Skip to navigation – Site map
Le syntagme nominal

Expressions de quantité chez Plaute et Térence : les « quantifieurs » multus et magnus

Expressions of quantity in Plautus and Terence :“Quantifiers” multus and magnus
Laurent Moonens
p. 25-33

Abstracts

This paper investigates the use of Latin “quantifiers” multus and magnus in the comedies of Plautus and Terence, as well as their relationships with quantification and with the question words quot? and quantus? A category of “almost mass” nouns reluctant to be quantified by multus is identified on the basis of its tendency to be quantified by magnus.

Top of page

Full text

Remerciements
Le présent travail a pour point de départ un mémoire de M2 réalisé à l’Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès (voir L. Moonens (2013)), que nous continuons actuellement en thèse sous la direction du Professeur O. Spevak. Qu’il me soit par conséquent permis de remercier très chaleureusement ici Madame le Professeur O. Spevak pour son temps, sa compétence et sa disponibilité. Merci également à Madame le Professeur A. Orlandini et à Monsieur le Professeur P. François, qui ont relu ce mémoire et m’ont permis d’en améliorer le contenu, tant sur la forme que sur le fond.

1. Introduction

1. 1. Question d’étude et méthode

1Parmi les questions que le théâtre de Plaute et Térence est susceptible d’éclairer, l’étude des expressions de quantité figure au premier plan. D’abord en raison de l’état ancien et (supposé) spontané de la langue comique – qui est censé la rapprocher de la langue parlée –, puis en raison des thématiques qui y sont abordées (argent, mariages, dettes, etc.) et du style hyperbolique, qui offrent autant de terrains propices à des expressions de quantité.

2Dans le travail qui suit, nous nous proposons d’étudier, dans les œuvres de Plaute et Térence, un aspect particulier de l’expression de la quantité : il s’agira pour nous de tâcher, à l’instar des descriptions qu’ont pu donner Quirk et al. (1986) d’un phénomène comparable en anglais, de déterminer une répartition des emplois de multus et magnus, en syntagme nominal, dans les « expressions quantitatives » latines, en fonction notamment de la typologie du substantif-noyau du syntagme nominal en question.

3À cet effet, il convient de préciser sérieusement ce que nous entendrons par « expressions de quantité », et de fixer le cadre théorique dans lequel nous nous situerons.

1. 2. Les « quantifieurs » et la « quantification » : la nécessité d’une définition « interne »

4Avant toute chose, il convient de circonscrire précisément le domaine de notre étude. Nous avons déjà expliqué le choix de notre corpus (les comédies latines de Plaute et Térence pour l’essentiel), sur lequel nous ne reviendrons pas. Nous préférons nous concentrer ici sur le sens à donner aux termes « quantifieur » et « quantification » dans la suite.

5S’agissant de l’étude de la « quantification » et des « quantifieurs » en général, une attitude possible pour définir la notion de « quantifieur » pourrait consister à suivre M. Wilmet (1986) – qui parle plus volontiers de « quantifiants » – pour définir ces derniers comme « les déterminants indicateurs d’extensité » (nous reviendrons ci-dessous sur ce terme d’extensité). Mais sans locuteur de la langue à disposition, nous ferons plutôt le choix de nommer quantifieur d’un substantif N, en syntagme nominal, un modifieur de ce substantif N susceptible de faire du syntagme nominal qu’il forme avec lui, une réponse à la question « quot (N) ? » – nous parlerons alors de quantifieur appelé par quot ? – ou « quantus, -a, -um (N) ? » – auquel cas nous parlerons de quantifieur appelé par quantus ? La question demeure ensuite de déterminer dans quelle mesure ces quantifieurs participent à des phénomènes de « quantification » – ce que nous nous efforcerons de faire pour les cas de multus et magnus, partie de notre travail dans laquelle il faudra nous pencher sur le sens, à dégager précisément, de ces deux mots dans leurs acceptions de quantifieurs.

