Navigation – Plan du site
Varia

La représentation de la Crète et des Crétois dans les Histoires de Polybe

The representation of Crete and the Cretans in Polybius’s Histories
Alain Remy
p. 269-293

Résumés

Cet article propose une étude de la représentation de la Crète et des Crétois dans les Histoires de Polybe et entend démontrer que celle-ci est, sous couvert d’objectivité, idéologiquement orientée, car fondée sur les alliances politiques qui unissent ou non les cités crétoises à la Confédération achéenne. Après une analyse des données quantitatives et, en cela, purement objectives, définies par Polybe lui-même, permettant de juger du degré de puissance d’un État, nous en venons à une étude du caractère des Crétois, lequel oriente moralement leurs objectifs politiques. L’étude s’achève alors sur l’idéologie à l’œuvre dans le récit des affaires de Crète.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie M. le professeur E. Foulon d’avoir revu cet article.
  • 2 L’ouvrage de référence est celui de Van Effenterre, 1968. On pourra aussi se reporter partiellement (...)
  • 3 Les guerres émaillent la Grèce des iiie et iie siècles. Citons chronologiquement : la guerre de Chr (...)
  • 4 Pour la première guerre crétoise (205-201 av. J.-C.), voir Pol. XIII, 4, 1-2 ; pour la seconde (155 (...)

1La question de la représentation de la Crète et des Crétois dans les Histoires1 demeure très marginale au sein des études polybiennes2, en raison même de la position excentrée de l’île dans les affaires de l’époque hellénistique, en marge des conflits majeurs qui se concentrent tant en Grèce continentale que dans le Péloponnèse3, et de la mutilation du texte consacré au récit des guerres crétoises4.

  • 5 Hécat. Fr. 1. Voir aussi Hartog, 1999, p. 19.
  • 6 Hdt. I, 75 ; ii, 21 ; IV, 11-12.
  • 7 La première rupture consiste à considérer le présent comme histoire véritable et seule intéressante (...)
  • 8 Voir dans son ensemble l’opuscule Comment il faut écrire l’histoire, seul traité antique sur l’hist (...)
  • 9 Si Hérodote envisage déjà les motifs personnels, fondés sur l’appétit de puissance, comme moteurs d (...)
  • 10 Sur l’idée polybienne de l’excellence morale d’un peuple comme élément décisif lui permettant d’acc (...)

2Dans sa recherche des causes des événements, Polybe est nécessairement tributaire de l’historiographie classique et s’inscrit dans une filiation qui définit progressivement les préceptes du bon historien. Ceux-ci commencent à être posés par Hécatée de Milet, dont le souci d’exactitude permet, grâce à une critique raisonnée des différentes traditions, le passage progressif du récit mythique à l’Histoire5, et par Hérodote, qui pose l’Histoire comme démonstration6, avant de trouver leur développement majeur chez Thucydide, dont le discours présente une double rupture instauratrice7, rupture qui le fait considérer en 165 ap. J.-C. par Lucien de Samosate comme le fondateur de la science historique8. Polybe distingue ainsi des données objectives, car mesurables et quantifiables, et des données purement qualitatives, fondées sur l’humain9, qui ouvrent sur la question, éminemment subjective, de la morale. Et c’est par cette étude conjointe, érigée pour ainsi dire en système, que le Mégalopolitain juge de la capacité et de la pertinence10 d’investissement des peuples dans l’Histoire de son temps. De fait, si les données objectives permettent de percevoir la capacité d’un peuple à peser sur les affaires du monde, les données humaines lui accordent ou lui dénient toute légitimité en la matière.

3Aussi cet article se propose-t-il de déterminer en trois temps comment Polybe saisit les Crétois. Nous verrons ainsi à quelle place les données objectives situent la puissance crétoise parmi les États de l’époque hellénistique, puis comment cette classification première doit être relativisée par rapport à la question, centrale, de l’ἦθος, laquelle engage l’objectif même de la politique de l’État et pose ainsi la question de la légitimité de l’action entreprise, avant d’envisager cette représentation par rapport à la tradition, ainsi que les raisons qui ont conduit le Mégalopolitain à représenter ainsi les Crétois dans ses Histoires.

1. Les données objectives

  • 11 Pour les livres I à XVI, c’est l’édition de la C.U.F. qui sera suivie : livre I, P. Pédech, 1969 ; (...)
  • 12 « Tout d’abord il n’est pas sans intérêt d’apprendre comment et dans quelles conditions le nom aché (...)
  • 13 « mais si l’on vise plus haut, si, au lieu de ce but (i.e. : veiller à la sécurité de l’État), on e (...)
  • 14 Nous entendons cette expression dans son acception la plus large de science militaire, qui comprend (...)
  • 15 Voir aussi Pol. I, 1, 5 ; I, 17, 11 ; VI, 2, 9-10. On rappellera que Polybe est tributaire ici des (...)

4On infère11 de Polybe ii, 38, 1-212 et VI, 50, 3-413 que les éléments premiers qui permettent de juger du degré de puissance d’un peuple et de sa capacité à jouer un rôle dans les affaires du monde, rôle que le Mégalopolitain considère être l’objectif premier de tout État, sont les suivants : étendue du territoire (χώρας πλῆθος), nombre et importance des cités (πόλεων πλῆθος), richesse économique (πλοῦτοι), qualités viriles (αἱ τῶν ἀνδρῶν ἀρεταί)14, toutes données auxquelles s’ajoutent la qualité et la stabilité du régime politique (πολίτευμα)15.

1. 1. La géographie physique et l’économie

  • 16 X, 4, 1 : « (…) j’ai à traiter ensuite de la Crète, puisqu’elle appartient également au Péloponnèse (...)
  • 17 Voir l’analyse de R. Baladié, 1980, p. 3-4, ainsi que la note 12, p. 3 et la note 13, p. 4.
  • 18 Polybe divise son récit pour les affaires de Grèce autres que celles de Grèce continentale en plusi (...)

5Alors que Strabon inclut la Crète dans son étude des îles dépendant du Péloponnèse16 en raison des liens politiques et commerciaux qui unissaient au cours de l’Antiquité l’île à la péninsule17, Polybe préfère relier son histoire à celle de Rhodes et du monde grec oriental, comme l’impose le découpage canonique de sa matière en zones géographiques distinctes18.

  • 19 X, 4, 2 : « (…) mais l’on dira plutôt qu’elle est située entre la Cyrénaïque et la partie de la Grè (...)
  • 20 Pol. XIII, 4, 2 : (…) εἰς δὲ τὴν Κρήτην πρεσβευτὰς ἐξαπέστειλε τοὺς ἐρεθιοῦντας καὶ παρορμήσοντας ἐ (...)
  • 21 Pour les affaires de 189, voir T.-L., XXXVII, 60, 4 (le passage correspondant de Polybe, XXI, 43, 3 (...)
  • 22 Sur l’alliance entre les Crétois et le roi de Sparte Nabis, voir Pol. XIII, 8, 2 ; sur celle entre (...)

6Contrairement à Strabon qui avoue son embarras pour situer précisément l’île19, Polybe n’éprouve aucun intérêt pour les subtilités topographiques. Il ne retient que la position stratégique privilégiée de l’île dans l’orient de la mer Méditerranée, au carrefour des routes maritimes reliant la mer Egée à l’Egypte et aux comptoirs africains. De fait, l’enjeu dont l’île a été l’objet au cours de la période hellénistique suffit à définir l’importance de sa situation, sorte de rempart qui ferme la mer Egée et clôt de ce fait l’espace maritime entre la Grèce et l’Asie Mineure. Ainsi s’explique l’intervention de Philippe V dans les affaires crétoises au cours de la première guerre de Macédoine20, ainsi se justifie l’intervention en 189 et 185 de Rome dans les luttes intestines qui déchirent l’île21, ainsi se comprend l’abondance des traités d’alliance conclus entre les cités crétoises et les puissances de l’époque hellénistique22.

  • 23 Sur la vitalité démographique de l’île durant la période hellénistique, voir Faure, 1961, p. 322.
  • 24 Polybe mentionne les cités suivantes : Allaria (V, 63, 12 ; XIII, 10, 4), Apollônia (XXVIII, 14, 4) (...)
  • 25 Le mercenariat crétois est des plus actifs et les puissances de l’époque hellénistique trouvent dan (...)
  • 26 Pol. XXXVI, 17, 5.

7Par ailleurs, la Crète ne dispose pas seulement d’une position stratégique remarquable. Elle possède également une population importante23, trop importante pour demeurer dans les limites étroites offertes par l’île. Si Polybe n’avance aucune estimation chiffrée en la matière, plusieurs indices suggèrent la vitalité démographique des Crétois. Nombreuses sont ainsi les cités qui divisent l’île en petits districts24 et nombreux sont les Crétois engagés comme mercenaires dans les conflits des iiie et iie siècles25. La plupart des références polybiennes proposent des indications numériques précieuses qui induisent le caractère florissant du mercenariat crétois, tandis que l’importance des contingents engagés dans les différents conflits suggère implicitement la vitalité démographique de l’île, qui demeure capable de fournir, pendant l’ensemble de la période hellénistique, des soldats en grand nombre, malgré, d’une part, la dénatalité qui frappe alors la Grèce26, d’autre part, les crises et les luttes intestines qui déchirent l’île.

  • 27 Pol. VI, 11a, 4.
  • 28 Pol. XXVIII, 14, 3.
  • 29 Strabon, X, 4, 4. Voir aussi Baurain, 1997, p. 102 ; Ducrey et Van Effenterre, 1969, p. 299.
  • 30 Sur les gisements de fer en Crète centrale et occidentale, voir Bresson, 2008, p. 149.
  • 31 Athénée, 1, 49 (27f) : « La Belle Crète (envoyait à Athènes) du cyprès pour les dieux » ; Strabon, (...)
  • 32 Sur la vitalité des échanges commerciaux en Crète, voir Bresson, 2008, p. 77-78, 84 et 174.
  • 33 Pol. XXVIII, 14, 4.
  • 34 Pol. IV, 8, 11 ; XIII, 8, 2 ; XXIII, 6, 2. Sur la piraterie crétoise, voir en particulier Gabrielse (...)

8Concernant l’économie de la Crète, Polybe demeure en revanche fort vague. Tout au plus mentionne-t-il incidemment l’excellence de son vin27, ainsi que le sanctuaire de Zeus Idaien, lors de la relation des événements tragiques qui ont touché la cité d’Apollônia, détruite en 170-169 par les Kydôniates, alors ses alliés28. Rien au sujet de l’agriculture29, du cheptel, des ressources du sous-sol30, de l’exploitation forestière31, de l’artisanat, du négoce32. Et si les exactions, les razzias, les menées d’une cité contre le territoire d’une autre sont fréquentes, Polybe ne dit rien de l’importance et de la qualité des butins, réduits à de simples expressions génériques33. Tout au plus, fait-il allusion à la piraterie, qui est le corollaire du commerce maritime34.

  • 35 Voir Remy, 2011, p. 115-120.

9S’esquisse alors de ces quelques données fragmentées et fragmentaires une représentation de l’île. Pour Polybe, la Crète jouit avant tout d’une situation géographique remarquable et d’une belle courbe démographique, deux données essentielles susceptibles de l’amener à peser dans les affaires orientales du monde hellénique. La question économique reste envisagée seulement à la périphérie du discours historique, seulement si la matière en fournit l’occasion, car là n’est pas l’essence du propos polybien, surtout qu’il existe des moyens bien plus rapides d’acquérir des richesses : brigandage, piraterie, ainsi que butins et tributs militaires35.

1. 2. La puissance militaire

  • 36 Hom., Odyssée, XIV,194-234, particulièrement les vers 224-227.
  • 37 Κρῆτες δὲ καὶ κατὰ γῆν καὶ κατὰ θάλατταν πρὸς μὲν ἐνέδρας καὶ λῃστείας καὶ κλοπὰς πολεμίων καὶ νυκτ (...)
  • 38 Sur la piraterie crétoise à l’époque hellénistique, voir Brulé, 1978, particulièrement les pages 66 (...)

10Les actes de piraterie des Crétois sont légendaires. Leur réputation est déjà présente chez Homère. Lorsqu’il arrive à Ithaque et reçoit l’hospitalité de son porcher Eumée, Ulysse invente une fable, prétendant être d’origine crétoise et avoir acquis une fortune considérable en faisant acte de piraterie36. Polybe se fait l’écho de cette pratique en IV, 8, 11 : « Les Crétois eux, sur terre et sur mer, sont irrésistibles quand il s’agit d’embuscades, de brigandages, de vols de biens ennemis, d’attaques nocturnes et de tous ces petits coups de main isolés où s’exerce la ruse (…) »37. Mais s’il montre combien cette tradition est encore vivace au cours de la période hellénistique38, là n’est pas l’intérêt principal de son exposé. Loin de critiquer la piraterie crétoise en tant que telle, le Mégalopolitain porte l’attention sur les qualités indispensables à cette activité, qui conjugue habilement entraînement militaire et enrichissement économique. À cela s’ajoute en outre une grande expérience en matière de tactique et de stratégie. Les Crétois sont en effet passés maîtres, sur mer et sur terre, dans l’art de la guérilla, au sens moderne du terme, soit à un ensemble d’actions privilégiant les coups de main, la ruse, les attaques soudaines et décisives. Ils envisagent ainsi la guerre exclusivement comme une suite de petits faits, de harcèlements de l’ennemi, menace toujours présente qui peut ruiner le potentiel de toute armée en ligne.

  • 39 (…) πρὸς δὲ τὴν ἐξ ὁμολόγου καὶ κατὰ πρόσωπον φαλαγγηδὸν ἔφοδον ἀγνεννεῖς καὶ πλάγιοι ταῖς ψυχαῖς.
  • 40 Pol. IV, 20, 6 : « Il ne faut pas croire non plus que les anciens Crétois et Lacédémoniens ont intr (...)
  • 41 Ainsi en Pol. IV, 53, 9 (« s’emparant de la citadelle » ; καταλαμβανόμενοι τὴν ἄκραν) ; IV, 54, 1 ( (...)

11Toutefois, ces manœuvres militaires recèlent en elles-mêmes un défaut majeur, le πρὸς μέν commandant un πρὸς δέ. Ainsi l’excellence proposée dans le premier mouvement de la parataxe présuppose un second point négatif : « (…) mais dans les actions où l’on combat ouvertement, face à face et en formation serrée, ils sont lâches et pusillanimes »39. S’ils sont remarquables d’efficacité quand il s’agit de harceler l’ennemi, les Crétois paraissent incapables de résister dans un combat en ligne, et cela malgré un souci réel porté à leur disposition au cours des engagements40. Aussi, partagés entre d’indéniables qualités et de nombreuses insuffisances, n’apparaissent-ils jamais en tant que tels dans une bataille en ligne. Les guerres entre les cités de l’île, quoique récurrentes, ne trouvent aucunement leur résolution lors de bataille rangée. Seuls les coups de mains sont envisagés41.

  • 42 Ainsi on les voit au service des Lagides (IV, 36, 4 ; V, 61, 9 ; V, 63, 12 ; V, 65, 7 ; V, 82, 10 ; (...)
  • 43 Sur les dix-neuf Crétois mentionnés dans l’œuvre polybienne telle qu’elle nous est parvenue, dix so (...)
  • 44 Pol. V, 63, 11 et 14.
  • 45 Ainsi Pol. VII, 15, 2-3, où ce sont le courage, l’audace et les connaissances du Crétois Lagoras en (...)

