Navigation – Plan du site
Pratiques thérapeutiques

Fortifier les chevaux : trois recettes de poudre du quadrige chez Végèce, mulom. 3, 13, 1-4

How to strengthen horses : three recipes of the quadriga’s powder in Vegetius, Mulom. 3, 13, 1-4
Marie-Thérèse Cam
p. 189-204

Résumés

Des neuf recettes de poudre du quadrige transmises par les textes latins et grecs, utilisées pour fortifier les chevaux de course épuisés après un effort intense ou plus largement après une maladie ou pendant l’hiver, trois sont conservées par Végèce, Mulom. 3, 13 : celles nommément attribuées à Chiron et Absyrtus sont inédites, celle de Pélagonius, plus complète que Pelagon. 390. Végèce disposait de sources que nous n’avons pas ou qui ne nous sont pas parvenues dans l’état où il les consultait. Copieuses et coûteuses, les recettes inventées par les vétérinaires témoignent de leur rôle important dans le monde des hippodromes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l’étui à compartiments du vétérinaire Aulus Iulius Myrtilus, medicus primus ueterinarius de la (...)
  • 2 Scrib. Larg. 38, Pline, nat. 34, 108, Galien, XII K 905-906 et 908 entre autres, insistent sur le f (...)
  • 3 Les éditions des textes vétérinaires utilisées sont données en bibliographie. Nous reprenons les si (...)
  • 4 Sur les vétérinaires au service des factions, voir Papini, 2012, p. 295-338, part. p. 314-320.

1Dans la réserve de remèdes que le vétérinaire antique ne doit pas manquer d’avoir sous la main pour parer à toute éventualité, se trouvent sans doute, à côté de sa sacoche à instruments1, des ingrédients de toutes sortes, minéraux, drogues, simples, dont il connaît les vertus, et des compositions de son invention : il est, comme le médecin, inventeur, prescripteur et pourvoyeur de mélanges qu’il confectionne lui-même2. Parmi les nombreuses recettes des traités vétérinaires gréco-latins3, on dénombre une petite vingtaine de mentions d’une recette appelée « poudre du quadrige », dont le nom latin puluis quadrigarius, diversement traduit en grec, atteste une invention romaine, et dont le besoin avait dû se faire sentir très tôt, dans le monde des courses, parmi les membres des factions du cirque et les professionnels gravitant autour des hippodromes. Le vétérinaire, en charge du régime des athlètes que sont les bêtes de course4 et des soins en vue de les amener au meilleur de leur condition physique et de leurs performances, administrait cette poudre après un effort intense dans la carrière ou sur la piste, pour éviter toutes les conséquences du forcement (coactio, ἡ συντονία δρόμου). Son emploi s’est élargi puisqu’on s’en servait aussi pour le maintien de la santé en hiver, en soutien de la convalescence après la maladie et pour pallier l’asthénie, pour soigner certaines formes de morve. Outre leur intérêt médical, qui peut paraître anecdotique aux yeux du vétérinaire contemporain, ces recettes, copieuses et coûteuses, sont les témoins d’un milieu et d’une époque où les vétérinaires des champs de course prenaient modèle sur les médecins au service d’une riche clientèle, celle-là même aussi des propriétaires de chevaux, aristocrates, éleveurs.

  • 5 Végèce, en introduction de la dernière partie de son traité (mulom. 3, 7, 4-5), atteste que les vét (...)

2Végèce, qui écrit son traité de Mulomedicina dans la dernière décennie du ive siècle, spécifie, en introduction du réceptaire qui constitue le second volet du dernier livre (3, 8-27), que les recettes sélectionnées sont destinées aux chevaux de course et de selle (3, 7, 5, in currilibus et sellaribus), pour maintenir leur masse musculaire (pinguia), pour les garder en bonne santé ou les soigner en cas de maladie5, et transmet, dans le chapitre 3, 13, trois recettes de poudre du quadrige nommément attribuées : celles de Chiron et de l’auteur appelé Apsyrtus, l’Apsyrtos grec que Végèce connaît dans une version latine, ne figurent que dans ce chapitre-là, celle de Pélagonius est dans la version originale plus complète que celle transmise par la tradition de cet auteur. Végèce consultait des sources qui ne nous sont pas parvenues dans l’état où nous les lisons : le chapitre 3, 13 intéresse donc également l’histoire de la transmission des textes et des informations.

1. Les poudres du quadrige

1.1. Le corpus gréco-latin

3Parmi les occurrences de « poudre du quadrige », ou de « potion du quadrige » (Pelagon. 367), sept sont de simples mentions de la composition dans l’énumération d’autres ingrédients neuf sont accompagnées de la recette détaillée.´

  • 6 Doyen-Higuet, 2006, p. 41 sur cette recension comprenant 10 mss ; McCabe, 2007, p. 29-30.
  • 7 Voir Ortoleva, 1996, p. 61-86 et part. 82-86. La traduction grecque de Végèce, dont nous conservons (...)
  • 8 On peut imaginer que cette liste a été faite à partir de plusieurs recettes et rassemble les ingréd (...)
  • 9 Voir mon article « Le lexique d’Apsyrtos, source de Végèce (mulom. 3, 13, 4) », à paraître dans la (...)

4L’une des références grecques (Hippiatrica Berolinensia, Appendice 8) n’est pas une recette à proprement parler mais une liste anonyme. Elle figure dans la recension B6, dont le plus ancien témoin B (Berolinensis Gr. 134 [Phillippicus 1538], xe siècle, f. 108v-109) s’interrompt au milieu de l’énumération des produits d’une préparation précédant cette liste ; il faut le compléter par la lecture des deux copies de B, P (Parisinus Gr. 2245, xve siècle, f. 134-134v) et b (Berolinensis Gr. 135 [Phillippicus 1539], xvie siècle, f. 108v-109). Cette liste présente un témoignage résiduel de la traduction grecque du traité de Végèce7. Après une introduction traduite presque littéralement de la présentation de la poudre du quadrige (mulom. 3, 13, 1), elle énumère 87 ingrédients, rangés par ordre alphabétique jusqu’à la lettre kappa, et reste inachevée8, ce qui a fait dire à E. Oder et K. Hoppe en note : Ipsa compositio non mulomedici, sed scribae cuiusdam ludentis uidetur esse. Certains noms d’ingrédients de la recette d’Apsyrtus figurent dans cette liste et nous font penser que ceux-ci étaient mal lus ou incompris très tôt dans la tradition de Végèce9.

1.2. Les trois recettes sélectionnées par Végèce

  • 10 Nous avons maintenu les discordances présentes dans les meilleurs manuscrits entre ingrédients au n (...)

5Les recettes de mulom. 3, 8-27, réunies en fin de traité pour être facilement consultées en cas de besoin, ont fait leurs preuves : potions, fumigation, émollients, onguents, vulnéraires, cicatrisants sont composés, pour la plupart, d’ingrédients peu coûteux, faciles à se procurer, en nombre relativement limité, comme ceux de la diapente (3, 8, 6 et 8). Quelques recettes dérogent à ce principe d’économie, celle du chap. 11 contre toutes sortes de maladies, avec myrrhe, encens, poivre, safran, cannelle ; celle du chap. 12, sans doute la plus onéreuse, pour une fumigation médico-magique à 26 ingrédients, réputée efficace (déjà mentionnée en 1, 20) ; celles du chap. 3, 13, dites « du quadrige ». En voici le texte10 :

Compositiones pulueris quadrigarii

1 Quadrigarium puluerem uocant qui ex diuerso pigmentorum genere mixtus et per se adiuuat animalia et aliis potionibus pro modo uel curae ratione miscetur.

2 Huius Chiron talem compositionem saluberrimam credit : croci Siculi uncias VIII, tracanthi pondo III, aloe uncias VI, murrae uncias VI, costi uncias VI, amomi uncias VI, cassiae uncias VI, gentianae libram, aristolochiae libram, meliloti libram, centaureae libram, betonicae libram, saxifragae libram, scinanthos libram, samsucum libram, hysopi libram, aprotani libram, eupatorium uncias VI, cardamomum uncias VI, folii uncias III, spica nardi uncias III, spica Celtica uncias VI, asari libram I, dauci uncias III, castoreum uncias VI, opopanacem uncias VI, galbanum uncias VI, struthion uncias VI, panacis radices uncias VI, glycyrrhizae uncias VI, aristolochiae longae uncias III, absinthii fasces III, sucum herbae peristereonos cyathos II, radices (uel surculos ipsius peristereonos) siccas et cribratas drachmas III : haec omnia pariter conteres et diligenter in uas uitreum trita seruabis.