2. Le statut de « quantifieur » de multus et magnus

6Que l’adjectif multus, -a, -um participe à l’expression de la quantité en latin est un phénomène bien connu ; dans notre propos, le fait qu’à des interrogations telles que (1) répondent des expressions du type (2) suggère de ranger multus, dans ce type d’occurrences, parmi les quantifieurs. Le cas du pluriel multi, dont le classement parmi la catégorie des quantifieurs est problématique pour l’acception que nous avons choisi de donner à ce terme, sera étudié dans un travail ultérieur.

(1)

Sed lubet scire quantum aurum erus sibi / dempsit et quid suo reddidit patri. (Plaut. Bacch. 663-664)
« Mais je suis curieux d’apprendre ce que mon maître a prélevé pour lui sur la somme, et ce qu’il a rendu à son père. » (trad. Ernout)

(2) 

uidulum cum auro atque argento multo (Plaut. Rud. 1309)
« une valise pleine d’or et d’argent » (trad. Ernout)

7Nous examinerons dans la suite quelle est la participation de multus « quantifieur » à la quantification, mais mentionnons déjà ici qu’il est le quantifieur-type pour indiquer qu’on prend une grande quantité d’une « matière première » (or, argent – comme dans l’exemple (2) –, etc.) ; nous parlerons dans la suite des « emplois physiques » de multus.

8Un substantif courant de la langue latine doit retenir notre attention : le nom pecunia « argent » (nous reviendrons sur le sens de ce mot). Voisin conceptuellement des noms désignant des « matières premières » (il s’agit comme ces derniers d’un nom concret utilisable dans des échanges marchands), la possibilité de voir pecunia accompagné d’un quantifieur est révélée par l’attestation, chez Cicéron, de l’expression quanta <pecunia> :

(3)

Cum ipsa pecunia quae Staieno data est numero ac summa sua non modo quanta fuerit sed etiam ad quam rem fuerit ostendat ? […] Dico […] ad Staienum sescenta et quadraginta milia nummum esse delata. (Cic. Cluent. 87)
« L’argent même qui a été remis à Staienus, par son chiffre et son total, révèle non seulement l’importance de la somme, mais sa destination. […] Je dis […] que l’on a porté chez Staienus six cent quarante mille deniers. » (trad. Boyancé)

  • 1 Nous avons utilisé, dans nos recherches, la base de données Library of Latin Texts (series A),
    www. (...)
  • 2 On le trouve cependant en latin tardif, par exemple chez Lactance (Inst. 3, 25, 16).

9Il est cependant remarquable que le syntagme nominal *multa pecunia ne soit pas attesté1 en latin classique2. On trouve en revanche, dans notre corpus, l’expression magna pecunia pour indiquer une grande quantité d’argent :

(4)

Ego tibi hunc porro seruaui cum magna pecunia. (Plaut. Rud. 1396)
« C’est moi ensuite qui te l’ai conservée avec toute la grande quantité d’argent qu’elle contenait. »

10Malgré l’absence de séquence question-réponse explicite « quanta pecunia ?  magna » dans notre corpus (et, plus largement, dans l’ensemble des textes que nous avons consultés), les indices nous semblent suffisants pour ranger magnus, dans ses emplois en syntagme nominal comme modifieur de pecunia, parmi les quantifieurs. Nous aurons, dans la suite, à expliquer les conditions qui imposent, et en quoi consiste, cette quantification par magnus.

11L’objet de notre étude délimité – à savoir les occurrences de multus et magnus en syntagme nominal où ces derniers sont employés comme quantifieurs –, prenons à présent le temps de fixer un cadre théorique qui nous permettra de dégager la participation de ces deux termes, dans ces emplois, à la quantification.

3. La quantification : quelques repères pour une description théorique

12Il nous semble important de faire d’emblée une distinction fondamentale entre deux phénomènes linguistiques qui nous semblent différents dans leurs natures respectives : la quantification dénombrable et la quantification non-dénombrable, parallèles à deux « représentations du monde » bien décrites par M. Wilmet (1986).

