Navigation – Plan du site
Instruments vétérinaires

Archéologie expérimentale : l’usage vétérinaire des hipposandales romaines

Archaeological experimentation : Veterinary use of roman hipposandals
Hélène Bénard et Christophe Bénard
p. 65-73

Résumés

Un travail d’archéologie expérimentale a permis de préciser certains aspects des problématiques de fabrication et de mise en œuvre de l’hipposandale ferrée, en particulier dans son usage vétérinaire, en comparaison avec d’autres protections de sabot. Ainsi, l’hipposandale-pansement apparaîtrait comme un usage détourné de la fonction première de l’hipposandale ferrée, c’est-à-dire l’aide au franchissement de terrain difficile.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements :
L’association « Les portes de l’histoire » et le cheval « Nouillette »
Éric Boulanger, Maréchal ferrant, Chef de Forge au 1er REC d’Orange (84)
Cyrille Ramos, artisan du cuir
Guy Barbier, artisan vannier †

1. Introduction

1Les mentions de blessures des sabots et des onglons, fréquentes chez les auteurs antiques, hippiatres et agronomes, expliquent le souci constant de la part des propriétaires civils ou militaires de conserver sains les pieds de leur animaux utilitaires, en particulier ceux du cheval, animal de prix. En effet les blessures des pieds peuvent être consécutives soit à un traumatisme pénétrant (clou de rue), soit à des microtraumatismes répétés responsables par exemple de seime, qui devait être fréquente dans l’Antiquité, voire d’affections évoluées réellement invalidantes, et aux répercussions économiques non négligeables. Même si la recherche constante, et par divers moyens, d’un sabot dur et creux, se discute aujourd’hui, elle trouve certainement son origine dans des connaissances anatomiques sommaires, et dans l’emploi indispensable de la seule force de traction disponible en dehors de l’homme, dans des pays méditerranéens au sol rocailleux.

  • 1 Par exemple dans Colum. 6, 12, 3.
  • 2 Xen. Eq. 12,10.

2En l’absence de ferrure, seul un appareillage évitant le contact direct de la face plantaire du sabot, et en particulier de la fourchette plus fragile, avec un sol potentiellement vulnérant, répondait parfaitement au souhait de garantir une certaine sécurité aux animaux, tout en limitant une usure précoce. Il ne fait pas de doute que les hipposandales, qu’elles aient été confectionnées en fer, en fibres végétales tressées ou en cuir, ont fait partie de l’équipement des animaux lors de leur déplacement. Mais un autre usage connu, et souvent cité, est son utilisation vétérinaire, qu’il est convenu d’appeler l’hipposandale-pansement. C’est donc elle qui a fait l’objet de ce travail d’archéologie expérimentale. L’objectif était l’évaluation pratique des différents aspects de la problématique d’emploi d’une hipposandale-pansement métallique. Cependant, nous nous intéressons également à la solea spartea ou spartea calceata, la semelle ou le soulier de genêt, dont l’usage comme hipposandale pansement est si usuel qu’elle est simplement désignée sous le terme de spartea1, et dont 13 exemplaires antiques provenant d’Herculanum sont connus. Par ailleurs, il a été possible de réaliser, en collaboration avec un artisan du cuir, un premier essai de fabrication et de pose d'embatai, « bottes en cuir » dont Xénophon recommande l’usage comme protection dans un cadre militaire2. Notre étude sur l’hipposandale ferrée servant de pansement a porté sur les étapes suivantes : la fabrication, la pose, les essais dynamiques et enfin la dépose. Ce travail a été mené conjointement avec un maréchal-ferrant, et la phase finale de l’expérimentation s’est déroulée les 6 et 7 juin 2014 au Musée Gallo-romain de St-Romain-en-Gal (Vienne).

2. Expérimentation

2.1. Fabrication

  • 3 Aubert, 1929, p. 3-4.
  • 4 Reddé, Von Schnurbein, 2001, p. 320.

