Navigation – Plan du site
Isis au Capitole

La “Palaestra” d’Herculanum : un sanctuaire d’Isis et de la Mater Deum

Herculanum’s Palaestra: a shrine of Isis and Mater Deum
Valentino Gasparini
p. 229-264

Résumés

La concentration d’une grande quantité de matériel lié aux cultes isiaque et métroaque à l’intérieur ou autour de la soi-disant “Palaestra” à Herculanum et les connotations de certaines de ces pièces qui suggèrent leur appartenance originale à un contexte de nature religieuse et publique invitent à rechercher une autre interprétation de la fonction du bâtiment. L’analyse architecturale révèle des anomalies qui ne répondent pas aux caractéristiques typiques des palestres romaines, mais qui répondent bien davantage à différents prototypes d’origine hellénistique. On propose ici l’identification de la soi-disant “Palaestra” avec un sanctuaire dédié à la Mater Deum dans un sens large, c’est-à-dire que sous cette épithète pourraient trouver place autant la Cybèle phrygienne (probablement depuis l’époque d’Auguste) que l’Isis égyptienne (peut-être ajoutée dans la période flavienne).

Haut de page

Texte intégral

Ce travail, présenté pendant la Journée d’Étude Internationale “Isis au Capitole” (Toulouse, 4 février 2010) et ici publié, fait partie des résultats de ma thèse de doctorat soutenue le 27 avril 2009 auprès de la Scuola di Dottorato Preistoria e Culture delle Province Romane (Archeologia, Storia antica e Religione)de l’Università degli Studi di Siena. Je profite donc de cette occasion pour exprimer ma reconnaissance à ceux qui ont rendu ce parcours possible : d’abord Pietro Giovanni Guzzo (à l’époque Soprintendente Archeologo di Pompei), Maria Paola Guidobaldi (Direttrice degli Scavi di Ercolano) et les responsables du Herculaneum Conservation Project (British School at Rome), qui m’ont autorisé à réaliser cette recherche ; puis ma précieuse guide et conseillère prof. Barbara Scardigli (Università di Siena), le tutor de la thèse prof. Jörg Rüpke (Universität Erfurt), la présidente du conseil des examinateurs prof. Maria José Hidalgo de la Vega (Universidad de Salamanca) et mon maître prof. Filippo Coarelli ; enfin, j’adresse un remerciement tout spécial à ceux qui m’ont affectueusement accueilli et soutenu à la Journée d’Étude de Toulouse, et en particulier aux professeurs Laurent Bricault et Corinne Bonnet de l’Université Le Mirail II, et aux amis Elena Chittaro et Jérémy David.

  • 2 De Salvia, 2006.
  • 3 De Salvia, 2006, p. 31-54.
  • 4 De Salvia, 2006, p. 27.

1La présence de l’Égypte en Campanie est très ancienne : elle remonte à la fin du ixe siècle avant J.-C., au cours de la xxiie dynastie libyenne, lorsque la fondation de la colonie grecque de Pithekoussai (aujourd’hui Ischia) a probablement commencé à agir comme pôle d’importation de matériel égyptien ou d’inspiration égyptienne2. Le contexte campanien est un des plus riches de toute la Méditerranée en pièces de ce genre : jusqu’à présent, sur environ 19 sites, un total de 104 objets a été mis au jour, comprenant scarabées, figurines, fusarolles, vagues de colliers et vases3. Ce phénomène n’apparaît pas comme une présence sporadique et anodine de matériel importé, mais comme une réelle greffe de la culture égyptienne dans le substrat italiote, de sorte que nous pouvons vraiment envisager un “Campanien Égyptisant”. En ce sens, le vecteur religieux, agissant sûrement comme un facteur de cohésion, a joué un rôle prioritaire, facilité par une religion indigène déjà fortement vouée au culte des déesses mères, comme par exemple les Matres de Capoue4.

  • 5 De Salvia, 2006, p. 27-30.
  • 6 Sfameni Gasparro, 2000, avec toute la bibliographie précédente.
  • 7 Gasparini, 2007, p. 65-68 ; Gasparini, 2008, p. 108, n. 3.
  • 8 Zevi, 2006.
  • 9 Gasparini, 2007, p. 65-74 ; Gasparini 2007a ; Gasparini, 2008, p. 100-104.
  • 10 Gasparini, 2007, p.74-87; Gasparini, 2008, p.104-107.

2Cette dynamique a progressivement disparu avec la fin de l’époque archaïque5 et seule la conquête de l’Égypte par Alexandre le Grand a créé les conditions nécessaires à la reprise de contacts. Les nouvelles divinités égyptiennes hellénisées arrivent en Italie peu après, probablement par l’entremise des îles de Rhodes et de Délos : en Sicile déjà, à la fin du iiie siècle avant J.-C.6 et en Campanie au milieu du siècle suivant7. Dans cette région, Ischia, qui avait détenu 700 ans auparavant le rôle de lieu d’accostage de l’Égypte en Italie, est-elle désormais remplacée par Pouzzoles8 (alors le principal port italien, situé juste en face d’Ischia). À dater de ce moment, le culte d’Isis s’étendit au cours de la période républicaine tardive à la Regio I (Latium et Campania)9, puis, pendant l’Empire, à toute l’Italie10.

  • 11 Spanedda, 2008, avec références.
  • 12 De Vos, 1997, p.99-154.
  • 13 Longobardo, 2006, p.145.
  • 14 Malaise, 1978, p. 655.
  • 15 RICIS 504/0401.

3Vers le milieu du xviiie siècle, commencent les explorations bourbonnes des villes ensevelies par l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère. À cette époque, les connaissances relatives à la présence de cultes égyptiens en Italie étaient encore faibles : les signes les plus explicites étaient la “Mensa isiaca” ou “Tabula Bembina” (connue déjà dans la première moitié du xvie siècle)11, les peintures de l’Iseum de via Labicana à Rome (trouvées en 1653)12, ou en Campanie, la statue du Nil de Naples (découverte au cours du xiie siècle, perdue et redécouverte en 1471)13, le sphinx de granit du Sedile Dominova à Sorrento (xviie siècle)14 et surtout la “Lex Parieti Faciendo” (trouvée à Pouzzoles en 1637, qui témoigne de la présence en ville d’un sanctuaire dédié à Sérapis, dès la fin du iie siècle avant J.-C.)15.

4Les fouilles d’Herculanum, inaugurées en 1738, en restituant une grande quantité de matériel égyptien ou d’inspiration égyptienne, ont contribué sensiblement à améliorer nos connaissances. Malheureusement, on ignore toujours la provenance exacte de la plupart des pièces et donc le contexte dont elles faisaient partie, ceci du fait de la conduite inappropriée des fouilles des xviiie et xixe siècles, lorsque le matériel était enlevé sans aucune documentation ponctuelle et dispersé dans de nombreuses collections privées.

1. Le matériel égyptien et égyptisant d’Herculanum

  • 16 MANN, n. inv. 8956. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.87, n.60; Malaise, 1972a, p.253-254, n.7; S.V (...)
  • 17 MANN, n.inv. 8974. Cf. Catalano, 1963, p.152-153; Tran tam Tinh, 1971, p.87-88, n.61-62; Mala (...)
  • 18 MANN, nn. inv. 8515, 8566. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.89-90, n.63; Malaise 1972a, p.254, n.8; (...)
  • 19 MANN, n.inv. 8924. Cf. Catalano, 1963, p.151; Tran tam Tinh, 1964, p.27; Tran tam Tinh, 1971, (...)
  • 20 MANN, n.inv. 8919. Cf. Catalano, 1963, p.152; Tran tam Tinh, 1964, p.27-28; Tran tam Tinh, 197 (...)
  • 21 Gasparini, 2006, p. 124.

5Parmi ces découvertes, on compte d’abord de nombreux fragments picturaux représentant des prêtres ou adeptes d’Isis16, des dieux égyptiens17 et leurs animaux sacrés18. Deux tableaux très célèbres (Planche I), reproduisant des scènes de rituels isiaques, se distinguent par leur qualité et leur contenu : le premier19 montre, dans une atmosphère typiquement exotique, une scène de sacrifice auprès d’un autel à l’occasion de l’ostension d’un vase sacré en or ; le second20, probablement trouvé en septembre 1745, décrit plutôt une danse mise en scène par un prêtre masqué en Bès. Nous avons d’ailleurs suggéré que les deux peintures, faisant fort probablement partie d’un complexe décoratif original plus articulé, représentent deux épisodes de la même cérémonie, vraisemblablement l’“Inventio Osiridis21.

  • 22 D’où ont été exclues les fresques représentant des scènes nilotiques et plus généralement égyptisan (...)
  • 23 MANN, n. inv. incon. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 63, n. 10 ; Malaise, 1972a, p. 255, n. 10ter ; Bri (...)
  • 24 MANN, n. inv. incon. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.67-68, nn. 20-21; Malaise, 1972a, p.255, n.10te (...)
  • 25 MANN, n.inv. 5308, 5310, 5312, 5313, 5315-5316, 5345, 5355-5356. Cf. Catalano, 1963, p.160-161; (...)
  • 26 MANN, n. inv. 5332, 5366, 24753, 25453, 25458, 25459, 25465, 25466, 25470, 25612 et al. Cf. Catalan (...)
  • 27 MANN, n. inv. 4934. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 96, n. 71 ; Malaise, 1972a, p. 257, n. 18 ; Kater-S (...)
  • 28 MANN, n. inv. 3452, 6274 et al. Cf. Catalano, 1963, p.159; Tran tam Tinh, 1971, p.76-79, nn. 47- (...)
  • 29 AH, n.inv. 1218 (SAP 76496). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.80, n.52.
  • 30 MANN, n. inv. incon. Cf. Catalano, 1963, p. 160, 182 (où on propose une provenance de la Casa d’Arg (...)
  • 31 MANN, n.inv. incon. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.81, nn. 55-56; Malaise, 1972a, p.256, n.14.

6Aux fresques mentionnées22 il faut ajouter une figurine d’Isis23 en argent, deux autres figurines en argent24 et neuf statuettes en bronze d’Isis-Fortuna25, quinze autres statuettes, figurines, pendentifs en bronze, argent et or représentant Harpocrate26, ainsi qu’une statuette d’Apis27 en bronze. Cette liste peut être complétée par quatre autres pièces représentant Zeus-Ammon28, un trépied en bronze dont les pieds sont surmontés d’un uraeus couronné29, deux sistres en bronze30 et deux sistres-amulettes en bois et argent31. À l’exception (peut-être) des deux fresques représentant la cérémonie isiaque, la totalité des pièces énumérées semble montrer un caractère essentiellement privé, domestique, qui documente la grande dévotion des habitants d’Herculanum en particulier envers Isis et son fils Harpocrate (Sérapis et Osiris semblent apparemment absents).

  • 32 AH, n. inv. 344 (SAP 75620). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 56, n. 3 ; Malaise, 1972a, p. 257, n. 19 ; (...)
  • 33 AH, n. inv. 349 (SAP 75625). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 66, n. 17 ; Malaise, 1972a, p. 255, n. 10b (...)
  • 34 AH, n. inv. 351 (SAP 75627). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 69, n. 24 ; Malaise, 1972a, p. 255, n. 13  (...)
  • 35 AH, n. inv. 2263a et b (SAP 77559a et b). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 66-67, nn. 18-19 ; Malaise, 1 (...)
  • 36 AH, n.inv. 1756 (SAP 77034). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.73, nn. 37-38; Malaise, 1972a, p.255-25 (...)
  • 37 AH, n.inv. 1755 (SAP 77033). Cf. Catalano, 1963, p.160; Tran Tam Tinh, 1971, p.79-80, n.51; S (...)
  • 38 AH, n.inv. 2073 (SAP 77354). Cf. R. De Bonis, Statuetta di Iside Fortuna in trono, dans De Caro, 2 (...)

7Une deuxième série de neuf découvertes, dont nous connaissons l’origine précise, confirme cette impression, car elles appartiennent incontestablement aux laraires de quatre maisons : ce sont trois statuettes en bronze d’Isis Panthée32, d’Isis-Fortuna33 et d’Harpocrate34 de la “Casa a Graticcio” (III 14) ; deux statuettes en bronze d’Isis-Fortuna35 de la “Casa del Colonnato Tuscanico” (VI 17) ; deux amulettes en argent avec Harpocrate36 et une intaille égyptisante37 en calcédoine de la maison V 21 ; une statuette d’Isis-Fortuna38 en argent appartenant à la maison de M. Pilius Primigenius Granianus (Ins. Or. I, 1a).

  • 39 AH, n.inv. 2582 (SAP A/77879). Cf. Tran Tam Tinh, 1971, p.72, nn. 31-33; Malaise, 1972a, p.255- (...)
  • 40 AH, n.inv. 2582 (SAP D/77879). Cf. Tran Tam Tinh, 1971, p.81, n.54; Malaise, 1972a, p.256, n.(...)
  • 41 AH, n.inv. 1446 (SAP 76724). Cf. Catalano, 1963, p.156-159; Tran tam Tinh, 1971, p.56-58, n.4(...)
  • 42 Je suis la leçon donnée par Catalano, 1963, p. 158-159. Contra Della Corte, 1958, p. 282, n. 571 et (...)
  • 43 MANN, n.inv. 1107. Cf. Catalano, 1963, p.153; Tran tam Tinh, 1971, p.52-55, n.2; Malaise, 197 (...)
  • 44 AH, n.inv. 1420 (SAP 76698). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.69-70, n.25; Malaise, 1972a, p.255-256 (...)
  • 45 AH, n.inv. 1421 (SAP 76699). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.61-62, n.7; Malaise, 1972a, p.255, n.(...)
  • 46 MANN, n.inv. 24606. Cf. Catalano, 1963, p.149, 179, n.696; Parslow, 1995, p.138, fig.36; Gas (...)
  • 47 N. inv. 1309.
  • 48 AH, n.inv. 772 (SAP 76049). Cf. S.Venditto, Grani e ciondoli di collana (con scarabeo), dans De C (...)
  • 49 MANN, n.inv. 3711; CIL X 929. Cf. Ruggiero, 1885, p.xxxix et 248; Ruesch, 1911, n.962; Peters (...)
  • 50 AH, n.inv. 1429 (SAP 76707). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.76, n.46; Malaise, 1972a, p.257, n.21(...)
  • 51 MANN, n.inv. 184 (Coll. Égypt.). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 75, n. 45 ; Malaise, 1972a, p. 258, n (...)
  • 52 AH, n.inv. 2168 (SAP 77449). Cf. Botti, 1963; Catalano, 1963, p.155-156; A.Calderini, c.r. de (...)

