Navigation – Plan du site
Vivre en Gaule entre Rhône et Pyrénées

Le territoire des Volques Arécomiques entre Strabon et Pline

The territory of the Volcae Arecomici between Strabo and Pliny
Martine Assénat
p. 59-82

Résumés

L’extension remarquable du territoire arécomique et l’importance politique que lui accorde Strabon ne laissent pas d’intriguer : cette double caractéristique est souvent expliquée par la présence, dans la mouvance de Nîmes, de vingt-quatre bourgades, les kômai de Strabon, les oppida ignobilia de Pline. Si de telles partitions territoriales ont effectivement existé, est-il possible de retrouver leur localisation, même si on ne peut les situer avec une parfaite précision ? C’est la complexité de l’histoire institutionnelle du territoire arécomique et celle du domaine d’influence de Nîmes qui est ici envisagée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur cette problématique générale voir Garcia, Verdin, 2002, passim.

1L’histoire du territoire des Volques Arécomiques et de ses rapports avec la constitution de la ciuitas nemausensis est complexe1. Nous voudrions présenter ici quelques réflexions et verser à ce dossier les apports de la recherche sur les limitations antiques.

  • 2 Cf. par exemple Goudineau, 1980, p. 94.
  • 3 Geographie, IV, 1, 12.

2En premier lieu l’extension géographique de la cité de Nîmes semble très vaste au Haut Empire2 et on ne sait pas exactement en quoi elle recouvre un territoire spécifique des Volques Arécomiques ; en second lieu, son importance politique est non moins remarquable, au point que Strabon la considère, sur ce plan, supérieure à Narbonne3.

  • 4 Il n’est que de rappeler la célèbre adresse d’Hadrien à ses concitoyens d’Italica, feignant de s’ét (...)
  • 5 Pline (HN, III, 37 ) mentionne en effet dix-neuf autres oppida ignobilia en Narbonnaise.

3Outre que la position du géographe grec a parfois été mal comprise - une cité de droit latin, Res Publica théoriquement autonome, pouvait à bon droit être en effet perçue comme plus importante qu’une « simple » colonie romaine, fût-elle la capitale provinciale4 – cette double caractéristique est souvent expliquée par la présence, dans la mouvance de Nîmes, de vingt-quatre bourgades, komai chez Strabon, oppida ignobilia chez Pline l’Ancien, c’est-à-dire davantage autour de la seule Nîmes que dans tout le reste de la Prouincia5.

  • 6 On en trouvera les titres principaux en dernier lieu dans Bats, 2007.

4Un tel dispositif juridique n’a pas laissé d’intriguer, tant par les modalités précises de son fonctionnement – dont une bibliographie très abondante n’a pas épuisé l’analyse6 – que par les raisons premières de sa mise en place. Par ailleurs, rien n’interdit de se demander si cette contributio /adtributio doit être regardée comme la mécanique unique de l’administration du territoire arécomique. N’aurait-elle pas pu, en effet, cohabiter un temps – comme le suggère le texte de Pline – avec d’autres entités, des oppida latina autonomes, mais liées, d’une manière ou d’une autre, à Nîmes, de sorte que leur territoire aurait fini par se trouver englobé dans la grande cité, telle que nous pouvons la reconstituer au Haut Empire, sous les Antonins ? Et si ces oppida peuvent être identifiés au sein d’une telle cité élargie, est-il possible alors de localiser leur territoire, même si on ne peut en définir avec précision les frontières ?

5C’est le propos de cet article : après avoir cerné l’évolution territoriale que laissent entrevoir les sources littéraires, au premier rang desquelles figurent les témoignages de Strabon puis de Pline l’Ancien, nous examinerons ce qu’apporte à la connaissance de cette même évolution la dynamique historique des limitationes qui ont structuré la cité des Arécomiques. Nous mettrons alors en regard ces résultats avec ce que l’épigraphie et, dans une moindre mesure l’archéologie nous apprennent des sites urbains susceptibles d’avoir constitué le centre d’entités territoriales correspondant à ces limitationes. Ce qui nous conduira en dernier lieu à postuler l’existence initiale, dans le vaste espace arécomique, d’une fédération de peuples-clients dont l’existence politique s’est effacée peu à peu au seul bénéfice exclusif de Nîmes.

1. Territoires littéraires

  • 7 Strabon, IV, 1, 12, P. Thollard, 2009, p. 33, préfère à échousa la leçon échousas attestée par cert (...)

6Dans sa description de la Gaule du Sud, Strabon désigne Nîmes comme l’une des villes les plus importantes du littoral celtique… : La capitale des Arécomiques est Nemausus. Elle est bien inférieure à Narbonne sous le rapport de sa population étrangère et de son mouvement commercial, mais elle l’emporte sur elle sur le plan politique. En effet, elle tient sous sa sujétion (hypèkoous) vingt-quatre bourgs de même appartenance ethnique qu’elle-même, habités par une population remarquablement nombreuse. Ces bourgs forment avec elle une confédération. En outre, Nemausus jouit (échousa) de ce qu’on appelle le jus Latii, droit qui assure la citoyenneté romaine à qui a revêtu l’édilité ou la questure. De ce fait, cette population n’est pas soumise aux édits des gouverneurs envoyés par Rome7.

  • 8 Strabon, IV, 1, 12. De toute évidence, ce deuxième passage relève d’une source plus ancienne, proba (...)

7Il accorde par ailleurs une grande extension au domaine arécomique : La plus grande partie du territoire situé de l’autre côté (du Rhône) est occupée par les Volques dits Arécomiques. Leur port est Narbonne, dont il serait d’ailleurs plus juste de dire qu’il est le port de la Celtique entière, tant il surpasse les autres par le nombre des entreprises auxquelles il sert de place de commerce. Les Volques confinent au Rhône et ont pour vis-à-vis les Salyens et les Cavares… Il existe encore d’autres populations sur la rive droite du Rhône, mais obscures et peu étendues, limitrophes des Arécomiques jusqu’au Mont Pyrénée8.

  • 9 Les avis divergent sur la question de savoir si la contribution décrite par Strabon et l’attributio (...)
  • 10 Pline, HN, IX, 29-32.
  • 11 Pline, HN, III, 33.
  • 12 Si l’on admet la communis opinio. En dernier lieu, Fiches, 2002 avec la bibliographie. Sur Agde ell (...)
  • 13 C’est l’hypothèse de M. Christol, 1998, p. 211. On y reviendra.

8Un demi-siècle plus tard, chez Pline, l’influence arécomique semble avoir considérablement diminué. Si le Naturaliste indique bien que vingt-quatre oppida sont attribués à la Nîmes des Arécomiques9, s’il laisse au territoire nîmois la vallée du Lez, il note : ... il y a dans la province de Narbonnaise, sur le territoire de Nîmes, un étang appelé Latera, où les dauphins pêchent de société avec l’homme10, il précise aussi qu’Agde, qui fut autrefois aux Marseillais, est un territoire des Volques Tectosages11, ce qui ramène les confins occidentaux des Arécomiques à l’étang de Thau. Les changements qui l’ont affectée dans sa partie occidentale sont assurément à mettre en relation avec la refondation césarienne de Narbonne et la création octavienne de Béziers, sans doute également avec la promotion au rang de cité latine de certains oppida de la vallée de l’Hérault (Cessero, Lodève), dans le domaine arécomique12, mais dont l’éloignement de Nîmes a conduit à les faire sortir définitivement de son giron, à une époque indéterminée13. Enfin, Pline mentionne des oppida latina pour l’heure non identifiés, mais dont certains pourraient, comme on le verra plus loin, être localisés entre Rhône et Bassin de Thau.

  • 14 Ptolémée, Géographie, II, 10, 6. L’identification de l’agglomération de Vindomagos n’a jamais été é (...)

9Cette érosion progressive du domaine arécomique semble attestée par d’autres sources. C’est ainsi qu’au iie s. apr. J.-C., Ptolémée situe Béziers et Cessero dans la partie de la Narbonnaise habitée par les Tectosages : Après eux et jusqu’au Rhône, viennent les Volques Arécomiques, dont les villes de l’intérieur sont : Vindomagos ; colonie de Nîmes14.

10Nous reviendrons plus loin sur les confins orientaux du domaine arécomique, lesquels semblent avoir également connu, quoique dans une bien moindre mesure, une certaine rétraction.

11Territoire très vaste, ville puissante, donc, pour Strabon, territoire plus restreint pour Pline : comment expliquer une telle évolution ?

  • 15 En l’occurrence Posidonius. Cf. supra note 8 et en dernier lieu, Christol, 2002, p. 41-42.
  • 16 On rappellera la distinction, récurrente dans l’oeuvre de Strabon, entre les faits d’ordre géograph (...)
  • 17 Cf. les arguments exposés par G. Aujac dans son Introduction au livre I de la Géographie (Aujac, 19 (...)

12Rien dans le texte de Strabon n’indique la période à laquelle se rapporte le dispositif qu’il décrit. S’il est probable que son propos général sur le peuple arécomique s’inspire de sources bien antérieures au Principat15, en revanche, les passages qu’il consacre expressément à Nîmes relatent des faits qui ne sauraient précéder la collation, à cette dernière et à ses vingt-quatre komai, du droit latin16. La date à laquelle ces dernières dispositions furent prises constitue donc le terminus post quem de l’écriture de ce document, le terminus ante quem correspondant à l’année 18 apr. J.-C., date de la rédaction du livre IV17.

  • 18 Puisque le chef-lieu d’Augusta Tricastinorum est mentionné au début de la liste des oppida latina s (...)
  • 19 Sur le terminus ante quem, cf. Nicolet, 1988, p. 92-93. Les arguments développés sont relatifs à l’ (...)
  • 20 Pallu de Lessert, 1909, p. 215-298 et Detlefsen, 1909, p. 26-34. Sur ce point voir l’exposé histori (...)

