Navigation – Plan du site

Les Nymphes dans la Théogonie hésiodique

Nymphs in Hesiod’s Theogony
Sébastien Dalmon
p. 109-117

Résumés

Le mot numphè n’apparaît que quatre fois dans la Théogonie. Les Nymphes sont d’abord citées comme habitantes des montagnes, puis Hésiode nous conte la naissance des Nymphes Méliennes lors de la castration d’Ouranos. Enfin, le terme numphè est appliqué deux fois, de façon étonnante, à la monstrueuse Echidna. Les Naïades ne sont pas évoquées, mais les Océanides, bien que non qualifiées de numphai, semblent remplir certaines de leurs fonctions. Êtres de statut intermédiaire, les Nymphes apparaissent comme des puissances assurant des médiations entre monde divin et monde humain ; elles semblent avoir finalement peu leur place dans un exposé avant tout théogonique, qui explique notamment comment les hommes se sont séparés des dieux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claudine Leduc a dirigé mon mémoire de maîtrise sur les représentations du féminin chez Hésiode en (...)

1Les mentions de Nymphes sont particulièrement discrètes chez Hésiode : inexistantes dans Les Travaux et les Jours et Le Bouclier, elles ne sont citées que quatre fois dans la Théogonie1. S’y ajoutent treize occurrences dans les fragments d’Hésiode, non étudiées directement ici. La Théogonie représente la première tentative de systématisation du panthéon grec, alternant exposé généalogique depuis les origines du monde et épisodes narratifs visant à expliquer l’établissement du pouvoir de Zeus. Il s’agit de tenter de comprendre la rareté des Nymphes dans ce contexte, et de voir si l’on peut en tirer néanmoins quelque renseignement sur les lieux d’intervention et les modes d’action de ces puissances.

  • 2 Loraux, 1991, p. 44.

2Les Nymphes sont d’abord citées comme habitantes de montagnes, puis Hésiode nous conte la naissance des Nymphes Méliennes lors de la castration d’Ouranos. Enfin, le mot numphè est utilisé deux fois, de façon étonnante, pour la monstrueuse Echidna. Les Naïades ne sont absolument pas évoquées, mais les Océanides semblent remplir certaines de leurs fonctions. Ces dernières ne sont pas qualifiées de Nymphes, mais de Kourai, «  Jeunes Filles  », comme les marines Néréides. Il s’agira de dire aussi quelques mots de ces puissances au «  féminin pluriel  »2.

1. Les Nymphes des montagnes

3Citées au début de l’exposé théogonique, parmi les premiers enfants engendrés par Gaïa de manière parthénogénétique, les Nymphes sont présentées comme des divinités primordiales. En effet, Gaïa enfanta d’abord Ouranos et Pontos.

  • 3 Théogonie, 129-130. Sauf mention contraire, la traduction adoptée ici est celle d’Annie Bonnafé (Ri (...)

Puis elle fit naître les hautes montagnes (Oὔρεα), gîtes gracieux (χαρίεντας ἐναύλους) de déesses (θεᾶν) – des Nymphes qui habitent les monts coupés de ravins (οὔρεα βησσήεντα)3.

  • 4 Comme dans Iliade, VI, 419-420 ; XX, 384 (Tmôle) ; XXIV, 616 (Sipyle) ; Odyssée, VI, 105 ; 123 et I (...)
  • 5 Buxton, 1996, p. 108-111.

4Ces premières Nymphes de la Théogonie sont des Nymphes montagnardes4, qualifiées sans ambiguïté de déesses (θεᾶν). Les montagnes sont ici associées aux origines du monde5. Le massif béotien de l’Hélicon est d’ailleurs présent dès le premier vers du poème, avec la mention des Muses héliconiennes (Μουσάων Ἑλικωνιάδων ἀρχώμεθ' ἀείδειν), et dans tout le prologue relatant la rencontre d’Hésiode et des déesses de l’inspiration poétique.

  • 6 Hésiode, fr. 10 MW = Strabon, X, 3, 19.
  • 7 Hésiode, fr. 26, 10-12 MW.

5D’autres Nymphes des montagnes sont mentionnées dans les fragments du Catalogue des Femmes. Dans le fragment 10, elles apparaissent clairement dans la descendance de Doros, fils d’Hellen et ancêtre éponyme des Doriens. Un certain Hécatéos ou Hécatéros (le nom n’est pas sûr) et une fille anonyme de Phoronée (Niobè ?) engendrent cinq filles qui, à leur tour, deviennent mères des Satyres, des Nymphes montagnardes et des Courètes6. Dans le fragment 26, les filles de Porthaon sont les compagnes des Nymphes aux belles boucles (Νυμφάων καλλιπ[λο]κάμ[ω]ν) et des Muses, dans les montagnes ombreuses (ο[ὔρεα] βη[σ]σήεντα), plus particulièrement les sommets (ἄκρα κάρηνα) du Parnasse7.