3Nous avons choisi le modèle d’hipposandale à tige et crochet (c’est-à-dire à deux points d’attache) (fig. 1) pourvue d’ailerons latéraux en pince vers l’avant, et d’une talonnière plate qui respecte l’anatomie du sabot. La semelle est lisse et pleine (non ajourée, non striée, sans crampons). Cette réplique correspond aux types C et D de la classification de Xavier Aubert3. L’objet archéologique ayant servi de modèle a été mis au jour à Alésia4. Il pourrait être d’ailleurs plutôt une mulosandale, compte tenu de sa petite taille. L’expérimentation a porté sur l’équipement d’un antérieur droit, sur un sabot de dimension moyenne, bien conformé, mais qui a gardé son fer à la demande du propriétaire : diamètre 460 mm, mesure de la pince au talon 150 mm, mesure d’un quartier à l’autre 140 mm. La semelle ferrée a été forgée à partir d’un lingot de fer, dans une forge à charbon. Elle a nécessité huit heures de travail par un seul opérateur : le maréchal-ferrant (contre 15 à 20 mn pour la fabrication d’un simple fer dans les mêmes conditions). Achevée, l’hipposandale présente les caractéristiques suivantes : longueur totale, crochets inclus : 245 mm, largeur : 155 mm, hauteur : 87 mm, épaisseur de la semelle : 3 mm, poids : 1 380 gr.

2.2. Pose

4Nous avons d’abord procédé au bandage-pansement du sabot et du paturon avec une large bande de toile de lin de 8 cm, un peu épaisse, au tissage robuste (fig. 2), puis à l’emboîtement de l’hipposandale sur le sabot, et enfin à sa fixation. L’ajustement de l’appareil au sabot a consisté à rabattre la tige et les ailerons par martelage à froid (fig. 3). Enfin, le maintien de l’hipposandale s’est fait au moyen de lanières en cuir plates et souples, passant à l’intérieur de la tige et du crochet, et autour du paturon également recouvert par le bandage. Le laçage était ferme, mais non compressif sur le paturon. Les liens ont été noués sur la face externe du sabot (fig. 4).

2.3. Essai dynamique

5Le cheval a marché au pas sur un sol plat, régulier, et dur, puis sur un sol souple et herbeux. Pour l’instant, nous n’avons pas eu l’opportunité de tester la marche sur un sol boueux.

2.4. Dépose

6Le retrait de l’hipposandale s’est fait très facilement et rapidement, sans recours à un outillage spécifique, en écartant les ailerons et la tige au marteau (fig. 5).

3. Commentaires

3.1. Fabrication

  • 5 Cullin-Mingaud, 2010, p. 85-86.
  • 6 Fiches, 1989, p. 155.

7Il est apparu que la fabrication doit nécessairement être réalisée par un homme de l’art : un forgeron. Le temps de fabrication de l’hipposandale ferrée est long. Il impose donc d’avoir un stock d’hipposandales disponibles d’avance pour satisfaire une clientèle pressée par les contraintes du voyage, à l’exemple de la maison d’Herculanum dans laquelle les hipposandales en sparterie ont été retrouvées neuves5. Dans ce cas, les artisans travaillaient à partir de gabarits de tailles variées, afin de fabriquer des préformes, commercialisées ensuite sur un territoire plus ou moins étendu. Par ailleurs, l’archéologie a montré, au moins pour la Narbonnaise, que les uillae étaient rarement équipées d’un atelier polyvalent de fabrication et d’entretien du mobilier métallique. Même sur la Via Domitia, la forge du relais d’Ambrussum a fourni un mobilier archéologique davantage évocateur d’un atelier de charronnage, d’où sont absentes les hipposandales6. La seule hipposandale retrouvée sur le site se trouvait dans l’une des auberges du relais. Est-ce à dire que le voyageur précautionneux emportait dans ses bagages une ou plusieurs hipposandales pour son cheval, comme il aurait pris soin d’emporter pour lui-même une paire de chaussures de rechange ? Les mêmes hipposandales auraient-elles fait partie de l’équipement du cavalier militaire, ou du matériel des impedimenta ?