8Un troisième et dernier groupe de découvertes a été réalisé exclusivement à l’intérieur ou autour de la prétendue “Palaestra” dans l’Insula Orientalis II. Il s’agit d’une douzaine de pièces. Certaines (Planche II) sont clairement à rattacher au culte domestique et privé : en effet, dans les boutiques donnant sur la rue principale (cardo V) on découvrit huit pendentifs dont trois en bronze représentant Harpocrate39 et un sistre en bois40 et une merveilleuse statuette en terre cuite d’Isis en trône, allaitant Harpocrate41. La statuette est datée entre le ier siècle avant et le ier siècle après J.-C. Une inscription42 nous donne le nom de l’auteur : Παυσανιἀ ποί[ει]. Mais les autres pièces (Planches III-IV) semblent destinées à une fonction très différente. Quatre d’entre elles ont été trouvées en face ou dans le vestibule de l’accès inférieur du bâtiment. Tout d’abord une petite base de bronze du ier siècle après J.-C., en forme de temple égyptien décoré d’incisions inspirées du culte de Horus-Râ et de diverses écritures en hiéroglyphes43. Puis deux statuettes en bronze, l’une représentant Harpocrate44 nu et debout, appuyé contre un tronc d’arbre, avec pschent, l’index droit sur la bouche et la corne d’abondance sur la gauche ; l’autre représentant Isis-Fortuna45, debout avec un gouvernail, une corne d’abondance avec une petite pyramide, un chiton, himation et basileion. À ces découvertes s’ajoute une bulla en or46, dont un second exemplaire, toujours grains d’Herculanum, est conservé aujourd’hui à l’Ashmolean Museum d’Oxford47, et plusieurs vagues d’un collier égyptisant48. L’interprétation d’une cinquième pièce, trouvée près du porche en correspondance du vestibule inférieur, reste très problématique : il s’agit d’une statue de marbre, portant la dédicace d’une certaine Iulia Hygia /ex visu49, dont on a perdu la trace, mais qui est probablement liée au culte d’Isis. Une très belle statuette de Bès50 en bronze a été découverte le long du porche occidental, immédiatement au sud de la dite “Sala Absidata” : stylistiquement comparable à certains prototypes du iie siècle avant J.-C., elle peut être liée à un exemplaire identique51 découvert aussi à Herculanum, probablement du même moule mais bien mieux préservé. Enfin, à l’intérieur de la cour, à 10 mètres du cryptoportique et à 9 mètres du porche oriental, a été trouvée une magnifique statue52 en basanite, d’une hauteur de 90 cm : il s’agit d’un original de l’époque tardive (peut-être entre la fin du ive et le début du iiie siècle avant J.-C.). Le dieu, assis sur un trône, est identifié par une inscription portant une dédicace à “Atum, Seigneur d’Héliopolis”. Une deuxième inscription associe la statue avec la ville de Kher-Aha.

  • 53 Capriotti Vittozzi, 2008, p. 96.
  • 54 Capriotti Vittozzi, 2008, p. 102.

9L’emplacement et la nature d’environ 70 objets égyptiens et égyptisants découverts à Herculanum, énumérés ci-dessus, ne peuvent manquer d’attirer l’attention, car à leur répartition inégale correspond une toute aussi évidente absence d’homogénéité fonctionnelle. De toutes les pièces, la statue d’Atum constitue certainement le cas le plus significatif : d’après les remarques de G. Capriotti Vittozzi, la statue a été « creata in un’officina che lavorava per l’ambiente regale : la destinazione era probabilmente l’ambito templare »53 et « è stato supposto che la scultura fosse stata collocata ad ornamento di un giardino a monte della palestra… sembra poco probabile che una scultura notevole, tratta da un ambito templare importante, fosse usata semplicemente a questo fine, a meno che il proprietario dell’abitazione fosse una persona con incarichi ai più alti livelli dell’amministrazione imperiale »54. Nous reviendrons plus tard sur cet aspect.

10Voici donc la question que je me pose : est-ce seulement une coïncidence si la majeure partie du matériel isiaque d’Herculanum dont on connait le lieu de découverte est concentrée à l’intérieur ou autour de la “Palaestra” [Planche V] et si, en même temps, certaines de ces pièces présentent des connotations qui vont au-delà d’un contexte domestique et font songer plutôt à un contexte originel de nature cultuelle publique ?

2. La dite “Palaestra” : l’histoire des fouilles…

11Pour expliquer cette combinaison, il est sans doute nécessaire de parcourir rapidement l’histoire fascinante de l’investigation de la “Palaestra” et donc de la découverte parallèle des vestiges égyptiens.

  • 55 Beloch, 1890, p.247-272; Pagano, 1990; Pagano, 1993.
  • 56 Strabo, V 4, 8.
  • 57 Sisenna, fr. 53-4 Peter; Cinque et Irollo, 2008.
  • 58 Dion. Hal., Ant. Rom., I 44.

12Herculanum55 (Planche VI), une ville tranquille dominant la mer et réputée pour son air pur56, s’est développée sur environ 20 hectares à l’extrémité d’un petit plateau volcanique. Les fouilles ont mis au jour une surface totale correspondant à environ 30 % de l’extension d’origine, touchant seulement le complexe de bâtiments à caractère public gravitant autour du forum. Aujourd’hui, environ 4,5 hectares sont visibles en plein air. Le plateau est traversé des deux côtés par deux profondes vallées57. Juste au-dessus de l’échancrure orientale qui, plus large, devait offrir des accostages particulièrement sûrs loués par les sources58, se dressait la “Palaestra”.

  • 59 Robotti, 1991, p.283.
  • 60 Allroggen-Bedel, 1983.
  • 61 Parslow, 1995.
  • 62 MANN, n.inv. 5133. Cf. Ruggiero, 1885, p.218; Catalano, 1963, p.140; Parslow, 1995, p.130-131
  • 63 MANN, n.inv. 5227. Cf. Ruggiero, 1885, p.236; Catalano, 1963, p.145; Parslow, 1995, p.135.
  • 64 MANN, n.inv. incon. Cf. Ruggiero, 1885, p.322; Catalano, 1963, p.144.
  • 65 MANN, n.inv. 5270. Cf. Ruggiero, 1885, p.261; Catalano, 1963, p.149; Parslow, 1995, p.138.
  • 66 MANN, n.inv. incon.

13Le bâtiment a été identifié pour la première fois entre 1743 et 1746 à la suite les fouilles menées par Pierre Bardet de Villeneuve : les résultats en sont transcrits sur une carte, rédigée personnellement par le chef des fouilles59 et découverte il ya quelques années dans l’Archivio di Stato di Napoli60 (Planche VII.1). Grâce à Karl Weber61, c’est en 1753 qu’a lieu la reprise des fouilles pratiquées par des tunnels dans le bâtiment monumental. En novembre 1756, Weber se trouvait devant la façade du bâtiment, près du vestibule inférieur le long du cardo V, qu’il nommait alors simplement “Palais”. Par la suite, après la découverte d’une statuette de Vénus62 en 1757, il prit le nom de “Palais de Vénus”. Une inscription trouvée le 19 juillet 1757, sur laquelle nous reviendrons en détail, mentionne les restaurations financées par Vespasien pour le temple de la Mater Deum. Ce document eut un grand retentissement, soit parce qu’il mentionne le célèbre empereur, soit parce qu’il fut immédiatement mis en relation avec les conséquences du tremblement de terre qui avait frappé la région du Vésuve en 62 après J.-C. Très tôt, le bâtiment fut diversement qualifié de “Temple de Vénus” ou “Temple de Vespasien” ou “Temple de la Mère des Dieux”. Enfin, à l’intérieur du vestibule inférieur, les fouilles ont permis de découvrir de différents types de matériels, y compris ceux, égyptiens ou égyptisants, que nous avons décrits précédemment : la bulla en or (origine du nom de la pièce “Salle d’Or”), trois statuettes en bronze de Mercure63, Bacchus64 et Hercule65, des candélabres de bronze, la base hiéroglyphique et même les restes du plafond effondré, décoré avec 966 étoiles (Planche VII.2). Ensuite, les fouilles ont libéré la colonnade du portique : ainsi, en décembre 1757, est apparue l’inscription déjà mentionnée de Iulia Hygia et puis, le 3 janvier suivant, sa statue. La découverte incita Weber à penser qu’il avait trouvé un temple d’Esculape. Il ne reste malheureusement aucun témoignage d’une carte des fouilles mise à jour le 30 avril 1758 et dont Weber aurait rédigé quatre exemplaires. Pendant ce temps, les travaux avaient été transférés à l’autre extrémité du bâtiment, retrouvant le cryptoportique, la piscine cruciforme et le vestibule supérieur (déjà vu par Bardet), désormais identifié par analogie avec celui du bas comme un second temple. Au début de juillet 1760, les murs de la “Sala Absidata” sont enfin rétrouvés, avec une petite roue en bois et deux appareils portatifs de chauffage en bronze66. Les fouilles, poursuivies jusque-là principalement en raison de l’obstination et de l’enthousiasme de Weber, furent interrompues en mai 1761.

  • 67 Maiuri, 1958, p.113-143.

14Les recherches ne furent reprises que 170 ans plus tard, entre 1931 et 1956, par A. Maiuri, qui travailla directement sur le bâtiment en abandonnant définitivement le système des tunnels. Grâce à son travail67, nous connaissons la structure du bâtiment tel qu’il est aujourd’hui.

  • 68 Pagano, 1996.

15On doit enfin à Pagano68, avec l’aide de l’architecte U. Pastore, l’élaboration récente d’une nouvelle carte qui a mis à jour celle de F. Ferrajoli (réalisée pour Maiuri) en l’intégrant avec les cartes précédentes de Bardet, Weber et La Vega.

3… le monument…

  • 69 Maiuri, 1958, p.113.
  • 70 Ruggiero, 1885, p.233-234; Maiuri, 1958, p.120.
  • 71 Maiuri, 1958, p.120, 122.

16À la différence de l’Insula Orientalis I, occupée par de luxueuses maisons, l’îlot constitué par la “Palaestra” (l’Insula Orientalis II) présente “una fisionomia del tutto nuova, profondamente diversa non solo dagli altri quartieri ercolanesi, ma da quelle ch’erano le consuete forme dell’edilizia privata nel 1° secolo dell’impero in Campania, tanto copiosamente documentata dagli scavi di Pompei69. Le bâtiment (Planche VIII) comporte une façade de plus de 118 mètres de longueur et une profondeur d’au moins 78 mètres (l’état inachevé des fouilles rend cependant l’estimation difficile). L’accès au bâtiment était assuré par deux vestibules monumentaux, qui rappellent deux temples in antis : le vestibule inférieur s’ouvre comme un prothyron prostyle à deux colonnes de lave, avec une paire de sièges disposés le long des murs. En passant le portail, il était possible d’accéder à l’intérieur de la salle même, dont le plafond était décoré d’un ciel parsemé de 966 étoiles70. Le sol était recouvert d’une mosaïque noire décorée de marbres polychromes. Un portail semblable au précédent conduit par une marche et une courte rampe vers le porche de la cour. L’entrée était gardée (et contrôlée) par une petite cella ostiaria sur la droite71. Le vestibule supérieur, qui définit monumentalement l’extrémité orientale du decumanus principal (dominé par les principaux édifices publics de la ville), était très semblable au vestibule inférieur, avec un siège penché sur un des côtés. La salle, pour des raisons statiques, était divisée par un transept composé d’une autre paire de colonnes. On à récupéré les poutres carbonisées et les lames de plomb de la couverture.

  • 72 Maiuri, 1958, p.131.

17En traversant les deux vestibules, il était possible d’accéder à la cour intérieure, délimitée sur trois côtés par un grand portique corinthien (Planche IX.1), haut de presque quatre mètres et pavé en mortier de tuileau (“cocciopesto”). L’eau recueillie par la toiture était amenée par un caniveau en tuf “che gira tutt’intorno al portico interrompendosi bruscamente in corrispondenza della maggiore sporgenza del tetrastilo centrale, in modo che le acque di deflusso dovevano qui spandersi liberamente nell’area scoperta72. Dans l’angle nord-ouest, on a trouvé trois puits circulaires, dont un relié au caniveau du porche et les autres destinés à la collecte de l’eau de pluie. Le quatrième côté (au nord-est) était entièrement occupé par un cryptoportique articulé par 21 demi-colonnes toscanes, large de presque sept mètres, pavé par un simple sol en terre battue, voûté en berceau et doué de fenêtres. Par dessus le cryptoportique se trouvait une loge, accessible par le vestibule supérieur, large de cinq mètres, voûtée et pavée d’une mosaïque blanche et noire, qui soutenait un solarium.

