Navigation – Plan du site
La pragmatique

Schéma narratif et subjectivité du narrateur chez quelques historiens de l’Antiquité tardive

Narrative scheme and subjectivity of the narrator in some historical works from the end of the Antiquity
Sándor Kiss
p. 255-263

Résumés

Trois ouvrages historiques du ive siècle ont été examinés du point de vue du style et de la narration : les « breuiaria » d’Aurélius Victor, d’Eutrope et de Festus. L’analyse porte avant tout sur l’emploi des temps verbaux, l’ordre des termes dans la phrase, les questions de la cohérence et l’attitude du narrateur. En conclusion, on peut constater que les trois ouvrages suivent plus ou moins la tradition classique, mais que leur écriture se rapproche, sur certains points, du registre de la langue parlée. Les marques de la subjectivité du narrateur sont recensées surtout par la comparaison de certains chapitres à thématique parallèle.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Cf. les Introductions des éditions citées dans la Bibliographie.
  • 2 Cf. à ce sujet l’Introduction de P. Dufraigne, p. xlv-l.
  • 3 Nous rencontrons sur ce point la problématique fondamentale de « la subjectivité dans le langage », (...)

1Ces remarques portent sur la manière d’écrire de trois historiens romains de la seconde moitié du ive siècle, qui cultivent le même genre littéraire : le récit historique abrégé. Les auteurs de ces trois breuiaria – Aurélius Victor, Eutrope, et Festus – font œuvre de vulgarisation, dans le sens large du terme : pour un public moyennement cultivé, ils résument ce qu’ils jugent important de connaître de l’histoire romaine. Dans le cas d’Eutrope et de Festus, ce « public moyennement cultivé » comprend un élément privilégié, c’est l’empereur : vers 370, l’empereur Valens a besoin du travail d’un « magister memoriae », qui résume les faits du passé d’une manière accessible et sans trop de complications rhétoriques1. Toutefois, en ce qui concerne l’ouvrage d’Aurélius Victor (légèrement antérieur à nos deux autres textes), il se singularise dans la mesure où il combine deux techniques d’écriture traditionnelles : la technique historiographique et la technique biographique2. Les deux « maîtres de la mémoire » officiels, Eutrope et son successeur, Festus, annoncent d’ailleurs explicitement leur intention de simplifier l’énoncé des faits historiques : res Romanas […] per ordinem temporum breui narratione collegi strictim (Eutr. prol.) ; breuem fieri clementia tua praecepit […] res gestas signabo, non eloquar (Ruf. Fest. 1). Cependant, les trois auteurs, se proposant de faire connaître à leurs contemporains une série d’événements de l’histoire de Rome, conçue comme un tout cohérent, sont évidemment confrontés à la nécessité d’organiser le temps, en y marquant des subdivisions successives, cadres des événements à relater. Autrement dit, ils sont obligés de prendre à leur compte les conventions linguistiques qui permettent de composer un récit suivi, tout en faisant les choix nécessaires à l’intérieur de ces conventions ; et en « s’appropriant la langue »3, outil de formulation et de communication, ils doivent s’installer dans leur propre récit comme des narrateurs, dont la subjectivité affleure nécessairement – d’une manière soit directe, sous forme d’évaluations et de commentaires, soit indirecte, comme une instance implicite, responsable du plan global du texte.

