Navigation – Plan du site
Vivre en Gaule entre Rhône et Pyrénées

L’organisation des communautés en Gaule méridionale (Transalpine, puis Narbonnaise) sous la domination de Rome

The organization of communities in Southern Gaul (Transalpine, then Narbonensis) under Roman rule
Michel Christol
p. 15-36

Résumés

Camille Jullian envisageait la Gaule comme une globalité, y opposant microstructures (« tribu » et pagus) et macrostructures (« peuplade » ou « nation » ; civitates/populi/nationes/gentes), seules capables d’un dépassement politique, l’« État fédéral ». En Gaule méridionale, une Celtique « prolongée », l’emprise des peuples sur l’espace aurait été imparfaite. Mais le passage de la période protohistorique à la période gallo-romaine est une phase importante, quand s’exprime la domination de Rome. L’attention aux microstructures est nette chez Pline l’Ancien. Le cas des Cavares offre un exemple de démembrement par la création de colonies (Valence, Orange). Les régions entre Pyrénées et Rhône présentent des traits spécifiques. L’empreinte de Rome y fut précoce et la déstructuration du monde indigène profonde autour de Narbonne et de Béziers. L’émiettement domine chez les Volques Arécomiques, où l’époque de César fut le révélateur d’un horizon ancien, suivie d’une recomposition augustéenne. Sur la rive gauche du Rhône, on découvre des situations comparables : fortes interventions dans la zone des colonies (Arles, Fréjus), décomposition et restructuration ailleurs sous forme de communautés stables, de dimensions moyennes. Mais les communautés réduites furent englobées peu à peu dans les entités majeures. On insistera sur l’importance du premier siècle de la provincia, jusqu’à l’œuvre d’Auguste et sur la nécessité d’orienter la problématique vers la diversité régionale.

Haut de page

Texte intégral

1Des travaux récents ont apporté des réflexions sur les rapports à l’espace qu’entretenaient les communautés de Gaule méridionale : un colloque publié en 2002 (Garcia, Verdin, 2002), un volume d’hommages publié en 2003 (Bats et al., 2003), ont montré combien cette thématique n’avait pas perdu de son attrait parmi les archéologues, au terme de plusieurs décennies de recherches, marquées aux origines par le livre de G. Barruol qui constituait une « étude de géographie historique », selon le sous-titre lui-même. Les outils d’analyse, les cadres conceptuels ont, bien sûr, changé : il en résulte des mutations de vocabulaire. Mais, dans la mesure où l’apport des textes anciens, littéraires autant qu’épigraphiques, même s’il n’est plus considéré comme déterminant, apparaît comme de précieux concours ou d’utile secours, il valait la peine de reconsidérer cette documentation dans ce qu’elle apporte au sujet, en confrontation avec les résultats proposés par ceux dont le parcours prend son point de départ dans la collecte de l’information archéologique et dans son exploitation et dans son interprétation sur des fondements nouveaux. Il paraissait même utile de suivre la formation de certains concepts analytiques en revenant à une œuvre moins lue que par le passé, mais peut-être plus souterrainement présente qu’on ne le pense.

1. Les communautés dans l’œuvre de Camille Jullian

  • 1 Jullian, 1921, p. 3-36 (Chapitre 1 : La tribu et la peuplade).
  • 2 Le terme l’emporte bien vite dans le chapitre 1. C. Jullian emploie même, p. 22, l’expression de «  (...)
  • 3 Jullian, 1921, p. 15 : « c’étaient les territoires de ces tribus qui constituaient les subdivisions (...)
  • 4 Jullian, 1921, p. 19.
  • 5 En revanche il évoque la « Gaule confédérée » de Vercingétorix : Jullian, 1921, p. 38.
  • 6 Jullian, 1921, p. 13. On ajoutera la remarque finale du chapitre 1 (p. 36) dans laquelle s’exprime (...)

2Le tableau des communautés que dresse Camille Jullian dans l’Histoire de la Gaule se veut global, en sorte que sont atténuées, comme de simples nuances, les distinctions que l’on pourrait établir entre les diverses régions de la Celtique transalpine1. L’auteur fonde son développement sur une division entre microstructures et macrostructures. Les premières sont regroupées sous les termes de « tribu » et de pagus. Les secondes le sont sous le terme de « peuplade », mais, dans le propos de l’auteur, le mot est rapidement abandonné pour celui de « nation »2, associé à des termes latins tels que civitates/populi/nationes/gentes, et au grec ethnè. La première strate serait primordiale, car c’est dans son cadre que s’établirait le plus fermement la relation entre une communauté et un territoire, qui est une relation d’appropriation3 : c’est pourquoi l’analyse des finalités de sa constitution et de son organisation se prolonge largement dans le chapitre suivant, qui porte sur les institutions. Si les caractéristiques de la première strate sont considérées comme essentielles, elles ne constitueraient pas toutefois une originalité du sujet étudié, car on retrouverait la même forme d’organisation chez divers peuples de l’Antiquité4. En revanche, pour C. Jullian, la strate supérieure conduirait à un véritable dépassement, qu’il considère comme une originalité de l’organisation des communautés en Gaule. C’est alors que, pour expliquer ce qu’il entend par « peuplade/nation » – des mots de son temps – ou civitas – un mot des Romains –, il recourt à la notion de l’« État fédéral », qui lui semble, entre autres, particulièrement appropriée à la traduction5, sous une forme de glose, du terme latin civitas et des autres termes qui se trouvent chez les auteurs anciens : « Une cité était en réalité un État fédéral, une concorde de tribus voisines, mettant en commun leurs ressources et leurs ambitions, obéissant aux mêmes chefs en temps de guerre, reconnaissant une seule souveraineté en temps de paix »6.

  • 7 Jullian, 1921, p. 12, cf. p. 22-23. A ce sujet, Goudineau 1998, p. 21-25.

3C’est, dans la perspective qu’il envisage de tracer, le phénomène auquel il accorde la plus grande importance. Le choix des mots est significatif : là se place, à son avis, l’originalité du monde gaulois et c’est à l’observation de ce phénomène majeur qu’il souhaite accorder une attention privilégiée. Certes, en filigrane, s’insère dans cette description une autre strate, plus englobante, la Gaule, dont la mention revient, dans son propos, d’une façon fréquente. Cette notion vient instaurer, en dernière instance, une unité supérieure, peut-être incomplète ou imparfaite, peut-être plus esquissée que réelle. Elle ne se découvre pas dans des caractéristiques également distribuées, qui seraient le lot bien partagé de l’ensemble des communautés, appelées cités. Elle se masquerait parfois derrière la diversité des modalités d’expression, mais, comme l’indique C. Jullian, « il n’y a pas des divergences fondamentales, des contrastes saisissants, en sorte que l’on retrouverait chez tous [les peuplades, les nations] des formes politiques et des superstitions analogues »7.

  • 8 Jullian, 1921, p. 21 : « Dans la Celtique prolongée, celle qu’ont soumise au sud des Cévennes les d (...)

4Toutefois C. Jullian reconnaissait que tout l’espace gaulois, qui constituait l’objet de son étude, n’était pas réductible au schéma qu’il avait proposé à son lecteur, ce qui le conduisait à minimiser parfois la portée de ses observations. Des zones semblaient réfractaires aux processus d’intégration ou d’unification que réalisaient les cités : l’Aquitaine, les abords du massif alpin par exemple. On ne pouvait nier l’existence de « Celtiques périphériques » aux caractéristiques moins marquées ou, plutôt, qui se seraient marquées plus faiblement à l’époque de César en raison d’une entrée plus tardive dans l’évolution conduisant à la forme dominante. C’est dans ce contexte que les régions de Gaule méridionale lui apparaissaient comme une Celtique « prolongée »8, selon sa propre expression. Il se plaisait à relever le caractère fluctuant de l’emprise des Volques, des Cavares, des Allobroges sur des espaces qu’ils ne dominaient qu’imparfaitement, en tout cas moins fermement que ne l’auraient réalisé, sur leurs lieux d’établissement, les peuples du Centre de la Gaule. Seul, peut-être, le cas des Salyens lui paraissait quelque peu échapper aux caractéristiques de cette périphérie méridionale, telle qu’il l’envisageait, mais, faisait-il remarquer, dans leur cas il se serait agi, une fois de plus, d’une situation tardivement établie.

5Ce tableau esquisse assez nettement une distinction entre centre et périphéries, la « Celtique prolongée » de Gaule méditerranéenne étant jaugée par rapport au cœur du monde gaulois. Faut-il conserver ce schéma d’observation ? Sans négliger les dynamiques propres au monde celtique, il convient de tenir compte que dans les régions méditerranéennes elles viennent entrecroiser d’autres influences, et que la provincialisation a pour effet d’imposer aux communautés l’empreinte de Rome pour ce qui est de leur organisation collective. Il faut donc sur ce point considérer à part la Gaule méridionale ou Transalpine des Romains, et l’envisager quelque peu à distance du monde gaulois de l’intérieur. Le schéma de Jullian doit être mis en question.

2. Les mots des Anciens et des Modernes

  • 9 A ce moment, correspondant au temps de rédaction du Pro Fonteio ou des Commentaires, sa configurati (...)
  • 10 Leur emplacement sera examiné ci-dessous.
  • 11 On relèvera que la description de ces peuples, qui contribue à les individualiser dans leur citatio (...)
  • 12 Jullian, 1921, p. 34 : « des dix tribus celtoligures de la Provence, la plus ancienne et sans dotue (...)
  • 13 Jullian, 1921, p. 39 avec n. 3 et 4.
  • 14 Appien, Celtica, 12.
  • 15 Diodore, 34, 36 ; Liv., 25, 42, 8. Rois de la région de Béziers : Clavel, 1970, p. 155-156, p. 183- (...)

6Dans les sources antiques la perception des peuples de Transalpine s’effectua aussi, souvent, par grandes touches : les Allobroges, les Helviens, les Volques Arécomiques, etc. Tels sont les mots de Cicéron ou de César dans le second quart du ier siècle av. J.-C., au moment où la domination provinciale déterminait l’élaboration du vocabulaire relatif aux communautés englobées dans la même unité administrative créée par Rome, la province de Transalpine9. L’attention est attirée par les macrostructures politiques et sociales, d’apparence ethnique. Rarement les auteurs anciens, y compris Strabon, s’attachent longuement à décrire ou à citer des communautés de moindre importance, humaine d’abord, géographique ensuite, juridique enfin. S’ils le font, comme dans le cas des Rutènes du Pro Fonteio, que l’on retrouve comme Ruteni provinciales chez César10, ils semblent les considérer, quoique de moindre ampleur que les Volques ou les Allobroges, comme des unités de même nature que ces macrostructures voisines, et ils les traitent de la même façon, en sorte que semble s’effacer quelque peu, à l’occasion, dans le vocabulaire utilisé, la distinction entre les deux niveaux d’importance auxquels s’attachait C. Jullian en Gaule centrale11. Chez d’autres auteurs on relève, pourtant, mais de façon fugitive, l’existence d’entités politiques de dimensions plus réduites, et les observations qu’il est alors possible d’effectuer prennent alors plus de poids, y compris parce que l’on découvre des organisations humaines structurées par les institutions du politique. C’est d’ailleurs par l’analyse du fonctionnement politique des « tribus » de Gaule méridionale que le développement de cet historien acquiert sa précision documentaire, lorsqu’il tente d’expliquer l’articulation des deux niveaux qu’il souhaite analyser12. Il s’appuie avec des références précises13 sur ce que l’on sait des « rois » qui se trouvaient chez les Salyens (dynastai)14 ou des « rois de modeste importance » (reguli)15 que l’on connaissait dans d’autres régions de Gaule méridionale. Le tableau qui se dégage devient alors plus riche, plus divers et plus contrasté, car les deux strates apparaissent nettement et leurs liens sont biens perceptibles. C’est la périphérie qui fournit les éléments probatoires du modèle.