  • 8 Mauduit, 2006, p. 40.
  • 9 Théogonie, 331.

6Dans la Théogonie, les montagnes sont qualifiées de manière positive comme des lieux offrant des gîtes «  charmants  » (χαρίεντας), donc comme des espaces de refuge, manifestant le caractère bienveillant des Nymphes. Personnifiées – sous la forme d’un pluriel neutre – comme enfants de Gaïa, les montagnes ne semblent pas ici reliées à la sauvagerie des fauves comme dans la poésie d’Homère8. Pourtant, dans la suite du poème, ces espaces peuvent être caractérisés comme le séjour de monstres, ainsi le lion de Némée régnant en maître sur le col du Trèton et le mont Apésante9. Tout se passe, en fait, comme si les Nymphes contribuaient à rendre cet espace agréable et charmant, façon peut-être pour les Grecs d’évacuer le caractère potentiellement dangereux des «  monts coupés de ravins  » propices aux accidents…

2. Les Nymphes Méliennes

7Une autre catégorie de Nymphes, non plus liée aux montagnes, mais aux arbres, fait son apparition un peu plus loin dans le poème.

  • 10 Ibid., 183-187.

Car toutes les éclaboussures qui d’un élan jaillirent mêlées de sang, la Terre les reçut toutes. Et au long de la ronde des années, elle donna naissance aux Erinyes puissantes, aux grands Géants, resplendissants sous leur armure, de longues javelines à la main, et aux Nymphes qu’on nomme Méliennes (Μελίας), sur la terre sans borne10.

  • 11 West, 1966, p. 221.
  • 12 Callimaque, Hymne à Délos, 80-81.
  • 13 Nonnos de Panopolis, Dionysiaques, XIV, 212.

8Ces Nymphes Méliennes ou plutôt Méliai sont filles de Gaïa et d’Ouranos, selon un mode de génération qui est plus proche de la germination des plantes que de la génération anthropomorphe, et donc plutôt adapté pour des Nymphes des arbres. Leur nom renvoie plus précisément aux frênes, ce que confirme le scholiaste. Mais, selon M. L. West11, elles sont des Nymphes des arbres de manière générique, sans distinction d’une espèce particulière, un peu comme les Dryades chez d’autres auteurs, pas forcément liées au chêne (δρύς). Chez Callimaque, la vie d’une Nymphe Mélia est liée à un chêne12, et non à un frêne. Chez Nonnos de Panopolis, les Meliai se confondent avec les Hamadryades13.

  • 14 Iliade, XVI, 143-144 : la lance d’Achille est en frêne du Pélion ; Bouclier, 420.
  • 15 Monbrun, 2003, p. 164.
  • 16 Vernant, 1981, p. 259 parle des puissances qui «  patronnent les entreprises guerrières, les activi (...)
  • 17 Les Travaux et les Jours, 145.
  • 18 Monbrun, 2003, p. 165.

9Ce n’est peut-être pas un hasard si Hésiode choisit justement les frênes comme métonymie des arbres en général, et les relie à ces Nymphes. En effet, le bois des lances est souvent fait de bois de frêne, réputé pour sa dureté14. Le mot μελίη signifie aussi chez Homère javeline, pique au manche de frêne15. Cela a conduit certains à considérer les Méliennes comme des puissances de guerre, dignes sœurs des violents Géants et des vengeresses Erinyes16. Dans Les Travaux et les Jours, la race humaine la plus belliqueuse, celle des hommes de bronze, qui ont bien des traits communs avec les Géants, est dite issue des frênes (ἐκ μελιᾶν)17. Le bois de frêne est ainsi un bois qui pique, transperce et tue. Cet arbre supporte difficilement la concurrence des autres végétaux, qu’il élimine rapidement. Il attire des insectes toxiques comme le frelon et la cantharide18. Les qualités du frêne semblent confirmer cette nature violente des Méliennes.

  • 19 Elien, Nature des animaux, X, 49 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XVI, 64.
  • 20 Monbrun, 2003, p. 166.
  • 21 Tétart, 2004, p. 45-49 et 85. Les Nymphes sont d’ailleurs liées aux abeilles, les melissai.
  • 22 Tétart, 2004, p. 84-86 ; Ellinger, 2005, p. 120-121.

10Cependant, le frêne n’a pas que des aspects négatifs. À Claros, il protège le sanctuaire d’Apollon des piqûres et des venins des scorpions, araignées et autres vipères19. La pharmacopée traditionnelle reconnaissait par ailleurs une véritable «  médecine du frêne  » réputée favoriser la longévité20. Le nom des Méliennes est aussi évocateur de la douceur du miel (μέλι)21, même si cet aliment n’est pas dénué parfois de connotations inquiétantes22.

  • 23 Pironti, 2005 & 2007.
  • 24 Théogonie, 200.
  • 25 Callimaque, Hymne à Zeus, 47.