  • 73 Jashemski, 1993; Pagano, 1996, p.246.
  • 74 MANN, n.inv. 6073.
  • 75 MANN, n.inv. 5997.
  • 76 Pagano, 1996, p.247.
  • 77 AH, n.inv. 1623 (SAP 76901). Cf. Pagano, 1996, p.248; Gasparini, 2006, p.121.
  • 78 AH, n.inv. 3044 (SAP 78341). Cf. Pagano, 1996, p.248; Ascione et Pagano, 2000, p.86.
  • 79 AH, n.inv. 2663 (SAP 77960).
  • 80 AH, n.inv. 3945 (SAP 79242). Cf. A.Maiuri, 1954; Catalano, 1963, p.170; Ascione et Pagano, 200 (...)
  • 81 Fest., p. 370 et 372 Lindsay.

18Tout l’espace de la cour73, en terre battue, était occupé par des arbres et des statues : en plus des objets égyptiens mentionnés précédemment, on y trouvait deux statues en marbre (une masculine74 et une féminine75, identifiables par des copies, selon Pagano76, à un Hermès du type Richelieu et à une Aphrodite du type Fréjus), une main en marbre77 tenant une tablette peinte en rouge (trouvée en face de la “Sala Absidata”) et, enfin, un grand candélabre en marbre78, dont un fragment d’un exemplaire jumeau (mais de provenance incertaine) est également stocké dans les entrepôts d’Herculanum79. Deux grandes piscines occupaient la cour. La première (Planche IX.2), de forme rectangulaire (longue de 30 mètres, large de 3 et profonde de 2,35), était située le long du cryptoportique. Elle a été découverte comblée de matériel de décharge et traversée par un drain en terre cuite. L’autre, présentant une inhabituelle géométrie cruciforme, occupait le centre de la cour avec une longueur totale de 55 mètres (dans le sens N-S) et une largeur de 31,50 (en sens E-W). La profondeur du bassin, quant à elle, varie entre 1,00 et 1,10 mètre. Une petite échelle de marbre permettait d’y accéder. À l’intersection des bras se trouve un pilier carré, qui soutient une fontaine dont la statue, en bronze fondu à la cire perdue, représente l’Hydre de Lerne80 (Planche X) : elle date de la première moitié du ier siècle après J.-C. et c’est une copie de la fontaine81 érigée (peut-être en 33 avant J.-C.) par Marcus Agrippa au lacus Servilius à Rome. Trois petites colonnes placées aux extrémités des bras assuraient d’autres jets d’eau.

19Le cœur de l’ensemble était la “Sala Absidata” (Planche XI.1) : un grand salon au centre du côté nord-ouest de la vaste cour. Le plafond de la pièce, aujourd’hui effondré, dépassait au moins les 12 mètres, une proportion inégalée à Pompéi et à Herculanum et absolument pas commune au ier siècle après J.-C. Le sol de l’espace antérieur et de la “Sala Absidata” est composé de carreaux orthogonaux de marbres colorés. Les murs étaient décorés avec des perspectives architecturales du ive style. La continuité de la décoration était interrompue seulement par la fenêtre, ouverte au-dessus de l’architrave, et par l’abside aménagée le long du mur arrière (dans laquelle a été à son tour aménagée une niche bouchée par la suite), posée sur des piliers de marbre numide et peinte sur un fond bleu. Maiuri, dans le milieu du compartiment, a découvert les restes d’un cartibulum en marbre (Planche XI.2).

  • 82 De Vos, 1980, p. 21-22, n. 10.

20Les deux salles latérales, bien que plus petites, étaient tout aussi monumentales : elles étaient également rectangulaires, voûtées, avec une fenêtre au-dessus de l’architrave. Le pavement était en opus sectile avec des carreaux de marbre alignés obliquement. Les peintures sont attribuables au iiie style : la salle sud était décorée par une scène de banquet avec un jeune athlète couronné d’une taenia, à côté d’une femme et de deux fonctionnaires ; la salle nord présente des panneaux peints avec des paysagers, des emblèmes et des attributs des divinités d’inspiration pharaonique au milieu de motifs végétaux82.

21Les trois compartiments étaient accolés vers le nord par une longue pièce rectangulaire avec deux petits autels disposés symétriquement au milieu des longs côtés et vers le sud par trois autres salles élevées donnant sur le porche. Celles-ci étaient accessibles par une porte s’ouvrant sur le vestibule de la “Sala Absidata” (puis également bouchée) ou par un couloir reliant les salles directement avec le cardo V. La première petite chambre était probablement une cella ostiaria, destinée à contrôler à l’accès à la deuxième chambre, précédée par un petit vestibule.

22Tout le côté extérieur ouest de l’insula était caractérisé par une succession de petites pièces sur plusieurs étages constitués essentiellement d’installations de caractère productif ou résidentiel, elles-mêmes probablement de propriété publique, du moins à l’origine. Dans cet ensemble, on peut reconnaître des pistrina, des tabernae vinariae, des boutiques de vente de céréales et de légumes, des teintureries et des boutiques de gemmarii.

23La zone entière en amont du vestibule supérieur et de la loge était probablement occupée par un grand complexe thermal, en partie sondé par les galeries bourboniennes, aujourd’hui visible seulement en partie.

24Beaucoup moins connus, enfin, sont le côté sud-est (qui, bien que seulement frôlé par les galeries bourboniennes et donc aujourd’hui enfoui sous 20 mètres de tuf, semble reproduire une situation analogue à celle du côté de la “Sala Absidata”) et le côté sud-ouest (également en grande partie inexploré, qui semble être occupé par des maisons privées, dont le péristyle est visible).

4… et sa chronologie

  • 83 Pagano, 1996, p.244. Contra Maiuri, 1958, p.118. La thèse de Pagano a été confirmée par le résult (...)
  • 84 Pagano, 1990; Pagano, 1993, p.598-599; Pagano, 1996, p.243; Monteix, 2010, p.213-223.
  • 85 Della Corte, 1958, p.260, 281-289.
  • 86 Bastet et de Vos, 1979, p.53-61. Cf. Moormann, 1986.

25L’insula entière appartient à un unique corps d’œuvres83 datant entre l’époque augustéenne tardive et le début de l’époque de Tibère84. La date d’achèvement des travaux (qui avaient peut être déjà commencé autour de 10 après J.-C.) est fixée autour de 25-35. Cette datation est encouragée soit par les trouvailles de matériel épigraphique dans les fouilles85 (comprenant des timbres augustéens et des tuiles produites par les figlinae de Livie), soit par les restes de décoration de iiie style pompéien (phase IIa86) encore conservés le long des murs des chambres voisines de la “Sala Absidata” et sur le mur occidental du compartiment 8 de la chambre 1a. À cette première phase appartiennent toutes les structures en reticulatum de petits blocs de tuf jaune, en vittatum (isodome ou pseudo-isodome) et en vittatum mixtum à unique assise de briques.

  • 87 Monteix, 2010, p. 223-228.
  • 88 Guadagno, 1995; Monteix, 2010, p.228-230.

26Les interventions ultérieures en opus testaceum et vittatum mixtum à double assise de briques, assez limitées et essentiellement concentrées autour du vestibule de la “Sala Absidata”, sont peut-être liées aux dommages que la structure de la “Palaestra” a subi à cause du tremblement de terre de 62 après J.-C.87, compte tenu bien sûr aussi de la taille et de la hauteur de l’immeuble. Une dernière série d’interventions, caractérisées par l’utilisation du vittatum mixtum à double assise, était destinée à renforcer le bâtiment en bouchant plusieurs ouvertures, en renforçant certains montants, en remplissant de décharge la piscine rectangulaire et la longue chambre au nord de la “Sala Absidata”. Cette intervention, datée des dernières années de vie de la ville, a été vraisemblablement réalisée à la suite des dommages provoqués par une série de tremblements de terre qui ont touché la région du Vésuve dans les années précédant l’éruption de 79 après J.-C., et en particulier entre 70 et 7588.

5. Une palaestra ?

27Une fois examinée en détail l’histoire des fouilles de la “Palaestra”, ses caractéristiques architecturales et sa datation, il ne reste plus que l’analyse des interprétations dont le bâtiment a été l’objet au cours des siècles.

  • 89 Ruggiero, 1885, p.xxxviii-xi.
  • 90 Mau, 1899, p.544.
  • 91 Peterson, 1919, p.289-290.
  • 92 Beloch, 1890, p.271.
  • 93 Maiuri, 1958.

28Comme on a pu le voir, lors des fouilles du xviiie siècle, les explorateurs de la “Palaestra”, en présence des deux vestibules du complexe, n’hésitaient pas à les identifier avec des lieux de culte. L’hypothèse a dans l’ensemble résisté pendant deux siècles : Ruggiero89, Mau90 et Peterson91 y adhèrent et seul Beloch92 offre une note discordante en identifiant la cour ouverte avec le bassin central cruciforme (qu’il pouvait observer sur la carte de La Vega) comme le péristyle d’une villa suburbaine. La première interprétation était déterminée par la seule évidence des vestibules ; la seconde par une sous-estimation du flagrant caractère public de l’immeuble. On doit attendre Maiuri93 pour que cette approche soit radicalement mise en question.

  • 94 Maiuri, 1958, p.137.
  • 95 AE 1947, 53; AE 1976, 144.
  • 96 Maiuri, 1958, p.134.
  • 97 Maiuri, 1958, p.118-120.
  • 98 Maiuri, 1958, p.125, 142-143.
  • 99 Maiuri, 1958, p.122.
  • 100 Maiuri, 1958, p.142.
  • 101 Maiuri, 1958, p.124.
  • 102 Maiuri, 1958, p.125.
  • 103 Maiuri, 1958, p.128.
  • 104 Maiuri, 1958, p.127.

29L’archéologue94 a cru trouver un élément de comparaison immédiate pour la piscine du complexe d’Herculanum dans la Palaestra de Pompéi, découverte et fouillée quelques années auparavant, entre 1935 et 1939 : “per quanto la forma della piscina (cruciforme), la sua poca profondità e la presenza del saliente centrale, ci richiamino alle forme degli euripi di giardino, tuttavia l’inusitata grandezza del bacino e soprattutto il carattere dell’edificio a cui appartiene, non possono che far riconoscere a questa piscina il carattere di una pubblica natatio di Palestra”, bien que “a differenza della Palestra di Pompei, dove la gran vasca quadrangolare centrale, con il fondo digradante, ha il carattere di una vera e propria natatio, la piscina della Palestra ercolanese non poteva invece avere altro uso all’infuori di quello d’una frigida lavatio : mantiene cioè il carattere delle vasche dei frigidaria delle Terme e delle palestre delle Terme, ingigantendone solo le proporzioni, perché potesse comodamente accogliere le torme dei pueri e dei iuvenes della iuventus ercolanese”. Les différences qui distinguent clairement les deux monuments étaient expliquées comme une conséquence des différences de topographie (dans la plaine à Pompéi, sur une pente à Herculanum) et de chronologie (époque d’Auguste à Pompéi, de Tibère à Herculanum). L’ensemble de l’Insula Orientalis II a ainsi été interprété comme une Palaestra, où devaient avoir lieu les ludi gymniques, connus à Herculanum par un décret concernant M. Nonius Balbus95. Le cryptoportique correspondait à un apodyterium et peut-être même aux latrines de la Palaestra96 ; le vestibule inférieur était son propylée monumental97 ; la grande “Sala Absidata” était la pièce destinée aux remises de prix et au culte de l’empereur ; le cartibulum trouvé dans la salle une mensa agonistica pour les prix attribués aux vainqueurs et pour les offrandes dédiées au culte de l’empereur98. Sur ce dernier point, l’archéologue se montre un peu embarrassé : en fait, il admet que, “pur escludendo ogni carattere di aedes sacra, l’impianto non è troppo dissimile da quello di un tempio a cella tripartita preceduto da un vestibolo e da un pronao99, mais aussitôt après il ajoute que “la grande aula doveva essere consacrata al culto della divinità o, più probabilmente, dell’imperatore e dei principi imperiali sotto la cui protezione era posta l’associazione della Juventus ercolanese100 et que “l’abside era indubbiamente destinata ad accogliere una grande statua di culto od onoraria, quasi certamente dell’imperatore o del principe a cui era dedicata la Palestra e sotto il cui patronato era posta l’istituzione della iuventus ercolanese101. Le simulacrum, comme d’ailleurs l’autel, n’a pas été découvert : “è pertanto da supporre che l’ultima dedicazione non fosse ancora avvenuta102. En ce qui concerne les deux chambres au sud du vestibule de la “Sala Absidata”, Maiuri conclut que “probabilmente essi diventarono sede di qualche associazione religiosa o professionale della città connessa con l’istituto della iuventus”103, une institution consacrée peut-être au culte (adapté au milieu d’une palestre) d’Esculape et d’Hygie, comme pourrait implicitement104 le suggérer la dédicace de Iulia Hygia.

  • 105 Catalano, 1963, p.165.
  • 106 Pagano, 1996, p. 245.
  • 107 Pappalardo, 2001, p. 935.
  • 108 Yegül, 1993, p.380.
  • 109 Yegül, 1993, p.389.
  • 110 Yegül, 1993, p.391, n.17.

30À partir du moment où, en 1958, Maiuri publia ses conclusions, elles ne furent jamais contestées et le bâtiment est devenu, depuis lors, la “Palaestra”. Une fois éliminées les fragiles interprétations antérieures, la rigueur et l’autorité de l’éminent savant ont été suffisantes pour consolider son hypothèse interprétative et la divulguer pendant les cinquante années qui suivirent. Selon Catalano105, la dédicace de Iulia Hygia s’ajouterait même aux autres éléments qui “confermano la destinazione della vasta sala del Ginnasio (23.75 x 6.75 m) a sede della Iuventus : il collegio sperava assicurarsi col favore imperiale la salutare protezione di Igea e forse anche di Esculapio”. Et d’une manière analogue, selon Pagano106, le vestibule supérieur de la “Palaestra” a été le lieu d’une importante corporation citadine (la iuventus locale) ; les abords immédiats au nord de la terrasse (indiqués sur la carte de Bardet) étaient des thermes attachés à la palestre ; la loge permettait d’assister aux cérémonies et aux jeux. Il n’est donc pas surprenant que Pappalardo107 lui aussi imagine que la fontaine de l’Hydre de Lerne avait été placée sur l’axe de la statue de l’empereur et de la mensa agonistica, en proposant à la iuventus locale le modèle de la virtus sportive herculéenne. Enfin, l’expert qui, après Maiuri, a consacré le plus de place et d’attention au complexe d’Herculanum, Yegül108, ne refuse pas de souligner les différences profondes qui existent entre les palestres de Pompéi et d’Herculanum, mais, en fin de compte, identifie lui aussi la construction d’Herculanum avec une palaestra109 et la “Sala Absidata” avec le lieu des activités religieuses en rapport avec le culte impérial110.

