Navigation – Plan du site
Instruments vétérinaires

Le marquage et les soins vétérinaires appliqués aux camélidés d’après la documentation papyrologique grecque d’Égypte

Branding and Veterinary Treatment of Camels according to the Greek Documentary Papyri from Egypt
Antonio Ricciardetto
p. 53-63

Résumés

À partir de l’examen des 35 actes de vente de chameaux connus à ce jour, datés entre le ier et le ive siècle de notre ère et provenant majoritairement de Socnopéonèse, un village isolé au nord du nome arsinoïte, au bord du désert, la présente communication montre leur apport à la connaissance de l’élevage des camélidés et des soins vétérinaires qui leur étaient appliqués dans l’Égypte romaine. Une attention particulière est consacrée aux indications de l’âge, fondées notamment sur l’examen de la denture du chameau, ainsi qu’aux marques, placées le plus souvent sur la cuisse ou à la joue droites, et qui correspondent, soit à des lettres grecques, soit à des caractères arabes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Suivant l’usage, on traduira κάμηλος par « chameau » ; cependant, c’est bien du dromadaire (Camelus (...)
  • 2 Les abréviations employées dans cette contribution pour désigner les éditions papyrologiques sont c (...)

1Introduit tardivement en Égypte, après avoir peut-être été importé d’Arabie du Sud, via la Somalie et la Nubie, à moins qu’il ne soit venu lors des conquêtes assyriennes de 670 av. J.-C., le chameau a commencé à être utilisé comme animal de charge durant la dynastie des Lagides (332-30 av. J.-C.)1. Comme l’atteste la documentation papyrologique des trois premiers siècles de notre ère, en particulier les contrats de vente, son élevage et son emploi s’intensifièrent sous la domination romaine2.

  • 3 À cette liste, on peut ajouter le P. Gen. IV 172 = SB XVI 12397 (Philadelphie [nome arsinoïte], ive(...)
  • 4 Depuis 2003, le site de Socnopéonèse est l’objet de fouilles archéologiques par une équipe dirigée (...)
  • 5 Jördens, 1995, p. 62-79 ; Ead., 2005, p. 51-53.
  • 6 Pour une mise au point récente sur les raisons avancées par les chercheurs pour expliquer l’abandon (...)
  • 7 Dixneuf, 2012, p. 324.

2Écrits en grec sur papyrus, les 35 contrats de vente de chameaux connus à ce jour datent tous de l’époque romaine, – majoritairement du milieu du iie siècle –, ou du début de l’époque byzantine, qui, pour l’Égypte, commence avec les réformes administratives de Dioclétien, en 284 de notre ère. Le plus ancien document remonte au 7 mai 14 apr. J.-C. (P. Med. inv. 71.27a SB XVI 12752), tandis que le plus récent daté avec certitude est le P. Grenf. II 74 (P. Lond. inv. 714), du début du ive siècle3. Pour la provenance, 26 contrats ont été retrouvés dans quatre villages du nome arsinoïte : Dionysias, Théadelphie, Talei et surtout Socnopéonèse (aujourd’hui Dimè). Isolé au nord du nome, ce village d’accès difficile a été fondé au iiie siècle av. J.-C. Point de rencontre des routes caravanières, il était célèbre pour son temple dédié à Socnopaios, l’un des noms grecs du dieu crocodile Sobek, où se tenait un oracle qui devait attirer de nombreux pèlerins4. Une foule de prêtres habitait le village, et plusieurs se trouvent impliqués dans les actes de vente de chameaux5. Socnopéonèse a probablement été occupée jusqu’au iiie siècle de notre ère6, même si la découverte récente, sur le site, de céramique d’époque byzantine, ainsi que d’un papyrus et de trois ostraca coptes, suggère qu’il a été fréquenté jusqu’au début du viie siècle7. En dehors du nome arsinoïte, deux contrats de vente proviennent d’Oxyrhynchus, un, de la grande Oasis, et peut-être un, de Térénouthis, dans le nome prosopite, au sud-ouest du Delta du Nil. Enfin, la provenance de cinq contrats est inconnue.

  • 8 Cette structure est commune aux actes de vente de bétail et d’esclaves ; pour ces derniers, voir St (...)
  • 9 Wolff, 1978, p. 106-114.
  • 10 Sur l’homologie, voir von Soden, 1973 ; Straus, 2004, p. 176-177.
  • 11 Sur le prix des chameaux, voir les données réunies par Johnson, 1936, p. 231 ; Worp, dans P. Vindob (...)
  • 12 Sur cette garantie dans les papyrus et dans d’autres sources, voir Bry, 1909, p. 294-304 ; Pringshe (...)
  • 13 Bry, 1909, p. 276-294 ; Pringsheim, 1950, p. 429-472 ; Dorner, 1974, p. 41-49 ; Rupprecht, 1982a ; (...)
  • 14 Sur ces déclarations, voir Balconi, 1990 ; Adams, 2007, p. 123-127.
  • 15 Balconi, 1990. Cette taxe (τέλεσμα ou τέλος καμήλων) s’appliquait seulement aux bêtes adultes ; voi (...)
  • 16 Straus, 2004, p. 162-164.
  • 17 Pringsheim, 1950, p. 74-77.
  • 18 Wolff, 1978, p. 29-30 et 95-105 ; Straus, 2004, p. 97-102.
  • 19 Montevecchi, 1939, p. 12.

3Les contrats de ventes peuvent être classés en deux catégories8. Dans la première (29 papyrus), le contrat, que l’on appelle chirographe (χειρόγραφον)9, se présente sous la forme d’une lettre, débutant par la formule « untel à untel, salut » (ὁ δεῖνα τῷ δεῖνι χαίρειν), parfois précédée d’une date et de l’indication de la localité où l’acte a été dressé. Le corps du document commence ensuite : le déclarant, auteur du chirographe, décrit les faits, soit directement (πέπρακα σοι : 5 papyrus), soit indirectement, par une reconnaissance, qui peut être subjective (ὁμολογῶ πεπρακέναι : 15 papyrus) ou objective (ὁμολογεῖ πεπρακέναι : 9 papyrus)10. La description est suivie de la quittance du prix11, ainsi que de deux clauses. La première, le rejet de la garantie contre les vices cachés, est exprimée en grec par l’expression τοῦτον τοιοῦτον ἀναπόρριφον, à savoir « tel quel, non restituable » : autrement dit, la garantie contre d’éventuels défauts est exclue12. La seconde est une garantie contre l’éviction (βεβαίωσις)13. Une troisième clause, dont la présence n’est pas constante, peut figurer dans le contrat : la mention de la déclaration (ἀπογραφή) de l’animal vendu, effectuée par le vendeur au dernier recensement des chameaux. Cette déclaration est annuelle et obligatoire14. Généralement réalisée dans les derniers jours du mois de janvier, elle servait à la taxation des chameaux15. L’acte se conclut par la reprise, à la première personne, par le vendeur, des éléments du contrat qui l’obligent (l’ὑπογραφή)16, parfois suivis de la souscription des autres contractants, ainsi que par la date. Dans cette catégorie, l’animal est acquis le plus souvent en espèces (29 papyrus ; παραχρῆμα, « sur-le-champ », et διὰ χειρός, « de la main à la main »)17, et, une fois, par voie bancaire (2 ; διὰ ou ἀπὸ τῆς … τραπέζης). En revanche, la seconde catégorie (4 papyrus) ne concerne que des animaux acquis par voie bancaire. Le contrat a pour caractéristique de former un tout avec l’attestation du transfert de fonds fourni par la banque ; on parle alors d’acte notarié bancaire autonome (διαγραφὴ τραπέζης)18. Le formulaire est le suivant : (1) date, (2) nom de la banque responsable du transfert de fonds, (3) nom de l’acheteur, qui est aussi le titulaire du compte, au nominatif, suivi du nom du bénéficiaire, au datif (ὁ δεῖνα τῶι δεῖνι), (4) motifs du transfert, (5) quittance du prix, (6) souscription des contractants19.

  • 20 Voir, par exemple, les no 15-16, 27.
  • 21 Sur les γραφεῖα, voir Wolff, 1978, p. 18-25.

4Une fois le contrat conclu, on en réalisait des copies (ἀντίγραφα), dont plusieurs sont parvenues jusqu’à nous20. L’acheteur devait vraisemblablement en conserver une, qui lui servait de titre au moment où il s’était acquitté de son obligation concernant le prix. Le contrat était également authentifié dans le bureau d’enregistrement (γραφεῖον) du village21.

5Dans les contrats, l’objet de la vente est toujours décrit. Pour les chameaux, le vendeur fournit généralement des renseignements sur les cinq points suivants : nombre d’animaux vendus, sexe, âge, robe et marques. Aucun de ces critères n’est obligatoire : tous ne figurent donc pas nécessairement dans un seul acte.

  • 22 Voir, par exemple, les BGU I 51 (Socnopéonèse, 30 janvier 143) et 52 (Socnopéonèse, janvier/février (...)
  • 23 Voir, ainsi, le 18, l. 4-7 : ὁμ]ολογῶ πε|πρακέναι σοι ἐκ τῶν ὑπαρχόντων | μοι καμήλων κ[άμηλ]ο. ν θ (...)

6Le nombre. Contrairement aux déclarations, qui peuvent faire état de dix animaux22, les contrats ne concernent généralement qu’un à deux chameaux, et, lorsqu’ils sont deux, toujours du même sexe. Seul, le 28 concerne une chamelle et ses deux chamelons (πῶλαι). À l’occasion, le vendeur précise que le chameau faisait partie d’un groupe plus important de bêtes23.

  • 24 Arist., HA, III 20 (521b32) : ἔστι δὲ λεπτότατον μὲν γάλα καμήλου κτλ.
  • 25 Arist., HA, VI 24 (578a14-15) : ἔχει δὲ καὶ τὰ κρέα καὶ τὸ γάλα ἥδιστα πάντων ; Plin., nat. 28, 123 (...)
  • 26 Arist., HA, IX 50 (632a27-29) : ἐκτέμνονται δὲ καὶ αἱ κάμηλοι αἱ θήλειαι, ὅταν εἰς πόλεμον χρῆσθαι (...)

7Le sexe. 21 contrats concernent des femelles (κάμηλοι θήλειαι), 9, des mâles (κάμηλοι ἄρρενες), tandis que, dans 5 contrats, le sexe n’est pas précisé. Selon le papyrologue K.A. Worp, l’éditeur du 21, la surreprésentation de chamelles s’expliquerait par leurs nombreux services, en particulier la production de lait, qui, si l’on en croit Aristote24, serait le plus léger, devant celui de la jument et de l’ânesse, et même le plus délicieux qui soit25. En revanche, dans les contrats, les chameaux destinés à l’armée (25, 32) sont toujours des mâles, même si, selon le Stagirite, on employait aussi des femelles, préalablement châtrées, afin qu’elles ne portent pas de petits26.

