Navigation – Plan du site

CLIO en son jardin

Clio in her garden
Michelle Zancarini-Fournel
p. 67-72

Résumés

La communication se propose de retracer le rôle fondamental de Claudine Leduc dans la naissance et la vie de la revue d’histoire des femmes et du genre CLIO Histoire Femmes et Sociétés fondée à Toulouse en 1994. Représentante éminente de l’histoire grecque au sein du comité de rédaction, coordinatrice de plusieurs numéros remarqués, Claudine est aussi le pivot d’une sociabilité conviviale au sein du comité de rédaction en son jardin toulousain.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Je vais me livrer, dans ce volume offert à Claudine Leduc à une mini ego-histoire couplée à une histoire de groupe, celle de l’équipe qui anime depuis quinze ans la revue CLIO Histoire, Femmes et Sociétés. Ce texte prendra donc moins la forme d’un article scientifique que celui d’une lettre ouverte à notre indéfectible compagnonne dans cette aventure intellectuelle et amicale. Claudine, toi avec laquelle nous cheminons depuis la conception, la naissance et l’adolescence de notre revue, toi toujours présente parmi nous, aux commandes des Varia, soigneusement inscrits, par ordre d’arrivée, avec ta belle écriture appliquée dans un grand cahier noir : la « traçabilité » des articles est ainsi assurée.

2Le lieu-même où s’épanouit cette relation d’amitié est pour moi, tout près de Saint-Sernin, le jardin de ta superbe maison, où se sont déjà déroulées dans les effluves des fleurs, des buissons et des arbres, maintes réunions studieuses et joyeuses de notre comité de rédaction. Des images-sensations fortes de ce jardin : après une journée de travail bien remplie, des agapes revigorantes préparées amoureusement par toi avec les meilleurs produits locaux et généralement bien arrosées ; le frottement du pelage de Job, le chat choyé de la maison ; le saut et la brasse vigoureuse de Françoise dans la piscine ; la présence chaleureuse dans le comité de rédaction de « notre premier homme », Luc Capdevila (sans oublier les « cliotins d’honneur » que sont certains de nos conjoints), Luc qui chemine aujourd’hui sur les sentiers andins ; l’arrivée de Capucine qui nous a conquises sur le champ par sa jeunesse pétillante et inventive d’anthropologue. Et, bien sûr, la solide affection de toutes les autres que je ne peux citer ici, les anciennes et les nouvelles, soudées dans cet acte tenace et insensé, prouesse tenue depuis quinze ans, de sortir à l’heure dite tous les six mois, un numéro, sans secrétariat de rédaction, mais avec une exigence de qualité rédactionnelle et typographique.

  • 1 Leduc, 1991, p. 259-316.

