Navigation – Plan du site
Le verbe

Variantes de complémentation : infinitif complétif / proposition complétive à conjonction après les verbes de manipulation

Complement variation: Prolative Infinitive / Conjunctional Subordinate Clause with verbs of manipulation
M. Esperanza Torrego
p. 47-56

Résumés

Cet article étudie la variation entre proposition complétive à conjonction et infinitif complétif avec des « verbes de manipulation » négatifs (prohibeo, impedio, deterreo) et positifs (iubeo, cogo). Nous faisons l’hypothèse que la proposition complétive à conjonction, dans la mesure où elle est moins intégrée dans la proposition principale que l’infinitif complétif, comporte une intégration conceptuelle moins forte. Notre recherche met en lumière quelques facteurs linguistiques qui vont dans le sens de cette hypothèse.

Haut de page

Texte intégral

1. Le problème. Hypothèses et objectifs

1Partant de l’idée, généralement admise par les études linguistiques, que les langues ne conservent pas de variantes formelles en l’absence de motivation fonctionnelle (Givón, 1984, p. 40), nous tenterons de proposer une explication à la différence de construction entre proposition complétive à conjonction (désormais PCC) et infinitif complétif (désormais IC), que l’on trouve après certains types de verbes où cette variation ne correspond pas à une différence en termes de modalité. Le groupe des verbes qui ont fait l’objet de cette recherche est celui des verbes exprimant qu’on impose sa volonté à un autre, aussi appelés verbes « de manipulation » : empêchement, interdiction, coercition, force, etc. (Givón, 1990, p. 518). Les variantes de complémentation sont illustrées dans les exemples (1)-(2):

(1)

Nam circumuallare loci natura prohibebat. (Caes. Gall. 7, 17, 1)
« Car la nature du lieu s’opposait à une circonvallation. »

(2)

Nam multitudo hostium ne circumuenire queat prohibent angustiae loci. (Sall. Catil. 58, 21)
« La multitude de vos ennemis ne peut pas nous encercler : l’étroitesse du terrain l’en empêche. »

  • 1 Nous considérons, comme Lavency, 2003, p. 111-113, que ces infinitifs agissent comme complément du (...)

2Grâce à des travaux comme ceux de Lehmann (1988) et de (Givón, 1980), nous savons que les variantes propositionnelles introduites par une conjonction sont structurellement plus complexes et moins intégrées d’un point de vue syntaxique et sémantique – dès lors qu’elles conservent un bon nombre de traits typiques de la proposition indépendante – que les IC1. Nous retrouvons la même idée dans les travaux sur le latin de Panchón (par exemple, 2003, 377-379, avec une étude sur ut + subj.). Dans cet article, nous partons de l’hypothèse que la différence d’intégration et de complexité doit se refléter dans des traits linguistiques ; notre objectif est donc de dégager ces traits ainsi que l’impact du choix de la PCC sur la manière de présenter l’information.

2. Les données

  • 2 Le corpus pour prohibeo, impedio et deterreo est celui du PHI (5.3) ; pour cogo et iubeo : Cato Agr(...)

3Le tableau 12 reprend les données numériques des constructions trivalentes de verbes analysés.

Tableau 1 : Verbes et compléments

Verbes

Compléments

impedio

prohibeo

deterreo

Iubeo

cogo

occ.

%

occ.

%

occ.

%

occ.

%

occ.

%

PCC

36

85

25

7

22

26,5

10

1,3

11

4,3

IC

21

5

226

63,3

22

2,5

704

88,2

200

77,8

D’autres

43

10

1064

29,7

595

71

846

10,5

467

17,9

Total

42

100

357

100

83

100

798

100

257

100

1 Les seules données attestées sont chez Cicéron (Off. 2, 8, 1 et De orat. 1, 163).
2Cf. Cic. Verr. 1, 14 ; Cic. Verr. 1, 24.
3 Deux avec objet direct (OD) ad + gér. et deux avec OD à l’ablatif d’origine.
4 OD à l’ablatif : primos prohibere ascensu (Caes. Gall. 6, 10, 5).
5 58 occurrences de OD à l’ablatif et 1 occurrence de OD – référence (de + abl.).
6 Argument 3 non explicité.
7 Argument 3 non explicité.

