Navigation – Plan du site
Pratiques thérapeutiques

Trente ans de recherches sur les textes et les soins hippiatriques en langue ougaritique

Thirty Years of Research on the Ugaritic Hippiatric Text
Dennis Pardee
p. 155-188

Résumés

Présentation pour non sémitisants des quatre textes hippiatriques en langue ougaritique (xiiie siècle av. J.-C.) avec, en deux appendices, un répertoire des catégories traitées dans chacun des textes, les quatre textes en transcription, une traduction française du texte le mieux conservé, et la copie de chaque tablette.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il existe de nombreuses introductions à l'étude de l'ancien royaume d'Ougarit. Ce paragraphe n'indi (...)

1Fouillé depuis 1929, le tell-Ras Shamra sur la côte syrienne a livré jusqu'à présent plus de cinq mille tablettes et fragments de tablettes, en plusieurs langues, y compris en ougaritique, langue ouest-sémitique inconnue avant sa découverte au cours de la première campagne de fouille. La langue était nouvelle et le système d'écriture l'était aussi, car l'inventaire des signes est alphabétique, comme l'arabe, l'araméen ou l'hébreu, mais ces signes sont cunéiformes, constitués de « coins » gravés dans de l'argile molle avec un calame à tête carrée. La forme de l'écriture est donc celle de la Mésopotamie, culture « cunéiforme » par excellence, alors que les signes étaient inventés au courant de la première moitié du xiiie siècle av. J.-C. en imitation de l'un des alphabets dit « linéaires » de l'époque, et ces signes étaient utilisés principalement pour noter des textes en langue ougaritique1.

  • 2 Ces textes, au cours de leur étude, étaient parfois identifiés comme étant « hippologiques », c'est (...)
  • 3 On trouvera dans l'Appendice 2 les quatre textes en transcription, et le plus complet, RS 17.120, e (...)
  • 4 Virolleaud, 1934, p. 75-83.
  • 5 Herdner, 1963, textes 160, 161.
  • 6  Ibid., pl. LXXV, LXXVI.
  • 7 Schaeffer, 1968, p. 625-27, fig. 16, 16A, 16B (photographies d'un moulage).
  • 8 Dietrich et al., 1976, p. 98, texte 1.85. Ce texte ayant été mis à sa disposition, Herdner a été en (...)
  • 9 Ibid., p. 105, texte 1.97.
  • 10 Virolleaud a indiqué ce titre dans sa présentation préliminaire du texte (1951-1954 [séance du 23 n (...)

2Parmi plus de deux mille textes ougaritiques mis au jour, quatre traitent des soins à prodiguer au cheval malade – il s'agit donc de textes proprement « hippiatriques »2 : deux tablettes découvertes au cours de la cinquième campagne, en 1933 (RS 5.285+ et RS 5.300), une troisième au cours de la dix-septième campagne, en 1953 (RS 17.120), et la quatrième au cours de la vingt-troisième campagne, en 1960 (RS 23.484)3. Les deux premières tablettes ont été publiées rapidement, en transcription accompagnée d'une copie à la main4, et ont ensuite été reprises dans le corpus des textes ougaritiques inscrits sur tablette qui ont été découverts au cours des dix premières campagnes5, avec photographies dans cette publication6. Le troisième a paru d'abord seulement en photographie7, ensuite en transcription8, et le quatrième seulement en transcription9. L'étude des originaux n'est pas facile, car ils se trouvent dans trois musées, le Musée National d'Alep (RS 5.285+), le Musée National de Damas (RS 17.120 et RS 23.484) et le musée du Louvre (RS 5.300). Il s'agit de « manuscrits » ne montrant en général que de minimes variantes ; pourtant, deux des quatre textes comportent un paragraphe entier qui manque dans les deux autres exemplaires (RS 17.120 et RS 23.484, § IX dans la présentation plus loin, Appendice 2). Les tablettes découvertes en premier, celles de la cinquième campagne, étaient en mauvais état, le début du texte ayant disparu, et c'est par conséquent seulement par la troisième tablette, mise au jour en 1953, que l'on a appris de nombreux détails, y compris le titre du texte : spr nʿm s̀s̀m, « Document de thérapeutique pour chevaux » (litt. « Document du bien des chevaux » 10, RS 17.120:1).

  • 11 N'osant pas à l'époque proposer de copie de tablette exécutée par ma main, dépourvue de talent arti (...)
  • 12 Pardee, 1985.
  • 13 Ibid., p. 12, 13-15. Au lieu de donner un texte composite, j'ai voulu présenter les quatre textes i (...)
  • 14 Cohen et Sivan, 1983.
  • 15 Au lieu d'abandonner le travail déjà investi dans la composition du livre et de recommencer mon étu (...)
  • 16 Cohen, 1996.
  • 17 Cohen, 1997.

3Une mission d'enseignement et de recherche (Fulbright-Hays) en Syrie pendant l'année scolaire 1980-1981, avec arrêts à Paris, m'a donné l'occasion de collationner les quatre tablettes. L'édition globale de ces textes faisant défaut à l'époque, et la question de la fonction de ces textes n'ayant pas été résolue à la satisfaction de tous les spécialistes – à savoir s'ils sont à identifier comme étant hippologiques au sens large ou hippiatriques au sens étroit –, j'avais profité de l'occasion pour rééditer les quatre textes, avec photographies, copie11 et commentaire, dans un ouvrage paru en 198512. C'est de manière fort immodeste que j'ai pris cette réédition comme point de départ du chiffre rond de trente ans qui figure dans le titre de cette communication. C'est uniquement à cause de la contribution proprement épigraphique de mon ouvrage que je me suis permis cette audace13, car une excellente étude philologique d'un texte composite créé par la comparaison des transcriptions disponibles de trois des versions, signée par Chaim Cohen et Daniel Sivan, avait paru fin 198314. Je n'ai vu cet ouvrage que lorsque la composition de ma réédition était déjà bien avancée et, pour cette raison, il n'a pas été pris en compte dans mes commentaires15. En 1996, Cohen a présenté une étude mise à jour de ces textes, toujours sous la forme d'un texte composite, avec traduction et commentaire16, et cette traduction a paru un an plus tard dans une collection de textes du Proche-Orient ancien en traduction anglaise17.

  • 18 Loretz, 2011.
  • 19 Ibid., p. 27-304.
  • 20 Ibid., p. 179-241. On trouve aussi dans cet ouvrage des considérations sur la place du cheval dans (...)

4Un ouvrage de poids signé par le regretté Oswald Loretz a paru à la fin de ces trois décennies, en 201118. Dans cette étude, l'auteur commence par brosser un tableau rapide de l'origine et de la fonction du cheval dans le Proche-Orient au Bronze récent, puis il présente une étude très fouillée de tous les textes provenant de Ras Shamra-Ougarit où il est question du cheval19 – les textes hippiatriques tiennent évidemment une place importante dans ce survol des témoignages textuels20.

5Mon étude de ces textes, qui a eu pour résultat concret la publication de 1985, avait trois objectifs principaux : (1) tout d'abord établir une base épigraphique aussi solide que possible pour l'étude de ces textes, (2) tenter ensuite de résoudre la question encore ouverte de leur genre littéraire, et enfin, (3) fournir une analyse linguistique et lexicographique établissant, du moins dans les grandes lignes, la structure et le sens du texte.

  • 21 Virolleaud, 1934, p. 75.
  • 22 Ibid., p. 80.
  • 23 Ginsberg, 1936, p. 99.
  • 24 De Langhe, 1945, vol. I, p. 204.
  • 25 Gordon, C. H., 1949, 128. Son interprétation des textes découverts en 1933, y compris l'identificat (...)
  • 26 Froehner, 1934. Voir aussi Froehner, 1952, p. 11-15.
  • 27 Gordon, M. B., 1942.

6Parlons d'abord du genre littéraire. L'éditeur des deux premiers textes, Ch. Virolleaud, a employé la formule « traité … de thérapeutique hippologique » dans le titre de son article21 et, sans examiner en détail la question du genre littéraire, il a aussi parlé de « cheval malade ou infirme » dans son commentaire22. Cette identification a été généralement admise, par exemple dans la première traduction globale des textes connus à l'époque, par H. L. Ginsberg, sortie en 1936 en hébreu moderne, où il est question de rpuy susim, « guérison de chevaux »23, ou dans le premier grand ouvrage traitant de tous les textes ougaritiques découverts avant la deuxième guerre mondiale, par Robert de Langhe, sorti en 1945, qui a parlé des « deux fragments d'un traité sur les soins à donner aux chevaux malades »24, ou encore dans la première traduction anglaise de tous les textes connus à l'époque, par C. H. Gordon, sortie en 1949, où la section en question porte le titre de « hippiatric prescriptions »25. Il en va de même des premières études de ces textes, qui les envisageaient uniquement sous l'angle de la médecine vétérinaire : dans l'une, publiée en 1934 par R. Froehner, il est question d'un « Pferdearzneibuch »26 ; dans l'autre, publiée en 1942 par Maurice Bear Gordon, le mot « hippiatric » apparaît dans le titre27.

  • 28 Le premier essai de grammaire descriptive de la langue ougaritique était de sa main : Gordon, C. H. (...)
  • 29 Gordon, C. H., 1949, 128-29. Voir déjà la deuxième édition de sa grammaire : Gordon, C. H., 1947, p (...)
  • 30 Gordon, C. H., 1953, p. 232 (recension d'Ebeling 1951).
  • 31  Kammenhuber, 1961 (réédition des textes transmis par Kikkuli, replacés dans le contexte plus large (...)
  • 32 Ebeling, 1951 ; Salonen, 1956.
  • 33 Gordon a dû connaître dès 1936 la traduction de la formule prépositionnelle par « lpnyw », c'est-à- (...)
  • 34 Deux ans plus tard, cette interprétation est indiquée explicitement dans une note de bas de page de (...)
  • 35 Honeyman, 1947, p. 80 ; cf. Mack-Fisher, 1990. Ce dernier souligne l'importance de Magon pour les s (...)

7C'est pourtant l'autre Gordon, prénommé Cyrus Herzl, frère du précédent et grand pionnier dans l'étude de la grammaire ougaritique28, qui, après avoir admis l'interprétation de Virolleaud, comme nous venons de le voir29, s'est ensuite laissé influencer par l'existence de textes hippologiques en langues hittite et accadienne : dans sa recension de la publication d'une première collection de textes accadiens, parue en 1953, précisément l'année de la découverte de la troisième tablette d'Ougarit, il a identifié les textes ougaritiques comme étant « hippic » … « rather than hippiatric »30. Il n'y a pas de doute que les textes en hittite, langue indo-européenne, rédigés par un Mitannien du nom de Kikkuli, sont du genre hippologique, car ils traitent de la bonne façon de nourrir et d'entraîner le cheval pour tirer le char de guerre31, et il en va de même des textes accadiens d'un type similaire qui ont été découverts par la suite32. Gordon a attribué les textes ougaritiques au type hippologique en proposant de réinterpréter l'une des formules clé de ces textes, « verser dans les naseaux du cheval » (YṢQ b ảph), qui, selon l'identification hippiatrique, fait référence à l'administration du médicament : pour Gordon la formule signifierait « verser devant »33, et il s'agirait de la nourriture qui est donnée au cheval34. Il rejette donc implicitement l'interprétation selon laquelle il s'agirait du médicament qui est administré de force au cheval, c'est-à-dire en attachant la tête de l'animal malade à un objet fixe pour l'empêcher de bouger, et en insérant un tube dans un naseau pour y introduire le médicament sous forme de liquide ou de poudre. Cette pratique se trouve pourtant dans les textes hippiatriques classiques et figurait dans le traité d'agriculture en langue punique composé par le Carthaginois Magon, dont l'œuvre est perdue mais que le spécialiste de pharmacologie et particulièrement d'hippiatrique du seizième siècle, Ruellius, connaissait par des extraits de la traduction en latin, en particulier la formule per nares infundatur ; déjà en 1947, le ouest-sémitisant A. M. Honeyman avait cité cette formule sous le nom de Magon pour expliquer l'expression ougaritique35.

  • 36 Schaeffer, 1968, p. 621. On peut aussi citer Loewenstamm qui, en recensant C. H. Gordon, 1955, a ci (...)
  • 37 Schaeffer, 1939, p. 41. Il n'a pas signalé à quels termes ougaritiques ces traductions corresponden (...)
  • 38 Schaeffer, 1939, p. 86, n. 103.
  • 39 Schaeffer, 1968, p. 621 : « les remèdes à appliquer aux enflures, et les précautions à prendre cont (...)

