Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Les maximes théâtrales en Grèce et à Rome : transferts, réécritures, remplois. Textes réunis par Christine Mauduit et Pascale Paré-Rey

Collection du CEROR 37, Paris, De Boccard, 2011, 459 p.
François Ripoll
p. 339-341
Référence(s) :

Les maximes théâtrales en Grèce et à Rome : transferts, réécritures, remplois. Textes réunis par Christine Mauduit et Pascale Paré-Rey, Collection du CEROR 37, Paris, De Boccard, 2011, 459 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble vingt-deux communications présentées lors d’un colloque organisé par l’Université de Lyon 3 et l’ENS-Lyon les 11-13 juin 2009. Il est centré sur le thème des énoncés sentencieux (maximes et/ou proverbes) dans la littérature dramatique de l’Antiquité et leur réception jusqu’à l’époque byzantine. Le sous-titre envisage les trois modes possibles d’utilisation des fragments gnomiques d’un texte-source par un autre texte : citation plus ou moins exacte (transfert), reformulation délibérée pour l’adapter à un contexte nouveau (réécriture), et instrumentalisation au sein d’un nouvel ensemble discursif dans une perspective argumentative (remplois). Le recueil se subdivise en deux parties : la première envisage les jeux de reprise et de récriture de maximes internes aux genres théâtraux, et la seconde la réutilisation des sententiae théâtrales dans d’autres genres (philosophie, rhétorique, satire, littérature médicale, lexicographie…). Le tandem parfaitement complémentaire formé par les deux éditrices (dont l’une a précisément consacré sa thèse aux sententiae) garantit le bon équilibre entre les domaines grec (dix articles) et latin (douze articles) ; un équilibre aussi présent entre les deux parties (onze articles chacune). L’unité du recueil est renforcé par la très complète et riche introduction, qui pose clairement les problématiques fondamentales, ainsi que par les précieux index (locorum et rerum). A cela s’ajoutent une bibliographie générale (ce qui se justifie en l’occurrence par la forte unité problématique du sujet), et d’utiles résumés en français et en anglais des communications. Un ensemble parfaitement conçu et réalisé par conséquent.