  • 27 Sur cette datation d’Apsyrtos, voir Björk, 1944, p. 7-12, et, plus récemment, Fischer, 1979, p. 376 (...)
  • 28 Aps. Hipp. Berol. 95 (CHG I, p. 323-324).
  • 29 CPR VI 2 = van Lith, dans van Lith, Harrauer, 1978, p. 18-26, no 2. À la bibliographie répertoriée (...)
  • 30 C’est le cas, notamment, de Drexhage, 1991, p. 287-294, et, à sa suite, de P. Schubert et I. Jornot (...)
  • 31 Sur la chronologie de l’éruption dentaire chez le chameau, voir notamment Silver, 19692, p. 301 ; S (...)
  • 32 Kölher-Rollefson et al., 2001, p. 182.
  • 33 Hsch. κ 1987 (t. II [1966], p. 445 Latte) : κατηρτυκώς· τέλειος. Kυρίως δὲ ἐπὶ τῶν ἀλόγων ζώων, ὅτα (...)
  • 34 E., Éole, fr. 31 Jouan-Van Looy = fr. 42 Nauck. Le participe κατηρτυκώς est également attesté dans (...)
  • 35 Philostr., VA, VII 23 : οἱ καταρτύοντες τῶν ἵππων ; voir aussi VA, V 33, ἀλλὰ τῆς ἡλικίας καὶ τοῦ κ (...)
  • 36 P. Louvre I 15, 13-15 (29 mars 139) : ὄνον ἄρ|ρενα λευκὸν κατηρτυκότα | ἀχάρακτον.

8L’âge est indiqué dans 21 contrats. Le vendeur l’exprime de deux manières : soit il signale simplement que la bête est adulte (τέλειος/τελεία) ou non (πῶλος), soit il spécifie l’état de la denture. Dans les contrats, quatre adjectifs indiquent le degré de développement ou d’usure des incisives, qui sont les dents essentielles pour le diagnostic de l’âge et les seules facilement accessibles : ἄβολος, πρωτοβόλος, δευτεροβόλος et κολοβός. Dans l’édition d’un contrat de vente d’un âne publié en 1978, S.M.E. van Lith a étudié cette terminologie, en la confrontant aux indications des textes scientifiques anciens, – en particulier une lettre de l’hippiatre Apsyrtos (activité entre 150 et 250 apr. J.-C. ?)27, sur la pousse des dents (περὶ ὀδόντων ἐκφύσεως)28 –, et de la médecine vétérinaire contemporaine29. Voici ses conclusions : l’animal est dit ἄβολος, lorsqu’aucune incisive permanente n’est encore sortie (entre 0 et 2,5 ans) ; πρωτοβόλος, lorsque les pinces (incisives centrales) caduques sont remplacées par les pinces permanentes (vers 2,5-3 ans) ; δευτεροβόλος, lorsque ce sont les mitoyennes caduques qui sont remplacées (c. 3-3,5 ans) ; enfin, κολοβός, auquel correspond le mot latin aequatus, lorsque l’équidé commence à raser (au-delà de 8-9 ans). Qu’en est-il pour les chameaux ? Plusieurs éditeurs de papyrus se sont fondés sur les résultats de S.M.E. van Lith pour en estimer l’âge30. Or, leur application aux camélidés est imprécise, puisque la denture de ces derniers est sensiblement différente de celle des équidés. Ainsi, alors qu’un cheval mâle adulte compte normalement 40 dents, dont 12 incisives (6 à la mâchoire supérieure et 6, à celle inférieure), le chameau n’en possède que 34 tout au plus, dont 8 incisives. En effet, chez ce dernier, les incisives ne sont présentes au complet qu’à la mâchoire inférieure, où elles sont inclinées, presque horizontales, tandis que seuls les coins se trouvent à la mâchoire supérieure, et ils peuvent même être absents chez la femelle. En appliquant les quatre adjectifs attestés dans les contrats aux degrés du développement des incisives de la mâchoire inférieure, on pourrait avancer les estimations suivantes : l’âge d’un chameau ἄβολος oscille entre 0 et 4 ans ; un animal πρωτοβόλος est âgé d’environ 4 à 5 ans ; un δευτεροβόλος, d’environ 5 à 6 ans, tandis qu’un κολοβός a au moins 9 à 10 ans31. Ces données ne sont cependant qu’indicatives, dans la mesure où, aujourd’hui encore, l’estimation de l’âge d’un chameau sur la base de sa denture est moins assurée que pour un équidé ; en outre, il faut tenir compte d’éléments extérieurs, comme le sable, qui a un rôle très abrasif sur les dents. Néanmoins, elles concordent avec d’autres informations fournies par les contrats de vente. Par exemple, dans le 9, la chamelle vendue est non seulement δευτεροβόλος, mais aussi ὑπόπωλος, c’est-à-dire qu’elle allaite. Or, on sait que les chamelles arrivent généralement à leur maturité sexuelle vers l’âge de 4 ans32 ; en tenant compte des 12 à 13 mois de gestation, on peut considérer que la chamelle vendue devait avoir au moins 5 ans, et en tout cas, bien plus que 3 à 3,5 ans, qui est l’âge estimé des équidés δευτεροβόλοι ! Signalons enfin que, dans le 32, l’âge de l’animal est exprimé par les mots τῶι σώματι κατηρτυκότα, « formé quant au corps », c’est-à-dire « adulte ». L’emploi intransitif de l’indicatif parfait du verbe καταρτύω pour désigner un animal dont toutes les dents sont sorties, suivant la définition d’Hésychios33, est plutôt rare dans la littérature grecque. Il figure notamment dans un fragment de la tragédie Éole d’Euripide34, ainsi que dans la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate35. On retrouve cette tournure au parfait, mais sans les mots τῶι σώματι, dans le contrat de vente d’un âne mâle blanc non marqué, écrit à Psintanou, dans le nome héliopolite, mais retrouvé à Socnopéonèse36.

9La robe du chameau est mentionnée dans 21 contrats. Celle-ci peut-être rousse (πυρρός), – c’est le cas le plus fréquent (11 papyrus) –, blanche (λευκός, λευκόχρους, λευκόχρωμος : 8 papyrus) ou noire (μέλας, μελανόχρους : 4 papyrus). En outre, un reçu de douane retrouvé à Socnopéonèse (P. Customs 378 ; iie/iiie s.) fournit un exemple de chameau gris-souris (μυόχρους).

  • 37 Les deux autres façons de marquer (le tatouage et la scarification) ne sont pas attestées dans les (...)
  • 38 Vandier, 1969, p. 280-283.
  • 39 Ysebaert, 1962, p. 198.
  • 40 Le participe ἐσφραγισμένος/ἐσφραγισμένη est suivi du nom de la partie du corps marquée, à l’accusat (...)
  • 41 Dölger, 1911, p. 18-21. On laisse ici de côté l’acception de σφραγίζειν, pour désigner l’applicatio (...)
  • 42 Renaud, 2004, p. 620 ; voir également Ysebaert, 1962, p. 213 : « At the most we might consider this (...)
  • 43 P. Harr. II 223, 3-5 : ἔπεμψά σοι δύο σφραγῖδ[ας] | ἵνα τὰς .γ.έλας σφραγί.σ.η.ς. | Ἐπισφράγισον κ (...)
  • 44 P. Tebt. II 419, 3-5 : πέμ|ψον τὴν ὄνον ὅπως | σφραγισθῇ, « envoie l’ânesse, afin que je la marque  (...)
  • 45 Ysebaert, 1962, p. 212-214.
  • 46 Renaud, 2004, p. 620.

10Attesté dans 26 contrats, le marquage des chameaux est obtenu par cautérisation37. En Égypte, cette pratique servant à l’identification de l’animal est documentée depuis le Nouvel Empire pour les bovins38. Pour spécifier qu’un chameau est marqué, le vendeur utilise très fréquemment le participe parfait passif du verbe χαράσσειν (20 papyrus), suivi du nom de la partie marquée, à l’accusatif, au datif (seul ou précédé d’ἐπί) ou au génitif (précédé de κατά ou d’ἐπί). Une fois (18, l. 20), le participe est accompagné du mot πῦρ, « feu », au datif39. Dans trois contrats, à la place de χαράσσειν, on trouve le participe présent actif d’ἔχω, suivi du substantif χαρακτήρ. Ce dernier est celui qui désigne le plus souvent la marque dans les contrats, bien que le neutre χάραγμα soit également attesté deux fois. Dans les deux cas, le substantif est à l’accusatif, et il est suivi du nom de la partie du corps marquée (ἐν + datif ou ἐπί + gén.). En outre, dans trois contrats des ier et iie siècles, le scripteur a employé σφραγίζειν, plutôt que χαράσσειν40. Alors que, dans les papyrus, comme dans la littérature grecque, le verbe σφραγίζειν désigne généralement l’action de marquer par un sceau, dans ces trois documents, il équivaut probablement à χαράσσειν, comme le suggérait déjà F. J. Dölger en 191141. Dans une thèse doctorale intitulée Marquage corporel et signation religieuse dans l’Antiquité, L. Renaud s’est montré favorable à cette correspondance, mais, ne se fondant que sur un seul document, il estimait que son usage était exceptionnel, et en tout cas pas systématique42. En réalité, il est plus répandu que ne le croit ce chercheur, dans la mesure où σφραγίζειν dans le sens de marquer par le fer est attesté non seulement dans ces trois contrats, mais il se trouve également dans d’autres documents, dont une lettre privée écrite en grec, de provenance inconnue et datée du ie siècle apr. J.-C.43. L’expéditeur, dénommé Pétéchon, écrit à sa sœur ou épouse Tanabinès, – l’onomastique est égyptienne –. Il l’informe avoir envoyé deux fers, afin qu’elle marque le bétail, ordre qu’il répète par la suite en utilisant cette fois le composé ἐπισφραγίζειν. Dans une autre lettre privée, retrouvée à Tebtynis (nome arsinoïte) et datée du iiie siècle44, un certain Héron demande qu’on lui envoie l’ânesse, afin de la marquer. Quant à l’hypothèse de J. Ysebaert, selon laquelle, dans les contrats, le verbe σφραγίζειν désignerait l’apposition d’un sceau amovible sur la cuisse ou l’encolure du chameau, pour en identifier le propriétaire, intervention moins agressive que le marquage par le fer45, elle paraît peu probable, parce que, d’une part, les parties du corps marquées de l’animal κεχαραγμένος sont identiques à celles de l’animal ἐσφραγισμένος, et que, d’autre part, le propriétaire aurait vraisemblablement ôté le sceau, si celui-ci était amovible, avant de vendre l’animal46.

  • 47 O. Ber. II 131, 6 (Berenike, c. 50/75) : καυτήρια δύο.
  • 48 En dehors de σφραγίς et καυτήριον, trois autres substantifs grecs sont également attestés pour dési (...)
  • 49 Kölher-Rollefson et al., 2001, p. 46.
  • 50 Villeveygoux, 2007, p. 47-48.

11Le fer à marquer en tant que tel n’est jamais mentionné dans les contrats de vente de chameaux, mais, on l’a vu dans la lettre de Pétéchon, il peut être compris sous la dénomination générique σφραγίς. Dans un inventaire de matériel d’équipement noté sur un papyrus daté du ier siècle47, il est désigné par le mot καυτήριον48. De nos jours, chez les Bédouins, le marquage s’effectue de la manière suivante : après avoir chauffé le fer au rouge, les chameliers l’appliquent sur la peau de l’animal pendant 20 à 60 secondes. Si cette opération est correctement effectuée, les traces de brûlure disparaissent après quelques jours, laissant place à des cicatrices lisses et sombres49. Il est vraisemblable que cette technique était déjà celle des habitants de l’Égypte romaine50.

