Navigation – Plan du site
Instruments vétérinaires

Entre archéologie et littérature : le boutoir et le forfex

Buttrice and forfex : between archeologia and literature
Valérie Gitton-Ripoll
p. 75-97

Résumés

Une des difficultés posées par l’étude des instruments hippologiques antiques est de faire coïncider les noms, attestés dans les textes, et les objets retrouvés dans les fouilles. Le nom latin du boutoir, servant à parer les pieds des chevaux, est gulbia (Veg. Mulom. 1, 26, 2), dont est issu le français gouge. L’instrument appelé forfex dans la lettre de Vindolanda 86/470 (J.N. Adams, Britannia 21, 1990, p. 267-271), dont le représentant archéologique le plus célèbre est la pince conservée au British Museum, n’est pas une pince à castrer, mais une paire de morailles, un instrument de contention que l’on posait sur la lèvre supérieure du cheval pour le faire tenir tranquille pendant les opérations. La figure divine qui surmonte cet objet est donc plutôt celle d’Épona que celle de Cybèle.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les instruments spécifiquement vétérinaires, voir Gitton-Ripoll, 2007.
  • 2 Même si Palladius, 1, 42, dans une liste générale d’instruments nécessaires au travail de la ferme, (...)
  • 3 Le projet Instrumentum, mené par le laboratoire HiSoMA (Lyon 2), vise à établir un lexique des noms (...)
  • 4 Chiron 69-76 ; voir Fischer, 2007, p. 235-250. Bien que le manuel de Végèce, comme celui de Pélagon (...)

1Dans l’abondante bibliographie relatant les découvertes d’instruments chirurgicaux datant de l’Antiquité, on ne trouve pas d’étude de l’instrumentarium ueterinarium, de la trousse de vétérinaire, alors que ce travail a été fait pour les trousses de médecins. C’est un paradoxe, dans la mesure où les médecins des équidés (ἱππιατροῖ, mulomedici) disposaient d’un outillage très complet et très perfectionné, en partie emprunté aux médecins, en partie forgé pour leurs propres besoins1. Il n’existe pas de liste de ces instruments2, même chez les auteurs vétérinaires, et pour la constituer, il est nécessaire de dépouiller tout le corpus hippiatrique latin, ce que nous avons fait dans le cadre du projet Instrumentum3. Ce faisant, on constate qu’il existe deux types de textes : ceux qui mentionnent peu d’instruments, comme Columelle, Pélagonius, et les textes qui en citent beaucoup, et très spécialisés, souvent des hapax, comme ceux de Chiron et de Végèce. La différence tient à ce que les premiers se situent dans une perspective agronomique : c’est le cas de Columelle et de Pélagonius, qui s’adressent au propriétaire foncier possédant un haras, qui fera exécuter les soins prescrits par son propre personnel ; en revanche, Chiron s’adresse à des professionnels, vétérinaires, et ne recule pas devant la description d’opérations complexes comme celle de la cataracte4.

2Pour aborder l’étude des instruments hippiatriques ou hippologiques, nous avons privilégié une approche croisant littérature et archéologie. Nous avons essayé de déterminer, d’après les textes de Columelle et de Pélagonius, quel était l’outillage d’une uilla en matière de soins des équidés. L’objectif était de dessiner une liste d’instruments courants, puis de la comparer aux découvertes archéologiques. La bibliographie archéologique sur les instruments spécifiquement vétérinaires est encore assez mince, contrairement à celle qui existe sur les instruments médicaux. Il n’est bien entendu pas possible de trouver pour chaque mot un objet qui lui corresponde ; et de fait, comme beaucoup d’instruments vétérinaires sont communs avec ceux des médecins, en tout cas pour le nom, nous n’avons trouvé pour le moment, en dehors de l’hipposandale, que deux objets archéologiques relevant de l’hippiatrie recensés dans les comptes-rendus de fouilles : le boutoir, identifié comme tel d’après sa forme, et le forfex, une pince dont la fonction est très controversée.

1. Mettre des noms sur les objets : l’exemple du boutoir

  • 5 Lindenschmidt, 1864 (boutoir de Stotzingen, conservé au musée d’Ulm) ; Robert, 1876 (boutoirs de Gr (...)
  • 6 D’après nos recensions, il y en a à présent une vingtaine de connus : les précédents, plus les bout (...)

3Nous possédons une belle collection de pièces archéologiques identifiées comme des boutoirs antiques, sans que nous soyons capables de donner leur nom latin ou grec. Les descriptions des boutoirs recensés depuis le dix-neuvième siècle ont été publiées au fur et à mesure de leur découverte5 ; mais tous les instruments découverts n’ont pas fait l’objet de publications, et il est probable qu’il y en a beaucoup plus que ceux dont nous avons trouvé trace dans les diverses publications6. Plusieurs articles ont tenté une synthèse sur cet instrument : Charles Robert a décrit le fonctionnement des quatre connus en 1876, à l’occasion de la découverte du boutoir d’Amiens (fig. 1), Jacques Heurgon recense les huit connus en 1954, et Augusto Fernandez de Aviles en 1964 propose un catalogue de neuf boutoirs, dont deux inédits.

Figure 1. Boutoir d’Amiens.

Figure 1. Boutoir d’Amiens.

Collection du Musée de Picardie, n° inv. M.P. 4035, photo Marc Jeanneteau/Musée de Picardie.

  • 7 Fernandez de Aviles, 1964, n° 3a et b ; Down, 1982, p. 368.
  • 8 Manning, 1974, p. 158 ; Piggott, 1952, p. 29.
  • 9 Manning, 1974, p. 159.
  • 10 La longueur de tous les boutoirs conservés en entier est assez homogène : le boutoir de Chichester (...)
  • 11 Lafosse, 1766, p. 365.

4Ces objets sont identiques au boutoir moderne, qui a conservé la même forme, avec un manche coudé, qui est souvent le seul à subsister, et une lame allongée de forme rectangulaire, plate et pourvue sur ses deux longueurs de cornières, comme sur les boutoirs de Pompéi, de Bar-le-Duc (fig. 2) et de Chichester7. La lame des boutoirs antiques pouvait aussi être incurvée en U (forme dite « canale », comme ceux de Gadebridge ou d’Eckford8), ou en V (à Silchester, Sandy, Dorchester9) ; elle était coupante à son extrémité. L’instrument sert à parer le pied, c’est-à-dire à enlever des copeaux de corne de la sole pour l’amincir, soit dans le cadre d’un parage ordinaire, soit pour préparer une opération chirurgicale. C’est un instrument assez grand, d’une trentaine de centimètres10, mais qui demande un teneur de pied, donc deux personnes. On saisissait le boutoir à deux mains en le calant sur son ventre ; il permettait de retirer des copeaux plus importants qu’avec la rénette ou le couteau anglais. Son usage demandait un certain apprentissage : « On tient le boutoir avec la main droite, on appuie l’extrémité du manche sur le ventre, qui doit servir de point d’appui ; il faut que le poignet soit libre, afin de pouvoir tourner le boutoir en tous sens ; se tenir droit, pousser le boutoir avec le ventre, faire agir les reins, et non le corps11 ».

Figure 2. Boutoir de Bar-le-Duc.

Figure 2. Boutoir de Bar-le-Duc.

Collection du Musée Barrois/Codecom de Bar-le-Duc, n° inv. 866.3.4.

  • 12 Illustration dans Fernandez de Aviles, 1964, p. 13-14.

5Une image en abyme de la position du soignant est sculptée sur le boutoir de Pompéi12 ; elle correspond tout à fait à ce que disait Xénophon à propos du pansage et des soins des pieds, mais sans mentionner d’instrument :

  • 13 Eq. 6, 2 : ἢν δὲ ἀντία τῷ ἵππῳ ὁρῶν καὶ ἔξω τοῦ σκέλους͵ ὅταν καθαίρῃ͵ κατὰ τὴν ὠμοπλάτην καθίζων ἀ (...)

« Mais si, pour donner un coup de brosse, on regarde à l’opposé du cheval et et si l’on se place à l’extérieur du membre, à hauteur de l’épaule, lors du pansage, on ne court aucun danger, et l’on peut encore soigner la fourchette en ployant le sabot. On fera de même pour le pansage des postérieurs13 » (trad. É. Delebecque, CUF, 1978).

  • 14 Il est orthographié butoir dans le Petit Robert, qui le définit comme un outil pour travailler le c (...)

6Le mot se présente dans les dictionnaires sous la forme butoir ou boutoir, dérivé du verbe bouter, « pousser, frapper14 ». Quel était son nom antique ? Et surtout, où le chercher ? Les textes médicaux ne mentionnent qu’incidemment les objets utilisés dans les opérations ; et les textes agronomiques ne font pas même allusion au boutoir, car il fait partie de ces ustensiles hippologiques de la vie courante non nommés dans les textes, que Palladius évoque globalement (1, 42, 3) :

Item cauteres, castratoria ferramenta atque tonsoria uel quae ad animalium solent pertinere medicinam,

« Des cautères, des outils à castrer et à tondre, ou tous ceux qui concernent d’habitude la médecine des animaux ».

7Végèce préfère aussi le terme général ferramentum pour le parage du pied :

Oportet autem ferramento otiosorum animalium soleas ranulasque purgari, quod euaporat atque refrigerat et fortiores ungulas reddit,

  • 15 Veg. mulom. 1, 56, 31. Le texte latin donné dans l’édition de V. Ortoleva, 1999, nous semble meille (...)

« Il faut nettoyer au fer la sole et la fourchette des chevaux au repos, parce qu’il fait sécher et refroidir les sabots, et les rend plus solides15 ».

8En l’absence de passage permettant une identification claire, la méthode qu’ont utilisée les philologues pour trouver le nom du boutoir antique a été de rapprocher les pratiques modernes nécessitant l’usage de cet instrument et les descriptions antiques de la même opération.

  • 16 Robert, 1876, p. 32-33.
  • 17 Solleysel, 1668, p. 203.
  • 18 Veg. 1, 56, 31. Ch. Robert ne cite pas son édition de Végèce ; il est probable que c’était celle de (...)
  • 19 Robert, 1876, p. 33-34.

9Charles Robert s’appuie ainsi sur Végèce 2, 56, 1 pour estimer que c’est le boutoir qui est utilisé lors de la dessolure, une opération consistant à enlever la sole lors d’atteintes graves du pied : « mais si les termes radere, subradere employés par l’auteur latin ne précisent pas la forme de l’instrument, ils ne marquent pas non plus une action autre que celle du boutoir. Aujourd’hui encore, les maréchaux se servent du mot raser pour exprimer l’action de tailler la corne avec le boutoir. La description de l’opération étant, dans les temps anciens et dans les temps modernes, sensiblement la même, on est en droit d’en conclure que l’instrument employé ne différait pas beaucoup16 ». Ch. Robert compare les descriptions modernes d’opérations de la sole (en l’occurrence le Dictionnaire d’Hippiatrie de Joseph Robinet, Bruxelles, 1777) à celles de Végèce. Nous savons en effet que le boutoir a été utilisé dans la dessolure au moins depuis le xviie siècle, puisqu’il est mentionné dans Solleysel17. Si le passage en question de Végèce ne propose pas de nom d’instrument, Ch. Robert relève dans les descriptions de la dessolure partielle des Hipp. Berol. 117, 6 les termes grecs σμίλη, σμιλίον, qui sont des noms génériques du bistouri ; or, l’édition de Végèce qu’il consultait proposait en ce passage la conjecture ferramentum concisorium là où le ms P porte ferramento otiosorum18 ; Ch. Robert propose d’y voir l’équivalent latin de σμίλη, et donc le nom du boutoir19. Cette hypothèse retrouvant le boutoir dans le ferramentum concisorium = gr. σμίλη est reprise par Fernandez de Aviles, 1964, p. 3.

