fund.

  • 53 Parmi bien d’autres, citons CAT 2.909 ; 3.404 ; 3.438 ; 3.471 et tout particulièrement 4.430 et 4.4 (...)

23Pourtant, cette « étrangère » est représentée, de la même manière que Thraita et Herpyllis plus haut, avec des habits tout à fait attiques : elle porte un chiton double, épinglé au niveau des épaules, et un voile. On retrouve cette iconographie sur d’autres naiskoi du ive siècle53. Face à elle, les deux hommes sont vêtus d’un himation, retenu par le bras gauche et qui laisse entièrement libre le bras droit. C’est un schéma classique. Ils ne portent pas de chiton. Ils sont barbus tous les deux et correspondent donc très bien au « type homme adulte » que l’on retrouve sur les autres stèles. Enfin, avec eux se trouve en haut à gauche une jeune femme, vraisemblablement une servante, comme on peut en trouver sur de nombreuses stèles. Il apparaît donc que c’est par l’environnement immédiat qu’on peut déterminer le statut ethnique de cette personne, de prime abord tout à fait attique dans sa représentation. Or l’origine ethnique est un élément primordial puisque c’est elle qui permet de classer cette femme comme étrangère. C’est essentiel également pour comprendre la manière d’honorer la défunte au sein d’une famille d’Héracléotes, puisque épouse et mari ne sont ni honorés ensemble, ni de la même façon. Leur mémoire s’exprime différemment.

24Ces indications soulignent que l’objet est polysémique. Il renvoie à différentes dimensions (matérielles, symboliques) qui doivent trouver leur place dans la base de données, pour mieux comprendre tous les contextes de la source, et donc tous les contextes de l’acte de mémoire. En un sens, la base de données doit souligner que l’individu et son nom n’apparaissent pas hors contexte, mais dans une (ou des) situation(s) extrêmement précise(s) qui conditionne(nt) l’acte même de mémoire.

2. La mémoire par la gravure

2. 1. Aspect mémoriel de la gravure

25Les circonstances d’expression de la mémoire des noms renvoient d’abord à des contextes topographiques. Les inscriptions sont placées dans des lieux de la cité et participent à la construction d’un espace civique, communautaire et mémoriel. Ainsi, c’est l’accumulation de stèles funéraires qui marque la présence d’un cimetière dans le paysage. Cela vaut pour les inscriptions commandées par les citoyen(ne)s, mais aussi par les étranger(e)s. Élever une stèle, qu’elle soit coûteuse ou non, fait acquérir à la personne qui la crée une place dans l’espace, et, au-delà, une place dans la cité. D’une certaine manière, si la pierre, création individuelle, participe à la construction d’un espace communautaire, il en va de même concernant la mémoire du nom : d’individuelle, elle s’inscrit dans une mémoire collective, sociale.

  • 54 Halbwachs, 1997, p. 193-236.
  • 55 Voir Wagner-Hasel, 1989 ; Schmitt Pantel, 2009, p. 101-122.

26Pour reprendre les mots de Maurice Halbwachs, une société est faite d’objets et d’espaces qui sont supports de la mémoire collective54. Véritables marqueurs d’espace, les stèles dressées sur le territoire de l’Attique sont ces objets dont les mémoires – individuelle et collective – ont besoin pour s’exprimer et pour s’épanouir. Dès lors, pour étudier la(les) mémoire(s) des noms, il paraît indispensable d’étudier, si possible en série, les objets supports des noms. C’est ce que permet la création d’une base de données. À travers ces formes spatiales, on peut essayer de répondre à la question « Wen » de Brendler : pour qui est construit un tombeau ? Pour qui est gravé sur une pierre le nom d’individus affranchis ? Pour qui est gratté un nom sur un vase ou un tesson ? Mais on peut questionner le « Warum » de Brendler : pourquoi ces femmes décident-elles de faire graver leur nom ? Pourquoi les commanditaires – hommes comme femmes – choisissent-ils d’installer la pierre à tel ou tel endroit ? Est-ce d’ailleurs eux qui le décident ? Les questions qu’ouvre un tel projet sont nombreuses. À la fois marqueurs d’espace et objets archéologiques, les stèles (re)présentent une image et traduisent un geste – celui de la mémoire en train de se former. L’image et le geste gravés enracinent, dans le paysage, la position sociale d’un individu, mais aussi sa postérité. Dans le cas des femmes, c’est un moyen de discuter leur place dans la société athénienne classique, loin du stéréotype des recluses au gynécée, cliché depuis longtemps dénoncé55. Cet affichage a pour but d’honorer l’individu et d’instruire chacun de sa place dans la cité.