6. Ou un espace sacré ?

  • 111 À titre d’exemple Maiuri, 1958, p.190, n.59; Catalano, 1963, p.137-138, 149; Tran tam Tinh, 19 (...)

31Pourtant, l’incompatibilité évidente entre la concentration de matériel égyptien et égyptisant et le rôle sportif présumé de la “Palaestra” invitait à chercher une origine différente aux objets eux-mêmes. Tout le monde, jusqu’à nos jours, s’accorde à penser que ce déplacement a été provoqué par les dynamiques de l’éruption de 79 après J.-C. et que le matériel a été entraîné dans la “Palaestra” par la coulée volcanique qui a investi la ville à une vitesse de 50 km/h111. Le lieu de provenance de ce matériel (un temple d’Isis) serait donc à chercher en amont, au nord-est, dans un domaine encore non exploré par les fouilles.

  • 112 Pagano, 1996, p.245.
  • 113 MANN, n.inv. 3708. Cf. Catalano, 1963, p.147-149; Tran tam Tinh, 1971, p.91, n.64; Guadagno, (...)
  • 114 Ruggiero, 1885, p.231-232.
  • 115 Tran tam Tinh, 1971, p.93, n.67.
  • 116 Tran tam Tinh, 1971, pp. 92-93, n.66.
  • 117 Tran tam Tinh, 1971, pp. 93-94, 97, nn. 68-68bis.
  • 118 AH, n.inv. 812 (SAP 76089). Cf. Ascione et Pagano, 2000, p.105.
  • 119 AH, n.inv. 3892-3901, 3904-3907 (SAP 79189-79198, 79201-79204). Cf. Ascione et Pagano, 2000, p.88

32Cette explication se heurte toutefois à deux obstacles principaux : d’abord, comme nous l’avons vu, nous savons par les fouilles de Pierre Bardet de Villeneuve qu’en amont de la “Palaestra”, sur la dénommée “Terrasse Supérieure”, s’articulait un grand complexe thermal, donnant sur un decumanus face à une théorie de tabernae112. Penser que le sanctuaire était situé encore plus en amont signifie imaginer que tout ce matériel avait parcouru indemne plus de 120 mètres et que par la suite il fut recueilli presque dans un seul endroit. Cela paraît bien étrange et de toute façon fort improbable, si l’on considère que ce même chemin aurait été parcouru également par un objet beaucoup plus fragile : l’inscription113 (Planche XII.1) inscrite sur une plaque de marbre longue de 3,25 mètres, haute de 0,56, cassée en cinq fragments distincts114 trouvés entre le 18 et le 20 juillet 1757 les uns à côté des autres, dans le vestibule inférieur, à cinq mètres et demi de hauteur dans le banc de tuf, juste sous l’architrave de la porte du vestibule. Le texte, daté entre mars et juin 76 apr. J.-C., mentionne le travail de restauration financé par l’empereur Vespasien en faveur du temple de la Mater Deum détruit par un tremblement de terre : Imp(erator) Caesar Vespasianus Aug(ustus) pontif(ex) max(imus) / trib(unicia) pot(estate) VII imp(erator) XVII p(ater) p(atriae) co(n)s(ul) VII design(atus) VIII / templum Matris Deum terrae motu conlapsum restituit. Le culte métroaque est faiblement documenté à Herculanum : il s’agit de seulement quatre objects représentant Attis (une statuette115, un trapézophore116 et un couple de lampes117 où le dieu apparaît avec Cybèle). Mais cette unique inscription est suffisante pour y attester un sanctuaire. D’autant plus que l’on se doit d’ajouter que, dans le même vestibule inferieur de la “Palaestra”, a été mise au jour, le 6 avril 1932, une applique (Planche XII.2) en bronze avec le buste d’Attis118 et, en particulier, que 14 fragments de symae augustéennes119 (Planche XII.3) avec taureaux et lions (iconographie typique du culte métroaque) ont été trouvées dans une chambre du cryptoportique le juin de 1969.

  • 120 M. P.Guidobaldi, Introduzione alla città e alle opere in mostra, dans Guidobaldi, 2008, p.23.
  • 121 Guadagno, 1981, p.136; Guadagno, 1995, p.122.
  • 122 Pagano, 1996, p.246.
  • 123 Della Corte, 1958, p.280, n.523; AE 1980, 248.

33Même si, très récemment, on a encore soutenu que “Vespasiano finanziò il restauro… del tempio, non ancora scavato, posto presso la Palestra e dedicato alla Magna Mater120, il est absolument inconcevable que l’inscription ait “navigué” indemne sur 120 mètres, pour enfin se briser sous l’architrave de l’accès à la “Palaestra”. Pour cette raison, précisément, quelques évidentes réserves ont toutefois été émises : “non si vede come una lastra di notevole mole possa essere stata, una volta divelta, trasportata per lungo tratto senza che si rompesse ed i frammenti andassero dispersi, o peggio ancora che pur rotta in quattro parti queste fossero “scodellate” nel vestibolo della “Palestra” tutte insieme, allo stesso livello e pressoché l’una accanto all’altra121. Pagano122 a songé à deux possibilités : soit la plaque était placée sur le front de la “Palaestra” au lieu d’être sur le temple pour garantir une plus grande visibilité, soit (éventualité préférée par le chercheur) l’inscription avait été temporairement placée dans le vestibule déjà dans l’antiquité au cours de travaux de rénovation. Ces deux hypothèses ne sont guère soutenables et encore moins convaincantes. De toute évidence, la plaque était in situ et fixée le long de l’architrave, d’où la véhémence de la coulée volcanique l’aura arrachée, en la piégeant dans le banc de tuf : ce n’est pas un hasard si la largeur de la porte est précisément de trois mètres et demi. Nous devons aussi nous rappeler que dans le même vestibule inférieur on a découvert123 une deuxième inscription mentionnant l’intervention d’un certain Sextus Spurius auprès d’une aedes, un temple, en relation avec le Divin Claude : Haec op[era --- ?] / aede[-] [--- ?] / peq(unia) s[ua --- ?] / D(ivo) Clau[dio --- ?] / Sex(tus) Spu[rius --- ?]. L’inscription ferait penser à une possible intervention d’époque néronienne, peut-être due aux dommages causés par le tremblement de terre de 62 après J.-C.

  • 124 Gasparini, 2006, p.122-123; Gasparini, 2007a, p.81-82.

34L’hypothèse traditionnelle n’est donc pas du tout convaincante. Et du moment qu’autour de la soi-disant “Palaestra” il n’y a pas d’autres bâtiments pouvant accueillir un sanctuaire d’Isis et de la Mater Deum, je pense qu’il vaut la peine de se concentrer sur les caractéristiques de cette même “Palaestra” afin de vérifier les possibilités éventuelles d’identification124.

  • 125 Yegül, 1993, p.369.
  • 126 Maiuri, 1958, p.137.
  • 127 Yegül, 1993, p. 380.
  • 128 Passim Catalano, 1963.

35D’emblée, on ne peut nier que “in size, scope, and architectural character the palaestra at Herculaneum is an unusual building125. Certes, une certaine analogie avec les types architecturaux caractéristiques des villae est indéniable. D’ailleurs, comme on l’a déjà dit, ceci poussait Beloch à interpréter ainsi le complexe et Maiuri à souligner la ressemblance de la piscine cruciforme avec les euripes de jardin. La Villa des papirus d’Herculanum, la villa de San Marco à Stabies et la villa d’Horace à Licenza (toutes datées de la seconde moitié du ier siècle avant J.-C.), par exemple, ne s’écartent pas beaucoup de ce type. Mais un examen plus attentif montre que la piscine d’Herculanum n’a pas du tout les caractéristiques des piscines de palestres. Si, par exemple, le bassin de Pompéi (comme d’ailleurs nos piscines actuelles) présent une profondeur de 2,60 mètres, celui d’Herculanum ne dépasse pas 1,00-1,10 mètre : il s’agit d’une profondeur totalement insuffisante pour permettre aux athlètes l’activité gymnique, en particulier si on considère l’obstacle constitué, à l’intersection des bras de la piscine, par le pilier soutenant la statue de l’Hydre de Lerne. Ce fait a obligé Maiuri à considérer la piscine comme une frigida lavatio du type thermal. Assurément, la deuxième piscine du complexe, rectangulaire et avec une profondeur de 2,35 mètres, serait plus propice à la natation, sauf que le long de ses murs ont été emmurées 35 amphores destinées à offrir abri et refuge aux poissons (vraisemblablement des anguilles, des murènes et des mérous) : c’était donc un réservoir à poissons et non une piscine. Les deux bassins ne facilitaient pas non plus l’activité gymnique des jeunes athlètes hors de l’eau : la piscine cruciforme, en particulier, occupait d’une manière extensive une grande partie de la cour, qui d’ailleurs était aussi assez densément peuplée d’arbres. L’analogie entre les palestres d’Herculanum et de Pompéi perd ainsi le terme de comparaison peu vraisemblable utilisé par Maiuri : l’archéologue126 en fait déduit l’identification avec une palestre du bâtiment d’Herculanum principalement de l’aspect de la piscine en son centre, mais ensuite (comme nous avons vu) soutient que “l’inusitata grandezza del bacino e soprattutto il carattere dell’edificio a cui appartiene, non possono che far riconoscere a questa piscina il carattere di una pubblica natatio di Palestra”. De plus, l’ensemble architectural centré autour de la piscine ne répond pas, comme on a déjà remarqué127, aux types caractéristiques des palestres romaines, et en particulier à celle de Pompéi. Il répond plutôt à différents prototypes architecturaux d’origine hellénistique et ressemble beaucoup plus de ce point de vue à un gymnase grec, comme l’appelle d’ailleurs Catalano128.

36Mais la réelle impression que suscite le bâtiment d’Herculanum est qu’il ne se compose pas d’une cour avec un espace sacré à l’arrière, mais qu’il s’agit plutôt d’un espace sacré avec une cour en face : la monumentalité déjà soulignée de la “Sala Absidata” est significative à cet égard. Ceci est le vrai cœur du complexe, et c’est la nature (religieuse) de ce qu’il contenait qui détermine tout ce qui l’entourait. Selon cette grille de lecture, l’ensemble d’Herculanum révèle tout de suite des analogies évidentes avec des complexes analogues d’inspiration hellénistique, comme, à titre d’exemple, la “Bibliothèque d’Hadrien” à Athènes et le “Sanctuaire du Cigognier” d’Avenches, ou mieux encore, le prototype dont ces deux monuments s’inspirent, le Templum Pacis à Rome.

  • 129 Borlenghi, 2010.
  • 130 E. De Ruggiero, Dizionario epigrafico, II.1, Rome 1961, p.49, s.v. campus.
  • 131 Pagano, 1996, p.243-246.

37Nous ne pouvons pas insister ici sur ce sujet, qui d’ailleurs a déjà été bien étudié129, mais en fin de compte, il nous semble que la cour de la “Palaestra” n’est rien d’autre qu’un espace ouvert en face du bâtiment sacré connu comme “Sala Absidata” (et probablement aussi d’un bâtiment semblable sur l’autre côté du complexe), et qu’elle caractérisait donc, comme l’écrit De Ruggiero130 en qualifiant l’une des multiples significations du terme “campus”, “l’agro proprio del tempio”. Ironie du sort, pour le complexe d’Herculanum, on a eu tendance, récemment131, à préférer le nom de “Campus” à celui de “Palaestra”, même si, bien sûr, l’emploi de ce terme est presque utilisé comme synonyme de “Palaestra”, peut-être dans le but de rendre sa dénomination plus “technique”.

7. Les dieux dédicataires du sanctuaire

38L’interprétation de la “Palaestra”, non comme un espace dédié aux pratiques gymniques de la iuventus locale, mais comme un sanctuaire, avec un campus ou area en face d’un temple (la “Sala Absidata” et les chambres voisines), rend inévitable l’identification des divinités qui pouvaient être logées dans la cella (ou mieux les cellae). Qui donc étaient-ils les dédicataires de l’espace sacré d’Herculanum ?

39L’hypothèse que dans la “Sala Absidata” auraient eu lieu des pratiques du culte impérial est née seulement de l’interprétation abusive du complexe comme “Palaestra”. Rien ne le suggère, encore moins le prouve. Ceci exclu, les candidats les plus probables s’avèrent n’être que trois : Isis (dont le matériel trouvé à Herculanum est concentré ici), la Mater Deum (dont l’inscription explicite de l’accès au temple a été trouvée pratiquement in situ), et Hercule (très présent dans le bâtiment). Analysons en détail ces trois hypothèses.

  • 132 Mühlenbrock et Richter, 2005, p.70-71.
  • 133 Catalano, 1963, p.149, 169.
  • 134 Maiuri, 1958, p.191, n.80; Catalano, 1963, p.169.
  • 135 Catalano, 1963, p.170.
  • 136 Clerc, 1994.
  • 137 Clerc, 1994, p.134-135.

