Navigation – Plan du site
Varia

Neuf années de Guerre de Troie

Nine years of Trojan warfare
Michel Woronoff
p. 287-297

Résumés

La puissance du royaume de Priam se fonde sur la place privilégiée de Troie, à l’embouchure des Détroits, les courants de l’Hellespont imposant de débarquer la plupart des marchandises pour les acheminer par voie de terre. L’emprise du pouvoir de Priam s’étend sur les Dardaniens et les Lyciens, tous peuples de Troade, l’intervention des Lyciens de Sarpédon devant beaucoup à leur homonymie. De plus, Priam a su mener une politique matrimoniale qui lui a assuré l’appui des rois de Troade du sud. Au reste, une fois le blocus d’Ilios assuré, les opérations se déroulent dans cette région, avec la prise de Lyrnesse et de Thèbe où Achille s’empare d’une lyre, témoin d’une tradition poétique troyenne, et d’un lingot de fer, preuve d’une technique métallurgique avancée.

Haut de page

Texte intégral

1Au bout de neuf années de guerre, les Achéens, éloignés de leurs bases, n’ont plus qu’un seul souhait, rentrer chez eux et retrouver leur famille. Les piteux essais de manipulation psychologique tentés par Agamemnon ne servent qu’à renforcer ce désir. Au chant II il faut toute l’habileté d’Ulysse, mais aussi sa brutalité, pour rameuter les soldats, prompts à se ruer sur les bateaux et à curer les fosses de halage, à la moindre annonce de retour. Mais, une fois l’ordre rétabli, il est nécessaire encore de redonner du cœur aux troupes et Ulysse s’y emploie ; c’est lui qui va rappeler la prédiction de Calchas, lors du regroupement à Aulis : Lors d’un sacrifice, près d’une source et d’un platane, un horrible serpent est apparu aux Achéens. Après avoir dévoré huit oisillons blottis dans le feuillage, il avait attrapé la mère en neuvième. Calchas alors avait prédit qu’au bout de neuf ans, lors de la dixième année de guerre, la ville serait prise.

  • 1 Iliade XXIV 544-545. J’ai plaisir à proposer ces quelques pages en hommage amical à Jean-Claude Car (...)

2Mais l’affaire ne va pas sans risques. Le royaume de Priam est bien plus puissant que celui de Laomédon. Achille en indique l’étendue : « Tout ce que limite, vers la mer Lesbos, apanage de Macar et, vers l’intérieur, la Phrygie et l’immense Hellespont. »1. Même si Homère ne nous donne que peu de renseignements sur les étapes de la montée en puissance du royaume de Priam, l’alliance avec les Phrygiens, sur le front du Sangarios où ils se heurtent aux Amazones coïncide certainement avec un progrès important, puisque les forces de Priam peuvent opérer maintenant à grande distance de leur territoire. Depuis la Première Guerre de Troie et la chute de Laomédon, Priam a pu reconstituer un État redoutable.

  • 2 Depuis que les fouilles de Korfmann ont mis au jour des installations à Besika, on a tendance à oub (...)

3Les Troyens tirent partie de leur situation géographique privilégiée, à l’entrée des Dardanelles. Contrairement à ce que l’on a pu penser, Troie contrôle bien le commerce dans les Détroits, non pas que la flotte troyenne puisse en interdire l’accès, mais, en raison du meltem, soufflant du nord-est et des courants du Bosphore, – que les navires de charge débarquent leur cargaison dans la baie de Besika, sur la côte ouest2 ou qu’ils fassent relâche sur la côte nord, au port des Achéens, – les marchandises doivent être acheminées par voie de terre, en suivant la route du Nord de la Troade, puis réembarquées une fois parvenues en Mer de Marmara. Les Princes de Troie devaient prélever de fructueux péages à l’occasion de cette rupture de charges. Les vases crétois du musée de Çanakkale en portent témoignage.

  • 3 Iliade XXII 49-51.
  • 4 Iliade VI 415-420. Il s’agit sans doute d’Edremit, cf. Cook, 1973, p. 267.
  • 5 « Les survivants de Troie » dans Reconstruire Troie p. 9-25.

4De plus Priam a su pratiquer une politique matrimoniale qui l’a assuré sur son flanc sud. Il a épousé la fille du Roi des Lélèges, Laothoé, qui lui a apporté un douaire considérable3. Son fils Hector a pour femme Andromaque, fille d’Éétion, roi de Thèbe sous le Placos, au pied des pentes sud de l’Ida, sur le golfe d’Adramyttion4. J’ai déjà eu l’occasion5 de souligner à quel point la Troade du Sud et de la côte ouest est présente dans la dernière version de l’Iliade. Deux jeunes captives, dont le rôle est considérable, sont issues de villes de cette région, Chryséis vient de Chrysè et sa restitution déclenche la compensation exigée par Agamemnon ; l’enlèvement de Briséis, la jeune femme de Brisa, sur l’île de Lesbos, entraîne le retrait d’Achille du champ de bataille.

  • 6 Je répète, en suivant Paul Faure, que l’a de Πάρις étant bref, sa transcription française doit être (...)
  • 7 Iliade XXIV 262.

5À l’époque qui précède immédiatement la Seconde Guerre, Priam vieillissant règne toujours. Mais il laisse l’essentiel du pouvoir à Hector d’abord, mais aussi à Paris6. L’affaiblissement du contrôle qu’il exerce sur l’activité de Paris va entraîner comme conséquences l’affrontement prévisible et terrible avec la puissance achéenne, après le rapt d’Hélène. Le vieux roi n’est guère plus heureux, à l’exception d’Hector, avec ses autres fils auxquels il reproche d’être tout juste capables de danser ou de voler des poules aux fermiers troyens7.