12Mais si leur pusillanimité (πλάγιοι ταῖς ψυχαῖς) leur interdit de mener des opérations d’envergure subordonnées à des objectifs politiques précis et réfléchis, leurs qualités mêmes les font apprécier en tant que forces d’appui. Ils sont ainsi massivement recrutés comme mercenaires par nombre d’armées de l’époque hellénistique42, et ce n’est pas un hasard si une proportion non négligeable de Crétois nommément cités par Polybe apparaît à la solde de puissances militaires du bassin méditerranéen oriental43. Leur maîtrise des arts de la guerre en fait de solides auxiliaires, de très bons instructeurs, capables de former de jeunes recrues novices44, tandis que certaines individualités se révèlent tout à fait exceptionnelles par leur connaissance en matière de tactique voire de stratégie45.

  • 46 Lyttos résiste alors à l’unification de la Crète réalisée par Cnossos suite à l’affaiblissement de (...)
  • 47 Τὸ μὲν οὖν πρῶτον ἐπολέμουν πάντες οἱ Κρηταιεῖς τοῖς Λυττίοις.
  • 48 IV, 53, 5 : (…) ἐγγενομένης δὲ φιλοτιμίας ἐκ τῶν τυχόντων, ὅπερ ἔθος ἐστὶ Κρησίν, ἐστασίασαν πρὸς τ (...)

13Il n’existe donc pas d’armée crétoise, au sens national du terme. La seule union des forces crétoises mentionnée par Polybe apparaît en IV, 53, 5, lorsqu’une coalition, dirigée par Cnossos, décide, en 220, de réduire la cité de Lyttos46 : « Au début, tous les Crétois firent la guerre aux Lyttiens »47. Si l’emploi de l’adjectif indéfini quantifieur de la totalité πάντες infère l’unité des forces concentrées contre Lyttos, il reste que cette volonté commune ne tarde pas à se déliter : « (…) mais une rivalité étant survenue par suite de divers hasards, ce qui est de règle en Crète, ils se divisèrent »48. Aussi doit-on conclure, à la suite de Polybe, à l’impossibilité de parvenir à une armée nationale crétoise. Les dissensions et les changements d’intérêt interdisent toute fédération des forces militaires de l’île, tendues vers un objectif commun.

14Les Crétois sont donc des guerriers. Depuis la plus haute antiquité leur ardeur à la guerre est reconnue. Elle ne se dément pas à l’époque hellénistique. Les soldats de la Crète sont présents sur tous les champs de bataille du monde oriental du bassin méditerranéen. On les trouve impliqués, non seulement dans les conflits helléniques, mais encore dans les guerres lagides et séleucides. Leurs connaissances du métier des armes, leur professionnalisme, tant sur mer que sur terre, leur science de la tactique et de la stratégie en font des auxiliaires indispensables. Telle est la première impression qui transparaît de la lecture de l’œuvre polybienne.

15Néanmoins, une autre réalité, sous-jacente, invite à la relativiser. Si la présence crétoise est importante, elle n’en demeure pas moins secondaire. Les contingents engagés dans les conflits des iiie et iie siècles ne sont que des auxiliaires, alliés ou mercenaires employés par une puissance extérieure. L’île est une île de cités, en lutte de souveraineté perpétuelle et ne saurait de ce fait posséder d’armée fédérale. Toute tentative portée en ce sens aboutit à une aporie. Le cas de la guerre de Lyttos est exemplaire.

1. 3. Un pouvoir divisé

  • 49 « (…) un nombre considérable de discordes privées et publiques, de meurtres et de guerres civiles » (...)
  • 50 « En Crète commença une période de troubles graves, si toutefois on peut parler de commencement à p (...)
  • 51 L’exemple de Gortyne, daté de 220, rapporté par Polybe en IV, 53, 7, est fameux : « À Gortyne, on é (...)
  • 52 Voir l’épisode de la guerre de Lyttos (Pol. IV, 53, 5) ou le conflit qui oppose Apollônia et Kydôni (...)

16Les mots de Polybe pour qualifier le pouvoir politique crétois relèvent de la uituperatio. Chaque fois qu’il s’intéresse aux affaires crétoises, c’est pour relever l’omniprésence des luttes intestines au sein de l’île. L’état de στάσις semble permanent. VI, 46, 949 et XXIV, 350 sont sans ambiguïté. Et l’analyse événementielle de corroborer ces deux réflexions synthétiques : l’instabilité politique est constante : ce ne sont qu’affrontements de factions rivales au sein d’une même cité51 ou entre districts de l’île52.

  • 53 VI, 45, 1-2 : « Pour passer à la constitution crétoise, deux questions méritent notre attention : c (...)
  • 54 Voir Flacelière et Chambry, Plutarque, 1969, note p. 235, s.u.: Phil. 7, 3 ; Errington, 1969, p. 28 (...)

17Toutefois, s’il souligne à plaisir l’état de guerre civile qui accable la Crète et s’il récuse par ailleurs l’idée selon laquelle la constitution de l’île serait proche, voire concurrente, de celle de Lacédémone, en un discours polémique et quelque peu spécieux53, Polybe sait moduler la violence de son discours. La connaissance qu’il a des affaires crétoises est en effet très fine et précise, de première main pourrait-on dire, puisqu’elle provient de son maître Philopoimen, lequel séjourna en Crète en 221-220, puis en 200-19354.

  • 55 Celui-ci a été fondé dans le troisième quart du iiie siècle, vraisemblablement entre 260 et 230. Su (...)
  • 56 Pol. VI, 47, 4-5.
  • 57 Pol. VI, 46, 4 : « d’autre part leurs magistratures sont annuelles et ont un statut démocratique » (...)
  • 58 Pol. XXIX, 10, 6-7.
  • 59 Pol. XXII, 15, 4 : κοινοδίκαιον.

18L’organisation des cités de la Crète en κοινόν55 est ainsi connue du Mégalopolitain. Le substantif apparaît d’ailleurs, incidemment pourrait-on dire, à l’occasion d’une nouvelle diatribe, où il se trouve associé au terme générique οἱ Κρηταιεῖς et au syntagme τὴν ὅλην πολιτείαν56. À cette occurrence explicite on peut ajouter en outre trois références plus nettement implicites au κοινόν crétois. La première reconnaît au peuple crétois une organisation démocratique57. La deuxième évoque une ambassade rhodienne envoyée en Crète en 168. Celle-ci doit se présenter devant πάντας Κρηταιεῖς, c’est-à-dire devant l’assemblée fédérale avant de poursuivre sa mission auprès des diverses cités58. La troisième mentionne une cour de justice fédérale59.

  • 60 Le cas de VI, 46, 4 est exemplaire. S’il reconnaît le caractère démocratique du κοινόν crétois, Pol (...)
  • 61 Voir Van Effenterre, 1968, p. 145-148.

19La brièveté des occurrences a cependant de quoi surprendre. Si l’on excepte ces quelques notations marginales60, nulle autre référence explicite à l’organisation fédérale des cités n’est présente dans les Histoires. Tout se passe comme si le Mégalopolitain refusait de considérer la fédération de l’appareil politique crétois, alors même que les rares allusions à son sujet déterminent sans ambiguïté sa connaissance des instances du κοινόν. L’exemple le plus probant en est l’évocation du κοινοδίκαιον, puisque Polybe est la seule source littéraire mentionnant l’existence de cette instance fédérale. Tous les autres témoignages sont épigraphiques61.

  • 62 Pol. IV, 53, 5-7; XXIV, 3.
  • 63 Voir Van Effenterre, 1968, p. 149-150 ; G. Capdeville, 1997, p. 303-306. Voir encore Curty, 1994, p (...)

20Aussi, loin de considérer comme insuffisantes les connaissances du Mégalopolitain en la matière, convient-il d’y voir une volonté délibérée dont il faut préciser la portée. Polybe ne conçoit en effet l’étude de la politique qu’en tant que cause des événements historiques. Aussi pouvons-nous émettre l’hypothèse que son refus de traiter de la constitution fédérale crétoise tient pour l’essentiel à sa faiblesse. Deux points confortent cette opinion. L’insistance de Polybe à dépeindre les querelles, les guerres et les violences entre les cités est une célébration en creux de la faillite complète et définitive d’un système incapable de juguler les divergences politiques irréductibles entre les cités de l’île. Et nous retrouvons alors là l’opposition liminaire entre le système initié par Lycurgue et l’appareil crétois (VI, 45, 1 – 46, 11). Le premier est parvenu à faire cesser toute violence entre les citoyens ; le second a été incapable de juguler ces exactions et ces luttes intestines62. Et le témoignage épigraphique ajoute du crédit à l’impuissance rédhibitoire des instances fédérales. De fait, les références au κοινόν sont peu nombreuses et très disparates, au point que la connaissance actuelle de son fonctionnement demeure des plus confus63.

  • 64 Tout au plus peut-on inférer de l’ambassade d’Antiphatas auprès des instances fédérales achéennes e (...)

21Les données objectives et purement quantifiables laissent donc apparaître une situation très contrastée de la puissance crétoise. À l’excellence de la position géographique, Polybe oppose des qualités et des déficiences en matière militaire qui interdisent aux Crétois de peser réellement sur les affaires du monde, tandis que la faillite politique consacre l’absence d’objectifs communs, seuls capables, in fine, de tirer favorablement parti des atouts précédents pour élever la Crète parmi les premières puissances de l’époque hellénistique64.

2. L’humain

22Au domaine de la géographie physique et de l’économie, de l’armée et des constitutions, Polybe, fidèle à sa méthode historique qui entend chercher le plus précisément possible l’ensemble des αἰτίαι de chaque événement, ajoute la figure de l’Homme lui-même en tant qu’acteur de l’Histoire, suivant en cela les préceptes classiques de l’historiographie. En ce sens, l’origine profonde des actions d’un peuple, la plus profondément ancrée dans son inconscient, est l’ἦθος, c’est-à-dire le caractère et l’éthique. C’est dans cette perspective que Polybe étudie le caractère crétois.

2. 1. Le caractère générique des Crétois

  • 65 Pol. VI, 47, 5 : Καὶ μὴν οὔτε κατ’ ἰδίαν ἤθη δολιώτερα Κρηταιέων εὕροι τις ἄν, πλὴν τελείως ὀλίγων, (...)

23Le Crétois représente pour le Mégalopolitain l’archétype de la perversité. Son affirmation est sans ambiguïté : « Or, pour ce qui est de la moralité des individus, on ne saurait trouver plus de perfidie qu’en Crète, à de très rares exceptions près, ni plus d’injustice pour ce qui est des activités de l’État. »65 Si la structure au potentiel et la restriction atténuent la violence de la uituperatio, il faut ici les comprendre principalement comme de simples subtilités oratoires dont l’objectif est d’éviter le soupçon d’une quelconque partialité du propos tenu. De fait, pour Polybe, les Crétois sont réellement les ennemis de toute justice et de tout bien. La double litote est signifiante : qu’il s’agisse du domaine public ou du domaine privé, les Crétois s’abandonnent à l’injustice.

  • 66 Voir Pol. VI, 46, 1-3 : « chez les Crétois, c’est exactement le contraire ; d’abord leurs lois leur (...)
  • 67 Lieu commun des philosophies, déjà connu des sentences des Sept Sages (μηδὲν ἄγαν et γνῶθι σεαυτόν) (...)
  • 68 Pol. VI, 46, 9.

24L’ensemble des Histoires illustre cette réalité dont l’origine est la recherche constante des biens matériels66, avidité exacerbée, non tempérée par les préceptes philosophiques67, qui mène à tous les excès, dont les meurtres et les guerres civiles68.

  • 69 Pol. XXVIII, 14, 3.
  • 70 Pol. XXIV, 3.
  • 71 Pol. IV, 54, 5 : ἀρίστους ἀεὶ τρέφουσα Κρηταιέων.

25L’arbitraire est en effet la règle. L’acquisition des richesses justifie toutes les fantaisies et légitime toutes les licences. Le sacré n’existe plus69, le droit des gens est refusé70. Pire, tout ce qui est vertueux semble irrémédiablement voué à la destruction. Tel est le sens pour Polybe du saccage de la cité de Lyttos, elle « qui nourrit successivement les meilleurs des Crétois »71.

  • 72 Pol. XIII, 8, 2.
  • 73 Pol. XIII, 6, 8.
  • 74 Pol. XIII, 14, 2 : « pour les exciter et les encourager » (ἐρεθιοῦντας καὶ παρορμήσαντας).

26Par ailleurs, les Crétois ne se contentent pas de se livrer à leurs entreprises criminelles dans les bornes étroites de leur île. Leur impudence est telle que tout le bassin méditerranéen est victime de leurs rapines et de leurs brigandages. Ainsi ils sont employés par le tyran Nabis comme pirates72 ou comme assassins, pour éliminer toute trace d’opposition politique73, tandis que Philippe V les pousse à la guerre contre Rhodes en flattant et exacerbant leurs passions par l’évocation des richesses de cette puissance commerciale74.

  • 75 Nous relevons, associés aux Crétois, les champs lexicaux suivants : celui des destructions matériel (...)
  • 76 IV, 54, 5 : « avec humanité » (φιλανθρώπως).

27Polybe livre donc une vision extrêmement péjorative du peuple crétois, nation prédatrice qui ne conçoit que le crime et l’appât du gain75. Seule les cités de Lappa76, de Lyttos et, partiellement, de Gortyne, échappent à cette critique généralisée. Nous reviendrons sur ce point ultérieurement, lors de l’étude de l’idéologie à l’œuvre dans le traitement des Crétois par Polybe.

2. 2. Quelques individualités

  • 77 Trois personnalités se distinguent parmi les Crétois présents dans les Histoires : Bôlis, Cambylos (...)

28Les Crétois77, que leur engagement dans l’Histoire de l’époque hellénistique permet à Polybe de différencier et de considérer en tant qu’individus propres, ne dérogent pas à cette éthopée. S’il leur reconnaît des qualités, celles-ci sont systématiquement gâtées par la cupidité.

  • 78 Voir Pol. VIII, 15, 1.
  • 79 Voir Pol. VIII, 15, 9 ; VIII, 17, 7 ; VIII, 18, 4-8.

29Ainsi de Bôlis, auquel est associé dans une certaine mesure Cambylos. Le Mégalopolitain lui reconnaît d’indéniables qualités. Il possède la science militaire, l’ingéniosité et la réflexion78. Il sait en outre faire preuve de décision et ne laisse aucune place à l’improvisation79.

  • 80 Pol. VIII, 18, 6.
  • 81 Pol. VIII, 21, 10 : « Ainsi Achaïos avait bien pris toutes les précautions raisonnables, mais il su (...)
  • 82 Pol. VIII, 16, 7-8.

30Toutefois, toutes ces compétences certaines sont au service de la cupidité et de la fourberie naturelles du personnage. Ainsi, alors qu’il a été engagé par le ministre des Lagides, Sôsibios, pour porter secours à Achaïos, membre de la famille des Séleucides enfermé et assiégé par Antiochos iii dans Sardes, il complote de le livrer au roi80. La fidélité à la parole donnée n’est alors qu’un moyen pour perdre les naïfs, ceux qui croient aux principes vertueux81. La seule réalité qu’il connaisse est le profit pécuniaire82. Elle est donc négation de toute morale et de toute vertu.