13L’énumération que Pline consacre à la Narbonnaise – rappelons que l’œuvre est dédiée à Titus en 79 apr. J.-C. – s’inspire, quant à elle, de formulae provinciales établies à l’époque d’Auguste. La rédaction de ces documents officiels serait intervenue postérieurement à l’année 2718, mais terminée vers 9 av. J.-C.19. Selon M. Christol, le Naturaliste a pu actualiser ces documents, soit en intégrant des informations relatives à des faits postérieurs à la fin des années dix av. J.-C. mêlées au dossier des formulae qu’il a consulté, soit en puisant ailleurs certaines mises à jour20. La liste de Pline pourrait donc s’inspirer partiellement de documents produits dans le courant du ier siècle apr. J.-C.

  • 21 Assénat, 2005, p. 15-75.
  • 22 Sur tous ces sites, cf. infra p. 68 et suiv.

14Les deux auteurs décrivent une situation dynamique dans laquelle les territoires se transforment, en même temps qu’intervient la stabilisation du peuple arécomique dans de nouveaux cadres territoriaux et juridiques21. En effet, dans un contexte de large diffusion du droit latin, l’ensemble des habitants fortunés des territoires concernés par ce droit sont appelés, à terme, à accéder à la citoyenneté : à cette fin, une partie du territoire est organisée selon le système des komai, écrit Strabon. Mais on voit bien que cette description n’épuise pas la complexité de la situation territoriale : ne peut-on pas alors envisager d’autres dispositifs, comme l’existence, sur ce même territoire arécomique – ou d’obédience arécomique –, à côté des komai, d’oppida latina, ce qui s’accorderait bien mieux à l’importance des indices matériels mis au jour depuis trois décennies autour de Nîmes, à Laudun, Gaujac et Uzès dans le Gard, à Murviel-lès-Montpellier, Ambrussum, Castelnau-le-Lez, voire Lattes, dans l’Hérault22 ? Richement dotées en monuments publics et/ou magistrats, ces villes dépassent de loin le rang de simples bourgs ruraux.

15On est en tout cas obligé de constater d’emblée que seule l’existence de telles entités civiques autonomes peut expliquer ce que l’archéologie nous montre, de même qu’elle rendrait compte d’un découpage cadastral très particulier, en Languedoc oriental, découpage sur lequel il convient maintenant de s’attarder.

2. Territoires limités

  • 23 Le territoire classique de la cité de Nîmes, dont la capitale fut elle-même le siège d’un évêché au (...)

16Est-il possible de reconnaître, dans la répartition cadastrale, ou encore dans le découpage tardif de la cité de Nîmes en plusieurs évêchés23, le territoire d’entités, d’oppida latina ou de cités ayant bénéficié un temps d’une certaine autonomie ? Que peuvent nous apprendre les limitationes romaines ? Peut-on mettre leur disposition en regard des questions que pose l’histoire institutionnelle de la cité de Nîmes ?

  • 24 La multiplication des trames antiques s’explique, pour partie, par la situation politique troublée (...)

17On partira d’un fait qui paraît aujourd’hui acquis : si l’on considère la période comprise entre Pompée et Auguste – et le constat peut être généralisé à l’ensemble de la Gaule méridionale24, on observe de nombreux remaniements cadastraux, des renormationes, mais aussi l’individualisation de territoires particuliers, au sein même de la cité « élargie » du Haut Empire, entre l’étang de Thau et le Rhône, entre le littoral et le piémont cévenol.

  • 25 Assénat, 2006, passim.

18Il nous semble nécessaire, avant toute chose, de rappeler que les leçons apportées par l’étude des cadastres doivent être soumises à certaines réserves notamment en ce qui concerne les datations. En effet, il est difficile de savoir précisément à quel moment tel ou tel cadastre fut réalisé. Les conclusions exposées ici, présentées par phases chronologiques, résultent d’une enquête qui a mis en œuvre des arguments pour lesquels je renvoie à l’exposé circonstancié que j’en ai donné ailleurs25.

2. 1. Une première phase « fontéio-pompéienne »

19Dans le schéma que nous proposons, à l’époque « fontéio-pompéienne », le territoire arécomique aurait été normé par deux systèmes : « Forum Domitii B » dans le futur diocèse de Maguelone et « Uzès B – Nîmes » dans la partie orientale du territoire (fig. 1).

  • 26 Pérez, 1995, p. 173-181.
  • 27 On pensait alors que le réseau « Nîmes A », auquel il est superposé, datait de la période césarienn (...)
  • 28 Assénat, 2006, p. 155. L’histoire de la découverte et de l’établissement des différents réseaux cit (...)

20« Forum Domitii B » est défini par son inventeur, A. Pérez, comme une centuriation classique de 20 x 20 actus, orientée à N 36° W qui développe un module plutôt grand, de l’ordre de 708 mètres26. Il se déploie entre l’étang de Thau, à la latitude de Pinet – c’est-à-dire à la future limite des cités de Nîmes et de Béziers – et le Vidourle à l’est. Au sud, il s’arrête à la latitude de Pomerols, restant encore à l’écart de ce qui deviendra le territoire de Béziers. Au nord, on repère les dernières traces de ce réseau à Saint-Paul-de-Mauchiens. Il englobe les sites de Forum Domitii, Sextantio et Ambrussum. Ses limites coïncident donc à l’est et à l’ouest avec celles du diocèse de Maguelone. A. Pérez proposait de dater ce réseau de l’époque triumvirale27. J’ai envisagé depuis de le vieillir un peu et de le rapprocher de la période fontéienne28. En effet il me semble que c’est au réseau A de Nîmes qu’il convient d’accorder une datation triumvirale (ces deux systèmes sont pour partie superposés).

  • 29 Assénat, 2006, p. 75-93.

21« Uzès B – Nîmes », centuriation de 20 x 20 actus, développe un petit module, de l’ordre de 706 mètres. Elle est inclinée à N 28° 2’ E. Elle englobe Nîmes, les garrigues nîmoises, la Vaunage et la plaine de Vauvert à partir du Vistre. Remontant le cours du Vidourle, auquel elle se heurte, elle gagne ensuite les garrigues du sud de Quissac, Anduze, et Alès, englobe tout le futur diocèse d’Uzès, atteignant l’extrême sud du diocèse de Viviers puisqu’on la retrouve pour quelques kilomètres sur la rive gauche de l’Ardèche. Vers l’ouest, elle s’interrompt au contact des premières hauteurs cévenoles. Vers l’est, elle échoue sur le cours du Rhône29.

22Cette limitatio présente la particularité d’être liée avec d’autres centuriations repérées en Uzège. En effet la voie antique d’Uzès à Alès orientée à N 28° 2’ E représente l’hypoténuse :

  • d’un triangle rectangle d’une dimension d’une centurie sur quatre centuries orienté à N14°2’E (« Uzès A ») ;

  • d’un triangle rectangle d’une dimension d’une centurie sur une centurie orienté à N16°4’E (« Uzès C – Nîmes ») ;

  • d’un triangle rectangle d’une dimension de cinq centuries sur six centuries orienté à N 22°E (« Sextantio-Ambrussum »).

23De plus, « Uzès B – Nîmes » et une autre centuriation repérée en Uzège, « Orange - Nîmes », se superposent de telle façon que l’une a servi de base géodésique à l’autre.

24Ces différentes relations géométriques nous invitent à rechercher dans l’Uzège même, plutôt que dans la région de Nîmes, la genèse de cette centuriation « Uzès B-Nîmes » : pour ceux que ne convaincraient pas les relations voie-limitatio, on rappellera que trois des limitationes que l’on vient de citer entretiennent un lien privilégié avec le cœur monumental d’Ucetia, la place aux Herbes, matérialisant assurément l’ancien forum, au centre de l’agglomération.

2. 2. L’époque césarienne

25À l’époque césarienne, ce sont les réseaux « Béziers E – Luteva », « Sextantio-Lattara » et « Uzès C – Nîmes » qui se disputent le territoire étudié (fig. 2).

  • 30 Pérez, 1995, p. 147 et suiv. Sur l’histoire de l’établissement du réseau voir Assénat, 2006, p. 28.

26Comme l’a montré A. Pérez, « Béziers E-Luteva » – centuriation classique de 20 x 20 actus, précisément orientée à N 42° E et qui développe un module évalué à 709-710 mètres30 – s’articule dans un rapport de une centurie sur deux sur la base de la voie domitienne. La pertica se déploie depuis Béziers à l’ouest jusqu’à Montbazin à l’est mais n’atteint pas le Lez. Vers le nord elle progresse le long de la vallée de l’Hérault et s’étend dans toute la plaine de Clermont-l’Hérault.

  • 31 Assénat, 2006, p. 181-185.
  • 32 Assénat, 2006, p. 185.

27« Sextantio-Lattara » sur les rives du Lez est le seul cadastre présent, à cette époque, dans le futur diocèse de Maguelone. Il s’agit encore d’une centuriation classique de 20 x 20 actus, orientée à N 8° 3’ W développant un grand module de l’ordre de 709-710 mètres31. C’est un tout petit réseau axé sur un tronçon de la voie domitienne au sud de l’oppidum de Sextantio et qui pourrait être spécifique de la basse vallée du Lez. A. Pérez, son inventeur, n’exclut toutefois pas, vers l’ouest, une extension de ce système jusqu’à Montbazin. Il a observé deux decumani virtuels dans cette région dont l’un, qui structure l’agglomération médiévale, aboutit au tènement des « Salles », lieu présumé du site antique de Forum Domitii ; mais il fait remarquer que c’est dans l’agglomération montpelliéraine que la densité des indices est la plus forte et que c’est peut-être là qu’il faut situer la linea finitima occidentale de « Sextantio-Lattara ». Ce qui laisserait donc la zone de Murviel-lès-Montpellier exclue des deux perticae que nous venons de mentionner. A l’est, le réseau échoue quelque part dans la plaine de Lunel-Mauguio, entre le Dardaillon et la Viredonne. Il s’articule dans un rapport de une centurie sur quatre avec la voie domitienne entre Lez et Vidourle. Vers le nord, il atteint Les Matelles. On reconnaît une centuriation centrée autour de la vallée du Lez qui relie l’oppidum de Sextantio au site antique de Lattes32.