2Dans la première partie, les communications sont organisées globalement par ordre chronologique des textes étudiés. Elle s’ouvre donc par l’étude de M. Fartzoff sur Eschyle (« La valeur dramatique des sentences dans le théâtre d’Eschyle »), qui étudie à la fois les modalités de reprise de sentences traditionnelles et de création de sentences nouvelles dans l’Orestie et l’Agamemnon. On aborde ensuite Sophocle avec D. Cuny (« Les sentences dans les pièces perdues de Sophocle »), qui envisage d’abord la récriture gnomique par le dramaturge de traits de sagesse empruntés à des auteurs antérieurs (Homère notamment), et la postérité des maximes sophocléennes chez des auteurs tardifs (Stobée, Plutarque, Athénée, Clément d’Alexandrie). On passe ensuite à la comédie, et plus précisément à Epicharme avec A. de Crémoux (« La maxime chez Epicharme et la naissance de la comédie ») ; l’étude de quelques fragments (et notamment du controversé fr. 244 K.-A.) a pour enjeu l’articulation entre comédie et philosophie chez ce poète. Si l’absence de communication sur Euripide, pourtant grand amateur de sentences, a pu surprendre, on le retrouve cependant, en compagnie d’Eschyle, dans la contribution de Chr. Mauduit sur Aristophane (« Les poètes tragiques « forgeurs de sentences » dans les comédies d’Aristophane ») : très riche étude sur la récriture critique et parodique des maximes (euripidéennes notamment) chez ce comique qui n’hésite pas, par ailleurs, à forger ses propres sentences retournant plaisamment les valeurs morales habituelles dans ce type d’énoncé. Vient ensuite la comédie nouvelle, grande pourvoyeuse de sentences, comme le montre l’étude « à quatre mains » de Chr. Cusset et N. Lhostis (« Les maximes dans trois comédies de Ménandre »), qui passe au crible les fonctions des sentences dans le Bourru, la Samnienne et le Bouclier. Ménandre encore, mais sous l’angle de sa réception cette fois, avec l’article (en V. O.) d’une universitaire italienne, C. Pernigotti (« Perché Menandro ? Riflessione sulle cause della fortuna gnomologica del poeta della Commedia Nuova, fra prospective antiche e moderne »), qui s’intéresse aux recueils gnomologiques de sentences (en grande partie apocryphes) attribuées à Ménandre (Menandri Sententiae) et à leur mode de constitution. C’est ensuite le tour des Latins, à commencer par Plaute, objet de deux communications. B. Delignon (« les maximes tragiques dans les comédies de Plaute : enjeux intergénériques d’un transfert ») s’intéresse au remploi et à la récriture de maximes empruntés à la tragédie dans deux pièces de Plaute, l’Amphitryon et les Captifs, et aux effets de lecture qui en découlent en liaison avec la problématique de l’intergénéricité. Chr. Filoche se penche pour sa part sur la fonction des sententiae dans le discours d’un type plautinien précis, celui de la mère maquerelle assimilée fonctionnellement à la nourrice de la tragédie grecque, et les jeux de détournement comique qu’entraîne cette confusion des rôles (« Le remploi des énoncés gnomiques par les lenae plautiniennes. Du détournement de la fonction de castigatrix des nourrices traditionnelles »). A l’instar d’Euripide, Térence n’est ici présent que par le biais de sa postérité, à travers la communication de B. Bureau (« Térence moralisé : les maximes morales de Térence selon le commentaire de Donat ») ; sont envisagées successivement la question de la distinction entre maxime et proverbe et de leur traitement respectif chez le grammairien, puis celle du discours moralisateur que celui-ci surimpose au texte de Térence. La tragédie romaine dans son ensemble est abordée par J. Dangel (« Les énoncés gnomiques de la tragédie romaine en flux intertextuel : pour quelle théâtralité ? »), qui met en évidence, étude stylistique à l’appui, la portée émotive des sententiae tragiques sur le plan de l’elocutio. Sénèque « le tragique » ferme la marche avec l’article, en français cette fois, d’un autre collègue italien, A. Casamento, centré sur les sentences relatives à la beauté d’Hippolyte dans la Phèdre, leur insertion dans la thématique de la pièce, et la réflexion générale sur le problème des dangers d’un excès de beauté (« Anceps forma bonum (Sen. Phaedr. 761). Phèdre, Hippolyte et le paradigme tragique de la beauté »).