4Nous voyons dans le tableau 1 que le pourcentage relatif des PCC par rapport aux IC varie significativement selon le verbe. Il est plus élevé pour impedio et deterreo, très faible pour prohibeo et insignifiant dans le cas de iubeo et cogo. Cette donnée est révélatrice en elle-même si nous tenons compte du prototype de causativité exprimé par chacun de ces verbes. Nous ne pouvons pas développer ce point spécifique ici mais nous allons, dans les paragraphes qui suivent, évoquer les conditions sémantiques et syntaxiques dans lesquelles nous trouvons la complémentation par PCC ; nous dégagerons des paramètres qui permettent de justifier cette variation formelle de complémentation.

3. La variante la moins intégrée (PCC)

3. 1. Verba impediendi (prohibeo, impedio, deterreo)

5Conformément à Givón, 1980, dans les constructions causatives, l’intégration structurelle d’une proposition subordonnée dans la proposition principale est directement proportionnelle à l’implication de l’agent dans la manipulation exprimée ; autrement dit, plus l’implication est grande, plus la possibilité de trouver des variantes intégrées augmente. Étant donné que les verbes que nous étudions sont des verbes causatifs, lorsque nous avons un infinitif comme forme subordonnée, nous nous attendons, conformément à cette hypothèse, à ce que l’intervention de l’agent 1 (= agent du verbe régissant (VR)) dans la manipulation soit directe, que son implication soit forte, etc. En revanche, lorsque la variante de subordination est une PCC, nous pouvons présupposer une plus grande distance entre l’agent 1 et l’objet de la manipulation. L’analyse des données des PCC montre que l’on trouve effectivement, dans la PCC, des facteurs linguistiques qui peuvent être associés à une implication moins directe ou à une certaine distance entre l’agent 1 et le procès subordonné. Cela s’explique peut-être par le fait que sa participation est présentée comme indirecte ou bien parce l’action ou procès que l’agent 1 manipule est plus difficile à contrôler de façon directe. L’agent 2 (= agent du procès subordonné) conserve donc un plus haut niveau de contrôle sur le procès subordonné. Nous classerons ces caractéristiques en cinq groupes de données, de (a) à (e).

a) Négation syntaxique

  • 3 Moussy, 1987 ; Orlandini, 2003, p. 504-508.

6Le contexte de négation syntaxique dans la proposition principale associé à la présence d’une PCC introduite par quominus a déjà été bien analysé3. Ce contexte est illustré par les exemples (3)-(5) :

(3)

Concedas oportet iis qui nullo suo peccato impediuntur quominus alterius peccata demonstrare possint. (Cic. Div. in Caec. 34)
« Il convient que tu le concèdes à ceux qui n’ont commis aucune faute qui leur enlève le pouvoir de faire connaître les fautes d’autrui. »

(4)

Nihil prohibet quominus mense Iulio ueruacta subigantur. (Colum. 2, 4, 5)
« Rien ne s’oppose à ce que, dès le mois de juillet, on laboure les champs. »

(5)

ne a C. Rusio quidem accusatore deterreri potuit quominus inusitatis uerbis uteretur. (Cic. Brut. 259)
« … que l’accusateur C. Rusius ne réussit même pas à le dégoûter de recourir à des mots inusités. »

7Le changement de polarité de l’ensemble de l’énoncé, dérivé d’une négation syntaxique avec des verbes à négation inhérente (Orlandini, 2003, p. 504-505), suffit à comprendre que l’intervention de l’agent 1 est moins directe. La négation syntaxique modifie en effet le sens du verbe : « ne pas empêcher » équivaut à « permettre, pouvoir ». Le verbe « permettre » implique, effectivement, un rôle de l’agent 1 moins fort dans le procès subordonné que si l’on part d’un verbe « empêcher » : dans la permission, l’agent 1 accepte sans intervenir le comportement d’autrui et l’agent 2 conserve plus de contrôle sur l’action subordonnée ; dans l’empêchement, l’agent 1 peut utiliser sa propre force, par exemple, pour éviter que ce qu’il refuse se produise ; il élimine ainsi directement le contrôle de l’agent 2. La négation syntaxique change donc le type de causatitivité (Kemmer-Verhagen, 1994, p. 120-121) et cela suffit à favoriser le choix d’une PCC à la place d’un IC. Cette même raison explique aussi les occurrences d’interrogation rhétorique à orientation négative (6) :

