Navigation – Plan du site
Vivre en Gaule entre Rhône et Pyrénées

Présences étrangères méditerranéennes sur la côte du Languedoc-Roussillon durant l’âge du Fer : de la fréquentation commerciale aux implantations durables

Foreign Mediterranean settlers on the coast of Languedoc-Roussillon during the Iron Age : from commercial visitations to lasting settlements
Daniela Ugolini
p. 83-110

Résumés

En quelques décennies, l’appréciation des présences étrangères et de leur influence entre Rhône et Pyrénées a beaucoup évolué. Si, auparavant, l’archéologie renvoyait essentiellement à l’établissement grec d’Agde (Hérault) et à l’action économique et culturelle exercée par Emporion (Espagne) sur les sites indigènes au nord des Pyrénées, les recherches et découvertes des trois dernières décennies invitent à repenser l’ensemble de la problématique.
La côte du Languedoc oriental a été fréquentée plus intensément qu’on ne le pensait et, plus à l’ouest, à côté de sites connus depuis longtemps, d’autres apportent une contribution nouvelle à la compréhension du fonctionnement d’un système économique complexe, mis en place à partir du viie s. av. J.-C., impliquant Grecs, indigènes et autres partenaires dans une aire géographique au croisement des voies de la circulation maritime et terrestre.

Haut de page

Texte intégral

1Il y a à peine quelques décennies, la question de la présence grecque dans notre région se posait de façon simple et en des termes qui étaient ceux que l’on pouvait tirer de sources gréco-romaines particulièrement avares de renseignements. La carte de la fig. 1 schématise l’idée que l’on s’en faisait dans les années 1960. Entre le Rhône et les fondations d’Espagne, Agde était le seul établissement grec localisé. D’autres sites étaient mentionnés dans le delta du Rhône, mais l’emplacement en était incertain. Sur les Pyrénées, les textes situaient un temple d’Aphrodite ainsi que Pyréné, un port que les Grecs visitaient.

2Au vu de la documentation alors disponible, la situation était facile à comprendre : 1) le domaine grec de Marseille s’étendait, vers l’Ouest, jusqu’à Agde ; 2) le domaine grec d’Emporion se déployait depuis le Nord-Est péninsulaire jusqu’à l’Hérault ; 3) à ces deux zones d’influence grecque on faisait correspondre deux civilisations indigènes séparées par l’Hérault, Ligures à l’Est et Ibères à l’Ouest.

3Cette façon de voir surannée, que rien ne justifie plus mais qui a l’avantage d’être simple, se retrouve parfois encore dans les bibliographies récentes. Pourtant, les choses ont bougé grâce à de nouvelles méthodes de fouille et d’analyse des données, mais aussi grâce à l’apparition de nouveaux sites. La problématique a évolué, avec l’inévitable corollaire de questions inattendues, d’approches plus diversifiées et, finalement, d’une vision moins linéaire et moins consensuelle qu’auparavant. Quelques exemples illustreront ces changements.

1. Les Étrusques

  • 1 La bibliographie sur le sujet est importante. Voir, avec les travaux cités par les différents auteu (...)

4L’un des nouveaux paramètres a été d’envisager que les Étrusques ont joué un rôle économique et culturel dans le Midi se traduisant, entre autres, par leur présence physique sur le territoire. Deux points de la côte ont retenu l’attention : Saint-Blaise (Provence) et Lattes (Languedoc) (fig. 2). Les deux hypothèses s’appuyaient principalement sur un mobilier où la part étrusque paraissait exceptionnellement importante1.

  • 2 Sur la base de fragments étrusques supposés antérieurs à la fin du vie s., on envisage aujourd’hui (...)
  • 3 On a observé qu’en d’autres points de l’établissement, à la même époque, le mobilier présente des c (...)
  • 4 Py et al., 2006.

5Controversée et laissée de côté pendant longtemps, la question est revenue à l’ordre du jour pour Lattes, où deux maisons datées de 500-475 av. J.-C. auraient été occupées par des résidents étrusques. Sur la base d’arguments archéologiques concernant ces unités d’habitation (plan, matériaux de construction, position dans l’agglomération, mobilier) et le site en général durant cette période (importations étrusques, graffiti en caractères étrusques et hypothèse d’un port), on est revenu à l’idée d’H. Prades pour qui les Étrusques ont été à l’origine du site et y ont vécu2. La poursuite des fouilles dira quelle est l’ampleur du phénomène3 et quel rôle ont joué simultanément les indigènes. Ce que l’on sait déjà c’est que la “phase étrusque” s’est achevée sur une destruction par le feu vers 475 av. J.-C. Par la suite, l’apport économique de Marseille devient prépondérant4.

  • 5 La question a reçu deux propositions de réponse : 1) recherche du cuivre des mines de la moyenne va (...)

6Même si la présence étrusque devait se réduire à l’entreprise isolée de quelques marchands, le choix du lieu ne va pas sans poser problème5, à commencer par l’idée que la création de Lattes découlerait de la volonté des Étrusques de garder un marché côtier menacé par Marseille.

  • 6 Que les vases de typologie grecque de certaines tombes du viie s. av. J.-C. du Languedoc occidental (...)

7Cette possibilité implique que, tout au long du vie s. et peut-être même avant, les Étrusques ont été les partenaires réguliers et directs des populations indigènes de cette zone, sans la médiation grecque6. Or, malgré tout, ce sont les Grecs qui sont principalement installés sur la côte et, vers 500, cela ne concerne déjà plus que Marseille. Alors, peut-être que Lattes fonctionne comme un relais étrusque vers l’Ouest, mais ce n’est pas la seule explication possible.

  • 7 Sourisseau, 2002, p. 95.
  • 8 Ugolini, Olive, 2003, 2004, 2006 ; Mazière, 2004.

8Si l’on sort du cas lattois, on s’aperçoit que l’impact étrusque le long de la côte répond à un schéma ne touchant pas que Saint-Blaise vers 600 av. n. è. et Lattes un siècle plus tard. Marseille a elle-même reçu beaucoup de produits étrusques durant toute la première moitié du vie s. et ces derniers y ont même été majoritaires. Cela témoigne peut-être de la présence de résidents étrusques dans certains quartiers de la ville7, mais l’hypothèse n’est pas nécessaire. En effet, même par la suite la cité phocéenne a continué à importer un peu de vin et de la vaisselle (notamment à cuire) étrusques et sans doute aussi des produits grecs (par exemple des vases attiques) transitant par les marchés tyrrhéniens. Marseille était tout de même dotée d’une flotte marchande et s’approvisionner dans les ports étrusques, qui étaient les plus proches géographiquement, devait apparaître comme une évidence. On observe en effet que, parallèlement, durant tout le vie s. les importations étrusques sont majoritaires quasiment partout sur la côte, jusqu’aux Pyrénées. En Languedoc occidental, elles ont continué à arriver jusqu’au ive s. compris, mais évidemment à échelle réduite après le premier quart du ve s. Il n’est pas anodin qu’entre 525 et 475 elles soient quantitativement significatives à Béziers et même à Agde, à côté évidemment d’importations grecques et ibériques8.

9Finalement, à bien y regarder, les flux étrusques vers la Gaule et leur évolution dans le temps ont un caractère général ne témoignant pas nécessairement d’un marché direct puisqu’ils se calquent, avec un compréhensible décalage chronologique, sur ceux de Marseille, ce qui renvoie aux dynamiques économiques grecques plus encore qu’étrusques.

10On sait que la cité phocéenne a commencé à produire des amphores – et a donc disposé du vin nécessaire à les remplir – seulement à partir de 540. Il a sans doute fallu du temps avant que la production de l’un comme des autres n’atteigne un niveau suffisant à l’approvisionnement de l’ensemble des sites côtiers. Ainsi, la chute des importations étrusques peut être provoquée simplement par la nouvelle disponibilité de produits propres que Marseille peut désormais livrer.

11Il est significatif que durant cette période (540-475 av. n. è), les amphores grecques tendent à rester sur la côte, alors que dans l’arrière-pays sont encore livrées presque exclusivement des amphores étrusques. En d’autres termes, il se fait un tri : Marseille inonde de ses produits d’abord ses environs immédiats, puis, progressivement et selon sa capacité de production, les sites plus éloignés, selon des critères qui tiennent, d’une part, au peuplement de ceux-ci et à l’importance de la demande et, d’autre part, au réseau secondaire de distribution.

  • 9 Ugolini, Olive, 2006.

12L’amplification de la production de Marseille détermine donc une diffusion de plus en plus large et l’action de Marseille devient visible pour l’archéologue au fur et à mesure que les marchandises sont grecques (plutôt qu’étrusques). Mais cela ne traduit pas nécessairement un remplacement de réseau : il peut s’agir juste d’un remplacement de marchandises9.

  • 10 Bats, 1998 et 2006 ; Ugolini, Olive, 2004 et 2006.

13Ainsi, rien n’exclut que les Grecs aient tiré profit en tant qu’intermédiaires de la distribution des produits étrusques entre la côte tyrrhénienne et la Gaule10. Sous cet angle, Lattes s’intègre dans le mouvement général du développement de l’économie grecque et n’a plus ce caractère exceptionnel qu’on lui prête lorsqu’on limite l’analyse à deux maillons d’une chaîne (Marseille d’un côté et Lattes de l’autre). Cela n’empêche nullement que des individus étrusques aient pu s’introduire ici ou là dans ce circuit et aient bénéficié des conditions favorables apparues à la fin du vie s. le long de nos côtes.

14Ces deux approches différentes ont des conséquences d’ordre historique. Le départ des Étrusques de Lattes et l’instauration du monopole massaliète peuvent être vus de deux manières.

    • 11 Py et al., 2006.

    Les Grecs de Grande-Grèce s’opposent aux Étrusques (bataille navale de Cumes en 474). Ces derniers y perdent leur flotte et une grande partie de leur puissance maritime. Lattes étant liée aux Étrusques, désormais contraints à lâcher le marché gaulois, la destruction constatée sur le site serait une conséquence de ce conflit. L’implantation économique grecque11, qui devient un véritable monopole, est immédiate.

    • 12 Pour le Languedoc occidental, Ugolini, 1997, avec bibliographie antérieure, et Ugolini, Olive, 2004 (...)
    • 13 Certains établissements ont été plus ou moins abandonnés (ou, tout au moins, ont connu une période (...)

    La destruction de Lattes n’est pas un cas isolé. Bon nombre de sites indigènes de Gaule méridionale (des Pyrénées à la Provence) ont subi le même sort à peu près à la même date12. Le côté systématique de ces destructions13 confère au phénomène une portée qui dépasse très largement le cas lattois. Il devient alors difficile de croire que les déboires étrusques en mer tyrrhénienne sont à l’origine de troubles qui ont concerné un si grand nombre de sites méridionaux où la présence étrusque n’est pas en cause.

  • 14 Trouvée en remploi, la statue date vraisemblablement du premier quart du ve s. : voir Py, Dietler, (...)

15Les textes transmettent peu d’événements auxquels rattacher ces observations archéologiques, mais autour de 480 la Méditerranée a été le théâtre de faits que l’Histoire a souvent regroupés, à tort ou à raison et dès l’Antiquité, dans un même mouvement que les Grecs ont ressenti comme une menace globale (les Perses en Méditerranée orientale et les Carthaginois en Méditerranée occidentale). Or, Hérodote (VII, 165-166) mentionne, parmi les troupes carthaginoises combattant à Himère, les Elisyques et les Ligures, c’est-à-dire les indigènes du Midi. On ajoutera plusieurs faits concomitants. Entre la fin du vie s. et le début du ve s., les importations provenant d’Ibérie augmentent fortement en Roussillon et en Languedoc occidental, ce que l’on peut interpréter comme une poussée du commerce punique. On sait que le conflit entre Grecs et Étrusques en mer tyrrhénienne avait en toile de fond l’affrontement d’Himère, dont la bataille de Cumes n’a constitué que la suite logique, les Étrusques étant les alliés de Carthage. Dans cette ambiance, on tiendra compte de la statue du guerrier de Lattes, qui est pourvu d’un équipement fortement connoté14. Enfin, il n’est pas anodin que, après ces événements, le commerce grec s’impose, voire domine, dans tout le Midi depuis au moins la rive gauche de l’Aude jusqu’à l’Italie, alors que le Roussillon passe sous monopole “ibérique”.