  • 16 Barruol, 1969. Le terme « confédération » est un élément essentiel du vocabulaire classificatoire, (...)
  • 17 Leveau, 2002.
  • 18 Tarpin, 2006.
  • 19 Déjà Christol, 2009.

7En Gaule méridionale, lorsqu’il s’agit de définir les groupements humains les plus importants, du point de vue de l’organisation politique ou institutionnelle, c’est le terme de « confédération » que l’on retient. Il a été utilisé de façon systématique par G. Barruol16 qui, toutefois, était conscient qu’il ne suffisait pas à caractériser toutes les réalités humaines mises au jour dans cette région. Mais à ces approches sont venues s’ajouter les réflexions conduites sur la notion de territoire17, qui conduisaient à envisager les caractéristiques spatiales de l’organisation des communautés, quelles que soient les difficultés inhérentes à la mise en œuvre de cette recherche. Les débats se sont surtout orientés sur les relations qu’auraient entretenues les « territoires celtiques » avec les cités gallo-romaines et sur les hypothèses de continuité des cadres spatiaux sur la longue durée18. Pour cette raison on en restait donc souvent aux grandes unités, aux macrostructures. Or le passage de la période protohistorique à la période gallo-romaine, qui s’engage dès la fin du iie siècle av. J.-C., correspond à une phase importante de l’évolution des communautés humaines, quand elles furent intégrées dans les espaces administratifs imposés par la domination de Rome, à savoir le cadre provincial, puis quand elles furent conduites à évoluer dans ce cadre imposé : l’histoire de l’organisation des cités en Gaule méridionale fut sans aucun doute plus complexe que celle des cités de Comata, tout au long de la période impériale. L’attention aux microstructures peut se révéler précieuse. Elle s’impose même dans certains cas, comme le montre une source telle que l’œuvre de Pline l’Ancien19.

  • 20 Pline, NH, III, 31-37. On se référera en dernier à l’édition de H. Zehnacker (CUF, Paris, 2004), li (...)
  • 21 Sous le nom d’oppidum latinum se cachent autant des colonies latines (Aix-en-Provence, Avignon, etc (...)
  • 22 Christol, 1994, p. 58-61.

8Les énumérations qui apparaissent chez cet auteur reprennent une documentation administrative qui fut produite à l’époque augustéenne20. Pour la Transalpine, devenue dès lors Gaule Narbonnaise, elles permettent de dégager une image originale de l’organisation des communautés. Elles révèlent, avec un vocabulaire qui ne recourt plus au mot passe-partout de civitas (mais qui utilise d’autres termes classificatoires comme colonia, oppidum latinum, etc.)21, une diversité des statuts et surtout, lorsque l’on effectue des dénombrements, un grand émiettement des communautés provinciales. L’addition des peuples mentionnés atteint un résultat conséquent. Une première énumération substantielle se trouve lorsque Pline effectue un large tour d’horizon de la province, en allant à plusieurs reprises de la côte (in ora, in ora autem) vers les limites intérieures de la province (intus, supraque, super quos). Elle s’augmente lorsqu’il en vient aux communautés sises in mediterraneo. L’énumération doit inclure aussi les deux groupes de dix-neuf et de vingt-quatre oppida ignobilia, qui ne font pas l’objet d’une citation individuelle mais de simples totalisations, car, comme nous avons tenté de le démontrer, les communautés entrant dans cette catégorie devaient apparaître explicitement dans la documentation utilisée par le Naturaliste. En effet, ces oppida ignobilia avaient eu, à un moment de l’histoire de la province, une consistance politique égale à celle dont jouissaient les oppida latina de l’époque de la rédaction de l’Histoire Naturelle. Mais ils l’avaient perdue, par décision de l’autorité romaine, en étant englobés dans des cités plus vastes. Dans un premier temps, lorsque les listes à valeur administrative, que Pline avait utilisées, avaient été composées, leur existence comme communautés de plein droit avait été enregistrée en bonne et due forme22.

  • 23 Pour la date, Christol, Goudineau, 1987-1988, p. 98 (entre 16 et 13 av. J.-Chr.) ; mais on pourrait (...)
  • 24 Dans la partie orientale, on pourrait en trouver trace, aussi à une date précoce, dans l’absorption (...)
  • 25 Chastagnol, 1970, p. 275-289 (= Chastagnol, 1995, p. 238-252) ; Harries, 1978. Le texte se place av (...)
  • 26 Le castrum Ucetiense, la civitas Agathensium, la civitas Magalonensium apparaissent plus tard comme (...)

9Cependant, lorsque Pline rédigeait l’Histoire Naturelle, le mouvement de réduction du nombre des communautés autonomes avait produit ses premiers effets. Le point de départ de cette rétraction se placerait même dès l’époque augustéenne, lorsque le prince réorganisa la colonie latine de Nîmes en faisant de cette ville le chef-lieu d’une vaste et puissante cité23 : les vingt-quatre oppida qui furent déclassés et qui perdirent alors leur autonomie furent les premières victimes, à tout le moins les plus évidentes, du mouvement de concentration ou de regroupement qui se poursuivit, ailleurs, par étapes jusqu’à l’époque tétrarchique24. A cette époque, dans la Narbonnaise première, province du diocèse de Viennoise, appelé ensuite diocèse des Cinq puis des Sept provinces, ou bien diocèse d’Aquitaine, l’horizon administratif avait été nettement simplifié, sinon appauvri. Les données de la Notitia Galliarum se limitent à cinq cités qui, à elles seules, assurent le maillage administratif de la région qui s’étend du Rhône aux Pyrénées d’une part et jusqu’aux limites communes avec la Novempopulanie d’autre part25 : metropolis civitas Narbonensium, civitas Tolosatium, civitas Baeterrensium, civitas Lutevensium, civitas Nemausensium. Après la métropole, d’ouest en est, quatre autres cités apparaissaient26. La réduction du nombre des cités est toutefois moins sensible dans la Narbonnaise seconde, à l’est du Rhône et en Viennoise, où de plus petites subdivisions ont été maintenues. Ici des communautés d’envergure médiocre ont subsisté, et dans certains cas (à Vienne ou chez les Voconces) la cité a été subdivisée en entités de dimensions plus restreintes.

10À plusieurs reprises le texte de Pline l’Ancien associe dans la dénomination d’une cité une ville chef-lieu et le nom d’un peuple : Avennio Cavarum, Aquae Sextiae Salluviorum, Alba Helvorum, Nemausum Arecomicorum, etc. À la lumière de Strabon (IV, 1, 12) qui, parmi ces dernières, cite Nîmes comme « métropole » des Arécomiques on est tenté de considérer que les cités ainsi représentées par le chef-lieu correspondraient dans l’esprit des contemporains aux peuples gaulois de l’époque précédente, dont elles auraient assuré la survie et la continuité. Le développement sur Vienne (Vienna Allobrogum, chez Pline) irait dans le même sens. Mais ces concordances étaient-elles totales ou parfaites, notamment en matière territoriale ?

3. La vallée du Rhône : le cas des Cavares

  • 27 Barruol, 1969, p. 231-240.
  • 28 Barruol, 1969, p. 132.

11On s’attardera sur la documentation relative aux Cavares27. L’étude de l’emprise territoriale correspondant à l’organisme politique offre un exemple remarquable, que l’on pourrait être tenté d’étendre ailleurs. Ce peuple préromain est mentionné à trois reprises dans le texte de Pline et, chaque fois, la mention présente un caractère d’emprunt à la source administrative, ce qui ne laissait que peu de place aux développements personnels de l’auteur. Une première mention apparaît lorsque, en partant de la côte méditerranéenne et des embouchures du Rhône, Pline s’avance vers les limites de la province : ultra fossae ex Rhodani C. Mari opere et nomine insignes, stagnum Mastromela, oppidum Maritima Avaticorum, superque Campi Lapidei, regio Anatiliorum et intus Dexivatium Cavarumque. Ce renseignement suffit à montrer que le pays cavare présente une forme allongée, correspondant à la moyenne vallée du Rhône : ce trait est confirmé par Strabon et par Ptolémée28. C’est aussi une regio, c’est-à-dire une partie substantielle de l’espace provincial qui s’individualise sous ce vocable.

  • 29 CIL, XIII, 1668 (ILS, 212). Le sens de l’expression a été débattu par O. Hirschfeld, C. Jullian, Ph (...)
  • 30 Comme l’avait présumé Pflaum, 1968, p. 378. Voir enfin Gascou, Pelletier, 2004, p. 39-40.
  • 31 Le passage de Strabon (IV, 1, 11), même si l’auteur insiste sur ce qui aurait été le fruit de l’act (...)
  • 32 Barruol, 1969, p. 271, n. 5.
  • 33 Gascou, 1982 ; Ptolémée (II, 10, 7) indique pour sa part que Valence est le chef-lieu des Segovella (...)

12Les deux autres passages de Pline apportent d’autres éléments. Au sein de la liste des colonies de droit romain, qui était dressée dans le document de base selon l’ordre chronologique des fondations, après Arles, Béziers et Orange, dont la dénomination associait au nom du chef-lieu l’unité légionnaire de l’armée romaine dont les vétérans avaient reçu des lots de terres, étaient mentionnées Valentia et Vienna. Ces dernières étaient parvenues selon des modalités différentes dans le groupe des cités dont le statut était le plus relevé : les colonies de droit romain. Vienne apparaissait en dernière position parce qu’elle avait été certainement la dernière à recevoir le solidum civitatis Romanae beneficium, selon l’expression de l’empereur Claude29, ce qui signifie l’octroi du rang de colonie de droit romain. Jusqu’à l’époque de Caligula elle avait été colonie latine30, issue de l’organisation par le pouvoir romain, en un lieu déjà habité dans le territoire des Allobroges31, d’une communauté mixte. Valence, dont le nom trahit l’origine militaire32, n’était pas cependant initialement une colonie de vétérans légionnaires (sa dénomination par Pline ne se réfère pas à une légion) : dans un premier temps elle avait été plus vraisemblablement colonie de Latins, comme Ruscino Latinorum, à proximité d’Elne/Illiberis, à l’approche des Pyrénées par le trajet de la via Domitia. Son élévation au rang de colonie de droit romain s’est produite entre l’installation des vétérans de la Huitième légion (les Octavani) à Fréjus, à la fin de l’époque triumvirale33, et l’élévation de Vienne sous Caligula.

