Navigation – Plan du site
Laisser son nom : femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes

Illustres inconnues : l’anonymat et la mémoire collective chez Polyen (iie siècle ap. J.-C.)

Illustrious Unknown Women : Anonymity and collective memory in Polyaenus (IInd century A.D.)
Sandya Sistac
p. 101-109

Résumés

En tant que compilateur, Polyen, rhéteur grec de Rome du iie siècle ap. J.-C., nous donne un aperçu des histoires qui circulaient à son époque. Dans un ouvrage se voulant explicitement didactique, les Strategika, Polyen arrange et articule entre elles des anecdotes qu’il considère comme des exempla, des histoires qui méritent, à son sens, leur place dans la mémoire collective. Un certain nombre de ces histoires met en scène des femmes jouant un rôle plus ou moins déterminant. Parmi celles-là, on compte beaucoup d’anonymes, ce qui soulève des interrogations : quel genre de trace laisse-t-on, en tant que femme, sans laisser de nom ? Par quels procédés Polyen se souvient-il des femmes anonymes qu’il choisit de raconter ? À partir du cas des femmes d’Argos, nous tâcherons de mettre en évidence les circonstances dans lesquelles les « femmes sans nom » de Polyen méritent leur place dans ce recueil de stratagèmes de guerre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Schmitt-Pantel, 1994, p. 300.
  • 2 Ibid.
  • 3 Notons que dans sa préface, Polyen légitime son entreprise en se réclamant d’ascendance macédonienn (...)
  • 4 Nous rencontrons tour à tour des Grecs, des Perses ou encore des Romains, pour ne citer que quelque (...)

1Lorsque l’on s’intéresse aux identités et au genre dans l’Antiquité, la question du nom est primordiale. Les femmes des sociétés anciennes ont porté des noms qui, lorsqu’ils nous sont parvenus, constituent une trace concrète de leur existence. Cependant, de la question du nom procède nécessairement celle de l’anonymat. Quand Pauline Schmitt-Pantel analysait le cas de l’épouse d’Ischomaque, elle remarquait le caractère délibéré du choix que faisait Xénophon de ne pas la nommer1. Ce choix confinait ainsi cette femme à un statut inférieur à celui des hommes mentionnés, qui, eux, ont un nom. Cet anonymat présentait également l’avantage de permettre à l’auteur d’élever son personnage au rang de modèle, donnant à son propos une portée universelle2. Nommer cette femme aurait ainsi desservi le message de Xénopohon. P. Schmitt-Pantel d’ajouter que le texte est plus complexe qu’il n’y paraît, la distribution nette et complémentaire des rôles entre les époux laissant transparaître la réflexion récurrente des Grecs sur la place de la femme dans la cité. L’épouse d’Ischomaque est une construction narrative, mais la réflexion que nous souhaitons mener ici ne consiste pas à déterminer le degré de véracité des récits que nous étudions. Les choix narratifs des auteurs sont révélateurs en eux-mêmes des problématiques des Anciens. Parmi ces auteurs, il en est un qui a retenu notre attention. Polyen était un rhéteur et avocat grec de Bithynie qui vivait à Rome au iie siècle ap. J.-C., sous le règne de Marc-Aurèle et de Lucius Verus. De lui nous ne savons pratiquement rien hormis ce que nous apprend la brève entrée de la Souda qui lui attribue quelques discours et plaidoiries. Il est également l’auteur d’un recueil de stratagèmes de guerre, les Strategika. Dans cet ouvrage, dédié aux deux empereurs, il se défend de faire œuvre d’historien, et revendique une intention didactique. Composé dans le contexte de la guerre opposant Rome aux Parthes, les Strategika entendent compiler des modèles – des exempla – de ruses de guerre ayant fait leurs preuves par le passé3. L’ouvrage a connu une postérité, certes assez confidentielle, mais conforme à l’intention de son auteur puisqu’il est encore utilisé dans les académies militaires de Grande-Bretagne au xviiie siècle. Il s’agit d’un recueil de 900 histoires rassemblées en huit livres sous la forme de courts récits. Si l’ensemble paraît être régi par un classement « ethnique4 », le dernier livre constitue une sorte de microcosme à l’intérieur de cet ensemble. Nous y retrouvons des Barbares, des Romains et des Grecs, chaque catégorie étant elle-même subdivisée en anecdotes collectives et individuelles. Ce huitième livre présente par ailleurs la particularité de rassembler essentiellement des histoires mettant en scène des protagonistes féminins. Disposant ainsi d’un livre entier dont une grande partie des entrées sont des anthroponymes féminins, nous avons été tentées de nous intéresser immédiatement à ces figures – en apparence peu communes – de femmes en lien avec des stratagèmes militaires. Nous avons cherché à détecter la présence – ou l’absence – de caractéristiques exceptionnelles, « hors-normes », qui auraient valu à ces femmes d’être érigées en exemple par Polyen. Or après l’examen minutieux du corpus, force a été de constater que ces femmes « nommées » n’en représentaient pas la majorité. Laissant momentanément de côté l’exceptionnel, nous nous sommes donc penchées sur le commun, c’est-à-dire sur la foule de femmes anonymes qui traverse les histoires de Polyen.