31Le cas de Bôlis, associé dans cette entreprise à Cambylos, est alors pour Polybe, qui détaille à plaisir l’anecdote en question, une preuve éclatante de la perversité du peuple crétois, comme l’infère, en VI, 16, 7, l’emploi signifiant du participe apposé Κρῆτες ὄντες.

  • 83 XXXIII, 16, 4-6 : Εἰς ἃ βλέπων Ἀντιφάτας ἐβουλήθη πάλιν ἐπεισελθεῖν, τοῦ δὲ στρατηγοῦ συγχωρήσαντος (...)

32Tout autre est Antiphatas, qui fait partie de cette exception mentionnée par Polybe en VI, 47, 5 (πλὴν τελείως ὀλίγων). Il apparaît, dans les Histoires, à la faveur d’une ambassade. Envoyé auprès des Achéens, en 153, pour plaider la cause crétoise contre Rhodes, il s’adresse à l’assemblée fédérale : « Voyant cela (i.e. : les Achéens penchent pour Rhodes), Antiphatas demanda à prendre à nouveau la parole et, ayant obtenu pour cela l’autorisation du stratège, s’exprima avec une force et une gravité peu ordinaires chez un Crétois. De fait, ce jeune homme n’avait rien du Crétois et il avait échappé à la corruption de ses compatriotes. C’est pourquoi les Achéens apprécièrent la franchise avec laquelle il s’exprima, et cela d’autant plus que son père, Tèlémnastos, était autrefois venu combattre à leurs côtés contre Nabis avec 500 Crétois et qu’il s’était vaillamment comporté »83.

33Polybe met ainsi en évidence les qualités éminentes du jeune homme. Loin d’être soumis à la perversité habituelle de ses concitoyens, il fait preuve de franchise (παρρησία) et d’une conduite irréprochable (ἐχρήσατο λόγοις βαρυτέροις ἢ κατὰ Κρῆτα καὶ σπουδαιοτέροις). Et l’on sera sensible ici à l’effet stylistique de l’hyperbate qui permet au comparant (κατὰ Κρῆτα) d’être inclus entre les deux comparatifs βαρυτέροις et σπουδαιοτέροις, afin de souligner le paradoxe.

34Or, toute l’attitude d’Antiphatas est due à l’excellence de son éducation. La référence à son père est importante : c’était également un homme de bien, qui a su lui inculquer ses principes. Qu’il ait en effet combattu aux côtés des Achéens contre la tyrannie de Nabis implique une âme élevée. Alors que nombre de Crétois se sont associés au Lacédémonien par appât du gain, Tèlémnastos a porté les armes contre lui. Le choix de l’adverbe εὐγενῶς est signifiant : il dit la noblesse et le courage du personnage.

35L’éducation reçue par Antiphatas renforce et affermit donc ses qualités naturelles. L’excellence de son ἀγωγή consolide celle de sa φύσις, tandis que son αἵρεσις, soit ses principes de conduite, détermine sa perfection morale. Nous aurons à revenir sur ce cas qui touche à l’idéologie des Histoires.

2. 3. L’aspiration au chaos

  • 84 VI, 47, 1-2 : Ἐγὼ γὰρ οἶμαι δύο ἀρχὰς εἶναι πάσης πολιτείας, δι’ ὧν αἱρετὰς ἢ φευκτὰς συμβαίνει γίν (...)
  • 85 Le cas basique est celui de l’ἀνακύκλωσις, défini et analysé en VI, 4, 6-10. Sur ce cycle des const (...)

36Alors qu’il traite de la question d’une parenté supposée entre les constitutions de Sparte et de Crète, Polybe fait cette réflexion : « J’estime qu’il y a dans toute constitution deux éléments fondamentaux, qui commandent notre préférence ou notre aversion pour les qualités et les structures de la constitution : ce sont les mœurs et les lois. Elles méritent notre préférence quand elles rendent les gens vertueux et raisonnables dans leur vie privée, et notre aversion dans le cas contraire »84. Ainsi il lie la question du πολίτευμα, notion appréhendée par la raison prise en tant que conscience réfléchie, donc fondée sur le mesurable et le quantifiable, à la donnée qualitative par excellence qu’est l’humain, règne du mouvant et de l’instable, donc de ce qui est par définition sujet à interprétation. En agissant ainsi, Polybe établit une hiérarchie des constitutions en jugeant de l’excellence des systèmes politiques en fonction des notions de Bien et de Mal85.

  • 86 S’il apparaît pour la première fois explicitement posé et défini chez Cicéron (De Officiis, I, 36), (...)

37La perfidie des Crétois (ἀθεσία), que le Mégalopolitain élève presque au rang d’épiclèse, condamne de manière rédhibitoire les aspirations politiques de ce peuple. Toutefois, si envisager un quelconque dessein politique dans une île ravagée par des discordes civiles incessantes semble relever de la gageure, Polybe reconnaît toutefois une certaine ambition à ce peuple. Mais, contrairement aux nations de bien qui ne conçoivent que l’indépendance de leur État, voire une hégémonie raisonnée fondée sur le concept de la liberté des Grecs86, les Crétois n’aspirent qu’au chaos. Tel est l’enseignement des Histoires.

  • 87 Κνώσιοι συμφρονήσαντες Γορτυνίοις πᾶσαν ἐποιήσαντο τὴν Κρήτην ὑφ’ αὑτοὺς πλὴν τῆς Λυττίων πόλεως, μ (...)
  • 88 Pol. XXIV, 3. Notons que Platon, République, V, 467-471 appelle les Grecs à la modération au cours (...)
  • 89 IV, 53, 3 – 54, 6.
  • 90 XXII, 15, 1.
  • 91 XXX, 23, 1. Le traité entre les deux cités est conclu entre 168 et 165 sous l’arbitrage de Ptolémée (...)

38Le cas de la guerre de Lyttos est exemplaire à ce sujet, comme le rapporte IV, 53, 4 : « Les habitants de Cnossos, en accord avec ceux de Gortyne, avaient soumis à leur pouvoir toute la Crète, à l’exception de la ville de Lyttos. Ceux-ci étant les seuls à leur refuser obéissance, ils résolurent de les combattre en recherchant une destruction complète pour l’instruction et la terreur du reste des Crétois »87. Le dessein hégémonique est ici totalement perverti, puisqu’il met aux prises des gens de même race (τῶν ἐμφυλίων πολέμων)88 et est fondé sur la servitude (μόνης δὲ ταύτης ἀπειθούσης), la terreur (φόβου) et la destruction, que rend encore plus intolérable l’idée d’un acharnement impie (αὐτὴν εἰς τέλος ἀνάστατον ποιῆσαι). Il en ressort que la quête de l’hégémonie crétoise, telle qu’elle est revendiquée par Cnossos, est odieuse, car ses fondements idéologiques sont indignes. Et cette indignité est d’autant plus manifeste pour Polybe que les Crétois rejettent en matière de politique toute cohérence et tout raisonnement. Mus par leurs passions, dont le désir irrépressible de s’enrichir, ennemis de toute raison, les Crétois n’ont aucun dessein fermement établi, mais construisent et défont leurs alliances au gré de la circonstance. Cnossos et Gortyne offrent pour le Mégalopolitain un exemple saisissant de l’arbitraire crétois. Alliées au moment de la guerre de Lyttos en 22089, elles se déchirent en 18590, avant d’être à nouveau réunies, en 16791, contre la cité de Rhaucos à laquelle Gortyne était précédemment liée.

  • 92 Pol. XXVIII, 14, 1-4 : Ὅτι οἱ Κυδωνιᾶται κατὰ τὸν καιρὸν τοῦτον ἐποίησαν πρᾶγμα δεινὸν καὶ παράσπον (...)

39Un autre exemple significatif est le crime commis par les Kydôniates envers les habitants d’Apollônia, en 170-169 : « (Polybe dit) que les Kydôniates commirent à cette époque un forfait monstrueux, en violation flagrante des traités. Bien que l’on eût souvent vu des choses de ce genre se produire dans l’île, on estima que, cette fois, les Kydôniates avaient passé la mesure habituelle. Alors qu’ils étaient liés aux Apollôniates non seulement par l’amitié, mais même par un traité de sympolitie, alors qu’ils avaient mis en commun avec eux tous les droits que reconnaissent les sociétés humaines et que le texte de leur pacte, conclu sous la foi du serment, avait été déposé dans le sanctuaire de Zeus Idaien, ils s’emparèrent par trahison d’Apollônia, égorgèrent les hommes, firent main basse sur leurs biens et se partagèrent leurs femmes, leurs enfants, ainsi que la ville même avec son territoire, qu’ils occupèrent. »92

40Cet extrait doit être considéré comme une véritable synthèse des affaires crétoises. La volonté de possession et le désir de se rendre maître d’une cité et de son territoire sont commandés par le caprice. De fait c’est le moment qui semble décider de tout (κατὰ τὸν καιρὸν τοῦτον). Et rien alors n’est sacré pour les Kydôniates. Les génitifs absolus répertorient avec un rare souci d’exhaustivité les freins qui auraient dû interdire la trahison. Méprisant ces vertus (παρασπονδήσαντες), ignorant toute notion de justice (πάντων τῶν ἐν ἀνθρώποις νομιζομένων δικαίων), de droit des gens (συμπολιτείας) et de piété (κειμένης ἐνόρκου συνθήκης παρὰ τὸν Δία τὸν Ἰδαῖον), ils se livrent aux pires atrocités, que Polybe détaille complaisamment pour susciter l’indignation du lecteur, à travers un rythme ternaire scandé par la parataxe (κατέσφαξαν… διήρπασαν… κατεῖχον…).

  • 93 Pol. IV, 54, 5.
  • 94 Ainsi Philippe V les encourage à abattre la puissance rhodienne (Pol. XIII, 4, 2) ; ainsi ils souti (...)

41La condamnation des Crétois par Polybe est absolue. L’excellence de leur position géographique au cœur des routes maritimes du bassin méditerranéen oriental, leur aptitude à la guerre et certaines vertus telles que l’habileté, l’ingéniosité, la prévoyance, sont mises, à de trop rares exceptions près, au service de leurs passions, particulièrement de leur insatiabilité des biens matériels. Ainsi ils ne tiennent pour rien les concepts de loyauté, de vertu, de piété, tentent d’abolir, avec le massacre les Lyttiens, les derniers καλοὶ κἀγαθοί de l’île93, et entendent semer le chaos quand ils prennent part aux affaires extérieures de la Crète94.

3. Le traitement idéologique des affaires de Crète

  • 95 Pol. XII, 7, 6 ; XII, 12, 3-5. Rappelons également que « les mots de la famille d’ἀληθής et d’ἀλήθε (...)

42Un tel manichéisme dans le traitement des affaires crétoises ne laisse pas d’intriguer. La condamnation est si absolue qu’elle fait suspecter une intention de nuire à la crédibilité de ce peuple dans les affaires de l’époque hellénistique. On serait alors loin ici des préceptes du bon historien, de cette nécessité de la franchise et de la vérité que Polybe professe en vilipendant la partialité de ses ennemis, notamment celle de Timée95.

  • 96 Voir notamment ii, 39, 10 : « (…) mais plutôt à cause de leur loyauté et de leur probité en toute c (...)
  • 97 Voir en particulier ii, 38, 6 : « On ne saurait trouver un régime et un idéal d’égalité, de liberté (...)
  • 98 Philopoimen et Lycortas ont exercé plusieurs fois la charge de stratège fédéral, respectivement 8 e (...)

43De fait, la représentation polybienne de la Crète et des Crétois s’inscrit dans une construction idéologique qui enveloppe l’ensemble des Histoires, construction qui juge, pour le monde grec, l’ensemble des peuples qui la composent, en fonction des liens qu’ils entretiennent avec la Confédération achéenne, parangon de toutes les vertus96 et symbole même de l’excellence politique portée à sa quintessence97, au sein de laquelle il a joué un rôle de premier plan aux côtés de son mentor Philopoimen et de son propre père Lycortas98. L’admiration du Mégalopolitain pour sa patrie est en effet telle qu’elle vicie son analyse des faits qui lui sont contemporains, et il quitte l’objectivité scrupuleuse qui sied à l’historien pour verser dans la partialité.

  • 99 Pol. I, 1, 5.

44Ensuite et à un degré supérieur, c’est avec Rome elle-même, dont l’expansion hégémonique est le sujet premier des Histoires99, que les peuples étudiés sont mis en balance, Rome devenant pour le Mégalopolitain le double de sa patrie. Là où la seconde a échoué, la première a été victorieuse. L’enthousiasme de Polybe pour Rome se déploie en effet à concurrence de sa loyauté pour la Confédération achéenne. Il admire la puissance romaine (livre VI) et fait de son propos premier sa capacité à être devenue en 53 ans la maîtresse de l’οἰκουμένη. Mais il n’en reste pas moins vrai que cette gloire se réalise pour lui, in fine, par défaut, puisque la Confédération achéenne n’a pu gagner dans la pratique l’hégémonie sur la Grèce, qui lui était idéologiquement destinée, lorsque le parti nationaliste auquel Polybe appartenait a perdu la mainmise sur les instances fédérales au profit des démagogues Diaïos et Critolaos.

3. 1. Le Crétois de Polybe et la tradition

  • 100 Ainsi en VIII, 16, 4 : ἅτε Κρὴς ὑπάρχων (« parce qu’il était Crétois ») et ἐποιοῦντο τὴν σκέψιν Κρη (...)
  • 101 Voir Odyssée, XIV, 229-239 ; Hymne à Déméter, 123-125.
  • 102 Voir l’épisode de l’enlèvement d’Europe : I, 2.
  • 103 Si l’auteur est tardif, l’anecdote du passage du Punique à Gortyne devait s’être propagée dans le m (...)
  • 104 Anthologie palatine, VII, 654 : « Toujours voleurs, toujours pirates, jamais justes, tels sont les (...)
  • 105 Voir encore DS, XXXI, 45 ; Str., X, 4, 8-9 ; Plut., Lysandre, 20, 2 ; Philopoemen, 13, 9.
  • 106 Sur la réputation des Crétois comme menteurs, voir Call., Hymne à Zeus, 7-8 et Anth., VII, 275.

45Un constat liminaire s’impose ici : la tradition offre une représentation peu flatteuse des Crétois, au point que s’est constitué peu à peu un stéréotype dont rendent compte certaines expressions polybiennes100. Depuis Homère101 et Hérodote102, jusqu’à l’anecdote rapportée par Cornélius Népos103 où Hannibal Barca parvient à protéger ses biens convoités par les Gortyniens, en passant par les épigrammes funéraires104, la tradition est bien établie105 : les Crétois sont ennemis de toute justice, âpres au gain et menteurs106. Aussi le Mégalopolitain a-t-il beau jeu de fustiger le comportement crétois. La très grande majorité des textes abonde dans son sens. Ses préjugés et ses préventions sont nourris de toute une tradition fort bien établie.

  • 107 Il est à noter que le nom du Stagyrite n’apparaît pas dans les Histoires, comme le rappelle Weil, 1 (...)
  • 108 Plat., Lois, I, 634 d ; iii, 683 a ; iii, 712 e ; IV, 711 a ; IV, 712 c ;VI, 780 b ; VIII, 842 b ; (...)

