Navigation – Plan du site
Instruments vétérinaires

Panorama des instruments vétérinaires jusqu’aux xviiie et xixe siècles

Veterinary instruments during XVIIIth and XIXth centuries
Christophe Degueurce
p. 15-32

Résumés

Au début du xviiie siècle, les instruments dédiés aux soins des animaux étaient liés aux pratiques ancestrales des maréchaux. La saignée, la purge et le lavement, la dessolure, la cautérisation, le recours à la polypharmacie étaient des pratiques qui trouvaient leur source dans une tradition médicale remontant à l’Antiquité. Le développement d’une médecine savante et sa mutation en médecine vétérinaire ne devaient pas significativement changer la nature des instruments vétérinaires avant la fin du xixe siècle. Si les premiers traités qui laissent entrevoir la diversification du matériel chirurgical datent de la première moitié du xixe siècle, cette évolution fut limitée à des pratiques d’avant-garde dans des milieux urbains et aisés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hubscher, 1999.
  • 2 Ibid., p. 51.

1D’un point vue formel, le terme de vétérinaire, qu’il soit utilisé comme substantif ou adjectif, se réfère à une profession qui ne vit le jour qu’en 1761 alors que Louis XV autorisait Claude Bourgelat, écuyer tenant l’académie d’équitation de Lyon, à créer une école éponyme. Cette nouvelle institution et sa cadette, l’École d’Alfort, qui devait accueillir les premiers élèves en 1766, allaient fonder une nouvelle profession en Europe de l’Ouest et perturber un dispositif social remontant à des temps immémoriaux. Ces vétérinaires entraient de fait en concurrence avec des praticiens souvent compétents, les maréchaux, exerçant de père en fils et tenant leurs savoirs de la transmission orale par leurs aïeux. Bourgelat avait voulu que les élèves de ses écoles fussent issus des campagnes, espérant que les fils de maréchaux et de paysans allaient répondre à cette nouvelle offre. Par leur connaissance des animaux, du contexte social de la France rurale, ils devaient assurer un renouvellement rapide de pratiques dont il faut reconnaître qu’elles n’avaient guère évolué depuis l’Antiquité. Ce n’est pas ici le lieu d’aborder l’histoire, pourtant passionnante, des luttes qui opposèrent les nouveaux diplômés et ceux qu’ils affublèrent du terme dépréciatif d’« empiriques » ; elles sont bien connues et les personnes intéressées pourront se référer à l’excellent ouvrage de Ronald Hubscher1. En revanche, nous ne pouvons ignorer qu’il fallut attendre le milieu du xixe siècle, et précisément l’année 1851 et l’issue du fameux procès dit « de Nérac2 », pour que l’usage du terme vétérinaire, utilisé comme substantif ou comme adjectif, soit réservé aux personnes ayant suivi avec succès leurs études dans l’une des trois écoles vétérinaires (Alfort, Lyon, Toulouse).

2Ceci a une importance dans la définition des contours de notre sujet : si on devait le borner strictement à la question de la trousse du vétérinaire, jusqu’au xixe siècle, force est de constater que notre discours serait tout aussi étroit que la place qui fut faite à la profession vétérinaire aux cours du premier siècle de son existence. Nous avons donc choisi d’élargir le sens du terme vétérinaire, et cette légère étude débutera par l’exposition des ustensiles dont les maréchaux et hippiatres usaient, des outils qui reflètent le mieux la variété des interventions des soignants du cheval des xviie et xviiie siècles. Ce parti pris est d’autant plus justifié que les écoles vétérinaires ne générèrent pas, dans un premier temps, de profond bouleversement des pratiques. Si la volonté affichée était de débarrasser cet Art de méthodes fondées sur la superstition et l’habitude, et d’y substituer une approche raisonnée fondée sur l’observation et l’expérimentation, force est de constater qu’il fallut quelques décennies pour que les nouveaux vétérinaires isolassent leur pratique de celle des empiriques.

3Nous avons choisi de fonder notre discours sur quelques planches choisies pour leur caractère symbolique de pratiques ou d’évolutions. La première planche est extraite du Nouveau parfait Maréchal que François de Garsault fit paraître en 1741 (fig. 1) ; cet ouvrage fut un succès d’édition, la dernière publication datant de 1843, et une référence pour les maréchaux et empiriques des xviiie et xixe siècles. La seconde planche est plus révélatrice des pratiques des hippiatres du xviiie siècle ; elle fut publiée la première fois en 1769, parmi les planches accompagnant l’article maréchal-ferrant de l’Encyclopédie, lui-même publié en 1765 (fig. 2). Dédiée aux instruments, elle fut reprise par Philippe Étienne Lafosse, un hippiatre très savant, dans le fameux Cours d’hippiatrique qu’il publia en 1772. Deux séries de planches extraites d’une part de l’Atlas d’anatomie chirurgicale d’Urbain Leblanc et Armand Trousseau (1828) (fig. 3a, 3b et 3c), d’autre part du Dictionnaire usuel de Chirurgie et de Médecine vétérinaires de Jean-François Beugnot et de ses collaborateurs (1835-1836) (fig. 4a et 4b) nous aideront à faire un état des ustensiles vétérinaires en circulation dans la première moitié du xixe siècle.

Fig. 1. Les outils du maréchal, planche 24, Garsault, 1741.

Fig. 1. Les outils du maréchal, planche 24, Garsault, 1741.

© C. Degueurce.

Fig. 2. Planche LVII du Cours d’hippiatrique, Lafosse, 1772.

Fig. 2. Planche LVII du Cours d’hippiatrique, Lafosse, 1772.