  • 5 Voir Hésiode, Les Travaux et les Jours, v. 154.
  • 6 Voir Carrière, 1986, p. 203.
  • 7 Sur le sujet voir Loraux, 1981.
  • 8 L’orateur évoque d’abord la vie du défunt avant de célébrer les hauts-faits de ses ancêtres dont le (...)

2Faisons un bond en arrière : lorsqu’il évoque ce que l’historiographie appelle le « mythe des races », Hésiode mentionne les hommes de bronze, venant après la race d’argent et avant celle des héros. De ces hommes de bronze, le poète nous dit qu’au moment de leur mort, ils disparaissent dans l’Hadès « νώνυμνοι5 », c›est-à-dire « sans avoir de nom ». Pour Jean-Claude Carrière, νώνυμνοι est non seulement à rapprocher d’ὄνομα, « le nom » ; mais également d’ ὕμνος, « le chant » et d’ὑμνεῖν, « chanter quelque chose ou quelqu’un ». Ainsi, « les hommes de bronze sont non seulement les anonymes de la paire guerrière [qu’ils forment avec les héros], mais aussi des “sans gloire” […] absents de la mémoire des hommes6 ». Le nom semble donc être une condition de la postérité. Les oraisons funèbres de l’Athènes classique, amplement étudiées par Nicole Loraux, nous montrent ainsi comment la cité célèbre ses morts au combat de manière collective, tout en conservant la mémoire des noms – sans démotique ni patronyme – de chacun des disparus sur les obituaires7. Si nous nous tournons vers Rome, nous y trouvons le concept aristocratique de laudatio funebris : l’hommage est rendu sur le Forum à un homme – ou une femme – par l’un de ses proches8. C’est bien l’individu, et par extension sa gens, qui est mis en avant ; il n’existe pas d’hommage collectif anonyme rendu par Rome à ses morts à la guerre.

  • 9 À propos des sources de Polyen voir Melber, 1885, p. 417-688 ; Phillips, 1972, p. 297-298 et l’intr (...)

3Si Polyen écrit bien à Rome au iie siècle après J.-C., il n’en reste pas moins un Grec et les sources auxquelles il se réfère pour ses Strategika sont majoritairement – sinon exclusivement – grecques9. Il convient à présent de préciser que l’exemple des oraisons funèbres d’Athènes est exclusivement masculin. Faut-il pour autant en déduire que seuls les hommes marquent les esprits en temps de guerre ? Le texte de Polyen foisonne d’histoires de femmes s’étant illustrées en contexte militaire, au front pour certaines, à l’arrière pour d’autres, plus nombreuses. Quelles actions ont permis à ces femmes d’entrer dans les mémoires dans un milieu qui n’est traditionnellement pas le leur ? Ces « femmes sans nom » soulèvent des interrogations quant aux autres traces qu’elles ont pu laisser dans la mémoire collective. L’analyse des procédés par lesquels Polyen se souvient de ces anonymes et l’étude des circonstances qui semblent les rendre dignes d’entrer dans cette mémoire par la transmission de leur histoire permettent d’apporter, nous l’espérons, quelques éléments de réponse. Notre propos s’articule donc autour de deux axes, le premier visant à dégager des éléments caractéristiques des « femmes sans nom » chez Polyen et les conditions de leurs apparitions ; le second cherchant à mettre en évidence la place qu’occupent ces femmes dans la mémoire collective à travers l’analyse de l’épisode du siège d’Argos par Pyrrhus ier au iiie siècle av. J.-C.

1. Les « femmes sans nom » des Strategika

1. 1. Analyse statistique du sous-corpus des anonymes

  • 10 Nous entendons par « références féminines » des personnages féminins qui interviennent dans les his (...)

4Sur les 128 références féminines relevées dans les Strategika10, 73 sont anonymes, ce qui représente environ 57 % du corpus. Afin de mettre en évidence les modalités d’apparition des anonymes, nous pouvons distinguer, parmi ces 57 %, les anonymes associées à des femmes « nommées » (22 %) de celles qui ne le sont pas (78 %). Nous pouvons également faire la part des apparitions collectives (12 associées et 41 non associées) et individuelles (4 associées et 16 non associées). Il apparaît ainsi que les anonymes de Polyen interviennent le plus souvent sans la présence d’une figure singulière identifiée et en tant que groupe.

