Navigation – Plan du site
Notes de lectures

La poésie astrologique dans l’Antiquité. Textes réunis par Isabelle Boehm et Wolfgang Hübner

Collection du CEROR 38, Paris, De Boccard, 2011, 258 p.
François Ripoll
p. 342-344
Référence(s) :

La poésie astrologique dans l’Antiquité. Textes réunis par Isabelle Boehm et Wolfgang Hübner, Collection du CEROR 38, Paris, De Boccard, 2011, 258 p.

Texte intégral

1Ce recueil a une histoire un peu particulière. Issue d’un colloque organisé à Lyon en 2007 par la regrettée Josèphe-Henriette Abry peu avant son décès, cette publication d’actes a été assurée par ses collègues W. Hübner et I. Boehm, qui ont en partie complété certains textes inachevés de l’organisatrice et réuni un ensemble de neuf textes légèrement différent des contributions d’origine. Mais le résultat ne trahit que très peu cette genèse passablement chaotique ; la principale entorse aux habitudes du CEROR est la présence des références bibliographiques à la fin de chaque article plutôt que sous forme d’une bibliographie générale en fin de volume, ce qui, finalement, n’est pas plus mal. Les deux index (locorum et notionum) suffisent à garantir l’unité de l’ensemble, par ailleurs assurée par le sujet même du colloque.

2La justification de cette manifestation était de faire le point sur les travaux récents (éditions notamment) qui ont fait beaucoup progresser la connaissance de la poésie astrologique gréco-romaine ; un domaine largement méconnu, représenté en grande partie par des textes fragmentaires ou procédant d’une tradition indirecte, et jamais encore abordé par une publication d’ensemble. Ce recueil pionnier sera donc un jalon important dans la diffusion de ces textes que les spécialistes même de l’Antiquité sont peu habitués à fréquenter (Manilius excepté).

3Cette tradition poético-astrologique est essentiellement constituée, dans l’état actuel de nos connaissances, de huit ensembles de textes, grecs pour la plupart, d’origine et de datation parfois incertaine :

  • Les fragments d’un « manuel » métrique d’astrologie d’époque hellénistique attribué au mythique pharaon Néchepso et à son prêtre Pétorisis, et considéré comme une « Bible de l’astrologie pour les Anciens », récemment réexaminés par St. Heilen ;

  • Le corpus Manethonianum, formé de textes d’époques différentes dont les plus anciens dateraient du 2e s. avant notre ère, et qui ont été étudiés par D. Obbink (un grand absent de ce recueil, soit dit en passant, bien que sollicité par les éditeurs des actes) ;

  • Les Astronomica de Manilius, d’époque augustéenne, seul auteur connu de poésie astronomique en latin et illustré par les travaux de J.-H. Abry (mais toujours en attente d’une édition Budé…) ;

  • Dorothée de Sidon, auteur d’époque néronienne à l’origine d’un poème didactique en cinq livres, essentiellement connu par des citations (notamment chez Héphestion de Thèbes ou Firmicus Maternus) et par une paraphrase en arabe, et qui a fait l’objet d’une édition par D. Pingree en 1976 ;

  • Anubion de Diospolis (ier s. apr. J.-C.), auteur d’un poème astrologique en distiques élégiaques mieux connu depuis la découverte de quelques papyrus édités récemment par D. Obbink ;

  • Les 115 hexamètres d’Introduction à l’astrologie attribués à Antiochus ;

  • Le Péri Katarchôn de Maximus, du milieu du ive s. de notre ère ;

  • L’Introduction à l’astrologie de Jean Camatère, poète byzantin du xiie s.

4Les problèmes soulevés par les textes de ces poètes plus ou moins disparus sont nombreux et épais, comme l’illustre l’état de la question par lequel J.-H. Abry avait prévu de faire débuter son volume. Problèmes de base, certes : établissement, datation, attribution ; mais aussi problèmes de composition, de métrique, de portée didactique, de mise en œuvre littéraire, de valeur documentaire sur le plan socio-historique, etc. La diversité des contributions du recueil illustre bien cette pluralité de problématiques.