© Bibliothèque de l’École nationale vétérinaire d’Alfort.

Fig. 3a à 3c. Planches 28, 29, 30 de l’Atlas d’anatomie chirurgicale, Leblanc et Trousseau, 1828.

3c

3c

© Bibliothèque de l’École nationale vétérinaire d’Alfort.

Fig. 4a et 4b. Planches 11 et 12 du Dictionnaire usuel de Chirurgie et de Médecine vétérinaires, t. 2, Jean-François Beugnot et collaborateurs, 1835-1836.

4b

4b

© C. Degueurce.

1. Les instruments utilisés par les maréchaux du xviiie siècle

4Dans la planche 24 du Nouveau parfait Maréchal de Garsault (fig. 1), chaque outil est désigné par une lettre, et une légende en donne le nom. Nous les présenterons chacun brièvement, en les abordant par ordre thématique, c’est-à-dire en regroupant les ustensiles par type d’usage et en exposant brièvement comment ils étaient mobilisés.

5Cette planche ne montre pas tous les instruments liés à la pratique de la ferrure, un thème faisant l’objet d’un autre chapitre. L’instrument emblématique de la ferrure est absent : le boutoir, aujourd’hui disparu, était une sorte de rabot dont on connaît de nombreux spécimens romains parfaitement similaires à ceux utilisés encore au xxe siècle. Pourvu d’une longue lame plate très affutée à son extrémité et d’un manche recourbé, le maréchal le mobilisait en l’appuyant contre son ventre et soulevait des copeaux de corne, un peu comme des ciseaux à bois le feraient sur un tasseau. L’instrument avait une vertu qui eut raison de son usage : il permettait de parer à blanc le sabot, c’est-à-dire de couper massivement la corne et d’attaquer fourchette et sole, ce qui produisait un beau pied. Cette pratique était très prisée des propriétaires d’animaux pour qui elle était un signe de la qualité du travail exécuté. Combattue au xixe siècle par de nombreux vétérinaires, cette pratique fut interdite dans l’armée française par le règlement de 1900. Si l’usage de l’outil subsista jusqu’après la Seconde Guerre Mondiale, il fut concurrencé puis remplacé par le rogne-pied, cette évolution allant de pair avec le passage à la ferrure à l’anglaise, c’est-à-dire sans recours à un teneur de pied, ce que l’usage du boutoir imposait.

  • 3 Parfois écrite rainette.

6Nous n’aborderons pas les râpes, tricoises et autre mailloches qui demeurent en usage aujourd’hui. Pour soigner finement le pied, le maréchal avait en revanche des rénettes, de tailles variées pour s’adapter aux zones à cureter. La rénette3 (f) est une sorte de petit couteau à lame repliée qui permet de creuser le sabot, tout spécialement la sole, lors d’abcès, de phlegmon, de corps étranger incrusté. L’illustration en montre différents modèles réunis en un seul instrument. La petite gouge (g) servait à explorer une région très circonscrite, à ouvrir et élargir en rond dans la corne.

  • 4 Le terme de couverture désigne la largeur de la bande de fer ; un fer peu couvert est un fer étroit
  • 5 Pour en savoir plus : Riffaud, 2011.

7La sorte de spatule appelée lève-sole (2) servait à soulever la sole lors de l’opération de la dessolure. Cette intervention était une constante de la pratique vétérinaire depuis l’Antiquité. Elle consistait, lors de douleur aigue siégeant dans le sabot, à retirer la plaque de corne comprise entre la paroi et la fourchette. Le manuel opératoire était impressionnant et impliquait une contention sans faille de l’animal. La ligne blanche du sabot était creusée à la rénette de manière à désolidariser la sole de la muraille puis, au moyen de cette spatule, la sole était décollée en pince, saisie par des tricoises et arrachée. L’intervention était censée évacuer les humeurs accumulées dans le pied, ce qui était corroboré par les œdèmes et hémorragies libérés par l’intervention. Le pied ne pouvait rester ainsi et il fallait protéger les tissus mis à nu au moyen de trois éclisses de bois ou de fer (3) maintenues par un fer très peu couvert4. Ce dispositif pouvait également servir à maintenir des dispositifs sous la sole5.

  • 6 Pour en savoir plus : d’Houdain-Doniol-Valcroze, 2007.

8Les animaux étaient, tout comme les humains, saignés à tout propos. Ce n’est pas le lieu de revenir ici sur les bases théoriques qui justifiaient ce geste ; pléthore, excès d’une humeur, sang bouillonnant, les raisons étaient nombreuses d’évacuer ces humeurs surabondantes ou corrompues via une phlébotomie. Du reste, si la saignée était curative, elle était également appliquée de manière préventive, par exemple lors de la mise à l’herbe des chevaux au printemps6. La lancette (b) était réservée à l’ouverture des veines de petit calibre. Sa pointe était appliquée sur la veine préalablement gonflée par la mise en place d’un garrot et un mouvement bref en fendait la paroi. Les maréchaux qui œuvraient sur les grands animaux lui préféraient la flamme (a), si courante qu’elle fut, avec la feuille de sauge, l’emblème de l’activité vétérinaire. Il y en avait de plusieurs tailles et elles étaient souvent assemblées par trois, de grosseurs différentes, parfois avec des rénettes, un poinçon et une lame coupante qui constituaient en somme le couteau suisse de la maréchalerie. Lorsqu’il saignait au cou, l’opérateur utilisait un très long lacet de cuir ou de corde fait d’une seule pièce (7), avec lequel il enserrait la base de l’encolure de l’animal, ce qui faisait saillir la veine jugulaire externe. Il choisissait ensuite une flamme dont la taille devait assurer la pénétration dans la lumière de la veine sans pour autant la traverser de part en part. La pointe de la lame triangulaire était posée à la surface de la peau recouvrant la veine gonflée, et l’opérateur enfonçait la lame en donnant un coup de bâton de saignée sur son dos. Après le retrait, le sang jaillissait et était recueilli dans une coupelle ou un seau pour être finement observé. Lorsque la saignée avait été suffisamment productive, le praticien traversait les lèvres de la plaie au moyen d’une épingle qui lui servait de support pour appliquer une ligature. L’animal restait quelques jours avec ce stigmate de l’opération avant qu’il ne lui soit ôté. La veine jugulaire externe, si elle était le site d’élection, n’était pas le seul vaisseau à être ponctionné ; les maréchaux et hippiatres saignaient toutes les veines abordables, y compris les veines du palais. Ils recouraient alors à un instrument permettant de maintenir la bouche ouverte, appelé pas d’âne (y). En forme de lyre, il comprenait une poignée permettant de le tenir, et deux barres horizontales sur lesquelles s’appuyaient les mâchoires du sujet. Une fois la bouche ouverte, la grosse gouge (12) pouvait servir à percuter les excroissances dentaires très fréquentes chez le cheval.

