Navigation – Plan du site
Laisser son nom : femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes

Agrippine l’Aînée ou le paradoxe. Les femmes de la domus Augusta et le pouvoir dans les Annales de Tacite (livres I à IV)

The Paradox of Agrippina Maior. Women of the domus Augusta and power in Tacitus’ Annales (books I to IV)
Adeline Adam
p. 111-131

Résumés

De nos jours, Agrippine la Jeune est la femme appartenant à la dynastie julio-claudienne la plus célèbre, à cause de sa réputation de mère incestueuse et de femme cruelle et avide de pouvoir. Mais une autre femme de cette famille a eu une réelle influence. Agrippine l’Aînée a influencé le destin de l’Empire romain, et contrairement à sa fille, les historiens romains en ont tracé un portrait flatteur. Nous pourrions retracer sa vie en partant de différents types de documents (monnaies, sculptures, inscriptions), mais il semble tout aussi intéressant d’analyser la façon dont Tacite construit son portrait dans les Annales : cela nous permet de comprendre quelle place une femme pouvait atteindre dans la sphère politique et quelles représentations étaient attachées aux actions des femmes dans un domaine habituellement masculin. Alors qu’une rébellion se prépare parmi les soldats, Agrippine les empêche de déserter. Tacite, un historien attaché aux valeurs traditionnelles, montre sous un jour positif la façon dont elle a exercé un véritable pouvoir auprès des soldats alors que le personnage de Tibère pointe l’écart entre son comportement et celui qui est attendu d’une épouse de sénateur. La dissonance entre la voix de Tacite et celle de Tibère permet au personnage d’Agrippine de gagner en complexité et en portée politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple, Néron et Agrippine, réalisé par M. Caserini et sorti en 1913 ou encore Mio figlio Nero (...)
  • 2 Voir Galtier, 2004 ; Croisille, 1994 ; Barrett, 1999.

1Le nom d’Agrippine a un fort pouvoir d’évocation de nos jours. Il renvoie à une figure de femme ayant joué un rôle majeur et controversé sous l’Empire romain. Il est indissociable du nom de Néron, deuxième moitié d’un couple légendaire qui fit les délices des amateurs de péplum tout au long du xxe siècle1. Agrippine la Jeune a suscité de nombreuses recherches2, notamment du point de vue de l’histoire du genre, l’ouvrage de Judith Ginsburg, Representing Agrippina, paru en 2006, constituant le point d’orgue de ces travaux.

  • 3 Trillmich, 1978, p. 181-182. Voir RIC I, 42, p. 118 (sesterce frappé à Rome sous Caligula).
  • 4 RIC I, 16 et 19, p. 116 : aureus frappé à Rome sous Caligula (40) portant les inscriptions Caius Ca (...)

2Agrippine l’Aînée, petite-fille d’Auguste, épouse de Germanicus et mère de la célèbre Agrippine la Jeune, est moins présente dans les documents antiques qui nous sont parvenus et dans les mémoires contemporaines. Elle joua pourtant un rôle exceptionnel sous l’Empire. Sur les monnaies, le nom d’Agrippine l’Aînée associé au symbole du carpentum permet à Caligula d’exprimer sa piété filiale grâce à un programme monétaire où il délaisse la figure idéalisée de Germanicus pour construire une légitimité grâce au nom de sa mère3. Elle est aussi la première membre de la famille impériale dont l’image apparaît sur une monnaie identifiée par une légende : d’un côté Gaius (Caligula) et de l’autre Agrippina, afin de marquer le lien de filiation et de construire une idéologie de la filiation julienne grâce à Agrippine, petite-fille d’Auguste4.

  • 5 Wood, 1988, p. 409.
  • 6 La date de composition des Annales par Tacite se situe entre 110 et 120 de n. è.

3Les conditions de vie des femmes de la famille impériale, ainsi que les possibilités en terme d’influence politique qui s’offrent à elles, ne sont pas représentatives de celles des femmes du milieu sénatorial et encore moins de celles des femmes des autres couches de la société. Cette étude permet cependant d’examiner un aspect des relations de genre dans la société romaine, dans la mesure où leur image publique est conditionnée en grande partie par leurs relations de parenté avec l’empereur5. Elles apparaissent en tant qu’ancêtres auxquelles il est manifesté de la piété, ou en tant qu’épouses dont on loue la fécondité et les vertus. Agrippine l’Aînée, dans les Annales de Tacite, est décrite en ces termes ; mais ce portrait lisse se complexifie à mesure que les personnages des Annales perçoivent et commentent ses actions, et que les différentes voix des Annales se répondent6. Agrippine est-elle un personnage modèle ou bien est-elle une femme qui transgresse des normes de genre et qui doit être mise sous contrôle ? Il est nécessaire d’étudier la façon dont Agrippine est caractérisée par sa place dans la famille impériale ; il convient ensuite d’étudier la façon dont son comportement, dans les Annales de Tacite, entre en conflit avec la façon dont Tibère exerce le pouvoir afin, dans un dernier temps, de comprendre en quoi la construction de la figure d’Agrippine par Tacite permet à ce dernier de valoriser des comportements politiques permettant de contester le pouvoir tyrannique de Tibère.

1. Les références à Agrippine l’Aînée dans les Annales, de l’exemplum à l’invective

  • 7 Sa présence dans les Vies des Césars de Suétone se réduit à deux rubriques (Caligula, 7 et Tibère, (...)
  • 8 Je développe dans cet article des conclusions avancées le 1er mars 2008 lors d’une communication pr (...)

4Agrippine n’est dépeinte en action que dans les Annales de Tacite7, qui constituent donc la source principale pour appréhender cette figure autrement que par le biais des discours officiels diffusés par les inscriptions et les monnaies. Elle y est présentée à la fois de façon conventionnelle dans son rôle d’épouse et de mère modèle, mais elle se situe aussi à la limite du comportement attendu d’une matrone et d’une membre de la famille impériale8.

1.1. Un portrait au diapason du discours officiel

5Dans les livres I et II de ses Annales, Tacite trace le portrait d’une épouse modèle : conciliante et féconde, elle forme avec Germanicus un couple princier idéal que les opposants à Tibère aimeraient voir accéder à la tête de l’Empire.

1.1.1. Agrippine et Germanicus, une union idéale

  • 9 Neptem eius Agrippinam in matrimonio pluresque ex ea liberos habebat (Tac., Annales, I, 33, 2).
  • 10 Tac., Annales, 1, 41 ; 2, 43.
  • 11 Tac., Annales, I, 33, 3.
  • 12 Tac., Annales, IV, 57.

6Dès sa première apparition, Agrippine est caractérisée par son mariage avec Germanicus et par sa fécondité: « Il avait épousé la petite-fille [d’Auguste], Agrippine, et avait eu plusieurs enfants d’elle »9. C’est donc subordonnée au portrait de Germanicus qu’elle fait son entrée dans les Annales, entourée des attributs attendus d’une épouse. Sa fécondité est à nouveau mentionnée à deux reprises10 et elle lui permet de surpasser ses consœurs dans son rôle d’épouse. En effet, lorsque sont comparés les mérites de Germanicus et de Drusus, fils de Tibère, la fécondité exceptionnelle d’Agrippine qui l’emporte sur celle de Livie, femme de Drusus, est un atout supplémentaire pour Germanicus. Agrippine lui donne en effet trois fils, nés entre 6 et 12 de n. è. : Néron, Drusus et Gaius, futur Caligula. Germanicus lui aussi est dépeint dans les termes les plus favorables, Tacite lui attribuant des qualités qui font défaut à Tibère : « il jouissait d’un esprit bienveillant, d’une affabilité étonnante et qui détonnait avec Tibère, dont le langage et le visage étaient arrogants et obscurs »11. La préférence d’Auguste va, d’après Tacite, à Germanicus plutôt qu’à Tibère, mais les interventions de Livie, troisième épouse d’Auguste et mère de Tibère, lui permettent de placer son fils en première ligne pour la succession impériale12.

  • 13 […] castitate et mariti amore quamuis indomitum animum in bonum vertebat (Tac., Annales, I, 33, 4).
  • 14 Veyne, 1978, p. 37. De nombreuses études existent à propos de cette nouvelle morale conjugale, et l (...)
  • 15 Lebek, 1999, p. 189. Agrippinae quam senatui memoriam Diui Aug., cui fuisset probatissuma, et uiri (...)
  • 16 Brown, 1995, p. 303.
  • 17 Les portraits de Germanicus et d’Agrippine sont plus élaborés et moins lisses qu’ils n’apparaissent (...)

7A ces données s’ajoute le lien matrimonial exemplaire qui unit Germanicus et Agrippine : « bien qu’indomptable, son esprit était tourné vers le bien par sa pureté de mœurs et l’amour qu’elle portait à son mari »13. Ces remarques font de cette union l’illustration parfaite de la nouvelle morale conjugale : l’obéissance n’est plus alors perçue comme induite par le mariage, mais elle y est dite naturelle, car les unions sont censées reposer sur l’entente entre les époux14. L’entente que Tacite décrit donne à voir un amour capable d’apaiser l’esprit ardent d’Agrippine : ce tableau laisse plus de place à un lien affectif tel qu’il est conçu dans le cadre de cette nouvelle morale que ne le fait le sénatus-consulte de Pison, voté après la mort de Germanicus, et donc antérieur d’une centaine d’années aux Annales : « Agrippine, que le souvenir du divin Auguste, auquel elle avait été très fidèle, et le souvenir de son époux Germanicus, avec qui elle avait vécu dans une entente remarquable, et les si nombreux gages qu’elle avait donnés par la très heureuse mise au monde des enfants qui vécurent, recommandait au Sénat »15. Ce document signale cependant de la part d’Agrippine un esprit de conciliation correspondant à la concordia, élément qui dépasse l’entente mutuelle ainsi que la notion fonctionnelle de societas16. Ces deux témoignages font donc d’eux un couple impérial potentiel exemplaire17.

1.1.2. Petite-fille d’Auguste

  • 18 Voir Moreau, 2005, p. 23 «Les traits spécifiques à la domus Augusta doivent être rapportés à son ca (...)

8La lignée prestigieuse d’Agrippine contribue aussi à faire d’elle un personnage modèle. C’est pour cette raison qu’au chapitre 69 du livre I, Tacite la qualifie de femina nobilitate princeps : elle fait partie des aristocrates les plus éminentes de Rome, car elle appartient à la domus Augusta18. Le rôle politique d’Agrippine dépend donc avant tout de sa position au sein de la domus Augusta et de l’utilisation que l’empereur fait d’elle : comme toutes les femmes appartenant à cette entité originale, Auguste l’utilise pour former des parentés et des alliances.

  • 19 Tac., Annales, iii, 4.
  • 20 […] decus patriae, solum Augusti sanguinem, unicum antiquitatis specimen appellarent (Tac., Annales(...)
  • 21 […] se imaginem ueram, caelesti sanguine ortam (Tac., Annales, IV, 52).
  • 22 L’expression domus Augusta apparaît pour la première fois en 13 de n. è. chez Ovide dans les Pontiq (...)
  • 23 Livia est la petite-fille de son épouse Livie et Drusus est son cousin patrilatéral.
  • 24 Corbier, 1994, p. 262.
  • 25 Shotter, 2000, p. 341 et 343.
  • 26 C’est la potestas du père qui motive le principe de la descendance et c’est pour cela que les fils (...)
  • 27 Dans la Rome républicaine et la Rome impériale, le sang est considéré comme se transmettant par les (...)
  • 28 Je remercie Marine Chabrol et Philippe Moreau pour leur aide précieuse concernant ce passage ; leur (...)