  • 8 Iliade VI 289-291.
  • 9 Iliade II 590.
  • 10 Iliade III 442-446.

6Nous ne savons que peu de chose sur les événements qui précèdent immédiatement la Seconde Guerre. C’est à peine si Homère nous indique quel trajet Paris a pris en amenant Hélène à Troie. Il a suivi la route imposée par les vents étésiens : du Péloponnèse, il a gardé son cap jusqu’à Sidon. Il en a ramené des ouvrières adroites qu’il a confiées à sa mère, exemple remarquable de transfert de technologie. Hécube leur fait tisser des voiles qu’elle serre dans ses coffres ; leur valeur est telle qu’ils sont dignes d’être offerts en présent à une déesse irritée8. Homère ne s’étend pas sur les circonstances de l’enlèvement. Ménélas veut croire qu’Hélène a opposé une certaine résistance à son ravisseur9. Mais la sensualité éclate dans les souvenirs que les amants ont gardés de l’îlot de Cranaé ; si résistance il y eut, elle fut de courte durée10.

  • 11 M. Woronoff, « Patrie, cité et citoyens dans l’Iliade » Antiquité et citoyenneté, p. 77-86.
  • 12 Iliade III 442-446.
  • 13 Iliade XI 123-125 ; 139-142.

7Ménélas et Ulysse vinrent réclamer Hélène aux Troyens et furent introduits dans l’Assemblée troyenne, ce qui suppose un certain degré d’organisation civique11. Bien qu’ils eussent rencontré quelque sympathie auprès des grandes familles rivales des Priamides12, en particulier celle des Panthoides, ils ne purent obtenir satisfaction. Il faut dire que Paris n’avait rien négligé pour s’assurer de solides appuis à l’intérieur de l’assemblée. Il avait même soudoyé quelques notables pour qu’ils proposassent ce qu’il n’osait entreprendre lui-même : tuer sur place les deux ambassadeurs13. L’or répandu à foison et le crédit personnel de Paris empêchèrent donc que l’on restituât Hélène et ses trésors avec.

  • 14 Iliade II 701-702.
  • 15 Cf. Scott, 1945, p. 187.
  • 16 On trouve cette indication dans la Chrestomathie de Proclos p. 105, 1.
  • 17 Il y a contradiction entre le texte de Thucydide I, 11, 1, traduit par J. de Romilly : « mais une f (...)
  • 18 Iliade IX 328-329. Pourquoi onze villes sur terre et non douze, comme sur mer ? Le poète laisse ain (...)
  • 19 Iliade XI 625-626.
  • 20 Iliade II 226-228.

8Les Troyens ne parvinrent pas à repousser le débarquement achéen, malgré une bataille sur la plage ; au cours de cet engagement Protésilas, « premier à sauter » sur le sol de Troie, en fonction de son nom parlant, fut tué par un « Dardanien »14. Son meurtrier, contrairement à une opinion répandue, n’était pas nécessairement un habitant de Dardanie15, mais un habitant de la Troade au sens large. On doit s’appuyer, pour le comprendre, sur le vers XVI 807 où Euphorbe est désigné comme un Dardanien, alors que c’est un Troyen de bonne souche dont le père, Panthoos, siège au Conseil. Homère ne dit pas si ce Dardanien était Hector, au contraire des Chants Cypriens qui lui accordent l’honneur de la première victoire16. Mais cette bataille permet aux Achéens de s’installer solidement en Troade. Bien plus, dès l’établissement de leur camp17, ils rayonnent sur tout le territoire, à la fois pour s’assurer le contrôle des voies de communication et pour interdire l’arrivée de secours. En fait leur blocus n’est pas total, puisque Astéropée et Rhésos peuvent venir de Thrace. Ce faisant les envahisseurs mettent la Troade en coupe réglée. Il s’agit à la fois d’assurer le ravitaillement de l’armée et de s’emparer de biens et de captives. Les vingt-trois cités qu’Achille se vante d’avoir conquises, onze sur terre et douze sur mer, ne sont sans doute que de gros bourgs18, mais leur pillage renforce l’emprise achéenne sur la Troade. Nous connaissons le récit de plusieurs combats et le nom des villes saccagées. Ténédos fait partie des douze cités maritimes19. Les opérations sont fructueuses et rapportent un butin abondant que les vainqueurs se partagent, en véritables Frères de la Côte. On accorde toujours la meilleure part à Agamemnon qui conserve la charge de la guerre devant Troie20.

  • 21 Iliade II 825.
  • 22 Leaf, 1923, p. 181.
  • 23 Iliade II 824 ; IV 104-147 et V 166-296.
  • 24 Xénophon Helléniques IV, 1, 15. Cf. Leaf, 1923.
  • 25 Iliade VIII 172-173.
  • 26 Iliade XIII 149-150.
  • 27 Iliade VI 77-78.
  • 28 Contre cette opinion Nilsson, 1932, p. 57 sq. En ce sens, Wilamowitz, 1920, p. 304-305, et 1925, p. (...)
  • 29 Iliade XVI 666-683.