3Lorsqu’en 1994, les Presses universitaires du Mirail ont répondu favorablement à la proposition écrite que Françoise Thébaud avait envoyée à une vingtaine de maisons d’édition de créer une revue d’histoire des femmes, projet élaboré lors d’une discussion à la sortie d’une réunion à Jussieu, j’ai immédiatement avancé qu’il était indispensable de demander à des Toulousaines de se joindre à nous. D’abord, parce que l’université de Toulouse-Le Mirail était le lieu où s’était tenu en 1982 le premier grand colloque de bilan et de prospective sur la recherche sur les femmes et la recherche féministe ; à la suite de ce colloque avait été créée à Toulouse une maîtrise de conférence en histoire des femmes, poste brillamment occupé, jusqu’à sa mort trop précoce, par Marie-France Brive. Toulouse, où le groupe de recherche du GRIEF réunissait des chercheuses de divers horizons disciplinaires et publiait des numéros thématiques sur les femmes, était aussi le siège des Presses universitaires du Mirail. Enfin, nous avions – Mathilde Dubesset et moi-même – fait la connaissance d’Agnès Fine, professeure à l’université de Toulouse 2, que nous avions invitée en 1985 dans notre séminaire d’histoire des femmes à l’université de Lyon 2 et le courant était immédiatement passé. Nous te connaissions, Claudine, par ta remarquable et complexe contribution au premier tome de l’Histoire des femmes en Occident, « Comment la donner en mariage ? La mariée en pays grec (ixe­-ive siècle avant J.-C.) »1 qui ouvrait l’histoire à une approche anthropologique de la parenté. En 1993, j’avais co-organisé, avec – entre autres – Jean, ton époux, une université d’été sur l’épistémologie de l’histoire ; et c’est par son intermédiaire que débarquant avec Françoise Thébaud à Toulouse une soirée de juin 1994, nous avons fait ta connaissance et que nous nous sommes immédiatement accordées. De fiévreuses réunions se sont tenues à Paris et à Toulouse et finalement est né à l’automne 1995 le premier numéro de notre revue, coordonné par Françoise Thébaud et consacré tout entier à l’histoire contemporaine, mais qui comportait déjà toutes les rubriques ; le Dossier avec ses articles, ses regards complémentaires et son actualité de la recherche, ses Varia et les comptes rendus de Clio a lu ; le titre et le sous-titre – Histoire, femmes et sociétés –, le format (le plus économique, une demi-page A4) et la couverture - en vert, rouge et blanc composée par une graphiste amie - étaient fixés. Cette naissance fut l’objet de toutes nos attentions et dès le premier numéro nous affirmions ce que nous voulions être : une revue d’histoire consacrée à l’histoire des femmes (en 1995 nous n’avons pas osé le terme « genre » alors banni dans l’édition) ouverte aux autres disciplines, mais parcourant avec constance les « quatre vieilles », de l’Antiquité à l’histoire contemporaine. Et dans le comité de rédaction, tu incarnes Claudine la présence attentive de l’histoire ancienne, et spécifiquement de l’histoire grecque que tu as, pour ce qui me concerne, dépoussiérée par rapport à l’approche qui fut la mienne dans le cours ancien d’une traduction ânonnante. Nous avons parcouru ensemble, selon l’expression de ta très chère amie Nicole Loraux, des « chemins non tracés que l’on fait en marchant ».

  • 2 Clio hfs, 1998, p. 295.
  • 3 Repris dans ce volume p. 155-173.
  • 4 Détienne, 2000.
  • 5 Leduc, 2009, p. 205-223.

4Toi, la protestante laïque, tu as confectionné avec bonheur et enthousiasme le deuxième numéro de notre revue « Femmes et religions », paru en janvier 1996 (même s’il est daté de 1995). Ce numéro, cosigné avec Agnès Fine, a rencontré un très grand succès : c’est le seul de notre collection qui soit à ce jour épuisé dans sa version papier (mais il est disponible dans sa version électronique sur notre site sur revues. org : http://clio.revues.org/​). Tu as aussi largement participé à la définition du numéro 7 de 1998, « Femmes, dots et patrimoines ». L’article sur la dot, cosigné avec Agnès, « travail à quatre mains, entrepris depuis plus de quinze ans et plusieurs fois recommencé »2, est tout à fait original par le rapprochement entre la discipline historique et la discipline anthropologique, par l’arc chronologique qui va du vie siècle avant J.-C. à 1940 et par les espaces concernés, de la cité des Athéniens au Pays de Sault3. C’était appliquer avant l’heure le Comparer l’incomparable systématisé par Marcel Détienne4. Le numéro 9 de notre revue, « Femmes du Maghreb », en 1999, a connu un sort plus complexe avec l’abandon en cours de réalisation d’une de ses co-responsables et la défection dans la foulée de quelques auteures pressenties. Ta sensibilité, Claudine, a été alors fortement bousculée, mais le comité de rédaction a fait bloc derrière vous deux, Agnès et toi, et vous avez publié finalement ce numéro en temps utile. On n’a pas assez souligné son importance, non seulement parce qu’il était consacré aux femmes alors quasi invisibles dans l’histoire coloniale française, mais aussi parce qu’il affirmait discrètement, mais fermement, que la période coloniale n’était qu’un moment relativement bref de l’histoire de cette autre rive de la Méditerranée. Tu es ensuite allée avec allégresse, et en compagnie de Claudine Vassas, jusqu’au bout d’un projet éditorial qui te tenait à cœur, voulant allier la théorie à la pratique, la confection d’un numéro de Clio hfs sur « Festins de femmes » en 2001 auquel tu as apporté ta touche par le choix d’auteurs et d’articles très originaux. Cette originalité et ce sens de la prospective intellectuelle tu les as encore prouvées récemment dans ton approche du « genre » (traduction de gender) des plantes, nous invitant de ce fait à prendre en considération le genre des non humains5.

