Navigation – Plan du site
Instruments vétérinaires

Ce qu’il n’y a pas dans la trousse : à propos de quelques objets utilisés comme instruments en médecine vétérinaire et de leur dénomination dans les textes hippiatriques grecs

That there is not in the kit : about some objects as instruments used in veterinary medicine and their designations in the Greek hippiatric texts
Ιsabelle Boehm
p. 99-114

Résumés

Le vétérinaire a des instruments spécifiques, qui sont soit identiques à ceux du médecin, soit faits pour certains animaux. Mais le personnel soignant doit souvent adapter des objets de la vie courante à des circonstances particulières, surtout s’il faut agir vite. La férule du garçon d’écurie servira à stimuler une zone douloureuse ou bien à cautériser, une planche de bois servira d’attelle, un paquet de crin remplacera la charpie. Ces objets de substitution peuvent donner des informations sur le geste médical et quelques indices sur l’identité du personnel soignant. Surtout, ils permettent de reconstituer des éléments concrets de l’univers du vétérinaire.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

férule, charpie, chiffon, bandage, lin, gale
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Iliade 16.148-154, 17.426 et 19.392-424.
  • 2 Sur les premières mentions du terme ἱππιατρός, pour ce qui concerne le corpus papyrologique, voir M (...)

1L’art de la médecine, réservé au soin des êtres humains, a été étendu à date haute, dans les sociétés anciennes, au genre animal – presqu’uniquement des animaux domestiques –, en particulier aux équidés, qui ont un statut qui leur est propre : ce sont des animaux de concours, ou bien des animaux de trait, ou encore des animaux qui servent au transport de marchandises ou au combat, et qui ont une relation privilégiée avec l’homme – un des plus célèbres exemples reste celui des chevaux d’Achille, Xanthos et Balios dans l’Iliade1. Cependant, dans les textes médicaux conservés de la Collection Hippocratique, il n’est pas fait de mention précise de médecins qui seraient spécialisés dans l’art vétérinaire2. Pourtant, comme l’attestent les textes littéraires de l’époque classique en Grèce ancienne, et même la littérature médicale, les propriétaires de chevaux, voire d’autres animaux domestiques, sont attentifs à la santé de leurs animaux et connaissent certaines de leurs maladies ou de leurs affections. Dans les textes spécialisés, les soins qui sont préconisés pour les animaux sont avant tout prodigués par un personnel non spécialisé qui veille quotidiennement à l’entretien de l’espace de vie, à la nourriture, à la propreté et à l’hygiène surtout des chevaux, éventuellement d’autres animaux domestiques. Ce personnel n’a donc pas à sa disposition de matériel réservé spécifiquement à la guérison de blessures ou de maladies contractées par les animaux qui vivent dans un espace qui leur est réservé, que ce soit à la campagne pour les travaux des champs, ou bien à proximité du champ de bataille, ou encore dans l’écurie du propriétaire qui les prépare à des concours. Ce dernier n’hésite pas à soigner lui-même aussi son animal, et fait appel à un « médecin » de manière exceptionnelle. Il est donc probable que ceux qui interviennent pour soigner les animaux ont un matériel spécialisé relativement restreint, et doivent souvent se servir de ce qu’ils peuvent trouver sur place pour faire un bandage, immobiliser un membre, faire ingérer une préparation, appliquer un baume, nettoyer une plaie. De plus, selon la taille de l’animal et la nature du soin à pratiquer, le médecin, si c’est bien un médecin qui intervient, doit inventer en quelque sorte, à partir de ce qu’il aura sous la main, puis adapter ou construire l’instrument dont il a besoin.

2Dans le cadre de cette étude, nous avons choisi de nous intéresser à deux types d’objets qui sont très souvent mentionnés dans les textes hippiatriques, les objets en matière dure, le bois surtout, éventuellement la corne, et les objets en matière souple, en cuir et surtout en laine, éventuellement en chanvre.

3Le corpus de travail a été volontairement réduit au vocabulaire grec ; nous réservons la comparaison avec le corpus des textes vétérinaires latins pour un second volet, car il exige à lui seul, de notre point de vue, une étude spécifique.

1. Les objets rigides en bois

1.1. Bâton et férule

4Les morceaux de bois sous forme de bâtons de diamètre, de longueur, de poids et de solidité variée, sont les objets qui sont le plus fréquemment utilisés dans les soins spécialisés donnés aux animaux. Il n’y a rien d’étonnant à cela : le personnel qui s’occupe au quotidien des chevaux ou du bétail sait parfaitement manier la baguette, la férule, le bâton, pour diriger ou corriger l’animal. Cet instrument est son outil le plus familier ; il est donc toujours disponible.

5D’ailleurs l’usage de « petit bâton » ou de « baguette », ῥάβδος, est parfaitement indifférencié dans les textes hippiatriques eux-mêmes. Théomnestos, par exemple, conseille de donner de petits coups aux jeunes poulains qui se laissent aller à uriner, soit avec une baguette (ῥάβδος), soit avec une lanière de cuir :

Hippiatrica Catabrigiensia 93, 19 (Oder et Hoppe t. 2, p. 236)
᾽Ἐὰν ποιῇ τοῦτο, ἵνα μὴ τοῦ πάθους ἐθὰς γένηται, χρὴ ἢ ῥάβδῳ μαλακῶς μαστίζειν ἢ βύρσης ὠμῆς ἱμάντι λεπτῷ.

« Si le poulain fait cela [s’affaisser et uriner sous l’effet de l’engourdissement et du plaisir qu’il a en se frottant les pieds], pour qu’il ne devienne pas coutumier de ce fait, il faut le fouetter soit doucement avec une baguette, soit avec une mince lanière de cuir grossier ».

  • 3 Entrent dans la composition de cette boisson jonc aromatique et racine de câprier.

6Un usage courant du bâton ou de la baguette dans un cadre de véritable soin en médecine vétérinaire, c’est son emploi comme instrument de stimulation. Le personnel soignant peut vérifier que l’animal a bien ses facultés et est en bonne santé s’il réagit - et surtout obéit - au bâton. Un bâton ou une férule sert ainsi, par exemple, à vérifier l’efficacité d’une boisson stimulante contre une forme d’asthénie3 (προπότισμα πρὸς ληθαργικούς) :

Hippiatrica Berolinensia 129, 41 (Oder et Hoppe t. 1, p. 395)
Τὸ δὲ πόμα αὐτοῦ ἔστω ὀλίγον καὶ αὐτὸ χλιαρόν. συνεχέστερον μέντοι ἢ φωνῇ ἀνθρωπίνῃ ἢ ῥάβδῳ τοῦτον χρὴ διανίστασθαι, ὥστε κατὰ μικρὸν διὰ τῆς τοιαύτης ἐπιμελείας ἀπωθεῖσθαι τὸ νόσημα.

« La boisson doit être ingérée par petites quantités et doit être tiède. Il faut que l’animal se relève plus énergiquement soit au son de la voix humaine soit sous l’effet d’un bâton, de façon à repousser, avec un tel soin, petit à petit la maladie ».

7Un tel usage du bâton ou de la baguette correspond à son usage au quotidien et est bien utilisé comme tel ici : au coup de bâton ou au son de la voix l’animal doit pouvoir, grâce à l’action de cette préparation, à nouveau réagir de mieux en mieux.

8C’est un bâton aussi qui peut servir de véritable instrument pour des soins médicaux spécifiques. Le terme employé dans les textes hippiatriques pour le désigner est le même, ῥάβδος, c’est-à-dire le terme générique. Mais le bâton dont on se sert comme instrument doit être adapté au soin : pour éviter qu’il agrave le mal, il faut le choisir ni trop dur, ni trop lourd, comme le précisent bien les textes. Afin de ne pas rendre plus douloureuse une zone sensible et pour préserver au mieux une partie du corps en mauvais état, qu’il s’agisse d’une plaie ou d’une zone infectée, on se sert d’un bâton qui sera de préférence un « bâton léger » (ῥάβδος λεπτή) ou bien d’une « férule » (νάρθηξ).

9Par exemple, pour soulager une douleur aux omoplates, on peut pratiquer deux types de soins (Hipp. Berol. 26, 23) : si la douleur n’est pas très forte, il suffit d’appliquer un mélange d’huile et de vin. En revanche, si elle est plus importante, il faut inciser la peau pour y faire pénétrer de l’air puis tapoter la surface de la peau avec un bâton léger de la façon suivante :

Hippiatrica Berolinensia 26, 23 (Oder et Hoppe t. 1, p. 133)
Καὶ λεπτῇ ῥάβδῳ ἁπαλῶς πλῆττε τὰς ὠμοπλάτας, καὶ ἅλατι καὶ ἐλαίῳ ἀπότριβε αὐτῇ τῇ ἡμέρᾳ.

« Puis avec un bâton léger frapper délicatement les omoplates et frictionner avec du sel et de l’huile le jour-même ».