8À vrai dire, la révision radicale proposée par Gordon de l'identification jusque-là consensuelle de ces textes n'a pas eu beaucoup de retentissement. Je ne suis en mesure de citer que le nom de C. F. A. Schaeffer, le célèbre fouilleur de Ras Shamra, pour avoir utilisé des termes similaires : en commentant la troisième tablette découverte, il décrit le texte comme « un traité pour le dressage des chevaux et les soins à leur donner »36. Bien que la proposition de Gordon ait existé depuis une bonne décennie lorsque Schaeffer écrivait ces mots, ceux-ci semblent refléter l'évolution de sa propre pensée. Deux faits me mènent à cette conclusion : d'abord, Schaeffer ne cite pas le nom de Gordon, et, plus important, dans sa première présentation de ces textes trente ans auparavant, malgré son identification des textes comme correspondant à un « manual on the treatment of sick and infirm horses », il parlait, à côté de la mention d'enflures, de chevaux « which bite or neigh too much »37, en remarquant que le cheval de guerre ou de chasse ne doit pas hennir au mauvais moment38. En 1968 il reprend, en français, cette même liste de caractéristiques du cheval, où seul le premier élément constitue un symptôme de maladie39, et son identification du texte comme étant de genre hippologique est donc en fait plus logique que celle de 1939. Si j'osais spéculer, je dirais que cet académicien et professeur au Collège de France, où il avait des collègues hittitologues et assyriologues, n'a pas pu ne pas entendre parler des textes hippologiques du Mitannien Kikkuli, et vraisemblablement aussi des textes hippologiques en langue accadienne, et qu'il a exprimé une opinion personnelle – qu'il ait été ou non au courant du nouvel avis de C. H. Gordon.

  • 40 Fronzaroli, 1975, p. 41-42.
  • 41 Ibid., p. 44-46.
  • 42 Comme nous venons de le voir, Gordon a explicitement pris les textes hippologiques en langues hitti (...)
  • 43 Dahood, 1965, p. 3 ; Herdner, 1969, p. 132 ; Pardee, 1976, p. 239 ; Cohen et Sivan, 1983, p. 17-18  (...)

9Non seulement on n'a pas largement adopté l'interprétation révisionniste de Gordon, mais on ne s'est pas donné la peine de la réfuter non plus, du moins de manière générale. Le seul à l'avoir fait avant les années 1980, et que je sois en mesure de citer, est Pelio Fronzaroli, qui, à deux reprises, dans sa très importante étude linguistique de ces textes, a émis des arguments allant contre cette identification : d'abord en expliquant le mot nʿm du titre du texte, que l'on avait identifié soit comme un nom commun signifiant « le bien-être », soit comme un nom verbal signifiant « rendre bon ou maintenir dans un bon état »40 ; ensuite, dans une longue conclusion à son étude proprement linguistique41, où il traite la question du « modèle » des textes hippiatriques ougaritiques, en laissant ouverte la question, mais en écartant l'identification hippologique de Gordon et de Schaeffer42. En revanche, plusieurs spécialistes ont attaqué la proposition de Gordon en se référant à son exemple, la formule comportant le verbe « verser » et le nom commun « naseaux », tous citant la brève étude de Honeyman de 1947, où il est fait appel à la tradition hippiatrique et en particulier à l'auteur punique Magon (comme nous l'avons déjà vu)43.

  • 44 Cohen et Sivan, tout en soulignant dans leur introduction le contraste entre les textes hippologiqu (...)

10Pourquoi, vu le nombre très restreint des partisans de l'identification hippologique, ai-je pris le temps ici d'en faire l'historique ? Chacun fait l'histoire de ce qui l'intéresse, et, pour ma part, je me souviens de mes débuts en ougaritologie, au commencement des années 1970, car, à cette époque, la question était considérée comme étant non résolue, et cela, à mon avis, rétrospectivement, pour deux raisons principales : l'état fragmentaire des deux tablettes connues à l'époque, et l'autorité de Gordon. Une fois le texte connu sous sa forme intégrale, ou presque, par le nouvel exemplaire de la dix-septième campagne, il devenait évident qu'il ne pouvait pas s'agir d'un texte hippologique, comme Fronzaroli l'a démontré déjà en 197544.

  • 45 Cette situation demeure inchangée depuis 1996, lorsque la même constatation a été émise (Pardee, 19 (...)
  • 46 Tropper, 1995, p. 234 ({[…]s̀ h[…]} pour {[…]s̀ s̀ […]} en RS 5.300:3) ; Tropper, 1997, p. 673 ({⌈ả (...)
  • 47 Pardee, 1999, p. 191 (admet le bien-fondé de la lecture de {⌈ả⌉ḫd} pour {[y]⌈˹ỉ⌉ḫd} en RS 17.120:12 (...)
  • 48 Dans sa recension de Pardee, 1985, del Olmo Lete avait bien remarqué, par référence à l'usage de la (...)

11Pour ce qui est de la base épigraphique que je désirais établir en reprenant l'étude des tablettes, si l'on peut regretter que, jusqu'à ce jour, mes lectures n'aient pas été contrôlées sur les originaux par un spécialiste d'épigraphie ougaritique45, j'ai pu moi-même revoir les tablettes pour mettre à l'épreuve certaines propositions de relecture fondées sur l'analyse linguistique de ces textes46, et ces réexamens m'ont amené à adopter deux sur trois des lectures proposées47. Dans ces trois cas, comme dans plusieurs cas cités dans la recension de ma réédition par Sanmartín, 1988a, il s'agit d'infimes restes de signe dans une zone mutilée de la tablette, pour lesquels l'épigraphie et la grammaire doivent s'informer mutuellement48.

12Enfin, quant à mon objectif d'établir la structure et l'interprétation de ces textes, il est clair que la valeur des résultats de l'analyse grammaticale et lexicographique va en décroissant lorsqu'on passe de la structure du texte à l'analyse grammaticale de certaines formes et, surtout, à la définition précise de la plupart des termes paraissant dans l'énoncé du symptôme et de la composition du médicament. En effet, à en juger d'après les travaux du dernier demi-siècle, depuis A. Herdner, 1963, la première à utiliser RS 17.120 pour la restitution des tablettes de 1933, jusqu'à O. Loretz, 2011, tous les spécialistes sont d'accord sur la question de la structure : chacun des quatre textes devait consister en un titre suivi de paragraphes, neuf ou dix selon l'exemplaire, chacun de ces paragraphes exprimant d'abord un symptôme ou deux, ensuite la composition du médicament et enfin l'administration de celui-ci par les naseaux du cheval malade. En revanche, lorsqu'on passe à l'analyse des termes dont ces paragraphes sont composés, on rencontre des interprétations très diverses et de divers types, depuis les querelles de sémitisants, par exemple, pour savoir si le verbe dans les deuxième et troisième sections de chaque paragraphe se trouve à l'actif ou au passif, à l'indicatif ou au jussif, jusqu'aux questions qui intéressent les historiens de la médecine, à savoir quels étaient exactement les symptômes indiqués au début de chaque paragraphe, et quelles étaient exactement les composantes des médicaments.

13Je me permets de citer ici le bilan que j'ai tiré en 1996 sur la valeur des résultats de ces différentes analyses, car, malgré la qualité du dernier ouvrage qui traite de ces textes en détail, celui de Loretz, 2011, la situation est au fond identique aujourd'hui, et rien ne permet de croire qu'elle s'améliorera sensiblement dans un avenir proche. Ce bilan venait conclure un bref survol des travaux de la décennie précédente sur les textes hippiatriques en langue ougaritique, et il était formulé en fonction des trois objectifs que je viens d'énumérer et d'évaluer :

  • 49 La question était ici de savoir si la médecine hippiatrique était plus liée à la médecine humaine o (...)
  • 50 La question était ici d'évaluer l'importance du paragraphe supplémentaire présent dans deux des exe (...)
  • 51 Le mal dont souffre le cheval est indiqué dans la protase, la composition du médicament et son admi (...)
  • 52 Pardee, 1996, p. 26.

« — (1) base épigraphique : à mettre encore à l'épreuve ;
— (2) genre médico-littéraire : acquis comme hippiatrique, rapport avec la médecine vétérinaire encore à établir, origine incertaine49 ;
— (3) interprétation du texte ougaritique variable selon le plan d'interprétation envisagé :
– macro-structure des textes, uniforme ou pluriforme : en suspens50 ;
– structure du paragraphe : acquise comme « protase : apodose »51 ;
– interprétation des formules constituant le paragraphe : bien établie pour plusieurs, moins certaine pour d'autres ;
– interprétation des termes individuels : très variable, depuis celles qui sont établies aussi bien par la philologie que par l'usage hippiatrique, jusqu'à celles où la fluidité règne (noms de plantes), en passant par plusieurs, notamment celle de certains termes désignant le symptôme, où l'explication que l'on devrait pouvoir atteindre est toujours disputée. Dans presque tous les cas, le commentaire proprement botanique et médical reste à faire. » 52

  • 53 Stol, 1986, col. 174.
  • 54 Cf. Pardee, 1992. C'est l'effort pour maintenir en équilibre les deux approches, sémitique comparée (...)
  • 55 Pardee, 1985, p. 42-45.
  • 56 Il me paraît invraisemblable que les médecins du Bronze récent aient été incapables de distinguer e (...)
  • 57 Sans repousser définitivement l'interprétation de Renfroe (1988, p. 182-84), qui a cité un usage du (...)
  • 58 Et par l'introduction d'une fausse donnée : la « Nebenform gǵr » (p. 200) ne paraît pas en RS 92.20 (...)
  • 59 Malgré son approche concentrée sur la comparaison avec les données textuelles de l'accadien, l'étud (...)

14Pour cette occasion, c'est surtout sur le dernier de ces niveaux d'interprétation qu'il convient d'insister. En rédigeant ma réédition de ces textes, j'avais ressenti bien des frustrations en essayant de cerner le sens des termes. Il me paraissait nécessaire de poursuivre ce travail non seulement d'après la méthode de la philologie sémitique, mais aussi, puisqu'il s'agit d'une tradition ayant des échos évidents dans la tradition classique remontant à l'ère préchrétienne, en consultant constamment la littérature hippiatrique de l'Europe. Pourtant, les textes médicaux ou pharmacologiques en langue ougaritique se distinguent par leur extrême pauvreté, alors que, malgré l'abondance de textes pertinents dans certaines langues sémitiques anciennes, en particulier l'accadien, le syriaque et l'arabe, le travail de comparaison n'aboutit très souvent qu'à des résultats approximatifs – d'autant plus que la compréhension des termes qui servent de points de comparaison dans ces langues est très souvent, elle aussi, approximative. Je cite ici la conclusion de l'une des recensions de Cohen et Sivan, 1983, réflexion d'un spécialiste chevronné du vocabulaire médical et botanique des textes accadiens, M. Stol : « Babylonian texts abound with hundreds of similar plant names and Assyriologists have as yet no hope of identifying them all, which is why they can view identifications of medicinal plants in Ugaritic only with scepticism and some weary lassitude53». Et je n'avais pas d'illusion non plus sur mes compétences en latin et grec, au point que j'ai refusé de traduire en français mes citations dans ces langues, ni, en particulier, sur mes compétences dans la littérature assez vaste sur l'agriculture antique. J'étais philologue/épigraphiste ouest-sémitisant avec plusieurs projets de ce type en vue, et je n'avais pas l'intention d'abandonner ces projets pour passer le reste de ma carrière à travailler sur la médecine antique. En même temps, il me paraissait ridicule de présenter les résultats de mes collations sans traduction et sans au moins un commentaire schématique. J'ai donc présenté un travail de dilettante du point de vue de la médecine antique, défaut qui a été souligné à juste titre par le seul spécialiste (à ma connaissance) dans ce domaine à faire la recension de ma réédition, J. Schäffer (1987). Je ne regrette pourtant pas ma démarche, car je crois fermement en la nécessité de contrôler les interprétations philologiques par les données de l'hippiatrie antique – je qualifie volontiers d'insuffisante l'approche purement philologique54. Et j'ajoute ceci : sans vouloir le moins du monde amoindrir la gravité de mes insuffisances en paléo-médecine, il me paraît légitime d'observer que la critique fondamentale de Schäffer, pour qui les propositions d'interprétation des termes ougaritiques n'ont pas de sens médical parce que trop générales ou trop vagues, du genre « le cheval tousse » ou « le cheval hennit (de manière anormale) », quelque valable que soit cette critique, ne tient pas compte de la pauvreté relative des sources ougaritiques et de la difficulté à obtenir des résultats solides en comparant les langues sémitiques plus largement attestées. Par exemple, le verbe que j'avais traduit par « tousser », avec un point d'interrogation (gʿr), signifie « crier » (« émettre un son fort ») en ougaritique et en hébreu, et il n'existe pas, à ma connaissance, de tradition sémitique permettant de choisir entre les diverses possibilités d'interprétation précise que l'on rencontre dans les textes hippiatriques, anciens et modernes. J'ai préféré traduire ce verbe par « tousser » parce qu'un terme apparenté est attesté dans les traités d'hippiatrie en latin et parce que « corner », l'autre interprétation largement répandue, constitue un défaut permanent du système respiratoire55, du moins qui n'est pas guérissable par des médicaments que l'on verse par les naseaux du cheval56. Ce n'était qu'une préférence de philologue57 ; mais on n'a guère fait de progrès au cours des trois décennies écoulées, car le commentaire de Loretz, 2011 (p. 200-201), ne diffère de ceux de ses prédécesseurs que par la mention de la bibliographie récente58. Le bilan des trente dernières années sur l'interprétation proprement médicale ou vétérinaire des textes hippiatriques en langue ougaritique ne diffère donc guère de celui que j'avais proposé en 1996 : malgré quelques nouvelles lectures, importantes surtout pour des questions de grammaire, et malgré un nombre assez important de remarques de nature philologique proposés par divers spécialistes59, le commentaire médical par un spécialiste de ce domaine reste à faire. Pour avoir un espoir de progrès significatifs, il faudrait que ce travail soit entrepris par un spécialiste en même temps des langues sémitiques et de la médecine antique – mais vu la nature des données, je crains que notre compréhension des termes désignant une bonne partie des symptômes et des composants des remèdes restent dans le vague.