  • 56 Le naiskos d’Agathôn n’est ajouté qu’après 338, alors que celui de Korallion, comme le pilier des d (...)
  • 57 Ohly, 1965, p. 342 et 344 ; Breder, 2013, p. 172.
  • 58 Sur l’espace comme cadre social et comme lieu de la mémoire d’un groupe, voir Halbwachs, 1997, p. 1 (...)
  • 59 Le péribole mitoyen de Dionysos de Kollytos (Marchiandi, 2011, n° W.Ker.vt.16, p. 328 ; Breder, 201 (...)
  • 60 Rappelons que la première inscription sur la stèle ne mentionne que son nom. Voir n. 49 supra.

27Les stèles funéraires – que les Athéniens appellent de manière très signifiante mnèmata – sont le support de la mémoire individuelle et sociale d’un individu, par le biais d’une inscription, parfois associée à un relief, dans un endroit précis. Ces trois caractéristiques sont présentes dans la base de données et pourront servir aux analyses. Ainsi Korallion : elle possède sa stèle propre au bord de la Voie des Tombes qui mène au Pirée et est présentée par l’intermédiaire du relief comme une femme libre, et athénienne d’une certaine façon – au sens d’habitante de l’Attique. Le monument est érigé en sa mémoire propre – puisque son mari est présent sur une stèle à côté. Il se trouve dans un péribole familial et est, de plus, placé au centre du dispositif56. La mémoire des ancêtres est très importante au sein de cette famille : en effet, si les monuments du péribole sont détruits en 338 lors de la construction, en urgence, d’une muraille après Chéronée, ils sont reconstruits et ornés encore plus richement après cette date57. Le but est double : témoigner d’un respect aux ancêtres et perpétuer leur mémoire. Ces deux opérations sont certes individuelles, mais se placent dans le contexte d’un espace public58. Ceci est d’autant plus significatif que les périboles qui entourent celui de la famille ne sont pas tous reconstruits après 33859. Korallion est donc une femme connue d’abord pour ce qu’elle est60, puis comme épouse d’Agathôn, et qui possède sa propre stèle – ce qui n’est pas toujours le cas – érigée puis ré-érigée par les membres de son oikos. Cette stèle est donc le support de deux types de mémoire : il y a une volonté de perpétuer la mémoire du nom de Korallion à la fois au sein de l’oikos et au sein de la cité, alors même qu’elle n’est pas citoyenne.

2. 2. Modes de transmission

28La perspective adoptée jusque là est celle d’une transmission individuelle valorisée et valorisante, traduisant sans doute la volonté du commanditaire. Est-ce la seule manière de « laisser son nom », pour reprendre le titre de ce dossier ?

  • 61 Pour notre base, voir la liste supra.

29La réponse est évidemment négative. La plupart des documents épigraphiques porteurs de nom61 sont, en fait, des stèles qui enregistrent des listes d’onomata : actes d’affranchissement, listes de ventes, etc. Ces cas divergent des stèles funéraires et sont différents entre eux.

  • 62 IG ii2 1553-1578.
  • 63 IG ii2 1557 (= SEG 18, 36), face A, col. V, l.51 : « Θραῖττα καπηλ[ὶς] ἐμ Με[λίτῃ] | οἰκοῦ[σα] » (r (...)

30Dans le cas des actes d’affranchissement62 et des catalogues de vente, c’est la cité qui perpétue la mémoire d’un nom, puisqu’elle est à l’origine de la gravure. Dans le cas des affranchissements, la gravure est une publicité de l’acte même d’affranchissement : elle sert à garder en mémoire, au futur, cet acte par l’affichage public. La transmission qui nous a été faite du nom des femmes affranchies, parmi lesquelles une Thrace63, est, de notre point de vue, involontaire – l’objet premier de la stèle est de publier l’acte –, mais valorisant tout de même, car c’est un acte qui met en valeur ces femmes, annonçant au passant-lecteur leur nouveau statut.

  • 64 Les individus de notre base sont présents dans IG I3 421 et IG I3 422.