10Si c’est un bâton (ῥάβδος) que l’on utilise, il peut être utile de le recouvrir de tissu pour rendre l’objet plus doux. C’est ce qui est recommandé chez Apsyrtos pour soigner une maladie douloureuse et handicapante, le coriago ou ἐχεδερμία, qui sévit surtout chez les bovins : la peau adhère sur les côtes de l’animal qui souffre au point d’avoir des difficultés à se mouvoir. Lorsque le cheval souffre de douleurs chroniques à l’épaule, précise le texte d’Apsyrtos (Hipp. Berol. 26, 18), on parle d’ἐχεδερμία. Il faut alors « décoller » la peau. Deux méthodes sont proposées par le médecin vétérinaire, une méthode « douce » et une méthode plus agressive. C’est dans la première que l’on se sert d’un instrument fabriqué sans doute sur place, avec ce que l’on a à sa disposition :

Hippiatrica Berolinensia 26, 18 (Oder et Hoppe t. 1, p. 131)
᾽Ἐχεδερμία λέγεται ἐν τῷ ἵππῳ, ὅταν ᾖ χρονίως τὸν ὦμον ἀλγῶν. θεραπεύεται δὲ οὕτως· δεῖ κατακλίναντα αὐτὸν κροτῆσαι τὸν ὦμον νάρθηκι ἢ ῥάβδῳ ῥάκει ἐρίου περιεστρεμμένῳ πρὸς ἀπόστασιν τῆς βύρσης.

« On parle de coriage chez le cheval lorsqu’il souffre de douleurs chroniques à l’épaule. Soins à pratiquer : il faut le coucher sur le côté puis lui frapper l’épaule avec une férule ou un bâton entouré d’un chiffon de laine pour que la peau se détache ».

  • 4 De tels tubes, en bois ou en bronze, sont fréquemment utilisés par le médecin dans des opérations d (...)
  • 5 Hippiatrica Berolinensia 26, 18 (Oder et Hoppe t. 1, p. 131) : εἶθ’ οὕτως τρυπᾶν παρὰ βύρσαν τῷ σχα (...)
  • 6 Gomme de palmier (Dsc. I, 80). À défaut, précise le texte, on peut utiliser un mélange de vin et d’ (...)

11À la différence de la méthode douce, la méthode plus agressive est une méthode chirurgicale, délicate et complexe, où les instruments utilisés sont tous des instruments de chirurgie, lancette, bistouri et petit tube creux : on fait un trou avec une lancette (σχαστήριον) avant d’insérer un bistouri (σμίλη) pour faire glisser sous la peau un petit tube4 (αὐλίσκον) dans lequel on souffle ensuite. La protubérance ainsi formée doit être ensuite déplacée jusque dans le creux de l’épaule ; on termine l’opération en perforant la peau de petits trous avant de répandre sur la zone sel et vinaigre5. Les soins ne sont pas encore terminés : trois jours plus tard il faut verser de l’eau chaude sur la zone qui a été perforée de petits trous avant d’y appliquer un cataplasme à base d’huile et de gomme6 et poursuivre le traitement jusqu’à ce que la peau n’adhère plus du tout. Les deux méthodes proposées sont donc bien distinctes. La seconde s’oppose à la première (εἶθε, dit le texte) parce qu’elle exige la présence d’un spécialiste qui a le matériel opératoire adéquat dans sa « trousse » de médecin et la pratique du geste chirurgical (inciser, insérer et faire pénétrer un petit tube sous la peau).

  • 7 On trouve la liste des cas de pratique de la cautérisation chez Apsyrtos (Hipp. Berol. 96).
  • 8 Hippiatrica Berolinensia 96, 1 (Oder et Hoppe t. 1, p. 326) : πυρετοῦ τὴν καῦσιν δεῖ ποιεῖσθαι ἀπὸ (...)

12La cautérisation est une pratique extrêmement courante, autant en médecine humaine qu’en médecine vétérinaire. Pour cautériser7, on se sert d’un bâton (ῥάβδος). Les textes ne donnent pas de précision, si ce n’est sa taille : on utilise, précise le texte (Hipp. Berol. 96, 1), de grands bâtons (ῥάβδοι μάκραι), pour pouvoir atteindre la zone à cautériser, si elle n’est pas aisément accessible : il faut en effet placer ces grands bâtons le long de la crinière, depuis la tête jusqu’au départ de l’épaule8.

  • 9 Cassius Dionysius d’Utique peut-être, si on suit F. Speranza, 1974.
  • 10 On trouve exactement le même type de recommandation en Hippiatrica Berolinensia 32, 6 (Oder et Hopp (...)

13La cautérisation successive à une saignée est pratiquée pour diverses affections du cheval. Théomnestos, après avoir décrit, avec une précision et un réalisme qui témoignent d’une grande attention, les symptômes d’une affection du foie, yeux infectés, manque d’appétit, hennissements particuliers, rapporte un remède attribué à Cassius9. Deux traitements sont préconisés : en premier lieu un mélange proportionné de vin blanc, de miel, de natron, et d’eau, qui doit être absorbé par les narines. Si ce traitement ne produit pas d’effet au bout de quelques jours, il faut alors en faire un second, en deux temps, une saignée10 suivie d’une cautérisation pratiquée avec un bâton (ῥάβδος) de la façon suivante :

Hippiatrica Berolinensia 32, 3 (Oder et Hoppe t. 1, p. 161)
Καὶ καῖε αὐτοῦ τὴν τρίτην πλευρὰν ἀπὸ τῆς μασχάλης ῥάβδῳ, […]

« cautériser au niveau de la troisième côte à partir de l’aisselle, avec un bâton ».  

14Un acte de soin comme la cautérisation exige-t-il un instrument particulier ? Dans la mesure où le texte ne donne aucune précision sur ce « bâton », il doit s’agir d’un simple bâton en bois, qui est à portée de main et sert couramment au maître, au cavalier ou au palefrenier, et non d’un instrument spécifique.

  • 11 Seutlon, variante teutlon, « bette », Beta vulgaris, sauvage ou cultivée ; toutes deux sont consomm (...)

15Un bâton peut aussi servir d’instrument de soin proprement dit, surtout si on l’adapte à un usage particulier. Enduit de matière huileuse, visqueuse, gélatineuse ou collante, il peut servir à appliquer et à faire pénétrer une préparation. Si la préparation est plus liquide, le bâton sera enrobé d’un chiffon ou d’une touffe de laine que l’on trempera dans la préparation à appliquer. Ainsi, pour soigner un cheval qui souffre de colique (στόφος), on proposera une forme de lavement par voie externe ou par voie interne : on pourra se servir d’herbes potagères comme la bette11 après l’avoir fait sécher (σεῦτλα καθεψήσας) ou bien on pourra procéder par voie externe ou interne de la façon suivante :

Hippiatrica Cantabrigiensia 35, 1 (Oder et Hoppe t. 2, p. 170)
<Κλυστήρ. > Σεῦτλα καθεψήσας κτλ. ἢ γράψον κτλ. ἢ στυρακίνῃ ῥάβδῳ τὸν στροφούμενον ἵππον παρακρότει, ἢ ὀρνιθόπουλον σφάξας τὴν κοιλίαν μετὰ τῶν ἐντέρων αὐτοῦ ἔτι θερμῶν ὄντων κρατήσας τὴν γλῶτταν τοῦ ἵππου ἐπίρριψον αὐτοῦ τῷ στόματι.

  • 12 Le verbe γράφειν « écrire », « dessiner », « tracer un trait », peut aussi avoir un sens technique. (...)
  • 13 Le styrax officinalis fournissait la gomme-résine aromatique, qui a servi entre autres à fabriquer (...)

« «Clystère » : après avoir fait sécher de la bette, ou bien appliquer12 ou bien avec un bâton de styrax13 tapoter latéralement le cheval qui a la colique ou bien égorger un petit oiseau et mélanger ses entrailles encore tièdes, immobiliser la langue du cheval et insérer dans sa bouche ».

  • 14 C’est la seule attestation de la forme préverbée dans le CHG.

16Comme régulièrement dans le corpus des Hippiatrica, sont proposés deux types de soins. Si le verbe γράφειν doit bien être compris ici comme spécialisé dans le domaine médical, c’est-à-dire « appliquer » avec un instrument particulier qui permet de tracer des traits, le premier type de soins est un soin qui doit être donné de préférence par un spécialiste de l’art de la médecine. Par opposition, le second type de soin doit pouvoir, lui, être donné par quelqu’un qui n’est pas nécessairement un spécialiste : il s’agit de se servir d’un bâton (ῥάβδος) pour donner de petits coups qui doivent claquer (κροτεῖν) sur le corps de l’animal. Le geste est précis : la préverbation en παρα° dans παρα-κροτεῖν14 doit avoir son sens plein pour désigner un geste de frappe qui n’est pas donné perpendiculairement mais latéralement, le long de la surface du corps de l’animal, pour appliquer et aider à faire pénétrer le baume. Reste un dernier élément remarquable dans ce texte : στυρακίνη ῥάβδος peut être simplement compris comme « une branche de styrax ». Dans ce cas, on peut supposer que le bois a peut-être été incisé pour lui faire dégager la gomme-résine aromatique qui sert de soin. En tout cas, dans le corpus des Hippiatrica, l’adjectif, en dehors de cette attestation, ne qualifie que l’huile.

