Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jean-Paul Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens ? Mythe d’origine de l’Occident

Paris, Seuil, La librairie du xxie siècle, 2014
Jean-Marie Pailler
p. 297-301
Référence(s) :

Jean-Paul Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens ? Mythe d’origine de l’Occident, Paris, Seuil, La librairie du xxie siècle, 2014.

Texte intégral

1Essayons de dégager le fil d’Ariane de ce pavé labyrinthique de plus de 700 pages, d’une typographie aérée, il est vrai, et d’un style étonnamment alerte et limpide. 700 pages dont 73 d’une bibliographie disparate et forcément très lacunaire, d’Aberg à Zvelebil. Un pavé, oui, mais dans la mare. Le titre repose sur un jeu de mots : « où sont passés… ? » peut s’entendre comme « ont-ils donc disparu ? » aussi bien que « par où sont-ils passés ? », ou encore « d’où viennent-ils ? ». Cette dernière question trouve une correspondance dans le sous-titre « mythe d’origine », lui-même porteur d’un sous-entendu polémique : l’origine, cette origine indo-européenne revendiquée par certains comme « nôtre », est ici de l’ordre du mythe, au sens mystificateur du terme. Ce livre s’attache donc à une « déconstruction » plus qu’à une construction.

2Le parcours d’ensemble de l’ouvrage est indiqué p. 14-16 avec la présentation de « 12 thèses », sous l’intitulé : « L’hypothèse indo-européenne officielle. Les 12 thèses canoniques ». Cette formulation ne doit pas tromper : ces propositions ne font que résumer l’idée que l’auteur se fait d’une « vulgate » dont il fournira l’antidote, la « vision alternative » au terme du parcours, p. 596-598, avec les « 12 antithèses ». Il s’agit en fait d’anti-thèses, opposées à toutes thèses, plutôt que de thèses opposées, avec ce que le mot « thèse » implique d’affirmation positive, en bonne étymologie… indo-européenne : *dhe-, « poser, placer ; créer, faire » ; l’astérisque marque la « racine », cf. sanscrit dá-dhā-ti, grec ti-thè-mi, latin fa-c-io, « faire », arménien dnem ; lituanien détas, « posé », etc.

3Comment passe-t-on, au fil des pages, de ces thèses à ces anti-thèses ? A une évocation kaléidoscopique de l’apparition du thème et de son développement jusqu’à nos jours (avec un intéressant salut à Leibniz et à sa reconnaissance prémonitoire de la place de l’allemand, p. 28-30), succède la reconstitution d’un « premier mouvement (de 1814 à 1903) », ironiquement sous-titré « Tout est résolu ! ». L’auteur pourfend d’entrée, p. 21 et n. 1, les « hagiographies » constitutives d’une « légende dorée », en même temps qu’il décrit les Européens de l’époque moderne comme à la fois chrétiens et « schizophrènes », en mal de remplacement de l’hébreu comme « langue mère » par une langue indienne : le sanscrit. L’ouvrage dénoncera donc d’un même élan tous les piliers de la « science indo-européenne » : toute-puissance du comparatisme, généalogie arborescente des langues (Stammbaum : indéfiniment répété, le mot sonne un peu, dans ce livre, comme celui de Satan…), référence à une Ursprache (langue originelle), croyance aux lois de la phonétique, à quoi se joint la petite musique entêtante et détestée des connivences politiques douteuses de l’indo-européanisme.