  • 34 Piganiol, 1962, p. 79-84.

13Lorsqu’il insère Valence dans la liste des colonies de droit romain Pline écrit : in agro Cavarum Valentia. L’indication a du point de vue de la géographie humaine un intérêt certain, puisqu’elle montre l’étendue en latitude du pays que l’on pouvait dire cavare. Mais cette remarque vient aussi signaler que le territoire dominé par les Cavares à l’époque préromaine a subi des amputations du fait de l’installation des colonies. Car on n’oubliera pas d’examiner le cas de Valence sans omettre celui d’Orange, colonie triumvirale des vétérans de la Deuxième légion (les Secundani)34. Ils avaient été installés à mi-chemin entre Valence et Avignon.

  • 35 Gascou, 1990 ; Christol, Heijmans, 1992 ; Christol, 1999, p. 23.
  • 36 Sur la relation entre la ville d’Avennio et le peuple des Cavares, le développement de Leveau, 2002 (...)
  • 37 Barruol, 1969, p. 231-234 et p. 236-241, qui envisage que l’aire d’implantation du peuple cavare, s (...)
  • 38 Clavel-Lévêque, 1988 (= Clavel-Lévêque 1989, p. 213-254).
  • 39 L’empreinte de Rome sur le territoire d’Orange et sur le pays des Tricastins aurait même pu être pl (...)
  • 40 C’est une solution qui a été aussi envisagée par Tarpin, 2006 p. 37 et 40. Mais la situation ainsi (...)
  • 41 La dénomination de la cité signifie que la ville chef-lieu a bénéficié des faveurs d’Auguste pour s (...)

14Ailleurs encore, on trouve mention d’Avennio Cavarum. La désignation de cette communauté de droit latin (oppidum latinum), promue au rang de colonie de droit romain sous Hadrien35, laisserait entendre que cette communauté représentait le peuple préromain des Cavares36. On mesure les conséquences qu’il est possible de dégager du dossier. D’abord, avec G. Barruol, on se demandera si, à la fin de la période protohistorique, la « confédération » cavare ne serait pas une construction politique au profit d’un peuple qui aurait peu à peu placé dans son orbite d’autres peuples voisins (les Memini, les Tricastini, les Segovellauni, etc.), bien au-delà de son aire propre d’installation37. Puis on constatera l’ampleur des bouleversements et des démantèlements que subit ce territoire construit sous l’autorité du peuple préromain, à la suite des interventions romaines. L’ensemble politique étendu qu’avaient trouvé les Romains dès leurs premières interventions en Transalpine avait été largement entamé puis démembré. Qui plus est, comme il s’agit d’interventions qui s’échelonnent dans le temps, on peut même parler d’un long travail des autorités romaines sur l’organisation des communautés réunies par les Cavares. En effet, grâce à la documentation épigraphique provenant de la ville d’Orange, on peut apprécier comment fut traitée, à diverses périodes, une de ces communautés subordonnées, les Tricastini, qui se trouvaient dans une zone où les interventions romaines furent plus précoces qu’on ne l’envisage habituellement. La documentation cadastrale qui est livrée par les plaques du « cadastre B » conserve les traces d’interventions agraires qui pourraient être antérieures à l’époque césarienne. On pourrait donc mettre en relation l’élaboration des grandes lignes du contrôle de la terre avec les informations que fournit Cicéron, plaidant pour Fonteius, lorsqu’il rappelait les sanctions qui avaient frappé les peuples provinciaux et qui s’étaient traduites en général par la dépossession de leurs biens38. L’assignation aux vétérans n’est qu’un des épisodes de l’histoire du contrôle de la terre dans cette région, mais postérieur à la première phase d’emprise par le pouvoir dominant39. Quant aux Tricastini, ils eurent d’abord à partager le sort malheureux des peuples accablés par l’établissement de la puissance romaine et par les mesures d’organisation de la provincia, souvent défavorables aux détenteurs du sol. Leur territoire fut englobé dans un vase plan de carroyage rural, et vraisemblablement eux-mêmes furent réduits à la condition de stipendiaires : faut-il les appeler, à ce stade de leur histoire, des incolae, comme d’autres anciens possesseurs du sol dépouillés de tout droit sur leur terre ancestrale, mais résidents cultivateurs, placés au service de nouveaux détenteurs la richesse foncière40 ? Ce n’est qu’un peu plus tard que leur communauté, recevant le droit latin, se vit reconnaître un territoire propre (ager), dont l’existence se marque dans les relevés graphiques, inscrits sur le marbre. On les découvre dans les centuries du « cadastre B » (reddita Tricastinis). Ces terres ont, totalement ou partiellement, échappé aux assignations coloniaires ou à la dépendance tributaire par rapport à la colonie d’Orange, sanctionnée par Auguste lorsqu’il affecta la jouissance des revenus de l’État aux ressources de la colonie. C’est cette qualité de communauté autonome, dotée du droit latin, qui vaut aux Tricastins d’être mentionnés dans la liste plinienne sous le nom d’Augusta Tricastinorum, ce qui permet de faire remonter ce statut au moins jusqu’à la date de composition de la source utilisée par cet auteur41 : c’était une nouvelle étape de leur histoire, qui les conduisait, enfin, à l’autonomie civique. Leur sort, d’ailleurs, ne cessa de s’accroître. Sous les Flaviens, mais à une date postérieure aux mesures de Vespasien et à la publication de Pline, ils devinrent colonia Flavia Tricastinorum, c’est-à-dire qu’ils bénéficièrent du même statut qu’Aix-en-Provence, Riez ou Apt. Cette promotion était de nature honoraire vraisemblablement. Plus tard encore, la cité échappa aux regroupements de l’époque tétrarchique : elle figure dans la liste des cités de Viennoise au sein de la Notitia Galliarum.

15Revenons aux Cavares. On peut mesurer l’importance de la rétraction de l’emprise spatiale imposée, par étapes, à ce peuple à partir de l’établissement de la puissance romaine. On doit en tenir compte pour apprécier la continuité que l’on serait tenté d’établir entre le peuple préromain et les réalités administratives de l’époque romaine. Une cartographie historique mettrait en évidence le caractère résiduel de la situation qui apparaît à l’époque impériale : à l’ampleur de l’espace cavare à la fin de la protohistoire se substitue la médiocrité des restes que transcrit le texte de Pline, lorsque celui-ci affecte à la seule colonie latine d’Avignon l’héritage de ce peuple : à l’unité englobante de la fin du iie siècle ou du début du ier siècle av. J.-C. se substitue la multiplicité des communautés indigènes, engagées dans des cadres institutionnels diversifiés.

16Dégageons quelques conclusions sur ce dossier. La politique romaine ne conduit pas toutefois à un trop grand émiettement, même si elle rompt le cadre existant lors de la conquête. Il faut envisager dans cette zone des phénomènes d’expansion puis de rétraction, alors que trop souvent les textes ne donnaient une visibilité réelle qu’aux macrostructures, laissant croire à leur pérennisation. Enfin, les repères chronologiques donnent une place prépondérante au dernier siècle avant J.-C., en incluant une part de l’époque augustéenne

4. Entre Rhône et Pyrénées : autour de Narbonne et de Béziers

  • 42 Mise au point récente par Garcia, 2002, dans une perspective longue.

17Lorsque l’on aborde la région qui s’étend de part et d’autre du Narbonnais, des Pyrénées à la rive droite du Rhône, on s’engage dans un relevé des concordances et des différences avec l’exemple qui vient d’être présenté42.

  • 43 Clavel-Lévêque, 1995a ; Clavel-Lévêque, 1995b ; Mauné, 1998, p. 43-57.
  • 44 Christol, 1998, p. 217-218.
  • 45 Fiches, 2002.

18Dans le Narbonnais et dans son prolongement septentrional, l’actuel Biterrois, l’empreinte de Rome a été précoce et la déstructuration du monde indigène sans aucun doute profonde. L’emprise coloniale liée à la fondation de Narbonne, puis l’extension de la mainmise du peuple romain sur l’exploitation du sol provincial, qui se traduit en particulier par la mise en place du cadastre dit de « Béziers B » à une date également précoce43, ont affecté non seulement le développement économique et social des communautés, mais encore le cadre de leur vie politique44. Elles ont établi un contexte tout à fait nouveau d’exploitation des ressources naturelles, qui donnait à l’adjudication des biens de l’État une place prépondérante, et aux hommes d’affaires italiens une position de premier choix. Même s’il ne faut pas accentuer la noirceur du tableau, car en quelques lieux une continuité est évidente, accompagnée de dynamisme et d’ouverture aux apports extérieurs45, on doit envisager, comme le relève M. Tarpin, une réécriture du paysage et l’existence de processus de déstructurations/restructurations. C’était aussi l’avis de Ph. Leveau. Il est malaisé de retrouver des traces de communautés indigènes dont l’intégrité politique aurait été préservée : effacement des structures politiques préexistantes, et même aussi altération des structures économiques et sociales. A tout le moins, on doit s’interroger sur la survie du politique traditionnel. C’est Cicéron qui, à ce propos, dans plusieurs passages du Pro Fonteio permet, à quelque distance des premières manifestations de la domination romaine, d’apprécier quelques-unes des transformations économiques et sociales subies par le monde indigène dans cette région.

  • 46 C’est un sujet qui a été abordé à plusieurs reprises : déjà Christol, 1998, p. 214-219 ; Christol, (...)
  • 47 Duval, 1957, p. 215-227.
  • 48 César, BG, I, 45, 2 : bello superatos esse Arvernos et Rutenos ab Q. Fabio Maximo; quibus populus (...)
  • 49 Cic., Font., III, 4 : quae est igitur ista accusatio quae facilius possit Alpes quam paucos aerari (...)
  • 50 Déjà Christol, 1999, p. 2-3. Le terme de civitas apparaît dans Cic., Font., 5, 12, dans un passage (...)
  • 51 La cité des Rutènes appartenant à l’Aquitaine est aussi connue par une inscription (AE, 1919, 58 ; (...)
  • 52 Goudineau, 1994, p. 201-211 ; Gayraud, 1981, p. 174-175.