(6)

Quid impedierit scriptorem quominus exciperet illud quod aduersarius […] dicit ? (Cic. Part. 134)
« Qu’est-ce qui empêcherait le législateur de faire l’exception que l’adversaire lui prête ? »

8En plus, le caractère générique de l’énoncé (6), qui informe sur des événements non spécifiquement arrivés à un moment donné, vient s’ajouter à la négation de l’empêchement. On peut comprendre que la généricité (un des facteurs de faible transitivité, selon Hopper-Thompson, 1980) augmente la distance implicative de l’agent du fait de son caractère de validité générale.

b) Verbe principal au mode non réel (irréel et autres)

9Un deuxième groupe de données est celui des cas où le VR des PCC figure aux formes modales non réelles (irréel, subjonctif volitif ou verbes modaux). Tous les verbes analysés offrent des cas de ce type, comme ceux de (7)-(9), où l’on a un irréel en (7) : impediret, un désidératif en (8) : prohibeant, des irréels à verbes modaux en (9) : potuisti et debuisti prohibere, et un volitif en (10) : deterrere uoluisti.

(7)

Idem enim te impediret quominus mecum esses quod nunc etiam impedit. (Cic. Att. 12, 16, 1)
« Car ce qui t’empêche aujourd’hui d’être avec moi t’en empêcherait encore. »

(8)

Di prohibeant, iudices, ne hoc quod maiores consilium publicum uocari uoluerunt praesidium sectorum existimetur ! (Cic. S. Rosc. 151)
« Que les dieux ne veuillent pas, juges, que cette Chambre, que nos ancêtres ont voulu appeler Conseil de la justice d’État, soit prise pour un poste avancé des dépeceurs de biens ! » 

(9)

Daturus es huic crimini quod et potuisti prohibere ne fieret et debuisti ? (Cic. Div. in Caec. 33)
« Vas-tu lui imputer comme faute ce que tu aurais pu et dû empêcher ? »

(10)

Parmenio cum audisset uenenum a Philippo medico regi parari, deterrere eum uoluit epistula scripta quominus medicamentum biberet quod medicus dare constitueret. (Curt. 6, 10, 34)
« Parménion, qui avait ouï dire que le médecin Philippe voulait empoisonner le roi, écrivit à ce dernier pour le détourner de prendre le breuvage que le médecin se proposait de lui donner. »

10Les énoncés où le mode du VR n’est pas réel, donnent des informations sur un monde virtuel, inventé, et impliquent forcément une atténuation de la manipulation directe de l’agent, puisqu’ils n’informent pas sur des situations factuelles.

c) Atténuateurs d’implication

11Il y a un troisième groupe où le verbe d’empêchement apparaît à proximité d’expressions d’opinion parenthétiques ou subordonnés : subordonnée à credo en (11) ; parenthétiques, comme ut ego interpretor (12).

(11)

Hiemem credo prohibuisse quominus de te certum haberemus. (Cic. Fam. 12, 5, 1)
« C’est l’hiver, je le suppose, qui nous prive de vos nouvelles. »

(12)

Impedior nonnullius offici, ut ego interpretor, religione quominus exponam quam multa P. Sestius … (Cic. Sest. 8)
« Le respect d’une certaine courtoisie, tel que je le comprends, m’interdit d’exposer tout ce que P. Sestius … »

  • 4 Sur les parenthétiques, cf. Bolkestein, 1998, p. 11-15.