9Au sein de cette domus, elle tient une position particulière du fait de son ascendance : fille de Julia et de Marcus Agrippa, elle est la petite-fille d’Auguste par sa mère. Dans les Annales, les références à cette ascendance prestigieuse permettent à Agrippine de représenter l’incarnation idéale des vertus et des mœurs antiques (unicum antiquitatis specimen)19. L’emploi du terme sanguis, dans des propos rapportés d’Agrippine et de la foule, cristallise les rivalités politiques entre Tibère et Agrippine, dues à la position de cette dernière dans la descendance d’Auguste. Lorsque la foule, en 20 de n. è., appelle Agrippine « honneur de la patrie, seul sang d’Auguste, unique modèle d’autrefois »20, et qu’Agrippine se présente comme la « véritable image » d’Auguste, « issue de son sang céleste »21, c’est le jeu des modes de filiation à l’intérieur de la domus Augusta, qui commandent à la succession de l’Empire, qui est remis en cause. En effet, en 13 de n. è., Tibère a épousé Julia, mère d’Agrippine l’Aînée, et les frères d’Agrippine ont été adoptés par Auguste afin de lui succéder. Ceux-ci meurent en 2 et en 4 de n. è. et Agrippa Postumus, troisième frère d’Agrippine est alors adopté par Auguste en même temps que Tibère. Ce dernier doit adopter Germanicus, qui passe ainsi devant Drusus, fils de Tibère dans la succession à l’Empire. Auguste reconstruit ainsi une familia autour de lui, également dénommée domus Augusta22 : il organise le mariage d’Agrippine et de Germanicus ainsi que celui de Livie et de Drusus II23 et constitue donc deux branches juliennes destinées à créer des pronepotes24. Il est clair qu’Auguste voit la continuation de la lignée julienne en Germanicus et Agrippine25. L’adoption de Tibère par Auguste le fait entrer sous la potestas de celui-ci et en fait son consanguin26. Utiliser l’expression solus sanguis pour signifier la position supérieure d’Agrippine dans cette domus centrée autour d’Auguste, alors qu’en plus d’être l’épouse de Germanicus, fils de Tibère, elle est la petite-fille d’Auguste en filiation matrilinéaire27, c’est préférer à la filiation par exercice de la potestas la filiation par le sanguis, qui, dans cette configuration, favorise Agrippine28.

10Ces éléments, nécessaires à l’élaboration d’une figure valorisée, sont d’autant plus indispensables que la figure d’Agrippine l’Aînée est complexe. En effet, dans les Annales, en plus des critères d’évaluation qui participent d’un propos commun avec d’autres types de discours, le récit de certains comportements adoptés par Agrippine dessine des valeurs tacitéennes liées à l’exercice du pouvoir. Ces comportements sont évalués par Tacite et par les personnages à qui Tacite donne la parole.

1.2. Agrippine dans les discours prêtés par Tacite à Tibère

1.2.1. Rhétorique de la dénomination et élaboration des portraits

11Le chapitre 69 du livre I contient un condensé des éléments constitutifs de la relation entre Agrippine et Tibère tels qu’ils sont déployés dans la suite des livres consacrés au règne de Tibère. Dans un moment de crise, Agrippine l’Aînée, épouse du général Germanicus alors absent, intervient auprès des soldats romains envoyés en Germanie et empêche une déroute militaire. Tacite rapporte l’événement en des termes louangeurs, puis un discours indirect libre permet de découvrir l’opinion de Tibère quant à cette intervention. Enfin, au terme du chapitre, il apparaît que c’est Séjan, préfet du prétoire et conseiller de Tibère, qui sème les graines de la crainte et de la jalousie dans l’esprit de l’empereur.

  • 29 Tacite (Annales, livres I à VI) et Suétone (Vie d’Auguste, Vie de Tibère et Vie de Caligula) sont l (...)

12L’empereur, dont les propos sont rapportés dans un discours indirect libre, nomme Agrippine mulier tandis que Tacite la nomme femina ingens animi, « femme d’un courage extraordinaire », dans la narration qui précède : l’emploi du terme mulier pose une difficulté dont il convient de se défaire en analysant les emplois des termes mulier et femina dans les Annales. En effet, l’emploi de deux termes différents pour désigner Agrippine permet de distinguer ces niveaux distincts de la narration par un vocabulaire qui leur est spécifique. Cela permet aussi d’introduire une dissonance entre les propos de Tibère et le reste du récit de l’épisode, et d’établir ainsi une rhétorique de la dénomination qui traduit l’antagonisme entre Tibère29 et Agrippine.

  • 30 En effet, le vocabulaire et le style employés dans les discours diffèrent de ceux employés dans la (...)
  • 31 Dangel, 1989, p. 294.

13Les actions et le caractère d’Agrippine l’Ancienne sont révélés non seulement par le récit des événements et des interactions avec les autres personnages, mais aussi par les discours tenus sur elle par ces autres personnages, comme c’est le cas pour certaines figures de l’historiographie annalistique. Tacite insère dans les Annales de nombreux discours indirects, libres ou non : ceux-ci servent autant à caractériser le personnage à qui ils sont attribués que le font les discours directs. Même si Tacite a à sa disposition des sources comme les acta senatus et des recueils de discours d’empereurs, il ne retranscrit pas tels quels les propos tenus, il les réélabore. Les historiens ne rapportent jamais des morceaux d’éloquences originaux et ces discours sont donc des compositions libres qui suivent des règles de style : éthopée mais aussi adaptation du style à l’ensemble de l’œuvre30. Chez Tacite, c’est dans la dissonance entre les différents points de vue que les personnages prennent de l’épaisseur : il s’agit alors de révéler le caractère de celui qui parle autant que de ceux dont il parle. L’usage répétitif de l’oratio obliqua en ce qui concerne Tibère31 permet de consolider l’élaboration d’une figure impériale marquée par la dissimulation et qui use de stratagèmes pour briser Agrippine. A cela s’ajoute la façon dont Tibère la dénomme et qui traduit son hostilité vis-à-vis de cette ennemie politique.

  • 32 Le Gaffiot indique que femina peut se traduire par « femelle » tandis que mulier peut faire référen (...)
  • 33 Cum primoribus feminis, (Tac., Annales, ii, 29) ; femina, nobilitate princeps, (Tac., Annales, ii, (...)
  • 34 Pour un exemple comparable, voir Tac. Annales, IV, 16 : incuriam uirorum feminarumque.

14L’utilisation des termes mulier et femina est régie par des règles de composition propres aux Annales. Une analyse des occurrences dans les livres I à IV montre que ces deux termes renvoient à des représentations différentes, qui sont propres à l’œuvre de Tacite32. L’usage du terme femina est plus répandu que celui du terme mulier dans les livres consacrés au règne de Tibère : il apparaît quinze fois alors que mulier n’est présent que deux fois. Cela s’explique par le fait que mulier n’est utilisé que dans des propos rapportés, alors que femina est utilisé dans le récit de façon habituelle : seules les épithètes qui lui sont attachées permettent de juger de son usage valorisant ou non. Il peut être accompagné d’un comparatif de supériorité, et désigne souvent les femmes appartenant à des familles de haut rang33. Femina peut donc désigner les femmes appartenant aux grandes familles de Rome, alors que mulier n’est jamais utilisé avec inluster, clarus ou primoris. Dans le récit, femina ne renvoie pas à une partition strictement biologique, même dans des formules telles que viri feminaeque. En effet, les ensembles ainsi construits sont des groupes sociaux et non la somme de tous les être humains vivant à Rome. Au chapitre 24 du livre iii par exemple, il s’agit de déplorer les nombreux adultères répandus chez les hommes et les femmes : la partition entre individus de sexe masculin et ceux de sexe féminin est claire, mais elle n’est pas première puisque seuls les citoyens jouissant du conubium peuvent se marier. La coordination des termes uir et femina construit donc un groupe social à l’intérieur duquel la partition biologique n’est que secondaire34.

  • 35 Et pauca feminarum necessitatibus concedi [...] nec ullum in eo pacis impedimentum. « Peu était con (...)

15Au chapitre 33 du livre iii, Severus Caecina prononce un discours au Sénat ; son objectif est de convaincre les sénateurs d’interdire aux épouses des gouverneurs de les suivre dans les provinces. Tacite fait employer les deux termes, mulier et femina, à Caecina, selon une économie traduisant deux représentations des femmes de l’aristocratie exclusives l’une de l’autre. Dans ce discours indirect libre, la première proposition contient le terme femina : ce terme est utilisé par Caecina pour faire référence aux temps anciens (olim) : le vocabulaire reste neutre, il n’est pas connoté puisqu’il s’agit alors de rappeler et de réactiver la pertinence de cette coutume ancienne. Le vocabulaire se charge de connotations péjoratives lorsque Caecina évoque la situation qui lui est contemporaine et lorsqu’il veut émouvoir et convaincre son auditoire : il s’agit ici du seul autre emploi du terme mulier dans les livres consacrés au règne de Tibère. Il est question alors pour Severus Caecina de renvoyer à une distinction de sexe qui justifie l’exclusion des femmes de la sphère virile. Il justifie cette éviction par la faiblesse physique des femmes ainsi que par leur incapacité à se contrôler (imbecillum et imparem laboribus sexum, impotentibus mulierum). La comparaison avec les assauts des barbares (similitudinem barbari incessus) ainsi que le trouble qu’elles jettent censément dans la paix comme dans la guerre achèvent de tracer le portrait de ces compagnes indésirables. Il est révélateur que la réponse qui lui est faite par de nombreux sénateurs (plures obturbabant) fasse apparaître le terme femina pour désigner le même groupe que celui auquel Caecina faisait référence35.

16Mulier et femina ne désignent donc pas des ensembles définis selon le sexe, ils font référence à une catégorie de personnages ayant pour trait commun le sexe. Ces catégories sont toutes deux construites par des discours liés à un statut social, mais ce statut n’est pas le même dans les deux cas.

  • 36 […] nec Plancina se intra decora feminis tenebat (Tac., Annales, II, 55).
  • 37 Voir le discours de Caecina mentionné plus haut (Tac., Annales, I, 33).

17Le sens du terme femina est illustré par le chapitre 55 du livre ii où Plancine se mêle aux troupes : Tacite en conclut qu’elle « ne s’en tenait pas à ce qui convient aux femmes respectables d’un certain rang »36. Femina est une catégorie construite par des comportements qui respectent des normes propres à l’aristocratie, decus délimitant des comportements appropriés qui rendent digne d’une catégorie sociale. Ce n’est pas le cas du terme mulier qui permet, lui, d’assigner les épouses à une sphère privée37. Plancine échoue à se conformer à ce que l’on attend d’une aristocrate en insultant Agrippine (et Germanicus) dont le statut de femina est alors rappelé implicitement, par contraste. Le contraste est d’autant plus grand qu’elle échoue sur le terrain où Agrippine accède au statut d’exemplum.

2. Agrippine à la barre : exemplum ou transgression de genre ?

  • 38 T. Späth a publié une étude sur la féminité et la masculinité chez Tacite. Pour la question des att (...)