10Que le circumcisorium, une lame permettant d’inciser en rond (circumcidere), ait été utilisé lors de la dessolure ne fait aucun doute, même si, comme le souligne Ch. Robert, Végèce 2, 56, 1 ne mentionne aucun instrument dans la description de cette opération. L’action en est toutefois clairement évoquée : deinde inter commissuram calcis et assis in circuitu incidis. Le nom de cet instrument est en effet formé à partir du préverbe circum et de la racine verbale de caedo, « couper ». L’instrument est mentionné par Chiron 22 :

Et totum solum ungulae in circuitu, quidquid ungula contegit, scalpello circumgyrabis, ut separes solum a cornu ungulae, ita ut ad uiuum adaperias, et circumcisorium subicies a media ungula inter unguem et solum. Quae scalpello separasti, ita supremes, ut solum se ab ungula leuet,

« Et tu feras le tour au bistouri, en rond, de toute la sole du sabot, de tout ce qui le cache, de façon à séparer la sole de la corne du sabot en ouvrant jusqu’au vif, et tu introduiras un circumcisorium entre le sabot et la sole, en partant du milieu du sabot. Ce que tu as séparé au bistouri, tu fais pression dessous, pour que la sole se détache du sabot ».

11Chiron semble donc utiliser deux instruments, le scalpellum et le circumcisorium.

  • 20 Tasset, 1912, p. 119 : « C’est un instrument dont on a beaucoup abusé autrefois ; il est utile dans (...)

12Toutefois, ni le scalpellum ni le circumcisorium ne font en réalité de bons candidats pour le boutoir. En effet, le boutoir ne peut s’utiliser pour couper en rond (circumcidere), et ne permet pas une chirurgie de précision comme le bistouri (scalpellum) ; il était tellement dangereux à l’usage qu’il a été abandonné au xxe siècle au profit du rogne-pieds ou de la rénette20. Ses dangers étaient connus depuis longtemps ; Philippe Lafosse explique ainsi son difficile usage :

  • 21 Lafosse, 1832, p. 204.

« Un maréchal qui quitte son boutoir du ventre et qui fait agir son poignet risque de blesser avec son boutoir le bras du cavalier, l’épaule du cheval, de donner un coup dans la sole charnue, ou de parer inégalement le pied ; en un mot, il ne saurait avoir ni fermeté ni tenue. Ce défaut vient de ce qu’on ne s’est pas accoutumé de bonne heure à tenir ployé sur ses jambes, et à faire agir ses reins ; aussi un tel maréchal ne sait-il pas parer un pied comme il faut21 ».

  • 22 Riffaud, 2011, p. 45.
  • 23 Niedermann, 1921, p. 441, propose l’évolution phonétique gulbia > gulbja > gubja : « le passage de (...)
  • 24 Voir Gitton-Ripoll, 2007, p. 257.
  • 25 Wartburg, 1969, 15,1, p. 210.

13C’est dans un autre passage de Végèce que se trouve peut-être la solution. La méthode comparative était bonne, mais elle ne prenait pas en compte l’ensemble du texte sur la dessolure. Aussi longtemps qu’elle a été pratiquée, la dessolure nécessitait plusieurs instruments : le boutoir ou le bistouri, un lève-sole, des tricoises22. Végèce, mulom. 1, 26, 2 décrit bien l’opération telle que présentée précédemment (totumque simul ungulae solum in circuitu scalpello circumgyrabis, ut a corona ungulae subleuetur ex parte…), mais les prémices de cette opération ont échappé à Ch. Robert : Componis pedem ad gulbiam et omnem ungulam ad uiuum allidesque iumentum « tu pares le pied à la gulbia et tout l’ongle jusqu’au vif, et tu frappes le cheval ». De gulbia est issu le français gouge, un instrument de sculpteur qui permet de creuser le bois23. La gouge agit par percussion, ce que marque l’expression allides iumentum, iumentum étant une métonymie pour ungulam, comme l’indique la source de Végèce, Chiron 22 : componis ungulam prope uiuum et adlides eam24. L’emploi du verbe adlidere, « heurter », pour caractériser l’action de l’instrument appelle la comparaison avec le boutoir, dérivé de bouter, « pousser, heurter, frapper25 ». Le mot gulbia n’apparaît qu’avec Végèce, et sera repris par Isidore de Séville 19, 19, 15, sous la forme guuia, comme dernier terme d’une liste d’instruments de charpentiers, sans explications.

14Une seule occurrence nous indique avec certitude le sens « boutoir » de gulbia, c’est le CGL II, 522, 46 : guluia podoglifin, cité par M. Niedermann 1921, qui corrigeait ποδογλύφιν. Il s’agit donc explicitement d’un « ciseau à sabot ». L’analogie est frappante entre l’action du cordonnier qui se sert de cet outil pour creuser le bois des sabots, et le maréchal ferrant qui enlève des copeaux de corne du sabot du cheval. L’examen des formes modernes des gouges de charpentier ou de sabotier montre que la lame a la même forme allongée, avec des rebords sur toute la longueur, et une extrémité coupante. Il est donc plus que probable, en raison du texte de Végèce, de la similitude de forme du boutoir antique et de la gouge moderne, que le boutoir antique avait pour nom latin gulbia.

  • 26 Lambert, 1997, p. 195.
  • 27 Niedermann, 1921, p. 441, avait refusé la possibilité d’un emprunt gaulois, les rapprochements avec (...)
  • 28 Fernandez de Aviles 1964, p. 6, y voit au contraire un élément habituel des décorations de chars.
  • 29 C’était déjà la position de Vendryes, 1924, p. 503, reprenant l’analyse de Niedermann, 1921, tout e (...)
  • 30 Celui du Cabinet des Médailles à Paris est de provenance incertaine.
  • 31 Toutefois Heurgon, 1954, p. 149, penchait pour l’hypothèse de la fabrication à partir d’un atelier (...)

15Quelle est l’origine de ce mot gulbia ? Le Dictionnaire d’Ernout et Meillet estime qu’il s’agit d’un terme celtique ; P.-Y. Lambert, dans son lexique des mots français d’origine gauloise26, fait venir gouge de gulbia, en estimant gulbia dérivé du nom gaulois du bec *gulbo- ; de fait, il s’agit d’un instrument dont la lame, par sa longueur et sa forme, peut être comparée à la mandibule inférieure d’un bec d’oiseau27. Faut-il voir un rapport avec la tête d’aigle qui orne la plupart des manches des boutoirs28? L’emprunt du mot au gaulois peut être l’indice d’un emprunt de l’objet29, d’autant plus que la quasi-totalité des boutoirs antiques, à part celui de Pompéi, ont été retrouvés hors d’Italie, en Gaule (Grenoble, Bar-le-Duc, Amiens, Alésia), sur le limes (Wiesbaden, Karlsruhe, Ulm), au Royaume-Uni (Eckford, Silchester, Chichester, Gadebridge, Oundle), ou en Espagne (Andalousie, Cordoue)30. Il n’y en a pas de connu en Grèce31.

  • 32 Wartburg sub gulbia.
  • 33 Wartburg sub botan.

16Gulbia est demeuré en ancien français dans le sens de « gouge » dans les lexiques spécialisés des métiers : c’est l’instrument de ceux qui travaillent le bois, tonnelier, charpentier, cordonnier32. Son emploi par le maréchal-ferrant n’est attesté que par Végèce. Au quatorzième siècle apparaît la première attestation écrite du mot boutoir, formé sur une racine germanique33, qui remplace gouge dans le sens hippologique.

2. Trouver la fonction d’un objet : le forfex

17Le deuxième exemple de la mise en relation difficile entre archéologie et lexique sera illustré par un instrument dont le nom de forfex est généralement admis, mais dont la fonction a fait l’objet de débats dès sa découverte.

  • 34 Ces pinces sont chez A. Kolling au nombre de six, provenant de Spiesen, de Freisen, d’Augst, de Kab (...)
  • 35 Papini, 2012, p. 322 ; Espérandieu, 1907, n° 104.

18Une douzaine d’exemplaires, formés de deux manches crénelés sur l’intérieur et arrondis en leur extrémité inférieure, reliés par une charnière, ont été découverts sur tout le territoire de l’Empire. Ils ont été recensés par Alfons Kolling en 1973, dans un article où il essaie de réunir toutes les photos ou dessins des instruments découverts34. En plus des objets eux-mêmes, deux représentations antiques en sont connues : l’une se trouve sur le monument funéraire du vétérinaire Aulus Iulius Myrtilus, d’époque trajane, récemment commenté par M. Papini, l’autre sur une stèle retrouvée à Aix-en-Provence (fig. 4)35.

Figure 3. Boutoir de Wiesbaden.

Figure 3. Boutoir de Wiesbaden.

Photo Stadtmuseum Wiesbaden.

Figure 4. Forfex, stèle d’Aix-en-Provence.

Figure 4. Forfex, stèle d’Aix-en-Provence.

Musée Granet. Communauté de pays d’Aix. Cliché Bernard Terlay.

  • 36 Veg. mulom. 2, 13, 3 forfices = forcipes ; Celse 7, 5, 2b forfex = forceps ; Vitruve 10, 2, 2.
  • 37 Pline nat. 11, 97 : cornua praelonga, bisulca dentatis forficibus in cacumine, cum libuit, ad morsu (...)

19Le nom latin de cet instrument ne fait pas de doute depuis l’étude de J.N. Adams en 1990 ; c’est celui que le vétérinaire Virilis se voit réclamer par le soldat Chrauttius dans la fameuse lettre de Vindolanda 86/470 : salutabis Virilem ueterinarium. Rogabis illum ut forficem quam mihi promisit pretio mittas… Dans cet article, l’auteur commence par montrer que la forme forfex, qui signifie au départ « ciseaux », a été confondue avec forceps, « pinces », chez de nombreux auteurs36. Le forfex de Virilis n’est donc pas forcément une paire de ciseaux à tondre, mais il peut s’agir de pinces, de tenailles (forcipes). Le rapprochement entre l’objet et le nom est assuré grâce à son bord intérieur crénelé, appelé en latin dentes, et mentionné dans d’autres textes. Ainsi Végèce Mil. 4, 23 évoque un instrument cranté en fer « du genre du forfex » : in modum forficis dentatum ferrum ; de même, Pline, nat. 9, 97, use des mots denticulatis forcipibus pour parler des pinces d’un crabe ; et en 11, 97, les cornes de certains insectes (les cerfs-volants), qui leur servent à pincer, sont qualifiées de « forfex dentelé »37.