46Toutefois, une position différente est exprimée par Platon, Ephore et Aristote107. Tous les trois louent en effet le système institutionnel de l’île et l’hostilité des Crétois envers les tyrans108. Or le refus des Crétois d’être assujettis à une quelconque tyrannie est intolérable pour Polybe, même si les analyses en question sont antérieures de deux siècles à son propre discours et même si elles sont marginales au regard de la tradition, car une telle assertion est de nature à détruire l’architecture idéologique de ses Histoires, où le Crétois apparaît comme l’incarnation de la domination aveugle et de l’impérialisme irraisonné, le concept de la liberté étant l’idéal d’excellence vers lequel doit tendre seule une nation policée et vertueuse, comprendre la Confédération achéenne ou, à défaut, Rome, que leurs qualités éminentes élèvent naturellement à une hégémonie juste et apaisée sur le monde hellénique.

  • 109 VI, 45, 1-2 : Ἐπὶ δὲ τὴν Κρηταιῶν μεταβάντας ἄξιον ἐπιστῆσαι κατὰ δύο τρόπους, πῶς οἱ λογιώτατοι τῶ (...)

47Aussi Polybe s’emploie-t-il à condamner ces positions, de manière prophylactique pourrait-on dire, en introduction à sa propre étude de la constitution crétoise : « Pour passer à la constitution crétoise, deux questions méritent notre attention : comment se fait-il que les plus savants des anciens auteurs – Ephore, Xénophon, Callisthène, Platon – premièrement affirment qu’elle est semblable et identique à celle de Lacédémone, deuxièmement la présentent comme digne d’éloge ? Aucune de ces deux assertions ne me semble vraie. »109 Le recours à l’artifice argumentatif qu’est la question rhétorique liminaire est signifiante. Polybe prend ici son lecteur à témoin, que la connaissance tant de la tradition que de l’histoire crétoise du temps convainc de la fausseté des propos tenus. La mentalité même des habitants de l’île, leurs comportements, leurs actes démentent unanimement la représentation proposée, laquelle confine au paradoxe et doit être traitée comme telle : par le mépris, mépris dans lequel il ensevelit le nom même d’Aristote.

3. 2. Les silences de Polybe

  • 110 Polybe le condamne fermement en VI, 11, 7-8.

48Quoi de plus naturel par ailleurs que de taire les éléments fâcheux ? Quoi de plus naturel que de passer sous silence les faits historiques qui pourraient menacer l’architecture complexe des Histoires et mettre en doute l’aspiration légitime des Achéens à l’hégémonie sur le monde grec ? S’il est contraire à la déontologie de l’historien, le principe demeure un exercice d’école de l’art argumentatif110. La désinformation par omission en est un procédé classique.

  • 111 L’épigraphie confirme cette mutation. Van Effenterre, 1968, p. 163-165 et notes correspondantes, pr (...)

49Aussi Polybe s’emploie-t-il à taire les progrès de la démocratie en Crète. Si les troubles qui agitent l’île sont réguliers, il n’en demeure pas moins vrai que la Crète a connu au cours des iiie et iie siècles cette mutation politique majeure, politique initiée par la cité de Cnossos, alors que Gortyne et d’autres sont demeurées figées sur le modèle aristocratique111. De cette réalité, Polybe ne dit mot.

  • 112 Voir le récit et l’analyse par Polybe de la guerre de Lyttos, particulièrement IV, 53, 4 ; IV, 54, (...)

50Plus décisif encore, Polybe vilipende constamment Cnossos. Tout son engagement dans les affaires crétoises se résume, dans les Histoires, à une vaste suite de conquêtes territoriales désordonnées fondées sur le gain purement matériel de terres nouvelles112. Polybe refuse donc à la cité toute dimension politique, nie sa volonté de réunir toutes les cités de l’île sous un régime démocratique et, au-delà, sa légitimité à une quelconque hégémonie sur le bassin égéen.

  • 113 Van Effenterre, 1968, p. 290.
  • 114 Van Effenterre, ibid., p. 286.
  • 115 Pol. IV, 55, 1-2.

51Van Effenterre a senti la difficulté soulevée par l’image que donne le Mégalopolitain des affaires crétoises113. Mais il commet une erreur d’appréciation en faisant reposer les violentes diatribes de l’historien sur une méconnaissance coupable des affaires de l’île de Minos : « On peut conclure hardiment qu’il ne s’est point soucié du passé de l’île »114. Il n’en est rien. VI, 46, 4 est là pour nous le rappeler. Le récit polybien est seulement délibérément orienté. Il doit taire la poussée démocratique initiée par Cnossos et lui opposer le parti, pourtant conservateur, dirigé par Gortyne, tant pour préserver le crédit de la Confédération achéenne et l’excellence de ses vertus et de ses mobiles politiques – Gortyne et les Achéens sont alliés115 – , que pour légitimer sa grande œuvre : sauver la Grèce des tyrans et des démagogues. En ce sens, l’aspiration de Cnossos à la démocratie est illégitime.

  • 116 XXXIII, 16, 4-6.
  • 117 Voir IG, ii-iii2 , 399, add. 660 ; IG, IV, 497 ; IG, XI, 4, 719 et 1077 ; FD, iii, 1, 445 ; Syll3, (...)
  • 118 Voir IC, iii, Hierapytna, 4. Cette référence est donnée par Van Effenterre, ibid., p. 301. Voir enc (...)

52L’étude par Polybe des personnalités crétoises souffre du même parti pris. Si Antiphatas et son père Tèlémnastos échappent à la nature détestable de leurs compatriotes, c’est uniquement en raison de l’amitié qui les unit aux Achéens116. Par ailleurs, l’épigraphie a conservé le souvenir de Crétois honnêtes, généreux et philanthropes117 et de cités soucieuses d’assurer la liberté et la sécurité des voies commerciales118. On est donc loin de l’état permanent de στάσις que Polybe affecte de voir en Crète au cours des iiie et iie siècles. Son jugement péremptoire doit se comprendre comme une volonté délibérée de désinformer.

3. 3. La simplification historique comme justification idéologique

  • 119 IV, 8, 11 ; IV, 20, 6.
  • 120 Les Gortyniens voient ainsi leur rôle dans la guerre de Lyttos minimisé par le Mégalopolitain. Ils (...)
  • 121 IV, 53, 6 ; IV, 55, 1-2.
  • 122 Voir en particulier Pol. ii, 43, 9-10 ; ii, 45, 1-2 ; IV, 3, 3 ; IV, 14, 4 ; V, 107, 5-6 ; XI, 5, 4 (...)
  • 123 Voir Van Effenterre, 1968, p. 218.
  • 124 Dès que les intérêts achéens se recentrent sur le Péloponnèse, la Crète n’intervient plus en tant q (...)

53Les références historiques au monde insulaire crétois sont absentes des trois premiers livres des Histoires. Le livre IV présente deux notes marginales consacrées aux qualités militaires de ce peuple119 avant d’entrer dans le récit événementiel de la guerre de Lyttos. Gortyne120 et surtout Lappa échappent à l’anathème qui frappe Cnossos. La modération de Polybe s’explique ici par l’alliance qui unit alors ces deux cités à la Confédération achéenne dans sa lutte contre les habitants de Cnossos auprès desquels se sont rangés les Etoliens121, peuple de Grèce continentale qui dispute aux Achéens la suprématie sur le monde hellénique et qui subit de ce fait les mêmes attaques idéologiques que Cnossos122. Polybe fait alors des deux cités les championnes de l’indépendance contre la volonté hégémonique de Cnossos, alors même qu’elles représentent le parti conservateur de l’île123. La contradiction est manifeste entre la réalité historique et le discours des Histoires. Mais elle est légitimée par l’engagement achéen dans les affaires de Crète, engagement qui non seulement impose le récit de la guerre124, mais fonde encore la dichotomie idéologique entre le parti du Bien autour de Gortyne et de Lappa et celui du Mal centré sur Cnossos.

  • 125 XIII, 4, 2 ; XIII, 5, 2.
  • 126 On se reportera à Van Effenterre, 1968, p. 221-234, qui propose une taxinomie fort intéressante des (...)
  • 127 Voir en particulier la relation qu’entretient Philippe avec Aratos de Sicyone (Pol. VIII, 12, 2 et (...)
  • 128 Le stratège fédéral Aristainos détache officiellement la Confédération de l’alliance macédonienne e (...)

54Les références à la politique de l’île reparaissent seulement au livre XIII à l’occasion de la première guerre crétoise (205-201 av. J.-C.). Les allusions parcimonieuses à ce conflit125, l’accent porté sur la perversion de Philippe V, la faiblesse même de la documentation littéraire sur ces engagements126, suggèrent, avec toutes les prudences de réserve étant donné l’altération importante de ce livre, que Polybe a traité ce sujet à la marge, car il n’était pas directement en relation avec la question achéenne, concentrant son discours sur le Macédonien, alors allié de la Confédération, et dont la dégradation de roi en tyran127 explique au premier chef les changements d’alliance ultérieurs de la Ligue128.

  • 129 XXIII, 4.

55Après l’évocation lapidaire du livre XIII, Polybe tait de nouveau les péripéties politiques et militaires qui agitent l’univers crétois, pour y revenir seulement au livre XXII, à l’occasion de l’intervention de Rome dans les luttes intestines qui déchirent l’île. Comment doit-on comprendre ce retour brutal des affaires insulaires dans l’économie des Histoires ? Pourquoi le Mégalopolitain rapporte-t-il l’anecdote d’Apollônia et de Kydônia, datée de 170-169, alors qu’il avoue par ailleurs que la situation de l’île n’offre aucune surprise129 ?

  • 130 Sur Diophanès, voir Pol. XXII, 10, 4-5 ; XXIII, 17, 12 ; sur Callicratès, voir Pol. XXIV, 8, 9 – 10 (...)
  • 131 Sur la rivalité entre Philopoimen et Aristainos, voir Pol. XXIV, 11, 4-8 ; XXIV, 13, 7-8. Voir auss (...)

56C’est que celles-ci intéressent précisément les années 182-169, période charnière pour la politique de la Confédération. Les Achéens ont en effet réalisé l’unité de la péninsule sous leur nom depuis la prise de Sparte, d’Elis et de Messène en 191. Mais les dissensions ne tardent pas à apparaître. Poussés insidieusement par Rome, les Spartiates intentent des actions contre la Confédération, tandis que les Messéniens, sous l’impulsion de Deinocratès, prennent les armes et que des dissensions sévères apparaissent au sein de l’appareil fédéral. En effet, aux antagonismes puissants entre le parti pro-achéen à la tête duquel on retrouve Aratos, Philopoimen et Lycortas, voire Polybe lui-même, et le parti pro-romain soutenu par Diophanès et Callicratès130, s’ajoutent dans le parti pro-achéen lui-même des luttes d’influence souterraines entre les différentes sensibilités131, rivalités qui sont embarrassantes pour le Mégalopolitain, puisqu’elles sapent en profondeur la crédibilité même de l’unité et de l’objectif du parti nationaliste en ruinant l’aspiration à un idéal fondé sur la liberté, la philanthropie et la dignité. Aussi Polybe a-t-il besoin d’affirmer haut et fort l’idéal d’Aratos et de Philopoimen.

  • 132 On opposera les crimes des Kydôniates perpétrés envers Apollônia (Pol. XXVIII, 14, 1-4) à la magnan (...)

57Pour masquer les difficultés rencontrées par les élites politiques achéennes, Polybe oppose donc à son lecteur les dissensions crétoises. La comparaison est habile : on ne saurait que tenir pour négligeables les quelques malheureux embarras achéens en considération du triste état des affaires de l’île. Par ailleurs, la manière avec laquelle les Achéens entendent régler les problèmes messénien et spartiate apparaît emplie d’humanité au regard des violences crétoises132.

  • 133 Pol. XXVIII, 14, 3.

58Le rapprochement entre les troubles crétois et les affaires de la péninsule peut paraître téméraire. Il est induit par les particularités géographiques et politiques du Péloponnèse et de la Crète. Ces deux espaces, clos et bornés par la mer, offrent tous deux la possibilité d’une unité, non seulement territoriale, mais encore politique. Polybe lui-même invite à faire cette comparaison. Le choix de l’affaire d’Apollônia et de Kydônia n’est en effet pas arbitraire. Les deux cités sont politiquement unies par un traité de συμπολιτεία133. Leurs rapports sont donc proches de ceux unissant les cités de la Confédération achéenne. Le crime des Kydôniates rappelle par ailleurs implicitement celui des Messéniens, voire des Spartiates.

59Mais là s’arrête la convergence entre les deux peuples, car si les Crétois s’enferment dans un cycle de vengeance et de représailles, les Achéens font montre de pondération et de modération. La représentation de l’univers crétois fonctionne ici comme repoussoir vis-à-vis de l’action achéenne. Certes la Confédération connaît des difficultés, mais celles-ci ne sont rien au vu de celles qui agitent le monde insulaire. La différence entre les deux systèmes repose sur l’ἦθος et l’aspiration politique. Ainsi Polybe renforce la légitimité de l’action fédérale en lui opposant les crimes crétois.

  • 134 Pol. XXXIII, 13, 2 ; XXXIII, 4, 1-4.
  • 135 Pol. XXXIII, 16, 1 – 17, 5.
  • 136 Pol. XXXIII, 16, 2-3 : (…) ἔρρεπον ταῖς γνώμαις οἱ πολλοὶ μᾶλλον ἐπὶ τοὺς Ῥοδίους, ἐντρεπόμενοι καὶ (...)
  • 137 Les vertus morales et politiques de Rhodes sont généralement louées par Polybe, vertus qui trouvent (...)

60C’est enfin l’étude par Polybe, au livre XXXIII de ses Histoires, de la seconde guerre crétoise. Là encore, nous trouvons un antagonisme fort entre la Crète et la Confédération achéenne. Certes le livre est altéré à maints endroits et l’on ne peut conclure complètement avec les fragments qui nous sont parvenus. Mais il est intéressant de noter ce que les excerpteurs ont conservé de l’œuvre originelle : l’ambassade crétoise envoyée en 153 auprès de l’assemblée achéenne. Les autres références au conflit sont marginales, pour ne pas dire sans intérêt134. Seul le récit de l’ambassade présente un certain développement. La mission crétoise est très détaillée135. Nul doute que Polybe ait soigné ce passage et ait voulu en faire un moment majeur du conflit créto-rhodien. L’opposition entre les deux États se veut infrangible. La prévention des Achéens contre le monde crétois est rendue évidente par l’allusion à l’ἦθος déplorable de ce peuple. Seul l’aspect philosophique compte ici pour les Achéens, comme l’attestent tant leur refus de délibérer sur la pertinence événementielle de l’attaque crétoise contre Rhodes que leur intérêt unique pour la question politique et, corollaire de ce point, pour la question morale. Aussi donnent-ils la préférence à Rhodes : « (…) l’assistance penchait pour Rhodes, en considération du prestige dont jouissait cette cité, de l’excellence de son gouvernement et du caractère de ses habitants »136. Les circonstances imposées par les contingences du temps ne sauraient être d’aucun poids face à la valeur des caractères et à la qualité de l’aspiration politique137.

  • 138 Voir ci-dessus p. 20.