2. Caractère général des ouvrages

2Compte tenu de la thématique des ouvrages et de l’horizon d’attente du public, il n’est pas surprenant que nos auteurs choisissent un arrangement plus ou moins schématique, avant tout pour la commodité. Cet ordre peut être fondé – suivant la tradition remontant à Suétone – sur la succession des empereurs ; c’est évident chez Aurélius Victor, qui ne traite que des empereurs, ainsi que dans la deuxième moitié du récit d’Eutrope, également consacrée à l’époque impériale ; en ce qui concerne la partie antérieure (royauté, république), Eutrope l’articule selon les événements jugés importants, et très souvent, année par année, en les étiquetant par les noms des consuls. Le schéma de Festus est différent, car l’ordre auquel il obéit est différent aussi : d’abord, il donne un aperçu de l’histoire des conquêtes romaines et de la création des provinces (quo ordine autem singulas prouincias Romana res publica adsecuta sit, infra ostenditur, Ruf. Fest. 4), pour passer ensuite à une présentation plus ciblée, concernant les régions orientales de l’Empire, ainsi que le royaume des Perses, contre lesquels l’empereur Valens est en train de préparer une expédition. La transition entre les deux parties de l’ouvrage est d’ailleurs clairement marquée dans le texte (Scio nunc, inclite princeps, quo tua pergat intentio. Requiris profecto, quotiens Babyloniae ac Romanorum arma conlata sint, ibid. 15). Le type de discours choisi par nos historiens détermine, dans une certaine mesure, leur rapport avec la langue. Tout en observant les règles de l’usage classique, ils évitent les complications syntaxiques qui gêneraient la transparence ; l’expression des rapports entre phrases successives est souvent assurée par des conjonctions de coordination, qui, par mesure de sécurité, fonctionnent souvent comme de simples « continuateurs », de façon redondante. Le style de ces ouvrages se rapproche donc, objectivement, du registre moins littéraire, donc, nécessairement, de la langue parlée – aussi par une certaine monotonie et par un degré d’élaboration qui n’atteint pas le niveau des grands historiens classiques.

3. Emploi des temps

  • 4 Concernant la définition de la valeur du parfait en latin classique, nous renvoyons à Mellet-Joffre (...)
  • 5 En effet, dans la langue parlée, ce temps, quand il avait l’acception d’‘accompli’, devait être rel (...)

3La série des parfaits (= praesens perfectum indicatiui), qui constitue la base de nos textes, représente normalement une narration rectiligne, qui correspond naturellement au type de discours incarné par ces abrégés. On pourrait même risquer d’affirmer que cette forme verbale est déjà en voie de devenir un temps narratif pur et de perdre son acception de ‘parfait’, une évolution typique en préroman et en roman ; néanmoins, une succession de parfaits n’est pas nécessairement, chez nos auteurs non plus, la marque d’une disposition chronologique, autrement dit, il reste possible de désigner, à l’aide de ce temps, toute sortes de faits du passé, considérés comme ‘ponctuels’, ‘non étendus’4. Ainsi, dans le chapitre qu’Eutrope consacre aux faits et gestes du roi Servius Tullius (1, 7), ce sont la phrase d’introduction et la phrase conclusive qui correspondent à une chronologie stricte (Post hunc Seruius Tullius suscepit imperium, 1, 7, 1 ; Occisus est scelere generi sui Tarquinii Superbi, 1, 7, 2), tandis que les informations contenues entre ces deux phrases indiquent l’‘accompli’, mais pas de succession temporelle : Sabinos subegit, montes tres […] urbi adiunxit, fossas circum murum duxit. Primus omnium censum ordinauit […]. Sub eo Roma […] habuit capita LXXXIII milia ciuium. À plus forte raison, dans les portraits d’empereurs, visant à donner une image d’ensemble du personnage plutôt qu’un résumé de l’histoire de son règne, Aurélius Victor place-t-il souvent des parfaits qui n’ont avec le reste que des attaches chronologiques vagues ; par exemple, dans le chapitre consacré à Caligula : Neque secus, contractis ad unum legionibus […] conchas […] in ora maris Oceani legi iussit (3, 11) ; corruptis moribus libertas oppressa (sc. est) (3, 15). Le présent « historique », instrument de uariatio chez les historiens classiques, mais aussi moyen d’échapper à l’ambiguïté fondamentale du parfait, n’est pas rare chez Aurélius Victor, qui cherche d’ailleurs visiblement la variété de l’expression ; à la fin du chapitre que nous venons de citer, l’emploi du présent semble être en rapport avec la rapidité des actions évoquées par le texte : Repente, eum nullo retractante, quae aderant turbae circumsistunt […]. Quod ubi patres accepere, mittunt ocius, si ualerent ausum comprimere (Aur. Vict. Caes. 3, 18). Le contraste que marque interea entre des séries d’événements simultanés peut être renforcé par le présent historique : (après une série de parfaits racontant l’histoire d’Hannibal) Interea in Hispania, ubi frater Hannibalis Hasdrubal remanserat […] a duobus Scipionibus, Romanis ducibus, uincitur (Eutr. 3, 11, 2 ; va suivre une rapide énumération d’événements militaires, également au présent : perdit, capiuntur, etc.). Néanmoins, le présent concurrence le parfait de moins en moins dans le récit, ce qui semble être en rapport avec une cristallisation du sens narratif du parfait5.