  • 15 Le narthex est aussi bien sûr utilisé dans des préparations, par ex. Hippiatrica Berolinensia 130, (...)

17La férule (νάρθηξ) est une herbacée dont les tiges une fois sèches sont depuis la haute Antiquité connues pour leurs propriétés d’extrême dureté associée à une grande légèreté15, qui sont utilisées exactement comme les « bâtons » par le personnel qui soigne et qui dresse l’animal, équidé, bovidé ou capridé. La légèreté de ce bois permet de le manier avec délicatesse et précision sans difficulté. Il n’est pas surprenant qu’il serve donc dans certains types de soin exactement comme n’importe quel « bâton », avec un avantage : il peut être manié par un personnel qui n’est pas spécialisé dans le soin médical de l’animal.

18Pour soigner les douleurs chroniques de l’épaule, un type de soin donné par Hiéroclès, qui l’attribue à Apsyrtos, est le suivant :

Hippiatrica Berolinensia 26, 9 (Oder et Hoppe t. 1, p. 128)
῾Ἱεροκλέους περὶ ὤμου χρονίου.
᾽Ἐὰν χρονία ᾖ ἡ ἀλγηδὼν τοῦ ὤμου, χρηστέον <τῇ Ἀψύρτου ὑφηγήσει>. ἔστι δὲ αὕτη· κατικλίναντα τὸν ἵππον χρὴ κροτῆσαι τὸν ὦμον νάρθηκι ἢ <σανδαλίῳ λεπτῷ, ἁπαλόν τι ῥάκος τῷ σανδαλίῳ περιβαλόντα>.

  • 16 Sur le sens de κροτεῖν, voir la note 14.
  • 17 La suite du texte correspond de très près à ce que l’on préconise pour la coriago (Hipp. Berol. 26, (...)

« Soin de Hiéroklès pour une douleur chronique à l’épaule.Si la douleur à l’épaule est chronique, il faut suivre les prescriptions d’Apsyrtos, que voici : « après avoir allongé le cheval, il faut tapoter16 l’épaule avec une férule ou une sandale légère, après avoir entouré la sandale d’un morceau de tissu doux »17.

  • 18 Le substantif σάνδαλον, ainsi que son dérivé σανδάλιον, sont des termes génériques : ils désignent (...)
  • 19 Les marques de coups de sandale sur un esclave sont attestées sur la céramique grecque de l’époque (...)

19La férule comme la sandale18 peuvent servir en effet à frapper pour faire obéir ou pour punir19. Les deux objets, qui servent couramment, sont des objets du quotidien.

20La férule est parfaitement adaptée aussi à un geste médical spécifique, celui de la saignée. On en utilise aussi une pour tapoter la peau de l’animal avant l’incision, afin de « vider » l’espace entre la peau et la zone où pratiquer la saignée :

Hippiatrica Berolinensia 26, 7 (Oder et Hoppe t. 1 p. 126)
᾽Ἐὰν δὲ ἴδῃς, ὅτι πεπηρωμένος ἦν ὁ ὦμος ἢ ἄλλο ἄρθρον, ποίησον κατακλιθῆναι τὸ ζῷον, καὶ νάρθηκι κρότησον τὸν τόπον τὸν πάσχοντα, ἵνα κενεοποιηθῇ ἡ βύρσα.

« Si on constate une blessure à l’épaule ou à une autre articulation, il faut allonger l’animal et tapoter avec une férule la zone blessée, afin de dégager l’espace de la peau ».

  • 20 Sur les termes latins désignant les instruments utilisés par le vétérinaire, voir Gitton-Ripoll 200 (...)

21Ces différents objets sont ceux qu’utilise couramment le maître avec son animal, le garçon d’écurie ou l’éleveur20. Ils ne font pas partie de la trousse du médecin, et les textes médicaux n’en mentionnent pas l’utilisation.

1.2. Planche et planchette

22D’autres objets en bois, qui ne sont pas dans la trousse vétérinaire, servent à d’autres types de soins : les fractures et luxations sont assez fréquentes chez l’animal de trait et le sont encore plus chez l’animal de concours. Des planches de longueur et surtout de largeur variable servent à maintenir un membre remis en place après luxation. Ainsi, lorsque le cheval s’est déplacé une vertèbre au niveau du cou, il faudra utiliser des planches (σανίδαι), trouvées sans doute sur place, et en découper certaines en petites planchettes (πέταλα ξύλινα) pour maintenir le tout, une fois les vertèbres remises, ce qui est décrit comme suit dans les Hippiatrica :

Hippiatrica, Excerpta Lugdunensia 17 (Oder et Hoppe t.2, p. 277)
Περὶ παραγωγῆς αὐχένος
῎Ὄταν συμβῇ ἐξ οἱασδηποτοῦν αἰτίας τὸν σπόνδυλον τοῦ ἵππου ἐκβῆναι, δεῖ σε θεραπεύειν οὕτως. κατακλίνας τὸν ἵππον ἐν τῇ γῇ καὶ δήσας τοὺς πόδας αὐτοῦ τίθει σανίδαν ὑποκάτω αὐτοῦ πλατεῖαν. ἐκτανύσας δὲ τὸν τράχηλον αὐτοῦ καὶ ἐπικαθίσας ἰσχυρῶς ὤθει, ἕως ἂν οἱ σπόνδυλοι τῆς παραγωγῆς εἰς τὸ κατὰ φύσιν ἔλθωσιν. εἶθ’ οὕτως ποιήσας πέταλα ξύλ<ιν>α ἐκ σανίδων, καὶ δήσεις ἔνθεν κἀκεῖθεν ὑπὸ τὸν τράχηλον αὐτοῦ, καὶ φασκιώσεις ἐπάνω ἰσχυρῶς, καὶ ὀχυρώσεις τὸν τράχηλον αὐτοῦ, ἵνα μὴ πάλιν περιστραφεὶς ἐκβάλλει αὐτό(ν).

« A propos du déplacement de vertèbre cervicale.
Lorsque pour une raison quelconque une vertèbre du cheval se démet, il faut soigner de la manière suivante : après avoir couché le cheval sur le sol et après lui avoir lié les jambes, placer une planche large en-dessous. Puis, après avoir mis le cou en extension et s’être assis dessus, appuyer énergiquement jusqu’à ce que les vertèbres déplacées reprennent leur place naturelle. Ensuite, après avoir fabriqué des lamelles de bois à partir de planches, on les attachera à différents endroits sous le cou de l’animal, on bandera solidement la partie supérieure et on immobilisera le cou, afin d’éviter qu’il y ait récidive ».

23La réduction de la luxation des vertèbres du cou, telle qu’elle est détaillée ici, demande la présence d’un homme de l’art, qui sache les remettre à leur place et prendre soin de les y maintenir. Mais ce n’est pas suffisant : il a besoin d’aide de la part d’un personnel qui n’a pas à être nécessairement qualifié. Ce personnel en effet doit avoir de la force car il s’agit d’appuyer avec énergie pour remettre les vertèbres en place (ἰσχυρῶς ὤθει). Ce sont ces aides aussi qui peuvent débiter des planches pour fabriquer à la dimension voulue les planchettes qui vont servir à maintenir les vertèbres remises. Le médecin vétérinaire donne les consignes de fabrication des objets et peut-être même participe à leur réalisation, sur place et en fonction des circonstances.

24Dans d’autres cas, on utilise une planche de petite taille (σανίδιον μικρόν), plus épaisse que les fines planchettes de bois fabriquées pour les vertèbres du cou ; c’est une planche plus solide, ce qui facilite son utilisation, car de tels objets n’ont pas directement un rôle dans le soin de l’animal. On peut les utiliser pour certains types de gestes médicaux, comme celui de la phlébotomie. Cet acte médical est courant pour le cheval mais, selon les circonstances, n’est pas très facile à pratiquer. C’est le cas lorsqu’il s’agit de la zone de l’arrière-train, à proximité de la queue, où il faut essayer d’exercer une compression pour voir la veine :

Hippiatrica, Excerpta Lugdunensia 68 (Oder et Hoppe t. 2, p. 291)
Tὴν δὲ φλέβαν εὑρήσεις οὕτως· δῆσε τὴν οὐρὰν μετὰ ζωναρίου δυνατοῦ καὶ σήκωσον αὐτὴν ἄνω καὶ κοπάνισον αὐτὴν ἀποκάτω μετὰ σανιδίου μικροῦ.

« Tu trouveras la veine de la façon suivante : attache la queue avec un lacet adapté et maintiens-la vers le haut et comprime-la vers le bas avec une petite planche ».

  • 21 Reproduit avec le commentaire au texte dans Lazaris 2010, p. 200-201.