  • 33 Assénat, 2006, p. 67-71.

28Orientée à N 16° 4’ W, développant un petit module évalué à environ 707 mètres, « Uzès C- Nîmes » est une centuriation classique qui présente une extension réduite par rapport à « Uzès B- Nîmes ». Elle est davantage localisée dans la partie sud-ouest du futur diocèse d’Uzès. En effet, elle se cantonne à la plaine d’Uzès et de Lussan, au Malgoirès et à la plaine d’Anduze. Vers le nord elle ne franchit pas le cours de la Cèze. Vers l’est on la retrouve jusqu’au village de Pouzilhac. Le piémont cévenol la limite à l’ouest. Vers le sud la pertica connaît une aire d’extension comparable à celle de « Uzès B – Nîmes » : elle atteint les garrigues nîmoises et la plaine, jusqu’à la latitude de Manduel, la Vaunage et pénètre dans la plaine de Vauvert avançant légèrement sur la rive gauche du Vistre. Ajoutons qu’elle est bien attestée dans le centre d’Uzès33.

  • 34 Assénat, 2006, p. 75-93.

29« Uzès C – Nîmes » est géométriquement articulée d’une part avec la voie antique d’Uzès à Alès faisant partie de la centuriation « Uzès B – Nîmes », et d’autre part avec le premier decumanus au nord de cette même voie, dans un rapport de une fois une centurie. De plus son carroyage même a vraisemblablement été utilisé pour construire la centuriation « Uzès A »34.

2. 3. L’époque triumvirale

  • 35 Assénat, 1991, p. 43.
  • 36 Ses inventeurs avaient, dans un premier temps, circonscrit ce réseau au Lez, mais F. Favory, 1991, (...)

30On a proposé de dater de l’époque triumvirale deux réseaux : « Nîmes A » et « Uzès A » (fig. 3). Orientée à N 31° 3’ W35, développant un petit module, « Nîmes A » est une centuriation du sud de la cité qui s’étend entre la rive droite du Lez et le Rhône36. Vers le nord elle ne dépasse pas les cours du Vidourle et du Gardon, sauf dans la région de Villeneuve-lès-Avignon puisqu’on la retrouve jusqu’au village de Tavel.

31Cette centuriation est bien attestée dans le centre urbain de Nîmes mais, à ce jour, aucun axe n’a été mis au jour dans la ville qui puisse être identifié aux cardo et decumanus majeurs de « Nîmes A ». Ajoutons enfin qu’elle ne semble pas entretenir de relations de triangulation avec les autres centuriations.

  • 37 Assénat, 2006, p. 53-58.

32« Uzès A » est une centuriation classique de 20 x 20 actus, orientée à N 14,2’ E qui développe un module de l’ordre de 705-706 mètres. Elle occupe la plaine d’Uzès, la région d’Anduze, de Lédignan en deçà du Gardon d’Anduze puis atteint le cours du Gardon d’Alès. Vers l’est, elle ne franchit pas le Rhône. Vers le nord enfin, cette centuriation norme les dernières plaines en deçà des massifs montagneux, et s’étend notamment jusqu’au sud de la ville d’Alba. Déployé dans le nord de la cité de Nîmes, ce réseau ne franchit pas le Gardon au sud. Il est un peu plus grand que ne le sera le diocèse d’Uzès. On le retrouve en effet, pour partie, sur des terres qui relèveront, un peu plus tard, des diocèses d’Avignon, de Viviers et de Nîmes dans la région de Quissac-Anduze37.

33Un long tronçon de voie romaine reliant Nîmes, via Uzès, à la vallée de la Cèze, pourrait bien constituer le cardo maximus de « Uzès A ». Comme on l’a dit plus haut, les liens organiques unissant l’urbanisme d’Uzès à cet axe cardinal en font un système résolument ucétien. Ce constat est appuyé par la forte présence de son parcellaire dans la planimétrie de la ville médiévale et moderne.

  • 38 Assénat, 2006, p. 75-93.

34« Uzès A » entretient en outre des relations de triangulations avec « Uzès B – Nîmes » : la voie antique d’Uzès à Alès, orientée comme ce dernier système, représente l’hypoténuse d’un triangle rectangle d’une dimension de une centurie sur quatre centuries. De plus la réalisation de « Uzès A » s’est sûrement appuyée sur le carroyage de « Uzès C – Nîmes »38.

35Ce sont donc, à l’époque triumvirale, deux grandes entités qui se partagent les territoires entre Rhône et Bassin de Thau. « Uzès A » dessine nettement un territoire centré autour d’Uzès tandis que « Nîmes A » donne à Nîmes tout le littoral jusqu’au Gardon. On a là deux grands ensembles individualisés au nord d’une part et au sud d’autre part.

2. 4. L’époque augustéenne

36Nous créditons cette période de la réalisation de trois limitationes, « Béziers D », « Nîmes B » et « Orange B » (fig. 4).

  • 39 Assénat, 1991, p. 48 et 2006, p. 148-149.
  • 40 Assénat, 2005, p. 17-28.

37Nous avons pu établir un lien précis entre la centuriation « Nîmes B » et l’urbanisme monumental augustéen de Nîmes qui permet de proposer avec assurance une datation augustéenne de ce système39, en rapport avec la réorganisation politico-religieuse du Princeps40.

  • 41 Assénat, 2006, p. 33.

38« Nîmes B », centuriation de 20 x 20 actus, peut être mesurée à N 12° W pour un module assez grand de l’ordre de 708-709 mètres. La linea normalis septentrionale de « Nîmes B » correspond au cours du Gardon au nord de Nîmes et du « Camp des Garrigues ». La limite occidentale pourrait se situer légèrement en deçà du Lez. Le réseau « Sextantio-Lattara » présentant une orientation fort proche de celle de « Nîmes B », l’identification de leurs traces respectives est compliquée. Vers l’est le réseau échoue sur le Rhône41.

  • 42 Assénat, 2006, p. 148-149.

39« Orange B » est l’une des rares centuriations pour lesquelles une datation, en l’occurrence augustéenne, ait pu être solidement établie. L’extension que lui accordent les plans de marbre est vraisemblablement celle de l’époque de Vespasien. Cette centuriation de 20 x 20 actus est orientée à N 5°5’E et son module est de 708 mètres42.

  • 43 Voir en particulier Peterson, 1992, p. 169-176, ainsi que Chouquer, 1994, p. 56-58.
  • 44 Assénat, 2006, p. 35-37.
  • 45 Chouquer, 1983, p. 281.

40La restitution théorique de « Orange B » révèle sa présence entre le bassin de la Valdaine au nord, au nord-est les collines et plateaux du Tricastin et Vaison-la-Romaine, au nord-ouest Saint-Marcel-d’Ardèche, à l’est le bassin de Valréas et Carpentras, au sud, à la latitude de Caderousse, Courthèzon et Monteux, et à l’ouest les plaines de la Cèze et de la Tave43. En Uzège, « Orange B » est encore perceptible à Vézénobres et Anduze, et disparaît à la latitude de Lussan-Alès44. Les plans de marbre de la période flavienne indiquent que le cadastre a été organisé à partir d’un locus gromae. G. Chouquer le situe au sud-est de Lapalud, à quelques mètres au nord de la RD 845.

  • 46 Assénat, 2006, p. 27-28 et 148-149.
  • 47 Chouquer, Favory, 1992, p. 142.
  • 48 Cf. Pérez, 1995, p. 229-232.

41L’orientation de « Béziers D » s’établit à N 23° 3’ E. Il s’agit d’une centuriation classique de 20 x 20 ou de 10 x 10 actus (de nombreux limites intercisivi équidistants d’une demi-centurie laissent en effet poser cette dernière hypothèse), et son module est compris entre 707 et 708 mètres. Elle a été créée à partir d’une triangulation dans laquelle, entre Béziers et Cessero, la voie domitienne a servi d’hypoténuse dans un rapport de une centurie sur une centurie. Les dimensions de « Béziers D », qui se déploie entre les confins narbonnais à l’ouest et le Lez à l’est, sont frappantes. Elle déborde du territoire de la colonie biterroise et confisque les terres entre l’étang de Thau et le Lez46. Mais selon G. Chouquer et F. Favory47, il faudrait individualiser un autre système, de même orientation, qui normerait la micro-région de Montbazin et de Murviel-lès-Montpellier, de sorte que le cadastre « Béziers D » s’inscrirait parfaitement dans les limites de la cité classique de Béziers, laissant à cette centuriation distincte le contrôle de la zone qui s’étend jusqu’au Lez. Ce faisant, il reprendrait exactement, ou peu s’en faut, l’assiette de la très ancienne limitatio qui structura, dès la Conquête, autour du site du Forum Domitii, le fossé de Gigean-Montbazin48. Cette distinction n’est pas sans importance car elle individualise encore un territoire pouvant relever de l’oppidum de Murviel-lès-Montpellier.

42À l’époque augustéenne donc, la partition nord-sud du territoire est conservée avec néanmoins un changement notable : le futur diocèse d’Uzès entre dans la mouvance d’un cadastre de la colonie romaine d’Orange.

43Résumons : au total, si l’on raisonne par masses géographiques, on reconnaît à grands traits quelques entités territoriales significatives, dont force est de constater qu’elles se sont inscrites dans la longue durée :

  • une partition Nord-Sud de la cité de Nîmes avec les deux couples « Nimes A » - « Uzès A » et « Nîmes B » - « Orange B », partition impliquant de fait une entité centrée autour d’Uzès et correspondant au futur diocèse ;

  • une entité territoriale correspondant au futur diocèse de Maguelone, lequel s’inscrit très précisément dans les limites de « Forum Domitii B » ;

    • 49 Comme G. Chouquer et F. Favory attribuent aussi à ce système la dénomination « Forum Domitii B », o (...)

    dans la même région, une zone plus étroitement circonscrite autour de l’oppidum de Murviel-lès-Montpellier, plus ou moins large selon les époques, représentée notamment par la pertica distincte de « Béziers D »49, à l’ouest de Montpellier, qui reprend – comme on va le voir plus loin - l’assiette de la très ancienne centuriation du Forum Domitii ;

  • une existence ancienne, antérieure à la fondation de la cité de Béziers, d’une frontière éminente correspondant à la linea finitima occidentale de ce même « Forum Domitii B ».