4. Ordre des termes

  • 6 Cf. dans ce sens nos relevés concernant une chronique d’Espagne du ve siècle : Kiss, 2006, p. 9-15.
  • 7 Spevak, 2010, p. 2.

4La relative constance du parfait comme temps dominant de la narration s’accompagne d’un autre trait syntaxique qui appartient également au schéma de base de nos textes : c’est la position finale du prédicat verbal dans la phrase. Sur ce point encore, il est difficile d’entrevoir le rapport entre l’usage écrit et les tendances de la langue parlée – même si, en nous appuyant sur le témoignage de textes légèrement plus tardifs6, nous pouvons soupçonner que les « abrégés » restent en deçà de l’évolution diachronique et suivent la tradition ou du moins sa variante la plus caractéristique7. Il est d’autant plus intéressant de relever dans les textes certains décalages plus ou moins typiques qui semblent préfigurer quelque chose des importantes transformations que subira l’ordre des constituants de la phrase en préroman et dans les langues romanes. Un phénomène bien identifiable sur ce plan est constitué par l’adjonction d’un syntagme supplémentaire, en position postverbale, en fin de phrase. Parfois, il s’agit d’une simple précision, concernant par exemple le temps des événements ou la qualification d’un personnage : eius pater […] Persarum regis […] dolo circumuentus, foede laniatus interiit, imperii anno sexto, senecta robustiore (Aur. Vict. 32, 5) ; une information, déjà fournie, peut être complétée par une énumération : commotis bellis […] Caeninenses uicit, Antemnates, Crustuminos (Eutr. 1, 2, 2). Ce type de procédé montre simplement que le mouvement de la phrase écrite épouse le rythme de la langue parlée ; cependant, le schéma de base peut être modifié également pour obéir à des nécessités proprement pragmatiques. Dans le passage suivant, le prolongement du rhème par le complément d’agent per Hannibalem permet de reprendre celui-ci sous forme de thème (qui), point de départ d’une série d’informations nouvelles :

(1)

Eodem anno bellum Punicum secundum Romanis inlatum est per Hannibalem, Carthaginiensium ducem, qui Saguntum, Hispaniae ciuitatem Romanis amicam, obpugnare adgressus est, annum agens uicesimum aetatis, copiis congregatis CL milium. (Eutr. 3, 7, 2)

  • 8 Pour la définition du phénomène et sa présence chez Tacite, v. Longrée, 1996.
  • 9 Pour cette notion, voir surtout Combettes, 1988, p. 18-25.