9La souveraineté de Priam s’étend sur l’ensemble de la Troade, depuis les Dardaniens d’Énée jusqu’aux Lyciens de Pandare, qui « boivent les eaux noires de l’Ésèpe », sur la Mer de Marmara21. Leur cité de Zélée est située sur un affluent de l’Ésèpe, à Sarı Köy22. Les Lyciens « opulents » forment l’un des trois contingents du corps de bataille troyen et leur chef, Pandare, joue un rôle déterminant aussi bien dans la rupture de la trêve que dans la résistance à l’offensive de Diomède. Il blesse d’une flèche Ménélas, au mépris des serments, puis trouve la mort au côté d’Énée en essayant, vainement, d’arrêter l’élan meurtrier du fils de Tydée. La cité de Zélée apparaît trois fois dans l’Iliade : dans le Catalogue des Troyens et à propos du sacrifice que Pandare se propose d’accomplir en l’honneur d’Apollon, une fois de retour chez lui23. La richesse de la plaine de l’Ésèpe, dont Zélée est la capitale, est attestée par Xénophon24. Elle explique certainement le poids des Lyciens dans la guerre et leur nombre : le poète célèbre « les rangs puissants des soldats au bouclier rond, venus des bords de l’Ésèpe ». Toutefois, grâce à leur homonymie, les Lyciens de Sarpédon ont éclipsé cette image dans l’Iliade. Quand il est question de Lyciens, l’auditeur ou le lecteur est souvent tenté de relier cette mention aux guerriers venus des rives du Xanthe, à la suite de leurs deux rois, Sarpédon et Glaucos. La réalité est différente. Les Lyciens de Zélée sont l’un des peuples puissants de la Troade. Il est naturel qu’Hector compte sur eux dans la bataille et les encourage pour les lancer à l’assaut. C’est pourquoi l’apostrophe habituelle « Troyens, Lyciens et Dardaniens » ne s’adresse pas forcément aux lointains alliés des Troyens. Par deux fois, le poète souligne qu’Hector n’interpelle que les seuls habitants de la Troade : « Hector s’adressa aux Troyens à grands cris : ‘Troyens, Lyciens et Dardaniens combattants de première ligne !’... »25 et « il cria d’une voix éclatante en s’adressant aux Troyens : ‘Troyens, Lyciens et Dardaniens combattants de première ligne’... »26. Hector s’appuie donc en premier lieu sur les trois contingents troyens : Troyens d’Ilios, Lyciens de Zélée, Dardaniens. Il a quelque raison de le faire, car c’est à eux qu’il peut demander d’arracher un dernier effort à leurs corps épuisés, pour repartir à l’assaut ou veiller aux avant-postes. Au reste, au chant VIII comme au Chant XIII, l’appel d’Hector n’est entendu que des Troyens et les Lyciens de Sarpédon n’interviennent pas. À la mort de Pandare, les troupes lyciennes passent sous l’autorité d’autres chefs. C’est ainsi qu’Hélénos s’adresse à Hector et à Énée : « Énée et Hector, car c’est vous surtout qui avez la charge des Troyens et des Lyciens, parce que vous êtes les meilleurs en toute affaire, pour combattre et pour réfléchir »27. La phrase ne peut se comprendre que si elle s’applique aux Lyciens de Zélée, privés de leur chef par la mort de Pandare et qui se sont rangés sous le double commandement d’Hector et d’Énée. Les Troyens de Zélée sont donc insérés de longue date dans la tradition de la guerre de Troie. Ils y sont chez eux ; c’est leur présence qui a permis de rattacher à la tradition troyenne les exploits de guerriers de Lycie du Sud28. Selon toute vraisemblance, l’homonymie est ancienne et Homère en a tiré parti pour insérer dans l’Iliade un prince qui ne manque pas une occasion de rappeler qu’il est vraiment « venu de très loin » pour secourir Troie. Au reste, une fois qu’il est abattu par Patrocle, Sommeil et Trépas viennent l’emporter en Lycie où l’attend un tombeau à la description très précise29.

  • 30 L’archéologie confirme peut-être cette tradition, puisque le peuplement de Troie VI présente toutes (...)

10On s’interroge sur le statut de Dardanie. Pour Leaf, ce n’est qu’un district rural, sans cité constituée. Mais elle a pour elle l’antiquité de sa fondation. Si nous en croyons Énée, c’est Dardanos lui-même qui a rassemblé le peuple troyen. Homère le présente comme fils de Zeus, c’est-à-dire fils de ses oeuvres, ce qui coupe court à toute discussion généalogique. L’émergence de la dynastie dardanienne coïncide avec une rupture nette avec le passé et peut-être l’installation d’une couche de population nouvelle30.

11Zélée et Dardanie, protégées par leur éloignement, sont restées à l’écart de la guerre. Il n’en va pas de même pour les cités du Sud.

  • 31 Iliade II 691-693 ; XIX 59-60, 295-296 ; XX 89, 192.
  • 32 Elle est originaire de Brisa, dans l’île de Lesbos, comme Chryséis vient de Chrysè. C’est plus tard (...)
  • 33 Iliade XIX 287-300.
  • 34 J’ai bénéficié, grâce à la courtoisie du directeur de l’Institut national géographique turc, de la (...)
  • 35 Iliade XX 89-96.
  • 36 Iliade XIX 59-60.