19Un texte de César, confirmé par Pline l’Ancien, illustre un cas particulier mais significatif. Au nord de Narbonne et de Béziers, au-delà des zones où se marquait avec netteté l’emprise du cadastre B, faisant limite avec la Gaule chevelue puis avec l’Aquitaine augustéenne, se trouvait une cité des Ruteni, à distinguer de Ruteni qui sont mentionnés en Aquitaine, ailleurs dans le même (IV, 33)46: c’est ce dernier qui assure l’héritage du peuple celtique aux époques postérieures, dans la région du Rouergue47. Le peuple celtique avait été fragmenté dans les premiers temps de la conquête romaine, mais la plus grande partie était restée indépendante48. Dans la province de Transalpine du ier siècle avant J.-C., se trouvait donc une communauté indigène, connue par plusieurs textes. Le premier, du point de vue chronologique, se trouve dans un passage important du Pro Fonteio49. Le plaidoyer date de l’année 70 ou d’une date de peu postérieure, mais son auteur, lorsqu’il se réfère aux communautés soumises à l’autorité de Fonteius, se place entre 76 et 74, après le passage de Pompée qui se dirigeait vers la péninsule ibérique afin de lutter contre Sertorius (en 77). Le gouverneur, à l’instar de Verrès en Sicile aurait, selon les accusateurs, usé de son pouvoir pour interpréter largement la « loi provinciale » et imposer aux Rutènes des charges qui en auraient fait, abusivement, les débiteurs des hommes d’affaires italiens. Ce passage est altéré, aussi n’en sait-on pas trop. Le terme de civitas désigne la partie des Rutènes placée dans la province de Transalpine. Cicéron évoque aussi leur caisse (aerarium), et il semble les considérer comme un des peuples provinciaux dont il veut majorer l’hostilité50. Quelques années plus tard, en qualifiant ce peuple de Ruteni provinciales, César confirme sans l’ombre d’un doute qu’une communauté désignée par le premier de ces termes avait été intégrée à la Transalpine : il distingue nettement les Ruteni d’un côté, des Ruteni provinciales de l’autre, et l’on constate que cette dualité a été maintenue dans le texte de Pline l’Ancien lorsque cet auteur mentionne des Rutaeni en Narbonnaise et en Aquitaine51. Par son contenu géographique, c’est le texte de César qui présente le plus d’intérêt pour éclairer la question de la localisation de cette communauté provinciale. Le passage se place dans le récit de la révolte de l’année 52, lorsque la Transalpine fut menacée par les entreprises du Cadurque Luctère52 qui, pour le compte de Vercingétorix, tentait d’engager une diversion vers la province, en direction de Narbonne : interim Lucterius Cadurcus in Rutenos missus eam civitatem Arvernis conciliat. Progressus in Nitiobroges et Gabalos ab utrisque obsides accipit et magna coacta manu in provinciam Narbonem versus eruptionem facere contendit. Qua re nuntiata Caesar omnibus consiliis antevertentem existimavit, ut Narbonem profisceretur. Eo cum venisset, timentes confirmat, praesidia in Rutenis provincialibus, Volcis Arecomicis, Tolosatibus circumque Narbonem, quae loca hostibus erant finitima, constituit.

  • 53 Jullian, 1921, p. 428, n. 1.
  • 54 Rambaud, 1974.
  • 55 Sur les diverses hypothèses de localisation des Rutènes provinciaux : Albenque, 1948, p. 74-75 (rep (...)

20C. Jullian s’étonnait de l’ordre géographique qu’avait suivi César pour décrire l’entreprise de Luctère : « César le fait aller d’abord chez les Rutènes puis chez les Nitiobroges et les Gabales. On attendrait plutôt Gabales (de Gergovie à Javols), Rutènes (à Rodez), Nitiobroges (à Agen) ; cependant il n’est pas impossible qu’il ait été d’abord chez les Rutènes, puis chez les Nitiobroges, et qu’il soit revenu ensuite chez les Gabales pour menacer directement Narbonne par la route de l’Ergue et de l’Hérault »53. Mais, à l’encontre de ce jugement embarrassé, on peut estimer que l’ordre d’énumération n’est pas dû au hasard, et qu’il ne contrevient pas à une certaine logique de présentation géographique. Les études sur la perception de l’espace dans le récit césarien54 ont montré que bon nombre de descriptions militaires ont été rédigées comme si l’on observait le pays sur une carte, et comme si la vision était ordonnée selon une ligne de progression ou un axe de pénétration. A partir du point d’observation ou du point de départ du mouvement, on observe à droite, puis à gauche, enfin on revient au centre du dispositif stratégique. César a adopté cette démarche lorsqu’il met en scène la progression de Luctère. D’abord il envisage l’axe central, impliquant les Rutènes (ceux de la Comata), puis il s’oriente à leur droite et à leur gauche. De la même manière, lorsqu’il décrit sa propre riposte, il mentionne en premier la partie centrale de son dispositif, qui fait face, selon son regard, à la progression principale de ses adversaires : c’est ainsi que face aux Rutènes qui menacent la Transalpine, il évoque, tout à fait normalement, la défense qu’il organise chez les Rutènes de la province. Les postes qu’il installe chez eux se trouvent ainsi sur l’axe même de la pénétration adverse. Puis il passe à sa droite et à sa gauche. Enfin il revient à l’axe central, envisagé dès lors dans sa profondeur, en mettant en évidence l’objectif essentiel de l’attaque ennemie et, en conséquence, la finalité de la défense romaine : le pays de Narbonne, qui couvre tout l’espace entre la ville elle-même et les limites méridionales des Rutènes provinciaux. La mention des Volques Arécomiques et des Tolosates répond, dans une symétrie évidente, à la mention des Gabales et des Nitiobroges. Il s’ensuit qu’il convient non seulement de placer les Rutènes dits provinciaux entre le pays de Narbonne et le pays rutène de Gaule Chevelue, mais aussi d’accorder à leur emprise géographique, si l’on considère la ligne de front, une ampleur comparable à celle des Volques Arécomiques ou des Tolosates. C’est pour cette raison qu’il semble vraisemblable de rechercher leur emplacement dans la vallée du Jaur et dans celle de l’Orb, au pied du Massif Central, dans une dépression qui sera occupée au Moyen Âge par l’évêché de Saint-Pons dans la partie occidentale et par l’évêché de Béziers dans la partie orientale55.

  • 56 CIL, XII, 4247 (HGL, XV, 1527) ; Gascou, 1995 ; Schneider, Garcia, 1998, p. 86-88.

21Tel qu’il semble localisé, le territoire des Rutènes de Transalpine est de dimensions relativement réduites en profondeur, d’autant que l’on peut se demander si, à l’occasion de son intégration dans la provincia, des petits peuples de la périphérie rutène n’auraient pas été isolés et séparés, afin de poursuivre une existence autonome dans le cadre provincial romain. C’est le cas des Lutevani, eux aussi placés, sur les limites septentrionales de la Narbonnaise, au contact du grand peuple des Rutènes d’Aquitaine qui occupait la région des Grands Causses. Ils assurent la transition entre les régions du Massif central et le plat-pays méditerranéen. À leur propos on ne manquera pas de s’interroger : à qui faut-il les rattacher, car en considération de leur aire territoriale ils devraient être un peuple de second rang, c’est-à-dire une microstructure et non un peuple fédérateur ? Aux Rutènes de la province, sous l’égide de qui ils auraient débordé sur le flanc méridional des Grands Causses ? Aux Volques Arécomiques, dont ils auraient été un élément avancé en direction du Nord-Ouest ? On ne dispose pas d’argument déterminant pour trancher fermement dans un sens ou dans un autre. La contiguïté territoriale la plus forte orienterait vers la mouvance rutène. Pourrait aller dans le même sens le contrôle qu’exercent les Lutevani sur un des passages importants reliant la côte méditerranéenne à l’intérieur de la Gaule Chevelue, plus tard parcouru par une voie reliant Cessero/Saint-Thibéry à Segodunum/Rodez. A l’instar des Tricastini, leur importance s’est accrue tout au long de l’époque impériale : les Lutevani font partie des oppida latina de Pline et nous savons aussi, par une inscription de Béziers, que Claude ou Néron leur octroya le statut de colonie latine56. Qui plus est, comme les Tricastini ils traversèrent sans encombre les réorganisations administratives de l’époque tardive. La civitas Lutevensium est mentionnée dans la Notitia Galliarum au même titre que Narbonne, Béziers, Toulouse et Nîmes en Narbonnaise Première. On pourrait donc envisager que l’amputation par Rome du territoire rutène se serait traduite, soit immédiatement, soit après un certain temps (en tout cas avant l’époque augustéenne, date de la rédaction du document administratif utilisé par Pline) par un découpage minutieux des communautés ainsi incluses dans la provincia de Transalpine. Si l’on ajoute aux déstructurations qui se produisirent dans la zone correspondant à l’emprise du cadastre B de Béziers, on estimera que dans ce secteur l’œuvre des autorités romaines entraîna de profondes modifications dans la vie et dans l’organisation des communauté. Les remaniements furent importants dans la géographie humaine : divisions et scissions conduisent à privilégier, au ier siècle av. J.-C. et au ier siècle apr. J.-C., une géographie administrative fondée sur des microstructures. En même temps que s’effectuait l’appréhension des macrostructures, les autorités romaines n’hésitaient pas à les considérer sur un mode plus décomposé, propre à orienter d’éventuelles déstructurations. Mais sur ce point c’est Pline (et sa source) qui viennent à notre secours.

  • 57 Barruol, 1980, p. 35.

22D’autre part, sans aucun doute, les interventions romaines dans l’arrière-pays de Narbonne ont contribué à masquer fortement et à transformer la géographie humaine antérieure à la mise en place de la provincia. Elles furent parachevées par la création des colonies de droit romain, Narbonne, fondation ancienne d’inspiration gracchienne, refondée par César, puis Béziers, fondation d’époque triumvirale. Au-delà de ce Narbonnais élargi, si l’on s’oriente vers les Pyrénées, on pourrait entrevoir que le paysage social et politique est celui de la division et de l’émiettement. A propos de cette région, Strabon évoque des peuples obscurs et petits (IV, 1, 12). Cet émiettement apparaît aussi lorsque Tite Live (XXI, 24)57 évoque les reguli qui détenaient dans cette région le pouvoir politique à l’époque de l’expédition d’Hannibal. Prenons en acte : du point de vue territorial ceci correspond aux oppida latina d’Illiberis/Elne et de Ruscino Latinorum, et au pays des Sordes (regio Sordorum). Mais, dans la mesure où l’effet des installations romaines oblitère les situations anciennes dans la zone de Narbonne et de Béziers, il est difficile de savoir si cette situation d’émiettement l’emportait précédemment jusqu’aux abords de l’Hérault. Cela semble toutefois vraisemblable, ce qui conduit à envisager, dans la problématique, la question d’un éventuel démembrement.

  • 58 On se référera aussi aux remarques de P. Thollard (ci-dessus n. 21).
  • 59 Mauné, 2003.
  • 60 C’est ainsi qu’il conviendrait d’aborder la question de l’organisation des communautés par le pouvo (...)