5La « rallonge » postverbale8 est arrangée avec la même intention stylistique (et informationnelle) dans le portrait de l’empereur Victorinus chez Aurélius Victor : Victorinus deligitur, belli scientia Postumo par, uerum libidine praecipiti ; qua cohibita in exordio, post biennii imperium (Caes. 33, 12), qua permettant un enchaînement sur libidine. La rallonge peut être motivée d’ailleurs par la nécessité pragmatique de souligner le complément d’objet, comme chez Eutrope : inuitauit ad spectaculum ludorum uicinas urbis Romae nationes (1, 2, 2) ; regressus ad milites mouit tumultum (1, 18, 2). Ce type de construction, qui profite de la traditionnelle liberté de l’ordre des termes (c’est-à-dire du fait que cet ordre n’exprime pas directement des dépendances syntaxiques et peut être mis au service de la « perspective fonctionnelle »9 de la phrase), déplace le verbe vers le début de la phrase et le rapproche du sujet, quand celui-ci est exprimé, cf. contra Afros bellum susceptum est primum Ap. Claudio Q. Fuluio consulibus (Eutr. 2, 18, 2). Or, il semble qu’en latin tardif, le verbe tende effectivement à se placer au voisinage du sujet ; dans nos textes, ce mouvement est sensible surtout lorsqu’un sujet, rhématisé, se trouve rejeté en fin de phrase. Cet ordre (X)VS (où X désigne objet et circonstanciels) peut être illustré par Festus (11) : Semper inter auxilia nostra fuere Cappadoces. Il est relativement fréquent dans l’abrégé d’Eutrope, qui peut l’utiliser notamment pour annoncer le règne d’un souverain, comme en formulant l’intitulé d’un nouveau chapitre : Huic successit Tullus Hostilius (1, 4, 1) – le procédé est commode, car il assure un enchaînement anaphorique avec le chapitre précédent : Postea Numa Pompilius rex creatus est (1, 3, 1). Comme le montre l’exemple,
l’« inversion » n’est pas obligatoire, le sujet rhématisé n’est pas nécessairement final, mais il peut participer à un ordre (X)SVX dans d’autres « intitulés » (phrases-types introduites par un circonstanciel et terminées par un complément d’objet) : Post hunc Ancus Marcius, Numae ex filia nepos, suscepit imperium (1, 5, 1) ; Post hunc Seruius Tullius suscepit imperium (1, 7, 1), par quoi se réalise également la proximité du verbe et du sujet. Notons que les arrangements SVX et XVS caractérisent fondamentalement la période médiévale des langues romanes.

5. Enchaînement des phrases

  • 10 Cf. à propos des soi-disant « conjonctions de coordination » : connective particles somehow play a (...)
  • 11 Il s’agit en fait de la mort de Tibère et de son successeur ; la traduction porte simplement ‘Puis, (...)

6Comme nous l’avons dit plus haut, les auteurs de ces « abrégés » sont particulièrement attentifs à marquer les liaisons transphrastiques. En dehors de l’enchaînement assuré par l’anaphore pronominale (c’est-à-dire en gardant l’usage classique des démonstratifs et des relatifs), ils se servent abondamment des « marqueurs du discours »10, qui ont pour vocation de rappeler au décodeur le fait qu’il a affaire à un texte continu. Nous pensons ici, notamment, à des débuts de chapitres comme Igitur Claudio febri an insidiis oppresso […] Gaius Caesar, cognomento Caligula, auentibus cunctis, deligitur (Aur. Vict. 3, 1)11 ; Ergo Hadriano successit T. Antonius Fuluius Boionius (Eutr. 8, 8, 1) ; Sub imperatoribus uero […] accesserunt Romano orbi Alpes Maritimae (Ruf. Fest. 3) ; Quo ordine autem singulas prouincias Romana res publica adsecuta sit, infra ostenditur (ibid. 4). La conjonction itaque peut jouer le rôle de « continuateur » à l’intérieur d’un micro-récit : Ille […] inductus in senatum nihil quasi Romanus egit […]. Itaque et uxorem a complexu remouit et senatui suasit ne pax cum Poenis fieret […]. Itaque obtinuit (Eutr. 2, 25, 1-2). Ce type de continuateur introduit aussi des précisions : Cum Gallis grauissima bella populus Romanus habuit. Galli etiam eam partem Italiae, in qua nunc Mediolanum est, usque ad Rubiconem fluuium tenebant (Ruf. Fest. 6). On dirait que l’écrit, en voie de s’éloigner de l’oral, prend néanmoins certaines marques de celui-ci et ne reste pas ainsi absolument impénétrable pour les décodeurs moins cultivés.