5À partir des éléments fournis par le texte, nous avons ensuite examiné les types d’individus représentés. En l’absence de noms, les termes employés par l’auteur pour désigner ces femmes fournissent deux types de renseignements. Nous rencontrons d’une part des femmes ayant un statut et une fonction déterminés : des esclaves – θεράπαιναι – (5), des courtisanes – ἑταῖραι – (3), des prostituées –– πόρναι – (1), une musicienne, des chanteuses – ψάλτρια et μουσουργοί – (3), deux prêtresses – ἱέρειαι – et une prophétesse – προφῆτις – (3) ; d’autre part, un ensemble – beaucoup plus important que le précédent puisqu’il représente 78 % de notre corpus d’anonymes – de femmes, désignées uniquement par leur statut d’ « épouses de » (17), de « filles de » (13), de « mères de » (6), ou simplement par le générique γύνη (22).

6Le sous-corpus des anonymes est ainsi majoritairement constitué de femmes intervenant de manière collective, sans être associées à un autre personnage féminin clairement identifié. Il s’agit essentiellement de femmes libres, désignées de manière générale – « les mères des Romains / τὰς Ῥωµαίων µητέρας » ou « les femmes d’Argos / γυναικῶν Ἀργολίδων ». Pour aller plus loin, il nous faut porter ensuite notre attention sur la structure des récits et mettre en évidence les circonstances dans lesquelles des femmes anonymes apparaissent.

1.2. Les procédés narratifs

  • 11 Voir par exemple le cas particulier du siège d’Élatée par Pélopidas au ive siècle av. J.-C., Polyen (...)
  • 12 La prophétesse de Delphes, par exemple, est directement soudoyée par le législateur Lycurgue qui ch (...)
  • 13 Il s’agit notamment du cas de l’histoire de la musicienne d’Argos, Télésilla, voir Polyen, Viii, 33 (...)
  • 14 Citons l’histoire de la substitution d’Hélène par une servante anonyme lors du passage des vaisseau (...)

7L'analyse des procédés narratifs employés par Polyen pour évoquer ces femmes a révélé quatre cas de figure récurrents. Une première configuration, majoritaire, correspond au scénario suivant : une cité est attaquée et les femmes sont mentionnées soit comme appartenant au groupe des non-combattants, le plus souvent avec les enfants et les vieillards ; soit comme « celles qui restent » pour défendre la cité11. Dans le second cas, des individus isolés apparaissent sans association avec un personnage féminin « nommé » et sont en général assujettis à un homme, sauf exception12. Dans le troisième cas, des anonymes, en tant que groupe, apparaissent aux côtés de femmes « nommées ». Cette configuration semble invariablement servir de faire-valoir au caractère exceptionnel de la femme nommée, notamment dans sa qualité de leader13. La dernière configuration voit intervenir une anonyme seule associée à une femme identifiée, parfois en présence d’un groupe d’anonymes. Il s’agit du cas le plus rare – quatre occurrences – et il est souvent le signe d’un sort funeste pour l’anonyme solitaire, au profit de la femme identifiée14.

8Les histoires ne se déroulent pas toujours en contexte guerrier. Ce point reste néanmoins en cohérence avec la volonté exprimée par l’auteur dans la préface au livre I dans laquelle il précise qu’il s’apprête à livrer des « actes qui relèvent de la tactique militaire (στρατηγίας), contre des ennemis publics ou privés ». Nous remarquons toutefois que les histoires ne mettent pas non plus toujours en scène des « stratagèmes » à proprement parler. Par exemple, lorsque Philippe II de Macédoine chasse deux de ses généraux pour avoir fait entrer une chanteuse dans le camp, il ne s’agit pas d’une manœuvre tactique mais bien d’une leçon de discipline. Les personnages féminins sans nom sont donc convoqués dans des situations diverses, variant du champ de bataille à la leçon de conduite, et leur rôle varie également d’importance. Elles peuvent ainsi être les actrices principales de l’histoire, ou bien apparaître de manière tout à fait anecdotique. Le cas que nous nous proposons à présent de commenter plus en détail appartient à la première catégorie, en effet, les femmes y tiennent une place centrale et ce qu’elles ont accompli ce jour-là est entré dans les mémoires.

2. Un acte de mémoire : les femmes et la cité assiégée

  • 15 Les anonymes actives ne représentent que 25 cas sur 73.

9Dans les Strategika, les anonymes ne jouent pas souvent un rôle actif, ni ne prennent beaucoup d’initiatives15. Elles subissent plutôt l’action des hommes, ou suivent le ton donné par des femmes identifiées. Un contexte semble néanmoins particulièrement propice à l’action et à l’initiative de ces anonymes : le siège de leur cité. Ce cas illustre une configuration particulière du premier scénario évoqué : les femmes restées à l’intérieur de la cité constituent, en tant que groupe homogène, un rempart supplémentaire face à l’ennemi.