18Certains historiens estiment que les gestes qu’Agrippine accomplit au chapitre 69 du livre I des Annales ne peuvent faire partie des attentes que le texte établit pour les matrones romaines, et ce point est notamment souligné par T. Späth38. Il faut nuancer ces propos en mettant l’accent sur ce qui nous apparaît comme un écart entre le personnage d’Agrippine l’Aînée et ceux des autres femmes membres de l’aristocratie chez Tacite : à comportement (qui nous semble) égal, évaluation différente.

2.1. Agrippine sur le pont

2.1.1. Agrippine face aux troupes de Germanie

  • 39 Les légions du Rhin et de Pannonie se révoltent en 14, à l’annonce de la mort d’Auguste.
  • 40 Les paroles d’Agrippine ne sont pas rapportées, mais cela n’est pas étonnant car les paroles des ma (...)
  • 41 Tite-Live, Ab Urbe Condita, ii, 10.
  • 42 Grimal, 1990 ; Wuilleumier, 1923.
  • 43 L’emploi du pluriel imperatoribus peut faire douter de cette hypothèse et rendre séduisante l’idée (...)
  • 44 Goodyear, 1981, p. 126.
  • 45 Marshall, 1975, p. 133.
  • 46 Tac., Annales, I, 69.
  • 47 Accendebat haec onerabatque Seianus […] (Tac., Annales, I, 69).
  • 48 En effet, en 31, après avoir obtenu le consulat, Séjan fut convaincu d’avoir convoité l’Empire et d (...)

19Au chapitre 69 du livre I des Annales de Tacite, les soldats, épuisés, sont tentés de fuir face à l’ennemi39. Leur général, Germanicus, n’est pas présent à ce moment critique, pris par d’autres obligations liées à son commandement. C’est alors l’épouse de Germanicus, Agrippine, qui empêche la débâcle. En plus d’encourager les soldats afin qu’ils ne rebroussent pas chemin40, elle les empêche de briser le pont qui les relie aux ennemis tant redoutés, les oblige à se battre et soigne les blessés. La scène des Annales évoque immanquablement un passage de l’Ab Urbe Condita de Tite-Live dans lequel Horatius Coclès exhorte les Romains à ne pas se décourager face aux assauts ennemis et brise un pont afin de mettre fin à leur avancée41. Cette référence implicite situe le passage aux côtés des exempla de l’histoire de Rome et valorise le comportement d’Agrippine. Elle réalise en effet une action dont la portée est bénéfique pour l’Empire mais cette attitude est jugée durement par Tibère, qui y voit ambition et désir de pouvoir ; c’est en commentant les actions d’Agrippine qu’il la désigne d’abord par le terme mulier puis par le terme femina. Il convient ici de s’attarder sur un point de traduction. Voici un extrait du chapitre 69 du livre I : « Il ne restait plus rien aux commandants des armées quand cette femme rendait visite aux manipules (ubi femina manipulos interuisat), allait vers les enseignes, tâchait de s’attirer la sympathie par des dons généreux, comme si ça n’était pas assez ambitieux de promener le fils du chef en habit de vulgaire soldat et de vouloir que l’on appelle un César Caligula. » Il a été montré précédemment que femina, dans les Annales, ne fait pas référence à une entité biologique, il n’est donc pas pertinent de traduire femina par « une femme »42 ; cela introduirait une généralité dont l’efficacité reposerait sur un présupposé biologisant qui ne trouverait pas d’écho dans le public de Tacite. Femina désigne sans ambiguïté possible Agrippine, il convient donc de traduire par « cette femme »43. A première vue, il pourrait nous sembler qu’elle occupe des rôles que nous appellerions masculins (commandement) et féminins (soins). Il s’avère cependant que les largesses à l’égard des malades et des blessés relèvent du rôle du commandant des armées44. Dans le cadre domestique, il est normal pour une aristocrate romaine de remplacer son mari lorsqu’il ne peut assurer lui-même son rôle pour cause d’absence45 : Agrippine transpose ce comportement dans la sphère publique. De plus, en sus de remplacer son mari, elle remplace symboliquement l’empereur « en venant à bout d’une sédition que le nom de l’empereur n’avait su calmer »46 . C’est ici que le terme mulier est employé par Tibère, et il y côtoie le terme princeps dans un rapprochement frappant. L’emploi de mulier permet alors au prince, à celui qui est censé être le premier membre de l’ordre sénatorial, de renvoyer Agrippine à son rôle d’épouse. Cela clôt le propos hostile de Tibère où la gradation dans le ressentiment est confirmée par la phrase qui suit : « Séjan intensifiait et aggravait ces ressentiments […]»47. Il s’avère en effet que, plus que la rivalité entre Agrippine et Tibère, qui s’explique par leur position respective dans la domus Augusta, c’est l’affrontement entre Séjan et Agrippine que Tacite met en scène dans les premiers livres des Annales48.

20Agrippine pose donc problème à Tibère à la fois à cause de son sexe et de son rôle d’aristocrate influente auprès des soldats.

21Cependant dans les Annales, le mode d’action d’Agrippine l’Aînée ne représente pas une alternative féminine à un comportement masculin. Même si Tibère estime qu’elle adopte un comportement de transgression condamnable, comme l’est explicitement celui de Plancine, ou d’Agrippine la Jeune dans les derniers livres des Annales, ce passage, avec d’autres mettant en scène Agrippine l’Aînée, permet de mettre au jour d’autres polarités, non liées au sexe, qui permettent d’évaluer les comportements.

2.1.2. Partes Agrippinae : de l’individu au collectif

  • 49 Ne Iulianis quidem partibus nisi Caesar dux reliquus, (Tac., Annales, I, 2) ; simulatam Pompeianaru (...)
  • 50 Pour une discussion à propos d’une faction dirigée par Agrippine ayant réellement existé sous l’Emp (...)
  • 51 Bauman, 1992, p. 145.
  • 52 Tac., Annales, ii, 43.
  • 53 Nisi quod Cassius opibus uetustis et grauitate morum, Silanus claritudine generis et modesta iuuent (...)

22Les accusations lancées par Séjan culminent au chapitre 17 du livre IV. « Séjan insistait [auprès de Tibère] et reprochait à [Agrippine] de diviser la cité comme en temps de guerre civile : il y en avait qui se disaient de la faction d’Agrippine (partium Agrippinae), et si on ne les arrêtait pas, ils deviendraient plus nombreux ». Le terme pars au pluriel a souvent le sens de parti politique. Dans les Annales, il n’apparaît que quatre fois lié à un nom propre au génitif, dont l’occurrence qui concerne Agrippine, et une cinquième fois liée à un nom commun (dux) faisant référence à une personne précise (C. Cassius)49. Sur ces cinq occurrences, trois concernent les factions s’affrontant à la fin de la République, ce qui fait de l’expression partes Agrippinae un cas unique en ce qui concerne le Principat. Cependant, tout comme l’avait révélé la fin du chapitre 69 du livre I, Séjan joue sur la rivalité entre Tibère et Agrippine et use de sa fonction de préfet du prétoire afin de précipiter la chute de cette dernière50 ; cette accusation est en effet placée dans la bouche de Séjan. Partes Agrippinae est donc l’étiquette politique, associée à une femme, la plus claire que l’on puisse trouver dans la littérature impériale51 ainsi que la référence à un collectif la plus explicite des Annales, mais son statut d’accusation doit être pris en compte dans son analyse. En effet, les partisans de Germanicus sont désignés par une expression ne formulant pas la revendication d’un nom et d’un parti (tacita studia52) et il serait tentant de comparer cette différence portant sur la présence ou non du nom du chef servant d’étiquette. Cependant, comme ce label ne participe pas d’une accusation lancée par un rival, il est difficile de comparer les deux : l’aspect unique de cette mention est lié à l’exagération dont fait preuve le Séjan construit par Tacite. La seconde occurrence du terme partes qui concerne le Principat permet d’étayer l’hypothèse qui fait de pars un terme employé de façon hyperbolique. Au chapitre 7 du livre XVI, Néron veut faire tomber des ennemis de haut rang aux mœurs irréprochables : il les accuse donc d’honorer le portrait de Cassius accompagné de l’inscription duci partium et leur reproche de semer les graines de la guerre civile53 ; comme pour Agrippine, sont associées faction et guerre civile, dans le cadre d’une accusation lancée par dépit. En effet, face à l’exemplarité d’Agrippine, il s’agit de formuler l’accusation la plus vraisemblable :

  • 54 Neque spargi venenum in tres poterat, egregia custodum fide et pudicitia Agrippinae impenetrabili. (...)

« Le poison ne pouvait être répandu pour les trois, la loyauté de leurs gardes était exceptionnelle et la vertu d’Agrippine était à toute épreuve. Alors, il reprocha à Agrippine sa fierté (contumaciam), il excita une vieille haine chez Augusta et le récent remords de Livie, pour qu’elles reprochent devant le prince le désir ardent de domination de cette femme orgueilleuse à cause de sa fécondité et soutenue qu’elle était par des ardeurs populaires »54.

2.1.3. Impudicitia, l’accusation impossible

  • 55 Dans les Annales : I, 53 : Eodem anno Iulia supremum diem obiit, ob impudicitiam olim a patre Augus (...)
  • 56 Langlands, 2006, p. 364.

23Tandis que de nombreux personnages des Annales sont attaqués à cause de leur impudicitia, le mode de vie irréprochable d’Agrippine oblige Tibère et Séjan à formuler d’autres accusations55. Le terme impudicitia est difficile à définir, tout comme l’est la pudicitia à laquelle il s’oppose. Ces termes délimitent une attitude qui est en accord avec un statut et une position sociale, attitude qui touche à la fois au contrôle du corps et de la sexualité. La pudicitia et la perte de celle-ci, l’impudicitia, constituent un instrument de régulation du système hiérarchique qui marque la différence entre les individus et qui est sans cesse remodelé par les discours. Difficile à définir donc, l’impudicitia est pourtant facile à détruire, comme le formule de façon très efficace Rebecca Langlands56.

  • 57 Späth, 1994, p. 323,
  • 58 Verba inerant quaesita asperitate: sed non arma, non rerum nouarum studium, amores iuvenum et impud (...)
  • 59 « Le poison ne pouvait être répandu pour les trois [Agrippine et ses fils], la loyauté de leurs gar (...)
  • 60 Kaplan, 1979, p. 411.