12Les deux villes les plus importantes dont les Achéens se soient emparés sont Lyrnesse et Thèbe sous le Placos. Lyrnesse se trouve sur le chemin de Thèbe, au pied du mont Ida, au bord du golfe d’Adramyttion ; elle était défendue par Mynès et Epistrophe, fils d’Evénos, le Sélépiade31. Sa capture n’est pas facile, mais Achille l’emporte d’assaut. Parmi les jeunes femmes emmenées en esclavage, il y a la jolie Briséis32, femme d’un habitant de Lyrnesse, à laquelle Achille s’attache, tandis que Patrocle, avec gentillesse, la soutient de son amitié33. Dans la même région Pédase est écrasée au passage. On reconstitue assez facilement sur la carte34 le trajet d’Achille. D’après le récit d’Énée, Achille a lancé une attaque contre les troupeaux que les Troyens avaient mis à l’abri, à quelque distance de la cité, dans les contreforts de l’Ida. Énée, sans doute chargé de la surveillance de cette réserve de nourriture, voit soudain se dresser devant lui un redoutable voleur de bétail, Achille, aidé par Athéné35. Il cherche à se replier sur Lyrnesse, mais Achille l’y rejoint, s’empare de la ville et de Pédase. Puis, sur la route du sud, il continue vers Thèbe qu’il met aussi à sac. La soudaineté de l’attaque s’explique fort bien : Achille a transporté ses troupes par mer jusque dans le golfe d’Adramyttion. En effet, au moment de se réconcilier avec Agamemnon, Achille regrette que Briséis ne soit pas morte subitement, au retour, sur le bateau36. Il avait ensuite regagné le camp achéen en emportant dans ses coques les bœufs, les femmes, les trésors. On est bien tenté de conclure, en suivant sur la carte d’état-major le trajet d’Achille, que le poète devait, non seulement avoir vu les sites, mais encore bien les connaître, pour décrire ce circuit avec tant de cohérence.

  • 37 Iliade XXI 448-449.
  • 38 Iliade XX 91-92, 188-191.

13Pourquoi Énée se trouve-t-il sur l’Ida ? Sans doute parce qu’il garde aussi les bœufs de Dardanie et que les Troyens ont l’habitude de faire paître leurs troupeaux dans les vallons de l’Ida37. Toutefois il est difficile de tomber d’accord avec la traduction de P. Mazon qui fait dire à Énée : « C’était sur l’Ida, le jour où il attaquait nos bœufs puis détruisait et Lyrnesse et Pédase. » et à Achille : « Ou bien aurais-tu oublié le jour où je t’ai fait courir loin de tes bœufs ? De là tu as pu te sauver à Lyrnesse »38. Il est impossible, sauf à faire intervenir un merveilleux, déplacé ici, de croire qu’Homère permette à Achille, dans la même journée, de razzier les troupeaux d’Énée et de détruire et Pédase et Lyrnesse. Mais Homère dit simplement ὅτε « quand ». L’aoriste πέρσε, « il a détruit » se justifie par référence à l’événement que rappellent Énée et Achille mais n’impose pas l’idée que tout se soit passé le même jour.

  • 39 Iliade XX 261-263.

14C’est à cette occasion que l’un des plus vaillants des Troyens se rencontre avec Achille. Le souvenir qu’il garde de l’affrontement est amer. Il n’a pu tenir le choc et n’a dû son salut qu’à la rapidité de sa fuite. Achille l’en raille quand Énée s’avance pour l’affronter au Chant XX. La reculade d’Énée est mentionnée à deux reprises à quelques vers d’intervalle. Cette défaite grandit cependant le héros dardanien, car il lui faut surmonter sa peur pour attaquer Achille une deuxième fois. Pour le poète, le vrai courage n’est pas inconscience, il est fait de peur dominée. Au reste, même Achille connaît la peur dans le même passage, quand la lance d’Énée heurte son bouclier39.

  • 40 Iliade VI 424 ; II 690-691.
  • 41 Iliade VI 425-427.

15Il a fallu plus de temps à Achille pour venir à bout de Thèbe sous le Placos. C’était le beau-père d’Hector, Éétion qui organisait la défense de la cité. Ses sept fils trouvèrent la mort au cours de l’opération. Ils furent probablement surpris en dehors des murs car ils gardaient leurs troupeaux, en pleine paix pastorale, quand Achille se jeta sur Thèbe. En effet tous les sept périrent le même jour, auprès de leurs bœufs. Mais Achille ne put s’emparer de la ville dans l’élan40. Toujours est-il qu’il finit par détruire la cité, tuer les hommes et emmener les femmes en esclavage41. Parmi ces dernières se trouvait la mère d’Andromaque que son père dut racheter à Achille. En effet, ce dernier tire des profits lucratifs du pillage de la Troade.

  • 42 Iliade XXIII 826-829. On a tiré argument de la présence de ce bloc pour considérer le Chant XXIII c (...)
  • 43 Iliade XVI 152-154. Sur ces attelages et en particulier sur le bricolier, voir Woronoff, 1983.
  • 44 Iliade IX 186-189.

16Thèbe est la première ville importante que les Achéens aient pu piller. Ils ne se lassent pas d’en énumérer les trésors. On ne peut se défendre de l’impression qu’ils sont émerveillés par les richesses qu’ils y découvrent. Encore faut-il faire la part de la volonté d’Achille d’accroître son prestige par l’importance de ses prises. Les vainqueurs mettent la main sur des métaux rares comme le bloc de fer qu’Achille place comme prix du lancer de disque42. Ils s’emparent de célèbres pur-sang, capables de rivaliser avec les chevaux immortels d’Achille : Pédase, le cheval d’Éétion devient le bricolier du char d’Achille43. Ils admirent enfin des objets d’art, conçus par une civilisation raffinée : la cithare ouvragée à traverse d’argent dont Achille touche, en chantant les poèmes de l’ancien temps, vient du sac de Thèbe. Achille l’a choisie pour lui dans le butin44.

  • 45 Voir Woronoff, 2009, p. 13.
  • 46 Iliade XX 307-308.
  • 47 Il est remarquable que le terme d’aoidos, aède, n’apparaisse dans l’Iliade qu’à deux reprises : la (...)