2.1. Le cas des femmes d’Argos : une analyse comparée

  • 16 À cet égard, voir notamment Payen, 2004 et Loman, 2004. Sur les liens qui existent entre le féminin (...)

10L’analyse comparative des pratiques discursives des auteurs sollicités permet ici de mettre en évidence les questionnements qui sous-tendent le récit que nous nous proposons d’examiner. Il serait par ailleurs intéressant d’inscrire cette étude dans une réflexion plus large autour des traditions de présentation du rapport entre les femmes et la guerre16.

  • 17 Voir Polyen, Strategika, Viii, 68 (trad. D. G.-A. Lobineau légèrement remaniée).

Πύρρος Ἠπειρώτης ἐνέβαλεν εἰς Ἄργος καλέσαντος αὐτὸν Ἀριστέως Ἀργείου. οἱ μὲν Ἀργεῖοι συνέδραμον ἐς τὴν ἀγορὰν μετὰ τῶν ὅπλων, αἱ δὲ γυναῖκες αὐτῶν προκαταλαβόμεναι τὰ τέγη τοὺς Ἠπειρώτας ἄνωθεν βάλλουσαι ἀναχωρῆσαι βιάζονται, ὥστε καὶ Πύρρος, ὁ δεινότατος τῶν στρατηγῶν, αὐτὸς ἔπεσεν ἐμπεσούσης ἐπὶ τὴν κεφαλὴν αὐτοῦ κεραμίδος. αἱ δὲ Ἀργολίδες μέγιστον κλέος ἐν τοῖς Ἕλλησιν ἤραντο Πύρρου τοῦ πολεμικωτάτου μηδὲ ὑπ᾽ ἀνδρῶν, ἀλλὰ ὑπὸ γυναικῶν Ἀργολίδων πεσόντος17.

Pyrrhos, roi d’Épire, appelé par Aristée l’Argien, entra dans Argos, dans le dessein de s’en rendre maître. Les Argiens se rassemblèrent en armes dans la place publique, et leurs femmes étant montées sur les terrasses des toits, jetaient de là des pierres et des tuiles sur les Épirotes, et les contraignaient à faire retraite. Pyrrhos, ce grand et fameux général, périt en cette rencontre d’un coup de tuile qu’il reçut à la tête. Ce fut une grande gloire, parmi les Grecs, pour les Argiens, que Pyrrhos, un des plus grands guerriers qu’il y ait eu, ait été tué, non pas par les hommes, mais par les femmes argiennes.

  • 18 Ibid., 49.

11Il s’agit ici des circonstances de la mort de Pyrrhus Ier, roi des Molosses du début du iiie siècle av. J.-C. En conflit avec Antigone Gonatas, notamment pour la couronne de Macédoine, il intervient à Sparte en 272 av. J.-C., à la demande d’un prétendant au trône de la cité laconienne, mais surtout afin d’obtenir la mainmise sur le Péloponnèse. Il se heurte cependant à une résistance inattendue – à laquelle participent d’ailleurs les femmes et qui est également rapportée par Polyen18 – et se voit contraint de renoncer. Toutefois, une autre occasion se présente à Argos. Il doit néanmoins, là aussi, composer avec la résistance des habitants. C’est à ce moment que se déroule l’épisode qui nous occupe. Cette histoire apparaît également chez Plutarque et Pausanias :

  • 19 Voir Plutarque, Vie de Pyrrhos, XXXIV, 13 (trad. R. Flacelière et É. Chambry).

ὁ δὲ Πύρρος ἐφορῶν τὸν περιέχοντα χειμῶνα καὶ κλύδωνα, τὴν μὲν στεφάνην, ᾗ διάσημον ἦν τὸ κράνος, ἀφελὼν ἔδωκέ τινι τῶν ἑταίρων, αὐτὸς δὲ τῷ ἵππῳ πεποιθὼς εἴς τοὺς ἑπομένους τῶν πολεμίων ἐνέβαλε, καὶ δόρατι πληγεὶς διὰ τοῦ θώρακος οὐ καιρίαν πληγὴν οὐδὲ μεγάλην ἐπέστρεψε κατὰ τοῦ πατὰξαντος, ὃς ἦν Ἀργεῖος, οὐ τῶν ἐπιφανῶν, ἀλλὰ πενιχρᾶς καὶ πρεσβυτέρας υἱὸς γυναικός. αὕτη τότε θεωμένη τὴν μάχην ὥσπερ αἱ λοιπαὶ γυναῖκες ἀπὸ τοῦ τέγους, ὡς ἐπέγνω συνεστῶτα τῷ Πύρρῳ τὸν υἱόν, ἐκπαθὴς γενομένη πρὸς τὸν κίνδυνον, ἄρασα κεραμίδα ταῖς χερσὶν ἀμφοτέραις ἀφῆκεν ἐπὶ τὸν Πύρρον. ἐμπεσούσης δὲ τῇ κεφαλῇ κατὰ τοῦ κράνους, καὶ τῶν σφονδύλων πρὸς τὴν βάσιν τοῦ τραχήλου συντριβέντων19 (...)