  • 60 Les textes hippiatriques font certainement partie de ceux que j'ai une fois réunis sous le titre de (...)
  • 61 Des six passages où il est question de médicaments à l'intention de chevaux malades que nous avons (...)
  • 62 Stol apud Loretz, 2011, p. 379-80.
  • 63 Pour le traité vétérinaire égyptien, où il est question du poisson, de l'oie, du chien et du mouton (...)
  • 64 En citant les quelques passages hippiatriques que j'avais trouvés dans les textes médicaux en langu (...)

15En rapport avec l'interprétation proprement médicale de ce traité, la question qui se pose est celle de la place que tenait l'hippiatrie dans la pensée « scientifique »60 de l'antiquité sémitique, en particulier de ses rapports avec la médecine humaine. N'étant pas historien de la science en général, ni, plus spécifiquement, de la médecine, je pose cette question pour une raison principale : jusqu'à présent, on ne connaît aucun traité vétérinaire parmi les textes scientifiques en provenance de la Mésopotamie antique – mais on trouve des recettes médicales à l'intention du cheval, qui sont insérées dans des traités de médecine humaine et qui indiquent les médicaments utiles pour la guérison de telle ou telle maladie du cheval, parfois avec la forme syntaxique de protase-apodose et à contenu tripartite : symptôme, composants du médicament et application au malade, en l'occurrence, souvent par administration dans les naseaux, ou dans le naseau gauche, du cheval61. Parce que l'existence du médecin-vétérinaire pour d'autres sortes d'animaux, par exemple les ânes ou les ovins62, est connue par leur mention dans des textes non médicaux, il paraît nécessaire de supposer une hiérarchie des animaux en Mésopotamie, sans doute dans l'ancien Proche-Orient entier, avec le cheval au sommet de la pyramide63. Je n'ose pas m'aventurer plus loin64 – mais l'historien du cheval saura développer ce sujet.

  • 65 Bordreuil et Pardee, 1989, p. 39. L'état très fragmentaire de ces tablettes indique que le fait de (...)
  • 66 Sanmartín, 1988b, p. 228. On remarquera que la disposition du texte sur la tablette est très différ (...)
  • 67 Sanmartín, 1988b. Je remarque seulement que mon approche de ces textes est trop assimilée par cet a (...)
  • 68 À cause du petit nombre de textes scolaires découverts dans cette maison, seulement quatre, alors q (...)

16Autre question qui peut présenter un intérêt : celle de la macro-structure des textes, uniforme ou pluriforme. Il s'agit d'une question de critique textuelle, domaine dont je connais peu la théorie, encore moins la pratique ; mais puisque les historiens de la médecine tirent la plupart de leurs données de textes anciens, ce genre de question doit souvent se poser dans ce domaine. Comme il a été indiqué brièvement ci-dessus, les quatre textes ougaritiques ne montrent entre eux des différences qu'au niveau de l'expression, qui sont, par conséquent, peu importantes pour l'interprétation médicale des textes – là où, évidemment, l'état de conservation permet d'en juger –, mais ceci à une exception près, et de taille, qui est que deux des exemplaires (RS 17.120 et RS 23.484), comme je l'ai déjà indiqué rapidement, comportent un paragraphe qui est absent des deux autres. La présence de cette différence notable nous oblige à admettre que la tradition manifestait au moins deux formes à Ougarit – mais seulement deux formes principales, car le paragraphe supplémentaire est situé au même endroit dans les deux textes, après le huitième paragraphe, ces paragraphes étant définis par l'usage très régulier du trait horizontal de séparation par le scribe de RS 17.120. En revanche, ce neuvième paragraphe, malgré son état dégradé dans les deux exemplaires, est suffisamment bien conservé pour permettre de déterminer qu'il n'était pas identique dans les deux versions. Parce que les deux versions où ce paragraphe supplémentaire fait défaut ont été trouvées au même endroit du tell (dans une tombe située sur l'acropole65), les deux autres en deux endroits différents, éloignées l'une de l'autre et des deux premières, on serait tenté d'en tirer la conclusion que les deux premières reflètent une tradition, les deux autres au moins une autre tradition, peut-être deux. Le lieu de trouvaille de telle ou telle tablette ne sert pourtant pas toujours à indiquer l'origine littéraire du texte qui est inscrit sur la tablette. En l'occurrence, les deux textes trouvés ensemble dans un même endroit montrent de fortes différences de « mise en tablette », car le scribe de RS 5.300 n'indique jamais la séparation entre deux mots et il n'indique pas toujours par un trait horizontal la séparation entre paragraphes – bien qu'il ait toujours marqué cette séparation par un saut de ligne –, alors que le scribe de RS 5.285+ marque ces deux sortes de séparation avec une parfaite régularité dans la partie du texte original qui est conservée. Or, ce dernier usage est aussi caractéristique des deux autres tablettes, et la main de RS 5.285+, où le paragraphe IX est absent, ressemble à tel point à celle de RS 17.120, où ce paragraphe est présent, qu'il pourrait s'agir du même scribe66 – une belle main « de chancellerie », à dater peut-être de la fin du royaume d'Ougarit, parce qu'elle ne montre aucune caractéristique archaïque. Tout en admettant cette distribution des deux traditions, il est néanmoins tentant de supposer que la tradition ougaritique d'hippiatrie s'exprimait en dix « recettes », dont l'une était tombée par haplographie, et que la version haplographique a ensuite été transmise sous cette forme. Je n'aurais pas de peine à marquer mon accord avec Sanmartín, 1988b67 , pour qui ces différences sont à mettre en rapport avec la vie scolaire d'Ougarit – ce qui implique que le texte découvert dans la maison de Rashapabou (RS 17.120) s'y trouvait, non pas parce que le propriétaire de la maison possédait des chevaux qu'il devait soigner (ce qui était, pourtant, peut-être le cas !), mais parce qu'une école était située dans cette maison, ou dans la maison à côté68, et que l'absence d'un paragraphe dans tel ou tel texte ne signifie pas une véritable tradition d'hippiatrie différente, mais un fait de la transmission scolaire.

  • 69 La pratique de la divination à Ougarit est bien attestée par un nombre assez important de textes no (...)
  • 70 « … tu (les) verseras dans son naseau gauche (du cheval) et il guérira » (texte cité dans Pardee, 1 (...)

17La question se pose alors du rapport qui existe entre ces textes et la pratique de l'hippiatrie à Ougarit, question sans réponse définitive pour Ougarit même, mais à laquelle on est en mesure de répondre de manière au moins générale, en comparant la situation en Mésopotamie. En effet, l'usage de l'écriture remonte, pour ses débuts en Mésopotamie, au dernier quart du ive millénaire, et on possède de nombreux documents témoignant de la transmission du savoir à partir de l'époque paléo-babylonienne (premier quart du iie millénaire). Ces documents montrent que, pour devenir scribe, on devait apprendre à copier ou à rédiger des textes de toutes sortes. De plus, ces scribes-savants étaient responsables de l'organisation du savoir, de sorte que les collections de données sur tel ou tel sujet augmentaient au travers des siècles, remplissant, au premier millénaire, des dizaines ou des vingtaines de tablettes pour un seul sujet. Le rapport précis entre ces collections savantes et la pratique de la divination ou de la médecine est souvent obscur, faute de données sur ces dernières, mais le dialogue devait exister, les devins et médecins pratiquant selon la tradition qu'ils avait reçue, les scribes-savants consultant les spécialistes pour augmenter leurs collections de données69. J'associe ici la divination et la médecine parce que la présentation des données était similaire dans ces deux domaines : « si X, ensuite Y », avec cette importante différence que l'apodose d'une formule divinatoire indique l'événement annoncé dans la protase, alors que l'apodose de la formule médicale indique la recette de la médication et son application, le résultat de cette application n'étant pas toujours exprimé en toutes lettres (ce n'est jamais le cas dans les textes hippiatriques ougaritiques, bien que ce soit attesté dans l'une des prescriptions hippiatriques insérée dans un texte de médecine humaine en langue accadienne)70.

  • 71 Pardee, 2001, p. 233-34 (l'hypothèse d'un lien entre les Amorites et la transmission de la « scienc (...)
  • 72 On ne peut douter que l'écriture mésopotamienne ait été en usage dans la région au moins depuis l'è (...)

18Pour Ougarit, on connaît une petite série de ces textes « scientifiques », et les textes hippiatriques ressemblent aux autres par leur formulation et leur brièveté, la différence la plus importante étant l'attestation en quatre exemplaires. Les autres textes sont divinatoires : présages liés à la naissance d'un fœtus malformé chez le petit bétail ou chez l'homme, présages liés à des phénomènes lunaires. Ces trois catégories sont bien connues en Mésopotamie, parmi un grand nombre d'autres. J'ai émis l'hypothèse que les collections en langue ougaritique, bien qu'étant d'origine incertaine, témoignaient d'une longue tradition locale par la pureté de la langue (peu de traces d'influence de l'accadien, du hourrite ou du hittite), par la brièveté de ces collections, et par l'absence de répétition d'un seul et même phénomène dans deux protases, car les collections paléo-babyloniennes de la Mésopotamie sur ces sujets étaient déjà plus variées, et comportaient des cas de répétition d'un présage suivi d'un événement différent du précédent. Ainsi, la tradition scientifique et scolaire de la Mésopotamie avait été transmise au Levant et reçue en langue locale, peut-être de longue date71, peut-être par transmission orale, car le système d'écriture locale datait de moins d'un siècle – l'immense inconnue étant ici l'usage du cunéiforme syllabique à Ougarit aux siècles précédents, car on n'a pas encore découvert d'archive antérieure au milieu du xive siècle72. Pourtant, la brièveté des textes ougaritiques et la pureté de la langue peuvent servir d'arguments à l'encontre de l'hypothèse d'une simple traduction au xiiie siècle de textes en langue accadienne ou hittite.

19Ce développement, assez long, de la situation historique et littéraire des textes hippiatriques, comme faisant partie des textes « scientifiques » de l'époque, nous permet de comprendre comment les exemplaires sont parvenus jusqu'à nous, c'est-à-dire par leur usage pédagogique, sans que leur valeur comme témoins de la médecine vétérinaire antique en soit amoindrie.

  • 73 À propos du prix du cheval à Ougarit, voir Pardee, 2000b, p. 32-33 ; à propos de la place du cheval (...)
  • 74 Sans expliquer en détail sa pensée, Loretz a souligné dans l'introduction de son étude du cheval à (...)

20On a affirmé que la présence de ces textes à Ougarit illustre l'importance du cheval à l'époque, ce qui est certainement vrai. On pourrait aussi essayer d'établir un rapport entre le nombre relativement élevé d'exemplaires de ce texte et la place du cheval dans la pensée et l'économie d'Ougarit. La présence de quatre exemplaires signifie qu'il était nécessaire de savoir soigner ces bêtes, possession de luxe à tous points de vue (prix à l'achat, coût d'entretien et usage exclusivement réservé à la guerre, à la chasse royale et aux défilés de diverses sortes)73. Argument alléchant, mais tout de même affaibli par la nature du corpus, formé par le hasard de la découverte74.

  • 75 Cf. Pardee, 2001, p. 230.

21Je pose pourtant cette question à propos du nombre restreint de symptômes et de remèdes, neuf ou dix au total, avec quatre répétitions d'un seul et même symptôme : si cet aspect des textes hippiatriques accentue leur appartenance au genre scientifique en langue ougaritique, quelle est la valeur médicale d'un traité qui n'évoque qu'un si petit nombre de symptômes, sept ou huit au total ? Le nombre des termes et des formules exprimant le symptôme ne change pas, quelle que soit la définition des termes individuels : Gʿ R x 2 (la toux ?), ḪR x 2 (un autre genre de manifestation vocale ?), ʾḪD + ʾkl x 2 (la boulimie ?), l + ḪRʾ/ṮYN (l'incapacité d'uriner et de déféquer), RʾŠ (une manière anormale de remuer la tête ?), seul et avec KHP (« se pencher » ?) – il y a une lacune d'un ou deux symptômes dans la formulation originale du paragraphe IX en RS 17.120 et en RS 23.484. Soit dit en passant, la répétition d'un symptôme, suivi d'un autre remède, aspect formel de ces textes qui les différencie des textes divinatoires, s'explique sans doute par la proximité de l'hippiatrie et de la médecine humaine, car ce procédé est caractéristique de la médecine de tous les temps : si un médicament ne guérit pas, il faut en essayer un autre75.

  • 76 En plus des études des textes hippiatriques qui sont ciblées dans cette présentation, voir les nomb (...)

