Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Claude Domergue, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine

2008, Picard
Nadine Dieudonné-Glad
p. 311-312
Référence(s) :

Claude Domergue, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, 2008, Picard, Paris (collection Antiqua), 240 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage dresse un panorama général de l’exploitation des ressources métallifères dans le monde méditerranéen et ses marges du vie s. av. J.-C. à la fin de l’Antiquité romaine, mais des références utiles sont faites à des périodes plus anciennes. Ainsi, une carte montre les principales mines de cuivre exploitées en Europe au chalcolithique et à l’âge du Bronze. L’auteur traite de ce sujet, qui pourrait apparaître comme complexe et très technique, avec une grande clarté. Il s’appuie sur sa vaste expérience personnelle dans le domaine (C. Domergue, Les mines de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine, 1990 ; C. Domergue et al., Un centre sidérurgique romain de la Montagne Noire. Le domaine des Forges (Les Martys, Aude), 1993), mais aussi sur les travaux récents menés, entre autres, sur les mines d’argent du Laurion (Grèce) par D. Morin et sur les mines d’or de Dacie (Roumanie) par B. Cauuet. Tout au long de l’ouvrage, un soin particulier est apporté à montrer l’éclairage que peut procurer l’exploitation conjointe des données littéraires, d’une part, et archéologiques, d’autre part. Tous les passages des sources antiques citées sont retranscrits et traduits, ce qui permet au néophyte, comme au spécialiste, d’avoir accès à l’information littéraire.

2Un premier chapitre historiographique et méthodologique présente la vision qu’avaient les Anciens de l’exploitation des mines et l’évolution de cette perception au cours du temps, puis aborde les techniques archéologiques d’exploration des mines anciennes. La géologie minière fait l’objet d’un intéressant passage qui confronte vision antique et connaissances géologiques modernes pour conclure à une excellente connaissance empirique des données gîtologiques, en particulier à partir de l’exemple, fort complexe, du gisement de plomb argentifère du Laurion.

3La présentation des principales mines et régions minières du monde antique (chap. 3) est sans aucun doute pertinente pour les minerais des métaux non ferreux, dont la présence est liée à des conditions géologiques particulière. Elle l’est peut-être un peu moins pour le fer, dont les gisements, beaucoup plus nombreux et variés, sont probablement bien moins repérables (cartes 4 et 5). Qui aurait classé la région de la Bazoge dans la Sarthe comme zone minière majeure avant les découvertes fortuites liées à la construction de l’autoroute A28 ? Les chapitres sur la prospection minière, la conduite des mines souterraines et à ciel ouvert abordent l’ensemble des questions liées à la découverte du minerai et à son exploitation : accès au gisement, outillage des ouvriers, évacuation des produits, des déchets et de l’eau de ruissellement, problèmes d’aération de la mine. Toutes ces notions, développées à partir de découvertes archéologiques et de textes littéraires, sont largement illustrées. Pour l’exploitation à ciel ouvert, l’exemple si spectaculaire des dépôts alluviaux de Las Medulas (Espagne) est traité en détails et l’on peut se rendre compte de la convergence entre la description que fait Pline l’Ancien de la ruina montium et les vestiges d’exploitation observés.

4Les techniques minéralurgiques et métallurgiques, assez complexes, sont traitées de manière un peu plus succincte que l’exploitation minière elle-même (p. 143-170). Les vestiges en sont, il est vrai, moins spectaculaires et plus difficiles à identifier, exception faites des grandes laveries des mines d’argent du Laurion et de la mine de Coto Fortuna en Espagne dont les hypothèses de fonctionnement sont détaillées. Par ailleurs, la découverte, aux abords de la mine de Très Minas au Portugal, de pierres portant des cupules adjacentes utilisées comme enclumes pour broyer le minerai avec plusieurs pilons simultanément ouvre la piste de l’emploi de bocards actionnés par l’intermédiaire d’un arbre à came grâce la force hydraulique, dès le Haut-Empire. Cet indice archéologique renvoie à un texte de Pline l’Ancien sur une machine à piler le grain mue par la force hydraulique, mais il faut noter que dans le passage en question (Histoire Naturelle, 18, 23, 97) le terme utilisé par Pline dans la phrase mentionnant la roue à eau est mola et non pila, comme dans le reste du passage. Or, cette innovation technique étant habituellement attribuée au Moyen Âge, la découverte de bocards hydrauliques antiques à arbres à cames renouvellerait complètement un aspect important de l’histoire des techniques. On ne peut cependant exclure, pour produire le mouvement alternatif nécessaire au pilage, l’utilisation d’un mécanisme de rotation excentrique, similaire à celui utilisé pour actionner des scies à débiter le marbre qu’évoque probablement Ausone (Mosella, 35, 359-364). Seule la découverte d’installations de roues hydrauliques conservées permettrait évidemment de trancher.

5La synthèse sur l’organisation des mines fait évidemment plutôt appel aux sources antiques qu’à l’observation archéologique, mais ces dernières permettent cependant d’étayer certaines hypothèses d’interprétation des textes. L’ensemble des modes de gestion attestés par les sources est passé en revue et de très intéressants tableaux permettent de faire le point sur la chronologie ou sur l’historiographie de ces différents modes de gestion, tant dans le monde grec que romain.

6Cette publication apporte une vision très complète des modalités de découverte et d’exploitation des mines dans l’Antiquité, confrontant systématiquement sources littéraires et archéologie. La limpidité du discours la rend, par ailleurs, accessible aux néophytes qui voudraient découvrir cet aspect méconnu de la civilisation antique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Dieudonné-Glad, « Claude Domergue, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine », Pallas, 84 | 2010, 311-312.

Référence électronique

Nadine Dieudonné-Glad, « Claude Domergue, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine », Pallas [En ligne], 84 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/3506

Haut de page

Auteur

Nadine Dieudonné-Glad

Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org