40J’exclurai immédiatement Hercule132. Il est vrai que le visage du dieu est sculpté dans la fontaine en face du vestibule supérieur du complexe ; qu’une statuette en bronze du dieu a été retrouvée dans le vestibule inférieur133 ; qu’un Hercule enfant étranglant des lions a été peint dans le cryptoportique134 ; que l’Hydre de Lerne au centre de la piscine cruciforme rappelle les travaux du héros et que son nom figure bien en dessous de la niche d’une arula en tuf trouvée dans l’atelier du gemmarius (Ins. Or. II 10)135. Il est également vrai qu’Hercule était le dieu éponyme de la ville d’Herculanum et que son culte devait en être l’un des principaux : son temple était probablement monumental. Or sa présence dans le sanctuaire qui nous occupe ne semble pas suffisamment importante pour nous conduire à le lui attribuer, en tenant compte du fait que les travaux d’Hercule faisaient partie du décor de presque tous les principaux édifices publics (ou non) d’Herculanum, puisque le demi-dieu était le mythique fondateur de la ville. Il faut également souligner que son éventuelle présence dans le sanctuaire n’est pas incompatible avec le culte des deux autres candidats divins. Au contraire, elle peut souligner certaines affinités qu’un article de Gisèle Clerc avait parfaitement analysées136. Elle concluait d’ailleurs son étude en rappelant qu’“Héraklès pouvait passer à juste titre pour le modèle de l’initié… cette quête d’immortalité se fait dans la souffrance et la douleur, pour Héraklès comme pour le candidat à l’initiation isiaque… L’image des luttes et victoires d’Héraklès était utilisée par le fidèle isiaque pour assurer son immortalité en s’appropriant les mérites du héros137.

  • 138 Catalano, 1963 p.161.
  • 139 Peterson, 1919, p.288.
  • 140 CIL XIV 324. Cf. Berlioz, 1997.
  • 141 Guadagno, 1995, p.122.
  • 142 Pensabene, 2008, p.22.
  • 143 Colin, 1994; Dunand, 2000.
  • 144 RICIS 503/1123; 504/0406; 505/0301; 511/0401-2; 515/0901.
  • 145 RICIS 505/0901.
  • 146 Gasparini, 2009. Contra Adamo Muscettola, 1994.
  • 147 Ap., Met., XI 5.
  • 148 Tran tam Tinh, 1972, p.xviii.
  • 149 Guadagno, 1995, p.127, n.25.

41Les indices déjà décrits qui nous amènent vers Isis et la Mater Deum semblent beaucoup plus significatifs. D’ailleurs, je ne crois pas à la nécessité d’opérer un choix entre les deux candidates : leur coexistence, comme le montre Laurent Bricault dans ce même volume, ne crée pas de problèmes. Déjà Catalano138 notait que “considerando le numerose testimonianze del culto isiaco a Ercolano, il rilevato carattere sincretistico, l’appellativo di Iside grande madre divina, non è del tutto da escludere che il tempio della Mater Deum o Mater Magna – sia o non da riconoscersi nell’edificio colonnato a nord del Ginnasio è questione che solo lo scavo potrà risolvere – fosse dedicato a Iside e che eventualmente comprendesse anche l’immagine sacra dell’asiatica dea Kybele” et pour Peterson139 Isis “may have been worshipped in some portion of the shrine”. Tout d’abord, nous connaissons bien d’autres exemples où une unique enceinte sacrée intégrait les différents espaces cultuels dédiés à des divinités distinctes, bien qu’unies par une sorte d’homogénéité religieuse. Je pense qu’on peut identifier un cas très semblable dans le Campus Magnae Matris à Ostie, connu aussi bien au niveau épigraphique140 qu’archéologique : le campus de la Magna Mater consiste dans un temenos (dans ce cas triangulaire) dont la cour, qui était couverte de sable lors des cérémonies, comprend à l’intérieur le temple de Magna Mater, un mithraeum, un temple de Bellone, une schola de l’ordre des hastiferi, un sanctuaire d’Attis, un porche, un autel dédié aux Douze Dieux et deux autres sanctuaires mineurs non identifiés. La réalisation du complexe est à peu près contemporaine de son homologue d’Herculanum, où nous pouvons donc songer à un sanctuaire avec un campus, où l’on vénéré au moins les deux déesses Isis et Mater Deum141. Il est possible qu’à Herculanum aussi bien qu’“a Ostia si sia cristallizzato in uno stesso spazio sacro un complesso di luoghi di culto accomunati dai riferimenti a Cibele che invece a Roma erano sparsi per la città142 et que cette cristallisation ait attiré d’autres cultes allogènes mais “homogènes” avec la religion métroaque : on reconnait là une des caractéristiques du culte isiaque. D’ailleurs Isis elle-même est appelée la “Mère des Dieux”143, à l’époque pharaonique comme à la période hellénistique. La plupart des documents qui mettent en relation les deux déesses, bien que de chronologie souvent incertaine et presque toujours approximative, semble se référer à la seconde moitié du ier siècle après J.-C.144. Une dédicace145 d’Aeclanum à Cantria Longina, prêtresse de la Mère des Dieux Idéenne et d’Isis Regina, est d’une importance particulière car la même prêtresse a également été honorée du flaminat de Iulia Pia Augusta, la fille divinisée de Titus. La tentative de rapprocher le culte d’Isis du culte métroaque et de les caractériser ainsi tous les deux en fonction du culte impérial était clairement une caractéristique de la politique religieuse flavienne146. Ce processus trouve son achèvement lorsque Apulée, au iie siècle après J.-C., dit d’Isis que “primigenii Phryges Pessinuntiam deum matrem me appellant147. En conclusion, il n’est pas difficile d’imaginer que le sanctuaire d’Herculanum était dédié à la Mater Deum dans un sens large, c’est-à-dire que, sous cette épithète, pouvaient trouver place autant la Cybèle phrygienne (probablement depuis l’époque d’Auguste) que l’Isis égyptienne (peut-être ajoutée à la période flavienne). Il n’est cependant pas exclu (comme Tran tam Tinh même semble l’envisager148) que l’introduction du culte d’Isis à Herculanum remonte déjà à une époque antérieure (républicaine). D’ailleurs, nous l’avons vu, les objects isiaques trouvés à Herculanum datant déjà de la seconde moitié du iie siècle avant J.-C. ne sont pas rares. Nous ne savons rien de cet hypothétique lieu de culte républicain. Il convient toutefois de rappeler avec Guadagno149 l’importance d’une “area, che se pure viene « monumentalizzata » solo all’inizio del I sec. d.C., ha già precedentemente tanta « forza » da poter imporre deviazioni al tracciato viario : sembra sfuggito a tutti che mentre nel tratto iniziale, da O. all’incrocio con il cardo III, l’andamento del decumanus inferior è parallelo al dec. Max., dall’incrocio esso diverge sempre più mano, mano che si procede verso il V cardine” et que “l’area in questione, « periferica », sottoposta rispetto al piano urbano, priva forse di edifici e comunque ben lungi dall’essere « monumentalizzata », era già carica di tali « significati » da far deviare il decumanus inferior per un miglior accesso ad essa. Questo collegamento tra asse viario ed area sarà non solo mantenuto, ma « enfatizzato » dalla costruzione del monumentale vestibolo”.

  • 150 Gasparini, 2007, p.82-87 et surtout Gasparini, 2010.
  • 151 Ap., Met., XI 21.
  • 152 Ap., Met., XI 20.

42Du point de vue architectural, le sanctuaire d’Herculanum peut-il être compatible avec le culte isiaque et métroaque ? Je considère parfaitement justifiée cette hypothèse, car il réunit l’ensemble des éléments qui semblent souvent caractériser les sanctuaires isiaques150 et métroaques : les cellae ostiariae près des deux entrées principales et les couloirs d’accès étroits sauvegardaient l’évidente ségrégation du sanctuaire par rapport aux espaces extérieurs (ceci était nécessaire pour le maintien des magna religionis silentia151) ; les vestibules et les bancs sur les côtés assuraient la possibilité pour les fidèles d’attendre les templi matutinae apertiones152 ; à l’intérieur du sanctuaire, de vastes espaces ouverts mais aussi couverts permettaient la réunion des fidèles et la réalisation de pratiques cultuelles allant du simple sacrifice aux processions, des spectacles sacrés de danse, de musique et de théâtre (comme dans les deux célèbres fresques d’Herculanum déjà mentionnées) aux initiations et aux rites d’exposition, de nettoyage et d’habillage de la statue de culte ; ceci était facilité par la vision frontale et scénique du temple, par l’ampleur marquée de son entrecolonnement central et par la considérable hauteur de la base de la statue de culte ; des banquets communs pouvaient avoir lieu grâce à la présence des grands triclinia, des tabernae, des cuisines et des entrepôts ; la permanence des fidèles était facilitée par la proximité des thermes et des logements à louer sur le cardo V ; enfin, last but not least, des ablutions purificatrices, lavationes, et même des batailles navales, venationes et des spectacles aquatiques sacrés à thème mythologique pouvaient prendre place grâce aux puissantes infrastructures hydrauliques, qui correspondaient bien à l’importance de l’élément liquide dans les rituels d’Isis et de la Mater Deum. Et si le bassin rectangulaire abritait les poissons sacrés dans les cultes orientaux, la forme inhabituelle du bassin central cruciforme est comparable à certains bassins en forme de T des palais orientaux, ou aussi à ceux qui se trouvent dans la maison de l’isiaque D. Octavius Quartio à Pompéi.

Conclusion

  • 153 Meyboom et Versluys, 2000, p. 121.

43Les considérations rassemblées rapidement ici ne semblent pas seulement contredire l’hypothèse que, comme a été répété maintes fois, “il n’existe pour l’instant aucun indice permettant de supposer l’existence d’un temple d’Isis à Herculanum153. Il y a au contraire beaucoup d’indices, et l’absence de preuves ne signifie certainement pas la preuve de l’absence. Le temple, je crois, est déjà sous nos yeux : un sanctuaire dédié à la phrygienne Mater Deum et à l’égyptienne Isis, la soi-disant “Palaestra”.

  • 154 Gialanella, 2001 ; Bricault, 2008, p. 116 (RICIS 504/0407).

44Il convient d’abord de souligner que la critique à l’interprétation antérieure du complexe comme “Palaestra” ne signifie pas nécessairement qu’on doive exclure a priori un usage périodique de la cour pour les activités sportives. À cet égard, il suffit de rappeler la récente découverte154, dans l’apodyterium d’une villa de la banlieue est de la Pouzzoles antique, non loin d’Herculanum, d’une mosaïque du iiie siècle après. J.-C. avec une inscription indiquant qu’il était d’usage d’organiser, au moins en partie, les compétitions qui avaient lieu pendant les jeux des Eusebeia dans l’Iseum de Pouzzoles : Iseo /Euseb(e)ia.

  • 155 Guadagno, 1995, p.122-126.

45En second lieu, si la “Palaestra” est bien en réalité le temple d’Isis et de la Mater Deum, on doit admettre que le sanctuaire ne semble pas être un bâtiment (comme cela est dit dans l’inscription) conlapsum en raison du tremblement de terre : comme nous avons déjà dit, il y a peu d’interventions visibles et de faible importance. Il faut donc vraisemblablement limiter la valeur de l’expression collapsum et penser à une expression de propagande de l’empereur Vespasien155 qui, en 76 après J.-C., s’occupait seulement de faire front aux faibles dommages des tremblements de terre qui touchèrent la ville entre 70 et 75 après J.-C. et peut-être d’associer Isis au culte de la Mater Deum.

  • 156 Catalano, 1963, p.138-143.
  • 157 MANN, n.inv. 8848; CIL IV 1176; ILS 3694. Cf. Catalano, 1963, p.152; Tran tam Tinh, 1971, p.8 (...)

46Comme il est probable qu’à Pompéi le culte de Vénus (divinité éponyme de la Colonia Cornelia Veneria Pompeianorum) avait attiré Isis, à Herculanum, l’ancienne présence de Vénus dans ses prérogatives maritimes156 a peut-être facilité l’arrivée du culte isiaque. Il n’est pas exclu que la très forte connotation “maternelle” avec laquelle Isis était vénérée en Campanie, et qu’au début de cette contribution nous avons hypothétiquement liée à la préexistence d’une religion indigène déjà fortement vouée au culte des déesses mères, explique la dévotion particulière d’Herculanum aussi envers Harpocrate, dont la ville a livré l’image au moins à 26 reprises, sous la forme de peintures, statuettes, figurines et autres amulettes : parmi ces documents, j’ai volontairement omis de mentionner un tableau157 (Planche XII.4) découvert en 1749 auprès d’un lararium non identifié, qui montre bien l’importance des cultes égyptiens à Herculanum : la fresque représente le jeune dieu, d’une manière explicitement apollinienne, avec l’index gauche à la bouche et la main droite soutenant un branche, peut-être de laurier. Sa tête est affublée d’une guirlande de lierre et un pschent. À côté se trouve un autel rond autour duquel s’enroule un serpent qui essaie de manger les œufs et les fruits déposés comme offrandes sur l’autel même. Une inscription à peine visible aujourd’hui souligne le rôle d’Harpocrate comme Genius /huius loci /montis, c’est-à-dire la divinité même tutélaire de cette partie des pentes du Vésuve.

Planche I : Tableaux avec scènes de rituel isiaque, vraisemblablement l’“Inventio Osiridis” (De Caro, 2006

Planche I : Tableaux avec scènes de rituel isiaque, vraisemblablement l’“Inventio Osiridis” (De Caro, 2006

1. Sacrifice et ostension du vase sacré en or ; 2. Danse mise en scène par un prêtre masqué en Bès.

Planche II : Éléments mis au jour dans les boutiques de la prétendue “Palaestra” donnant sur le cardo V (Tran tam Tinh, 1971 et De Caro, 2006)

Planche II : Éléments mis au jour dans les boutiques de la prétendue “Palaestra” donnant sur le cardo V (Tran tam Tinh, 1971 et De Caro, 2006)

1. Statuette en terre cuite d’Isis allaitant Harpocrate ; 2. Sistre en bois ; 3. Amulettes en bronze représentant Harpocrate.