6. Le narrateur

7Dans les ouvrages historiographiques, la présence – même cachée – du narrateur constitue une problématique intéressante : en effet, celui-ci représente, pour le texte, l’univers du « discours », strictement opposé, selon Benveniste (1966, p. 238), à celui de l’« histoire ». Il est bien évident cependant que même une narration « objective » est filtrée à travers une conscience, dont les manifestations affleurent nécessairement à la surface du texte. Sans doute devons-nous distinguer, pour les ouvrages qui nous intéressent ici, une présence directe de l’auteur lui-même, aisément décelable en connaissance des circonstances historiques, et une couche plus subtile, composée de commentaires, de remarques subjectives et d’indications métatextuelles. Étant donné que, pour l’« abrégé » d’Eutrope et celui de Festus, nous pouvons identifier le destinataire en la personne de l’empereur Valens, il n’est pas difficile de distinguer le petit ensemble de phrases qui rattachent la narration à son contexte d’actualité ; en fait, nous avons là de courts passages – avec des marques de déférence obligées – par lesquels l’auteur brise la monotonie souvent schématique de l’énumération des faits. Au moment de présenter les conquêtes que les Romains ont réalisées en Orient, Festus ne manque pas de faire allusion à certaines intentions de l’empereur : Orientem ac positas sub uicino sole prouincias […] explicabo, quo studium clementiae tuae, quod in isdem propagandis habes, amplius incitetur (Ruf. Fest. 10). Eutrope, de son côté, se permet une réflexion concernant l’ordre politique de son temps, lorsqu’il explique à son narrataire l’institution ancienne de la dictature : Neque quicquam similius potest dici quam dictatura antiqua huic imperii potestati quam nunc Tranquillitas uestra habet (1, 12, 2). Une autre possibilité de sortir de l’uniformité – et en même temps de l’objectivité – du récit consiste à intercaler des commentaires, généralement brefs, qui constituent une sorte de pont entre les faits et la subjectivité du parleur qui les formule pour le récit. Conformément à la culture rhétorique des auteurs, ces commentaires relèvent souvent du lieu commun ; leur présence est toutefois un indice de style, la marque d’une certaine capacité à utiliser la langue de manière souple. C’est surtout Aurélius Victor qui tend à échapper à la monotonie à l’aide de ces « topoï » :

(2)

(la nature, conformément à sa loi) Crebro, tanquam ex industria, malos e bonis, agrestes ex doctioribus, et ceteros huiuscemodi seu contra gignit. (Aur. Vict. Caes. 3, 5 – à propos de Caligula, dont les actes ne pouvaient être prévus à partir de son illustre naissance)

(3)

Quippe, ubi passim confusaque omnia, neque suo feruntur modo, quique fas putant, uti per turbam, rapere aliena officia, quae regere nequeunt, et scientiam bonarum artium foede corrumpunt. (Aur. Vict. Caes. 24, 10 – au sujet de la récente décadence de l’Empire)

8Eutrope préfère les qualifications rapides et précises, qu’il s’agisse de personnes mémorables : Numa Pompilius […] non minus ciuitati quam Romulus profuit (1, 3, 1) ou des qualités du peuple romain : (au début des conquêtes romaines) Paruis adhuc Romanis rebus tanta tamen in re militari uirtus erat (2, 6, 2). Il est curieux de constater que Festus, qui est le plus sobre des trois auteurs dans ce domaine, puisse abandonner le terrain de l’objectivité au profit de la superstition, donc un autre type de discours, en cherchant à rendre compte du malheur de l’empereur Carus : Cari imperatoris uictoria de Persis nimium potens superno numini uisa est. Nam ad inuidiam caelestis indignationis pertinuisse credenda est (Ruf. Fest. 24). Nous avons cité dans l’introduction des phrases qui, sur le plan métatextuel, fournissent des indications relatives au style et à l’articulation des ouvrages – encore une fois, nous sommes témoins ici d’une polyphonie, certes, modeste, mais garantissant un statut littéraire aux trois textes.

7. Comparaisons

  • 12 Festus 27 ; Eutrope 10, 10-15 ; Aur. Victor Caes. 42.

9Concernant la technique de la narration et l’attitude du narrateur, il n’est pas sans intérêt de comparer trois passages parallèles de nos textes12, ayant tous pour objet le règne de l’empereur Constance II (= Constantius, né en 317, régnant de 337 à 361). Les chapitres en question laissent voir les propriétés stylistiques qui distinguent les trois historiens ; ils permettent en même temps de formuler des constatations générales concernant les textes historiographiques du IVe siècle.

