Navigation – Plan du site

Femmes en guerre : peu de mots, des actes ? (Grèce ancienne, viie-ive siècles avant J.-C.)

Women at war : few words, but deeds ? (Ancient Greece, VII-IVth centuries B.C.)
Pascal Payen
p. 31-41

Résumés

Les femmes sont exclues des institutions des Grecs anciens sur la guerre. Pour autant elles ne sont nullement tenues à l’écart des combats et des affrontements qui mettent en danger la cité, et, en contexte barbare, il arrive même qu’elles joignent la parole à l’action. La protestation des femmes captives de guerre dans la tragédie n’est pas la seule voix qu’elles fassent entendre. Que les femmes participent de la guerre est, chez les Grecs, une hypothèse de nature anthropologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les analyses proposées constituent une étape très provisoire, au sein d’un projet consacré à l’étud (...)
  • 2 Hérodote, Prooimion ; Thucydide, I, 1, 1-2 ; Polybe, I, 1, 5 ; I, 2, 7 ; Diodore de Sicile, I, 6, 7 (...)

1Partons d’un constat qui a pour lui la force apparente de l’évidence. Les femmes sont exclues des institutions des Grecs anciens sur la guerre1. Le corollaire de cette situation est qu’elles n’occuperaient aucune place dans la réalité des combats. La raison de l’une et l’autre interdiction qui les empêchent de combattre pour la cité tiendrait à ce qu’elles ne peuvent accéder à la citoyenneté. La division sexuée qui organise, dans sa globalité, les sociétés civiques grecques non seulement serait reproduite dans la sphère de la guerre, mais elle serait amplifiée par tous les genres de discours se rapportant à cette activité que les historiens anciens considèrent comme l’une des plus caractéristiques et les plus dignes d’intérêt dans toutes les sociétés humaines2.

  • 3 Loraux, 1989, p. 300, 274.
  • 4 On retrouve là une des constantes des recherches de Nicole Loraux : les rapports sociaux, à l’intér (...)
  • 5 Loraux, 1989, p. 273-274.

2Nicole Loraux, dans une étude intitulée « Le naturel féminin dans l’histoire », qui sert de conclusion à son livre Les expériences de Tirésias. Le féminin et l’homme grec, écrit en ce sens que, « dans le partage des tâches qui s’opère entre les genres littéraires, l’historiographie assume, pour les andres, une fonction de réassurance3 », parce que c’est « le discours civique » qui y sert de référence. À l’inverse, aux femmes ne sont consacrées que des « narrations fugitives et opaques », comme si régnait une forme de censure des « interventions des femmes dans la vie de la cité » et notamment, ajouterai-je, pour tout ce qui touche à la guerre. Mais pour en arriver à cette conclusion, il a fallu ne retenir que les femmes « constituées en groupe », afin de repérer, à travers la prose des historiens, face à la collectivité des andres, l’expression de ce que Nicole Loraux nomme une « nature féminine4 ». Il était nécessaire - l’auteur s’en explique dès le début5 - de laisser à l’écart de l’analyse tout ce qui touche aux femmes barbares ainsi qu’au rôle des femmes dans l’exercice ou la transmission du pouvoir, notamment le riche dossier des mères, épouses, filles ou sœurs de tyrans. Dans les deux cas, pourtant, c’est aussi de la guerre qu’il s’agit le plus souvent. Serait-ce encore que les femmes en situation de prendre la parole dussent être écartées et que seuls fussent dignes d’analyse leurs faits d’armes ?

  • 6 Mieux que «  les femmes  », pour souligner la part de construction discursive qui intervient aussi (...)
  • 7 Payen, 2005.

3L’hypothèse que je développe ici est différente. Elle repose sur l’idée que c’est en n’excluant aucune des formes de relation qu’entretiennent les figures féminines6 avec la guerre, et surtout pas les plus marginales en apparence, qu’il sera possible de mettre au jour les diverses modes d’exclusion des femmes, dont le rôle est censuré, occulté, détourné. Or la protestation des femmes captives de guerre dans la tragédie n’est pas la seule voix qu’elles fassent entendre7. Dans le cadre limité de cette étude, je tenterai de montrer comment s’ordonnent les modalités d’un déni, qu’il faudrait appréhender aussi à partir de l’historiographie moderne, dont la capacité à oublier de prendre en compte les relations entre les femmes et la guerre et à faire silence sur elles amplifie les hésitations des Anciens.

1. Polémologie sexuée et exclusion des femmes

  • 8 Thucydide, VII, 77, 4.
  • 9 Sur l’équivalence entre στρατιῶται et ἄνδρες, cf. Plutarque, Apophtegmes laconiens, 214 B : οἱ ἔφορ (...)
  • 10 Thucydide, VII, 77, 7. Sur la cité «  vide d’hommes  », cf. Plutarque, Apophtegmes laconiens, 214B, (...)