25Cette pratique a vraisemblablement été assez largement suivie et le texte est parfaitement bien compris par la tradition manuscrite. Cependant, dans les illustrations des manuscrits, les représentations des crins de la queue du cheval qui sont noués par un personnage dont il n’est pas possible de définir le statut précis – simple soignant, aide, ou médecin ? – ne correspondent pas à ce passage des Hippiatrica et ne représentent qu’un lien assez épais, une corde relativement solide. C’est le cas de l’illustration des soins pour l’animal qui a la diarrhée, dans le manuscrit de Leiden, BU, Voss. gr. Q. 50, fol. 142r, où la corde et ses nœuds sont parfaitement représentés21.

26Un morceau de bois (ξύλον), sans autre précision dans le texte, sert à la compression pour rendre la veine visible, ailleurs sur le corps de l’animal. Cet objet, du tout venant, permet de serrer une petite corde (σχοινίον) pour faire apparaître une veine au niveau du cou :

Hippiatrica, Excerpta Lugdunensia 3 (Oder et Hoppe t.2, p. 273)
῾Ἡ δὲ φλέβα ἡ τέμνουσα θέλειν φανεροῦται οὕτως· <σχοινίον δήσας εἰς τὸν τράχηλον αὐτοῦ καὶ σφίγξας μετὰ ξύλου, εὑρίσκεται ἡ φλέβα.>

« La veine à inciser est rendue apparente de la manière suivante : en nouant une cordelette au cou de l’animal, que l’on serre avec un morceau de bois, on trouve la veine ».

27Un bout de bois (ξύλον) permet de faire un garrot. On en utilise un pour faire saillir les vaisseaux lorsque l’œil coule et que l’application d’un cataplasme, dont le texte vient de donner la composition, n’a pas suffi à guérir :

Hippiatrica, Excerpta Lugdunensia, 86 (Oder et Hoppe t. 2, p. 295)
῎Ὅταν δὲ μηδὲ τοῦτο τὸ τράκτωμα μὴ κρατήσει τὸ ῥεῦμα, καῦσον τὴν φλέβαν τῶν κροτάφων τὴν ἐρχομένην ἀπὸ τῶν ὀφθαλμῶν. <ἐὰν δὲ οὐ φαίνεται, εὑρήσεις αὐτὴν οὕτως·> σχοινίον δήσας περὶ τὸν αὐχένα καὶ λαβὼν ξύλον κλῶσον τὸ σχοινίον ἕως οὗ φανερὰ γένηται ἡ φλέβα. εἶτα φανείσης αὐτῆς καῦσον αὐτὴν μετὰ κεφαλῆς σμιλαρίου μικρά, ἵνα ταύτης τῆς φλεβὸς καυθείσης τὸ ῥεῦμα σταθήσεται.

« Lorsque ce cataplasme n’a pas arrêté l’écoulement, cautériser la veine des tempes qui part de l’œil. Si elle n’est pas visible, on la trouve de la façon suivante : après avoir noué un lacet autour du cou et avoir pris un morceau de bois, tirer le lacet jusqu’à ce que la veine soit visible. Ensuite, lorsqu’elle est apparente, la cautériser un peu avec la tête d’un petit bistouri, afin que, une fois la veine cautérisée, l’écoulement soit arrêté ».

28Les indices du statut du soignant sont nets : c’est un homme de l’art, qui est présent avec sa trousse, puisqu’il va se servir d’un bistouri (σμιλαρίον). De plus, les gestes opératoires pour faire apparaître la veine sont des gestes médicaux, tout comme celui de la cautérisation dans une zone fragile, près de l’œil.

29Un autre objet en bois est utilisé spécifiquement pour les soins donnés aux chevaux : le couteau. Est-ce un instrument réservé au vétérinaire ou bien est-ce un outil du garçon d’écurie, qui lui sert en particulier à nettoyer les sabots et peut à l’occasion être adapté à un soin spécifique ? Un petit couteau en bois (μαχαίριον ξύλινον) est recommandé pour nettoyer la couronne des sabots lorsque, dans la zone d’une plaie cicatrisée, les poils ont mal repoussé. Il faut procéder, selon Apsyrtos, avec soin :

Hippiatrica Cantabrigiensia 80, 18 (Oder et Hoppe t. 2, p. 220)
Θεραπεύεται δὲ οὕτως· ἡνίκα ἄρξηται ποιεῖν τραύματα ὥσπερ λεπίδας καὶ φύῃ τρίχας οὐκ ἐξ αὐτῆς τῆς φύσεως, ἀλλ’ ὥσπερ παραφυάδας, λαβὼν χρῖσμα χρῖσον τὸν τετραυματισμένον τόπον, καὶ μαχαιρίῳ ξυλίνῳ καλῶς ἀποκάθαρον, ἕως οὗ ἐξέλθοι αἷμα.

  • 22 Il s’agit d’une préparation à base d’huile et réservée aux soins, et non d’huile comestible.

« Soigner ainsi : lorsque commencent à se former des plaies qui ressemblent à des croûtes et que la repousse des poils ne se fait pas dans le sens naturel, mais avec des sortes de repousses, prendre de l’huile22, oindre la zone atteinte et avec un petit couteau en bois bien nettoyer, jusqu’au sang ».

  • 23 Une occurrence de μάχαιρα (Hipp. Catabr. 80, 18) et huit autres de μαχαίριον.

30C’est la seule mention, dans les Hippiatrica graeca, d’un couteau en bois. Dans l’ensemble de ce corpus les occurrences de μάχαιρα ou plus souvent μαχαίριον sont très peu nombreuses23 et l’absence de précision donne à penser que, dans tous les autres cas, il s’agit de couteau en métal.

  • 24 On a un emploi similaire dans Hippiatrica, Hippiatrica Cantabrigiensia 57. 11 (Oder et Hoppe t. 2, (...)

31D’autres petits objets peuvent servir, à l’occasion, de racloir. Selon le type de maladie et selon la zone du corps à soigner, il faut s’assurer que la préparation, liquide ou pâteuse, va bien pénétrer. Si la surface de la peau est couverte de croûtes, il faut racler la zone à traiter avant d’y appliquer le baume. Pour traiter la gale, qui rend la peau rugueuse et provoque l’apparition de croûtes blanchâtres, un traitement préalable s’impose24 :

Hippiatrica, Hippiatrica Berolinensia 69, 14 (Oder et Hoppe t. 1 p. 272)
Πρότερον τὸ δέρμα ψήκτρᾳ ἢ ὀστράκῳ ἀναδείρας καὶ ἐκτραχύνας.

« Il faut au préalable mettre à nu la peau avec une étrille ou un ostrakon et racler les rugosités ».

  • 25 Le substantif ostrakon a deux sens distincts : il désigne la coquille ou l’écaille ou encore la car (...)

32Pour racler la peau et la débarrasser de ces croûtes, l’instrument préconisé, l’étrille, est destiné à cet usage spécifique et réservé aux soins donnés aux chevaux : il est donc à disposition sur place, dans l’environnement de l’animal, et peut être aussi bien utilisé par le garçon d’écurie que par le personnel soignant spécialisé. A défaut, un ostrakon25 aura, pour cet usage particulier, le même effet. Le vocabulaire utilisé ici est remarquable par sa précision. En effet le verbe ἀναδέρειν est un verbe qui appartient au vocabulaire spécialisé de la chirurgie : il s’agit de l’opération de dépeçage, pratiquée avec un petit instrument coupant, pour détacher une pellicule qui recouvre une partie à dégager. De plus, l’utilisation d’un ostrakon en tant qu’objet dur et coupant est rare dans la littérature médicale et exceptionnelle dans le corpus hippiatrique grec.

2. Les objets en matière souple

33Deux types d’objets en matière souple, animale ou végétale, servent dans les divers types de soins donnés aux animaux. Les cordes, ficelles, cordelettes, lacets servent à attacher ou à maintenir un membre ou une partie du corps, soit pour l’immobiliser, soit pour y maintenir un objet dur, comme une planche de bois. Ils servent aussi à serrer pour comprimer une partie du corps et faire un garrot. Une autre série d’objets est réservée à un autre usage : les fibres végétales, tissées ou non, comme le lin, et les fibres animales comme la laine, ou encore les éponges, ont des capacités d’absorption des matières liquides qu’elles conservent et peuvent restituer. Ces objets ne sont pas réservés aux soins vétérinaires et on s’en sert très largement dans le domaine médical. Il est assuré que le médecin comme le vétérinaire en ont à leur disposition.

34La laine brute, soit simplement cardée, en touffes, peut servir à toutes sortes de soins. Après une phlébotomie, pour éviter un épanchement de sang, il est conseillé d’appliquer de la laine imbibée d’huile :

Hippiatrica Berolinensia 10, 10 (Oder et Hoppe t. 1, p. 61)
Εἰ δὲ ἐπιμείνοι τὸ αἷμα φερόμενον, | εὐφυῶς ἐρέας μαλλὸν βρέξας εἰς ἔλαιον, τῇ φλεβὶ προσένεγκε.

« Si le sang continue de couler, il est bon, après avoir imbibé d’huile une touffe de laine, de l’appliquer sur la veine à l’endroit de l’épanchement de sang ».

