Navigation – Plan du site
Notes de lectures

F. Javier Sánchez Palencia (éd.), Minería romana en zonas interfronterizas de Castilla y León y Portugal (Asturia y NE de Lusitania)

Junta de Castilla y León, Consejería de Cutura y Turismo, 2014 (2012), 242 p.
Claude Domergue
p. 344-353
Référence(s) :

F. Javier Sánchez Palencia (éd.), Minería romana en zonas interfronterizas de Castilla y León y Portugal (Asturia y NE de Lusitania), Junta de Castilla y León, Consejería de Cutura y Turismo, 2014 (2012), 242 p., très nombreuses illustrations.

Texte intégral

1C’est un bien beau livre que publient F.J. Sánchez Palencia et son équipe. Poursuivant avec méthode leurs recherches sur les mines d’or romaines de la péninsule Ibérique et acharnés à débusquer le moindre indice d’exploitation antique dans ces régions, ils nous offrent aujourd’hui l’étude de plusieurs sites cachés dans une région (la zone frontière entre le nord du Portugal et l’Espagne) qui fut longtemps difficile d’accès – par exemple le bassin du río Erjas (Portugal) — et pour cette raison peu prospectée. L’ouvrage comprend six études d’archéologie minière proprement dite, précédées d’une traduction du fameux texte de Pline l’Ancien consacré en partie aux mines d’or du Nord-Ouest de la Péninsule et d’un catalogue épigraphique des zones minières de l’antique Asturia Augustana. Il s’achève par un excursus sur l’usage éventuel du mercure dans ces mines à l’époque romaine.

2Le livre est élégamment présenté. Son grand format a permis l’usage d’une typographie clairement lisible ainsi que l’insertion de figures multiples et souvent de grande taille, donc plus parlantes. Il est en effet richement illustré : on n’a pas lésiné sur les photographies, aériennes ou prises au niveau du sol, souvent en couleur, sur les plans, les photo-interprétations, les graphiques. Les cartes sont nombreuses : cartes générales du début (fig. 1 à 3) et cartes détaillées pour chaque étude. On peut regretter l’absence d’une conclusion générale qui résumerait l’apport global de l’ouvrage. Chaque article a sa propre bibliographie, d’où des répétitions multiples d’un article à l’autre : il aurait sans doute été préférable d’avoir recours à une bibliographie générale, qui eût évité ces doublons. L’ensemble est soigné ; il y a peu de négligences matérielles (coquilles, fautes de frappe). Bref, sur le plan de l’édition, à quelques détails près, c’est une réussite.

  • 1 M. Pérez González et R. Matías Rodríguez, Plinio y la minería aurífera romana : nueva traducción e (...)
  • 2 C. Domergue, Les exploitations hydrauliques romaines dans les dépôts alluviaux aurifères du nord-ou (...)
  • 3 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, traduction de S. Schmitt, NRF, Gallimard, Paris, 2013, p. 1522- (...)
  • 4 J.-L. Bordes et C. Domergue, À propos de la ruina montium de Pline l’Ancien : une lecture technique (...)
  • 5 C. Domergue, Les exploitations hydrauliques romaines…, p. 123-134.

3C’en est une aussi sur le fond L’étude liminaire est un signe de l’importance que les auteurs (D. Plácido et F.J. Sánchez Palencia) attachent à juste titre au texte du Naturaliste, mais ils prennent soin d’indiquer qu’elle n’est pas dans son état final (p. 17). C’est donc quelque chose de provisoire, un jalon dans la préparation d’un état plus achevé à venir. C’est vraisemblablement la raison pour laquelle on note quelques insuffisances : ainsi, il y a un embryon d’apparat critique (p. 20), mais il manque une présentation des manuscrits et des principales éditions auxquels il renvoie. De la même façon s’explique aussi sans doute l’absence, dans la bibliographie, de traductions publiées plus ou moins récemment. J’en vois principalement trois : celle de Pérez González et R. Matías Rodríguez1, criticable sur plusieurs points2, celle de la bibliothèque de la Pléiade3, quelque peu archaïque et qui manque totalement d’éclairage archéologique, enfin celle qu’après quelques tâtonnements4, j’ai publiée en 2012, accompagnée de commentaires5, et que je me permets de citer non par vanité d’auteur, mais parce que j’y aborde un aspect inhabituel du travail littéraire de Pline : l’usage du style poétique dans sa description de la ruina montium, un éclairage qui, si l’on accepte l’adéquation entre l’évocation de cette technique par Pline et le site de Las Médulas (León), conduit à interpréter de façon nouvelle certaines formes grammaticales et à les traduire avec une plus grande exactitude, me semble-t-il, par rapport à la réalité archéologique. Mais ce point de vue sera-t-il partagé, en particulier par les auteurs de l’étude commentée ici, dans sa version finale ?