11Loin d’être des divinités de la guerre, les Méliennes semblent au contraire opérer une certaine médiation entre les autres puissances sauvages nées du sang d’Ouranos tombé sur Gaïa, et la belle Aphrodite née de son sexe tombé dans la mer, dont la naissance est rapportée juste après la mention des Nymphes. Même s’il faut revoir le caractère traditionnel de «  déesse de l’amour et de la beauté  » et laisser place à une certaine forme de violence dans la figure d’Aphrodite23, il convient de souligner la proximité des Nymphes, «  jeunes filles  » au pouvoir érotique évident, avec la déesse «  amie des sourires  »24. Le caractère bienveillant des Méliennes est mis en valeur plus tard par Callimaque, qui en fait les nourrices de Zeus en Crète25.

  • 26 Vernant, 1974, p. 177-194 ; Vernant, 1979, p. 37-132 ; Pirenne-Delforge, 2001, p. 86.
  • 27 Théogonie, 50.
  • 28 Clay, 1993, p. 105-116 ; Leclerc, 1993, p. 113-114 ; Pirenne-Delforge, 2001, p. 86.
  • 29 Scholie à Hésiode, Les Travaux et les Jours, 187 (Pertusi A.).

12On a aussi peut-être en creux, avec les Méliennes, la seule réelle anthropogonie de la Théogonie, le mythe de Pandore n’étant qu’un mythe étiologique de la condition humaine26. En effet, le prologue de la Théogonie indique que le poète célèbrera, après les dieux, la race des humains et des puissants Géants27. Devant le silence d’Hésiode, nombre de savants modernes en ont déduit que les Géants constituaient une sorte d’humanité primordiale ou que les Nymphes Méliennes étaient les mères des hommes28. C’est d’ailleurs ce qu’indique le scholiaste : D’elles provient la première race d’êtres humains (ἐκ τούτων ἦν τὸ πρῶτον γένος τῶν ἀνθρώπων)29.

  • 30 Les Travaux et les Jours, 145.
  • 31 Leclerc, 1993, p. 117.
  • 32 Clay, 2003, p. 97.
  • 33 Scholie à Hésiode, Les Travaux et les Jours, 143b.

13Cette hypothèse peut être confirmée par le texte même d’Hésiode, si l’on interprète le ἐκ μελιᾶν des Travaux et les Jours30 comme une référence, non aux frênes, mais aux Méliennes, ce qui ferait d’elles, explicitement, l’origine du génos des hommes de bronze, première race véritablement mortelle, car elle descend dans l’Hadès au lieu de se transformer en daimones comme les races précédentes d’or et de bronze31. Selon Jenny Strauss Clay, la race humaine serait issue de l’union des Nymphes Méliennes avec leurs frères Géants32. L’hypothèse est gratuite, bien que le vers 50 de la Théogonie suggère une étroite corrélation entre Géants et êtres humains, distingués des dieux immortels. Les scholies identifient néanmoins la race de bronze et les Géants33.

  • 34 Voir aussi Hésychios, s.v. μελίας καρπός : τὸ τῶν ἀνθρώπων γένος.
  • 35 Théogonie, 35 ; Iliade, XXII, 126 ; Odyssée, XIX, 163. Cf. Vadé, 1977.
  • 36 Dumont, 1992.

14Cette idée d’une origine «  dendrogénétique  » des hommes34 n’est pas pour surprendre dans la mesure où l’on trouve aussi chez Hésiode (comme chez Homère) une allusion probable à une humanité issue «  du chêne et du rocher  »35, sans qu’on s’explique le changement d’espèce végétale… Mais le frêne est un sérieux concurrent au chêne, dans la mesure où l’on retrouve dans d’autres traditions mythiques l’idée d’une humanité primitive issue des frênes36.

  • 37 Scholie à Homère, Odyssée, II, 120 ; Scholie à Homère, Iliade, I, 22 ; Scholie à Euripide, Oreste, (...)
  • 38 Théogonie, 563-564.
  • 39 Tétart, 2004, p. 48.
  • 40 Dumont, 1992 ; Tétart, 2004, p. 47 ; Triomphe, 1989, p. 220.

15L’anthropogonie «  mélienne  » est illustrée aussi dans le mythe fondateur argien. En effet, Mélia, fille d’Okéanos, épousa son frère le dieu-fleuve Inachos et fut par lui la mère du premier homme et inventeur du feu, Phoronée37. Rappelons qu’Hésiode suggère que le frêne est lié au feu céleste car il attire la foudre de Zeus, permettant ainsi aux humains de recueillir le feu38 utile à la cuisson et par conséquent à la vie civilisée39. Le frêne a donc une fonction civilisatrice et nourricière40, et la connotation guerrière des Méliai a peut-être plus à voir avec la vigueur des jeunes gens et les initiations juvéniles (en liaison avec les Courètes armés protégeant l’enfance de Zeus ?) qu’avec la violence de la guerre elle-même.