  • 15 Ugolini, Olive, 2003, 2004 et 2006.
  • 16 Des flèches de type grec ont été retrouvées dans les niveaux de destruction de certains sites : à P (...)

16Il est donc vraisemblable que c’est plutôt la défaite carthaginoise de Sicile qui a eu des répercussions en Gaule et la débâcle des Puniques a représenté pour les Grecs de nos côtes une opportunité pour consolider et/ou récupérer des positions15. Ainsi, les destructions des sites, que l’on a quelque raison d’attribuer à des troupes grecques16, seraient la conséquence des aléas de l’expansion commerciale des contendants, un enjeu qui, à ce moment, les a exposés aux représailles en tant que partenaires ou clients (ou même en tant que simples mercenaires) du puissant adversaire vaincu.

17Dès lors, le monopole grec est instauré : il va durer et prospérer jusqu’à la fin du ive s. en Biterrois et jusqu’à la conquête romaine en Languedoc oriental. Ces différences chronologiques entre l’Est et l’Ouest et les alternances des flux commerciaux qui les accompagnent appuient l’idée d’un marché toujours tiraillé entre deux pôles.

2. Les Grecs sur la côte languedocienne

18Mise à part Agde, qui est le seul établissement grec qui soit mentionné par les sources, localisé et partiellement fouillé, d’autres sites de cette côte ont été proposés comme siège d’un peuplement grec. Le dossier était déjà passablement complexe à l’époque où il ne se basait que sur les maigres mentions des auteurs anciens. Depuis que l’archéologie s’en est mêlée, de nouveaux aspects ont été pris en compte, comme les faciès mobiliers ou les formes de l’habitat. Cela a fait évoluer les approches avec des résultats parfois étonnants.

19La proposition d’identifier L’Argentière d’Espeyran (Saint-Gilles-du-Gard) avec la Rhodanousìa des sources a relancé la question de l’occupation grecque sur le territoire et, à l’heure actuelle, deux sites sont candidats à une véritable occupation grecque : L’Argentière et Béziers.

2. 1. Rhodanousìa

  • 17 Histoire et chronique de Provence, Lyon 1614.

20La localisation de sites grecs sur le Rhône est très ancienne et est une conséquence des mentions textuelles. L’hypothèse que l’un de ceux-ci se trouve sur la commune de Saint-Gilles remonte au moins à César de Nostradamus17, qui y plaçait l’Heraclea de Pline (III, IV, 33), ce qu’une longue tradition savante a perpétué. Rhodanousìa était alors (au xviie s.) située à Beaucaire (Ugernum), sur la base du Pseudo-Scymnos (v. 208-209).

  • 18 Barruol, Py, 1978.

21Rhodanousìa a donc déjà une longue exégèse. Sa localisation à L’Argentière d’Espeyran18, sur le petit Rhône, était une nouveauté à l’époque où F. Benoit (1965) la situait à Trinquetaille (Arles), sur la rive droite du bras principal. C’est par le biais des données de l’archéologie, associées à l’examen des sources, que G. Barruol et M. Py ont construit leur hypothèse. Du point de vue archéologique, deux arguments ont été mis en avant : 1) le taux élevé de vases massaliètes, considéré comme symptomatique des liens avec la métropole phocéenne ; 2) l’utilisation de la brique crue dès le ve s., une technique dont l’apparition y paraissait tellement précoce que la présence grecque s’imposait.

  • 19 Ugolini, 2010.

22Les fouilles archéologiques sur le littoral avaient été rares jusque là dans l’Hérault oriental et le Gard. On y connaissait surtout des sites de l’intérieur, placés sur des hauteurs calcaires, dont le bâti fait recours à la pierre ou au bois, et qui ont reçu des importations peu nombreuses. L’Argentière apparaissait donc, à ce moment-là, comme un site exceptionnel. Aujourd’hui, on sait que la brique crue est utilisée sur les sites méridionaux bien avant son emploi à L’Argentière. Quant au mobilier, les vases massaliètes y sont abondants, dans le cadre d’une vaisselle au nombre réduit de classes céramiques, où la céramique non tournée demeure bien représentée. Il est vrai que les approvisionnements massaliètes sont plus nombreux que dans l’arrière-pays, mais c’est un aspect que l’on peut désormais justifier par la situation côtière du site et par la proximité de la grande voie de direction Est-Ouest. Que cette voie soit maritime ou terrestre n’a qu’une importance toute relative puisqu’on constate à L’Argentière, jusqu’ici, simplement un fort monopole massaliète, sans qu’il soit nécessaire d’y placer des résidents grecs19.

  • 20 Tréziny, 2004, p. 103.

23Ainsi, Rhodanousìa ne serait pas à L’Argentière et les essais de localisation peuvent à nouveau se déployer. H. Tréziny la verrait volontiers à Arles20, où Aviénus (Ora Maritima, v. 689-691) situait la grecque Théliné. Il est certain que si Rhodanousìa était bien dans le delta du Rhône, jusqu’ici et malgré Aviénus, Arles est la candidate idéale à tous points de vue.

2. 2. Béziers

  • 21 Ugolini et al., 1991.

24L’hypothèse d’une ville grecque à Béziers est relativement récente21 et n’est basée que sur des observations archéologiques, aucun texte ancien ne faisant référence à ce site fondé vers 600-575 av. J.-C. et abandonné vers 300 av. J.-C. (Béziers I). Un siècle sépare cette occupation de la suivante, qui est gauloise (Béziers II : vers 200-36 av. J.-C.). C’est au cours de cette deuxième phase que la ville a porté le nom de Betarra, consigné sur des monnaies locales, mentionné par quelques textes et conservé dans le nom de la colonie de droit romain fondée en 36 av. J.-C. (Béziers III). Béziers I est donc une ville sans nom, à moins qu’il ne faille l’identifier avec l’une des villes grecques non localisées citées par les sources.

  • 22 Voir en dernier Ugolini, Olive, 2006a et 2009.
  • 23 Incomplète (à cause du terrain imparti à la fouille et d’une grande fosse d’époque romaine), certes (...)

25Controversée, l’hypothèse n’a pu être éliminée. On peut même dire que l’idée s’est consolidée malgré des fouilles rares et limitées, la ville ancienne se trouvant sous l’actuelle22. Les arguments sont nombreux : • position sur l’axe majeur de circulation terrestre de direction Est-Ouest, au débouché de la voie de rive gauche de l’Aude (vers l’Atlantique) et au départ de plusieurs chemins côtiers et vers l’intérieur ; • taille du site (de 10 ha à la fin du vie s. jusqu’à une quarantaine un siècle plus tard, ce qui en fait le plus grand de la région) ; • plan orthogonal de l’habitat qui semble bien en place dès les premières traces de bâti en dur (vers 560-550) ; • présence de quartiers artisanaux spécialisés ; • un probable bâtiment public (construit vers 425-400) ; • méthodes de construction et matériaux (solins de murs à orthostates, emploi de la chaux et des adobes dès la première moitié du vie s., des tuiles en terre cuite dès au moins le début du ve s. av. n. è…) ; • plan de l’unique maison partiellement fouillée (plus de 150 m2 au sol, avec plusieurs pièces et cour centrale)23 ; • vaste territoire et présence de nombreux établissements ruraux ; • productions agricoles (céréales, vin et probablement huile, élevage) ; • productions artisanales (production de vaisselle de table et de cuisine aux formes du répertoire grec et vases à cuire imitant les ollae étrusques, de pithoi, de tuiles plates et couvre-joints, de lampes à huile et terres cuites votives ; tissage avec le métier vertical ; atelier de boulangerie ; bas fourneaux pour le travail du fer ; travail du bronze etc.) ; • importations (taux assez élevés d’amphores de toutes origines mais surtout massaliètes, grecques et étrusques ; autres céramiques ; divers) ; • faciès mobilier ; • ouverture commerciale ; • commerce de proximité et à longue distance ; • liens avec le monde grec du Midi etc.

26De nombreuses inconnues demeurent, à commencer par la question de l’enceinte et des nécropoles, non localisées. L’Orb étant navigable au moins jusqu’au pied de la ville, il est possible que la ville ait eu un port fluvial, mais celui d’Agde, bien meilleur et à seulement 20 kilomètres, a pu suffire.

27Il sera toujours impossible d’avoir pour ce site une vision aussi linéaire que pour Lattes, où les fouilles peuvent se dérouler dans la continuité. Il n’en reste pas moins que l’étonnante quantité d’indices livrés par le sous-sol au hasard des possibilités offertes par les projets d’aménagement, donne du poids à l’idée que Béziers I avait des caractéristiques fortes qu’il est impossible de réduire à de simples influences grecques.

  • 24 Ugolini, Olive, 2006, 2009.

28Béziers était sûrement dans le même système économique qu’Agde, qui, du même coup, était moins isolée qu’on ne l’a pensé. D’ailleurs, la logique de ce système, fondée sur le contrôle des voies, est plus ancienne que l’implantation grecque et laisse percevoir les raisons qui ont poussé les Grecs à s’y installer (fig. 5). Sans doute motivés par les facilités qu’offrait cette zone pour l’approvisionnement en métaux et pour l’agriculture, les Grecs ont tiré parti d’une organisation remontant à l’âge du Bronze, qui a atteint son niveau maximum autour de 500-475 (fig. 6). Puis, l’intérêt pour cette zone s’est diversifié et a perduré jusqu’à la fin du ive s. av. J.-C.24.

  • 25 Ugolini, 2001.
  • 26 Ugolini, 2005.

29Avec l’abandon de Béziers, vers 300, ainsi que celui de la majorité des sites occidentaux, la dynamique en place depuis trois siècles s’arrête. La permanence d’Agde ne suffit pas et le port n’est plus que l’escale d’une route maritime peu fréquentée25. L’axe commercial se tourne alors vers l’Espagne26 et il faut attendre la mise en place des réseaux italiques, au iie s. av. n. è., pour que le Languedoc occidental se retrouve au coeur de la dynamique économique et politique aboutissant à la création de la Provincia et à la fondation de sa capitale, Narbonne. Il n’est pas inutile de rappeler qu’au cours des IIe-Ier s. av. n. è., Agde est pleinement insérée dans cette nouvelle organisation.

3. Ports, comptoirs, emporia et présences étrangères

30La thématique de la présence des étrangers en Languedoc a été confondue et superposée – de manière plus ou moins explicite et consciente – à celle des ports et comptoirs, selon l’axiome que là où il y a un port, il y a commerce et donc fréquentation “méditerranéenne”, sinon implantation de plus ou moins grande ampleur.

3. 1. Agde

  • 27 Ugolini, 2001, 2001a, 2008, Bérard-Azzouz, Ugolini, 2008.

31Pendant longtemps, le port fluvial d’Agde grecque (sur la rive gauche de l’Hérault) a été le seul de la côte languedocienne. Remarquable par sa position et ses repères visuels côtiers, indispensables le long de nos côtes sableuses et plates pour la navigation à vue pratiquée durant l’Antiquité gréco-romaine, ce port a eu deux périodes plus marquées : l’une entre 525 et 300 av. n. è., en liaison avec Béziers et dans un contexte de marque grecque ; l’autre entre 150 av. n. è. et 50 de n. è., lorsque l’espace commercial est désormais italique27.

3. 2. La Monédière

  • 28 Jully, 1971, 1972a et b, 1974 ; Nickels, 1976, 1989.