  • 6 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre XXXIII, texte établi, traduit et commenté par H. Zehnacke (...)
  • 7 Ibid., p. 33.
  • 8 C'est là une forme archaïque de nominatif féminin pluriel du démonstratif hic, haec, hoc, attestée (...)
  • 9 « On ne fait pas fondre l’or obtenu par arrugia » (Pline, NH, XXXIII, 77, où le verbe coquere impli (...)

4L’établissement du texte est classique : ce dernier est le même que celui de la Collection des Universités de France6, à trois exceptions près, où ont été préférées les leçons d’autres manuscrits : segullum au lieu de segutilum (§ 67), mais la note 7 de la page 20 gomme la différence ; ad homines au lieu de ab homine (§ 76), où la version de la majorité des manuscrits l’a emporté, bien que ab homine soit la leçon du manuscrit B, dont l’excellence est reconnue7, et que l’équilibre des deux mots au singulier (… hominis… ab homine…) me paraisse mieux correspondre au caractère sentencieux de la phrase ; enfin hae au lieu de haec (§ 76), mais on sait que haec est aussi attesté comme nominatif féminin pluriel8. Par ailleurs, un mot (quaesitum) est oublié dans la phrase aurum arrugia quaesitum non coquitur (§ 77)9, dont la rédaction complète invalide quelque peu l’expression *aurum arrugiae, que l’on trouve dans le commentaire (p. 29, 30) et parfois dans la suite du livre (p. 100, 144, 193, 194, 200), mais qui n’est pas du Naturaliste.

  • 10 Indicium, « ce qui indique, qui montre », ne peut guère se traduire littéralement que par « indice  (...)

5Dans leur traduction les auteurs veulent rester le plus près possible du texte. C’est le cas le plus souvent, mais traduire indicium (§ 67) par « muestra » (échantillon) est déjà une interprétation10. On pourra discuter certaines options : dans fluminum ramentis (§ 62), vaut-il mieux traduire ramentis par « sédiments » (p. 22-23) et y voir un ablatif de lieu – (in) fluminum ramentis – ou par « paillettes (d’or) » et en faire une apposition à… tribus modis, dans l’expression aurum… inuenitur… apud nos tribus modis, qui précède ? Est-il préférable de traduire… in omni metallo… (§ 69) par « en toda mina », plutôt que « s’agissant de tout métal » ?

6Au passage, je glisserais volontiers une remarque sur la présentation du texte et de la traduction : le maquettage du livre étant fait sur deux colonnes par page, il aurait été plus commode pour le lecteur que fussent présentés en vis-à-vis le texte latin dans la première colonne, la traduction sur la seconde.

  • 11 Les techniques qui utilisent la force hydrauliques s’appellent arrugiae : cf. Id genus arrugias uoc (...)

7Les p. 22-31 sont consacrées à des commentaires ponctuels rassemblés sous trois rubriques : les modes d’obtention de l’or, les méthodes de prospection, les systèmes d’exploitation. Ces commentaires éclairent heureusement certaines traductions, par exemple celle du mot silex (p. 29) ou le sens qu’on croit pouvoir donner à une expression telle que aurum talutium (p. 25-27), qui s’applique tant aux gîtes primaires (zones altérées) qu’aux dépôts secondaires, et qui signalait ceux qui, parmi eux, étaient, en quelque sorte, économiquement intéressants. Les auteurs insistent aussi (p. 29-30) sur le fait que la force hydraulique a été utilisée aussi bien dans l’exploitation des dépôts aurifères secondaires (conglomérats tertiaires, terrasses quaternaires) – usage bien connu – que dans les parties altérées des gîtes primaires (filons, stokwerks)11. A propos de l’expression ruina naturae, les auteurs ont raison de signaler (p. 28) la portée morale du texte de Pline, toujours présente en filigrane dans ce passage sur l’or. Un dernier caractère est frappant dans ces commentaires : ce sont les fréquentes références aux sites archéologiques du Nord-Ouest (particulièrement à plusieurs de ceux qui sont présentés dans la suite du livre) pour éclairer tel aspect du témoignage du Naturaliste.

8Bref, cette étude du texte de Pline, classique dans la forme et dans le fond, laisse bien augurer de ce qu’elle sera dans sa version définitive annoncée par les auteurs.

  • 12 Nombre de ces inscriptions sont représentées par des photographies, mais on regrettera l’absence d’ (...)