10Le cas de Festus paraît relativement simple, vu la grande économie avec laquelle il rédige, tout le long de son ouvrage, l’histoire des conquêtes romaines ; sa tâche se complique cependant du fait qu’il doit rendre compte de certains événements militaires orientaux, tout en les rattachant à la personne de l’empereur. Il se tire d’affaire par une habile alternance des deux thématiques : les combats occupent le premier plan, tandis que la figure de l’empereur se profile dans l’arrière-plan, de temps à autre. Sur le plan de la progression thématique, cette dualité n’amène pas de troubles. Dès la première phrase du chapitre en question (Constantius in Persas uario ac magis difficili pugnauit euentu, Ruf. Fest. 27), Festus pose en point de départ Constantius et en rhème les ‘difficultés des combats’ ; entre ces deux pôles, in Persas joue le rôle du « rappel », expression de l’« hyperthème », développé de diverses manières à travers une série de petits récits. Le rhème uario pugnauit euentu deviendra thème – implicite ou explicité par pugna – dans la suite ; de toutes manières, il se comportera lui aussi, à une échelle plus petite, comme un « hyperthème », éclaté en une série de nouveaux points de départ, autant de batailles à inventorier. Les nouveaux rhèmes, appelés à développer ces points, fournissent les commentaires des batailles ; cependant, avec une grande souplesse, Festus (chap. 27) parviendra à placer les informations qu’il juge importantes concernant les interventions de l’empereur. À propos de lui, nous aurons ainsi des « bribes » rhématiques qui dessinent sa présence en filigrane : (nouiens decertatum est … ipse) praesens bis adfuit ; (sc. pugna) Singarena, praesente Constantio, ac Sicgarena, Constantiensi quoque ; ubi praesens Constantius adfuit. Festus résout sa tâche dans un cadre syntaxique traditionnel, avec des transitions claires (soulignées d’ailleurs par des continuateurs du type autem) ; il s’écarte de l’ordre habituel des constituants (SXV) de façon significative pour rhématiser un sujet : Ter autem a Persis est obsessa Nisibis (Ruf. Fest. 27). D’une manière remarquable, en rendant compte d’une grave défaite des Romains à la fin du chapitre, le narrateur oppose habilement la sagesse de l’empereur à l’impatience maladroite des soldats, cause de l’échec – or, le texte quitte ici le domaine du réel et aborde l’irréel du passé. Variation stylistique et acquittement moral de l’empereur à l’aide du praeteritum perfectum coniunctiui :

(4)

Omnium expeditionum compensatus fuisset euentus, si locis et nocte aduersantibus, percitos ferocia milites ab intempestiuo pugnandi tempore imperator ipse adloquendo reuocare potuisset. (Fest. 27)