32La Monédière (Bessan), sur la rive droite de l’Hérault, quelques kilomètres au nord d’Agde, était un débarcadère permettant la desserte des sites à l’Ouest du fleuve. Il s’est vu attribuer des présences grecques sur la base du mobilier (où les importations grecques étaient abondantes et notamment les amphores), les techniques de construction (emploi précoce de l’adobe), les plans d’habitation (maisons à abside), les graffiti grecs sur céramique28.

  • 29 Ugolini, 2008.
  • 30 Dedet, 1990.

33Aujourd’hui, si La Monédière reste l’un des plus anciens sites à avoir employé l’adobe et celui qui a restitué le plus grand nombre d’amphores29 et de graffiti grecs, le plan de ses maisons est considéré comme typique du Languedoc méditerranéen30. D’une manière générale et également par d’autres aspects, on retient aujourd’hui que des Grecs ont pu y résider à côté des indigènes.

  • 31 Ugolini, 2001a et Ugolini, Olive, 2009.

34Il reste que le site a sûrement joué un rôle important dans la distribution des marchandises à l’Ouest de l’Hérault pendant deux siècles (vie-ve s. av. n. è.) et qu’il a été en contact étroit avec le monde grec, par le biais – et en complément fonctionnel – de Béziers et d’Agde31.

3. 3. Lattes

  • 32 Arnal et al., 1974 ; Demougeot, 1965.

35De longue date, on localise à Lattes un port. L’hypothèse s’appuyait sur deux arguments que l’on voyait convergents : l’inscription dite d’Astrapton et la découverte de pontons en bois d’époque romaine32.

36Sur l’inscription, une dédicace du ier ou iie s., il est question d’utricularii et de fabri. Selon les épigraphistes, les premiers étaient des marins sillonnant l’étang à bord de radeaux flottant sur des outres. Quant aux seconds, on en a fait des “charpentiers de marine”.

  • 33 Garcia, 2002 et 2008.
  • 34 Une tour de la première enceinte (vers 500 av. n. è.) située “à l’aplomb de la zone portuaire” est (...)

37Les fouilles récentes ont mis au jour, près des premiers pontons et à l’extérieur de l’enceinte, des aménagements attribués à l’espace portuaire des IIe-Ier s. av. n. è., qui serait le plus ancien localisé jusqu’ici. Les vestiges augustéens sont les premiers à former un ensemble de plusieurs édifices (fig. 3) : des hangars et un bâtiment de plan carré ouvert sur l’étang33. Ce dernier comporte un carré central marqué par quatre bases disposées aux angles d’un foyer. Un porche se trouve devant l’entrée. On a proposé d’y voir un phare dont les “colonnes” auraient porté un étage où pouvait se trouver un lanterneau. La découverte de ce complexe, bien tardif par rapport à notre sujet, a marqué les esprits et l’hypothèse du phare est devenue un élément décisif à l’appui du port, toute époque confondue34. Mais, l’interprétation de cet espace et de ces édifices n’est peut-être pas encore définitive.

  • 35 Jorda et al., 2008.
  • 36 Garcia, 2002, p. 47-51.
  • 37 Garcia, 2008, p. 148.

38D’après les géomorphologues, au moment de sa fondation Lattes occupait l’extrémité d’une presqu’île (un cône deltaïque) bordée par le Lez (ou entre deux bras du fleuve) et ils attribuent à l’étang une profondeur d’au moins 2 m d’eau, y autorisant la navigation35. C’est l’argument environnemental utilisé à l’appui de l’hypothèse du port d’époque étrusque. Par la suite, les apports sédimentaires du Lez ont progressivement comblé le plan d’eau. Pour l’époque romaine, l’hypothèse du chenal du Lez est nécessaire afin que la profondeur d’eau soit suffisante pour la fonction portuaire. Toutefois, l’idée que des bateaux de haute mer chargés de dolia pleins de vin en vrac s’arrêtaient devant le phare, d’où le vin était transvasé avec des pompes dans les dolia du hangar situé à l’arrière du phare (ou depuis les dolia du hangar vers les bateaux)36, garantit peut-être le “statut de port régional”37, mais n’est pas moins surprenante. On y reviendra.

  • 38 Voir en dernier Bel, Danveau, 2008, p. 39.
  • 39 Garcia, 2002, p. 48.

39À Port Marianne, dans les environs immédiats du site, on a mis au jour un vignoble qui a été planté autour de 200 av. n. è. et qui a longtemps été en production38. La campagne lattoise a donc produit du vin et il fallait bien le stocker quelque part. Pour les hangars, l’hypothèse d’un ou plusieurs chais a été écartée parce qu’aucune structure de pressurage n’a été découverte ; parce que les vignes sont éloignées ; parce que les hangars se trouvent dans la zone portuaire et sont ouverts sur l’un des grands côtés. Ces considérations ont amené à les interpréter comme les docks d’un quai de transbordement, à l’instar de ceux de Marseille, Ostie etc.39, ce qui met Lattes sur le même plan que les grands ports de l’époque.

40Il n’en reste pas moins que, dans un établissement à la trame très dense de l’habitat, il était difficile de trouver un espace adapté à la vinification et au stockage, sans compter qu’aucun site aggloméré contemporain ne renseigne sur la gestion du produit des vignes. Par contre, il est sûr qu’encore récemment les vignerons vinifiaient et stockaient dans leur village, dans leur remise. En définitive, le hangar à dolia, placé à l’extérieur de la fortification, construit sur un espace gagné depuis peu sur la lagune, peut matérialiser le lieu (ou l’un des lieux) de vinification/stockage de la production villageoise, au même titre que les autres bâtiments ont pu servir pour d’autres denrées de production locale et de réserve collective.

  • 40 Clavel, 1970, fig. 77.
  • 41 Maurin, Dubos, 1985.
  • 42 Cabuy, 1989 ; Fauduet, 1993.

41Enfin, on se demande comment fonctionnait l’éventuel phare, qui serait un feu directionnel orientant les marins vers les eaux plus profondes du chenal qu’avait probablement creusé le Lez. L’utilité d’un édifice si petit, qui n’était pas bien haut en regard de son plan, qui était si loin du rivage maritime (même au cas où le cordon littoral aurait été moins éloigné qu’aujourd’hui, près de 5 km) ne saute pas aux yeux. La possibilité qu’il s’agisse d’un lieu de culte n’a pas été retenue à cause de l’absence d’un mobilier archéologique spécifique, ce que l’on pourrait tout aussi bien attribuer à l’arasement des vestiges. Pourtant, le bâtiment présente le plan canonique d’un fanum. Aucun fanum n’étant identique à un autre, on en proposera deux pour comparaison. Celui de Colombières-sur-Orb40 présente, au milieu de la cella, un autel et des charbons de bois laissant penser à des rites faisant intervenir le feu, comme le foyer de Lattes le fait également supposer. Le fanum de Losa41 était dans une situation géographique semblable à celle de l’édifice lattois puisqu’il était au bord d’un lac (qui l’a submergé aujourd’hui). De plan rectangulaire, il avait un vestibule devant l’entrée comparable à l’espace en façade observé à Lattes. D’autres fana montrent la grande diversité des solutions architecturales, des dimensions (où celles relevées à Lattes se situent dans une bonne moyenne) etc.42, mais tous ressemblent à l’édifice lattois.

42Ainsi, si le bâtiment en question n’est pas un phare et si l’interprétation des bâtiments situés à proximité change, les arguments principaux en faveur du port et de son fonctionnement sont caduques. Pourtant, les pontons en bois indiquent que cet espace était bien au bord de l’eau : ils suffisent à justifier l’abordage des bateaux, mais ne disent rien sur leur taille ni sur leur fonction (bateaux marchands ? barques de pêche ? radeaux ?).

  • 43 Voir Janin, Py, fiches du chapitre “L’influence grecque”.

43Au-delà de la question portuaire, la présence grecque à Lattes est fortement présumée par les fouilleurs dès 450 av. n. è. Le mobilier local reste non tourné, mais les importations sont surtout massaliètes et révèlent un monopole qui va durer jusqu’au iie s. On évoque aussi, à l’appui des présences grecques, le plan du site, désormais en îlots allongés, des noms grecs incisés sur céramiques et, plus tard (IIe-Ier s. av. n. è.) des noms gaulois inscrits en grec, ainsi que la découverte de deux inscriptions en grec incisées sur plomb43. Il y aurait donc toujours eu des résidents étrangers à Lattes.

3. 4. Le Caïlar

  • 44 Py, Roure, 2002, p. 211.

44Outre L’Argentière d’Espeyran (Rhodanousìa), qui aurait fonctionné comme un port au bord de la lagune, les fouilles menées au Caïlar (Gard) ont mis au jour un site qui a été qualifié de débarcadère, de comptoir et même d’emporion par ses éditeurs, qui ne l’ont classé parmi les sites indigènes que par pure prudence méthodologique44. Trois arguments ont été mis en avant à l’appui de présences grecques importantes :

  1. les taux élevés d’importations massaliètes et notamment d’amphores ;

  2. deux blocs de construction en calcaire taillés selon des techniques grecques trouvés dans un niveau du ive s. av. n. è. ;

  3. la position géographique, au bord d’une lagune qui aurait été anciennement navigable.

  • 45 Roure, 2007. Voir aussi Hermary, 2003.

45Site encore mal cerné et dont la chronologie n’est pas tout à fait établie, on y a mis au jour, depuis, des têtes coupées ayant été préalablement exposées et des armes45. Cette pratique et ces armes suffisent à désigner les habitants comme indigènes et résolvent l’interrogation concernant le peuplement. D’un autre côté, le mobilier publié est comparable à celui de L’Argentière et de Lattes pour la même époque. Il est donc certain que ces trois sites appartiennent à la même sphère culturelle indigène.

46Quant aux éventuelles fonctions portuaires, possibles également sur les sites indigènes, elles restent tributaires, comme pour L’Argentière et même pour Lattes, des réelles possibilités de navigation de ces lagunes.

3. 5. Pech Maho et Le Moulin

47Dans l’Aude, on a proposé de voir, au bord de l’étang de Bages et de Sigean, deux autres ports lagunaires.

  • 46 Voir en dernier Gailledrat, Solier, 2004.
  • 47 Solier, 1979.
  • 48 Lejeune et al., 1988.
  • 49 Gailledrat, Rouillard, 2003.
  • 50 Gailledrat, Solier, 2004, p. 439, fig. 302.

48Pech Maho (Sigean) est le plus connu46. Il est occupé entre le milieu du vie s. et environ 200 av. n. è. Il s’agit d’un cap barré d’un demi hectare sur une hauteur non loin d’une petite rivière, la Berre, qui se jette dans l’étang. Il est connu notamment à cause de sa spectaculaire enceinte (muraille, fossés et chevaux de frise). La découverte de lettres commerciales sur plomb en caractères ibériques47 et d’une autre, plus ancienne (vers 450 av. n. è. ?), avec un texte en étrusque sur une face et un deuxième en ionien sur le revers, utilisé dans un second temps48, a beaucoup compté dans la formulation de l’hypothèse d’un port. On a aussi versé au dossier la mise au jour fortuite d’un dessin incisé sur pierre représentant un navire antique. Aujourd’hui le site est assez éloigné du rivage lagunaire, mais on suppose qu’autrefois il pouvait être plus proche de l’eau. Sa situation et “sa vocation en tant que place d’échanges” le désigneraient comme un véritable emporion49. Les navigateurs méditerranéens y auraient été attirés par sa position à la charnière du domaine sorde et du domaine élisyque, par le fer des Corbières arrivant par la vallée de la Berre et par ses possibilités de catalyser les trafics de l’aire narbonnaise, qui en feraient l’un des ports de Montlaurès (capitale élisyque). La présence à demeure de courtiers grecs est envisagée à cause d’un mobilier jugé comme particulièrement emblématique, ainsi que par l’utilisation précoce de la brique crue (milieu du vie s.). Un quartier archaïque accolé au rempart, que l’on compare à des aménagements analogues découverts à Emporion même, mais qui se rencontrent aussi sur des sites indigènes ibériques, est mis en avant à l’appui de l’apparition très ancienne d’un urbanisme “à la grecque”50.