24Agrippine l’Aînée est donc un des rares personnages des Annales dont les mœurs ne suscitent aucun commentaire ambigu de la part de Tacite, et dont la pudicitia et la castitas sont impossibles à attaquer. Cette pudicitia la définit depuis sa première apparition et lui est assignée jusqu’à un moment du récit où elle est déjà veuve : cette qualité perdure après la mort de son mari et donc au-delà du contrôle exercé par celui-ci sur le comportement de son épouse57. Alors que Tibère et Séjan n’hésitent pas à accuser leurs ennemis d’impudicitia pour les discréditer, ils n’osent le faire avec Agrippine, par crainte soit d’une réaction d’Agrippine, soit, plus probablement, de ne duper personne, c’est-à-dire de jeter le discrédit non sur l’accusé, mais sur l’accusateur : « La lettre de Tibère contenait des paroles d’une âpreté recherchée. Il n’y était ni question de prendre les armes, ni de leur ardeur à organiser une révolution, mais il reprochait à son petit-fils ses amours avec des jeunes garçons et ses mœurs légères. Il n’osa pas fabriquer de telles accusations envers sa bru, il lui reprocha donc son visage orgueilleux et son âme fière [...] »58. C’est donc par dépit que Tibère accuse Agrippine d’arrogance, tout comme le fait Séjan au chapitre 12 du livre IV59. Ces accusations ne sont pas incompatibles avec l’image qui se dégage des Annales, celle d’une aristocrate loin de s’en tenir à son rôle d’épouse féconde. En effet, Germanicus, sur son lit de mort, lui avait demandé de se « défaire de sa fougue » (exueret ferociam). Les charges de Tibère et de Séjan sont donc vraisemblables et en accord avec le portrait tracé par Tacite, mais poussent le trait à l’extrême puisqu’il s’agit d’accusations destinées à la perdre. Le nom d’Agrippine se trouve donc associé à des termes tels que ferox, atrox, contumacia, habituellement liés à l’espace public et aux fonctions qui s’y déploient, ou associés au champ de la lutte, qu’elle soit politique ou militaire60.

  • 61 Tac., Annales, VI, 25.

25Lorsque Tibère, après la mort d’Agrippine, lance enfin l’accusation d’impudicitia, dès la fin de ses propos rapportés au discours indirect libre, Tacite mentionne l’aspect invraisemblable de ce reproche : « Ce qui est certain, c’est que Tibère se répandit en accusations malveillantes et honteuses, arguant qu’elle avait fait preuve d’impudicité (impudicitiam) et qu’elle avait commis l’adultère avec Asinius Gallus dont la mort l’avait poussée au dégoût de la vie. Mais en réalité, Agrippine, ne supportant pas d’égale, avide de pouvoir, pour prendre les préoccupations des hommes, s’était débarrassée des vices des femmes (virilibus curis feminarum vitia exuerat) »61. Par un sed adversatif, Tacite signale que l’accusation formulée par Tibère n’est pas crédible puisqu’Agrippine n’est pas semblable à ses consœurs. L’emploi de femina est ici particulier car il signifie l’incompatibilité de caractéristiques féminines et masculines. Agrippine est-elle donc une « femme virile » ?

3. Dux femina : des femmes viriles dans les Annales ?

26Dans les Annales, la figure d’Agrippine est construite à la limite de ce qui est acceptable d’un point de vue de son statut : elle sort de la sphère d’action qui est celle d’une épouse, et surtout, elle s’oppose à l’empereur alors que la majorité cède. Son comportement entre en conflit avec celui d’autres femmes et hommes de son rang, ce qui le rend très lisible, surtout au chapitre 52 du livre IV.

3.1. La figure dux femina et la recherche tacitéenne

  • 62 Kaplan, 1979, p. 412 (traduction personnelle).
  • 63 C’est l’opinion de M. Kaplan, que T. Späth approuve en partie (1994, p. 64). F. Santoro L’Hoir form (...)
  • 64 Tac., Vie d’Agricola, 16, 1 ; 31, 7. Il est remarquable que la seule occurrence de l’expression dux (...)

27« Agrippine a accompli l'un des principaux actes de la non-féminité romaine : elle a commandé des troupes de soldats romains. Il est intéressant de noter que sa rivale Plancine commet la même erreur et en est directement accusée dans le récit », analyse Kaplan dans une étude consacrée à l'emploi du terme atrox dans les Annales62. Il est effectivement révélateur que Plancine soit blâmée pour des actes qui nous semblent comparables à ceux accomplis par Agrippine : il faut donc se garder de reproduire l’opposition entre le masculin et le féminin qui nous fait intuitivement rapprocher ces deux figures, puisqu’à actes égaux, Plancine et Agrippine ne sont pas soumises au même jugement. Cependant, parmi les études publiées sur Agrippine l’Aînée, plusieurs partent de l’idée, ou arrivent à l’idée qu’Agrippine l’Aînée, tout comme Agrippine la Jeune et Boudicca, est une dux femina63. Mais peut-on appliquer cette expression à Agrippine, alors qu’elle n’apparaît pas dans les Annales, et n’est employée que deux fois dans la Vie d’Agricola64 pour désigner Boudicca, une reine étrangère ?

28Peut-on établir un parallèle entre ces figures selon le critère de leur sexe et de leur implication dans la sphère du commandement ? N’y a-t-il pas d’autres polarités dans les Annales, qui permettent de nuancer l’élaboration de ces portraits ? Il convient de revenir sur les grands thèmes qui traversent et structurent les Annales afin de comprendre selon quelles polarités sont évalués les personnages.

3.2. Simulationum nescia : Agrippine est-elle incapable de se contrôler ?

  • 65 Tac., Annales, IV, 52.

29« Et celle-ci, refusant de dissimuler (simulationum nescia), le visage fermé et n’ayant prononcé aucune parole, ne toucha à aucun mets, jusqu’à ce que Tibère s’en rendît compte, par hasard ou parce qu’on l’avait prévenu »65. C’est au chapitre 52 du livre IV, qui contient le récit de la dernière rencontre entre Agrippine et Tibère, que l’affrontement atteint un point de non retour. Il convient de revenir sur la mise en place des éléments qui permettent d’en saisir la portée.

  • 66 « Mais à Rome, les consuls, les sénateurs, les chevaliers se ruèrent dans la servitude. Plus ils ét (...)

30Les thèmes de la perte de liberté et de l’asservissement volontaire des citoyens traversent les Annales66. Ces thèmes prédominent dans le livre I qui s’achève sur une sentence sans appel :

  • 67 Nullam aeque Tiberius, ut rebatur, ex uirtutibus suis quam dissimulationem diligebat (Tac., Annales(...)

31« Belles paroles, mais en réalité situation vaine et fausse (subdola), dissimulée sous une apparence de liberté d’autant plus grande qu’elle aboutirait à une servitude très cruelle (infensius seruitium) ». Dans les Annales, c’est l’acceptation du double jeu du Principat par les citoyens qui rend possible cette situation. Sous des apparences républicaines, le pouvoir n’appartient en fait qu’à un seul et Tibère est le paradigme du prince qui dissimule ses projets politiques : « Parmi ce que Tibère considérait comme des qualités, il n’appréciait rien autant que sa dissimulation »67.

  • 68 Strocchio, 2001, p. 33.

32« Quatre-vingt-un pour cent des emplois de mots de la famille de simulatio et dissimulatio, dans un premier examen des Annales, se rapportent aux protagonistes de l’ère tibérienne, c’est-à-dire à l’empereur et à ceux qui entrent en relation avec lui »68, ce qui confère une importance particulière à cette pratique. Le double discours du Principat et de ses représentants est l’instrument de la perte de liberté déplorée par Tacite, et l’attitude des personnages face à ce double discours permet de les situer sur une échelle de comportements valorisés ou non. Tibère est le parangon de la dissimulation, tandis qu’Agrippine refuse cette attitude. Il y a donc deux choix possibles face à cette situation : le rejet de la duplicité ou bien son acceptation qui rime avec abandon de la liberté, condition essentielle de la uirtus romaine.

33C’est dans ce contexte qu’il faut situer l’analyse du personnage d’Agrippine l’Aînée. Alors que l’empereur et ses conseillers, ainsi que la plupart des citoyens, renforcent ce jeu de dupe en s’y soumettant, Agrippine choisit l’affrontement avec Tibère. Afin d’écarter l’hypothèse répandue selon laquelle Agrippine fait preuve d’impotentia muliebris, il convient de revenir sur ce motif d’accusation.

  • 69 Santoro L’Hoir, 2006, p. 118.

34Francesca Santoro L’Hoir analyse l’impotentia muliebris comme une expression de la présence inadéquate des femmes dans la sphère politique, comme un exemple de la transgression des limites physiques et morales de la sphère à laquelle elles doivent se cantonner ; les portraits de ces femmes permettraient de transcrire un discours dominant au sujet du rôle que devraient tenir de telles femmes69. F. Santoro L’Hoir raisonne en termes de renversement des genres et de femmes masculines. Cependant l’impotentia muliebris est une construction discursive, que Tacite et son public perçoivent comme telle, et il convient de s’interroger sur la portée de l’utilisation de cette construction pour ce qui concerne la caractérisation des personnages des Annales. Sénèque, dans la Consolation à Helvia, l’emploie pour désigner l’envahissement de la sphère politique par les mères, par le biais de leurs fils. Tite-Live l’utilise au livre XXXIV de l’Histoire Romaine lorsqu’il fait parler Marcius Porcius Cato après que les tribuns de la plèbe Marcus Fundanius et Lucius Valerius ont proposé d’abroger la lex Oppia votée pendant la guerre punique sur la proposition du tribun Gaius Oppius. L’impotentia muliebris désigne alors le comportement des femmes dans la maison (domi) qui détruit la liberté des maris (victa libertas nostra), et le fait que les hommes n’ont pas su les contrôler. Cela aboutit à leur entrée sur le forum pour demander à ce que la loi ne soit pas retirée. Dans les Annales de Tacite, cette expression ne se retrouve telle quelle qu’au quatrième chapitre du livre I :

  • 70 Pars multo maxima imminentes dominos variis rumoribus differebant [...] ne iis quidem annis quibus (...)

« La plupart répandaient diverses rumeurs au sujet des potentiels futurs maîtres [...]. De sorte que, lors de ces années qu’il passa en exilé à Rhodes, sous prétexte de retraite, il ne pensait à rien d’autre qu’à la colère, la dissimulation, et aux débauches secrètes. S’y ajoutait sa mère et son incapacité féminine à se contrôler (muliebri impotentia) : il faudra être les esclaves d’une femme (feminae) et en plus de deux jeunes hommes (duobus adulescentibus) qui, pendant ce temps, accableront l’état et un jour le déchireront »70.

  • 71 Traditur etiam matris impotentia extrusum quam dominationis sociam aspernabatur neque depellere pot (...)
  • 72 Sanctitate domus priscum ad morem, comis ultra quam antiquis feminis probatum, mater impotens, uxor (...)
  • 73 Auguste n’est pas épargné par la critique du double discours, c’est même lui qui l’inaugure (Tac. A (...)

35Dans ce texte de Tacite, c’est la foule qui tient ces propos : y sont mis sur un même plan Livie (feminae), Germanicus et Drusus (duobus adulescentibus). Or ces deux personnages sont présentés sous un jour plutôt valorisant dans le reste de l’œuvre. Comme chez Tite-Live, l’impotentia muliebris est liée à la servitude des hommes. Au chapitre 33 du livre III se trouve le fameux discours que Severus Caecina aurait prononcé au Sénat en 21 de n. è. et l’expression iussis impotentibus mulierum se trouve parmi les multiples griefs qu’il adresse aux femmes de gouverneurs. Il est intéressant de noter qu’ici aussi, la ressemblance avec le texte de Tite-Live se retrouve, cette fois-ci, dans le fait qu’il marque bien la séparation entre l’intérieur de la maison et l’extérieur. Au chapitre 57 du livre IV, Tacite rapporte le départ de Tibère pour la Campanie, et il en évoque les raisons : « On raconte aussi qu’il fut chassé par le caractère impérieux de sa mère, associée à son pouvoir qu’il rejetait, mais qu’il ne pouvait écarter parce qu’il avait reçu le pouvoir d’elle »71. Au premier chapitre du livre V, Tacite fait part de la mort de Livie et revient brièvement sur sa vie. Il y énumère ce qui semblerait être des qualités pour l’épouse de l’empereur : elle respecte les mœurs antiques et ne gêne pas la politique de son mari, ni celle de son fils. Pourtant, au milieu de l’énumération de ces supposées qualités se trouve l’expression qui nous intéresse : « Sa maison rappelait les mœurs anciennes par sa droiture, elle était obligeante au-delà de ce qui était permis aux femmes de l’époque, mère excessive, épouse facile, bien disposée envers les artifices de son mari et la simulation de son fils »72. La présence de l’adjectif impotens au milieu d’une liste de qualités a de quoi surprendre. La proximité du terme simulatio explique cet éloge paradoxal. Livie est une épouse et une mère de qualité selon les critères d’évaluation de son mari et de son fils73.