  • 38 Reinach, 1926, p. 287 ; Kolling, 1973, p. 353.
  • 39 Il s’agit des pinces de Londres et de Tirana (Papini, 2012, p. 323).
  • 40 Francis, 1926, à propos de la pince de Londres, suivait Cumont 1896 et Smith 1844, en estimant qu’e (...)
  • 41 En allemand Kastrierzangen, en angais emasculator ou castration clamp.

20L’usage de cet instrument est beaucoup moins consensuel et a donné lieu à de multiples interprétations. L’exemplaire de la villa de Spiesen, conservé au musée de Saarbrücken, était étiqueté « casse-noix » ; celui du Musée de Saint-Germain, provenant d’Alésia, a été considéré par S. Reinach comme un fer à friser, parmi d’autres interprétations aussi fantaisistes38. Actuellement, deux thèses s’affrontent, qui toutes deux en font un outil hippologique, ce qu’on ne peut plus nier, puisqu’il est représenté deux fois sur des stèles de vétérinaires, à Aix et à Rome, que les décorations qui l’ornent parfois représentent des chevaux39, et surtout que l’exemplaire de Chichester a été retrouvé dans une trousse de vétérinaire en association avec un boutoir. Alfons Kolling 1973, reprenant une idée plus ancienne40, estimait qu’il s’agissait de pinces à castrer41, qui pouvaient servir pour les animaux comme pour les hommes. Il a été suivi par Alec Down 1982, et Horst Keiling 1985, lequel, trouvant une moitié de forfex dans un contexte religieux où le cheval intervenait, estime qu’il s’agit d’une castration rituelle, enfin par J.N. Adams 1990 avec un point d’interrogation, parce qu’il ne trouve pas dans les textes vétérinaires, latins ou grecs, de référence au mot forfex dans l’opération de la castration – sauf dans une comparaison de Columelle 6, 26 ; mais J.N. Adams ne met pas en doute l’utilisation de l’objet comme pince à castrer.

  • 42 Espérandieu, 1907, n° 104. L’outil est nommé en allemand Bremsen, en anglais twitch.
  • 43 Peuch et Toussaint, 1876, p. 420.
  • 44 Colum. 6, 26 : Castrare uitulos Mago censet, dum adhuc teneri sunt, neque id ferro facere, sed fiss (...)
  • 45 L’avis des vétérinaires que j’ai sollicités est plus nuancé : s’il est invraisemblable de laisser u (...)

21Une interprétation concurrente du forfex avait été proposée dès 1907 par Émile Espérandieu dans son Recueil général des bas-reliefs de la Gaule (tome 1, Narbonnaise) : il s’agirait de morailles42. Cet instrument sert à contenir le cheval lors d’une opération douloureuse : la pince est fixée sur la lèvre supérieure du cheval, partie très sensible, et la douleur modérée qu’il en éprouve le détourne de ressentir celle de l’opération. On se sert actuellement d’un tord-nez en corde ; on a utilisé par le passé des morailles en bois crénelées encore appelées morailles allemandes43. Cette hypothèse a été reprise récemment par Stijn Heeren 2009 et Massimiliano Papini 2012. S. Heeren se fonde sur la nature même de l’anatomie équine pour affirmer qu’il n’est pas possible d’attacher ce genre de pinces comme prélude à la castration ; de surcroît, dit-il, le poids d’un tel objet en bronze dans une telle partie pendant un à deux jours, ferait souffrir considérablement le cheval : les casseaux sont en roseau dans Columelle (fissa ferula44). S. Heeren observe également que cette pince ne se ferme pas totalement, elle laisse un espace, d’environ un centimètre par exemple dans le modèle d’Augst. Cela ne convient pas, dit-il, pour une pince à castrer qui devrait agir par écrasement45.

  • 46 Heeren, 2009, p. 89.

22On a donc le choix, pour cette pince, entre morailles et pince à castrer. Les consultations que j’ai pu mener auprès de vétérinaires n’ont pas permis de résoudre la question, les avis étant partagés. S. Heeren mentionne la même réaction des vétérinaires après la publication de l’outil de Tiel-Passewaaij analysé comme une pince à castrer46.

  • 47 A l’exception d’une comparaison dans Colum. 6, 26, 2, où la castration du jeune veau requiert « deu (...)
  • 48 Voir le détail de l’opération dans Gitton-Ripoll, 2012, p. 108.
  • 49 Chiron 683 : Medium membranum aperito et testem eicito foras, uenam comprehendito mediam pollice et (...)
  • 50 Chiron 685 : Membranum supra testes aperies et tunc testiculum eximes et labraribus castratum uris. (...)
  • 51 Voir notes 78 et 79.
  • 52 Le manuel de Peuch et Toussaint 1877, p. 391 estime à 18-20 cm la taille des casseaux. Ce que les v (...)

23Le forfex était-il utilisé dans l’opération de la castration ? Si l’on examine les textes, cet instrument n’est jamais mentionné dans les textes chirurgicaux vétérinaires, comme le relève J.N. Adams47. La castration dans l’Antiquité pouvait s’effectuer de deux manières : par les casseaux (préconisés pour les veaux dans Columelle 6, 26, 1), ou par l’opération chirurgicale, pouvant combiner ablation et cautérisation. L’opération chirurgicale, commençant par une incision de la membrane des testicules, nécessite un outil tranchant, le ferrum acutum (Chiron 726 = Aps. Hipp. Berol. 99, 6 σιδήριον ὀξύ), qui est un bistouri48. Toutefois, l’écrasement du cordon testiculaire se fait avec les doigts49. La cautérisation (Chiron 685) fait appel à des labraria, une « pince en forme de lèvres », dont J.N. Adams estime que ce ne sont pas les forfices. Il ne s’agissait pas en effet de brûler l’ensemble, mais seulement l’intérieur du testicule, après incision de la peau50. La castration est une opération délicate pour laquelle la taille des forfices retrouvés est inadéquate. En effet, ces instruments font entre vingt et trente centimètres de long51 ; ce serait trop long pour une pince à castrer, dont la taille est actuellement plus réduite52. La pince à castrer, même si elle servait dans l’opération sans être mentionnée, n’en était pas l’unique instrument : il y avait aussi le ferrum acutum, les casseaux (fissa ferula), la pince en forme de lèvres (labraria), des cautères… et le pouce. Voilà les castratoria ferramenta qu’évoquait Apulée met. 7, 23.

24En dehors de ces arguments proprement techniques, je voudrais envisager les choses d’un point de vue plus large, en intégrant une réflexion sur la signification de l’image du forfex sculpté sur les stèles d’Aix et de Rome.

  • 53 Espérandieu, 1907, n° 104, Heeren, 2009, p. 87, Papini, 2012, p. 326.
  • 54 L’opération a été interprétée comme une saignée par Espérandieu, 1907, repris par Kolling, 1973, p. (...)
  • 55 Quel que soit le statut de ces hommes, palefrenier (Espérandieu), esclave (Millin), ou vétérinaire, (...)
  • 56 Il tond la crinière du cheval selon Espérandieu, 1907, repris par Heeren, 2009, p. 88, Papini, 2012 (...)

25La stèle conservée au Musée d’Aix-en-Provence a été trouvée à Aix en 1724, et acquise en 1821 par le musée ; le contexte archéologique n’est malheureusement pas précisé. Il s’agit d’une stèle en marbre blanc de 38 x 89 x 8 cm, qu’É. Espérandieu identifie comme une enseigne de vétérinaire, S. Heeren comme un autel votif, M. Papini comme une stèle funéraire53 (fig. 4). Elle représente de façon symétrique deux chevaux face à face. Celui de droite lève l’antérieur gauche sur lequel un vétérinaire s’apprête à intervenir54 ; la tête de celui de gauche semble concentrer l’attention d’un deuxième vétérinaire55 qui tourne le dos au premier56. La stèle est en partie effacée et le détail des objets est difficile à cerner. L’instrument proposé au milieu, à une échelle supérieure au reste de la scène, est un forfex. On y distingue même une petite corde qui pend à l’une des extrémités, servant à resserrer la pince. Sous le forfex se trouve un autre objet dans lequel notre regard moderne verrait un fer à cheval ; sa forme arrondie le rapproche toutefois de celui que tient l’homme de gauche au-dessus des oreilles du cheval.

  • 57 Toutefois, Ortoleva, 2008, p. 359-364, estime que la tonsura ne concerne que les pieds.
  • 58 Edict. Diocl. 7, 20, éd. Giacchero, 1974, p. 150.

26Manifestement, les soins vétérinaires choisis pour illustrer la stèle sont emblématiques de la profession. Il s’agit d’une représentation du métier qui est de l’ordre du symbole. En effet, la symétrie recherchée des chevaux et des personnages, dont l’outil central représente la clé, ne correspond pas à des positions réelles de soin, notamment pour le personnage de droite qui se tient face au cheval pour lui soigner le pied avant : le souci de composition symétrique l’a emporté sur le réalisme dont faisait preuve Xénophon eq. 6, 2. Cette opération est une aptatura pedum, un parage des pieds, mentionné dans l’Édit de Dioclétien 7, 20-21, et l’opération de gauche, s’il s’agit bien de soins de la crinière, peut être la tonsura également mentionnée dans le même Édit à la même ligne57. Les deux opérations, aptatura pedum et tonsura, sont associées dans l’Édit de Dioclétien comme les principales interventions du vétérinaire (mulomedicus), estimées chacune à six deniers par tête, avec la saignée (depletura) et la purgatio capitis (vingt deniers par tête)58. La castration n’est pas mentionnée dans l’Édit. Sur la stèle, deux autres petits instruments sont visibles, mais tellement érodés qu’il est difficile de les reconnaître ; l’homme de droite pouvait tenir à la main un boutoir.

27L’instrument du milieu, quant à lui, joue le rôle de symbole de la profession vétérinaire ; il est l’équivalent des ventouses sur les stèles des médecins, puisqu’il ne semble utilisé ni d’un côté ni de l’autre ; en tout cas, il est sûr qu’aucun des deux vétérinaires ne pratique une castration. La fréquence des trouvailles archéologiques concernant cet objet montre qu’il était extrêmement répandu ; or, s’il s’agit de pinces à castrer, cela revient à dire que la castration du cheval aurait été l’opération la plus pratiquée et donc emblématique de la profession hippiatrique. Rien n’est moins sûr.

  • 59 Vigneron, 1968, p. 44.
  • 60 La citation de Palladius 4, 13, 8 Hoc mense (i.e. Martio) omnia quadrupedia, maxime equos, castrare (...)
  • 61 Equorumque plurimi ex usu castrati, ne aut feminarum uisu exagitati raptentur, aut in subsidiis fer (...)