3. Echidna la demi-Nymphe

16Une numphè beaucoup plus inquiétante fait l’objet d’un développement particulier dans la Théogonie :

  • 41 Théogonie, 295-307.

Elle enfanta aussi un autre monstre énorme (πέλωρον) contre qui on ne peut rien, qui ne ressemble en rien aux humains mortels et aux dieux immortels, au creux de sa caverne : la divine (θείην) Echidna (Vipère), pleine d’esprit de puissance (κρατερόφρον΄), pour moitié nymphe aux yeux vifs, aux belles joues (νύμφην ἑλικώπιδα καλλιπάρηον), mais pour moitié aussi monstrueux serpent (πέλωρον ὄφιν), terrible autant que grand (δεινόν τε μέγαν τε), scintillant, ondoyant (αἰόλον), qui vous dévore tout cru (ὠμηστήν), dans les profondeurs sacrées de la terre divine. C’est là qu’est sa caverne : en bas, dans une cavité du rocher, bien loin des dieux immortels et des humains mortels (τηλοῦ ἀπ΄ ἀθανάτων τε θεῶν θνητῶν τ΄ ἀνθρώπων). Oui, c’est là que les dieux lui ont imparti d’habiter : ce sont ses illustres demeures. Elle est retenue au pays des Arimes, sous le sol, la funeste Echidna, nymphe soustraite à la mort et à la vieillesse (ἀθάνατος νύμφη καὶ ἀγήραος) pour toute la suite de ses jours. C’est à elle que Typhon, dit-on, s’unit de bonne entente (μιγήμεναι ἐν φιλότητι), lui, le terrible, insolent et sans loi, à la fille aux yeux vifs (ἑλικώπιδι κούρῃ)41.

  • 42 Clay, 2001, p. 151 ; Moreau, 1986.
  • 43 Comme elle fille de Phorcys selon certaines versions. Cf. Acousilaos, 2 F 42 FGrHist.
  • 44 Théogonie, 509.

17Le terme numphè est appliqué par deux fois (vers 298 et 305) à la monstrueuse Echidna, avec certainement ici le sens de «  jeune fille en âge de se marier  ». La seconde mention du mot est suivie de l’indication de son union sexuelle avec Typhon (μιγήμεναι ἐν φ ιλότητι), qui a pour conséquence la naissance de nombreux monstres, se caractérisant par une nature très souvent hybride42. Echidna est présentée comme un monstre (πέλωρον) particulièrement féroce. Cruelle, elle se nourrit de chair crue, et gîte dans une caverne comme Polyphème ou Scylla dans l’Odyssée43. Parèdre de Typhon, adversaire de Zeus, elle a ainsi des prétentions à la souveraineté, ce qu’indique peut-être l’adjectif «  pleine d’esprit de puissance  » (κρατερόφρον'), qu’elle partage notamment avec Atlas44.

  • 45 Théogonie, 572 ; Les Travaux et les Jours, 71.
  • 46 Les Travaux et les Jours, 80, 94.
  • 47 Ibid., 68.

18Ce terrible monstre ophidien présente cependant un aspect tout à fait charmant et séducteur dans la partie supérieure de son corps. La description insiste sur ses yeux vifs et ses belles joues. Tout se passe, en fait, comme si la figure d’Echidna représentait une sorte d’oxymore ou un paradoxe. Sa séduction nymphique n’est là que pour souligner le contraste, saisissant, avec l’horrible Vipère. Une telle description n’enlève donc rien au caractère généralement attrayant des Nymphes, bien au contraire. L’aspect nymphique du haut du corps apparaît ainsi comme une ruse, une tromperie. On pourrait d’ailleurs opérer un certain rapprochement avec Pandora, même si cette dernière n’est jamais qualifiée de numphè, mais de parthénos45 ou de gunè46. En effet, Pandora a une belle apparence extérieure, mais un «  esprit de chienne  »47 ; Echidna présente une apparence gracieuse pour le haut du corps, mais le bas est celui d’un affreux serpent.

  • 48 Tout le problème est de savoir à qui se rapporte le δ ̓ du vers 295 : West, 1966, p. 249, penche (...)
  • 49 Odyssée, I, 71.

19Cependant, la Vipère n’est pas sans avoir des aspects qui la rapprochent de certaines Nymphes. D’abord par sa généalogie : sa mère peut être Cèto mais aussi Callirhoè48, une Océanide (groupe qui occupe la place des Nymphes des eaux chez Hésiode). Si sa mère est Cèto, alors son père est Phorcys, comme pour la Nymphe Thoosa de l’Odyssée49. Elle vit dans une caverne «  bien loin des dieux immortels et des humains mortels  » (τηλοῦ π' ἀθανάτων τε θεῶν θνητῶν τ' ἀνθρώπων), tout en étant qualifiée de «  divine  » (θείην), comme Calypso dans l’Odyssée et Maïa dans l’Hymne homérique à Hermès. Le rapprochement avec Calypso est intéressant, car la fille d’Atlas est également «  une Nymphe soustraite à la mort et à la vieillesse  » (ἀθάνατος νύμφη καὶ ἀγήραος). Avec cette demi-Nymphe, tout se passe comme si la domestication du féminin ne pouvait qu’être inachevée, et que le Sauvage se révélait finalement assez souvent sous les hanches de la Jeune Fille…

4. Les kourai Océanides et Néréides

  • 50 Théogonie, 3-8.