17Cet affrontement entre habitants de la Cilicie, voisins et alliés de Troie, et Achéens, comporte plusieurs enseignements. L’image qu’Homère nous propose des cités troyennes « aux temps heureux de la paix » est paisible et bucolique. Les troupeaux sont les biens les plus précieux et les gens de Thèbe en confient la garde aux fils de leur roi. Les objets d’art sur lesquels les Achéens font main basse témoignent par leur qualité pour le haut niveau atteint par la civilisation de la région. La cithare de Thèbe permet de supposer que ni la musique ni surtout la poésie ne sont absentes de cette culture45. En fait, le poète n’était pas contraint par la logique interne de son récit d’indiquer la provenance de la cithare d’Achille, mais il confirme ainsi l’existence de poèmes troyens, chantés par et pour l’aristocratie et dont on pourrait difficilement penser qu’ils n’étaient pas à l’éloge des grands de Troade. Il est probable qu’entre les poèmes chantés dans les îles et en Grèce et ceux du pays troyen le fonds était commun : c’était celui des exploits des héros anciens, chacun s’attachant plus particulièrement à célébrer les ancêtres de sa race. Il n’y a aucune raison de supposer que cette tradition se soit brutalement interrompue avec la chute de Troie, puisque Troyens et peuples alliés ont continué à habiter la région, comme Homère le laisse prévoir et comme le confirme l’archéologie46. Une partie des poèmes recueillis par la tradition et dont Homère s’inspire pour composer son épopée a dû être d’origine troyenne47.

  • 48 Et non « difficile à travailler » (mit vieler Mühe bereitet), comme le propose Frisk, 1960, p. 773. (...)
  • 49 Iliade XXIII 832-835.
  • 50 Hérodote I, 28 et Forbes, 1972, p. 13-24 et 29.
  • 51 Strabon 13,1, 33.
  • 52 Forbes, 1972, p. 8-10. Troie VIIb2, cinquante ans après la destruction de VIIa, connaissait l’usage (...)

18Un autre élément du butin conquis à Thèbe laisse entrevoir l’une des caractéristiques les plus originales des cités troyennes : la possession du fer, « produit d’un long travail »48. Achille offre le bloc de fer pillé dans la ville d’Éétion comme prix pour le vainqueur du lancer de disque ; le maître des jeux met en avant son utilité : « Aussi loin que s’étende son domaine fertile, il pourra en user pendant cinq années entières. Berger ni laboureur, par manque de fer, n’auront à partir pour la ville : il leur en fournira. »49. Le fer proposé en rançon ou en prix apparaît donc comme un métal précieux. C’est en effet la difficulté de la réduction et de la fonte du minerai de fer qui fait sa rareté. La mention du fer revient vingt-six fois dans l’Iliade, contre deux-cent-soixante-dix-neuf allusions au bronze. Si nous laissons de côté l’usage des outils de fer (pour lequel nous avons un exemple troyen et un exemple achéen), les comparaisons et les références aux dieux, nous constatons que toutes les mentions du fer sont directement ou indirectement liées à la civilisation troyenne. Or la métallurgie du fer est connue des Chalybes de Mer noire avant 1400 et des Hittites entre 1700 et 1400 avant J.-C.50. Il y a des gisements de fer à Cébrénè, en Troade du Sud51 et l’industrie du fer semble très ancienne sur l’Ida qui offrait le bois dur de ses chênes pour les hautes températures requises par les fourneaux. « Les légendes de daimones et de héros forgeant le fer peuvent difficilement appartenir primitivement à l’Ida crétois, mais sont au contraire à localiser dans le domaine de l’Ida phrygien, où il y avait une très ancienne industrie du fer. »52. La mention du bloc de fer d’Éétion renvoie donc à une réalité ancienne. Il s’agit probablement d’une loupe brute de fonte, provenant d’une forge forestière et non d’une météorite qui n’aurait pu être forgée. Loin d’être un anachronisme, la mention du fer dans la société troyenne remonte donc aux plus anciens âges de la métallurgie du fer en Asie mineure.

  • 53 Iliade XX 217 c’est ainsi que je comprends πεπόλιστο, l’enceinte n’étant pas encore construite par (...)

19Enfin il faut noter que ce sont les remparts de Thèbe qui arrêtent l’assaut des Achéens et leur ont imposé un siège pénible. Les enceintes fortifiées constituent une caractéristique des bourgs de Troade. Les villes ne deviennent réellement cités qu’une fois leurs murailles achevées. Énée rappelle devant Achille qu’à l’époque de Dardanos Troie n’était pas encore « constituée en cité dans la plaine »53 C’est pourquoi le poète accorde autant d’importance à l’édification des murs de Troie. La légende des dieux-bâtisseurs montre bien que les murailles n’ont pas seulement valeur militaire, mais possèdent un pouvoir magique, l’ajustement des pierres, œuvre des dieux étant protégé par eux.

20Dans ces entreprises de pillage, il n’est pas question du bon droit des Achéens. L’esprit de lucre semble seul animer les héros et la nécessité où ils se trouvent de vivre sur le pays. Ce sont donc les troupeaux de bœufs qui sont la cible de leurs razzias. Les fils d’Éétion sont tués près de leurs bœufs ; Énée rappelle à Hector qu’Achille en voulait à leurs bœufs sur l’Ida quand il l’a affronté et Achille se flatte de l’avoir fait courir loin de ses bœufs. On ne peut prétendre qu’Éétion doive payer pour les torts du frère de son gendre. On constate donc qu’une des premières batailles de la Seconde Guerre, dans un secteur extérieur mais important, est dépourvue de tout caractère de vengeance.

  • 54 Jaeger, 1964, p. 36 : « Les héros se traitaient les uns les autres avec un respect constant, puisqu (...)
  • 55 Iliade VII 76-91.
  • 56 Iliade XXII 254-259, 261-267. Je rappelle à cette occasion qu’avec Edmond Lévy je comprends le verb (...)

