Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Daniel Marguerat, Les Actes des Apôtres. Commentaire du Nouveau Testament

2 vol., Genève, Labor et Fides, 2015
Jean-Marie Pailler
p. 308-311
Référence(s) :

Daniel Marguerat, Les Actes des Apôtres. Commentaire du Nouveau Testament, 2 vol., Genève, Labor et Fides, 2015.

Texte intégral

1« Puisque beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui furent dès le début témoins oculaires et serviteurs de la Parole, j’ai décidé, moi aussi, après m’être informé exactement de tout depuis les origines, d’en écrire pour toi l’exposé suivi, excellent Théophile, pour que tu te rendes bien compte de la sûreté des enseignements que tu as reçus » (évangile de Luc : Lc 1, 1-4, trad. E. Osty, Bible de Jérusalem).

2C’est à juste titre que M. Casevitz et F. Hartog ont inclus ce Prologue dans leur recueil des entrées en matière des historiens anciens : le propos, le style, le rythme et le contenu de ces lignes qui ouvrent l’ensemble « Luc-Actes » situent l’auteur, au moins par la culture et en intention, dans la lignée des historiens grecs et romains d’époque hellénistique. Il s’agit bien ici d’un livre d’histoire, mais d’histoire sacrée ; d’histoire sacrée, mais aussi d’histoire tout court. Le travail monumental de D. Marguerat permet aujourd’hui, dans ces deux dimensions, de prendre la mesure du contexte, de l’ampleur et de la portée de la seconde partie de cette œuvre : ce qu’il est convenu de nommer les « Actes des Apôtres ».

3Ce livre est une somme. L’expression, un brin galvaudée, s’applique ici parfaitement. D’abord en ce sens que ces deux volume renferment, pour rendre compte d’un texte de moins de 80 pages, près de 800 pages d’une typographie serrée mais très lisible. Une somme, en ceci également que le texte entier des Actes y fait l’objet d’une traduction entièrement nouvelle, présentée au fil des chapitres. Seul manque le texte grec, régulièrement cité et pris en compte, avec les variantes, au fil du commentaire. L’Introduction, limitée à quinze pages, est extrêmement dense et riche. Elle fait notamment le point sur les travaux antérieurs : la bibliographie des « Commentaires des Actes consultés », qui ouvre le livre, ne comporte pas moins de 82 titres, de Bède le Vénérable et Calvin aux plus récents : quelques-uns, liés ou non à « l’école de Tübingen », qui ont marqué leur époque, se concentrent autour de 1900 (B. Weiss, H. Wendt, W. Schmithals, A. Loisy…) ; les années 1950-1960 en voient paraître un certain nombre (H. W. Beyer, J. Dupont, H. Conzelmann, J. René…), mais le flot grossit surtout à partir de 1980-85.

4C’est en prenant appui sur ces travaux et sur bien d’autres, ponctuels ou plus largement « lucaniens » (de Dibelius, Cadbury, Trocmé, Boismard-Lamouille-Taylor, Bovon, Mathieu, Légasse…) que l’auteur affine son propre Commentaire. Celui-ci représente encore une somme par cette masse des études qu’il brasse, filtre et intègre à ses remarques, dans un style limpide, éloigné de tout jargon et – le fait devient rare – très agréable à suivre. L’Introduction réaffirme un certain nombre de données qui font aujourd’hui consensus, après tant de disputes exégétiques. En premier lieu, l’évangile de Luc et les Actes des Apôtres ont bien constitué à l’origine un seul ouvrage sorti du même calame (celui du « médecin Luc » ? Cela reste discuté) — d’où l’expression aujourd’hui consacrée pour désigner cette œuvre : « Luc-Actes ». Son auteur était selon toute vraisemblance un Grec du Proche-Orient, un de ces « craignant Dieu » très au fait du judaïsme hellénistique, connaissant à fond la Septante et convertis à la « Voie », la nouvelle secte juive qui affirmait progressivement son autonomie. Faut-il enfin rappeler une évidence ? Le titre « Actes des Apôtres » est apocryphe. C’est probablement une création de la fin du iie siècle, au moment de la scission canonique de « l’évangile de Luc » et du « livre des Actes », appelé ainsi sur le modèle de recueils de hauts faits de personnages dans des récits hellénistiques. Le nom même d’« apôtres » ne pouvait figurer en tête du texte originel, car cette qualité est réservée par Luc aux Douze devenus Onze, au remplaçant de Judas choisi par le sort (Matthias, cf. Ac 1, 15-26) et à Paul.