20On s’attendrait à ce qu’Hésiode mentionne aussi les Nymphes des eaux. Mais, curieusement, les Naïades n’apparaissent pas dans la Théogonie. S’il évoque une «  fontaine aux reflets de violette  » (κρήνην ἰοειδέα) ou la source du Cheval, l’Hippocrène, il les met plutôt en rapport avec les danses des Muses50. Les divinités des eaux douces apparaissent avec la descendance d’Okéanos et de Téthys, les Fleuves et leurs sœurs les Océanides, qui semblent présider aux sources et aux eaux souterraines. Elles ne sont pas qualifiées de Numphai, mais de Kourai (Jeunes Filles), dans deux passages de la Théogonie :

  • 51 Ibid., 346-347.

Elle [Téthys] enfantait aussi la race sacrée des Jeunes Filles (Κουράων ἱερὸν γένος) qui, par toute la terre, mènent les jeunes gens à l’âge d’homme (κουρίζουσι), avec le Seigneur Apollon et les Fleuves, et tiennent de Zeus ce lot qui est le leur51.

  • 52 Ibid., 362-366.

Voilà celles qui naquirent d’Okéanos et de Téthys, leurs filles aînées ρεσβύταται κούραι). Il en est certes beaucoup d’autres : elles sont trois mille, les Océanides aux fines chevilles (τανύσφυροι) qui, partout disséminées sur la terre et dans les profondeurs de l’onde (βένθεα λίμνης), exercent en tous lieux même surveillance, enfants splendides entre toutes les déesses (θεάων ἀγλαὰ τέκνα)52.

  • 53 Le mot kourè a la même ambiguïté que le mot «  fille  » en français, renvoyant à la fois à un être (...)
  • 54 Bonnafé, 1993, n. 34 p. 160.
  • 55 West, 1966, p. 263.

21La seconde occurrence du mot kourai semble renvoyer simplement à leur état de filles53 d’Okéanos et de Téthys. La première occurrence pourrait s’interpréter comme le nom populaire des Océanides54, synonyme selon M. L. West de Numphai55. Mais le terme Kourai renvoie peut-être tout simplement, là aussi, à leur état de filles de Téthys.

  • 56 Hésiode, fr. 10a ( = fr. 123).
  • 57 Strabon, Géographie, X, 468 et 472.
  • 58 Iliade, XXIII, 141. Pausanias, Description de la Grèce, I, 37, 3 ; VIII, 20, 3 et 41, 3. Scholie à (...)
  • 59 Théogonie, 450.
  • 60 Les Travaux et les Jours, 228.

22Les Kourai ont leur contrepartie masculine dans les Courètes, frères ou cousins des Nymphes selon le Catalogue des Femmes56, et qui, selon Strabon, nourrissent Zeus enfant en leur compagnie57. Le nom de Kourai est tout à fait adapté pour des divinités kourotrophes, qui, associées à Apollon et à leurs frères les Fleuves, nourrissent les jeunes gens, et les mènent à l’âge d’homme (κουρίζουσι). C’est peut-être pour cette raison qu’Hésiode préfère les qualifier de Kourai que de Numphai. Sources et fleuves jouent souvent un rôle dans les rituels de passage adolescents, notamment lorsqu’un jeune homme coupe sa chevelure (κουρά) pour la dédier aux Nymphes ou aux rivières58. Le poète désigne par ailleurs d’autres divinités féminines comme kourotrophes : Hécate59 et l’une des Heures, Eiréné60.

  • 61 Bonnafé, 1985, p. 95 ; unions de Doris avec Nérée (Théogonie, 241), d’Electre avec Thaumas (266), d (...)

23Comme les Nymphes, les Océanides sont innombrables. Au nombre de trois mille, elles constituent un stock qui sert à construire les généalogies du poème, faisant fonction à cet égard de médiatrices entre les différentes lignées divines61. Mais les Océanides sont ici avant tout des déesses, et servent aux généalogies divines, non humaines (qui font l’objet du Catalogue des Femmes). C’est peut-être d’ailleurs aussi pour cette raison qu’elles ne sont pas qualifiées de Nymphes, et que les Nymphes – puissances intermédiaires entre les dieux et les hommes – sont si rares dans une Théogonie qui traite avant tout des unions divines.

  • 62 Rudhardt, 1971, p. 35-108.
  • 63 Bonnafé, 1984, p. 192.