13Pour le grammairien belge, en effet, l’existence de deux représentations : dénombrable (M. Wilmet dit « numérative ») vs. massive, est parallèle à la répartition des « objets du monde » sous les catégories : discret ou dense, lesquelles catégories se révèlent « à l’épreuve de la division (p. ex. « un fragment de cheval n’est plus un cheval » – ce qui fait du cheval un « objet du monde » discret –, « tandis qu’une goutte même infime du vin reste du vin, au moins dans la pensée commune » (Wilmet, 1986, p. 50) – ce qui fait du vin un « objet du monde » dense). Le caractère dénombrable (numératif) ou massif, poursuit le grammairien belge, « répond au critère de la réunion (suivant que l’addition de deux quantités q, p. ex. de cheval ou de vin, laisse subsister entre elles une limite ou entraîne un amalgame) ».

14La quantification dénombrable est bien décrite par la présentation de M. Wilmet ; nous lui emprunterons quelques concepts.

3. 1. La quantification dénombrable dans la présentation de M. Wilmet

15C’est afin de distinguer l’applicabilité d’un mot « hors contexte » et « en contexte » que M. Wilmet (1986, p. 43) choisit de distinguer extensionalité et extension. La première concerne l’applicabilité hors contexte : « L’extensionalité d’un substantif […] ou d’un syntagme nominal désigne l’ensemble des êtres ou des objets auxquels le substantif […] ou le syntagme nominal sont applicables en dehors de tout énoncé » (nous soulignons). La seconde, au contraire, a trait à l’applicabilité en contexte (ibid.) : « L’extension d’un substantif […] ou d’un syntagme nominal désigne l’ensemble des êtres ou des objets auxquels le substantif, l’adjectif ou le syntagme nominal sont applicables en énoncé » (nous soulignons).

16L’applicabilité d’un mot doit, naturellement, être distinguée de son application effective ; c’est à cet effet que M. Wilmet (ibid., p. 47) introduit l’extensité, dont la paternité revient à G. Guillaume (1973), et qui tient compte de l’application effective : « L’extensité d’un substantif ou d’un syntagme nominal désigne la quantité d’êtres ou d’objets auxquels ce substantif ou ce syntagme nominal sont appliqués. »

17À côté de l’extension et de l’extensité, M. Wilmet (ibid., p. 57) introduit encore l’extensivité : « L’extensivité désigne le rapport de l’extensité à l’extension, soit le rapport de (1) la quantité d’êtres ou d’objets auxquels un substantif ou un syntagme nominal sont appliqués à (2) l’ensemble des êtres ou des objets auxquels ils sont applicables ». Deux cas sont alors envisageables : dans le premier cas, l’extensité égale l’extension (le substantif ou le syntagme nominal sont effectivement appliqués à tous les objets auxquels ils sont applicables) et on parle alors d’extensivité extensive ; dans le cas contraire, on parle d’extensivité partitive.

18Toute séduisante qu’est la présentation de M. Wilmet, il nous a semblé que, si elle offrait un cadre admirable à la description de la quantification dénombrable (il s’agit, au fond, de dénombrer des objets désignés), elle ne pouvait pas à strictement parler – et sur ce point nous ne suivrons donc pas cet auteur – offrir une description de la quantification non-dénombrable, qui inclut la quantification dite « massive ».

3. 2. Un exemple de quantification non-dénombrable : la quantification massive

19Le concept d’extension et ses dérivés sont pour nous, nous l’avons dit, des concepts propres à décrire la quantification dénombrable, et non – par exemple – le prototype de quantification non-dénombrable qu’est la quantification massive.

20Pour donner un cadre à une description de la quantification massive, G. Kleiber (1989, p. 77-78) note que « l’extension d’un N (ou de N + Modificateur) intrinsèquement massif, tel que sable, par exemple, est, au contraire, perçue comme homogène : elle rassemble des occurrences non différenciables et ne peut être assimilée par là-même à une classe. À quoi correspond-elle alors ? Nous postulerons qu’il s’agit d’une entité individuelle constituée de l’ensemble de ses occurrences non discernables : […] sable a pour extension le tout formé par la réunion des occurrences (non distinguables) qui sont du sable ». On pourrait parler (c’est le choix que nous avions fait dans notre mémoire de M2 dont ce texte est une suite ; voir L. Moonens, 2013, p. 29-31) d’extensionalité, d’extension, d’extensité et d’extensivité volumiques et étendre de cette façon aux noms massifs la description proposée par M. Wilmet (1986) de la quantification.