44Ce résultat n’est pas anodin : il pourrait en outre trouver un écho, quoique brouillé, dans le témoignage des sources littéraires et épigraphiques qu’il nous faut maintenant examiner.

3. Oppida latina, oppida ignobilia

45Dans l’historiographie récente, plusieurs entités indépendantes ont été suggérées entre Bassin de Thau et Rhône : Murviel-lès-Montpellier, Sextantio, Ambrussum, Gaujac, Uzès et sa région.

  • 50 CIL, XII, 4190 ; HGL, XV, 1876.
  • 51 Christol, 2003, p. 471.

46Ainsi Michel Christol est-il conduit à considérer que l’agglomération antique de Murviel-lès-Montpellier aurait pu être dans ce cas. Il interprète dans ce sens la présence de deux édiles, S. Vetto et C. Pedo50, établis dans cette localité à l’époque triumvirale ou au plus tard avant le changement d’ère : « Pourquoi ne pas envisager en raison de la date haute du texte et de la date vraisemblable de la création de la grande colonia Augusta Nemausus que l’on se trouverait dans le cadre de ces oppida latina avant qu’il ne soient fondus dans la grande cité de droit latin ? », écrit l’auteur51.

47Pour peu que les deux édiles aient bien exercé leur fonction à Murviel et non à Nîmes – ce que rien ne prouve formellement – nous pourrions en effet reconnaître ici le cadre d’un oppidum latinum, lequel pourrait trouver son territoire dans la pertica du cadastre « Forum Domitii B ».

  • 52 Pérez, 1995, p. 232, il s’agit du système dit « Forum Domitii A ». De fait, à la différence, par ex (...)
  • 53 Communication publique de P. Thollard à Lattes, 18 Novembre 2009. Nous n’avons pas eu accès à la re (...)

48Cet oppidum - si l’on admet la chronologie que nous donnons de notre cadastre - aurait alors été mis en place antérieurement à César : ce qui ne serait pas pour étonner puisque aussi bien, il prend la place de l’entité « avortée » que constitua, dans la même région, le Forum Domitii dont A. Pérez a montré qu’il fut doté de l’une des plus anciennes limitationes de Gaule méridionale52. Le fait que cet éventuel territoire de Murviel-lès-Montpellier soit privé ultérieurement, au fil des renormationes, de la rive gauche du Lez, ne suffit évidemment pas à écarter sa candidature au titre des oppida latina pliniens. Or, une découverte récente semble attester que le site fut bel et bien le chef-lieu des Samnagenses53, dont l’oppidum latin est mentionné dans le texte du Naturaliste, et qu’il était donc encore autonome à l’époque de sa rédaction, sous les Flaviens.

  • 54 CIL, XII, 4190 ; HGL, XV, 1876.
  • 55 Christol, 2003, p. 471.
  • 56 Chastagnol, 1996, p. 22. Il n’y a aucun contre-exemple, pas même en Orient (Rizakis, 1998).
  • 57 Contra, Chastagnol, ibidem, selon lequel un tel déplacement constitue « ... la solution de désespoi (...)
  • 58 Bats, 2007, p. 55-56.
  • 59 1987-88.
  • 60 Bats, 2007, p. 55-56.
  • 61 Py, 2010, p. 143 et suiv., tient pour vraisemblable que Lattara fut un « … oppidum latinum de la ci (...)

49À Castelnau-le-Lez-Sextantio, une inscription54 atteste la coexistence, à date haute, de deux groupes de populations très hétérogènes des coloni et des incolae, colons et indigènes maintenus dans leur cadre traditionnel, ce qui, toujours selon M. Christol, ne peut se comprendre que si on se trouve dans une situation antérieure à la création de la colonia Augusta Nemausus. Ce chercheur s’interroge sur l’hypothèse d’entités territoriales autonomes : « Quand Auguste créa la colonia Augusta regroupait-elle l’ensemble de la confédération indigène des Volques Arécomiques ? Ne laissait-elle pas dans l’autonomie quelques petites parties de ce peuple ? Les vingt-quatre oppida pourraient ne pas restituer dans son intégralité l’espace tenu par les Volques Arécomiques avant la Conquête »55. Mais alors, comment interpréter l’inscription de Sextantio ? On sait en effet que, par définition, la mention d’incolae et de coloni implique une colonie de droit romain, comme l’a fermement rappelé A. Chastagnol56. Si l’on excepte l’hypothèse peu vraisemblable d’un déplacement de la pierre depuis une colonie romaine voisine57, il faut expliquer cette curiosité, dans un contexte de droit latin. M. Bats58 a proposé de réduire le dilemme d’A. Chastagnol : les coloni auraient été installés lors de la/ou des deux déductions de colons extérieurs réalisée à Nîmes selon M. Christol et C. Goudineau59. Quant aux incolae, ils « représenteraient alors au sens premier, les indigènes originaires de la colonie latine »60. Nous ne verrions aucune objection de fond à cette proposition s’il n’y avait l’existence, comme on l’a vu plus haut, de la petite centuriation éphémère « Sextantio-Lattara » qu’il est tentant de rapprocher d’une entité civique centrée autour des deux villes du Lez. L’inscription ne désignerait alors pas des coloni allotis sur le territoire de Nîmes, mais plutôt sur le territoire d’un oppidum de Sextantio ou/et de Lattara61. La cité autonome du Lez aurait ensuite, dans les années vingt av. J.-C. donc, été reléguée à un autre rang : ce que ne dément aucunement la situation cadastrale, puisque le réseau « Nîmes B », indéniablement augustéen, ignore désormais son territoire.

  • 62 Roth-Congès, 1992.
  • 63 Ce numéraire présente une typologie très proche de celle des petits bronzes de Marseille au taureau (...)
  • 64 Cf. Brenot, Callu, 1978, p. 21, n. 39.

50On sait également qu’A. Roth-Congès situe à Gaujac ou à Laudun l’oppidum latinum des Samnagenses de la liste de Pline s’appuyant, entre autres, sur l’importance des équipements urbains et sur une épigraphie qui témoignerait d’un cursus honorum local complet et différent de celui de Nîmes - à Gaujac en tout cas62. À Gaujac on reconnaît certes une réfection du rempart à la fin du ier s. av. J.-C., mais le témoignage le plus ancien consiste en un monnayage de bronze, à légende grecque Samna/gêt[ôn], que l’on date du ier s. av. J.-C.63, voire de sa deuxième moitié64, mais dont l’atelier n’est justement pas localisé.

51À l’époque césarienne, le réseau « Uzès C - Nîmes » n’atteint pas les sites de Gaujac et de Laudun. Et aucune centuriation spécifique n’est connue à ce jour : mais il est vrai qu’un inventaire exhaustif des trames de la rive gauche du Rhône permettrait de s’en assurer. Ce n’est qu’à l’époque triumvirale que la limitatio « Uzès A » s’empare à nouveau de la vallée de la Tave. Ensuite, à l’époque augustéenne, cette région entre dans la mouvance du cadastre « Orange B ». Parce que, comme précisé plus haut, les cadastres de l’Uzège trouvent leur genèse géodésique dans la ville même d’Ucetia, il nous semble tout à fait impossible de placer Gaujac ou Laudun au centre politique de l’un d’entre eux. Quant à l’identification aux Samnagenses, on vient de voir qu’elle semble aujourd’hui exclue au profit de Murviel-lès-Montpellier.

  • 65 Roth-Congès, 2003, p. 551-564.
  • 66 Roth-Congès, 2003, p. 550.
  • 67 Roth-Congès, 2003, p. 559.

52A. Roth-Congès propose également de localiser l’Umbranicia de la table de Peutinger et la capitale des Umbranici de la liste de Pline à Ambrussum65. Elle écrit : « J’aborderai parallèlement la question trop oubliée de l’oppidum latinum des Umbranici, voisin des Arécomiques, agrégé implicitement par la recherche contemporaine à la colonie de Nîmes, alors que son statut d’oppidum latinum en fait une cité à part entière gérant son propre territoire66 ». Selon elle, possibilité est laissée « au Castelas de Murviel et à Sextantio (...) d’appartenir à l’Umbranicia, justifiant ainsi l’importance relative de ce territoire que suggère sa mention dans la carte de Peutinger67 ».

  • 68 La question de la mention, dans la Table, de ces ethniques a intrigué de longue date. Elle ne remon (...)

53On ne souscrira pas à l’argument. De la mention de la Table, tout au plus peut-on retenir qu’elle désigne globalement une région située en Languedoc, à l’ouest du Rhône et de la Gretia Massaliote, ainsi qu’à l’est des Volce Tectosi (sic), les deux entités culturelles que mentionne le document Itinéraire dans la section qui nous intéresse : de fait l’Umbranicia pourrait tout aussi bien désigner l’Uzège68.

  • 69 Roth-Congès, 2003, p. 560.
  • 70 IX, 29.
  • 71 Roth-Congès, 2003, p. 560.
  • 72 Pomponius Mela, II, 80.

54Dans l’ouest de la cité, dans ce qui deviendra le diocèse de Maguelone, on a bien une entité représentée par la centuriation « Forum Domitii B ». Il semble toutefois extrêmement délicat de faire d’elle, à l’instar d’A. Roth-Congès, le territoire de l’Umbranicia69, puisque le même Pline qui classe les Umbranici dans sa liste des oppida latina précise ailleurs70 : Il y a dans la province de Narbonnaise, sur le territoire de Nîmes, un étang appelé Latera. A. Roth-Congès repousse ce texte en avançant qu’il ne concernerait que la zone littorale71. L’objection paraît peu fondée, d’autant que, dans la première moitié du ier s., Pomponius Mela mentionnait explicitement… les étangs des Volques (stagna Volcarum), le fleuve Ledum, le castellum de Latara, la colline de Mesua, etc72. De fait, l’hypothèse d’une Umbranicia englobant la vallée du Lez et le Montpelliérais semble désespérée.