23Ce préalable est nécessaire lorsqu’on évoque l’aire ethnique dans laquelle s’établit la colonie de Narbonne. Ptolémée (II, 10, 6) place la limite entre Tectosages et Arécomiques sur l’Hérault. Mais le passage de Strabon qui, ici, reprenant les données de Posidonios et fournissant des indications qui correspondent à la situation qui existait lors de la conquête romaine, signale que Narbonne était le port des Arécomiques (IV, 1, 12). Ce passage mérite une attention certaine58. Si l’on suit Strabon, il faut convenir que l’insertion de Narbonne dans un territoire lié aux Volques Arécomiques conduit dans une région bien distante de Nîmes qui, chez ce même auteur, est définie comme métropole de ce peuple. Si l’on peut reprendre, à propos de ces derniers le schéma explicatif proposé par G. Barruol pour analyser le contenu de la « confédération » cavare, puis celui de la « confédération » salyenne, et si l’on accepte l’indication qu’apporte Strabon, on pourrait estimer qu’à distance de l’épicentre constitué par la région nîmoise et peut-être par le Montpelliérais, l’emprise arécomique était réelle mais moins prégnante qu’ailleurs lorsque s’établit dans la zone correspondant au Languedoc méditerranéen la domination de Rome. Ainsi non seulement on éclairerait le renseignement de Strabon, mais encore on comprendrait mieux l’émiettement qui apparut dans ce secteur à partir d’un certain moment. L’empreinte de Rome aurait pu se traduire par une amputation de l’emprise des Volques Arécomiques, mais sur une partie périphérique de leur zone d’implantation. Un certain nombre de communautés auraient ainsi été détachées de leur point de référence politique, comme l’avaient été les communautés les plus méridionales de l’ensemble rutène d’époque préromaine. Le territoire de la cité de Béziers, dans sa configuration de l’époque du Haut Empire, englobe au moins une cité de droit latin, sinon deux (Cessero, et les Piscenae), et il jouxte au nord-est la cité des Lutevani, tandis que Agathè/Agde demeurait à part. Si l’on doute à présent que les Piscenae soient à maintenir dans cette région59, l’agglomération de Cessero avait suffisamment de consistance pour devenir oppidum latinum et constituer une enclave dans le territoire de la colonie de vétérans de Béziers. L’émiettement que l’on voit apparaître dans l’organisation des communautés, et qui met en évidence la place des microstructures, est ici plus important que dans la moyenne vallée du Rhône. Mais le réticulé ancien a été largement effacé par les entreprises romaines dès l’époque de Domitius, et dans le Biterrois la fondation de la colonie en 36 av. J.-C. est venue parachever l’occultation des groupes indigènes60.

5. Entre Rhône et Pyrénées : les Volques Arécomiques

  • 61 Goudineau, 1976 ; Christol, 1999, p. 14-16.
  • 62 Il faut tenir compte des relations orageuses des Arécomiques avec les factions politiques romaines (...)
  • 63 Py, 1993, p. 253-258 ; déjà p. 238-240.

24C’est aussi le trait dominant de l’analyse du pays des Volques Arécomiques. C’est dans cet espace que se lisent le mieux les rapports entre microstructures et macrostructures, l’articulation et la désarticulation de leurs relations. En effet, par une analyse régressive on peut remonter de la situation perceptible chez Pline à celle qui existait avant la création de la grande cité de Nîmes par la volonté d’Auguste. La mention, par Strabon et par Pline, des vingt-quatre oppida latina qui auraient été placés sous l’autorité de ce chef-lieu, en perdant à l’occasion leur autonomie politique, met au jour une situation bien plus ancienne. Elle remonte, en ce qui concerne l’octroi du droit latin, à l’époque de César61, mais elle renvoie, en ce qui concerne l’émiettement politique, à une période plus ancienne, à un horizon antérieur à l’époque césarienne62, en quelque sorte à un héritage de la période protohistorique, largement explorée par les travaux de M. Py. En effet, la mesure de César n’avait pu récuser aux communautés qui constituaient encore le peuple des Volques Arécomiques une autonomie politique et institutionnelle. Ou, pour décrire différemment ce qui semble un phénomène incontestable : ces communautés disposaient pour leur organisation politique d’une armature institutionnelle tellement évidente qu’il semblait impossible de ne pas les considérer comme capables d’entrer pleinement dans le cadre de la cité, tel que le concevaient les Romains de la première moitié du ier siècle av. J.-C. Elles constituaient donc, chacune prise isolément, une entité politique de plein droit, méritant de figurer dans le groupe des oppida latina et à en allonger la liste. Il nous semble que sur ce point on peut établir une jonction avec les données de l’archéologie, telles que les a interprétées M. Py, lorsqu’il fait de l’« oppidum-cité » la base de l’organisation territoriale du monde des Volques Arécomiques63.

  • 64 La corrélation avec le développement des agglomérations, où édifices publics et utilitaires sont ca (...)
  • 65 Christol, 2002, p. 85-86, p. 99 ; p. 423-433 sur CIL, XII, 4190 ; Raux, Thollard, 2003. La communic (...)
  • 66 AE, 1055, 107 ; Christol, 2002, p. 88.
  • 67 Roth-Congès, Charmasson, 1992. Bien des aspects de la démarche et bien de conclusions sont difficil (...)
  • 68 Par exemple, les Umbranici : voir en dernier Roth-Congès, 2004.

25Mais lorsque les oppida latina furent attribués à Nîmes, perdant ainsi leur autonomie, le territoire de la nouvelle cité conserva, comme enclaves, quelques-unes des communautés. Elles apparaissent comme des microstructures enclavées dans la macrostructure, ayant échappé au processus de fusion. Elles demeuraient d’authentiques lieux d’expression de la vie politique, au moins tant qu’elles jouirent du statut d’oppidum latinum. Elles attestent la capacité de résistance de quelques républiques villageoises, témoignages de la vigueur de l’émiettement de la vie politique dans cette partie de la province64. Murviel-les-Montpellier pourrait en être une dans la partie occidentale du territoire65. Le site de Vié-Cioutat, près d’Alès en serait une autre, puisqu’on y a découvert un petit socle portant la mention d’un édile, Iulius Boudus, dans l’exercice de ses prérogatives (il agit ex multis)66 En revanche, les énigmatiques Samnagenses, s’ils entrent dans le dossier des cités enclavées dans le territoire de la cité de Nîmes, sont d’une localisation incertaine67. D’autres peut-être resteraient pour l’instant à identifier ou à situer. En effet, il existe encore dans la liste de Pline quelques oppida latina non repérés sur la carte, dont la localisation demeure problématique68. La recomposition du paysage politique par regroupement se poursuivit, mais progressivement, aboutissant à transformer ces agglomérations en agglomérations secondaires, ayant perdu leur caractère de centre autonome. Comme nous venons de le dire, cet émiettement correspondait vraisemblablement à un niveau d’évolution politique avancé. Si l’on peut exprimer ce point de vue d’une autre façon, on estimera qu’à un certain moment les autorités romaines auraient pu constater, soit pour en prendre acte tout simplement, soit pour l’utiliser en vue d’affaiblir la puissance des Volques pris dans leur ensemble, que l’organisation de la vie politique s’éparpillait largement en une multitude de communautés et que cette situation pouvait servir les intérêts du pouvoir dominant. Mais par la suite, il en alla différemment, même si la phase d’émiettement politique avait conduit quelques-uns de ces centres de modestes dimensions à mettre en valeur, peut-être même en allant au-delà du possible en matière de ressources, le potentiel politique qui leur était octroyé. Ainsi, hors des zones correspondant aux colonies de Narbonne et de Béziers se pose, sous une forme spécifique, la question des relations entre les microstructures relativement fortes en raison de leur organisation politique et la macrostructure qui les englobe.

6. À l’est du Rhône

  • 69 Présentation d’ensemble par Verdin, 2002, puis par Bats, 2003.
  • 70 Bats, 2003, p. 159-163.
  • 71 Christol, Janon, 2000.
  • 72 Bats, 2003, p. 162-163.

26Si l’on revient enfin, et brièvement, sur la rive gauche du Rhône69, on découvre des situations comparables : fortes interventions de l’autorité politique dans la zone correspondant aux colonies de vétérans d’Arles et de Fréjus, décomposition et restructuration d’unités politiques de la fin de la période protohistorique, qui survivent partiellement sous forme de communautés provinciales de bonnes dimensions et qui demeurent ainsi jusqu’à l’Antiquité tardive dans la liste fournie des cités de Narbonnaise Seconde. Aquae Sextiae Salluviorum, qui figure dans la liste de Pline, constitue, comme Avignon pour les Cavares, mais avec un peu plus d’importance par son territoire, un témoin officiel du peuple salyen de l’époque préromaine70. En revanche Glanum, quoique disposant du statut politique brillant de colonie latine71, n’a pas la même ampleur : son territoire ne couvre qu’une médiocre superficie, entre le versant septentrional des Alpilles et la Durance où pourrait commencer le territoire d’Avennio Cavarum. Que dire d’autres lieux de moindre importance (Maritima Avaticorum, Anatilia, etc) qui pourraient être considérés comme des entités résultant de la fragmentation de ce peuple72, préservées pendant quelques décennies ou parfois davantage mais finalement absorbées dans la puissante colonie d’Arles ? Il existe donc un certain nombre de communautés aux dimensions plus réduites, dont le nom apparaît au sein de la liste de Pline. À l’instar de celles qui se trouvaient entre Rhône et Pyrénées, elles ont été englobées peu à peu dans les entités politiques plus importantes qu’elles côtoyaient ou dans le territoire desquelles elles avaient été enclavées.

  • 73 Bérard et al., 1993.
  • 74 ILN Fréjus, 164.
  • 75 Bertoncello, Codou, 2003, p. 168.
  • 76 Cic., Ad Fam., X, 17, 1.
  • 77 D’un avis différent Gascou, Martos, 2000. Mais déjà critique par Bertoncello, 2002, p. 155-157.
  • 78 Schémas d’évolution différents dans Bertoncello 2002, puis dans Bertoncello, Codou, 2003, p. 168.