3 Pelagonius quoque quadrigarii pulueris eiusmodi composuit potionem : cinnami, spicae Syriacae, spicae Indicae, croci Siculi, murrae troglitis, squini, piperis nigri, piperis longi, xylocinnami, cassiae, uetonicae, cassiae nigrae, trixaginis, folium, nardi, lentisci, cepae Indicae, acori Pontici, meum, turis masculi, iris Illyricae, thymi Cretici, piperis albi, calami Syriaci, asari Pontici, petroselini, manna croci, mali terreni, gentianae, rosae aridae, cassiae fistulae, inulae : omnia aequis ponderibus pro modo animalium misces, conteris, cribras, in pyxidem uel uitreum dolium condes et cum opus fuerit, singula coclearia uel amplius, si uires animalium patiuntur, iumentis singulis dabis, addito uino uel oleo. Interdum aliis potionibus misces, si ratio artis uel cura mandauerit.

4 Apsyrtus quadrigarium puluerem hac ratione composuit : folium, spicam nardi, crocum, piper album, piper longum, piper nigrum, opopanacis radices, cassiam dafnitem, cassiam asmalitem, cassiam nardinam, irim Illyricam, apii semen, malum terrae, peucedanum, radicem herbae Sabinae, gentianam, herbam drosinam, thymum, murram, trixaginem, costum, tus masculum, gessemanticam, albimannam, athamanicum meum, reum Ponticum, calamum aromaticum, rosam siccam, rutam agrestem, petroselinum, aristolochiam, amomum, calamum Syriacum, herbam Artemisiam : haec omnia pro numero animalium praeparas, aequis ponderibus intermisces et tundis cribrataque seruabis ad diuersas passiones usurus.

XIII compositiones W : -tio L NP Ve AQ om. F || pulueris WL NP Ve AQ : -uis F.

1 pigmentorum om. NP || mixtus et W NP VeF AQ : -to sed L || adiuuat WL VeF AQ : iuuat NP || curae ratione WL NP VeF : curatione AQ.

2 huius WL P VeF AQ : -usmodi N || credit W P VeF AQ : -didit L dedit N || croci siculi uncias octo W : om. cett. || aloe WL NP : aloes VeF AQ an aloae ? || VI WL VeF AQ : VII NP || (murrae) uncias VI WL : unc. scrupulum VeF unciam 1 et scrup. 1 AQ om. NP || costi L NP VeF AQ : cas- W || uncias VI WL : unc. scrupulum F scrup. Ve unc. 1 et scrup. 1 AQ om. NP || amomi WL NP VeF : armoniaci AQ || uncias VI WL : unc. scrup. F unc. 1 (iter.) et scrup. A unc. 1 scrup. Q om. NP Ve || (cassiae) uncias VI WL : ana unc. VII NP unc. scrup. F ana unc. scrup. Ve unc. 1 et scrup. AQ || gentianae WL NP Ve AQ : -tiale F || libram om. NP (ut semper) Ve (ut saepe) || aristolochiae lib. om. AQ || meliloti — saxifragae lib. om. W || mel(l)iloti L N2P Ve A : melli loti F Q mellis loti N || (betonicae) lib. L ed. pr. : selib. VeF AQ om. NP || scinanthos W : scynoanthes (-this L2) L cynantos NP ncinatos F yciniantos (-tes Q) Ve Q ciniantes A || samsucum (san-) W : -suci L VeF AQ sinapis succi (-cum P) NP || hysopi WL NP : opii VeF AQ || lib. om. NP Ve || abrotani (apro-) WL NP F AQ : apta- Ve || eupatorium WL : -torii NP VeF AQ || uncias VI om. NP || cardamomum WL : -momi NP AQ -moni VeF || unc. VI om. W || ante folii add. fospice celtice (expunct.) F || unc. III om. NP || spica W : spicae cett. || (unc.) III WL NP F AQ : IIII Ve || spica celtica W : -cae -ticae L N2 VeF AQ -ce celice NP || asari W NP VeF AQ : -ru L || castoreum (-rium) W : -rei L N AQ -rii VeF -ri P || uncias sex WL : unc. III VeF AQ om. NP ut saepe || opopanacem (apopo-) W : -panacis L N2 VeF AQ -pantis NP || galbanum W : -ni cett. || struthion scripsi ex structio W : struti L strati VeF stricii NP om. AQ || uncias VI om. NP AQ || post VI add. alibi truti habet W || panacis (-ces W) WL NP F AQ : pona- Ve || radices W : -cis NP VeF A -ce L -cem Q || glycyrrhizae Lom. : gliceridie W liquiricie (-tie F) NP F licirigie L riliquitii Ve requilicie (-tie) AQ || uncias III W : u. VI L VeF AQ om. NP || aristolochiae longae WL P : a. N VeF AQ om. edd. || uncias tres W NP VeF AQ : u. VI L, om. edd. || fasces WL VeF AQ : -ciculos NP || sucum WL : -ci NP VeF AQ || herbae om. NP || peristereonos — herbae om. W AQ || peristereonos scripsi ex perestetionos : peristereon (-teron P) NP Ve -sterei F -steriae L || radices uel surculos ipsius L : ex surculis ip. VeF radicum NP || post ipsius add. herbae L || peristereonos scripsi : -steriones (-nis L2) L -stereon NP Ve -sterion AQ -steron F || siccas et cribratas WL : -cae et -tae VeF AQ uel foliorum pulueris NP || drachmas tres : d. VI L d. V VeF unc. VI NP unc. V AQ || pariter WL VeF AQ : simul NP || conteres WL VeF AQ : tere NP || et om. W || diligenter WL : -gentissime VeF AQ om. NP || uas : uase cett. || uitreum scripsi ex uitrum : -treo L NP -treo uel stagneo Ve AQ -treo uel F || trita : creta W om. NP VeF AQ || seruabis WL VeF AQ : conde et usui serua NP.

3 deest in NP || quoque WL : uero VeF AQ || pulueris WL VeF Q : -uis A || potionem WL : confectio- VeF AQ || cinnami W VeF AQ Pelagon. 390 : cynnamomi L || spicae WL VeF Q : specie A || syriacae (si-, su-) WL VeF AQ : -ci Ve || indicae WL : -die VeF AQ (ut semper), uel i. Pelagon. 390 omit. spicae || croci siculi WL : trociscu- A trociscicu- Q trociscicli (trocissi- F) VeF || troglitis Lom. : troclitis L VeF AQ etroglites W || squini W : scoeni F soceoni Ve scoeui AQ scinoatos L || ante piperis nigri add. piperis albi, calami siriaci aromatici Ve || post nigri add. et F || xylocinnami scripsi ex sillocinnani W : xilocinnamomi L mannae croci VeF AQ || cassiae om. VeF AQ || trixaginis edd. : trexogo- W traxago- L traxangi- F tripsagi- Ve trapsagi- A tapsagi- Q || folium WL : -lii VeF AQ || ante acori add. nardo (mar- Ve) staticos VeF nardo stacidos AQ || acori (acho- W) WL F A : acca- (aca- Q) Ve Q || meum L : mecini W om. VeF AQ || ante turis transp. piperis albi calami siriaci aromatici asari pontici Ve || post illirice add. i. aromatici AQ || thymi — syriaci om. AQ || syriaci L : sciria- W siria- i. aromatici F || manna WL : -nae VeF AQ || mali terreni (maliter- W Ve) WL VeF : m. trideni A m. terdeni Q || rosae WL VeF : terrae AQ || inulae Ve : enu- AQ yna- F ennu- W henu- L || ante omnia add. haec L || misces WL : -cis VeF AQ || conteris edd. : -res codd. || pyxidem L : buxide W pixide F A piside Ve pisside Q || uel uitreum : uel uitreo VeF AQ sue liti trium W || dolium scripsi ex duleum W : -lio F AQ -lia Ve -liolum L || condes WL : -dis VeF AQ || animalium om. VeF AQ || dabis om. A || uel WL VeF : et AQ || misces WL : -cis VeF AQ.