22Le répertoire des composants des médicaments, pour la plupart végétaux, ne présente pas ce problème du nombre restreint d'éléments qui y figurent, car on en rencontre une bonne vingtaine, le chiffre précis variant selon les interprétations des termes. Mais, en revanche, les difficultés d'identification ne sont pas moindres. Depuis la première publication de ces textes, les sémitisants ont employé la méthode de la lexicographie comparée dans leurs tentatives d'explication, en recourant ou non de manière explicite aux textes médicaux du Proche-Orient ancien ou aux textes hippiatriques. Il s'agit donc au fond d'une approche philologique76 ; jusqu'à présent, à ma connaissance, aucun spécialiste de la paléo-botanique ou de la paléo-médecine n'a proposé d'étude globale de l'herbier de ces textes.

  • 77 En plus des différences relatives à l'interprétation de ces cinq termes, on peut citer la propositi (...)
  • 78 Cf. Pardee, 2000b, p. 24-41.

23Au sein du problème large de l'identification botanique des végétaux nommés dans ces recettes se pose aussi celle de la partie de la plante qui devait être employée, car, à quelques exceptions près (et on rencontre d'autres interprétations de trois des cinq termes que j'ai indiqués sous cette rubrique dans Appendice 1, « Répertoire des catégories »)77, ce détail n'est pas indiqué. Pour au moins certaines plantes, le choix devait exister entre la feuille, le fruit ou ses parties, l'écorce (de la plante ou du fruit) et la racine. En ougaritique, on pouvait utiliser le nom de la plante pour désigner soit la plante dans son ensemble, soit l'un ou l'autre de ses produits, sans toujours distinguer : par exemple, les termes diprānu, « genévrier », et ʿirguzu, « noyer », se rencontrent dans un texte économique (RS 15.062), où il s'agit presque certainement de bois de construction78. Je cite ce texte en exemple parce que ces deux termes reviennent dans les textes hippiatriques : ʿirguzu paraît une fois précédé de biṣqalu (§ III), qui désigne peut-être l'écorce de la noix avant maturation, une fois sans précision aucune (§ V), désignant sans doute la noix mûre et extraite de l'écorce, et diprānu paraît une fois dans un passage mutilé (§ X), où il a pu être précédé d'un mot qui aurait exprimé l'un des produits de cet arbre, vraisemblablement les baies.

24J'ai essayé, dans ce survol, de donner un aperçu historique de l'état actuel de la recherche sur les textes hippiatriques en langue ougaritique, présentation de sémitisant où j'ai laissé de côté les questions techniques d'interprétation — même sans mention des interprétations de mes collègues, on aura compris que les différences sont assez nombreuses et importantes pour le sens médical du texte, et que l'interprétation que je donne comme exemple, la mienne, n'en est qu'une parmi d'autres. On peut déplorer ces différences, tout en se réjouissant qu'elles concernent les détails de l'interprétation, et qu'un consensus existe non seulement sur l'identification de ces textes comme étant proprement hippiatriques, mais aussi sur la structure du traité dans son ensemble et de chacun de ses paragraphes.

Haut de page

Bibliographie

Bordreuil, P. et Pardee, D., 1989, La trouvaille épigraphique de l'Ougarit, Ras Shamra-Ougarit V:1, Paris, éditions Recherche sur les Civilisations.

Bordreuil, P. et Pardee, D., 2001, Textes alphabétiques en ougaritique, dans M. Yon et D. Arnaud (éd.), Études ougaritiques, 1. Travaux 1985-1995, Ras Shamra-Ougarit XIV, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, p. 341-92.

Bordreuil, P. et Pardee, D., 2004, Manuel d'ougaritique, Paris, Geuthner.

Bordreuil, P. et Pardee, D., 2009, A Manual of Ugaritic, Linguistic Studies in Ancient West Semitic 3, Winona Lake, Eisenbrauns.

Charpin, D., 2004, 85. Document administratif, dans G. Galliano et Y. Calvet (éd.), Le royaume d'Ougarit. Aux origines de l'alphabet, Lyon, Somogy et Musée des Beaux-Arts, p. 111.

Cohen, C., 1983 [paru 1986], The Ugaritic Hippiatric Texts and BAM 159, Journal of the Ancient Near Eastern Society 15, p. 1-12.

Cohen, C., 1996, The Ugaritic Hippiatric Texts. Revised Composite Text, Translation and Commentary, Ugarit-Forschungen 28, p. 105-53.

Cohen, C., 1997, Hippiatric Texts, dans K. L. Younger et W. W. Hallo (éd.), The Context of Scripture. Volume I. Canonical Compositions from the Biblical World, Leiden, Brill, p. 361-62.

Cohen, C. et Sivan, D., 1983, The Ugaritic Hippiatric Texts. A Critical Edition, American Oriental Series, Essay 9, New Haven, American Oriental Society.

Dahood, M., 1965, Ugaritic-Hebrew Philology, Biblica et Orientalia 17, Rome, Institut Biblique Pontifical.

De Langhe, R., 1945, Les textes de Ras Shamra-Ugarit et leurs rapports avec le milieu biblique de l’Ancien Testament, Universitas Catholica Lovaniensis, Dissertationes ad gradum magistri in Facultate Theologica vel in Facultate Iuris Canonici consequendum conscriptae, Series II, Tomus 35, Gembloux, Duculot ; Paris, Desclée de Brouwer.

Del Olmo Lete, G., 1988, c. r. de Pardee, 1985, dans Syria 65, p. 243-46.

Dietrich, M. et Loretz, O., 2009, Präventiv-Beschwörung gegen Schlangen, Skorpione und Hexerei zum Schutz des Präfekten Urtēnu (KTU 1.178 = RS 92.2014), Ugarit-Forschungen 41, p. 65-73.

Dietrich, M., Loretz, O. et Sanmartín, J., 1976, Die keilalphabetischen Texte aus Ugarit einschließlich der keilalphabetischen Texte außerhalb Ugarits. Teil 1 Transkription, Alter Orient und Altes Testament 24/1, Kevelaer, Butzon & Bercker ; Neukirchen-Vluyn, Neukirchener Verlag.

Dietrich, M., Loretz, O. et Sanmartín, J., 1995, The Cuneiform Alphabetic Texts from Ugarit, Ras Ibn Hani and Other Places (KTU: second, enlarged edition), Abhandlungen zur Literatur Alt-Syrien-Palästinas und Mesopotamiens 8, Münster, Ugarit-Verlag.

Dietrich, M., Loretz, O. et Sanmartín, J., 2013, Die keilalphabetischen Texte aus Ugarit, Ras Ibn Hani und anderen Orten, Dritte, erweiterte Auflage, The Cuneiform Alphabetic Texts from Ugarit, Ras Ibn Hani and Other Places, Third, Enlarged Edition, Alter Orient und Altes Testament 360/1, Münster, Ugarit-Verlag.

Ebeling, E., 1951, Bruchstücke einer mittelassyrischen Vorschriftensammlung für die Akklimatisierung und Trainierung von Wagenpferden, Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Institut für Orientforschung, Veröffentlichung 7, Berlin, Akademie-Verlag.

Froehner, R.,1934, Bruchstücke eines altphönizischen Pferdearzneibuches (14. Jh. v. Chr.), Deutsche tierärztliche Wochenschrift 42, no. 51, p. 826-827.

Froehner, R.,1952, Kulturgeschichte der Tierheilkunde. Ein Handbuch für Tierärzte und Studierende. 1. Band : Tierkrankheiten, Heilbestrebungen, Tierärzte im Altertum, Konstanz, Terra-Verlag.

Fronzaroli, P.,1975, La lingua dei testi ippiatrici di Ugarit, Archivio Glottologico Italiano 60, p. 34-46.

Gachet-Bizollon, J., 2007, Les ivoires d'Ougarit et l'art des ivoiriers du Levant au Bronze Récent, Ras Shamra-Ougarit XVI, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations.

Gachet, J. et Pardee, D., 2001, Les ivoires inscrits du Palais Royal (fouille 1955), dans M. Yon et D. Arnaud (éd.), Études ougaritiques, 1. Travaux 1985-1995, Ras Shamra-Ougarit XIV, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, p. 191-230.

Ginsberg, H. L., 1936, Kitve Ugarit, Jérusalem, Bialik Foundation.

Gordon, C. H., 1940, Ugaritic Grammar. The Present Status of the Linguistic Study of the Semitic Alphabetic Texts from Ras Shamra, Analecta Orientalia 20, Rome, Institut Biblique Pontifical.

Gordon, C. H., 1947, Ugaritic Handbook. Revised Grammar, Paradigms, Texts in Transliteration, Comprehensive Glossary, Analecta Orientalia 25, Roma, Institut Biblique Pontifical.

Gordon, C. H., 1949, Ugaritic Literature. A Comprehensive Translation of the Poetic and Prose Texts, Rome, Institut Biblique Pontifical.

Gordon, C. H., 1953, c. r. de Ebeling, 1951, dans Orientalia 22, p. 231-32.

Gordon, C. H., 1955, Ugaritic Manual. Newly Revised Grammar, Texts in Transliteration, Cuneiform Selections, Paradigms, Glossary, Indices, Analecta Orientalia 35, Rome, Institut Biblique Pontifical.

Gordon, C. H., 1965, Ugaritic Textbook. Grammar, Texts in Transliteration, Cuneiform Selections, Glossary, Indices, Analecta Orientalia 38, Rome, Institut Biblique Pontifical.

Gordon, C. H., 1981, Ugarit in Retrospect and Prospect, dans G. D. Young (éd.), Ugarit in Retrospect, 50 Years of Ugarit and Ugaritic, Winona Lake, Eisenbrauns, p. 183-89.

Gordon, M. B., 1942, The Hippiatric Texts from Ugarit, Annals of Medical History, 3rd Series, Vol. 4, p. 406-8.

Herdner, A., 1963, Corpus des tablettes en cunéiformes alphabétiques découvertes à Ras Shamra-Ugarit de 1929 à 1939, Mission de Ras Shamra X, Bibliothèque Archéologique et Historique LXXIX, Paris, Imprimerie Nationale et Geuthner.

Herdner, A., 1969, c. r. de Dahood, 1965, dans Syria 46, p. 130-32.

Honeyman, A. M., 1947, Varia punica, American Journal of Philology 68, p. 77-82.

Kammenhuber, A., 1961, Hippologia Hethitica, Wiesbaden, Harrassowitz.

Loewenstamm, S. E., 1956, spr ḥdš šl gwrdwn bḥqrh ʾwgrytyt, Tarbiz 25, p. 468-72.

Loewenstamm, S. E., 1980, Comparative Studies in Biblical and Ancient Oriental Literatures, Alter Orient und Altes Testament 204, Kevelaer, Butzon & Bercker ; Neukirchen-Vluyn, Neukirchener Verlag.

Loretz, O., 2011, Hippologia Ugaritica. Das Pferd in Kultur, Wirtschaft, Kriegführung und Hippiatrie Ugarits — Pferd, Esel und Kamel in biblischen Texten — mit einem Beitrag von M. Stol über Pferde, Pferdekrankheiten und Pferdemedizin in altbabylonischer Zeit, Alter Orient und Altes Testament 386, Münster, Ugarit-Verlag.

Mack-Fisher, L. R., 1990, From Ugarit to Gades. Mediterranean Veterinary Medicine, Maarav 5-6, p. 207-20.

Malbran-Labat, F. et Roche, C., 2008, Bordereaux de la « Maison d'Ourtenou (urtēnu) ». À propos de la gestion des équidés et de la place de cette maison dans l'économie palatiale, dans Y. Calvet et M. Yon (éd.), Ougarit au Bronze moyen et au Bronze récent. Actes du Colloque international tenu à Lyon en novembre 2001 « Ougarit au iie millénaire av. J.-C. État des recherches », TMOM 47, Lyon, Maison de l'Orient méditerranéen, p. 243-75.

Malbran-Labat, F. et Roche, C., 2012, Les chevaux en Ougarit. Élevage et commerce, dans V. Matoïan, M. Al-Maqdissi et Y. Calvet (éd.), Études ougaritiques II, Ras Shamra-Ougarit XX, Leuven, Peeters, p. 275-281.

Pardee, D., 1976, The Preposition in Ugaritic, Ugarit-Forschungen 8, p. 215-322, 483-93.

Pardee, D., 1985, Les textes hippiatriques, Ras Shamra-Ougarit II, Mémoire 53, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations.

Pardee, D., 1992, Some Brief Remarks on Hippiatric Methodology, Aula Orientalis 10, p. 154-55.

Pardee, D., 1996, Quelques remarques relatives à l'étude des textes hippiatriques en langue ougaritique, Semitica 45, p. 19-26.

Pardee, D., 1999, Trois remarques d'épigraphie ougaritique, Semitica 49, p. 191-194.

Pardee, D., 2000a, Les textes rituels, Ras Shamra-Ougarit XII, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations.

Pardee, D., 2000b, Trois comptes ougaritiques : RS 15.062, RS 18.024, RIH 78/20, Syria 77, p. 23-67.