Planche III : Statuettes en bronze trouvées dans la prétendue “Palaestra” (Tran tam Tinh, 1971 et De Caro, 2006)

Planche III : Statuettes en bronze trouvées dans la prétendue “Palaestra” (Tran tam Tinh, 1971 et De Caro, 2006)

1. Isis-Fortuna ; 2. Harpocrate ; 3. Bès ; 4. Bès (exemplaire découvert à Herculanum, du même moule du précédent, mais de provenance exacte inconnue).

Planche IV : Autres découvertes de la prétendue “Palaestra” (De Caro, 2006)

Planche IV : Autres découvertes de la prétendue “Palaestra” (De Caro, 2006)

1. Base en bronze en forme de temple égyptien ; 2. Bulla en or ; 3. Bulla en or (exemplaire découvert à Herculanum, mais dont la provenance exacte est inconnue) ; 4. Statue en basanite du dieu Atum.

1. Concentration du matériel isiaque d’Herculanum à l’intérieur ou autour de la “Palaestra”. Vue en perspective du plan des fouilles ; 2. Plan de la prétendue “Palaestra”.

Planche VI : Plan général d’Herculanum.

Planche VI : Plan général d’Herculanum.

Planche VII

Planche VII

1. Plan des fouilles menées entre 1743 et 1746, rédigée par Pierre Bardet de Villeneuve (Guidobaldi, 2008) ; 2. Dessin des restes du plafond effondré, décoré avec 966 étoiles, du vestibule inferieur de la prétendue “Palaestra” (Parslow, 1995).

Planche VIII : Dessin de la prétendue “Palaestra” : vue en perspective (Maiuri, 1958)

Planche VIII : Dessin de la prétendue “Palaestra” : vue en perspective (Maiuri, 1958)

Planche IX

Planche IX

1. Le porche corinthien de la cour ; 2. La piscine rectangulaire attenant au cryptoportique.

Planche X : Fontaine à l’intersection des bras de la piscine cruciforme avec statue en bronze représentant l’Hydre de Lerne (Guidobaldi, 2005)

Planche X : Fontaine à l’intersection des bras de la piscine cruciforme avec statue en bronze représentant l’Hydre de Lerne (Guidobaldi, 2005)

Planche XI : 1. La “Sala Absidata” (De Caro, 2006) ; 2. Le cartibulum en marbre.

Planche XI : 1. La “Sala Absidata” (De Caro, 2006) ; 2. Le cartibulum en marbre.

Planche XII

Planche XII

1. Inscription mentionnant le travail de restauration, financé par l’empereur Vespasien, du temple de la Mater Deum détruit par un tremblement de terre (Coarelli, 2009) ; 2. Applique en bronze avec buste d’Attis (Ascione et Pagano, 2000) ; 3. Sima augustéenne avec taureau et lion trouvée dans une pièce du cryptoportique (Ascione et Pagano, 2000) ; 4. Fresque représentant Harpocrate Genius / huius loci / montis à côté d’un autel rond sur lequel un serpent essaie de manger les œufs et les fruits déposés comme offrandes (De Salvia, 1994).

Haut de page

Bibliographie

Adamo Muscettola, S., 1994, I Flavi tra Iside e Cibele, dans S. Adamo Muscettola et S. De Caro (éd.), Alla ricerca di Iside. Atti della giornata di studio, Napoli 4 giugno 1993, PP, 49, p. 83-118.

Allroggen-Bedel, A., 1983, Dokumente des 18. Jahrhunderts zur Topographie von Herculaneum, CErc, 13, p. 139-158.

Arslan, E.A. (éd.), 1997, Iside. Il mito, il mistero, la magia. Catalogo della mostra (Milano, Palazzo Reale, 22 febbraio – 1 giugno 1997), Milan.

Ascione, G.C. et Pagano, M., 2000, L’Antiquarium di Ercolano, Naples.

Bastet, F.L. et de Vos, M., 1979, Proposta per una classificazione del terzo stile pompeiano, Archeologische Studiën van het Nederlands Instituut te Rome, 4, Rome.

Beloch, J., 1890, Campanien. Geschichte und Topographie des antiken Neapel und seiner Umgebung, Breslau (trad. it. J. Beloch, 1989, Campania, Naples).

Berlioz, S., 1997, Il campus Magnae Matris di Ostia, CCG 8, p. 97-110.

Borlenghi, A., 2010, Il campus : organizzazione e funzione di uno spazio pubblico in età romana. Le testimonianze in Italia e nelle Province Occidentali, Rome, à paraître.

Botti, G., 1963, Statuetta del dio Atum da Ercolano, BdA, 48, p. 1-4.

Bricault, L. (éd.), 2000, De Memphis à Rome. Actes du ier Colloque international sur les études isiaques (Poitiers - Futuroscope, 8-10 avril 1999), RGRW, 140, Leyde.

Bricault, L., 2001, Atlas de la diffusion des cultes isiaques (ive s. av. J.-C.-ive s. apr. J.-C.), MAI, 23, Paris.

Bricault, L., 2008, RICIS Supplément, I, dans L. Bricault (éd.), 2008, Bibliotheca Isiaca, I, Bordeaux, p. 77-122.

Capriotti Vittozzi, G., 2008, La statua di Atum da Ercolano e la città di Kher-Aha, SEL, 25, p. 95-114.

Carafa, P., 2008, Culti e santuari della Campania antica, Rome.

Catalano, V., 1963, Case, abitanti e culti di Ercolano, Rome (rééd. 2002).

Cinque, A. et Irollo, G., 2008, La paleografia dell’antica Herculaneum e le fluttuazioni, di origine bradisismica, della sua linea di costa, dans P.G. Guzzo et M.P. Guidobaldi (éd.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana (scavi 2003-2006). Atti del Convegno Internazionale (Roma, 1-3 febbraio 2007), Rome, p. 425-438.

Clerc, G., 1994, Héraklès et les dieux du cercle isiaque, dans Hommages à Jean Leclant, Bibliothèque d’étude 106.3, Le Caire, p. 97-137.

Coarelli, F. (éd.), 2009, Divus Vespasianus. Il bimillenario dei Flavi. Catalogo della mostra (Roma, 27 marzo 2009-10 gennaio 2010), Rome.

Colin, F., 1994, L’Isis “dynastique” et la Mère des dieux phrygienne. Essai d’analyse d’un processus d’interaction culturelle, ZPE, 102, p. 271-295.

De Caro, S. (éd.), 2006, Egittomania. Iside e il Mistero. Catalogo della mostra (Napoli, Museo Archeologico Nazionale, 12 ottobre 2006 – 26 febbraio 2007), Milan.

Della Corte, M., 1958, Le iscrizioni di Ercolano, RAAN 33, p. 239-308.

De Salvia, F., 1994, Alcune osservazioni su un affresco da Ercolano con Harpocrates-Genius, dans Hommages à Jean Leclant, Bibliothèque d’étude 106.3, Le Caire, p. 145-151.

De Salvia, F., 2006, Egitto faraonico e Campania pre-romana : gli aegyptiaca (secoli IX-IV a.C.), dans S. De Caro, 2006, p. 21-54.

De Vos, M., 1980, L’egittomania in pitture e mosaici romano-campani della prima età imperiale, EPRO, 84, Leyde.

De Vos, M., 1997, Dionysus, Hylas e Isis sui monti di Roma. Tre monumenti con decorazione parietale in Roma antica (Palatino, Quirinale, Oppio), Rome.

Dunand, F., 2000, Isis, mère des dieux, Paris.

Gasparini, V., 2006, Iside a Ercolano : il culto pubblico, dans S. De Caro, 2006, p. 121-127.

Gasparini, V., 2007, Santuari isiaci in Italia : criteri e contesti di diffusione, dans C. Bonnet et al. (éd.), Religioni in contatto nel Mediterraneo antico. Modalità di diffusione e processi di interferenza. Atti del III colloquio su “Le religioni orientali nel mondo greco e romano” (Loveno di Menaggio, Como, 26-28 maggio 2006), Mediterranea, 4, p. 65-87.

Gasparini, V., 2007, The introduction of the worship of Isis in Rome, dans www.archaeologie-online.de/bibliothek/tagungsberichte/2007/introducing-new-gods

Gasparini, V., 2008, Iside a Roma e nel Lazio, dans E. Lo Sardo, 2008, p. 100-109.

Gasparini, V., 2009, I culti egizi, dans Coarelli, 2009, p. 348-353. Pour une synthèse cf. Gasparini, V., 2009 (juin), Il culto degli dèi egizi in età flavia, Forma Urbis, p. 23-25.

Gasparini, V., 2010, Il Tempio di Iside a Pompei. Palcoscenico di una performance religiosa, à paraître.

Gialanella, C., 2001, Il mosaico con lottatori da una villa del suburbio orientale di Puteoli, dans F. Guidobaldi et A. Paribeni (éd.), Atti dell’VIII colloquio dell’Associazione Italiana per lo Studio e la Conservazione del Mosaico, Firenze 21 – 23 febbraio 2001, Ravenne, p. 599-624.

Guadagno, G., 1978, Supplemento epigrafico ercolanese, CErc, 8, p. 132-155.

Guadagno, G., 1981, Supplemento epigrafico ercolanese. II, CErc, 11, p. 129-164.

Guadagno, G., 1995, Documenti epigrafici ercolanesi relativi ad un terremoto, dans Th. Fröhlich et L. Jacobelli (éd.), Archäologie und Seismologie. La regione vesuviana dal 62 al 79 d.C. Problemi archeologici e sismologici. Colloquium (Boscoreale, 26-27 novembre 1993), Munich, p. 119-128.

Guidobaldi, M.P., 2005, Fontana di bronzo raffigurante l’Idra di Lerna, dans E. Lo Sardo (éd.), Eureka ! Il genio degli antichi. Catalogo della mostra (Napoli, Museo Archeologico Nazionale, 11 luglio 2005 – 9 gennaio 2006), Naples, p. 144-145.

Guidobaldi, M.P. (éd.), 2008, Ercolano. Tre secoli di scoperte. Catalogo della mostra (Napoli, Museo Archeologico Nazionale, 16 ottobre 2008 – 13 aprile 2009), Milan.

Guzzo, P.G., 1997, Ritrovamenti in contesti non cultuali : Ercolano, dans Arslan, 1997, p. 346-347.

Guzzo, P.G. (éd.), 2003. Storie da un’eruzione. Pompei, Ercolano, Oplontis. Guida alla mostra (Napoli, Museo Archeologico Nazionale, 20 marzo – 31 agosto 2003), Milan.

Jashemski, W.F., 1993, The Gardens of Pompeii, Herculaneum and the Villas destroyed by Vesuvius, II, New Rochelle-New York, p. 275-276.

Johannowsky, W., 1982, Problemi urbanistici di Ercolano, CErc, 12, p. 145-151.

Kater-Sibbes, G.J.F. et Vermaseren, M.J., 1975-1977, Apis, EPRO, 48.1-3, Leyde.

Longobardo, F., 2006, Iside a Napoli, dans S. De Caro, 2006, p. 145-149.

Lo Sardo, E. (éd.), 2008, La Lupa e la Sfinge. Roma e l’Egitto dalla Storia al Mito. Catalogo della mostra (Roma, Museo Nazionale di Castel S. Angelo, 11 luglio – 9 novembre 2008), Milan.

Maiuri, A., 1954, Fontana monumentale in bronzo nei nuovi scavi di Ercolano, BA, p. 193-199.

Maiuri, A., 1958, Ercolano. I nuovi scavi (1927-1958), Rome.

Malaise, M., 1972a, Inventaire préliminaire des documents égyptiens découverts en Italie, EPRO, 21, Leyde.

Malaise, M., 1972b, Les conditions de pénétration et de diffusion des cultes égyptiens en Italie, EPRO, 22, Leyde.

Malaise, M., 1978, Documents nouveaux et points de vue récents sur les cultes isiaques en Italie, dans Hommages à M. J. Vermaseren, EPRO, 68.2, Leyde, p. 627-717.

Malaise, M., 2004, Nova isiaca documenta Italiae. Un premier bilan (1978-2001), dans L. Bricault (éd.), 2000, Isis en Occident. Actes du IIème Colloque international sur les études isiaques (Lyon III, 16-17 mai 2002), RGRW, 151, Leyde, p. 1-68.

Mau, A., 1899, Pompeii. Its Life and Art, New Rochelle-New York, p. 168-182 (II éd. 1902, réimpr. 1982).

McIlwaine, I.C., 1988, Herculaneum : a Guide to printed sources, Naples.

McIlwaine, I.C., 2009, Herculaneum : a Guide to sources, 1980-2007, Naples.

Meyboom, P.G.P. et Versluys, M.J., 2000, Les scènes dites nilotiques et les cultes isiaques. Une interprétation contextuelle, dans L. Bricault, 2000, p. 111-127.

Monteix, N., 2010, L’Insula Orientalis IIa d’Herculanum entre construction publique et transformations privées, dans S. Camporeale et al. (éd.), Arqueología de la construcción, 2. Los procesos constructivos en el mundo romano : Italia y provincias orientales (Siena, Certosa di Pontignano, 13-15 de Noviembre de 2008), Anejos de AEspA, Madrid, p. 213-232.

Moormann, E.M., 1986, Un fior di giardino ed altri frammenti di pittura ercolanese, CErc, 16, p. 123-133.

Mühlenbrock, J. et Richter., D. (éd.), 2005, Die letzten Stunden von Herculaneum, Mayence.

Nonnis, D., 2009, Iscrizione che commemora il restauro del tempio della Magna Mater a Ercolano, in F. Coarelli, 2009, 480.