12Dans les contrats, la marque est signalée par trois autres substantifs : σημεῖον, παράσημον et καυτήριον. Ils ne sont attestés qu’une fois chacun. Le premier, σημεῖον, est très général. Après avoir précisé que sa chamelle était marquée à la cuisse droite des lettres ΙΝΗ, le vendeur du 23 ne répète pas cette information à la fin de l’acte, au moment où il reprend les éléments du contrat qui l’obligent, mais il indique simplement que la marque a été décrite précédemment (30-31 : ο[ὗ] τὸ σημεῖον | πρόκιται [lire πρόκειται]). Les mots παράσημον et καυτήριον sont tous deux employés dans le 24, un contrat de 159/160 apr. J.-C. Le chameau vendu est un mâle, de couleur blanche, qui n’a pas encore eu ses premières incisives permanentes. Il est marqué d’un sigma à la cuisse droite, tandis que, sur la même cuisse, il y a un παράσημον, qu’il faut vraisemblablement interpréter comme une tache de naissance. Mais ce n’est pas tout : l’animal présente aussi un sigma à la droite de l’encolure et un καυτήριον à la poitrine (ἐν τῇ στήθι [lire στήθει]). Dans ce contexte, le mot καυτήριον pourrait désigner une marque laissée par un traitement médical au cautère, plutôt qu’un signe d’identification : sa présence sur la poitrine de l’animal, une partie du corps qui, dans les contrats, n’est jamais employée pour le marquage, et où la marque ne devait guère être visible, favorise cette hypothèse. On constate donc que le vendeur décrivait tout type de marque présent sur le pelage de l’animal.

  • 51 Gilliam, 1950 ; Welles et al., 1955, n° 56 et 58 ; Fink, 1971, n° 99-100 ; Adams, 2007, p. 153 ; à (...)
  • 52 Gilliam, 1950, p. 178, 199-200.
  • 53 Ibid., 1950, p. 200 ; P.  Dura 97 intr.

13C’est donc un élément essentiel dans la description de l’animal vendu, au point que, dans trois contrats, c’est son absence qui est signalée, au moyen de l’adjectif ἀχάρακτος. Dans deux des trois documents concernés, l’absence de tare (ἄσημος) est aussi mentionnée. Dans le 32, qui concerne un chameau adulte destiné à l’armée, l’animal est en outre qualifié de « sain » (ὑγιῆ). Il s’agit peut-être là d’une référence à la probatio, l’examen que devait subir le chameau, avant d’être assigné à un cavalier-dromadaire (dromadarius, en grec, δρομαδάριος, δρομεδάριος ou δρομιδάριος)51. Les quelques lettres, ou copies de lettres, en latin, réunies sous forme de liber, de la cohors XX Palmyrenorum (Dura Europos, extrême sud-est de la Syrie, 2e moitié du iie siècle/1re moitié du iiie siècle) offrent un témoignage de cette procédure appliquée aux chevaux. Elle comportait notamment une inspection de l’animal : âge, robe, état des pieds, taches, absence de marques. Cette dernière est exprimée en latin par l’abréviation s n, c’est-à-dire s(ine) n(ota), qui correspond au grec ἀχάρακτος52. La présence de marques est aussi signalée en abrégé : par exemple, n f correspond à n(ota) f(emore), c’est-à-dire « marqué à la cuisse », et a d à a(rmo) d(extro), lorsque la marque se trouve à l’épaule droite53.

  • 54 MPER N.S. I 28, l. 9 = PGM 63 et MP3 6008 (Hermopolis, iie/iiie s.). Sur les formes en -ις/-ιν, voi (...)

14Sur quelles parties du corps les marques étaient-elles imprimées ? Dans la majorité des contrats (20 papyrus), c’est à la cuisse droite (δεξιὸς μηρός). Le scripteur d’un papyrus aujourd’hui conservé à Genève (25) s’est même voulu plus précis, en spécifiant que la marque se trouve sur la cuisse arrière droite (7 : ἐπὶ τοῦ ὠπίσου [lire ὀπίσω] δεξιο.ῦ μηροῦ) ; à l’inverse, celui de 17 a omis d’indiquer quelle cuisse était concernée, mais il y a tout lieu de penser que c’était celle de droite. La joue droite (δεξιὰ σιαγών) est la deuxième partie du corps le plus fréquemment marquée (10 papyrus). Vient ensuite la partie droite de l’encolure (δεξιὸς τράχηλος), qui est mentionnée quatre fois. Dans le contrat contenu dans le 33, de la fin du iiie siècle, le chameau est marqué εἰς τὸ χελύνιν (pour χελύνιον)54, « à la mâchoire », c’est-à-dire sur l’une des deux joues, sans qu’on sache laquelle. Le mot χελύνιον est ici une variante de σιαγών. Cette tradition de marquer l’animal aux parties les plus visibles du corps, – cuisse, joue, encolure –, où le risque d’abîmer le cuir est minime, s’est perpétuée jusqu’à nos jours chez les Bédouins.

  • 55 Pour les reçus de douane, voir P. Grenf. II 50a, BGU IV 1088, l. 1-8, et BGU XI 2106 (Socnopéonèse, (...)
  • 56 Untersteiner, Calderini, 1920, p. 19-20 ; P. Vindob. Worp 9, p. 94 ; Schwartz, 1988, p. 147. Sur le (...)
  • 57 Littmann, 1904, p. 78-104 ; Field, 1952. Ces signes ne sont pas seulement imprimés sur des chameaux (...)
  • 58 Pour K.A. Worp, dans P. Vindob. Worp 9, p. 94, le χαρακτὴρ σύνθετος n’a rien à voir avec l’écriture (...)

15Le plus souvent, les marques correspondent à des lettres de l’alphabet grec, dont le nom est généralement écrit en entier dans les contrats, probablement pour éviter des confusions. Par exemple, dans le 15, l’animal se trouve être marqué des lettres ΘΕ sur la cuisse droite et ΚΛΑ sur la joue droite, que le scripteur a transcrit θῆτα εἶ et κὰκ λὰλ ἄλφα, qui était la manière de désigner ces lettres. Le plus souvent, les lettres devaient correspondre aux initiales du nom du propriétaire du chameau, ou d’un ancien propriétaire. Ainsi, dans le 33, le Ζ apposé sur la joue pourrait faire référence à Aurelius Zoilus, le vendeur du chameau, tandis que les lettres Ι̅Ϲ̅Ι̅, pourraient évoquer un précédent propriétaire nommé Ἰσίδωρος. De même, dans le 25, les lettres ΤΑ renvoient certainement à Tasoucharios, le vendeur. On n’exclut cependant pas que, dans plusieurs contrats, les lettres fassent référence à une indication chiffrée, au sexe de l’animal (ΘΗ, pour θήλεια, dans le 20) ou encore à un lieu : par exemple, dans le 14, ΔΙ renverrait à Διόδωρος, le nom du vendeur, ou à Διονύσιας, le nom du village où a été vendu le chameau, tandis que ΝΗ, fréquemment attesté dans les contrats, pourrait faire référence à (Σοκνοπαίου) Νῆσος, voire à l’ethnique Νησιώτης. Dans quatre contrats, ainsi que dans plusieurs reçus de douane, les marques des chameaux vendus ne représentent pas des lettres grecques, mais bien des caractères arabes (ἀραβικοῖς χαράγμασι)55. Ce phénomène est limité aux villages de Socnopéonèse et de Terenouthis, pour une période de 17 ans, de 137 à 154 apr. J.-C. Les bêtes présentant de tels caractères étaient très vraisemblablement importées d’Arabie56. Dans le 9, le caractère est détaillé : l’animal est marqué du signe Η̅, que P. Schubert et I. Jornot, les derniers éditeurs du contrat, traduisent par le chiffre « 8 » (9-11 : κεχαρ]αγμενον [lire κεχαρ]αγμένην] ἀρα|[βικῷ χα]ράγματι ἐπὶ τῇ | [δεξιᾷ σια]γόνι η̄). Cependant, il semble préférable de conserver le signe « Η̅ » dans la traduction. En effet, celui-ci pourrait être un pictogramme, – on songe notamment au wasm imprimé sur les chameaux comme marque d’appartenance à une tribu, encore en usage dans plusieurs contrées du monde arabe57 –, qu’un scripteur hellénophone aura transcrit êta, caractère qui lui était familier. Enfin, la chamelle rousse du contrat contenu dans le 20 est marquée d’un ΘΗ à la cuisse droite, mais aussi d’un caractère composé (χαρακτῆρα σύνθετον) à la joue droite, qui pourrait correspondre à un symbole pictographique58.

  • 59 Adams, 2007, p. 112-113.
  • 60 Schnebel, 1925, p. 337-338 ; Drexhage, 1986 ; Nachtergael, 1989, p. 319-320 ; Adams, 2007, p. 77-83 (...)
  • 61 Voir LSJ9, s.v. ψυχροκαυτήρ : « a caustic » ; Bliquez, 1984, p. 204 : « caustic applicator (?) ».
  • 62 Paul. Aeg., VI 58 et 87 (= CMG IX.2, p. 97, à propos d’excroissances charnues aux testicules, περὶ (...)
  • 63 Typicon du Christ Sauveur Pantocrator, 1105 (p. 94-95 Gautier). Sur ce règlement monastique d’octob (...)
  • 64 Sur ce papyrus, voir aussi FIRA III 136 ; Cavenaile, 1958, p. 294-295 (no 186) ; Gilliam, 1950, p.  (...)

16Les autres animaux de bât étaient aussi marqués, mais à une échelle très différente. Ainsi, les contrats de vente d’ânes ne font mention de marques que dans trois cas seulement, alors qu’ils sont trois fois plus nombreux que les contrats de vente de chameaux. L’une des raisons de cette différence tient probablement à ce que, contrairement à l’âne, le chameau était utilisé pour de longs trajets à travers le désert ; son propriétaire devait pouvoir l’identifier avec certitude à tout moment. En outre, on laissait les chameaux pâturer plus librement que les ânes ; là aussi, les marques permettaient une identification immédiate59. Elles pouvaient aussi servir à restituer un animal volé à son propriétaire : or, la perte d’un âne constituait un dommage bien moindre que celle d’un chameau, puisque ce dernier coûtait environ quatre fois plus cher, et pouvait supporter des charges deux fois plus lourdes60. Parmi les contrats de vente d’âne, signalons le P. Mert. III 106. Dans ce document provenant d’Oxyrhynchus et daté de la fin du iiie siècle, Aurélius Hiérax vend un âne de couleur grise, âgé d’au moins 8 à 9 ans (9-11 : ἄρρενα χρώματι λευκομέ|λανα… κολοβόν), qui présente une entaille à l’oreille (10-11 : ἔχον<τα> ἐν τῷ ὠτίῳ κόμμα | κεκομμέν̣[ο]ν) et des taches blanches (?) à deux pieds (11-12 : ἐν τοῖς δυσ̣ὶ̣ πο|δίοις λευκώματα), si c’est bien ainsi qu’il faut comprendre le mot λευκώματα, qui n’est jamais attesté dans ce sens. On possède également plusieurs contrats de vente de bovins, d’ovins, ainsi que de chevaux, dont le P. Oxy. LXIII 3144, un contrat provenant d’Oxyrhynchus et daté du 27 juillet 313 apr. J.-C. Le cheval vendu est un mâle adulte, à la robe pommelée et de race cappadocienne (7 : ἄρενα ψαρὸν τέλιον Καμπάδοκα, lire ἄρρενα ψαρὸν τέλειον Καππάδοκα). Il est marqué d’un sigma au pied droit (8 : ἔχοντα τὸν δεξιὸν πόδα τὸ ς ψυτ̣ρακαυτῆρας). L’interprétation du mot ψυτ̣ρακαυτῆρας est problématique, bien que, en dehors de la troisième lettre, son déchiffrement soit assuré. Le τ incertain pourrait à la limite être un χ mal tracé ; en corrigeant le premier α en ο, on pourrait obtenir ψυχροκαυτῆρας, de ψυχροκαυτήρ, qui désigne, soit un instrument chirurgical permettant de cautériser à froid, soit un caustique. N. Bartoli, l’éditrice du papyrus, penche plutôt pour la seconde solution (« a caustic chemical »)61. Hapax papyrologique, le substantif ψυχροκαυτήρ est peu attesté dans la littérature grecque : on ne le trouve que dans deux passages de Paul d’Égine (viie s.) relatifs au traitement d’excroissances charnues (θύμοι)62, et, beaucoup plus tard, dans le Typicon du Christ Sauveur Pantocrator, un règlement du xiie s. concernant le monastère du Christ Sauveur Pantocrator (Constantinople) et le complexe hospitalier qui l’avoisinait63. Cependant, cette correction ne résout pas toutes les difficultés : en effet, il manque dans la phrase un participe spécifiant que le cheval a été marqué (par exemple κεχαραγμένον). On ne comprend pas non plus pourquoi le scripteur a choisi d’écrire le mot à l’accusatif pluriel : on attendrait plutôt un datif singulier. Si cette interprétation est néanmoins correcte, ce contrat serait à ce jour le seul à mentionner l’instrument ou la substance utilisée pour marquer. Parmi les contrats de vente de chevaux, mentionnons encore le PSI VI 729 (= ChLA XXV 782), de provenance inconnue et daté du 7 (ou 9) juillet 1977 apr. J.-C. : c’est l’un des plus anciens actes de ventes d’animaux conservés à ce jour, et le seul qui soit écrit en latin64.