  • 7 Sur les aplombs, voir la thèse de Diane Ménard, 2001.

8Lors de la fabrication, le forgeron doit nécessairement opérer un compromis entre le poids et la solidité pour ne pas fatiguer inutilement l’animal. L’épaisseur de la semelle est également primordiale pour les aplombs, notion déjà connue dans l’Antiquité7. L’épaisseur de la semelle expérimentale est de 3 mm. Pour mémoire, souvenons-nous que les semelles de sparte d’Herculanum varient entre 15 et 25 mm d’épaisseur. Une expérimentation menée avec des hipposandales en genêt permettrait d’évaluer le coefficient d’écrasement de l’objet sous le poids de l’animal. (fig. 6)

3.2. Pose

  • 8 Suet., Vesp., 23.
  • 9 Lefebvre des Noëttes, 1931, p. 144.

9La pose ne nécessite pas l’intervention du forgeron, mais seulement la dextérité d’un homme familier des chevaux. D’ailleurs Suétone évoque un muletier qui s’était arrêté pour chausser les mules de l’attelage impérial8. Les essais de pose ont montré que la taille de l’hipposandale n’a pas besoin d’être étroitement ajustée aux dimensions du pied, ainsi aisément emboîtée sur le sabot. Le jeu est compensé en partie par l’épaisseur du bandage, et surtout par l’ajustement final. Ce dernier a été réalisé par martelage à froid de la tige et des ailerons, et n’a présenté aucune difficulté. Un bon laçage suppose d’utiliser des lanières souples et plates, moins coupantes et compressives qu’un lacet. Pour éviter de perdre l’hipposandale, il faut que les spires passent alternativement dans l’anneau de la tige et le crochet, et qu’elles entourent le paturon, qui est la région anatomique la plus favorable du pied, car rétrécie et proche du sabot. Les essais d’hipposandales de Lefebvre des Noëttes au début du xxe siècle préconisaient d’ailleurs ce niveau d’attache9.

  • 10 Delteil et al., 2009.

10Une expérimentation, réalisée le 3 mai 2009 au Musée de la Maréchalerie et du Charron de Misy-sur-Yonne (77), a montré qu’avec un laçage autour de la couronne, l’hipposandale se détachait après seulement quelques mètres de marche au pas10. Le nœud doit être serré sur le bandage à un endroit accessible au soigneur, et de manière à diminuer l’inconfort de l’animal. Dans tous les cas, il faut éviter la face médiale du pied, car un cheval qui billarde, par exemple, peut sectionner le nœud, perdre l’hipposandale, et risque de se blesser gravement. De plus, un bandage haut du pied présente l’avantage de protéger le paturon d’un possible échauffement dû au frottement des lanières.

3.3. Essai dynamique

  • 11 Cat., 17, 26.

11L’hipposandale semble, au début, un peu inconfortable à la marche pour le cheval, très probablement en raison d’un manque d’habitude, du poids de l’objet, et de la modification de la perception tactile du sol qu’elle provoque. Au bout de quelques pas, le cheval prend l’habitude, et d’instinct corrige sa marche en soulevant davantage la jambe. Au moment de l’essai sur terrain dur, nous avons observé, avec notre hipposandale lisse, une certaine tendance à la glissade du pied équipé. En revanche, ce handicap disparaît sur terrain meuble, herbeux et sec. Dans le même ordre d’idée, nous émettons des réserves quant à l’emploi de l’hipposandale comme aide au franchissement de terrains lourds, boueux, parce qu’ils exercent un effet ventouse. Catulle y fait d’ailleurs allusion en parlant d’une mule qui laisse sa ferrea solea dans un marécage11.

12La possibilité de blessure de l’animal nous a incités à ne pas forcer l’allure, car le risque iatrogène existe, si la bête, non habituée à l’hipposandale métallique, a tendance à forger. Dans ce cas, l’hipposandale peut avoir un réel effet contendant, contraignant au mieux le cheval à l’immobilisation temporaire, et au pire, à le rendre définitivement inutilisable. Si le poids de l’hipposandale et sa surface plantaire lisse représentent des handicaps certains pour le déplacement, ces inconvénients sont minorés à partir du moment où le maître laisse le cheval convalescent au repos, ce que recommandent les auteurs antiques.