3. 3. La quantification en latin

21Pour le cas spécifique du latin, plusieurs auteurs ont proposé des descriptions de phénomènes liés à la quantification. La quantification « logique » (existentielle et universelle) a bénéficié d’une étude très complète par A. Bertocchi, M. Maraldi et A. Orlandini (2010) ; souvent laissée de côté par les grammaires traditionnelles, la catégorie des « quantifiants indéfinis » (dont relèvent les expressions que nous nous proposons d’étudier) est traitée par Ch. Touratier (1994, p. 55-72) au sein d’une section consacrée aux pronoms indéfinis. Dans son étude des déterminants (ACF), H. Fugier (1983) traite également des « quantitatifs » et de leurs propriétés de compatibilité – description à laquelle R. Risselada (1984) a apporté plusieurs modifications affectant aussi la délimitation des quantifieurs. Finalement, dans son étude récente du syntagme nominal, O. Spevak (2014) a remarqué l’insuffisance des présentations de H. Fugier (1983) et R. Risselada (1984) et proposé un schéma plus complexe de la combinatoire des déterminants, dont les quantifieurs forment une sous-catégorie : ce sont des « modifieurs » du nom dont il est possible de dresser une typologie.

  • 3 Nous laisserons de côté le pluriel multi, -ae, a dans cette brève étude, puisque ce « mid-scalar qu (...)

22Le présent texte a l’ambition de contribuer modestement à une étude spécifique des quantifieurs (ou à une sous-classe de ceux-ci), en se concentrant sur le cas des singuliers multus et magnus3, en examinant les liens qui les unissent à l’interrogatif quantus. 

4. Le cas du quantifieur multus, -a, -um : de la quantification massive des matières premières à la modification des abstraits

  • 4 Ils désignent tous deux un suc – celui du Silphium et d’une Férule de Cyrénaïque, respectivement, v (...)
  • 5 Sorte de Laserpicium, voir également J. André, 1985, p. 151.

23Le théâtre de Plaute offre quelques occurrences de multus, -a, -um à côté de noms concrets en représentation massive ; parmi ces occurrences, l’or (aurum) est le nom concret le plus souvent accompagné de multus (voir l’exemple (2)). L’examen des autres occurrences de multus accompagnant un substantif concret en représentation massive dans le théâtre de Plaute – Térence ne fournissant aucune occurrence de ce type – permet d’en dresser une typologie : outre aurum « or » et argentum « argent » déjà mentionnés, multus se rencontre à côté de ce que l’on pourrait appeler des « matières premières » : aqua « eau », lutum « boue », terra « terre », sirpe « Silphium », laserpicium « Laserpicium »4 et magudaris « Magudaris »5, lana « laine » et purpura « pourpre » :

(5)

Luto usust multo, multam terram confode. (Plaut. Rud. 100)
« Il faut beaucoup de mortier ; tire beaucoup de terre. » (trad. Ernout)

24Dans ces circonstances, où nous avons trouvé raisonnable d’affirmer qu’il occupe la fonction d’un quantifieur appelé par quantus ?, multus peut être interprété comme l’indication que l’on a affaire à une grande quantité de la matière première qu’il accompagne, et donc que cette dernière occupe un grand espace.

25Les emplois de multus, -a, -um comme « modifieur » d’un nom autre que massif sont peu nombreux dans l’œuvre de Plaute ; ils se répartissent en un très petit nombre de catégories d’emplois comme modifieur de noms abstraits, mais il est difficile de soutenir que multus y joue toujours un rôle de quantifieur ; peut-être peut-on expliquer la présence de multus à côte de ces noms abstraits par un trait commun à ces derniers et aux noms de matière première : la représentation non-dénombrable.

26Le substantif praeda va à présent nous offrir une transition intéressante des noms de « matières premières » aux « noms de patrimoine ».