4Dans les sources, nulle part ailleurs plus qu’à la guerre les hommes ne sont assimilés à une collectivité qui les valorise. Avant le combat de la dernière chance, en Sicile, le stratège athénien Nicias, s’adressant à son armée, met d’abord en valeur le grand nombre des « hoplites », selon le procédé classique d’une rhétorique destinée à rassurer : Voyez quels hoplites (οἷοι ὁπλῖται) vous êtes, combien nombreux aussi vous êtes à marcher en bon ordre (ἅμα καί ὅσοι ξυντεταγμένοι)8. Mais le multiple fait très vite place à l’un. Grâce à la pensée réflexive (λογίζεσθε, ἡγησάμενος), la communauté des hoplites est identifiée successivement avec la cité (à vous seuls vous êtes aussitôt une cité : πόλις εὐθύς ἐστε), avec la patrie, avec le rempart (καί πατρίδα καί τεῖχος). Certes la suite de la harangue réintroduit un pluriel, ἄνδρε, à quatre reprises, mais c’est pour conférer à ce discours toute sa dimension politique, dans le glissement qui conduit de ἄνδρες στρατιῶται à ἀνδράσιν ἀγαθοῖς9, puis à la célèbre ellipse : ἄνδρες γὰρ πόλις (car ce sont les hommes qui sont la cité) – que l’on retient souvent seule, sans souligner qu’elle est le terme d’une succession argumentative. Cette formule, à valeur gnomique, est le cœur de l’idéologie civique dans son rapport à la guerre et dans sa composante sexuée. Aux hommes seuls reviennent le soin et la gloire (ἀνδράσιν ἀγαθοῖς) des combats ; si les femmes en sont exclues, c’est sur le mode du silence, de l’implicite, de la dénégation. La cité en guerre, dans sa version athénienne, est une cité pleine d’andres et d’eux seuls, à l’inverse de ce que seraient, souligne Nicias pour refermer son discours, des remparts et des vaisseaux vides d’hommes (ἀνδρῶν κεναί)10.

  • 11 Plutarque, Apophtegmes laconiens, 210E (Agésilas, n°  29, et l’édition de Fr. Fuhrmann, dans la C.U (...)
  • 12 Plutarque, Vie de Lycurgue, 16, 2.
  • 13 Ibid., 16, 2.
  • 14 Tyrtée, fr. 12, v. 16 et 20 West, ainsi que Lycurgue, Contre Léocrate, 106-107, sur Tyrtée éducateu (...)

5Nicias définit ainsi une polémologie sexuée, dont les mêmes éléments, comme des invariants, se retrouvent en pays lacédémonien, mais, sans surprise, sous une forme plus radicale, et pour les hommes et pour les femmes. Ici l’image de la cité confondue avec les andres est comprise d’emblée comme totalité ; par métonymie, elle est étendue à chacune de ses composantes et notamment, on le sait par les Apophtegmes de Plutarque, au rempart11. Plutarque précise, dans la Vie de Lycurgue, que, pour que la cité soit ainsi toujours conforme à elle-même, il faut l’y préparer dès la naissance des futurs citoyens, en éliminant celui qui, mal venu et difforme12, contreviendrait, une fois adulte, au modèle et au groupe des « semblables » avec lequel, individuellement et dans sa complétude, s’identifie la cité : [Les plus anciens] jugeaient, en effet, qu’il valait mieux pour lui-même et pour la cité ne pas le laisser vivre13. Ce cadre idéologique est fixé dès le viie siècle dans les Elégies de Tyrtée : celui qui, parmi les autres, tient fermement sa place et reste inébranlable en première ligne est l’homme méritant à la guerre, parure de sa cité14. Dans cette logique les filles sont protégées par leur sexe biologique : elles sont, en effet, exclues du processus de sélection auxquels sont destinés les enfants mâles, puisque, quelle que soit leur conformation, elles ne font pas partie de la phalange hoplitique. Ce qui sous-entend qu’il n’est pas d’autre guerre possible que la guerre hoplitique. Les formes différentes de la guerre que pourraient assumer les femmes, dans leur opposition complémentaire avec les hommes, sont censurées : dans les institutions comme dans le discours eugénistes spartiates, elles font l’objet d’une dénégation.

  • 15 Iliade, VI, 460, 495.
  • 16 Iliade, XIII, 128-135.
  • 17 Iliade, VI, 445.
  • 18 Iliade, VI, 492.
  • 19 Iliade, VI, 490-491.
  • 20 Aristophane, Lysistrata, 519-520.
  • 21 L’altérité des «  autres guerriers  » étudiés par Fr. Lissarrague (1990) n’est pas totale, car les (...)
  • 22 Xénophon, Économique, VII, 22-23.
  • 23 Schmitt Pantel, 1994-1995, p. 300.
  • 24 Τὰ ἔνδον ἔργᾳ τὰ ἔξω ἔργα : Xénophon, Économique, VII, 23 et 25.

6Un tel modèle remonte, on le sait, à l’épopée. Au chant VI de l’Iliade, Andromaque est obligée, en tant que femme (γυνή) et épouse (ἄλοχος)15 de laisser Hector rejoindre les solides phalanges (φάλαγγες καρτεραί)16 et se placer à leur tête ; elle est obligée de le laisser combattre aux premiers rangs des Troyens (πρώτοισι μετὰ Τρώεσσι)17. Le pluriel suggère que la grande gloire (μέγα κλέος) – mentionnée au vers suivant – qui est acquise à la guerre, est un idéal qui tout à la fois distingue le héros et fonde la collectivité en armes. La répartition des rôles paraît donc claire dans la bouche d’Hector : la guerre reviendra aux hommes, à tous et à moi surtout (πόλεμος δ ̓ἄνδρεσσι μελήσει πᾶσι μάλιστα δ ̓ἐμοί)18, tandis que les travaux (ἔργα) des femmes concernent le métier à tisser et la quenouille (ἱστόν τ ̓ἠλακάτην τε)19. Lysistrata, dans la pièce éponyme d’Aristophane, s’entend rappeler ce modèle par son mari qui lui cite mot à mot les paroles d’Hector : la guerre sera l’affaire des hommes (πόλεμος δ ̓ἄνδρεσσι μελήσει), et lui conseille de s’en tenir à sa toile20. Sur un ton en apparence plus bienveillant, mais qui ne change rien au fond, l’Ischomaque de Xénophon s’en tient, dans les conseils adressés à sa jeune épouse anonyme, à la même répartition des rôles sociaux. À l’homme (ἀνδρός) les rangs serrés des combattants ; il évoque marches et expéditions militaires, ce qui réduit la guerre à son expression hoplitique, sans que soient envisagées d’autres formes de lutte (guerre navale, guérilla, siège21). À la femme l’avant des combats, la sphère de l’oikos, parce que la divinité lui a créé un corps moins résistant22. Pauline Schmitt Pantel a bien montré qu’il s’agissait là d’une construction théorique qui condense un ensemble de représentations23. Dans cette idéologie, fondée sur un ensemble de polarités qui s’équivalent, gunè/anèr, intérieur/extérieur24, en face de la guerre (πόλεμος) et des expéditions (στρατείας), prérogatives des hommes, figurent « le métier » et « la quenouille ». Les modalités féminines de la guerre n’entrent pas dans le jeu des représentations ; elles font l’objet moins d’une réprobation que d’un déni.