  • 51 Solier, Fabre, 1969.

49Quant au Moulin (Peyriac-de-Mer), il n’est connu que par des sondages anciens51. Il était peu étendu et semble avoir eu une occupation de courte durée (entre 400 et 275 av. n. è.), mais ce site se trouve encore aujourd’hui au bord de l’étang et ses possibilités portuaires, confortées par un abondant mobilier importé, paraissent plus évidentes que celles de Pech Maho.

  • 52 Solier, 1992.

50Tout se joue donc sur le paysage de l’époque préromaine, mais il est vrai que cet étang est profond et qu’il était autrefois plus étendu qu’aujourd’hui. La circulation des bateaux n’y pose pas de difficultés majeures. D’ailleurs, c’est au bord de cet étang qu’on recherche actuellement le port romain de Narbonne. Le problème réside plutôt dans la visibilité des sites depuis la mer, l’accès à l’étang se faisant par des graus qu’aucun repère visuel ne permet de détecter du large. Si l’on imagine facilement que les ingénieurs romains ont su trouver des solutions, cela est moins sûr pour les siècles antérieurs à la Conquête. D’un autre côté, la dynamique économique qui serait induite par la présence d’un ou même deux port(s) dans cette zone n’est pas évidente, aucune exploitation minière avérée dans les Corbières ne correspondant à la durée de vie de ces deux sites. De surcroît, les établissements contemporains de l’arrière-pays de Pech Maho et du Moulin sont rares, relativement pauvres52 et ne semblent pas entretenir des relations intenses avec la côte. Enfin, si Pech Maho était vraiment l’un des ports de Montlaurès, site proche de l’Aude, fleuve navigable, cela devrait transparaître par de nombreux indicateurs, ce qui n’est pas le cas.

51En définitive, c’est surtout la relation entre Pech Maho et Le Moulin, juste séparés par une dizaine de kilomètres, qu’il faudra comprendre. Tous deux étant situés le long de la voie terrestre vers l’Espagne et tous deux étant candidats à un rôle portuaire, mais n’ayant pas exactement la même chronologie, c’est l’analyse de la situation globale qui permettra de décider le rôle que chacun a pu jouer.

3. 6. Pyréné

52Étrangement, dans le contexte des ports, on n’évoque jamais Pyréné, qui est tout de même le site le plus anciennement mentionné de la région. Hérodote (II, 33) place cette polis dans le grand Ouest, chez les Celtes et, par erreur, aux sources de l’Istros (Danube). Tite-Live (XXXIV, 8, 5) fait allusion à ce port, qui était encore en fonction au début du iie s. av. J.-C., lorsque la flotte de Caton se rendant en Espagne y fit une halte. Enfin, Aviénus (Ora Maritima, vv. 560-562) transmet que les Grecs venaient y commercer.

  • 53 Ugolini, 1998.
  • 54 Constant, Mazière, 2007, p. 304-307 et fig. 226 pour Le Ravaner.
  • 55 Mazière, 2004.

53Sa localisation a été longtemps incertaine (on lui a préféré tantôt Port-Vendres et tantôt La Selva, en Espagne), mais Collioure est certainement aujourd’hui le meilleur candidat53. En effet, sondages anciens et recherches récentes ont montré qu’il y a là une occupation qui est la seule mise au jour sur la côte rocheuse. Il est intéressant de relever qu’elle a été précédée, dès la fin de l’âge du Bronze, par celle du Ravaner54. Le site reste largement méconnu. Les informations proviennent d’un mobilier hors stratigraphie qui atteste une chronologie entre 500 et le iie s. av. n. è. Les apports y sont diversifiés et la place des amphores massaliètes significative. Le rôle d’Ibiza est évident entre le ive s. et le iiie s.55.

54Ainsi, malgré les limites qu’impose la documentation, Collioure est ce port pyrénéen duquel dépendait l’approvisionnement du Roussillon côtier. Sa situation lui garantit tout ce qui est nécessaire à un vrai port. Au bord de la mer, dans une crique aux eaux profondes offrant l’abri en cas de tempête, signalé par un relief caractéristique et visible depuis le large, idéalement situé à la sortie des bas-fonds de la côte sableuse et au début de la côte rocheuse, il constitue, au Nord des Pyrénées, le pendant des ports d’Emporion et de Rhodè.

4. Remarques finales

55La question des Grecs en Gaule est maintenant beaucoup plus complexe qu’il y a quelques décennies et l’appréciation des présences grecques et autres donne lieu à un débat passionné, toujours alimenté par de nouvelles découvertes ou de nouvelles interprétations.

56Si autrefois quelques tessons grecs suffisaient pour désigner une “station grecque”, aujourd’hui la problématique des ports – vrais, supposés, espérés… – aplatit tout, ce qui est pratique, chaque site ayant son Grec. Mais, du point de vue de la méthode, c’est une dérive tout autant que l’approche ancienne. Ainsi, si d’un côté on fustige un académisme qui faisait une large place aux Grecs dans le développement du Midi, de l’autre force est de constater que l’on n’a jamais “vu” autant de Grecs qu’aujourd’hui. Ils sont partout : dans les sites grecs, heureusement, mais aussi sur des sites indigènes qui fonctionneraient tous comme des lieux d’échanges et qui, de Pech Maho à L’Argentière, seraient établis essentiellement au bord des lagunes, avec tout de même l’exception notable et forcément significative d’Agde.

  • 56 Torelli, 1982.
  • 57 Gantès, 1992 et 2005.
  • 58 Ugolini, Olive, 1988 et 2006, p. 571-572 ; Ugolini et al., 1991 ; Ugolini, 2003. Des productions de (...)
  • 59 Ugolini, 2002.

57Parallèlement on a beaucoup insisté sur l’hypothèse d’une composante étrusque dans les trafics de l’extrême Occident. Et les Étrusques, d’une façon ou d’une autre, ont sûrement eu un impact économique et culturel sur la Gaule, ne serait-ce que par le biais de Marseille, qui fréquentait les ports tyrrhéniens. On pense en particulier aux présences phocéennes relevées de longue date dans le sanctuaire de Gravisca56. À leur tour, les Étrusques fréquentaient probablement les ports du Midi et ils ont pu s’installer à Marseille et ailleurs. Au titre des influences culturelles qu’ils ont exercées sur le Midi, on peut citer l’olla étrusco-italique, un vase tourné pour la cuisson des aliments que les Marseillais ont largement importé pour leurs propre usage57. Béziers est le seul site du Midi à avoir développé, dès le vie s., des productions massives d’imitation de très bonne qualité et à la large diffusion (fig. 4)58. Ce vase a été employé de façon quasi exclusive dans les cuisines de Béziers et d’Agde jusqu’à la fin du ive s.59, au même titre que l’original étrusque a été très en vogue à Marseille, où est arrivée aussi la version biterroise (de visu).

  • 60 Dans l’hypothèse d’une fondation antérieure à la fin du vie s., Lattes serait au centre de la zone (...)

58Le cadre général dans lequel s’inscriraient les interactions entre Grecs et Étrusques reste sujet à caution. Placer Lattes au centre d’un commerce étrusque autonome en Gaule60 ne fait que déshabiller Marseille pour habiller Lattes. De fait, cela réduit les Grecs à une participation commerciale nulle dans le Midi durant la première moitié du vie s., puis très limitée jusqu’au début du ve s. Mais alors, à quoi les Marseillais pouvaient-ils bien s’occuper durant le vie s. ? Quant aux Étrusques, on perçoit difficilement les raisons de l’investissement en Gaule qu’on leur attribue. La recherche du cuivre n’étant pas un argument convaincant, que venaient-ils faire ? Car il faut bien souligner que les produits étrusques sont, certes, présents quasiment partout dans le Midi, mais leur nombre absolu est bas dans la plupart des sites. Même si on en ignore la contrepartie, on a du mal à y voir un trafic rentable et autonome.

  • 61 Ugolini, Olive, 2004 ; Ugolini, 2005 et voir Gailledrat, Solier, 2004, p. 176 et 287.

59Quant aux produits ibériques, qu’un autre académisme utilise pour délimiter la culture “ibéro-languedocienne”, on ne sait toujours pas s’ils sont véhiculés par les Ibères, par la grecque Emporion ou par le réseau punique. Tout ce que l’on peut dire c’est qu’ils n’ont pas été aussi prépondérants en Languedoc occidental qu’on l’a dit61. Pour cet aspect aussi, le discours est étonnant. D’un côté, on va chercher les ferments de la culture “ibéro-languedocienne” dans le “Levante” espagnol, où l’impact punique a été fort, et, de l’autre, on insiste sur le rôle d’Emporion dans la diffusion des marchandises ibériques au Nord des Pyrénées. En grossissant le trait, cela revient à dire que Grecs et Étrusques ont ibérisé Roussillon et Languedoc occidental, ce qui ne manque pas d’originalité…

60Dans tout cela, on continue à ignorer la composante phénico-punique dont l’Histoire a pourtant gardé un souvenir très fort, alors même que les enjeux concernant les Étrusques qu’elle nous transmet ne s’appliquent qu’à l’aire entre Corse et Italie. Les Puniques sont oubliés tout simplement parce que les taux de leurs produits propres sont faibles, alors qu’ils ont sûrement vendu et acheté de tout et qu’ils ont fréquenté nos côtes bien plus régulièrement qu’on ne veut bien l’admettre. La présence des indigènes du Midi dans l’armée carthaginoise qui a affronté les Grecs à Himère en est une preuve tant il est invraisemblable que l’on soit venu recruter des soldats (ou soulever des alliés) sans rien connaître au préalable.

  • 62 Ugolini, 1998 ; Mazière, 2004 ; Ugolini, Olive, 2004 ; Ugolini, 2005.

61La circulation des produits et des influences complémentaires est complexe, ne peut être limitée à quelques sites et ne reflète pas nécessairement des actions directes. Aussi, il faut sortir de l’équation un peu puérile consistant à croire que l’origine d’une marchandise indique la nationalité du marchand. Par contre, il est certain que les Grecs se sont établis en Gaule, qu’ils y ont fondé plusieurs sites et qu’ils ont toujours compté, d’une façon ou d’une autre, dans les vicissitudes de l’espace côtier. Leur action est ancienne, étendue et continue et, finalement, peu importe ce qu’ils ont vendu. Il est plus intéressant de relever que les apports grecs et étrusques cumulés, qui dessinent un axe venant de l’Est, dominent presque tout le temps et ce n’est que par intervalles que les produits ibériques augmentent significativement. Il y a donc une alternance des réseaux commerciaux. Le monopole ‘ibérique’est fixé et cantonné – dès le second quart du ve s. et jusqu’à la romanisation – au Roussillon et les fluctuations concernent surtout l’aire audoise. De fait, c’est bien cet espace côtier qui est le tampon entre deux réseaux. L’un a toutes les chances d’être grec (plutôt qu’étrusque) et l’autre a toutes les chances d’être punique (plutôt qu’ibérique, au sens d’indigène d’Ibérie ou de grec d’Ibérie)62.

  • 63 Garcia, 2008 ; Lebeaupin, Séjalon, 2008 ; Janin, Py, 2008a.

62Dans ce contexte, il manque aussi une réflexion d’ensemble qui définirait les réalités que l’on désigne, par exemple, avec le terme de “port” et qui permettrait de mesurer la différence entre un “port occasionnel”, un “port de pêche” et un “port de commerce”, entre un “comptoir” et un “emporion” et qui autoriserait d’analyser autrement que sur la base de la géomorphologie la pertinence de l’hypothèse du xixe s., qui revient, d’une navigation côtière à l’intérieur d’étangs protégés du large par le cordon littoral. Pour les fouilleurs de Lattes, le “comptoir” est fréquenté par un seul fournisseur, alors que l’“emporion” est visité par plusieurs fournisseurs63. Ils considèrent ainsi Lattara comme un comptoir ouvert d’abord aux Étrusques, puis aux Grecs, orienté vers la consommation locale, la redistribution vers l’extérieur étant inexistante ou très réduite et le site n’entretenant aucun lien économique perceptible avec son arrière-pays. Outre le fait que cela contredit le statut de port régional qu’on lui attribue par ailleurs (certes, plus tard), le nombre de comptoirs (au moins trois : Lattes, Le Caïlar, L’Argentière) paraît élevé dans un espace géographique somme toute restreint. En résumé, tous les sites côtiers du Languedoc oriental seraient des comptoirs.