9Le chapitre qui suit constitue un panorama épigraphique des zones minières de l’ancienne Asturia Augustana. Les auteurs (I. Sastre, A. Beltrán et F. Alonso) en distinguent trois, géographiquement bien définies : Le Bierzo, la Valduerna et l’ouest de la province de Zamora. Ils soulignent d’abord la nouveauté de l’expression par l’écriture, qu’apporte Rome par ses textes officiels gravés sur bronze (édit augustéen dit « du Bierzo », pactes d’hospitalité) et qui va se répandre dans les couches progressivement « romanisées » des populations (ciuitates) pérégrines. Ils remarquent aussi qu’à l’exception des procurateurs mentionnés dans les inscriptions impériales de Villalis et de Luyego, il n’y a dans ces territoires aucune inscription qui se rapporte directement à l’exploitation minière. Mais il y en a d’autres (funéraires, votives)12, dont l’attribution à l’une ou l’autre des quatre périodes distinguées entre le ier et le iiie siècle se fait selon des critères énumérés aux p. 36-37, et dont il faut se demander ce qu’elles signifient dans ce contexte minier. Si l’on considère un exemple isolément, on peut être sceptique : ainsi telle inscription de S. Román de Bembibre (Bierzo) (une dédicace à Jupiter) attribuée au ie siècle est mise en relation avec la construction du premier réseau routier destiné à contrôler l’ensemble de la région après la conquête : c’est là une hypothèse certes (p. 40), mais qui finit par être considérée comme une réalité (p. 41). En revanche, si l’on prend la peine de suivre dans le détail l’argumentation des auteurs zone par zone et de considérer avec eux des séries d’inscriptions de même type et de même chronologie, on constate que chacune de ces zones présente des particularités et une évolution propres dans les rapports que l’on peut déceler entre les groupes humains (pérégrins, militaires, citoyens romains, immigrants) qui interviennent dans l’exploitation minière. Certes, ce sont des interprétations, mais ces interprétations sont argumentées, souvent plausibles, et, quand il est difficile de conclure, on se résout à renvoyer à des investigations futures, comme c’est le cas à propos de la zone de Zamora (p. 56, 58-59), pourtant la plus riche en inscriptions.

  • 13 C. Domergue, Les mines de la Péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine, Collection de l’EfR, 127, (...)

10Des trois zones qui sont étudiées ici, celle que je connais le mieux est celle de la Valduerna-Somoza, et je permets de comparer ce que je pouvais dire à son propos il y a quelques 25 ans13 avec ce qui est présenté dans ce chapitre (p. 45-48). Tout d’abord, il n’était alors pas question de distinguer des zones, la Valduerna était mentionnée dans le cadre général du Nord-Ouest. En dehors des inscriptions impériales de Villalís et de Luyego, on ne connaissait dans ce secteur que six inscriptions nommant des individus (funéraires principalement), dont deux venaient d’ailleurs (Clunia et Lusitanie) ; aujourd’hui le nombre n’a guère augmenté : trois de plus seulement, mais cette rareté elle-même est objet d’argumentation : pourquoi si peu de représentants de la population locale ? Peut-être parce que cette dernière s’est exprimée « épigraphiquement » dans la ville d’Astorga toute proche, siège de l’administration et du pouvoir. Les immigrants ? Dans la mesure où la main d’œuvre nécessaire aux travaux miniers était fournie par les cités pérégrines, ils ne peuvent être considérés comme des travailleurs venus suppléer, avec le temps, la main d’œuvre locale, comme je l’avais proposé indument. Vu leur statut et la date des inscriptions, les auteurs pensent aujourd’hui qu’ils ont dû jouer un tout autre rôle, mais ce rôle (intermédiaire ?) reste encore à préciser. Enfin, si l’épigraphie montre que la présence militaire est permanente depuis le début des exploitations, les inscriptions impériales de Villalís et Luyego ne peuvent que traduire une situation exceptionnelle, encore difficile à appréhender, à l’occasion de laquelle la pression de l’armée et de l’administration se fait plus insistante. Bref, à la fois une vision cohérente des choses vue à travers l'épigraphie – et parfois le manque d’épigraphie – et des questions qui restent en suspens : l’avenir est ouvert.

11Bien sûr, l’épigraphie des deux autres zones est examinée dans le même esprit, à la fois exigeant (on ne peut tout faire dire à l’épigraphie) et ouvert à la diversité.

12« Proponemos una revisión de la epigrafía de estas regiones mineras », écrivent les auteurs dans l’introduction de leur étude (p. 38) : oui, cet article est bien une révision, au sens fort du terme, de cette épigraphie, à la fois commune par son expression, mais spécifique puisqu’on cherche à découvrir à travers elle la réalité de l’activité minière de ces zones dans sa dimension humaine et socio-économique