2. Repères historiographiques

7Les études modernes sur le problème des rapports entre les femmes et la guerre en Grèce ancienne ont été pendant longtemps fort loin de lever cette censure, refusant même parfois explicitement de poser le problème.

  • 25 Loraux, 1989b, citation, p. 40.
  • 26 Ducat, 1998 et 1999.
  • 27 Hérodote, VII, 99 ; VIII, 87-88.
  • 28 Loraux, [1993] 2003.
  • 29 Il en va de même dans le livre de Pierre Brulé, 2001.
  • 30 Au cours de la Seconde Guerre mondiale, environ un million de femmes ont combattu dans l’armée sovi (...)

8Dans le livre de Nicole Loraux déjà cité, Les expériences de Tirésias, est développée l’idée que l’équivalent de la guerre et de ses souffrances est constitué par l’épreuve, le πόνος de l’accouchement. Dans ce contexte, ὠδῖνες, qui désigne les douleurs des femmes en couche, est considéré comme « le nom féminin de la souffrance25 ». C’est dans cette tradition d’analyse que se situent deux contributions de Jean Ducat sur les femmes de Sparte et la guerre. Selon le registre des Apophtegmes, aux hommes il revient de combattre seuls, aux femmes de mettre au monde de futurs combattants26. Les expériences de Tirésias ne mentionne pas une seule fois Artémise, la reine de Carie qui s’illustre à la tête de ses vaisseaux, lors de la bataille de Salamine27. Quelques années plus tard, dans l’ouvrage collectif La Grèce au féminin, aucun chapitre n’est consacré à cette figure historique pourtant présente dans des sources assez nombreuses. L’accent est mis bien plutôt, parmi les huit portraits proposés, sur des femmes célèbres pour leur rôle ou leur influence politique (Archippè de Cymè, femme évergète, Gorgô, épouse de Léonidas), sur des figures d’intellectuelles (Sappho, Aspasie), ou encore cantonnées dans des rôles sociaux traditionnels (la prêtresse Lysimakhè, la courtisane Nééra)28. La question d’une relation entre les femmes grecques et la guerre est comme évitée29. C’est là un problème d’ordre historique et historiographique délicat. Dans les études féministes, comme dans toute étude concernant des groupes sociaux ou des peuples longtemps placés en position de minorités (on peut songer à l’historiographie de la décolonisation ou du monde ouvrier), les historiens en charge de ces questions n’échappent pas aux risques d’une approche militante qui tend à revaloriser ou à survaloriser l’objet soumis à l’analyse. Pour dénoncer le pouvoir masculin, mieux vaut laisser les femmes dans les marges et leur attribuer des fonctions valorisantes. Les placer au centre du pouvoir, en supposant, par hypothèse, qu’elles sont capables des mêmes violences que les hommes en tant de guerre30 ne concorde pas avec les affects de l’historien. Mais une telle perspective historiographique renforce la censure qui pèse sur les guerres des femmes.

  • 31 Schmitt Pantel, 2009, citation, p. 192.
  • 32 En dépit des difficultés qu’éprouve Thucydide à intégrer à son analyse la part féminine de la guerr (...)

9Mais l’historiographie est en train de changer à ce sujet. Dans un livre récent, Pauline Schmitt Pantel a analysé les rares occurrences laissées par les Grecs d’un héroïsme féminin, tout en montrant bien que ce « n’est qu’une des facettes du discours grec sur l’inégalité entre les sexes31 » L’oubli dont Artémise a été longtemps victime vient d’être réparé par le livre, à paraître, de Violaine Sebillotte Cuchet, Artémise d’Halicarnasse, l’amazone qui a existé. Titre provocateur, mais justifié, car l’analyse se situe à la convergence d’une histoire des représentations de la guerre, des rapports entre masculin et féminin, entre homme et femme, sans jamais omettre les multiples contextes réels dans lesquels s’inscrit le bref épisode de Salamine où Artémise intervient, selon la version d’Hérodote, seul « témoin » à rapporter les faits. Dans une perspective un peu différente de ces travaux, mais sur un accord de fond, mon propos est de souligner qu’en dépit d’un oubli apparent, les femmes en guerre sont une réalité des cités32, associée aux représentations de la différence des sexes. Là est le problème le plus délicat.

3. Guerres des femmes : une censure incomplète

10Il est rare, fort heureusement, qu’une censure ne laisse rien percer. Je m’en tiendrai à deux exemples, deux dossiers prometteurs. Le premier concerne une forme moins étudiée de la guerre pour le monde grec des cités, le versant défensif.

