Skip to navigation – Site map
L’anaphore et la deixis

Deixis spatiale, deixis temporelle : le cas de hic, haec, hoc

Spatial deixis, temporal deixis: the uses of hic, haec, hoc
Marie-Dominique Joffre
p. 139-147

Abstracts

This paper examines the exophoric uses of hic; whether this demonstrative is used alone or with a noun, it refers to a thing which is present in the extralinguistic reality and which can be perceived by all the speakers and hearers: Philaenium estne haec quae intus exit? There are also uses where hic with a noun directly refers to a concept which takes place at the time of enunciation: quis taetrior hostis huic civitati? Hic always refers to the nunc of enunciation, in all its uses. This is the reason why this demonstrative refers to the time in which the speech occurs: nihil dicam hoc loco de me. Therefore I ask if it is necessary to distinguish the endophoric use from the exophoric use.

Top of page

Full text

1Je poursuis ici une réflexion commencée dans des travaux antérieurs.

  • 1 Diessel, 1999, p. 6-7.

2Je partirai de la dichotomie exophore / endophore posée notamment par Diessel1. Lorsque je me suis penchée sur cette question et que j’ai cherché à classer les exemples d’un corpus selon cette répartition, j’ai bien sûr relevé des emplois auxquels je m’attendais, mais j’en ai noté d’autres qui ont immédiatement suscité en moi de nouvelles questions. C’est à ces derniers que je m’intéresserai aujourd’hui.

3Il n’est pas inutile auparavant de préciser ce que l’on entend par « exophore ».

1. Deixis extratextuelle ou exophore

4Rappelons tout d’abord que le démonstratif peut être aussi bien pronom qu’adjectif dépendant d’un substantif. Dans le cas de l’exophore, le démonstratif seul, fonctionnant comme pronom, ou le syntagme substantif + démonstratif, réfère directement à un élément de la réalité extralinguistique. Pour Diessel, il est « présent » dans la réalité extralinguistique. On peut aborder différemment la question et dire que l’objet représenté par le démonstratif est immédiatement et simultanément perceptible par l’ensemble des participants au dialogue. Cela conduit à prendre en compte tout ce dont l’être humain peut faire l’expérience et à ajouter à ce qui relève de la vue, tout ce qui relève des autres sens, l’ouïe, l’odorat, le toucher, le goût. Le corpus exploité fournit essentiellement, il est vrai, des emplois qui s’appuient sur la présence d’objets visibles par tous les co-énonciateurs, et qui, de ce fait, peuvent être dits « présents » dans le cadre concret de l’énonciation. On peut parler ici de deixis spatiale. Un geste du locuteur peut alors accompagner la parole et éviter toute ambiguïté.

5D’autre part, pour qu’il s’agisse incontestablement d’exophore, il faut que le référent (le contenu notionnel) du démonstratif n’ait fait l’objet d’aucune mention, sous aucune forme que ce soit, dans les propos qui précèdent.

6Car il ne faut jamais perdre de vue que l’on a toujours affaire à un acte de langage. En effet, même lorsqu’il recourt à l’emploi comme pronom, le locuteur, et on le constatera dans certains des exemples qui vont suivre, sélectionne obligatoirement le genre et le nombre que doit revêtir le démonstratif. Cela montre qu’il a présent à l’esprit l’élément lexical prêt à nommer ce qu’il désigne. On a affaire, dans ce cas précis, à un énoncé tronqué que les co-énonciateurs sont invités à compléter.

7On peut donc parler de deixis spatiale pour la série d’exemples qui va suivre : 

(1)

Vt demonstratae sunt mihi hasce aedis esse oportet / Demenaetus ubi dicitur habitare (Plaut. Asin. 381 )
« D’après la description qu’on m’en a faite, c’est ici la maison où, à ce qu’on dit, habite Déménète. »

8On peut imaginer que l’acteur désigne d’un geste la maison en question.