  • 64 Ugolini, Olive, 2004.

63Concevoir l’organisation commerciale dans une visée site par site revient finalement à dire que l’approvisionnement se fait par petit cabotage, à l’exclusion d’un vrai port de commerce qui centraliserait le trafic maritime. Dans la mesure où ces établissements – qui n’ont pas restitué de preuves directes de leurs ports – sont ciblés un à un et qu’ils longent le principal axe de circulation terrestre Est-Ouest, il est également possible que les marchandises y soient parvenues par voie de terre. Quoi qu’il en soit, la fonction de ces sites, qui ne sont que des consommateurs, est forcément celle d’être des relais le long d’une voie maritime ou terrestre intégrée dans un domaine commercial surveillé64.

64Il reste à décider dans quelle catégorie il convient de ranger les sites occidentaux. S’il est évident qu’Agde, La Monédière, Béziers etc. sont ouverts à des commerces multiples et puisque l’emporion n’est pas exclusivement maritime, faut-il pour autant en faire des emporia dans tous les cas ? N’y a-t-il pas de différences entre eux ? Il est certain que le faciès mobilier des sites occidentaux, Agde comprise, n’a pas beaucoup en commun avec celui des sites orientaux, même au ive s., c’est-à-dire plus de deux siècles après l’installation des Grecs dans le Midi et lorsque les différences de consommation et de faciès culturel tendent à s’estomper. Mais, faut-il se contenter de dire que les différences sont dues à des civilisations indigènes différentes, comme on le faisait anciennement et comme on le fait encore parfois, alors que l’écart se fait principalement sur les biens importés ? N’est-ce pas plutôt la présence d’un pôle économique puissant (qui ne peut être que Béziers), auquel est associé un vrai port (qui ne peut être que celui d’Agde), qui justifie et garantit la diversité et la quantité des approvisionnements ainsi que leur acheminement dans toutes les directions, à l’allée comme au retour ?

65Il faudra également tenter d’évaluer dans quelle mesure le port (pour les besoins du cabotage ou pour ceux du commerce international) détermine le niveau de consommation, notamment par rapport à d’autres sites côtiers qui – eux – ne seraient pas portuaires. Car il ne suffit pas d’être au bord de l’eau, ni de constater des taux élevés d’amphores, pour qu’il y ait un port ou des résidents non indigènes. Les choses sont forcément un peu moins primaires que cela.

  • 65 Garcia 2008, p. 148.

66Aucun texte d’époque gréco-romaine ne signale des ports au bord des étangs entre le Rhône et Agde. Entre Agde et Pyréné, seulement le port de Narbonne est mentionné à partir de la fin du ier s. av. J.-C. Il n’est pas non plus question de débarcadères. Tout au plus les sources évoquent-elles la possibilité de remonter en bateau les principaux cours d’eau et les activités de pêche se déroulant sur certains étangs (Lattes, Salses), ce qui indique l’existence des installations nécessaires. Après le Rhône, Pomponius Méla (II, V, 6) mentionne les stagna Volcarum, le fleuve Lez (Ledus) et le castellum Latera. Il relève expressément (II, V, 5) l’absence de ports qu’il attribue à une mauvaise exposition. Pline (H.N., III, V, 2) souligne aussi ce déficit de sites qu’il explique par l’insalubrité des étangs et n’oublie pas de décrire, dans le stagnum Latera, dans le territoire de Nîmes, la fameuse pêche au muge à l’aide des dauphins (Pline, H.N., IX, IX). Curieusement, il ne fait aucune allusion au port ni à ses activités marchandes. Cela est en contradiction avec les hypothèses développées récemment, puisque ce serait surtout à partir de l’époque augustéenne que son rôle commercial conférerait à Lattara le “statut de port régional”65 et qu’elle serait alors, si on comprend bien, le port de Nîmes. Il est donc troublant que Strabon (IV, 1, 12), justement à l’époque augustéenne, écrive que Narbonne est le port des Arécomiques, ce qui signifie que Nîmes était desservie par Narbonne.

67La question des ports lagunaires reste posée pour les siècles antérieurs à la Conquête, lorsque le paysage pouvait être différent. Toutefois, l’attention portée actuellement à cette problématique ne doit pas masquer qu’il y a une réalité géographique qui, elle, n’a pas varié depuis l’Antiquité et qui a régi – et régit encore – les communications de notre région : la plaine côtière est un formidable passage pour la circulation terrestre, qui, justement, contourne les étangs. Voie Héracléenne, Voie Domitienne, Voie d’Aquitaine, chemins secondaires vers l’intérieur, tout part, arrive et passe par là. Nîmes, Béziers et Narbonne, c’est-à-dire les principales villes coloniales de l’époque romaine, qui sont aussi d’importants sites préromains, se trouvent ainsi sur le grand axe Est-Ouest, comme tant d’autres qui s’égrainent le long d’une suite littorale dont font partie les établissements lagunaires, tous situés non pas près de la mer mais du côté terrestre des étangs. La forte densité des habitats le long de cet axe s’explique par les opportunités qu’il offre, par la nécessité des relais et par les possibilités d’acheminement secondaire. Et cela est vrai pour toutes les époques.

  • 66 Kneissl, 1981.
  • 67 Deman, 2002. Pour Lattes, Garcia, 2008, p. 148 retient maintenant que les utricularii étaient des f (...)
  • 68 Leveau, 2004, p. 357 ; Verdin, 2005.

68D’ailleurs, c’est bien dans le cadre de la circulation terrestre qu’interviendraient les utricularii de Latara puisqu’on considère actuellement qu’ils n’étaient pas des pilotes de radeaux, mais des transporteurs routiers acheminant des denrées conditionnées dans des outres chargées sur des mulets ou dans des chariots66. On a même proposé de restreindre le terme aux seuls muletiers67, puisqu’une inscription, où ils figurent à côté des nautes de la Durance, exclut de fait leur rôle de navigants68. De surcroît, le dossier épigraphique indique qu’on les trouvait dans les ports (Lyon, Arles, Narbonne), mais aussi le long des routes (Nîmes, Riez…), ce qui montre que les utriculaires exerçaient leur métier quasiment n’importe où.

69Quant à Pech Maho, le site était – peut-être – plus près du rivage lagunaire qu’il ne l’est aujourd’hui et avait – peut-être – un port, mais au demeurant il est certain qu’il domine un passage obligé de la voie côtière. C’est donc vraisemblablement la nécessité d’un contrôle de la circulation terrestre qui justifie son extraordinaire système défensif, dont le côté le plus puissamment fortifié se trouve justement du côté de la voie, c’est-à-dire au Sud.

70Le foisonnement des hypothèses souligne combien il reste difficile d’identifier les sites grecs, qu’ils soient mentionnés par les sources ou non. En réalité, l’archéologue s’arrête souvent aux grands phénomènes d’acculturation (qui peuvent aller des étrangers aux indigènes et vice-versa). Dans la plupart des cas, les arguments mis en avant ne correspondent qu’à la généralisation de certaines pratiques, comme p. ex. l’apparition d’un urbanisme régulier, de la construction en dur ou encore des adobes. Cela montre certainement qu’il y a eu des contacts suffisants pour qu’il y ait eu le transfert d’un certain savoir et pour que les communautés indigènes l’adaptent à leurs propres besoins, mais il reste que les plans de Lattes, d’Ensérune ou de Pech Maho se ressemblent entre eux mais n’ont quasiment rien de commun avec ceux des villes grecques, bien que l’on y retrouve des rues se croisant à angles droits. De même, une grande quantité d’importations, quelle qu’en soit la nature, n’indique pas en soi des présences étrangères. Elle témoigne seulement d’une certaine facilité d’approvisionnement. Il faut en effet souligner que tous les sites côtiers affichent des taux élevés de mobilier importé, quelle qu’en soit la provenance, quelles qu’en soient les modalités d’arrivée et quelle que soit la nature du peuplement local. En d’autres termes, le commerce a pu les atteindre tous. Bien sûr, dans le détail, on ne trouve pas partout exactement les mêmes choses, mais globalement l’espace côtier est privilégié, alors que les approvisionnements diminuent très significativement dès qu’on s’en éloigne.

71Isoler des présences grecques suffisamment fortes pour que l’archéologie puisse les saisir est beaucoup plus rare et suppose de prendre en compte un grand nombre de paramètres. Le long travail mené à propos de Béziers a identifié de nombreux critères qui se trouvent réunis sur ce site, où il se produit quelque chose qui a manifestement à voir avec les Grecs durant plusieurs siècles. Il est désormais sûr que c’est cet espace de développement économique et culturel qu’Agde a desservi en tant que port et défendu en tant que forteresse, comme l’indique Strabon (IV, 1, 5), qui la désigne comme un rempart contre les indigènes de la zone rhodanienne, et non pas contre les Ibères comme, hélas, on le lit souvent.

  • 69 Ugolini, Olive, 2009.

72Il est alors utile de rappeler que l’Hérault occidental et la basse vallée de l’Aude (sur sa rive gauche) sont entrés en contact avec les navigateurs méditerranéens particulièrement tôt. Les nécropoles à incinérations du premier âge du Fer montrent que les indigènes formaient un groupe homogène qui a reçu les plus anciennes importations méditerranéennes du Midi (fig. 5). La zone d’Agde, avec ses possibilités portuaires naturelles, en a été la porte d’entrée et on perçoit que la facilité des communications a été pour beaucoup dans l’implantation des communautés, selon des modalités qui vont perdurer et se renforcer par la suite69 (fig. 6). La localisation des pôles de peuplement et la distribution des cachettes d’objets en bronze dits “dépôts launaciens” (fig. 5) montrent combien la nécessité d’acheminer ce que venaient chercher les étrangers, vraisemblablement le bronze, est concrétisée par les chemins.

73Ainsi, les axes de la communication terrestre sont une réalité languedocienne bien concrète. Le réseau des voies a favorisé l’implantation de nombreux sites, dont certains ont joué un rôle clé pour le commerce. Ce n’est pas par hasard si, beaucoup plus tard mais de la même manière, l’empire romain a bâti son déploiement en fonction des routes bien plus que sur les possibilités portuaires de la côte.

Fig. 1 : Carte schématisant les connaissances des années 1960 sur l’occupation grecque entre Marseille et l’aire pyrénéenne (Carte D. Ugolini)

Fig. 1 : Carte schématisant les connaissances des années 1960 sur l’occupation grecque entre Marseille et l’aire pyrénéenne (Carte D. Ugolini)

Fig. 2 : Carte des sites mentionnés dans le texte (Carte D. Ugolini)

Fig. 2 : Carte des sites mentionnés dans le texte (Carte D. Ugolini)

Fig. 3 : Lattes. L’espace portuaire de la phase 3 (25 av. n. è.-75 de n. è.).

Fig. 3 : Lattes. L’espace portuaire de la phase 3 (25 av. n. è.-75 de n. è.).