9À défaut d’être coupée, la veine pouvait être barrée. L’idée était, en retirant physiquement la veine supposée desservir un organe, de soulager une région malade de l’afflux d’humeur censé l’affecter. Prenons l’exemple d’une maladie extrêmement répandue à cette époque, la maladie de la lune. Cette affection, dénommée aujourd’hui fluxion périodique, donnait à l’œil un aspect opalescent rappelant l’astre nocturne. Pour stopper le flux des humeurs surchargeant l’organe, les maréchaux barraient la veine que l’on nomme de nos jours transverse de la face. Concrètement, ils incisaient la peau au-dessus de la veine puis, au moyen d’une corne de chamois (q) faisant crochet, ils soulevaient la veine, l’isolaient de la face sur une bonne longueur, la ligaturaient en deux endroits et en retiraient le tronçon intermédiaire. Le cours du sang était détourné, et avec lui les humeurs fatales. La corne de chamois servait aussi à saisir des tendons que l’on voulait couper, par exemple lorsque l’animal avait une malformation du type pied bot.

  • 7 Le javart était un phlegmon de la face interne du pied du cheval, souvent occasionné par une contus (...)

10Couper la peau, sectionner les tissus ne pouvait se faire qu’avec des lames bien affutées insérées dans des manches assurant une préhension ferme, une stabilité à la main et une résistance aux à-coups générés par les mouvements brutaux d’un animal non anesthésié. La lancette (b) servait à crever les abcès. Le bistouri (c) était quant à lui un couteau à lame droite ou arrondie assurant une section franche. La feuille de sauge (d) était l’instrument vétérinaire par excellence ; c’était une sorte de bistouri à deux tranchants, un peu courbé sur son plat de telle sorte qu’il était possible de mener des sections dans des endroits peu accessibles, par exemple en face interne du sabot lors de ce mal, aujourd’hui inconnu, qu’était le javart7. La feuille de sauge pouvait aussi être à simple tranchant, dotée d’une lame unique également incurvée, et elle se manipulait de la main droite (feuille de sauge à droite) ou de la main gauche (feuille de sauge à gauche). Les ciseaux droits et courbes (e) servaient à couper le poil, à parer une plaie… Le corollaire de ces sections était la nécessité de suturer. Les maréchaux usaient d’aiguilles (h) et de fil.

11La cautérisation était un acte extrêmement courant, qui le resta jusqu’à la deuxième moitié du xxe siècle. Le maréchal étant toujours forgeron et ferreur, il avait à sa disposition le métal et le feu. On peut dire que l’on cautérisait à tout propos et la variété des cautères était aussi étendue que leurs usages. Le couteau de feu (i) brûlait la peau en formant des raies, coupait telle partie qui devait être ôtée en évitant l’hémorragie. Le bouton de feu (l) était plus ou moins pointu et perçait les tissus en un endroit circonscrit. Le fer à lampas (n) nous remémore une pratique bien désuète : les maréchaux traquaient une petite masse gingivale, la fève, se développant en arrière des incisives supérieures lorsque le cheval changeait sa dentition lactéale en dentition adulte. Cette légère excroissance, très normale, était soupçonnée de dégoûter le cheval, de lui couper l’appétit. Le pauvre animal devait donc endurer sa cautérisation. Le brûle-queue ou cautère à queue (m) présentait une forme très particulière, un cercle évidé en son centre ; il servait à cautériser le moignon après que la queue avait été sectionnée. Le vide en son centre limitait la brûlure des vertèbres caudales et les nécroses osseuses qui en auraient résulté. L’esse de feu (o) était un cautère destiné à créer des encoches dans le sabot, permettant de consolider les seimes, c’est-à-dire les fentes parcourant la paroi du sabot sur toute sa hauteur. Enfin, la marque (p) marquait de façon définitive les chevaux à la cuisse.