Pardee, D., 2001, Ugaritic Science, dans P. M. M. Daviau et al. (éd.), The World of the Aramaeans III. Studies in Language and Literature in Honour of Paul-Eugène Dion, Journal for the Study of the Old Testament, Supplement Series 326, Sheffield, Sheffield Academic Press, p. 223-54.

Pardee, D., 2003-2004, c. r. de Tropper, 2000, dans Archiv für Orientforschung online version 50, p. 1-404.

Pardee, D., 2011, On the Published Representation in the Early Third Millennium A.D. of Ugaritic Tablet Copies: The Case of RS 15.117, Ugarit-Forschungen 43, p. 335-43.

Pardee, D., 2012, The Ugaritic Texts and the Origins of West-Semitic Literary Composition. The Schweich Lectures of the British Academy 2007, Oxford, Oxford University Press.

Renfroe, F., 1988, Diagnosing Long-Dead Patients : The Equine Ailments in KTU 1.85, Orientalia 57, p. 181-91.

Roche-Hawley, C., 2013, Scribes, Houses and Neighborhoods at Ugarit, Ugarit-Forschungen 44, p. 413-444.

Salonen, A., 1956, Hippologica accadica. Eine lexikalische und kulturgeschichtliche Untersuchung über die Zug-, Trag- und Reittiere, ihre Anschirrung, Aufzäumung, Besattelung, Bepanzerung und Pflege sowie über die Gespanne und Karawanen, die Besatzung und Mannschaften der Wagen, über die Reiterei, das Pflegepersonal usw. bei den alten Mesopotamiern, samt einem Verzeichnis der hippologischen Termini und Redewendungen, Suomalaisen Tiedeakatemian Toimituksia, sér. B, tome 100, Helsinki, Suomalaisen Tiedeakatemia.

Sanmartín, J., 1988a, c. r. de Pardee, 1985, dans Archiv für Orientforschung 35, p. 226-29.

Sanmartín, J., 1988b, Textos hipiátricos de Ugarit y el discurso del método, Aula Orientalis 6, p. 227-35.

Schaeffer, C. F. A., 1934, Les fouilles de Ras-Shamra, cinquième campagne (printemps 1933), rapport sommaire, Syria 15, p. 105-31.

Schaeffer, C. F. A., 1939, The Cuneiform Texts of Ras Shamra-Ugarit. The Schweich Lectures of the British Academy 1936, London, Milford.

Schaeffer, C. F. A., 1968, Commentaires sur les lettres et documents trouvés dans les bibliothèques privées d'Ugarit, dans J.-C. Courtois (éd.), Ugaritica V. Nouveaux textes accadiens, hourrites et ugaritiques des archives et bibliothèques privées d'Ugarit, commentaires des textes historiques (première partie), Mission de Ras Shamra XVI, Bibliothèque Archéologique et Historique LXXX. Paris, Imprimerie Nationale et Geuthner, p. 607-768.

Schäffer, J., 1987, c. r. de Pardee, 1985, dans Bibliotheca Orientalis 44, col. 501-7.

Stol, M., 1986, c. r. de Cohen et Sivan, 1983, dans Bibliotheca Orientalis 43, col. 172-74.

Tropper, J., 1995, Epigraphische Anmerkungen zur Neuauflage von KTU, Aula Orientalis 13, p. 231-39.

Tropper, J., 1997, Aktuelle Probleme der ugaritischen Grammatik, Ugarit-Forschungen 29, p. 669-674.

Tropper, J., 1998, Epigraphische Anmerkungen zur Neuauflage von KTU (2), Aula Orientalis 16, p. 292-294.

Tropper, J., 2000, Ugaritische Grammatik, Alter Orient und Altes Testament 273, Münster, Ugarit-Verlag.

Van Soldt, W. H., 2000, Private Archives at Ugarit, dans A. C. V. M. Bongenaar (éd.), Interdependency of Institutions and Private Entrepreneurs (MOS Studies 2). Proceedings of the Second MOS Symposium (Leiden 1998), Publications de l'Institut historique-archéologique néerlandais de Stamboul 87, Leiden, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, p. 229-245.

Virolleaud, C., 1934, Fragments d'un traité phénicien de thérapeutique hippologique provenant de Ras-Shamra, Syria, 15, p. 75-83.

Virolleaud, C., 1951-54, Questions de vocabulaire ougaritique, Groupe linguistique d'études Chamito-Sémitiques, Comptes rendus, 6, p. 47-48.

Virolleaud, C., 1954, Les nouveaux textes alphabétiques de Ras-Shamra (XVIIe campagne 1953), CRAI, p. 255-259.

Watson, W. G. E., 2004, A Botanical Snapshot of Ugarit. Trees, Fruit, Plants and Herbs in the Cuneiform Texts, Aula Orientalis 24, p. 107-55.

Watson, W. G. E., 2007, Lexical Studies in Ugaritic, Aula Orientalis Supplementa 19, Sabadell, Editorial AUSA.

Yon, M., 2006, The City of Ugarit at Tell Ras Shamra, Winona Lake, Eisenbrauns.

Haut de page

Annexe

Appendice 1

Répertoire des catégories

I. Les symptômes (ordre de mention)
1) Gʿ R x 2 (§ II, X) « la toux (?) »
2) ḪR x 2 (§ III, IV) « (un autre genre de manifestation vocale ?) »
3) l + ḪRʾ/ṮYN (§ V) « l'incapacité d'uriner et de déféquer »
4) ʾḪD + ʾkl x 2 (§ VI, VII) « la boulimie (?) »
5) RʾŠ (§ VIII) « (manière anormale de remuer la tête ?) »
6) RʾŠ + KHP (§ XI) de même + « (manière anormale de se pencher ?) »
7) [+ 8 ?] perdu(s) (§ IX)

II. Les recettes (ordre de l'alphabet ougaritique)

A) végétaux
1) ảškrr (§ VI) « jusquiame »
2) ỉrǵn/ảrǵn ḥmr (§ VII, X) « fenouil du type ḤMR »
3) bln qṭ (§ VIII) « BLN de Qaṭi »
4) gd (§ X) « coriandre »
5) gd ḫlb (§ IX) « coriandre d'Alep »
6) ḫndrṯ (§ IV) « (plante de) Ḫunduraši (?) »
7) dblt yṯnt (§ XI) « boulette de figues vieillie »
8) dprn (§ X) « genièvre »
9) drt (§ VI, X) « laitue »
10) mkšr grn (§ VI, VII) « céréale hachée (directement) de l'aire »
11) mǵmǵ (§ III, X) inconnu
12) nnủ (§ VII, X) « ammi »
13) ʿbk (§ X) inconnu
14) ʿqrb (§ X) plante ou « scorpion » ?
15) ʿqrbn (§ II) « (la plante scorpion) »
16) ʿrgz (§ III, V) « noix »
17) ʿṯrb (§ X) inconnu
18) ṣmqm yṯnm (§ XI) « raisins secs vieillis »
19) qlql (§ V) « cardamome »
20) qmḥ bql (§ XI) « farine de malt »
21) ṯmrg (§ X) inconnu
22) ṯqd mr (§ IV, X) « amande amère »

B) parties de la plante
1) bṣql (§ III) « écorce verte (de la noix) »
2) drʿ (§ X) « graine »
3) lḥt (§ II) « jus (de sève) »
4) mndǵ (§ II) inconnu
5) pr (§ VI, X) « fruit/graine »

C) mesures
1) št (§ II, V, VI, VII, VIII)
2) tmṯl (§ X)

D) procédés
1) DKK (tous les paragraphes, avec variantes) « broyer »
2) MSS (§ II, V) « dissoudre »

III. L'application du médicament
YṢQ + b ảph (tous les paragraphes) « verser dans les naseaux »

Appendice 2

Les documents

Dans cet appendice sont présentés les quatre documents ougaritiques, en premier le mieux conservé, avec transcription et traduction, ensuite les trois autres, seulement en transcription, mais avec pour chacun un essai de restitution, complet ou partiel selon l'état de l'objet. Pour faciliter la comparaison entre les quatre exemplaires, les paragraphes sont numérotés en chiffres romains. Les fac-similés à la main sont réunis après ces transcriptions.

Sigles :

A

ancien numéro d'inventaire, Musée national d'Alep

AO

numéro d'inventaire, Musée du Louvre, Département des Antiquités Orientales

CAT

numéro de texte dans Dietrich et al., 1995

CTA

numéro de texte dans Herdner, 1963

DO

numéro d'inventaire, Musée national de Damas, Département Oriental

KCAT

numéro de texte dans Dietrich et al., 2013

KTU

numéro de texte dans Dietrich et al., 1976

M

numéro d'inventaire, Musée national d'Alep

RS

numéro d'inventaire d'objet découvert à Ras Shamra

RSO II

Pardee, 1985

Ugaritica V

Schaeffer, 1968

UT

numéro de texte dans Gordon, C. H., 1965

« … »

citation de l'inventaire des objets découverts à Ras Shamra

RS 17.120 = DO 4585 = Ugaritica V, p. 625-27 = KTU/CAT/KCAT 1.85 = RSO II, passim = Bordreuil et Pardee, 2004/2009, texte 19 (fig.1)

Figure 1. Tablette RS 17.120.

Figure 1. Tablette RS 17.120.

Dessin de l’auteur.

Hauteur 145 mm, largeur 105 mm, épaisseur 31 mm

Quartier Résidentiel, Maison de Rashapabou, point topographique 1086 à 2,0 m de profondeur

Texte

Traduction

Recto

I

1) spr . nʿm . s̀s̀wm

Document de thérapeutique pour chevaux.

——————————————

II

2) k . ygʿr . s̀s̀w . št . ʿqrbn

Si le cheval tousse, (une mesure)-ŠT de « la plante-scorpion »

3) ydk . w . ymss̀ . hm . b . mskt . d lḥt

on doit broyer et la dissoudre soit dans un mélange de jus pur

4) hm . b . mndǵ . w . yṣq . b . ảph

soit dans du MNDǴ et lui administrer (ceci) par les naseaux.

III

5) k . ḫr . s̀s̀w . mǵmǵ . w . bṣql . ʿrgz

Si le cheval hennit anormalement, du MǴMǴ et des noix vertes dans l'écorce

6) ydk . ảḥdh . w . yṣq . b . ảph

on doit broyer ensemble et lui administrer (ceci) par les naseaux.

IV

7) w . k . ḫr . s̀s̀w . ḫndrṯ . w . ṯqd . mr

Si le cheval hennit anormalement, du ḪNDRṮ et de l'amande amère

8) ydk . ảḥdh . w . yṣq . b . ảph

on doit broyer ensemble et lui administrer (ceci) par les naseaux.

V

9) w . k . l . yḫrủ . w . l . yṯtn . s̀s̀w

Si le cheval ne défèque ni n'urine,

10) [ms]s . št . qlql . w . št . ʿrgz

(une mesure)-ŠT de cardamome [ayant été réduite en liq]uide, avec (une mesure)-ŠT de noix

11) [yd]k . ảḥdh . w . yṣq . b . ảph

[on doit bro]yer ensemble et lui administrer (ceci) par les naseaux.

[———]——————————

VI

12) [k . y] ⌈ḫd . ảkl . s̀s̀w . št . mkšr

[Si le cheval s]aisit anormalement (sa) nourriture, (une mesure)-ŠT de céréales hachées,

13) ⌈gr⌉[n .] w . št . ảškrr

(directement) de l'a[ire], (une mesure)-ŠT de jusquiame

14) w . ⌈pr⌉ . ḥḏrt . ydk . w . yṣq . b .

et des graines de laitue on doit broyer et lui administrer

ảph

(ceci) par les naseaux.

————[—]—————————

VII

15) w . k . ảḫd . ảkl . s̀s̀w . št . nnỉ

Si le cheval saisit anormalement (sa) nourriture, (une mesure)-ŠT d'ammi,

16) w . št . mkšr . grn . w . št

(une mesure)-ŠT de céréales hachées, (directement) de l'aire, (une mesure)-ŠT

17) ỉrǵn . ḥmr . ydk . w.yṣq . b

de fenouil du type ḤMR on doit broyer et lui

ảph

administrer (ceci) par les naseaux.

VIII

18) w . k . yrảš . s̀s̀w . št . bln . qṭ

Si le cheval souffre de la tête, (une mesure ?)-ŠT de BLN de (la région de) Qaṭi

19) ydk . w .⌈y⌉[]q . b . ảph

on doit broyer et lui ad[minis]trer (ceci) par les naseaux.

———[———]———————

IX

20) w .⌈k⌉[ ]⌈-⌉bd . s̀s̀w .⌈gd . ḫlb

Si le cheval […]⌈-⌉BD, du coriandre d'Alep

21) w . š[ ]⌈-⌉. ʿl⌈- . -⌉[ ]

et du Š[ ] ]⌈-⌉. ʿL⌈- . -⌉[ ]

22) ydk[ . ảḥdh . w. y]⌈ṣq⌉ [. b . ảph]

on doit broyer [ensemble et lui admi]nistrer (ceci) [par les naseaux].

