Navigation – Plan du site
De la production à la consommation : le temps en jeu dans la Méditerranée antique

De la production à la consommation : le temps en jeu dans la Méditerranée antique

Hélène Rougier et Lucia Rossi
p. 135-139

Texte intégral

1Le temps constitue une dimension omniprésente des échanges économiques. Lorsque le produit est transféré du producteur au consommateur, de nombreux enjeux temporels interviennent à plusieurs échelles. Plus il y a d’intermédiaires, plus leurs formes varient. Temps, délais et rythmes comptent.

  • 1 D. 45, 1, 122 (Scaevola libro 28 digestorum).
  • 2 Rougé, 1966, p. 349-351.
  • 3 Voir l’ouvrage récent sur Le temps dans l’Antiquité co-dirigé par J.‑P. Morel et A. Rouveret (Morel (...)

2Un extrait du Digeste offre l’exemple apparent d’un contrat de prêt maritime effectué pour une durée de 200 jours, dans le cadre d’un aller-retour entre Beyrouth et Brindes, l’une des conditions étant que le navire revienne à son point de départ chargé de marchandises et qu’il reparte avant les ides de septembre1. Ce contrat nous montre en premier lieu que le temps pouvait être pris en compte de façon stricte par les Anciens dans le cadre des échanges économiques. On ne saurait cependant négliger le risque que l’exemple choisi par le législateur soit en fait une fiction juridique, un cas d’école comme le suppose J. Rougé et non pas un contrat réel2. Cette critique nous place face à la difficulté de l’exploitation des données temporelles dans les sources antiques, qu’elles soient directes ou qu’elles donnent des indices plus indirects. Les Anciens n’avaient, en effet, ni la même façon de mesurer le temps, ni le même rapport au temps dans le domaine économique3. Nous avons choisi d’orienter la thématique sur une logique de filière allant de la production à la consommation. Il s’agit d’introduire d’entrée de jeu un fil rouge temporel qui est celui des exigences entraînées par la nécessité de relier le moment de la production et celui de la consommation. Dans cette perspective, on entendra par « temps » le résultat (ou le produit) de l’action humaine dans ses différentes formes, qui peuvent être mues par des objectifs politiques, comme les délais nécessaires à l’approvisionnement de Rome, économiques, lorsque des profits liés au commerce maritime sont en jeu, ou par des nécessités de la vie courante comme se loger, se nourrir, s’équiper… Mais il sera également question du temps « naturel », marqué par des rythmes indépendants de l’action des hommes (saisons, cycles de productions agricoles, rythmes des crues) mais qui peuvent la conditionner voire la contrer.

  • 4 Elle s’est tenue le 17 avril 2014 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Prove (...)
  • 5 Voir la synthèse historiographique et la bibliographie respective dans Andreau, 2010, p. 16‑17.

3L’ensemble des interrogations que nous nous sommes posées en amont de la Journée d’Étude « De la production à la consommation : le temps en jeu dans la Méditerranée occidentale antique », dont est tiré ce dossier4, a trouvé une place relativement limitée dans la production historiographique sur l’économie antique. Dans la controverse, aujourd’hui presque complètement dépassée, entre primitivistes et modernistes, le facteur temps a été considéré non pas comme un élément intrinsèque aux économies antiques, mais plutôt comme un facteur extérieur, qui était mobilisé par les savants de l’époque afin de tracer l’évolution économique des sociétés de l’Antiquité au xixe siècle. Dans ces réflexions, la superposition de catégories et de modèles économiques modernes aux mondes anciens aboutit à une vision de l’économie antique comme une unité économique scandée par des périodes de croissance, acmé et déclin5.

  • 6 Sur ces questions, voir Andreau, 1995, p. 947‑960 et un bilan également dans Sheidel, et al., 2007, (...)
  • 7 Bruhns, 1985, p. 255‑269, en particulier p. 256‑259.

4Ces mêmes catégories d’analyse se retrouvent dans le débat historiographique qui se développa dès les années 1920, grâce à l’œuvre de M. Rostovtzeff, puis dès les années 1970 à la suite de la publication de The Ancient Economy par M. I.  Finley. Nous retrouvons là encore une opposition dichotomique entre d’une part, un modèle « évolutionniste » de l’économie antique qui aurait connu modernité et capitalisme et, d’autre part, un modèle unitariste, développé à partir de la notion polanyienne d’« encastrement » des économies préindustrielles dans les hiérarchies et dans les statuts6. Cela permettrait d’expliquer l’absence de rationalité dans les mentalités économiques des Anciens et a en partie appuyé le modèle de « cité de consommation »7.