2.1. Les éponges

35Lorsque le liquide à appliquer est dangereux, on utilisera un manche en bois auquel on fixera une touffe de laine, un chiffon ou une éponge. Pour éviter les méfaits d’un vinaigre agressif ou les désagréments d’ingrédients collants ou visqueux, comme la poix ou diverses graisses, la main qui soigne utilisera un accessoire en bois pour se protéger. Pour soigner une plaie infectée (Hipp. Berol. 100), on utilisera une éponge sur manche (ξυλοσπόγγιον) qui permettra d’appliquer un mélange d’oxycrat et de graisse de chèvre, par-dessus lequel on posera une sorte de cataplasme fait de fumier de cheval séché. Dans certains cas, les textes précisent que l’objet est fabriqué pour la circonstance par celui qui va s’en servir. Ainsi, pour soigner la gale, on trouve, parmi les recettes d’Apsyrtos, la mention d’application de vinaigre fort, qui peut être mélangé à de la glu, de la poix, et à divers autres ingrédients ; on fait bouillir le tout et, précise bien le texte :

Hippiatrica Berolinensia 69, 2 (Oder et Hoppe t.1 p. 269)
ξυλοσπόγγιον ποιήσας, θερμῶς κατάχριε.

« après avoir fabriqué une éponge-sur-bois, verser chaud ».

36Fabriquer un tel objet est assez simple : il s’agit d’attacher une éponge à un manche en bois (σπογγιὰν ξύλῳ προσδήσας), comme on peut le lire ailleurs dans les Hippiatrica (Hippiatrica Berolinensia 69, 3).

37Une autre préparation pour soigner la gale associe un mélange d’huiles diverses, dont de l’huile de cèdre, auxquelles est ajouté de l’arsenic, et le tout, mêlé à des excréments de chien (Hipp. Berol. 69, 11), est à appliquer sur les éruptions cutanées avec une éponge montée sur manche, pour éviter à la fois le contact avec les matières de la préparation et avec la zone atteinte.

38On utilise aussi cet objet dans le cas d’une plaie, surtout si elle est infectée :

Hippiatrica Berolinensia 100, 8 (t.1 p. 347 Oder et Hoppe)
᾽Ἐὰν ᾖ πῦον ἔχον τὸ θλάσμα, ἀποχαράξας ὅλην τὴν ὁπλὴν κατὰ βάθους, καὶ τὸν τόπον καλῶς | διανοίξας, κατάντλει ὀξυκράτῳ, καὶ τὸ τραῦμα θεράπευε τῇ ὑγρᾷ, καὶ στέατι αἰγείῳ καὶ προβατείῳ ἀναχεύσας, ξυλοσπογγίῳ ἐπίχριε, καὶ κόπρον ἱππείαν ξηρὰν ἐπάνω ἐπίθες καὶ ἐπιδέσμει.

« Si la blessure a du pus, scarifier l’ensemble du sabot en profondeur, et après avoir correctement ouvert, verser en abondance de l’oxycrat et soigner la plaie avec le liquide, répandre de la graisse de chèvre ou de brebis, enduire avec une éponge-sur-bois, et appliquer du fumier de cheval séché et attacher ».

  • 26 Sur les éponges et leurs diverses utilisations, le Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines (...)

39Le composé ξυλοσπόγγιον n’est pas attesté en dehors du corpus hippiatrique, où il est rare : trois attestations seulement, et le passage cité ci-dessus est l’un des deux passages des Hippiatrica où la fabrication de l’objet (ποιήσας) est explicite. Cette précision a de quoi étonner car une éponge fixée à un manche est un objet familier de la vie quotidienne, aux usages multiples : comme nos balais-brosses, l’éponge sur manche sert entre autres à nettoyer les murs ou les souliers, et est indispensable dans les latrines26.

  • 27 Dans le corpus hippiatrique grec, on trouve aussi l’utilisation d’éponges imbibées d’eau ou d’urine (...)

40Les éponges dont on ne précise pas si elles sont ou non montées sur manche sont utilisées en médecine vétérinaire de manière tout à analogue à leur usage en médecine humaine : imprégnées de matières liquides, eau ou matières grasses (huiles d’origine variées, graisses animales…), associées éventuellement à du vinaigre, elles sont la base de divers onguents ou pommades plus ou moins liquides, qui sont appliqués directement sur une zone à soigner et quelquefois sous des pansements ou toutes sortes de cataplasmes de composition variée. Elles sont en particulier utilisées pour les soins oculaires27. On utilise une éponge sans manche si les matières dont elle est imprégnée sont sans danger pour la peau, de l’eau par exemple :

Excerpta Lugdunensia 87 (Oder et Hoppe t. 2, p. 295)
<Περὶ ἵππου ἀλγοῦντος τὸν ὀφθαλμόν.>
᾽Ἐὰν πληγὴ γένηται ἐν τῷ ὀφθαλμῷ τοῦ ἵππου καὶ φέρει ὑγρὸν παχύ, δεῖ θεραπεύειν αὐτὸ οὕτως· ἀποσπόγγιζε τὸν ὀφθαλμὸν ὕδατι θερμῷ.

« Cheval souffrant d’une affection à l’œil. Si le cheval a eu un coup à l’œil qui provoque beaucoup de sécrétions, il faut le soigner ainsi : éponger l’œil avec de l’eau chaude ».

41Les éponges sont-elles dans la trousse vétérinaire ? Sans doute, d’autant que l’on en trouve aussi dans celle du médecin. Un texte du corpus hippiatrique au moins pourrait en donner un indice. Parmi les soins à donner aux chevaux dont les articulations des genoux sont enflammées, on trouve les précisions suivantes :

Hippiatrica, Excerpta Lugdunensia 22 (Oder et Hoppe t. 2, p. 278-279)
᾽Ἀλλὰ μᾶλλον δεῖ σε θεραπεύειν οὕτως· <σπογγαρίτζια> τὰ εὑρισκόμενα εἰς τὸν αἰγιαλὸν τὰ μικρά, ταῦτα λαβὼν κιμωλίαν μίξας μετὰ ὄξους ἐπίβαλλε τοῖς ποσὶν ἐναποβρέχων αὐτούς.

  • 28 Le nom de l’éponge (σπόγγος) a deux diminutifs en grec ancien, σπογγίον et σπογγάριον. La forme exc (...)
  • 29 Terre de Kimôlos, une île des Cyclades ; elle contient de la soude et sert en particulier en hippia (...)

« Il vaut mieux les soigner de la façon suivante : prendre de toutes petites éponges28 que l’on trouve sur la plage, mélanger de la kimôlia29 avec du vinaigre et appliquer aux pieds ».

42Les précisions données par le texte sur l’origine et la taille des éponges d’une part, la présence de terre de Kimôlos d’autre part engagent à considérer que le soin proposé ici est un soin donné par un homme de l’art, qui a dans sa trousse ce type d’objet. De plus, ces éponges seront ensuite maintenues par des bandages, autre objet qui se trouve dans la trousse médicale, comme le précise la suite du texte :

Τῇ δὲ ἐπαύριον λαβὼν τοὺς σπόγγους καθὼς εἰσὶν μετὰ τῆς κιμωλίας ἐπίθες εἰς τὸ ῥευματισθέντα γόνατον. φασκίωσον αὐτὸν μετὰ φασκίας, καὶ τῇ αὔριον λῦσον. καὶ τοῦτο ποίει καθ' ἑκάστην ἡμέραν, ἕως ἂν ὑγιάνῃ κτλ.

« Le lendemain prendre les éponges telles quelles avec la kimôlia et appliquer sur le genou souffrant d’écoulement. Bander avec des bandes et défaire le lendemain. Procéder ainsi tous les jours jusqu’à guérison ».

43Les éponges sont des objets de la vie courante, qui font partie, on le sait, de l’ensemble des objets de toilette. Elles servent dans la maisonnée à l’hygiène au quotidien et servent aussi dans le pansage des animaux, les chevaux en particulier. Celles qui sont utilisées ici sont comparables à celles dont se servent si fréquemment les médecins. Dans les textes médicaux qui en mentionnent l’emploi, les éponges « de mer » sont utilisées surtout en gynécologie ; de plus, les traités médicaux, en particulier les traités galéniques, précisent très souvent qu’une touffe de laine fait aussi bien l’affaire.

2.2. Chiffons et charpie

44Un morceau de tissu ou un chiffon (ῥάκος) trouvé sur place ou que le médecin, tout comme le vétérinaire, peut éventuellement avoir avec lui, est utilisé de la même manière en médecine vétérinaire et en médecine humaine. En effet, effiloché en brins (τίλματα), il sert régulièrement pour les plaies ouvertes, car le pansement fait en charpie peut être retiré sans abîmer les chairs :

Hippiatrica, Hippiatrica Berolinensia 99,1 (Oder et Hoppe t. 1, p. 341)
Καὶ τίλματα ῥάκους ποιήσας καὶ ἔρια διάβροχα πισσελαίῳ ἔνθες, καὶ ἀπόδησον τοὺς πόρπακας, καὶ τῇ τρίτῃ ἔκριψον, λύσας τὰ μότα, καὶ ὑπόχριε τῷ πισσελαίῳ πτεροῖς ἀποβάπτων.