Pyrrhos, se voyant au centre d’une autre tempête et de flots déchaînés, enleva le diadème, signe distinctif de son casque et le remit à l’un de ses compagnons, puis, se fiant à son cheval, il s’élança sur ceux des ennemis qui le poursuivaient. Frappé à la poitrine d’un coup de lance, qui ne lui fit qu’une blessure légère et superficielle, il se retourna contre son agresseur. C’était un Argien, non pas de haute naissance, mais le fils d’une vieille femme pauvre. Celle-ci, regardant le combat, comme les autres femmes, du haut de son toit, reconnut son fils aux prises avec Pyrrhos. Hors d’elle-même à la vue du danger, elle saisit une tuile à deux mains et la lança sur le roi. La tuile lui tomba sur la tête au bas du casque et brisa les vertèbres à la base du cou (...)

  • 20 Voir Pausanias, Description de la Grèce, I, 13, 78 (trad. J. Pouilloux).

Μέλλοντος δὲ Ἀντιγόνου τὸν στρατὸν ἐξ Ἄργους ἐς τὴν Λακωνικὴν ἄγειν, αὐτὸς ἐς τὸ Ἄργος ἐληλύθει Πύρρος· κρατῶν δὲ καὶ τότε συνεσπίπτει τοῖς φεύγουσιν ἐς τὴν πόλιν, καί οἱ διαλύεται κατὰ τὸ εἰκὸς ἡ τάξις. Μαχομένων δὲ πρὸς ἱεροῖς ἤδη καὶ οἰκίαις καὶ κατὰ τοὺς στενωποὺς καὶ κατ᾽ ἄλλο ἄλλων τῆς πόλεως, ἐνταῦθα ὁ Πύρρος ἐμονώθη, καὶ τιτρώσκεται τὴν κεφαλήν. κεράμῳ δὲ βληθέντα ὑπὸ γυναικὸς τεθνάναι φασὶ Πύρρον· Ἀργεῖοι δὲ οὐ γυναῖκα τὴν ἀποκτείνασαν, Δήμητρα δέ φασιν εἶναι γυναικὶ εἰκασμένην. Ταῦτα ἐς τὴν Πύρρου τελευτὴν αὐτοὶ λέγουσιν Ἀργεῖοι καὶ ὁ τῶν ἐπιχωρίων ἐξηγητὴς Λυκέας ἐν ἔπεσιν εἴρηκε· καί σφισιν ἔστι τοῦ θεοῦ χρήσαντος, ἔνθα ὁ Πύρρος ἐτελεύτησεν, ἱερὸν Δήμητρος20.

Comme Antigone se préparait à mener son armée d’Argos en Laconie, Pyrrhos était déjà arrivé à Argos. Il remporte un nouveau succès et poursuit les fuyards jusque dans la ville ; là, logiquement, l’ordre des troupes se disloque. On combattait désormais près des sanctuaires, près des maisons, dans les ruelles, un peu partout dans la ville. Pyrrhos alors se trouva isolé et le voilà blessé à la tête. C’est, dit-on, une tuile lancée par une femme qui le tua. Les Argiens, eux, prétendent que la meurtrière n’était pas une femme, mais Déméter qui avait pris l’apparence d’une femme. Voilà ce que disent les Argiens pour la mort de Pyrrhos, ce qu’a dit aussi dans un poème épique Likéas, l’interprète des traditions locales. Et chez eux, en vertu d’un oracle du dieu, l’endroit où Pyrrhos trouva la mort est consacré à Déméter.

  • 21 Voir Plutarque, Vie de Pyrrhos, XXXIV, 2.
  • 22 Voir Pausanias, Description de la Grèce, I, 13, 8 : « C’est, dit-on, une tuile lancée par une femme (...)

12Si nous reprenons les événements en respectant la chronologie des auteurs, nous obtenons les trois déroulés sensiblement différents. Avec Plutarque, la guerre entre dans la cité et les femmes apparaissent comme de simples spectatrices. Parmi elles, cependant, une vieille femme tente désespérément – ἐκπαθὴς γενομένη21 – de sauver son fils en lançant une tuile ; mais si elle heurte le chef du roi, elle ne le tue pas et il est achevé par un homme. Chez Pausanias, le combat est également porté à l’intérieur des murs ; mais, nonobstant son prédécesseur, l’auteur fait de la tuile la cause immédiate de la mort de Pyrrhus. L’exceptionnalité de l’acte de la femme inconnue est soulignée par le soupçon d’une intervention divine nourri, semblerait-il, par les Argiens eux-mêmes22. L’histoire se mue alors en un récit étiologique expliquant la présence d’un temple de Déméter à Argos. Enfin, dans la version de Polyen, Pyrrhus entre dans Argos. Alors que les hommes se préparent à riposter, les femmes prennent les devants pour défendre la cité et repoussent l’ennemi seules. Pyrrhus, malgré toute son habileté à la guerre, est tué par une tuile, la figure individuelle féminine – anonyme déjà – présente chez Plutarque et Pausanias disparaît et les Argiennes sont collectivement reconnues – « μέγιστον κλέος » – parmi les Grecs pour cet exploit.