61Les Achéens apparaissent ici entiers dans leur résolution et dans leur détermination. Jamais ils ne cèdent à la tentation d’une alliance contre nature avec les Crétois, résistant même à leur appel mielleux et doucereux, alors même que l’ambassadeur envoyé par le κοινόν est originaire de Gortyne, cité avec laquelle la Confédération a eu des relations d’amitié138. C’est donc souligner ici la droiture morale des Achéens face à des Crétois qui renient le Bien au profit de leur propre intérêt. Par ailleurs, la fermeté professée permet de taire par omission la perte d’influence politique inexorable de la Confédération sur le monde hellénique depuis la défaite macédonienne à Pydna en 168, laquelle consacre la suprématie romaine sur la Grèce. L’ignorance dans laquelle nous sommes du nom du stratège fédéral pour les années 169-151 est signifiante. Commence enfin en ces années le règne des démagogues, qui intriguent auprès des foules lors des assemblées primaires et parviennent au pouvoir. Diaïos exerce sa première stratégie en 150-149, sa deuxième en 148-147, sa troisième en 146-145, tandis que Critolaos exerce la stratégie en 147-146. L’instabilité politique de la Confédération est donc totale. Et là encore, les Crétois servent de repoussoir. La prise de position commune de l’assemblée primaire achéenne contre une alliance crétoise, en dépit des propositions des ambassadeurs, est fort opportune. Elle tend à nier les difficultés internes et les querelles de faction en affichant une unité de façade.

  • 139 Sur la question des τέλη des Histoires, voir Foulon, 2003, p. 43
  • 140 Pol. XXXIII, 15, 4.
  • 141 Pol. XXVII, 3, 1 – 7, 16 ; T.-L., XLii, 46, 2-10. Sur le silence de Rome dans les premières années (...)
  • 142 On retrouve ici, à la clôture pour ainsi dire des Histoires la réflexion prophylactique que Polybe (...)

62A un degré supérieur, nous nous situons avec la seconde guerre crétoise, par rapport à l’économie de l’œuvre polybienne et à la question des τέλη, entre le τέλος de 168, qui fait de Rome la première puissance mondiale, et le τέλος de 146 qui présente la cité romaine comme la seule puissance de l’οἰκουμένη après la chute de Carthage et la ruine de Corinthe139. Deux points importants ressortent ici. D’une part on doit noter l’intervention de Rome dans la guerre. L’envoi par le Sénat de Quintus Fabius pour mettre un terme au conflit après avoir écouté l’ambassadeur rhodien Astumédès140 atteste explicitement la grandeur morale romaine et légitime donc sa domination sur le monde connu, laquelle tend à devenir absolue en ces années troublées. Toutefois, la position romaine en la circonstance est assez ambiguë, puisque le Sénat demeura silencieux pendant deux ans, sans doute trop content de ruiner l’économie et le prestige politique dont jouit la puissance régionale qu’est alors Rhodes, d’autant que l’île était demeurée hésitante en 168 entre un ralliement à Rome ou à Persée141. Perce alors ici une critique. Les Histoires sont pleinement un μάθημα, un enseignement monitoire adressé aux générations futures. De fait, un parallèle implicite se tisse entre la chute de la Confédération achéenne dont l’idéal a été perverti par les démagogues et dont la puissance s’est écroulée pour s’être idéologiquement perdue, et la déchéance possible de Rome qui s’allie ici objectivement avec les Crétois, êtres infâmes et moralement condamnés142. Nous sommes ici loin des mobiles qui ont guidé l’intervention de Rome dans les affaires crétoises en 189 (lutte contre la piraterie) et en 185 (tentative de régler les querelles entre les cités de l’île).

63La connaissance par Polybe du monde crétois est donc certaine. Ses analyses portant sur la géographie et l’économie de l’île, la puissance militaire et l’univers politique crétois, corroborées tant par la tradition littéraire que par les études modernes, l’attestent, même si ces données sont partielles et fragmentées dans l’ample matière des Histoires. Son analyse de l’Homme crétois est plus problématique. L’éthopée qu’il en propose est certes fondée sur tout un imaginaire populaire qui fait du Crétois l’ennemi du Droit et l’ami du Mensonge, mais elle permet surtout à Polybe de légitimer le chaos politique qui agite l’île au cours des iiie et iie siècles, et cela au mépris même de la réalité historique, laquelle est simplifiée pour entrer dans un moule fondé sur la dialectique du Bien et du Mal. C’est que l’étude par Polybe du monde crétois et la représentation qu’il en donne ne doivent pas être perçues pour elles-mêmes, mais doivent être comprises comme un des éléments participant à l’architecture idéologique des Histoires, laquelle entend imposer l’élection de la Confédération achéenne, à défaut celle de Rome, seules puissances destinées à gagner l’hégémonie sur le monde grec hellénistique en raison de l’excellence de leurs mobiles politiques.

64Le discours polybien sur la Crète est donc orienté. L’île n’apparaît qu’en liaison avec les préoccupations achéennes, voire romaines après 168. Parmi les factions qui bouleversent ce microcosme insulaire jusqu’en 168, sont louées celles qui s’agrègent à l’État fédéral, sont vilipendées celles dont les intérêts heurtent ceux des Achéens, tandis que la représentation traditionnelle du Crétois est convoquée comme repoussoir, afin de rehausser le prestige achéen et de gommer les tensions qui traversent les arcanes du pouvoir fédéral. Après 168, l’évocation des Crétois intéresse certes encore la Confédération, pour rappeler l’exigence du Bien qui anime cette puissance déliquescente, mais plus encore Rome, tant pour souligner les qualités morales de la cité maîtresse de l’οἰκουμένη que pour mettre en garde contre la tentation d’utiliser le Mal pour parvenir à des fins circonstancielles.

Haut de page

Bibliographie

Alonso-Nunez, J. M., 1999, The mixed Constitution in Polybius, Eranos, 97 (1-2), p. 11-19.

Baladie, R., 1980, Le Péloponnèse de Strabon, étude de géographie historique, Paris, Les Belles Lettres.

Baronowski, D., 2011, Polybius and Roman Imperialism, London, Bristol Classical Press.

Baurain, Cl., 1997, Les Grecs et la Méditerranée orientale. Des siècles obscurs à la fin de l’époque archaïque, Paris, PUF.

Bequignon, Y., 1949, De la Crète mycénienne à la Crète hellénistique, JS, p. 38-55.

Bresson, A., 2008, L’Économie de la Grèce des cités, ii, les espaces de l’échange, Paris, Armand Colin.

Brulé, P., 1978, La Piraterie crétoise hellénistique, Paris, Les Belles Lettres.

Capdeville, G., 1997, Le droit international dans la Crète antique (viie-vie-iie/ier s. av. J.-C.), Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 141, n° 1, p. 273-308.

Chaniotis, A., 1996, Die Verträge zwischen kretischen Poleis in der hellenistischen Zeit, Stuttgart.

Curtis, O., 1994, A propos de la συγγένεια entre cités, REG, 107, p. 698-707.

Darbo-Peschansky, C., 2003, Historicité, historia, genre historique, propositions pour une étude de l’historiographie grecque, dans G. Lachenaud et D. Longrée (dir.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, Colloque de Nantes et Angers, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, vol. 1, p. 53-61.

Ducrey, P. et van Effenterre, H., 1969, Traités attalides avec les cités crétoises, Kretika Khronika, 21, p. 277-300.

Errington, R. M., 1969, Philopoemen, Oxford, Clarendon Press.

Faure, P., 1961, Remarques sur la population de la Crète antique, BAGB, 3, p. 320-326.

Flacelière, R. et Chambry, E., 1969, Plutarque, Vies, tome V, « Philopoemen », texte établi et traduit par R. Flacelière et E. Chambry, Paris, CUF.

Foucault,. J. A. de, 1972, Recherches sur la langue et le style de Polybe, Paris, Les Belles Lettres, Paris.

Foulon, E., 1991, Deux vies parallèles chez Polybe, X : Scipion et Philopoemen, Impacts (Angers Université Catholique de l’Ouest), n° 3, p. 29-36.

Foulon, E., 1993, Philopoemen, Hannibal, Scipion, trois vies parallèles chez Polybe, REG, 106, p. 333-379.

Foulon, E., 2003, Entre ἀρχή et τέλος : les Histoires de Polybe, dans G. Lachenaud et D. Longrée (dir.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, Colloque de Nantes et Angers, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, vol. 1, p. 30-51.

Gabrielsen, V., 2004, La Piraterie et le commerce des esclaves, dans A. Erskine (dir.), Le Monde hellénistique, espaces, sociétés, cultures, 323-31 av. J.-C., traduit de l’anglais par J. Odin et Th. Van Ruymbeke, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 495-512.

Hartog, Fr. et Casevitz, M., 1999, L’Histoire d’Homère à Augustin. Préfaces des histoires et textes sur l’histoire, réunis et commentés par Fr. Hartog, traduits par M. Casevitz, Paris, Editions du Seuil, Points Essais, n° 388.

Marsden, E. D., 1973, Polybius as a military historian, Entretiens sur l’Antiquité classique, XX : Polybe, Fondation Hardt, Vandœuvres-Genève, p. 267-301.

Molin, M., 2003, Les Histoires de Polybe entre essai d’objectivité et déformation historique : l’exemple du livre iii, dans G. Lachenaud et D. Longrée (dir.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, Colloque de Nantes et Angers, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, vol. 1, p. 279-295.

Pédech, P., 1964, La Méthode historique de Polybe, Paris, Les Belles Lettres.

Poznanski, L., 1994, La Polémologie pragmatique de Polybe, JS, 1, p. 19-74.

Rémy, A., 2011, La Richesse dans les Histoires de Polybe, REA, 113, 1, p. 105-127.

Rigsby, K. J., 1986, Notes sur la Crète hellénistique, REG, 99, p. 350-360.

Romilly, J. de, 2005, Histoire et raison chez Thucydide, Paris, Les Belles Lettres.

Van Effenterre, H., 1968, La Crète et le monde grec de Platon à Polybe, Paris, BEFAR, fasc. 13.

Thornton, J., 1995, Il silenzio di Aristeno : nota a Polibio 22, 10 e 24, 11-13, RCCM, 37, p. 261-272.

Walbank, F. W., 1957, A Historical Commentary on Polybius, tome I, Oxford, Clarendon Press

Weil, R., 1982, Polybe, Histoires, tome VI, texte établi et traduit par R. Weil, Paris, CUF.

Haut de page

Notes

1 Je remercie M. le professeur E. Foulon d’avoir revu cet article.

2 L’ouvrage de référence est celui de Van Effenterre, 1968. On pourra aussi se reporter partiellement à Rigsby, p. 359-360 (s.u. : IV. Les Néocrétois).

3 Les guerres émaillent la Grèce des iiie et iie siècles. Citons chronologiquement : la guerre de Chrémonidès (267-262 av. J.-C.), la guerre démétriaque (239-229), la guerre cléoménique (229-222), la guerre des alliés (220-217) ; la première guerre de Macédoine (215-205), la deuxième guerre de Macédoine (200-196), la guerre antiochique (197-188), la troisième guerre de Macédoine (171-167) et la guerre d’Achaïe (147-146).

4 Pour la première guerre crétoise (205-201 av. J.-C.), voir Pol. XIII, 4, 1-2 ; pour la seconde (155-153 av. J.-C.), voir Pol. XXXIII, 4, 1-4 ; XXXIII, 13, 1-2 ; XXXIII, 15, 3-4.

5 Hécat. Fr. 1. Voir aussi Hartog, 1999, p. 19.

6 Hdt. I, 75 ; ii, 21 ; IV, 11-12.

7 La première rupture consiste à considérer le présent comme histoire véritable et seule intéressante (Thuc. V, 26, 5) et à placer le groupe humain politiquement organisé comme l’αἰτία principale de l’Histoire (Thuc. I, 20, 1 – 22, 4). Voir aussi Darbo-Peschanski, 2003, p. 58 : « l’ensemble des facultés qui animent les hommes et commandent le cours de leur existence collective s’impose comme nouveau principe de mouvement de l’histoire » ; Romilly, 2005, en particulier p. 240-242.

8 Voir dans son ensemble l’opuscule Comment il faut écrire l’histoire, seul traité antique sur l’histoire qui ait traversé les siècles, en particulier 38-39 et 41-44.

9 Si Hérodote envisage déjà les motifs personnels, fondés sur l’appétit de puissance, comme moteurs de l’Histoire (iii, 134-135 notamment), Thucydide, en distinguant la cause apparente, circonstantielle et événementielle, et la cause réelle, la politique (I, 23, 5-6 ; I, 88, 1-118, 2), inscrit pleinement l’Homme au cœur de l’Histoire, avant que Xénophon et Ephore poursuivent cette analyse en étudiant l’individu en tant que tel, passant de la psychologie de groupe à la psychologie individuelle. Ainsi s’explique notamment la récurrence des portraits dans l’œuvre historique du polygraphe athénien, tant dans les Helléniques que dans l’Anabase. Cette nouvelle orientation de la recherche des causes est ensuite approfondie par Théopompe (F. 92-94 ; F. 224-226 ; F. 312), lorsqu’il change sa perspective d’écriture, passant de l’histoire de la Grèce à l’histoire de Philippe, comme nous le rappelle Polybe lui-même (VIII, 11, 3 : τὰς Ἑλληνικὰς πράξεις... τὰς Φιλίππου πράξεις). Sur l’importance de l’individu dans l’œuvre de Théopompe, voir encore Denys d’Halicarnasse, Lettre à Pompée Géminos, 8.

10 Sur l’idée polybienne de l’excellence morale d’un peuple comme élément décisif lui permettant d’accomplir des exploits et de s’inscrire pleinement dans l’Histoire, voir Pol. I, 1, 2, ainsi que l’exemple de sa représentation des Achéens (ii, 38, 1-9).

11 Pour les livres I à XVI, c’est l’édition de la C.U.F. qui sera suivie : livre I, P. Pédech, 1969 ; livre ii, P. Pédech, 1970 ; livre iii, E. Foulon, 2004 ; livre IV, J.-A. de Foucault, 1972 ; livre V, P. Pédech, 1977 ; livre VI, R. Weil, 1977 ; livres VII-VIII-IX, R. Weil, 1982 ; livres X, E. Foulon, et XI, R. Weil, 1990 ; livre XII, P. Pédech, 1961 ; livres XIII-XIV-XV-XVI, texte établi par E. Foulon et traduit par R. Weil, 1995. Pour les livres suivants, le texte sera celui de l’édition Loeb (V-VI, W. R. Paton, Harvard University Press, 1926-1992, 1927-1995) et la traduction celle de D. Roussel (Gallimard, Pléiade, Paris, 1970).

12 « Tout d’abord il n’est pas sans intérêt d’apprendre comment et dans quelles conditions le nom achéen s’est imposé à tout le Péloponnèse. Ceux qui portent traditionnellement ce nom depuis l’origine ne se distinguent ni par l’étendue de leur territoire et le nombre de leurs villes ni par leurs richesses ni par les qualités viriles. » (Πρῶτον δέ, πῶς ἐπεκράτησε καὶ τίνι τρόπῳ τὸ τῶν Ἀχαιῶν ὄνομα κατὰ πάντων Πελοποννησίων, οὐκ ἄχρηστον μαθεῖν. Οὔτε γὰρ χώρας καὶ πόλεων πλήθει διαφέρουσιν οἱ πάτριον ἐξ ἀρχῆς ἔχοντες τὴν προσηγορίαν ταύτην, οὔτε πλούτοις οὔτε ταῖς τῶν ἀνδρῶν ἀρεταῖς).