12Seuls des animaux de très grande qualité destinés à la représentation pouvaient espérer éviter la section de la queue. Le cheval de labeur n’y échappait pas ; n’oublions pas que la plupart des animaux étaient attelés, que la monte représentait une activité somme toute marginale à l’échelle de la population équine française. Le meneur, le paysan, toutes ces personnes qui passaient chaque jour de longues heures avec leurs animaux, n’auraient pu endurer les coups répétés et si douloureux que leurs compagnons de labeur n’auraient pas manqué de leur infliger. Le confort n’était pas seul en cause ; certains chevaux très puissants étaient capables de bloquer les guides sous leur queue et ainsi de se soustraire à l’action du conducteur. Au xviie siècle, la méthode était simple. On amenait auprès du cheval un lourd billot (9) ; la queue était dégarnie de ses crins dans la zone où devait avoir lieu la section, puis était posée sur le billot. L’opérateur se munissait du tranchoir ou couperet (10) qu’il appliquait sur la zone à sectionner. Un coup de masse (11) réalisait l’opération ; le tronçon tombait tandis que le sang jaillissait en saccade des artères sectionnées et que le maréchal s’empressait de cautériser le moignon avec le cautère dédié (m). Par la suite, le développement d’instruments de qualité allait permettre d’opérer avec une pince à caudectomie. La queue était préparée de la même façon, placée dans la pince coupante qui était actionnée par les bras de l’homme.

  • 8 Saunier, 1734, pl. LVI et LVII.

13La coupe des oreilles était réservée aux animaux de qualité ; elle visait à les raccourcir et à favoriser un port altier. Les morailles courbes (5) étaient fixées sur l’oreille de manière à matérialiser la ligne de coupe. Le maréchal utilisait un bistouri, en lame de faux, auquel il faisait suivre le bord de la moraille. Gaspard de Saunier8 usait de moules très perfectionnés qui étaient appliqués sur l’oreille et maintenus en place par une sorte d’étau. Cette pratique était très courante chez les chevaux de qualité, et son résultat est nettement visible dans les œuvres d’art qui mettent en scène des chevaux.

  • 9 Voir dans ce volume l’article de V. Gitton-Ripoll.

14La castration est pratiquée aussi depuis des temps immémoriaux, probablement toujours de la même manière. Le bistournage, c’est-à-dire le fait de tourner le testicule sur lui-même, à travers la peau, jusqu’à entraîner l’écrasement de son cordon nourricier, était probablement la technique la plus commune, celle que maîtrisaient le mieux les hongreurs et à laquelle les vétérinaires ne se confrontèrent jamais vraiment. Les morailles de châtreur (4) servaient à écraser les cordons testiculaires entre leurs mors puis, une fois l’hémostase assurée, ils étaient sectionnés au moyen du couteau de feu. Cette méthode était très ancienne puisqu’on a retrouvé des morailles à châtrer de l’époque romaine9.

15Si les seringues existaient, leur usage était bien différent de celui qu’il est de nos jours ; l’injection consistait à pousser des liquides dans une cavité. L’injection telle qu’on la conçoit aujourd’hui, hypodermique, ne se développa qu’à la fin du xixe siècle. La seringue ou clystère (u) servait aux lavements, à lever des obstructions supposées au cours des humeurs, à les drainer vers l’extérieur ou à placer dans le rectum des substances actives. Ils étaient de tailles très variées en fonction de la quantité de liquide à propulser. La seringue à injection (x) servait à injecter des liquides dans les plaies ; elle était pourvue de trois embouts : un embout droit se terminant par un trou unique, un embout droit dont l’extrémité était dotée de trois orifices, et un embout courbe.

  • 10 Il s’agit d’une préparation médicamenteuse destinée à être lentement mâchée par les animaux malades

16Le maréchal recourait à une très grande variété de principes actifs pour soigner les animaux. Les onguents étaient renfermés dans un boëtier (r), une boîte en fer blanc comprenant généralement trois compartiments pour y mettre les préparations les plus couramment utilisées. Lorsqu’il devait faire fondre ou chauffer ses préparations, il utilisait une sorte de cuillère (t) qu’il portait sur le feu, agitait, et appliquait le mélange avec une spatule (2) dont l’autre extrémité pouvait servir à sonder la profondeur des plaies. Les liquides étaient administrés au moyen d’une corne de vache (s) dont l’extrémité, percée, était introduite en arrière de la langue. La tête de l’animal était préalablement relevée au moyen du pas d’âne pour les breuvages (13). Le billot (6) servait à administrer des nouets10, par exemple d’Assa foetida.

17Nous avons déjà évoqué des pratiques aujourd’hui abandonnées comme la saignée, le lampas, la taille des oreilles ou encore la cautérisation. La grosse gouge (12) servait aussi à pratiquer le rossignol, un terme totalement inconnu des vétérinaires actuels. Cette intervention visait à créer une fistule anale, une communication entre le rectum et l’extérieur. Les chevaux de travail étaient mal logés dans des écuries exiguës, souvent mal aérées ; les fourrages qu’on leur servait étaient généralement de mauvaise qualité, poussiéreux, mal conservés, et occasionnaient de fortes allergies respiratoires conduisant à de l’emphysème pulmonaire. La mise au travail déclenchait d’importantes quintes de toux qui se traduisaient, dans cette espèce, par l’expulsion sonore par l’anus des gaz contenus dans le côlon. La chose était disgracieuse et désagréable. De plus, les hommes de chevaux croyaient que le pauvre animal était empêché d’aspirer l’air par l’anus, d’où la double volonté d’éviter l’expulsion de gaz par un sphincter si bruyant et de libérer la respiration. Pour ce faire, ils chauffaient la grosse gouge au rouge, introduisaient une corne de vache dans le rectum pour matérialiser l’organe, faisaient lever la queue bien haut et plongeaient la gouge portée au rouge à mi-distance entre la base de la queue et l’anus, en direction de la corne sur laquelle elle butait. La gouge était ressortie et le conduit ainsi généré recevait une lame de plomb empêchant sa cicatrisation. L’air expulsé par les quintes de toux empruntait le nouveau passage et ne générait plus ces bruits pénibles.