13Le chapitre qui suit est de C.M. B. Martins (à qui l’on doit par ailleurs une étude détaillée des mines d’or antiques du Portugal, parue en 2008) et de F.S. Lemos. Il commence par une présentation générale de la géologie de la zone, mais il n’y est aucunement question des gîtes métallifères qui s’y trouvent (ils sont pourtant localisés sur la carte de la figure 1) et qui auraient pu être exploités dans l’Antiquité. Le peuplement de la région à l’époque antique, principalement au 2e âge du Fer (castros) et à l’époque romaine, fait l’objet du développement suivant : tous les habitats sont numérotés et portés sur la figure 4, dont le format réduit rend la consultation difficile ; le rapport des habitats est parfois suggéré ponctuellement avec l’environnement, les conditions et les ressources naturelles (parmi lesquelles mines et métallurgies), les voies de communication, etc., mais il n’y a pas d’étude intégrée (habitats et potentialités minéro-métallurgiques) des zones caractérisées par leurs gisements d’or, d’étain, de fer ou de plomb, qui sont signalées sur la carte par le symbole classique du pic et du marteau. Cette absence de différenciation se retrouve dans la liste des sites archéologiques qui figure en fin d’article, et dont on attendrait au moins que soient signalés ceux qui paraissent liés à une activité minière et métallurgique. Il faut dire que cette dernière information est peu abondante, comme le montre la dernière partie de l’article, où sont rassemblés, métal par métal, les données, souvent anciennes, relatives à l’exploitation antique : pour l’or les indices sont rares, les gîtes primaires (França, Ribeira de Silos) ayant été attaqués à diverses époques et, le plus souvent, rien n’indique l’ancienneté de telle galerie ; pour Ribeira de Silos, le plan minier moderne reproduit à la figure 4 n’apporte aucune information utile, et, dans le texte, rien n’est dit de la bourse en cuir (considérée comme romaine) (fig. 3) trouvée dans une galerie (?) de mine de Pingão dos Quintaes (conditions de découverte ? étude en laboratoire ? éléments de datation ?). Les gîtes d’étain filoniens sont nombreux, surtout dans le nord (concelho de Bragança), mais là aussi les travaux modernes semblent avoir fait disparaître les éventuelles traces de travaux antiques. Pour le fer et le plomb, on ne peut dire grand-chose. Restent le marbre et l’alabastre, par exemple au Monte de Fereiros, où des témoignages antiques sont patents (pic, stèle), mais, même si ce sont bien là des metalla au sens romain du terme, il ne s’agit pas de metalla métalliques. Bref, l’article est décevant : il n’y a peut-être eu effectivement dans ce secteur que peu d’activité minière dans l’Antiquité (pourtant l’or, l’étain), mais on aimerait que la démonstration en soit mieux faite. En tout cas, l’objectif annoncé dans le titre a été mal ciblé, car à quoi bon ce développement sur le peuplement de toute cette zone dans l’Antiquité et cette longue liste de 210 habitats, dont la quasi-totalité n’a rien à voir avec l’exploitation des mines ?

14Le bassin du río Erjas, à cheval sur la frontière hispano-portugaise, fait l’objet de deux articles (le premier concernant la zone Monfortinho-Valverde del Fresno, le second celle de Meimoa-Penamacor), sur lesquels F.J. Sánchez Palencia a imprimé sa marque méthodologique, une démarche investigatrice rigoureuse dont il ne dévie pas et dont les étapes, très clairement visibles dans la structure de chacune des deux études, sont globalement les suivantes : inventaire bibliographique, nature des gisements (géologie), photo-interprétation et contrôles sur le terrain, interprétation et compréhension des travaux (réseaux hydrauliques, méthodes d’exploitation, évolution de l’exploitation, etc.), étude intégrée du territoire et de son occupation (habitats miniers, inscriptions, main-d’œuvre, centres de décision, rapports entres communautés pérégrines et pouvoir romain, etc.). Dans les deux cas, il s’agit d’articles préliminaires, le dernier volet de la recherche n’ayant pas été encore développé.

15Le premier article permet de souligner l’importance de la collaboration avec un géologue : dans le cadre de travaux de géologie économique menés dans le secteur de Monfortinho, le regretté Luis Carlos Pérez García (cosignataire du premier article) a échantillonné systématiquement les terrasses exploitées, prélevant, comme le recommande Pline, les segulla/segutilla indispensables pour tester leur teneur, ce qui a permis d’identifier les niveaux recherchés par les Romains et d’évaluer la quantité d’or produite dans le secteur (p. 95-96) ; dans le secteur de Valverde del Fresno, les teneurs des filons aurifères des Vieiros (Sierra de la Malvana) sont bien plus élevées.

16Par ailleurs, ces études mettent en évidence l’indispensable recours à la photographie aérienne verticale (le vol américain de 1956-1958) quand il est impossible d’accéder aux sites, et surtout quand les modifications du paysage ont atténué, voire anéanti, les vestiges des travaux antiques : les illustrations de cette évolution sont montrées à plusieurs reprises par la juxtaposition de clichés du vol de 1958 et des clichés plus récents (1989). Incidemment, cela conduit (p. 104) à des remarques d’ordre patrimonial sur la conservation de ces vestiges et sur la disparition de certains d‘entre eux. Certes on ne peut pas tout protéger, on ne peut pas bloquer totalement l’évolution des paysages, mais, dans ce domaine de l’archéologie minière, il est des vestiges qui pourraient être conservés sans gêner personne. J’avais moi-même plaidé naguère (juillet 2008, entrevue avec le Diario de León) en faveur de la protection des structures d’exploitation superficielle de la sierra del Teleno (León) (réseaux hydrauliques, chantiers, habitats) qui avaient franchi, dans un bon état de conservation quelque vingt siècles et qui risquaient de disparaître en quelques années, ces immenses pentes de la montagne étant promises, par la fantaisie des municipalités du secteur, à d’intenses reboisements destinés à y développer la chasse au gros gibier (caza mayor). Qu’en est-il aujourd’hui, en 2015 ?