4Tout n’est donc pas « résolu » au terme du xixe s., ni des cent pages (41-138) qui font revivre la « grammaire comparée » fondée (indépendamment) par F. Bopp et K. Rask, puis développée par la science allemande triomphante. Dès le départ s’y imprime le « paradigme de la langue mère et celui de la langue comme être biologique » (p. 44-45), ce qui a justifié la préférence donnée définitivement en allemand à « Indo-Germain » (Indogermanisch) sur « Indo-Européen ». Le livre, ici, n’est pas manichéen : d’excellentes pages (46 et s.) confrontent la situation face à la langue, et à la linguistique naissante, de l’Allemagne en gestation douloureuse et d’une France alors sûre de sa langue, la langue de l’Europe, de sa civilisation directement héritière du passé gréco-romain, puis de l’universalisme acquis au fil des conquêts coloniales. Vers le milieu du siècle, August Schleicher propose le premier vrai Stammbaum, très schématique, et définit les parentés et lignes d’évolution des langues dans des termes voisins de ceux de ses contemporains Darwin, pour la biologie, et Hegel, pour la philosophie de l’Histoire. Demoule amorce là un des thèmes favoris du livre : tous les « indo-européanistes » postérieurs, bien qu’ils critiquent les simplismes de Schleicher, seraient restés obstinément fidèles à son « modèle ». Vers la fin du siècle, ceux qui se nomment les « jeunes grammairiens » Brugmann, Osthoff, Delbrück n’auraient fait que durcir cette tendance, en décrétant que les lois phonétiques « ne souffrent pas d’exception ». L’auteur leur oppose la figure à ses yeux prophétique de K. Schuchardt, passionné d’interférences et mélanges linguistiques, jusqu’aux « créolismes ».

5De la recherche de l’Ursprache à celle de l’Urvolk (Peuple originel) et de l’Urheimat (Patrie d’origine), il n’y eut qu’un pas. Ce Berceau primitif se déplaça, au long du xixe s., de l’Inde au Nord de l’Europe et plus précisément à la Germanie, en passant par l’Asie centrale et les steppes qui bordent la mer Noire. Adepte, avec d’autres, de la paléontologie linguistique, l’officier suisse Adolphe Pictet avait d’abord reconstitué en Bactriane un « paradis terrestre », sorte d’Eden laïcisé (p. 64). La Chute – ici le Climat – aurait ensuite dispersé le peuple originel en autant de populations et de langues dérivées. Par la suite, des arguments tour à tour ou simultanément archéologiques, ethnologiques et nationaux (avec le tropisme des Russes pour le Tadjikistan et celui des Allemands pour la Baltique, opposés à celui des Anglais pour leur colonie indienne) ont déplacé le lieu fondateur vers les zones de l’Europe proches de l’Asie, et inversé les courants de dispersion, du sens est-ouest au sens ouest-est. Notons l’appréciation ambivalente portée sur l’œuvre primitiviste et « steppique » d’Otto Schrader, dans la mesure où cet érudit modéré fut aussi, au tournant du siècle, un des premiers éclectiques, s’appuyant à la fois sur la linguistique, l’archéologie et l’anthropologie. Le « retour à la Germanie » (p. 86), consécutif à l’unité allemande de 1871, présageait les aberrations catastrophiques de la première moitié du xxe s.

6Transgressant les coupures qui rythment l’ouvrage, on passera rapidement sur les deux cents pages qui suivent (p. 97-317). On peut en retenir quelques épisodes pittoresques ou sinistres, parfois les deux en même temps, et quelques portraits d’hommes de science ou de para-science, du théoricien français du racisme, le bibliothécaire craniomane Vacher de Lapouge, à l’influent préhistorien Kossinna, l’auteur le plus cité d’un bout à l’autre du livre, pour qui l’archéologique recouvre l’ethnique et réciproquement. Mort deux ans avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir, Kossinna aurait ainsi préfacé une des affirmations centrales du régime nazi. Ces pages sont claires, bien construites et très informées, mais ne concernent que latéralement la « question indo-européenne ». L’auteur lui-même constate lucidement que « Hitler n’y croyait pas » (p. 191-192) : politique avant tout, et culturellement (si l’on ose dire) classique, le Führer trouvait incongrue l’insistance mise par son séide Rosenberg à revenir obstinément à un « passé barbare » de l’Allemagne, comparé à la grandeur antique ; le Duce était mieux pourvu, et l’on songe irrésistiblement à la séquence « chez le coiffeur » du Dictateur. Même l’Ahnenerbe (« Héritage des ancêtres ») mis en place par Himmler au sein de la SS n’a guère passionné son Guide.