  • 65 C’est à notre connaissance la seule attestation d’une race de chameaux dans les papyrus.
  • 66 Adams, 2007, p. 75. Pour des représentations de chameaux avec des selles, voir Nachtergael, 1989, 3 (...)

17Outre le nombre, l’âge, le sexe, la robe et les marques, la description des chameaux dans les contrats peut encore contenir trois éléments : la race, l’allaitement et le harnachement. Ceux-ci ne sont attestés qu’une seule fois chacun. La mention de la race figure dans le 32, l’un des deux actes de vente de chameaux destinés à l’armée. Dans ce document de la fin du iiie siècle, l’animal vendu est un mâle adulte, de race arabe (4 : κάμηλον ἄρρενα Ἀραβικόν). On peut comparer ce κάμηλον Ἀραβικόν à l’ἵππον Καππάδοκα du PSI examiné ci-dessus ; en tout cas, l’ethnique Ἀραβικός ne fait pas référence aux marques en forme de caractères arabes, puisque le vendeur dit plus loin que l’animal ne présente pas de marque (8 : ἀχάρακτον). La race arabe était peut-être réputée pour sa résistance et sa rapidité, puisque l’animal a servi dans un contexte militaire65. Le deuxième élément, l’allaitement, a déjà été évoqué : la chamelle du 9 est qualifiée d’allaitante (7-8 : ὑπόπω|[λον) ; notons que le poulain n’est pas compris dans la vente. Enfin, l’animal pouvait être acquis avec une partie de son harnachement, qui est alors détaillé (2, l. 8 : [σὺ]ν τῇ τούτου σαγῇ, « avec sa selle »)66.

  • 67 Sur le rôle de Socnopéonèse comme plaque tournante dans l’élevage et le commerce de chameaux, voir (...)
  • 68 Préaux, 1962, p. 158.

18Datés du ier au ive siècle de notre ère, les 35 contrats de vente de chameaux examinés ici proviennent majoritairement du nome arsinoïte, en particulier de Socnopéonèse, un village situé au bord du désert, à un point de rencontre des routes caravanières qui relient le nome arsinoïte, d’une part, aux Oasis, et, d’autre part, à Alexandrie et à Memphis. Il n’est donc pas étonnant que, sous la domination romaine, à une époque où les trajets à travers le désert égyptien se sont intensifiés, l’emploi du chameau ait décuplé, et que, par conséquent, son élevage s’y soit considérablement développé, au point de devenir une spécialité du village, même si, au milieu du iie siècle, il pouvait arriver que les chameaux soient importés, probablement d’Arabie67. La situation géographique de Socnopéonèse n’explique cependant à elle seule la découverte d’autant de contrats sur place. Pour C. Préaux, une telle homogénéité de temps et d’espace, qui vaut également pour les reçus de douane et les déclarations, s’explique aussi par le fait que la plupart de ces documents proviennent de la découverte probable, à la fin du xixe siècle, des archives du bureau d’enregistrement (γραφεῖον) du village68.

  • 69 Les papyrus ne sont pas les seuls témoignages sur le marquage des camélidés dans l’Égypte romaine. (...)
  • 70 Str., V 1, 9, καυστηριάσαι τὰς ἵππους ; Luc., Pisc., 46, ἐπὶ τοῦ μετώπου στίγματα ἐπιβαλέτω ἢ ἐγκαυ (...)

19La description de l’animal par le vendeur offre un aperçu riche et varié sur l’élevage et les soins apportés aux chameaux et surtout aux chamelles, qui sont les plus nombreuses dans les contrats. Presque toujours vendus seuls ou par paires, les chameaux présentent des robes variées, allant du blanc au noir, en passant par le roux et le gris-souris. Les vendeurs, qui en étaient aussi les propriétaires et les éleveurs, précisaient l’âge de leur animal par les mots « adulte » et « poulain » (τέλειος et πῶλος) ou par l’examen de l’état de la denture, en particulier du développement ou de l’usure des incisives. Dans la littérature, cette pratique n’est attestée que pour les équidés. Une troisième manière de le faire, où intervient le participe « formé » (κατηρτυκώς), est également attestée dans les contrats. C’est toutefois le marquage qui s’avère le critère le mieux décrit dans ces documents. Effectué par le propriétaire, il concerne aussi bien les chameaux nés en élevage, identifiés par des lettres grecques, que ceux importés d’Arabie, reconnaissables par des caractères arabes. Dans les deux cas, l’animal est marqué par le fer à la cuisse, à la joue, ainsi qu’à l’encolure droite69. Quant au lexique du marquage, il est riche et varié, avec des mots rares ou dont le sens n’est pas attesté ailleurs. On ne compte pas moins de sept substantifs grecs pour désigner les taches et les marques intentionnelles ou non. Notons cependant que les verbes καυ(σ)τηριάζειν et ἐγκαίεν, parfois utilisés dans la littérature pour désigner le marquage70, sont jusqu’à ce jour absents des contrats.

  • 71 Wessely, 1902, p. 67 ; Jördens, 1995, p. 62-79, qui étudie dans le détail les familles impliquées d (...)
  • 72 Pour les femmes, voir Montevecchi, 1939, p. 44-47 ; Schwartz, 1988, p. 147 ; Hobson, 1983 ; Jördens (...)
  • 73 Montevecchi, 1939, p. 44-47.

20En dehors de la description de l’animal, les autres éléments du contrat (noms, sexe et fonctions des contractants, prix de l’animal, etc.) fournissent des informations sur l’élevage du chameau qui, en raison de son coût élevé, était seulement réservé à quelques familles, qui représentaient l’élite du village et qui comptaient des prêtres71. Le recours au paiement par voie bancaire, inaccessible aux petits paysans, montre en outre le niveau socio-économique moyen à élevé de la plupart des acquéreurs de chameaux. Ce n’est donc pas un hasard si ce mode de paiement est absent des contrats de vente d’ânes, qui coûtaient beaucoup moins cher. Les cheptels de chameaux étaient gérés aussi bien par des hommes que par des femmes72, à ceci près que ces dernières devaient être assistées d’un tuteur (κύριος) pour réaliser des actes juridiques dont les ventes font partie. Le plus souvent, les noms des contractants sont égyptiens73. Les propriétaires marquaient et soignaient eux-mêmes leurs bêtes, et la présence d’un vétérinaire ne devait être qu’exceptionnelle.

  • 74 Dionysias, qui se trouve à l’extrémité occidentale du nome arsinoïte, était aussi un centre importa (...)
  • 75 Wagner, 1987, p. 299-300 ; Bülow-Jacobsen, 1998, p. 67 ; Adams, 2007, p. 55, 73, et, plus généralem (...)
  • 76 Schwartz, 1988, p. 145.
  • 77 Adams, 2007, p. 54-55.
  • 78 Link, 2004.
  • 79 Sur la présence de restes osseux de camélidés dans les provinces septentrionales de l’Empire, voir (...)

21Il y avait d’autres centres d’élevages de chameaux en dehors de Socnopéonèse74, notamment près des carrières du désert oriental, où l’animal était abondamment exploité, mais ils n’ont laissé que peu de traces dans la documentation75. En revanche, dans les zones plus humides, comme l’intérieur du nome arsinoïte, le chameau est peu fréquent, même si l’on sait qu’il y a été employé pour des travaux agricoles. C’est l’âne qui est l’animal domestique par excellence dans ces régions76. L’une des raisons de cette rareté du chameau est anatomique : en effet, leurs pieds ne sont pas adaptés aux sols humides où ils s’abîment rapidement77. Enfin, le chameau était couramment utilisé dans l’armée, où il était monté par un cavalier-dromadaire (dromedarius). Il servait surtout pour la logistique, et ce à travers tout l’Empire78. Les archéologues ont mis au jour des restes osseux de chameaux (des deux espèces) en Grande-Bretagne, en Belgique, en France, en Allemagne, en Suisse, en Autriche, en Hongrie, pour ne citer que ces pays79.

  • 80 Boutantin, 2014, p. 292-321 et p. 454-465, recense 227 statuettes de chameaux, contre 31 d’ânes. La (...)
  • 81 Buffon, 1754, p. 239-240.

22Outre leur apport appréciable à l’histoire économique et sociale de la province romaine d’Égypte, ainsi qu’à la lexicologie, les contrats de vente de chameaux constituent un témoignage concret sur le marquage et les soins vétérinaires appliqués à cet animal que les Anciens appréciaient tant, bien plus que l’âne : on peut dire qu’il ne le cédait en luxe et en prestige qu’au cheval. Le nombre important de statuettes en terre cuite d’Égypte romaine (iie/iiie siècles) en témoigne80. Il n’est pas douteux que la publication de nouveaux témoignages sur les chameaux parmi les centaines de milliers de papyrus encore inédits, – notamment la documentation en démotique, très abondante à Socnopéonèse –, permettra de compléter nos connaissances sur l’élevage et les soins vétérinaires de cet animal à qui ses éminentes qualités vaudront bien plus tard cet éloge du comte de Buffon (1707-1788) : « L’or et la soie ne sont pas les vraies richesses de l’Orient ; c’est le chameau qui est le trésor de l’Asie »81.

Haut de page

Bibliographie

Adams, C., 2007, Land Transport in Roman Egypt. A Study of Economics and Administration in a Roman Province, Oxford.

Alwis, A.P., 2012, Men in Pain : Masculinity, Medicine and the Miracles of St. Artemios, BMGS, 36, p. 1-19.

Bagnall, R.S., 1985, The Camel, the Wagon, and the Donkey in Later Roman Egypt, BASP, 22, p. 1-6.

Balconi, C., 1990, Le dichiarazioni di bestiame ed il controllo del patrimonio zootecnico nell’Egitto romano, Aegyptus, 70, p. 113-122.

Björk, G., 1944, Apsyrtus, Julius Africanus et l’hippiatrique grecque, Uppsala (= Uppsala Universitets Årsskrift, 1944.4).