12Ce genre d’expressions intervient comme un modalisateur et atténue l’implication du sujet parlant dans la vérité du message émis4. L’atténuation pourrait être associée à un recul du sujet parlant par rapport à l’affirmation exprimée, ce qui pourrait réduire la force de la manipulation exprimée et favoriser le choix d’une PCC. En (12), cette atténuation est en outre combinée à la négation d’un élément de la proposition principale (nonnullius offici) ; nous avons donc ici une combinaison des critères de choix. 

13De même en (13), le VR présente différentes conditions qui suggèrent cette atténuation : la cause de l’empêchement est une entité abstraite, indiquée par le sujet parlant (causa iusta) ; le verbe, à la voix passive, est subordonné à uideo, verbe qui marque de point de vue du sujet parlant. Tout cela indique un empêchement présumé plutôt que réel, et pourtant indirect.

(13)

Te iusta causa impediri quominus ad nos uenias uideo. (Cic. Att. 11, 17a, 3)
« Je vois bien que tu es empêché de venir nous voir par une cause légitime. »

d) Événement subordonné non physique

14Une certaine distance entre l’agent et la manipulation se manifeste lorsque les événements subordonnés sont difficiles à manipuler directement, parce qu’il s’agit d’événements non physiques, de l’ordre de la volonté (14), de la possibilité (voir ex. (1)), de décisions (15), etc.

(14)

quae tanta formido quae tot ac talis uiros impediat quominus pro capite et fortunis alterius […] causam uelint dicere. (Cic. S. Rosc. 5)
« … quelle est cette terreur […] qui détourne tant d’hommes de qualité de prendre la parole pour défendre la vie et les biens d’un autre. »

15Ce même critère, la manipulation des évènements non physiques, pourrait favoriser la PCC dans (15), lorsque la manipulation s’applique sur un verbe dont le premier actant est le Sénat :

(15)

prohibuisse ne decerneretur ut imago sua triumphali ornatu e templo Iouis Optimi Maximi exiret. (Liv. 38, 56, 13)
« (Scipion) s’opposa au décret qui eût permis à son image, vêtue du costume triomphal, de sortir du temple de Jupiter Optimus Maximus. »

16La difficulté de manipulation de ces événements abstraits fait que l’agent 2 conserve un degré de maîtrise de l’événement subordonné plus important qu’en (1), par exemple circumuallare natura loci prohibet, où le contrôle de l’agent 2 est annulé d’une façon physique par les accidents naturels du terrain ; l’agent 2 ne conserve aucune possibilité d’intervention, tandis que, si le fait manipulé n’est pas matériel, il est plus difficile d’éviter que l’agent 2 agisse.

17Nous reconnaissons aussi parfois, à côté du verbe de la subordonnée, d’autres facteurs de diminution de la force causative. C’est le cas par exemple de (14) où la cause de l’empêchement est un sentiment de l’agent (formido), et l’événement ainsi empêché la volonté de se défendre. L’agent est à l’origine de l’empêchement et il est en même temps responsable de son accomplissement : dans des cas comme celui-ci, le contrôle de l’agent n’est pas complètement annulé mais la force de la causativité est affaiblie.

e) Complexité structurelle et complexité informative

18Les facteurs analysés relèvent d’une différence sémantique et sont, d’ailleurs, les mêmes que ceux pour lesquels nous avons proposé une échelle de force causative associée à des verbes comme prohibeo et cogo (Torrego, 2014 ; 2015). Ils font penser aussi aux traits qui configurent l’échelle de transitivité prototypique proposée par Hopper et Thompson (1980), ce qui n’est pas étonnant puisque le prototype causatif est un reflet du prototype transitif. Cependant, si les différences sémantiques envisagées jusque-là expliquent bon nombre de données, elles ne sont pas visibles dans tous les cas ou, du moins, pas avec la même évidence. Un autre groupe de données, dont certains aspects formels pourraient aussi exercer une influence, relève de la complexité structurelle et informative de l’énoncé considéré dans son ensemble, comme on le voit en (16)-(18).