2. Les instruments du maréchal et de l’hippiatre dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et le Cours d’hippiatrique de Philippe-Étienne Lafosse

  • 11 Le terme de maréchal opérant s’oppose à ceux de maréchal ferrant et de maréchal grossier.
  • 12 Il faut probablement comprendre fer à lampas.
  • 13 Anonyme, 1765, p. 95.

18Ces deux ouvrages sont associés du fait de leur planche commune, dédiée aux instruments du maréchal. Dans l’Encyclopédie, il s’agit de la planche VII, publiée en 1769, intitulée « Instrumens de Chirurgie les plus usités dont doivent se servir les Maréchaux11 » et qui comporte 29 figures, venant compléter l’article Maréchal ferrant publié dans le tome de texte X, en décembre 1765. Le maréchal-ferrant est l’« ouvrier dont le métier est de ferrer les chevaux, & de les panser quand ils sont malades ou blessés » et ses instruments sont « les flammes, la lancette, le bistouri, la feuille de sauge, les ciseaux, les renettes, la petite gouge, l’aiguille, les couteaux & les boutons de feu, le brûle-queue, le fer à compas12, l’esse de feu, la marque, la corne de chamois, le boétier, la corne de vache, la cuiller de fer, la seringue, le pas-d’âne, le leve-sole, la spatule, & c13. »

19Cette planche fut reprise par Philippe-Étienne Lafosse, hippiatre célèbre de la seconde moitié du xviiie siècle, qui en fit la planche LVII « représentant les instrumens de chirurgie vétérinaire » du célèbre Cours d’hippiatrique qu’il fit paraître en 1772 (fig. 2). Les instruments sont identiques, les mentions des noms du dessinateur et du sculpteur aussi ; tout juste ces planches diffèrent-elles par la numérotation des objets et le titre, puisque la figure remployée est rapportée à la vétérinaire. La chose est assez étonnante dans la mesure où ce terme fut promu par Bourgelat, grand ennemi de Philippe-Étienne Lafosse, et que ce dernier allait prôner en 1789 rien moins que la suppression des écoles vétérinaires et leur conversion en écoles d’hippiatrie, c’est-à-dire dédiées aux soins des seuls chevaux. L’usage de l’adjectif témoigne donc de l’imprégnation par ce terme d’un de ses farouches opposants, une dizaine d’années après le début de l’épopée. Il est probable que Lafosse a choisi ce titre du fait de la présence d’instruments dédiés aux bovins, comme le trois-quart, dénommé aujourd’hui trocart, qui apparaît aux n° 27 et 28, un instrument servant à ponctionner les viscères dilatés ; le n° 18 représente la flamme dédiée aux ruminants. L’apparition de ce trocart est intéressante dans le sens où son usage réclame une connaissance des viscères et témoigne d’un plus haut niveau dans les compétences anatomiques. Cette planche expose des instruments que nous avons vus chez Garsault, avec tout de même une différence notable : la restriction aux activités opératoires s’est accompagnée de la disparition de nombreux outils grossiers reliés aux pratiques des maréchaux. Les outils de la dessolure ont disparu, car cette pratique est réfutée au sein même des maréchaux les plus savants ; les ustensiles dédiés à la coupe de la queue, des oreilles et à l’application du rossignol sont également absents. Tous ces outils se font plus délicats, plus perfectionnés, à l’image de la flamme allemande (n° 15 à 17), une flamme automatique dispensant de l’usage du bâton de saignée ou du brochoir pour la percuter, des pincettes pour saisir finement « les chairs baveuses » (n° 25) et de l’aiguille courbe pour réaliser des sutures profondes (n° 26). Les aiguilles à sétons (n° 30 et 31) sont présentes alors qu’elles n’étaient curieusement pas figurées dans la planche de Garsault ; cette pratique ancienne et très courante consistait à percer la peau en deux endroits, puis à faire cheminer en position sous-cutanée, au moyen d’aiguilles de longueurs variables, un corps étranger susceptible d’occasionner une suppuration durable. La production de pus était censée, comme la purge, le lavement ou encore la saignée, faire sortir les humeurs corrompues et stimuler l’organisme.

3. La mutation de la maréchalerie ou de l’hippiatrie vers la médecine vétérinaire, et son influence sur la diversification des matériels

20La création de la première école vétérinaire fut autorisée par Louis XV en 1761, et l’établissement de Lyon devait ouvrir ses portes l’année suivante. Avec elle naissait une nouvelle profession qui allait devoir se distinguer des corps de métiers ancestraux. Malheureusement, au début, les connaissances pouvant faire l’objet de l’éducation des élèves étaient limitées aux savoirs probablement déjà familiers à ces fils de maréchaux ou de paysans, et aux quelques données publiées par Claude Bourgelat. L’anatomie du cheval était la matière principale, représentant près de la moitié du cursus, puis venaient la ferrure, la matière médicale — en grande partie transposée de la médecine humaine — et encore les opérations. Bourgelat avait voulu ne recevoir que des gens modestes, issus de la campagne, susceptibles de retourner à la terre pour y dispenser les bienfaits de leur nouveau savoir. Comme l’a montré Ronald Hubscher (1999), les promotions étaient réduites à quelques dizaines de jeunes, bien incapables d’affronter la foule des maréchaux qui œuvraient sur le terrain. Pire, ces jeunes hommes qui étaient allés à la ville et qui y avaient été diplômés devenaient à leur retour suspects aux yeux de leurs anciennes relations. Toute tentative de se démarquer des pratiques routinières pouvait entraîner le rejet de leurs services. Ces premières générations furent sacrifiées tant que le nombre des vétérinaires ne fut pas significatif, et que leurs compétences ne furent pas reconnues par les autorités administratives et politiques. Cette jeune profession dut se battre pour se faire sa place, et un exposé de la trousse du vétérinaire, même aussi bref que celui-ci, ne peut éviter l’évocation de l’ascension sociale de cette profession, tant les moyens qu’elle mit en œuvre influèrent sur l’évolution des outils qui nourrissaient cet Art. La stratégie globale, portée par les vétérinaires les plus en vue, tels que Philibert Chabert, Jean-Baptiste Huzard, Urbain Leblanc, Henri Bouley surtout, fut d’élever le niveau scientifique de la profession. Dans les cinquante premières années de l’existence des écoles furent mis conjointement en place :