24Comme les Nymphes des sources, les Océanides vivent dans les profondeurs de l’onde (βένθεα λίμνης), et non dans les «  profondeurs de la mer  » ou les «  profondeurs marines  » comme le traduisent respectivement Paul Mazon et Philippe Brunet. Okéanos, l’Océan, était à l’époque archaïque le Fleuve primordial62 qui entourait le disque terrestre. De lui procédaient toutes les eaux douces, sources ou cours d’eau. Annie Bonnafé fait remarquer qu’à la différence des Fleuves, leurs frères, les Océanides n’incarnent guère les aspects concrets des eaux courantes, ainsi qu’en témoigne leur apparence anthropomorphe et leurs fonctions : «  On peut difficilement voir en elles des figures allégoriques de l’eau douce ou même de certaines vertus ou de certains pouvoirs de celle-ci. Elles sont simplement des déesses qui la «  hantent  » ou veillent sur elle  »63.

  • 64 Théogonie, 263-264. La fin de la Théogonie cite une fois encore les «  filles de Nérée, le Vieillar (...)
  • 65 Les Néréides ne sont pas non plus des Nymphes chez Homère, mais des déesses à part entière, notamme (...)
  • 66 Ovide, Métamorphoses, XIII, 736-739.
  • 67 Ce rôle est dévolu aux Gorgones, qui ont l’apparence de sirènes à queue de poisson.
  • 68 Sur les Néraides néo-helléniques et leur lien avec les Nymphes, voir Lawson, 1964 [1910] et Stewart (...)

25Il en va de même des Néréides, qui sont aussi des kourai, avec l’eau salée : Voilà celles qui, de Nérée sans reproche, naquirent : cinquante filles (κοῦραι) qui ne connaissent qu’œuvres sans reproche64. Les Néréides présentent d’étroites similitudes avec les Océanides, en plus de la proximité généalogique (elles sont filles de l’Océanide Doris). Comme ces dernières, elles ont l’apparence de belles divinités féminines, non qualifiées de Nymphes65. Elles n’apparaissent comme des Nymphes de la mer que dans des sources plus récentes66. Néanmoins la qualification tardive des Néréides comme Nymphes a peut-être conduit à ce qu’on les retrouve dans le folklore néo-hellénique en lieu et place des Nymphes : les Néraides de la Grèce contemporaine ne sont pas des fées marines67 mais hantent les eaux douces et les bois68.

26La Théogonie esquisse un classement des Nymphes selon leur lieu de vie : les montagnes, les arbres (Méliennes), les sources et les eaux douces (même si les Kourai Océanides, comme les marines Néréides, ne sont pas qualifiées de Nymphes), voire les grottes (Echidna).

27La fugace présence des Nymphes dans la Théogonie s’explique peut-être surtout par les préoccupations généalogiques et cosmologiques du poème. Ce sont les lignées divines qui intéressent avant tout Hésiode, et le mythe de Prométhée vise surtout à énoncer une condition humaine bien séparée du monde des dieux. Dès lors, il ne convient guère d’insister sur des puissances de statut intermédiaire. Les kourai Néréides et surtout Océanides sont ainsi avant tout des déesses, ayant leur place dans les généalogies divines. Echidna, deux fois qualifiée de numphè, n’est au mieux qu’une demi-Nymphe bien inquiétante par son ophiomorphisme et sa cruauté.

  • 69 Hésiode, fr. 304 MW.

28Un fragment hésiodique affirme clairement ce qui n’est peut-être qu’implicite pour les Méliennes, à savoir la nature mortelle des Nymphes69. C’est là une grande différence avec l’Odyssée, où Calypso, à la fois Nymphe et déesse, offre l’immortalité à Ulysse. Cette étrange mortalité d’êtres surnaturels souligne en tout cas leur proximité avec la condition humaine. Êtres de statut intermédiaire, les Nymphes apparaissent comme des puissances assurant des médiations entre monde des origines et monde humain, nature sauvage et civilisation.

Haut de page

Bibliographie

Bonnafé, A., 1984, Poésie, nature et sacré. 1 : Homère, Hésiode et le sentiment grec de la nature, Lyon.

Bonnafé, A., 1985, Eros et Eris : mariages divins et mythe de succession chez Hésiode, Lyon.

Bonnafé, A., 1993, Hésiode. Théogonie : la naissance des dieux, Paris.

Buxton, R., 1996, La Grèce de l’imaginaire : les contextes de la mythologie, Paris.

Chuvin, P., 1993, La mythologie grecque : du premier homme à l’apothéose d’Héraclès, Paris.

Clay, J.S., 1993, The generation of monsters in Hesiod, CPh, 88, p. 105-116.

Clay, J.S., 2003, Hesiod’s cosmos, Cambridge-New York.

Dumont, D.J., 1992, The ash-tree in Indo-European culture, Mankind Quarterly, 32-4, p. 323-336. Disponible sur Internet : < http://www.musaios.com/ash.htm#N_1_> (consulté le 02/04/06).