9Lorsque le démonstratif fonctionne comme pronom, il est, on l’a dit, automatiquement pourvu d’un genre et d’un nombre. Cela suppose que le locuteur ait choisi au préalable le substantif adéquat, destiné à nommer l’élément de la réalité qu’il perçoit en même temps que ses auditeurs. Ce stade de la dénomination, c’est-à-dire celui du passage de la perception à la représentation symbolique par une unité de langue, est obligatoire pour permettre l’usage du pronom. Celui-ci, aidé par la possibilité qu’ont les co-énonciateurs de voir ce dont il est question, n’est que le résidu d’un syntagme privé de son substantif ; mais la situation d’énonciation elle-même permet de retrouver la formulation complète. Un exemple tiré de l’Andrienne suffit à la démonstration.

10Le malheureux eunuque, accusé à tort de viol, désigne de la seule forme hanc, le vêtement qu’il a été contraint, sous la menace du vrai coupable, de porter en échange de la livrée conforme à son statut. Le féminin n’est pas le fruit du hasard ; le personnage a présent à l’esprit le nom uestis, de genre féminin :

(2)

Is dedit mihi hanc (sc. uestem). (Ter. Eun. 701)
« Il m’a donné ça (ce vêtement que vous voyez). »

11Il en va de même lorsqu’il s’agit d’êtres humains. La répartition masculin / féminin, si évidente soit-elle, ne relève pas d’une relation directe avec la réalité extralinguistique. Elle passe par le relais de la dénomination, c’est-à-dire par la mise en forme linguistique d’une expérience concrète. Derrière hic, on peut retrouver uir, adulescens, iuuenis, senex, etc., derrière haec, mulier, puella, meretrix, matrona, etc. :

(3)

Hunc et unum et tam imbecillum quam uidetis. (Cic. Cael. 67)
« Celui-ci (Caelius) seul et aussi chétif que vous le voyez. »

12La présence de uidetis constitue bien la preuve que le décodage du démonstratif s’appuie sur une perception commune et simultanée, guidée par un geste de l’avocat en direction de son client. Ces deux supports de l’interprétation, perception visuelle et geste, jouent un rôle tellement décisif dans la compréhension du propos, qu’ils permettent au locuteur d’user du même déictique pour désigner deux référents différents. Ainsi, dans le Pro Caelio, Cicéron désigne-t-il tour à tour, au moyen du seul hic, son client et ami, Caelius, ainsi que le père du jeune inculpé. Certes des indications fournies par le texte lui-même permettent de clarifier le propos (notamment l’opposition adulescentia / senectus), mais il est évident que, d’un geste, l’orateur devait guider les regards de l’auditoire vers le bon référent :

(4)

Quodcumque huius uobis adulescentiam proposueritis, constituitote ante oculos etiam huius miseri senectutem, qui hoc unico filio nititur… (Cic. Cael. 79) 
« Quand vous vous serez représenté la jeunesse de Caelius <ici présent> ne perdez pas de vue non plus la vieillesse de celui-ci <son père ici présent>, qui trouve appui sur ce fils unique. »

13Mais à côté de la deixis spatiale qui concerne des objets perçus visuellement et qui, par conséquent, font partie du lieu concret où se déroule la conversation, il ne faut pas perdre de vue que hic peut renvoyer aux objets des autres modes de perception. On se limitera à un exemple où le contexte prouve que le personnage de Plaute (la servante d’Alcmène et d'Amphitryon dans la comédie du même nom) désigne le bruit qu’il est en train d’entendre, tout comme les spectateurs :

(5)

Sed quid hoc ? Quam ualide tonuit ! (Plaut. Amph. 1130)
« Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Comme ça a tonné fort ! »

2. Emplois ambigus

14En dehors des exemples dont l’analyse est incontestable, on relève des emplois à la frontière de l’exophore et de l’endophore (deixis intratextuelle). Une fois qu’un élément de la réalité extralinguistique a été désigné par le locuteur, au moyen du déictique hic, comme concrètement présent et perceptible par tous, comment interpréter les mentions opérées par la suite, à l’aide du même déictique ? A-t-on affaire à une référence endophorique ou exophorique ?