  • une politique de publication, avec notamment les Instructions vétérinaires de Chabert, Flandrin et Huzard (première édition 1794), puis la revue Recueil de Médecine Vétérinaire à partir de 1824,

  • un rapprochement des cercles de pouvoir, aussi bien politiques qu’administratifs et militaires pour promouvoir la profession,

  • une lutte acharnée contre les empiriques, qui devait finalement conduire au recours exclusif au vétérinaire dans les actes de police sanitaire,

  • un rapprochement avec les médecins, représenté par l’élection de vétérinaires à l’Académie de Médecine,

  • une politique de recherche qui devait placer des vétérinaires à l’Académie des Sciences et les faire participer aux grandes aventures des sciences biologiques et médicales au xixe siècle, dont le développement le plus emblématique fut le microbisme, puis la vaccination.

21Ce rapprochement des médecins et des scientifiques devait faire profondément évoluer les pratiques médicales et chirurgicales, d’abord dans les milieux citadins où les belles clientèles assuraient une aisance matérielle et une capacité d’intervention accrue aux vétérinaires les plus en vue. Deux ouvrages nous donnent un aperçu, dans la première moitié du xixe siècle, sinon de ce qu’était la trousse du vétérinaire de campagne, du moins de l’image que des praticiens influents de la capitale voulaient proposer à la classe aisée et cultivée capable de se procurer leurs ouvrages. L’Atlas d’anatomie chirurgicale d’Urbain Leblanc et Armand Trousseau paraissait en 1828 pour servir d’illustration à la première édition du Dictionnaire de médecine, de chirurgie et d’hygiène vétérinaires d’Hurtrel d’Arboval, paru en 1826-1828. Ce somptueux atlas, qui associait un vétérinaire renommé de la capitale et un médecin réputé, montre un changement radical des pratiques dans ce milieu choisi. L’ouvrage ne s’adressait plus seulement aux maréchaux œuvrant sur le cheval, même si l’espèce gardait une place prépondérante, mais abordait largement les ruminants et le chien. Le terme de vétérinaire prenait là toute l’acception que Bourgelat avait voulu lui donner, les soins aux animaux ne se restreignant pas à ceux du cheval — la traditionnelle hippiatrique — mais s’étendant aux autres animaux domestiques. Son prix, du reste, n’aurait pas permis qu’il soit écoulé dans les cercles des soignants traditionnels, tout comme le Cours d’hippiatrique de Lafosse avait été, cinquante ans auparavant, une ruine pour son auteur du fait de son coût d’impression et donc des limites de sa diffusion.

  • 14 Pour en savoir plus : Clerc et Vallat, 2012.

22Les ustensiles sont réunis dans les planches 28 à 30 (fig. 3a à 3c). Les dessins, la sculpture et l’impression sont d’extrême qualité et donnent à voir la finesse des instruments qui sont désormais entre les mains d’opérateurs prestigieux. Les flammes et les lancettes sont nombreuses et s’adressent au cheval, au bovin, au mouton et au chien (pl. 28, n° 1 à 4). L’aiguille à suture emmanchée existe déjà (pl. 28, n° 7) et l’acupuncture est en usage puisqu’une aiguille lui est consacrée (n° 8). Les instruments tranchants, les rénettes, les pinces se sont multipliées et spécialisés, à l’image par exemple de la pince à coulisse (n° 26), finement forgée et permettant la préhension sans effort des formations anatomiques, tout comme les délicates érignes (pl. 28, n° 41 et 42) permettant d’écarter les chairs durant des interventions chirurgicales toujours plus précises. Le trépan et ses accessoires (pl. 29, n° 16 à 20) signent les perforations pratiquées dans les sinus qui sont dorénavant drainés. La sonde en gomme élastique et la canule (pl. 30, n° 1 et 2) traduisent l’usage de nouveaux matériaux pour permettre, par exemple, la tunnellisation de l’urètre. Le scarificateur dans le vide (pl. 30, n° 7) transpose aux animaux un mode de saignée commun chez l’homme et qui consiste à tirer le sang au travers de fines incisions cutanées, via l’application du vide. Le lithotome (pl. 30, n° 8) signe les interventions pratiquées pour débarrasser l’animal de calculs urinaires, aussi fréquents que chez l’humain, des concrétions que l’on pouvait saisir avec les tenettes (pl. 29, n° 22). Le reste de l’atlas montrait également les interventions sur l’œil, une spécialité d’Urbain Leblanc14.

  • 15 Cet ouvrage connut trois éditions postérieures : 1859, 1882 et 1890.