————[———————————]

X

23) w . k . yg⌉[ʿr . s̀s̀w . --(-) . dprn . w]

Si [le cheval] tou[sse], [X de genièvre],

24) pr . ʿṯ[rb . drʿ . w . ṯ]⌈qd⌉[ . mr . w]

du fruit de ʿṮ[RB, (c'est-à-dire) des graines, de

l'a]man[de amère],

25) tmṯl . gd⌉[ . w . tm]ṯl . ṯmrg ⌈.⌉

(une mesure ?)-TMṮL de coriandre, [(une

[w mǵmǵ]

mesure ?)-TM]ṮL de ṮMRG, [du MǴMǴ],

26) w . št . nn⌉ [.] w ⌈.⌉ pr . ʿbk . ⌈w

(une mesure ?)-ŠT d'ammi, du fruit deʿBK, [(une

[ . št .ʿqrb . w]

mesure)-ŠT de « la plante-scorpion » (?)],

27) mǵmǵ . w . pr . ḥḏrt . w[ . tmṯl]

du MǴMǴ, des graines de laitue et [(une mesure ?) TMṮL]

Tranche inférieure

28) ỉrǵn . ḥmr . ydk . ả[ḥdh]

de fenouil du type ḤMR on doit broyer ensemble

29) w . yṣq . b . ảph

et lui administrer (ceci) par les naseaux.

————————————[———]

Verso

XI

30) k . yrảš . w . ykhp . mỉ d

Si <le cheval> souffre de la tête et qu'il est tout à fait prostré,

31) dblt . yṯnt . ṣmqm . yṯ[nm]

une boulette de figues vieil[lie], des raisins secs vieillis

32) w . qmḥ . bql . yṣq . ảḥd[h . b .

et de la farine de malt (on doit broyer et) lui

ảph]

administrer (ceci) ensemb[le par les naseaux].

RS 5.285 + 5.301 = M3348 (= A 2730 = AO 17.273) = CTA 161 = UT 56 = KTU/CAT/KCAT 1.72 = RSO II, passim (fig. 2)

Figure 2. Tablette RS 5.285 + 5.301.

Figure 2. Tablette RS 5.285 + 5.301.

Dessin de l’auteur.

Hauteur 135 mm, largeur 78 mm, épaisseur 34 mm

Acropole :

RS 5.285 : Acropole : « Dans T[ombe] V, même rég., à 0,50 au-dessous du seuil » (= point topographique 583)

RS 5.301 : Acropole : « Tombe V, remplissage, à 1m0-1m10 » (= point topographique 583)

Texte

Essai de reconstitution

Recto

I

1) [

]

1) [spr . nʿm . s̀s̀wm]

[—————————]

2) [

]

2) [k . ygʿr . s̀s̀w . št]

3) [

]

3) [ʿqrbn . ydk . w . ymss]

4) [

]

4) [hm . b . mskt . d lḥt . hm]

5) [

]

5) [b . mndǵ . w . yṣq . b . ảph]

—[

]

——————————

II

6) k[

]

6) k[ . ḫr . s̀s̀w . mǵmǵ]

7) w[

]

7) w[ . bṣql . ʿrgz . ydk]

8) ả⌈ḥ⌉[

]

8) ả⌈ḥ⌉[dh . w . yṣq . b . ảph]

——[

]

——————————

IV

9) k .[

]

9) k .[ ḫr . s̀s̀w . ḫndrṯ]

10) w . ⌈ṯ⌉[

]

10) w . ⌈ṯ⌉[qd . mr . ydk . ảḥdh]

11) w . y[

]

11) w . y[ṣq . b . ảph]

———[

]

—————————

V

12) k . l . ḫ[

]

12) k . l . ḫ[rả . w . l . yṯtn]

13) mss . [

]

13) mss . [št . qlql . w . št]

14) ʿrgz[

]

14) ʿrgz[ . ydk . ảḥdh]

15) w . yṣq[

]

15) w . yṣq[ . b . ảph]

—————[

]

————————

VI

16) k . yỉḫd[

]

16) k . yỉḫd[ . ảkl . s̀s̀w]

17) št . mkš[

]

17) št . mkš[r . grn]

18) w . št . ảš⌈k⌉[

]

18) w . št . ảš⌈k⌉[rr]

19) w . pr . ḥḏr[

]

19) w . pr . ḥḏr[t . ydk]

20) ảḥdh . w . yṣq[

]

20) ảḥdh . w . yṣq[ . b . ảph]

————————[

]

————————————

VII

21) k . yỉḫd . ảkl . s̀[

]

21) k . yỉḫd . ảkl . s̀[s̀w]

22) št . nnỉ . št . m⌈k⌉[

]

22) št . nnỉ . št . m⌈k⌉[šr . grn . w]

23) št . ỉrǵn . ḥm⌈r⌉[

]

23) št . ỉrǵn . ḥm⌈r⌉[ . ydk]

24) ảḥdh . w . yṣq . b[

]

24) ảḥdh . w . yṣq . b[ . ảph]

—————————[

]

———————————

VIII

25) k . yrảš . s̀s̀w . ⌈š⌉[

]

25) k . yrảš . s̀s̀w . ⌈š⌉[t]

26) bln . qṭ . yṣq . b . ⌈ả⌉[

]

26) bln . qṭ . yṣq . b . ⌈ả⌉[ph]

——————————[

]

————————————

Tranche inférieure : vacat

Verso

X

27) k . ygʿr[

]

27) k . ygʿr[ . s̀s̀w . …]

28) dpr⌈n⌉[

]

28) dpr⌈n⌉[ . w . pr . ʿṯrb]

29) drʿ .[

]

29) drʿ .[ w . ṯqd . mr . w]

30) tmṯ⌈l⌉[

]

30) tmṯ⌈l⌉[ . gd . w . tmṯl . ṯmrg . w]

31) mǵm⌈ǵ⌉[

]

31) mǵm⌈ǵ⌉[ . w . št . nnỉ . w . pr . ʿbk]

32) w . š[

]

32) w . š[t . ʿqrb . w . mǵmǵ]

33) w . p⌈r⌉[

]

33) w . p⌈r⌉[ . ḥḏrt . w . tmṯl]

34) ỉrǵ⌈n⌉[

]

34) ỉrǵ⌈n⌉[ . ḥmr . ydk]

35) ảḥd⌈h⌉[

]

35) ảḥd⌈h⌉[ . w. yṣq . b . ảph]

————[

]

————————————

XI

36) k . yr⌈ả⌉š . s̀s̀⌈w⌉[

]

36) k . yr⌈ả⌉š . s̀s̀⌈w⌉[ . wykhp]

37) mỉd . dblt . yṯ[

]

37) mỉd . dblt . yṯ[nt . w]

38) ṣmq⌈m⌉ . yṯnm . w[

]

38) ṣmq⌈m . yṯnm . w[ . qmḥ . bql]

39) tdkn . ảḥdh . w[

]

39) tdkn . ảḥdh . w[ . yṣq]

40) b . ảph

40) b . ảph

—————————

—————————

RS 5.300 = AO 17.272 = CTA 160 = UT 55 = KTU/CAT/KCAT 1.71 = RSO II, passim (fig. 3)

Figure 3. Tablette RS 5.300.

Figure 3. Tablette RS 5.300.

Dessin de l’auteur.

Hauteur 121 mm, largeur 82 mm, épaisseur 32 mm

Acropole : « Tombe V, remplissage, à 1,0-1,10 » (= point topographique 583)

Texte

Essai de reconstitution

Recto

I

1) [

]

1) [spr nʿm s̀s̀wm]

[——————————]

II

2) [ ]w[

]

2) [k ygʿr s̀s̀]w[št ʿqrbn]

3) [ ]s̀s̀[

]

3) [ydk w ym]s̀s̀[ hm bmskt d lt]

4) [ ]w yq b ả[

]

4) [hm bmndǵ]w yq b ả[ph]

[ ]—————[

]

————————————

III

5) [ ]s̀w mǵmǵ w b[

]

5) [k r s̀]s̀w mǵmǵ w b[ql ʿrgz]

6) [ ]dh w yq b ảph[ ]

6) [ydk ả]dh w yq b ảph

[ ]———————[

]

————————————

IV

7) [ ] s̀s̀w ndr w q[

]r

7) [(w) k r] s̀s̀w ndr w q[d m]r

8) [ ] dh w yq b ảph[

]

8) [ydk ả]dh w yq b ảph

V

9) [ ]ủ w l ytn mss št qlql

9) [(w) k l yr]ủ w l ytn mss št qlql

10) [ ]ydk ảdh w yq b ảph

10) [w št ʿrgz]ydk ảdh w yq b ảph

VI

11) [ ]s̀s̀w št mkšr grn

11) [(w) k yỉd ảkl ]s̀s̀w št mkšr grn

12) [ ]r rt

12) [w št ảškrr w p] r rt

13) [

]

13) [ydk w yq b ảph]

[ ]——[

]

————————————

VII

14) [ ]w š[

]

14) [(w) k yỉd ảkl s̀s̀]w š[t nnỉ]

15) [

]ǵn m[ ]

15) [w št mkšr grn w št ỉr]ǵn m[r]

16) [

]

16) [ydk w yq b ảph]

VIII

17) [

] ydk

17) [(w) k yrảš s̀s̀w št bln q] ydk

18) [

]

18) [w yq b ảph]

X

19) [

]

19) [(w) k ygʿr s̀s̀w --(-) dprn w pr]

20) [

]

20) [ʿrb drʿ w qd mr w tml]

21) [

]

21) [gd w tml mrg w mǵmǵ]

22) [

]qrb

22) [w št nnỉ w pr ʿbk w št ʿ]qrb

23) [

]l

23) [w mǵmǵ w pr ḥḏrt w tm]l

24) [

]

24) [ỉrǵn ḥmr ydk]

Tranche inférieure

25) [ ]⌈q b⌉ [ ]⌈h⌉

25) [ảḥdh w yṣ]⌈q b⌉ [ảp]⌈h⌉

————————————

————————————

Verso

XI

26) k yrảš w ykhp mỉd

26) k yrảš w ykhp mỉd

27) dblt yṯnt w ṣmqm yṯn[

]

27) dblt yṯnt w ṣmqm yṯn[m]

28) w qmḥ bql yṣq ảḥdh

28) w qmḥ bql yṣq ảḥdh

29) b ⌈ảp⌉h

29) b ⌈ảp⌉h

—————————————

—————————————

RS 23.484 = DO 6123 = KTU/CAT/KCAT 1.97 = RSO II, passim (fig.4)

Figure 4. Tablette RS 23.484.

Figure 4. Tablette RS 23.484.

Dessin de l’auteur.

Hauteur 55, largeur 61mm, épaisseur 23 mm

Ville Sud, Maison aux Textes Littéraires, point topographique 2992 à 1,70 m

Texte

Essai de reconstitution

Recto

1') [ ]⌈b⌉[

]

1') [w yṣq .] ⌈b⌉[ ảph]

————————————

—————————————

VII

2') k yỉḫd . ảkl . s̀⌈s̀⌉[

]

2') k yỉḫd . ảkl . s̀⌈s̀⌉[w . št . nnỉ]

3') w . št . mkšr . g[

]

3') w . št . mkšr . g[rn . w . št]

4') ảrǵn . ḥmr . td[

]

4') ảrǵn . ḥmr . td[k(n) . ảḥdh]

5') w yṣq . b ảph [

]

5') w yṣq . b ảph

———————[

]

—————————————

VIII

6') k yrảš . s̀s̀⌈w⌉[

]

6') k yrảš . s̀s̀⌈w⌉[ . št . bln . qṭ]

7') ydk ⌈. y⌉ṣq . b ⌈ả⌉[

]

7') ydk ⌈. y⌉ṣq . b ⌈ả⌉[ph]

————————————

—————————————

IX

8') [ ]⌈-⌉ṣ . s̀s̀[

]

8') [---]⌈-⌉ṣ . s̀s̀[w…]

................................................

Verso

................................................

[ ]———[

]

—————————————

X

9') [ ]⌈r .⌉ s̀s̀w[

]

9') [k . ygʿ]⌈r .⌉ s̀s̀w[ . --- . dprn . w]

10') [ ]⌈ʿ⌉ṯrb [.] d⌈r⌉[ ]

10') [pr . ]⌈ʿ⌉ṯrb [.] d⌈r⌉[ʿ . w . ṯqd . mr]

11') [ ]tmṯl . gd ⌈.⌉[

]

11') [w . ]tmṯl . gd ⌈.⌉[ w . tmṯl . ṯmrg . w]

12') [ ]⌈w⌉ . št . n[

]

12') [mǵmǵ . ]⌈w⌉ . št . n[nỉ . w . pr . ʿbk . w . št]

13') [ ]ǵ ⌈.⌉ p⌈r⌉[

]

13') [ʿqrb . w . mǵm]ǵ ⌈.⌉ p⌈r⌉[ . ḥḏrt . w . tmṯl]

14') [ ]⌈r⌉[

]

14') [ảrǵn . ḥm]⌈r⌉[ . ydk …]

Haut de page

Notes

1 Il existe de nombreuses introductions à l'étude de l'ancien royaume d'Ougarit. Ce paragraphe n'indique que quelques éléments de base nécessaires pour comprendre l'origine des textes hippiatriques en langue ougaritique, et un très bref résumé du premier chapitre de mon introduction à la culture ougaritique (Pardee, 2012).

