Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Vox poetae. Manifestations auctoriales dans l’épopée gréco-latine. Textes réunis et présentés par Emmanuelle Raymond

Collection du CEROR 39, Paris, De Boccard, 2011, 427 p.
François Ripoll
p. 336-338
Référence(s) :

Vox poetae. Manifestations auctoriales dans l’épopée gréco-latine. Textes réunis et présentés par Emmanuelle Raymond, Collection du CEROR 39, Paris, De Boccard, 2011, 427p.

Texte intégral

1E. Raymond a réuni dans ce recueil dix-neuf communications issues d’un colloque tenu à l’Université de Lyon 3 le 13 et 14 novembre 2008 sur le thème de la « voix du poète » dans l’épopée gréco-latine, d’Homère à Corippe. Les communications sont regroupées en trois grands ensembles sur des critères thématiques plutôt que chronologiques, ce qui fait bien ressortir l’unité du volume. Il faut en effet souligner cette forte impression d’unité, découlant du sujet même du colloque, qui a dû permettre des échanges fructueux dont témoignent les renvois internes dans certains articles. Mais cette unité est encore renforcée par le travail de l’éditrice, qui a doté l’ouvrage non seulement d’une introduction et d’une conclusion synthétiques, mais aussi d’introductions partielles au début de chaque grande partie, ainsi que d’une série d’index généraux (locorum, scriptorum recentiorum, notionum) faisant suite à la bibliographie, elle aussi générale (un choix qui n’est pas toujours heureux en soi, mais qui se défend précisément dans le cas d’un sujet unitaire et bien cadré). Au départ de cette série d’enquêtes se trouve un paradoxe : alors que dans la conception du genre épique défendue par Aristote (mais qui, finalement, n’engage que lui…), le poète ne doit pas faire entendre sa voix individuelle et doit s’effacer derrière sa narration, la pratique réelle des poètes épiques montre que les modes de présence de l’auteur sont nombreux et variés, y compris là où on ne les attendrait guère a priori. Il valait donc la peine de faire un tour d’horizon de la question en couvrant le spectre le plus large possible de la production épique antique - une investigation dont Aristote, on s’en doute, ressort assez mal en point…

2La première partie (« Vox poetae : identités d’auteur ? ») regroupe une série de communications qui ont en commun d’envisager le problème des modes de présence de la voix de l’auteur : parle-t-il en son nom propre, par le biais du narrateur, ou par délégation de parole à un personnage ? Paradoxalement, la première communication, de Chr. Cusset et F. Levin, ne porte pas sur l’épopée, mais sur la poésie bucolique (« la voix du poète dans le corpus Theocriteum ») ; les auteurs montrent que les manifestations de la voix du poète affleurent bien moins dans les idylles proprement bucoliques (où on l’a peut-être cherchée abusivement) que dans les mimes urbains, plus ouverts à l’intrusion du monde réel, au détriment de la présence du matériau épique : une contre-épreuve en quelque sorte pour la suite du recueil. On se trouve plongé au cœur et à la source du genre épique avec la deuxième contribution, de S. Perceau (« Voix auctoriale et interaction de l’Iliade à l’Odyssée : de l’engagement éthique à la figure d’autorité ») ; elle démontre que, contrairement à ce que l’on attendrait, la présence subjective de l’auteur est plus forte dans l’Iliade, finalement assez « interactive », que dans l’Odyssée, où elle se retranche derrière l’autorité de la Muse inspiratrice. Aux frontières du genre épique, le tandem J.-P. De Giorgio/E. Ndiaye se penche sur l’épyllion catullien de Thétis et Pélée (« Vox poetae noui dans l’epyllion 64 de Catulle ») ; mais l’enjeu est précisément de montrer comment l’auteur joue sur la transgression des normes génériques (notamment épiques) pour faire émerger une subjectivité du regard proprement néotérique. On aborde ensuite ce qui est sans doute la plus auctorialement intrusive des épopées antiques, avec B. Bureau, qui s’attaque à la question complexe et délicate du narrateur lucanien (« Quand il n’y a plus de honte à parler de soi. Ego et ses avatars dans le poème de Lucain ») ; l’idée est que la voix du poète est tendue entre un « je » affirmant un jugement moral autonome et un « nous » dont il réprouve la culpabilité collective tout en se reconnaissant comme une partie de cette entité coupable ; une position ambiguë assez voisine de celle de la persona du poète satirique. Une approche au total assez neuve de la question du narrateur de la Pharsale, que B. Bureau s’efforce de penser dans son unité, fut-elle contradictoire, plutôt que de le diffracter en divers « je » suivant des critères d’ordre temporel, comme on le fait généralement (mais pas forcément à tort tout de même). E. Wolff passe ensuite en revue les modes de présence de l’auteur dans les poèmes de Dracontius (« La vox poetae dans les œuvres épiques de Dracontius »). Enfin, S. Clément-Tarantino passe au crible les réflexions des commentateurs anciens d’Homère et Virgile sur la présence subjective du poète (« Vox poetae, persona poetae : le point de vue des commentateurs anciens d’Homère et de Virgile ») : attentifs à repérer la présence du poète derrière ses masques et ses interventions, les commentateurs donnent finalement du l’Iliade une image plus subjective qu’on ne s’y attendrait, surtout par comparaison avec l’Enéide.