(16)

Potest esse ulla denique maiestas, si impedimur quominus per populum Romanum beneficiorum uirtutis causa tribuendorum potestatem imperatoribus nostris deferamus ? (Cic. Balb. 37)
« Peut-il exister une majesté romaine enfin, si l’on nous empêche de faire décerner par le peuple romain à nos généraux le pouvoir d’accorder des avantages au titre du mérite ? »

(17)

Rex Antiochus demere superstitionem et mores Graecorum dare adnisus, quominus taeterrimam gentem in melius mutaret, Parthorum bello prohibitus est. (Tac. Hist. 5, 8, 2)
« Le roi Antiochus s’efforça de les débarrasser de leurs superstitions et de leur faire adopter les mœurs grecques mais la guerre contre les Parthes l’empêcha de réformer ce peuple abominable. »

(18)

quod is Ephesi se quaestorem ui prohibitum esse dicebat quo minus e fano Dianae seruum suum, qui in illud asylum confugisset, abduceret. (Cic. Verr. 2, 1, 85)
« (M. Aemilius Scaurus) qui déclarait qu’à Éphèse, étant questeur, il avait été empêché par la force d’emmener du temple de Diane son esclave, qui s’était réfugié dans cet asile. »

  • 5 L’argument de la complexité syntaxique est aussi à la base du choix entre cum historique et l’ablat (...)
  • 6 D’autres cas en Cic. Planc. 34 et Sen. Benef. 7, 26, 3.

19Les trois cas se caractérisent par une grande quantité d’information qui donne lieu à une forte complexité syntaxique – non pas dans la PCC, qui est structurellement simple, mais dans l’énoncé dans son ensemble. En (16) le VR de la PCC est assez éloigné de la conjonction quominus. Il en va de même en (17), d’abord parce qu’entre le sujet et le VR il y a beaucoup d’informations subordonnées au participe prédicatif adnisus ; ensuite, parce que la PCC est antéposée au verbe et que son VR, à la voix passive, a un complément d’agent explicité. En (18), la PCC complémente un VR à l’infinitif qui dépend à son tour de dicebat. Les trois énoncés offrent une grande quantité d’informations qui risquent de rendre moins claire une complémentation à l’infinitif alors que la PCC, elle, est bien marquée par la conjonction et par les catégories de son prédicat5. La complexité syntaxique pourrait donc également être un facteur permettant d’expliquer le choix d’une PCC à la place d’un infinitif 6.

f) Autres traits

20Les facteurs proposés jusqu’à présent ne peuvent guère rendre compte des énoncés suivants (19)-(23) :

(19)

Non deieci te ex eo loco quem in locum prohibui ne uenires. (Cic. Caec. 66)
« Je ne vous ai point chassé d’un lieu où je vous ai empêché de venir. »

(20)

Ne lustrum perficerent mors prohibuit P. Furii ; M. Atilius magistratu se abdicauit. (Liv. 24, 43, 4)
« La mort de P. Furius les empêcha de clôturer le lustre ; M. Atilius se démit de ses fonctions. »

(21)

Cum ea ipsa suspicio ne quis exiret deterruisset, redierunt ad naues. (Liv. 37, 13, 10)
« Mais le simple soupçon du piège empêcha toute sortie et les Romains retournèrent à leurs navires. »

(22)

cum […] deterreret eos ne Alpes transirent Italiam petituri (Liv. perioch. 67)
« alors qu’il s’efforce de les faire renoncer au projet de passer les Alpes et de pénétrer en Italie »

(23)

M. Cato suasit rogationem et Mummios tribunos auctoritate deterruit ne aduersarentur rogationi. (Liv. 38, 54, 12)
« M. Caton parla en faveur du projet et usa de son influence pour effrayer les Mummius et les empêcher de s’opposer au projet. »