« Fabriquer de l’effiloché de tissu et appliquer de la laine imbibée d’huile et de poix, attacher les poignées et enlever le troisième jour, défaire la charpie et enduire par-dessous de poix et d’huile avec de la plume ».

45Les deux termes τίλματα (τά) et μότα (τά) sont des termes techniques que l’on trouve dans les textes médicaux, en particulier dans les traités consacrés à l’art du bandage. Cette charpie sert à faire des compresses à appliquer de préférence sur des plaies ouvertes, qu’il s’agit de protéger, et pour des bandages délicats. Enduits de préparations composées d’ingrédients variés, à base d’huiles essentiellement, ces deux types de charpie doivent aider à la cicatrisation. Le texte le précise clairement : cette charpie est fabriquée sur place par le personnel soignant.

46En médecine humaine comme en médecine vétérinaire, de la charpie pourra être appliquée sur une plaie profonde recouverte d’un chiffon ou d’une éponge qui la protègeront et éviteront qu’elle sèche :

Hippiatrica Berolinensia 52, 15 (Oder et Hoppe t. 1, p. 235)
Εἰ δὲ τὰ αὐτὰ τραύματα ἔσται βαθύτερα, μίλτον μετὰ μέλιτος μίξας, μοταρίοις τὸ τραῦμα ἀναπλήρωσον, εἶτα ἐπάνω ῥάκος ἢ σπογγιὰν μετὰ ὀξυκράτου ἐπίθες.

« Si les plaies sont profondes, mélanger du minium et du miel et remplir la blessure avec de la charpie puis appliquer un chiffon ou une éponge avec de l’oxycrat ».

47C’est aussi de la charpie que l’on utilise pour soigner des abcès dans des zones quelquefois plus difficiles d’accès. Ainsi, pour des « tumeurs » diverses (κορδυλώματα) et en particulier pour celles des parotides (παρωτίδες), le traitement préconisé est le suivant : il faut d’abord appliquer des sortes d’emplâtres (ἐπιθέματα) sur les grosseurs pour les faire mûrir et les amollir, puis ouvrir

Hippiatrica Berolinensia 16, 5 (Oder et Hoppe t. 1 p. 89)
Εἶτα ἀνοιγεῖσι μοτάρια μετ’ ἐλαίου καὶ ὄξους τοῖς τραύμασιν ἐπίθες, ἕως ἂν καθαρισθῶσιν.

« Ensuite, une fois qu’elles ont été ouvertes, appliquer de la charpie avec de l’huile et du vinaigre sur les zones atteintes jusqu’à disparition ».

48Au lieu de matériau spécifique, comme la charpie, en cas d’urgence peut-être, ou en l’absence de personnel spécialisé, on peut se servir de ce que l’on est sûr de trouver sur place, des morceaux de crin. Ils permettent, par exemple, d’arrêter un écoulement de sang :

Hippiatrica Cantabrigiensia 80, 22 (Oder et Hoppe t. 2, p. 221)
Εἶτα ῥάκος τρίχινον βρέχων εἰς ὄξος μετὰ ἁλῶν τὸν τόπον ἀπότριβε, μέχρις ὅπου ἀπορρεύσει αἷμα.

« Imbiber un morceau de crin de vinaigre avec du sel et frotter l’endroit jusqu’à ce que le sang arrête de couler ».

49Le terme ῥάκος (τό) « morceau de tissu, chiffon » n’a pas exactement son sens propre ici. En effet, si l’adjectif τρίχινος qui le qualifie signifie, en contexte, non « en poil », mais plutôt « en crin », ῥάκος τρίχινον doit être compris comme « poignée de crin », le crin formant des sortes de paquets assez souples, dont on peut extraire une partie, qui sont utilisables comme du chiffon.

50Un autre type de chiffon, πανίον (τό), qui n’a pas à être réduit en charpie, est utilisé en médecine humaine comme en médecine animale pour maintenir une compresse ou un emplâtre sur une partie du corps en cas de blessure, de fracture, ou de contusion. Par exemple, en cas de contusion au niveau du pied (Excerpta Lugdunensia 31 : Oder Hoppe t. 2, p. 281), un chiffon servira de protection (ἐπίδησον πανίον, « attacher un chiffon par-dessus ») et permettra de prolonger l’effet du vinaigre qui a été appliqué. On le retirera au bout de deux ou trois jours si la plaie se referme. Pour soigner l’angine, un emplâtre à base de graines de lin, de miel et d’huile est mis dans un morceau de chiffon pour être appliqué sur la gorge :

Hippiatrica Cantabrigiensia, 2, 5 (Oder et Hoppe t. 2, p. 127)
᾽Ἐὰν δὲ καὶ συνάγχῃ ληφθῇ πῶλος, ποίησον <ἔμπλαστρον τὸ διὰ λινοσπέρματος> καὶ μέλιτος καὶ ἐλαίου καὶ ἐπίθες μετὰ πανίου τῷ λαιμῷ, καὶ ἀπορρήξει τὸ ἔσω μέρος.

« Si le poulain a aussi une forme d’angine, faire un emplâtre avec de la graine de lin, du miel et de l’huile, appliquer sur la gorge avec un morceau de chiffon et arracher la partie extérieure ».

51Un morceau de tissu peut servir de compresse : imbibé de préparation plus ou moins liquide, il pourra être appliqué sur une zone blessée et sera maintenu par un bandage (φασκία). Si l’animal a un membre blessé, et surtout si l’os est à nu, on pourra faire une sorte de compresse de la manière suivante :

Hippiatrica, Excerpta Lugdunensia 27 (Oder et Hoppe t. 2, p. 281)
Ποίησον μετὰ ὄξους καὶ ἅλατος καὶ ἐλαίου ὀλίγου μῖγμα, καὶ ποιήσας <τύπους>, μετὰ λινοῦ χονδροῦ πανίου ἐπιτίθει κατὰ τοῦ κλάσματος, καταδεσμῶν αὐτὸ μετὰ φασκίας καὶ συναρμόττων τὰ ὀστᾶ εὐφυῶς, ἵνα μὴ λοξὸς γένηται ὁ πούς.

« Faire un mélange de vinaigre et de sel avec un peu d’huile et appliquer avec un morceau de chiffon de lin granuleux sur la partie abîmée, attacher avec un bandage et ajuster les os correctement, afin que le pied ne se mette pas de travers ».

52La précision donnée ici sur la qualité du lin tissé, χονδρός « à l’aspect granuleux », est exceptionnelle ; il s’agit certainement d’un tissage assez grossier. Est-ce parce qu’il est plus solide et plus rugueux et, du coup, adhère peut-être moins ?

  • 30 Sur l’appareil et la réduction de luxation de l’épaule du cheval, voir, dans le présent volume, la (...)

53Un morceau de tissu peut servir aussi, comme une éponge, à absorber des matières liquides. Pour soigner les séquelles d’une luxation d’épaule, après l’opération de remise en place30, une fois que l’animal a retrouvé la position debout, on procèdera aux soins suivants :

Hippiatrica, Excerpta Lugdunensia 28 (Oder et Hoppe t. 2, p. 280)
Σπόγγισον μετὰ πανίου λινοῦ, καὶ ποιήσας τράκτωμα, <καθὼς ἀναγέγραπται> ἐν τοῖς κεκλασμένοις ζῴοις ἐπίθες ἐπὶ τοῦ ὤμου αὐτοῦ καὶ φασκίωσον αὐτὸν καὶ ἔασον αὐτὸν φορεῖν ἕως ἂν ἐξ αὐτοῦ ἀποπέσῃ. τοῦτο δὲ ἐπιθήσεις αὐτῷ ἅπαξ καὶ δὶς καὶ τρίς, ἕως οὗ ὑγιασθῇ.

  • 31 A été appliquée sur l’épaule une préparation à base de différentes variétés d’huiles (myrte, laurie (...)

« Éponger31 avec un morceau de tissu de lin, et faire un emplâtre, comme indiqué supra à propos des animaux qui ont des os brisés, l’appliquer sur l’épaule et la bander, et la laisser porter ce pansement jusqu’à ce qu’il se détache de l’épaule. Faire cette application une fois, deux fois, trois fois, jusqu’à guérison ».

  • 32 Une telle préparation est encore recommandée pour soigner les chevaux qui ont des teignes dans un o (...)

54Un chiffon imbibé de préparation à base de chaux et de vinaigre est appliqué directement sur une zone infectée de l’animal atteint de seiriasmos, une sorte de gale qui apparaît aux paturons, avec formation de croûtes puis de crevasses qui suintent32 :

Hippiatrica Cantabrigiensia, 80, 15 (Oder et Hoppe t. 2, p. 219)
Ἄσβεστον ζῶσαν ἡμερόκαυστον λαβὼν σβέσον μετὰ ὄξους δριμέος καὶ ἅπλωσον εἰς παν<ίον>, καὶ ἐπιρράνας ἔλαιον ὀλίγον, ἐπίδησον καὶ ἔασον ἕως αὔριον τῆς αὐτῆς ὥρας, εἶτα λῦσον.