3La deuxième partie (« affleurements d’une subjectivité poétique ») est centrée sur la question du « style subjectif », illustrée notamment par les analyses de B. Otis sur l’Enéide, et fait une part belle à la question des apostrophes de l’auteur à ses personnages. Signe d’une omniscience du narrateur/auteur vis-à-vis de ses héros, elles sont souvent le vecteur d’un effet d’ironie tragique. C’est en particulier ce qui ressort de l’article de S. Dubel sur Homère (« Changements de voix : sur l’apostrophe au personnage dans l’Iliade »), qui met notamment en lumière un jeu intéressant d’entrecroisement dans la fonction des apostrophes adressées respectivement à Ménélas et à Patrocle, ainsi que la fonction célébrative et commémorative des apostrophes. J. Peigney revient de façon plus systématique sur les apostrophes à Patrocle (« La voix de l’aède au chant 16 de l’Iliade et la colère de Patrocle »), en soulignant leur fonction de support d’une réflexion morale. M. Ledentu passe ensuite en revue, avant de les récapituler dans un tableau synthétique, les diverses manifestations auctoriales dans l’épopée ovidienne (« La voix du poète et ses mises en scène dans les Métamorphoses d’Ovide »). Ce sont plus précisément les apostrophes contenues dans les catalogues de l’Enéide qui font l’objet de la communication d’A. Maugier-Sinha (« « Non ego te… transierim » (Aen., 10, 185-186) : apostrophe au personnage et énonciation épitaphique, la nécessité d’une voix comme support de mémoire ») ; elle y montre que ce procédé relève moins d’une oralité archaïsante que d’un héritage proprement romain de l’épitaphe funéraire. Cette progression vers le particulier se poursuit avec la contribution de M. Briand, qui passe méthodiquement en revue les occurrences d’une apostrophe précise, celle de nèpios (enfant, idiot, naïf) chez Homère (« A propos de vhpios dans l’Iliade et l’Odyssée : ambiguïtés et variations auctoriales, entre récit et performativité »), envisagée notamment comme support d’un discours axiologique. Dans la même optique, E. Raymond s’intéresse à la fameuse apostrophe virgilienne infelix (« Entre poétique du pathos et mémoire du poète : le cas d’infelix dans l’Enéide de Virgile »), qui ne se réduit pas à une fonction affective de pathétisation, mais véhicule un discours réflexif sur la nature générique de l’épopée et sa fonction de mémorialisation. Aline Estèves se livre quant à elle à une synkrisis de l’usage des épithètes subjectives chez Virgile et chez Lucain à propos de la guerre de Troie (« Virgile et Lucain interprètes de la guerre de Troie : les épithètes subjectives, fragments de discours auctorial ») ; elle montre comment le second déconstruit et annule a posteriori la démarche de revalorisation éthique de la portée collective du conflit que le premier avait construite par-delà l’expression des souffrances individuelles.