3.4. Dépose

13Comme la pose, le retrait de l’hipposandale fut aisé et rapide, sans recours à un outillage spécifique, grâce à la forme particulière de ce type d’ailerons. En effet, le marteau prenant appui directement sur les pinces, légèrement en saillie du sabot, évite de recourir à un autre outil, comme le dérivoir, qui, glissé entre le sabot et l’aileron, aurait abîmé la corne. Les coups de marteau portés sur l’hipposandale en fer ont été désagréables pour notre cheval, qui n’est pas habitué à recevoir des vibrations répétées au niveau des pieds.

4. Conclusion

14Cette première expérimentation nous incite à poursuivre les essais en éprouvant d’autres modèles d’hipposandales sur des terrains variés. Nous pouvons néanmoins déjà tirer de ce travail quelques conclusions.

4.1. Quel intérêt représente l’hipposandale-pansement métallique au regard de ses contraintes de fabrication et d’emploi ?

15Elle assure une bonne contention du bandage sur le pied malade. Elle l’isole correctement de l’humidité, de la poussière, des corps étrangers. Elle autorise un travail modéré (de traction par exemple), à vitesse réduite. L’hypothèse de l’existence de préformes standard dispense le forgeron de la fabrication d’une gamme étendue d’hippo- ou de mulosandales de différentes tailles, et permet au soigneur, au cavalier, ou au muletier de chausser facilement son animal.

16Elle est réutilisable, donc plus économique à long terme, contrairement à l’hipposandale en sparterie dont la fragilité n’autorise qu’un usage limité dans le temps, voire un usage unique. L’hipposandale métallique, elle, peut encore être recyclée. L’épaisseur de l’hipposandale ferrée est moins importante que celle de l’hipposandale en sparterie. Aussi peut-elle être utilisée seule et non par paire, puisqu’il n’y a pas besoin de compenser les aplombs.

17L’hipposandale ferrée présente malgré tout quelques inconvénients : si l’animal blessé au pied doit tout de même marcher ou effectuer un travail, même modéré, le modèle ferré à semelle lisse est glissant sur sol dur et sec, et encore davantage sur un sol humide, à la différence de l’hipposandale en fibres végétales, beaucoup plus agrippante. De plus, son poids représente un handicap important pour un animal déjà blessé. Le prix est aussi certainement plus élevé.

4.2. Comment s’opère le choix entre une hipposandale métallique et une hipposandale végétale ?

18Il est évident que ce choix dépend de la disponibilité du matériau, de la proximité de l’artisan fabricant, et de l’environnement dans lequel évolue le soigneur. Il n’est donc pas étonnant que les auteurs agronomes proches du monde végétal mentionnent exclusivement l’emploi de la solea spartea ou du calceus sparteus. A contrario, un hippiatre comme Végèce, familier du monde militaire où le métal est omniprésent, préconise une hipposandale métallique, de surcroît cloutée, comme les caligae des légionnaires.

4.3. En dépit d’un intérêt évident de prime abord, quelle valeur thérapeutique réelle peut-on accorder à l’hipposandale ?

  • 12 Cam, Poulle-Drieux, 2007, p. 525-531.