27On retrouve le même phénomène plus à l’est dans la colonie de Fréjus. L’agglomération de Matavo et le territoire environnant, à la jointure du territoire de la colonie des vétérans de la Huitième légion et de la cité d’Aix, avait joui d’une autonomie qui se marqua par l’émission d’un monnayage spécifique73. Mais la liste de Pline ne mentionne nullement cette agglomération : elle n’avait pas survécu aux décisions successives qui avaient transformé des oppida latina, jouissant de l’autonomie politique en oppida ignobilia. C’était la situation de l’époque de Vespasien vraisemblablement. Mais il reste à établir la date de l’événement. On tiendra compte de l’existence d’une inscription latine de l’époque de Caligula, qui mentionne le pagus Matavonicus comme responsable d’un hommage à l’empereur74. Ne pourrait-on pas considérer que cette indication, montrant la persistance d’une possibilité d’action collective, serait l’indice que l’absorption dans la colonie de Fréjus n’aurait été qu’un fait récent ? Il faudrait en conclure que le nom de Matavo devait figurer dans la source de Pline, avec l’indication de son déclassement ultérieur, et que peut-être l’absorption ne serait pas à dater de la création de la colonie de Fréjus, comme on l’a envisagé75. Quant à Forum Voconii, pour sa part agglomération créée à l’initiative d’une autorité romaine dans cette partie de la Transalpine d’époque républicaine76, la localité figure dans la liste des oppida latina, mais on n’en trouve plus de trace par la suite : elle a donc subi le même sort que sa voisine. Mais la date de l’absorption est sans aucun doute postérieure au moment de la rédaction de l’Histoire naturelle77. Dans ce qui devint le territoire de la colonie de Fréjus dans sa plus grande extension, l’absorption de petites communautés fut décidée au cas par cas78, et ne résulta point, comme pour Nîmes, d’une mesure globale.

28Ces remarques conduisent à quelques observations plus générales.

29Les unes sont relatives à la chronologie. Il faut insister sur l’importance du premier siècle de l’organisation de la provincia jusqu’à l’œuvre organisatrice d’Auguste.

30D’autres sont relatives à la subdivision des espaces à l’intérieur même de la Transalpine, devenue plus tard Narbonnaise. Déjà les interventions les plus fortes du pouvoir romain, par les dépossessions foncières, puis par le développement du fait colonial au profit de vétérans, ont conduit à isoler plusieurs secteurs et à imposer aux communautés qui s’y trouvaient de fortes déstructurations qui risquaient même d’effacer leur trace : ce sont les espaces correspondant aux colonies de Narbonne, Arles, Béziers, Orange et Fréjus.

31Mais on ne saurait traiter de la même façon les autres communautés qui vécurent sur un mode différent l’empreinte organisatrice des autorités romaines. C’est donc plutôt l’image de la diversité qui s’impose. Il convient de plus d’observer que si, par Strabon, on peut tenter un parallèle entre l’évolution du peuple des Arécomiques et celle du peuple des Allobroges, la comparaison peut s’arrêter bien rapidement. Chacune de deux grandes cités présentait des faciès, que mettent peu à peu en évidence des réflexions sur la structuration de l’espace, associant documentation archéologique et documentation épigraphique.

32Évoquer l’organisation des communautés en Gaule méridionale c’est opter pour la diversité et à se positionner, comme niveau d’observation, sur des ensembles politiques et humains d’étendue moyenne, avant d’envisager l’horizon correspondant à l’ensemble de la province.

33En somme, chemin faisant, est apparue l’originalité de la Celtique « prolongée » de C. Jullian et la nécessité de la traiter en tant que telle, comme l’avait fait pour la partie orientale G. Barruol et comme l’a fait après lui M. Py dans son bilan d’ensemble des parties les plus méridionales. Nous y découvrons, à partir d’une période correspondant à la mise en place de la provincia, et sur une durée d’un siècle au moins l’importance de l’action des autorités romaines. Mais celle-ci est cependant variable d’une partie à l’autre. La problématique de la déstructuration et de la restructuration doit donc être envisagée d’une façon différenciée, et l’attention à la diversité doit être constante. Telles peuvent apparaître les cadres d’une entreprise à poursuivre, en tenant compte, de surcroît, de tous les apports de l’archéologie.

Haut de page

Bibliographie

Albenque, A., 1948, Les Rutènes. Études d’histoire, d’archéologie et de toponymie gallo-romaines, Rodez – Paris.

Arcelin, P., 2003, Les poleis massalias d’Étienne de Byzance et les mutations culturelles de la Protohistoire récente dans la basse vallée du Rhône, dans M. Bats, B. Dedet, P. Garmy, Th. Janin, C. Raynaud et M. Schwaller (éd.), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol. Montpellier, p. 131-145.

Barruol, G., 1969, Les peuples préromains du sud-est de la Gaule, suppl. 1 à la Revue archéologique de Narbonnaise, Paris (réimpr. 1975).

Barruol, G., 1980, Le pays des Sordes, dans G. Barruol (éd.), Ruscino, Château-Roussillon, Perpignan (Pyrénées-Orientales), I. État des travaux et recherches en 1975 suppl. 7 à la Revue archéologique de Narbonnaise, Paris, p. 29-35.

Bats, M., 2003, Lygiens et Salyens d’Hécatée à Strabon, dans M. Bats, B. Dedet, P. Garmy, Th. Janin, C. Raynaud et M. Schwaller (éd.), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, Montpellier, p. 147-166.

Bérard, G., Codou, Y., Fiches, J.-L., Rodgers, J.L. et Sintès, G., 1993, Matavo (Cabasse, Var) et le pagus Matavonicus, RAN, 26, p. 301-337.

Bertoncello, F., 2002, La cité de Fréjus (Var, France) : modalités de l’implantation romaine et dynamiques territoriales, dans D. Garcia et F. Verdin (éd.), Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale (Actes du XXIVe colloque international de l’AFEAF, Martigues, 1-4 juin 2000), Paris, p. 150-159.

Bertoncello, F. et Codou, Y., 2003, Variations sur un thème : le territoire de la cité antique et du diocèse médiéval de Fréjus (Var), dans M. Bats, B. Dedet, P. Garmy, Th. Janin, C. Raynaud et M. Schwaller (éd.), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol. Montpellier, p. 167-180.

Chalon, M., 1976, dans G. Cholvy (dir.), Le diocèse de Montpellier, Paris, p. 8-35 (Histoire des diocèses de France. dir. Palanque (J.-R.) et Plongeron (B.).

Chastagnol, A., 1970, Le diocèse civil d’Aquitaine au Bas-Empire, BSNAF, p. 272-292 ( = Chastagnol, 1995, p. 235-255).

Chastagnol, A., 1971, Les modes d’accès au sénat romain au début de l’Empire : remarques à propos de la table claudienne de Lyon, BSNAF, p. 282-310.

Chastagnol, A., 1973, Le repli sur Arles des services administratifs gaulois en l’an 407 de notre ère, Rev. Hist., 249, p. 23-40 ( = Chastagnol, 1995, p. 257-274).

Chastagnol, A., 1985, Les cités de la Gaule romaine, dans Sept siècles de civilisation romaine vus d’Autun, Autun, p. 85-100.

Chastagnol, A., 1987, À propos du droit latin provincial, Iura, 38, p. 1-24 ( = Chastagnol, 1995, p. 89-112).

Chastagnol, A., 1995, La Gaule romaine et le droit latin, Lyon, 1995.

Christol, M., 1994, Pline l’ancien et la formula de la province de Narbonnaise, dans C. Nicolet (dir.), La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées de la Rome antique, Paris, p. 45-63.

Christol, M., 1998, Cités et territoires autour de Béziers à l’époque romaine, dans M. Clavel et A. Vignot (éd.), Cité et territoire II (Colloque européen, Béziers, 24-26 octobre 1997), Paris, p. 208-222.

Christol, M., 1999, La municipalisation de la Gaule Narbonnaise, dans M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier (dir.), Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain, Paris, p. 1-27.

Christol, M., 2002, Institutions, épigraphie et histoire, dans J.-L. Fiches et al., 2002, p. 83-93.

Christol, M., 2004, Notes d’épigraphie, 7-8, Cahiers du Centre G.-Glotz, 15, p. 102-119.

Christol, M., 2006, Interventions agraires et territoire colonial : remarques sur le cadastre B d’Orange, dans A. Gonzales et J.-Y. Guillaumin (éd.), Autour des Libri coloniarum. Colonisation et colonies dans le monde romain, Besançon, p. 83-92.

Christol, M., 2009, Géographie administrative et géographie humaine entre Rhône et Pyrénées, dans L. Callegarin et Fr. Réchin (éd.), Espaces et Sociétés à l’époque romaine : entre Garonne et Ebre. Actes de la Table-ronde de Pau, 26-27 janvier 2007. Hommage à Georges Fabre (Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, Hors-série n° 4), p. 27-37.

Christol, M., à paraître, Les Rutènes et la provincia.

Christol, M. et Janon, M., 2000, Le statut de Glanum à l’époque romaine, RAN, 33, p. 47-54.

Christol, M. et Goudineau, Chr., 1987-1988, Nîmes et les Volques Arécomiques au ier siècle avant J.-C., Gallia, 45, p. 87-103.

Christol, M. et Heijmans, M., 1992, Les colonies latines de Gaule Narbonnaise : un nouveau document d’Arles mentionnant la Colonia Iulia Augusta Avennio, Gallia, 49, p. 37-44.

Christol et al., 2006 = Christol, M., Fiches, J.-L., Gasco, Y. et Michelozzi, A., 2005-2006, Une nouvelle dédicace de T(itus) Carisius, praetor Volcarum, près d’Ugernum (Beaucaire, Gard), RAN, 38-39, p. 409-423.

Clavel, M., 1970, Béziers et son territoire dans l’Antiquité, Paris.

Clavel, M., 1988, Terre, contrôle et domination. Révoltes et cadastres en Transalpine, dans Forms of Control and subordination in Antiquity, Tokyo, p. 177-208 ( = Clavel, 1989, p. 213-254).

Clavel, M., 1989, Puzzle gaulois, Paris.

Clavel, M., 1995, Béziers : territoire et cité : la fonction génétique du cadastre précolonial, dans M. Clavel-Lévêque et R. Plana-Mallart (éd.), Cité et territoire. I (Colloque européen, Béziers, 14-16 octobre 1994), Paris, p. 89-100.

Clavel, M., 1995, Atlas des cadastres de la Gaule.1. Le réseau centurié Béziers B, Paris.

Dupont, A., 1942, Les cités de la Narbonnaise première depuis les invasions germaniques jusqu’à l’apparition du consulat, Montpellier.

Feugère, M., 2008, Le monnayage gaulois BnF 3571/72 et les origines préromaines de la cité de Béziers, RN, p. 185-208.

Fiches, J.-L., 2002, Ensérune, Nissan-les-Ensérune (Hérault), dans J.-L. Fiches et al., 2002, p. 218-224.

Fiches et al., 2002 = Fiches, J.-L. (dir.), 2002, Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, Monographies d’archéologie méditerranéenne, 13, Lattes.

Fiches, J.-L., 2006, Les formes de l’héritage celtique dans les agglomérations secondaires, dans D. Paunier (éd.), La romanisation et la question de l’héritage celtique (Actes de la table ronde de Lausanne, 17-18 juin 2005), Glux-en-Glenne, ( = Celtes et gaulois : l’archéologie face à l’histoire, Bibracte 12, 5), p. 83-92.

Frei-Stolba, R., 1984, Zum Stadtrecht von Vienne (Colonia Iulia Augusta Florentia Vienna), Mus. Helv., 41, p. 81-95.