28Rien ne dit que la castration ait été fréquente. P. Vigneron affirme certes que « de toutes les interventions chirurgicales, la plus couramment pratiquée fut la castration des équidés59 », mais sans le justifier vraiment, et un certain nombre de ses exemples vont à contresens de cette idée60, notamment Ammien Marcellin 17, 12, à propos des Sarmates et des Quades. Ammien semble relever un usage différent des habitudes romaines : « La plupart de leurs chevaux sont hongres, comme le veut leur usage, afin qu’ils ne s’emballent pas à la vue des femelles et qu’ils se tiennent tranquilles dans les embuscades sans trahir leurs cavaliers par des hennissements redoublés61 ».

29Que l’armée romaine possède des chevaux entiers est ainsi justifié par Varron, rust. 2, 7, 15, lorsqu’il évoque les conséquences de la castration :

« car, autant pour l’armée – car il s’agit de la guerre – on veut en avoir de fougueux, autant au contraire sur les routes on préfère en avoir de tranquilles. C’est cette différence surtout qui est à l’origine de la castration des chevaux. Car, privés de testicules, ils deviennent plus calmes, pour la raison justement qu’ils n’ont pas de semence » (trad. Ch. Guiraud, CUF).

  • 62 Apsyrtus : διδύμους dans les Hipp. Berol. 1, 3 ; 10, 2 ; 29, 3 ; 33, 1 ; 33, 8 (avec une précision (...)

30Les chevaux de l’armée romaine n’étaient donc habituellement pas castrés, et cela explique l’étonnement d’Ammien Marcellin devant les hongres des Sarmates. Nous disposons encore sur les chevaux de l’armée des renseignement donnés par le vétérinaire militaire Apsyrtus, dont les termes utilisés dans la description des signes de maladie montrent qu’il examine des chevaux entiers62.

  • 63 Les chevaux de course sont l’objet principal de l’attention de l’auteur de l’Ars ueterinaria : jeux (...)
  • 64 Pelagon. 2 : testibus paribus et exiguis.

31Les chevaux du cirque, eux aussi, sont entiers. Le traité de Pélagonius, qui leur est consacré63, débute par le canon de l’étalon idéal, un cheval entier64, dont le caractère autant que la morphologie musculeuse lui donnent un avantage dans la course :

  • 65 Cf. Veg. mulom. Prol. 1, 11 : in circi contentione.
  • 66 Pelagon. 2-3.

« L’ordonnance générale du corps doit être grande, élevée, droite, le corps souple aussi d’aspect et, tout en étant long, arrondi autant que sa morphologie le permet. Quant au caractère, on loue ceux qui savent passer de la tranquillité à la fougue, et de la fougue à la plus grande douceur. En effet, ils se révèlent dociles aux ordres et très bien adaptés aux courses (certamina65) et à l’effort66 ».

32L’animal doit en effet attendre calmement le début de la course ; une fois celle-ci commencée, fournir un effort important à la plus grande vitesse possible, puis retrouver son calme. Enfin, les chevaux de courses vainqueurs devaient, comme aujourd’hui, être sollicités pour la reproduction de poulains possédant les mêmes qualités.

  • 67 Pelagon. 404, Veg. 1, 23 et 3, 7, 2.
  • 68 Xénophon eq. I, 15 ; Col. 6, 29, 2 ; Pelagon. 2. Varron, rust. 2, 7, 5 omet de préciser ce détail.

33Comme Pélagonius, les auteurs vétérinaires latins et grecs traitent dans leur ensemble surtout des chevaux entiers ; les chevaux castrés ne sont évoqués qu’exceptionnellement67. Le canon de l’animal idéal décrit par les différents auteurs traitant d’hippologie ou d’hippiatrie est celui d’un étalon entier68.

  • 69 Chiron 14, 317, 683, 685, 726.
  • 70 CHG I, ch. 99.
  • 71 Cette affirmation, toutefois, est mise dans la bouche de Cyrus qui justifie ainsi par analogie la v (...)
  • 72 Chiron 388 suggère en dernier recours la castration pour soigner la podagra, et souligne que les ch (...)

34La conséquence est que l’opération de castration du cheval est rarement évoquée dans les textes vétérinaires latins : ni Columelle dans le livre 6 ni Pélagonius ne la décrivent, Chiron y fait quelques allusions69, un court chapitre y est consacré dans le CHG70. De fait, la castration semblait être préconisée chez les hippiatres non pas systématiquement, mais à titre thérapeutique, pour adoucir un cheval difficile, comme le proposait déjà Xénophon, Cyr. 7, 5, 62 : « Les chevaux brutaux, une fois châtrés, cessent de mordre et perdent leur brutalité sans cesser d’être bons pour le service de guerre » (trad. Delebecque CUF)71. Pélagonius ne mentionne qu’une seule fois l’opération de la castration, pour calmer la folie de l’animal pris d’insania : 404 si coleatus est, testes adimito clausumque in tenebris contineto, « s’il est entier, châtre-le et tiens-le enfermé dans le noir72 ». Les vétérinaires romains voyaient en effet dans cette opération un inconvénient majeur, la perte d’une partie de la puissance de l’animal, qu’ils associaient à la virilité par un jeu étymologique sur uires « forces » / euiriari « émasculer » : ainsi Chiron 14 recommande de ne pas saigner au printemps les chevaux castrés (castrati), qui ont perdu leurs forces en même temps que leur virilité :

Hoc autem auctores praecipiunt, quod et nos utique intelligere debemus, iam enim partem uirium cum testibus amiserunt,

  • 73 Veg. 1, 23 suit Chiron fidèlement, mais est plus nuancé en 3, 7, 2 : « Il est établi chez les auteu (...)

« Les auteurs le recommandent, et nous aussi devons le reconnaître, car ils ont perdu désormais avec leurs testicules une partie de leurs forces »73.

  • 74 Varron, rust. 2, 4, 21 et 3, 9, 3.
  • 75 Le mois le plus propice pour castrer les chevaux est le mois de mai selon Chiron 726 et Aps. Hipp. (...)

35Alors que la castration des porcs et des coqs est détaillée chez Varron74, que les différentes méthodes de castration des veaux de deux ans nous sont connues grâce à Columelle 6, 26, qui cite Magon, nous ne savons même pas à quel âge pouvaient être châtrés les chevaux, même si nous connaissons la période de l’année favorable75. L’opération de la castration n’est donc mentionnée dans les textes hippiatriques que pour des raisons thérapeutiques, et dans un contexte agricole, pour des chevaux qui ne sont destinés ni aux courses ni à l’armée. Elle n’était pas forcément fréquente non plus dans les campagnes, sinon son prix aurait été indiqué dans l’Édit de Dioclétien.

  • 76 Papini, 2012, p. 322.

36L’objet représenté sur la stèle d’Aix, emblématique de la profession vétérinaire, n’est donc probablement pas une pince à castrer. En revanche, les morailles pouvaient frapper l’esprit du public parce que leur usage, spectaculaire, était préliminaire à toute opération un peu douloureuse, dans laquelle l’immobilité du cheval était requise. Les deux branches n’étaient pas destinées à se fermer totalement, puisqu’il fallait enserrer la lèvre, mais un détail de la stèle de Rome montre que sur la corde destinée à resserrer l’étreinte étaient enfilées plusieurs petites rondelles amovibles, destinées à limiter la fermeture de la pince, et empêcher une blessure de la lèvre76.

37La stèle romaine du vétérinaire Myrtilus reproduite dans Papini 2012 possède un élément qui permet de résoudre ce débat, et qui n’a encore à ma connaissance jamais été évoqué. Un forfex est gravé sur un des côtés du pilier, symbolisant la profession, comme sur la stèle d’Aix. Sur une autre face se trouve représenté le contenu de la trousse, malheureusement très mutilé, et une inscription nomme le possesseur des objets :

[M]anibus A(uli) Iuli Myrt
[i]li medici primi factionis
Venetae veterinari

  • 77 Papini, 2012, p. 301 et 317.

38Le nom propre A. Iulius Myrtilus indique, selon Papini, un possible statut d’affranchi ; il avait le plus haut grade, semble-t-il, dans la hiérarchie du personnel soignant : medicus primus ueterinarius, mais surtout, il était attaché aux soins des chevaux de la faction des Vénètes (les bleus) dans le cirque77, c’est-à-dire qu’il ne soignait que les chevaux de courses. Or, nous avons vu que ces animaux n’étaient pas castrés. Pourquoi donc un instrument dont il n’avait pas à se servir aurait-il été gravé sur sa tombe ? Au contraire, le choix de graver des morailles est bien plus clair pour le spectateur non professionnel qu’est le passant ou celui qui vient consulter le vétérinaire : il n’est pas certain que la pince à castrer était connue du grand public ; en revanche, la pose de morailles sur la lèvre supérieure du cheval, contention préliminaire à toute intervention, était suffisamment courante et impressionnante pour marquer les esprits.

  • 78 Saint-Germain : 27, 5 cm ; Londres : 28, 75 cm ; Chichester : 27 cm ; Tirana : 27 cm ; Tiel-Passewa (...)
  • 79 Augst : 20 cm ; Freisen : 20, 4 cm ; Spiesen : 20, 4 cm ; Pompéi : 21, 5 cm ; Kabile : 22, 4 cm.
  • 80 Vicq d’Azyr, 1798, dans l’article haras (vol. 7, p. 62-63), indique que la castration par le feu se (...)

39La taille des instruments doit aussi être prise en compte. Si on les mesure, on trouve deux groupes : l’un avec des instruments d’environ 27 cm78, l’autre avec des instruments d’une vingtaine de centimètres79. Or, actuellement, les morailles font une quarantaine de centimètres ; la pince à castrer, en revanche, est plus petite, et mesure entre 12 et 15 cm80. On pourrait certes imaginer qu’il y a deux instruments différents dans ces deux groupes, les plus grands étant des morailles ; mais même les plus petits sont encore trop grands pour des pinces à castrer. Plus vraisemblablement, les deux modèles sont destinés à des animaux de tailles différentes, les chevaux antiques d’une part, plus petits que nos animaux actuels, les mulets et les ânes d’autre part.

  • 81 L’identité de la dernière déesse est controversée : il s’agirait de Cérès selon Francis, 1926, Vest (...)
  • 82 Cumont, 1896, p. 432, n° 317. Toutefois, Papiani 2012, p. 322 et R. Jackson (communication personne (...)
  • 83 Francis, 1926, p. 103 : « They may […] represent creative power », ce qui est vraiment paradoxal po (...)
  • 84 Cumont, 1896, II, p. 432, n° 317.
  • 85 Cumont, ibid. La couronne de Cybèle représente traditionnellement une ceinture de murailles. Deux a (...)
  • 86 Smith, 1840 (planche 8) ; Vermaseren, 1986, n° 488, p. 167.