15Le jeune Caelius est défendu par Cicéron dans un procès. Le jeune homme se tient près de son avocat et peut, avec sans doute l’appui d’un geste, être désigné directement par hic. L’orateur insiste sur la réalité de sa présence, vérifiable par tous. Mais, personnage central de la plaidoirie, il est souvent mentionné. Il serait excessif de considérer que, dans ce type de texte, tous les emplois de hic désignant le client de l’avocat, relèvent exclusivement de l’exophore. On citera d’abord :

(6)

Nam quoad aetas M. Caeli dare potuit isti suspicioni locum, fuit primum ipsius pudore, deinde etiam patris diligentia disciplinaque munita. Qui ut huic uirilem togam dedit […], hoc dicam hunc a patre continuo ad me esse deductum ; nemo hunc M. Caelium in illo aetatis flore uidit nisi aut cum patre aut mecum. (Cic. Cael. 9)
« En effet, tant que l’âge de Caelius a pu donner lieu à de tels soupçons, il fut protégé par sa propre réserve, mais aussi par l’éducation sourcilleuse de son père. Quand celui-ci lui remit la toge virile […], je ne dirai que cela, son père me le confia aussitôt ; personne n’a vu ce Caelius (ici présent ?), en sa jeunesse florissante, avec d’autre que son père ou moi. »

16Il n’est pas absurde de penser qu’un geste de l’orateur accompagne la dernière occurrence du passage, pour amener l’auditoire à prendre en considération la physionomie et l’attitude du jeune homme ; la formulation qui contient le nom de l’accusé, est en elle-même insistante et compatible avec la mise en place d’une théâtralisation, fréquente dans ce genre de discours. Il est plus difficile en revanche d’imaginer la même gestuelle pour les deux premières ; l’attitude de l’avocat en deviendrait grotesque et abolirait toute tentative de produire un effet. Les formes huic et hunc sont utilisées en référence intra-textuelle et, placée en tête de membre, ont pour fonction de rythmer le propos en soulignant la cohérence et la progression sans heurt de la démonstration.

17L’exemple qui suit est extrêmement instructif :

(7)

Huic tristi ac derecto seni responderet Caelius… (Cic. Cael. 38)
« À ce vieillard austère et rigide, Caelius répondrait… »

18Cicéron vient de se mettre en scène ; il a joué le rôle d’un père imaginaire, modèle de rigueur et de sévérité désuètes. Il est vraisemblable que l’avocat s’est livré à un véritable numéro de théâtre qui suscite le rire, détend l’atmosphère, de façon à s’attirer les bonnes grâces de l’auditoire. Ce genre de sketch constitue un procédé prisé par l’orateur, pour rallier les jurés à ses conceptions. Se pose alors la question du statut et de la nature du référent de hic : le pronom réfère-t-il à une séquence d’énoncé, les propos attribués au personnage imaginaire ou à l’ensemble du spectacle offert par Cicéron ? Dans le premier cas on a affaire à une référence endophorique, dans le second à une référence exophorique qui fait appel aux perceptions et sensations des auditeurs. Et l’on constate encore ici que l’objet désigné par le démonstratif relève de plusieurs sens, ouïe, vue, mais qu’il peut correspondre aussi à la totalité de la représentation donnée par l’orateur.

19On voit que la distinction entre exophore et endophore n’est pas aussi facile à établir qu’on se l’imagine. Pour trancher, il est parfois fait appel à des critères subjectifs et discutables. Est-ce à dire que cette dichotomie n’est pas fondamentale et qu’elle dépend des conditions d’utilisation du démonstratif ? Et comment interpréter les emplois qui réfèrent aux autres perceptions que la vue et qui ne sauraient s’appuyer sur un geste du locuteur ? Il apparaît alors qu’un vaste chantier doit être entrepris qui conduit à redéfinir le signifié et la raison d’être des déictiques. Question bien trop complexe et délicate pour le cadre de cet article. Mais pour le moment on s’arrêtera sur des emplois que Diessel n’a pas évoqués.