  • 33 Hérodote, VI, 107-113 ; Thucydide, V, 66-74 : la bataille la plus importante que, depuis les temps (...)
  • 34 Iliade, VI, 431-439.
  • 35 Thucydide, I, 90, 3.
  • 36 Thucydide, V, 82, 5-6.
  • 37 Thucydide, II, 4.

11La guerre en première ligne, celle des hoplites de Marathon ou de Mantinée, en 418, qu’immortalisent et figent les récits d’Hérodote et de Thucydide33, celle que n’ignore pas l’épopée, sous une forme plus composite, avec la présence des héros, comme on l’a souligné pour Hector, n’est pas la seule possible. De surcroît, la guerre ne se réduit pas aux moments des affrontements. Andromaque en apporte la preuve. Pour convaincre Hector de rester auprès des siens, elle ne s’en tient pas aux lamentations ; elle propose à son époux une autre guerre, conduite depuis le « rempart », une guerre dont elle montre aussitôt qu’elle est experte. Elle lui désigne l’endroit exact où, avec l’armée, il faut attendre l’ennemi, qui s’y est déjà risqué sans succès, bien qu’il ait envoyé ses meilleurs chefs34. Andromaque apparaît comme experte d’une guerre de résistance, d’une guerre défensive, menée depuis l’intérieur de la cité, dont la seule gloire, sans kleos, sera de préserver les personnes et les biens de la maisonnée. Mais pour parvenir à la maîtrise de cet art de la guerre, il a bien fallu observer, doit-on supposer, les autres formes de combat. Dans les guerres de siège que subissent les cités, ou lors des préparatifs à court ou long terme, les femmes sont presque toujours présentes. En 478, les femmes (γυναῖκας) contribuent à la reconstruction du « rempart » (τεῖχος) d’Athènes, avec toute la population (πάντας πανδημεί), à l’instigation de Thémistocle35 ; à ce moment la cité a besoin des femmes pour gérer une situation qui se tend très vite, avec Sparte. Au cours de la guerre du Péloponnèse, les femmes (γυναῖκες) d’Argos fortifient la cité contre les Spartiates36. Lorsque les Thébains parviennent à pénétrer dans Platée, en 427, ils doivent faire face à une guérilla urbaine nocturne : dans un tumulte terrible, l’ennemi les attaquait, soutenu par les femmes (τῶν γυναικῶν) et les esclaves. Certes les armes de l’hoplite font place aux cris, aux pierres et aux tuiles, mais, au total, les ennemis soit parviennent à s’échapper, soit sont faits prisonniers37. Par ailleurs, dans de tels contextes, ceux du combat de rue, aucune phalange ne peut être déployée ; ce sont donc les hommes qui se trouvent contraints d’adopter d’autres usages, ceux de la guerre au féminin. Le dèmos en armes, totalement au complet : πάντας πανδημεί, est donc celui qui adopte la guerre des femmes. La guerre « totale », de la cité tout entière, ne serait-elle pas, ici, la guerre au féminin ? Et dans la réalité des combats entre cités, depuis le début du viie siècle, lorsque la phalange apparaît dans nos sources, il est vraisemblable que ce type d’affrontement ait dû être aussi fréquent que la rencontre de deux phalanges.

  • 38 Plutarque, Apophtegmes laconiens, 214B.
  • 39 Plutarque, Sur la vertu des femmes, 242E.
  • 40 Xénophon, Helléniques, VI, 4, 16.
  • 41 Thucydide, II, 45, 2.

12Le second dossier illustrant cette censure incomplète concerne ce qu’il advient du temps infini qui suit la guerre. La guerre ne prend pas fin avec l’arrêt des combats. Les Spartiates le savent bien. C’est après le carnage de Leuctres, en 371, que commence le vrai danger, non seulement parce que les Thébains sont en mesure d’investir une cité sans rempart matériel et vides d’homme38, mais parce qu’il convient de contrôler le chagrin des femmes, en les rappelant à leur devoir de réserve (σωφροσύνη)39 ; en tant que mères et épouses, elles ont à supporter le poids du « malheur » de la guerre pour les temps à venir. Le bref rappel des éphores, qui recommandèrent aux femmes (ταῖς γυναιξί) de ne pas faire de lamentations et d’endurer leur malheur en silence40 a pour équivalent, à Athènes, le passage où Périclès, dans une « brève exhortation » de la fin de l’oraison funèbre de 431, précise lui aussi aux femmes présentes à la cérémonie que la vertu féminine (γυναικείας ἀρετης)41 rejaillit sur la cité, parce qu’en tant que veuves de guerre elles accèdent à la sphère publique. Le chagrin des femmes contribue à inscrire la guerre dans le temps long des morts. Demander aux femmes, comme le font les éphores et Périclès, au nom de la cité, d’assurer une présence silencieuse ou de se contenter d’un renom (κλέος) parmi les hommes, ramené au minimum (ἐπ̓ ἐλάχιστον), c’est rappeler que la guerre est objet de représentations complémentaires : fureur (λύσσα) et tumulte (θόρυβος) à l’extérieur, silence (σιγή) à l’intérieur.

  • 42 Thucydide, II, 34.
  • 43 Sur l’epitaphios logos comme genre politique, cf. Loraux, 1981, p. 225-265.
  • 44 Cela n’ôte rien au fait que les sociétés grecques anciennes reposent sur un principe de mise à l’éc (...)