40Restent à expliquer les figurations de Cybèle et d’Attis sur la pince de Londres (fig. 5), qui sont tenues pour un argument majeur en faveur de l’utilisation rituelle de cet objet comme une pince à castrer. Les deux montants de la pince, ornés des bustes des dieux astraux en relation avec les jours de la semaine (Saturne, Hélios, Luna, Mars, Mercure, Jupiter, Vénus, Cérès81), sont surmontés au niveau de la charnière de deux bustes cavaliers, que F. Cumont proposait d’identifier avec prudence comme ceux de la Grande Déesse et de son parèdre82. Dans un article de 1926 qui essaie de valider cette hypothèse, A. G. Francis, qui consacre plusieurs pages au culte de Cybèle et à la castration rituelle des Galles, ne sait pas comment expliquer la présence de ces chevaux83. Or, il se peut que sous l’influence de l’article de F. Cumont, lui-même influencé par ses propres recherches sur les cultes orientaux84, le personnage féminin ait été mal identifié. Que l’on examine les légendes ou l’iconographie de Cybèle, elle n’apparaît jamais liée au cheval : elle n’est pas représentée en pose cavalière, mais sur un char tiré par deux lions, ou bien elle est assise sur un trône qu’encadrent ces félins. Le seul critère objectif de l’identification de Cybèle réside dans la couronne « tourelée » qu’elle porte sur la tête85. À cela s’ajoute le fait que près de trois ans auparavant, une statuette d’Attis avait été trouvée au même endroit dans le lit de la Tamise86.

Figure 5. Pince de Londres.

Figure 5. Pince de Londres.

British Museum, n° inv. 1856, 0701.33, photo courtesy British Museum.

  • 87 Lambert, 1997, p. 29.
  • 88 Le culte d’Épona était pratiqué aussi en Angleterre : le British Museum possède une statuette de la (...)
  • 89 On dispose maintenant de Magnen, Thévenot, 1953 et du LIMC suppl. au vol V sub Epona.
  • 90 Elle est appelée Regina à Docléa en Dalmatie (CIL III, 12679), en Dacie (CIL III, 7750), voir Benoi (...)
  • 91 Le diadème d’Épona se retrouve beaucoup plus fréquemment que la couronne : en raison de la dégradat (...)
  • 92 La première est reproduite dans le LIMC 89b ; elle provient de Moulins, et est conservée au Musée d (...)
  • 93 Papiani 2012, p. 322 ; Jackson, 2015 (comm. pers.).
  • 94 Francis, 1926, p. 103.
  • 95 CIL III, 7904 ; Thévenot, 1953, n° 32 p. 43 ; Benoit, 1950, p. 26 et p. 72-73 ; p. 76.
  • 96 LIMC 214. Épona est représentée comme Janus bifrons sur deux stèles espagnoles (Thévenot, 1953, n°  (...)
  • 97 LIMC 184 ; Thévenot, 1958.
  • 98 Plut., parall. min. 29. Le thème mythique de l’union du dieu et de la jument se retrouve dans la my (...)
  • 99 Benoit, 1950, p. 31-32. Par ailleurs, le bas-relief de Beihingen, conservé au Musée de Stuttgart, T (...)

41Plutôt que Cybèle, qui n’a rien à voir avec les chevaux, nous proposons de voir dans cette figure divine qui domine toutes les autres une représentation d’Épona, déesse des chevaux (epo- en gaulois87), dont le culte est attesté dans tout l’empire romain, et particulièrement au sein de la cavalerie de l’armée romaine88. L’iconographie d’Épona est maintenant mieux connue qu’à l’époque de la découverte de la pince89, à défaut des mythes qui nous échappent encore. La déesse peut porter une couronne, puisqu’elle est reine90 ; cette couronne apparaît dans un certain nombre de bas-reliefs, mais elle est le plus souvent semblable à la tiare que porte le personnage de gauche de la pince de Londres91 ; toutefois, deux figurines montrent la déesse Épona portant une couronne murale92. La déesse gauloise a ceci de particulier dans sa représentation qu’elle est presque toujours assise les jambes pendantes, en amazone, donc de face, sur un cheval de profil, ce qui est le cas sur la pince de Londres ; et ce choix est signifiant, puisque tous les autres dieux astraux sont vus de profil quand on tient la pince en main ; seuls les deux cavaliers sont de face et regardent l’utilisateur. Le second personnage, symétrique à la déesse couronnée, la poitrine découverte, porte une sorte de diadème dans lequel certains ont vu un bonnet phrygien : il a pu être considéré tantôt comme une femme (Junon93) tantôt comme un jeune homme (Attis94). Nous pensons qu’il s’agit plus vraisemblablement d’un dédoublement de l’image de la déesse, effectué pour des raisons de symétrie. On a d’autres exemples de ce dédoublement : dédicace aux Eponae de Varhely95, Épona double de Strasbourg96. De plus, le style iconographique de ce bronze est très semblable à celui de l’Épona de Loisia97. Quant au rapport avec les jours de la semaine et les planètes, si Francis 1926 ne l’a pas établi avec beaucoup de clarté dans le cas de Cybèle, dans le cas d’Épona en revanche, certains éléments de la légende ou de l’iconographie se réfèrent aux astres. Selon le Pseudo-Plutarque, dans la version evhémérisée qu’il donne du mythe, Épona est fille d’un certain Fulvius Stellus, qui s’était uni à une jument98 ; la déesse fille de l’étoile (stella), fille du ciel, est souvent représentée avec un voile flottant au-dessus de sa tête, gonflé par le vent, et symbolisant la voûte céleste99.

  • 100 Benoit, 1950, p. 55-56, et p. 68 ; Hanoteau, 1980, p. 14. Les deux déesses ont pour point commun d’ (...)

42Il nous semble donc que les déesses représentées doivent être mises en relation avec la déesse au cheval Épona. Les éléments qui se rapprochent de l’iconographie de Cybèle, comme les lions ou la couronne murale, peuvent résulter d’un syncrétisme que l’on a déjà pu souligner entre les deux déesses100.

  • 101 Plut. Nicias 18 (pierre) ; Cat. 63, 5 (silex coupant) ; Ov. fast., 4, 237 (pierre aiguisée) ; tesso (...)
  • 102 Graillot, 1912, p. 296-297 : « L’emploi du fer ou du bronze n’était pas liturgique ; par suite, il (...)
  • 103 Cumont, 1896, p. 432.

43Pour finir de réfuter totalement l’hypothèse des Galles et du sacrifice rituel de leur virilité, il est fort peu probable que l’instrument utilisé ait été en métal : les témoignages antiques font état de silex tranchants, de pierres ou à défaut de tessons de poterie101. H. Graillot attribue cette coutume à un interdit porté sur le métal102. La taille de la pince de Londres (28,75 cm), si elle correspond à celle de Chichester (27 cm), dont l’usage vétérinaire n’est pas douteux, semble en tout cas trop grande pour un usage humain. L’argument visant à considérer cet objet comme purement ornemental est battu en brèche par les traces de réfection103.

44Plutôt qu’une pince à castrer, je propose donc de suivre S. Heeren 2009 et de voir dans cet instrument des morailles, qui ont l’avantage d’être un outil utilisé dans toutes les opérations, donc plus facilement emblématique de la profession vétérinaire. L’anesthésie n’étant sans doute pas pratiquée pour les bêtes, en tout cas jamais mentionnée dans les textes, il était nécessaire d’avoir un moyen simple de faire tenir le cheval immobile. La figuration d’Épona cavalière vient tout naturellement surmonter le décor d’un objet hippologique courant.

Conclusion

45Les exemples du boutoir et du forfex sont significatifs des difficultés rencontrées dans l’étude des instruments hippiatriques romains : tantôt le nom fait défaut, tantôt c’est l’objet, tantôt la méthode d’utilisation. Les témoignages écrits négligent un instrument aussi essentiel que le boutoir, alors que le parage des pied fait l’objet d’une notice économique dans l’édit de Dioclétien. Les auteurs antiques semblaient considérer comme allant de soi un certain nombre d’opérations relevant de la vie quotidienne, que nul alors n’aurait songé à expliquer, car trop banales. Le nom de la gulbia est mentionné sans explications dans Chiron, Végèce, Isidore. Le forfex vétérinaire n’est pas évoqué dans ces textes, mais dans une lettre de soldat. Les textes, même agronomiques, ne se soucient pas des objets de la vie quotidienne. Il est d’autant plus difficile de retrouver l’usage par la seule forme de l’instrument, comme nous l’avons montré pour le forfex, que les outils de maréchalerie traditionnels sont peu à peu oubliés et remplacés par des formes plus modernes : le tord-nez en corde a remplacé les morailles, et la sensibilité toute moderne à l’égard de la douleur du cheval entrave la perception de l’objet ancien. L’hypothèse du forfex, « pince à castrer », qui n’est étayée par aucun texte médical, a été adoptée dans la foulée des études sur Cybèle, et conservée par une sorte de fascination morbide pour une opération dont la barbarie n’excluait plus aucune démesure.

46Les recherches poussées qu’il faut effectuer pour retrouver l’usage des instruments peuvent réserver d’agréables surprises : sur une partie des boutoirs que nous avons étudiés se trouvent des représentations d’une figure de déesse qui peut être Athéna (fig. 1, 3), reconnaissable à son égide ; c’est la déesse protectrice des artisans et des cavaliers ; mais un syncrétisme avec Épona n’est pas à exclure, et il faudrait étudier le uelum qui surmonte le casque de la déesse (fig. 2) et qui peut représenter un pan de ciel. La pince de Londres peut apporter beaucoup d’éléments nouveaux à la compréhension de la déesse aux chevaux, et notamment de son rôle astral. Les figurations d’Épona trônant entre deux chevaux symétriques, telle une πότνια θηρῶν, ont sans doute d’ailleurs influencé la composition de la stèle d’Aix, où les vétérinaires, au centre, entre deux chevaux face à face, sont dans la position traditionnelle de la déesse.

47Ce n’est sans doute pas un hasard si ces deux instruments sont les plus fréquemment retrouvés, et s’ils sont associés dans la trousse de Chichester : ils sont sans doute les plus fréquemment utilisés dans les soins hippologiques et vétérinaires dispensés aux chevaux dans l’Antiquité gréco-romaine.

Haut de page

Bibliographie

Textes anciens

Hipp. = Corpus Hippiatricorum Graecorum, éd. E. Oder , K. Hoppe, Leipzig, I : 1924, II : 1927.

Chiron : Claudii Hermeri Mulomedicina Chironis, éd. E. Oder, Leipzig, 1901.

Columelle : L. Iuni Moderati Columellae opera quae exstant, rec. V. Lundström, vol. 4 : livres VI et VII, Göteborg, 1940.

Pelagonius, Ars veterinaria, éd. Gitton-Ripoll, CUF, à paraître.

Végèce : - P. Vegeti Renati Digestorum Artis Mulomedicinae libri, éd. E. Lommatzsch, Leipzig, 1903.

- Publii Vegeti Renati Digesta artis mulomedicinalis, liber primus, V. Ortoleva, Catane, 1999.

Bibliographie

Adams, J.N., 1990, The forfex of veterinarius Virilis (Vindolanda inv. N° 86/470) and ancient method of castrating horses, Britannia XXI, p. 267-271.