4 deest in NP || Apsyrtus Lom. : -sirtus W VeF A -sertus L -situs Q || hac WL Ve AQ : ac F || folium om. Q || spicam scripsi : -ca W F Q -cae L Ve A || crocum WL VeF : -cus AQ || radices W : -cem L VeF -dix AQ || cassiam W : -siae L -sia VeF AQ || dafnitem VeFpc : daffini- W dafna- Fac daphnitae L dafnitri AQ || cassiam asmalitem (= asthmalytem) scripsi : -siam asimiltem W -sia masmalitem Ve AQ -siada masmalitem F -siae asmalitae L, κασίας ἀσμαλίτιδος CHG 1, Berol. App. 8, l.36, cassiae (-sia ed. pr.) marmalitis, ed. pr., edd. || cas(s)iam nardinam edd. ex cassi. amnardinam L : -sia nardina AQ -sia nardia (mar- Ve) VeF -siam nardinacem W an cassiam narditem ? || irim illyricam (illi-) W : yri illyri- L yris silliri- Ve iris illirica F yris illirici AQ || semen WL Ve AQ : -minis F || peucedanum (-ci- L) WL VeF : -dani AQ || radicem WL : -dix VeF om. AQ || herbae om. AQ || gentianam W : -nae L VeF AQ || herbam WL : -ba VeF AQ || drosinam scripsi : dero- W derusima na (eras.) mam L rasina VeF AQ rosina ed. p., δεροσίνης CHG 1, Berol. App. 8, l.20 || thymum (ty- W, thi-) W VeF AQ : pemum L || murram (mir- W) WL : -ra Ve AQ mirta F || trixaginem Lom. : traxa- WL ptipsaginis F ptispaginis Ve per plantaginis AQ trixago ed. pr. || costum tus WL : consum F contusum Ve AQ || gessemanticam albimannam athamanicum meum reum ponticum scripsi : gessimanticum albimanaram animum eumum punicis W gessemante cum eum iuncanicum pone. cum (puni. cum L2) L gessamant(h)ium (gesse- ed. pr.) malum punicum VeF AQ edd., γαραμαντικοῦ,…εὐνίου φοινικίνου CHG 1, Berol. App. 8, l.11 et 13 || calamum L F AQ : tata- W calamentum Ve || rosam siccam WL : -sa -ca VeF AQ || rutam agrestem WL : -ta -tis VeF AQ || petroselinum WL AQ : -lini VeF || aristoloc(h)iam L : -gia (an -chia VeF ?) VeF AQ (post a. add. longa Ve AQ, edd.) caristotiam W || herbam art(h)emisiam WL : -ba -sia VeF AQ || intermisces W : -cis VeF AQ misces L || tundis W VeF AQ : -des L || cribrataque L : -ta quae W cribrasque VeF AQ || ante seruabis add. et Ve AQ || ad diuersas WL : aduersus VeF AQ || usurus L VeF AQ : -rum W.

Formules de poudre du quadrige.

1 On appelle poudre du quadrige la poudre qui, obtenue par le mélange de diverses sortes d’aromates, soit vient toute seule en aide aux animaux, soit se mélange avec d’autres potions suivant les proportions ou selon les principes du traitement.

2 Chiron prétend que la formule suivante de celle-ci est très salutaire : safran de Sicile 8 onces, gomme adragante 3 livres, aloès 6 onces, myrrhe 6 onces, costus 6 onces, amome 6 onces, cannelle 6 onces, gentiane une livre, aristoloche une livre, mélilot une livre, centaurée une livre, bétoine une livre, saxifrage une livre, herbe-à-chameau une livre, marjolaine une livre, hysope une livre, aurone une livre, aigremoine 6 onces, cardamome 6 onces, malobathre 3 onces, nard indien 3 onces, nard celtique 6 onces, asaret une livre, carotte 3 onces, castoréum 6 onces, opopanax 6 onces, galbanum 6 onces, saponaire 6 onces, racines de panax 6 onces, réglisse 6 onces, aristoloche longue 3 onces, absinthe 3 bouquets, suc de verveine 2 cyathes, racines ou boutures de la même verveine sèches ou tamisées 3 drachmes ; tu écraseras toutes ces choses ensemble et tu les mettras soigneusement de côté dans un vase en verre.

3 Pélagonius aussi a formulé une potion à la poudre du quadrige de cette sorte : cinname, patrinie, nard indien, safran de Sicile, myrrhe troglodytique, herbe-à-chameau, poivre noir, poivre long, cinnamome ligneux, cannelle, bétoine, cannelle noire, germandrée petit-chêne, malobathre, nard, lentisque, oignon d’Inde, iris jaune du Pont, baudremoine, encens mâle, iris d’Illyrie, thym de Crète, poivre blanc, roseau aromatique de Syrie, asaret du Pont, persil, manne de safran, mandragore, gentiane, rose sèche, rouleau de cannelle, grande consoude ; tu mélanges le tout à poids égal selon le nombre d’animaux, tu écrases, tu tamises, tu garderas dans une boîte ou dans un bocal en verre et, lorsqu’il en sera besoin, tu donneras à chaque bête une cuiller ou plus, si les forces des animaux le supportent, après avoir ajouté du vin ou de l’huile. Parfois tu mélangeras à d’autres potions si la méthode de l’art ou le traitement le demandent.

4 Apsyrtus a formulé la poudre du quadrige de cette façon : malobathre, nard indien, safran, poivre blanc, poivre long, poivre noir, racines de panax, cannelle daphnitis, cannelle asthmalytè, cannelle au nard, iris d’Illyrie, graine de céleri, mandragore, queue-de-pourceau, racine de genévrier, gentiane, bétoine, thym, myrrhe, germandrée petit-chêne, costus, encens mâle, terre estampillée, manne blanche d’encens, baudremoine athamanique, rhubarbe du Pont, roseau aromatique, rose sèche, rue sauvage, persil, aristoloche, amome, roseau odorant de Syrie, armoise : tu prépares toutes ces choses selon le nombre d’animaux, tu les mélanges entre elles à poids égal et tu écrases et, après les avoir tamisées, tu les mettras de côté pour t’en servir pour des maladies diverses.

1.3. Singularités lexicales

  • 11 Fischer, 1980, p. XIII-XXV.

6Les trois recettes transmises par Végèce sont attribuées à Chiron (3, 13, 2), Pélagonius (3, 13, 3) et Apsyrtus (3, 13, 4), les trois seules sources citées dans le réceptaire. Celle de Chiron est inédite, mais d’autres recettes sont de même inspiration (Chiron 816-817, 820, 827 et 842-843) : Végèce n’a utilisé que les six premiers livres, il n’avait pas sous les yeux la Mulomedicina Chironis telle que nous la connaissons avec ses 10 livres. La recette de poudre du quadrige qu’il transmet n’a pas été recopiée lors d’une des phases de remaniement et de transmission manuscrite de ce traité qui devait être un manuel d’enseignement. Celle de Pélagonius permet de restaurer des lacunes par rapport à la tradition de cet auteur : Végèce indique les deux épis de nard, Pelagon. 390 donne le choix entre les deux (spicae Syriacae uel Indicae) ; trois ingrédients prennent place entre petroselini et l’adjectif aridi (accordé au substantif qui le précède) : manna croci, mali terreni, rosae aridae, et deux autres complètent la liste, thymi Cretici et inulae. Mais surtout, la manière de préparer la recette, de la conserver, de l’administrer aux animaux, succincte dans Pelagon. 390 (omnia prout uoles aequis ponderibus tunsa et cribrata, uteris), est particulièrement détaillée dans la version de Végèce, dont on peut supputer qu’elle est recopiée de l’original, le Pelagonii liber primigenius réduit, selon K.-D. Fischer, à des extraits avant d’être remanié et reconstitué par un copiste11. La recette attribuée à Apsyrtus est également unique. Sept ingrédients, à vertu échauffante, sont communs aux trois recettes (bétoine, cannelle, safran, malobathre, gentiane, épi de nard, myrrhe) : celles de Chiron et de Pélagonius comptabilisent 9 ingrédients communs, de Chiron et d’Apsyrtus 11, de Pélagonius et d’Apsyrtus 19 : les deux dernières ont une parenté d’inspiration certaine.

  • 12 Voir mon article « Le lexique d’Apsyrtos, source de Végèce (mulom. 3, 13, 4) ».
  • 13 Cass. Fel., med. 41, 1 : Asthmatici dicuntur latino sermone anhelosi uel suspiriosi. Nam et dyspnia (...)
  • 14 Cet hapax ainsi composé n’est pas isolé : dans le Christus patiens de Grégoire de Naziance (dernièr (...)