31Concernant les catalogues de vente, la transmission du nom se place dans une perspective différente : dans le cadre de notre base, les individus concernés sont présents sur les stèles attiques issues de l’affaire des Hermocopides64 en 414/3. Ce cas est intéressant, car la transmission du nom n’est pas valorisée, ni valorisante : elle résulte du simple enregistrement d’une vente. Les individus nommés n’ont évidemment pas eu voix au chapitre, contrairement au cas précédent où on peut estimer que la gravure était valorisante pour eux. Ici, ces esclaves changent simplement de propriétaire – propriétaire mis à l’index, puisque condamné pour sa participation à un acte impie : la mutilation des Hermès et la parodie des mystères d’Éleusis.

32Il apparaît en tout cas clairement que le statut de la perpétuation de la mémoire n’est pas toujours le même : la conservation du nom d’une étrangère, quand elle ne passe pas par les stèles funéraires ou les dédicaces, est rarement volontaire et décidée par quelqu’un qui n’est pas de la famille. La valeur accordée à la transmission du nom et de la mémoire du nom doit donc être pesée.

Conclusions

33Le type de source influence le statut que l’on peut conférer à l’acte de mémoire. La documentation nous renseigne sur différentes manières de transmettre son nom ou de transmettre le nom de quelqu’un. De plus, un nom n’a de sens que lorsqu’il est mis en relation avec d’autres noms. Il fait partie d’un système, qui peut être trompeur comme on l’a vu pour Thraita : la nécessité de comprendre qui est le commanditaire de la pierre, et quel est le public qui pourra voir la pierre, n’en est que plus grande.

  • 65 Glénisson, 1977, p. 228.
  • 66 Vernant, 2004, p. 131.

34La création d’une base de données revient finalement à passer d’un acte de mémoire de la part des contemporains qui produisent le « document » à un acte de mémoire de la part des historiens, qui l’étudient en tant qu’archive. La création d’une métasource, à partir des documents mentionnant des femmes étrangères à Athènes, participe de la constitution d’une « archive de deuxième degré »65. Sorte d’archive des archives, cette base de données relationnelle est, en quelque sorte, pour reprendre le mot de Jean-Pierre Vernant, une « mémoire historienne »66 des noms des femmes étrangères à Athènes. Dans le cas d’une base de données constituée par une équipe – ce qu’est le projet Eurykléia –, l’enregistrement du nom de l’individu que fournit chaque source permettra peut-être, dans une perspective future, de nourrir une étude historiographique. Il y a donc trois formes de mémoire du nom et de l’individu qui le porte : individuelle, sociale et historienne, et trois formes d’actes de mémoire.

Haut de page

Bibliographie

Aleshire, S., 1991, Asklepios at Athens: Epigraphic and Prosopographic Essays on the Athenian Healing Cults, Amsterdam.

Bäbler, B., 1998, Fleissige Thrakerinnen und wehrhafte Skythen. Nichtgriechen im klassischen Athen und ihre archäologische Hinterlassenschaft, Stuttgart-Leipzig.

Blok, J. H., 2005, Becoming Citizens: Some Notes on the Semantic of ‘Citizen’ in Archaic Greece and Classical Athens, Klio, 87, p. 7-40.

Blok, J. H. et Lambert S. D., 2009, The Appointment of Priests in Attic gene, ZPE, 169, p. 95-121.

Breder, J., 2013, Attische Grabbezirke klassicher Zeit, Wiesbaden.

Brendler, S., 2004, Namenarten und ihre Erforschung, dans A. Brendler et S. Brendler (éd.), Namenarten und ihre Erforschung. Ein Lehrbuch für das Studium der Onomastik, Hambourg, p 33-48.

Brun, P., 2005, Impérialisme et démocratie à Athènes. Inscriptions de l’époque classique (c. 500-317 av. J.-C.), Paris.

CAT = Clairmont, C. W., 1993, Classical Attic Tombstones, 5 vol., Kilchberg.

Clairmont, C. W., 1993, Classical Attic Tombstones, Introductory Volume, Kilchberg.

Clinton, K., 2005, Eleusis, the Inscriptions on Stone: Documents of the Sanctuary of the Two Goddesses and Public Documents of the Deme, 2 vol., Athènes.

Davies, J. K., 1971, Athenian Propertied Families 600–300 BC, Oxford.

Develin, R., 1989, Athenian Officials, 684-321 B. C., Cambridge-New York.