3. Référence directe à une notion ancrée dans le nunc de l’énonciation

20Les langues romanes ont conservé une utilisation qui, en latin, semble être exclusivement réservée à hic : le syntagme nominal réfère à une séquence temporelle, ou pensée sous cet aspect, ancrée dans le nunc de l’énonciation. Elle est actuelle, donc commune à tous les participants au dialogue :

(8)

ut hanc ne quoquam mitteret nisi ad se hunc annum totum (Plaut. Asin. 635)
« pour que, durant cette année entière, elle ne l’envoie (= Philénie) chez personne d’autre que chez lui »

(9)

Primo mundi ortu usque in hoc tempus perduxit nos ex splendidis sordidisque alternata series. (Sen. Epist. 44, 5)
« Depuis la naissance du monde, un enchaînement où alternent grandeurs et bassesses nous à conduits jusqu’à cette époque-ci. »

(10)

Abhorret non modo ab huius saeculi licentia uerum etiam a maiorum consuetudine atque concessis. (Cic. Cael. 48)
« Il se tient à l’écart, non seulement de la licence de ce siècle-ci, mais aussi des habitudes et des tolérance de nos ancêtres. »

(11)

Credo hac noctu Nocturnum obdormuisse ebrium. (Plaut. Amph. 272)
« Je crois que, cette nuit, Nocturnus a cuvé son vin dans son sommeil. »

(12)

Quis taetrior hostis huic ciuitati ? (Cic. Cael. 13)
« Quel ennemi plus funeste pour notre cité ? »

(13)

delendi huius imperii tam consceleratus impetus (Cic. Cael. 14)
« un assaut aussi criminel pour détruire notre empire »

21On constate tout d’abord que ce phénomène concerne toujours un syntagme structuré autour d’un nom. L’interprétation se fait instantanément, sans hésitation, bien que la notion exprimée par le substantif surgisse dans l’énoncé de manière inopinée, sans avoir fait l’objet auparavant d’une quelconque mention. Le déictique suffit à ancrer le concept dans le nunc de l’énonciation, dans cet « actuel » qui concerne l’ensemble des co-énonciateurs. Et c’est sans doute cette expérience partagée qui justifie les traductions fréquentes du déictique par le possessif de la première personne du pluriel. Il semble même que, lorsque le locuteur veut se dissocier de l’ensemble de ses auditeurs, avec lesquels il partage la même temporalité, il use en plus du possessif de la première personne du singulier :

(14)

meus hic forensis labor (Cic. Cael. 6)
« cet art de la plaidoirie que je déploie en ce moment <et dont vous êtes actuellement les témoins> »

22Le fonctionnement de ces tours repose sur une interprétation par défaut. C’est après avoir constaté l’absence de mention préalable de la notion, l’absence d’un développement postérieur qui expliciterait la pensée du locuteur, l’absence de geste qui guiderait la perception, que les auditeurs confère le signifié « actuel » à l’expression.

23Il est à noter, et c’est un facteur non négligeable, que le contenu notionnel des substantifs traduit très souvent des unités de temps : dies, annus, saeculum, nox ou tempus dont le signifié est plus vague. La présence de ces formes facilite, cela va de soi, le décodage de l’expression.

24D’autres emplois ne sont intelligibles que parce qu’ils en appellent au savoir partagé par les co-énonciateurs, condition indispensable au bon fonctionnement du dialogue, instauratrice d’une connivence entre tous les participants. Ainsi, au tout début du Pro Caelio, le iudicium, la causa, mentionnés d’emblée, sans préalable, ne peuvent renvoyer qu’à ce dont l’avocat, la partie adverse, les juges et le public font en commun et simultanément l’expérience, le procès du jeune homme ; il en va de même, lorsque Cicéron évoque sa tâche d’avocat (usus, labor précisés à chaque fois par l’adjectif forensis, indispensable à la signification exacte du tour) dont tout le monde est témoin et qui, coïncidant avec le déroulement du propos, est incontestablement ancrée dans le nunc de l’énonciation :

  • 2 Voir également l’exemple 14.