4La troisième partie (« idéologies du poète. Quand la voix du poète et la voix du citoyen se rencontrent ») examine la présence de la voix auctoriale sous l’angle de la diffusion d’un discours idéologique à visée didactique. Elle s’ouvre sur un (rapide) aperçu de la présence des sententiae dans l’Enéide par M. Dinter (« sentences chez Virgile »), mises en rapport avec l’intention délibérée de beaucoup de poètes anciens de laisser à la postérité des « fragments de sagesse » détachables de leur œuvre. D. Nelis montre ensuite (dans le seul article en langue étrangère du recueil) la façon dont Virgile affirme (notamment à travers les figures de Iopas et d’Anchise) une posture d’autorité et se pose en éducateur du peuple romain dans l’Enéide (« Didactic voices in Vergil’s Aeneid »). C’est vers les interventions auctoriales de la fin de la Thébaïde que se tourne S. Franchet D’Espèrey (« Finir l’histoire. La voix du poète aux chants 11 et 12 de la Thébaïde de Stace ») pour étudier la façon dont le poète articule ses diverses apostrophes, tantôt pour clore le récit de l’intrigue, tantôt pour ouvrir sur la destinée de son œuvre (avec un effet intéressant de symétrie binaire). On aborde ensuite les œuvres plus tardives, tout d’abord avec l’article de M.-F. Guipponi-Gineste sur Claudien (« Modalités et signification de la vox poetae dans l’épopée historique de Claudien, De bello Getico »), puis avec celui de B. Goldlust sur Corippe (« Quand le récit épique devient discours politique et manifeste poétique : les interventions auctoriales dans la Johannide de Corippe »), qui ont en commun d’envisager les modes de présence auctoriale dans leur corpus respectif en liaison avec l’expression d’un discours de légitimation poétique et/ou politique. Le volume s’achève avec le très riche article de F. Klein (« l’en aeisma dihnekes ou la poétique de l’épopée en question : Etude de quelques manifestations de la vox poetae dans les Métamorphoses d’Ovide »), qui présente l’originalité de chercher la présence de l’auteur à travers des indices de réflexivité plus ténus que les autres, au niveau de la narration elle-même, et dans un optique métapoético-allégorique : il en ressort une justification indirecte de la nature même de l’œuvre et des choix structurels de son auteur, entre le modèle virgilien de narration unitaire et continue et le précédent callimachéen de narration fragmentée.

5Les communications sont dans l’ensemble assez inégales, tant par leur longueur que par leur degré d’approfondissement problématique, et, partant, leur intérêt. Les plus intéressantes sont évidemment celles qui ont à cœur de dépasser l’inventaire descriptif et plus ou moins taxinomique (qui peut évidemment servir de point de départ) pour s’élever à une démarche véritablement analytique et à des aperçus nouveaux sur le projet d’ensemble du poète : les communications de F. Klein et de B. Bureau méritent à ce titre une mention particulière. Mais il en est d’autres qui laissent quelque peu le lecteur sur sa faim (enquête qui tourne court, catalogue faiblement problématisé, conclusion déceptive). Cela mis à part, l’intérêt global de ce recueil est bien de faire apparaître des convergences significatives, notamment sur l’épopée homérique, dont il ressort clairement qu’elle est loin d’être aussi « objective » qu’on le dit souvent (depuis Aristote précisément) : à ce titre, les quatre communications qui lui sont consacrées forment un ensemble tout à fait cohérent. Son autre intérêt majeur est de fournir aux spécialistes des auteurs non représentés cette fois-ci des outils conceptuels et méthodologiques utiles pour envisager à leur tour ce type de question dans leur propre corpus : un ouvrage stimulant par conséquent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ripoll, « Vox poetae. Manifestations auctoriales dans l’épopée gréco-latine. Textes réunis et présentés par Emmanuelle Raymond », Pallas, 99 | 2015, 336-338.

Référence électronique

François Ripoll, « Vox poetae. Manifestations auctoriales dans l’épopée gréco-latine. Textes réunis et présentés par Emmanuelle Raymond », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/3178

Haut de page

Auteur

François Ripoll

Université Toulouse - Jean Jaurès
PLH-CRATA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org