Bliquez, L.J., 1984, Two Lists of Greek Surgical Instruments and the State of Surgery in Byzantine Times, dans J. Scarborough (éd.), Symposion on Byzantine Medicine, Washington, p. 187-204 (= Dumbarton Oaks Papers, 38).

Bliquez, L.J., 1999, The Surgical Instrumentarium of Leon Iatrosophistes, MedSec, 11/2, p. 291-332.

Boutantin, C., 2014, Terres cuites et culte domestique. Bestiaire de l’Égypte gréco-romaine, Leyde-Boston (= Religions in the Graeco-Roman World, 179).

Bowersock, G.W., 1983, Roman Arabia, Cambridge (Mass.)-Londres.

Bresciani, E., 1966, Due ostraka demotici da Ossirinco, SCO, 15, p. 269-274.

Bry, M.J., 1909, Essai sur la vente dans les papyrus gréco-égyptiens, Paris.

Buffon, G.-L. Leclerc, comte de, 1754, Histoire naturelle, générale et particulière, avec la description du cabinet du roi, t. XI, Paris.

Bülow-Jacobsen, A., 1998, Traffic on the Roads between Coptos and the Red Sea, dans O. Kaper (éd.), Life on the Fringe. Living in the Southern Egyptian Deserts during the Roman and Early-Byzantine Periods. Proceedings of a Colloquium held on the Occasion of the 25th Anniversary of the Netherlands Institute for Archaeology and Arabic Studies in Cairo. 9-12 December 1996, Leyde, p. 63-74.

Capasso, M. et Davoli, P. (éd.), 2012, Soknopaiou Nesos Project. I (2003-2009), Pise-Rome (= Biblioteca degli SEP, 9).

Cavenaile, R., 1958, Corpus Papyrus Latinarum, Wiesbaden.

Corsetti, P.-P., 1982, Columelle et les dents du cheval, dans G. Sabbah (éd.), Médecins et médecine dans l’Antiquité. Actes des journées d’études sur la médecine antique d’époque romaine (Saint-Étienne, 14-15 mai 1982), Saint-Étienne, p. 7-23 (= Mémoires, 3).

Crisafulli, V. et Nesbitt, J., 1997, The Miracles of St. Artemios. A Collection of Miracle Stories by an Anonymous Author of Seventh-Century Byzantium, Leyde-New York (= The Medieval Mediterranean. Peoples, Economies and Cultures, 400-1453, 13).

Daniel, R.W. et Sijpesteijn, P.J., 1986, Remarks on the Camel-Tax in Roman Egypt, CE, 61, p. 111-115.

Daris, S., 1983, Ricerche di papirologia documentaria. II, Aegyptus, 63, p. 117-169.

Davies, R.W., 1969, The Supply of Animals to the Roman Army and the Remount System, Latomus, 28, p. 429-459.

Davies, R.W., 1989, Service in the Roman Army, Édimbourg.

Demeyere, J., 1953, Le contrat de vente en droit grec classique : les obligations des parties, RIDA, 2e série, 2, p. 215-266.

Dixneuf, D., 2012, Introduction à la céramique de Soknopaiou Nesos, dans Capasso, Davoli (éd.), p. 315-361.

Dölger, F.J., 1911, Sphragis. Eine altchristliche Taufbezeichnung in ihren Beziehungen zur profanen und religiösen Kultur des Altertums, Paderborn (= Studien zur Geschichte und Kultur des Altertums, Fünfter Band, 3./4. Heft).

Dorner, L., 1974, Zur Sachmängelhaftung beim gräko-ägyptischen Kauf, Inaugural-Dissertation, Erlangen-Nuremberg.

Doyen-Higuet, A.-M., 2006, L’Épitomé de la Collection d’hippiatrie grecque. Histoire du texte, édition critique, traduction et notes, I, Louvain-la-Neuve (= Publications de l’Institut Orientaliste de Louvain, 54).

Drexhage, H.-J., 1991, Preise, Mieten/Pachten, Kosten und Löhne im römischen Ägypten bis zum Regierungsantritt Diokletians, St. Katharinen (= Vorarbeiten zu einer Wirtschaftsgeschichte des römischen Ägypten, 1).

Dunand, F. et Lichtenberg, R., 2005, Des animaux et des hommes. Une symbiose égyptienne, Paris.

Field, H., 1952, Camel Brands and Graffiti from Iraq, Syria, Jordan, Iran and Arabia, Baltimore (= Supplement to the Journal of the American Oriental Society, 15).

Fink, R. O, 1971, Roman Military Records on Papyrus, Cleveland (= Philological Monographs of the American Philological Association, 26).

Fischer, K.-D., 1979, Two Notes on the Hippiatrica, GRBS, 20, p. 371-379.

Fischer, K.-D. et Sonderkamp, J.A.M., 1980, Ein byzantinischer Text zur Altersbestimmung von Pferden, aus Ambrosianus H 2 inf., Sudhoffs Archiv, 64.1, p. 55-68.

Georgacas, D., 1948, On the Nominal Endings -ις, -ιν, in Later Greek, CPh, 43, p. 243-260.

Gignac, F.T., 1981, A Grammar of the Greek Papyri of the Roman and Byzantine Periods. II. Morphology, Milan (= Testi e documenti per lo studio dell’antichità, LV).

Gilliam, J.F., 1950, Some Latin Military Papyri. I. Texts Relating to Cavalry Horses, YCS, 11, p. 171-209.

Hillson, S., 20052, Teeth, Cambridge.

Hobson, D., 1983, Women as Property Owners in Roman Egypt, TAPhA, 113, p. 311-321.

Honigman, S., 2002, Les divers sens de l’ethnique Ἄραψ dans les sources documentaires grecques d’Égypte, AncSoc, 32, p. 43-72.

Jakab, E., 1997, Praedicere und cavere beim Marktkauf. Sachmängel im griechischen und römischen Recht, Munich (= Münchener Beiträge zur Papyrusforschung und antiken Rechtsgeschichte, 87).

Johnson, A.C., 1936, Roman Egypt to the Reign of Diocletian, Baltimore (= An Economic Survey of Ancient Rome, 11).

Jördens, A., 1995, Sozialstrukturen im Arbeitstierhandel des kaiserzeitlichen Ägypten, Tyche, 10, p. 37-100.

Jördens, A., 2005, Griechische Papyri in Soknopaiu Nesos, dans S. Lippert, M. Schentuleit (éd.), Tebtynis und Soknopaiu Nesos. Leben im römerzeitlichen Fajum. Akten des Internationalen Symposions vom 11. bis 13. Dezember 2003 im Sommerhausen bei Würzburg, Wiesbaden, p. 41-56.

Kölhler-Rollefson, I., Mundy, P. et Mathias, E., 2001, A Field Manual of Camel Diseases. Traditional and Modern Health Care for the Dromedary, Londres.

Kränzlein, A., 1985/1986, Τοῦτον τοιοῦτον ἀναπόριφον in den Eselverkaufsurkunden aus dem kaiserzeitlichen Ägypten, GB, 12/13, p. 225-234.

Lazaris, S., 2007, Essor de la production littéraire hippiatrique et développement de la cavalerie : contribution à l’histoire du cheval dans l’Antiquité tardive, dans M.-Th. Cam (éd.), La médecine vétérinaire antique. Sources écrites, archéologiques, iconographiques. Actes du colloque international de Brest, 9-11 septembre 2004, Université de Bretagne Occidentale, Rennes, p. 87-102.

Leone, A., 1995, Soknopaiou nesos nel periodo ellenistico-romano. Un villaggio egiziano al suo apogeo, Naples.

Link, S., 2004, s.v. Dromedarii, BNP 4, col. 722.

Littmann, E., 1904, Zur Entzifferung der thamudenischen Inschriften. Eine Untersuchung des Alphabets und des Inhalts der thamudischen Inschriften auf Grund der Kopieen von Professor J. Euting und unter Benutzung der Vorarbeiten von Professor D.H. Müller, nebst einem Anhange über die arabischen Stammeszeichen, Berlin (= Mitteilungen der Vorderasiatischen Gesellschaft, 9).

McCabe, A., 2007, A Byzantine Encyclopaedia of Horse Medicine. The Sources, Compilation, and Transmission of the Hippiatrica, Oxford.

Montevecchi, O., 1939, Ricerche di sociologia nei documenti dell’Egitto greco-romano, Aegyptus, 19, p. 11-53.

Musardo, P., 2007, L’attività doganale a Soknopaiou Nesos, PapLup, 16, p. 81-171.

Nachtergael, G., 1989, Le chameau, l’âne et le mulet en Égypte gréco-romaine. Le témoignage des terres cuites, CE, 64, p. 287-336.

Papadopoulos-Kerameus, A., 1909, Varia Graeca Sacra, Saint-Pétersbourg (réimpr. Leipzig, 1975).

Pigière, F. et Henrotay, D., 2012, Camels in the Northern Provinces of Roman Empire, Journal of Archaeological Science, 39, p. 1531-1539.

Préaux, C., 1962, Vente de deux Chamelles (P. Brooklyn gr. 3), CE, 37, p. 155-162.

Pringsheim, F., 1950, The Greek Law of Sale, Weimar.

Renaud, L., 2004, Marquage corporel et signation religieuse dans l’Antiquité (thèse de doctorat soutenue à l’École Pratique des Hautes Études à Paris, en 2004, et disponible en ligne sur le site Internet https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00275245).

Rondot, V., 2012, Le dieu du relief Caire CG 27569, dans C. Zivie-Coche, I. Guermeur (éd.), « Parcourir l’éternité ». Hommages à Jean Yoyotte, II, Turnhout, p. 947-963 (= Bibliothèque de l’École des Hautes Études. Sciences religieuses, 156).

Rondot, V., 2013, Derniers visages des dieux d’Égypte. Iconographies, panthéons et cultes dans le Fayoum hellénisé des IIe-IIIe siècles de notre ère, Paris.

Rupprecht, H.-A., 1982a, Βεβαίωσις und Nichtangriffsklausel. Zur Funktion zweier Urkundsklauseln in den griechischen Papyri bis Diocletian, dans Symposion 1977. Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte (Chantilly, 1.-4. Juni 1977), Cologne-Vienne, p. 235-245.

Rupprecht, H.-A., 1982b, Die Eviktionshaftung in der Kautelarpraxis der graeco-aegyptischen Papyri, dans Studi in onore di Arnaldo Biscardi, III, Milan, p. 463-479.

Rupprecht, H.-A., 1983, Die ‘Bebaiosis’. Zur Entwicklung und den räumlich-zeitlichen Varianten einer Urkundsklausel in der graeco-ägyptischen Papyri, dans Studi in onore di Cesare Sanfilippo, III, Milan, p. 611-626.

Schnebel, M., 1925, Die Landwirtschaft im hellenistischen Ägypten, Munich.

Schwartz, J., 1988, De quelques villages du nome Arsinoïte à l’époque romaine, CRIPEL, 10, p. 141-148.

Sijpesteijn, P.J., 1987, Customs Duties in Graeco-Roman Egypt, Zutphen (= Studia Amstelodamensia ad epigraphicam, ius antiquum et papyrologicam pertinentia, XVII).

Silver, I.A., 19692, The Ageing of Domestic Animals, dans D. Brothwell, E. Higgs (éd.), Science in Archaeology. A Comprehensive Survey of Progress and Research, Londres, p. 283-302.

Smuts, M.M.S. et Bezuidenhout, A.J., 1987, Anatomy of the Dromedary, Oxford.

Straus, J.A., 2004, L’achat et la vente des esclaves dans l’Égypte romaine. Contribution papyrologique à l’étude de l’esclavage dans une province orientale de l’Empire romain, Leipzig (= APF. Beiheft, 14).