Pagano, M., 1990, Ercolano. Saggi all’interno dell’area urbana, BA, 1.3, p. 125-128.

Pagano, M., 1993, Ricerche sull’impianto urbano di Ercolano, dans Ercolano 1738-1988. 250 anni di ricerca archeologica, Rome, p. 595-608.

Pagano, M., 1996, La nuova pianta della città e di alcuni edifici pubblici di Ercolano, CErc, 26, p. 229-262.

Pagano, M., 2003, Gli scavi di Ercolano, Pompéi.

Pagano, M., 2005, I primi anni di scavi Ercolano, Pompei e Stabiae. Raccolta e studio di documenti e disegni inediti, Rome.

Palma Venetucci, B. (éd.), 2008, Culti orientali tra scavo e collezionismo. Atti del Convegno “Testimonianze di culti orientali tra scavo e collezionismo” (Roma, Istituto Italiano di Studi Germanici-Università degli Studi di Roma Tor Vergata, 23-24 marzo 2006), Milan.

Pannuti, U., 1983, Il giornale degli scavi di Ercolano (1738-1756), MemAcLinc, s. VIII, 26.3, p. 159-410.

Pappalardo, U., 2001, Le mythe d’Héraclès à Herculanum, MEFRA, 113, p. 925-945.

Parslow, C.C., 1995, Discovering Antiquity. Karl Weber and the Excavation of Herculaneum, Pompeii and Stabiae, Cambridge, p. 123-150.

Pensabene, P., Il culto di Cibele e la topografia del sacro a Roma, dans B. Palma Venetucci, 2008, p. 21-40.

Pesando, F. et Guidobaldi, M.P., 2006, Pompei, Oplontis, Ercolano, Stabiae, Rome-Bari.

Peterson, R.M., 1919, The Cults of Campania, PAAR, 1, Rome.

RICIS = Bricault, L., 2005, Recueil des inscriptions concernant les cultes isiaques, MAI, 31, Paris.

Robotti, C., 1991, Un rilevatore in grotta d’eccezione : Pierre Bardet de Ville Neuve ad Ercolano, dans La trasmissione delle idee dell’architettura post acta. Scritti in onore di G. Nuti, II, Udine, p. 283-289.

Ruesch, A., 1911, Guida illustrata del Museo Nazionale di Napoli, Naples.

Ruggiero, M., 1885, Storia degli Scavi di Ercolano ricomposta sui documenti superstiti, Naples.

Sfameni Gasparro, G., Les cultes isiaques en Sicile, dans Bricault, 2000, p. 35-62.

Spanedda, A., 2008, Mensa Isiaca, in Lo Sardo, 2008, p. 110-111.

Tran tam Tinh, V., 1964, Le culte d’Isis à Pompéi, Paris.

Tran tam Tinh, V., 1971, Le culte des divinités orientales à Herculanum, EPRO, 17, Leyde.

Tran tam Tinh, V., 1972, Le culte des divinités orientales en Campanie en dehors de Pompéi, de Stabies et d’Herculanum, EPRO, 27, Leyde.

Tran tam Tinh, V., 1973, Isis lactans. Corpus des monuments gréco-romaines d’Isis allaitant Harpocrate, EPRO, 37, Leyde.

Tran tam Tinh, V., 1990, s.v. Isis, LIMC, 5, p. 761-796 (V.1), 501-526 (V.2).

Tran tam Tinh, V. et al., 1988, s.v. Harpokrates, LIMC, 4, p. 415-445 (IV.1), 242-266 (IV.2).

Yegül, F.K., 1993, The Palaestra at Herculaneum as a New Architectural Type, dans Eius virtutis studiosi. Classical and post-classical Studies in memory of F. E. Brown, Washington, p. 369-393.

Zevi, F., Pozzuoli come “Delo minore” e i culti egizi nei Campi Flegrei, dans De Caro, 2006, p. 69-82.

Abréviations utilisées

AH = Antiquarium d’Herculanum.

MANN = Museo Archeologico Nazionale di Napoli.

SAP = Soprintendenza Archeologica di Pompei.

Haut de page

Notes

2 De Salvia, 2006.

3 De Salvia, 2006, p. 31-54.

4 De Salvia, 2006, p. 27.

5 De Salvia, 2006, p. 27-30.

6 Sfameni Gasparro, 2000, avec toute la bibliographie précédente.

7 Gasparini, 2007, p. 65-68 ; Gasparini, 2008, p. 108, n. 3.

8 Zevi, 2006.

9 Gasparini, 2007, p. 65-74 ; Gasparini 2007a ; Gasparini, 2008, p. 100-104.

10 Gasparini, 2007, p.74-87; Gasparini, 2008, p.104-107.

11 Spanedda, 2008, avec références.

12 De Vos, 1997, p.99-154.

13 Longobardo, 2006, p.145.

14 Malaise, 1978, p. 655.

15 RICIS 504/0401.

16 MANN, n. inv. 8956. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.87, n.60; Malaise, 1972a, p.253-254, n.7; S.Venditto, Seguace di Iside, dans De Caro, 2006, p.186, n.III.54.

17 MANN, n.inv. 8974. Cf. Catalano, 1963, p.152-153; Tran tam Tinh, 1971, p.87-88, n.61-62; Malaise, 1972a, p.256, n.6 et 15; De Vos, 1980, p.23-24, n.12; S.Venditto, Figure egittizzanti, dans De Caro, 2006, p.191, n.III.61 (où on propose une provenance de la Casa dei Cervi IV, 21).

18 MANN, nn. inv. 8515, 8566. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.89-90, n.63; Malaise 1972a, p.254, n.8; De Vos, 1980, p.22-23, n.11; S.Venditto, Figure egittizzanti, dans De Caro, 2006, p.191, n.II.62.

19 MANN, n.inv. 8924. Cf. Catalano, 1963, p.151; Tran tam Tinh, 1964, p.27; Tran tam Tinh, 1971, p.29-38, 83-84, n.58; Malaise, 1972a, p.251-252, n.3; Gasparini, 2006, p.123-124.

20 MANN, n.inv. 8919. Cf. Catalano, 1963, p.152; Tran tam Tinh, 1964, p.27-28; Tran tam Tinh, 1971, p.39-42, 85-86, n.59; Malaise, 1972a, p.252-253, n.4; S.Venditto, Cerimonia isiaca, dans Arslan, 1997, p.447; Gasparini, 2006, p.120, 124, 127 (II.87, Cerimonia isiaca).

21 Gasparini, 2006, p. 124.

22 D’où ont été exclues les fresques représentant des scènes nilotiques et plus généralement égyptisantes.

23 MANN, n. inv. incon. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 63, n. 10 ; Malaise, 1972a, p. 255, n. 10ter ; Bricault, 2001, p. 159.

24 MANN, n. inv. incon. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.67-68, nn. 20-21; Malaise, 1972a, p.255, n.10ter; Bricault, 2001, p.159.

25 MANN, n.inv. 5308, 5310, 5312, 5313, 5315-5316, 5345, 5355-5356. Cf. Catalano, 1963, p.160-161; Tran tam Tinh, 1971, p.58-66, nn. 5-6, 8-9, 12-16; Malaise, 1972a, p.255, n.10 et 10bis; Tran tam Tinh, 1990, I, p.784, nn. 305e-f; p.785, nn. 311b, 313c; C.Pellegris, Statuetta di Iside-Fortuna, dans Arslan, 1997, p.266, n.IV.294; G.Di Stefano, Statuetta di Iside-Fortuna, dans Arslan, 1997, p.446, n.V.76; Bricault, 2001, p.159.

26 MANN, n. inv. 5332, 5366, 24753, 25453, 25458, 25459, 25465, 25466, 25470, 25612 et al. Cf. Catalano, 1963, p.160; Tran tam Tinh, 1971, p.68-75, nn. 23, 26-30, 34-36, 39-44; Malaise, 1972a, p.255-256, nn. 11-13; Tran tam Tinh et al., 1988, I, p.418-425, nn. 28, 48a, 48b, 57, 76, 114, 115, 132a-b, 152; Bricault, 2001, p.159; S.Venditto, Amuleto con Arpocrate, dans De Caro, 2006, p.195, n.III.75-77; S.Venditto, Pendente con Arpocrate, dans De Caro, 2006, p.195, n.III.79.

27 MANN, n. inv. 4934. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 96, n. 71 ; Malaise, 1972a, p. 257, n. 18 ; Kater-Sibbes et Vermaseren, 1977, II, p. 24, n. 305 ; Malaise, 1978, p. 652 ; Bricault, 2001, p. 159.

28 MANN, n. inv. 3452, 6274 et al. Cf. Catalano, 1963, p.159; Tran tam Tinh, 1971, p.76-79, nn. 47-50.

29 AH, n.inv. 1218 (SAP 76496). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.80, n.52.

30 MANN, n. inv. incon. Cf. Catalano, 1963, p. 160, 182 (où on propose une provenance de la Casa d’Argo) ; Tran tam Tinh, 1971, p. 80-81, nn. 53-53bis ; Malaise, 1972a, p. 256, n. 14 ; Bricault, 2001, p. 159.

31 MANN, n.inv. incon. Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.81, nn. 55-56; Malaise, 1972a, p.256, n.14.

32 AH, n. inv. 344 (SAP 75620). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 56, n. 3 ; Malaise, 1972a, p. 257, n. 19 ; Tran tam Tinh, 1990, I, p. 786, n. 319a ; G.Di Stefano, Statuetta di Iside Panthea, dans Arslan, 1997, p. 445, n. V.74 ; Ascione et Pagano, 2000, p. 111-112 ; Bricault, 2001, p. 159 ; R. De Bonis, Statuetta di Iside Panthea, dans De Caro, 2006, p. 176, n. III.27.

33 AH, n. inv. 349 (SAP 75625). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 66, n. 17 ; Malaise, 1972a, p. 255, n. 10bis ; Bricault, 2001, p. 159 ; R. De Bonis, Statuetta di Iside Fortuna, dans De Caro, 2006, p. 176, n. III.28.

34 AH, n. inv. 351 (SAP 75627). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 69, n. 24 ; Malaise, 1972a, p. 255, n. 13 ; Bricault, 2001, p. 159 ; R. De Bonis, Statuetta di Arpocrate, dans De Caro, 2006, p. 176, n. III.29.

35 AH, n. inv. 2263a et b (SAP 77559a et b). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 66-67, nn. 18-19 ; Malaise, 1972a, p. 255, n. 10 bis ; Bricault, 2001, p. 159 ; R. De Bonis, Statuetta di Iside Fortuna, dans De Caro, 2006, p. 176-177, n. III.30 et 31.

36 AH, n.inv. 1756 (SAP 77034). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.73, nn. 37-38; Malaise, 1972a, p.255-256, n.13; Bricault, 2001, p.159; S.Venditto, Due amuleti con Arpocrate, dans De Caro, 2006, p.195, n.III.78.

37 AH, n.inv. 1755 (SAP 77033). Cf. Catalano, 1963, p.160; Tran Tam Tinh, 1971, p.79-80, n.51; S.Venditto, Pietra intagliata con scena egittizzante, dans De Caro, 2006, p.195, n.III.80.

38 AH, n.inv. 2073 (SAP 77354). Cf. R. De Bonis, Statuetta di Iside Fortuna in trono, dans De Caro, 2006, p.180, n.III.41.

39 AH, n.inv. 2582 (SAP A/77879). Cf. Tran Tam Tinh, 1971, p.72, nn. 31-33; Malaise, 1972a, p.255-256, n.13; Bricault, 2001, p.159; Guzzo, 2003, p.107-108, n.I.16; Gasparini, 2006, p.122.

40 AH, n.inv. 2582 (SAP D/77879). Cf. Tran Tam Tinh, 1971, p.81, n.54; Malaise, 1972a, p.256, n.14; Guzzo, 2003, p.108, n.I.22; Gasparini, 2006, p.122; S.Venditto, Amuleto a forma di sistro, dans De Caro, 2006, p.194, n.III.72.

41 AH, n.inv. 1446 (SAP 76724). Cf. Catalano, 1963, p.156-159; Tran tam Tinh, 1971, p.56-58, n.4; Malaise, 1972a, p.254, n.9; Tran tam Tinh, 1973, p.73-74, n.A.25; Tran tam Tinh, 1990, p.778, n.234; G.Di Stefano, Statuetta di Iside lactans, dans Arslan, 1997, p.446; Ascione et Pagano, 2000, p.96-97; Bricault, 2001, p.159; R. De Bonis, Statuetta di Iside lactans, dans De Caro, 2006, p.178, n.III.35; Gasparini, 2006, p.122.

42 Je suis la leçon donnée par Catalano, 1963, p. 158-159. Contra Della Corte, 1958, p. 282, n. 571 et Malaise, 1972a, p. 254, n. 9 : Παυσανίας ἐποιη[σε]; Tran tam Tinh, 1971, p. 58, n. 3 et RICIS 504/0101 : Παυσάνιας ἐποιη[σεν].

43 MANN, n.inv. 1107. Cf. Catalano, 1963, p.153; Tran tam Tinh, 1971, p.52-55, n.2; Malaise, 1972a, p.256, n.16; Parslow, 1995, p.148; Bricault, 2001, p.159; Gasparini, 2006, p.121, 126 (II.83, Base con geroglifici).

44 AH, n.inv. 1420 (SAP 76698). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.69-70, n.25; Malaise, 1972a, p.255-256, n.13; Gasparini, 2006, p.121, 126 (II.84, Statuetta di Arpocrate).