(15)

Quae sit tanta atrocitas huiusce causae ? (Cic. Cael. 1)
« En quoi la cause actuelle est-elle si abominable ? »

(16)

unum hoc iudicium exerceatur (Cic. Cael. 1)
« ce procès est le seul à avoir lieu »

(17)

artes quae instituimur ad hunc usum forensem (Cic. Cael. 72)
« disciplines qui nous forment à cette pratique du barreau »2

25Enfin, les termes d’imperium, de ciuitas (exemples 13 et 12) sont dépourvus d’ambiguïté pour le jury et le public, tous deux constitués de citoyens romains. Ces notions sont ancrées dans le nunc par le déictique hic et n’ont de sens et de réalité que si elles sont romaines. L’orateur en appelle encore à l’expérience commune et partagée.

26À bien y réfléchir, il semble que l’exophore spatiale soit seconde par rapport à l’exophore temporelle. Car ce qui est présent, immédiatement perceptible, est nécessairement ancré dans le nunc de l’énonciation. À travers la perception sensorielle d’un objet, la conscience fait nécessairement l’expérience de ce nunc. Mais les derniers emplois examinés nous poussent à aller plus loin et à considérer que cette idée d’ « ancrage dans le nunc » constitue le signifié de fond du démonstratif hic, y compris dans ses emplois endophoriques.

4. Remarques sur la signification et les emplois endophoriques de hic

27Je ne m’attacherai ici qu’à l’essentiel.

28On ne retiendra pas l’idée courante que hic signifie la proximité, et qu’en référence endophorique, il renvoie à la dernière notion ou idée évoquée.

  • 3 Joffre, 2010.

29À l’issue d’une étude des couples antithétiques hic/ille3, j’en étais arrivée à l’idée que si ille était la marque d’une rupture, d’une innovation, hic était celle de la continuité et de la cohérence de l’énoncé, comme on peut le constater facilement à travers l’exemple suivant :

(18)

Sed haec omitto ; ad illa quae me magis mouerunt respondeo. (Cic. Cael. 26)
« Mais je laisse cela de côté ; je réponds à ce qui m’a davantage perturbé. »

30Il est à noter d’autre part que hic est fréquemment situé en tête de phrase :

(19)

Hac ille tam uaria multiplice natura, […] collegerat… (Cic. Cael.14)
« C’est grâce à cette nature à facettes si contrastées et si nombreuses que (Catilina) avait, rassemblé… »

31On parle de « proximité » parce qu’aucune autre notion ne vient s’interposer entre le démonstratif, tête d’une nouvelle phrase, et son référent. Mais, plutôt que de raisonner en fonction de la distance, plus ou moins grande, qui sépare le phorique de son interprétant sémantique, il me semble préférable de réfléchir sur ce qui se passe entre les deux membres d’énoncé, celui qui comporte une somme d’informations et celui où ces informations sont reprises. Car la deixis sert à indiquer la manière dont un locuteur construit et mène son propos. C’est pourquoi on parlera, pour hic, de cohérence et de continuité dans la progression de l’énoncé, de la pensée.

32Or il nous semble possible de penser ces idées de « continuité » et de « cohérence » en termes de « temps ». Le déictique hic ancre dans le nunc de l’énonciation la mention de la notion qu’il marque (en fonction adnominale) ou reprend. Et, dans le flux d’un discours, réinscrire à plusieurs reprise dans l’actuel de l’énonciation, c’est-à-dire maintenir au premier plan du propos, le même concept, la même idée, garantit la progression linéaire, cohérente et sans rupture de l’exposé.