23Le second ouvrage, postérieur de huit années, emprunte la même voie : le Dictionnaire usuel de Chirurgie et de Médecine vétérinaires de Jean-François Beugnot et des collaborateurs qui l’accompagnèrent est paru en en 1835-183615. Composé de deux forts volumes, il présente vingt planches dont les planches 11 et 12, placées en fin de second volume, représentent les instruments utiles au vétérinaire (fig. 4a et 4b). Là encore, ces deux planches frappent par leur sophistication, la qualité du dessin et l’élégance de la gravure. Le matériel est d’une grande finesse, ce qui montre un changement des pratiques de fabrication ; comme pour l’ouvrage précédent, il n’est plus question des lourds cautères façonnés grossièrement à la forge du village, mais de l’ouvrage de couteliers ou d’orfèvres reconvertis dans la fabrication d’instruments délicats adaptés à des interventions chirurgicales toujours plus raffinées. Les têtes des cautères sont en lame, en olive, en pointe, pouvant être vissées sur un manche de qualité et changées à l’envi. Si les feuilles de sauge et bistouris persistent, ils sont complétés par des sondes cannelées, des bistouris pliants, des ténotomes, des aiguilles pour abaisser le cristallin ou une grande gamme d’instruments dédiés à la chirurgie de la cataracte. Les matériels liés au trépan sont très détaillés et empruntent à la chirurgie de l’homme.

24L’aiguille cannelée à inoculation (pl. 12, n° 17) marque un tournant ; il s’agit d’une sorte de lancette plus étroite dont la cannelure peut contenir un liquide corporel infecté ayant été prélevé sur un animal malade, humeur qui est introduite sous la peau d’un animal sain et lui inocule la maladie. Cette méthode permettait, en sélectionnant un animal donneur affecté par une forme peu violente, et en l’inoculant à un animal en pleine santé, de déclencher une forme mieux tolérée, moins mortelle et conférant ce que l’on n’appelait pas encore du terme d’immunité. Elle fut surtout utilisée chez le mouton pour la gestion de la clavelée.

  • 16 Prévost, 1825, p. 12-16.

25Un autre instrument apparaît, la petite seringue, dite à injection (pl. 12, n° 54), dont l’usage n’est pas encore celui qu’on lui connaît. Les canules qui l’accompagnent montrent que cette seringue est appréhendée comme un petit clystère servant à rincer et à nettoyer des plaies. Il faudra attendre la fin du xixe siècle pour que la seringue hypodermique connaisse un usage en médecine vétérinaire. Son développement nécessitait déjà la bascule de la matière médicale et de ses composés bruts, directement prélevés dans les règnes naturels, vers des substances actives, raffinées, épurées, aux effets mesurables et répétables. Les expériences de Magendie ayant montré que l’injection dans une veine d’un toxique entraînait une action avec une dose très faible, un vétérinaire genevois du nom de Prévost imagina de vérifier cette assertion avec une substance thérapeutique. Par deux fois, en 1821 et 1824, il injecta de l’opium dans les veines de chevaux et détermina des effets majeurs ; selon la conclusion de ses brèves observations, publiées en 182516, il était très économique d’utiliser cette voie. L’avenir allait conforter cette opinion au-delà de ses espérances, et rendre abordable le traitement de gros animaux par des principes actifs trop onéreux par voie orale.

Conclusion

26Les beaux ouvrages vétérinaires de la première moitié du xixe siècle nous dévoilent des ustensiles bien éloignés des instruments grossiers des maréchaux du siècle précédent, des outils fins dédiés à la médecine vétérinaire. En réalité, au xixe siècle, la situation était contrastée, très différente entre les territoires urbains et citadins, entre les clientèles fortunées et les campagnes désargentées. L’examen des trousses conservées au musée Fragonard de l’École nationale vétérinaire d’Alfort souligne la grande hétérogénéité de ces panoplies, depuis les ensembles en maroquin doré recélant des instruments à manches d’ivoire ou d’ébène, jusqu’au simple morceau de peau brute ne renfermant qu’une aiguille, des rénettes, des feuilles de sauge, une aiguille à séton et des flammes. Le xixe siècle fut marqué, pour les vétérinaires, par leur distinction progressive des traditionnels maréchaux ; l’élévation du recrutement, le rapprochement des médecins, l’intégration dans les sociétés savantes, le rehaussement de leur condition sociale en somme favorisèrent l’évolution rapide des pratiques et donc des instruments, au moins dans les zones urbaines. La découverte de l’anesthésie par l’éther puis par le chloroforme allait permettre aux opérateurs aisés de s’affranchir des luttes avec un animal rendu fou par la douleur, d’allonger la durée des interventions et de mener des actes beaucoup plus précis, rendant nécessaire l’élaboration d’un outillage dédié. Le développement de l’inoculation puis de la vaccination allait offrir une nouvelle situation aux vétérinaires, seuls interlocuteurs des éleveurs et des pouvoirs publics dans ces actions de police sanitaire. La révolution pharmaceutique en gestation allait substituer aux composés bruts donnés à ingérer les injections mesurées de petites quantités de principes réellement actifs, et nécessiter une myriade de seringues et aiguilles.