  • 8 Duncan-Jones, 1990, p. 7‑29.
  • 9 Sirks, 2002, p. 134‑150.

5Les quelques thèmes que nous venons d’évoquer ont conduit de nombreux historiens de l’économie grecque et romaine à s’intéresser aux quantifications et à leur évolution au cours du temps. Parmi les études qui touchent aux problématiques de notre journée, il convient de mentionner celle de R. Duncan-Jones, Structures and Scale in Ancient Economy, parue en 19908. L’auteur propose une reconstitution des temps de circulation de l’information politique dans l’Empire et met en rapport ces données avec la vitesse et l’intensité des échanges économiques dans la Méditerranée. Sans aboutir à une vision déterministe du rapport de l’Etat romain à l’espace et au temps, l’auteur met en avant l’importance du caractère saisonnier des connexions maritimes en Méditerranée et les limites que cela causait à l’intensité des échanges économiques inter-provinciaux. Méthodologiquement l’œuvre de Duncan‑Jones demeure un point de référence, tout comme la contribution d’A. B. Sirks, centrée sur l’étude des risques de la navigation commerciale en saison hivernale. L’intérêt de cette étude est majeur, dans la mesure où elle repose sur un traitement « historicisé » de nombreux passages du Digeste et du Code Théodosien, en s’attachant à la reconstitution des comportements économiques des acteurs des échanges et à l’encadrement législatif dont ils faisaient l’objet9.

  • 10 Descat, 2000, p. 264‑270.
  • 11 North, 1981.

6Aux côtés de ces contributions, il convient également de s’attarder sur les questions qui touchent aux modalités et aux temps de circulation de l’information proprement économique, qui constituait l’un des facteurs déterminants de l’accélération ou du ralentissement des transactions commerciales. Cette information pouvait concerner les types et les qualités de produits, les lieux de ravitaillement, les conditions d’obtention de crédits pour le financement d’un transport ou bien d’un achat de marchandises. Elle pouvait relever des autorités publiques ou des institutions qui encadraient les activités de production et de commercialisation de biens communs et de biens précieux. Dans une contribution de 2000, R. Descat s’est intéressé à la place de l’information économique dans le monde grec et a ainsi mobilisé la notion de costs of transactions, coûts d’échange10. Introduite dans les études plus récentes sur l’économie antique par la Neo-institutional Economic History, elle permet de rendre compte des dynamiques nécessaires à la diffusion de l’information économique11. Les économies grecque et romaine s’inscriraient dans une étape postérieure à celle du personal exchange, marquée par le caractère local des communications et de la production. Les échanges aux époques grecque et romaine étaient caractérisés par une hausse des coûts de transaction du fait du caractère impersonnel de l’échange et de la mise en place d’institutions souveraines. L’absence de contacts personnels entre producteur et consommateur augmentait ainsi le délai entre ces deux étapes et donc les coûts de transaction. Le temps devenait ainsi beaucoup plus présent dans les comportements économiques.

7Ce bref rappel historiographique montre que le temps est bien une dimension tout à fait pertinente pour l’étude de l’économie antique, mais qu’il est la plupart du temps abordé de façon indirecte. Notre parti pris est de le placer au centre de la réflexion.

8Les enjeux temporels sont liés au moment de la production, à celui de la consommation mais également à la nécessité de relier les deux. Il s’agit donc de dégager les différentes façons d’articuler les rythmes de la production et ceux de la consommation, et d’en appréhender les conséquences sur la prise de décision par les acteurs. Nous tenterons également de comprendre son impact dans la définition des rôles et des lieux depuis la production jusqu’à la consommation. Quelle place prenaient les considérations temporelles dans l’organisation des lieux et des acteurs des échanges ? Jusqu’à quel point les Anciens étaient‑ils influencés par le temps dans leurs pratiques économiques et quels moyens mettaient-ils en œuvre pour maîtriser les facteurs temporels entre le moment de la production et celui de la vente finale à but de consommation ? Comment se manifestaient les adaptations aux contraintes temporelles ?

  • 12 C’est par exemple l’ambition du volume codirigé par W. V. Harris et K. Iara paru en 2011 (Harris, I (...)
  • 13 Voir Rathbone, 1991.
  • 14 Voir Andreau et al., 2004.
  • 15 Whitewright, 2011, p. 89‑102.