21Achille lui-même reconnaît la noblesse de son adversaire en lui accordant les honneurs de la guerre : il laisse au corps d’Éétion ses armes ouvragées et lui élève un tombeau de terre. Ces attentions témoignent de l’estime dans laquelle il tient le roi de Thèbe et de l’élévation de son propre caractère ; elles montrent aussi qu’il n’est dans son cœur aucune haine pour l’adversaire malheureux. Il se conforme au code implicite du héros homérique qui exige que l’on respecte l’honneur d’autrui pour pouvoir être respecté54. Du côté troyen on observe la même courtoisie : au chant VII, dans son défi, Hector propose à son futur adversaire achéen de restituer son corps s’il triomphe et réclame pour lui un traitement identique55. Il tentera de s’entendre aussi avec Achille au chant XXII, mais essuiera un refus56.

  • 57 Iliade XXI 40-44. Le marché se trouve à Lemnos. Les îles sont le lieu commun du trafic servile. Les (...)
  • 58 Iliade XXI 34-39. Il est probable qu’Homère situe la scène dans le bosquet de figuiers devant leque (...)

22Avant le meurtre de Patrocle, la guerre est pour Achille une source de revenus plus qu’une occasion de venger Ménélas. Au contraire d’Agamemnon, le Péléide préfère capturer ses ennemis vivants et les rendre contre rançon. Pour lui ces échauffourées ne comportent ni haine ni hostilité, elles sont tout simplement profitables. Il tirera même un certain avantage de sa générosité à l’égard de Priam, car la rançon d’Hector lui restera comme récompense de sa victoire. Certes Achille est venu en Troade pour conquérir la gloire, mais les parts d’honneur, les objets précieux donnés en échange des prisonniers représentent la part tangible de ses exploits ; gloire et intérêt sont ici confondus. On peut aisément s’entendre avec Achille, il suffit de payer ! En effet, les Troyens sont contraints par le harcèlement achéen de se replier sur la cité d’Ilios. Leurs communications avec le monde extérieur deviennent difficiles. Même les environs immédiats de la ville sont exposés aux attaques. Lycaon a été ainsi enlevé par Achille au cours d’un raid de nuit et vendu sur le marché des îles57. Le prince troyen était occupé à couper des branches de figuier pour façonner une rampe de char58. L’heure choisie étonne, mais elle s’explique par les difficultés que présentent des sorties de jour pour les Troyens et en dit long sur l’insécurité croissante. Un tel coup de main n’offre clairement aucun intérêt militaire et s’apparente plutôt à un enlèvement, conforme à ceux des pirates phéniciens. La brusque transformation d’Achille n’en paraîtra que plus terrible aux Troyens : la mort de Patrocle le métamorphose en une sorte de berseker, héros sanguinaire, insensible aux supplications. Lorsqu’il tombe sur Lycaon, le jeune prince croit revivre l’épisode précédent et imagine être relâché contre rançon. Le jeune fils de Priam ne comprend pas que les règles du jeu ont changé.

  • 59 Iliade IX 352-354. Le pluriel indique la complexité du système défensif de la Porte Scée, comparabl (...)
  • 60 Iliade IX 353-355.

23Les Troyens tentent de desserrer l’étreinte et quelques combats encore ont lieu sous les murs de Troie, avant que la supériorité militaire des Achéens ne contraigne les soldats de Priam à s’enfermer derrière leurs bastions. Les assiégés s’enhardissent parfois jusqu’à s’avancer devant l’ensemble fortifié de la porte Scée et jusqu’au chêne, repère isolé mais proche de Troie59. C’est là qu’Hector, comme Énée, osa un jour attendre Achille60. Ce premier duel est comme une répétition avant celui qui opposera les deux hommes au Chant XXII. Mais comme Énée devant Lyrnesse, Hector réussit à échapper à Achille qui ne semble guère acharné à poursuivre ses adversaires. Il est vrai qu’il n’a encore aucune raison de s’obstiner à les rattraper.

  • 61 Iliade V 202-203.
  • 62 Iliade XXI 40-41.
  • 63 Iliade X 434-435 et X 156. Astéropée aussi n’est arrivé que depuis onze jours.

24À la dixième année du siège, la marge de manoeuvre de Troie est limitée. La ville continue à résister grâce à l’afflux des alliés qui parviennent à la rejoindre. Mais le blocus devient de plus en plus étroit. Les habitants de Troie ne connaissent pas encore la disette, mais ils éprouvent quelques difficultés à assurer l’approvisionnement en fourrage nécessaire pour les chevaux de guerre. Alliés et Troyens hésitent à faire subir à leurs coursiers les rigueurs d’un siège. Tel est le cas du Lycien de Troade, Pandare, qui a laissé ses chevaux à l’abri à Zélée et doit utiliser l’attelage et le char d’Énée61. Il va sans dire que le blocus n’est pas total ; bien des alliés et des Troyens de l’extérieur ont pu passer à travers les mailles assez lâches du filet achéen. Une filière a permis à Lycaon, vendu à Lemnos, envoyé ensuite à Arisbé, de revenir au foyer paternel. Il n’est arrivé à Troie que depuis onze jours62. De nombreux renforts continuent d’affluer de Thrace ou de Péonie63. Toutes les villes de Troade ne sont pas occupées ni détruites ; Zélée est intacte puisque le précieux attelage de Pandare s’y trouve à l’abri. Dardanie ne semble pas avoir été attaquée. Cependant, au terme de ces neuf années de guerre, la ville est prise au piège. L’Iliade nous la présente dans cette situation particulière, exceptionnelle, consciente de vivre ses derniers jours, proche de sa fin et pourtant exacerbée dans sa volonté de vivre.