  • 73 Assénat., 2006, p. 125-140.
  • 74 Balty, 1991, p. 5-6.
  • 75 Assénat, 2006, p. 75-93.

55Dans le même ordre d’idée, nous avons proposé de reconnaître l’émergence civique de l’agglomération Ucetia – Uzès à date haute, autour des années quarante, en avançant l’hypothèse de la présence d’un forum73. Nous avons envisagé que la construction d’un tel espace public pouvait être concomitante d’une certaine formalisation des activités politiques locales, et l’avons rangé dans la catégorie des monuments que J.-C. Balty qualifie de curie, même s’il ne peut être véritablement question à cette date et sur les sites par lui étudiés du lieu d’assemblée d’un ordo local74. En outre Uzès se situe là incontestablement au centre d’un territoire comme le montre l’étude des centuriations de l’Uzège. Trois d’entre elles trouvent en effet leur genèse à Uzès même, signe que l’agglomération a été, à un moment donné, désignée comme le centre de combinaison de territoires75.

  • 76 Assénat, 2006, p.125-137.

56Malgré ce fait et de nombreux autres indices laissant supposer qu’Uzès revêtit à l’époque classique une importance au moins comparable à celle de Gaujac (nombreuses inscriptions, rempart de facture hellénistique, éléments architectoniques monumentaux, voie bornée, éventuels monuments de spectacle…76), Ucetia n’apparaît pas dans la liste alphabétique des oppida latina connus de Pline.

  • 77 Assénat, 2006, p. 182-192.
  • 78 Ibid.

57On remarque en tout cas une bipartition nette à l’époque triumvirale qui perdure à l’époque augustéenne et qui doit avoir un rapport avec la réminiscence tardive de l’évêché d’Uzès. Pour expliquer cette dichotomie et l’absence du nom d’une agglomération aussi importante qu’Ucetia/Uzès sur la liste de Pline, nous avons proposé de localiser l’ensemble des oppida ignobilia dans ce territoire77, car, en comparant la situation nîmoise avec les autres cas connus de contribution/attribution, il apparaissait que les communautés contribuées ou attribuées avaient toujours un territoire propre distinct de celui la cité principale. Cela se vérifie bien sûr seulement quand il est possible d’appréhender ces territoires (Camunni et Trumplini attribués à Brixia - Carni et Catali attribués à TergesteCalagurritani et Oscenses contribués aux OscensesIcosium contribuée à IliciUrbana contribuée à Capua)78.

  • 79 De la même façon, s’il convient de localiser dans la région de Gaujac-Laudun le territoire d’un opp (...)
  • 80 À commencer par la colonie d’Orange elle-même : les plans de marbre consignent la mention de terres (...)

58À cela il convient d’ajouter qu’à l’époque augustéenne - c’est-à-dire au moment de la création de la Colonia Augusta Nemausus - Nîmes semble avoir perdu la main sur une grande partie du territoire arécomique. En effet le territoire de l’Uzège est alors administré par la centuriation « Orange B », ce qui n’a rien pour surprendre puisque ce même réseau se déploie également sur le territoire d’autres cités, voisines d’Orange, et toujours de droit latin, telles que Carpentras, Vaison ou Augusta Tricastinorum… et l’Uzège donc79. Peut-être doit-on supposer qu’il a existé un lien entre l’extension de ce réseau en Uzège et l’adtributio. Les vingt-quatre oppida seraient, comme à l’époque triumvirale, restés exclus de la nouvelle pertica nîmoise, ce qui n’empêche en rien qu’ils aient payé tribut à Nîmes. On peut penser que l’administration du tabularium d’Orange, si tant est qu’elle ait été chargée de la fiscalité des terres que la centuriation embrassait, reversait une part des revenus aux cités sur lesquelles elle s’étendait : sinon comment imaginer qu’Augusta Tricastinorum, entièrement recouverte par « Orange B », ou encore Carpentras et Vaison largement amputées par la centuriation, aient pu tirer suffisamment de ressources de leur territoire80 ?

59On n’exclura pas toutefois, pour l’Uzège, l’hypothèse d’une ciuitas autonome : celle des Umbranici peut-être, que la Table de Peutinger pourrait conforter. Ou une autre, parmi les oppida Latina non identifiés de Pline…

  • 81 Strabon, IV, 1, 12.

60Si l’on ajoute à cela les quelques oppida latina de la liste de Pline, qu’il faut bien localiser quelque part, et les peuples de Strabon - Il existe encore d’autres populations sur la rive droite du Rhône, mais obscures et peu étendues, limitrophes des Arécomiques jusqu’au Mont Pyrénée81 - le territoire arécomique tel que décrit par ce même géographe pourrait revenir à de plus modestes dimensions. Il semble bien que l’examen de la situation territoriale sur la rive droite du Rhône, en Provence, conforte ce constat.

  • 82 Tite-Live, XXI, 26, 6-9.

61Évoquant les événements liés au passage d’Hannibal en Gaule, en 218 av. J.-C., Tite-Live précise en effet : Hannibal, qui avait obtenu la paix des autres peuples par la crainte ou à prix d’argent, était déjà parvenu sur le territoire des Volques, un peuple puissant. Ils habitent les deux rives du Rhône, mais, craignant de ne pouvoir défendre contre le Carthaginois leurs terres de la rive droite, et afin d’avoir le fleuve pour défense, ils avaient fait traverser le Rhône à presque tous les leurs et ils occupaient en armes la rive gauche82.

  • 83 Pomponius Mela, II, 79.

62Cette assertion implique qu’une partie de la Provence rhodanienne aurait donc été contrôlée un temps par les Arécomiques. Situation qui n’existe plus au ier siècle apr. J.-C. puisque Pomponius Mela écrit désormais du Rhône qu’il se précipite entre Volques et Cavares83.

  • 84 Histoires, III, 42, 2 et suiv. : sur l’autre rive un grand nombre de barbares s’étaient réunis pour (...)

63Une telle extension orientale du territoire des Arécomiques a été souvent minorée, sinon réfutée : le témoignage de Tite-Live semble en effet trouver sa source dans un passage de Polybe relatif à la même anecdote, mais qui ne cite pas nommément les Volques, utilisant le terme de « barbares »84. Ce qui a paru suffisant à beaucoup pour invalider le témoignage de l’historien, lequel aurait en quelque sorte « brodé » sur le texte de Polybe.

  • 85 Que je remercie ici pour leurs suggestions.

64Nous proposons, à la suite de M. Chalon et A. Pérez85, le canevas suivant :

    • 86 XXI, 26, 6-9.
    • 87 III, 42, 4-5. On versera pour mémoire au dossier que, selon Caton l’Ancien (apud Pline, III, 130), (...)

    jusqu’à Pompée et les années soixante-dix la région d’Avignon appartient aux Volques Arécomiques, comme l’attestent les conjectures de Tite-Live86 et peut- être de Polybe87, lequel rapporte que les barbares occupent les deux rives du Rhône ;

    • 88 B.C., I, 35.
    • 89 Leveau, 2000.

    à l’issue du Bellum Transalpinum des années soixante-dix, Pompée remet certains des territoires arécomiques à Marseille (ce sont les fameux cadeaux de l’imperator mentionnés par César88, sur la rive gauche du Rhône). Avignon entre dans la mouvance des Massaliotes89 ;

    • 90 CIL XII, 1028. Cf. Christol et al., 2005-2006.

    après la chute de Marseille en 49, César revient sur les spoliations : Avignon retourne dans le giron arécomique comme en témoigne l’inscription de T. Carisius, préteur des Volques90, découverte sur le rocher des Dom ;

    • 91 II, 79.

    subdivision de l’ancien territoire, la ville du Rhône devient une civitas définitivement autonome – un oppidum latinum - en tant que chef-lieu de la cité des Cavares. Le Rhône devient une frontière entre Nîmes et Avignon et Pomponius Mela91, au milieu du ier s. de notre ère, peut désormais constater que le fleuve débouche entre les Volques et les Cavares.

    • 92 Etienne de Byzance, Ethnika, p. 145, 1. 16 ; p. 345, 1. 17. Sur l’hypothèse d’un domaine marseillai (...)

    Il est en outre possible d’ajouter à ce scénario une phase initiale : Pompée, à la suite de son passage en Transalpine, n’aurait pas donné mais rendu des territoires arécomiques et/ou leurs revenus à Marseille, en vertu d’une ancienne hégémonie qu’exprime l’appellation de poleis Massalias (pour Avignon et Cavaillon) chez Etienne de Byzance92. L’hypothèse est la suivante : dans le courant du iie s. av. J.-C., les Volques récemment installés dans la région prennent pied sur la rive gauche du Rhône, au détriment de cette Massalie rhodanienne que Pompée, patron des Marseillais, reconstitue partiellement dans les années soixante-dix, avant qu’elle ne se fonde définitivement dans la romanité dès le règne d’Auguste.

  • 93 Vues conformes à celles de L. Lemoine, 2009, p. 126 et note 252. Cf. également les développements, (...)

65La zone d’influence arécomique en Provence, que l’on pourrait dès lors calquer sur les limites classiques de la cité des Cavares, n’aurait sans doute pas excédé de beaucoup la Durance, au sud, où commence l’emprise des Salyens. Au nord et à l’est, elle devait trouver sa frontière au contact du territoire des Voconces. Les Cavares auraient été dès lors un temps dans la dépendance ou sous la coupe des Arécomiques, ce qui ne contrevient pas à l’image que donnent de la puissante nation volque les sources littéraires93.