21Les facteurs qui interviennent dans l’interprétation sémantique de la causativité ne sont pas toujours visibles : parfois c’est plutôt l’interprétation, en fonction du contexte, qui crée l’idée de la distance entre la cause et l’événement qui en découle. Ainsi, dans (19), la forme du VR (parfait), tout comme le type d’événement subordonné, pourraient exprimer une situation à causativité forte (« moi-même, avec mes propres mains, je t’empêchais d’arriver »), or ce n’est pas le cas. L’exemple reproduit une espèce de jeu dialectique dans lequel Cicéron nie avoir expulsé quelqu’un d’un endroit donné puisque cette personne n’avait pas été autorisée à y accéder. Il ne s’agit donc pas d’une manipulation directe, mais plutôt d’une absence de permission. L’exemple (20) présente un cas difficile, parce que la mort est toujours un empêchement direct ; mais dans (20), elle n’est qu’une cause partielle du non-accomplissement de ce dont on parle. L’autre cause directe de cet événement est l’abdication d’Atilius qui est mentionnée dans la phrase suivante. Ici, la mort de Furius n’est pas la cause directe de l’empêchement, mais un facteur parmi d’autres. Dans (21), la dissuasion exprimée affecte l’indéfini nié (ne quis) : le caractère indéfini – comme la généricité – est un facteur d’atténuation de la force causative et il crée un contexte favorable au choix de la complémentation par PCC. Dans (22), le VR est un imparfait conatif ; on découvre, par après, que cette tentative de dissuasion n’a pas eu de résultat. Finalement, en (23), les raisons sémantiques du choix de la PCC semblent moins claires, mais il y a peut-être des raisons formelles d’un autre genre : étant donné que le verbe deterreo a comme complémentation préférentielle un complément à l’ablatif (voir le tableau 1), si l’auteur avait employé le substantif aduersatione, il y aurait eu deux ablatifs à proximité du verbe (auctoritate et aduersatione), ce qui aurait entraîné une ambiguïté. Cela signifie que la morphologie peut aussi jouer un rôle, même si ce n’est pas le facteur le plus important.

22Voyons à présent, en guise de comparaison, dans quel contexte les verbes causatifs à polarité positive, cogo « obliger » et iubeo « ordonner », régissent des PCC (ut + subjonctif). Nous allons leur appliquer les facteurs dégagés pour les verbes à négation inhérente.

3. 2. Cogo et iubeo

23Le choix d’une PCC plutôt que d’un infinitif avec les verbes cogo et iubeo, exemples de verbes de manipulation à polarité positive, est encore plus marqué, puisque, comme on le constate sur le tableau 1, le pourcentage de données est très faible.

3. 2. 1. Cogo

24Dans 11 occurrences, le verbe a une PCC ; dans 10 d’entre elles, on retrouve certains des facteurs mentionnés ci-dessus :

    • 7 Cf. quid minus dignum quam cogere ut … (Cic. Mil. 71).

    a) négation syntaxique ou interrogation rhétorique7 ;

    • 8 Cf. cogi putarem oportere (Cic. Verr. 2, 2, 189) ; coge ut admetiantur (Cic. Verr. 2, 3, 192) ; exi (...)

    b) modalisation non réelle du VR8 ;

    • 9 Cf. cogitur ut decernat (Cic. Verr. 2, 3, 42) ; coegere ut deditionem facerent (Sall. Iug. 91, 5) ; (...)

    c) événements subordonnés non physiques9.

3. 2. 2. Iubeo

  • 10 Nous excluons les deux exemples de Tacite (Tac. Ann.13, 15, 2 et 13, 40, 2) iubeo prend la const (...)

25Les données concernant iubeo s’expliquent de la même manière. Parmi les 8 occurrences documentées10, il y en a 6 qui contiennent une expression formulaire du type uelitis iubeatis, ou qui entretiennent un rapport de coordination avec un autre verbe semblable (rogare, etc.) (24) :

(24)

Centuripinorum senatus decreuit populusque iussit ut quae statuae Verris ipsius et patris eius et filii essent, eas quaestores demoliendas locarent. (Cic. Verr. 2, 2, 161)
« À Centuripe, le sénat décréta et le peuple ordonna que tout ce qu’il y avait dans la ville de statues de Verrès lui-même, de son père et de son fils, les questeurs passeraient un marché pour le faire démolir. »

  • 11 Cf. Petron. 74, 4.