17Cet ouvrage commence par une traduction de Pline : il est donc naturel que l’ombre du Naturaliste plane avec insistance sur ces deux articles, si nombreuses sont les références explicites à ce texte pour montrer à quel point la réalité archéologique s’accorde avec ce dernier.

18Par ailleurs, c’est à juste titre que mon interprétation des travaux de la mina de Presa et du Covão de Urso (zone de Meimoa) est critiquée par F.J. Sánchez Palencia (p. 120-122) : il ne s’agit pas là de vestiges de la ruina montium, comme je l’avais proposé, en fait, il n’y a rien de comparable avec Las Médulas.

19Les deux articles qui suivent sont de F.J. Sánchez Palencia, en collaboration, pour le second, avec plusieurs chercheurs de son équipe : D. Romero, A. Beltrán, J.-L. Pecharromán, B. Curras. Le premier porte sur les exploitations romaines du versant nord de la Peña de Francia (Salamanca), le second sur les travaux du secteur de Pino del Oro (Zamora), situé plus au nord. Les deux secteurs se trouvent dans le nord-est de la province romaine de Lusitanie. Le premier a déjà fait l’objet de plusieurs publications (cf. p. 138, notes 3 et 4), et l’article qui en traite constitue en quelque sorte une synthèse condensée de ces dernières. Le second en revanche est une étude préliminaire (un avance) qui prend en considération l’état actuel de la question, en laissant pratiquement de côté la découverte épigraphique majeure du secteur (le bronze de El Picón), déjà largement connue des spécialistes.

  • 14 Celles des Cavenes del Cavaco avaient été présentées au colloque Orfèvres et forgerons (Toulouse, s (...)

20On retrouve dans les deux études la même rigueur méthodologique, déjà signalée précédemment, à la fois dans le processus d’étude et dans la présentation des résultats, alliée, dans le second cas, à une sage prudence à propos de la chronologie des travaux. Dans les deux cas, des prospections expérimentales à la batée ont été exécutées14, en particulier pour valoriser l’efficacité de la méthode recommandée par Pline. Mais à Pino del Oro, elles ont aussi permis de vérifier l’hypothèse qu’à l’époque préromaine, le lavage à la batée des placers de rivières était la seule méthode (et une méthode efficace !) utilisée par les populations locales pour se procurer en quantité suffisante l’or de leurs parures, hypothèse déjà bien assurée par la découverte d’un paillette d’or à la morphologie caractéristique dans une couche d’occupation de l’âge du Fer (début du ive s. a.C.) dans un castro du secteur, celui de La Ciguadeña.

21Mais, alors que dans le cas des Cavenes del Cabaco (Peña de Francia), les travaux d’exploitation – sur dépôts miocènes et sur terrasses quaternaires, pour l’essentiel, mais aussi sur gisements primaires (Cuevas de la Mora et del Pinalejo) (p. 139-149), pratiquement donc sur tous les types de gisements possibles, globalement évoqués par Pline (p. 144, fig. 14) – sont sans discussion possible du Haut-Empire – sigillée hispanique de l’habitat de La Fuente de la Mora (p. 173) –, à Pino del Oro tous les chantiers sont situés sur des gîtes primaires filoniens, et leur datation est encore mal assurée, même si plusieurs observations convergentes tendraient à faire penser qu’il sont d’époque romaine, telles l’étroite proximité de l’habitat d’époque romaine de El Picón ou encore l’existence de multiples batteries de cavités de trituration (cazoletas) le plus souvent rectangulaires creusées dans le granite, au voisinage immédiat des exploitations, dont le caractère systématique ferait plutôt penser à une organisation de type romain.

  • 15 Mais à Pino del Oro, des terrasses semblables ont été identifiées récemment (p. 209-210) près de l’ (...)

22En tout cas, chacune de ces deux zones a son originalité propre : Pino del Oro avec ses ateliers de trituration du minerai aurifère, Las Cavenes del Cabaco (Peña de Francia) avec ses terrasses de culture d’époque romaine qui surplombent l’habitat également d’époque romaine de La Fuente de la Mora15.

  • 16 C’est le sens du mot sectorial, me semble-t-il, employé dans des expressions telles que « desde una (...)