Prendre de la chaux vive comme caustique doux, éteindre avec du vinaigre fort puis étendre sur un morceau de chiffon, humecter d’un peu d’huile, attacher et laisser jusqu’au lendemain à la même heure, puis défaire ».

55Un morceau de tissu a aussi la propriété de pouvoir servir de contenant : on peut en faire un petit sac, qui conservera les matières qui y ont été mises tout en en laissant passer une partie. C’est de cette façon qu’il peut servir à faire des frictions. Pour soigner une forme d’angine particulière, l’esquinancie (κυνάγχη), on produit un échauffement au niveau du gosier de la manière suivante :

Hippiatrica, Excerpta Lugdunensia 55 (t. 2, p. 288 Oder et Hoppe)
Πυριαζόμενος τὸν λαιμὸν μετὰ πιτύρων καὶ ὄξους ἐν λινῷ πανίῳ.

« On échauffe la zone de la gorge avec du son et du vinaigre dans un morceau de chiffon de lin ».

Conclusion

  • 33 V. Ortoleva propose dans le présent volume une nouvelle discussion sur la façon de comprendre les d (...)

56D’autres objets remarquables ont volontairement été écartés de ce propos : la corne est l’objet qui sert par excellence à faire ingérer à l’animal soit par la bouche, soit par les narines, une préparation médicamenteuse. Elle fait office de récipient et le personnel soignant s’en sert uniquement comme entonnoir. En revanche, les spécialistes des textes médicaux remarquent l’utilisation exceptionnelle et étonnante d’un char pour remettre une épaule luxée (Hipp. Berol. 26, 13). L’opération est complexe et les textes peuvent donner lieu à des interprétations diverses33.

57Parmi les objets qui ne sont pas dans la trousse du vétérinaire, certains sont propres au maître ou à l’éleveur. Le bâton ou la férule sont soit partiellement détournés de leur usage, lorsqu’ils servent à tapoter la peau sur laquelle on vient de pratiquer un soin, soit le sont totalement, lorsqu’ils servent à appliquer un baume. D’autres objets sont fabriqués sur place par le vétérinaire comme ils pourraient l’être par le médecin : le matériel qui sert en cas de fracture ou de luxation à maintenir un membre en place est caractéristique de ce point de vue. Quelques objets trouvent sur place une destination inattendue : le crin, qui sert inopinément à remplacer la charpie, ou un ostrakon, qui fait office de petit couteau ou de scalpel. Cet aperçu de l’utilisation d’objets qui deviennent des instruments de fortune, le temps d’un geste quelquefois, permet de mieux comprendre comment opère le vétérinaire qui cautérise, de mieux mesurer la délicatesse dont il peut faire preuve, par exemple dans la façon dont il utilise une baguette pour tapoter une zone fragile, et de le voir au travail devant l’animal avec l’attention du médecin face au patient.

Haut de page

Bibliographie

Textes Anciens

CHG = Corpus hippiatricorum graecorum : Oder, E. et Hoppe, C., 1924, Corpus Hippiatricorum Graecorum, I Hippiatrica Berolinensia, Leipzig, Teubner ; 1927, II Hippiatrica Parisina Cantabrigiensia Londinensia Lugdunensia – Appendix, Leipzig, Teubner, réimp. Stuttgart, 1971.

Galien, Œuvres complètes : Claudii Galeni opera omnia, editionem curavit D. Carolus Gottlob Kühn, Lipsiae, in officina C. Cnoblochii, coll. « Medicorum Graecorum opera quae existant », 1821-1833, 20 vol. [réimpr. : Hildesheim, Olms, 1964-1965 ; reprod. en fac-sim. : Hildesheim, Olms, 1997].

Scriptorum Romanorum De re rustica reliquiae, éd. F. Speranza, Messine, 1974.

Études

Amigues, S., 2007, Le styrax et ses usages antiques, Journal des Savants, p. 191-226.

Doyen-Higuet, A.-M., 2006, L’Épitomè de la Collection d’hippiatrie grecque, Histoire du texte, édition critique, traduction et notes, t. 1, Louvain-la-Neuve, 2006.

Gitton-Ripoll, V., 2007, Sur quelques noms d’instruments de chirurgie ou de contention conservés par les textes vétérinaires latins, dans M.-Th. Cam (éd.), La médecine vétérinaire antique, Colloque international (Brest 9-11 septembre 2004), Rennes, p. 251-269.

Lazaris, S., 2010, Art et science vétérinaire à Byzance : formes et fonctions de l’image hippiatrique, Turnhout.

Marganne, M.-H., 2007, Témoignages papyrologiques sur la médecine vétérinaire dans l’Égypte gréco-romaine et byzantine, dans M.-Th. Cam (éd.), La médecine vétérinaire antique, Sources écrites, archéologiques, iconographiques, Actes du colloque international de Brest, 9-11 sept. 2004, Université de Bretagne Occidentale, Rennes, p. 145-157.

McCabe, A., 2007, A Byzantine Encyclopaedia of Horse Medicine : The Sources, Compilation, and Transmission of the Hippiatrica, Oxford.

Oder, E., 1901, Claudii Hermeri Mulomedicina Chironis, Lipsiae.

Oder, E., 1926, Apsyrtus. Lebensbild des Bedeutendsten Altgriechischen Veterinärs, Veterinärhistorisches Jahrbuch, 2, p. 121-136.

Oder, E. et Hoppe, K., Corpus hippiatricorum Graecorum, 1-2, Lipsiae, 1924-1927.

Sephocle, L., Gitton-Ripoll, V. et Vallat, F., 2012, Extension et insufflation : les soins de l’épaule du cheval chez les hippiatres antiques, Bulletin de la SFHMSV, 12, p. 177-206.

Sestili, A., 2014, Apsirto, Trattato di veterinaria. Frammenti estratti dal Corpus Hippiatricorum Graecorum, Roma.

Speranza, F., 1974 : Scriptorum Romanorum De re rustica reliquiae.

Haut de page

Notes

1 Iliade 16.148-154, 17.426 et 19.392-424.

2 Sur les premières mentions du terme ἱππιατρός, pour ce qui concerne le corpus papyrologique, voir Marganne, 2007 ; sur les attestations de l’existence d’hippiatres dans les textes littéraires grecs de l’époque classique, on renverra ici, pour des raisons d’efficacité, à la brève présentation faite par A.-M. Doyen-Higuet dans Doyen-Higuet 2006, p. 17-21.

3 Entrent dans la composition de cette boisson jonc aromatique et racine de câprier.

4 De tels tubes, en bois ou en bronze, sont fréquemment utilisés par le médecin dans des opérations de toutes sortes (extraction de calculs, par exemple, pour ne citer qu’une opération particulièrement célèbre).

5 Hippiatrica Berolinensia 26, 18 (Oder et Hoppe t. 1, p. 131) : εἶθ’ οὕτως τρυπᾶν παρὰ βύρσαν τῷ σχαστηρίῳ παρὰ τὴν ἔκφυσιν τοῦ ὤμου εἰς τὸν <κόκκυγα> μέσον, καὶ τότε διωθεῖσθαι τὴν σμίλην καὶ ὑποδέρειν | αὐτήν, εἶτα ἐντιθέναι αὐλίσκον καὶ ἐμφυσᾶν εὐρώστως, καὶ κατάγειν ταῖς χερσὶ τὸ ἐμφύσημα κύκλῳ τοῦ ὤμου <μέχρι τῆς νύμφης>, καὶ κατακεντεῖν τὴν βύρσαν τῷ σχαστηρίῳ, καταλαμβανόμενον τὴν βύρσαν, οὗ ἐμπεφύσηται, ποιεῖν τε κεντήματα, ὅσα ἱκανά ἐστι, μὴ λίαν ἀραιά, καὶ καταπάσσειν ἅλας λεπτὸν καὶ ὄξος. « ou bien faire un trou le long de la peau avec une lancette le long de l’extrémité de l’épaule vers la zone centrale, et alors faire pénétrer le bistouri et le glisser sous la peau, puis insérer un petit tube et souffler énergiquement ; faire descendre le renflement avec les mains dans le creux de l’épaule jusqu’à l’extrémité supérieure puis trouer la peau avec la lancette, prendre la peau là où elle forme un renflement, piquer de points autant que possible, pas trop clairsemés, saupoudrer de sel légèrement et de vinaigre ».

6 Gomme de palmier (Dsc. I, 80). À défaut, précise le texte, on peut utiliser un mélange de vin et d’huile.

7 On trouve la liste des cas de pratique de la cautérisation chez Apsyrtos (Hipp. Berol. 96).

8 Hippiatrica Berolinensia 96, 1 (Oder et Hoppe t. 1, p. 326) : <πυρετοῦ> τὴν καῦσιν δεῖ ποιεῖσθαι ἀπὸ τῆς κεφαλῆς παρ’ ἑκάτερα τῆς λοφιᾶς ῥάβδους μακράς, παρὰ τὴν χαίτην προστιθέντας ἐναλλὰξ γόμφους ὀρθοὺς λαβδοειδεῖς μέχρι τῆς ἐκφύσεως τῶν ὤμων.