Ellinger, P., 2005, La fin des maux : d’un Pausanias à l’autre. Essai de mythologie et d’histoire, Paris.

Lawson, J.C., 1964 [1910], Modern Greek folklore and ancient Greek religion : a study in survivals, New Hyde Park.

Leclerc, M.-Ch., 1993, La parole chez Hésiode. A la recherche de l’harmonie perdue, Paris.

Loraux, N., 1991, Qu’est-ce qu’une déesse ?, dans Schmitt Pantel P. (dir.), Histoire des femmes en Occident. T.1 L’Antiquité, Paris, p. 31-62.

Mauduit, Ch., 2006, La sauvagerie dans la poésie grecque d’Homère à Eschyle, Paris.

Monbrun, Ph., 2003, Apollon, le scorpion et le frêne à Claros, Kernos, 16, p. 143-170.

Moreau, A., 1986, La race de Méduse : forces de vie contre forces de mort (Hésiode, Théogonie, v. 270-336), dans Fr. Jouan (dir.), Mort et fécondité dans les mythologies. Actes du colloque de Poitiers, 13-14 mai 1983, Paris, p. 1-17.

Pirenne-Delforge, V., 2001, Prairie d’Aphrodite et jardin de Pandore. Le “féminin” dans la Théogonie, dans V. Pirenne-Delforge, (dir.), Kh`poi : de la religion à la philosophie. Mélanges offerts à André Motte, Kernos, Suppl. 11, Liège, p. 83-99.

Pironti, G., 2005, Aphrodite dans le domaine d’Arès. Éléments pour un dialogue entre mythe et culte, Kernos, 18, p. 167-184.

Pironti, G., 2007, Entre ciel et guerre : figures d’Aphrodite en Grèce ancienne, Kernos, Suppl. 18, Liège.

Rudhardt, J., 1971, Le thème de l’eau primordiale dans la mythologie grecque, Berne.

Stewart, Ch., 1991, Demons and the Devil. Moral imagination in modern Greek culture, Princeton.

Tétart, G., 2004, Le sang des fleurs : une anthropologie de l’abeille et du miel, Paris.

Triomphe, R., 1989, Le lion, la vierge et le miel, Paris.

Vade, Y., 1977, Sur la maternité du chêne et de la pierre, RHR, 191, p. 3-41.

Vernant, J.-P., 1974, Le mythe prométhéen chez Hésiode, dans Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, 1974, p. 177-194.

Vernant, J.-P., 1979, A la table des hommes : mythe de fondation du sacrifice chez Hésiode, dans M. Detienne et J.-P. Vernant (éd.), La cuisine du sacrifice en pays grec, Paris, p. 37-132.

Vernant, J.-P., 1981, Cosmogoniques (mythes) : la Grèce », dans Y. Bonnefoy (éd.), Dictionnaire des mythologies et des religions des sociétés traditionnelles et du monde antique. vol. 1 : A-J, Paris, p. 252-260.

Haut de page

Notes

1 Claudine Leduc a dirigé mon mémoire de maîtrise sur les représentations du féminin chez Hésiode en 1996-1997. Je tiens à la remercier d’avoir été la première à me suggérer de travailler sur les Nymphes, objet de ma thèse de doctorat. Je me propose de lier ici les deux sujets.

2 Loraux, 1991, p. 44.

3 Théogonie, 129-130. Sauf mention contraire, la traduction adoptée ici est celle d’Annie Bonnafé (Rivages, 1993).

4 Comme dans Iliade, VI, 419-420 ; XX, 384 (Tmôle) ; XXIV, 616 (Sipyle) ; Odyssée, VI, 105 ; 123 et IX, 154 ; Hymne homérique à Aphrodite I, 257.

5 Buxton, 1996, p. 108-111.

6 Hésiode, fr. 10 MW = Strabon, X, 3, 19.

7 Hésiode, fr. 26, 10-12 MW.

8 Mauduit, 2006, p. 40.

9 Théogonie, 331.

10 Ibid., 183-187.

11 West, 1966, p. 221.

12 Callimaque, Hymne à Délos, 80-81.

13 Nonnos de Panopolis, Dionysiaques, XIV, 212.

14 Iliade, XVI, 143-144 : la lance d’Achille est en frêne du Pélion ; Bouclier, 420.

15 Monbrun, 2003, p. 164.

16 Vernant, 1981, p. 259 parle des puissances qui «  patronnent les entreprises guerrières, les activités de lutte, les épreuves de force (Géants et Nymphes de frênes, Meliai)  ».