5. Le cas du substantif praeda : entre matière première et « nom de patrimoine »

27Une catégorie de noms relevant de près ou de loin de la « langue des affaires » (étudiée en grand détail par L. Nadjo (1989)) – citons les cas du nom-modèle pecunia « argent » ainsi que les principaux exemples dos « dot », hereditas « héritage », res « patrimoine » et praeda « butin » – présente la particularité de n’offrir, à quelques très rares exceptions près pour le substantif praeda, aucune occurrence du syntagme qu’ils pourraient former avec multus, -a, -um. La possibilité d’interroger ces termes par quantus, -a, -um, attestée en latin classique (voir l’exemple (3) ci-dessus), nous suggère naturellement, comme nous l’avons fait pour pecunia, de ranger les occurrences de magnus, lorsqu’il forme avec ces noms un syntagme nominal, parmi les quantifieurs.

28Le cas de praeda doit cependant retenir notre attention, puisqu’il faut expliquer la concurrence de ses emplois avec magnus (6) et des (rares) occurrences classiques de ses emplois avec multus (7) :

(6)

Non edepol praeda magna ! (Plaut. Cist. 732)
« Ce n’est pas que ce soit un gros butin ! » (trad. Ernout)

(7)

Pridie quam urbem iniret in monte Albano triumphauit ; inde ouans multam prae se praedam in urbem intulit. (Liv. 26, 21, 6)
« La veille du jour où il entra dans la Ville, il triompha au Mont Albain ; ensuite, pour son ovation, il se fit précéder, en entrant dans la ville, d’un abondant butin. » (trad. Jal)

29S’agissant de ces dernières, on pourra proposer de les rapprocher des emplois de multus accompagnant des noms de « matière première » : le butin, vu comme un tout indistinct, s’identifie à ce que l’on pourrait d’ailleurs désigner en français – de la même manière qu’on désigne les « matières premières » – par « du butin ». Identifié à un nom massif, praeda « du butin » devient naturellement candidat à être quantifié par multus. Pour appuyer cette interprétation, on pourra signaler le parallèle entre les deux exemples suivants :

(8)

Nam, ut tu scias, / quam ea nunc instructa pulchre ad perniciem siet, / primum iam ancillas secum adduxit plus decem, / oneratas ueste atque auro. (Ter. Heaut. 449-452)
« Or, si tu veux savoir comme elle est aujourd’hui magnifiquement équipée pour ruiner son monde, je te dirai tout d’abord qu’elle a amené avec elle plus de dix servantes chargées de toilettes et de parures. » (trad. Marouzeau)

(9)

Minus sex milia hominum inde effugerunt ; caesa aut capta supra quinque et triginta milia cum signis militaribus septuaginta, carpentis Gallicis multa praeda oneratis plus ducentis. (Liv. 31, 21, 17)
« Moins de six mille hommes réussirent à s’en échapper ; il y eut plus de trente-cinq mille tués ou prisonniers ; on prit soixante-dix drapeaux et plus de deux cents chariots gaulois bondés de butin. » (trad. Hus)

30Dans ces deux exemples, l’expression de l’importance du chargement prime à notre avis sur ce qui le constitue ; apportant une information secondaire, le chargement lui-même constitue un tout, dont il suffit de mentionner la « matière première ». Fait « d’or » (auro) dans les vers de Térence, il est fait « de butin » chez Tite-Live (c’est d’ailleurs par « bondés de butin » que le traducteur de la CUF à choisi de rendre multa praeda oneratis dans l’exemple (9)).

31S’il faut donc admettre (de façon marginale) l’existence du syntagme multa praeda pour signifier « beaucoup de butin », il reste néanmoins que l’expression magna praeda est, s’agissant de désigner un butin important, beaucoup plus fréquente ; c’est cette quantification par magnus des noms de patrimoine, à l’œuvre dans magna praeda, que nous allons à présent étudier.