  • 74 Nouum sane et moribus ueterum insolitum, feminam signis Romanis praesidere […] (Tac. Annales, Xii, (...)

36L’impotentia qui la caractérise remonterait à la période où elle fit tout pour voir régner son fils. Ainsi, l’impotentia muliebris serait liée à l’envie d’un pouvoir théoriquement inaccessible aux femmes et se traduit par une attitude visant à mettre à la tête de l’Empire les hommes par elles asservis, comme Tibère le soupçonnait au chapitre 69 du livre I. D’après Francesca Santoro L’Hoir et Linda W. Rutland, une femme qui assume des responsabilités d’hommes, et surtout sur un champ de bataille, s’approprie l’imperium, ce qui implique qu’elle fasse preuve d’impotentia muliebris, conduite non valorisée. Mais alors, que penser d’Agrippine l’Aînée ? Il existe bien sûr une partition entre hommes et femmes de l’aristocratie, et l’on peut effectivement lire dans les Annales que certaines femmes adoptent des comportements qui ne siéent pas à leur position, notamment dans le domaine de la recherche du pouvoir et dans le domaine militaire, intimement liés. Les camps militaires, et tout ce qui concerne l’armée en général, ne sont pas des domaines où les matrones romaines doivent évoluer, comme le rappelle la condamnation du comportement de Plancine. Tacite émet la même remarque à propos d’Agrippine la Jeune : « Chose vraiment nouvelle et inconnue des mœurs anciennes, on vit une femme commander aux enseignes romaines »74.

37Agrippine l’Aînée revêt les munia ducis, dont fait partie l’imperium. Mais cela suffit-il à affirmer qu’elle fait preuve elle aussi de cette impotentia ? L’analyse d’une expression employée dans le chapitre 52 du livre IV, qui met en scène la dernière confrontation entre Agrippine et Tibère, est cruciale si l’on veut répondre à cette question.

  • 75 Grimal, 1990.
  • 76 Martin et Woodman, 1989, p. 219. Ils proposent aussi « unaware of Sejanus’ deception », mais étant (...)
  • 77 Voir Santoro L’Hoir, 2006, chapitre 7.
  • 78 Strocchio, 2001, p. 86

38Pierre Grimal traduit l’expression simulationum nescia par « incapable de dissimuler »75, et c’est aussi ce que choisit Woodman dans l’édition commentée des Annales76. En revanche, John Jackson, pour l’édition Loeb, traduit « stranger to all pretence », c’est-à-dire « étrangère à toute dissimulation ». En effet, lorsque nescius est employé avec le génitif et non l’infinitif, il a le sens de « ne connaissant pas », « ignorant de », « pas au courant de », « n’ayant pas l’expérience de », voire « répugnant à ». La traduction de John Jackson semble donc être la plus précise, surtout lorsqu’on analyse l’adjectif qualifiant Agrippine au début du passage, à savoir atrox ; le portrait construit est cohérent, c’est celui d’une aristocrate choisissant la colère politique plutôt que la soumission. Ce passage ne renvoie pas à l’incapacité des femmes à se contrôler (impotentia muliebris77), mais il s’agit plutôt de la preuve que l’Agrippine construite par Tacite refuse de se prendre au jeu de la dissimulatio. Roberta Strocchio affirme que c’est une des caractéristiques des ennemis de Tibère de ne pas savoir dissimuler78 : plus que l’absence d’un savoir, c’est ici un choix.

3.3. Une colère politique

  • 79 Späth, 1994.
  • 80 Agrippina semper atrox, tum et periculo propinquae accensa, pergit ad Tiberium ac forte sacrificant (...)
  • 81 Comme le fait M. Kaplan dans la suite de son développement. Voir Kaplan, 1979, p. 411.
  • 82 Dans l’Agricola, au chapitre XI, par exemple, les Bretons manifestent de la ferocia alors qu’ils so (...)
  • 83 Vielberg, 1987, p. 79.
  • 84 Tac., Annales, IV, 12.
  • 85  Voici l’échelle telle que l’a établie Vielberg : adulatio, blanditiae, blandimentum, servitium, se (...)

39Lors de cet épisode, Agrippine l’Aînée est déjà veuve ; sa vie a été interprétée comme présentant deux phases, la mort de Germanicus marquant un tournant dans son comportement. Épouse modèle tant que son mari fut vivant, femme emportée et violente une fois livrée à elle-même79. Au début du chapitre 52 du livre IV, se trouve l’expression Agrippina semper atrox80, que l’on peut traduire par « Agrippine, toujours intraitable » et dont M. Kaplan a fait le titre d’un de ses articles. S’agit-il d’un trait de caractère « féminin », symptôme de cette impotentia qui pourrait s’exprimer après la mort de Germanicus ? M. Kaplan explique que « comme audax et ferox, atrox est la plupart du temps utilisé dans le contexte d’un conflit, qu’il s’agisse de pugna, de bellum, d’oratio ou de contio. Ces adjectifs sont souvent utilisés pour décrire les soldats, comme cela paraît naturel, et ils ont alors souvent une dénotation neutre ». Il ne convient donc pas d’attribuer une connotation négative à ces adjectifs en fonction du sexe de la personne à laquelle ils sont liés81. Si Agrippine est qualifiée d’atrox, c’est pour marquer sa réaction face à la simulation dont fait preuve Tibère qui sacrifie à Auguste tout en persécutant ses descendants. Agrippine reçoit donc ainsi un attribut des ennemis de Tibère qui permet de baliser le texte de Tacite. Comme le remarque Meinolf Vielberg, la violence des discours peut être l’attribut d’une minorité qui réclame sa liberté, surtout lorsqu’elle est le seul moyen de se faire entendre82. Dans l’échelle des comportements liés à la liberté qu’il a établie pour les Annales de Tacite, M. Vielberg83 place la contumacia, attribuée notamment à Agrippine l’Aînée84, du côté de la liberté. À l’opposé de la contumacia se trouve la servitude (servitium), puis l’adulation (adulatio)85.

3.4. Les porte-voix de la liberté dans les Annales

  • 86 Traub, 1953, p. 250.
  • 87 « The Greek ideal of parrhêsia influenced the late Republican and Imperial developments of the Roma (...)
  • 88 Tac., Annales, I, 2.
  • 89 Ibid., p. 253.
  • 90 Qu ae mutatio neque Neronem fefellit, et proximi amicorum metuebant orabantque cavere insidias muli (...)

40Le réseau de termes associés au comportement d’Agrippine est composé, nous l’avons dit, d’atrox, ferox et contumacia. Or le terme ferocia correspond à la parrhêsia grecque86, tout comme y correspond la libertas87, et il est utilisé en association avec des activités de rébellion ; au livre I, ferocissimi88 désigne les nobles qui ont survécu à la guerre civile, qui s’opposent à la montée d’Auguste et qui contrastent avec ceux qui souscrivent au nouveau régime89. L’association de l’expression semper atrox successivement à la figure d’une Agrippine puis à l’autre ne crée pas un motif commun qui permettrait d’assimiler la mère à la fille. Cela crée au contraire deux figures que tout oppose, dans un rapprochement choquant et efficace dont Tacite use volontiers. En effet, dans une scène qui évoque le retour à Brindes de la veuve de Germanicus, Agrippine la Jeune porte les cendres de Pallas, son amant affranchi : la scène est un tableau dévoyé évoquant la piété de sa mère, où l’affranchi a remplacé le digne héritier de l’Empire. Il en est de même avec l’emploi du terme atrox : alors qu’Agrippine l'Aîné est atrox dans un contexte où c’est la seule alternative à la servitude, Agrippine la Jeune participe pleinement au système contre lequel sa mère a lutté : « Ce retournement ne trompa pas Néron, et ses amis les plus proches avaient peur et le priaient de faire attention au guet-apens d’une femme toujours violente (semper atrocis), et pour l’instant fausse »90. Cette association du terme atrox au terme falsa confirme l’hypothèse que dans le cas d’Agrippine l’Ancienne, atrox est l’attribut de ceux qui luttent contre la duplicité du principat.

  • 91 Tac., Annales, XIV, 35.
  • 92 Roberts, 1988, p. 126.
  • 93 Traub, 1953.

41Dans les Annales, Tacite construit d’autres figures qui ont recours à une parole violente face à l’empereur. Boudicca, épouse de Prasutagus, reine des Icéniens, qui avaient été soumis par les Romains, est désignée par l’expression dux femina dans la Vie d’Agricola de Tacite. Dans les Annales, elle aussi, cherche à venger son amissa liberta91. Roberts92 a analysé les chapitres qui traitent de la révolte des Bretons et estime que le personnage de Boudicca peut nous aider à comprendre plus largement l’œuvre de Tacite car elle est une « outspoken truth speaker », une de ceux qui disent la vérité haut et fort ; son discours contraste avec celui à double sens du Principat. Elle refuse de se laisser asservir par les Romains, et elle est écrasée par le général Suetonius qui, bien qu’il représente toutes les valeurs militaires de Rome, est rendu ridicule par le fait qu’il obéit à un affranchi. Tacite met un paradoxe dans la bouche de Boudicca : elle associe la servitude aux hommes et la liberté aux femmes. Dans un renversement qui fait écho à la servitude des hommes liée à l’impotentia muliebris, c’est le système de valeurs genrées des aristocrates romains asservis par le Principat qui se trouve affaibli. Cette hypothèse d’une violence de la parole légitimée par l’opposition à l’hypocrisie du principat trouve confirmation dans l’analyse que Henry Traub livre du terme ferocia93.

  • 94 Späth, 1994 , p. 61.
  • 95 Aderat filia, super ingruens periculum, longo dolore atrox, ex quo percussores Plauti, mariti sui, (...)
  • 96 Quod aspernatus, ne vitam proxime libertatem actam nuissimo seruitio foedaret, largitur in seruos q (...)
  • 97 « Ce qu'il rejeta avec mépris, pour ne pas souiller par un ultime acte de servitude une vie passée (...)