11Dans la présentation de l’histoire de Constance, Eutrope suit un plan plus libre et plus ample, mais sa technique est fondamentalement la même que celle de Festus. Après la phrase d’introduction – diuersa Constantii fortuna fuit (10, 10, 1, où diuersa assure la transition par rapport à la notice précédente) –, le nom de Constantius reste, pour ainsi dire, un thème virtuel, revenant souvent dans ce rôle, le long de la notice, dont la thématique peut s’écarter pourtant de l’esquisse biographique, retraçant la lutte de l’empereur contre les usurpateurs du trône. De la sorte, une histoire politique et militaire est racontée parallèlement à l’histoire de l’empereur lui-même. Dès la deuxième phrase, et souvent aussi par la suite, la structure syntaxique fixe des points de départ qui relèvent précisément de ces forces contraignantes extérieures, déterminant la « fortune » de Constance : A Persis enim multa et grauia perpessus (10, 10, 1) ; Post Constantis necem Magnentio Italiam, Africam, Gallias obtinente (10, 10, 2). D’autre part, à l’aide d’une technique habile, Eutrope élabore un schéma de progression textuelle où le mot-rhème est mis en valeur grâce à l’ordre des termes, étant placé en fin de proposition, suivi uniquement d’un verbe à sens général : Romae quoque tumultus fuit […] dignum exitium nanctus est […] grauissimaeque proscriptiones et nobilium caedes fuerunt (10, 11, 2). Sans rechercher une prose artistique, Eutrope parvient à maintenir à la fois une chronologie (représentée par des continuateurs temporels rudimentaires : non multo post, mox, per haec tempora), donc un récit plus ou moins continu, et la présence de l’empereur à l’arrière-plan (c’est justement la tâche que se donne Festus également) : à témoin des phrases comme sed a Constantio […] abrogatum est Vetranioni imperium (10, 11, 1) ; a Constantio […] Gallus Caesar occisus est (10, 13, 1), avec un complément d’agent placé en thème et un ensemble « verbe + sujet » fonctionnant comme rhème, inscrit dans la série des événements et offrant une sorte de facilité de lecture par la constance du schéma. D’autre part, comme nous l’avons déjà vu, des jugements subjectifs peuvent trouver une place dans le compte rendu des faits ; de la notice consacrée à Constance, citons cette remarque désabusée (il s’agit encore de la lutte contre l’usurpateur Magnentius) : Ingentes Romani imperii uires ea dimicatione consumptae sunt, ad quaelibet bella externa idoneae quae multum triumphorum possent securitatisque conferre (10, 12, 1). À travers cette multiplicité des plans, Eutrope réussit à donner au cadre Constantius un caractère achevé, notamment avec un portrait, plutôt flatteur, qui sert de clôture à la présentation. Notons le retour du terme fortuna, qui commence et termine la notice, à la fois indice démarcatif par sa répétition et sémantème complexe, unissant ‘vicissitudes subies’ et ‘périls assumés’ : cuius in ciuilibus magis quam in externis bellis sit laudanda fortuna (10, 15, 2).

12Dans la notice qu’il consacre à Constance, Aurélius Victor allie curieusement un réseau anaphorique parfait et un type de narration qui avance plutôt par les sauts des associations d’idées que selon un plan logico-chronologique. Les premières phrases montrent déjà l’accumulation d’un grand nombre d’éléments thématiques :

(5)

Eum (sc. Vetranionem) Constantius cis mensem decimum, facundiae ui deiectum imperio, in priuatum otium remouit. Quae gloria, post natum imperium, soli processit eloquio clementiaque. (Aur. Vict. Caes. 42, 1-2)

13L’énoncé d’un fait est souvent suivi d’un bout de commentaire, par exemple, tel exploit de Constance attire aussitôt une comparaison, à la gloire de l’empereur :

(6)

(Constantius) genti Sarmatarum magno decore considens, apud eos regem dedit. Quod Gnaeum Pompeium in Tigrane restituendo, uixque paucos maiorum fecisse comperimus (Aur. Vict. Caes. 42, 21-22)

14La clôture du chapitre ne dément pas cette tendance. Après avoir dessiné un portrait très favorable de l’empereur, Aurélius Victor ajoute une note dépréciative concernant les serviteurs de l’État : Atque uti uerum absoluam breui : ut imperatore ipso praeclarius, ita apparitorum plerisque magis atrox nihil (Caes. 42, 25). Ainsi, cet auteur se permet une sorte de jeu de langage : une concision des phrases, allant parfois jusqu’à l’obscurité, est accompagnée, dans l’enchaînement de ces phrases, par une série de caprices.

8. Conclusion

15Le bref parcours que nous avons fait des particularités linguistiques et stylistiques de nos textes nous amène à une double conclusion. Nous avons pu constater, d’une part, que la tradition de l’historiographie classique survit au IVe siècle encore (deux ou trois siècles plus tard, les chroniques de l’époque préromane montreront une tout autre image), et en ce qui concerne notamment l’expression de la progression thématique, la phrase garde beaucoup de souplesse. Néanmoins, sur certains points, on soupçonne, pour ces textes, une influence du registre parlé : comme nous l’avons vu, le style peut être rudimentaire, monotone ou peu contrôlé, et les liaisons transphrastiques fonctionnent avec un degré de sécurité accru. D’autre part, notre parcours prouve que l’objectivité de la narration historiographique est nécessairement accompagnée d’éléments subjectifs – commentaires, évaluations, rythme –, ce qui permet de jeter un coup d’œil sur les processus mentaux réglant la formation des récits.