33Cet ancrage dans le nunc est notamment visible dans l’exemple qui va suivre. Certes la notion mentionnée (studia) opère la synthèse d’une idée exposée dans ce qui précède. Mais la glose constituée par la relative, dont le verbe est au présent de l’indicatif (disputo) constitue bien la preuve que le signifié de haec est bien celui l’ancrage de la notion dans le nunc. Par la suite, ce qui est posé comme « actuel » est nécessairement perçu comme proche, non seulement la structure contenant hic, mais aussi son référent :

(20)

Atqui scitote, iudices, eas cupiditates quae obiciuntur Caelio, atque haec studia de quibus disputo, non facile in eodem homine esse non posse. (Cic. Cael. 45)
« Or sachez-le, juges, les penchants coupables que l’on reproche à Caelius et les aspirations intellectuelles dont je parle, ne peuvent facilement cohabiter dans le même homme. »

34Le talent oratoire du jeune homme, remis en phase avec le nunc, accède alors au premier plan de la démonstration de l’avocat. Ce dernier rejette dans l’ombre certains des chefs d’accusation, en l’occurrence le grief de vie dissolue (eas cupiditates, simplement marqué par l’anaphorique). En recentrant son propos sur ce qu’il estime primordial, l’avocat évite à l’auditoire de s’égarer et, en espérant qu’on oubliera ce qui est gênant, prépare le ralliement de tous à la cause de Caelius.

35Il est même des cas, plus rares, où hic, utilisé en milieu de période, permet au locuteur de revenir à ce qui constitue le véritable thème de son propos. Et dans ce cas, le retour au fil de la démonstration s’accomplit après une véritable digression. C’est ce qui se produit dans l’exposé préliminaire qui détaille les raisons pour lesquelles les deux fils du roi Antiochus sont, pour leur malheur, arrivés en Sicile et tombés dans les griffes de Verrès :

(21)

Nam reges Syriae, regis Antiochi filios pueros, scitis Romae nuper fuisse. Qui uenerant non propter Syriae regnum (nam id sine controuersia obtinebant ut a patre et a maioribus acceperant), regnum Aegypti ad se et ad Selenem matrem suam pertinere arbitrabantur. Hi […] in Syriam in regnum patrium profecti sunt.( Cic. Verr. 2, 4, 61)
« En effet, vous le savez, les princes syriens, tout jeunes fils du roi Anthiochus, on séjourné récemment à Rome. Car ils étaient venus à Rome, non pas pour discuter du royaume de Syrie (car c’était sans contestation qu’ils gardaient le pouvoir sur leur pays, étant donné qu’ils l’avaient reçu de leur père et de leurs ancêtres), mais ils considéraient que le royaume d’Égypte devait leur revenir ainsi qu’à leur mère Séléné. Ces princes […] repartirent donc pour la Syrie, royaume de leurs pères. »

36On voit donc que l’idée qui est à la base des emplois endophoriques de hic est également d’ordre temporel. La mise (ou remise) en phase d’une notion avec le nunc de l’énonciation répond, chez le locuteur, au souci de marquer la cohérence de son propos et la linéarité sans rupture du déroulement de sa pensée, au-delà d’éventuelles digressions.

37L’impression que le démonstratif hic signifie la proximité de son référent est le fruit de deux facteurs : la plupart du temps, aucune notion tierce ne vient s’immiscer entre le référent et le phorique ; celui-ci, d’autre part, apparaît en tout début de phrase. Et n’annonce-t-on pas naturellement au début d’une prise de parole, ce qui en constitue la raison d’être, son thème ? Et ce thème n’est-il pas indissociable de l’énoncé en cours de réalisation, fruit de l’acte de langage lui aussi indissociable du nunc ?