42Une autre femme des Annales, Pollitta, manifeste sa colère face à l’arbitraire du gouvernement de Néron. Tout comme Tibère a besoin d’un prétexte pour faire tomber Agrippine l’Aînée, Néron a besoin d’une excuse pour attaquer Pollitta et sa famille, qui doivent faire face à deux accusateurs, dont un relâché pour prix de sa délation. Les pratiques de ceux qu’ils vont devoir affronter laissent envisager que la confrontation ne sera pas réellement possible. Pollitta, elle aussi bonne épouse94, porte sur son sein la tête de son mari assassiné sur ordre de l’empereur, dans une scène qui évoque le retour d’Agrippine l’Aînée à Brindes avec les cendres de Germanicus. Elle est alors qualifiée d’atrox, à cause du chagrin que suscite la mort de son mari95. Elle devient violente, et alors qu’elle s’en tenait à des cris de femmes, des plaintes, elle adopte des cris qui ne sont plus ceux des femmes, et dans un même mouvement qu’Agrippine au livre VI, face à la situation politique, elle abandonne les attributs des femmes. N’ayant plus d’autres choix que la mort face à un Néron qui se refuse à écouter son plaidoyer, la famille se suicide, sur l’initiative de Pollitta96. L’opposition entre l’adulation envers le prince et la liberté est également mise en avant dans le paragraphe dédié au récit de leur suicide : à ceux qui lui proposaient de léguer leur fortune au prince, Vétus, le père de Pollitta, oppose la relative liberté dont il jouit durant sa vie97.

Conclusion

43Dans les Annales de Tacite, la figure d’Agrippine l’Aînée est valorisée : ayant toutes les qualités attendues chez une épouse de son rang, elle peut alors servir de support à la construction d’un personnage qui dépasse celui d’une simple impératrice potentielle et modèle. A la croisée d’un comportement attendu et d’une attitude de transgression, ce sont ses interactions avec les autres personnages des Annales qui permettent de saisir la particularité d’Agrippine. Evoluant dans un monde d’asservissement volontaire, son rejet du principat tibérien est à l’origine d’un comportement tout à fait lisible. Dans le cadre du récit que fait Tacite de l’affrontement entre Agrippine et Tibère, la façon dont le personnage de Tibère nomme Agrippine l’Ancienne est révélatrice de l’attitude de cette dernière. Au chapitre 69 du livre I, l’emploi par Tibère du terme mulier pour la dénommer est une façon de la réassigner à son rôle d’épouse ; plus influente que lui auprès des soldats, elle représente une menace, aux yeux de l’empereur et de son conseiller Séjan. Pour l’empereur, l’objectif est de la faire rentrer dans le rang et les mots sont alors une arme. Il faut donc bien distinguer les propos placés dans la bouche de Tibère de ceux tenus par les autres personnages ou encore de ceux qui ne sont pas attribués à une autre instance énonciative par Tacite. Cette précaution permet de ne pas construire une catégorie de femmes dont le point commun serait d’outrepasser les frontières de la sphère assignée à leur sexe. Lorsqu'Agrippine la Jeune, fille d’Agrippine l’Aînée, est qualifiée par l’adjectif atrox, il ne s’agit pas de faire écho au personnage d’Agrippine l’Ancienne : être atrox est une caractéristique qui fait partie d’un ensemble cohérent de traits pour un personnage acculé par la duplicité du Principat. Tout comme Boudicca est à la marge des valeurs romaines par son statut d’étrangère, Agrippine est à la marge des valeurs romaines par la violence de son opposition à Tibère. C’est dans cette marge que Tacite construit des personnages valorisés, là où les héros habituels de l’histoire romaine font défaut.

Haut de page

Bibliographie

Adam, A., 2011, Agrippine l’Ancienne, une femme sur le pont (Tacite, Annales), dans S. Boehringer et V. Sebillotte-Cuchet (éd.), Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine. Le genre : méthode et documents, Paris, p. 141-144.

Adam, A., 2011, Boudicca, une barbare libre (Tacite, Annales) dans S. Boehringer et V. Sebillotte-Cuchet (éd.), Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine. Le genre : méthode et documents, Paris, p. 144-147.

Adams, J. N., 1972, The Vocabulary of the Speech in Tacitus’ Historical Works, Institute of Classical Studies, 20, p. 124-144.

Barr, M., 1990, Das Bild des Kaisers Tiberius bei Tacitus, Sueton und Cassius Dio, Stuttgart.

Barrett A., 1999, Agrippina: Sex, Power and Politics in the Early Empire, Londres.

Bauman, R., 1992, Women and Politics in Ancient Rome, Londres.

Brown, R., 1995, Livy’s Sabine Women and the Ideal of Concordia, Transactions of the American Philological Association, 125, p. 291–319.

Cogitore, I., 2013, Tacite et Germanicus, le choix de la mémoire, Cahiers du centre Gustave Glotz, 21, p. 157-174.

Corbier, M., 1994, La Maison des Césars, dans P. Bonte (éd.), Epouser au plus proche, Paris, p. 243-293.

Croisille, J.-M., 1994, Néron a tué Agrippine, Bruxelles.

Dangel, J. 1989, Les discours chez Tacite : rhétorique et imitation créatrice, Ktèma, 14, p. 291-300.

Fayer, C., 2005, La familia romana : aspetti giuridici ed antiquari. Parte seconda, Sponsalia, matrimonio, dote, Rome.

Galtier, F., 2004, La figure d’Agrippine la Jeune dans l’Octavie, Vita Latina, 171, p. 88-101.

Ginsburg, J., 2006, Representing Agrippina, Constructions of Female Power in the Early Roman Empire, Oxford.

Goodyear, F. R. D., 1981, The Annals of Tacitus, Books 1-6, Cambridge.

Grimal, P., 1990, Tacite. Œuvres complètes, Paris.

Guastella, G., 1985, La rete del sangue : simbologia della relazioni e modelli dell’identità nella cultura romana, Materiali e discussioni per l’analisi dei testi classici, 15, p. 49-123.

Humphreys, S. C., 1974, Anthropology and the Greeks, Londres.

Kaplan, M., 1979, Agrippine Semper Atrox : a Study in Tacitus’ Caracterization of Women, dans C. Deroux (éd.), Studies in Latin Literature and Roman History 1 (coll. Latomus 164), Bruxelles, p. 410-417.

Lafond, M., 2012, D’un monstre à l’autre : figures d’Agrippine et de Néron à l’écrit et à l’écran, dans J.-P. De Giorgio et F. Galtier (éd.), Le monstre et sa lignée : filiations et générations monstrueuses dans la littérature latine et sa postérité, Paris, p. 321-339.

Langlands, R., 2006, Sexual Morality in Ancient Rome, Cambridge.

Lebek, W. D., 1999, Das Senatus Consultum de Cn. Pisone Patre und Tacitus, Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 12, p. 183–211.

McHugh, M., 2012, Ferox Femina. Agrippina Major in Tacitus’ Annales, Helios, 39, n°1, p. 73-96.

Marshall, A. J., 1975, Roman Woman and the Provinces, Ancient Society, 6, p. 109-127.

Martin et Woodman, 1989, Tacitus. Annals. Book IV, Cambridge.

Mattingly, H. et Sydenham, E., 1966, The Roman Imperial Coinage, Vol. 1, Londres.

Moreau, P., 2005, La Domus Augusta et les formations de parenté à Rome, Cahiers du centre Gustave Glotz, 16, p. 7-23.

Moreau, P., 2013, The Bilineal Transmission of Blood in Ancient Rome, dans C. H. Johnson et al. (éd.), Blood and Kinship : Matter for Metaphor from Ancient Rome to the Present, New York-Oxford, p. 40-60.

Neraudau, J.-P., 1993, La fama dans la Rome antique, Médiévales, 24, p. 27–34.

Pelling, C., 1993, Tacitus and Germanicus, dans T. Luce et A. J. Woodman, Tacitus and the Tacitean Tradition, Princeton, p. 59-85.

Roberts, M., 1988, The Revolt of Boudicca (Tacitus, Annals, 14, 29-39) and the Assertion of Libertas in Neronian Rome, The American Journal of Philology, 109, 1, p. 118-132.

Rutland, L., 1978, Women as Makers of Kings in Tacitus’ Annals, Classical World, 72, p. 15-29.

Santoro L’Hoir, F., 1994, Usurpation of Power, Classical World, 88, p. 5-27.

Santoro L’Hoir, F., 2006, Tragedy, Rhetoric and the Historiogaphy of Tacitus’ Annales, Ann Arbor.

Shotter, D., 2000, Agrippine the Elder : A Woman in a Man’s World, Historia, 49, p. 341-347.

Späth, T., 1994, Männlichkeit und Weiblichkeit bei Tacitus : zur Konstruktion der Geschlechter in der römischen Kaiserzeit, Francfort-sur-le-Main.

Strocchio, R., 2001, Simulatio e Dissimulatio nelle opere di Tacito, Bologne.

Traub, H. W., 1953, Tacitus’s Use of Ferocia, Transactions of the American Philological Association, 84, p. 250-261.

Trillmich, W., 1978, Familienpropaganda der Kaiser Caligula und Claudius, Agrippina Maior und Antonia Augusta auf Münzen, Berlin.

Valette, E., 2012, Les « discours » de Veturia, Valeria et Hersilia. Les mises en scène de la parole matronale dans la tradition historiographique romaine, Cahiers « Mondes Anciens », Femmes de parole [En ligne], 3, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 14 octobre 2014. URL : http://mondesanciens.revues.org/782 ; DOI : 10.4000/mondesanciens.782

Veyne, P., 1978, La famille et l’amour sous le Haut-Empire romain, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 33, p. 35-63.

Vielberg, M., 1987, Pflichten, Werte, Ideale : eine Untersuchung zu den Wertvorstellung des Tacitus, Stuttgart.

Wood, S., 1988, Memoriae Agrippinae : Agrippina the Elder in Julio-Claudian Art and Propaganda, American Journal of Archaeology, 92, p. 409-426.

Wuilleumier, P., 1923, Tacite. Annales Livres I-iii, Paris (2e éd. 1974).

Haut de page

Notes

1 Par exemple, Néron et Agrippine, réalisé par M. Caserini et sorti en 1913 ou encore Mio figlio Nerone, connu en France sous le titre Les week ends de Néron, réalisé par Steno et sorti en 1956. Pour une analyse des figures d’Agrippine et de Néron au cinéma, voir Lafond, 2012.

Je tiens à remercier chaleureusement Philippe Akar pour sa lecture attentive ; les erreurs qui pourraient subsister relèvent entièrement de ma responsabilité.

2 Voir Galtier, 2004 ; Croisille, 1994 ; Barrett, 1999.

3 Trillmich, 1978, p. 181-182. Voir RIC I, 42, p. 118 (sesterce frappé à Rome sous Caligula).

4 RIC I, 16 et 19, p. 116 : aureus frappé à Rome sous Caligula (40) portant les inscriptions Caius Caesar Augutus Pontifex Maximus Tribunicia Potestate iii Consul iii sur l’avers et Agrippina Mater Caii Caesaris Augusti Germanici sur le revers, chacune autour d’un buste représentant pour l’un Gaius et pour l’autre Agrippine l’Aînée.

5 Wood, 1988, p. 409.

6 La date de composition des Annales par Tacite se situe entre 110 et 120 de n. è.

7 Sa présence dans les Vies des Césars de Suétone se réduit à deux rubriques (Caligula, 7 et Tibère, 53). De plus, l’organisation particulière de ces Vies, par rubriques centrées autour de l’empereur, et non selon la chronologie, rend la comparaison avec les Annales de Tacite délicate.