A : relevé des vestiges (d’après Garcia, 2002, fig. 21) ;
B : évocation volumétrique de la terrasse portuaire (d’après Garcia, 2002, fig. 74)
1 : hangar à dolia (bâtiment 26/3-6) ;
2 : bâtiment de stockage (bâtiment 26/9) ;
3 : hangar à probable usage commercial ou de stockage (bâtiment 34/5-7) ;
4 : portique (bâtiment 34/10) ;
5 : espace ouvert ;
6 : phare (bâtiment 34/20 et 22) ;
7 : pontons en bois (sondages d’H. Prades et récents) ;
8 : enceinte

Fig. 4 : Vases à feu de production biterroise imitant les ollae étrusques (Dessins C. Olive)

Fig. 4 : Vases à feu de production biterroise imitant les ollae étrusques (Dessins C. Olive)

Fig. 5 : Nécropoles à incinérations du premier Âge du fer (étoiles blanches et noires), avec des vases grecs dans certaines tombes (étoiles grises), et dépôts launaciens (carrés gris) du Languedoc-Roussillon

Fig. 5 : Nécropoles à incinérations du premier Âge du fer (étoiles blanches et noires), avec des vases grecs dans certaines tombes (étoiles grises), et dépôts launaciens (carrés gris) du Languedoc-Roussillon

Fig. 6 : Carte de l’occupation des sols entre le Bassin de Thau et la rive gauche de l’Aude vers 500 av. n. è. Sites agglomérés : grandes étoiles ; sites ruraux : petites étoiles ; nécropoles : grandes croix ; tombes isolées : petites croix (D’après Ugolini, Olive, 2009, fig. 6. Fond de carte Géorelief 34)

Fig. 6 : Carte de l’occupation des sols entre le Bassin de Thau et la rive gauche de l’Aude vers 500 av. n. è. Sites agglomérés : grandes étoiles ; sites ruraux : petites étoiles ; nécropoles : grandes croix ; tombes isolées : petites croix (D’après Ugolini, Olive, 2009, fig. 6. Fond de carte Géorelief 34)

1 : Béziers ;
2 : La Monédière/Bessan ;
3 : Ensérune/Nissan-lez-Ensérune ;
4 : Mont-Joui/Florensac ;
5 : Agde ;
6 : Mèze et Vic Salat/La Conque ;
7 : Mus/Murviel-les-Béziers ;
8 : Montfo/Magalas ;
9 : Saint-Siméon/Pézenas ;
10 : Oppidum d’Aumes/Aumes ;
28 : Cayla II/Mailhac ;
30 : La Moulinasse/Salles-d’Aude ;
37 : Montlaurès/Narbonne

Haut de page

Bibliographie

Arnal, J., Majurel, R. et Prades, H., 1974, Le port de Lattara, Bordighera-Montpellier (Collection de Monographies Préhist. et Archéol., VII).

Barruol, G. et Py, M., 1978, Recherches récentes sur la ville antique d’Espeyran à Saint-Gilles-du-Gard, RAN, 11, p. 19-100.

Bats, M., 1998, Marseille archaïque. Étrusques et Phocéens en Méditerranée nord-occidentale, MEFRA, 110-2, p. 609-633.

Bats, M., 2006, Systèmes chronologiques et mobiliers étrusques du Midi de la Gaule au premier âge du Fer (v. 600-v. 480 av. J.-C.) : les rythmes de l’archéologie et de l’histoire, dans Gli Etruschi da Genova ad Ampurias, Atti del XXIV° Convegno di studi etruschi e italici (Marseille-Lattes, 26 settembre-1 ottobre 2002), Pisa, p. 81-92.

Bel, V. et Danveau, I., 2008, L’occupation du territoire autour de Lattara. Quelques aspects mis en lumière par les fouilles récentes, Gallia, 65, p. 23-44.

Benoit, F., 1965, Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule, Paris. (Publ. des Ann. Fac. Lettres d’Aix-en-Provence, 43).

Bérard-Azzouz, O. et Ugolini, D., 2008, Musée de l’Éphèbe. Archéologie sous-marine. Agde, Agde.

Bouloumié, B., 1977, L’empreinte étrusque en Gaule méridionale, dans Les Étrusques. Dossiers de l’Archéologie, 24, p. 80-87.

Bouloumié, B., 1982, Saint-Blaise et Marseille au vie s. av. J.-C. L’hypothèse étrusque, Latomus, 41, 1, p. 74-91.

Bouloumié, B., 1987, Le rôle des Étrusques dans la diffusion des produits étrusques et grecs en milieu pré-celtique et celtique, dans Hallstatt-Studien (Tübinger Kolloquium zur Westeuropäischen Hallstatt-Zeit, 1980), Weinheim, p. 20-43.

Bouloumié, B., 1992, Le commerce des Étrusques dans le midi de la Gaule, Les Dossiers d’Archéologie, 175, p. 10-15.

Cabuy, Y., 1989, Le fanum : temple gaulois, romain ou gallo-romain ? Annales d’Histoire de l’Art et d’Archéologie, 11, p. 25-37.

Cherici, A., 2006, Forme di contatto tra mondo celtico e mondo non celtico : riflessi culturali e socio-economici del « mestiere delle armi », dans Gli Etruschi da Genova ad Ampurias, Atti del XXIV° Convegno di studi etruschi e italici, (Marseille-Lattes, 26 settembre-1 ottobre 2002), Pisa, p. 371-413.

Clavel, M., 1970, Béziers et son territoire dans l’Antiquité, Paris (Annales Univ. Besançon, 112).

Constant, A. et Mazière, F., 2007, Collioure, dans J. Kotarba, G. Castellvi et F. Mazière (dir.), Les Pyrénées-Orientales. Carte Archéologique de la Gaule, 66 (M. Provost dir.), Paris, p. 304-307.

Dedet, B., 1978, Note sur la céramique tournée à gros dégraissant du Languedoc oriental (deuxième moitié du ve s. av. J.-C.), Figlina, 3, p. 25-42.

Dedet, B., 1990, Une maison à absides sur l’oppidum de Gailhan (Gard) au milieu du ve s. av. J.-C. La question du plan absidial en Gaule du Sud, Gallia, 47, p. 29-55.

Deman, A., 2002, Avec les utriculaires sur les sentiers muletiers de la Gaule romaine, Cahiers du Centre Gustave Glotz, 13, p. 233-246.

Demougeot, E., 1965, L’inscription de Lattes (Hérault), REA, LXVIII, p. 86-100.

Dietler, D., Kohn, A., Moya, I Garra, A. et Rivalan, A., 2008, Les maisons à cour des iiie-iie s. av. J.-C. à Lattes. Émergence d’une différenciation dans l’habitat indigène, Gallia, 65, p. 111-122.

Fauduet, I., 1993, Les temples de tradition celtique en Gaule romaine, Paris.

Gailledrat, É. et Rouillard, P., 2003, Pech Maho aux vie-ve s. av. J.-C. Une place d’échange en territoire élisyque, dans M. Bats, B. Dedet, P. Garmy, T. Janin, C. Raynaud et M. Schwaller (coord.), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, Suppl. 35 à la RAN, Montpellier, p. 401-410.

Gailledrat, É. et Solier, Y., 2004, L’établissement côtier de Pech Maho (Sigean, Aude) aux vie-ve s. av. J.-C. (Fouilles 1959-1979). Pech Maho I, Monographies d’Archéologie Méditerranénne, 19, Lattes.

Gantès, L.-F., 1992, L’apport des fouilles récentes à l’étude quantitative de l’économie massaliète, dans Marseille grecque et la Gaule, Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3, Lattes/Aix-en-Provence, p. 171-178.

Gantès, L.-F., 2005, Les importations de céramiques à Marseille pendant les périodes archaïque et classique (vie-ive s. av. J.-C.), dans Regards sur l’économie de Marseille antique, dans M.-P. Rothé et H. Tréziny (dir.), Marseille et ses alentours, Carte archéologique de la Gaule, 13, 3 (M. Provost dir.), Paris, p. 269-271.

Garcia, D., 2002, Topographie, architecture et stratigraphie, dans D. Garcia et L. Vallet (dir.), L’espace portuaire de Lattes antique, Lattara 15, Lattes, p. 11-72.

Garcia, D., 2008, Le port de Lattara. Premiers acquis sur les phases préromaines et romaines, Gallia, 65, p. 132-149.

Gras, M., 2000, Les Étrusques et la Gaule méditerranéenne, dans T. Janin (éd.), Mailhac et le premier âge du Fer en Europe occidentale. Hommages à O. et J. Taffane, Actes du Coll. Intern. de Carcassonne (17-20 septembre 1997), Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 7, Lattes, p. 229-242.

Gras, M., 2004, Les Étrusques vus de la Gaule. Échanges maritimes et implantations, Documents d’Archéologie Méditerranéenne, 27, p. 213-235.

Hermary, A., 2003, Grecs et barbares cloueurs de têtes : compléments au témoignage de Poseidonios, dans M. Bats, B. Dedet, P. Garmy, T. Janin, C. Raynaud et M. Schwaller (coord.), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, Suppl. 35 à la RAN, Montpellier, p. 525-530.

Janin, T. et Py, M., Lattes en Languedoc. Les Gaulois du Sud. http://www.lattara.culture.fr/.

Janin, T. et Py, M. (dir.), 2008, Lattara (Lattes, Hérault) : nouveaux acquis, nouvelles questions sur une ville portuaire protohistorique et romaine, Gallia, 65.

Janin, T. et Py, M., 2008, Le guerrier de Lattes. Réflexions sur la signification d’une statue archaïque, Gallia, 65, p. 65-70.

Janin, T. et Py, M., 2008a, Conclusion, Gallia, 65, p. 201-208.

Jorda, C., Chabal, L. et Blanchemanche, P., 2008, Lattara entre terre et eaux, Gallia, 65, p. 11-21.

Jully, J.-J., 1971, Exemples et signification de graffites sur des céramiques attiques en provenance de la Monédière, Bessan, Hérault, dans Béziers et le Biterrois, XLIIIe Congrès de la F.H.L.M.R. (Béziers 1970), Montpellier, p. 27-34.

Jully, J.-J., 1972a, À propos du site de La Monédière (Bessan). Remarques sur la Préhistoire et la Protohistoire de la basse vallée de l’Hérault, Études sur Pézenas, III-3, p. 3-21.

Jully, J.-J., 1972b, La Monédière, factorerie du commerce étrusco-punique et grec au vie et ve siècle av. J.-C., Archéologia, 48, p. 65-67.

Jully, J.-J., 1974, Une factorerie celte et ligure en Languedoc méditerranéen : La Monédière dans le delta antique de l’Hérault, Skrifter Utgivna av Svenska Institutet i Rom, XXXI-5, Opuscula Romana, VIII, 5, p. 53-70.

Kneissl, P., 1981, Die utricularii. Ihre Rolle um gallo-römischen Transportweisen, Bonner Jahrbücher, 181, p. 169-203.

Lebeaupin, D. et Séjalon, P., 2008, Lattara et l’Étrurie. Nouvelles données sur l’installation d’un comptoir vers 500 av. J.-C., Gallia, 65, p. 49-61.

Lejeune, M., Pouilloux, J. et Solier, Y., 1988, Étrusque et ionien archaïques sur un plomb de Pech Maho (Aude), RAN, 21, pp. 19-59.

Leveau, P., 2004, La cité romaine d’Arles et le Rhône : la romanisation d’un espace deltaïque, AJA, 108, p. 349-375.

Maurin, B. et Dubos, B., 1985, Losa, village gallo-romain, site archéologique sublacustre, Aquitania, 3, p. 71-89.

Mazière, F., 2004, Approche quantitative et chronologique des amphores en Roussillon (vie-iiie s. av. J.-C.), dans J. Sanmartì, D. Ugolini, J. Ramon et D. Asensio (éd.), La circulaciò d’àmfores al Mediterrani occidental durant la Protohistòria (segles VIII-III aC) : aspectes quantitatius i anàlisi de contiguts. Actes de la II Reuniò International d’Arqueologia de Calafell (Calafell, 21-23 de març del 2002), Arqueomediterrània 8, Barcelona, p. 105-126.