23En tout cas l’existence de ces terrasses ne peut que conforter F.J. Sánchez Palencia et son équipe dans la position, juridiquement fondée, qu’ils défendent depuis la fin des années 1990, à savoir qu’il n’y a pas, dans ces exploitations aurifères du Nord-Ouest, de main-d’œuvre minière spécialisée proprement dite16, et que ce sont les populations locales, de condition pérégrine et par conséquent libres, qui sont tenues de servir de main-d’œuvre à l’occupant romain pour la mise en valeur des exploitations aurifères : de tradition paysanne et agro-pastorale, elles doivent subvenir à leurs besoins, bref être « auto-suffisantes », d’où les terrasses de culture mentionnées ci-dessus.

24C’est encore le groupe du CSIC, représenté par plusieurs de ses membres (B. Currás, D. Romero, J.-L. Pecharromán, G. Reher, F. Alonso, groupés autour de F. J Sánchez Palencia), qui présente l’avant-dernière contribution du livre. Elle a un caractère tout à fait différent des précédentes : elle porte en effet sur une zone — le bassin du río Negro, affluent du Tera, dans le nord de la province de Zamora – très peu marquée par les travaux liés à l’exploitation romaine. Ceux qu’on y voit sur des dépôts alluviaux d’âge tertiaire y sont peu développés et sont essentiellement considérés comme liés à la prospection (secteur de Doney, par exemple). A quelque 10 km à l’est cependant, figure sur une croupe de conglomérat tertiaire un de ces habitats d’époque romaine, fréquents dans les exploitations aurifères du bassin supérieur du Duero (par exemple celles de la Valduerna) qu’on appelle « coronas ». De forme plus ou moins ovale, elles sont entourées de profonds fossés creusés dans le conglomérat à l’aide de la force hydraulique. C’est le cas de Los Corralones, où lesdits fossés, profonds de 7 à 8 m, sont reliés à un système de petits réservoirs creusés en amont du site. Pour les auteurs, ces fossés sont des ravins d’exploitation (leur évolution est décrite et restituée dans le détail aux pages 222-223), et n’ont aucun caractère défensif. La date et la durée de l’habitat qui se trouve ainsi circonscrit sur une surface réduite ne sont pas connues, mais il est d’époque romaine (présence superficielle de céramique commune et de tegulae [p. 218]). En aval, alimentés par le canal qui longe la corona, se trouvent deux petits grattages sans importance, considérés également comme étant des travaux de prospection (p. 225). Certes, la corona de Los Corralones est bien une structure liée aux exploitations minières, mais il n’y a guère de chantier dans le voisinage et les fossés ne se poursuivent pas au-delà d’elle. D’ailleurs ces derniers sont-ils des fossés d’exploitation ? Aucun monceau de galets n’est signalé près d’eux, et pas le moindre cône de déblais à leur extrémité. Ils peuvent donc avoir une simple fonction sinon de défense, du moins de protection, par exemple contre les animaux sauvages. Ainsi, ne serait-il pas préférable de voir dans cette structure tout simplement un habitat protégé par une double ceinture de fossés ? Il a été occupé, mais pendant combien de temps ? Il n’y a pas de chantier d’envergure dans la zone. Pour des raisons que nous ne connaissons pas, rien n’a été entrepris. Le creusement des fossés et les travaux de prospection ont-ils révélé la pauvreté du conglomérat alentour ? C’est possible. En tout cas, cette corona est restée isolée, loin de tout chantier d’exploitation. Certes, elle fait partie du nouveau modèle d’occupation de ces territoires mis en place par l’occupant romain, comme c’est dit par les auteurs (p. 228-229), mais elle n’a pas dû jouer un grand rôle dans le secteur.

25Le dernier chapitre du livre touche aux moyens d’obtention de l’or. En l’occurrence, il s’agit de la difficile question de l’éventuel usage du mercure dans les chantiers du Nord-Ouest afin de piéger l’or, présent dans ces gisements à l’état de fines paillettes. Le phénomène de l’amalgame (mercure + or) suivi de distillation est certes connu à l’époque romaine, au moins comme procédé de laboratoire, ainsi que l’indiquent Vitruve (De architectura, VII, 8, 14) et Pline lui-même (Naturalis Historia, XXXIII, 99-100), mais y a-t-on eu recours à l’échelle « industrielle » dans le Nord-Ouest, afin de récupérer le maximum d’or ? Dans cet excursus final, F.J. Sánchez Palencia s’attaque au problème, avec l’aide d’A. García, agro-biologiste.