17 Les Travaux et les Jours, 145.

18 Monbrun, 2003, p. 165.

19 Elien, Nature des animaux, X, 49 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XVI, 64.

20 Monbrun, 2003, p. 166.

21 Tétart, 2004, p. 45-49 et 85. Les Nymphes sont d’ailleurs liées aux abeilles, les melissai.

22 Tétart, 2004, p. 84-86 ; Ellinger, 2005, p. 120-121.

23 Pironti, 2005 & 2007.

24 Théogonie, 200.

25 Callimaque, Hymne à Zeus, 47.

26 Vernant, 1974, p. 177-194 ; Vernant, 1979, p. 37-132 ; Pirenne-Delforge, 2001, p. 86.

27 Théogonie, 50.

28 Clay, 1993, p. 105-116 ; Leclerc, 1993, p. 113-114 ; Pirenne-Delforge, 2001, p. 86.

29 Scholie à Hésiode, Les Travaux et les Jours, 187 (Pertusi A.).

30 Les Travaux et les Jours, 145.

31 Leclerc, 1993, p. 117.

32 Clay, 2003, p. 97.

33 Scholie à Hésiode, Les Travaux et les Jours, 143b.

34 Voir aussi Hésychios, s.v. μελίας καρπός : τὸ τῶν ἀνθρώπων γένος.

35 Théogonie, 35 ; Iliade, XXII, 126 ; Odyssée, XIX, 163. Cf. Vadé, 1977.

36 Dumont, 1992.

37 Scholie à Homère, Odyssée, II, 120 ; Scholie à Homère, Iliade, I, 22 ; Scholie à Euripide, Oreste, 920 ; 1239 ; Apollodore, Bibliothèque, II, 1, 1 ; Pausanias, Description de la Grèce, II, 15, 5, Cf. Chuvin, 1993, p. 48 et 62-66.

38 Théogonie, 563-564.

39 Tétart, 2004, p. 48.

40 Dumont, 1992 ; Tétart, 2004, p. 47 ; Triomphe, 1989, p. 220.

41 Théogonie, 295-307.

42 Clay, 2001, p. 151 ; Moreau, 1986.

43 Comme elle fille de Phorcys selon certaines versions. Cf. Acousilaos, 2 F 42 FGrHist.

44 Théogonie, 509.

45 Théogonie, 572 ; Les Travaux et les Jours, 71.

46 Les Travaux et les Jours, 80, 94.

47 Ibid., 68.

48 Tout le problème est de savoir à qui se rapporte le δ ̓ du vers 295 : West, 1966, p. 249, penche plutôt pour Cèto.

49 Odyssée, I, 71.

50 Théogonie, 3-8.

51 Ibid., 346-347.

52 Ibid., 362-366.

53 Le mot kourè a la même ambiguïté que le mot «  fille  » en français, renvoyant à la fois à un être jeune de sexe féminin et à une relation généalogique («  fille de…  »).

54 Bonnafé, 1993, n. 34 p. 160.

55 West, 1966, p. 263.

56 Hésiode, fr. 10a ( = fr. 123).

57 Strabon, Géographie, X, 468 et 472.

58 Iliade, XXIII, 141. Pausanias, Description de la Grèce, I, 37, 3 ; VIII, 20, 3 et 41, 3. Scholie à Pindare, Pythique, IV, 145.

59 Théogonie, 450.

60 Les Travaux et les Jours, 228.

61 Bonnafé, 1985, p. 95 ; unions de Doris avec Nérée (Théogonie, 241), d’Electre avec Thaumas (266), de Callirhoè avec Chrysaor (287-288), de Clymène avec Japet (507-508), de Métis et d’Eurynomè avec Zeus (886 et 907-908), de Perséis avec Hélios et d’Idyie avec Aiètès (956-962).

62 Rudhardt, 1971, p. 35-108.

63 Bonnafé, 1984, p. 192.

64 Théogonie, 263-264. La fin de la Théogonie cite une fois encore les «  filles de Nérée, le Vieillard de la Mer  » (1003) avant d’évoquer les unions de Psamathè et Thétis avec les mortels Eaque et Pélée.

65 Les Néréides ne sont pas non plus des Nymphes chez Homère, mais des déesses à part entière, notamment Amphitrite et Thétis. Contra Bonnafé, 1984, p. 195, qui, lorsqu’elle parle de l’une ou l’autre des Néréides, emploie le mot «  nymphe  ».

66 Ovide, Métamorphoses, XIII, 736-739.

67 Ce rôle est dévolu aux Gorgones, qui ont l’apparence de sirènes à queue de poisson.

68 Sur les Néraides néo-helléniques et leur lien avec les Nymphes, voir Lawson, 1964 [1910] et Stewart, 1991.

69 Hésiode, fr. 304 MW.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Dalmon, « Les Nymphes dans la Théogonie hésiodique », Pallas, 85 | 2011, 109-117.

Référence électronique

Sébastien Dalmon, « Les Nymphes dans la Théogonie hésiodique », Pallas [En ligne], 85 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3285 ; DOI : 10.4000/pallas.3285

Haut de page

Auteur

Sébastien Dalmon

Doctorant à l’Université Paris Diderot – Paris 7
sebdalmon@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org