Morel, J.-P., 1981, Le commerce étrusque en France, en Espagne et en Afrique, dans L’Etruria Mineraria, Atti del XII° Convegno di Studi Etruschi e Italici, Firenze, p. 463-508,

Morel, J.-P., 2006, Les Étrusques en Méditerranée nord-occidentale : résultats et tendances des recherches récentes, dans Gli Etruschi da Genova ad Ampurias, Atti del XXIV° Convegno di studi etruschi e italici (Marseille-Lattes, 26 settembre-1 ottobre 2002), Pisa, p. 23-45.

Nickels, A., 1976, Les maisons à abside d’époque grecque archaïque de La Monedière à Bessan (Hérault), Gallia, 34, p. 95-125.

Nickels, A., 1989, La Monédière à Bessan (Hérault). Le bilan des recherches. DAM, 12, p. 51-120.

Olive, C. et Ugolini, D., 1997, La Maison 1 de Béziers et son environnement (ve-ive s. av. J.-C.), dans D. Ugolini (dir.), Languedoc occidental protohistorique. Fouilles et recherches récentes. vie-ive s. av. J.-C., Travaux du CCJ, n° 19, Aix-en-Provence, p. 87-129.

Py, M., avec la collab. de Py, F., Sauzet, P. et Tendille, C., 1984, La Liquière (Calvisson, Gard), village du premier Âge du fer en Languedoc oriental, Suppl. 11 à la RAN, Paris.

Py, M., 1995, Les Étrusques, les Grecs et la fondation de Lattes, dans Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels, Études Massaliètes, 4 - Travaux du CCJ, 15, Paris-Lattes, p. 261-276.

Py, M., 2003, Les Étrusques et le Languedoc oriental, dans Chr. Landes (éd.) (avec la collab. de N. Cayzac, V. Laissac et F. Millet), Les Étrusques en France : archéologie et collections, Catalogue de l’exposition de Lattes, Musée archéologique Henri Prades, Lattes, p. 27-30.

Py, M. et Dietler, M., 2003, Une statue de guerrier découverte à Lattes (Hérault), DAM, 26, p. 235-249.

Py, M., Lebeaupin, D., Séjalon, P. et Roure, R., 2006, Les Étrusques et Lattara : nouvelles données, dans Gli Etruschi da Genova ad Ampurias. Atti del XXIV° Convegno di studi etruschi e italici (Marseille-Lattes, 26 settembre-1 ottobre 2002), Pisa, p. 583-608.

Py, M. et Roure, R., avec la collab. de Alonso Martinez, N., Bessac, J.-C., Gardeisen, A. et Piquès, G., 2002, Le Cailar (Gard). Un nouveau comptoir protohistorique au confluent du Rhôny et du Vistre, DAM, 25, p. 171-214.

Roure, R., avec la collab. de Duday, H., Gardeisen, A., Girard, B., Lenorzer, S., Marchand, G., Piquès, G. et Schwaller, M., 2007, Armes et têtes coupées au Caïlar (Gard) : premiers éléments de réflexion sur un dépôt rituel en Gaule méditerranéenne, dans Ph. Barral, A. Daubigney, C. Dunning, G. Kaenel et M.-J. Roulière-Lambert (éd.), L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer. Actes du XXIXe Colloque Intern. de l’AFEAF (Bienne, 5-8 mai 2005), Annales Litt. ; Série « Environnement, Société, Archéologie », Besançon, vol. 2, p. 653-658.

Solier, Y., 1979, Découvertes d’inscriptions sur plomb en écriture ibérique dans un entrepôt de Pech Maho (Sigean), RAN, 12, p. 55-123.

Solier, Y., 1992, L’occupation des Corbières à l’Âge du fer. Habitats et mobiliers, DAM, 15, p. 327-389.

Solier, Y. et Fabre, H., 1969, L’oppidum du Moulin à Peyriac-de-Mer (Aude). Fouilles 1966-1967-1968, Bull. Soc. Études Sc. Aude, 69, p. 69-106.

Sourisseau, J.-C., 2002, Les importations étrusques à Marseille. De Gaston Vasseur aux grandes interventions d’archéologie préventive : une découverte progressive, des problématiques renouvelées, dans Les Etrusques en mer. Épaves d’Antibes à Marseille, Catalogue de l’exposition des Musées de Marseille, Marseille, p. 89-95.

Torelli, M., 1982, Per la definizione del commercio greco-orientale : il caso di Gravisca, dans I Focei dall’Anatolia all’Oceano, La Parola del Passato, CCIV-CCVII, p. 304-326.

Tréziny 2004 : Tréziny, H., 2004, Sources grecques et latines, dans C. Landuré et M. Pasqualini en collab. avec A. Guilcher (dir.), Delta du Rhône. Camargue antique, médiévale, moderne, Suppl. 2 au Bull. Archéol. de Provence, Aix-en-Provence, p. 93-104.

Ugolini, D., avec le concours de Borély, M., 1997, Les oppida du bassin audois côtier : questions de chronologie et de mobilier (vie s. av. J.-C.), dans D. Ugolini (dir.), Languedoc occidental protohistorique. Fouilles et recherches récentes (vie-ive s. av. J.-C.), Travaux du CCJ, 19, Aix-en-Provence, p. 157-172.

Ugolini, D., 1998, Le Roussillon : passage obligé des trafics en Méditerranée nord-occidentale, dans Comerç i vies de communicaciò, xie Coll. Intern. de Puigcerdà (Puigcerdà 1997), Puigcerdà, p. 73-92.

Ugolini, D., 2001, Agde, dans M. Lugand et I. Bermond (dir.), Agde et Bassin de Thau, Carte Archéologique de la Gaule, 34-2 (M. Provost dir.), Paris, p. 119-123.

Ugolini, D., 2001a, L’âge du Fer, dans M. Lugand et I. Bermond (dir.), Agde et Bassin de Thau, Carte Archéologique de la Gaule, 34-2 (M. Provost dir.), Paris, p. 71-78.

Ugolini, D., 2002, La céramique à cuire d’Agde (vie-iie s. av. J.-C.), dans Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule, Actes du XXVe Colloque International de l’AFEAF (Charleville-Mézières, 24-27 mai 2001), Mémoire n° 6 de la Société Archéologique Champenoise, Suppl. au Bulletin n° 1, p. 191-200.

Ugolini, D., 2003, Céramique de cuisine tournée, dans Chr. Landes (éd.), avec la collab. de N. Cayzac, V. Laissac et F. Millet, Les Étrusques en France : archéologie et collections, Catalogue de l’exposition de Lattes, Musée archéologique Henri Prades (31 octobre 2002-31 janvier 2003), Lattes, p. 156-158.

Ugolini, D., 2005, Les Ibères des Pyrénées au Rhône. Bilan de 20 ans de recherches, dans Mon Ibéric als països catalans. Homenatge a Josep Barberà i Farràs. Actes del XIII Coll. loqui Intern. d’Arqueologìa de Puigcerdà (14-15 novembre 2003), Puigcerdà, vol. I, p. 165-202.

Ugolini, D., 2008, Aspects du commerce dans l’Hérault occidental entre le vie et le ive siècle av. J.-C., dans Y. Roman (éd.), Les Phocéens vus de Lyon et d’ailleurs, Actes du Colloque de Lyon 1996, Bulletin archéologique du CTHS, n° 33, 05/2008, p. 59-75.

Ugolini, D., 2010, De la vaisselle au matériau de construction : techniques et emplois de la terre cuite en tant que traceur culturel en Languedoc-Roussillon, dans H. Tréziny (éd.) Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, Actes des rencontres du programme européen Ramses2, 2006-2008, Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, Paris, Errance, p. 433-454.

Ugolini, D. et Olive, C., 1988, Un four de potier du ve s. av. J.-C. à Béziers, Place de la Madeleine, Gallia, 45, p. 13-28.

Ugolini, D. et Olive, C., 2003, La place des importations étrusques dans le cadre de l’évolution du Languedoc centro-occidental côtier (650-300 av. J.-C.), dans Chr. Landes (éd.), avec la collab. de N. Cayzac, V. Laissac et F. Millet, Les Étrusques en France : archéologie et collections. Catalogue de l’exposition de Lattes, Musée archéologique Henri Prades, Lattes, 2003, p. 35-48.

Ugolini, D. et Olive, C., 2004, La circulation des amphores en Languedoc occidental : réseaux et influences, dans J. Sanmartì, D. Ugolini, J. Ramon et D. Asensio (éd.), La circulaciò d’àmfores al Mediterrani occidental durant la Protohistòria (segles VIII-III aC) : aspectes quantitatius i anàlisi de contiguts, Actes de la II Reuniò International d’Arqueologia de Calafell (21-23 de març del 2002), Arqueomediterrània 8, Barcelona, p. 59-104.

Ugolini, D. et Olive, C., 2006, De l’arrivée à la consommation : l’impact des trafics et des produits étrusques en Languedoc occidental, dans Gli Etruschi da Genova ad Ampurias. Atti del XXIV° Convegno di studi etruschi e italici. (Marseille-Lattes, 26 settembre-1 ottobre 2002), Pisa, p. 555-581.

Ugolini, D. et Olive, C., 2006a, Béziers I (600-300 av. J.-C.). La naissance de la ville, Cahiers du Musée du Biterrois, n° 1, Béziers.

Ugolini, D. et Olive, C., 2009, Sites grecs, sites indigènes. Essai sur le fonctionnement des habitats de l’Hérault occidental (vie-ive s. av. J.-C.), dans Habitats et paysages ruraux en Gaule, du VI° au I° s. av. J.-C., Actes du XXXIe Colloque International de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer (Chauvigny, 17-20 mai 2007), Chauvigny, Mémoire XXXV, vol. II, p. 215-243.

Ugolini, D., Olive, C., Marchand, G. et Columeau, Ph., 1991, Un ensemble représentatif du Ve. s. av. J.-C. à Béziers, Place de la Madeleine, et essai de caractérisation du site, DAM, 14, p. 141-203.

Verdin, F., 2005, Encore les utriculaires…, dans A. Bouet et F. Verdin (dir.), Territoires et paysages de l’âge du Fer au Moyen Âge. Mélanges offerts à Philippe Leveau, Ausonius, Mémoires, 16, Bordeaux, p. 275-282.

Haut de page

Notes

1 La bibliographie sur le sujet est importante. Voir, avec les travaux cités par les différents auteurs, Arnal et al., 1974 ; Bouloumié, 1977, 1982, 1987, 1992 ; Gras, 2000 et 2004 ; Janin, Py (dir.), 2008 ; Morel, 1981, 2006 ; Py, 1995, 2003 ; Py et al., 2006.

2 Sur la base de fragments étrusques supposés antérieurs à la fin du vie s., on envisage aujourd’hui la possibilité, suggérée par H. Prades, que Lattes ait été créé dans la première moitié du siècle et déjà au service des intérêts étrusques : Py et al., 2006.

3 On a observé qu’en d’autres points de l’établissement, à la même époque, le mobilier présente des caractéristiques différentes qui pourraient indiquer une mixité ethnique : Lebeaupin, Séjalon, 2008, p. 57.

4 Py et al., 2006.

5 La question a reçu deux propositions de réponse : 1) recherche du cuivre des mines de la moyenne vallée de l’Hérault et portage par voie de terre jusqu’au delta du Lez ; 2) recherche de produits agricoles et notamment céréales. Voir en dernier Lebeaupin, Séjalon, 2008, p. 61 ; Garcia, 2008, p. 146-147. Outre le fait qu’il paraît improbable que l’on ait envisagé de bénéficier des éventuelles ressources de la vallée de l’Hérault en s’établissant à Lattes, c’est-à-dire à près de 60 km de distance, aucune trace d’extraction n’a été mise au jour dans le secteur minier de Cabrières entre l’âge du Bronze et la fin du iie s. av. n. è. L’hypothèse ancienne d’une telle exploitation durant le plein âge du Fer est donc – jusqu’ici – un argument plus que fragile. Et cela sans compter que l’Étrurie était – et est toujours – l’une des régions les plus riches en cuivre de tout le bassin méditerranéen (sur ces aspects, voir déjà Ugolini, Olive, 2006). Quant aux céréales, les recherches paléo-environnementales appuient l’idée du développement agricole de la campagne lattoise, sans toutefois garantir l’existence de surplus suffisants au commerce. Et cela sans compter, encore une fois, que l’Étrurie était – et est toujours – une région à la céréaliculture très intense.