9La problématique temporelle peut alors être abordée de deux manières. Une approche quantitative est parfois possible et a été tentée, par exemple dans les calculs de temps de trajet, de temps de transmission des informations ou de durées de contrats, mais la nature de nos sources rend cette approche très incertaine. L’autre façon d’appréhender le problème est de type qualitatif et s’attache à étudier le lien temporel entre production et consommation d’après les mentalités des Anciens. L’économie n’était alors pas théorisée et le temps n’était pas un facteur d’équations ou de modélisations économiques comme il l’est aujourd’hui. Il ne s’agit alors plus de raisonner en termes absolus et chiffrés mais en termes dynamiques et relatifs. Par exemple, à côté de la mesure des temps de navigation, des études tentent de créer un lien entre les évolutions techniques des navires et la possibilité pour ces navires d’aller plus vite, plus sûrement, ou de transporter davantage de marchandises pour une même durée de traversée12. Questionner la rationalité des acteurs, comme cela a été fait dans l’étude des modes de gestion des grands domaines fonciers ou de production13 ou encore dans l’étude des mentalités économiques14, implique de questionner le rapport au temps des Romains dans la sphère économique. Ces interrogations ne peuvent être élucidées que par des moyens indirects. La volonté de gagner du temps était-elle la seule logique en jeu ? La réponse est bien sûr négative, puisque le facteur temporel doit être sans cesse analysé à la lumière d’autres dimensions du rapport entre production et consommation. Les temps de navigation sont certes associés aux progrès techniques visant à naviguer plus vite ou plus sûrement, mais la navigation maritime est aussi conditionnée par les coûts du transport et le revenu qu’on espère en tirer, par la sécurité du trajet, par la « mentalité économique » du commerçant et du transporteur, notamment dans son rapport au risque, tout comme par l’urgence des besoins. Ainsi J. Whitewright met en rapport les évolutions techniques des navires avec la sécurité de la navigation et les économies dont elles peuvent être à l’origine15.

10Trois axes structurent ce dossier. Il s’agit d’une part des moyens mis en œuvre pour optimiser le lien entre production et consommation, qu’il s’agisse des progrès techniques des moyens de transport, de l’uniformisation des contenants, du perfectionnement de l’organisation des acteurs, d’autre part, des éléments qui interféraient avec ces derniers, comme les contrôles administratifs, les conflits entre les acteurs, les pertes accidentelles ou les vols de marchandises, et enfin des manières dont les Anciens dépassaient ou évitaient les sources de pertes de temps. Deux interventions relient étroitement l’espace et le temps dans le domaine économique. À travers des sources juridiques et littéraires, Marie-Adeline Le Guennec insiste sur l’importance de la prise en compte du facteur temps dans l’étude des mobilités et montre comment le temps peut se trouver au cœur d’une relation de type commercial. Stéphane Martin mobilise quant à lui l’archéologie et les sources numismatiques pour aborder le délicat problème de la vitesse de circulation de la monnaie dans l’Antiquité. Trois communications mettent ensuite l’accent sur les contraintes temporelles pesant sur les hommes et les lieux des échanges. Lucia Bonacci s’intéresse, à l’aide de sources variées, aux acteurs et aux lieux du commerce du blé entre la Gaule et Rome, tandis que Lucia Rossi évalue par l’intermédiaire de sources papyrologiques les temps de trajet et les facteurs de ralentissement dans le transport du blé à la fois nilotique et maritime, vers et depuis Alexandrie. Enfin, Hélène Rougier exploite les sources littéraires et épigraphiques pour tenter d’évaluer l’impact des saisons de navigation sur l’activité portuaire. Les deux dernières interventions s’intéressent aux moyens mis en place par les Anciens pour gagner du temps ou pour éviter d’en perdre. À travers l’épigraphie lyonnaise, Takashi Hasegawa voit dans le patronat des collèges de nautes et de commerçants un moyen de prévenir des conflits interprofessionnels qui engendreraient des pertes de temps. Enfin, Max Luaces interroge la rationalité antique, dont le temps est une dimension, par l’étude de sites de productions halieutiques et d’amphores du sud de l’Espagne.

11La diversité des démarches et des sources doivent permettre d’évaluer les possibilités et les limites liées à cette question complexe pour l’économie antique.

Haut de page

Bibliographie

Andreau, J., 1995, Présentation : Vingt ans après L’Économie antique de Moses I. Finley, Annales Histoire, Sciences Sociales, 50, p. 947‑960.

Andreau, J., 2010, L’économie du monde romain, Paris.

Andreau, J., France J. et Pittia, S. (éd.), 2004, Mentalités et choix économiques des Romains, Bordeaux.

Bruhns, H., 1985, De Werner Sombart à Max Weber et Moses I. Finley: la typologie de la ville antique et la question de la ville de consommation, dans Ph. Leveau (éd.), L’origine des richesses dépensées dans la ville antique. Actes du colloque organisé à Aix-en-Provence (11-12 Mai 1984), Aix-en-Provence, p. 255‑273.