7Après une brève évocation de Saussure, le génial élève suisse de Pictet et fondateur de la linguistique générale, les p. 147-162 exécutent « Antoine Meillet, chef et maître » de la linguistique française et européenne pendant le premier tiers du xxe s. Que Meillet ait régné sans partage, nul n’en disconvient, et Dumézil eut assez à en souffrir… ce qui, comme le note Demoule, ouvrit la voie à sa propre émancipation créatrice. Meillet, socialisant, avait une conception très « IIIe République » de la « nation indo-européenne », et plus précisément un point de vue jacobin (Demoule n’emploie pas le terme) sur le plan de la langue : une vraie langue, à la différence d’un dialecte, était pour lui homogène et, d’une certaine façon, immuable. Lui-même et son disciple et successeur, Emile Benveniste, projetaient, sur cette époque primitive, une grille guerrière, aristocratique, indissociable d’une haute culture dont la langue était le vecteur. Tout cela, ajouté à une adhésion civilisatrice à l’ordre colonial français de l’époque, a de quoi nous heurter, sans pour autant justifier les « parentés » que l’auteur, de rapprochement en rapprochement, finit par suggérer avec les conceptions nazies. Cela se poursuit jusqu’à la p. 317, du nazisme ou du pétainisme jusqu’aux « Nouvelles Droites » françaises et européennes, depuis les années 1970. Il faut bien le dire, cela ne présente plus aujourd’hui qu’un intérêt anecdotique, avec pour seul résultat d’alimenter le parallèle un peu fourbu entre « indo-européanisme » et boîte à idées de l’extrême-droite. Ces dernières années, les sources du mal, à ce qu’il semble, ont été plus concrètes, plus immédiates et moins cultivées.

8Le plus contestable n’est pourtant pas là. On demeure perplexe de lire (p. 151, etc) : « sur quoi reposent ces certitudes si souveraines, qui permettent de passer des correspondances phonétiques formelles aux aristocrates orgueilleux et guerriers ? » Résumer le dossier indo-européen à quelques « correspondances phonétiques » frise la caricature. Il ne s’agit pas de jeux de phonèmes, mais d’un immense ensemble lexical, sémantique, morphologique, forcément porteur de signification. S’il y a débat – et débat il y a –, ce n’est pas sur l’existence de cette signification, c’est sur sa nature précise, sur ses variantes et ses lignes d’évolution, sur le rôle des contacts et des emprunts internes et externes à l’indo-européen, nombreux au long de cette évolution. Quant aux origines lointaines, la discussion doit porter sur la (ou les) localisations, sur la nature de la ou des situations primitives des porteurs de la ou des langues les plus anciennes. Le reste de ce livre, toujours déconstructeur, montre qu’aucune des solutions avancées jusqu’ici avec l’appui de l’archéologie n’est satisfaisante. Il faut, au minimum, mettre entre parenthèses les notions de Peuple originel et de Foyer originel. Dans la seconde moitié du xxe s., ni la thèse néo-steppique de Marija Gimbutas (omise à l’index ; p. 385-425), ni les conjectures anatoliennes de Colin Renfrew (p. 353-382) n’ont convaincu. Mais cela n’entraîne aucune mise en question de l’astérisque, je veux dire de la notion de racine. Faute de postuler la racine *dhe-, je suis totalement incapable de comprendre la valeur comparée, c’est-à-dire à la fois parente et différentielle, du grec tithèmi et du latin facio, ainsi que la formation et le sens de verbes aussi importants que le latin condere (< con-dhere), « fonder », c’est-à-dire « poser ensemble ».