45 AH, n.inv. 1421 (SAP 76699). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.61-62, n.7; Malaise, 1972a, p.255, n.10bis; Tran tam Tinh, 1990, I, p.785, n.312c; G.Di Stefano, Statuetta di Iside-Fortuna, dans Arslan, 1997, p.445, n.V.73; Gasparini, 2006, p.121, 127 (II.86, Statuetta di Iside-Fortuna. Erratum corrigé: la photographie ne correspond pas au texte d’auteur). Cette pièce, de la seconde moitié du iie siècle avant J.-C., est jumelle d’un exemplaire analogue déjà cité (note 25, n. inv. 5315), produit du même moule, mais dont la provenance exacte n’a pas été enregistrée.

46 MANN, n.inv. 24606. Cf. Catalano, 1963, p.149, 179, n.696; Parslow, 1995, p.138, fig.36; Gasparini, 2006, p.121. La bulla, d’origine étrusque, été portée à Rome par les jeunes avant d’avoir atteint l’âge viril : dans le monde isiaque c’est donc typique du jeune dieu Harpocrate.

47 N. inv. 1309.

48 AH, n.inv. 772 (SAP 76049). Cf. S.Venditto, Grani e ciondoli di collana (con scarabeo), dans De Caro, 2006, p.215, n.III.139. Il s’agit de huit pendentifs parmi lesquelles un scarabée d’agate. Peut-être n’est-ce pas seulement une coïncidence si une découverte analogue a été faite dans la même “Casa a Graticcio” : un collier de 17 pendentifs parmi lesquelles cinq scarabées en cornaline, agate et pierre dure. Cf. AH, n.inv. 162 (SAP 75438). Cf. S.Venditto, Grani e ciondoli di collana (con scarabei), dans De Caro, 2006, p.215, n.III.138.

49 MANN, n.inv. 3711; CIL X 929. Cf. Ruggiero, 1885, p.xxxix et 248; Ruesch, 1911, n.962; Peterson, 1919, p.286; Maiuri, 1958, p.127; Catalano, 1963, p.162-165; Tran tam Tinh, 1971, p.63, n.11; Malaise, 1972a, p.257, n.20; Guadagno, 1978, p.155; Guadagno, 1981, p.131; Guadagno, 1995, p.127, n.25; Pagano, 1996, p.247-248; Parslow, 1995, p.136-137; Bricault, 2001, p.159; Gasparini, 2006, p.121.

50 AH, n.inv. 1429 (SAP 76707). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p.76, n.46; Malaise, 1972a, p.257, n.21; Ascione et Pagano, 2000, p.107-108; Bricault, 2001, p.159; Gasparini, 2006, p.122, 127 (II.85, Statuetta di Bes).

51 MANN, n.inv. 184 (Coll. Égypt.). Cf. Tran tam Tinh, 1971, p. 75, n. 45 ; Malaise, 1972a, p. 258, n. 22 ; R. De Bonis, Statuetta di Bes, dans De Caro, 2006, p. 182-183, n. III.46.

52 AH, n.inv. 2168 (SAP 77449). Cf. Botti, 1963; Catalano, 1963, p.155-156; A.Calderini, c.r. de Botti, 1963, dans Aegyptus, 44, 1964, p.341; Tran tam Tinh, 1971, p.51-52, n.1; Malaise, 1972a, p.257, n.17; Ascione et Pagano, 2000, p.85; Bricault, 2001, p.159; Gasparini 2006, p.122, 126 (II.82, Statua di Atoum); Capriotti Vittozzi, 2008.

53 Capriotti Vittozzi, 2008, p. 96.

54 Capriotti Vittozzi, 2008, p. 102.

55 Beloch, 1890, p.247-272; Pagano, 1990; Pagano, 1993.

56 Strabo, V 4, 8.

57 Sisenna, fr. 53-4 Peter; Cinque et Irollo, 2008.

58 Dion. Hal., Ant. Rom., I 44.

59 Robotti, 1991, p.283.

60 Allroggen-Bedel, 1983.

61 Parslow, 1995.

62 MANN, n.inv. 5133. Cf. Ruggiero, 1885, p.218; Catalano, 1963, p.140; Parslow, 1995, p.130-131.

63 MANN, n.inv. 5227. Cf. Ruggiero, 1885, p.236; Catalano, 1963, p.145; Parslow, 1995, p.135.

64 MANN, n.inv. incon. Cf. Ruggiero, 1885, p.322; Catalano, 1963, p.144.

65 MANN, n.inv. 5270. Cf. Ruggiero, 1885, p.261; Catalano, 1963, p.149; Parslow, 1995, p.138.

66 MANN, n.inv. incon.

67 Maiuri, 1958, p.113-143.

68 Pagano, 1996.

69 Maiuri, 1958, p.113.

70 Ruggiero, 1885, p.233-234; Maiuri, 1958, p.120.

71 Maiuri, 1958, p.120, 122.

72 Maiuri, 1958, p.131.

73 Jashemski, 1993; Pagano, 1996, p.246.

74 MANN, n.inv. 6073.

75 MANN, n.inv. 5997.

76 Pagano, 1996, p.247.

77 AH, n.inv. 1623 (SAP 76901). Cf. Pagano, 1996, p.248; Gasparini, 2006, p.121.

78 AH, n.inv. 3044 (SAP 78341). Cf. Pagano, 1996, p.248; Ascione et Pagano, 2000, p.86.

79 AH, n.inv. 2663 (SAP 77960).

80 AH, n.inv. 3945 (SAP 79242). Cf. A.Maiuri, 1954; Catalano, 1963, p.170; Ascione et Pagano, 2000, p.89; Guidobaldi, 2005, avec références supplémentaires.

81 Fest., p. 370 et 372 Lindsay.

82 De Vos, 1980, p. 21-22, n. 10.

83 Pagano, 1996, p.244. Contra Maiuri, 1958, p.118. La thèse de Pagano a été confirmée par le résultat des études de Nicolas Monteix. Cf. Monteix, 2010.

84 Pagano, 1990; Pagano, 1993, p.598-599; Pagano, 1996, p.243; Monteix, 2010, p.213-223.

85 Della Corte, 1958, p.260, 281-289.

86 Bastet et de Vos, 1979, p.53-61. Cf. Moormann, 1986.

87 Monteix, 2010, p. 223-228.

88 Guadagno, 1995; Monteix, 2010, p.228-230.

89 Ruggiero, 1885, p.xxxviii-xi.

90 Mau, 1899, p.544.

91 Peterson, 1919, p.289-290.

92 Beloch, 1890, p.271.

93 Maiuri, 1958.

94 Maiuri, 1958, p.137.

95 AE 1947, 53; AE 1976, 144.

96 Maiuri, 1958, p.134.

97 Maiuri, 1958, p.118-120.

98 Maiuri, 1958, p.125, 142-143.

99 Maiuri, 1958, p.122.

100 Maiuri, 1958, p.142.

101 Maiuri, 1958, p.124.

102 Maiuri, 1958, p.125.

103 Maiuri, 1958, p.128.

104 Maiuri, 1958, p.127.

105 Catalano, 1963, p.165.

106 Pagano, 1996, p. 245.

107 Pappalardo, 2001, p. 935.

108 Yegül, 1993, p.380.

109 Yegül, 1993, p.389.

110 Yegül, 1993, p.391, n.17.

111 À titre d’exemple Maiuri, 1958, p.190, n.59; Catalano, 1963, p.137-138, 149; Tran tam Tinh, 1971, p.2-3; Guzzo 1997, p.346.

112 Pagano, 1996, p.245.

113 MANN, n.inv. 3708. Cf. Catalano, 1963, p.147-149; Tran tam Tinh, 1971, p.91, n.64; Guadagno, 1981, p.135-136; Guadagno, 1995; Parslow, 1995, p.134-135; Nonnis, 2009, p.480.

114 Ruggiero, 1885, p.231-232.

115 Tran tam Tinh, 1971, p.93, n.67.

116 Tran tam Tinh, 1971, pp. 92-93, n.66.

117 Tran tam Tinh, 1971, pp. 93-94, 97, nn. 68-68bis.

118 AH, n.inv. 812 (SAP 76089). Cf. Ascione et Pagano, 2000, p.105.

119 AH, n.inv. 3892-3901, 3904-3907 (SAP 79189-79198, 79201-79204). Cf. Ascione et Pagano, 2000, p.88.

120 M. P.Guidobaldi, Introduzione alla città e alle opere in mostra, dans Guidobaldi, 2008, p.23.

121 Guadagno, 1981, p.136; Guadagno, 1995, p.122.

122 Pagano, 1996, p.246.

123 Della Corte, 1958, p.280, n.523; AE 1980, 248.

124 Gasparini, 2006, p.122-123; Gasparini, 2007a, p.81-82.

125 Yegül, 1993, p.369.

126 Maiuri, 1958, p.137.

127 Yegül, 1993, p. 380.

128 Passim Catalano, 1963.

129 Borlenghi, 2010.

130 E. De Ruggiero, Dizionario epigrafico, II.1, Rome 1961, p.49, s.v. campus.

131 Pagano, 1996, p.243-246.

132 Mühlenbrock et Richter, 2005, p.70-71.

133 Catalano, 1963, p.149, 169.

134 Maiuri, 1958, p.191, n.80; Catalano, 1963, p.169.

135 Catalano, 1963, p.170.

136 Clerc, 1994.

137 Clerc, 1994, p.134-135.

138 Catalano, 1963 p.161.

139 Peterson, 1919, p.288.

140 CIL XIV 324. Cf. Berlioz, 1997.

141 Guadagno, 1995, p.122.

142 Pensabene, 2008, p.22.

143 Colin, 1994; Dunand, 2000.

144 RICIS 503/1123; 504/0406; 505/0301; 511/0401-2; 515/0901.

145 RICIS 505/0901.

146 Gasparini, 2009. Contra Adamo Muscettola, 1994.

147 Ap., Met., XI 5.

148 Tran tam Tinh, 1972, p.xviii.

149 Guadagno, 1995, p.127, n.25.

150 Gasparini, 2007, p.82-87 et surtout Gasparini, 2010.

151 Ap., Met., XI 21.

152 Ap., Met., XI 20.

153 Meyboom et Versluys, 2000, p. 121.

154 Gialanella, 2001 ; Bricault, 2008, p. 116 (RICIS 504/0407).

155 Guadagno, 1995, p.122-126.

156 Catalano, 1963, p.138-143.

157 MANN, n.inv. 8848; CIL IV 1176; ILS 3694. Cf. Catalano, 1963, p.152; Tran tam Tinh, 1971, p.82, n.57; Malaise, 1972a, p.253, n.5; De Salvia, 1994; S.Venditto, Arpocrate, dans De Caro, 2006, p.187, n.III.57.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Planche I : Tableaux avec scènes de rituel isiaque, vraisemblablement l’“Inventio Osiridis” (De Caro, 2006
Légende 1. Sacrifice et ostension du vase sacré en or ; 2. Danse mise en scène par un prêtre masqué en Bès.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-1.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Planche II : Éléments mis au jour dans les boutiques de la prétendue “Palaestra” donnant sur le cardo V (Tran tam Tinh, 1971 et De Caro, 2006)
Légende 1. Statuette en terre cuite d’Isis allaitant Harpocrate ; 2. Sistre en bois ; 3. Amulettes en bronze représentant Harpocrate.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Planche III : Statuettes en bronze trouvées dans la prétendue “Palaestra” (Tran tam Tinh, 1971 et De Caro, 2006)
Légende 1. Isis-Fortuna ; 2. Harpocrate ; 3. Bès ; 4. Bès (exemplaire découvert à Herculanum, du même moule du précédent, mais de provenance exacte inconnue).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Planche IV : Autres découvertes de la prétendue “Palaestra” (De Caro, 2006)
Légende 1. Base en bronze en forme de temple égyptien ; 2. Bulla en or ; 3. Bulla en or (exemplaire découvert à Herculanum, mais dont la provenance exacte est inconnue) ; 4. Statue en basanite du dieu Atum.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-4.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Planche V
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Planche VI : Plan général d’Herculanum.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-6.png
Fichier image/png, 944k
Titre Planche VII
Légende 1. Plan des fouilles menées entre 1743 et 1746, rédigée par Pierre Bardet de Villeneuve (Guidobaldi, 2008) ; 2. Dessin des restes du plafond effondré, décoré avec 966 étoiles, du vestibule inferieur de la prétendue “Palaestra” (Parslow, 1995).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-7.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Planche VIII : Dessin de la prétendue “Palaestra” : vue en perspective (Maiuri, 1958)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-8.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Planche IX
Légende 1. Le porche corinthien de la cour ; 2. La piscine rectangulaire attenant au cryptoportique.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-9.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Planche X : Fontaine à l’intersection des bras de la piscine cruciforme avec statue en bronze représentant l’Hydre de Lerne (Guidobaldi, 2005)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-10.png
Fichier image/png, 739k
Titre Planche XI : 1. La “Sala Absidata” (De Caro, 2006) ; 2. Le cartibulum en marbre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-11.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Planche XII
Légende 1. Inscription mentionnant le travail de restauration, financé par l’empereur Vespasien, du temple de la Mater Deum détruit par un tremblement de terre (Coarelli, 2009) ; 2. Applique en bronze avec buste d’Attis (Ascione et Pagano, 2000) ; 3. Sima augustéenne avec taureau et lion trouvée dans une pièce du cryptoportique (Ascione et Pagano, 2000) ; 4. Fresque représentant Harpocrate Genius / huius loci / montis à côté d’un autel rond sur lequel un serpent essaie de manger les œufs et les fruits déposés comme offrandes (De Salvia, 1994).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3438/img-12.png
Fichier image/png, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentino Gasparini, « La “Palaestra” d’Herculanum : un sanctuaire d’Isis et de la Mater Deum », Pallas, 84 | 2010, 229-264.

Référence électronique

Valentino Gasparini, « La “Palaestra” d’Herculanum : un sanctuaire d’Isis et de la Mater Deum », Pallas [En ligne], 84 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3438 ; DOI : 10.4000/pallas.3438

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org