Haut de page

Bibliographie

Blegen, C.W., 1963, Troy and the Trojans, Londres.

Bryce, T., 2006, The Trojans and their Neighbours, Routledge Londres et New-York,

Cook, J.M., 1973, The Troad, An Archaelogical and Topographical Survey, Oxford University Press ;

Finsler, G., 1925, Homer, Leipzig-Berlin.

Forbes, R.J., 1972, Studies in Ancient Technology, IX, Metallurgy in Antiquity, part 2, Leyde.

Frisk, H., repr. 1960, Griechisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelberg.

Jaeger, W., 1964, Paideia, Paris.

Leaf, W., 1923, Troy : A Study in Homeric Geography, Londres.

Malten, L., 1944, Homer und die Lykischen Fürsten, Hermes, LXXIX, p. 1-12.

Nilsson, M.P., 1932, The Mycenaean Origin of Greek Mythology (réimpr. U. of California Press, Berkeley, 1972).

Scott, J.A., 1945, Homer and Hector, AJPh, p. 187-189.

Wilamowitz-Moellendorff, U. von, 1920.Die Ilias und Homer, Berlin.

Wilamowitz-Moellendorff, U. von, 1925, Die griechische Heldensage, II Sitz. Ber. Berl. Akad.

Woronoff, M., 1983, Les chevaux de Troie, dans C. Froidefond (éd.), Mélanges Édouard Delebecque, Aix-en-Provence, p. 487-496.

Woronoff, M., 2002, Patrie, cité et citoyens dans l’Iliade, dans St. Ratti (éd.), Antiquité et citoyenneté, PUFC Besançon, p. 77-86.

Woronoff, M., 2007, Chevaux et cavaliers dans l’Iliade, dans M.-Th. Cam (éd.), La médecine vétérinaire antique, PUR Rennes, p. 19-33.

Woronoff, M., 2009, Les survivants de Troie, dans M. Fartzoff, M. Faudot, É. Geny et M.-R. Guelfucci (éd.), Reconstruire Troie, PUFC Besançon, p. 9-25.

Hérodote, Enquête, éd. et trad. Ph. E. Legrand, Belles-Lettres, Paris, 1932.

Homère, Iliade, D.B. Monro et Th.W. Allen (éd.), Oxford Classical Library, 3ème éd., 1920.

Strabon, Géographie, éd. et trad. H.L. Jones, Londres, 1929.

Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, éd. et trad. J. de Romilly, Belles-Lettres, Paris, 1968.

Xénophon, Helléniques, éd. et trad. J. Hatzfeld, Belles-Lettres, Paris, 1936.

Haut de page

Notes

1 Iliade XXIV 544-545. J’ai plaisir à proposer ces quelques pages en hommage amical à Jean-Claude Carrière, puisque je n’ai pu le faire dans son volume de Mélanges, en souvenir du travail accompli en commun pour la défense et l’illustration de nos études classiques, à la Faculté des lettres de Besançon.

2 Depuis que les fouilles de Korfmann ont mis au jour des installations à Besika, on a tendance à oublier que, pour Homère, les Achéens ont, non pas mouillé en eau profonde, mais halé leurs bateaux sur une longue plage, au bord de l’Hellespont. Trevor Bryce fait observer (The Trojans, p. 125, n. 36) que la localisation du Port des Achéens remonte au moins à Homère.

3 Iliade XXII 49-51.

4 Iliade VI 415-420. Il s’agit sans doute d’Edremit, cf. Cook, 1973, p. 267.

5 « Les survivants de Troie » dans Reconstruire Troie p. 9-25.

6 Je répète, en suivant Paul Faure, que l’a de Πάρις étant bref, sa transcription française doit être orthographiée « Paris », sans confusion possible avec la ville du même nom. On laissera l’accent circonflexe au diacre Pâris et aux financiers du xviiie siècle.

7 Iliade XXIV 262.

8 Iliade VI 289-291.

9 Iliade II 590.

10 Iliade III 442-446.

11 M. Woronoff, « Patrie, cité et citoyens dans l’Iliade » Antiquité et citoyenneté, p. 77-86.

12 Iliade III 442-446.

13 Iliade XI 123-125 ; 139-142.

14 Iliade II 701-702.

15 Cf. Scott, 1945, p. 187.

16 On trouve cette indication dans la Chrestomathie de Proclos p. 105, 1.

17 Il y a contradiction entre le texte de Thucydide I, 11, 1, traduit par J. de Romilly : « mais une fois arrivés et victorieux au combat (ce qui est sûr, autrement ils n’auraient pas construit le rempart protégeant leur camp) » et la description de la construction du même mur au chant VII, à la dixième année de la guerre. De plus, comme on le voit au Chant VII, la construction du mur est signe de faiblesse et de repli et non de victoire. On peut lever la contradiction au prix d’une simple correction : si l’on supprime le ἄν on peut comprendre ainsi : « une fois débarqués, ils eurent le dessus dans le combat (c’est évident : ils n’eurent pas besoin de construire de ligne de défense pour leur camp) ».

18 Iliade IX 328-329. Pourquoi onze villes sur terre et non douze, comme sur mer ? Le poète laisse ainsi entendre que Troie viendra bientôt compléter la liste des cités emportées d’assaut, dans l’intérieur des terres.

19 Iliade XI 625-626.

20 Iliade II 226-228.

21 Iliade II 825.

22 Leaf, 1923, p. 181.

23 Iliade II 824 ; IV 104-147 et V 166-296.

24 Xénophon Helléniques IV, 1, 15. Cf. Leaf, 1923.

25 Iliade VIII 172-173.

26 Iliade XIII 149-150.

27 Iliade VI 77-78.

28 Contre cette opinion Nilsson, 1932, p. 57 sq. En ce sens, Wilamowitz, 1920, p. 304-305, et 1925, p. 239 ; Finsler, 1925, p. 17 ; Malten, 1944, p. 4-5.