26Du point de vue méthodologique, il s’agissait de mesurer le niveau du fonds régional de mercure et de comparer les teneurs présentes dans les zones d’exploitation à ce seuil. Cela impliquait des travaux de terrain (campagnes d’échantillonnage) et de laboratoire (analyse des échantillons). Deux sites avaient été retenus pour ce test : Las Médulas et Las Cavenes del Cabaco (Peña de Francia). Le seuil du fonds régional d’origine naturelle a été déterminé dans les deux cas à partir d’échantillons relevés au voisinage des travaux antiques mais à l’extérieur de ces derniers (Las Médulas) ou dans la masse intacte des conglomérats aurifères (Las Cavenes). Pour mesurer les éventuelles anomalies (teneurs supérieures au seuil régional), les échantillons ont été prélevés, à Las Médulas, dans les zones exploitées principalement par chantiers-peignes (les sillons) et dans les canaux de lavage existant à l’issue des chantiers-ravins, ainsi que dans les épandages de stériles ; à Las Cavenes del Cabaco, dans les chantiers et les stériles. Les résultats des analyses sont résumés dans plusieurs tableaux et graphiques ; ils montrent que les teneurs anormalement hautes en mercure sont plus nombreuses à Las Médulas qu’à Las Cavenes ; il semblerait, par conséquent, que, dans le premier site, longuement et intensément exploité, le mercure ait été utilisé largement, alors que tel n’est pas le cas à Las Cavenes, zone minière de moindre envergure et moins longtemps exploitée.

  • 17 Le premier tableau figurant dans cet article (p. 231) présente un intérêt plus général. Il s’agit d (...)

27Au final, la méthode d’étude paraît fiable et les résultats sont intéressants. Néanmoins, pour pouvoir juger de l’importance et de la diffusion de l’usage du mercure dans ces mines, l’opération a besoin d’être étendue à d’autres sites, qui sont énumérés en fin d’article. Il s’agit donc, ici encore, d’un état provisoire de la question17.

28Le recueil commence par le fameux texte de Pline sur l’exploitation de l’or (Histoire Naturelle, XXXIII, 66-78) et, à deux ou trois exceptions près, les contributions qui suivent en sont – intentionnellement, je pense – l’illustration, comme le montrent les nombreuses références explicites audit texte, qui sort renforcé de sa confrontation avec les données de la géologie et de l’archéologie minières.

29Les grandes zones aurifères du Nord-Ouest – Bierzo, bassin supérieur du Duero, sierra del Teleno, bassins supérieur et moyen du Sil, Asturies, etc. – sont absentes de ce volume. Le secteur choisi comme thème d’étude – zone à cheval sur le nord de la frontière hispano-portugaise – était jusqu’à ces derniers temps assez mal connu. Mais on aura vu tout ce qu’apportent des sites à première vue moins importants, moins éclatants, lorsqu’ils sont étudiés dans une perspective intégrée d’histoire totale.

  • 18 Parmi d’autres ouvrages collectifs de ce même groupe, on citera par exemple Las Médulas. Un paisaje (...)

30On aura remarqué que la quasi-totalité des articles sont signés des membres de l’équipe du CCHS du CSIC, Estructura Social y Territorio. Arqueología del Paisaje. Ce livre en quelque sorte un témoignage supplémentaire de ce travail de groupe18. Depuis le début des années 1990, ce groupe est animé par F.J. Sánchez Palencia, qui lui a donné une méthode de travail et en a orienté les recherches. Ces chercheurs ont touché à la plupart des mines d’or romaines du Nord-Ouest et à tous leurs aspects. Ils en sont les meilleurs connaisseurs. A ce stade de leur recherche, il n’est pas trop tôt, je crois, pour leur demander de nous donner, dans un avenir point trop éloigné, l’ouvrage de synthèse que tout le monde attend sur ces mines et qui devrait constituer désormais la référence incontournable en cette matière.

31L’un de ces chercheurs ne pourra pas participer à cette somme. J’ai nommé le regretté Luis Carlos Pérez García, disparu il y a peu (q.e.p.d.). Le présent ouvrage est dédié à sa mémoire. Dès le début, ce géologue avait accompagné F.J. Sánchez Palencia et le groupe du CSIC dans leurs recherches sur les mines d’or du Nord-Ouest. Natif de León, il ne pouvait que s’intéresser aux gisements aurifères de sa province, puis à tous ceux du Nord-Ouest, à la fois professionnellement et au titre de collaborateur de l’équipe du CSIC. On a vu ci-dessus ses travaux cités à plusieurs reprises dans les bibliographies ; nombre de ses photo-interprétations illustrent les articles consacrés aux zones de Meimoa-Penamacor et de Valverde del Fresno. F.J. Sánchez Palencia a eu la délicatesse de le compter à titre posthume parmi les auteurs de cette dernière étude et de placer son nom au premier rang. Enfin, il est le dédicataire de ce volume. L’honneur est mérité.

Haut de page

Notes

1 M. Pérez González et R. Matías Rodríguez, Plinio y la minería aurífera romana : nueva traducción e interpretación de Plin. Nat., 33, 66-78, Cuadernos de Filología Clásica. Estudios latinos, 28,1, 2008, p. 43-58.