Thomas, J., Constantinides Hero, A., 2000, Byzantine Monastic Foundation Documents, I, Dumbarton Oaks (= Dumbarton Oaks Studies, XXXV).

Triantaphyllopoulos, I., 1971, Les vices cachés de la chose vendue d’après les droits grecs à l’exception des papyrus, dans Studi in onore di Edoardo Volterra, V, Milan, p. 697-719.

Untersteiner, M. et Calderini, A., 1920, Ricerche etnografiche sui papiri greco-egizî. II.8. Arabi, Studi della Scuola Papirologica, 3, p. 17-21.

Vandier, J., 1969, Manuel d’Archéologie égyptienne. Tome V. Bas-reliefs et peintures. 2e partie, Paris.

van Lith, S.M.E. et Harrauer, H., 1978, Corpus Papyrorum Raineri. Griechische Texte III.1, Vienne (= Corpus Papyrorum Raineri, VI).

Vernus, P. et Yoyotte J., 2005, Bestiaire des pharaons, Paris.

Villeveygoux, I., 2007, Marques au fer et amulettes : identifier et protéger les animaux, dans M.-Th. Cam (éd.), La médecine vétérinaire antique. Sources écrites, archéologiques, iconographiques. Actes du colloque international de Brest, 9-11 septembre 2004, Université de Bretagne Occidentale, Rennes, p. 45-55.

von Soden, H.F., 1973, Untersuchungen zur Homologie in den griechischen Papyri Ägyptens bis Diokletian, Cologne-Vienne (= Graezistische Abhandlungen, 5).

Wagner, G., 1987, Les oasis d’Égypte à l’époque grecque, romaine et byzantine d’après les documents grecs (recherches de papyrologie et d’épigraphie grecques), Le Caire (= Bibliothèque d’Étude, 100).

Wallace, S.L., 1938, Taxation in Egypt from Augustus to Diocletian, Princeton.

Welles, C.B., Fink, R.O. et Gilliam, J.F., 1955, The Excavations at Dura-Europos Conducted by Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters. Final Report V, Part I. The Parchments and Papyri, New Haven.

Wessely, C., 1902, Karanis und Soknopaiou Nesos. Studien zur Geschichte antiker Cultur- und Personenverhältnisse, Vienne (= Denkschriften der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften in Wien. Philosophisch-historische Klasse, 47).

Wolff, H.-J., 1978, Das Recht der griechischen Papyri Ägyptens in der Zeit der Ptolemäer und des Prinzipats, II, Organisation und Kontrolle des privaten Rechtsverkehrs, Munich (= Handbuch der Altertumswissenschaft, X, 5.2).

Worp, K.A., 1972, Einige Wiener Papyri, Amsterdam (= Studia Amstelodamensia ad epigraphicam, ius antiquum et papyrologicam pertinentia, I).

Ysebaert, J., 1962, Greek Baptismal Terminology. Its Origins and Early Development, Nimègues (= Graecitas Christianorum Primaeva. Studia ad sermonum Graecum pertinentia, 1).

Haut de page

Annexe

Annexe. Liste des contrats de vente de chameaux édités à ce jour (état février 2015)

Papyrus

Provenance, date

Type de contrat

Description de l’animal (nombre, sexe, âge, robe, sauf marques)

Marques (nombre, localisation, lettres ou caractères représentés)

1

P.Med. 71.27a = SB XVI 12752

Talei (nome arsinoïte), 7 mai 14

chirographe (homologie objective)

1, sexe non spécifié, adulte

deux, à la mâchoire droite (détails de la marque non conservés) et à la cuisse droite (Ε)

2

P.Oxy. LVIII 3915

Oxyrhynchus, 7 ou 8 septembre 30

chirographe (homologie subjective) ; paiement par voie bancaire

1, sexe non spécifié, roux, pousse ses premières dents

deux, à la cuisse droite et à la partie droite du cou

3

BGU XI 2112

nome arsinoïte, milieu du ier s.

chirographe (homologie subjective)

nombre perdu, mâles

-

4

SPP XXII 17

nome arsinoïte, i/iie s.

chirographe (πέπρακα)

1, mâle, chamelon, blanc

sans signe, sans marque

5

P.Lond. III 909 (a), p. 170

nome arsinoïte, 1er juillet 136

chirographe (homologie subjective)

1, mâle, roux, dont les dents n’ont pas encore poussé

une, à la joue droite (ΤΑ)

6

P.Gen. I2 29

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 30 janvier 137

chirographe (homologie subjective)

1, femelle, pousse ses premières dents

deux, à la cuisse et à la joue droites (caractère arabe)

7

SB VI 9093

Théadelphie (nome arsinoïte), 29 septembre 138

chirographe (homologie objective)

1, sexe non spécifié, chamelon, blanc, dont les dents n’ont pas encore poussé

-

8

P.Louvre I 12

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 28 janvier (?) 142

chirographe (homologie subjective)

1, femelle, adulte

une, sur la cuisse droite (Η, et peut-être une autre lettre)

9

P.Gen. I2 30

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 20 juin 142

chirographe (homologie subjective)

1, femelle qui allaite et fait ses secondes dents, rousse

une, sur la joue droite (caractère arabe H̅)

10

P.Lond. III 1132 (b), p. 141

Térénouthis (nome prosopite) ou Socnopéonèse (nome arsinoïte), 19 août 142

chirographe (homologie subjective)

1, femelle, rousse

une, sur la cuisse droite (Κ)

11

BGU I 87 = M.Chr. 260

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 14 janvier 144

chirographe (homologie objective)

2, femelles

une, sur la cuisse droite (ΝΗ)

12

BGU I 88

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 23 décembre 146

διαγραφή bancaire

1, mâle, adulte, blanc

deux, sur la joue droite et sur la hanche droite

13

BGU II 416

provenance inconnue, 28 juillet 150

chirographe (homologie subjective)

2, femelles

une, sur la cuisse droite

14

BGU II 468

Dionysias (nome arsinoïte), 1er octobre 150

διαγραφή bancaire

1, mâle, roux, qui pousse ses premières dents

une, sur la cuisse droite (ΔΙ)

15

BGU I 153 = M.Chr. 261

Dionysias (nome arsinoïte), 19 février 152

chirographe (homologie objective)

1, femelle, adulte, noire

deux, sur la cuisse droite (ΘΕ et ΝΗ), et sur la joue droite (ΚΛΑ)

16

SPP XXII 48

Dionysias (nome arsinoïte), 19 février 152

chirographe (homologie objective) ; copie de 15

1, femelle, adulte, noire

deux, sur la cuisse droite (ΘΕ et ΝΗ), et sur la joue droite (ΚΛΑ)

17

P.Brookl. 7

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 26 février 152

chirographe (homologie objective)

2, femelles

une, sur l’un des deux animaux, sur la cuisse (caractère arabe)

18

BGU II 453 = M.Chr. 14

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 20 janvier 154

chirographe (homologie subjective)

1, femelle, adulte, rousse

une, sur la cuisse droite (caractère arabe)

19

P.Lond. II 320, p. 198 = M.Chr. 177

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 157/158

διαγραφή bancaire

1, femelle

-

20

SPP XXII 30

nome arsinoïte, 20 avril 158

chirographe (πέπρακα)

1, femelle, adulte, rousse

deux, sur la cuisse droite (ΘΗ), et sur la joue droite (caractère composé)

21

P.Vindob.Worp 9

Socnopéonèse (nome arsinoïte) ?, 21 août 158

chirographe (homologie subjective)

1, femelle, qui commence à raser, rousse

une, sur la cuisse droite (ΘΕ)

22

BGU I 100

nome arsinoïte, 3 janvier 159

chirographe (homologie subjective)

1, femelle, qui fait ses secondes dents, rousses

une, sur la joue droite

23

BGU II 427

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 5 janvier 159

chirographe (homologie subjective)

1, femelle

une, sur la cuisse droite (ΙΝΗ)

24

BGU II 469

provenance inconnue, 159/160

chirographe (homologie subjective)

1, mâle, dont les dents n’ont pas encore poussé, blanc

deux, sur la cuisse droite (Ϲ) et sur l’encolure droite (Ϲ), ainsi qu’une tache de naissance sur la cuisse droite, et une brûlure sur la poitrine

25

P.Gen. I2 35

nome arsinoïte ?, 11 novembre 161

chirographe (πέπρακα)

2, mâles, adultes, blancs

une, sur la cuisse arrière droite (ΤΑ)

26

P.Strasb. IV 201

Dionysias (nome arsinoïte), 7 janvier 162

chirographe (homologie objective)

1, femelle, adulte (?), rousse

une, sur la cuisse droite (ΘΕ)

27

P.Lond. II 333, p. 199 = M.Chr. 176

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 11 octobre 166

διαγραφή bancaire ; copie de l’acte (ἀντίγρα(φον) πράσ[εω]ς)

2, femelles, l’une, de couleur blanche, l’autre, noire

-

28

P.Lond. III 1100 descr., p. LVII = SB XX 14221

provenance inconnue, 2 octobre 177, 2 octobre 178 ou 3 octobre 179

chirographe (πέπρακα)

3, dont 1 femelle adulte et 2 chamelons femelles

la femelle adulte est marquée sur la cuisse droite (ΘΕ) et sur la joue droite (Α) ; les chamelons ne sont pas marqués

29

P.Amh. II 102

nome arsinoïte, 26 janvier 180

chirographe (homologie objective)

1, sexe non précisé

-

30

P.Prag. II 155

Socnopéonèse (nome arsinoïte), 188/189

chirographe (homologie subjective)

1, femelle, rousse

une (ou deux ?), sur la cuisse droite (Κ ?)

31

P.Alex. inv. 420 = SB VI 9575

provenance inconnue, iie s.

chirographe (homologie objective ?)

1, femelle, adulte

une, sur la cuisse droite

32

BGU I 13 = M.Chr. 265

nome arsinoïte, 29 juillet 289

chirographe (homologie subjective)

mâle, arabe, adulte

sans marque, sain et sans blessure

33

P.Oxy. XLI 2998

Oxyrhynchus, fin du iiie s.

chirographe (πέπρακα)

1, mâle, noir

deux, sur la partie droite de l’encolure (ΙϹΙ) et sur la joue droite (Ζ)

34

P.Grenf. II 74

Kysis (Oasis Magna), 25 avril 302

chirographe (homologie subjective)

1, femelle, blanc

-

35

P.Bodl. I 138 descr.

provenance inconnue, époque byzantine

- (inédit)

-

-

Haut de page

Notes

1 Suivant l’usage, on traduira κάμηλος par « chameau » ; cependant, c’est bien du dromadaire (Camelus dromedarius L.) qu’il s’agit, puisque le chameau de Bactriane (Camelus bactrianus L.) « n’est jamais venu en Égypte autrement qu’en qualité d’animal exotique » (Dunand, Lichtenberg, 2005, p. 99). La question de l’introduction du chameau en Égypte a donné lieu à une abondante bibliographie : pour une mise au point récente, voir Adams, 2007, p. 49-50 ; Boutantin, 2014, p. 293-294. Aux travaux énumérés par cette chercheuse (en particulier p. 293 n. 2), il faut ajouter Bagnall, 1985, p. 3, qui pense qu’un nombre important de chameaux a été introduit pour la première fois en Égypte sous Ptolémée II Philadelphe (283-246), à partir de la Palestine, alors sous domination de ce roi. Un ostracon démotique provenant d’Oxyrhynchus et datant peut-être du iiie/iie siècle avant notre ère (O. Dem. Pisa inv. 1) contient l’une des premières représentations de cet animal à l’époque gréco-romaine : voir à ce propos Bresciani, 1966, p. 269-271 et pl. ; Nachtergael, 1989, p. 311 ; Boutantin, 2014, p. 295.