13On constate ainsi que le discours civique, même lorsqu’il s’exprime par ses voix les plus autorisées – des magistrats tels que les éphores, investis d’une fonction de surveillance générale, ou l’orateur retenu pour prononcer l’hommage aux morts42, genre civique s’il en est43 – ne masque pas la présence des femmes dans le souvenir laissée par les guerres, pas plus que les historiens ne passent sous silence les réalités des guerres défensives44. Dans tous les cas ce sont leurs actes qui sont mentionnés. La parole de guerre – en temps de guerre et, après coup, sur la guerre – reste aux mains des hommes. Les sources permettent-elles d’aller plus loin ? Les Grecs ont-ils connu des formes de société où les relations entre les femmes et la guerre étaient encore plus étroitement établies ? Existe-t-il des situations où les femmes, maîtrisent la parole politique, contrôlent le discours sur la guerre ?

  • 45 Sans qu’il soit ici question de l’utopie et d’autres formes de sociétés idéales, notamment dans leu (...)

14Le seul à ma connaissance qui ait envisagé ces questions de façon approfondie et presque systématique est Hérodote, de sorte que l’on peut parler, à son propos, d’un ensemble observations qui prennent la forme d’expérimentations anthropologiques45. J’en exposerai quelques-unes, sans revenir, si ce n’est le temps d’un bref parallèle, sur le dossier d’Artémise.

4. Expérimentations anthropologiques chez Hérodote

15Au préalable il est indispensable de rappeler brièvement quel est le cadre interprétatif global à l’intérieur duquel Hérodote situe les analyses et les épisodes qu’il met en scène. Ce cadre est dominé par l’idée centrale selon laquelle l’exigence essentielle et vitale, au sens propre, pour un peuple (ἔθνος, γένος) est de savoir mettre en place un mode de vie et de respecter des usages, des coutumes (νόμοι) qui lui permettent d’échapper aux guerres et aux entreprises de conquête. Dans un passage à valeur généralisante ou récapitulative, comme il en est plusieurs dans son œuvre, il précise :

  • 46 Hérodote, IV, 46.

16Pour l’une des affaires humaines, la plus importantes (τὸ μέγιστον τῶν ἀνθρωπηίων πρηγμάτων), le peuple scythe a imaginé (ἐξευρεθῆναι), de toutes celles que nous connaissons, la solution la plus sage (σοφώτατα). Mais je ne vois en lui rien d’autre à admirer. Ce qu’ils ont inventé, comme je le dis, de première importance (τὸ δὲ μέγιστον), c’est une façon d’empêcher qu’aucun agresseur qui marcherait contre eux ne s’échappe et qu’aucun ne puisse les atteindre s’ils ne veulent être découverts [… De la sorte] ils sont à l’abri des combats et impossibles à joindre (ἄμαχοί τε καὶ ἄποροι προσμίσγειν)46.

  • 47 Hérodote, IV, 30 : Depuis le début, mon logos [œuvre ou récit] est à la recherche d’élargissements (...)

17Chaque peuple peut y parvenir à condition de « trouver » dans son territoire la singularité géographique avec laquelle il mettra en conformité, en équivalence son mode de vie. Identité et universalité se retrouvent ainsi en chaque peuple. De la sorte les récits d’Hérodote et les microhistoires qui constituent son Enquête ne sont jamais des digressions ou des parenthèses (de cela aussi il fait la théorie47), et ce sont même ces adjonctions (προσθῆκαι), qu’il recherche avant tout. Elles participent du récit appréhendé comme un tout, et elles sont autant de variantes et de variables concernant les mœurs, les coutumes, l’organisation politique, l’art de la guerre, en tant que guerre de conquête ou sur le mode défensif, recueillies par observation personnelle ou par la tradition orale, en terre grecque comme en pays barbare.

18Compte tenu de ce contexte très sommairement rappelé, reprenons quelques figures de femmes en guerre ou quelques variantes des guerres de femmes, telles qu’Hérodote les rapporte.

  • 48 Hérodote, I, 201-216.
  • 49 Hérodote, I, 205. Cf. Bichler, 2000, p. 19-20.
  • 50 Hérodote, I, 207.
  • 51 Terme employé par Plutarque pour désigner la cité de Sparte après Leuctres : en dépit de situations (...)
  • 52 Hérodote, I, 214.
  • 53 Mais Hérodote souligne qu’il connaît bien d’autres récits rapportant cette mort : I, 214.
  • 54 Cf. Briant, 1996, p. 60, 239.
  • 55 La fortune de ce modèle historiographique est longue ; voir par exemple la guerre comme pestilence (...)
  • 56 Hérodote, I, 214 et VII, 99. Pour Aristote, toutefois, dans la Politique, si la femme possède bien (...)