Follet, S., 1976, Athènes au iie et au iiie siècle. Études chronologiques et prosopographiques, Paris.

Genet, J.-P., 1977, Histoire sociale et ordinateur, dans L. Fossier, A. Vauchez et С. Violante, Informatique et Histoire Médiévale, Rome, p. 231-237.

Genet, J.-P., 1986, Histoire, Informatique, Mesure, Histoire & Mesures, 1, p. 7-18.

Glénisson, J., 1977, Prosopographie et informatique, dans L. Fossier, A. Vauchez et С. Violante, Informatique et Histoire Médiévale, Rome, p. 227-229.

Halbwachs, M., 1997, La Mémoire collective, Paris (1re éd. 1950).

Hansen, M. H. et Nielsen, T. H., 2004, An Inventory of Archaic and Classical Poleis, Oxford.

Hildebrandt, F., 2006, Die attischen Namenstelen. Untersuchungen zu Stelen des 5. und 4. Jahrhunderts v. Chr., Berlin.

Hoffmann, G., 1993, “Portrait de groupe avec dame” : étude sociologique des monuments, dans C. W. Clairmont, Classical Attic Tombstones, Introductory Volume, Kilchberg, p. 160-179.

Kirchner, J., 1901-1903, Prosopographia attica, Chicago (3e éd. 1981).

Marchiandi, D., 2011, I periboli funerari nell’Attica classica: lo specchio di una ‘borghesia’, Athènes-Paestum.

Masson, O., 1997, Nouvelles notes d’anthroponymie grecque, ZPE, 119, p. 57-75.

Morpurgo Davies, A., 2000, Personal Names and Linguistic Continuity, dans S. Hornblower et E. Matthews (éd.), Greek Personal Names. Their Value as Evidence, Oxford, p. 15-39.

Nicolet, C., 1977, L’onomastique des groupes dirigeants sous la République, dans N. Duval et H.-G. Pflaum (dir.), L’onomastique latine. Colloque international du CNRS. Paris 13-15 octobre 1975, Paris, p. 45-61.

Ohly, D., 1965, Kerameikos-Grabung. Tätigkeitsbericht 1956-1961, AA, 2, p. 278-376.

Osborne, M. J., 1981-1983, Naturalization in Athens, Bruxelles.

Osborne, M. J. et Byrne, S. G., 1996, The Foreign Residents of Athens. An Annex to the Lexicon of Greek Personal Names: Attica, Louvain.

Peek, W., 1980, Attische Versinschriften, Berlin.

Perrin-Saminadayar, E., 2007, Éducation, culture et société à Athènes : les acteurs de la vie culturelle athénienne, 229-88 : un tout petit monde, Paris.

Petrakos, B., 1999, Ο Δήμος του Ραμνούντος : σύνοψη των ανασκαφών και των ερευνών (1813-1998), ii : Οι Επιγραφές, Athènes.

Pope, H., 1947, Foreigners in Attic Inscriptions. Prosopography under Ethnics, Philadelphie.

Raubitschek, A. E. et Jeffery, L. H., 1949, Dedications from the Athenian Akropolis. A Catalogue of the Inscriptions of the Sixth and Fifth Centuries B.C., Cambridge.

Robert, L., 1973, Sur des inscriptions de Délos, BCH Supplément 1, p. 435-489.

Sarikakis, T. C., 1976, The Hoplite General in Ancient Athens: A Prosopography, Chicago.

Schaps, D., 1977, The Woman Least Mentioned: Etiquette and Women’s Names, CQ, 27-2, p. 323-330.

Schmitt Pantel, P., 1994-1995, Autour d’une anthropologie des sexes : à propos de la femme sans nom d’Ischomaque, Métis, 9-10, p. 299-305.

Schmitt Pantel, P., 2009, Aithra et Pandora. Femmes, Genre et Cité dans la Grèce antique, Paris.

Scholl, A., 1996, Die attischen Bildfeldstelen des 4. Jhs. v. Chr. Untersuchungen zu den kleinformatigen Grabreliefs im spätklassichen Athen, Berlin.

Sears, M. A., 2013, Athens, Thrace, and the Shaping of Athenian Leadership, New York.

Stears, K., 2000, The Times They Are A’Changing: Developments in Fifth-Century Funerary Sculpture, dans G. J. Oliver (éd.), The Epigraphy of Death: Studies in the History and Society of Greece and Rome, Liverpool, p. 25-58.

