Skip to navigation – Site map
Notes de lecture

Philippe Lafargue, La bataille de Pylos

Alma éditeur, Paris, 2015
Sandra Péré-Noguès
p. 307-308
Bibliographical reference

Philippe Lafargue, La bataille de Pylos, Alma éditeur, Paris, 2015.

Full text

1Qu’est-ce qu’un événement pour l’historien d’hier et d’aujourd’hui ? Telle pourrait être la problématique du livre que Philippe Lafargue consacre à la bataille de Pylos, l’une des batailles les moins connues et les moins analysées de la guerre du Péloponnèse. C’est en août 425 sur la petite île de Sphactérie à l’ouest de la côte péloponnésienne qu’elle s’achève, et que « événement le plus inattendu aux yeux des Grecs » selon Thucydide, l’armée athénienne est victorieuse et Sparte défaite. L’historien athénien ne la considère pourtant pas comme un véritable événement, mais plutôt comme un épisode parmi tant d’autres de cette longue période de guerre que connut la cité de l’Attique. Dès lors comment relire le récit que Thucydide en a laissé, lui le stratège exilé après l’amère défaite subie l’année suivante devant Amphipolis ? C’est pourtant son interprétation que des générations d’historiens ont acceptée, même si, selon la formule souvent citée de Nicole Loraux, Thucydide ne peut être considéré « comme un collègue ».

2En deux cents pages accompagnées de notes en fin de volume et de 4 planches couleur hors texte, dont des cartes très utiles, Philippe Lafargue parvient à restituer à la bataille de Pylos le rang incontestable d’événement, et à mener au fil des pages le lecteur vers une réflexion essentielle sur le statut des sources du passé ainsi que sur l’écriture de l’histoire. Dans une première partie consacrée aux « victoires athéniennes », l’auteur remet la bataille dans son contexte aussi bien politique que militaire. Son analyse jette un éclairage très intéressant sur un personnage assez peu étudié de cette période, Démosthène. S’il fut souvent jugé comme l’artisan principal de la victoire de Pylos, Philippe Lafargue montre à quel point il fut surtout un parfait et fidèle allié de Cléon dans les opérations. Pour la description de la bataille, l’auteur nourrit l’analyse de sa propre « autopsie » du terrain : ainsi évoque-t-il l’unique voie d’accès au fortin défendu par les Lacédémoniens sur le mont Elias – parcours qu’il a dû lui-même reconnaître – mais aussi l’accablante chaleur qui devait épuiser les ressources physiques et morales des deux armées belligérantes. La description vaut donc par la précision et le caractère particulièrement vivant du déroulé de la bataille. Comme Thucydide qui n’hésitait pas à la comparer « toutes proportions gardées » à celle des Thermopyles, Philippe Lafargue paraît lui aussi sensible au sort des vaincus lacédémoniens, condamnés à jeter leurs boucliers et à « lever les bras » – probablement comme des suppliants. C’est en fait dans la perception de la victoire et ses prolongements que l’auteur met en œuvre une analyse critique très bien menée du récit thucydidéen. Celle-ci est au cœur de toute la seconde partie de l’ouvrage dans laquelle Philippe Lafargue essaie d’expliquer, de commenter et finalement de déconstruire non seulement le point de vue de Thucydide, mais aussi quelques stéréotypes profondément liés à notre perception de la guerre du Péloponnèse. Il revient ainsi sur l’idée qu’à Pylos c’est Sparte la cité hoplitique, invincible sur terre, qui est morte ; la symbolique peut paraître puissante, mais, sur le terrain, la phalange avait encore de beaux jours devant elle – jusqu’à Alexandre au moins. En réalité, c’est un autre modèle de la guerre qui s’y dessine et dans lequel la phalange occupe une place différente et étroitement associée aux autres troupes légères. De la même manière, l’auteur démontre que loin d’être seulement défensive, la stratégie qu’avait pensée Périclès correspondait bien à une stratégie totale, visant par l’epiteichismos (c’est-à-dire la capacité de prendre et de tenir des points d’appui en territoire ennemi), à une stratégie d’encerclement redoutable et redoutée pour l’adversaire. Si Périclès n’eut guère le loisir de l’appliquer, Démosthène suivit cette stratégie à la lettre comme l’atteste l’attaque de Pylos. Par ailleurs, Philippe Lafargue souligne à quel point la victoire fut célébrée à Athènes : l’achèvement du temple de Nikè serait ainsi concomitant et même associé aux célébrations qui eurent lieu dans la cité. Quant à Cléon, stratège victorieux, il en a également recueilli les fruits et accru sa popularité dans la cité, une popularité largement mise en valeur et paradoxalement critiquée par les sources qui lui étaient les plus hostiles, Aristophane et Thucydide. Enfin, la perception de Thucydide et sa mise en récit de la bataille (et de la guerre dans son ensemble) interrogent dès lors qu’elles sont confrontées à d’autres sources contemporaines ou de peu postérieures. L’unité chronologique de la guerre du Péloponnèse peut ainsi être remise en cause, car pour d’autres auteurs, il y eut plusieurs guerres d’intensité différente sur près d’un demi-siècle, et non une seule guerre. Rompre avec ce postulat imposé par le récit de Thucydide reste aujourd’hui difficile tant il a fait pendant des siècles autorité ! L’accepter reviendrait aussi à remettre en cause la sempiternelle opposition – Athènes contre Sparte – qui a très (trop) longtemps prévalu.

3Rédigé avec rythme, cet ouvrage renoue efficacement avec la tradition historiographique initiée par de grands historiens comme Georges Duby pour le Dimanche de Bouvines ou John Keegan pour son magistral The Face of Battle, deux éminents prédécesseurs dont se réclame fort à propos l’auteur. Le pari est réussi sans conteste, car Philippe Lafargue a réussi par son étude à montrer combien il était nécessaire de dépasser le document littéraire lui-même, afin de révéler ce qui a fait événement et en écrire une nouvelle histoire, qui puisse s’affranchir de la révérence que certains historiens ont toujours témoignée à l’égard du récit de Thucydide.

Top of page

References

Bibliographical reference

Sandra Péré-Noguès, « Philippe Lafargue, La bataille de Pylos », Pallas, 102 | 2016, 307-308.

Electronic reference

Sandra Péré-Noguès, « Philippe Lafargue, La bataille de Pylos », Pallas [Online], 102 | 2016, Online since 20 December 2016, connection on 20 September 2017. URL : http://pallas.revues.org/3778

Top of page

About the author

Sandra Péré-Noguès

Maître de conférences en histoire grecque, Université Toulouse Jean Jaurès
TRACES UMR 5608
perenog@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org