Conclusion

66Ainsi se dégage l’impression que la cité de Nîmes n’a jamais réellement coïncidé avec le territoire des Arécomiques : Strabon aurait en tête le souvenir d’une situation ethnique ancienne et complexe, tandis que Pline consigne une tout autre réalité, un état de fait administratif. En ce sens le témoignage du Naturaliste pourrait bien trouver écho dans les multiples découpages cadastraux dont furent l’objet les territoires entre Bassin de Thau et Lez.

  • 94 Cf. Pérez, à paraître, Les Volques Arécomiques, une tétrarchie ? Le système clientélaire des Volque (...)
  • 95 Attribuer l’abaissement, au profit de Nîmes, des oppida latina du Languedoc oriental à Antonin le P (...)
  • 96 Assénat, 2006, p. 34 et fig. 13 ; p. 148 et 180 pour la chronologie, en accord avec Pérez, 1995, p. (...)

67Mais ce découpage administratif pourrait à son tour rendre compte d’une réalité bien antérieure au texte plinien et à sa stratification : alors que les komai ou les oppida ignobilia ont pu constituer des agglomérations arécomiques au sens étroitement ethnique du terme, qu’Auguste aurait logiquement associés au devenir de la cité de Nemausus, les oppida indépendants jouissant du Latium dans l’Uzège et le Montpelliérais, voire en Provence, auraient pérennisé longtemps l’existence de peuples subordonnés à l’imperium des Volques94, jusqu’à ce que, sans doute sous les Antonins – en tout cas après 79 pour les Samnagenses et peut-être l’Uzège -, la cité de Nîmes les ait absorbés, pour des raisons qu’il est pour l’heure impossible de connaître95. À cet égard, la datation incontestablement tardive – dans le courant du iie siècle - de la centuriation dite « Montpelliérais B »96, qui structure désormais une bonne partie du territoire classique de Nîmes, en ignorant toutes les subdivisions qu’on vient de mettre en évidence, constituerait le dernier apport des cadastres à la connaissance de l’évolution socio-juridique de notre cité : elle sanctionnerait, sous les Antonins, l’abaissement définitif des ces petites cités latines et la naissance de la « grande » cité de Nîmes.

Fig. 1 : Les limitationes de la période fontéio-pompéienne. D’ouest en est,» Forum Domitii B », « Uzès B – Nîmes ».

Fig. 1 : Les limitationes de la période fontéio-pompéienne. D’ouest en est,» Forum Domitii B », « Uzès B – Nîmes ».

Fig. 2 : Les limitationes de la période césarienne. D’ouest en est, « Béziers E – Luteva », « Sextantio – Lattara », « Uzès C – Nîmes ».

Fig. 2 : Les limitationes de la période césarienne. D’ouest en est, « Béziers E – Luteva », « Sextantio – Lattara », « Uzès C – Nîmes ».

Fig. 3 : Les limitationes de la période triumvirale. D’ouest en est, « Nîmes A », « Uzès A ».

Fig. 3 : Les limitationes de la période triumvirale. D’ouest en est, « Nîmes A », « Uzès A ».

Fig. 4 : Les limitationes de la période augustéenne. D’ouest en est, « Béziers D », » Nîmes B », « Orange B ».

Fig. 4 : Les limitationes de la période augustéenne. D’ouest en est, « Béziers D », » Nîmes B », « Orange B ».
Haut de page

Bibliographie

Aulu-Gelle, Nuits Attiques, éd. et trad. Marache R., C.U.F., 1914-1993.

César, Bellum Civile, éd. et trad. P. Fabre, C.U.F., 1947.

Etienne de Byzance, Ethnika, éd. Meineke, A., Berlin, 1849, p. 145, 1. 16 ; p. 345, 1. 17.

Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, livre III, éd. Detlefsen, D., Die geographischen Bücher der Naturalis. Historia des C. Plinius Secundus, Berlin, 1904 ; et livre IX, éd. et trad. Saint-Denis, E., C.U.F., 1955.

Pomponius Mela, Chorographia, éd. Silberman, A., avec trad. franç. C.U.F., 1988.

Ptolémée, Géographie, Cuntz, O., Die Geographie des Ptolamaus, Berlin, 1923.

Strabon, Géographie, éd. et trad., Lasserre, Fr., t. II, C.U.F., 1966.

Tite-Live, Ab urbe condita, éd. et trad., Jal, P., C.U.F. 1991.

Polybe, Histoires, éd. et trad., Foucault, J., t. III, C.U.F., 1971.

Aujac, G., 2000, Strabon et son temps, dans W. Hübner (éd.), Geographie und verwandte Wissenschaften, Franz Steiner Verlag Stuttgart, p. 103-139.

Arcelin, P., 2003, Les poleis massalias d’Etienne de Byzance et les mutations culturelles de la Protohistoire récente dans la basse vallée du Rhône, dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommages à G. Barruol, suppl. 35 à la RAN, Montpellier, p. 131-145.

Assénat, M., 1991, Contribution à l’étude des cadastres romains de la basse vallée du Rhône : nouveaux apports et problèmes de chronologie, RAN, 24, p. 39-62.

Assénat, M., 1996, Cadastres et romanisation dans la cité antique de Nîmes, Thèse de 3ème cycle, Montpellier.

Assénat, M., 2005, Nouvelle histoire de Nîmes, dans R. Andréani (dir.), Privat, p. 15-75.

Assénat, M., 2006, Cadastres et romanisation dans la cité antique de Nîmes, suppl. 36 à la RAN, Montpellier.

Balty, J.-C., 1991, Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, Académie royale de Belgique, Mémoires de la classe des beaux-arts, T. XV, fasc. 2.

Barruol, G., 1969, Les peuples préromains du sud-est de la Gaule. Etude de géographie historique, suppl. 1 à la RAN, Montpellier.

Bats, M., 2007, Droit latin, adtributio et contributio. Strabon, Pline, Nîmes et les Volques Arécomiques, MEFRA, 119/1, p. 51-62.

Brenot, Cl. et Callu, P., 1978, Monnaies de fouilles du Sud-Est de la Gaule (vie s. av. J.-C. - vie s. apr. J.-C., Glanum, Marseille, Novem Craris), Paris.

Calzolari, M., 2003, l’Italia nella Tabula Peutingeriana, dans Prontera, F. éd., Tabula peutingeriana : le antiche vie del mondo, Biblioteca di geografia antica, 3, Florence, p. 53-66.

Chalon, M., 1980, Etudes sur le Roussillon du ive siècle au ixe siècle, dans G. Barruol (dir.), Ruscino. Château-Roussillon (P.-O.). Etudes archéologiques I, Paris, p. 341-363.

Chalon, M. et Pérez, A., Géographie historique de la Gaule Narbonnaise : les textes grecs et latins, à paraître.

Chastagnol, A., 1996, Coloni et incolae. Note sur les différenciations sociales à l’intérieur des colonies romaines de peuplement dans les provinces de l’Occident (ier siècle av. J.-C. – ier siècle apr. J.-C.), Splendidissima ciuitas, Etudes d’Histoire Romaine en hommage à François Jacques, Paris, p. 13-25.

Chouquer, G., 1983, Localisation et extension géographique des cadastres affichés à Orange, dans Cadastres et espace rural. Approches et réalités antiques, Table ronde de Besançon, mai 1980, Paris, p. 275-295.

Chouquer, G., 1994, Etude morphologique du cadastre ‘B’ d’Orange, dans Les campagnes méditerranéennes dans l’Antiquité et le haut Moyen Age, DAF, Paris, p. 56-58.

Chouquer, G. et Favory, F., 1992, Les arpenteurs romains. Théorie et pratique, Paris.

Christol, M., 1994, Pline l’Ancien et la formula de la Province Narbonnaise, dans La mémoire perdue. A la recherche des archives oubliées, publiques et privées de la Rome antique, Publications de la Sorbonne, p. 45-63.

Christol, M., 1998, Cités et territoires autour de Béziers à l’époque romaine, dans Cité et Territoire II. Actes du deuxième colloque européen de Béziers, 24-26 Octobre 1997, Paris, p. 209-222.

Christol, M., 2002, Narbonne : un autre emporion à la fin de l’époque républicaine et à l’époque augustéenne, dans Cl. Hasenhor et Chr. Muller, Les Italiens dans le monde grec, iie siècle av. J. – C. – ier siècle apr. J. – C. : circulation, activités, intégration (Actes de la table – ronde, ENS, Paris, 14 – 16 mai 1988), BCH Suppl. 41, Athènes, p. 41 – 54.

Christol, M., 2003, Epigraphie, population et société à Nîmes à l’époque impériale. A propos de deux inscriptions du Caylar (canton de Vauvert, Gard), dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, suppl. 35 à la RAN, Montpellier, p. 461-473.

Christol, M. et al., 2005-2006, Une nouvelle dédicace de T (itus) Carisius, praetor Volcarum, près d’Ugernum (Beaucaire, Gard), RAN, 38-39, p. 409-423.

Christol, M. et Goudineau, Chr., 1987-88, Nîmes et les Volques Arécomiques au ier siècle avant J.-C., Gallia, 45, p. 87-103.

Detlefsen, D., 1909, Die Anordung der geographischen Bücher des Plinius und ihre Quellen, Berlin, p. 26-34.

Favory, F., 1991, Le territoire de Murviel-lès-Montpellier dans l’Antiquité et le Moyen-Age, RAN, 24, p. 63-110.

Favory, F. et Poupet, P., 1989, dans J.-L. Fiches (éd.), L’oppidum d’Ambrussum et son territoire, Paris.

Fiches, J.-L., 2002, Volques Arécomiques et cité de Nîmes : évolution des idées, évolution des territoires, dans D. Garcia et F. Verdin (dir.), 2002, Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale, Paris, p. 119-128.

Fichtl, St., 2005, Murs et pomerium : réflexions sur la fonction des remparts protohistoriques, Revue Archéologique du Centre de la France, 44, p. 55-72.

Garcia, D. et Verdin, F., (dir.), 2002, Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale, Paris.

Goudineau, C., 1980, dans G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t. I.

Kremer, D., 2006, Ius Latinum. Le concept de droit latin sous la République et l’Empire, Paris.