2 Les abréviations employées dans cette contribution pour désigner les éditions papyrologiques sont celles de la Checklist of Greek, Latin, Demotic and Coptic Papyri, Ostraca and Tablets (http://scriptorium.lib.duke.edu/papyrus/texts/clist.html ; dernière mise à jour : 1er juin 2011 ; pour 2011-2014, voir http://papyri.info/docs/checklist). Sauf indication contraire, toutes les dates mentionnées ici sont entendues « après J.-C. ». Les nombres en gras renvoient à la liste des contrats de vente en annexe.

3 À cette liste, on peut ajouter le P. Gen. IV 172 = SB XVI 12397 (Philadelphie [nome arsinoïte], ive/ve s.), qui contient une lettre d’affaires relative à la vente de deux chameaux.

4 Depuis 2003, le site de Socnopéonèse est l’objet de fouilles archéologiques par une équipe dirigée par M. Capasso et P. Davoli, Professeurs à l’Università del Salento (Lecce, Italie). Pour un compte rendu détaillé des premiers résultats de cette mission (années 2003-2009), voir Capasso, Davoli (éd.), 2012. On trouvera un aperçu du contenu de la documentation papyrologique grecque de Socnopéonèse dans Jördens, 2005, p. 41-56.

5 Jördens, 1995, p. 62-79 ; Ead., 2005, p. 51-53.

6 Pour une mise au point récente sur les raisons avancées par les chercheurs pour expliquer l’abandon du site de Socnopéonèse au iiie siècle, voir Musardo, 2007, p. 119-120.

7 Dixneuf, 2012, p. 324.

8 Cette structure est commune aux actes de vente de bétail et d’esclaves ; pour ces derniers, voir Straus, 2004, spécialement p. 91-177 pour l’examen détaillé de la typologie des contrats.

9 Wolff, 1978, p. 106-114.

10 Sur l’homologie, voir von Soden, 1973 ; Straus, 2004, p. 176-177.

11 Sur le prix des chameaux, voir les données réunies par Johnson, 1936, p. 231 ; Worp, dans P. Vindob. Worp 9 ; plus récemment, Drexhage, 1991, p. 286-296. Voir également les considérations de Schwartz, 1988, p. 148.

12 Sur cette garantie dans les papyrus et dans d’autres sources, voir Bry, 1909, p. 294-304 ; Pringsheim, 1950, p. 472-496 ; Demeyere, 1953 ; Préaux, 1962, p. 160-161 ; Triantaphyllopoulos, 1971 ; Dorner, 1974, p. 55-157 ; Kränzlein, 1985/1986 ; Jakab, 1997 ; Straus, 2004, p. 152-157.

13 Bry, 1909, p. 276-294 ; Pringsheim, 1950, p. 429-472 ; Dorner, 1974, p. 41-49 ; Rupprecht, 1982a ; Id., 1982b ; Id., 1983 ; Straus, 2004, p. 139-152.

14 Sur ces déclarations, voir Balconi, 1990 ; Adams, 2007, p. 123-127.

15 Balconi, 1990. Cette taxe (τέλεσμα ou τέλος καμήλων) s’appliquait seulement aux bêtes adultes ; voir à ce propos Wallace, 1938, p. 89-90 et 390 n. 63 ; BGU XV 2542 intr. ; Daniel, Sijpesteijn, 1986 ; Adams, 2007, p. 130-131.

16 Straus, 2004, p. 162-164.

17 Pringsheim, 1950, p. 74-77.

18 Wolff, 1978, p. 29-30 et 95-105 ; Straus, 2004, p. 97-102.

19 Montevecchi, 1939, p. 12.

20 Voir, par exemple, les no 15-16, 27.

21 Sur les γραφεῖα, voir Wolff, 1978, p. 18-25.

22 Voir, par exemple, les BGU I 51 (Socnopéonèse, 30 janvier 143) et 52 (Socnopéonèse, janvier/février 145), qui contiennent une déclaration, respectivement, de 7 adultes et 2 poulains, et de 8 adultes et 2 poulains. Dans le P. Mich. IX 543 (Karanis [nome arsinoïte], 135/136), le chamelier déclare au stratège que le village compte au total 72 chameaux, dont 13 poulains ; il fournit ensuite une liste détaillée du nombre d’animaux que possède chaque propriétaire.

23 Voir, ainsi, le 18, l. 4-7 : ὁμ]ολογῶ πε|πρακέναι σοι ἐκ τῶν ὑπαρχόντων | μοι καμήλων κ[άμηλ]ο. ν θήλ[ει]αν | τελείαν μίαν κτλ.

24 Arist., HA, III 20 (521b32) : ἔστι δὲ λεπτότατον μὲν γάλα καμήλου κτλ.

25 Arist., HA, VI 24 (578a14-15) : ἔχει δὲ καὶ τὰ κρέα καὶ τὸ γάλα ἥδιστα πάντων ; Plin., nat. 28, 123 : dulcissimum ab hominis camelinum (sc. lac).

26 Arist., HA, IX 50 (632a27-29) : ἐκτέμνονται δὲ καὶ αἱ κάμηλοι αἱ θήλειαι, ὅταν εἰς πόλεμον χρῆσθαι αὐταῖς βούλωνται, ἵνα μὴ ἐν γαστρὶ λαβῶσιν, « on châtre également les chamelles, lorsqu’on veut s’en servir à la guerre, pour qu’elles ne portent pas de petits ».

27 Sur cette datation d’Apsyrtos, voir Björk, 1944, p. 7-12, et, plus récemment, Fischer, 1979, p. 376 n. 1, ainsi que Doyen-Higuet, 2006, p. 26-27 ; pour McCabe, 2007, p. 126, Apsyrtus aurait écrit ses lettres au iiie ou au début du ive siècle. Enfin, selon Lazaris, 2007, p. 96, l’auteur aurait vécu dans la seconde moitié du ive siècle.

28 Aps. Hipp. Berol. 95 (CHG I, p. 323-324).

29 CPR VI 2 = van Lith, dans van Lith, Harrauer, 1978, p. 18-26, no 2. À la bibliographie répertoriée par cette chercheuse, il convient d’ajouter Fischer, Sonderkamp, 1980 ; Corsetti, 1982.

30 C’est le cas, notamment, de Drexhage, 1991, p. 287-294, et, à sa suite, de P. Schubert et I. Jornot dans la deuxième édition des P. Gen. I (voir 6, 9 et 25).

31 Sur la chronologie de l’éruption dentaire chez le chameau, voir notamment Silver, 19692, p. 301 ; Smuts, Bezuidenhout, 1987, p. 117 ; Kölhler-Rollefson et al., 2001, p. 22-25 ; Hillson, 2005², p. 239 (mâchoire inférieure).

32 Kölher-Rollefson et al., 2001, p. 182.

33 Hsch. κ 1987 (t. II [1966], p. 445 Latte) : κατηρτυκώς· τέλειος. Kυρίως δὲ ἐπὶ τῶν ἀλόγων ζώων, ὅταν ἐκβάλῃ πάντας τοὺς ὀδόντας. Comparer Suid. κ 1061, κατηρτυκότα· ὅτι γνώμονα ἔλεγον τὸν βαλλόμενον ὀδόντα τῷ ὄνῳ, δι’ οὗ τὰς ἡλικίας ἐξήταζον. Τὸν δὲ αὐτὸν καὶ κατηρτυκότα ἔλεγον.

34 E., Éole, fr. 31 Jouan-Van Looy = fr. 42 Nauck. Le participe κατηρτυκώς est également attesté dans le sens d’« accompli », de « façonné », dans Ar., Eu., 473 ; Eur., Phrixos A, fr. 1 Jouan-Van Looy = fr. 821 Nauck2.

35 Philostr., VA, VII 23 : οἱ καταρτύοντες τῶν ἵππων ; voir aussi VA, V 33, ἀλλὰ τῆς ἡλικίας καὶ τοῦ κατηρτυκέναι, où le verbe est appliqué aux êtres humains. Mentionnons aussi le substantif καταρτισμός, employé notamment en parlant d’une denture dont le développement est achevé, c’est-à-dire lorsque les dernières dents de lait sont tombées et qu’elles ont laissé place aux dents définitives ; sur ce mot, voir Fischer, 1979, p. 376-377.

36 P. Louvre I 15, 13-15 (29 mars 139) : ὄνον ἄρ|ρενα λευκὸν κατηρτυκότα | ἀχάρακτον.

37 Les deux autres façons de marquer (le tatouage et la scarification) ne sont pas attestées dans les contrats de vente d’animaux.

38 Vandier, 1969, p. 280-283.

39 Ysebaert, 1962, p. 198.

40 Le participe ἐσφραγισμένος/ἐσφραγισμένη est suivi du nom de la partie du corps marquée, à l’accusatif, parfois précédé de εἰς. Pour le détail des constructions employées dans les actes de vente de chameaux, voir Daris, 1983, p. 142-143.

41 Dölger, 1911, p. 18-21. On laisse ici de côté l’acception de σφραγίζειν, pour désigner l’application d’un sceau de terre glaise sur les cornes des animaux de sacrifice remplissant toutes les conditions de pureté rituelle ; cf. Hdt., II 38 ; Dölger, 1911, p. 21-23 ; Ysebaert, 1962, p. 214 ; Renaud, 2004, p. 620-621.

42 Renaud, 2004, p. 620 ; voir également Ysebaert, 1962, p. 213 : « At the most we might consider this as an exception to normal linguistic usage ».

43 P. Harr. II 223, 3-5 : ἔπεμψά σοι δύο σφραγῖδ[ας] | ἵνα τὰς .γ.έλας σφραγί.σ.η.ς. | Ἐπισφράγισον κτλ., « Je t’ai envoyé deux fers, afin que tu marques le bétail. Marque-le, etc. »

44 P. Tebt. II 419, 3-5 : πέμ|ψον τὴν ὄνον ὅπως | σφραγισθῇ, « envoie l’ânesse, afin que je la marque ». Cette lettre est mentionnée par Dölger, 1911, p. 20-21 n. 4.

45 Ysebaert, 1962, p. 212-214.

46 Renaud, 2004, p. 620.

47 O. Ber. II 131, 6 (Berenike, c. 50/75) : καυτήρια δύο.

48 En dehors de σφραγίς et καυτήριον, trois autres substantifs grecs sont également attestés pour désigner le fer à marquer : καυτήρ (Luc., Pisc., 46), χαρακτήρ (cf. Isid., orig., 20, 15 [16], 7 = p. 123 Guillaumin : character est ferrum caloratum, quo notae pecudibus inuruntur), et σίδηρος (Nomoi sive leges Homeritum, 5 : εἶτα σημείῳ τινί, ἤγουν σφραγίδι σιδῆρᾳ σφραγίσαντες πεπυρακτωμένῃ ἐπὶ τοῦ μετώπου).