Haut de page

Bibliographie

Textes

Aurelius Victor, Livres des Césars, éd. P. Dufraigne, Paris, 1975.

Eutrope, Abrégé d’histoire romaine, éd. J. Hellegouarc’h, Paris, 1999.

Festus, Abrégé des hauts faits du peuple romain, éd. M.-P. Arnaud-Lindet, Paris, 1994.

Études

Benveniste, É., 1966, Problèmes de linguistique générale, Paris.

Combettes, B., 1983, Pour une grammaire textuelle. La progression thématique, Bruxelles.

Hofmann, J. B. et Szantyr, A., 1965, Lateinische Syntax und Stilistik, Munich.

Kiss, S., 2006, Les documents latins du Haut Moyen Âge et la naissance du français : la chronique d’Hydatius, Debrecen.

Kroon, C., 1995, Discourse Particles in Latin, Amsterdam.

Longrée, D., 1996, La concurrence entre « rallonge » et « parataxe » chez Tacite, dans H. Rosén (éd.), Aspects of Latin, Innsbruck, p. 483-496.

Mellet, S. et Joffre, M.-D., 1994, Les temps du passé : le parfait, dans S. Mellet, M.-D. Joffre et G. Serbat (éd.), Grammaire fondamentale du latin : le signifié du verbe, Louvain/Paris, p. 81-104.

Serbat, G., 1994, Le présent de l’indicatif, dans S. Mellet, M.-D. Joffre et G. Serbat (éd.), Grammaire fondamentale du latin : le signifié du verbe, Louvain/Paris, p. 21-52.

Spevak, O., 2010, Constituent Order in Classical Latin Prose, Amsterdam/Philadelphie.

Haut de page

Notes

1 Cf. les Introductions des éditions citées dans la Bibliographie.

2 Cf. à ce sujet l’Introduction de P. Dufraigne, p. xlv-l.

3 Nous rencontrons sur ce point la problématique fondamentale de « la subjectivité dans le langage », cf. surtout Benveniste, 1966, p. 262.

4 Concernant la définition de la valeur du parfait en latin classique, nous renvoyons à Mellet-Joffre, 1994, p. 82 (« le parfait latin fournit une image globale et compacte du procès ») et p. 83 (« cette valeur fondamentale explique que, dans un récit, une suite de parfaits exprime l’enchaînement linéaire d’une série d’actions ou d’événements successifs »).

5 En effet, dans la langue parlée, ce temps, quand il avait l’acception d’‘accompli’, devait être relayé de plus en plus par la périphrase « habet + participe passé », cf. Hofmann-Szantyr, 1965, p. 307. Quant aux différentes valeurs stylistiques du praesens désignant le passé en latin classique et préclassique, cf. Serbat, 1994, p. 33-39.

6 Cf. dans ce sens nos relevés concernant une chronique d’Espagne du ve siècle : Kiss, 2006, p. 9-15.

7 Spevak, 2010, p. 2.

8 Pour la définition du phénomène et sa présence chez Tacite, v. Longrée, 1996.

9 Pour cette notion, voir surtout Combettes, 1988, p. 18-25.

10 Cf. à propos des soi-disant « conjonctions de coordination » : connective particles somehow play a role in signalling or maintaining the discourse coherence (Kroon, 1995, p. 371).

11 Il s’agit en fait de la mort de Tibère et de son successeur ; la traduction porte simplement ‘Puis, à la mort de Tibère…’

12 Festus 27 ; Eutrope 10, 10-15 ; Aur. Victor Caes. 42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sándor Kiss, « Schéma narratif et subjectivité du narrateur chez quelques historiens de l’Antiquité tardive », Pallas, 102 | 2016, 255-263.

Référence électronique

Sándor Kiss, « Schéma narratif et subjectivité du narrateur chez quelques historiens de l’Antiquité tardive », Pallas [En ligne], 102 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3742 ; DOI : 10.4000/pallas.3742

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org