7Nous avons édité, dans un article séparé12, la recette d’Apsyrtus qui présente quatre hapax inattendus, quand les dénominations usuelles existent : une explication possible est qu’un traducteur grec, sans doute Apsyrtos en personne, a traduit au plus près une source latine en calquant le sens, puis que le traducteur latin, que nous appelons Apsyrtus par commodité, embarrassé par ces termes inusités, les a laissés tels quels, tout en les comprenant. Ces hapax sont le résultat de nos restaurations textuelles et de nos hypothèses d’interprétation. Ainsi, cassia asmalitè (asthmalytè) est la cannelle « qui fait passer l’asthme (d’effort) » : le cheval, au sortir d’un effort intense (entraînement dans la carrière, trajet, course), comme l’athlète (Gal. Comment. aux Aphorismes d’Hipp., 46 : 18a 77 K), est « essoufflé » et pris d’asthme13 (Apsyrtos, CHG 1, Berol. 8, 1, ὑπὸ τὸ ἄσθμα). L’adjectif composé14 asmalitè < *ἀσθμαλύτη serait un bon correspondant d’une recette ad suspirium, éventuellement accompagné d’un adjectif verbal (dans le même contexte, Plin., 23, 56 emploie inhibere, Plin., 32, 37 et 92 discutire ; depellere est attesté chez Marcel., med. 17, 2, ad suspirium uel dyspniam depellendam). Déroutant sans doute, l’adjectif asmalitè a été, dans la seconde opération de traduction, translittéré, mais restait compris, en tant que terme médical, d’un lectorat bilingue et de Végèce. La liste byzantine l’a repris avec l’orthographe latine mais l’érudit byzantin du ve siècle le comprenait-il encore ou n’y voyait-il pas un qualificatif d’origine géographique à suffixe -ιτις (κασίας ἀσμαλίτιδος) ?

  • 15 Ils mentionnent δροσιοϐότανον dans le Du Cange, nom de la bétoine (betonica) : Glossarium ad script (...)

8L’adjectif drosina, dont derosina est peut-être une forme corrigée, à moins qu’il s’agisse d’un vulgarisme, est translittéré du grec δροσινή, « couverte de rosée », selon une suggestion de E. Oder et K. Hoppe, dans l’apparat critique du CHG 1, Berol. App. 8 : « an δροσινῆς ? »15 : les adjectifs δροσερός/δροσόεις, « humide », « frais », sont les plus fréquents, δροσινός est tardif, attesté sept fois, dont une fois dans l’Anthologie grecque (9, 570, 3) et une fois chez Hésychius (6062). L’appellation herba drosina, la bétoine, la plante des habitats froids, qui se couvre de rosée dans le frimas matinal, traduit presque à la lettre le mot proprement romain, ῥουσμαρίνα, *rosmarina, « rosée marine », au dire du seul Dioscoride, med. 1, 13. Si Apsyrtos avait lu uettonica ou betonica, il aurait traduit par le nom usuel de la bétoine en grec, κέστρον ou ψυχρότροφον, mais il a conservé au plus près la caractéristique de la plante. L’adjectif grec, compris de son lectorat, faisait sens pour le traducteur latin, pour Végèce aussi sans doute. La bétoine est présente aussi dans les deux autres recettes retenues par Végèce. À la suite d’une altération (ou d’une intervention postérieure à Végèce), la forme derosina, que l’érudit byzantin a conservée, a fait perdre l’étymologie.

  • 16 Les sources littéraires attestent plusieurs exemples de ce type : terre de Samos, de gessamias (Dsc (...)
  • 17 E. Oder et K. Hoppe (CHG 2, p. VIII) ont signalé chez Apsyrtos des calques du latin venus d’une sou (...)

9De même, si Apsyrtos avait lu dans le texte latin source, Lemnia ou sphragis, terre de Lemnos estampillée, il aurait traduit en grec Λημνία γῆ, σφραγίς, bien attestés (Dsc., med. 5, 97, 1 ; CHG 2, Cantab. 30, 2, en cas d’hémorragie ; 33, 3 ; 71, 10 ; CHG 1, Berol. 22, 16). Or, d’après notre restitution, gessemantica < *γῆ σημαντικῆ a pour exact correspondant rubrica (ou terra) signata chez Plin., nat. 35, 33 (signare, « marquer d’un signe », est l’exact équivalent de σημαίνειν). Le traducteur latin a conservé l’expression grecque signifiant littéralement « terre cachetée », dont c’est l’unique occurrence, car elle n’est pas aberrante à côté d’autres univerbés avec -s- redoublé16. Mais une fois altérée dans la tradition postérieure à Végèce, elle ne faisait plus sens et l’érudit byzantin a corrigé par γαραμαντικοῦ, plante « inconnue » pour Oder et Hoppe. Lemnia, la terre cachetée de Lemnos, à côté de Melia, la terre de Mélos, se trouve dans la recette de poudre du quadrige de Chiron 84317.

  • 18 Sur la datation discutée d’Apsyrtos, voir Doyen-Higuet, 2006, p. 25-31 : entre 150 et 250 apr. J.-C (...)

10Quant à albimanna, hapax, latin cette fois, il paraît être le fait du traducteur latin anonyme ; il s’agit peut-être encore d’une traduction littérale de μάννη λιϐάνου, manne blanche d’encens (bien attestée dans CHG 1, Berol. 52, 18 ; Par. 1044, etc.). L’oliban le meilleur, sous forme de miettes récoltées en automne après incision en été, est le plus fin et le plus agréable (CHG 2, Par. 263 λιβάνου λεπτοτάτου καὶ λειοτάτου τῆς καλουμένης μάννης), de grande blancheur (Dsc., I, 68, 6 ; Plin., 12, 60 ; Gal., De meth. medendi XIII, 5 : 10, 888 K, τῇ χροιᾷ λευκότερος), comparé à celui récolté en été, plus fauve et moins prisé (Plin., 12, 58-59). Les repères manquent pour dater la recette latine (période de Dioscoride qui atteste *rosmarina ?), traduite en grec par Apsyrtos (entre 150 et 250 apr. J.-C.18) puis à nouveau en latin (date ?), recopiée par Végèce à la fin du ive siècle, puis à nouveau retraduite en grec au ve siècle. Ces traductions littérales d’Apsyrtos sont sans doute pour partie à l’origine du jugement sévère de Végèce (1, pr. 3, Chiron uero et Apsyrtus diligentius cuncta rimati eloquentiae inopia ac sermonis ipsius uilitate sordescunt).

2. La prescription médicale

  • 19 On y trouve malobathre, costus, amome, épi de nard, cannelle, herbe-à-chameau, iris, cardamome, mél (...)

11Les compositions de la poudre du quadrige sont loin d’être isolées et exceptionnelles : elles appartiennent à un groupe de recettes à base d’aromates et de drogues (pigmenta) : recettes contre la toux invétérée et pernicieuse (ad tussim, Chiron 833 et 841-842), pour les bronches et les affections de la trachée (arteriacè, Chiron 828 et 909 par ex. ; Ἀρωματικὴ <ἱππική> (CHG 1, Berol. 130, 156, à 17 ingrédients), ἀρωματικὴ σκευασία (recette d’Hiéroclès, CHG 1, Berol. 130, 157, à 31 ingrédients19). La boisson aromatique est préconisée sous ce nom par Hippocrate le vétérinaire (CHG 1, Berol. 20, 10, cas d’écrouelles), dans le mal de reins, la gravelle (CHG 1, Berol. 30, 6), dans la maladie respiratoire (CHG 1, Berol. 5, 5), mélangée de vin, d’huile, d’œufs et de miel. Les vétérinaires se sont inspirés des médecins (ἀρωματική, Gal., Méd. comp. selon les lieux VII, mithridat. : 13, 52 K, recette de Mithridate dans les affections de la trachée artère, du poumon, pour ceux qui crachent du sang, qui ont la phtisie, qui souffrent d’un abcès purulent interne, d’une inflammation des poumons ; 13 K 53 d’Andromaque ; 14 K 159). Cette lignée de recettes comportant entre 20 et 35 ingrédients, avec épices, aromates, drogues venues des pays lointains (Chine, Inde, Arabie), était chère et réservée à une élite. En comparaison, le protocole complexe et les recettes de Végèce, mulom. 3, 8, recueillis auprès de Chiron 201, pour refaire la santé chez l’animal affaibli, appartiennent à une sphère plus modeste.