6. La quantification par magnus des « noms de patrimoine »

32Comme en règle générale praeda, les noms de patrimoine (dont nous avons donné ci-dessus les exemples tirés du théâtre de Plaute et Térence) ne donnent pas lieu à des syntagmes multus, -a, -um (N) avant l’époque tardive. La grande quantité, pour ces noms, est plutôt exprimée par l’adjectif magnus, qui, dans ses emplois « physiques » traditionnels, marque qu’un objet concret, délimité, en représentation dénombrable occupe un grand espace physique :

(10)

Pater / onerauit nauim magnam multis mercibus. (Plaut. Men. 24-25)
« Leur père s’avisa de charger un grand bateau d’une grosse cargaison. » (trad. Ernout)

33Pour expliquer ces emplois, ou tâcher de les circonscrire, nous partirons du nom-modèle pecunia, étudié notamment par L. Nadjo (1989).

34Porteur, chez Plaute déjà, du sens d’ « argent », A. Ernout et A. Meillet, dans leur dictionnaire étymologique (s. v.), rattachent pecunia à pecus « bétail » et lui attribuent à l’origine le sens de « richesse en bétail ». C’est d’ailleurs l’étymologie proposée par Varron dans un passage du De lingua Latina (5, 95). La signification du mot pecunia se serait donc progressivement élargie pour désigner plus généralement la « richesse » et, en particulier, l’« argent ». Cependant, comme le souligne à propos L. Nadjo (1989) à la suite, notamment, des travaux d’É. Benveniste (1969) – qui conteste le rattachement étymologique de pecunia à pecus mais y voit l’expression originelle d’un « patrimoine mobilier » –, les exemples où pecunia est susceptible de s’interpréter en lien avec pecus sont peu nombreux, y compris dans la langue du théâtre de Plaute et Térence, où pecunia désigne plutôt, en général, l’argent « sonnant et trébuchant », pour reprendre les termes de L. Nadjo (1989).

  • 6 On trouve bien sûr des occurrences de ces noms au pluriel, dans des acceptions dénombrables : pecun (...)

35Il faut en tout cas bien constater, pour tirer une conclusion de ce qui précède, que les « noms de patrimoine » forment, du point de vue de la quantification, une catégorie de noms bien particulière ; bien que ces substantifs désignent des « objets du monde » propres à donner lieu à une quantification (souvent) non-dénombrable6, ils ne tolèrent pas la quantification par multus (et s’éloignent donc en cela des noms massifs de « matières premières » dont ils sont sémantiquement proches) mais expriment la grande quantité à l’aide de magnus, se comportant en cela comme des noms « physiques » référents à des réalités concrètes de volume déterminé. On pourra dire qu’ils occupent une position intermédiaire entre celle des noms « massifs » quantifiés par multus et celle des noms concrets en représentation dénombrable, dont la grandeur s’exprime par magnus ; la co-présence, à l’époque classique, des syntagmes multa praeda et magna praeda, et l’évolution de la langue – qui fera à l’époque tardive place aux syntagmes du type multa pecunia – témoigne d’ailleurs bien de cette ambivalence.

7. Conclusion

36Dans ce travail, nous avons voulu proposer une étude des emplois de multus en latin, en focalisant notre attention sur le rapport de ce mot à la quantification, et en nous basant pour cela sur l’approche moderne de la quantification proposée, pour le français, par M. Wilmet (1986) et, pour l’anglais, par des auteurs tels R. Quirk et al. (1985).

37L’analyse du corpus que nous avons choisi pour cette première étude– le théâtre de Plaute et Térence – a montré qu’il était nécessaire de distinguer entre la quantification dénombrable (bien décrite par l’approche de M. Wilmet (1986)) et non-dénombrable.

38La typologie des noms susceptibles d’entrer en combinaison avec un quantifieur entraîne par ailleurs, nous l’avons vu, une répartition d’emplois de multus et magnus absolument remarquable pour exprimer la grande quantité des substantifs en représentation non-dénombrable : à cet effet, les noms de « matières premières » appellent naturellement multus, tandis qu’une catégorie de substantifs que nous avons dénommés « noms de patrimoine » ne se combinent pas avec multus, mais bien avec magnus. Nous nous sommes donc arrêtés sur cette distribution complémentaire.