5Sur d’autres aspects qui restent en débat, D. Marguerat prend parti clairement, mais sans polémique : oui, Luc a subi l’influence de Paul, mais il n’est pas le très proche compagnon que décrivent les Actes. Son œuvre date des années quatre-vingt ; il est donc un témoin de « troisième génération ». Même s’il a réuni, comme le déclare le prologue reproduit ci-dessus, une documentation solide et souvent de première main, il représente une vision chrétienne clairement postérieure à la destruction du Temple de Jérusalem en 70, ainsi qu’à la séparation d’avec le judaïsme. Et, plus qu’on ne l’a dit, il est « un théologien » (F. Bovon), avec sa vision propre et originale, se rapprochant en cela de l’auteur de l’évangile de Jean. Comme l’ont fait ces dernières années, à des degrés variables, des historiens biographes de Paul tels que J. Murphy O’Connor et M.-F. Baslez, D. Marguerat marque toute la distance qui sépare le Paul des épîtres (le « vrai Paul », si l’on veut) de celui que présentent les Actes, quelle que soit la place éminente qu’y occupe le converti du chemin de Damas. Les Actes voient en Paul, comme en Pierre, une figure consacrée plutôt qu’un contemporain et un compagnon, en dépit des nombreux passages en « nous » qui restituent dans la deuxième partie les voyages de l’apôtre des Gentils. A la différence de certains de ses collègues, l’auteur du Commentaire prend volontiers son parti de ce décalage et se consacre pleinement, et comme de l’intérieur, à l’éclairage du monde historique et religieux que nous présentent les Actes.

6Un monde en vérité fascinant de réalité, une réalité mêlée d’un sacré omniprésent. L’ensemble du texte s’inscrit dans une orientation historique, celle de la croissance de la « Parole » dans tout l’Orient méditerranéen et en direction de l’Occident. Le verset 12, 24 est un leit motiv de cette vision optimiste, sinon triomphaliste : « la parole de Dieu grandissait et se multipliait ». Sur cette trame, Luc, certes, « romance » souvent avec talent. Un exemple : le conte de la libération miraculeuse de Pierre de la prison d’Hérode Agrippa, au même chapitre 12, est sur le plan narratif un petit chef-d’œuvre, D. Marguerat le montre en détail (vol. I, p. 419-444). Citons-le, avec la jubilation dont il est porteur : « aucun ingrédient d’un récit palpitant n’y manque : le tragique, le pittoresque et le burlesque alternent avec du suspense. Tragique : deux morts violentes, Jacques et Hérode le roi. Pittoresque : Pierre, guidé dans son évasion par un ange, se demande s’il rêve ou non. Burlesque : Pierre veut se réfugier dans la maison de Marie, mais Rose [ou Rhodè, la servante], toute à sa joie, néglige d’ouvrir la porte à l’évadé ! Suspense : Pierre réussira-t-il son évasion ? […] Le lecteur retient son souffle durant ces vingt-cinq versets… » (p. 421).