8 Je développe dans cet article des conclusions avancées le 1er mars 2008 lors d’une communication prononcée dans le cadre de l’atelier de recherche de l’association EFiGiES Antiquité et intitulée « Simulationum nescia : une revendication de liberté ? Les pratique politiques à l’épreuve du genre dans les Annales de Tacite » ainsi qu’en 2011 dans deux contributions parues dans l’ouvrage collectif Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaines; Le genre : méthode et documents, sous la direction de Sandra Boehringer et Violaine Sebillotte Cuchet, Paris, Armand Colin (coll. Cursus), 2011. Pour une analyse comparable et une étude approfondie du terme ferox, voir aussi, McHugh M., Ferox Femina. Agrippina Major in Tacitus’s Annales, Helios, 39, 1, 2012.

9 Neptem eius Agrippinam in matrimonio pluresque ex ea liberos habebat (Tac., Annales, I, 33, 2).

10 Tac., Annales, 1, 41 ; 2, 43.

11 Tac., Annales, I, 33, 3.

12 Tac., Annales, IV, 57.

13 […] castitate et mariti amore quamuis indomitum animum in bonum vertebat (Tac., Annales, I, 33, 4).

14 Veyne, 1978, p. 37. De nombreuses études existent à propos de cette nouvelle morale conjugale, et le débat a été enrichi par la publication en 1984 des tomes 2 et 3 de l’Histoire de la sexualité de Michel Foucault, et plus récemment, en 2014, par celle de son cours au Collège de France intitulé Subjectivité et vérité. L’article de Paule Veyne n’a cependant pas perdu de sa valeur et reste éclairant en ce qui concerne le sujet de cet article.

15 Lebek, 1999, p. 189. Agrippinae quam senatui memoriam Diui Aug., cui fuisset probatissuma, et uiri Germanici, cum quo unica concordia uixsisset et tot pignora edita – partu felicissumo eorum, qui superessent, – commendare.

16 Brown, 1995, p. 303.

17 Les portraits de Germanicus et d’Agrippine sont plus élaborés et moins lisses qu’ils n’apparaissent lors de certains passages du livre I ; cependant Agrippine et Germanicus appartiennent aux personnages peu nombreux qui trouvent grâce dans le récit tacitéen, comme il sera démontré plus loin. Voir Pelling, 1993, p. 61 et 77 ; l’auteur explique que Tacite tente de minimiser l’impact de certains traits qui permettent de nuancer ce tableau idéal. Isabelle Cogitore fait une lecture à contre courant de ce personnage à première vue parfait qu’est le Germanicus de Tacite, afin de repérer les procédés utilisés par Tacite pour minimiser les erreurs du mari d’Agrippine et les failles de celui-ci. Elle en conclut que la « glorification [est] certes prégnante, mais non constante » : Cogitore, 2013, p. 160.

18 Voir Moreau, 2005, p. 23 «Les traits spécifiques à la domus Augusta doivent être rapportés à son caractère dynastique, Auguste ayant, entre autres objectifs, utilisé la domus Augusta pour donner à la formation de parenté qui entourait sa personne un caractère exceptionnel qui la plaçait en dehors et au-dessus des autres formations de parenté aristocratiques».

19 Tac., Annales, iii, 4.

20 […] decus patriae, solum Augusti sanguinem, unicum antiquitatis specimen appellarent (Tac., Annales, iii, 4).

21 […] se imaginem ueram, caelesti sanguine ortam (Tac., Annales, IV, 52).

22 L’expression domus Augusta apparaît pour la première fois en 13 de n. è. chez Ovide dans les Pontiques (Ovide, Pont., 2, 2, 67-74) : Moreau, 2005, p. 8.

23 Livia est la petite-fille de son épouse Livie et Drusus est son cousin patrilatéral.

24 Corbier, 1994, p. 262.

25 Shotter, 2000, p. 341 et 343.

26 C’est la potestas du père qui motive le principe de la descendance et c’est pour cela que les fils adoptifs et l’épouse loco filiae occupent une position de consanguinei par rapport aux frères et aux fils en propre : Guastella, 1985, p. 85. Pour les juristes, la consanguinitas est une catégorie déconnectée de la filiation biologique et l’adoption, par l’exercice de la potestas, crée la consanguinitas : Moreau, 2013, p. 50. Voir aussi Fayer, 2005.

27 Dans la Rome républicaine et la Rome impériale, le sang est considéré comme se transmettant par les deux parents aux enfants des deux sexes : Moreau, 2013, p. 41. L’utilisation de l’expression imago uera est elle aussi inhabituelle, puisque c’est normalement la ressemblance du fils au père qui est privilégiée.

28 Je remercie Marine Chabrol et Philippe Moreau pour leur aide précieuse concernant ce passage ; leurs analyses ainsi que les références bibliographiques qu’ils ont portées à mon attention m’ont permis de comprendre les nuances de l’emploi du terme sanguis.

29 Tacite (Annales, livres I à VI) et Suétone (Vie d’Auguste, Vie de Tibère et Vie de Caligula) sont les deux auteurs anciens qui mentionnent le plus largement la vie et le règne de Tibère. Dion Cassius lui consacre une grande partie des livres 54 à 57 de son Histoire romaine. Manfred Barr compare les portraits tracés par ces trois auteurs : l’image prégnante d’un mauvais prince vient principalement de Tacite, car, pendant longtemps, peu de considération fut accordée à Suétone (Barr, 1990, p. 9). Ce chercheur insiste sur la nécessité de confronter les trois sources, et les pages 165 à 169 sont éclairantes en ce qui concerne la moderatio et la ciuilitas de Tibère telles qu’elles sont présentées par Suétone et Dion Cassius alors qu’elles sont absentes de l’ouvrage de Tacite.

30 En effet, le vocabulaire et le style employés dans les discours diffèrent de ceux employés dans la narration. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’utiliser le génitif pluriel du terme deus, Tacite emploie la forme deorum dans les paroles rapportées et la forme deum dans le récit. Pour l’emploi de certaines formes dans le récit ou dans les discours, voir Adams, 1973.

31 Dangel, 1989, p. 294.

32 Le Gaffiot indique que femina peut se traduire par « femelle » tandis que mulier peut faire référence à une « femme mariée ». La construction sociale serait du côté de mulier alors que chez Tacite, les deux termes dénotent des constructions sociales qui leur sont propres.

33 Cum primoribus feminis, (Tac., Annales, ii, 29) ; femina, nobilitate princeps, (Tac., Annales, ii, 75) ; cum claris feminis, (Tac., Annales, iii, 23) ; inlustribus feminis, (Tac., Annales, iii, 49).

34 Pour un exemple comparable, voir Tac. Annales, IV, 16 : incuriam uirorum feminarumque.

Ce passage concerne les mariages où les époux sont unis par la confarréation, union parmi les descendants desquelles est choisi le flamine de Jupiter. En d’autres endroits, femina représente une alternative à un statut, une fonction ou une caractéristique individuelle non fondée sur le sexe : Tac. Annales, ii, 4 : la femina Erato, chassée du gouvernement parthe, est comparée à un candidat étranger (origine medum) et à un fugitif (profugum Vononem). Chaque nom propre est donc précisé par son statut : étranger, femme, fugitif. Voir aussi Tac. Annales, ii, 54 (alternative entre femina et sacerdos).

35 Et pauca feminarum necessitatibus concedi [...] nec ullum in eo pacis impedimentum. « Peu était concédé aux besoins des femmes […] et elles n’étaient pas une gêne en temps de paix » (Tac., Annales, I, 34, 2).

36 […] nec Plancina se intra decora feminis tenebat (Tac., Annales, II, 55).

37 Voir le discours de Caecina mentionné plus haut (Tac., Annales, I, 33).

38 T. Späth a publié une étude sur la féminité et la masculinité chez Tacite. Pour la question des attentes liées au rôle d’épouse d’Agrippine l’Aînée, voir Späth, 1994, p. 94.

39 Les légions du Rhin et de Pannonie se révoltent en 14, à l’annonce de la mort d’Auguste.

40 Les paroles d’Agrippine ne sont pas rapportées, mais cela n’est pas étonnant car les paroles des matrones ne sont que très rarement rapportées : Valette, 2012, p. 2.

41 Tite-Live, Ab Urbe Condita, ii, 10.

42 Grimal, 1990 ; Wuilleumier, 1923.

43 L’emploi du pluriel imperatoribus peut faire douter de cette hypothèse et rendre séduisante l’idée d’une généralisation voulue par Tacite. Cependant, une telle opposition entre un singulier qui désigne Agrippine et un pluriel qui désigne des officiers de l’armée est reprise un peu plus loin (potiorem iam apud exercitus Agrippinam quam legatos, quam duces) et semble confirmer notre hypothèse de lecture.

44 Goodyear, 1981, p. 126.

45 Marshall, 1975, p. 133.

46 Tac., Annales, I, 69.

47 Accendebat haec onerabatque Seianus […] (Tac., Annales, I, 69).

48 En effet, en 31, après avoir obtenu le consulat, Séjan fut convaincu d’avoir convoité l’Empire et d’avoir voulu se débarrasser de Tibère.

49 Ne Iulianis quidem partibus nisi Caesar dux reliquus, (Tac., Annales, I, 2) ; simulatam Pompeianarum gratiam partium (Tac., Annales, I, 10) ; Antonii partibus (Tac., Annales, IV, 44) ; duci partium (Tac., Annales, XVI, 7).

Dans les Histoires, cet usage du terme pars est bien plus répandu : Vitellianarum partes, I, 84 ; Vitelli partes, ii, 52, iii, 75, iii, 78 ; Vitellianis partes, iii, 30 ; Vitellium partes iii, 39 ; Othonis partes, ii, 30 ; Othonianarum partes, ii, 71 ; Vespasiani partes, ii, 86, ii, 96, iii, 12, iii, 13, iii, iii, 77, IV, 39, IV, 70 ; Flauianarum partes, iii, 1, iii, 9 ; Flauianis partes, iii, 13 ; Patauuim partes, iii, 6 ; Cremonensi partes, iii, 60.

50 Pour une discussion à propos d’une faction dirigée par Agrippine ayant réellement existé sous l’Empire, voir Bauman, 1992, p. 145. La mention de partes Agrippinae n’apparaît nulle part ailleurs et elle participe de l’élaboration discursive par Tacite d’une rivalité entre Agrippine et Séjan ainsi qu’entre Agrippine et Tibère. Il ne faut cependant pas rejeter l’hypothèse qui fait d’Agrippine la cheffesse d’une faction ayant réellement rassemblé des ennemis de Séjan, dont l’influence sur Tibère était néfaste. Richard Bauman développe cette hypothèse en s’appuyant sur les attaques menées par Séjan contre C. Silius et T. Sabinius : Agrippine était liée à l’épouse de C. Silius, rencontrée lors des campagnes de leurs maris en Germanie. Le fait qu’Agrippine demande à Tibère l’autorisation d’épouser Asinius Gallus est un indice qui affermit cette hypothèse : Asinius avait fait alléger le châtiment de Sosia et il est possible qu’il ait été l’architecte de certaines idées du partes Agrippinae (Bauman, 1992, p. 145). Les démonstrations d’affection du peuple pour Agrippine et ses enfants vont aussi dans ce sens.