3Dans la seconde partie, le principe de classement correspond à une subdivision par genres littéraires « récepteurs » des maximes théâtrales. C’est par un effet de chiasme sans doute volontaire que l’on débute avec Sénéque, mais celui des œuvres en prose, avec l’étude très complète de P. Paré-Rey sur les citations de Publilius Syrus (« Captare flosculos. Les sententiae du mimographie Publilius Syrus chez Sénèque »). Par association thématique, on glisse vers le recours aux sententiae en liaison avec le genre du mime en général, avec M.-H. Garelli (« Enoncés gnomiques, sentences, réflexions générales dans le mime latin : lectures antiques »), qui élargit la problématique à la citation d’excerpta de mimes (Labérius notamment) chez les auteurs tardifs (Aulu-Gelle, Macrobe, Augustin, les grammairiens) et à la perception du mime en général que cela impliquait chez les auteurs qui en faisaient cet usage. On passe ensuite au genre oratoire, et aux usages argumentatifs des maximes théâtrales en particulier, avec une série de cinq contributions. Domaine grec d’abord, avec l’aperçu synthétique de S. Gotteland (« De la scène à la tribune : les leçons du théâtre chez les orateurs »), qui met en évidence l’intérêt du recours à une « sagesse tragique » chez les orateurs attiques (Eschine et Démosthène surtout), moyennant une manipulation rhétorique des énoncés cités à l’appui du discours. Cicéron prend le relais avec trois communications. G. Moretti, dans le second article en italien du recueil (« La scena oratoria : sententiae teatrali et modalità della composizione nella Pro Sestio e nella Pro Caelio ») examine deux discours particulièrement remarquables par leurs extraits théâtraux, le succès du procédé de citation théâtrale dans le premier ayant sans doute encouragé l’orateur à structurer le second autour des citations dramatiques, avec le brillant résultat que l’on connaît. Prenant une vue plus générale du corpus cicéronien, M. Ledentu s’intéresse spécifiquement aux modes de présence des citations d’Euripide et d’Ennius (les deux dramaturges préférés de l’Arpinate), dans son article synthétique (« Cicéron lecteur d’Euripide et d’Ennius : un préceptorat moral et politique »). L. Hermand (« Homo sum : l’usage cicéronien des maximes de Térence ») se penche enfin sur la fameuse maxime térentienne « homo sum », récupérée, comme d’autres citations du même auteur, au service d’un humanisme cicéronien assez éloigné de son sens originel, et dotée d’une portée éthique surajoutée, mais révélatrice de l’idée que Cicéron se fait de Térence en particulier (sinon du genre comique dans son ensemble). On retrouve Sénèque sous sa troisième facette, celle du satiriste, avec la contribution (en français) d’une quatrième chercheuse italienne, A. Bonandini (« Les maximes théâtrales dans la satire ménippée. Euripide et Ennius dans l’Apocoloquintose de Sénèque »), qui met en relief la contribution de certaines citations tragiques (notamment autour du motif du sage distrait qui tombe dans un puits) à l’aspect pluristylistique de la satire, ainsi que la retractatio parodique dont elles y sont l’objet. On reste dans la satire avec V. Visa-Ondarçuhu, qui s’intéresse à l’itinéraire d’une sententia en particulier, sur le thème de l’écart entre engagement verbal et conviction intérieure (« « La langue a juré mais l’esprit n’a pas juré » (Hippolyte, 612) : histoire d’une réécriture d’Euripide à Lucien »). La littérature scientifique, et plus particulièrement médicale, est représentée par l’article d’I. Boehm (« Le choix de Galien : l’utilisation rhétorique et/ou didactique des maximes dramatiques par un médecin écrivain et enseignant »), qui pose notamment le problème de l’origine de ces maximes (recueils gnomologiques ou réminiscences directes des sources littéraires ?). C’est la réappropriation dans une perspective apologétique et chrétienne des maximes théâtrales (Plaute et Térence surtout, mais aussi Sénèque et Ennius), et les gauchissements que cela implique, qui font l’objet de l’article synthétique de R. Courtray (« Les maximes théâtrales dans l’œuvre de Jérôme »), consacré à un Saint Jérôme dont on sait par ailleurs le rapport un peu complexe qu’il entretient avec sa propre culture littéraire païenne. L’ouvrage s’achève avec les lexicographes de la Souda, dont V. Fromentin étudie méthodiquement l’usage qu’ils font des citations gnomiques de Sophocle en particulier (« Les sentences sophocléennes dans le lexique byzantin de la Souda »).

4On voit que le recueil alterne harmonieusement des communications à caractère synthétique et des études de cas plus particuliers. Il est à noter que tous les contributeurs ont su éviter l’écueil du catalogue typologique et descriptif non problématisé, et que toutes les communications présentent de véritables analyses et discussions approfondies. L’ensemble est donc d’excellente qualité, et constitue une référence majeure tant pour l’étude de l’expression gnomique dans la littérature gréco-romaine que pour les recherches sur la réception du théâtre antique dans l’Antiquité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ripoll, « Les maximes théâtrales en Grèce et à Rome : transferts, réécritures, remplois. Textes réunis par Christine Mauduit et Pascale Paré-Rey », Pallas, 99 | 2015, 339-341.

Référence électronique

François Ripoll, « Les maximes théâtrales en Grèce et à Rome : transferts, réécritures, remplois. Textes réunis par Christine Mauduit et Pascale Paré-Rey », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/3180

Haut de page

Auteur

François Ripoll

Université Toulouse - Jean Jaurès
PLH-CRATA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org