Benoit, F., 1950, Le cavalier à l’anguipède et l’écuyère Épona, Bruxelles.

Boon, G.C., 1957, Roman Silchester, p. 189.

Boucher, S., 1990, Épona, LIMC V, p. 985-999.

Cam, M.-T., 2007 (éd.), La médecine vétérinaire antique, Rennes.

Cumont, F., 1896, Textes et monuments figurés, Les Mystères de Mithra, II, p. 432, n° 317.

Down, A., 1982, Two ferrier’s implements of Roman date from the Cattlemarket, Chichester, The Antiquaries Journal 62, p. 368-370.

Espérandieu, É., 1907, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, 1, Paris, n° 104, p. 82.

Fernández de Aviles, A., 1964, Pujavantes romanos esculturados. Contribución al estudio de la hipiatría antigua, Archivo Español de Arqueología 37, p. 3-21.

Fischer, K.-D., 2007, L’opération de la cataracte dans la Mulomedicina Chironis, dans M.-T. Cam, La médecine vétérinaire antique, Rennes, p. 235-250.

Franchi dell’orto, L. et Varrone, A., 1990, Rediscovering Pompei, Rome.

Francis, A.G., 1926, On a Romano-British Castration Clamp used in the Rites of Cybele, Proceedings of the Royal Society of Medecine 19, p. 95-110.

Giacchero, M., 1974, Edictum Diocletiani et Collegarum de pretiis rerum uenalium, Genève.

Gitton-Ripoll, V., 2007, Sur quelques noms d’instruments de chirurgie et de contention conservés par les textes vétérinaires latins, dans M.-T. Cam, La médecine vétérinaire antique, Rennes, p. 251-269.

Gitton-Ripoll, V., 2012, Quaternarius Aureus, RPh. LXXXVI, p. 107-113.

Graillot, H., 1912, Le culte de Cybèle, mère des dieux, Paris.

Gricourt, J., 1954, Épona-Rhiannon-Macha, Ogam 6, p. 25-40 ; 75-86 ; 137-138 ; 165-188 ; 269-272.

Hanoteau, M.-T., 1980, Épona, déesse des chevaux. Figurations découvertes en Suisse, Helvetia archaeologica 11, p. 2-20.

Heeren, S., 2009, New views on the forfex of Virilis the veterinarian : shears, emasculator or twitch ?, Journal of Archaeology in the Low Countries 1-1 (mai), p. 87-95.

Heurgon, J., 1954, Note sur un butoir antique découvert à Amiens, Mélanges L. Jacob, Revue du Nord XXXVI, n° 142, p. 147-149.

Keiling, H., 1985, Ein jungslawischer Siedlungsplatz mit Flussübergang und Kultbau bei Parchim im Bezirk Schwerin, Society and trade in the Baltic during the Viking Age, Visby, p. 149-164.

Kellner, H.-J. et Ulbert, G., 1958, Das römische Seebrück, Bayerische Vorgeschichtsblätter 23, p. 48-82, spécialt p. 64.

Kolling, A., 1973, Römische Kastrierzangen, Archäologisches Korrespondenzblatt 3, p. 353-357.

Lafosse, Ph., 1766, Guide du maréchal, Paris.

Lafosse, Ph., 1832, Nouveau manuel du vétérinaire, Paris.

Lambert, P.-Y., 1997, La langue gauloise, Paris.

LIMC = Lexicon Iconograficum Mythologiae Classicae, Zürich, München, Düsseldorf, 1981-1999.

Lindenschmidt, L., 1864-1904, Altertümer unserer heidnischen Vorzeit I, cahier 12, tableau V, n° 7.

Manning, W.H., 1964, A Roman Hoard of Ironwork from Sandy, Bedfordshire, Bedfordshire Archaeological Journal II, p. 50-57.

Manning, W.H., 1974, Objects of iron, dans Neal, D.S., (ed.) The excavation of the Roman villa in Gadebridge Park Hemel Hempstead 1963-1968, Londres, 1974, p. 157-159.

Méautis, G., 1930, Mus. Neuchâtelois, XVII, p. 51.

Millin, A.L., 1807, Voyage dans les départements du midi, II, Paris.

Milne, J.S., 1907, Surgical Instruments in Greek and Roman Times, Oxford.

Morlet, A., 1957, Vichy Gallo-romain, Mâcon.

Niedermann, M., 1921, fr. gouge, Archivum Romanicum V, p. 440-441.

Niedermann, M., 1945, Ghost words : lat. celtis « ciseau », Museum Helveticum 2, p. 123-136.

Ortoleva, V., 2008, L’Opera del veterinario in Edict. Diocl. 7, 20-21, RhM 151, p. 357-364.

Papini, M., 2012, I veterinari nel mondo romano. Un nuovo altare funerario della Fondazione Dino ed Ernesta Santarelli, Römische Mitteilungen 118, p. 295-338.

Peuch, F. et Toussaint, H., 1876-1977, Précis de chirurgie vétérinaire, deux tomes, Paris.

Piggott, S., 1952, Three metal-work hoards of the Roman period from southern Scotland, Proceedings of the Society of Antiquaries of Scotland, 87, p. 1-50.

Reinach, S., 1917, Catalogue illustré du Musée des Antiquités Nationales, p. 270-273, fig. 276, n° 60961.

Reinach, S., 1926, Catalogue illustré du Musée des Antiquités Nationales, p. 285-287, tableau 284, n° 50823.

Riffaud, M., 2011, À propos de deux interventions chirurgicales obsolètes : les opérations du javart et de la dessolure, thèse, Maisons-Alfort.

Robert, Ch., 1876, Le boutoir romain, Revue archéologique 32, p. 17-38.

Robinet, J., 1777, Dictionnaire d’hippiatrie classique, Bruxelles et Nancy.

Smith, C. R., 1840, On some Roman Bronzes discovered in the bed of the Thames, Archaeologia XXVIII, p. 38-46, et planche 8.

Smith, C.R., 1844, Bronze Forceps found in the bed of the Thames, Archaeologia XXX, planche 24.

Solleysel, J. de, 1668, Le Parfait Maréchal, Paris.

Tasset, J., 1912, Traité pratique de maréchalerie à l’usage des maréchaux vétérinaires, Paris.

Thévenot, É., 1953, Inventaire des monuments, dans R. Magnen, Épona, déesse gauloise des chevaux, Bordeaux, p. 33-71 et planches.

Thévenot, É., 1958, Exporations archéologiques au pays des Séquanes, Revue archéologique de l’est et du centre-est, IX, 3, p. 224-238.

Theves, G., 2003, La castration par écrasement du cordon testiculaire. Bref aperçu historique, Ann. Méd. Vét. 147, p. 283-287.

Vendryes, J., 1924, Chronique, Revue celtique XLI, p. 502-503.

Vermaseren, M.J., 1986, Corpus cultus Cybelae Attidisque, V, Leiden.

Vicq d’Azyr, F., 1798, Encyclopédie méthodique médicale.

Vigneron, P., 1968, Le cheval dans l’Antiquité gréco-romaine, Nancy.

Wartburg, W. von, 1952 et 1969, Französisches Etymologisches Wörterbuch, Bâle, tomes 4 et 15, 1.

Webster, G., 1968, The Bronze Handle of a Romano-British Butteris, The Antiquaries Journal, 48, p. 303-304.

Haut de page

Notes

1 Sur les instruments spécifiquement vétérinaires, voir Gitton-Ripoll, 2007.

2 Même si Palladius, 1, 42, dans une liste générale d’instruments nécessaires au travail de la ferme, fait une allusion discrète aux instruments vétérinaires ; de même Apulée, met. 7, 23 : ferramentis huic curae praeparatis, « des instruments destinés à ce travail ».

3 Le projet Instrumentum, mené par le laboratoire HiSoMA (Lyon 2), vise à établir un lexique des noms latins d’instruments médicaux.

4 Chiron 69-76 ; voir Fischer, 2007, p. 235-250. Bien que le manuel de Végèce, comme celui de Pélagonius, s’adresse aux grands propriétaires fonciers, il reprend l’opération de la cataracte en Mulom. 2, 17.

5 Lindenschmidt, 1864 (boutoir de Stotzingen, conservé au musée d’Ulm) ; Robert, 1876 (boutoirs de Grenoble, de Pompéi, de Bar-le-Duc, du Cabinet des Médailles à Paris) ; Reinach 1917 (boutoir d’Alésia, identifié comme une gouge de plâtrier) ; Méautis, 1930 (Neuchâtel, Wiesbaden, voir fig. 3) ; Piggott, 1952 (Eckford) ; Heurgon, 1954 (Amiens, Karlsruhe) ; Boon, 1957 (Silchester) ; Kellner et Ulbert, 1958 (Seebruck) ; Manning, 1964 (Sandy) ; Fernandez de Aviles, 1964 (New York, Madrid) ; Webster, 1968 (Oundle) ; Manning, 1974 (Gadebridge) ; Down, 1982 (Chichester).

6 D’après nos recensions, il y en a à présent une vingtaine de connus : les précédents, plus les boutoirs de Dorchester et de Newport, dont la description n’est pas publiée, mentionnés par Manning, 1974, p. 159 ; Manning, 1964, p. 53, cite encore un boutoir trouvé à Caerwent mais non publié, conservé au musée de Newport.

7 Fernandez de Aviles, 1964, n° 3a et b ; Down, 1982, p. 368.

8 Manning, 1974, p. 158 ; Piggott, 1952, p. 29.

9 Manning, 1974, p. 159.

10 La longueur de tous les boutoirs conservés en entier est assez homogène : le boutoir de Chichester mesure 31,5 cm, celui de Bar-le-Duc 32,5 cm, celui d’Eckford 29,5, celui de Gadebridge 26,5 cm.

11 Lafosse, 1766, p. 365.

12 Illustration dans Fernandez de Aviles, 1964, p. 13-14.

13 Eq. 6, 2 : ἢν δὲ ἀντία τῷ ἵππῳ ὁρῶν καὶ ἔξω τοῦ σκέλους͵ ὅταν καθαίρῃ͵ κατὰ τὴν ὠμοπλάτην καθίζων ἀποτρίβῃ͵ οὕτω πάθοι μὲν ἂν οὐδέν͵ δύναιτο δ΄ ἂν καὶ τὴν χελιδόνα τοῦ ἵππου θεραπεύειν ἀναπτύσσων τὴν ὁπλήν. ὡς δ΄ αὔτως καὶ τὰ ὄπισθεν σκέλη καθαιρέτω.

14 Il est orthographié butoir dans le Petit Robert, qui le définit comme un outil pour travailler le cuir et omet l’usage hippologique, ou boutoir (Dictionnaire de médecine, Nysten, 1845 ; Dictionnaire historique de la langue française, A. Rey dir., Paris, 1993). Il se traduit en allemand par Hohlmeissel, en espagnol par pujavantas, en anglais l’usage est flottant : buttrice, butteris ou buttress.