  • 6 Leduc, 1998b, p. 255-257.
  • 7 Leduc, 1998b, p. 252-255.
  • 8 Leduc et Schmitt Pantel, 2003, p. 137-161.
  • 9 Leduc, 2008b, p. 288-290.
  • 10 Leduc 2005b, p. 313-316 et 2006 p. 343-346.
  • 11 Jouhaud, Ribard et Schapira, 2009.
  • 12 Leduc, 2008b, p. 284-287.

5Me replongeant attentivement dans la collection de la revue pour écrire ce texte, je me suis pour la première fois rendue compte à quel point, à tout moment, discrètement, par petites touches, tu nous as orienté vers des problématiques « résolument modernes », pour pasticher une expression galvaudée et pour te faire sursauter, toi si attentive à la beauté et à la précision de la langue, comme à la place des virgules ! Si l’on reprend la liste des comptes rendus que tu as réalisés, on s’aperçoit que, dès 1998, alors que le champ de recherche sur les sexualités était encore balbutiant en France, tu nous entraînais dans la découverte de l’homosexualité et de l’initiation chez les peuples indo-européens6, ainsi que sur les unions du même sexe dans l’Europe antique et médiévale7. Tu as poursuivi cette piste dans la rubrique Actualité de la recherche, écrite en 2003 avec Pauline Schmitt Pantel, sur la prostitution et la sexualité à Athènes à l’époque classique vues à travers les comptes rendus de plusieurs livres8. Enfin par la recension en 2008 de l’important ouvrage de Sandra Boehringer sur L’homosexualité féminine dans l’Antiquité grecque et romaine9, tu as poursuivi l’ancrage dans la revue des problématiques les plus neuves. Sur un autre terrain, celui de l’emploi de nouvelles sources, les images et la littérature, tu nous as aussi instruits sur les images des femmes dans la préhistoire occidentale ou dans la Grèce ancienne10. De même les rapports entre histoire et littérature, champ renouvelé de l’histoire11, sont rapportés à l’éducation et aux rites de passage dans la Grèce antique12.

  • 13 Rochefort, 2001 et 2005. Aspasie, fonds européen de 4000 ouvrages et une trentaine d’abonnements de (...)

6Je terminerai sur ta forte amitié – ce lien malheureusement dénoué – avec Nicole Loraux, qui nous a valu la publication en 2001 d’un des articles majeurs de cette dernière, inédit alors en français : « Aspasie, l’étrangère, l’intellectuelle ». Il me tient d’autant plus à cœur que c’est, sur proposition de Florence Rochefort, le nom choisi pour baptiser le fonds documentaire sur l’histoire des femmes et du genre que j’ai contribué à constituer depuis l’an 2000 à l’Institut universitaire de formation des maîtres de Lyon13. Pour évoquer la profonde amitié et le lien d’affection que tu avais Claudine avec Nicole Loraux, je te laisserai la parole et je citerai l’hommage rendu dans notre revue à celle qui te, qui nous, manque tant aujourd’hui. Vibrant d’émotion et de sensibilité, cet « au revoir » disait toute notre dette à cette grande historienne :

  • 14 Leduc, 2003, p. 7-9.

Les rédactrices de CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés tiennent à exprimer toute leur gratitude à la chercheuse renommée qui fut, dès l’origine, pour la revue une référence scientifique et un soutien. C’est au reste dans deux articles signés par elle que s’enracinent les numéros 5 et 13 : Guerres civiles s’ouvre avec « La guerre dans la famille » (p. 21-62) et la quête des Intellectuelles commence avec « Aspasie, l’étrangère, l’intellectuelle » (p. 17-42). Elles veulent plus encore se souvenir de l’effet extraordinaire qu’avait eu sur elles, qui travaillaient (ou aspiraient à travailler) sur l’histoire des femmes, mais qui n’étaient pas toutes férues de culture grecque, Les enfants d’Athéna. Idées athéniennes sur la citoyenneté et la division des sexes (Maspero, 1981) (…). Alors qu’à cette époque, la recherche se demandait si une « histoire des femmes » était possible, Les enfants d’Athéna prouvaient déjà qu’il était impossible d’aborder une question d’histoire, fut-elle apparemment aussi exclusive du féminin que celle du politique dans la cité des Athéniens, sans y introduire, alors que le concept n’était pas encore bien précisé, la problématique du genre14.

  • 15 Garcia et Leduc, 2003.
  • 16 Leduc, 2005, p. 8-28.
  • 17 Leduc, 2005, p. 11.