  • 20 Voir Marganne, 2006, p. 65.

12La présentation de la plupart des recettes de poudre du quadrige est laconique mais habituelle, elle comprend quatre parties canoniques20.

2.1. Le titre

13Le nom du médicament, puluer/puluis, est indiqué d’après sa forme d’emploi, une poudre, qui suppose le séchage et le broyage des éléments, donc une longue préparation, et une grande facilité de conservation à sec dans un coffret ou un bocal clos.

CHG 2, Par. 78 : κόνιν τὴν λεγομένην κουδριγαρίαν
CHG 1, Berol. App. 8 : κουδριγαρία κόνις ἤτοι κονιορτός
CHG 1, Berol. 130, 170 : ξηρίον τεθρίππου
CHG 1, Berol. 130, 173 : κατασκευὴ τεθρίππου τοῦ λεγομένου κουδριγαρίου
CHG 1, Berol. 129, 43 : ποῦλβερ
CHG 1, Berol. 130, 98 : ποῦλβερ κουδριγάριον
CHG 2, Addit. Lond. 58 : ποῦλβερ κουδριγάριν

14Cette poudre a sans doute pu être conservée et administrée sous forme de pastille ; Oder a raison de renvoyer Chiron 842-843 à Chiron 820 (pastillum ordinarium) et on pourrait le faire aussi à Chiron 841 (puluer ad tussim) ou 833 (ad tussem perniciosam) : les ingrédients sont de même nature.

15Le titre est plus rarement assorti du nom de l’inventeur : Chiron 831 donne une recette attribuée à Terentianus et la cite parmi d’autres composants en 833 dans une recette arteriacè, mais les autres recettes mises en fin de la Mulomedicina Chironis sont anonymes. Végèce, qui ne connaît que les six premiers livres de Chiron, n’attribue pas formellement en 13, 2, à Chiron l’invention d’une recette, mais fait de sa source un garant (Huius Chiron talem compositionem saluberrimam credit) ; en revanche Pélagonius et Apsyrtos sont bien crédités de la création (composuit) de leur recette (Pelagonius quoque quadrigarii pulueris eiusmodi composuit potionem ; Apsyrtus quadrigarium puluerem hac ratione composuit). Chez Pelagon. 390, la recette fait partie d’une série d’items et rien ne stipule qu’elle soit de lui ; le témoignage de Végèce présente donc une caution pour son attribution.

2.2. L’indication thérapeutique

  • 21 La vitesse de la course de chars a inspiré son nom à une composition de quatre ingrédients, d’effet (...)

16Quadrigarius, poudre « du quadrige », signale qu’elle devait être utilisée d’abord par les vétérinaires attachés aux haras et au Cirque pour les chevaux de course21, pour optimiser les performances et revigorer les animaux épuisés que leur conducteur a forcés. Les vétérinaires sont particulièrement attentifs aux soins à donner au cheval à l’issue d’un trajet harassant ou de l’entraînement intensif dans la carrière de sable ou d’une course à bride abattue (Apsyrtos, CHG 1, Berol. 1, 4, συμβαίνει δὲ <ταῦτα> ἤτοι, ὅταν ᾖ ὑπέρτονος τῷ κόπῳ γεγονὼς ἀπὸ τοῦ ἐλασμοῦ ἢ καὶ δρόμου συντόνου, « cela arrive assurément lorsqu’il est extrêment tendu par l’épuisement en revenant de la carrière ou d’une course intensive »). Ils conseillent d’éviter de donner de l’orge et de l’eau à l’animal qui n’a pas repris haleine (Apsyrtos, CHG 1, Berol. 8, 1, ὅταν ἐξ ὁδοιπορίας ὢν ἢ δρόμου ὑπὸ τὸ ἆσθμα λάϐῃ τὰς κριθάς ; Hiéroclès, CHG 1, Berol. 8, 4, ἔτι ἀσθμαίνων).

17Le forcement ou coactio (Apsyrtos, CHG 1, Berol. 9, 2, ἀπὸ συντονίας δρόμου ; Pelagon. 402-403 ; Chiron 157 ; Veg., mulom. 1, 38, 5) est la cause première, la cause des causes de toutes les maladies : du refroidissement ou de l’excès de chaleur dus au forcement viennent lourdeur, fièvre, maux de tête, tétanos, goutte, phtisie, toux, spasmes, gonflement des jambes, fourbure, pituite, angine, catarrhe, asthme (suspirium, Chiron 150), écoulement nasal, hydropisie, morve humide et articulaire… Tous les organes internes sont touchés : la tête, la gorge, les poumons, le foie. Végèce, 1, 37-38, dans une notice de synthèse venue de Chiron 148-156 et qui paraît bien être une fiche récapitulative d’enseignement attribuée à Chiron le Centaure, explique longuement les multiples et graves conséquences en cas de négligence et d’absence de soins après l’effort :

Quotiens enim lassum animal fatigatione itineris uel nimietate cursus uel magnitudine ponderum non studiose refouetur, uel aestate sitire uel hieme algere compellitur, uel certe penuriam sustinet cibi aut hordeo nouo aut faeno pessimo laeditur, et per dies aliquot circa curam eius nulla adhibetur industria : sic totius corporis compago et interiorum uiscerum dispositio per iniuriam et fatigationem uitiatur (mulom. 1, 37).

« En effet chaque fois qu’un animal épuisé par la fatigue de la route ou par une course trop intense ou par une charge trop lourde n’est pas soigneusement réchauffé, ou bien lorsqu’il est soumis à la soif en été ou au froid en hiver, ou du moins lorsqu’il n’a pas une nourriture suffisante ou lorsqu’il est incommodé par de l’orge fraîche ou du foin de très mauvaise qualité, et que pendant plusieurs jours on ne se soucie pas de le soigner, alors toute l’ossature de son corps et l’agencement interne de ses viscères sont viciés par le mauvais traitement et la fatigue. »

18L’asthme d’effort, qui survient après un effort physique intense et prolongé, est parfaitement connu et décrit par les médecins de l’Antiquité chez l’homme : Galien, commentant l’aphorisme 6, 46 d’Hippocrate, décrit les symptômes chez les gymnastes (Comment. aux Aphorismes d’Hipp., 46 : 18a 77 K : καλοῦσι γοῦν οὕτω καὶ νῦν οἱ ἄνθρωποι τὸ ἀσθμαίνειν ἐν δρόμοις τε καὶ γυμνασίοις συντόνοις γιγνόμενον) ; l’athlète, après une course effrénée ou les exercices du gymnase, est comparé au cheval de course par Hippocrate (Morb. 3, 7 : βὴξ ἴσχει ἰσχυρὴ καὶ σκληρὴ, καὶ ὀρθοπνοίη, καὶ ἀναπνέει ἀθρόον, καὶ ἀσθμαίνει πυκνὸν, καὶ ἰδίει, καὶ τοὺς μυκτῆρας ἀναπετάννυσιν ὥσπερ ἵππος ἐκ δρόμου, « une toux forte et sèche s’empare de lui ; orthopnée, respiration haletante et souffle court ; il transpire et il écarte les narines comme un cheval après la course »). Les descriptions cliniques chez les médecins et les vétérinaires sont les mêmes : toux profonde, souffle chaud, respiration difficile, gonflement, rupture du poumon, et chez les chevaux, naseaux dilatés, oreilles rigides, fourbure. La poudre du quadrige d’Apsyrtos avait pour but, entre autres, avec la cas(s)ia asthmalytè qu’elle contient, celle « qui fait passer la respiration difficile », « qui libère le souffle obstrué », d’apaiser la suffocation. La poudre du quadrige est donc universelle : non seulement elle remet en forme et agit comme un fortifiant, mais elle prévient aussi tous les maux consécutifs au forcement en purgeant l’intérieur.

19L’efficacité de cette poudre la rendait utile dans bien d’autres emplois médicaux : elle est ajoutée à la potion d’hiver (Pelagon. 464-465) qui, comme toutes les potions de cette saison, est faite pour maintenir la santé ou repousser la maladie (Veg., mulom. 1, 56, 39). Elle intervient dans l’ultime étape de l’élaboration complexe d’une potion, plus chère et plus efficace, dit Végèce, mulom. 1, 56, 16-20, et 3, 8, 1-4 (reprenant Chiron 201), contre toutes les maladies, pour rétablir rapidement et guérir en purgeant l’intérieur (quae et celeriter reficit, et cum intrinsecus purgauerit, curat omnes morbos ; 3, 8, 1 potionem quae interna extergeat). Quatre cas sont précisés : la pléthore et les courbatures dues à l’exténuation (Pelagon. 190, ad ostocopum. Si equus aut nimia pletura oneretur aut defatigatione itineris), l’anémie après un traitement et une double saignée dans la morve elephantiotes (Pelagon. 17). Une pastille de composition assez proche de la poudre du quadrige est administrée au cheval épuisé (Chiron 816-817 ; 827).