13 « mais si l’on vise plus haut, si, au lieu de ce but (i.e. : veiller à la sécurité de l’État), on estime plus beau et plus noble de diriger un grand nombre d’hommes, d’exercer sur un grand nombre l’autorité d’un maître, de faire que tous tournent les yeux vers vous et s’inclinent devant vous, de ce point de vue on doit bien reconnaître que le régime de Lacédémone est défectueux, tandis que celui de Rome se distingue et présente un système plus efficace. » (εἰ δέ τις μειζόνων ἐφίεται, κἀκείνου κάλλιον καὶ σεμνότερον εἶναι νομίζει τὸ πολλῶν μὲν ἡγεῖσθαι, πολλῶν δ’ ἐπικρατεῖν καὶ δεσπόζειν, πάντας δ’ εἰς αὐτὸν ἀποβλέπειν καὶ νεύειν πρὸς αὐτόν, τῇδέ πῃ συγχωρητέον τὸ μὲν Λακωνικὸν ἐνδεὲς εἶναι πολίτευμα, τὸ δὲ Ῥωμαίων διαφέρειν καὶ δυναμικωτέραν ἔχειν τὴν σύστασιν).

14 Nous entendons cette expression dans son acception la plus large de science militaire, qui comprend l’importance des effectifs, l’organisation de l’armée, la qualité du commandement, ainsi que la valeur proprement dite du soldat. Notons que si elle relève bien intrinsèquement de l’humain, cette valeur en tant que telle demeure mesurable, car parfaitement identifiée et déterminée par l’engagement même des forces armées au cours des batailles. Sur ce point voir le Vom Kriege (1832) de Carl von Clausewitz, ouvrage décisif et qui fait toujours autorité, particulièrement I, 3. On pourra se reporter à la traduction française de Nicolas Waquet, 2004, Paris, Rivages poche, p. 71-72 et p. 82-83. Voir aussi Poznanski, 1994, p. 31-32 ; E.D. Marsden, 1973, p. 267-301.

15 Voir aussi Pol. I, 1, 5 ; I, 17, 11 ; VI, 2, 9-10. On rappellera que Polybe est tributaire ici des réflexions de Thucydide, Isocrate, Xénophon, Platon, Eschine et Aristote. On pourra se reporter notamment à Alonso-Nunez, 1999, p. 11-19.

16 X, 4, 1 : « (…) j’ai à traiter ensuite de la Crète, puisqu’elle appartient également au Péloponnèse »).

17 Voir l’analyse de R. Baladié, 1980, p. 3-4, ainsi que la note 12, p. 3 et la note 13, p. 4.

18 Polybe divise son récit pour les affaires de Grèce autres que celles de Grèce continentale en plusieurs zones géographiques strictes. Ainsi il distingue les affaires de l’Asie Mineure, du Bosphore et de la Thrace (Pol. IV, 37-56 ; XVI, 1-12 ; XXI, 6-17 ; XXI, 33-47; XXII, 20-21 ; XXIV, 14-15 ; XXV, 2 ; XXXII, 15-16 ; XXXIII, 12-13), de la Crète et de Rhodes (Pol. XIII, 4-5 ; XXII, 15 ; XXV, 5 ; XXX, 15 ; XXX, 23-24 ; XXXI, 4-5 ; XXXI, 31 ; XXXIII, 4-5 ; XXXIII, 16-17), de la Sicile et de la Grande-Grèce (Pol. VII, 2-8 ; VIII, 3-7 ; VIII, 37 ; IX, 10 ; IX, 26a-27).

19 X, 4, 2 : « (…) mais l’on dira plutôt qu’elle est située entre la Cyrénaïque et la partie de la Grèce qui va du cap Sounion à la Laconie et que son grand côté, qui s’étend d’ouest en est, est parallèle à ces deux contrées. Il faut dire encore qu’elle est baignée au nord par la mer Egée et la mer de Crète, au sud par la mer de Libye, prolongement de la mer d’Egypte ».

20 Pol. XIII, 4, 2 : (…) εἰς δὲ τὴν Κρήτην πρεσβευτὰς ἐξαπέστειλε τοὺς ἐρεθιοῦντας καὶ παρορμήσοντας ἐπὶ τὸν κατὰ τῶν Ῥοδίων πόλεμον (« (…) en même temps il envoya des ambassadeurs aux Crétois, pour les exciter et les encourager dans leur guerre contre Rhodes »). Le Macédonien s’appuie en effet sur la piraterie crétoise pou embraser cette partie du monde et tenter d’imposer son hégémonie sur l’ensemble du monde de la Méditerranée orientale. Voir à ce propos Van Effenterre, 1968, p. 256.

21 Pour les affaires de 189, voir T.-L., XXXVII, 60, 4 (le passage correspondant de Polybe, XXI, 43, 3, est corrompu), pour celles de 185, voir Pol. XXII, 15, 2. Dans le premier cas Rome tente de lutter contre la piraterie crétoise, dans l’autre essaie de régler les querelles entre les cités de l’île.

22 Sur l’alliance entre les Crétois et le roi de Sparte Nabis, voir Pol. XIII, 8, 2 ; sur celle entre le roi de Macédoine Persée et les Crétois, voir Tite-Live XLii, 51, 7 (le passage correspondant de Polybe est perdu) ; sur la demande d’alliance formulée par l’ambassadeur du κοινόν crétois devant l’assemblée primaire de la Confédération achéenne, voir Pol. XXXIII, 16, 5-6. L’épigraphie atteste cette pratique. Nombreuses sont les cités de l’île qui ont signé des traités avec les puissances formées lors de la division de l’empire d’Alexandre. Sur cette question, voir G. Capdeville, 1997, p. 276.

23 Sur la vitalité démographique de l’île durant la période hellénistique, voir Faure, 1961, p. 322.

24 Polybe mentionne les cités suivantes : Allaria (V, 63, 12 ; XIII, 10, 4), Apollônia (XXVIII, 14, 4), Aptera (IV, 55, 4), Cnossos (IV, 53, 1, 4 et 6 ; IV, 54, 2 ; IV, 55, 1 ; XXII, 15, 1 ; XXIX, 8, 6 ; XXX, 23, 1), Cydonia (IV, 55, 4), Eleutherna (IV, 53, 2 ; IV, 55, 4), Gortyne (IV, 53, 4; XXII, 15, 1; XXVIII, 15, 1 ; XXX, 23, 1), Ilattia (XIII, 10, 5), Kydônia (IV, 55, 4 ; XXVIII, 14, 1), Lappa (IV, 53, 6 ; IV, 55, 1-2), Lyttos (IV, 53, 3, 4 et 6 ; IV, 54, 4 ; XII, 15, 1), Phaïstos (IV, 55, 6), Phalasarna (XXII, 15, 3 et 6), Polyrrhénia (IV, 53, 6 ; IV, 55, 5 ; IV, 62, 1), Rhaucos (XXII, 15, 1 ; XXX, 23, 1) et Sibyrtos (XIII, 10, 6).

25 Le mercenariat crétois est des plus actifs et les puissances de l’époque hellénistique trouvent dans l’île les soldats qui leur font défaut. Nous les retrouvons sur tous les champs d’action du monde oriental de la mer Méditerranée. Ainsi ils sont au service des Lagides : Pol. IV, 36, 4 (Κρῆτες εἰς χιλίους) ; V, 61, 9 ; V, 63, 12 ; V, 65, 7 (ἔχων τοὺς μὲν πάντας Κρῆτας εἰς τρισχιλίους) ; V, 82, 10 ; XXXI, 17, 8 (ξενολογήσας δ’ ἐκ τῆς Κρήτης περὶ χιλίους στρατιώτας). Ils apparaissent dans les rangs des armées séleucides, au service d’Antiochos iii : Pol. V, 79, 10 (Κρῆτας δὲ χιλίους μὲν καὶ πεντακοσίους εἶχε (…) χιλίους δὲ Νεόκρητας) ; VII, 15, 2-16, 10 ; VIII, 15, 4 (τῶν παρ’ Ἀντιόχῳ στρατευομένων Κρητῶν) ; X, 29, 6 (Τούτοις δὲ συνεχεῖς Κρῆτας ἀσπιδιώτας ἐπέταξε περὶ δισχιλίους) ; XX, 3, 7. Ils sont au service des Antigonides Philippe V : Pol. V, 3, 2, et Persée : XXIX, 6, 1, ou de la Confédération étolienne : Pol. V, 3, 1 (μετὰ Νεοκρήτων πεντακοσίων) Ils se pressent au service du roi de Sparte Nabis : Pol. XIII, 6, 8, XIII, 8, 2, et de la Confédération achéenne : Pol. XVI, 37, 3 ; XXXIII, 16, 6 (μετὰ πεντακοσίων Κρητῶν). Ils sont enfin au service du tyran de Syracuse Hiéron ii : Pol. iii, 75, 7 (πεντακοσίους… Κρῆτας). Sur les Néocrétois (νεόκρητες), voir Rigsby, 1986, p. 359-360, pour lequel « l’auteur particulier que suit Polybe pour les événements militaires dans ces années-là s’est plû à une affectation de langage ».

26 Pol. XXXVI, 17, 5.

27 Pol. VI, 11a, 4.

28 Pol. XXVIII, 14, 3.

29 Strabon, X, 4, 4. Voir aussi Baurain, 1997, p. 102 ; Ducrey et Van Effenterre, 1969, p. 299.

30 Sur les gisements de fer en Crète centrale et occidentale, voir Bresson, 2008, p. 149.

31 Athénée, 1, 49 (27f) : « La Belle Crète (envoyait à Athènes) du cyprès pour les dieux » ; Strabon, X, 4, 4.

32 Sur la vitalité des échanges commerciaux en Crète, voir Bresson, 2008, p. 77-78, 84 et 174.

33 Pol. XXVIII, 14, 4.

34 Pol. IV, 8, 11 ; XIII, 8, 2 ; XXIII, 6, 2. Sur la piraterie crétoise, voir en particulier Gabrielsen, 2004 p. 508-509.

35 Voir Remy, 2011, p. 115-120.

36 Hom., Odyssée, XIV,194-234, particulièrement les vers 224-227.

37 Κρῆτες δὲ καὶ κατὰ γῆν καὶ κατὰ θάλατταν πρὸς μὲν ἐνέδρας καὶ λῃστείας καὶ κλοπὰς πολεμίων καὶ νυκτερινὰς ἐπιθέσεις καὶ πάσας τὰς μετὰ δόλου καὶ κατὰ μέρος χρείας ἀνυπόστατοι (…).

38 Sur la piraterie crétoise à l’époque hellénistique, voir Brulé, 1978, particulièrement les pages 66-67, qui dressent un tableau récapitulatif des 26 raids crétois attestés par les textes anciens à cette époque.

39 (…) πρὸς δὲ τὴν ἐξ ὁμολόγου καὶ κατὰ πρόσωπον φαλαγγηδὸν ἔφοδον ἀγνεννεῖς καὶ πλάγιοι ταῖς ψυχαῖς.

40 Pol. IV, 20, 6 : « Il ne faut pas croire non plus que les anciens Crétois et Lacédémoniens ont introduit sans raison à la guerre, à la place de la trompette, la flûte et le rythme », ainsi que le commentaire de Walbank, 1957, p. 467. La flûte et le rythme participent en effet d’une volonté de conduire les troupes en ordre au combat, alors que la trompette servait davantage à envoyer des signaux aux divers contingents engagés dans l’action.

41 Ainsi en Pol. IV, 53, 9 (« s’emparant de la citadelle » ; καταλαμβανόμενοι τὴν ἄκραν) ; IV, 54, 1 (« s’emparent de Lyttos, qu’ils trouvaient vide de défenseurs » ; καταλαμβάνονται τὴν Λύττον ἔρημον οὖσαν τῶν βοηθησόντων) ; XXVIII, 14, 4 (« ils s’emparèrent par trahison d’Apollônia » ; παρασπονδήσαντες τοὺς ’Απολλωνιάτας κατελάβοντο τὴν πόλιν).

42 Ainsi on les voit au service des Lagides (IV, 36, 4 ; V, 61, 9 ; V, 63, 12 ; V, 65, 7 ; V, 82, 10 ; XXXI, 17, 8), d’Antiochos iii (V, 79, 10 ; VII, 15, 2-16, 10 ; VIII, 15, 4 ; X, 29, 6 ; XX, 3, 7), des Antigonides Philippe V (V, 3, 2) et Persée (XXIX, 6, 1), de la Confédération étolienne (V, 3, 1), du roi de Sparte Nabis (XIII, 6, 8 ; XIII, 8, 2), de la Confédération achéenne (XVI, 37, 3 ; XXXIII, 16, 6), du tyran Hiéron ii de Syracuse (iii, 75, 7).

43 Sur les dix-neuf Crétois mentionnés dans l’œuvre polybienne telle qu’elle nous est parvenue, dix sont des mercenaires. Cnôpias (V, 63, 12 ; V, 65, 7) et Philon (V, 65, 7) sont au service du Lagide Ptolémée IV Philopatôr. Cambylos (VIII, 15, 4-5 ; VIII, 17, 4 ; VIII, 18, 3-9 ; VIII, 20, 9), Euphanès (XX, 3, 7) et Zélys (V, 79, 10) sont au service du Séleucide Antiochos iii. Lagoras est d’abord au service de Ptolémée IV (V, 61, 9) avant de passer au côté d’Antiochos au siège de Sardes (VII, 15, 2 – 16, 10). Bôlis suit le même parcours : d’abord au service des Lagides (VIII, 15, 1-16, 11), il trahit et passe dans le camp d’Antiochos (VIII, 17, 1-20, 6). Chéimaros (XXIX, 6, 1) se met au service de l’Antigonide Persée, tandis que Didascalondas (XVI, 37, 3) et Tèlémnastos (XXXIII, 16, 6) sont au service de la Confédération achéenne.

44 Pol. V, 63, 11 et 14.

45 Ainsi Pol. VII, 15, 2-3, où ce sont le courage, l’audace et les connaissances du Crétois Lagoras en matière de poliorcétique qui permettent à Antiochos iii d’enlever Sardes.

46 Lyttos résiste alors à l’unification de la Crète réalisée par Cnossos suite à l’affaiblissement de sa rivale Gortyne. Sur cette question, voir la synthèse réalisée par Van Effenterre, 1968, p. 253-254.

47 Τὸ μὲν οὖν πρῶτον ἐπολέμουν πάντες οἱ Κρηταιεῖς τοῖς Λυττίοις.

48 IV, 53, 5 : (…) ἐγγενομένης δὲ φιλοτιμίας ἐκ τῶν τυχόντων, ὅπερ ἔθος ἐστὶ Κρησίν, ἐστασίασαν πρὸς τοὺς ἄλλους.

49 « (…) un nombre considérable de discordes privées et publiques, de meurtres et de guerres civiles » ((…) ἐν πλείσταις ἰδίᾳ καὶ κατὰ κοινὸν καὶ φόνοις καὶ πολέμοις ἐμφυλίοις).