13Au fil des versions, les femmes d’Argos, de spectatrices que même l’action décisive ne parvient pas à faire sortir d’un rôle traditionnel – celle qui lance la tuile chez Plutarque agit par amour maternel, l’action relève de la panique et n’a pas raison de Pyrrhus – sont érigées en défenseuses de la cité, au même titre que les hommes et même devant eux, puisque leur action précède, voire rend inutile, celle des hommes. Ces femmes, qui sont désignées dans le texte de Polyen par le générique γυνή – « γυναῖκες » ou encore « γυναικῶν Ἀργολίδων » – appartiennent à la catégorie des πολῖται qui désigne les habitants de la cité, hommes et femmes confondus. Mais, au-delà, en prenant part à la défense de la cité, elles honorent le premier devoir des citoyens : elles sont, à ce moment, des citoyennes au même titre que les hommes. À Argos, l’acte isolé d’une mère désespérée se mue en mouvement collectif délibéré ayant pour but de sauver la cité dans son entier. La gloire que ces citoyennes gagnent dépasse largement, selon Polyen, les murs d’Argos.

2.2. Le travail de mémoire par la transmission

  • 23 Voir Assmann, 2010, p. 38.
  • 24 Le texte donne « πάτριον » qui indique le caractère héréditaire de cette compétence.
  • 25 Pour E. L. Wheeler, il s’agit d’une manœuvre assez évidente visant à évoquer les enseignements stoï (...)
  • 26 Voir Polyen, Strategika, I, Préface, 13. Le texte donne ici « ἱστορίας » en opposition avec « τραγῳ (...)

14La mémoire collective opère dans deux directions, vers le passé qu’elle tâche de reconstruire, vers le présent et l’avenir dans lesquels elle constitue le socle de la notion d’expérience23. Par sa démarche, Polyen fait un travail de mémoire. Nous avons évoqué sa revendication d’un héritage macédonien, comme si l’aptitude à l’emporter sur les Barbares se transmettait, par le sang, à tous les membres d’un même peuple24. Polyen se livre ensuite à une « archéologie » du stratagème, en prenant comme référence Homère et comme modèle son héros aux mille ruses, Ulysse25. Il se réclame ainsi d’une tradition très ancienne, tout en prenant ses distances avec ce qu’ont pu raconter les tragédies à partir du canevas homérique. Lui, écrit-il, a « choisi dans l’histoire26 » les événements qu’il a rapportés. L’emploi du verbe ἐκλέγω exprime le choix délibéré fait par l’auteur et relève, là aussi, d’un travail de mémoire. En l’espèce, ses choix sont révélateurs de ce qu’il considère comme une ruse intelligente, digne d’être consignée et susceptible de servir de modèle en contexte guerrier, même si son origine est de l’ordre du privé.

  • 27 L’hypothèse selon laquelle cette histoire ne proviendrait pas d’une autre source mais serait bien l (...)

15Par ailleurs, Polyen est un compilateur. En tant que tel, son œuvre nous donne un aperçu des histoires qui circulaient de son temps, mais, plus précisément, des versions disponibles. L’un des intérêts de l’étude des Strategika réside dans l’analyse que nous pouvons tirer de la version qu’il choisit de raconter. Concernant l’histoire des femmes d’Argos, il est évidemment toujours possible que Polyen ait eu accès à une source différente qui ne nous serait pas parvenue. Néanmoins, la majeure partie de l’histoire peut-être comprise comme un résumé altéré de la version de Plutarque. Or Polyen est coutumier du procédé et n’hésite pas à altérer les versions de ses sources pour servir son propos, produisant ainsi sa propre version, sa propre mémoire des événements27.