Lemoine, L., 2009, Le pouvoir local en Gaule romaine, Clermont-Ferrand.

Leveau, Ph., 2000, Dynamiques territoriales et subdivisions des cités romaines. A propos des cités d’Avignon et d’Arles, RAN, 33, p. 39-46.

Momigliano, A., Sagesses barbares, Folio Histoire, 1991.

Nicolet, C., 1988, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’empire romain, Paris.

Pallu de Lessert, C., 1909, L’œuvre géographique d’Agrippa et d’Auguste, Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France, VIII, p. 215-298.

Pérez, A., 1995, Les cadastres antiques en Narbonnaise occidentale. Essai sur la politique coloniale romaine en Gaule du Sud (iie s. av. J.-C. - iie s. apr. J.-C.), suppl. 29 à la RAN, Montpellier.

Pérez A., (à paraître), Les Volques Arécomiques, une tétrarchie ?

Pérez, A., (à paraître), Heur et Malheur de la Romanisation : le cas du Forum Domitii, dans Mélanges en l’honneur de Michel Gayraud.

Peterson, J.W.M., 1992, Computer Aided Projection of Part of the ‘Orange B’ Cadastre to the Cèze Valley, DHA, 18-1, p. 169-176.

Piganiol, A., 1962, Les documents cadastraux de la colonie romaine d’Orange, suppl. 16 à Gallia, Paris.

Py, M., 1987, Culture, économie et société protohistoriques dans la région nîmoise, t. I, Première partie, Thèse d’Etat Dactylographiée, Montpellier.

Py, M., 2010, Lattara. Lattes, Hérault. Comptoir méditerranéen entre Etrusques, Grecs et Romains, Paris.

Richard, J.-C. et Soyris, P., 1976, Notes de numismatique narbonnaise, III. Les monnaies de l’oppidum du Castellas à Murviel-lès-Montpellier (Hérault) (1950-1975), RAN, 9, p. 219-245.

Rizakis, A.-D., 1998, Incolae-Paroikoi : populations et communautés dépendantes dans les cités et les colonies romaines de l’Orient, REA, 100, p. 599-617.

Roman, D., 1987, Nîmes et le droit latin en Gaule du Sud (iie s. avant J.-C. - ier s. après J.-C.), Thèse dactylographiée, Université de Paris-Sorbonne.

Roth-Conges, A., 1992, Entre Nemausus et Alba : un oppidum latinum ?, RAN, 25, p. 49-67.

Roth-Conges, A., 2003, Le statut des agglomérations secondaires en Languedoc oriental et l’oppidum Latinum des Umbranici, dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, suppl. 35 à la RAN, Montpellier, p. 549-564.

Syme, R., 1967, La révolution romaine, Paris.

Thollard, P., 2009, La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie, Aix-en-Provence.

Ugolini, D., 2008, Agde. De la fin de l’établissement grec à l’Evéché, dans J.-C. Rivière et al., Le concile d’Agde et son temps. xve centenaire (11 septembre 506 – 11 septembre 2006), Agde, p. 235-262.

Haut de page

Notes

1 Sur cette problématique générale voir Garcia, Verdin, 2002, passim.

2 Cf. par exemple Goudineau, 1980, p. 94.

3 Geographie, IV, 1, 12.

4 Il n’est que de rappeler la célèbre adresse d’Hadrien à ses concitoyens d’Italica, feignant de s’étonner que ces derniers lui réclament le droit d’une colonie romaine au lieu de continuer de jouir de leurs propres lois et coutumes, (Aulu-Gelle, Nuits Attiques, XVI, 13).

5 Pline (HN, III, 37 ) mentionne en effet dix-neuf autres oppida ignobilia en Narbonnaise.

6 On en trouvera les titres principaux en dernier lieu dans Bats, 2007.

7 Strabon, IV, 1, 12, P. Thollard, 2009, p. 33, préfère à échousa la leçon échousas attestée par certains manuscrits et qui se rapporterait à kômas, si bien que ce sont ces bourgs qu’il dote du droit latin.

8 Strabon, IV, 1, 12. De toute évidence, ce deuxième passage relève d’une source plus ancienne, probablement Posidonios. Selon Lasserre (notice du livre IV, p. 106 sq.), il faut faire une distinction entre la description des statuts juridiques, d’information assez récente chez Strabon, et celle des faits ethnographiques selon lui redevables à Posidonios - ou aux sources de ce dernier auteur. On reviendra plus loin sur ce point.

9 Les avis divergent sur la question de savoir si la contribution décrite par Strabon et l’attribution évoquée par Pline se réfèrent à une même situation juridique. Ainsi, Bats, 2007, passim, ou Kremer, 2006, p.167-169, défendent l’idée d’un sens unique chez ces deux auteurs. Pour une argumentation contraire, voir Roman, 1987, p. 128-129.

10 Pline, HN, IX, 29-32.

11 Pline, HN, III, 33.

12 Si l’on admet la communis opinio. En dernier lieu, Fiches, 2002 avec la bibliographie. Sur Agde elle-même, voir également Ugolini, 2008.

13 C’est l’hypothèse de M. Christol, 1998, p. 211. On y reviendra.

14 Ptolémée, Géographie, II, 10, 6. L’identification de l’agglomération de Vindomagos n’a jamais été établie. Dans une étude à paraître, M. Chalon pense à Lodève, en se fondant sur les coordonnées données par le Géographe, mais l’hypothèse est fragile, car cette dernière ville, si l’on suit Pline HN, III, 37, possède déjà un nom celtique – l’ethnique Luteuani - faisant suite à une dénomination latine – Forum Neronis.

15 En l’occurrence Posidonius. Cf. supra note 8 et en dernier lieu, Christol, 2002, p. 41-42.

16 On rappellera la distinction, récurrente dans l’oeuvre de Strabon, entre les faits d’ordre géographique ou ethnographique d’une part, et les faits d’ordre politique ou administratif d’autre part, distinction que l’auteur énonce lui-même à la fin de son introduction sur la Celtique (IV, 1, 1).

17 Cf. les arguments exposés par G. Aujac dans son Introduction au livre I de la Géographie (Aujac, 1969, p. XXX-XXXIV), arguments retenus en dernier lieu par Thollard, 2009, p. 9-10.
On doit remarquer que les développements les plus contemporains de Strabon proviennent selon Lasserre, p. 110-112, d’une série d’éloges inspirés d’une source anonyme, d’un panégyriste du régime impérial et de la romanisation, et qu’à ce titre il pourrait tout aussi bien relater des événements survenus sous le règne du Princeps. Pour Momigliano, 1991, p. 83, il n’est nul besoin d’imaginer que Strabon ait copié un panégyriste, le géographe étant lui-même cet apologiste. En dernier lieu, Bats, 2007, p. 59.

18 Puisque le chef-lieu d’Augusta Tricastinorum est mentionné au début de la liste des oppida latina sous la lettre A. Sur ce point, voir Christol, 1994, p. 56.

19 Sur le terminus ante quem, cf. Nicolet, 1988, p. 92-93. Les arguments développés sont relatifs à l’histoire de l’Illyricum.

20 Pallu de Lessert, 1909, p. 215-298 et Detlefsen, 1909, p. 26-34. Sur ce point voir l’exposé historiographique de Christol, 1994, p. 45-48.

21 Assénat, 2005, p. 15-75.

22 Sur tous ces sites, cf. infra p. 68 et suiv.

23 Le territoire classique de la cité de Nîmes, dont la capitale fut elle-même le siège d’un évêché au moins en 394 ou 396, fut démantelé au plus tard au ve et au vie siècle au profit de deux autres évêchés, l’évêché d’Uzès et celui de Maguelone, sans oublier, pour éphémère qu’elle ait été, l’apparition du petit évêché d’Arisitum dans la seconde moitié du vie siècle.

À Maguelone, le premier évêque connu, Boetius, assiste au concile de Narbonne en 589 et se fait représenter à celui de Tolède. C’est de 442 que date la première mention d’un évêque d’Uzès, Constantius, qui assiste alors au concile de Vaison. À la fin du ive s. un castrum Ucetiense est cité dans la Notitia Galliarum à la suite des civitates de Narbonne, Toulouse, Béziers, Nîmes et Lodève, en Narbonnaise Première.

24 La multiplication des trames antiques s’explique, pour partie, par la situation politique troublée qui caractérise la « révolution romaine », au cours des dernières décennies de la République et des débuts du Principat (sur la période, cf. Syme, 1967). À Nîmes, et à la différence des cités voisines, la situation se double d’un découpage interne au territoire et inhérent à une situation politique plus complexe.

25 Assénat, 2006, passim.

26 Pérez, 1995, p. 173-181.

27 On pensait alors que le réseau « Nîmes A », auquel il est superposé, datait de la période césarienne.

28 Assénat, 2006, p. 155. L’histoire de la découverte et de l’établissement des différents réseaux cités n’est pas reprise ici. Pour de plus amples détails on voudra bien se reporter à Assénat, 1996, et à Assénat, 2006, passim.

29 Assénat, 2006, p. 75-93.

30 Pérez, 1995, p. 147 et suiv. Sur l’histoire de l’établissement du réseau voir Assénat, 2006, p. 28.

31 Assénat, 2006, p. 181-185.

32 Assénat, 2006, p. 185.

33 Assénat, 2006, p. 67-71.

34 Assénat, 2006, p. 75-93.

35 Assénat, 1991, p. 43.

36 Ses inventeurs avaient, dans un premier temps, circonscrit ce réseau au Lez, mais F. Favory, 1991, p. 63 et suiv., l’a ensuite quelque peu étendu aux alentours de l’oppidum de Murviel-lès-Montpellier, quelques kilomètres plus à l’ouest. Nous pensons que cet auteur a pu confondre dans cette région les linéaments de « Nîmes A » avec ceux relevant du système « Forum Domitii B », dont l’orientation est très proche.