9 Cassius Dionysius d’Utique peut-être, si on suit F. Speranza, 1974.

10 On trouve exactement le même type de recommandation en Hippiatrica Berolinensia 32, 6 (Oder et Hoppe t. 1, p. 163) ἐὰν δὲ <μὴ> οὕτως ὑγιὴς γένηται, καῖε κατὰ τὴν πλευρὰν τὴν τρίτην ὑποκάτω τῆς μασχάλης ἀνὰ μέσον τῶν πλευρῶν ῥάβδοις, τέσσαρας δακτύλους ἀπὸ ἀμφοτέρων τῶν καύσεων διαλιπών. « S’il n’est pas guéri de cette manière-là, cautériser au niveau de la troisième côte, sous l’aisselle, avec des bâtons, entre les côtes, en laissant de chaque côté des points de cautérisation un intervalle de quatre doigts ».

11 Seutlon, variante teutlon, « bette », Beta vulgaris, sauvage ou cultivée ; toutes deux sont consommées par les Anciens, de préférence séchées ou cuites (Thphr., Rech. sur les plantes VII, 7, 2).

12 Le verbe γράφειν « écrire », « dessiner », « tracer un trait », peut aussi avoir un sens technique. Son emploi le plus connu est celui du domaine de la peinture, où il a le sens de « tracer avec une pointe souple ou dure ». Parmi ses autres emplois spécialisés, dans le domaine médical, voire plus précisément chirurgical, il désigne un geste ou une opération spécifique avec un instrument spécifique : l’application soit au pinceau soit avec un instrument qui entame légèrement la surface de la peau, éventuellement en traçant des lignes ou des figures particulières, ou même tracer des lettres. Dans la Collection hippiatrique grecque, écrire pour soigner peut s’apparenter à une pratique magique. On trouve en effet, par exemple, en cas de contusion, la mention « écrire sur le sabot du pied souffrant de l’animal le nom de son maître » (Γράψον εἰς τὸν ὄνυχα τοῦ πάσχοντος ποδὸς τοῦ ζῴου, Hipp. Paris. 201, Oder et Hoppe t. 2, p. 41), ou bien « écrire sous la couronne de l’animal avec un couteau » (Γράψον ὑπὸ τὴν στεφάνην τοῦ ζῴου μετὰ μαχαιρίου, Hipp. Paris. 202, Oder et Hoppe t. 2, p. 41) une formule magique (comme ἰλὼψ ἰχθὺς νῆσος, « ilôps, poisson, île »). Le terme ἰλώψ n’est pas attesté en dehors de cette formule. Faut-il le rapprocher de αἰγίλωψ ? Le substantif αἰγίλωψ (ὁ) est attesté, lui, en botanique, où l’aegilops désigne soit une variété de chêne, soit une sorte de graminée (Thphr. Rech. sur les plantes VIII, 7, 1 par ex., ou Dscr., De Mat. Med., IV, 137, 1, Gal., Fac. med. simpl., 1, 9), et en médecine, où c’est le nom d’une sorte de fistule lacrymale (définie par exemple dans Gal., Médecin. Introduction, 16).

13 Le styrax officinalis fournissait la gomme-résine aromatique, qui a servi entre autres à fabriquer de l’encens. Théophraste (Recherches sur les plantes IX, 7, 3) le mentionne en particulier parmi divers aromates orientaux, dont le cinnamome, le cardamome, le nard, l’iris. Sur le styrax officinal, voir Amigues 2007. Ici il semble que l’on utilise directement un bâton de styrax.

14 C’est la seule attestation de la forme préverbée dans le CHG.

15 Le narthex est aussi bien sûr utilisé dans des préparations, par ex. Hippiatrica Berolinensia 130, 25 : la racine déterrée au petit matin est séchée puis broyée avant d’être mélangée à un excipient.

16 Sur le sens de κροτεῖν, voir la note 14.

17 La suite du texte correspond de très près à ce que l’on préconise pour la coriago (Hipp. Berol. 26, 18, voir p. 101 et note 5).

18 Le substantif σάνδαλον, ainsi que son dérivé σανδάλιον, sont des termes génériques : ils désignent tout type de protection du pied, dont la partie essentielle est constituée d’une semelle, quelquefois en bois, mais surtout en cuir, fine ou à plusieurs épaisseurs de cuir, ouverte et maintenue par des lacets, ou plus ou moins fermée et montante. Dans le contexte qui nous intéresse, c’est la semelle de la sandale qui frappe la peau pour atténuer la douleur.

19 Les marques de coups de sandale sur un esclave sont attestées sur la céramique grecque de l’époque classique (parmi les attestations les plus célèbres, dans le domaine iconographique et dans le domaine littéraire du monde grec archaïque et classique, voir Daremberg et Saglio, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, s. v. solea, p. 1390).

20 Sur les termes latins désignant les instruments utilisés par le vétérinaire, voir Gitton-Ripoll 2007.

21 Reproduit avec le commentaire au texte dans Lazaris 2010, p. 200-201.

22 Il s’agit d’une préparation à base d’huile et réservée aux soins, et non d’huile comestible.

23 Une occurrence de μάχαιρα (Hipp. Catabr. 80, 18) et huit autres de μαχαίριον.

24 On a un emploi similaire dans Hippiatrica, Hippiatrica Cantabrigiensia 57. 11 (Oder et Hoppe t. 2, p. 189) ἀναξυέσθω δὲ πρότερον μετὰ ψήκτρας ἢ ὀστράκου, μέχρις ἂν ἐκβάλλῃ αἷμα. « Racler d’abord avec une étrille ou un ostrakon jusqu’au sang ».

25 Le substantif ostrakon a deux sens distincts : il désigne la coquille ou l’écaille ou encore la carapace d’un animal (coquille d’œuf, écaille de poisson, coquille d’escargot, carapace de tortue), ou bien, par analogie, de la vaisselle en terre cuite, un récipient plus ou moins arrondi, ou bien un fragment de poterie. On peut penser qu’il s’agit ici d’un petit morceau de pot cassé pris au rebut plutôt que d’un coquillage. Nous avons, par précaution, préféré translittérer plutôt que traduire le terme.

26 Sur les éponges et leurs diverses utilisations, le Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines de Daremberg et Saglio (article spongia) fournit une somme de données textuelles et iconographiques toujours utile.

27 Dans le corpus hippiatrique grec, on trouve aussi l’utilisation d’éponges imbibées d’eau ou d’urine, froide ou chaude, pour nettoyer les oreilles et les narines des bovins malades, qui ont de la fièvre (Hippiatrica, Fragmenta Anatolii de bubus, 20 : Oder et Hoppe t. 2, p. 335).

28 Le nom de l’éponge (σπόγγος) a deux diminutifs en grec ancien, σπογγίον et σπογγάριον. La forme exceptionnelle σπογγαρίτζια est à associer à un verbe *σπογγαρίζω (grec moderne σφουγγαρίζω).

29 Terre de Kimôlos, une île des Cyclades ; elle contient de la soude et sert en particulier en hippiatrie. Sert aussi de savon aux barbiers et aux blanchisseuses à Athènes.

30 Sur l’appareil et la réduction de luxation de l’épaule du cheval, voir, dans le présent volume, la contribution de V. Ortoleva.

31 A été appliquée sur l’épaule une préparation à base de différentes variétés d’huiles (myrte, laurier, ricin, rose).

32 Une telle préparation est encore recommandée pour soigner les chevaux qui ont des teignes dans un ouvrage comme celui de J. De Solleysel, Le parfait Mareschal, Paris, 1723, article Des Teignes : « éteindre de la chaux vive avec du vinaigre, passer le vinaigre dans un linge, le faire bouillir, et tout bouillant le jeter sur les teignes ».

33 V. Ortoleva propose dans le présent volume une nouvelle discussion sur la façon de comprendre les différentes variantes, grecques et latines, de la description de l’opération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ιsabelle Boehm, « Ce qu’il n’y a pas dans la trousse : à propos de quelques objets utilisés comme instruments en médecine vétérinaire et de leur dénomination dans les textes hippiatriques grecs », Pallas, 101 | 2016, 99-114.

Référence électronique

Ιsabelle Boehm, « Ce qu’il n’y a pas dans la trousse : à propos de quelques objets utilisés comme instruments en médecine vétérinaire et de leur dénomination dans les textes hippiatriques grecs », Pallas [En ligne], 101 | 2016, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3836 ; DOI : 10.4000/pallas.3836

Haut de page

Auteur

Ιsabelle Boehm

Professeur en linguistique et littérature grecques
Université Lumière-Lyon 2
UMR 5189 HiSOMA
isabelle.boehm@mom.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org