19Une des figures les plus intéressante est Tomyris, la reine (βασιλεία) des Massagètes, un peuple nomade qu’Hérodote situe entre la Mer Caspienne et la Mer d’Aral48. Il s’intéresse assez longuement à elle, à la fin du livre I, parce que son peuple est menacé par les projets de conquête de Cyrus, assisté de son conseiller Crésus. Cyrus envoie demander Tomyris en mariage, mais elle devine que c’est la royauté des Massagètes qu’il désire49. Elle lui propose alors soit un statu quo politique, chacun restant sur son propre territoire, soit, s’il tient vraiment à l’affrontement, une forme de guerre propre aux nomades, une guerre d’évitement de l’adversaire, une guerre où Tomyris entraînerait le conquérant dans un mouvement de fuite50, sans qu’il puisse jamais l’atteindre sur ces terres d’infini que la narration présente comme désertes, comme territoire vide (χώρη ἐρήμη)51. Mais une « ruse » de Cyrus lui permet de s’emparer du fils de Tomyris. Ce dernier, pris de honte, se suicide. Alors la reine engage un combat classique, qui fut le plus violent de tous les combats qui se sont livrés entre les Barbares, écrit Hérodote52, au cours duquel Cyrus en personne périt. La version hérodotéenne de la mort de Cyrus n’est pas connue par une autre variante53, et elle déroute les spécialistes54 ; elle semble donc, pour une part, être une construction et une invention qui rend compte des réflexions d’Hérodote sur la guerre ; au début de l’œuvre, au livre I, elle tient lieu presque de « mythe de référence ». Elle est, en effet, fort intéressante à plusieurs égards. Tout d’abord, elle apporte une preuve majeure que le comportement des nomades, en tant que stratégie de résistance, mène toujours à la victoire, ici contre un conquérant paradigmatique, le fondateur de l’Empire perse. Ensuite la guerre apparaît comme un fléau ; même la victoire est signe de mort : bien que je sois vivante et que je t’aie vaincu les armes à la main, tu m’as détruite (πώλεσας) », lance Tomyris au cadavre de Cyrus55. Enfin, la reine des Massagètes apparaît comme une figure inverse et complémentaire d’Artémise, une sorte d’hypothèse anthropologique. Tomyris est une résistante ; Artémise, à l’inverse, fait partie de l’armée du conquérant Xerxès, descendant de Cyrus. Tomyris combat sur son territoire, en indigène ; Artémise arrive en étrangère dans les eaux de Salamine. Tomyris conduit une guerre terrestre, Artémise est impliquée dans une guerre sur mer. Mais le jeu des différences et des oppositions repose sur une analogie essentielle ; l’une et l’autre sont des figures politiques : reine et tyran, et elles illustrent l’aptitude du féminin à posséder le courage guerrier : Tomyris est pourvue, au moment du combat, de l’énergie guerrière, la dunamis, et Artémise du courage héroïque, de l’andreia56.

20Inverses et complémentaires, les deux figures construites par Hérodote condensent quelques-uns des possibles anthropologiques de la guerre des femmes et même de la guerre en général. La guerre, dans la narration d’Hérodote, n’est pas une prérogative exclusive des andres. À elles deux Tomyris et Artémise réunissent presque toutes les variables que la confrontation, la comparaison entre plusieurs sociétés, entre hommes et femmes, masculin et féminin permettent, au terme de l’Enquête, de dégager.

21Une confirmation de cette hypothèse se trouve dans deux récits consacrés aux manières scythes de faire la guerre, récits dans lesquels les femmes et le féminin occupent une place importante. Bien que très éloignés l’un de l’autre (à l’intérieur du livre IV), ils se font écho, et leur complémentarité fait partie des expériences auxquelles se livre Hérodote pour penser la guerre.

  • 57 Hérodote, IV, 1-4. La lutte contre les Cimmériens : I, 106.

22Dans le premier récit, les Scythes reviennent d’une longue absence consacrée à poursuivre les Cimmériens et à lutter contre l’empire des Mèdes57. À leur retour, ils trouvèrent face à eux une armée considérable, car les femmes (γυναῖκες) scythes, vu l’absence prolongée de leurs maris (ἄνδρες), avaient eu commerce avec leurs esclaves (δούλους). Le combat (μάχη) s’engage entre les Scythes et une nouvelle génération (νεότης) issue des esclaves des Scythes et de leurs femmes. Dès lors, la confusion s’installe, car les douloi ont remplacé les andres ; une nouvelle opposition, sociale et politique, douloi/gunaikes, se superpose à la division sexuée anèr/gunè, et la remplace momentanément. Pour rétablir la norme politique et sexuelle, les Scythes remettent de l’ordre dans les usages de la guerre, en adaptant l’instrument de combat à la nature de l’ennemi, c’est-à-dire en abandonnant leurs armes au profit du fouet (μάστιγας ἀντὶ ὅπλων ἔχοντας). Les esclaves s’enfuient aussitôt. La guerre contre des esclaves est donc une guerre interdite, qui n’a pas sa place dans les catégories anthropologiques que retient Hérodote.

  • 58 Hérodote, IV, 110-111.
  • 59 Hérodote, IV, 113.
  • 60 Hérodote, IV, 116-117.

23Le second récit se déroule, plus loin dans le livre IV, dans un même contexte scythe. Il tient lieu de mythe étiologique du peuple des Sauromates. Les Amazones, après avoir échappé aux Grecs, parviennent en pays scythe, montent sur des chevaux et se livrent au pillage58. Comme avec les esclaves, les catégories de la guerre sont brouillées. Les Scythes les prennent pour de jeunes hommes. Lorsqu’ils se rendent compte, en examinant des cadavres, à l’issue du combat, que ce sont des femmes (γυναῖκας), ils se consultent (βουλευομένοισι) et décident de ne plus les tuer en aucune façon, mais d’envoyer vers elles les plus jeunes (νεωτάτους) d’entre eux en nombre égal. Dès lors se met en place un mode de vie singulier, de nature apolitique : chacun est avec ses armes, mais ne combat pas, et vit de chasse et de pillage59, faisant l’expérience d’un monde avec armes, mais sans guerre, jusqu’à ce que surviennent des unions sexuelles. Ainsi naquit le peuple des Sauromates, où d’un commun accord les « femmes » et les « hommes » font la guerre de la même manière60. Le second récit montre ainsi que la guerre contre des femmes est prohibée, mais non la guerre avec des femmes.

24Les deux narrations que l’on vient d’examiner dans leurs traits principaux sont complémentaires. De la guerre contre les esclaves il ne résulte rien, sinon le rétablissement de la prévalence des andres. À l’inverse, dans la seconde narration, le renoncement à la guerre contre les Amazones conduit à la naissance d’un nouveau peuple et à la possibilité, cette fois, d’une guerre avec des femmes. Hérodote expose, à travers ses récits sur la guerre, les femmes et le féminin, des hypothèses qui montrent que la guerre est un objet anthropologique mobile. À défaut d’avoir existé, les Amazones peuvent du moins aider l’historien à penser la guerre.