37 Assénat, 2006, p. 53-58.

38 Assénat, 2006, p. 75-93.

39 Assénat, 1991, p. 48 et 2006, p. 148-149.

40 Assénat, 2005, p. 17-28.

41 Assénat, 2006, p. 33.

42 Assénat, 2006, p. 148-149.

43 Voir en particulier Peterson, 1992, p. 169-176, ainsi que Chouquer, 1994, p. 56-58.

44 Assénat, 2006, p. 35-37.

45 Chouquer, 1983, p. 281.

46 Assénat, 2006, p. 27-28 et 148-149.

47 Chouquer, Favory, 1992, p. 142.

48 Cf. Pérez, 1995, p. 229-232.

49 Comme G. Chouquer et F. Favory attribuent aussi à ce système la dénomination « Forum Domitii B », on comprendra que nous ne le nommerons pas ainsi pour éviter la confusion.

50 CIL, XII, 4190 ; HGL, XV, 1876.

51 Christol, 2003, p. 471.

52 Pérez, 1995, p. 232, il s’agit du système dit « Forum Domitii A ». De fait, à la différence, par exemple, de Forum Neronis ou de Forum Iulii qui devinrent des cités (respectivement Lodève et Fréjus), l’établissement de Cn. Domitius Ahenobarbus ne connut pas de postérité, et ne resta qu’un relais routier modeste sur la voie domitienne, uniquement attesté par les itinéraires. Sur le devenir du Forum Domitii, sur les raisons possibles de son échec et ses rapports avec le site de Murviel, cf. A. Pérez, à paraître dans Mélanges en l’honneur de M. Gayraud.

53 Communication publique de P. Thollard à Lattes, 18 Novembre 2009. Nous n’avons pas eu accès à la reconstitution de l’inscription, qui reste pour l’heure inédite.

54 CIL, XII, 4190 ; HGL, XV, 1876.

55 Christol, 2003, p. 471.

56 Chastagnol, 1996, p. 22. Il n’y a aucun contre-exemple, pas même en Orient (Rizakis, 1998).

57 Contra, Chastagnol, ibidem, selon lequel un tel déplacement constitue « ... la solution de désespoir… que nous sommes contraints d’adopter ».

58 Bats, 2007, p. 55-56.

59 1987-88.

60 Bats, 2007, p. 55-56.

61 Py, 2010, p. 143 et suiv., tient pour vraisemblable que Lattara fut un « … oppidum latinum de la cité de Nîmes » déclassé sous Auguste en oppidum ignobile. On serait assez porté à associer le destin de l’agglomération sise à l’embouchure du Lez à celui de Castelnau.

62 Roth-Congès, 1992.

63 Ce numéraire présente une typologie très proche de celle des petits bronzes de Marseille au taureau cornupète. Une trentaine de pièces ont été signalées entre les Bouches-du-Rhône et l’Hérault. Cf. Barruol, 1969, p. 202, Richard, Soyris, 1976, p. 219-245, et Roth-Congès, 1992, p. 59 et suiv.

64 Cf. Brenot, Callu, 1978, p. 21, n. 39.

65 Roth-Congès, 2003, p. 551-564.

66 Roth-Congès, 2003, p. 550.

67 Roth-Congès, 2003, p. 559.

68 La question de la mention, dans la Table, de ces ethniques a intrigué de longue date. Elle ne remonte manifestement pas au premier état de l’Itinéraire. On a remarqué qu’en Italie, elle sert parfois à désigner des peuples ou des ethnies selon une nomenclature qui n’avaient plus cours sous le Haut Empire, ce qui a accrédité la thèse d’un jeu d’érudition tardif. Cf. M. Calzolari, 2003, p. 56.

69 Roth-Congès, 2003, p. 560.

70 IX, 29.

71 Roth-Congès, 2003, p. 560.

72 Pomponius Mela, II, 80.

73 Assénat., 2006, p. 125-140.

74 Balty, 1991, p. 5-6.

75 Assénat, 2006, p. 75-93.

76 Assénat, 2006, p.125-137.

77 Assénat, 2006, p. 182-192.

78 Ibid.

79 De la même façon, s’il convient de localiser dans la région de Gaujac-Laudun le territoire d’un oppidum latinum (cf. Roth-Congès, 1992, passim) celui-ci aurait, à l’époque augustéenne, connu un sort comparable à celui des cités de droit latin voisines d’Orange. Il n’y a en tout cas aucune raison de penser qu’il en soit allé différemment.

80 À commencer par la colonie d’Orange elle-même : les plans de marbre consignent la mention de terres rendues à la colonie, cf. Piganiol, 1962, passim.

81 Strabon, IV, 1, 12.

82 Tite-Live, XXI, 26, 6-9.

83 Pomponius Mela, II, 79.

84 Histoires, III, 42, 2 et suiv. : sur l’autre rive un grand nombre de barbares s’étaient réunis pour empêcher le passage des Carthaginois… 

85 Que je remercie ici pour leurs suggestions.

86 XXI, 26, 6-9.

87 III, 42, 4-5. On versera pour mémoire au dossier que, selon Caton l’Ancien (apud Pline, III, 130), … Cenomanos iuxta Massiliam habitasse in Volcis, ce qui ne désignerait pas forcément une présence des Volques en Provence, puisqu’aussi bien, la rive languedocienne du Rhône a jouxté de fait le domaine massaliote. Nous n’insisterons donc pas davantage.

88 B.C., I, 35.

89 Leveau, 2000.

90 CIL XII, 1028. Cf. Christol et al., 2005-2006.

91 II, 79.

92 Etienne de Byzance, Ethnika, p. 145, 1. 16 ; p. 345, 1. 17. Sur l’hypothèse d’un domaine marseillais dans la région bas-rhodanienne (domination politique, liens tributaires ou autre), correspondant à l’aire de répartition des monnayages à légende grecque de Nîmes, Avignon, Cavaillon, cf. Py, 1987, p. 18-19, et en dernier lieu, Arcelin, 2003, p. 131-145. La disparition définitive de cette hégémonie massaliote - quelle qu’elle soit - aurait été consécutive à la défaite de Marseille en 49 av. J.-C., puis à la création de la cité d’Arles en 45.

93 Vues conformes à celles de L. Lemoine, 2009, p. 126 et note 252. Cf. également les développements, dans ce dossier, d’A. Pérez relativement à la Tétrarchie des Tectosages.

94 Cf. Pérez, à paraître, Les Volques Arécomiques, une tétrarchie ? Le système clientélaire des Volques Arécomiques aurait pu être semblable à celui de leurs voisins Tectosages. Cet auteur considère que l’organisation socio-politique des Volques de Toulouse est en partie révélée par la description que donne Strabon (XII, 5, 1) des tétrarchies du koinon galaton, en Anatolie, dont les Tectosages furent l’un des trois peuples leaders. Fixés en Gaule méridionale, ces derniers auraient installé les peuples vassaux qui les accompagnaient aux marges de leur territoire : ainsi des Tasgoduni de la région de Montauban, dont des homonymes sont attestés en Galatie (cf. Pérez, ibid.). Significativement, ce peuple, cité par Pline, disparaît ensuite, de la même façon que les Samnagenses – et que les Umbranici ? - du Montpelliérais. La similitude des cas toulousains et nîmois ne saurait être fortuite.
Une telle configuration donnerait selon nous un relief nouveau à la présence en Avignon du praetor Volcarum, magistrat confédéral de type vergobret dont les compétences ont à voir avec la juridiction de la tribu en ses limites territoriales, à l’instar du préteur urbain à Rome (sur les attributions du vergobret, Fichtl, 2005, p. 67-69). Ainsi donc, contrairement à l’opinion de M. Christol et C. Goudineau (1987-88, p. 96), T. Carisius, le préteur des Volques, n’aurait pas seulement administré des oppida latina déclassés plus tard en ignobilia, mais bien plutôt l’ensemble des oppida latina placés, pour des raisons historiques, sous la tutelle politique des Volques Arécomiques, dont vingt-quatre – les seules agglomérations ethniquement Arécomiques - auraient été plus tard agrégés à Nîmes par le mécanisme de l’adtributio.

95 Attribuer l’abaissement, au profit de Nîmes, des oppida latina du Languedoc oriental à Antonin le Pieux est évidemment tentant, mais sans argument décisif. On relèvera pour mémoire que la disparition – au profit de Béziers - de la cité de Cessero, dans la basse vallée de l’Hérault, n’est pas datée non plus. Celle de Ruscino, en Roussillon, peut être en revanche fixée au règne de Galba pour des raisons explicitées par Chalon, 1980, p. 343, et Pérez, 1996, p. 218-219.

96 Assénat, 2006, p. 34 et fig. 13 ; p. 148 et 180 pour la chronologie, en accord avec Pérez, 1995, p. 234, et Favory-Poupet, 1989, p. 263.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les limitationes de la période fontéio-pompéienne. D’ouest en est,» Forum Domitii B », « Uzès B – Nîmes ».
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3355/img-1.png
Fichier image/png, 178k
Titre Fig. 2 : Les limitationes de la période césarienne. D’ouest en est, « Béziers E – Luteva », « Sextantio – Lattara », « Uzès C – Nîmes ».
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3355/img-2.png
Fichier image/png, 182k
Titre Fig. 3 : Les limitationes de la période triumvirale. D’ouest en est, « Nîmes A », « Uzès A ».
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3355/img-3.png
Fichier image/png, 211k
Titre Fig. 4 : Les limitationes de la période augustéenne. D’ouest en est, « Béziers D », » Nîmes B », « Orange B ».
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3355/img-4.png
Fichier image/png, 203k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Assénat, « Le territoire des Volques Arécomiques entre Strabon et Pline », Pallas, 84 | 2010, 59-82.

Référence électronique

Martine Assénat, « Le territoire des Volques Arécomiques entre Strabon et Pline », Pallas [En ligne], 84 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 15 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/3355 ; DOI : 10.4000/pallas.3355

Haut de page

Auteur

Martine Assénat

Maître de Conférences d’Histoire romaine
Université Paul Valéry – Montpellier III
Laboratoire C.R.I.S.E.S.
martineassenat@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org