26Dans une occurrence, l’ordre se présente comme indirect (distance accrue)11. Le passage le moins clair semble être (25) :

(25)

Continuo Amphitruo delegit uiros primorum principes ; eos legat, Telobois iubet sententiam ut dicant suam. (Plaut. Amph. 205)
« Sans attendre, Amphitryon choisit l’élite des chefs et en fait ses ambassadeurs ; il leur donne mission de faire connaître aux Téléboens ses intentions. »

27On pourrait défendre ici, au vu de différents exemples assez parlants, que celui qui prononce la phrase a opté pour la PCC afin de suggérer de la distance et d’exprimer, par exemple, une certaine objectivité.

28La complexité informative agit également dans quelques cas. Nous pouvons par conséquent affirmer que, dans la proposition ut + subj. avec des verbes de manipulation à polarité positive, on trouve aussi réunies plusieurs conditions propres à suggérer une distance entre l’agent 1 et le procès manipulé.

4. Conclusions

29L’analyse des données présentées dans cette contribution montre qu’en latin on peut trouver des facteurs de différenciation sémantique du type de ceux que propose Givón (1980), susceptibles d’agir comme des éléments conditionnant le choix entre IC et PCC. Nous constatons aussi que, dans certains cas, la morphologie, la syntaxe et la pragmatique interagissent pour justifier ce choix.

30Les facteurs sémantiques que nous avons détectés dans les PCC et qui peuvent être associés à l’expression d’une distance accrue entre la cause et l’événement causé sont les suivants :

  • a) Négation syntaxique : elle change la polarité de l’ensemble de l’énoncé et, donc, la forme d’intervention de l’agent du VR.

  • b) Modalisation du VR : n’importe quel mode non réel réduit la spécificité de l’événement subordonné et change le type de manipulation de l’agent du VR.

  • c) Atténuateurs d’implication : ils modifient la responsabilité du sujet parlant quant au contenu du message.

  • d) Événements subordonnés abstraits : ils sont plus difficiles à manipuler directement. Nous incluons dans ce type la manipulation de la volonté ou de la possibilité de faire, dénotées dans les PCC par les verbes modaux.

31Ces facteurs sémantiques ressemblent à ceux qui interviennent dans la transitivité, d’après Hopper et Thomson (1980), et à ceux qui fondent l’échelle de causativité. Parallèlement, il nous faut aussi prendre en compte le facteur pragmatique de la complexité informative tel qu’il se reflète dans la syntaxe de l’énoncé conjoint.

  • 12 Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche FFI2013-47357-C04-1-P financé par le MINE (...)

32Cette recherche, fondée sur l’examen des PCC, a pour résultat l’identification des facteurs qui favorisent, sans que cela soit pour autant obligatoire, le choix des PCC. Cela n’implique pas qu’ils excluent nécessairement une complémentation à l’infinitif, ou du moins, pas tous dans la même mesure. Ainsi, par exemple, la négation syntaxique n’est pas exclue avec la complémentation à l’infinitif, mais elle est moins fréquente. Toutefois, en ce qui concerne la présence des verbes modaux dans le prédicat subordonné, nous n’en avons trouvé aucun qui figure à l’infinitif dans notre corpus. Nos recherches sur cette question méritent d’être approfondies12.

Haut de page

Bibliographie

Bolkestein, A. M., 1998, Between brackets: (some properties of) parenthetical clauses in Latin. An investigation of the language of Cicero’s letters, dans R. Risselada (éd.), Latin in Use, Amsterdam, p. 1-15.

Baños, J. M., 1992, La distribución sintáctica entre cum histórico y ablativo absoluto y en la prosa clásica, CFC(L) 2, p. 57-83.

Givón, T., 1980, The binding hierarchy and the typology of complements, Studies in Language 4 (3), p. 333-377.

Givón, T., 1984, Syntax. A Functional Typological Introduction, vol. 1, Amsterdam.

Givón, T., 1990, Syntax. A Functional Typological Introduction, vol. 2, Amsterdam.

Hopper, J. et Thompson, S., 1980, Transitivity in grammar and discourse, Language 56 (2), p. 251-299.

Kemmer, S. et Verhagen, A., 1994, The grammar of causatives and the conceptual structure of events, Cognitive Linguistics 2-5, p. 115-156.