50 « En Crète commença une période de troubles graves, si toutefois on peut parler de commencement à propos des troubles de la Crète. Etant donné les guerres intestines qui ne cessent d’opposer les Crétois entre eux et l’extraordinaire férocité dont ils font preuve les uns envers les autres, on peut dire que, dans ce pays, la fin en ce domaine ne se distingue pas du commencement. » (Κατὰ δὲ τὴν Κρήτην ἀρχὴ πραγμάτων ἐκινεῖτο μεγάλων, εἰ χρὴ λέγειν ἀρχὴν πραγμάτων ἐν Κρήτῃ · διὰ γὰρ τὴν συνέχειαν τῶν ἐμφυλίων πολέμων καὶ τὴν ὑπερβολὴν τῆς εἰς ἀλλήλους ὠμότητος ταὐτὸν ἀρχὴ καὶ τέλος ἐστὶν ἐν Κρήτῃ).

51 L’exemple de Gortyne, daté de 220, rapporté par Polybe en IV, 53, 7, est fameux : « À Gortyne, on était en discorde, les uns, les plus âgés, choisissant le parti de Cnossos, les plus jeunes, celui de Lyttos » (Τῶν δὲ Γορτυνίων οἱ μὲν πρεσβύτατοι τὰ τῶν Κνωσίων οἱ δὲ νεώτεροι τὰ τῶν Λυττίων αἱρούμενοι διεστασίασαν πρὸς ἀλλήλους).

52 Voir l’épisode de la guerre de Lyttos (Pol. IV, 53, 5) ou le conflit qui oppose Apollônia et Kydônia (Pol. XXVIII, 14, 1-4).

53 VI, 45, 1-2 : « Pour passer à la constitution crétoise, deux questions méritent notre attention : comment se fait-il que les plus savants des anciens auteurs – Ephore, Xénophon, Callisthène, Platon – premièrement affirment qu’elle est semblable et identique à celle de Lacédémone, deuxièmement la présentent comme digne d’éloges ? Aucune de ces deux assertions ne me semble vraie. » (Ἐπὶ δὲ τὴν Κρηταιῶν μεταβάντας ἄξιον ἐπιστῆσαι κατὰ δύο τρόπους, πῶς οἱ λογιώτατοι τῶν ἀρχαίων συγγραφέων, Ἔφορος Ξενοφῶν Καλλισθένης Πλάτων, πρῶτον μὲν ὁμοίαν εἶναί φασι καὶ τὴν αὐτὴν τῇ Λακεδαιμονίων, δεύτερον δ’ ἐπαινετὴν ὑπάρχουσαν ἀποφαίνουσιν · ὧν οὐδέτερον ἀληθὲς εἶναί μοι δοκεῖ). Et Polybe de présenter ensuite, en une argumentation précise et serrée, les points de divergence entre les deux constitutions (VI, 45, 3 – 46, 11). L’assertion liminaire de Polybe ne laisse pas de surprendre, puisqu’il mentionne uniquement ici des auteurs de l’époque classique. Van Effenterre de conclure d’ailleurs sur une note tout aussi étrange, 1968, p. 285-286 : « Polybe ne semble pas avoir songé un seul instant que les institutions crétoises célébrées au début du ive siècle pouvaient avoir subi quelques modifications en deux ou trois cents ans. Cela nous fait croire que sa documentation sur la Crète devait être assez superficielle ».

54 Voir Flacelière et Chambry, Plutarque, 1969, note p. 235, s.u.: Phil. 7, 3 ; Errington, 1969, p. 28. Polybe lui-même passe en Crète, mais seulement après 146, pour se rendre en Egypte. Voir Pol. XXXIV, 14, 1-8.

55 Celui-ci a été fondé dans le troisième quart du iiie siècle, vraisemblablement entre 260 et 230. Sur cette question, voir Van Effenterre, 1968, p. 132-138 et Capdeville, 1997, p. 302-303 et note 177.

56 Pol. VI, 47, 4-5.

57 Pol. VI, 46, 4 : « d’autre part leurs magistratures sont annuelles et ont un statut démocratique » (Καὶ μὴν τὰ κατὰ τὰς ἀρχὰς ἐπέτεια παρ’ αὐτοῖς ἐστιν καὶ δημοκρατικὴν ἔχει διάθεσιν ).

58 Pol. XXIX, 10, 6-7.

59 Pol. XXII, 15, 4 : κοινοδίκαιον.

60 Le cas de VI, 46, 4 est exemplaire. S’il reconnaît le caractère démocratique du κοινόν crétois, Polybe s’empresse de relativiser cette donnée, comme l’infère l’emploi spécifique du substantif διάθεσις, qui indique la disposition, l’ordonnance, non l’esprit et invite donc à différencier le paraître et la réalité. La part démocratique du régime semble ainsi se limiter, pour Polybe, à l’annualité des magistratures.

61 Voir Van Effenterre, 1968, p. 145-148.

62 Pol. IV, 53, 5-7; XXIV, 3.

63 Voir Van Effenterre, 1968, p. 149-150 ; G. Capdeville, 1997, p. 303-306. Voir encore Curty, 1994, p. 704-705, qui montre l’influence décisive qu’a pu avoir le mythe de la thalassocratie minoenne dans la création de la Confédération. Voir enfin Béquignon, 1949, p. 51 qui nie une quelconque autorité du κοινόν dans le domaine international.

64 Tout au plus peut-on inférer de l’ambassade d’Antiphatas auprès des instances fédérales achéennes en 154 lors de la seconde guerre crétoise, ambassade rapportée par Polybe en XXXIII, 16, 1-8, que cette guerre est une entreprise du κοινόν alors dominé par Gortyne (οἱ Κρηταιεῖς ; XXXIII, 16, 1). Toutefois, cette unité n’est que ponctuelle, puisque, dès 153, une baisse des raids crétois conjuguée à une médiation romaine conduit à la paix. Sur ce point, voir Van Effenterre, 1968, p. 269.

65 Pol. VI, 47, 5 : Καὶ μὴν οὔτε κατ’ ἰδίαν ἤθη δολιώτερα Κρηταιέων εὕροι τις ἄν, πλὴν τελείως ὀλίγων, οὔτε κατὰ κοινὸν ἐπιβολὰς ἀδικωτέρας.

66 Voir Pol. VI, 46, 1-3 : « chez les Crétois, c’est exactement le contraire ; d’abord leurs lois leur permettent d’acquérir autant de terres qu’ils le peuvent, à l’infini comme on dit ; puis ils attachent tant de valeur à l’argent, qu’ils trouvent non seulement nécessaire mais extrêmement beau d’en gagner. Bref, d’une façon générale, la convoitise et la cupidité sont si profondément implantées dans leurs mœurs, que les Crétois sont le seul peuple au monde qui ne tienne aucun profit pour déshonorant » (Παρὰ δὲ Κρηταιεῦσι πάντα τούτοις ὑπάρχει τἀναντία · τήν τε γὰρ χώραν κατὰ δύναμιν αὐτοῖς ἐφιᾶσιν οἱ νόμοι, τὸ δὴ λεγόμενον, εἰς ἄπειρον κτᾶσθαι, τό τε διάφορον ἐκτετίμηται παρ’ αὐτοῖς ἐπὶ τοσοῦτον ὥστε μὴ μόνον ἀναγκαίαν ἀλλὰ καὶ καλλίστην εἶναι δοκεῖν τὴν τούτου κτῆσιν. Καθόλου θ’ ὁ περὶ τὴν αἰσχροκέρδειαν καὶ πλεονεξίαν τρόπος οὕτως ἐπιχωριάζει παρ’ αὐτοῖς ὥστε παρὰ μόνοις Κρηταιεῦσι τῶν ἁπάντων ἀνθρώπων μηδὲν αἰσχρὸν νομίζεσθαι κέρδος).

67 Lieu commun des philosophies, déjà connu des sentences des Sept Sages (μηδὲν ἄγαν et γνῶθι σεαυτόν), la tempérance est professée tant par les Péripatéticiens (Aristote, Ethique à Nicomaque, 1166a-b, 1168b, 1169a) et les Epicuriens (Epicure, Lettre à Ménécée, 127-132), que par les Stoïciens (Cicéron, Tusculanes, V, 81-82 ; Sénèque, Lettres, 92, 3) et les Cyniques (Sextus Empiricus, Contre les professeurs, XI, 19-20).

68 Pol. VI, 46, 9.

69 Pol. XXVIII, 14, 3.

70 Pol. XXIV, 3.

71 Pol. IV, 54, 5 : ἀρίστους ἀεὶ τρέφουσα Κρηταιέων.

72 Pol. XIII, 8, 2.

73 Pol. XIII, 6, 8.

74 Pol. XIII, 14, 2 : « pour les exciter et les encourager » (ἐρεθιοῦντας καὶ παρορμήσαντας).

75 Nous relevons, associés aux Crétois, les champs lexicaux suivants : celui des destructions matérielles : διαρπάζειν (« dévaster » ; XXVIII, 14, 4) ; διαφθείρειν (« détruire » ; XIII, 4, 1 ; XIII, 6, 8) ; ἐλαττοῦν (« affaiblir » ; XXII, 15, 1) ; ἐμπιπράναι (« incendier » ; IV, 54, 2) ; κακοποιεῖν (« commettre des rapines » ; XIII, 4, 1) ; κατασκάπτειν (« détruire de fond en comble » ; IV, 54, 2) ; ἀνάστατος, ος, ον (« ruiné de fond en comble » ; IV, 53, 4) ; ἡ λῃστεία, ας (« la piraterie » ; XIII, 8, 2) ; celui des atteintes à la personne humaine : ἀποκτείνειν (« tuer » ; IV, 53, 9 ; XXII, 15, 6) ; κατασφάζειν (« égorger » ; XXVIII, 14, 4) ; λωβᾶν (« outrager » ; IV, 54, 2) ; παρασπονδεῖν (« trahir » ; XXVIII, 14, 4) ; ὁ φόνος, ου (« le meurtre » ; VI, 46, 9) ; et celui du comportement criminel : τὸ πρᾶγμα δεινόν (« le fait monstrueux » ; XXVIII, 14, 1) ; ἡ στάσις, εως (« la guerre civile » ; VI, 46, 9) ; ἡ ὠμότης, ητος (« la férocité » ; XXIV, 3).

76 IV, 54, 5 : « avec humanité » (φιλανθρώπως).

77 Trois personnalités se distinguent parmi les Crétois présents dans les Histoires : Bôlis, Cambylos et Antiphatas. Nous citons pour mémoire les autres représentants de ce peuple : Antalcas : Crétois de Gortyne, père de Kydas (1) (Pol. XXII, 15, 1) ; Arianos : subordonné de Bôlis, il perd Achaïos (Pol. VIII, 18, 3-7), Charmion : Gortynien (?) (Pol. XXII, 15, 3) ; Chéimaros : au service de Persée (Pol. XXIX, 6, 1) ; Cnôpias : Crétois d’Allaria, officier au service de Ptolémée IV Philopatôr (Pol. V, 63, 12 ; V, 65, 7) ; Didascalondas : au service des Achéens (Pol. XVI, 37, 3) ; Euphanès : au service d’Antiochos iii (Pol. XX, 3) ; Kydas : cosmos (i.e. : haut magistrat) de Gortyne (Pol. XXII, 15, 1) ; Kydas (différent du précédent) : émissaire d’Eumène ii auprès de Persée (Pol. XXIX, 6, 1 ; XXIX, 7, 8) ; Lagoras : habile soldat au service de Ptolémée IV Philopatôr, puis au service d’Antiochos iii ; présent au siège de Sardes, permet la victoire (Pol. VII, 15, 1 – 16, 1 et 7 ; VII, 17, 1-3 ; VII, 18, 1 et 8) ; Ménoïtios : victime des exilés de Phalasarna (Pol. XXII, 15, 6) ; Nothocratès : Crétois de Gortyne (Pol. XXVIII, 15, 6) ; Philon : Crétois de Cnossos, au service de Ptolémée IV Philopatôr (Pol. V, 65, 7) ; Tèlémnastos : ambassadeur de Philippe V auprès d’Antiochos iii (Pol. XXIX, 4, 8) et au service des Achéens (XXXIII, 16, 6) ; Timarchos : Crétois d’Eleutherna (Pol. IV, 53, 2) ; Zélys : Crétois de Gortyne, au service d’Antiochos iii (Pol. V, 79, 10).

78 Voir Pol. VIII, 15, 1.

79 Voir Pol. VIII, 15, 9 ; VIII, 17, 7 ; VIII, 18, 4-8.

80 Pol. VIII, 18, 6.

81 Pol. VIII, 21, 10 : « Ainsi Achaïos avait bien pris toutes les précautions raisonnables, mais il succomba à la perfidie des hommes à qui il s’était fié » (Ἀχαιὸς μὲν οὖν πάντα τὰ κατὰ λόγον πράξας, ὑπὸ δὲ τῆς τῶν πιστευθέντων ἡττηθεὶς ἀθεσίας).

82 Pol. VIII, 16, 7-8.

83 XXXIII, 16, 4-6 : Εἰς ἃ βλέπων Ἀντιφάτας ἐβουλήθη πάλιν ἐπεισελθεῖν, τοῦ δὲ στρατηγοῦ συγχωρήσαντος ἐχρήσατο λόγοις βαρυτέροις ἢ κατὰ Κρῆτα καὶ σπουδαιοτέροις · καὶ γὰρ ἦν ὁ νεανίσκος οὐδαμῶς Κρητικός, ἀλλὰ πεφευγὼς τὴν Κρητικὴν ἀναγωγίαν. Διὸ καὶ συνέβαινε τοὺς Ἀχαιοὺς ἐπιδέχεσθαι τὴν παρρησίαν αὐτοῦ καὶ μᾶλλον ἔτι διὰ τὸ τὸν πατέρα τοῦ προειρημένου Τηλέμναστον μετὰ πεντακοσίων Κρητῶν ἐλθόντα συμπεπολεμηκέναι τὸν πρὸς Νάβιν πόλεμον εὐγενῶς αὐτοῖς.

84 VI, 47, 1-2 : Ἐγὼ γὰρ οἶμαι δύο ἀρχὰς εἶναι πάσης πολιτείας, δι’ ὧν αἱρετὰς ἢ φευκτὰς συμβαίνει γίνεσθαι τάς τε δυνάμεις αὐτῶν καὶ συστάσεις · αὗται δ’ εἰσὶν ἔθη καὶ νόμοι. Ὧν τὰ μὲν αἱρετὰ τούς τε κατ’ ἰδίαν βίους τῶν ἀνθρώπων ὁσίους ἀποτελεῖ καὶ σώφρονας τό τε κοινὸν ἦθος τῆς πόλεως ἥμερον ἀπεργάζεται καὶ δίκαιονμ τὰ δὲ φευκτὰ τοὐναντίον.

85 Le cas basique est celui de l’ἀνακύκλωσις, défini et analysé en VI, 4, 6-10. Sur ce cycle des constitutions, on pourra se reporter utilement à J. M. Alonso-Nunez, 1999, p. 17.

86 S’il apparaît pour la première fois explicitement posé et défini chez Cicéron (De Officiis, I, 36), le concept de guerre juste se lit en creux dans de nombreux textes antérieurs, dont grecs. Citons Eschyle, Les Perses, particulièrement v. 242 ; 402-405 ; Platon, République, V, 467-471. Voir encore Pol. ii, 38, 6 pour la justification de l’idéal politique des Achéens et XVIII, 46, 5-15 pour la fameuse Proclamation de Corinthe.