5Le volume début par une étude très riche et très fouillée de certains fragments attribués à Néchepso-Pétosiris pat St. Heilen (« Some metrical fragments from Nechepsos and Petorisis »). S’ensuit une synthèse de J.-H. Abry sur « la place des Astronomiques de Manilius dans la poésie astrologique latine », qui aborde en premier lieu les rapports des Astronomiques avec la poésie astrologique antécédente (Néchepso-Pétorisis et peut-être Manéthon), puis la structure et la composition du poème latin, envisagé notamment dans ses rapports avec Aratos, ainsi que son originalité consistant à évacuer l’exposé planétaire au profit de l’astrologie zodiacale. W. Hübner se livre ensuite à un examen critique de l’édition de Dorothée de Sidon par David Pingree, qui aurait besoin d’être complétée ainsi que corrigée sur de nombreux points, en particulier à l’aide des travaux de M. Marcovitch. On passe de l’approche philologique à l’approche sociologique avec C. Wolff, « Du vol et des voleurs chez les poètes astrologiques » : partant de ce qui semble être une préoccupation récurrente chez les clients des astrologues à travers les textes de Dorothée, de Firmicus Maternus et d’un auteur chrétien anonyme, elle établit une typologie des demandes et des réponses relatives aux problèmes de vol, qui nous renseignent sur des réalités de la vie quotidienne et certaines représentations mentales de l’époque. L’influence des Phénomènes d’Aratos sur la poésie astrologique est par ailleurs une question importante de ce corpus, comme l’a bien montré l’article de J.-H. Abry sur Manilius. C’est aussi l’objet de l’enquête de Chr. Cusset (« Poésie et astrologie : l’influence d’Aratos sur le poème attribué à Manéthon »), qui étudie les jeux d’allusion et de variation de Manéthon par rapport à son modèle, d’où ressort l’image sinon d’un grand poète (aucun de nos poètes astrologiques ne semble de fait pouvoir prétendre à ce titre…), du moins d’un lettré assez au fait des techniques intertextuelles de la poésie alexandrine. C’est précisément la métrique d’Anubion (ou plus précisément la moitié de celle-ci, puisqu’il écrit en distiques élégiaques), qui fait l’objet de l’investigation d’E. Calderon, « Etude métrique de l’hexamètre dans le Carmen astrologicum d’Anubion » : tendu entre l’archaïsme d’Aratos et le modernisme de Nicandre, Anubion apparaît au final comme un versificateur assez peu soigné. On aborde ensuite Antiochos, étudié essentiellement sous l’angle lexical et métrique par A. Pérez Jiménez (« Poésie et astrologie chez Antiochos »), qui en prépare une nouvelle édition pour laquelle il pose ici quelques jalons. Appliquant sa propre spécialité médicale à l’étude du texte du Péri Katarchon de Maximus vers lequel J.-H. Abry l’a aiguillée, la co-organisatrice du colloque et éditrice des actes I. Boehm étudie le lexique médical dans ce traité (« Astrologie et médecine ancienne : la description des maladies dans le Peri Katarchon de Maximus, un exemple d’écriture poétique ? ») ; cette étude fait ressortir la prépondérance du lexique homérique, à des fins poétiques, sur le vocabulaire technique médical, sauf exceptions (pour la gynécologie en particulier). Le même traité est ensuite abordé par P. Radici Colace principalement sous l’angle de sa transmission par les paraphrases en prose (« Le Katarchai di Massimo, dall’officina dell’autore alle riscritture bizantine »). Et l’on termine précisément à l’époque byzantine, avec l’étude des catalogues d’étoiles chez Jean Camatère par S. Feraboli (« Spunti di un cataloga stellare in un poeta bizantino »).

6Ces textes énigmatiques sont, on le voit, un champ d’études encore largement ouvert, pour peu que des chercheurs aient la volonté de s’y intéresser. On peut espérer que ce volume contribuera à susciter des vocations, et à garantir ainsi la relève de l’organisatrice du colloque, dont il constitue en quelque sorte le testament.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ripoll, « La poésie astrologique dans l’Antiquité. Textes réunis par Isabelle Boehm et Wolfgang Hübner », Pallas, 99 | 2015, 342-344.

Référence électronique

François Ripoll, « La poésie astrologique dans l’Antiquité. Textes réunis par Isabelle Boehm et Wolfgang Hübner », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/3184

Haut de page

Auteur

François Ripoll

Université Toulouse - Jean Jaurès
PLH-CRATA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org