15 Veg. mulom. 1, 56, 31. Le texte latin donné dans l’édition de V. Ortoleva, 1999, nous semble meilleur que celui d’E. Lommatzsch lotiosorum animalium ; voir aussi le commentaire de V. Ortoleva, p. 188, où il relève en deux autres passages de Végèce l’association animal otiosum, et cite Végèce 2, 55, 1, qui indique que les chevaux au repos à l’écurie (otiosa iumenta) peuvent contracter des abcès aux pieds.

16 Robert, 1876, p. 32-33.

17 Solleysel, 1668, p. 203.

18 Veg. 1, 56, 31. Ch. Robert ne cite pas son édition de Végèce ; il est probable que c’était celle de Schneider, Leipzig, 1795.

19 Robert, 1876, p. 33-34.

20 Tasset, 1912, p. 119 : « C’est un instrument dont on a beaucoup abusé autrefois ; il est utile dans certaines mains, mais devient nuisible dans d’autres. Il permet en effet aux maréchaux de faire ce qu’ils appellent de l’ouvrage propre, en parant à fond toutes les régions de la sole sans respecter la fourchette, ce qui est contraire aux principes de la ferrure rationnelle ».

21 Lafosse, 1832, p. 204.

22 Riffaud, 2011, p. 45.

23 Niedermann, 1921, p. 441, propose l’évolution phonétique gulbia > gulbja > gubja : « le passage de e atone en hiatus […] à la semi-consonne j devait entraîner presque fatalement la chute de l’l ». De même dans Niedermann, 1945, p. 134.

24 Voir Gitton-Ripoll, 2007, p. 257.

25 Wartburg, 1969, 15,1, p. 210.

26 Lambert, 1997, p. 195.

27 Niedermann, 1921, p. 441, avait refusé la possibilité d’un emprunt gaulois, les rapprochements avec les mots celtiques « s’accordant mal pour la forme et pas du tout pour le sens ». Il nous semble au contraire que les noms du bec cités par P.-Y. Lambert (irl. gulba, gall. gylfin, corn. geluin, vbret. golbinoc (adj.) rendent probable l’existence d’un mot gaulois emprunté par le latin dans le sens figuré de « bec », c.à.d. une lame incurvée, semblable à un bec.

28 Fernandez de Aviles 1964, p. 6, y voit au contraire un élément habituel des décorations de chars.

29 C’était déjà la position de Vendryes, 1924, p. 503, reprenant l’analyse de Niedermann, 1921, tout en critiquant son refus de l’étymologie gauloise : « L’instrument que désigne ce dernier [gulbia] aurait pu venir à date fort ancienne de la Gaule Cisalpine, où il devait son nom à la forme pointue de l’instrument ».

30 Celui du Cabinet des Médailles à Paris est de provenance incertaine.

31 Toutefois Heurgon, 1954, p. 149, penchait pour l’hypothèse de la fabrication à partir d’un atelier italien qui les aurait diffusés en série. Au contraire, Fernandez de Aviles, 1964, p. 11-12, n’exclut pas que des ateliers provinciaux aient pu fabriquer de tels outils, ce qui nous semble plus probable.

32 Wartburg sub gulbia.

33 Wartburg sub botan.

34 Ces pinces sont chez A. Kolling au nombre de six, provenant de Spiesen, de Freisen, d’Augst, de Kabile en Bulgarie, de Londres (la pince du British Museum ornée de têtes de divinités, fig. 5), enfin d’Alésia (une moitié d’instrument conservée au Musée de Saint-Germain en Laye). Les instruments d’Ittersdorf et de Kastell Feldberg (Kolling, 1973, p. 354 n° 1 et 4), de forme différente des autres, qui sont constitués de deux lames tranchantes à la manière des ciseaux (qui se disent aussi forfices), et non de bras crénelés, figurent à tort dans cette collection. Il faut actualiser la liste avec les instruments semblables découverts après 1973 : celui de Chichester, accompagné d’un boutoir et d’une boîte qui les contenait (Down, 1982) ; un fragment découvert dans les fouilles de Parchim (Keiling, 1985) ; l’instrument de Tiel-Passewaaij en Hollande (Heeren, 2009) ; l’instrument de Pompéi (L. Franchi dell’Orto 1990, p. 160-161) ; de Tirana, à protomées de cheval (Papini, 2012, p. 324).

35 Papini, 2012, p. 322 ; Espérandieu, 1907, n° 104.

36 Veg. mulom. 2, 13, 3 forfices = forcipes ; Celse 7, 5, 2b forfex = forceps ; Vitruve 10, 2, 2.

37 Pline nat. 11, 97 : cornua praelonga, bisulca dentatis forficibus in cacumine, cum libuit, ad morsum coeuntibus, « des cornes très longues, terminées à leur sommet par une paire de tenailles dentelées, dont les branches se ferment, au gré de l’animal, pour pincer ».

38 Reinach, 1926, p. 287 ; Kolling, 1973, p. 353.

39 Il s’agit des pinces de Londres et de Tirana (Papini, 2012, p. 323).

40 Francis, 1926, à propos de la pince de Londres, suivait Cumont 1896 et Smith 1844, en estimant qu’elle servait à émasculer les prêtres de Cybèle.

41 En allemand Kastrierzangen, en angais emasculator ou castration clamp.

42 Espérandieu, 1907, n° 104. L’outil est nommé en allemand Bremsen, en anglais twitch.

43 Peuch et Toussaint, 1876, p. 420.

44 Colum. 6, 26 : Castrare uitulos Mago censet, dum adhuc teneri sunt, neque id ferro facere, sed fissa ferula conprimere testiculos et paulatim confringere, idque optimum genus castrationum putat, quod adhibetur aetati tenerae sine uulnere. Sur cette technique, voir Vigneron, 1968, p. 43.

45 L’avis des vétérinaires que j’ai sollicités est plus nuancé : s’il est invraisemblable de laisser une telle pince en place un à deux jours, c’est-à-dire en fonction de casseaux, elle pouvait servir à l’opération dite bistournage, qui n’est plus pratiquée actuellement que dans les manades, et qui consiste à écraser à la pince le nerf testiculaire pendant cinq minutes ; Peuch et Toussaint, 1877, p. 419-431 ; voir aussi Theves, 2003.

46 Heeren, 2009, p. 89.

47 A l’exception d’une comparaison dans Colum. 6, 26, 2, où la castration du jeune veau requiert « deux fines baguettes de bois semblables à des pinces (ueluti forcipibus) » pour maintenir en place les nerfs des testicules et, en les comprimant, empêcher l’hémorragie.

48 Voir le détail de l’opération dans Gitton-Ripoll, 2012, p. 108.

49 Chiron 683 : Medium membranum aperito et testem eicito foras, uenam comprehendito mediam pollice et digito mulgito, usque donec dumpatur, « ouvre le milieu de la membrane, fais sortir le testicule à l’extérieur, saisis le milieu de la veine avec le pouce et trais-la au doigt, jusqu’à ce qu’elle se rompe ». Les doigts se comportent comme ceux du trayeur (mulgito = mulgeto) pour obtenir l’effilage, c’est-à-dire la dilacération longitudinale des vaisseaux, qui favorise l’hémostase, voit Peuch et Toussaint, 1877, p. 414.

50 Chiron 685 : Membranum supra testes aperies et tunc testiculum eximes et labraribus castratum uris. Cum praecludis illa loca, ubi praecideris uenam et cremasterem, ipsum cauteriis candentibus praecidito testiculum, « Tu ouvriras la membrane au-dessus des testicules, tu feras alors sortir le testicule et tu le brûles une fois castré avec une pince en forme de lèvres. Au moment de refermer, à l’endroit où tu as coupé la veine et le crémaster, coupe le testicule lui-même avec des cautères chauffés à blanc ».

51 Voir notes 78 et 79.

52 Le manuel de Peuch et Toussaint 1877, p. 391 estime à 18-20 cm la taille des casseaux. Ce que les vétérinaires appellent acuellement pince à castrer n’a pas du tout la forme de notre instrument : il s’agit d’une pince en X terminée par deux étroites barres perpendiculaires, ressemblant peut-être aux labraria de Chiron ; voir Theves, 2003.

53 Espérandieu, 1907, n° 104, Heeren, 2009, p. 87, Papini, 2012, p. 326.

54 L’opération a été interprétée comme une saignée par Espérandieu, 1907, repris par Kolling, 1973, p. 356, Papini, 2012, p. 326. Millin, 1807, p. 233-234, croyait même voir le sang couler sous la jambe du cheval.

55 Quel que soit le statut de ces hommes, palefrenier (Espérandieu), esclave (Millin), ou vétérinaire, leur expertise technique ne fait pas de doute. L’homme de droite est légèrement plus petit, alors que les deux chevaux sont de même taille : s’agit-il de l’assistant du vétérinaire ?

56 Il tond la crinière du cheval selon Espérandieu, 1907, repris par Heeren, 2009, p. 88, Papini, 2012, p. 326.

57 Toutefois, Ortoleva, 2008, p. 359-364, estime que la tonsura ne concerne que les pieds.

58 Edict. Diocl. 7, 20, éd. Giacchero, 1974, p. 150.

59 Vigneron, 1968, p. 44.

60 La citation de Palladius 4, 13, 8 Hoc mense (i.e. Martio) omnia quadrupedia, maxime equos, castrare debemus, ne signifie pas qu’au mois de mars on castrait tous les équidés de la ferme, mais que les équidés à castrer, s’il y en avait, devaient l’être au mois de mars, par opposition aux veaux qui étaient castrés en mai, (Pallad. 6, 7, 1). P. Vigneron mentionne également dans la note 7 p. 44 le mot canterius « hongre », dont il relève la valeur péjorative dans Sénèque, Ep. 87, 9 « cheval médiocre », ce qui devrait inciter à la prudence. Enfin, il est difficile de tirer de la menace de castration de l’âne Lucius (Apul. met. 17, 23) l’idée que « l’habitude de châtrer les équidés est également répandue à la campagne ». Nous ne disposons d’aucune donnée quantitative.

61 Equorumque plurimi ex usu castrati, ne aut feminarum uisu exagitati raptentur, aut in subsidiis ferocientes prodant hinnitu densiores uectores ; éd. et trad. G. Sabbah, CUF.

62 Apsyrtus : διδύμους dans les Hipp. Berol. 1, 3 ; 10, 2 ; 29, 3 ; 33, 1 ; 33, 8 (avec une précision sur les chevaux des Sarmates contraire à celle d’Ammien Marcellin) ; 38, 1 ; ὄρχεις dans les Hipp. Berol. 29, 1 ; 49, 1 ; 52, 2 ; 54, 1 ; 99, 1, etc. L’évocation des signes de la fièvre par Apsyrtus (Hipp. Berol. 1, 3) montre qu’il diagnostique un étalon ; de même Hiéroclès (Hipp. Berol. 1, 15), l’anonyme Hipp. Berol. 1, 21, Anatolius De eq. 1, 9 (CHG II, p. 325), Chiron 115, Pelagon. 33, Veg. I, 29, 3.