19À titre préventif, s’il est probable que l’hipposandale à crampons prévient le risque de chute sur certains terrains (herbe humide, terrains gelés), l’usage de l’hipposandale lisse comme aide au franchissement de terrains difficiles mériterait d’être expérimenté. Dans le même ordre d’idées, l’emploi d’hipposandales sur des voies romaines pose également le problème du risque de glissade, particulièrement dangereuse chez le cheval étant donné l’absence de clavicule, qui empêche le mouvement d’abduction des ceintures. À titre curatif, le remède maintenu par un simple bandage devait déjà offrir dans l’Antiquité, comme de nos jours, des résultats satisfaisants, tant pour la contention que pour la guérison. Dans ce cas, pourquoi alors avoir recours à l’hipposandale ferrée ? Est-ce le stade de gravité, c’est-à-dire l’étendue et/ou la profondeur de la lésion, qui impose le choix ? En effet, l’hipposandale ferrée apparaît davantage protectrice que la simple semelle de genêt. Est-ce le travail demandé au cheval convalescent ? Dans ce cas, on doit envisager, comme le suggèrent certains chercheurs12, que l’hipposandale-pansement ferrée est détournée de sa fonction première d’aide au déplacement. Au même titre que d’autres pièces de harnachement utilisées pour maintenir un pansement ou immobiliser une fracture, elle en constitue un usage opportuniste.

20Cette expérimentation a également mis en évidence tout l’intérêt de l’archéologie expérimentale, qui permet une collaboration pluridisciplinaire. Ainsi, les données scientifiques croisées (littéraires, archéologiques et vétérinaires) peuvent être confrontées à l’épreuve des faits expérimentaux, où la maréchalerie et l’artisanat tiennent une place importante.

Haut de page

Bibliographie

Aubert, X., 1929, Évolution des hipposandales : essai de classification rationnelle, Rev. des. Mus. 19-21, p. 3-4.

Cam, M.-Th. et Poulle-Drieux, Y., 2007, De l’objet au texte : l’hipposandale cloutée, Bibliothèque de l’École des Chartes, 165, p. 525-531.

Cullin-Mingaud, M., 2010, La vannerie dans l’Antiquité romaine : les ateliers de vanniers et les vanneries de Pompéi, Herculanum et Oplontis, Naples-Paris, p. 85-86.

Delteil, F., Thieffry, S. et Connan, J., 2009, Ferrage d’un cheval avec des hipposandales, Musée de la Maréchalerie et du Charron, article consultable en ligne sur musee.marechalerie. free. fr

Fiches, J.-L. (dir.), 1989, L’oppidum d’Ambrussum et son territoire : Fouilles au quartier du Sablas, Villetelle, Hérault (1979-1985), Paris, p. 155.

Lefebvre des Noëttes, R., 1931, L’attelage, le cheval de selle à travers les âges, Paris.

Ménard, D., 2001, Traduction et commentaire de fragments des Hippiatrica (Apsyrtos, Theomnestos), Alfort.

Reddé, M. et Von Schnurbein, S., (dir.), 2001, Alésia. Fouilles et recherches franco-allemandes sur les travaux militaires romains autour du Mont Auxois (1991-1997), Vol. 2, le matériel, planche 107, fig. 291-292, p. 320.

Haut de page

Notes

1 Par exemple dans Colum. 6, 12, 3.

2 Xen. Eq. 12,10.

3 Aubert, 1929, p. 3-4.

4 Reddé, Von Schnurbein, 2001, p. 320.

5 Cullin-Mingaud, 2010, p. 85-86.

6 Fiches, 1989, p. 155.

7 Sur les aplombs, voir la thèse de Diane Ménard, 2001.

8 Suet., Vesp., 23.

9 Lefebvre des Noëttes, 1931, p. 144.

10 Delteil et al., 2009.

11 Cat., 17, 26.

12 Cam, Poulle-Drieux, 2007, p. 525-531.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 2
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 3
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3817/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Fig. 4
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3817/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 5
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3817/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 6
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3817/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Bénard et Christophe Bénard, « Archéologie expérimentale : l’usage vétérinaire des hipposandales romaines », Pallas, 101 | 2016, 65-73.

Référence électronique

Hélène Bénard et Christophe Bénard, « Archéologie expérimentale : l’usage vétérinaire des hipposandales romaines », Pallas [En ligne], 101 | 2016, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/3817 ; DOI : 10.4000/pallas.3817

Haut de page

Auteurs

Hélène Bénard

Association Memini – Médecine antique
memini@laposte.net

Christophe Bénard

Association Memini – Médecine antique
memini@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org