Taylor, C., 2007, The Sociology of Athenian Democracy: A Prosopographical Approach, dans K. S. B. Keats-Rohan (éd.), Prosopography Approaches and Applications: A Handbook, Oxford, p. 313-324.

Traill, J. S., 1994-2012, Persons of Ancient Athens, 21 vol., Toronto.

Vernant, J.-P., 2004, La Traversée des frontières. Entre mythe et politique ii, Paris.

Wagner-Hasel, B., 1989, Frauenleben in orientalischer Abgeschlossenheit ? Zur Geschichte und Nutzanwendung eines Topos, AU, 32-2, p. 18-29.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier, pour leurs suggestions avisées, Violaine Sebillotte (Paris 1, ANHIMA) et Vincent Azoulay (UPEM, ANHIMA), ainsi que Léo Dumont (Paris 1, PIREH) pour son aide et ses conseils tout au long de la constitution de la base de données et de la rédaction de cet article.

2 Brun, 2005, p. 9.

3 Parmi d’autres : Peek, 1980, sur les épigrammes ; Osborne, 1981-1983, sur les naturalisations. Par site : Petrakos, 1999, sur le dème de Rhamnonte ; Clinton, 2005 sur le dème d’Eleusis. Combinant un thème et un site, on pensera à l’étude classique de Raubitschek, Jeffery, 1949, sur les dédicaces de l’Acropole.

4 De tels projets existent pour des périodes plus tardives à Athènes : Follet, 1976, sur l’Athènes impériale ou Perrin-Saminadayar, 2007, sur l’Athènes hellénistique ; K. Karila-Cohen prépare également une base de données prosopographique sur les Athéniens de la basse époque hellénistique, qu’elle a présentée lors de deux manifestations dont les actes n’ont pas été publiés à ce jour : Usage des bases de données en histoire ancienne et médiévale, Journée d’étude organisée par K. Karila-Cohen et A. Heller, Université de Rennes 2, Campus Villejean, 4 décembre 2013, et Méthodes quantitatives et outils numériques appliqués à l’Antiquité et au Haut Moyen-Âge, Atelier organisé par A. Heller et K. Karila-Cohen, Université François-Rabelais, Tours, 19 décembre 2014. Cependant, il existe quelques travaux historiques sur la période classique : Sarikakis, 1976 ; Aleshire, 1991 ; Taylor, 2007. Ont été publiés également de stricts recueils prosopographiques sans analyse historique : Kirchner, 1901-1903 ; Pope, 1947 ; Davies, 1971 ; Develin, 1989 ; Osborne et Byrne, 1996 ; Traill, 1994-2012. L’ouvrage de Osborne et Byrne porte sur les étrangers présents en Attique mais n’a pas été intégré à la structure de la base, car les manques sont nombreux : on lui a préféré Traill, bien plus complet (= PoAA, fig. 1).

5 Le doctorat porte sur la place des étrangers au sein de la société athénienne : « Ni étrangers, ni citoyens : oikoûntes attikôn ? L’intégration des étrangers en Attique (ve-iiie siècle av. J.-C.). »

6 Pour les détails des types d’inscription, voir infra.

7 Pour la femme d’Ischomaque, voir Schmitt Pantel, 1994-1995, p. 299-305 ; voir aussi, à propos des orateurs, Schaps, 1977, p. 323-330.

8 Voir Sears, 2013, p. 143-149.

9 Les Héraclée du monde grec sont pour la plupart des fondations coloniales. Ainsi Héraclée du Pont est une fondation de Mégare (Robu, 2014, p. 293-310). Héraclée Trachinienne est de fondation lacédémonienne. Pour la liste complète, voir Hansen, Nielsen, 2004, p. 1267.

10 Genet, 1986, p. 7.

11 Brendler, 2004, p. 412.

12 Le stock onomastique attique est assez restreint comme l’a souligné notamment C. Habicht (2000, p. 121).

13 Nicolet, 1977, p. 58.

14 Aristophane, Acharniens, v. 273 ; Guêpes, v. 828 ; Paix, v. 1138 ; Thesmophories, v. 280-4 et 293.

15 Cf. IG ii2 12808 infra, par exemple.

16 Les images véhiculées par l’onomastique ne renvoient donc pas à une réalité en soi mais à un ensemble de caractéristiques dont on pense que les étrangers, et notamment les Thraces, sont affublés.