6 Que les vases de typologie grecque de certaines tombes du viie s. av. J.-C. du Languedoc occidental soient étrusques plutôt que grecs (proposition de Gras 2000, p. 232) n’est pas prouvé. Même si cela était le cas, l’argument ne suffirait pas à en faire les témoins d’un commerce étrusque précoce tant il est sûr que les marchands méditerranéens de toute origine achetaient et vendaient au gré des opportunités et des escales maritimes. De plus, aucune amphore ni vase sûrement étrusque n’a été mis au jour dans ces tombes. Ces vases “grecs” peuvent aussi résulter de la fréquentation phénicienne de nos côtes (Py, 1984, p. 277, n. 40), rien n’interdisant non plus qu’ils aient été proposés par des négociants de diverses provenances (Ugolini, Olive, 2006).

7 Sourisseau, 2002, p. 95.

8 Ugolini, Olive, 2003, 2004, 2006 ; Mazière, 2004.

9 Ugolini, Olive, 2006.

10 Bats, 1998 et 2006 ; Ugolini, Olive, 2004 et 2006.

11 Py et al., 2006.

12 Pour le Languedoc occidental, Ugolini, 1997, avec bibliographie antérieure, et Ugolini, Olive, 2004, 2006, p. 573-574.

13 Certains établissements ont été plus ou moins abandonnés (ou, tout au moins, ont connu une période de forte regression économique et démographique) pendant quelques décennies suite à ces événements (p. ex. Pech Maho/Sigean ; Montalurès/Narbonne ; Mont-Joui/Florensac…), d’autres ont été rapidement rebâtis sur place (p. ex. La Monédière/Bessan ; Lattes ; l’Île/Martigues…) ou à côté des ruines (p. ex. Port 2/Salses-le-Château). Pour certains la destruction n’a pas été observée, mais les sites sont néanmoins abandonnés (p. ex. La Liquière/Calvisson…) et, enfin, pour quelques autres les données de fouille sont muettes, mais on constate une forte regression économique qui transparaît par la diminution des importations (p. ex. Ensérune/Nissan-lez-Ensérune…). Les sites assurément non touchés sont rares : en Languedoc, le cas de Béziers est particulièrement clair.

14 Trouvée en remploi, la statue date vraisemblablement du premier quart du ve s. : voir Py, Dietler, 2003 et les remarques de Ugolini, Olive, 2006, p. 573. On a proposé d’y voir une commande à un atelier “méditerranéen”. La destruction du supposé sanctuaire dans lequel devait théoriquement prendre place la statue serait liée à l’expulsion des Étrusques : Janin, Py, 2008. Comme pour la statuaire ibérique contemporaine, l’armement du guerrier de Lattes renvoie à des influences italiques. On peut penser que, comme les Ibères et les Elisyques, les Ligures s’étaient rapprochés des Puniques et que l’armement dont sont porteurs les guerriers de ces ethnies résulte d’influences italiques justifiées par la fréquentation de l’Italie des soldats de l’armée carthaginoise, depuis au moins la bataille d’Alalia (540-535). Sur ces questions voir aussi Cherici, 2006.

15 Ugolini, Olive, 2003, 2004 et 2006.

16 Des flèches de type grec ont été retrouvées dans les niveaux de destruction de certains sites : à Pech Maho, à Montlaurès et au Cayla II de Mailhac. Toutefois, celles de Pech Maho sont maintenant attribuées à la phase Ib (v. 540-510) : Gailledrat et Solier, 2004, p. 231, fig. 174.

17 Histoire et chronique de Provence, Lyon 1614.

18 Barruol, Py, 1978.

19 Ugolini, 2010.

20 Tréziny, 2004, p. 103.

21 Ugolini et al., 1991.

22 Voir en dernier Ugolini, Olive, 2006a et 2009.

23 Incomplète (à cause du terrain imparti à la fouille et d’une grande fosse d’époque romaine), certes, mais assurément à plusieurs pièces et espaces contigus, communicant par des baies, assurément construite vers 460 av. n. è. et assurément de modèle grec : Olive, Ugolini, 1997 ; Ugolini, Olive, 2006a. On admet, fort à propos, que les maisons à plusieurs pièces de Lattes (iiie-iie s. av. n. è.) ne copient pas les maisons grecques, mais ignorer la maison de Béziers permet d’affirmer qu’elles sont les plus anciennes de Gaule méridionale, avec celle de Marseille (Dietler et al., 2008, p. 119-120), également du iiie s. av. n. è. mais d’un tout autre genre.

24 Ugolini, Olive, 2006, 2009.

25 Ugolini, 2001.

26 Ugolini, 2005.

27 Ugolini, 2001, 2001a, 2008, Bérard-Azzouz, Ugolini, 2008.

28 Jully, 1971, 1972a et b, 1974 ; Nickels, 1976, 1989.

29 Ugolini, 2008.

30 Dedet, 1990.

31 Ugolini, 2001a et Ugolini, Olive, 2009.

32 Arnal et al., 1974 ; Demougeot, 1965.

33 Garcia, 2002 et 2008.

34 Une tour de la première enceinte (vers 500 av. n. è.) située “à l’aplomb de la zone portuaire” est qualifiée de “tour-phare” et serait “symbolique de la puissance que l’on veut conférer à la nouvelle cité portuaire” : Janin, Py, chapitre “Fondation”, fiche “Première fortification”.

35 Jorda et al., 2008.

36 Garcia, 2002, p. 47-51.

37 Garcia, 2008, p. 148.

38 Voir en dernier Bel, Danveau, 2008, p. 39.

39 Garcia, 2002, p. 48.

40 Clavel, 1970, fig. 77.

41 Maurin, Dubos, 1985.

42 Cabuy, 1989 ; Fauduet, 1993.

43 Voir Janin, Py, fiches du chapitre “L’influence grecque”.

44 Py, Roure, 2002, p. 211.

45 Roure, 2007. Voir aussi Hermary, 2003.

46 Voir en dernier Gailledrat, Solier, 2004.

47 Solier, 1979.

48 Lejeune et al., 1988.

49 Gailledrat, Rouillard, 2003.

50 Gailledrat, Solier, 2004, p. 439, fig. 302.

51 Solier, Fabre, 1969.

52 Solier, 1992.

53 Ugolini, 1998.

54 Constant, Mazière, 2007, p. 304-307 et fig. 226 pour Le Ravaner.

55 Mazière, 2004.

56 Torelli, 1982.

57 Gantès, 1992 et 2005.

58 Ugolini, Olive, 1988 et 2006, p. 571-572 ; Ugolini et al., 1991 ; Ugolini, 2003. Des productions de faible ampleur, bien plus tardives et de courte durée de vases un peu differents ont été envisagées en Languedoc oriental : Dedet, 1978.

59 Ugolini, 2002.

60 Dans l’hypothèse d’une fondation antérieure à la fin du vie s., Lattes serait au centre de la zone d’expansion des produits étrusques et le “point de contact privilégié entre toscans et indigènes” : Lebeaupin, Séjalon, 2008, p. 60.

61 Ugolini, Olive, 2004 ; Ugolini, 2005 et voir Gailledrat, Solier, 2004, p. 176 et 287.

62 Ugolini, 1998 ; Mazière, 2004 ; Ugolini, Olive, 2004 ; Ugolini, 2005.

63 Garcia, 2008 ; Lebeaupin, Séjalon, 2008 ; Janin, Py, 2008a.

64 Ugolini, Olive, 2004.

65 Garcia 2008, p. 148.

66 Kneissl, 1981.

67 Deman, 2002. Pour Lattes, Garcia, 2008, p. 148 retient maintenant que les utricularii étaient des fabricants d’outres destinées aux denrées liquides acheminées vers l’intérieur. Quant aux fabri, il maintient l’acception de “charpentiers de marine” et l’idée d’un chantier naval les employant, justifié par la paléo-entomologie, qui identifie un insecte vivant sur le bois flotté (Garcia, 2008, p. 146). Remarquons, d’une part, qu’il n’est pas nécessaire qu’il y ait un chantier naval pour que l’on trouve du bois flotté au bord d’un étang et, d’autre part, que le terme fabri se traduit généralement par “ouvriers”. En définitive, c’est l’hypothèse sous-jacente d’un port à Lattes qui conduit à insérer l’inscription d’Astrapton dans un contexte portuaire, ce qui ne s’impose pas à sa lecture.

68 Leveau, 2004, p. 357 ; Verdin, 2005.

69 Ugolini, Olive, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte schématisant les connaissances des années 1960 sur l’occupation grecque entre Marseille et l’aire pyrénéenne (Carte D. Ugolini)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3369/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 2 : Carte des sites mentionnés dans le texte (Carte D. Ugolini)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3369/img-2.png
Fichier image/png, 651k
Titre Fig. 3 : Lattes. L’espace portuaire de la phase 3 (25 av. n. è.-75 de n. è.).
Légende A : relevé des vestiges (d’après Garcia, 2002, fig. 21) ; B : évocation volumétrique de la terrasse portuaire (d’après Garcia, 2002, fig. 74)1 : hangar à dolia (bâtiment 26/3-6) ; 2 : bâtiment de stockage (bâtiment 26/9) ; 3 : hangar à probable usage commercial ou de stockage (bâtiment 34/5-7) ; 4 : portique (bâtiment 34/10) ; 5 : espace ouvert ; 6 : phare (bâtiment 34/20 et 22) ; 7 : pontons en bois (sondages d’H. Prades et récents) ; 8 : enceinte
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3369/img-3.png
Fichier image/png, 952k
Titre Fig. 4 : Vases à feu de production biterroise imitant les ollae étrusques (Dessins C. Olive)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3369/img-4.png
Fichier image/png, 51k
Titre Fig. 5 : Nécropoles à incinérations du premier Âge du fer (étoiles blanches et noires), avec des vases grecs dans certaines tombes (étoiles grises), et dépôts launaciens (carrés gris) du Languedoc-Roussillon
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3369/img-5.png
Fichier image/png, 82k
Titre Fig. 6 : Carte de l’occupation des sols entre le Bassin de Thau et la rive gauche de l’Aude vers 500 av. n. è. Sites agglomérés : grandes étoiles ; sites ruraux : petites étoiles ; nécropoles : grandes croix ; tombes isolées : petites croix (D’après Ugolini, Olive, 2009, fig. 6. Fond de carte Géorelief 34)
Légende 1 : Béziers ; 2 : La Monédière/Bessan ; 3 : Ensérune/Nissan-lez-Ensérune ; 4 : Mont-Joui/Florensac ; 5 : Agde ; 6 : Mèze et Vic Salat/La Conque ; 7 : Mus/Murviel-les-Béziers ; 8 : Montfo/Magalas ; 9 : Saint-Siméon/Pézenas ; 10 : Oppidum d’Aumes/Aumes ; 28 : Cayla II/Mailhac ; 30 : La Moulinasse/Salles-d’Aude ; 37 : Montlaurès/Narbonne
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3369/img-6.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Ugolini, « Présences étrangères méditerranéennes sur la côte du Languedoc-Roussillon durant l’âge du Fer : de la fréquentation commerciale aux implantations durables », Pallas, 84 | 2010, 83-110.

Référence électronique

Daniela Ugolini, « Présences étrangères méditerranéennes sur la côte du Languedoc-Roussillon durant l’âge du Fer : de la fréquentation commerciale aux implantations durables », Pallas [En ligne], 84 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/3369 ; DOI : 10.4000/pallas.3369

Haut de page

Auteur

Daniela Ugolini

Chargée de recherche au CNRS
Centre Camille Jullian, UMR 6573 CNRS
Université de Provence, Aix-en-Provence
dugolini@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org