2 Ces textes, au cours de leur étude, étaient parfois identifiés comme étant « hippologiques », c'est-à-dire comme ayant trait à l'entraînement de chevaux et à leur régime alimentaire. Voir la suite de la présentation.

3 On trouvera dans l'Appendice 2 les quatre textes en transcription, et le plus complet, RS 17.120, en traduction. La collection de textes dont faisait partie RS 23.484, celle de la « Maison aux Textes Littéraires » de la tranchée « Ville Sud », a été récemment l'objet d'une étude détaillée (Roche-Hawley, 2013).

4 Virolleaud, 1934, p. 75-83.

5 Herdner, 1963, textes 160, 161.

6  Ibid., pl. LXXV, LXXVI.

7 Schaeffer, 1968, p. 625-27, fig. 16, 16A, 16B (photographies d'un moulage).

8 Dietrich et al., 1976, p. 98, texte 1.85. Ce texte ayant été mis à sa disposition, Herdner a été en mesure de l'utiliser pour « restaurer en partie » (Herdner, 1963, p. 245) les deux textes de 1933 dont elle a donné la réédition dans son Corpus.

9 Ibid., p. 105, texte 1.97.

10 Virolleaud a indiqué ce titre dans sa présentation préliminaire du texte (1951-1954 [séance du 23 novembre 1953], p. 47 ; cf. 1954 [séance du 2 juillet], p. 258 : « Écrit concernant le nʿm des chevaux »), et Herdner l'a indiqué en se servant de RS 17.120 pour restituer RS 5.300 (Herdner, 1963, p. 245, texte 160). Il était visible sur les photographies publiées par Schaeffer en 1968 (p. 625, 626, fig. 16 et 16A), mais le texte complet a paru en transcription seulement en 1976 (Dietrich et al., 1976, p. 98-99, texte 1.85).

11 N'osant pas à l'époque proposer de copie de tablette exécutée par ma main, dépourvue de talent artistique, j'ai demandé à mon collègue Pierre Bordreuil de fournir la sienne, ce qu'il a aimablement accepté de faire. Pierre nous a quitté en novembre 2013, et ce n'est donc qu'outre-tombe que je puis le remercier encore une fois ici. Ayant pris depuis cette époque lointaine l'habitude de préparer la copie pour la publication (voir Pardee, 2011), je joins à l'étude actuelle (voir Appendice 2) une version passée à l'encre, par ma main, des copies que j'avais exécutées dans les trois musées en 1981.

12 Pardee, 1985.

13 Ibid., p. 12, 13-15. Au lieu de donner un texte composite, j'ai voulu présenter les quatre textes in extenso, tels qu'ils avaient été établis par l'étude des originaux, et il m'a paru nécessaire de tenir compte de toutes les variantes.

14 Cohen et Sivan, 1983.

15 Au lieu d'abandonner le travail déjà investi dans la composition du livre et de recommencer mon étude philologique à neuf, j'ai choisi de mentionner l'existence de Cohen et Sivan, 1983, dans un addendum à l'« Introduction » de ma réédition (Pardee, 1985, p. 8).

16 Cohen, 1996.

17 Cohen, 1997.

18 Loretz, 2011.

19 Ibid., p. 27-304.

20 Ibid., p. 179-241. On trouve aussi dans cet ouvrage des considérations sur la place du cheval dans la civilisation et l'art ougaritiques, par rapport à d'autres équidés (surtout l'âne), ainsi qu'un chapitre rédigé par Martin Stol, qui traite du cheval et de l'hippiatrie en Mésopotamie à l'époque paléo-babylonienne (ch. 10, p. 363-402).

21 Virolleaud, 1934, p. 75.

22 Ibid., p. 80.

23 Ginsberg, 1936, p. 99.

24 De Langhe, 1945, vol. I, p. 204.

25 Gordon, C. H., 1949, 128. Son interprétation des textes découverts en 1933, y compris l'identification de ces textes comme relevant du genre hippiatrique, était connue dès 1942 par l'étude de ces textes de son frère, Maurice Bear Gordon (cité ici plus bas) ; celui-ci affirme que Cyrus Gordon lui avait fourni les textes qu'il présente, aussi bien que leur traduction.

26 Froehner, 1934. Voir aussi Froehner, 1952, p. 11-15.

27 Gordon, M. B., 1942.

28 Le premier essai de grammaire descriptive de la langue ougaritique était de sa main : Gordon, C. H., 1940. Trois versions révisées de cette grammaire, chacune avec un nouveau titre et comportant tous les textes connus à l'époque de chaque nouvelle édition, ainsi qu'un glossaire (Gordon, C. H., 1947, 1955 et 1965), ont constitué le principal outil d'apprentissage de la langue ougaritique pendant plusieurs décennies, non seulement aux États-Unis, mais aussi par ceux qui connaissaient l'anglais partout dans le monde.

29 Gordon, C. H., 1949, 128-29. Voir déjà la deuxième édition de sa grammaire : Gordon, C. H., 1947, p. 193, 200, ainsi que la traduction de ces textes qu'il avait fournie à Maurice Bear Gordon pour sa publication de 1942 (cf. ci-dessus, note 27).

30 Gordon, C. H., 1953, p. 232 (recension d'Ebeling 1951).

31  Kammenhuber, 1961 (réédition des textes transmis par Kikkuli, replacés dans le contexte plus large fourni par d'autres textes hittites relatifs à l'entraînement du cheval attelé au char de guerre).

32 Ebeling, 1951 ; Salonen, 1956.

33 Gordon a dû connaître dès 1936 la traduction de la formule prépositionnelle par « lpnyw », c'est-à-dire « devant lui », dans la traduction en hébreu moderne de Ginsberg (1936, p. 99-101). Pourtant, à ma connaissance, Ginsberg n'a jamais fourni de commentaire à propos de cette traduction, et je ne connais donc pas de moyen permettant de sonder la pensée de ce grand pionnier dans l'interprétation de la langue et des textes ougaritiques.

34 Deux ans plus tard, cette interprétation est indiquée explicitement dans une note de bas de page de la troisième édition de sa grammaire, nouvelle par rapport à la deuxième édition : Gordon, C. H., 1955, p. 77, n. 1 ; cf. p. 240, § 20.184, à propos du mot ảp, p. 275, § 20.853, à propos du mot yṣq (ceci malgré le maintien, p. 193 et 200, de l'identification des deux textes comme étant « hippiatric » dans les tableaux indiquant le genre littéraire de tous les textes ougaritiques connus à l'époque !). Cette présentation était retenue dans la quatrième édition de sa grammaire : Gordon, C. H., 1965, p. 94, n. 1, p. 362, § 19.264 (à propos de ảp), p. 413-14, § 19.1141 (à propos de yṣq), et, dans cette édition, l'identification de ces textes dans les tableaux de genres littéraires a été modifiée pour ne plus être en contradiction (p. 259, 290 : « hippic »). Encore en 1979, à l'occasion d'un colloque marquant le cinquantième anniversaire du début des fouilles à Ras Shamra, Gordon parlait de « hippic texts, for the care of horses » (1981, p. 185).

35 Honeyman, 1947, p. 80 ; cf. Mack-Fisher, 1990. Ce dernier souligne l'importance de Magon pour les spécialistes de l'agriculture à l'époque romaine, en particulier Varron et Columelle (ibid., p. 211-12).

36 Schaeffer, 1968, p. 621. On peut aussi citer Loewenstamm qui, en recensant C. H. Gordon, 1955, a cité la nouvelle interprétation sans la critiquer, et a déclaré « intéressante » sa comparaison avec le texte biblique Deutéronome 33:10 (1956, p. 469-70 [traduction anglaise : 1980, p. 33]).

37 Schaeffer, 1939, p. 41. Il n'a pas signalé à quels termes ougaritiques ces traductions correspondent ; mais « hennir » rend certainement le verbe gʿr, qui signifie « crier », car Virolleaud a déjà employé le verbe « hennir » en expliquant le mot ougaritique (1934, p. 82). L'allusion à des enflures semble refléter la traduction proposée par Virolleaud des verbes rʾš et ʾhp (sic! — fausse lecture de {khp}) par « a une très grosse tête et un très gros nez » (ibid., p. 78). Je ne vois pas d'autre correspondance possible à « mordre » que le verbe ʾḫd, qui signifie « saisir » et dont l'interprétation précise est débattue, difficulté aggravée, avant la publication de RS 17.120, par la fausse lecture du mot suivant dans l'editio princeps de RS 5.285+:21 ({ảrl} au lieu de {ảkl} [ligne numérotée 17 dans l'editio princeps : ibid., p. 78, 79, 82]) — la traduction « mordre » a dû être inspirée par la traduction élargie de Virolleaud : « Quand le cheval saisit (avec ses dents ?) » (ibid., p. 82). On sait d'après RS 17.120 que le verbe ʾḫd est chaque fois suivi du mot ảkl, que j'ai pris pour le mot signifiant « nourriture », en interprétant la formule comme une manière de désigner la boulimie ou comme le symptôme d'une autre maladie (Pardee, 1985, p. 57-58, à la suite de Fronzaroli, 1975, p. 42-43). C. Cohen ne démord cependant pas (si j'ose me permettre le calembour) de l'interprétation de ảkl comme sujet du verbe et comme terme signifiant « douleur » (Cohen, 1996, p. 125-26). Parce que le sujet des autres verbes de la protase dans ces textes est le cheval et que l'interprétation de Cohen s'appuie sur la lexicographie accadienne, les parallèles dans la littérature hippiatrique étant repoussés et jugés « completely unacceptable », je ne puis admettre cette analyse de la formule.

38 Schaeffer, 1939, p. 86, n. 103.

39 Schaeffer, 1968, p. 621 : « les remèdes à appliquer aux enflures, et les précautions à prendre contre les chevaux qui mordent ou hennissent ».

40 Fronzaroli, 1975, p. 41-42.

41 Ibid., p. 44-46.

42 Comme nous venons de le voir, Gordon a explicitement pris les textes hippologiques en langues hittite et accadienne pour modèle des textes ougaritiques (au moins pour le genre littéraire, sinon pour l'origine), alors que Schaeffer n'a pas révélé le fond de sa pensée à ce sujet.

43 Dahood, 1965, p. 3 ; Herdner, 1969, p. 132 ; Pardee, 1976, p. 239 ; Cohen et Sivan, 1983, p. 17-18 ; Cohen, 1983, p. 9-10.

44 Cohen et Sivan, tout en soulignant dans leur introduction le contraste entre les textes hippologiques et hippiatriques (1983, p. 2-3), n'ont pas repoussé explicitement l'interprétation des textes ougaritiques comme appartenant au premier type de texte, bien qu'ils aient consacré un long commentaire à la formule yṣq b ảph, où l'interprétation de Gordon n'a pas été admise (p. 17-18) ; cf. aussi Cohen, 1983, p. 9-10.

45 Cette situation demeure inchangée depuis 1996, lorsque la même constatation a été émise (Pardee, 1996, p. 22, 26). L'auteur de la seule recension de ma réédition de 1985 où le côté épigraphique ait été abordé en détail, Sanmartín,1988a, travaillait sur photographies, et il n'a fait, pour la plupart, qu'insister, là où j'avais proposé de nouvelles lectures, sur la valeur des lectures de Dietrich et al., 1976. La plupart des lectures critiquées dans cette recension – ironie du sort – ont été adoptées par Dietrich, Loretz et Sanmartín en rééditant cet ouvrage en 1995 et 2013, aussi bien que dans Loretz, 2011.

46 Tropper, 1995, p. 234 ({[…]s̀ h[…]} pour {[…]s̀ s̀ […]} en RS 5.300:3) ; Tropper, 1997, p. 673 ({⌈ả⌉ḫd} pour {[y]⌈ỉ⌉ḫd} en RS 17.120:12) ; Tropper, 1998, p. 292, et 2000, p. 526, § 74.232.21 ({[yḫr]⌈ủ⌉} pour {[ḫr]⌈ả⌉} en RS 5.300:9).

47 Pardee, 1999, p. 191 (admet le bien-fondé de la lecture de {⌈ả⌉ḫd} pour {[y]⌈˹ỉ⌉ḫd} en RS 17.120:12) ; ibid., p. 192 (retient la lecture de {[…]s̀ s̀ […]} en RS 5.300:3) ; Pardee, 2003-2004, p. 266 (admet le bien-fondé de la lecture de {[yḫr]⌈ủ⌉} pour {[ḫr]⌈ả⌉} en RS 5.300:9).

48 Dans sa recension de Pardee, 1985, del Olmo Lete avait bien remarqué, par référence à l'usage de la loupe binoculaire dans la recherche épigraphique : « … la structure de la phrase est alors une “loupe” au moins aussi importante que toute autre chose au moment de “lire” un signe fragmentaire » (1988, p. 244). Nous précisons seulement que la première étape doit être épigraphique, car le texte ancien constitue la donnée primordiale, mais qu'il faut permettre à l'analyse linguistique et littéraire de signaler des corrections possibles de la lecture, qu'il faut ensuite vérifier sur la tablette. Il va sans dire aussi, parce que c'est un principe de la critique textuelle depuis des siècles, que, une fois le texte ancien établi, on doit laisser ouverte la possibilité d'erreur dans ce texte, ce qui peut amener à des propositions d'une autre sorte de correction, non pas sur le texte de l'épigraphiste mais sur celui du scribe ou de l'auteur dans l'Antiquité.