Lavency, M., 2003, La proposition infinitive, dans C. Bodelot (éd.), Les propositions complétives en latin, Louvain-Paris, p. 97-192.

Lehmann, Ch., 1988, Towards a typology of clause linkage, dans J. Haiman et S. A. Thompson (éd.), Clause Combining in Grammar and Discourse, Amsterdam, p. 181-225.

Moussy, C., 1987, Les complétives en quin, quominus et le jeu des négations », Études de linguistique générale et de linguistique latine, offertes en hommage à Guy Serbat, Paris, p. 279-291.

Orlandini, A., 2003, Les complétives en ne, quin, quominus, dans C. Bodelot (éd.), Les propositions complétives en latin, Louvain-Paris, p. 482-527.

Panchón, F., 2003, Les complétives en ut, dans C. Bodelot (éd.), Les propositions complétives en latin, Louvain-Paris, p. 335-481.

Torrego, M. E., 2014, De l’empêchement direct à l’interdiction : échelle de causativité et codage dans le verbe prohibeo, dans B. Bortolussi et P. Lecaudé (éd.), La causativité en latin, Paris, p. 177-197.

Torrego, M. E., 2015 (s. p.), Verbos y argumentos: las combinaciones sintáctico-semánticas del verbo latino cogo, Emerita 83, 2.

Haut de page

Notes

1 Nous considérons, comme Lavency, 2003, p. 111-113, que ces infinitifs agissent comme complément du verbe et non pas comme prédicat d’une proposition AcI.

2 Le corpus pour prohibeo, impedio et deterreo est celui du PHI (5.3) ; pour cogo et iubeo : Cato Agr., Caes. Gall., Cic. Catil., Dom., Mil., Mur., Off., S. Rosc., Sest., Verr., Colum., Ov. Met., Petron., Liv. 1-10, Plin. Nat., Plin. Paneg., Sall. Catil., Iug., Sen. Marc. cons., Helv. cons., Epist., Tac. Ann.

3 Moussy, 1987 ; Orlandini, 2003, p. 504-508.

4 Sur les parenthétiques, cf. Bolkestein, 1998, p. 11-15.

5 L’argument de la complexité syntaxique est aussi à la base du choix entre cum historique et l’ablatif absolu, voir Baños, 1992.

6 D’autres cas en Cic. Planc. 34 et Sen. Benef. 7, 26, 3.

7 Cf. quid minus dignum quam cogere ut … (Cic. Mil. 71).

8 Cf. cogi putarem oportere (Cic. Verr. 2, 2, 189) ; coge ut admetiantur (Cic. Verr. 2, 3, 192) ; existimabant ui coacturos ut paterentur (Caes. Gall. 1, 6, 3).

9 Cf. cogitur ut decernat (Cic. Verr. 2, 3, 42) ; coegere ut deditionem facerent (Sall. Iug. 91, 5) ; mens cogenda est ut incipiat (Sen. Epist. 50, 9) ; cogere incipit ut condemnent (Cic. Verr. 2, 2, 41) ; cogam ut mendicet (Plaut. Bacch. 508) ; coegit ut polliceretur (Cic. Verr. 2, 4, 87).

10 Nous excluons les deux exemples de Tacite (Tac. Ann.13, 15, 2 et 13, 40, 2) iubeo prend la construction d’impero (dat. + ut + subj.).

11 Cf. Petron. 74, 4.

12 Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche FFI2013-47357-C04-1-P financé par le MINECO de Espagne. Nous remercions les membres du projet pour leurs commentaires et suggestions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Esperanza Torrego, « Variantes de complémentation : infinitif complétif / proposition complétive à conjonction après les verbes de manipulation », Pallas, 102 | 2016, 47-56.

Référence électronique

M. Esperanza Torrego, « Variantes de complémentation : infinitif complétif / proposition complétive à conjonction après les verbes de manipulation », Pallas [En ligne], 102 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3553 ; DOI : 10.4000/pallas.3553

Haut de page

Auteur

M. Esperanza Torrego

Professeur de Philologie latine, Universidad Autónoma de Madrid
esperanza.torrego@uam.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org