Garcia, D., 2002, Dynamiques territoriales en Gaule méridionale durant l’âge du fer, dans D. Garcia et F. Verdin (éd.), Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale (Actes du XXIVe colloque international de l’AFEAF, Martigues, 1-4 juin 2000), Paris, p. 88-103.

Gascou, J., 1982, Quand la colonie de Fréjus fut-elle fondée ?, Latomus, 41, p. 132-145.

Gascou, J., 1990, Le statut d’Avignon d’après un prétendu faux épigraphique d’Apt (Vaucluse), RAN, 23, p. 225-233.

Gascou, J., 1995, A propos d’un décurion de Lodève, ZPE, 105, p. 89-94.

Gascou, J. et Martos, F., 2000, Deux inscriptions de Forum Voconii : contribution à l’étude des sources de Pline, NH, 3, 31-37, ZPE, 130, p. 232-237.

Gascou, J. et Pelletier, A., 2004, Introduction générale. Historique de la cité : de la conquête romaine à la fin du IIIe siècle, dans B. Rémy (dir.), Fr. Bertrandy, Fr. Kayser, A. Pelletier et Fr. Wiblé, 2004, Inscriptions latines de Narbonnaise (ILN), V, 1, Paris, p. 37-42.

Gayraud, M., 1981, Narbonne antique des origines à la fin du IIIe siècle, Paris.

Goudineau, Chr., 1976, Le statut de Nîmes et des Volques Arécomiques, RAN, 9, p. 105-114.

Goudineau, Chr., 1994, César et la Gaule, Paris.

Goudineau, Chr., 1998, Regard sur la Gaule, Paris.

Griffe, E., 1953-1954, Une hypothèse sur les Ruteni provinciales. BCTH (section de philologie et d’histoire), p. 45-50.

Harries, J., 1978, Church and State in the Notitia Galliarum, JRS, 68, p. 26-43.

Jullian, C., 1920, Histoire de la Gaule, I (4e éd.), Paris.

Jullian, C., 1921, Histoire de la Gaule, II (4e éd.), Paris.

Jullian, C., Histoire de la Gaule, III (4e éd.), Paris.

Labrousse, M., 1968, Toulouse antique des origines à l’établissement des Wisigoths, Paris.

Leveau, Ph., 2002, Les territoires. Un bilan des méthodes d’étude. dans D. Garcia et F. Verdin (éd.), Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale (Actes du XXIVe colloque international de l’AFEAF, Martigues, 1-4 juin 2000), Paris, p. 9-17.

Mauné, St., 1998, Les campagnes de la cité de Béziers dans l’Antiquité (partie nord-orientale) (IIe s. av. J.-C.-VIe s. apr. J.-C.), Montagnac.

Mauné, St., 2003, À propos des Piscinae, Pézenas et des Piscenois : quelques réflexions sur la localisation de l’agglomération antique et sur les oppida latina de la vallée de l’Hérault, dans M. Bats, B. Dedet, P. Garmy, Th. Janin, C. Raynaud et M. Schwaller (éd.), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, Montpellier, p. 281-296.

Nicolet, C., L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’empire romain, Paris.

Pflaum, H.-G., 1968, La mise en place des procuratèles financières dans les provinces du Haut-Empire, Rev. hist. de droit français et étranger, 46, p. 367-388.

Piganiol, A., 1962, Les documents cadastraux de la colonie romaine d’Orange, Paris.

Rambaud, M., 1974, L’espace dans le récit césarien, dans R. Chevallier (éd.), Mélanges R. Dion, Paris, p. 111-129 (Caesarodunum, IX bis).

Raux, St. et Thollard, P., 2003, L’agglomération antique du Castellas (Murviel-les-Montpellier, Hérault). Nouveau programme de recherches, premiers résultats, RAN, 26, p. 51-92.

Rivet, A.L.F., 1988, Gallia Narbonensis. Southern Gaul in Roman Times, Londres.

Roth-Congès, A. et Charmasson, J., 1992, Entre Nemausus et Alba, un oppidum latinum ? Les agglomérations antiques de Gaujac et Laudun et la question des Samnagenses, RAN, 25, p. 49-67.

Roth-Congès, A., 2004, Le statut des agglomérations secondaires en Languedoc oriental et l’oppidum latinum des Umbranici », dans M. Bats, B. Dedet, P. Garmy, Th. Janin, C. Raynaud et M. Schwaller (éd.), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, Montpellier, p. 549-564.

Schillinger-Häfele, U., 1970, Solidum civitatis Romanae beneficium. Hermes, 118, p. 383-384.

Schneider, L. et Garcia, D., 1998, Le Lodévois (CAG 34/1), Paris.

Tarpin, M., 2006, « Territoires » celtiques, civitates gallo-romaines : quelles continuités ?, dans D. Paunier (éd.), La romanisation et la question de l’héritage celtique (Actes de la table ronde de Lausanne, 17-18 juin 2005), Glux-en-Glenne, ( = Celtes et gaulois : l’archéologie face à l’histoire, Bibracte 12, 5).

Thollard, P., 2009, La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie, Paris - Aix-en-Provence, (Bibliothèque d’archéologie Méditerranéenne et Africaine, 2).

Verdin, F., 2002, Les Salyens, les Cavares et les villes du Rhône, dans D. Garcia et F. Verdin (éd.), Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale (Actes du XXIVe colloque international de l’AFEAF, Martigues, 1-4 juin 2000). Paris, p. 139-149.

Haut de page

Notes

1 Jullian, 1921, p. 3-36 (Chapitre 1 : La tribu et la peuplade).

2 Le terme l’emporte bien vite dans le chapitre 1. C. Jullian emploie même, p. 22, l’expression de « régime de la nation » pour définir l’apparition de communautés plus larges et l’adoption d’un genre de vie qui nécessite de recourir aux catégories du politique : voir aussi p. 24 et p. 30, où il s’intéresse au territoire de la nation/cité. On retiendra aussi aux p. 22-23, dans une perspective orientée vers la continuité entre les cités gauloises et les cités gallo-romaines d’une part et les régions de l’ancienne France d’autre part, la remarque sur les « affinités de voisinage qui font les nations perpétuelles » Le terme devient d’usage courant dans le chapitre suivant intitulé Institutions politiques (p. 37-63).

3 Jullian, 1921, p. 15 : « c’étaient les territoires de ces tribus qui constituaient les subdivisions les moins étendues et les plus tenaces du sol de la Gaule entière ». Voir aussi, p. 16-18 (avec la référence aux travaux de Vidal de la Blache, p. 18, n. 2).

4 Jullian, 1921, p. 19.

5 En revanche il évoque la « Gaule confédérée » de Vercingétorix : Jullian, 1921, p. 38.

6 Jullian, 1921, p. 13. On ajoutera la remarque finale du chapitre 1 (p. 36) dans laquelle s’exprime le mieux cette perspective de dépassement vers l’unité de la Gaule : « Chacune de ces cités était un principe de patriotisme plus large : le monde gaulois présentait avec elles, un double élément d’unité et de variété ». On confrontera avec le point de vue de Goudineau, 1998, p. 21-26, p. 326.

7 Jullian, 1921, p. 12, cf. p. 22-23. A ce sujet, Goudineau 1998, p. 21-25.

8 Jullian, 1921, p. 21 : « Dans la Celtique prolongée, celle qu’ont soumise au sud des Cévennes les descendants d’Ambigat, les fédérations sont plus récentes, et l’union entre les tribus d’un même groupe sera longtemps très fragile ». Voir à présent Py, 1993 et Py, 2003.

9 A ce moment, correspondant au temps de rédaction du Pro Fonteio ou des Commentaires, sa configuration géographique semblait acquise et son organisation administrative bien stabilisée. : un cadre est donné par Goudineau, 1998, p. 129-140. La mise en place des structures provinciales fut sans aucun doute progressive, en raison des interventions successives des représentants de l’État romain. On doit envisager une phase d’installation et d’organisation par les interventions de Quintus Fabius Maximus et de Cnaeus Domitius Ahenobarbus : Christol, à paraître b. Des contacts très larges sont certainement plus anciens : Goudineau, 1998, p. 104-106.

10 Leur emplacement sera examiné ci-dessous.

11 On relèvera que la description de ces peuples, qui contribue à les individualiser dans leur citation, résulte de situations ou de contextes dans lesquels l’emporte la perception politique ou administrative.

12 Jullian, 1921, p. 34 : « des dix tribus celtoligures de la Provence, la plus ancienne et sans dotue la plus importante était la tribu celtoligure des Salyens (Arles ?) : elle finit par désigner l’état tout entier ». Avec renvoi à Jullian 1920, p. 249-250 et p. 311-312.

13 Jullian, 1921, p. 39 avec n. 3 et 4.

14 Appien, Celtica, 12.

15 Diodore, 34, 36 ; Liv., 25, 42, 8. Rois de la région de Béziers : Clavel, 1970, p. 155-156, p. 183-192. Voir aussi Goudineau, 1998, p. 106.

16 Barruol, 1969. Le terme « confédération » est un élément essentiel du vocabulaire classificatoire, adopté par l’auteur, aux p. 185-391. Il est aussi question de « fédération politique et militaire » (p. 188), de « larges ensembles ethno-politiques » (p. 364), de « liens fédératifs » ou de « patronages » sur des peuples d’importance moindre (p. 232). A un niveau inférieur se trouvent les « tribus secondaires » (p. 232), les « peuplades secondaires » (p. 364). Il apparaît aussi chez Py, 1993, p. 41, p. 44.

17 Leveau, 2002.

18 Tarpin, 2006.

19 Déjà Christol, 2009.

20 Pline, NH, III, 31-37. On se référera en dernier à l’édition de H. Zehnacker (CUF, Paris, 2004), livre III, p. 22-25 (texte) et p. 126-135 (commentaires). Voir à ce propos, Nicolet 1988, p. 181-201 ; Christol, 1994. Sur la nécessité de bien définir et de prendre en considération la spécificité des auteurs antiques, cf. Christol, 2009. Le même point de vue a été défendu, indépendamment, par P. Thollard dans un chapitre de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches (HDR), Strabon. Texte et archéologie, vol. 3, Strabon et la Gaule (dactyl., Univ. de Provence/Aix-Marseille, novembre 2007), p. 60-72 (Notice 1 : Strabon, Pline et Ptolémée). Désormais, Thollard, 2009, p. 77-100.

21 Sous le nom d’oppidum latinum se cachent autant des colonies latines (Aix-en-Provence, Avignon, etc.) que des cités qui n’ont pas le droit colonial : Chastagnol, 1987, p. 6 (= Chastagnol, 1955, p. 94). Il semble raisonnable de réunir dans un même groupe les oppida mentionnés isolément dans la première partie du texte et les oppida latina mentionnés en ordre alphabétique in mediterraneo.