49 La question était ici de savoir si la médecine hippiatrique était plus liée à la médecine humaine ou aux pratiques médicales en usage pour d'autres bêtes (question reprise ici plus bas).

50 La question était ici d'évaluer l'importance du paragraphe supplémentaire présent dans deux des exemplaires du traité (autre question reprise ici plus bas).

51 Le mal dont souffre le cheval est indiqué dans la protase, la composition du médicament et son administration au cheval malade dans l'apodose.

52 Pardee, 1996, p. 26.

53 Stol, 1986, col. 174.

54 Cf. Pardee, 1992. C'est l'effort pour maintenir en équilibre les deux approches, sémitique comparée et hippiatrie comparée, qui constitue la différence la plus importante entre ma méthode et celle de Cohen et Sivan, 1983, ou Cohen, 1996, où le résultat de la comparaison avec l'accadien est presque toujours préféré à ce que les textes hippiatriques antiques et médiévaux apportent sur tel ou tel sujet. Et, au sein du sémitique comparé, l'accadien est préféré par Cohen et Sivan à toute autre langue sémitique (cf. l'exemple du mot ougaritique ʿṯrb, que Cohen, 1996, p. 140, explique par l'accadien azupīru de préférence à l'arabe ʿuṯrubun, qui désigne une sorte d'arbrisseau, malgré l'identité des consonnes dans la forme arabe et les fortes différences entre les formes ougaritique et accadienne). Le côté très positif de la démarche de Cohen (et Sivan), en fait en parfait accord avec mon insistance sur la consultation des textes hippiatriques, est l'attention qu'ils prêtent aux textes accadiens traitant la médecine humaine (voir ici plus bas).

55 Pardee, 1985, p. 42-45.

56 Il me paraît invraisemblable que les médecins du Bronze récent aient été incapables de distinguer entre un défaut permanent et une maladie temporaire (Cohen, 1996, p. 114). L'hippiatrie avait déjà une histoire multi-séculaire (Stol apud Loretz, 2011, p. 363-402), et les spécialistes, qui étaient des « médecins » (āsû), avaient dû atteindre une certaine sophistication dans leur théorie aussi bien que dans leur pratique.

57 Sans repousser définitivement l'interprétation de Renfroe (1988, p. 182-84), qui a cité un usage du verbe arabe composé des mêmes consonnes pour désigner le fait de vider des excréments, en faveur de l'interprétation du verbe ougaritique comme « souffrir d'une difficulté à déféquer », j'ai réclamé l'édition des textes hippiatriques en langue arabe, ce qui permettrait à un non-spécialiste du genre de savoir si le verbe arabe paraît dans ces textes (Pardee, 1992, p. 155). Sans entreprendre l'histoire de cette racine en sémitique, je remarque que, puisqu'il existe en arabe un nom commun de cette racine signifiant « injures », sens qui cadre avec l'ancien usage de verbe pour exprimer une réprimande, on peut tenir compte de la possibilité que la variété des usages en arabe, assez diverse, constitue en fait des évolutions propres à cette langue.

58 Et par l'introduction d'une fausse donnée : la « Nebenform gǵr » (p. 200) ne paraît pas en RS 92.2014, selon la proposition de Dietrich et Loretz, 2009, p. 67, 71. Voir la copie et la photographie dans Bordreuil et Pardee, 2004 et 2009, texte 18, ligne 11, où le deuxième signe du mot est sans aucun doute un {h}.

59 Malgré son approche concentrée sur la comparaison avec les données textuelles de l'accadien, l'étude de Cohen, 1996, était sans doute la plus importante pour la compréhension médicale du texte, car il cherchait, partout où cela lui paraissait possible, à définir la fonction médicale de tel ou tel composant d'un remède.

60 Les textes hippiatriques font certainement partie de ceux que j'ai une fois réunis sous le titre de « Ugaritic science » en les définissant comme des « compendia of knowledge » (Pardee, 2001). Dans cette étude, la « science » antique a été définie comme « what a given culture considers to be organized, or perhaps listable, knowledge » (ibid., p. 224). Comme on le verra, c'est une définition de philologue, conçue en fonction des textes qui sont parvenus jusqu'à notre époque.

61 Des six passages où il est question de médicaments à l'intention de chevaux malades que nous avons cités dans Les textes hippiatriques, un seul commence par la conjonction conditionnelle šumma (Pardee, 1985, p. 75). Dans l'un des six, le médicament est administré sous forme de lavement. Voir la présentation des textes mésopotamiens par un spécialiste du sujet, Stol apud Loretz, 2011, p. 386-402. Un collègue m'informe que des textes proprement hippiatriques en langue accadienne et de l'époque médio-assyrienne, grosso modo celle des textes ougaritiques, paraîtront sous peu. Lorsque ces textes seront disponibles, on sera en mesure de brosser un nouveau tableau de la science hippiatrique antique.

62 Stol apud Loretz, 2011, p. 379-80.

63 Pour le traité vétérinaire égyptien, où il est question du poisson, de l'oie, du chien et du mouton, voir ibid., p. 386-87 (avec bibliographie).

64 En citant les quelques passages hippiatriques que j'avais trouvés dans les textes médicaux en langue accadienne, j'ai proposé que « la médecine vétérinaire n'est qu'une branche relativement tardive de la médecine générale, c'est-à-dire humaine » (Pardee, 1985, p. 73).

65 Bordreuil et Pardee, 1989, p. 39. L'état très fragmentaire de ces tablettes indique que le fait de se trouver dans une tombe ne signifie pas qu'il s'agissait d'objets de valeur déposés avec un défunt, mais qu'elles faisaient partie des débris d'une destruction du lieu (voir la description de la découverte par Schaeffer, 1934, p. 118).

66 Sanmartín, 1988b, p. 228. On remarquera que la disposition du texte sur la tablette est très différente dans les deux cas, les lignes de RS 5.285+ comportant normalement moins de signes, de sorte que le texte, sans le paragraphe IX, s'étendait sur 40 lignes, alors que RS 17.120 ne comporte que 32 lignes, trois de ces lignes occupées par le paragraphe IX.

67 Sanmartín, 1988b. Je remarque seulement que mon approche de ces textes est trop assimilée par cet auteur à celle de Cohen et Sivan, 1996 : je n'ai pas présenté un texte composite, comme eux ; j'ai décrit les quatre textes comme des « exemplaires » d'un « traité hippiatrique » (1985, p. 12) ; je ne retrouve pas la formule « texte de base » dans ma présentation (la formule française se trouve chez Sanmartín, 1988b, p. 230, pour décrire mon approche, comme s'il s'agissait d'une citation) ; je n'ai présenté RS 17.120 en premier lieu que parce qu'il est « le plus complet » (ibid., p. 15) ; j'ai présenté une traduction intégrale de ce texte-là seulement parce que les quatre exemplaires se ressemblent à tel point qu'il aurait été inutile de les traduire tous les quatre, et il n'est nullement question de « matrice » dans ma présentation tabulaire des variantes entre les quatre exemplaires (1985, p. 71-72), comme le prétend Sanmartín (1988b, p. 230). Sanmartín s'oppose au principe de restitution des passages lacunaires de ces textes par la comparaison avec l'un ou l'autre des autres textes ; mais, à l'exception de détails sans importance pour le sens fondamental du traité, les quatre exemplaires se ressemblent tellement, là où le texte d'au moins deux des exemplaires est conservé, que laisser de côté ces indices pour la lecture de signes mutilés aurait pour seul résultat de perdre un outil de recherche. D'ailleurs, du point de vue purement épigraphique, lorsqu'on cherche, dans une zone abîmée de l'une ou l'autre de ces tablettes, les traces d'un signe dont la présence est attendue d'après un texte mieux conservé, les traces visibles présentent le plus souvent le profil escompté. Sur la réception de ces lectures dans Dietrich et al., 1995 et 2013, et par Loretz, 2011, voir plus haut, note 45.

68 À cause du petit nombre de textes scolaires découverts dans cette maison, seulement quatre, alors que la maison juste au nord en a donné une bonne quinzaine, il est possible que l'école ait été située dans cette dernière maison, à l'étage, et que les textes scolaires découverts sur le sol de la maison de Rashapabou soient en fait tombés de la maison voisine lors de la destruction de la ville. Voir Van Soldt, 2000, p. 231-32 ; Yon, 2006, p. 71-72.

69 La pratique de la divination à Ougarit est bien attestée par un nombre assez important de textes non scolaires : un texte demandant au destinataire du document l'interprétation d'un phénomène céleste, et des modèles d'organes de caprins et ovins, reflets concrets de la divination par ces organes, un modèle de poumon et deux séries de modèles de foie, l'une en argile, l'autre en ivoire, certains exemplaires des deux catégories portant une inscription ougaritique (voir Pardee, 2001 ; depuis cet aperçu, les objets en ivoire ont été publiés par Gachet, pour l'archéologie, et Pardee, pour l'épigraphie, 2001 ; voir aussi l'étude de l'ensemble des ivoires d'Ougarit par Gachet-Bizollon, 2007, y compris les modèles de foie). Un texte mal conservé semble refléter la pratique de l'oniromancie, mais la structure de ce texte est difficile à saisir en raison de l'état de l'objet (RS 18.041– texte réédité dans Pardee, 2000a, p. 457-68).

70 « … tu (les) verseras dans son naseau gauche (du cheval) et il guérira » (texte cité dans Pardee, 1985, p. 74).

71 Pardee, 2001, p. 233-34 (l'hypothèse d'un lien entre les Amorites et la transmission de la « science » mésopotamienne au Levant est proposée de manière hésitante).

72 On ne peut douter que l'écriture mésopotamienne ait été en usage dans la région au moins depuis l'ère paléo-babylonienne, non seulement parce que c'était le cas ailleurs en Syrie du nord, mais, surtout parce qu'une tablette de cette époque a été découverte à tell Siyannou, situé une trentaine de kilomètres au sud d'Ougarit (voir la notice de Charpin, 2004).

73 À propos du prix du cheval à Ougarit, voir Pardee, 2000b, p. 32-33 ; à propos de la place du cheval dans l'économie de l'Ougarit vers la fin de ce royaume (ca. 1200 av. J.-C.), voir Malbran-Labat et Roche, 2008, 2012.

74 Sans expliquer en détail sa pensée, Loretz a souligné dans l'introduction de son étude du cheval à Ougarit (2011), le rôle de « bioconverteur » que devait jouer cette bête. À notre avis, il n'a pas suffisamment examiné l'élément de luxe que représentait le cheval à l'époque : il ne servait que l'élite, humaine ou divine (car, dans tel ou tel texte économique, certains chevaux se définissent par leur appartenance à telle ou telle divinité : voir RS 86.2235:16'-17', texte édité par Bordreuil et Pardee, 2001, p. 354-56), et ce service consistait principalement à tirer le char de guerre ou de parade. À part le crottin, qui devait être utilisé comme engrais, et les bénéfices que l'on pouvait tirer de la carcasse du cheval mort, on se demande quelle était la contribution du cheval à la société, lui qui convertissait en énergie l'herbe et les céréales qu'il consommait. Quelle que soit la réponse à cette question, elle différera sur plusieurs plans de celle que l'on donne à la même question posée à propos du bovidé, de l'ovidé, du capridé, de l'asiné, voire du canidé.

75 Cf. Pardee, 2001, p. 230.

76 En plus des études des textes hippiatriques qui sont ciblées dans cette présentation, voir les nombreuses remarques lexicographiques de Watson, rassemblées dans Watson, 2007, en particulier son étude consacrée aux termes botaniques dans les textes d'Ougarit (Watson, 2004).

77 En plus des différences relatives à l'interprétation de ces cinq termes, on peut citer la proposition de Cohen qui voit dans les signes {ʿl⌈-⌉} en RS 17.120:21 le mot ougaritique qui correspondrait à l'hébreu ʿāleh, « feuille » (1996, p. 138-39).

78 Cf. Pardee, 2000b, p. 24-41.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Tablette RS 17.120.
Crédits Dessin de l’auteur.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Figure 2. Tablette RS 5.285 + 5.301.
Crédits Dessin de l’auteur.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Figure 3. Tablette RS 5.300.
Crédits Dessin de l’auteur.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Figure 4. Tablette RS 23.484.
Crédits Dessin de l’auteur.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dennis Pardee, « Trente ans de recherches sur les textes et les soins hippiatriques en langue ougaritique », Pallas, 101 | 2016, 155-188.

Référence électronique

Dennis Pardee, « Trente ans de recherches sur les textes et les soins hippiatriques en langue ougaritique », Pallas [En ligne], 101 | 2016, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3877 ; DOI : 10.4000/pallas.3877

Haut de page

Auteur

Dennis Pardee

Professeur de philologie sémitique
University of Chicago, Oriental Institute
d-pardee@uchicago.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org