49 Kölher-Rollefson et al., 2001, p. 46.

50 Villeveygoux, 2007, p. 47-48.

51 Gilliam, 1950 ; Welles et al., 1955, n° 56 et 58 ; Fink, 1971, n° 99-100 ; Adams, 2007, p. 153 ; à propos du liber epistularum, voir également Davies, 1969, p. 429-459, part. 435-437 = Id., 1989, p. 153-173, part. 157-158. Le témoignage du P. Mich. VIII 455a = ChLA XLII 1213 (Karanis, nome Arsinoïte, 225/250 apr. J.-C.) doit aujourd’hui être écarté. À la ligne 4 du fragment B de ce papyrus latin contenant des rapports journaliers, H.C. Youtie et J.C. Winter, les premiers éditeurs, déchiffraient ]ṃelorum ṣtenoco[, qu’ils restituaient ca]ṃelorum ṣtenoco[riasis. Un soldat dénommé Isidoros aurait été révoqué parce que ses chameaux étaient atteints d’une affection ophtalmique, la stenocoriasis (transcription latine du mot grec στενοχωρίασις ; voir Veg., mulom. 3, 16 : Stenocoriasis dicitur, cum constringitur visus et vires amittit). Cette restitution est encore présente dans des travaux récents, dont celui d’Adams, 2007, p. 55 n. 25. Or, comme l’a suggéré T. Dorandi en 1994 (ChLA XLII, p. 14), il faudrait plutôt déchiffrer] g̣elorum sc̣enop̣̣ọ[sur le papyrus, lecture confirmée par G. Macedo Nocchi, chercheur au CEDOPAL et spécialiste des papyrus latins (message électronique du 25 avril 2014) ; pour T. Dorandi, le premier mot serait peut-être un ethnique, tandis que le second pourrait être un composé « qui rappelle certains noms de lieux égyptiens comme Scenae Veteranorum ou Scenae Mandrae ».

52 Gilliam, 1950, p. 178, 199-200.

53 Ibid., 1950, p. 200 ; P.  Dura 97 intr.

54 MPER N.S. I 28, l. 9 = PGM 63 et MP3 6008 (Hermopolis, iie/iiie s.). Sur les formes en -ις/-ιν, voir Georgacas, 1948 ; Gignac, 1981, p. 25-29.

55 Pour les reçus de douane, voir P. Grenf. II 50a, BGU IV 1088, l. 1-8, et BGU XI 2106 (Socnopéonèse, 11 avril 142 = Sijpesteijn, 1987, no 184-186) ; BGU IV 1088, l. 9-14 (Socnopéonèse, 27 juin 142 = Sijpesteijn, 1987, no 187).

56 Untersteiner, Calderini, 1920, p. 19-20 ; P. Vindob. Worp 9, p. 94 ; Schwartz, 1988, p. 147. Sur les différents sens de l’ethnique Ἄραψ dans la documentation papyrologique grecque, voir Honigman, 2002 (pour les ἀραβικοὶ χαράγμασι, voir p. 58). Le chameau appartient à l’iconographie de l’Arabe, et plus précisément du Bédouin : voir à ce propos Bowersock, 1983, p. 34-35, 83-84, pl. 16 ; Rondot, 2012, p. 956 ; Id., 2013, p. 320-340.

57 Littmann, 1904, p. 78-104 ; Field, 1952. Ces signes ne sont pas seulement imprimés sur des chameaux, mais aussi sur des chèvres, des brebis et d’autres animaux, ainsi que sur des hommes, des portes, des murs, des aqueducs, etc.

58 Pour K.A. Worp, dans P. Vindob. Worp 9, p. 94, le χαρακτὴρ σύνθετος n’a rien à voir avec l’écriture arabe ; puisque le substantif σύνθετος désigne une « syllabe » ou un « mot », le caractère composé devait selon lui correspondre à deux ou plusieurs lettres qui se suivent.

59 Adams, 2007, p. 112-113.

60 Schnebel, 1925, p. 337-338 ; Drexhage, 1986 ; Nachtergael, 1989, p. 319-320 ; Adams, 2007, p. 77-83. Sur les charges que pouvaient supporter les chameaux (six artabes, c’est-à-dire environ 180 kg), voir Sijpesteijn, 1987, p. 52 ; Adams, 2007, p. 79-80 ; P. Gen. IV 194, n. à l. 14 (p. 287).

61 Voir LSJ9, s.v. ψυχροκαυτήρ : « a caustic » ; Bliquez, 1984, p. 204 : « caustic applicator (?) ».

62 Paul. Aeg., VI 58 et 87 (= CMG IX.2, p. 97, à propos d’excroissances charnues aux testicules, περὶ θύμων τῶν ἐν αἰδοίος, et p. 129, à propos d’excroissances et de deux sortes de verrues, les acrochordons et les myrmécies, περὶ ἥλων, μυρμηκίων καὶ ἀκροχορδόνων ; comparer Paul. Aeg., IV 15 = CMG IX.1, p. 333 ; Cels., 5, 28, 14A-C = CML I, p. 247).

63 Typicon du Christ Sauveur Pantocrator, 1105 (p. 94-95 Gautier). Sur ce règlement monastique d’octobre 1136, voir également Thomas, Constantinides Hero, 2000, p. 725-781. À côté de ψυχροκαυτήρ, on trouve aussi ψυχρὸς καυτήρ : Orib. ap. Paul. Aeg., IV 7 (= CMG IX.1, p. 329, contre les marques, πρὸς στίγματα) ; Leo Med., Consp. med., VII, 14 (= p. 211 Ermerins ; contre les verrues, πρὸς ἀκροχορδόνων), et Bliquez, 1999, p. 304 (« when he [sc. Léon] refers to burning with a cold cautery, the caustic forceps is likely what he has in mind ») et p. 312 (« it is a reasonable conjecture that by cold cautery Leona gain means the caustic forceps as previously in »). Le 21e miracle sur les 45 réalisés par saint Artémios, officier martyrisé à Antioche sous Julien l’Apostat (= BHG, 173), fait aussi mention d’un ψυχρὸς καυτήρ pour soigner un certain Étienne, diacre de Sainte Sophie, qui souffrait des testicules ; ce dernier aura ensuite recours au saint pour sa guérison. Pour un commentaire sur ce passage, voir Crisafulli, Nesbitt, 1997, p. 257-258, qui estiment que ces « cautères froids » se réfèrent « à l’application de différentes substances caustiques ». La seule édition à ce jour de ce recueil de miracles rédigé entre 658 et 668 est celle de Papadopoulos-Kerameus, 1909, p. 1-75, mais V. Déroche (CNRS ; Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance) en prépare actuellement une réédition. Sur ces miracles, voir également, récemment, Alwis, 2012.

64 Sur ce papyrus, voir aussi FIRA III 136 ; Cavenaile, 1958, p. 294-295 (no 186) ; Gilliam, 1950, p. 181 n. 56, 185. L’animal vendu est un cheval noir de Cappadoce (1 : Cappadocem nigrum), une race renommée dans l’Antiquité.

65 C’est à notre connaissance la seule attestation d’une race de chameaux dans les papyrus.

66 Adams, 2007, p. 75. Pour des représentations de chameaux avec des selles, voir Nachtergael, 1989, 305, fig. 2 et 3 ; Boutantin, 2014, p. 301-302, et no 201-204 (p. 315-316).

67 Sur le rôle de Socnopéonèse comme plaque tournante dans l’élevage et le commerce de chameaux, voir Schwartz, 1988, p. 145-146 ; Jördens, 1995, p. 62-79 ; Leone, 1995, p. 52.

68 Préaux, 1962, p. 158.

69 Les papyrus ne sont pas les seuls témoignages sur le marquage des camélidés dans l’Égypte romaine. Une statuette en terre cuite datée du iie ou du iiie siècle (Londres, Petrie Museum, inv. UC48052 = no 222 du catalogue de Boutantin, 2014, p. 321), représente une tête de camélidé, avec, au niveau de l’encolure, trois petits traits, dont le second est plus étroit que les deux autres (comme un Ξ) : ils pourraient constituer le marquage de l’animal.

70 Str., V 1, 9, καυστηριάσαι τὰς ἵππους ; Luc., Pisc., 46, ἐπὶ τοῦ μετώπου στίγματα ἐπιβαλέτω ἢ ἐγκαυσάτω κατὰ τὸ μεσόφρυον, « qu’on lui imprime une marque sur le front ou au fer rouge entre les sourcils ».

71 Wessely, 1902, p. 67 ; Jördens, 1995, p. 62-79, qui étudie dans le détail les familles impliquées dans la vente et l’élevage de chameaux ; Ead., 2005, p. 51-53. L’entretien d’un chameau était nettement plus coûteux que celui d’un âne : Adams, 2007, p. 88-90. À Socnopéonèse, l’élevage des chameaux constituait un placement et un patrimoine qu’on se transmettait de génération en génération : Schwartz, 1988, p. 147, et surtout Jördens, 1995, p. 64-72. Sur les raisons économiques de l’élevage des chameaux par ces familles, voir Schwartz, 1988, p. 147-148 ; Jördens, 1995, p. 70-72 ; Adams, 2007, p. 108-109.

72 Pour les femmes, voir Montevecchi, 1939, p. 44-47 ; Schwartz, 1988, p. 147 ; Hobson, 1983 ; Jördens, 1995, p. 65.

73 Montevecchi, 1939, p. 44-47.

74 Dionysias, qui se trouve à l’extrémité occidentale du nome arsinoïte, était aussi un centre important pour l’élevage des chameaux : Schwartz, 1988, p. 147 ; Adams, 2007, p. 106.

75 Wagner, 1987, p. 299-300 ; Bülow-Jacobsen, 1998, p. 67 ; Adams, 2007, p. 55, 73, et, plus généralement, 199-239.

76 Schwartz, 1988, p. 145.

77 Adams, 2007, p. 54-55.

78 Link, 2004.

79 Sur la présence de restes osseux de camélidés dans les provinces septentrionales de l’Empire, voir Pigière, Henrotay, 2012, p. 1531-1539.

80 Boutantin, 2014, p. 292-321 et p. 454-465, recense 227 statuettes de chameaux, contre 31 d’ânes. La rareté des figurines représentant des ânes, par rapport à celles de chameaux, s’explique non seulement à cause de l’association de cet animal avec le dieu Seth (toutefois, le cochon, qui est également lié à cette divinité, est bien mieux représenté), mais aussi, surtout, par sa « banalité », le baudet étant un élément courant du paysage égyptien (Nachtergael, 1989, p. 325-326 ; Boutantin, 2014, p. 456). Notons également que, suivant les lieux, la proportion de statuettes représentant un animal varie : ainsi, à Coptos, où il y a un important trafic caravanier, c’est le dromadaire qui arrive en tête (67 statuettes = 37 % des figurines animalières retrouvées dans cette ville), alors qu’à Karanis ou Tebtynis, ce sont le cheval et le chien qui sont les mieux représentés (Boutantin, 2014, p. 85-88). Sur les fonctions de ces terres cuites, voir Nachtergael, 1989, p. 326-336 ; Boutantin, 2014, p. 97-156.

81 Buffon, 1754, p. 239-240.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Ricciardetto, « Le marquage et les soins vétérinaires appliqués aux camélidés d’après la documentation papyrologique grecque d’Égypte », Pallas, 101 | 2016, 53-63.

Référence électronique

Antonio Ricciardetto, « Le marquage et les soins vétérinaires appliqués aux camélidés d’après la documentation papyrologique grecque d’Égypte », Pallas [En ligne], 101 | 2016, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3799 ; DOI : 10.4000/pallas.3799

Haut de page

Auteur

Antonio Ricciardetto

Aspirant du F.R.S.-FNRS
Université de Liège, Département des Sciences de l’Antiquité
Centre de Documentation de Papyrologie Littéraire (CEDOPAL)
Antonio.Ricciardetto@ulg.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org