38Grâce à ce même signifié « ancré dans l’actuel », hic peut également remplir des emplois « présentatifs ». Ici, le démonstratif précède ou suit le développement d’une idée de premier ordre, sur laquelle l’auditoire est invité à se concentrer. Il occupe en outre une position phare, celle de prédicat, et sa fonction est d’établir une équivalence entre lui et le substantif sujet grammatical. Ce dernier est le thème du propos. Dans ce type de construction, le démonstratif est toujours pronom ; le recours au contexte est impérieusement nécessaire pour repérer son interprétant sémantique. Et cet effort d’identification doit être accompli par les co-énonciateurs au moment même où le discours se crée et se déroule. En sollicitant, à propos d’une idée de premier plan, la participation immédiate de son auditoire, le locuteur accentue l’importance de ce qu’il dit :

  • 4 On aura noté dans cet exemple un fait remarquable : la coexistence de hic et de ille, qualifiant to (...)

(22)

Et nimirum haec est illa praestans et diuina sapientia, et perceptas penitus et pertractatas res humanas habere. (Cic. Tusc. 3, 30)4
« Et, c’est admirable, la voici cette éminente et divine sagesse : faire siennes la connaissance et l’expérience approfondies de la condition humaine. »

39L’interprétant sémantique du substantif mis en avant par hic est à trouver dans la suite des paroles (une série de verbes à l’infinitif avec compléments).

40On finira par un dernier type d’emploi où le démonstratif hic apparaît dans des constructions qui réfèrent sans équivoque au moment où la parole jaillit, où l’énoncé s’élabore. Le discours renvoie à lui-même, plus exactement à la seule composante dont le sujet parlant prend instantanément conscience, le nunc. Il s’agit soit de syntagmes à l’ablatif comportant un substantif à signifié « lieu », soit d’adverbes provenant du figement de formes originellement fléchies à un cas oblique :

(23)

Nihil dicam hoc loco de me. (Cic. Cael. 9)
« Je ne parlerai pas de moi ici (à ce moment de la plaidoirie). »

(24)

Hic etiam miramur si… ? (Cic. Cael. 69)
« Ici on va s’étonner si… ? »

41L’interprétation se fait par défaut, en l’absence, dans le contexte linguistique comme extralinguistique, de référent possible. Ne pourrait-on pas dire que l’on perçoit ici l’essence-même de hic ? Cette forme est le marquant d’un des traits indissociables de l’acte énonciatif, la prise de conscience, par les participants au discours, du temps, plus précisément du nunc. Car le discours n’existe que dans et par le temps. Il se déroule, s’écoule dans la durée, en instaurant une connivence entre les co-énonciateurs : et, en dialoguant, les interlocuteurs prennent conscience simultanément de ce qu’ils ont en commun, la même temporalité. Cette prise de conscience relève d’une sensation intime, psychologique ; elle est par essence abstraite, tout comme le langage qui n’est jamais que représentation symbolique du réel.

42Hic est, par conséquent, l’indice de cette reconnaissance du nunc par le locuteur. Il permet de présenter comme actuelle la mention de la notion ainsi formulée ; il est avant tout le signe d’un retour sur l’acte énonciatif lui-même qui reçoit ainsi un balisage chronologique.

5. En guise de conclusion

43L’examen que nous venons de faire de certains des emplois de hic conduit à s’interroger et à remettre en cause la manière dont est généralement abordée la question du signifié des déictiques.

44Tout d’abord, avant de poser le problème de la distinction « référence endophorique / référence exophorique », on a constaté que, dans tous les cas, la deixis dite « spatiale » était un effet de sens qui dépendait du contexte linguistique au sens large, du cadre concret de l’énonciation, de la manière dont les co-énonciateurs y trouvaient place, enfin de la nature extra-linguistique du référent du déictique. On a vu également que le référent ou, plus précisément, l’interprétant sémantique, pouvait être bien autre chose qu’une séquence d’énoncé (dans le cas de l’endophore) ou un objet perceptible par la vue (dans le cas de l’exophore).

  • 5 Cf. iste. Voir Joffre, 2011.