7Avec la même volonté qui t’animait pour retisser un lien distendu par la mort, je t’ai suivie dans ton projet de consacrer un numéro spécial à Nicole Loraux. Ce projet s’est réalisé grâce à un accord peu commun entre deux revues EspacesTemps et Clio Histoire Femmes et Sociétés qui a pu se concrétiser du fait de l’amitié que Jean et toi suscitez autour de vous. Patrick Garcia, ancien élève de Jean dans les classes préparatoires du lycée Fermat où ce dernier a œuvré jusqu’à sa retraite, devenu co-auteur avec lui15, a été la cheville ouvrière de ce rapprochement. Je t’ai personnellement épaulé dans la confrontation que tu redoutais un peu avec certains historiens et historiennes parisiens que tu ne connaissais pas. Mais ta réserve habituelle a été vite compensée par ta grande détermination à faire aboutir ce projet et ton implication intense dans la composition de ce numéro spécial dont tu as choisi le titre - « Les voies traversières de Nicole Loraux. Une helléniste à la croisée des sciences sociales » - rend compte à la fois des spécificités des deux revues et du parcours singulier de Nicole Loraux. Claudine, tu es présente à tous les stades de ce numéro ordonné en trois parties – « Comment Nicole Loraux écrit l’histoire ; usages croisés et résonances et appropriations » – que tes contributions encadrent. Tu signes un article liminaire – une « chronique » écris-tu modestement – intitulé « Dans les pas de Nicole Loraux »16 qui retrace sa biographie intellectuelle et où tu nous invites à ne pas séparer dans son œuvre ce qui relève du politique, de l’histoire, du théâtre et du genre, comme à ne pas disjoindre les articles et les livres recensés chronologiquement, mais plutôt à suivre les « chemins de traverse » qu’elle avait empruntés. Tu nous rappelles que, avec la publication de sa thèse sur L’invention d’Athènes en 1981, « son effort pour donner une dimension sexuée à l’étude de l’idéologie démocratique arrivait au moment où la notion de ‘genre’, qui prenait forme aux États-Unis, allait suppléer celle des ‘rapports sociaux de sexes’et fonder la problématique des travaux sur le masculin et le féminin en Occident »17. Le numéro se conclut par un précieux « Petit lexique. Les ‘mots’ de Nicole Loraux » qui permet aux profanes de se faufiler sur ces chemins de traverse sans se perdre dans des interprétations abusives des termes grecs. Élaborer cette publication, la mener à bien jusqu’à son terme, la diffuser a représenté pour toi une exigence due à cette amie très chère, trop tôt disparue.

8Ma chère Claudine, je termine cette lettre imaginaire en nous souhaitant de nombreux moments de partage, de tendresse et de quête de sens dans ce monde qui voit toutes les valeurs auxquelles nous avons toi, comme moi, consacré nos vies et nos longues années professionnelles, être attaquées. Heureusement, il reste l’équipe de Clio hfs, égale à elle-même et différente aussi grâce à la transmission assumée sereinement avec les générations suivantes, Violaine Sébillotte pour l’histoire grecque, mais aussi Sylvie Steinberg pour l’histoire moderne, Didier Lett pour l’histoire médiévale, Pascale Barthélémy et Fabrice Virgili pour l’histoire contemporaine. Il reste aussi les effluves de ce jardin où je sais qu’un lit toujours prêt m’attend dans la « petite maison » adjacente qui fut la demeure ultime de ta mère bien-aimée.

9Affectueusement.
Avril 2010

Haut de page

Bibliographie

Détienne, M., 2000, Comparer l’incomparable, Paris, Seuil.

Garcia, P. et Leduc, J., 2003, L’enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Armand Colin, « Collection U ».

Jouhaud, C., Ribard D. et Schapira, N., Histoire, Littérature, Témoignage. Écrire les malheurs du temps, Folio Histoire, 2009.

Leduc, C., 1991, Comment la donner en mariage ? La mariée en pays grec (ixe-­ive siècle av. J.-C.), dans P. Schmitt Pantel (dir.), Histoire des femmes en Occident, tome I, l’Antiquité, Paris, Plon, p. 259-316 (2e éd. 2002).

Leduc, C., 1998a, c. r. de B. Sergent, Homosexualité et initiation chez les peuples indo-européens, Paris, Payot & Rivages, 1996, dans CLIO HFS, n° 8, « Georges Duby et l’histoire des femmes », p. 255-257.