25En Grèce ancienne, lorsqu’il est question de la guerre, les femmes ont presque toujours leur place. Cela ne signifie pas que les hommes leur laissent le dernier mot. Avec les femmes en guerre, ennemies ou associées, les hommes n’échangent que très exceptionnellement. Est-ce parce que la guerre, dans sa part discursive, appartient aux institutions, au Conseil et à l’Assemblée des cités ? Est-ce parce qu’en terre barbare, la parole féminine l’emporte le plus souvent ou conduit à des solutions que la cité réprouverait ? Il faudra répondre à ces questions dans une recherche qui est en cours, mais, quoi qu’il en soit, les documents examinés ici montrent que la contribution des femmes à la sphère combattante est présente dans les faits et posée comme une hypothèses dans les discours. Une telle polarité, dont on peut légitimement penser qu’elle a vieilli en regard, par exemple, de la théorie des « actes de discours », n’en conserve pas moins sa validité dans le contexte de la guerre et des conflits.

Haut de page

Bibliographie

Bichler, R., 2000, Herodots Frauenbild und seine Vorstellung über die Sexualsitten der Völker, dans R. Rollinger, C. Ulf, Geschlechterrollen und Frauenbild in der Perspektive antiker Autoren, Innsbruck-Wien-München.

Briant, P., 1996, Histoire de l’Empire perse, Paris.

Brule, P., 2001, Les femmes grecques à l’époque classique, Paris.

Ducat, J., 1998, La femme de Sparte et la cité, Ktèma (Public et privé en Grèce ancienne), 23, p. 385-406.

Ducat, J., 1999, La femme de Sparte et la guerre, Pallas, 51, p. 159-171.

Lissarrague, Fr., 1990, L’autre guerrier. Archers, cavaliers, peltastes, Paris-Rome.

Loraux, N., 1981, L’invention d’Athènes. Histoire de l’oraison funèbre dans la “cité classique”, Paris-La Haye (2ème éd. 1993)

loraux, N., 1989a, Le naturel féminin dans l’histoire, dans Les expériences de Tirésias. Le féminin et l’homme grec, Paris, p. 273-300.

Loraux, N., 1989b, Le lit, la guerre, dans Les expériences de Tirésias, Paris, p. 29-53.

Loraux, N., 1997, La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris.

Loraux, N., 1993, Grecia al feminile, a cura di Nicole Loraux, Bari, trad. fr. partielle par Monsacré, H., 2003, La Grèce au féminin, Paris.

Payen, P., 2004, Femmes, armées civiques et fonction combattante en Grèce ancienne, Clio, 20, p. 15-41.

Payen, P., 2005, Le deuil des vaincues. Femmes captives dans la tragédie grecque, LEC, 73, p. 3-26.

Schmitt Pantel, P., 1994-1995, Autour d’une anthropologie des sexes. À propos de la femme sans nom d’Ischomaque, Mètis, IX-X, p. 299-305.

Schmitt Pantel, P., 2009, Violence et héroïsme, dans Aithra et Pandora. Femmes, Genre et Cité dans la Grèce antique, Paris, 179-192.

Sebillotte Cuchet, V., 2010, Artémise d’Halicarnasse, l’Amazone qui a existé, Paris.

Vanotti, G., 2010, Tucidide e le donne : un rapporto complesso, dans V. Fromentin, S. Gotteland et P. Payen (éd.), Ombres de Thucydide. La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du xxe siècle, Bordeaux, p. 441-462.

Haut de page

Notes

1 Les analyses proposées constituent une étape très provisoire, au sein d’un projet consacré à l’étude de la violence de guerre dans les sociétés civiques grecques.

2 Hérodote, Prooimion ; Thucydide, I, 1, 1-2 ; Polybe, I, 1, 5 ; I, 2, 7 ; Diodore de Sicile, I, 6, 7 ; Arrien, Anabase, I, 1, 2.

3 Loraux, 1989, p. 300, 274.

4 On retrouve là une des constantes des recherches de Nicole Loraux : les rapports sociaux, à l’intérieur de la cité, soit entre les citoyens, soit entre les sexes, ne peuvent être pensés que sur le mode du «  conflit  ». Cf. Loraux, 1997.

5 Loraux, 1989, p. 273-274.

6 Mieux que «  les femmes  », pour souligner la part de construction discursive qui intervient aussi dans ce processus

7 Payen, 2005.

8 Thucydide, VII, 77, 4.

9 Sur l’équivalence entre στρατιῶται et ἄνδρες, cf. Plutarque, Apophtegmes laconiens, 214 B : οἱ ἔφοροι ἔρημον τὴν πόλιν ὁρωντες δεομένην στρατιώτων κτλ.

10 Thucydide, VII, 77, 7. Sur la cité «  vide d’hommes  », cf. Plutarque, Apophtegmes laconiens, 214B, évoquant Sparte après Leuctres (note précédente).

11 Plutarque, Apophtegmes laconiens, 210E (Agésilas, n°  29, et l’édition de Fr. Fuhrmann, dans la C.U.F., Paris, Les Belles Lettres, 1988, note 5, p. 53 ; n°  30). Cette longue tradition s’étend d’Alcée à Stobée.

12 Plutarque, Vie de Lycurgue, 16, 2.

13 Ibid., 16, 2.

14 Tyrtée, fr. 12, v. 16 et 20 West, ainsi que Lycurgue, Contre Léocrate, 106-107, sur Tyrtée éducateur de la jeunesse de Sparte, encore au ive siècle. Dans le même temps que Tyrtée, ou peu avant, à Ephèse, Kallinos compose des élégies guerrières sur un registre identique : fr. 1, v. 9-13, 17 West.