2.3. La composition et les proportions

20Si l’on comptabilise les quelque 80 ingrédients des 9 recettes qui nous sont parvenues (mais certaines sont peut-être lacunaires), on dénombre 27 ingrédients cités une fois, 27 autres cités entre deux et cinq fois. Puis viennent l’amome, l’asaret, le roseau odorant et le malobathre cités 6 fois, le persil et le céleri 7 fois, l’iris, l’herbe-à-chameau ou citronnelle 8 fois, l’encens et le costus 9 fois, l’opopanax 10 fois, les variétés de nard 16 fois, le safran 18 fois, les poivres 20 fois et les diverses variétés de cannelles, casia et cinnamome 24 fois.

21Nous avons dressé, à titre de curiosité, l’inventaire non exhaustif des vertus des ingrédients de la recette d’Apsyrtus, telles que Dioscoride en transmet la teneur.

vertus

ingrédients

échauffant

nard, safran, iris d’Illyrie, cannelle, graine de céleri, myrrhe, gentiane, roseau aromatique, costus, rue sauvage, bétoine, aristoloche, amome, thym, encens

diurétique

costus, rue sauvage, feuille de malobathre, épi de nard, safran, cannelle, graine de céleri, thym, germandrée petit-chêne, costus, fenouil des Alpes, roseau aromatique, persil, bétoine

digestif, bon pour l’estomac, tonique et fortifiant

armoise, safran, gentiane, rue sauvage, malobathre, bétoine, fenouil des Alpes, roseau aromatique

contre la nausée

épi de nard, persil, amome, roseau aromatique

soporifique

nard, safran, amome, myrrhe, mandragore, rose sèche, malobathre

anesthésique et analgésique

mandragore, rose sèche, iris d’Illyrie, graine de céleri, malobathre

anti-douleur (vessie, poitrine, côté, estomac), fonction sédative

myrrhe, germandrée petit-chêne, costus, rue sauvage, aristoloche, queue-de-pourceau, fenouil des Alpes, persil, amome, graine de céleri, gentiane, rose sèche

fébrifuge

armoise

anti-inflammatoire

malobathre

astringent

safran, gentiane, myrrhe, rose, amome, rhubarbe du Pont

hydropisie

germandrée petit-chêne, roseau aromatique

dysenterie et coliques ; pleurésie ; flatuosités

épi de nard, gentiane, iris d’Illyrie, costus, safran, fenouil des Alpes, rue sauvage, persil, myrrhe, graine de céleri

toux, dyspnée, asthme, orthopnée

cannelle asthmalytè, aristoloche (ronde), costus, iris d’Illyrie,

essoufflement

germandrée petit-chêne, myrrhe, rue sauvage, encens, rhubarbe du Pont, racine de genévrier

antispasmodique

armoise, costus, myrrhe, rue sauvage, rhubarbe du Pont

saignements de nez, hémostatique

rose sèche, rue sauvage

crachements de sang

rue sauvage, bétoine, terre sigillée, malobathre, encens

antiseptique des voies respiratoires

poivres

expectorant

myrrhe

thériaque et antidote

queue-de-pourceau, racine de genévrier, gentiane, germandrée petit-chêne, costus, terre sigillée, persil, rue sauvage, aristoloche, amome, graine de céleri

bon pour toutes les maladies

racine de panax

stimulant général

costus

  • 22 Voir Hugoniot, 2012 ; Jimenez Sanchez, 2012.

22Seules quelques recettes proposent des proportions chiffrées dont on peut déduire le poids total en kg de la préparation : Pelagon. 367 R (10, 692 kg + les deux bottes d’hysope et les 25 petits pignons), Pelagon. 369 (8, 26 kg) ; Chiron 817 (10, 53 kg), et la recette de Chiron chez Végèce (7, 57 kg + 3 bouquets d’absinthe et deux cyathes de jus de verveine, soit 9, 12 cl). Chiron 843 (recette de 33 ingrédients dont 18 communs avec celle d’Apsyrtus, 19, 44 kg) indique une posologie très précise : datur autem haec potio ita ut in equos XII (B, XV M) adiciuntur pulueris sext. tres in mulsu sext. VIII aqua calida sextarium unum, « on donne cette potion de la façon que pour 12 chevaux on ajoute 3 setiers de poudre (164, 16 cl) dans 8 setiers de vin miellé (437, 76 cl) et 1 setier d’eau chaude (54, 72 cl) ». Chaque cheval reçoit à peu près 1 ¼ litre de liquide additionné d’un volume de 41 cl de poudre. Les quantités sont données pour trois quadriges ; chaque faction fait courir un quadrige par course et il peut y avoir 8 courses par jour (soit 32 chevaux par faction), voire beaucoup plus, jusqu’à 2422. C’est ce qui explique sans doute les poids importants de poudre.

2.4. Le mode de préparation, d’administration et de conservation

23C’est encore Végèce qui fournit le plus d’informations à ce sujet. On emploie la poudre soit seule soit parmi d’autres ingrédients en potion, ce que montre le corpus. Sur le mode de préparation, d’administration et de conservation, les informations transmises à la fin de la recette de Pélagonius, chez Végèce, sont particulièrement détaillées.

Chiron (mulom. 3, 13, 2)

Pélagonius (mulom. 3, 13, 3)

Apsyrtus (mulom. 3, 13, 4)

haec omnia pariter conteres et diligenter in uas uitreum trita seruabis

tu écraseras toutes ces choses ensemble et tu les mettras soigneusement de côté dans un vase en verre

omnia aequis ponderibus pro modo animalium misces, conteris, cribras, in pyxidem uel uitreum dolium conde et cum opus fuerit, singula coclearia uel amplius, si uires animalium patiuntur, iumentis singulis dabis, addito uino uel oleo. Interdum aliis potionibus misces, si ratio artis uel cura mandauerit

tu mélanges le tout à poids égal selon le nombre d’animaux, tu écrases, tu tamises ; tu garderas dans une boîte ou un bocal en verre et, lorsqu’il en sera besoin, tu donneras à chaque bête une cuiller ou plus, si les forces des animaux le supportent, après avoir ajouté du vin ou de l’huile. Parfois tu mélangeras à d’autres potions, si la méthode de l’art ou le traitement le demandent.

haec omnia pro numero animalium praeparas, aequis ponderibus intermisces et tundis cribrataque seruabis ad diuersas passiones usurus

tu prépares toutes ces choses selon le nombre d’animaux, tu les mélanges entre elles à poids égal et tu écrases et, après les avoir tamisées, tu les mettras de côté pour t’en servir pour des maladies diverses.

24Deux indications sont communes à Pélagonius et Apsyrtus, bien que formulées différemment : l’adaptation des quantités de poudre au nombre d’animaux et de quadriges (pro modo/pro numero animalium), d’où l’absence de préconisation de poids pour chaque ingrédient (aequis ponderibus) ; la diversification d’emplois (aliis potionibus/ad diuersas passiones). La manière de servir la poudre n’est précisée qu’après la recette de Pélagonius : la poudre est additionnée à du vin et de l’huile, mélange habituel pour les compositions aromatiques (Dsc., med. I, 57 ; Gal., Méd. comp. selon les genres VII, 14 : 13 1041 K ; Hiéroclès, CHG 1, Berol. 130, 157 ; Berol. 30, 6 ; Hippocrate, CHG 1, Berol. 20, 10). Le récipient de conservation, contenant en verre ou coffret (uas uitreum/pyxidem uel uitreum dolium), est commun à Chiron et Pélagonius, mais avec le choix du contenant chez Pélagonius. Le matériau de la boîte n’est pas précisé mais peut être en verre (comme dans Pelagon. 426, in pyxide uitrea, pour la conservation d’un collyre), en plomb ou en bois (Veg., mulom. 2, 133, 2) ou en bronze (Dsc., III, 11, 2). La poudre est ainsi hermétiquement conservée pour garder ses parfums aromatiques.