Leduc, C., 1998b, c. r. de J. Boswell, Les unions du même sexe dans l’Europe antique et médiévale, Paris, Fayard, 1996, dans CLIO HFS, n° 8, 1998, « Georges Duby et l’histoire des femmes », p. 252-255.

Leduc, C. et Schmitt Pantel, P., 2003, Prostitution et sexualité à Athènes à l’époque classique. Autour des ouvrages de J. N. Davidson (Courtesans and Fishcakes. The Consuming Passions of Classical Athens, 1997) et d’E. Hartmann (Heirat, Hetärentum und Konkubinat im klassischen Athen, 2002), CLIO HFS, « Prostituées », n° 17, p. 137-161.

Leduc, C., 2003, Nicole Loraux n’est plus, CLIO HFS, « Mixité et coéducation », n° 18, p. 5-9.

Leduc, C., 2005a, Dans les pas de Nicole Loraux, CLIO HFS et EspacesTemps, p. 87-88 et Les voies traversières de Nicole Loraux. Une helléniste à la croisée des sciences sociales, p. 8-28.

Leduc, C., 2005b, c. r. de F. Frontisi-Ducroux, L’Homme-cerf et la femme-araignée. Figures grecques de la métamorphose, Paris, Gallimard, coll. Le temps des images, 2003, dans CLIO HFS, n° 22, « Utopies sexuelles », p. 313-316.

Leduc, C., 2006, c. r. de Claudine Cohen, La femmes des origines. Images de la femme dans la préhistoire occidentale, Paris, Belin-Herscher, 2003, dans CLIO HFS, n° 23, « Le genre du sport », p. 343-346.

Leduc, C., 2008a, c. r. de S. Boehringer, L’homosexualité féminine dans l’Antiquité grecque et romaine, Paris, Les Belles Lettres, dans CLIO HFS, n° 28, « Voyageuses », p. 288-290.

Leduc, C., 2008b, c. r. de S. Lalanne, Une éducation grecque. Rites de passage et construction des genres dans le roman grec ancien, Paris, La Découverte, 2006, dans CLIO HFS, n° 28, « Voyageuses », p. 284-287.

Leduc, C., 2009, La botanique antique et la problématique du genre, CLIO HFS, n° 29, « 68’révolutions dans le genre ? », p. 205-223.

Loraux, N., 1981, L’Invention d’Athènes. Histoire de l’oraison funèbre dans la cité classique, Paris-La Haye, Mouton/Éditions de l’EHESS (2ème éd. 1993).

Rochefort, F. (dir.), 2001, « Intellectuelles », Clio fhs, n° 13.

Rochefort, F., 2005, Rencontre autour d’Aspasie, CLIO HFS et EspacesTemps, « Les voies traversières de Nicole Loraux. Une helléniste à la croisée des sciences sociales », p. 101-105.

Haut de page

Notes

1 Leduc, 1991, p. 259-316.

2 Clio hfs, 1998, p. 295.

3 Repris dans ce volume p. 155-173.

4 Détienne, 2000.

5 Leduc, 2009, p. 205-223.

6 Leduc, 1998b, p. 255-257.

7 Leduc, 1998b, p. 252-255.

8 Leduc et Schmitt Pantel, 2003, p. 137-161.

9 Leduc, 2008b, p. 288-290.

10 Leduc 2005b, p. 313-316 et 2006 p. 343-346.

11 Jouhaud, Ribard et Schapira, 2009.

12 Leduc, 2008b, p. 284-287.

13 Rochefort, 2001 et 2005. Aspasie, fonds européen de 4000 ouvrages et une trentaine d’abonnements de revues inscrit dans le SUDOC avec prêt interbibliothèques.

14 Leduc, 2003, p. 7-9.

15 Garcia et Leduc, 2003.

16 Leduc, 2005, p. 8-28.

17 Leduc, 2005, p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michelle Zancarini-Fournel, « CLIO en son jardin », Pallas, 85 | 2011, 67-72.

Référence électronique

Michelle Zancarini-Fournel, « CLIO en son jardin », Pallas [En ligne], 85 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3244 ; DOI : 10.4000/pallas.3244

Haut de page

Auteur

Michelle Zancarini-Fournel

Professeur d’histoire contemporaine
Université Lyon 1, IUFM
michelle.zancarini-fournel@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org