17 Platon, Cratyle, 388b-c.

18 Ainsi pour le cas des Thraces, voir n.14 supra.

19 Le corpus des Thraces et Héracléotes n’en comprend pas, mais la pratique est attestée pour d’autres étranger(e)s : cf. Masson, 1997, p. 65-6 et 75.

20 Cf. le cas de IG ii2 12808 infra.

21 IG ii2 8699.

22 IG I3 421, l.34, 35 et 40 ; IG ii2 1557, A, V, l.51, IG ii2 10208, 11686, 11687, 11688, 12808 ; IG iii 87a ; SEG 17.118.

23 IG ii2 8554. Louis Robert (1973, p. 441) indique que ce nom vient assurément de Carie et qu’il convient de voir dans Ada une citoyenne d’Héraclée du Latmos.

24 IG ii2 12808 (NM 2690, conservée au Musée Benaki) = CAT 330.

25 Ainsi Lauffer, 1979, p. 137.

26 Il est bien difficile de lui trouver une origine, car les attestations à l’époque classique sont maigres. Signalons une attestation à Argos, et une autre variante, incertaine, en Attique : sur une stèle funéraire non encore publiée, Clairmont (CAT 2.289) lit Hermyllis, mais Scholl (1996, p. 361 n°519) voit Erphyllis – la photographie proposée ne permet pas de trancher. La seule autre attestation du nom est d’époque impériale : IG ii2 9588. Cependant, le stock onomastique athénien étant limité, il est certain que ce nom n’en fait pas partie.

27 Un naiskos est, en sculpture funéraire, une stèle prenant l’apparence d’une façade d’un petit temple et sous lequel se trouve un relief figurant la/le(s) défunt(e/s) et les éventuels membres de son oikos qui l’accompagnent.

28 C’est le costume « traditionnel » sur les stèles funéraires attiques. Sur cette question, voir Heuzey, 1922, p. 25 ; Geddes, 1987, p. 313.

29 Roccos, 2000, p. 245.

30 Ibid., p. 244.

31 La ceinture en dessous du surplis est portée par les femmes adultes (Ibid., p. 245).

32 Ibid., p. 238.

33 Signalons également quatre individus connus par des œuvres issues de la tradition manuscrite.

34 Notamment les décrets concernant les prêtresses, dont celles d’Athéna Polias ou de Déméter et Korè à Éleusis. Pour la liste des prêtresses avec les références aux décrets concernant ces deux groupes de prêtresses, voir, en dernier lieu, Blok, Lambert, 2009, respectivement p. 105-107 et 119-120.

35 On citera cependant les travaux de G. Hoffmann (notamment Hoffmann, 1993).

36 Genet, 1977, p. 232.

37 Kirchner, 1901-1903.

38 Traill, 1994-2012.

39 Certains projets du récent réseau européen EAGLE (www.eaglenetwork.eu) ont pour objectif de rendre accessibles en ligne les documents épigraphiques dans toutes leurs dimensions, et sont prometteurs dans la perspective que j’évoque, bien que le réseau soit pour l’instant en bonne partie abondé par des projets d’épigraphie latine.

40 IG I3 421-430.

41 Bäbler, 1998, p. 13.

42 Il faut pour cela établir des conventions d’édition, sorte de « lexique » à respecter tout au long de la table : ainsi j’ai choisi de coder une datation « ive siècle » en « date de début : 400 » et « date de fin : 300 » ; une datation « ca. 403 » est codée en « date de début : 404 » et « date de fin : 402 », pour la différencier des datations précises qui donnent deux dates sans séparation (l’archontat d’Euclide est traditionnellement daté 403/402 et est codé naturellement « date de début : 403 » et « date de fin : 402 »).

43 Clairmont parle des années 430 au mieux (Clairmont, 1993, p. 12), mais Stears estime qu’on peut remonter jusqu’aux années 440 (Stears, 2000, p. 38).

44 La date de 317/6 est généralement acceptée, mais le texte de Cicéron relatant cette mesure (Lois, ii, 64-66) ne donne pas de date précise. On se base aussi sur la Chronique de Paros qui explique qu’en 317/6, Démétrios « a fait des lois à Athènes » (« Δημήτριος νόμους ἔθηκεν Ἀθήνησιν » (fr. B, l. 13)), sans préciser quelles sont ces lois. La loi est datée de manière sûre entre 317 et 307, mais faute d’une année précise, je préfère la situer « ca. 317 ». La pratique n’est pas réactivée après le départ du tyran en 307.