25Le coût des trois recettes de poudre du quadrige sélectionnées par Végèce était, à n’en pas douter, élevé, compte tenu de la provenance des composants et de leur commercialisation (cinname, costus, roseau odorant, amome, nard de l’Inde, cannelle de Chine, myrrhe et encens d’Arabie), de la préparation des produits (récolte, séchage, préparation particulière comme celle de la cannelle au nard), des quantités disponibles pour faire face aux besoins. Les chevaux de course étaient entourés des plus grandes attentions en un temps où les jeux du cirque faisaient la gloire des cochers, des factions, ainsi que des magistrats et de l’empereur qui les offraient au peuple. Si mon hypothèse de la traduction grecque par Apsyrtos d’une recette latine est exacte, et en admettant la datation haute d’Apsyrtos entre 150 et 250 apr. J.-C., la recette latine de poudre du quadrige pourrait remonter au premier ou au second siècle de notre ère. Le fait que Végèce propose cependant quelques remèdes onéreux, dignes des remèdes pour les hommes, visiblement à destination de son lectorat de grands propriétaires terriens et aristocratiques, montre que ce type de recette était toujours demandé, d’autant plus que ses emplois s’étaient élargis.

Haut de page

Bibliographie

André, J., 1985, Les noms de plantes dans la Rome antique, Paris.

Biville, Fr., 1990, Les emprunts du latin au grec. Approche phonétique, t. 1, Introduction et consonantisme, Louvain-Paris ; 1995, t. 2, Vocalisme et conclusions.

Björck G., 1944, Apsyrtus, Julius Africanus et l’hippiatrique grecque, Upsala – Leipzig, (Uppsala Universitets Årsskrift 4).

Cam, M.-Th., 2007, Peut-on évaluer le coût des soins et remèdes vétérinaires ?, dans M.-Th. Cam (dir.), La médecine vétérinaire antique. Sources écrites, archéologiques, iconographiques, actes du premier colloque de médecine vétérinaire ancienne à Brest (9-11 sept. 2004), Rennes, p. 277-293.

Cam, M.-Th., (accepté), Le lexique d’Apsyrtos, source de Végèce (mulom. 3, 13, 4), RPh, 2016.

CHG = Oder, E. et Hoppe, C., 1924, Corpus Hippiatricorum Graecorum, I Hippiatrica Berolinensia, Leipzig, Teubner ; 1927, II Hippiatrica Parisina Cantabrigiensia Londinensia Lugdunensia – Appendix, Leipzig, Teubner, réimp. Stuttgart, 1971.

Chiron = Oder, E., 1901, Mulomedicina Chironis, Leipzig, Teubner.

Doyen-Higuet, A.-M., 2006, L’Épitomé de la Collection d’hippiatrie grecque, Histoire du texte, édition critique, traduction et notes, t. I, Louvain-La-Neuve.

Fischer, K.-D., 1980, Pelagonii Ars ueterinaria, Leipzig, Teubner.

Fischer, K.-D., 1981, Pelagonius on Horse Medicine, dans F. Cairns (éd.), Papers of the Liverpool Latin Seminar, Third Volume (ARCA Classical and Medieval Texts, Papers and Monographs, 7), Liverpool, p. 285-303.

Fischer, K.-D., 1985, Textgestaltung der ‘Mulomedicina Chironis’, dans I. Mazzini et F. Fusco (dir.), I testi di medicina latini antichi. Problemi filologici e storici, actes du Ier colloque international Macerata – San Severino, 26-28 avril 1984, Rome, p. 255-277.

Guardasole, A., 2006, Galien et le marché des simples au ier et iie siècles de notre ère, dans Fr. Collard et E. Samama (dir.), Pharmacopoles et apothicaires. Les « pharmaciens », de l’Antiquité au Grand Siècle, Paris, p. 29-39.

Hugoniot, Chr., 2012, Le rôle de l’État dans l’organisation et le financement des spectacles, d’après le témoignage du Code théodosien, dans S. Crogiez-Petrequin et P. Jaillette (dir.), Société, économie, administration dans le Code théodosien, Lille, p. 339-365.

Jimenez Sanchez, J. A., 2012, Autour des equi curules, dans S. Crogiez-Petrequin et P. Jaillette (dir.), Société, économie, administration dans le Code théodosien, Lille, p. 481-489.

Lazaris, S., 2010, Art et science vétérinaire à Byzance : formes et fonctions de l’image hippiatrique, Turnhout.

Lommatzsch, E., 1903, PVegeti Renati Digestorum artis mulomedicinalis libri, Leipzig, Teubner.

Marganne, M.-H., 2006, Étiquettes de médicaments, listes de drogues, prescriptions et réceptaires dans l’Égypte gréco-romaine et byzantine, dans Fr. Collard et E. Samama (dir.), Pharmacopoles et apothicaires. Les « pharmaciens », de l’Antiquité au Grand Siècle, Paris, p. 60-73.

McCabe, A., 2007, A Byzantine Encyclopaedia of Horse Medicine. The Sources, Compilation and Transmission of the Hippiatrica, Oxford University Press.

Ortoleva, V., 1996, La tradizione manoscritta della « Mulomedicina » di Publio Vegezio Renato, Acireale.

Papini, M., 2012, I veterinari nel mondo romano. Un nuovo altare funerario della Fondazione Dino ed Ernesta Santarelli, MDAI (R), 118, p. 295-338.

Samama, E., 2006, Thaumatopoioi pharmacopôlai. La singulière image des préparateurs et vendeurs de remèdes dans les textes grecs, dans Fr. Collard et E. Samama (dir.), Pharmacopoles et apothicaires. Les « pharmaciens », de l’Antiquité au Grand Siècle, Paris, p. 7-27.

Schäffer, J., 1981, Die Rezeptesammlung im Corpus Hippiatricorum Graecorum Band I (Kapitel 129, 130 ; Appendices 1-9), Dissertation inaugurale, Tierärztlichen Fakultät der Ludwig-Maximilians-Universität, Munich.

Haut de page

Notes

1 Voir l’étui à compartiments du vétérinaire Aulus Iulius Myrtilus, medicus primus ueterinarius de la faction des bleus, représenté sur sa stèle funéraire, début du second siècle apr. J.-C. (règne de Trajan), Papini, 2012, p. 295-338, part. p. 296 et 322.

2 Scrib. Larg. 38, Pline, nat. 34, 108, Galien, XII K 905-906 et 908 entre autres, insistent sur le fait que le médecin, loin de s’en remettre totalement aux droguistes, rhizotomes et autres apothicaires, doit lui-même confectionner ses remèdes ou éprouver les recettes transmises (Samama, 2006, p. 7-27 ; Guardasole, 2006, p. 29-39). Galien est soucieux de prescrire des compositions qui puissent avoir des succédanés pour les médecins et clients pauvres. Le médecin travaille avec le pharmacopole qui devient, dans l’Antiquité tardive, un auxiliaire médical (Marganne, 2006, p. 60-73).

3 Les éditions des textes vétérinaires utilisées sont données en bibliographie. Nous reprenons les sigles de la tradition de Végèce étudiée par Ortoleva, 1996, part. p. 8-13. L’édition française des deux traités de Végèce en deux volumes pour les Belles Lettres est en préparation : texte établi par M.-Th. Cam, traduit par Y. Poulle-Drieux et commenté conjointement avec Fr. Vallat, vétérinaire. Les deux témoins les plus fiables de la tradition de Végèce sont L (Leyde, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, Voss. lat. F. 71, xvie siècle, copie d’un exemplaire perdu du viiie siècle, Lommatzsch, 1903, p. X-XIV), et W (Vérone, Biblioteca civica 658, xvie siècle, copie d’un exemplaire perdu du viiie siècle, Ortoleva, 1996, p. 5 et 13), notre manuscrit de référence ; de la tradition dite résumée, nous retenons deux témoins, N, collection privée, xve siècle ex. et P, Paris, Bibliothèque Nationale, lat. 7017, xive siècle. De la dernière famille β, nous donnons les leçons de Ve, Venise, Biblioteca Nazionale Marciana, lat. 7.24, xiiie siècle, et F, Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, lat. 45.19, xive siècle, et de A, BAV, lat. 4438, xve siècle, et Q, Florence, Biblioteca Nazionale Centrale, Magliab. XV, 39, xve siècle. Sauf cas exceptionnel, nous ne signalons pas dans l’apparat critique les variantes orthographiques, les chiffres en lettres, les interversions de mots, quand il n’y a pas d’incidence sur le sens. Je remercie vivement Yvonne Poulle-Drieux d’avoir relu cet article.