87 Κνώσιοι συμφρονήσαντες Γορτυνίοις πᾶσαν ἐποιήσαντο τὴν Κρήτην ὑφ’ αὑτοὺς πλὴν τῆς Λυττίων πόλεως, μόνης δὲ ταύτης ἀπειθούσης ἐπεβάλοντο πολεμεῖν, σπεύδοντες αὐτὴν εἰς τέλος ἀνάστατον ποιῆσαι καὶ παραδείγματος καὶ φόβου χάριν τῶν ἄλλων Κρηταιέων.

88 Pol. XXIV, 3. Notons que Platon, République, V, 467-471 appelle les Grecs à la modération au cours de leurs luttes fratricides.

89 IV, 53, 3 – 54, 6.

90 XXII, 15, 1.

91 XXX, 23, 1. Le traité entre les deux cités est conclu entre 168 et 165 sous l’arbitrage de Ptolémée VI Philométor. Voir IC 4, Gortyna, 181 et 182.

92 Pol. XXVIII, 14, 1-4 : Ὅτι οἱ Κυδωνιᾶται κατὰ τὸν καιρὸν τοῦτον ἐποίησαν πρᾶγμα δεινὸν καὶ παράσπονδον ὁμολογουμένως. Καίπερ γὰρ πολλῶν τοιούτων γενομένων κατὰ τὴν Κρήτην, ὅμως ἔδοξεν ὑπεραίρειν τὴν συνήθειαν τὸ τότε γενόμενον. Ὑπαρχούσης γὰρ αὐτοῖς οὐ μόνον φιλίας, ἀλλὰ συμπολιτείας πρὸς Ἀπολλωνιάτας καὶ καθόλου κοινωνίας πάντων τῶν ἐν ἀνθρώποις νομιζομένων δικαίων, καὶ περὶ τούτων κειμένης ἐνόρκου συνθήκης παρὰ τὸν Δία τὸν Ἰδαῖον, παρασπονδήσαντες τοὺς Ἀπολλωνιάτας κατελάβοντο τὴν πόλιν καὶ τοὺς μὲν ἄνδρας κατέσφαξαν, τὰ δ’ ὑπάρχοντα διήρπασαν, τὰς δὲ γυναῖκας καὶ τὰ τέκνα καὶ τὴν πόλιν καὶ τὴν χώραν διανειμάμενοι κατεῖχον.

93 Pol. IV, 54, 5.

94 Ainsi Philippe V les encourage à abattre la puissance rhodienne (Pol. XIII, 4, 2) ; ainsi ils soutiennent Nabis par appât du butin (Pol. XIII, 8, 2). Ainsi ils mènent la seconde guerre crétoise contre Rhodes qu’ils ruinent par leurs exactions, avec l’approbation tacite de Rome.

95 Pol. XII, 7, 6 ; XII, 12, 3-5. Rappelons également que « les mots de la famille d’ἀληθής et d’ἀλήθεια apparaissent deux cent vingt-deux fois chez Polybe » (Molin, 2003, p. 279).

96 Voir notamment ii, 39, 10 : « (…) mais plutôt à cause de leur loyauté et de leur probité en toute chose : car tout le monde unanimement avait alors sur eux cette opinion » ((…) τὸ δὲ πλεῖον εἰς τὴν πίστιν καὶ τὴν ὅλην καλοκἀγαθίαν · ὁμολογουμένως γὰρ δὴ τότε ταύτην περὶ αὐτῶν πάντες εἶχον τὴν δόξαν). Voir encore, pour l’exécration par les Achéens de tout vice, Pol. X, 26, 5 ; XXIV, 7, 7. On rappellera encore que la Confédération achéenne a de solides assises en Arcadie et que les plus éminents ἄρχοντες fédéraux sont d’origine arcadienne. D’où la louange que leur adresse Polybe. Voir ainsi ii, 55, 9 ; ii, 61, 7-8 ; IV, 20, 1 ; X, 22, 2-3. Sur Philopoimen, véritable somme de toutes les vertus, voir X, 22, 5 ; XI, 10, 3-4 ; XXIII, 12, 8, ainsi que les articles décisifs de Foulon, 1991, p.29-36 et 1993, p. 333-379.

97 Voir en particulier ii, 38, 6 : « On ne saurait trouver un régime et un idéal d’égalité, de liberté, en un mot de démocratie, plus parfaits que chez les Achéens » (Ἰσηγορίας καὶ παρρησίας καὶ καθόλου δημοκρατίας ἀληθινῆς σύστημα καὶ προαίρησιν εἰλικρινεστέραν οὐκ ἂν εὕροι τις τῆς παρὰ τοῖς Ἀχαιοῖς ὑπαρχούσης). Voir aussi ii, 37, 11 ; ii 38, 8 ; ii, 42, 3 ; ii, 43, 3 ; ii, 58, 2 ; XXIII, 12, 8. Sur l’exercice d’une hégémonie modérée, voir Baronowski, 2011, p. 65.

98 Philopoimen et Lycortas ont exercé plusieurs fois la charge de stratège fédéral, respectivement 8 et 2 fois, tandis que Polybe a exercé la charge d’hipparque en 170-169.

99 Pol. I, 1, 5.

100 Ainsi en VIII, 16, 4 : ἅτε Κρὴς ὑπάρχων (« parce qu’il était Crétois ») et ἐποιοῦντο τὴν σκέψιν Κρητικήν (« ils discutèrent à la crétoise ») ; VIII, 16, 7 : Κρῆτες ὄντες (« en bons Crétois ») ; VIII, 19, 5 : πρὸς Κρῆτα κρητίζων (« à Crétois, Crétois et demi ») ; XXXIII, 16, 5 : τὴν Κρητικὴν ἀναγωγίαν (« la corruption crétoise »), avec emploi du substantif rare et tardif ἀναγωγία (sur l’emploi de ce terme, voir Foucault, 1972, p. 329).

101 Voir Odyssée, XIV, 229-239 ; Hymne à Déméter, 123-125.

102 Voir l’épisode de l’enlèvement d’Europe : I, 2.

103 Si l’auteur est tardif, l’anecdote du passage du Punique à Gortyne devait s’être propagée dans le monde grec, et il n’est pas douteux que les lecteurs de Polybe la connussent. Voir Vie d’Hannibal, 9, 1 – 10, 1.

104 Anthologie palatine, VII, 654 : « Toujours voleurs, toujours pirates, jamais justes, tels sont les Crétois ».

105 Voir encore DS, XXXI, 45 ; Str., X, 4, 8-9 ; Plut., Lysandre, 20, 2 ; Philopoemen, 13, 9.

106 Sur la réputation des Crétois comme menteurs, voir Call., Hymne à Zeus, 7-8 et Anth., VII, 275.

107 Il est à noter que le nom du Stagyrite n’apparaît pas dans les Histoires, comme le rappelle Weil, 1982, p. 42 : « un oubli surprenant ». Ce manque ne saurait être imputable à l’ignorance par Polybe de l’œuvre d’Aristote. C’est plus significativement son étude comparative des régimes crétois et spartiate qui a conduit Polybe à l’ignorer. Voir sur ce point Walbank, 1957, p. 726.

108 Plat., Lois, I, 634 d ; iii, 683 a ; iii, 712 e ; IV, 711 a ; IV, 712 c ;VI, 780 b ; VIII, 842 b ; VIII, 847 e ; Arstt., Politique, ii, 10, 1271 b – 1272 b ; Ephor., Europe, F. 33 ; F. 149. Le texte d’Ephore nous étant parvenu très fragmenté, on pourra par ailleurs se reporter, pour son analyse de la constitution crétoise, au résumé fort précis qu’en propose Strabon en X, 4, 16.

109 VI, 45, 1-2 : Ἐπὶ δὲ τὴν Κρηταιῶν μεταβάντας ἄξιον ἐπιστῆσαι κατὰ δύο τρόπους, πῶς οἱ λογιώτατοι τῶν ἀρχαίων συγγραφέων, Ἔφορος Ξενοφῶν Καλλισθένης Πλάτων, πρῶτον μὲν ὁμοίαν εἶναί φασι καὶ τὴν αὐτὴν τῇ Λακεδαιμονίων, δεύτερον δ’ ἐπαινετὴν ὑπάρχουσαν ἀποφαίνουσιν · ὧν οὐδέτερον ἀληθὲς εἶναί μοι δοκεῖ. Notons par ailleurs que Polybe mentionne, en plus de Platon et d’Ephore, Xénophon et Callisthène. Toutefois, « aucun texte conservé de Callisthène ne correspond à l’affirmation de Polybe, et notre Xénophon est silencieux aussi » (Weil, 1982, p. 41). Sur l’ensemble de l’argumentation de Polybe, voir VI, 45, 3 – 46, 11.

110 Polybe le condamne fermement en VI, 11, 7-8.

111 L’épigraphie confirme cette mutation. Van Effenterre, 1968, p. 163-165 et notes correspondantes, produit les pièces qui étaient le dossier. Voir aussi un passage d’Ephore reproduit par Strabon en X, 4, 17.

112 Voir le récit et l’analyse par Polybe de la guerre de Lyttos, particulièrement IV, 53, 4 ; IV, 54, 2.

113 Van Effenterre, 1968, p. 290.

114 Van Effenterre, ibid., p. 286.

115 Pol. IV, 55, 1-2.

116 XXXIII, 16, 4-6.

117 Voir IG, ii-iii2 , 399, add. 660 ; IG, IV, 497 ; IG, XI, 4, 719 et 1077 ; FD, iii, 1, 445 ; Syll3, 535-537. Toutes ces références sont proposées par Van Effenterre, 1968, p. 255, 293-294, 297.

118 Voir IC, iii, Hierapytna, 4. Cette référence est donnée par Van Effenterre, ibid., p. 301. Voir encore Chaniotis, 1996, p. 358-383.

119 IV, 8, 11 ; IV, 20, 6.

120 Les Gortyniens voient ainsi leur rôle dans la guerre de Lyttos minimisé par le Mégalopolitain. Ils sont présentés d’abord comme de simples complices, comme l’atteste leur position de complément en IV, 53, 4 (Κνώσιοι συμφρονήσαντες Γορτυνίοις), avant de disparaître du récit polybien lors de la prise de la ville et du massacre qui s’ensuit (IV, 54, 2).

121 IV, 53, 6 ; IV, 55, 1-2.

122 Voir en particulier Pol. ii, 43, 9-10 ; ii, 45, 1-2 ; IV, 3, 3 ; IV, 14, 4 ; V, 107, 5-6 ; XI, 5, 4-5 ; XVIII, 34, 1 ; XX, 4, 4.

123 Voir Van Effenterre, 1968, p. 218.

124 Dès que les intérêts achéens se recentrent sur le Péloponnèse, la Crète n’intervient plus en tant que telle dans les Histoires. Il est seulement question alors de l’emploi de troupes mercenaires crétoises dans les armées de Philippe V et de la Confédération étolienne (IV, 61, 2 ; V, 14, 1 et 4).

125 XIII, 4, 2 ; XIII, 5, 2.

126 On se reportera à Van Effenterre, 1968, p. 221-234, qui propose une taxinomie fort intéressante des sources de la première guerre crétoise. Les textes littéraires se limitent à Polybe, livre XIII, à Pausanias, I, 36, 4 et à Diodore de Sicile, XXVIII. Les autres références sont épigraphiques.

127 Voir en particulier la relation qu’entretient Philippe avec Aratos de Sicyone (Pol. VIII, 12, 2 et IX, 23, 9). Sur son impiété, voir Pol. IX, 30, 2, sur son indignité de roi, X, 26, 1-5 ; XIII, 3, 1 ; XV, 25, 3 ; XVIII, 3, 2.

128 Le stratège fédéral Aristainos détache officiellement la Confédération de l’alliance macédonienne en 198. Voir Pol. XVIII, 13, 8-10.

129 XXIII, 4.

130 Sur Diophanès, voir Pol. XXII, 10, 4-5 ; XXIII, 17, 12 ; sur Callicratès, voir Pol. XXIV, 8, 9 – 10, 10 ; XXIX, 23, 10 – 25, 7 ; XXX, 13, 3 ; XXX, 29, 1-7 ; XXXIII, 16, 7 ; XXXVI, 13, 1-2.

131 Sur la rivalité entre Philopoimen et Aristainos, voir Pol. XXIV, 11, 4-8 ; XXIV, 13, 7-8. Voir aussi Pédech, 1964, p. 417-418 ; Thornton, 1995, p. 261-262.

132 On opposera les crimes des Kydôniates perpétrés envers Apollônia (Pol. XXVIII, 14, 1-4) à la magnanimité avec laquelle le stratège Lycortas règle la question de la révolte messénienne et favorise le retour de Sparte dans le sein de la Confédération (Pol. XXIII, 16, 1 – 18, 5).

133 Pol. XXVIII, 14, 3.

134 Pol. XXXIII, 13, 2 ; XXXIII, 4, 1-4.

135 Pol. XXXIII, 16, 1 – 17, 5.

136 Pol. XXXIII, 16, 2-3 : (…) ἔρρεπον ταῖς γνώμαις οἱ πολλοὶ μᾶλλον ἐπὶ τοὺς Ῥοδίους, ἐντρεπόμενοι καὶ τὸ τῆς πόλεως ἀξίωμα καὶ τὴν ὅλην αἵρεσιν τῆς πολιτείας καὶ τῶν ἀνδρῶν.

137 Les vertus morales et politiques de Rhodes sont généralement louées par Polybe, vertus qui trouvent leur expression dans les relations d’amitié que les Rhodiens ont eu avec Rome. Voir en particulier XI, 4, 2-3 ; XV, 23, 4-6 : XVI, 8, 3-5 ; XVI, 26, 8-9 ; XXI, 7, 5-7 ; XXI, 23, 10-12 ; XXX, 5, 6-8. Et s’il doit évoquer la déchéance de ce peuple suite aux revers qu’il a subis lors de la seconde guerre crétoise, Polybe entreprend de le défendre en imputant cette dégénérescence à un fait de nature (XXXIII, 17, 1-5).

138 Voir ci-dessus p. 20.

139 Sur la question des τέλη des Histoires, voir Foulon, 2003, p. 43

140 Pol. XXXIII, 15, 4.

141 Pol. XXVII, 3, 1 – 7, 16 ; T.-L., XLii, 46, 2-10. Sur le silence de Rome dans les premières années de la guerre, voir Van Effenterre, 1968, p. 269.

142 On retrouve ici, à la clôture pour ainsi dire des Histoires la réflexion prophylactique que Polybe tenait à l’ouverture de son œuvre, livre iii, 4, 1-12. Sur ce point on se reportera utilement à Darbo-Peschanksi, 2003, p. 60 : « des vicissitudes (symphorai) adviendront, des coups imprévus (peripeteiai) qui mettront à l’épreuve la noblesse des vainqueurs (eugeneia) et (...), tout comme les vaincus, ils auront affaire à des impulsions irraisonnées (hormai) qui les pousseront parfois à agir. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Remy, « La représentation de la Crète et des Crétois dans les Histoires de Polybe », Pallas, 99 | 2015, 269-293.

Référence électronique

Alain Remy, « La représentation de la Crète et des Crétois dans les Histoires de Polybe », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/3143 ; DOI : 10.4000/pallas.3143

Haut de page

Auteur

Alain Remy

Chercheur associé au PLH-CRATA
avea.remy@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org