29 Iliade XVI 666-683.

30 L’archéologie confirme peut-être cette tradition, puisque le peuplement de Troie VI présente toutes les caractéristiques d’une nouvelle culture : « Une rupture avec le passé est manifeste sur le site et il n’y a aucun doute que nous devons considérer comme certaine l’arrivée d’une nouvelle souche humaine » (Blegen Troy p. 111).

31 Iliade II 691-693 ; XIX 59-60, 295-296 ; XX 89, 192.

32 Elle est originaire de Brisa, dans l’île de Lesbos, comme Chryséis vient de Chrysè. C’est plus tard, mais avant l’époque d’Homère, que l’on attribue à Briséis un père du nom de Brisès (I 392).

33 Iliade XIX 287-300.

34 J’ai bénéficié, grâce à la courtoisie du directeur de l’Institut national géographique turc, de la carte d’État-major au 1/200 000° de la région.

35 Iliade XX 89-96.

36 Iliade XIX 59-60.

37 Iliade XXI 448-449.

38 Iliade XX 91-92, 188-191.

39 Iliade XX 261-263.

40 Iliade VI 424 ; II 690-691.

41 Iliade VI 425-427.

42 Iliade XXIII 826-829. On a tiré argument de la présence de ce bloc pour considérer le Chant XXIII comme tardif. En fait, les enquêtes sur le terrain ont montré la présence de hauts-fourneaux rudimentaires sur l’Ida dès le xviie siècle (voir plus loin).

43 Iliade XVI 152-154. Sur ces attelages et en particulier sur le bricolier, voir Woronoff, 1983.

44 Iliade IX 186-189.

45 Voir Woronoff, 2009, p. 13.

46 Iliade XX 307-308.

47 Il est remarquable que le terme d’aoidos, aède, n’apparaisse dans l’Iliade qu’à deux reprises : la première fois dans un vers justement condamné par Aristarque (XVIII 604), la seconde fois pour désigner les chanteurs spécialistes de la lamentation funèbre à Troie (XXIV 720). La différence est grande avec l’Odyssée où le rôle de l’aède, son importance, la considération dont on doit l’entourer sont soulignées à plaisir (voir « La gloire de l’aède ») mais où il demeure dans la dépendance d’un maître. Dans l’Iliade, la poésie apparaît comme un divertissement noble, jeu savant de l’aristocratie ; Achille, au chant IX, chante pour son plaisir et sans qu’intervienne aucun public, sinon Patrocle. L’aède, dans l’Odyssée, occupe au contraire une place bien définie dans la hiérarchie sociale qui lie son existence à la faveur du public. Cette divergence profonde sur le caractère même du poète n’est pas la moins grave que l’on puisse relever entre l’Iliade et l’Odyssée.

48 Et non « difficile à travailler » (mit vieler Mühe bereitet), comme le propose Frisk, 1960, p. 773. Ce ne serait vraiment pas un présent de prix ! Voir Iliade XXIII 826, 839, 834, 844.

49 Iliade XXIII 832-835.

50 Hérodote I, 28 et Forbes, 1972, p. 13-24 et 29.

51 Strabon 13,1, 33.

52 Forbes, 1972, p. 8-10. Troie VIIb2, cinquante ans après la destruction de VIIa, connaissait l’usage du fer (p. 31).

53 Iliade XX 217 c’est ainsi que je comprends πεπόλιστο, l’enceinte n’étant pas encore construite par les dieux.

54 Jaeger, 1964, p. 36 : « Les héros se traitaient les uns les autres avec un respect constant, puisque tout leur système social dépendait d’un tel respect. »

55 Iliade VII 76-91.

56 Iliade XXII 254-259, 261-267. Je rappelle à cette occasion qu’avec Edmond Lévy je comprends le verbe φιλήμεναι ainsi : « il ne nous est pas permis d’établir un lien, toi et moi » et non « de nous aimer, toi et moi » qui est hors de propos.

57 Iliade XXI 40-44. Le marché se trouve à Lemnos. Les îles sont le lieu commun du trafic servile. Les Troyens y achètent leurs esclaves et viennent y réclamer leurs parents et amis ; ils y vendent aussi parfois leurs serviteurs indociles. Nous connaissons le prix de Lycaon : un cratère en argent de six mesures, et les intermédiaires : Patrocle et Eunée, fils de Jason (XXIII 740-746).

58 Iliade XXI 34-39. Il est probable qu’Homère situe la scène dans le bosquet de figuiers devant lequel Hector passe, pourchassé par Achille (XXII 145).

59 Iliade IX 352-354. Le pluriel indique la complexité du système défensif de la Porte Scée, comparable à celui de la porte est de Troie VI et VIIa, protégée par un redoutable bastion.

60 Iliade IX 353-355.

61 Iliade V 202-203.

62 Iliade XXI 40-41.

63 Iliade X 434-435 et X 156. Astéropée aussi n’est arrivé que depuis onze jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Woronoff, « Neuf années de Guerre de Troie », Pallas, 84 | 2010, 287-297.

Référence électronique

Michel Woronoff, « Neuf années de Guerre de Troie », Pallas [En ligne], 84 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://pallas.revues.org/3463 ; DOI : 10.4000/pallas.3463

Haut de page

Auteur

Michel Woronoff

Professeur émérite de langues et littératures anciennes
Université de Besançon
michel.woronoff@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org