9Limitons-nous au vocabulaire de la parenté, en le considérant à partir du gaulois, tel qu’on le connaît de mieux en mieux. « MERE » se dit matir, cf. latin mater, grec mèter, sanscrit mātár, tokharien B mācer… L’allemand Mutter, l’anglais mother dérivent d’un thème germanique proche. En « aval celtique », le vieil irlandais a gardé máthair ; le gallois et le breton ont un « nursery word », mam (cf. angl. « mum, mummy »), là où le mot hérité du thème indo-européen désigne la tante maternelle : vieux breton motrep, etc. la moisson est comparable pour les mots « père », « frère », sœur ».

10Ces dérivations (quel autre mot ?) symétriques, chaque fois attestées dans au moins six des principales « familles » i-e, se retrouvent pour exprimer la filiation, que celle-ci ait un sens biologique, social ou initiatique – une multifonctionnalité qui contribue à expliquer une certaine instabilité lexicale, au demeurant très relative. Le nom de la FILLE est riche d’enseignements récents : gaul. duxtir, découvert en 1983 sur le texte magique du plomb du Larzac. gr. thugater, sanscr. duhitar, v. perse duxtar, tokh. B tkācer, arm. dustr, v. slave dušti, germ. > Tochter, daughter. Le latin (>langues romanes) a filia, comme filius. Le celtique insulaire n’a pas d’attestation sûre, préférant des formations sur *gen- : *enigena > v. irl. ingen, « fille » ; mais peut-être murduchu (« sirène) < *mu (i) r- duch (tir), « fille de la mer ».

11Ces données convergentes, exclusivement indo-européennes, déconseillent l’abandon du recours aux « racines » du même nom. Il serait aberrant d’expliquer ce système hérité – de quelque façon qu’il faille se représenter un héritage étalé sur plusieurs millénaires et sur d’immenses domaines – par un jeu complexe et indéfini d’emprunts dans les « réseaux » invoqués à la fin de l’ouvrage (p. 505-550). Pour le dire d’un mot : la phobie de l’arbre paraît bien conduire J.-P. Demoule à perdre son lecteur dans la forêt enchantée des contacts, des emprunts et des mélanges. La promenade sinueuse proposée en ces pages est bien documentée, allègrement conduite, mais déclenche régulièrement chez le lecteur attentif un « so, what ? ». Le recours aux « réseaux » n’est guère qu’une solution verbale, qui rappelle les médecins de Molière. Les tableaux, cartes et schémas juxtaposés dans les annexes des p. 599-612 sont tout au plus de nature à alimenter un scepticisme généralisé. Ces documents manquent de tout Sitz im Leben et comportent des erreurs manifestes : dates d’apparition du latin et du celtique aberrantes, ombrien et osque dérivant du latin au n° 2 (Mallory), carte des langues, au n° 8 (Demoule) d’où le sanscrit et l’iranien ont disparu.

12Last but non least, Dumézil. Un chapitre entier lui est consacré (p. 469-504), sous un titre péguyste : « Dumézil, un héros français ». L’auteur témoigne un vrai respect au « monument des sciences humaines françaises » (p. 492), dont les variations et, parfois, l’esprit décalé ne manquent pas de l’intriguer. La présentation des thèses et de l’esprit de cette recherche (p. 470-477) est un chef-d’œuvre de clarté synthétique. J.-P. Demoule salue à la fois la « colossale érudition » de l’auteur, les « indéniables correspondances » qu’il a su traquer dans des matériaux immenses, enfin l’esprit structural de sa démarche comparative. Les cinq points débattus ensuite concernent la qualité des comparaisons, le flou d’une 3e fonction un peu « fourre-tout », les manifestations trifonctionnelles hors du domaine i-e, les modalités de transmission de l’héritage, une alternative possible à la « dispersion arborescente ». Ces deux dernières questions n’en font qu’une en réalité, et J.-P. Demoule leur apporte (p. 500-501) une réponse plus équilibrée, entre « arbre » (héritage) et « réseau » (emprunts et mélanges), que celle qui prévaut à la fin du livre. Ces réponses auraient gagné en finesse et en profondeur à la lecture de Benveniste, Problèmes de linguistique générale, I (livre oublié ici), p. 168-175, 214-222, 301-307 et surtout 107-116.