16Nous pensons avec J. Assmann que la mémoire collective se maintient par la communication, et par extension, par la transmission. Cette journée des tuiles a ainsi fait entrer les Argiennes, en tant que groupe de femmes anonymes, dans l’histoire : il s’agit d’un récit qui s’est transmis jusqu’à atteindre la forme que lui donne Polyen. Ce dernier a estimé que parmi les histoires dont il disposait, celle-ci pouvait servir de leçon, probablement autant aux assiégés qu’aux assiégeants. Mais il a choisi d’en donner une version qui insiste sur la collectivité. Chez Polyen, les traces que laissent les femmes anonymes passent ainsi majoritairement – mais pas uniquement – par l’action collective. Elles laissent derrière elles éventuellement une fonction, mais le plus souvent un statut familial qui permet de les situer par rapport aux éléments masculins des histoires dans lesquelles elles apparaissent. Toutefois, leur action n’est pas nécessairement subordonnée à celle des hommes, nous l’avons vu avec notre exemple argien. Lorsque cette action s’inscrit dans un contexte miliaire, elle prend souvent la forme de la guerre défensive. À l’image des Argiennes, ce sont des πολῖται, qui se soulèvent et leur rôle se confond avec celui de tous les citoyens. Il semble que, dans les Strategika, défendre la cité soit bel et bien l’affaire de tous. Ainsi, bien que « νώνυμνοι », ces femmes laissent une trace dans la mémoire collective, en particulier lorsque l’intégrité de la cité est menacée. Terminons donc cet exposé sur une pensée : si ces femmes assiégées dans leur propre cité ne sont pas nommées, peut-être est-ce parce qu’à ce moment précis, devenant la métaphore de leur cité qui risque, comme elles, de tomber aux mains de l’ennemi, elles s’appellent toutes et chacune Sparte, Thèbes ou Argos.

Haut de page

Bibliographie

Assmann, J., 2010, La Mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Paris.

Carrière, J.-C., 1986, Les démons, les héros et les rois de la cité de fer. Les ambiguïtés de la justice dans le mythe hésiodique des races et la naissance de la cité, dans Les grandes figures religieuses. Fonctionnement pratique et symbolique dans l’Antiquité (Besançon 25-26 avril 1984), Paris, p. 193-261.

Krentz, P. et Wheeler, E. L., 1994, Polyaenus. Stratagems of War, Chicago.

Loman, P., 2004, No woman, no War : women’s participation in ancient Greek Warfare, G&R, 51, p. 34-54.

Lobineau, D. G.-A., 1840, Polyen. Ruses de guerre, Anselin.

Loraux, N., 1981, L’Invention d’Athènes. Histoire de l’oraison funèbre dans la « cité classique », Paris-La Haye-New York (2e éd. 1993).

Loraux, N., 1990, Les expériences de Tirésias : le féminin et l’homme grec, Paris.

Melber, J., 1885, Über die Quellen und den Wert der Strategemensammlung Polyäns. Ein Beitrag zur griechischen Historiographie, JClPh, Suppl. XIV, p. 417-688.

Payen, P., 2004, Femmes, armées civiques et fonction de combattantes en Grèce ancienne (viiieive siècle avant J.-C.), CLIO , 20, p. 15-41.

Phillips, R. J., 1972, Summaries of Dissertations for the Degree of Ph. D. : Sources and methods of Polyaenus, HSPh, 76, p. 297-298.

Prokoph, F. M., 2010, Vitam narrare à la romaine. L’intérêt biographique et son passage de l’oral républicain à l’écrit impérial, dans Y. Perrin (éd.), Neronia Viii. Bibliothèques, livres et culture écrite dans l’empire romain de César à Hadrien, Bruxelles, p. 273-289.

Schmitt-Pantel, P., 1994, Autour d’une anthropologie des sexes. À propos de la femme sans nom d’Ischomaque, Mètis, 9, p. 299-305.

Haut de page

Notes

1 Voir Schmitt-Pantel, 1994, p. 300.

2 Ibid.

3 Notons que dans sa préface, Polyen légitime son entreprise en se réclamant d’ascendance macédonienne, ayant « hérité la capacité à dominer les Perses à la guerre ». Les premières lignes de la préface au livre I insistent sur cet héritage macédonien : Polyen appartient à la « race » d’Alexandre, et en tant que tel il peut se permettre de conseiller les empereurs contre un ennemi que les Grecs ont déjà vaincu. Polyen a su exploiter le Zeitgeist : en se présentant comme un Macédonien à une époque où le personnage d’Alexandre le Grand connait une grande popularité, il s’assure un certain enthousiasme. Il va même plus loin en qualifiant son traité de « guide vers le savoir militaire », alors qu’Alexandre évoquait l’Iliade comme son « guide vers l’excellence militaire ». Ses Strategika pourraient alors s’ériger en manuel pour les « nouveaux Alexandre ». Voir Polyen, Strategika, I, Préface, 1-2.