51 Bauman, 1992, p. 145.

52 Tac., Annales, ii, 43.

53 Nisi quod Cassius opibus uetustis et grauitate morum, Silanus claritudine generis et modesta iuuenta praecellebant […] Igitur, missa ad senatum oratione, remouendos a re publica utrosque disseruit, obiectatisque Cassio quod inter imagines maiorum etiam C. Cassii effigiem coluisset, ita inscriptam : « Duci partium » : quippe semina belli ciuilis et defectionem a domo Caesarum quaesitam, (Tac., Annales, XVI, 7).

54 Neque spargi venenum in tres poterat, egregia custodum fide et pudicitia Agrippinae impenetrabili. Igitur contumaciam eius insectari, vetus Augustae odium, recentem Liviae conscientiam exagitare, ut superbam fecunditate, subnixam popularibus studiis inhiare dominationi apud Caesarem arguerent (Tac., Annales, IV, 12).

55 Dans les Annales : I, 53 : Eodem anno Iulia supremum diem obiit, ob impudicitiam olim a patre Augusto Pandateria insula XV, 59 nomen mulieri Satria Galla, priori marito Domitius Silus : hic patientia, illa impudicitia Pisonis infamiam propagavere ; XVI, 7 Mortem Poppaeae ut palam tristem, ita recordantibus laetam ob impudicitiam eius saevitiamque, nova insuper invidia Nero complevit prohibendo C. Cassium officio exequiarum, quod primum indicium mali.

56 Langlands, 2006, p. 364.

57 Späth, 1994, p. 323,

58 Verba inerant quaesita asperitate: sed non arma, non rerum nouarum studium, amores iuvenum et impudicitiam nepoti obiectabat. In nurum ne id quidem confingere ausus, adrogantia oris et contumacem animum incusauit [...] (Tac., Annales, V, 3, 3).

59 « Le poison ne pouvait être répandu pour les trois [Agrippine et ses fils], la loyauté de leurs gardes était exceptionnelle et la vertu (pudicitia) d’Agrippine était à toute épreuve. Alors, il reprocha à Agrippine sa fierté (contumaciam) […]» (Tac., Annales, IV, 12).

60 Kaplan, 1979, p. 411.

61 Tac., Annales, VI, 25.

62 Kaplan, 1979, p. 412 (traduction personnelle).

63 C’est l’opinion de M. Kaplan, que T. Späth approuve en partie (1994, p. 64). F. Santoro L’Hoir formule elle aussi cette hypothèse : « Agrippina the Elder, like Boudicca, is a dux femina, as Tacitus insinuates in the opaque mutterings of Tiberius » (Santoro L’Hoir, 1994, p. 12). Cette chercheuse américaine a publié plusieurs écrits dans lesquels elle se propose d’utiliser la méthode d’histoire du genre appliquée à l’œuvre de Tacite : un article intitulé « Usurpation of Power » dans lequel elle se penche sur la figure de la dux femina chez Tacite, un chapitre, « Tacitus : the Tradition and its Breaking », dans l’ouvrage The Rhetoric of Gender Terms : « man », « woman », and the Portrayal of Character in Latin Prose ainsi que l’ouvrage Tragedy, rhetoric, and the historiography of Tacitus’ Annales dans lequel elle montre l’influence de la tragédie grecque sur l’œuvre de Tacite. Les chapitres qui concernent plus particulièrement cette étude sont les deux derniers : « Muliebris Impotentia : The Paths to Power » et « The Adulterer-Poisoner : A Presumption of Guilt. » Elle y estime que les femmes des Annales telles qu’Agrippine l’Aînée, Plancine, Boudicca et Agrippine la Jeune relèvent toutes de la même symbolique : celles des femmes qui transgressent les limites de leur sexe. Elle expose l’hypothèse selon laquelle les hommes qui recourent à l’empoisonnement, procédé qui serait typiquement « féminin », sont représentés de façon féminine, ainsi que l’idée que Tacite dresse un portrait de ces hommes fondé sur le « renversement des genres » (Santoro L’Hoir, 2006, p. 157).

64 Tac., Vie d’Agricola, 16, 1 ; 31, 7. Il est remarquable que la seule occurrence de l’expression dux femina se trouve dans l’Énéide et désigne une reine étrangère qui conduit des troupes fuyant la tyrannie. His commota fugam Dido sociosque parabat. Conueniunt quibus aut odium credele tyranni aut metus acer erat ; nauis, quae forte paratae, corripiunt onerantque auro. Portantur auari Pygmalionis opes pelago ; dux femina facti (Virg., Énéide, I, 360-364).

65 Tac., Annales, IV, 52.

66 « Mais à Rome, les consuls, les sénateurs, les chevaliers se ruèrent dans la servitude. Plus ils étaient illustres, plus ils étaient empressés et faux, le visage composé pour ne pas sembler joyeux à la mort d’un prince, ni trop tristes à l’avènement d’un autre, mêlant les larmes, la joie, les plaintes et l’adulation » (Tac., Annales, I, 77).

67 Nullam aeque Tiberius, ut rebatur, ex uirtutibus suis quam dissimulationem diligebat (Tac., Annales, IV, 71).

68 Strocchio, 2001, p. 33.

69 Santoro L’Hoir, 2006, p. 118.

70 Pars multo maxima imminentes dominos variis rumoribus differebant [...] ne iis quidem annis quibus Rhodi specie secessus exul egerit aliud quam iram et simulationem et secretas libidines meditatum. Accedere matrem muliebri impotentia: serviendum feminae duobusque insuper adulescentibus qui rem publicam interim premant quandoque distrahant (Tac. Annales, I, 4).

71 Traditur etiam matris impotentia extrusum quam dominationis sociam aspernabatur neque depellere poterat, cum dominationem ipsam donum eius accepisset (Tac. Annales, IV, 57).

72 Sanctitate domus priscum ad morem, comis ultra quam antiquis feminis probatum, mater impotens, uxor facilis et cum artibus mariti, simulatione fili bene composita (Tac. Annales, V, 1).

73 Auguste n’est pas épargné par la critique du double discours, c’est même lui qui l’inaugure (Tac. Annales, I, 6, 6).

74 Nouum sane et moribus ueterum insolitum, feminam signis Romanis praesidere […] (Tac. Annales, Xii, 37).

Fulvie, la femme d’Antoine, avait suscité pareils reproches de la part de Cicéron, ennemi politique d’Antoine : « Une place très florissante, aujourd’hui municipe, autrefois colonie des plus honorables, Suessa, a été par lui arrosée du sang des plus vaillants soldats ; à Brindes, sur le sein de l’épouse non seulement la plus avide, mais encore la plus cruelle, l’élite des centurions de la légion de Mars, a été par lui égorgée » (Cic., Phil., Xiii, 18, traduction de Pierre Wuilleumier pour la CUF). « En effet, renonçant à ce genre de vie, Antoine songea à se remarier, et il épousa Fulvia, qui avait été la femme de Clodius le démagogue. C’était une personne peu faite pour filer la laine et garder le foyer : dédaignant de régner sur un simple particulier, elle voulait dominer un dominateur et commander à un commandant d’armée. Aussi Cléopâtre aura-t-elle été redevable à Fulvia des leçons de soumission aux femmes qu’Antoine reçut d’elle, et qui firent de lui un homme apprivoisé et dressé de longue date, quand il passa aux mains de Cléopâtre, à écouter les ordres des femmes» (Plut., Antoine, 10, 5-6, traduction de Robert Flacelière et Émile Chambry pour la CUF). Voir aussi Appien, Histoire romaine, iii, 19-21 et Valère Maxime, Faits et dits mémorables, iii, 5.

75 Grimal, 1990.

76 Martin et Woodman, 1989, p. 219. Ils proposent aussi « unaware of Sejanus’ deception », mais étant donné que l’affrontement entre Agrippine et Séjan dure depuis le livre I, et compte tenu de la mise en scène de deux types de personnages que l’acceptation ou le refus des tromperies sépare, ce sens est peu plausible.

77 Voir Santoro L’Hoir, 2006, chapitre 7.

78 Strocchio, 2001, p. 86

79 Späth, 1994.

80 Agrippina semper atrox, tum et periculo propinquae accensa, pergit ad Tiberium ac forte sacrificantem patri repperit. Quo initio inuidiae non eiusdem ait mactare diuo Augusto uictimas et posteros eius insectari. Non in effigies mutas diuinum spiritum transfusum: se imaginem ueram, caelesti sanguine ortam, intellegere discrimen, suscipere sordis (Tac., Annales, IV, 52).

81 Comme le fait M. Kaplan dans la suite de son développement. Voir Kaplan, 1979, p. 411.

82 Dans l’Agricola, au chapitre XI, par exemple, les Bretons manifestent de la ferocia alors qu’ils sont menacés d’être soumis par les Romains. Les Gaulois, eux, ont perdu en même temps leur liberté et leur courage: amissa virtute pariter ac libertate (Tac., Vie d’Agricola, XI, 5).

83 Vielberg, 1987, p. 79.

84 Tac., Annales, IV, 12.

85  Voici l’échelle telle que l’a établie Vielberg : adulatio, blanditiae, blandimentum, servitium, servitus, patentia, obsequium, moderatio et modestia, libertas, ferox et ferocia, contumacia.

86 Traub, 1953, p. 250.

87 « The Greek ideal of parrhêsia influenced the late Republican and Imperial developments of the Roman notion of libertas (as is obvious, for instance, in Tacitus) » : Humphreys, 1978, p. 185.

88 Tac., Annales, I, 2.

89 Ibid., p. 253.

90 Qu ae mutatio neque Neronem fefellit, et proximi amicorum metuebant orabantque cavere insidias mulieris semper atrocis, tum et falsae (Tac., Annales, Xiii, 13).

91 Tac., Annales, XIV, 35.

92 Roberts, 1988, p. 126.

93 Traub, 1953.

94 Späth, 1994 , p. 61.

95 Aderat filia, super ingruens periculum, longo dolore atrox, ex quo percussores Plauti, mariti sui, uiderat, cruentamque ceruicem eius amplexa, seruabat sanguinem et uestes respersas, uidua impexa luctu continuo nec ullis alimentis nisi quae mortem arcerent (Tac., Annales, XVI, 10, 3). Modo muliebri eiulatu, aliquando, sexum egressa uoce clamitabat. « Elle criait avec des lamentations de femmes et parfois avec une voix hostile qui dépassait les limites de son sexe » (Tac., Annales, XVI, 10, 4).

96 Quod aspernatus, ne vitam proxime libertatem actam nuissimo seruitio foedaret, largitur in seruos quantum aderat pecuniae (Tac., Annales, XVI, 11).

97 « Ce qu'il rejeta avec mépris, pour ne pas souiller par un ultime acte de servitude une vie passée le plus près possible de la liberté » (Tac., Annales, XVI, 11, 1).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adeline Adam, « Agrippine l’Aînée ou le paradoxe. Les femmes de la domus Augusta et le pouvoir dans les Annales de Tacite (livres I à IV) », Pallas, 99 | 2015, 111-131.

Référence électronique

Adeline Adam, « Agrippine l’Aînée ou le paradoxe. Les femmes de la domus Augusta et le pouvoir dans les Annales de Tacite (livres I à IV) », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3045 ; DOI : 10.4000/pallas.3045

Haut de page

Auteur

Adeline Adam

Doctorante, CERILAC
Université Paris 7 - Diderot
adeline.adam1@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org