4 Sur les vétérinaires au service des factions, voir Papini, 2012, p. 295-338, part. p. 314-320.

5 Végèce, en introduction de la dernière partie de son traité (mulom. 3, 7, 4-5), atteste que les vétérinaires créent leurs remèdes, mais il s’en prend à ceux qui, par appât du gain, en vendent à des prix exorbitants : il ne retient que les remèdes qui ont fait leurs preuves (explorata) et écarte ceux qui sont inutilement chers (ea, quae non tam ad utilitatem curandi quam ad caritatem emendi mulomedicorum cupiditas inflauerat) ; le seul critère de sélection doit être l’efficacité (Constat namque non tam multis neque pretiosis speciebus, sed paucis et ad causam de qua agitur adcommodis posse sanari). Voir Cam, 2007.

6 Doyen-Higuet, 2006, p. 41 sur cette recension comprenant 10 mss ; McCabe, 2007, p. 29-30.

7 Voir Ortoleva, 1996, p. 61-86 et part. 82-86. La traduction grecque de Végèce, dont nous conservons trois fragments et des traces, a été exécutée soit en Italie dans les milieux proches de Constantinople, entre la fin du vie siècle et la moitié du viiie siècle (Fischer, 1981, p. 285-303), soit à Constantinople au milieu du ve siècle (Ortoleva, 1996, p. 70-74) : un exemplaire latin s’y trouvait en 450, qui a fait l’objet d’une émendation, peut-être en vue de la traduction.

8 On peut imaginer que cette liste a été faite à partir de plusieurs recettes et rassemble les ingrédients susceptibles d’entrer dans la composition de n’importe quelle poudre du quadrige en fonction de ce dont chacun dispose pour la composer. L’ordre alphabétique relevait peut-être aussi du procédé mnémotechnique ou, comme le suggère Ortoleva, 1996, p. 84, était calqué d’un lexique pharmaceutique. Le dernier ingrédient nommé est κασίας ἀσμαλίτιδος, figurant dans la recette d’Apsyrtus conservée grâce à Végèce.

9 Voir mon article « Le lexique d’Apsyrtos, source de Végèce (mulom. 3, 13, 4) », à paraître dans la RPh en 2016.

10 Nous avons maintenu les discordances présentes dans les meilleurs manuscrits entre ingrédients au nominatif et au génitif avant uncia ou libra, ainsi que le mélange des temps futur/présent, si souvent constaté.

11 Fischer, 1980, p. XIII-XXV.

12 Voir mon article « Le lexique d’Apsyrtos, source de Végèce (mulom. 3, 13, 4) ».

13 Cass. Fel., med. 41, 1 : Asthmatici dicuntur latino sermone anhelosi uel suspiriosi. Nam et dyspnia a Graecis dicitur id est difficultas respirationis, et orthopnia aliter dicitur, si quidem recto schemate iacentes praefocentur aegroti. Et est passio reumatismus ab arteria defluens in pulmonem, unde subito ad digestionem ciborum laborantes grauati malfiunt ut etiam nimia thoracis oppressione frigidum aerem haurire cupiant, « Les asthmatiques sont dits en langue latine « atteints d’anhélation » ou « d’essoufflement ». En fait, les Grecs parlent de « dyspnée », c’est-à-dire de difficulté à respirer, et d’autre part d’« orthopnée », puisque les malades étouffent lorsqu’ils sont couchés à plat. La maladie est un flux d’humeurs qui s’écoulent de la trachée dans le poumon ; c’est pourquoi brusquement, au moment de la digestion des aliments, les malades alourdis sont pris de malaise en sorte que, en raison également d’une oppression extrême du thorax, ils désirent inhaler de l’air froid. » (trad. A. Fraisse, CUF, 2002, p. 106).

14 Cet hapax ainsi composé n’est pas isolé : dans le Christus patiens de Grégoire de Naziance (dernières décennies du ive siècle), on trouve l’expression δεσμολύτιν σου χάριν, « ta grâce qui délivre des liens » (v. 2571, éd. A. Tuilier, Sources chrétiennes 149, Paris, 1969, p. 336-337). Dans l’Anthologie grecque (APl, CUF, 1980, éd. R. Aubreton, t. 13, p. 99), l’épigramme 44 loue l’intervention de Théodora, épouse de Justinien, lors de la sédition de 532 qui, commencée au Cirque, a interrompu les courses : v. 4 ἱππολύτης δ’ἐκέδασσας ὁμόγνια πήματα χάρμης, « et d’une lutte fratricide, qui avait dételé nos chevaux, tu as dissipé la douloureuse épreuve ».

15 Ils mentionnent δροσιοϐότανον dans le Du Cange, nom de la bétoine (betonica) : Glossarium ad scriptores mediae et infimae Graecitatis, Lugduni, 1688, col. 332, s.u. « Scholiastes Myrepsi δροσιοϐότανον ἡ βετονίκα. alibi λαπριολε καμπρι (laurealae campi) ἤτοι δροσιοϐότανον. Vide eumdem myrepsum, sect. de Antidotis cap. 17 ». Dans sa thèse vétérinaire, J. Schäffer, 1981, p. 190-191, renvoie à Oder et Hoppe ; voir André, 1985, s. u. herba rhodia (à tort). Rosina herba, dans le Gaffiot, n’a plus de raison d’être.

16 Les sources littéraires attestent plusieurs exemples de ce type : terre de Samos, de gessamias (Dsc. lat., index du livre 5, RF 13, 1902, p. 166), gessamia (dans la traduction latine d’Oribase, Syn. 1, 19), gesaster (argile de Samos chez Cass. Fel., 39, 5) ; voir TLL s.u. ges.

17 E. Oder et K. Hoppe (CHG 2, p. VIII) ont signalé chez Apsyrtos des calques du latin venus d’une source latine, notamment pour les noms des plantes. On peut voir ces calques dans une recette contre la strangurie (CHG 2, Par. 63), dans les noms de la saxifrage et d’une variété d’opopanax ἀροϐαρώσου, qui correspond à un adjectif latin en -osus, et dans une autre contre les œdèmes (CHG 2, Par. 225), où la guimauve (ἀλθαία) est nommée par son nom latin (ἔϐισκος). K.-D. Fischer, 1985, p. 255-277, a mis en évidence l’importance des sources latines chez les auteurs vétérinaires grecs et le transfert de savoirs du latin vers le grec, à l’inverse de la médecine humaine.

18 Sur la datation discutée d’Apsyrtos, voir Doyen-Higuet, 2006, p. 25-31 : entre 150 et 250 apr. J.-C. (selon G. Björck, 1944, p. 7-12) ou au début du ive siècle (S. Lazaris, 2010, p. 18).

19 On y trouve malobathre, costus, amome, épi de nard, cannelle, herbe-à-chameau, iris, cardamome, mélilot, hysope, nard celtique, persil, bois de baumier, laser, roseau odorant, garou, marjolaine, roses sèches, aristoloche, gentiane, centaurée, safran, poivre, gomme adragante, dattes, miel, huile, œufs, vin de Mégare.

20 Voir Marganne, 2006, p. 65.

21 La vitesse de la course de chars a inspiré son nom à une composition de quatre ingrédients, d’effet fulgurant : Acrioribus autem his : ad cicatrices extenuandas et palpebras asperas, quod, quia ex quattuor rebus ut quadriga equis constat et celeres effectus habet, harma dicitur (Scrib. Larg. 28, 25).

22 Voir Hugoniot, 2012 ; Jimenez Sanchez, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/3889/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Thérèse Cam, « Fortifier les chevaux : trois recettes de poudre du quadrige chez Végèce, mulom. 3, 13, 1-4 », Pallas, 101 | 2016, 189-204.

Référence électronique

Marie-Thérèse Cam, « Fortifier les chevaux : trois recettes de poudre du quadrige chez Végèce, mulom. 3, 13, 1-4 », Pallas [En ligne], 101 | 2016, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/3889 ; DOI : 10.4000/pallas.3889

Haut de page

Auteur

Marie-Thérèse Cam

Professeur de langue et littérature latines
Université de Bretagne occidentale
EA 1161, Centre François Viète-UBO, Epistémologie, Histoire des sciences et des techniques
mcam@univ-brest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org