4 Nous rencontrons tour à tour des Grecs, des Perses ou encore des Romains, pour ne citer que quelques exemples.

5 Voir Hésiode, Les Travaux et les Jours, v. 154.

6 Voir Carrière, 1986, p. 203.

7 Sur le sujet voir Loraux, 1981.

8 L’orateur évoque d’abord la vie du défunt avant de célébrer les hauts-faits de ses ancêtres dont les masques funéraires sont portés en procession lors des funérailles et se tiennent à ses côtés sur le Forum. À propos de la laudatio funebris, voir Prokoph, 2010, p. 275-283.

9 À propos des sources de Polyen voir Melber, 1885, p. 417-688 ; Phillips, 1972, p. 297-298 et l’introduction à la traduction américaine des Strategika dans Krentz et Wheeler, 1994, p. xvxvi.

10 Nous entendons par « références féminines » des personnages féminins qui interviennent dans les histoires de Polyen, mais en tenant compte de leur rôle narratif : une esclave travestie en reine correspond à une référence, mais un groupe de femmes qui subissent ou initient une seule et même action de manière simultanée – et que l’auteur désigne par « les femmes » ou « les courtisanes », par exemple – correspond également à une seule référence.

11 Voir par exemple le cas particulier du siège d’Élatée par Pélopidas au ive siècle av. J.-C., Polyen, Strategika, Vii, 30. La population sert alors de rempart à la cité. Devant les portes sont placés les soldats d’Élatée devant les plus âgés, derrières ceux-là les femmes et enfin les enfants. On observe une gradation dans l’importance que représente chaque catégorie pour la cité : les soldats sont la défense normale de la cité, les vieillards sont directement derrière eux – d’eux ne peut plus renaître la cité, contrairement aux femmes et aux enfants qui suivent.

12 La prophétesse de Delphes, par exemple, est directement soudoyée par le législateur Lycurgue qui cherche à légitimer ses lois, voir Polyen, Strategika, I, 16.

13 Il s’agit notamment du cas de l’histoire de la musicienne d’Argos, Télésilla, voir Polyen, Viii, 33. Armant toutes les femmes d’Argos pour défendre la cité contre le siège du roi de Sparte Cléomène, Télésilla s’impose au lecteur comme une figure de commandement. Nous pouvons également citer l’histoire plus connue de Clélia et des jeunes filles romaines, voir Polyen, Strategika, Viii, 31.

14 Citons l’histoire de la substitution d’Hélène par une servante anonyme lors du passage des vaisseaux de Ménélas par Rhodes, après la guerre de Troie, voir Polyen, Strategika, I, 13. L’infortunée anonyme est alors assassinée par la veuve de Tlépolème, mort à Troie, qui croit se venger d’Hélène.

15 Les anonymes actives ne représentent que 25 cas sur 73.

16 À cet égard, voir notamment Payen, 2004 et Loman, 2004. Sur les liens qui existent entre le féminin et la guerre, voir Loraux, 1990, p. 142-170.

17 Voir Polyen, Strategika, Viii, 68 (trad. D. G.-A. Lobineau légèrement remaniée).

18 Ibid., 49.

19 Voir Plutarque, Vie de Pyrrhos, XXXIV, 13 (trad. R. Flacelière et É. Chambry).

20 Voir Pausanias, Description de la Grèce, I, 13, 78 (trad. J. Pouilloux).

21 Voir Plutarque, Vie de Pyrrhos, XXXIV, 2.

22 Voir Pausanias, Description de la Grèce, I, 13, 8 : « C’est, dit-on, une tuile lancée par une femme qui le tua. Les Argiens, eux, prétendent que la meurtrière n’était pas une femme, mais Déméter qui avait pris l’apparence d’une femme ».

23 Voir Assmann, 2010, p. 38.

24 Le texte donne « πάτριον » qui indique le caractère héréditaire de cette compétence.

25 Pour E. L. Wheeler, il s’agit d’une manœuvre assez évidente visant à évoquer les enseignements stoïciens reçus par les empereurs, dans leur jeune âge, auprès de savants bithyniens. L’école du Portique voyait en effet en Ulysse le général idéal. Voir Krentz et Wheeler, 1994, p. xii.

26 Voir Polyen, Strategika, I, Préface, 13. Le texte donne ici « ἱστορίας » en opposition avec « τραγῳδῶν ».

27 L’hypothèse selon laquelle cette histoire ne proviendrait pas d’une autre source mais serait bien le résultat d’une altération de celle de Plutarque nous semble dès lors très possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandya Sistac, « Illustres inconnues : l’anonymat et la mémoire collective chez Polyen (iie siècle ap. J.-C.) », Pallas, 99 | 2015, 101-109.

Référence électronique

Sandya Sistac, « Illustres inconnues : l’anonymat et la mémoire collective chez Polyen (iie siècle ap. J.-C.) », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3031 ; DOI : 10.4000/pallas.3031

Haut de page

Auteur

Sandya Sistac

Master 2 Sciences de l’Antiquité
Université Toulouse - Jean Jaurès
sandyasistac@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org