39S’agissant du rapport qu’entretiennent multus et magnus avec les interrogatifs quot ? et quantus ?, la question de leur classification parmi les quantifieurs est en général délicate –nous y reviendrons dans notre thèse et dans nos travaux ultérieurs ; ce sont en tout cas des quantifiants au sens de M. Wilmet (1986).

Top of page

Bibliography

André, J., 1985, Les noms de plantes dans la Rome antique, Paris.

Benveniste, É., 1969, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, vol. 1 : Économie, parenté, société, vol. 2 : Pouvoir, droit, religion, Paris.

Bertocchi, A. et Maraldi, M., 2010, Mid-scalar quantifiers in Latin, dans P. Anreiter et M. Kienpointner (éds.), Latin Linguistics Today, Innsbruck, p. 193-206.

Bertocchi, A., Maraldi, M. et Orlandini, A., 2010, Quantification, dans Ph. Baldi et P. Cuzzolin (éd.), New Perspectives on Historical Latin Syntax, vol. 3 : Constituent Syntax, Berlin/New York, p. 19-173.

Ernout, A. et Meillet, A., 1985, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, Paris.

Fugier, H., 1983, Le syntagme nominal en latin classique, dans W. Haase, (éd.), Aufstieg und Niedergang der römischen Welt 2, 29, 1, Berlin, p. 212-269.

Guillaume, G., 1973, Principes de linguistique théorique de Gustave Guillaume, Paris/Québec.

Kleiber, G., 1989, L’article LE générique. La généricité sur le mode massif, Genève-Paris.

Moonens, L., 2013, De quelques expressions de quantité dans la comédie latine. Les cas de multus et magnus. Mémoire de M2, Université de Toulouse 2 – Le Mirail, Toulouse.

Nadjo, L., 1989, L’argent et les affaires à Rome des origines au IIsiècle avant J.-C., Louvain-Paris.

Quirk, R., Greenbaum, S., Leech, G. et Svartvik, J., 1985, A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres.

Risselada, R., 1984, Coordination and juxtaposition of adjectives in the Latin NP, Glotta, 62, p. 202-231.

Spevak, O., 2014, The Noun Phrase in Classical Latin Prose, Amsterdam.

Touratier, Ch., 1994, Syntaxe latine, Louvain-la-Neuve.

Wilmet, M., 1986, La détermination nominale. Quantification et caractérisation, Paris.

Top of page

Notes

1 Nous avons utilisé, dans nos recherches, la base de données Library of Latin Texts (series A),
www.brepolis.net ; quand nous écrirons, dans la suite, qu’une expression n’est pas attestée en latin classique, nous signifierons par là qu’elle n’admet pas d’occurrences dans la base de données précitée.

2 On le trouve cependant en latin tardif, par exemple chez Lactance (Inst. 3, 25, 16).

3 Nous laisserons de côté le pluriel multi, -ae, a dans cette brève étude, puisque ce « mid-scalar quantifier » a déjà été étudié du point de vue argumentatif par A. Bertocchi et M. Maraldi, 2010.

4 Ils désignent tous deux un suc – celui du Silphium et d’une Férule de Cyrénaïque, respectivement, voir J. André, 1985, p. 139 et 240-241 respectivement.

5 Sorte de Laserpicium, voir également J. André, 1985, p. 151.

6 On trouve bien sûr des occurrences de ces noms au pluriel, dans des acceptions dénombrables : pecuniae « des sommes d’argent », praedae « des butins », etc. ; mais la quantification réalisée par magnus avec ces substantifs n’est pas une quantification dénombrable.

Top of page

References

Bibliographical reference

Laurent Moonens, « Expressions de quantité chez Plaute et Térence : les « quantifieurs » multus et magnus », Pallas, 102 | 2016, 25-33.

Electronic reference

Laurent Moonens, « Expressions de quantité chez Plaute et Térence : les « quantifieurs » multus et magnus », Pallas [Online], 102 | 2016, Online since 20 December 2016, connection on 20 September 2017. URL : http://pallas.revues.org/3534 ; DOI : 10.4000/pallas.3534

Top of page

About the author

Laurent Moonens

Doctorant, Université Toulouse Jean Jaurès
moonens.laurent@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org