22 Christol, 1994, p. 58-61.

23 Pour la date, Christol, Goudineau, 1987-1988, p. 98 (entre 16 et 13 av. J.-Chr.) ; mais on pourrait envisager une date un peu antérieure (vers 20 av. J.-C.) à partir des inscriptions relatives aux constructions urbaines : Christol, 1999, p. 21.

24 Dans la partie orientale, on pourrait en trouver trace, aussi à une date précoce, dans l’absorption de la petite communauté qui gravitait autour de Matavo au sein de la colonie romaine de Fréjus : elle subsista sous le nom de pagus Matavonicus.

25 Chastagnol, 1970, p. 275-289 (= Chastagnol, 1995, p. 238-252) ; Harries, 1978. Le texte se place avant l’élévation d’Arles au rang de capitale impériale : Chastagnol, 1973 (= Chastagnol 1995, p. 257-274).

26 Le castrum Ucetiense, la civitas Agathensium, la civitas Magalonensium apparaissent plus tard comme nouveaux sièges. Pour le premier, il faut tenir compte de la mention de l’évêque Constantius au concile de Vaison en 442 : Harries, 1978, p. 36 ; le second est constitué dans la seconde moitié du ve s. apr. J.-C., mais la date est conjecturale : Chalon, 1976, p. 14-15.

27 Barruol, 1969, p. 231-240.

28 Barruol, 1969, p. 132.

29 CIL, XIII, 1668 (ILS, 212). Le sens de l’expression a été débattu par O. Hirschfeld, C. Jullian, Ph. Fabia, etc. Plus récemment Schillinger-Häfele, 1970 ; Chastagnol, 1971, p. 291-292 ; Frei-Stolba, 1984.

30 Comme l’avait présumé Pflaum, 1968, p. 378. Voir enfin Gascou, Pelletier, 2004, p. 39-40.

31 Le passage de Strabon (IV, 1, 11), même si l’auteur insiste sur ce qui aurait été le fruit de l’action du seul peuple des Allobroges, ne peut pas ne pas être rapproché de celui concernant Nîmes et les Arécomiques (IV, 1, 12). A propos de ces derniers, même s’il n’évoque pas l’action des autorités romaines, l’organisation politique ne se conçoit pas autrement.

32 Barruol, 1969, p. 271, n. 5.

33 Gascou, 1982 ; Ptolémée (II, 10, 7) indique pour sa part que Valence est le chef-lieu des Segovellauni. Barruol, 1969-1975, p. 267-268, examine les documents sur la position de ce peuple, après avoir indiqué, p. 232, que les discordances entre les sources signifient que les Cavares avaient établi leur « patronage » sur un certain nombre de peuples de moindre rayonnement, tels les Memini, les Tricastini, les Segovellauni.

34 Piganiol, 1962, p. 79-84.

35 Gascou, 1990 ; Christol, Heijmans, 1992 ; Christol, 1999, p. 23.

36 Sur la relation entre la ville d’Avennio et le peuple des Cavares, le développement de Leveau, 2002, p. 15, est trop embrouillé pour être suivi. Sur ce point position plus raisonnable et plus claire de Arcelin, 2003, p. 135. En revanche, les remarques critiques de Bats 2003, p. 154-155, qui sont pleinement justifiées, dévient vers une tentative de conciliation qui ne convainc pas.

37 Barruol, 1969, p. 231-234 et p. 236-241, qui envisage que l’aire d’implantation du peuple cavare, stricto sensu, aurait correspondu aux territoires des cités romaines d’Avignon, de Cavaillon et d’Orange.

38 Clavel-Lévêque, 1988 (= Clavel-Lévêque 1989, p. 213-254).

39 L’empreinte de Rome sur le territoire d’Orange et sur le pays des Tricastins aurait même pu être plus précoce qu’on ne le pense. Elle se rapprocherait par ses modalités de ce que l’on connaît ailleurs par le développement du cadastre B de Béziers : Christol, 2006. Remarques rapides de Tarpin, 2006, p. 38.

40 C’est une solution qui a été aussi envisagée par Tarpin, 2006 p. 37 et 40. Mais la situation ainsi faite aux Tricastins ne se conçoit qu’avant l’octroi du droit latin (vraisemblablement sous César) qui restitua à leur communauté une pleine autonomie politique. L’amélioration de leur chef-lieu, à l’initiative d’Auguste, est autre chose : sans que soit modifié le statut politique, une petite capitale est mise en valeur.

41 La dénomination de la cité signifie que la ville chef-lieu a bénéficié des faveurs d’Auguste pour son développement, comme Nîmes (Augusta Nemausus).

42 Mise au point récente par Garcia, 2002, dans une perspective longue.

43 Clavel-Lévêque, 1995a ; Clavel-Lévêque, 1995b ; Mauné, 1998, p. 43-57.

44 Christol, 1998, p. 217-218.

45 Fiches, 2002.

46 C’est un sujet qui a été abordé à plusieurs reprises : déjà Christol, 1998, p. 214-219 ; Christol, à paraître b. Après avoir hésité sur la date de la scission opérée sur le territoire des Rutènes (époque de Pompée ? époque de Caius Valerius Flaccus ? nous avons adopté un point de vue qui se rapproche, mais pour d’autres raisons, de celui défendu par Jullian, 1921, p. 23-24). L’annexion des parties méridionales du territoire rutène, qui donne naissance aux Ruteni provinciales de César et aux Ruteni de Narbonnaise, connus par Pline, se placerait aux origines des entreprises romaines.

47 Duval, 1957, p. 215-227.

48 César, BG, I, 45, 2 : bello superatos esse Arvernos et Rutenos ab Q. Fabio Maximo; quibus populus Romanus ignovisset neque in provinciam redegisset neque stipendium imposuisset. Voir ci-dessus n. 44. Voir aussi Albenque, 1948, p. 76-77, ainsi que Clavel, 1970, p. 146-151.

49 Cic., Font., III, 4 : quae est igitur ista accusatio quae facilius possit Alpes quam paucos aerari gradus ascendere, diligentius Rutenorum quam populi Romani defendat aerarium, lubentius ignotis quam notis utatur, alienigenis quam domesticis testibus, planius confirmare crimen lubidine barbarorum quam nostrorum hominum litteris arbitretur ? Ainsi le Pro Fonteio fournit un terminus ante quem à la partition des Rutènes. Ce passage avait permis d’envisager qu’il s’agirait d’une mesure de Pompée.

50 Déjà Christol, 1999, p. 2-3. Le terme de civitas apparaît dans Cic., Font., 5, 12, dans un passage de présentation générale : Provinciae Galliae M. Fonteius praefuit, quae constat ex iis generibus hominum et civitatum qui, ut vetera mittam, partim nostra memoria bella cum populo romano acerba et diuturna gesserunt, partim modo ab imperatoribus subacti, modo bello domiti… ; ailleurs on trouve natio : Cic., Font., 5, 13 ; 13, 30.

51 La cité des Rutènes appartenant à l’Aquitaine est aussi connue par une inscription (AE, 1919, 58 ; Morlupo, Italie) : Dis Man(ibus) M(arci) Iuni Saturni M(arci) Iuni Potiti fil(ii) et Valeria[e] Canaviae, Rutaeni ex Aquitanica, vix(it) ann(is) XIX dieb(us) XXX

52 Goudineau, 1994, p. 201-211 ; Gayraud, 1981, p. 174-175.

53 Jullian, 1921, p. 428, n. 1.

54 Rambaud, 1974.

55 Sur les diverses hypothèses de localisation des Rutènes provinciaux : Albenque, 1948, p. 74-75 (reprenant l’hypothèse de C. Jullian, 1923, p. 23, n. 1) ; Griffe, 1953-1954 ; Labrousse, 1968, p. 205-206. L’interprétation que nous présentons a déjà été proposée dans Christol, 1995, p. 214-217.

56 CIL, XII, 4247 (HGL, XV, 1527) ; Gascou, 1995 ; Schneider, Garcia, 1998, p. 86-88.

57 Barruol, 1980, p. 35.

58 On se référera aussi aux remarques de P. Thollard (ci-dessus n. 21).

59 Mauné, 2003.

60 C’est ainsi qu’il conviendrait d’aborder la question de l’organisation des communautés par le pouvoir romain : dans un sens différent, Feugère, 2008.

61 Goudineau, 1976 ; Christol, 1999, p. 14-16.

62 Il faut tenir compte des relations orageuses des Arécomiques avec les factions politiques romaines et les interventions de ces dernières dans l’organisation de ce peuple à l’époque de Pompée. L’entité « confédérale » n’avait pas totalement été effacée. Elle reparaît peu après le milieu du ier siècle av. J.-C. : Christol et al., 2005-2006.

63 Py, 1993, p. 253-258 ; déjà p. 238-240.

64 La corrélation avec le développement des agglomérations, où édifices publics et utilitaires sont caractéristiques du paysage urbain, ne doit pas être négligée : elle se prolonge même au ier et au iie siècle apr. J.-C., comme le montrent quelques exemples puisés dans l’enquête sur les agglomérations gallo-romaines conduite sous la direction de J.-L. Fiches : Fiches, 2006.

65 Christol, 2002, p. 85-86, p. 99 ; p. 423-433 sur CIL, XII, 4190 ; Raux, Thollard, 2003. La communication de P. Thollard à ce même colloque apporte des confirmations qui seront publiées ultérieurement.

66 AE, 1055, 107 ; Christol, 2002, p. 88.

67 Roth-Congès, Charmasson, 1992. Bien des aspects de la démarche et bien de conclusions sont difficiles à accepter. On tiendra compte des remarques de Thollard, 2009, et ici-même.

68 Par exemple, les Umbranici : voir en dernier Roth-Congès, 2004.

69 Présentation d’ensemble par Verdin, 2002, puis par Bats, 2003.

70 Bats, 2003, p. 159-163.

71 Christol, Janon, 2000.

72 Bats, 2003, p. 162-163.

73 Bérard et al., 1993.

74 ILN Fréjus, 164.

75 Bertoncello, Codou, 2003, p. 168.

76 Cic., Ad Fam., X, 17, 1.

77 D’un avis différent Gascou, Martos, 2000. Mais déjà critique par Bertoncello, 2002, p. 155-157.

78 Schémas d’évolution différents dans Bertoncello 2002, puis dans Bertoncello, Codou, 2003, p. 168.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Christol, « L’organisation des communautés en Gaule méridionale (Transalpine, puis Narbonnaise) sous la domination de Rome », Pallas, 84 | 2010, 15-36.

Référence électronique

Michel Christol, « L’organisation des communautés en Gaule méridionale (Transalpine, puis Narbonnaise) sous la domination de Rome », Pallas [En ligne], 84 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 30 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/3341 ; DOI : 10.4000/pallas.3341

Haut de page

Auteur

Michel Christol

Professeur émérite d’Histoire romaine
Université de Paris-I (Panthéon-Sorbonne)
christolmichel@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org