13Le diable, comme on sait, est parfois dans les détails. Demoule est resté marqué par l’histoire du Borgne et du Manchot, je veux dire l’impeccable parallèle dressé par Dumézil entre l’histoire romaine « mythique » (le couple Horatius Coclès-Mucius Scaevola) et la mythologie scandinave (Odhinn-Tyr). Difficile d’y échapper. Mais impossible, si on l’admet, de l’expliquer par quelque forme d’emprunt : quelle chance qu’un fragment d’histoire romaine primitive se soit transmis d’un bloc, structure et signification, à la mytho-théologie germanique médiévale ? La seule piste qui demeure est celle d’un héritage « idéologique » partagé. A moins que… et si le borgne romain n’était pas borgne ? L’ensemble s’écroulerait. Et J.-P. Demoule de citer Plutarque (p. 492) : « [Coclès] avait la partie antérieure du nez si aplatie, si enfoncée, qu’il n’y avait pas de séparation entre ses yeux et que ses sourcils confluaient ». Vérification faite, Plutarque écrit ceci (Vie de Publicola, 16, 7) : « Il était surnommé Coclès parce qu’il avait eu un œil crevé à la guerre ou, selon d’autres [suit le passage ci-dessus] ; les gens voulaient le surnommer le Cyclope, mais ils prononçaient le nom de travers et le surnom qui prévalut dans la foule fut Coclès ». Comme souvent, en particulier dans ses Questions romaines, Plutarque laisse au lecteur le choix entre plusieurs possibilités, certaines étant clairement de l’ordre du fantasme. De plus, son commentaire est ici d’un Grec s’adressant à des Grecs. Les occurrences littéraires de l’adjectif latin cocles ne laissent, elles, pas le moindre doute : chez les auteurs les plus anciens, Plaute et Ennius, comme dans l’exégèse linguistique de Varron, le mot signifie « borgne ». L’objection repose donc sur une citation tronquée et une absence de référence aux sources latines. Avec le regard malicieux que connaissaient ses auditeurs, Dumézil aurait pu répondre : « Ai-je écrit des romans [cf. p. 506] ? Je ne sais, mais j’ai toujours contrôlé mes sources ».

14On abandonne ce livre à regret, dans l’idée d’un dialogue à poursuivre, et que tout n’a pas été dit. Livre formidablement documenté, écrit avec une élégance devenue rare. Livre bien de son temps : à une époque où un « ministère des familles » remplace celui « de la famille ». le refus du Stammbaum « vertical » au profit des réseaux « horizontaux » éveille plus que des échos. Cette œuvre de culture, d’engagement et de bonne foi souffre cependant de ne pas choisir entre l’histoire des idées contemporaines, du xixe au xxie siècle, le dialogue entre archéologie et linguistique, une polémique parfois excessive et une proposition de « solution » plus verbale qu’opérationnelle. Le succès de « l’anti-thèse » sera, on peut le prévoir, et il est déjà d’autant plus grand qu’à la réception se trouvent souvent des archéologues aujourd’hui de plus en plus éloignés de « l’indo-européen » et, plus gravement, des langues et des textes anciens. De ce point de vue, il se pourrait bien que l’ouvrage se trompe de cible. Reste enfin une question majeure : une langue n’est-elle vraiment, comme cela est dit et redit dans ce livre, qu’un « objet » parmi d’autres ? Il est permis d’en douter.

15Au total : un grand et beau livre, qui pose bien des problèmes. Dans tous les sens du terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pailler, « Jean-Paul Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens ? Mythe d’origine de l’Occident », Pallas, 102 | 2016, 297-301.

Référence électronique

Jean-Marie Pailler, « Jean-Paul Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens ? Mythe d’origine de l’Occident », Pallas [En ligne], 102 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/3774

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pailler

Professeur émérite d'histoire romaine, Université Toulouse Jean Jaurès
TRACES, UMR 5608
pailler@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org