45 Bäbler, 1998, p. 2.

46 Mes travaux de doctorat portent également sur les individus connus par des sources issues de la tradition manuscrite.

47 Les auteurs sont, sur ce point, tous d’accord : Hildebrandt, 2006, n° 170, p. 305-306 ; Marchiandi, 2011, n° W.Ker.vt.15, p. 325-6 ; Breder, 2013, n° A2 – Monument 4, p. 172.

48 IG ii2 11891 : Korallion femme d’Agathôn.

49 Ainsi que le signale B. Schmaltz (1983, p. 108). Cette inscription, en lettres larges, était centrée, contrairement à la seconde inscription, serrée à partir de la gauche.

50 Les datations concordent là encore : Hildebrandt, 2006, n° 170, p. 305-306 ; Marchiandi, 2011, n° W.Ker.vt.15, p. 325-6 ; Breder, 2013, n° A2 – Monument 1, p. 172.

51 IG ii2 8551 : Agathôn, fils d’Agathoklès, d’Héraclée. L’inscription mentionne également le frère d’Agathôn : Sôsikratès, fils d’Agathoklès, d’Héraclée.

52 Aristote, Constitution des Athéniens, 26.4. Sur la question des descendants, voir Blok, 2005.

53 Parmi bien d’autres, citons CAT 2.909 ; 3.404 ; 3.438 ; 3.471 et tout particulièrement 4.430 et 4.431 qui comportent le même nombre de personnages.

54 Halbwachs, 1997, p. 193-236.

55 Voir Wagner-Hasel, 1989 ; Schmitt Pantel, 2009, p. 101-122.

56 Le naiskos d’Agathôn n’est ajouté qu’après 338, alors que celui de Korallion, comme le pilier des deux frères, date des années 350-340. Cet ajout modifie la configuration de la façade : Korallion perd sa place centrale au profit du pilier d’Agathôn et de Sôsikratès.

57 Ohly, 1965, p. 342 et 344 ; Breder, 2013, p. 172.

58 Sur l’espace comme cadre social et comme lieu de la mémoire d’un groupe, voir Halbwachs, 1997, p. 196.

59 Le péribole mitoyen de Dionysos de Kollytos (Marchiandi, 2011, n° W.Ker.vt.16, p. 328 ; Breder, 2013, n° A3) n’est pas reconstruit, ni celui qui lui fait face (Koroibos et sa famille : Hildebrandt, 2006, p. 105-106 ; Marchiandi, 2011a, n° W.Ker.vt.3, p. 303-5 ; Breder, 2013, n° A20).

60 Rappelons que la première inscription sur la stèle ne mentionne que son nom. Voir n. 49 supra.

61 Pour notre base, voir la liste supra.

62 IG ii2 1553-1578.

63 IG ii2 1557 (= SEG 18, 36), face A, col. V, l.51 : « Θραῖττα καπηλ[ὶς] ἐμ Με[λίτῃ] | οἰκοῦ[σα] » (restitutions Kirchner ; « Thraitta, marchande au détail, habitant le dème de Mélitè »).

64 Les individus de notre base sont présents dans IG I3 421 et IG I3 422.

65 Glénisson, 1977, p. 228.

66 Vernant, 2004, p. 131.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Schéma de la structure de la base de données relationnelle
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 2 : Stèle funéraire de Timon, Thraita et Herpyllis (Athènes, Musée Benaki)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Fig. 3 : Stèle funéraire de Korallion, femme d’Agathôn (Athènes, Musée du Céramique). 3d Ephorate of Prehistoric and Classical Antiquities – Kerameikos.
Crédits © Hellenic Ministry of Culture and Sports / Archaeological Receipts Fund.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Guicharrousse, « Gravées dans la mémoire. Le cas des étrangères à Athènes à l’époque classique », Pallas, 99 | 2015, 61-76.

Référence électronique

Romain Guicharrousse, « Gravées dans la mémoire. Le cas des étrangères à Athènes à l’époque classique », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/3011 ; DOI : 10.4000/pallas.3011

Haut de page

Auteur

Romain Guicharrousse

Doctorant en histoire grecque
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne - École française d’Athènes
Laboratoire ANHIMA (UMR 8210)
romain.gui@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org