27Cette diversification des matériels allait asseoir le développement de fabricants prestigieux. Le plus célèbre fut Hans Hauptner, qui fonda son entreprise dédiée aux vétérinaires en 1857 à Berlin. Son catalogue de 1913 comprenait 9 034 références, celui de 1932, 6 591, offrant aux praticiens une multitude d’inventions et leurs variantes élaborées par des praticiens ou des enseignants. Le tri devait s’opérer chez ce fabricant comme chez ses concurrents, et les français Gasselin et Hugard conservèrent à leur offre un caractère plus mesuré ; le premier déclarait, en 1900, 1 793 références, et le second, quelques années plus tard, seulement 489, ce catalogue constituant en somme la colonne vertébrale de l’outillage vétérinaire de la première moitié du xixe siècle. Le concept de trousse ne s’appliquait dès lors plus au vétérinaire, qui devait posséder un grand nombre d’ustensiles, s’adaptant à plusieurs espèces, pour exercer ses talents. Le développement de principes actifs injectables devait entraîner la multiplication des types de seringues et d’aiguilles. La stérilisation du matériel, toujours plus systématique, substituait aux manches en bois des pièces métalliques inoxydables. La raréfaction du cheval précédait son changement de statut ; d’animal de somme, il devenait compagnon de loisir avant de parfois même trouver place aux côtés du chien et du chat, et ses soins évoluaient vers une approche plus sensible, tandis que se développait la médecine des carnivores. Le remodelage de la profession après la seconde guerre mondiale fut tel que pratiquement aucun vétérinaire actuel ne serait capable de deviner les usages des curieux outils que les planches des xviiie et xixe siècles nous donnent à voir.

Haut de page

Bibliographie

Beugnot, J.-F. et alii, 1835-1836, Dictionnaire usuel de Chirurgie et de Médecine vétérinaires, t. 2, Paris.

Chabert, Ph., Flandrin, P. et Huzard, J.-B., 1794, Instructions et observations sur les maladies des animaux domestiques, Paris.

Clerc, B. et Vallat, F., 2012, Les vétérinaires français et la fluxion périodique, 1761-1838, Bulletin de la SFHMSV, 12, Alfort, p. 51-87.

Degueurce, C. et Riffaud, M., 2012, Le javart, une affection obsolète, Bulletin de la SFHMSV, 12, Alfort, p. 89-107.

Diderot, D., D’alembert, J. le Rond (dir.), 1765, Article « Maréchal-ferrant », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, X, Paris, p. 95.

Garsault, F. de, 1741, Le Nouveau parfait Maréchal, Paris.

Gasselin, 1900, Fabrique spéciale d’instruments et d’appareils de chirurgie vétérinaires, Paris-Alfort.

Hauptner, H., 1913, Katalog der Instrumenten-Fabrik für Tiermedizin, Berlin.

Hauptner, H., 1932, Jubiläumskatalog, 1857-1932, Berlin.

Houdain-Doniol-Valcroze, G. d’, 2007, Histoire de la saignée vétérinaire, Alfort.

Hubscher, R., 1999, Les maîtres des bêtes. Les vétérinaires dans la société française (xviiie-xxe siècle), Paris.

Hugard, G., après 1910, Fabrique spéciale d’instruments de chirurgie vétérinaire. Alfort.

Hurtrel d’Arboval, L., 1826-1828, Dictionnaire de médecine, de chirurgie et d’hygiène vétérinaires, Paris.

Lafosse, P.-E., 1772, Cours d’hippiatrique, Paris.

Leblanc, U. et Trousseau, A., 1828, Atlas d’anatomie chirurgicale des principaux animaux domestiques, Paris.

Prévost, Ch., 1825, Effets produits par l’injection de l’Opium dans les veines du cheval, Recueil de médecine vétérinaire, Paris, p. 12-16.

Riffaud, M., 2011, À propos de deux interventions chirurgicales obsolètes : l’opération du javart et de la dessolure, Alfort.

Saunier, G. de, 1734, La Parfaite connaissance des chevaux, La Haye.

Haut de page

Notes

1 Hubscher, 1999.

2 Ibid., p. 51.

3 Parfois écrite rainette.

4 Le terme de couverture désigne la largeur de la bande de fer ; un fer peu couvert est un fer étroit.

5 Pour en savoir plus : Riffaud, 2011.

6 Pour en savoir plus : d’Houdain-Doniol-Valcroze, 2007.

7 Le javart était un phlegmon de la face interne du pied du cheval, souvent occasionné par une contusion, par exemple lorsque le cheval marchait sur son talon interne avec le fer fortement cramponné du côté opposé. Pour en savoir plus : Degueurce et Riffaud, 2012.

8 Saunier, 1734, pl. LVI et LVII.

9 Voir dans ce volume l’article de V. Gitton-Ripoll.

10 Il s’agit d’une préparation médicamenteuse destinée à être lentement mâchée par les animaux malades.

11 Le terme de maréchal opérant s’oppose à ceux de maréchal ferrant et de maréchal grossier.

12 Il faut probablement comprendre fer à lampas.

13 Anonyme, 1765, p. 95.

14 Pour en savoir plus : Clerc et Vallat, 2012.

15 Cet ouvrage connut trois éditions postérieures : 1859, 1882 et 1890.

16 Prévost, 1825, p. 12-16.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les outils du maréchal, planche 24, Garsault, 1741.
Crédits © C. Degueurce.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2. Planche LVII du Cours d’hippiatrique, Lafosse, 1772.
Crédits © Bibliothèque de l’École nationale vétérinaire d’Alfort.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3789/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre 3a
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3789/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre 3b
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3789/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre 3c
Crédits © Bibliothèque de l’École nationale vétérinaire d’Alfort.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3789/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 4a
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3789/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 4b
Crédits © C. Degueurce.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3789/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Degueurce, « Panorama des instruments vétérinaires jusqu’aux xviiie et xixe siècles », Pallas, 101 | 2016, 15-32.

Référence électronique

Christophe Degueurce, « Panorama des instruments vétérinaires jusqu’aux xviiie et xixe siècles », Pallas [En ligne], 101 | 2016, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/3789 ; DOI : 10.4000/pallas.3789

Haut de page

Auteur

Christophe Degueurce

Professeur à l’École Nationale Vétérinaire d’Alfort
Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée, Université Paris-Est Créteil
Conservateur du musée Fragonard
cdegueurce@vet-alfort.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org