63 Les chevaux de course sont l’objet principal de l’attention de l’auteur de l’Ars ueterinaria : jeux du cirque et courses § 1, quels chevaux sont adaptés aux courses (certamina) § 3 ; courses (cursus) § 4 ; pathologie spécifique des chevaux du cirque (equi curules) § 163, 256.

64 Pelagon. 2 : testibus paribus et exiguis.

65 Cf. Veg. mulom. Prol. 1, 11 : in circi contentione.

66 Pelagon. 2-3.

67 Pelagon. 404, Veg. 1, 23 et 3, 7, 2.

68 Xénophon eq. I, 15 ; Col. 6, 29, 2 ; Pelagon. 2. Varron, rust. 2, 7, 5 omet de préciser ce détail.

69 Chiron 14, 317, 683, 685, 726.

70 CHG I, ch. 99.

71 Cette affirmation, toutefois, est mise dans la bouche de Cyrus qui justifie ainsi par analogie la valeur des eunuques de sa cour.

72 Chiron 388 suggère en dernier recours la castration pour soigner la podagra, et souligne que les chevaux castrés ne sont pas atteints par la morve (348) ni par les eaux aux jambes (610) ; même remarque d’Apsyrtus en Hipp. Berol. 99, 3.

73 Veg. 1, 23 suit Chiron fidèlement, mais est plus nuancé en 3, 7, 2 : « Il est établi chez les auteurs qu’il ne faut jamais saigner à la veine jugulaire les eunuques, sauf en extrême et dernière nécessité, parce qu’ils ont perdu avec leurs testicules la plus grande partie de leur chaleur ».

74 Varron, rust. 2, 4, 21 et 3, 9, 3.

75 Le mois le plus propice pour castrer les chevaux est le mois de mai selon Chiron 726 et Aps. Hipp. Berol. 99, 6 qui proviennent de la même source ; mais Apsyrtus évoque aussi l’automne et dit l’avoir pratiquée sans inconvénient en été ; mais c’est le mois de mars selon Palladius 4, 13, 8. Ce dernier emprunte à Columelle, 11, 2, 32, le mois et le terme quadrupedia, mais ajoute maxime equos, qui n’était pas dans son modèle. La variation des dates de castration est, selon Columelle, liée à la clémence du climat.

76 Papini, 2012, p. 322.

77 Papini, 2012, p. 301 et 317.

78 Saint-Germain : 27, 5 cm ; Londres : 28, 75 cm ; Chichester : 27 cm ; Tirana : 27 cm ; Tiel-Passewaaij : 32 cm.

79 Augst : 20 cm ; Freisen : 20, 4 cm ; Spiesen : 20, 4 cm ; Pompéi : 21, 5 cm ; Kabile : 22, 4 cm.

80 Vicq d’Azyr, 1798, dans l’article haras (vol. 7, p. 62-63), indique que la castration par le feu se fait avec « une espèce de tenaille de la forme des morailles, mais plus petite et plus légère, longue de cinq à six pouces [entre 12, 7 et 15, 24 cm pour un pouce à 2, 54 cm] : les deux pièces n’en seront pas tranchantes du côté où elles doivent se toucher, mais limées avec une grosse lime, de manière cependant qu’elles se touchent exactement, lorsqu’elles sont seules ».

81 L’identité de la dernière déesse est controversée : il s’agirait de Cérès selon Francis, 1926, Vesta selon Papini, 2012, p. 322, et R. Jackson, 2015 (communication personnelle).

82 Cumont, 1896, p. 432, n° 317. Toutefois, Papiani 2012, p. 322 et R. Jackson (communication personnelle) pensent que la figure de gauche est celle de Junon.

83 Francis, 1926, p. 103 : « They may […] represent creative power », ce qui est vraiment paradoxal pour un décor de pince à castrer. Peu satisfait à juste titre de cette première explication, il en propose quelques autres : chevaux solaires, incarnation de l’« Esprit du blé » (Corn-spirit), hypothèse inspirée par Mannhardt et des recherches contemporaines en mythologie.

84 Cumont, 1896, II, p. 432, n° 317.

85 Cumont, ibid. La couronne de Cybèle représente traditionnellement une ceinture de murailles. Deux autres têtes de statuettes trouvées en Grande-Bretagne et attribuées à Cybèle portent une couronne murale de la même sorte : Vermaseren, 1986, n° 490 et 498.

86 Smith, 1840 (planche 8) ; Vermaseren, 1986, n° 488, p. 167.

87 Lambert, 1997, p. 29.

88 Le culte d’Épona était pratiqué aussi en Angleterre : le British Museum possède une statuette de la déesse assise, encadrée par deux chevaux, provenant du Wiltshire (n° d’inv. 1882, 1214.1 ; LIMC Epona n° 197). Thévenot 1953 relève sous le n° 175 p. 55 (pl. 49) un fragment de statue retrouvé à Colchester, conservé au Musée de Colchester Castle (LIMC 82), et mentionne sous le n° 76 p. 47 un débris de statuette provenant de Caerwent — où a également été trouvé un boutoir-, conservé au musée de Newport, « du type des figurines de l’Allier » (LIMC 107).

89 On dispose maintenant de Magnen, Thévenot, 1953 et du LIMC suppl. au vol V sub Epona.

90 Elle est appelée Regina à Docléa en Dalmatie (CIL III, 12679), en Dacie (CIL III, 7750), voir Benoit, 1950, p. 26. La figure médiévale de l’héroïne Rhiannon (Rhigantona) signifiant « royauté » (voir Lambert, 1997, p. 29), tirerait son origine de la déesse Épona (Gricourt, 1954).

91 Le diadème d’Épona se retrouve beaucoup plus fréquemment que la couronne : en raison de la dégradation des statuettes de pierre ou d’argile, c’est sur un bronze conservé au Cabinet des médailles (LIMC 184) qu’il est le plus visible, dans un style très semblable à celui de la pince ; la tête du cheval est représentée de façon similaire, avec la crinière qui monte entre les deux oreilles de façon à former une sorte de toupet.

92 La première est reproduite dans le LIMC 89b ; elle provient de Moulins, et est conservée au Musée de Saint-Germain-en-Laye. La seconde est l’Épona de Vichy qu’étudie A. Morlet 1957, p. 265 (LIMC 130), qui en serait une bonne illustration, à condition d’éclaircir son authenticité. Elle résulte en effet d’une reconstruction de l’assemblage de plusieurs parties qui avaient été cassées. Elle est conservée au Musée Anne-de-Beaujeu, Moulins, n° d’inventaire 5.2.47 (cheval), 5.2.449 (jambe de cheval), 5.2.450 (id.), 5.2.447 (tête de la déesse), 5.2.446 (jambes de la déesse). Il s’agit d’une figure de déesse assise sur un cheval, portant une couronne murale ; tous les fragments semblent avoir été trouvés dans le même lieu. La ressemblance entre les types de l’Allier et ceux d’Angleterre est soulignée par Thévenot 76 et Boucher (LIMC 107).

93 Papiani 2012, p. 322 ; Jackson, 2015 (comm. pers.).

94 Francis, 1926, p. 103.

95 CIL III, 7904 ; Thévenot, 1953, n° 32 p. 43 ; Benoit, 1950, p. 26 et p. 72-73 ; p. 76.

96 LIMC 214. Épona est représentée comme Janus bifrons sur deux stèles espagnoles (Thévenot, 1953, n° 252, pl. 66 ; mais Boucher, 1990, p . 996, réfute l’attribution à Épona). Il existe aussi des représentations d’Épona triple : LIMC 215, 216.

97 LIMC 184 ; Thévenot, 1958.

98 Plut., parall. min. 29. Le thème mythique de l’union du dieu et de la jument se retrouve dans la mythologie grecque avec la légende de l’union de Poséidon et de Déméter, dont naîtront le cheval Areion et Despoina, ou celle de Cronos et de Philyra, parents de Chiron.

99 Benoit, 1950, p. 31-32. Par ailleurs, le bas-relief de Beihingen, conservé au Musée de Stuttgart, Thévenot 1953, n° 215, p. 58 (pl. 62), LIMC 201, montre Épona entourée de sept chevaux ; il est peut-être à mettre en rapport, selon S. Boucher, 1990, p. 994, avec le LIMC 15 qui manifeste une dimension astrale.

100 Benoit, 1950, p. 55-56, et p. 68 ; Hanoteau, 1980, p. 14. Les deux déesses ont pour point commun d’être des déesses-mères et d’avoir les mêmes attributs : le trône, la corne d’abondance, la patère, la corbeille de fruits, les deux animaux.

101 Plut. Nicias 18 (pierre) ; Cat. 63, 5 (silex coupant) ; Ov. fast., 4, 237 (pierre aiguisée) ; tesson de poterie : Lucil. sat. 7, p. 209 Baehr., 15 Mueller ; Pline nat. 35, 165 ; Juv. 6, 514 ; Mart. 3, 81, 3 ; Min. Fel. Oct. 24, 4 ; voir Graillot, 1912, p. 296-297. L’erreur de Francis, 1926, p. 97, lorsqu’il étudie les méthodes de la castration, est de se référer à Milne, 1907, qui étudie les instruments médicaux dans le corpus des médecins. Il n’est pas sûr que la cérémonie de castration des Galles, dans son contexte liturgique et sous l’emprise de la possession divine, ait suivi les préceptes des textes médicaux.

102 Graillot, 1912, p. 296-297 : « L’emploi du fer ou du bronze n’était pas liturgique ; par suite, il passait pour mettre en danger de mort […]. Tout instrument de fer est prohibé ; cette interdiction spéciale du fer n’était pas rare dans les cultes d’un caractère archaïque ».

103 Cumont, 1896, p. 432.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Boutoir d’Amiens.
Crédits Collection du Musée de Picardie, n° inv. M.P. 4035, photo Marc Jeanneteau/Musée de Picardie.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 2. Boutoir de Bar-le-Duc.
Crédits Collection du Musée Barrois/Codecom de Bar-le-Duc, n° inv. 866.3.4.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 3. Boutoir de Wiesbaden.
Crédits Photo Stadtmuseum Wiesbaden.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 4. Forfex, stèle d’Aix-en-Provence.
Crédits Musée Granet. Communauté de pays d’Aix. Cliché Bernard Terlay.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3826/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 5. Pince de Londres.
Crédits British Museum, n° inv. 1856, 0701.33, photo courtesy British Museum.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3826/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Gitton-Ripoll, « Entre archéologie et littérature : le boutoir et le forfex », Pallas, 101 | 2016, 75-97.

Référence électronique

Valérie Gitton-Ripoll, « Entre archéologie et littérature : le boutoir et le forfex », Pallas [En ligne], 101 | 2016, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/3826 ; DOI : 10.4000/pallas.3826

Haut de page

Auteur

Valérie Gitton-Ripoll

Maître de conférence en langue et littérature latines
Université Toulouse-Jean Jaurès
Laboratoire HiSoMA, UMR 5189
vgitton@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org