Descat, R., 2000, La mer et l’information économique dans le monde grec, dans J. Andreau et C. Virlouvet (éd.), L’information et la mer dans le monde antique, Rome, p. 263‑278.

Duncan-Jones, R., 1990, Structures and Scale in Ancient Economy, Cambridge.

Finley, M. I., 1971, The Ancient Economy, Berkeley-Los Angeles.

Finley, M. I., 1984, La città antica : da Fustel de Coulanges a Max Weber e oltre, dans B. D. Shaw et R. P. Saller (éd.), Economia e società nel mondo antico, Rome‑Bares, p. 3‑29.

Harris, W. V. et Iara, K. (éd.), 2011, Maritime technology in the Ancient economy: shipdesign and navigation, JRA, Supplément 84.

Morel, J.-P. et Rouveret, A. (éd.), 2013, Le temps dans l’Antiquité, Paris.

North, D., 1981, Structure and change in economic history, New York.

Rathbone, D., 1991, Economic rationalism and rural society in third-century A.D. Egypt: the Heroninos archive and the Appianus estate, Cambridge.

Rostovtzeff, M., 1988, Histoire économique et sociale de l’Empire romain, Paris (avec une introduction de J. Andreau).

Rougé, J., 1966, Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’empire Romain, Paris.

Sheidel, W., Morris, I. et Saller, R. P. (éd.), 2007, The Cambridge economic history of the Greco-Roman world, Cambridge.

Sirks, A.B., 2002, Sailing in the Off-Season with Reduced Financial Risk, dans A. B. Sirks et J. J. Aubert (éd.), Speculum Iuris: Roman Law as a Reflection of Social and Economic Life in Antiquity, Michigan, p. 134‑150.

Whitewright, J., 2011, Efficiency or Economics? Sail development in the ancient Mediterranean, dans W. V. Harris et K. Iara (éd.), Maritime Technology in the Ancient Economy: Ship-Design and Navigation, JRA, Supplément 84, p. 89‑102.

Haut de page

Notes

1 D. 45, 1, 122 (Scaevola libro 28 digestorum).

2 Rougé, 1966, p. 349-351.

3 Voir l’ouvrage récent sur Le temps dans l’Antiquité co-dirigé par J.‑P. Morel et A. Rouveret (Morel, Rouveret, 2013, p. 7‑17). L’ouvrage aborde les questions de la perception, du calcul, de l’imagination et de l’organisation du temps dans les sociétés de l’Antiquité historique, protohistorique et préhistorique. Les aspects culturels, religieux, l’érudition historique et technique y sont privilégiés.

4 Elle s’est tenue le 17 avril 2014 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Nous remercions très chaleureusement Nicolas Monteix (Rouen), Christian Rico (Toulouse) et Nicolas Tran (Poitiers) pour leur participation et la modération des trois sessions de la journée, ainsi qu’André Tchernia pour avoir accepté de conclure la journée.

5 Voir la synthèse historiographique et la bibliographie respective dans Andreau, 2010, p. 16‑17.

6 Sur ces questions, voir Andreau, 1995, p. 947‑960 et un bilan également dans Sheidel, et al., 2007, p. 1-8. Pour les ouvrages de références : Finley, 1971 et 1984 ; Rostovtzeff, 1988.

7 Bruhns, 1985, p. 255‑269, en particulier p. 256‑259.

8 Duncan-Jones, 1990, p. 7‑29.

9 Sirks, 2002, p. 134‑150.

10 Descat, 2000, p. 264‑270.

11 North, 1981.

12 C’est par exemple l’ambition du volume codirigé par W. V. Harris et K. Iara paru en 2011 (Harris, Iara, 2011, passim).

13 Voir Rathbone, 1991.

14 Voir Andreau et al., 2004.

15 Whitewright, 2011, p. 89‑102.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Rougier et Lucia Rossi, « De la production à la consommation : le temps en jeu dans la Méditerranée antique », Pallas, 99 | 2015, 135-139.

Référence électronique

Hélène Rougier et Lucia Rossi, « De la production à la consommation : le temps en jeu dans la Méditerranée antique », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/3058

Haut de page

Auteurs

Hélène Rougier

Doctorante à Aix-Marseille Université
Centre Camille Jullian (UMR 7299)
eln.rougier@gmail.com.

Articles du même auteur

Lucia Rossi

Post-doctorante auprès du LabEx HASTEC et du laboratoire ANHIMA (UMR 8210)
lucia.rossi.682@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org