7En même temps, le texte de Luc se veut avant tout porteur du message, du « kérygme » évangélique. L’auteur du Commentaire, qui est aussi pasteur de l’Église réformée, consacre à la fin de chacun des chapitres une page à des « perspectives théologiques ». Deux citations, concernant le même passage, en donneront une idée, dans le va-et-vient entre Ancien et Nouveau Testament constitutif de cette théologie intertextuelle : « les références à l’exode dominent l’épisode de l’évasion (v. 6-11) [la démonstration, appuyée sur une comparaison décisive entre notre texte et Exode 12, entre la libération de Pierre et la sortie d’Égypte (version de la Septante), est à la p. 426 du premier volume], tandis que l’appel à la mémoire d’évangile couvre le récit du verset 3 au verset 17, surplombant et englobant les références à l’exode [tableau comparatif d’Ac 12, 3-7 et 12-17 avec Lc 22-24 (la résurrection de Jésus et la réaction des disciples), p. 429]. Il faut en saisir la portée : c’est par la médiation de l’histoire de Jésus que la nuit de Pierre fait sens et devient nuit de libération. La résurrection du Christ assure et perpétue en régime chrétien l’intervention du Dieu de l’Exode » (p. 443). Et plus loin, sous la rubrique « une théologie de l’échec » : « Ac 12 marque la fin d’une époque. Les Douze cessent d’être la seule figure de référence pour la chrétienté. Jacques est exécuté et Pierre menacé de mort : or, cette situation désastreuse est l’occasion d’expérimenter l’intervention libératrice de Dieu. La libération de Pierre préfigure le rassemblement du nouveau peuple, fait de juifs et de païens, auquel Barnabé, Saul et Jean Marc vont œuvrer » (I, p. 444)

8On a remarqué depuis longtemps que l’auteur des Actes possède une connaissance remarquable à la fois de la géographie et des institutions de l’Empire romain. Ces qualités sont particulièrement perceptibles dans l’évocation des voyages de Paul et de ses relations avec les divers types d’autorités auxquelles il a affaire. Aux deux extrémités de la mission, chez les païens de Lystre (II, p. 63-75) et de Malte (p. 364-371), mais aussi au centre, à Athènes (p. 149-167), les aventures de Paul et de ses compagnons sont contées avec un souci rigoureux d’exactitude contextuelle, un sens romanesque du pittoresque (caractéristique de toute l’époque de Domitien) et un souci d’exalter le progrès dune religion de mieux en mieux distinguée de sa matrice juive. Mais déjà dans les premiers chapitres les traces de cette compétence abondent, si l’on veut bien faire une place à part aux discours, essentiellement ceux de Pierre. Ils ont été placés par l’auteur des Actes dans la bouche de l’apôtre en fonction d’une notion de convenance (par rapport à l’orateur comme au public et aux circonstances) adoptée par les historiens anciens depuis Thucydide « citant », c’est-à-dire reconstituant entre autres les prises de parole de Périclès à Athènes au début de la guerre du Péloponnèse.

9Un autre mérite de cette œuvre doit être souligné. Il s’agit des encadrés qui présentent, de manière synthétique, un certain nombre de questions « sensibles ». On peut ainsi retenir, dans le second tome, les mises au point sur « les deux noms de Paul » (p. 31), sur Luc lecteur, ou non, des lettres de Paul (p. 51-52), sur « l’autre » Pierre, au iie siècle, celui de judéo-chrétiens voyant en Paul « l’ennemi » (p. 97), sur les séquences du voyage exprimées « en nous » (p. 128-130), sur le parallèle entre passion de Jésus et « passion » de Paul (p. 250), enfin – conclusion la plus digne d’un livre sans conclusion – sur la question traditionnelle « pourquoi Luc ne raconte-t-il pas la fin de Paul ? » (p. 388-389). Chaque fois, au fil de notations brèves ou, selon les cas, d’un raisonnement serré, D. Marguerat apporte des points de vue clairement et prudemment exprimés, qu’ils soient tranchés ou respectueux des incertitudes actuelles de la critique. Ces qualités achèvent de qualifier cet ouvrage comme proprement admirable, sans doute appelé à dominer et à orienter pour un temps appréciable une bibliographie internationale qui a pris en un demi-siècle des proportions effrayantes. C’est dire si ce livre vient à son heure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pailler, « Daniel Marguerat, Les Actes des Apôtres. Commentaire du Nouveau Testament », Pallas, 102 | 2016, 308-311.

Référence électronique

Jean-Marie Pailler, « Daniel Marguerat, Les Actes des Apôtres. Commentaire du Nouveau Testament », Pallas [En ligne], 102 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/3780

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pailler

Professeur émérite d'histoire romaine, Université Toulouse Jean Jaurès
TRACES, UMR 5608
pailler@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org