15 Iliade, VI, 460, 495.

16 Iliade, XIII, 128-135.

17 Iliade, VI, 445.

18 Iliade, VI, 492.

19 Iliade, VI, 490-491.

20 Aristophane, Lysistrata, 519-520.

21 L’altérité des «  autres guerriers  » étudiés par Fr. Lissarrague (1990) n’est pas totale, car les «  archers, cavaliers, peltastes  » ne prennent sens que par leur disposition autour de la phalange et par rapport à elle, sur les plans tactique et social. Ils en constituent le complément, à la fois admis par la cité et indispensable

22 Xénophon, Économique, VII, 22-23.

23 Schmitt Pantel, 1994-1995, p. 300.

24 Τὰ ἔνδον ἔργᾳ τὰ ἔξω ἔργα : Xénophon, Économique, VII, 23 et 25.

25 Loraux, 1989b, citation, p. 40.

26 Ducat, 1998 et 1999.

27 Hérodote, VII, 99 ; VIII, 87-88.

28 Loraux, [1993] 2003.

29 Il en va de même dans le livre de Pierre Brulé, 2001.

30 Au cours de la Seconde Guerre mondiale, environ un million de femmes ont combattu dans l’armée soviétique. Sur leur rapport à la violence, leur aptitude à l’infliger et à l’endurer au même titre que les hommes, on lira le recueil de témoignages établi par S. Alexievitch, La guerre n’a pas un visage de femme, Paris, 2004 (traduit du russe par G. Ackermann et P. Lequesne), recueil au demeurant insoutenable sur les réalités de la guerre, qu’elle soit conduite et vécue par des hommes ou des femmes

31 Schmitt Pantel, 2009, citation, p. 192.

32 En dépit des difficultés qu’éprouve Thucydide à intégrer à son analyse la part féminine de la guerre entre les cités, les femmes interviennent une cinquante de fois dans son œuvre : cf. la synthèse de Vanotti, 2010, ainsi que Payen, 2004.

33 Hérodote, VI, 107-113 ; Thucydide, V, 66-74 : la bataille la plus importante que, depuis les temps lointains, se fussent livrée des Grecs.

34 Iliade, VI, 431-439.

35 Thucydide, I, 90, 3.

36 Thucydide, V, 82, 5-6.

37 Thucydide, II, 4.

38 Plutarque, Apophtegmes laconiens, 214B.

39 Plutarque, Sur la vertu des femmes, 242E.

40 Xénophon, Helléniques, VI, 4, 16.

41 Thucydide, II, 45, 2.

42 Thucydide, II, 34.

43 Sur l’epitaphios logos comme genre politique, cf. Loraux, 1981, p. 225-265.

44 Cela n’ôte rien au fait que les sociétés grecques anciennes reposent sur un principe de mise à l’écart, mais cela signifie que l’historien moderne peut accéder aux diverses modalités et implications de la présence des femmes dans la sphère de la guerre.

45 Sans qu’il soit ici question de l’utopie et d’autres formes de sociétés idéales, notamment dans leur relation avec la fiction.

46 Hérodote, IV, 46.

47 Hérodote, IV, 30 : Depuis le début, mon logos [œuvre ou récit] est à la recherche d’élargissements (προσθήκας).

48 Hérodote, I, 201-216.

49 Hérodote, I, 205. Cf. Bichler, 2000, p. 19-20.

50 Hérodote, I, 207.

51 Terme employé par Plutarque pour désigner la cité de Sparte après Leuctres : en dépit de situations différentes et presque opposées (les Spartiates sont au bord de l’anéantissement de leur cité, les Massagètes sont sur le point de l’emporter), il s’agit de deux variantes du même problème : pour l’emporter il faut maîtriser son territoire. Pour cela, celui des Spartiates doit être rempli d’hommes, celui des Massagètes doit être vide d’hommes.

52 Hérodote, I, 214.

53 Mais Hérodote souligne qu’il connaît bien d’autres récits rapportant cette mort : I, 214.

54 Cf. Briant, 1996, p. 60, 239.

55 La fortune de ce modèle historiographique est longue ; voir par exemple la guerre comme pestilence chez Thucydide, II, 47-58, et comme désordre et confusion (ἀκρισία δε` καί ταραχή) chez Xénophon, à l’issue de la bataille de Mantinée : Helléniques, VII, 5, 27, lorsqu’il n’est plus possible de distinguer entre vainqueurs et vaincus.

56 Hérodote, I, 214 et VII, 99. Pour Aristote, toutefois, dans la Politique, si la femme possède bien le courage, comme l’homme, c’est un courage de subordonnée (ὑπηρετική) et non un courage de chef (ἀρχικη` ἀνδρία) : I, 1260 a 21-24.

57 Hérodote, IV, 1-4. La lutte contre les Cimmériens : I, 106.

58 Hérodote, IV, 110-111.

59 Hérodote, IV, 113.

60 Hérodote, IV, 116-117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Payen, « Femmes en guerre : peu de mots, des actes ? (Grèce ancienne, viie-ive siècles avant J.-C.) », Pallas, 85 | 2011, 31-41.

Référence électronique

Pascal Payen, « Femmes en guerre : peu de mots, des actes ? (Grèce ancienne, viie-ive siècles avant J.-C.) », Pallas [En ligne], 85 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/3205 ; DOI : 10.4000/pallas.3205

Haut de page

Auteur

Pascal Payen

Professeur d’histoire grecque
Université de Toulouse II-Le Mirail
PLH-ERASME EA 4153
payen@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org