2 C. Domergue, Les exploitations hydrauliques romaines dans les dépôts alluviaux aurifères du nord-ouest de l’Espagne : Las Médulas et le Teleno (Province de León). À propos de publications récentes, in J.-P. Bost éd., Actes du colloque Aquitania (Dax, sept 2009), Ausonius, Bordeaux, 2012, p. 123-134.

3 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, traduction de S. Schmitt, NRF, Gallimard, Paris, 2013, p. 1522-1525.

4 J.-L. Bordes et C. Domergue, À propos de la ruina montium de Pline l’Ancien : une lecture technique du site de Las Médulas (León, Espagne), dans J.-P. Brun et J.-L. Fiches, Énergie hydraulique et machines élévatrices d’eau dans l’Antiquité. Actes du Colloque International organisé par l’Établissement public de coopération culturelle Pont du Gard, l’UMR 5140 du CNRS « Archéologie des sociétés méditerranéennes » et le Centre Jean Bérard (UMS 1797 du CNRS/EFR) à Vers-Pont-du-Gard, 20-22 septembre 2006, Collection du Centre Jean Bérard, 27, Naples 2007, p. 89-111 ; C. Domergue, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, Collection Antiqua, Picard éd., Paris, 2008, p. 110-111.

5 C. Domergue, Les exploitations hydrauliques romaines…, p. 123-134.

6 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre XXXIII, texte établi, traduit et commenté par H. Zehnacker, Paris, 1983.

7 Ibid., p. 33.

8 C'est là une forme archaïque de nominatif féminin pluriel du démonstratif hic, haec, hoc, attestée principalement chez Plaute et Térence, et qui, dans ce passage de Pline, peut être considérée comme une recherche stylistique, à l'égal des singularités « poétiques » évoquées ci-dessus.

9 « On ne fait pas fondre l’or obtenu par arrugia » (Pline, NH, XXXIII, 77, où le verbe coquere implique une opération métallurgique).

10 Indicium, « ce qui indique, qui montre », ne peut guère se traduire littéralement que par « indice », mais la phrase qui suit montre indéniablement que cet « indice » est l’échantillon qui sort de la batée, en termes techniques la « queue » de la batée. Si l’on y voit briller des paillettes d’or, l’indice est positif…

11 Les techniques qui utilisent la force hydrauliques s’appellent arrugiae : cf. Id genus arrugias uocant (Pline l’Ancien, NH, XXXIII, 70), expression qu’emploie le Naturaliste à propos de la ruina montium. Mais la ruina montium n’est qu’une de ces techniques ; en revanche, il en est d’autres, dont Pline ne parle pas, mais que nous connaissons par l’archéologie : par exemple le chantier-peigne (« surcos convergentes ») ou le chantier-ravin (« zanja canal »).

12 Nombre de ces inscriptions sont représentées par des photographies, mais on regrettera l’absence d’appels de figures dans le texte.

13 C. Domergue, Les mines de la Péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine, Collection de l’EfR, 127, Rome, 1990, p. 346-347.

14 Celles des Cavenes del Cavaco avaient été présentées au colloque Orfèvres et forgerons (Toulouse, septembre 2001). Mais la publication des Actes n’a toujours pas eu lieu, et il est vraisemblable qu’elle ne se fera jamais. En tant que membre du laboratoire toulousain TRACES, je le regrette profondément.

15 Mais à Pino del Oro, des terrasses semblables ont été identifiées récemment (p. 209-210) près de l’habitat romain du castro de Peña Redonda, ce qui ôte à celles de Las Cavenes del Cavaco leur singularité.

16 C’est le sens du mot sectorial, me semble-t-il, employé dans des expressions telles que « desde una perspectiva sectorial actualista » (p. 130) ou « poblamiento rural no sectorial » (p. 174), ou encore « la minería antigua en el Noroeste no puede ser considerada como una actividad sectorial » (p. 222).

17 Le premier tableau figurant dans cet article (p. 231) présente un intérêt plus général. Il s’agit de l’évaluation des quantités d’or produites par les mines du Nord-Ouest selon la nature des gisements, d’après les masses de matériaux remués et les teneurs moyennes de chaque type.

18 Parmi d’autres ouvrages collectifs de ce même groupe, on citera par exemple Las Médulas. Un paisaje cultural de la Asturia Augustana, León, 2000, édité par F.J. Sánchez Palencia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Domergue, « F. Javier Sánchez Palencia (éd.), Minería romana en zonas interfronterizas de Castilla y León y Portugal (Asturia y NE de Lusitania) », Pallas, 99 | 2015, 344-353.

Référence électronique

Claude Domergue, « F. Javier Sánchez Palencia (éd.), Minería romana en zonas interfronterizas de Castilla y León y Portugal (Asturia y NE de Lusitania) », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/3187

Haut de page

Auteur

Claude Domergue

TRACES (UMR 5608 CNRS)
Université Toulouse - Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org