45D’autre part, contrairement à ce qu’on admet généralement, un déictique n’a pas pour vocation de « pointer » en direction de son référent, pas plus qu’il ne livre d’informations sur la position qu’il occupe par rapport à ce dernier. Si le déictique « montre » quelque chose, il montre la manière dont le locuteur agence et structure son propos, la manière dont il le commente et l’évalue5.

46Enfin, on peut douter de la pertinence de l’opposition deixis intra-textuelle / deixis extra-textuelle (endophore/exophore). En effet, quelles que soient les conditions dans lesquelles les parole sont émises, quelle que soit la nature, « concrète » ou « abstraite » du référent, quelle que soit la manière dont il s’intègre à la réalité extralinguistique, tout passe par le langage. Car même désigner du doigt, en le nommant, un objet concrètement perceptible, passe obligatoirement par la parole, les mots, l’abstraction. La deixis exophorique n’est donc qu’une réalisation particulière de la deixis au sens large ; elle dépend des conditions d’énonciation, notamment de la faculté des participants à percevoir par leurs sens le référent du démonstratif. Mais on a vu aussi que la notion symbolisée par hic relevait d’une prise de conscience qui dépassait la simple perception sensorielle (exemple 5). Le seul dénominateur commun à tous les effets de sens produits par hic reste la conscience du nunc de l’énonciation. Il convient alors de faire de cette inscription dans l’actuel de l’acte de parole, la seule signification de hic.

47Peut-on pousser encore plus loin la réflexion ? La parole est déroulement, elle se développe et est perçue dans le temps. En pratiquant le langage, le sujet parlant trouve instantanément un moyen de se repérer dans le temps. Et si la conscience que l’on a du temps, si la capacité à structurer et à ordonner la durée ne surgissait qu’à travers cette faculté de parler ?

Top of page

Bibliography

Diessel, H., 1999, Demonstratives. Form, Function and Grammaticalization, Amsterdam.

Joffre, M.-D., 2010, Cohérence textuelle et deixis : le jeu hic / ille dans la prose classique, dans P. Anreiter et M. Kienpointner (éd.), Latin Linguistics Today, Innsbruck, p. 561-574.

Joffre, M.-D., 2011, Que « montrent » les déictiques ?, REL, 88, p. 53-71.

Joffre, M.-D., 2012, Signification et emplois de hic : réflexion sur l’endophore et l’exophore dans un corpus littéraire », dans C. Denizot et E. Dupraz (éd.), Anaphore et anaphoriques : variété des langues et variété des emplois, Rouen, p. 57-72.

Top of page

Notes

1 Diessel, 1999, p. 6-7.

2 Voir également l’exemple 14.

3 Joffre, 2010.

4 On aura noté dans cet exemple un fait remarquable : la coexistence de hic et de ille, qualifiant tous deux le même substantif sapientia. Preuve que les signifiés de ces deux démonstratifs ne peuvent se définir en termes antithétiques de « proximité » et d’« éloignement ». Une telle association serait alors absurde. S’ils sont compatibles, c’est qu’ils ne relèvent pas de niveaux comparables. Hic ancre dans le nunc une notion que ille présente comme nouvelle, en rupture avec ce qui a pu être exposé : la véritable sagesse se distingue de toutes les autres postures précédemment dénoncées. C’est de là que provient l’impression de « valeur laudative ».

5 Cf. iste. Voir Joffre, 2011.

Top of page

References

Bibliographical reference

Marie-Dominique Joffre, « Deixis spatiale, deixis temporelle : le cas de hic, haec, hoc », Pallas, 102 | 2016, 139-147.

Electronic reference

Marie-Dominique Joffre, « Deixis spatiale, deixis temporelle : le cas de hic, haec, hoc », Pallas [Online], 102 | 2016, Online since 20 December 2016, connection on 22 September 2017. URL : http://pallas.revues.org/3635 ; DOI : 10.4000/pallas.3635

Top of page

About the author

Marie-Dominique Joffre

Professeur à l’Université de Poitiers
madojoffre@orange.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org