Navigation – Plan du site
Pratiques thérapeutiques

Les remèdes d’origine égyptienne utilisés dans la médecine vétérinaire antique

Remedies of Egyptian Origin Used in Ancient Veterinary Medicine
Marie-Hélène Marganne
p. 205-216

Résumés

Renommée dès l’Odyssée (IV, 229-230) pour ses drogues, l’Égypte approvisionne très tôt le monde grec en substances médicinales déjà mentionnées dans les écrits hippocratiques. Plusieurs noms grecs de drogues ont d’ailleurs été empruntés anciennement à la langue égyptienne. Depuis toujours florissant en Égypte, le commerce des drogues, des aromates et des colorants s’est intensifié à la période hellénistique, et, plus encore, sous l’Empire romain. Poursuivant notre enquête sur les remèdes d’origine égyptienne utilisés dans la pharmacopée gréco-romaine, nous répertorions ici les ingrédients provenant du Pays du Nil attestés dans les recettes des écrits vétérinaires grecs et latins, et nous comparons leur utilisation à celle qui est recommandée en médecine humaine, tout en évaluant leur accessibilité et leur coût.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hom. Od. IV, 229-232 : τῇ πλεῖστα φέρει ζείδωρος ἄρουρα | φάρμακα, πολλὰ μὲν ἐσθλὰ μεμιγμένα, πολλὰ (...)
  • 2 Plin. nat. XXV, 11-12 : Homerus quidem primus doctrinarum et antiquitatis parens, multus alias in a (...)
  • 3 Plin. nat. 13, 26 : cetero terrarum omnium Aegyptus accommodatissima unguentis.
  • 4 Marganne, 1991 ; Marganne, 1996, p. 2714-2715.
  • 5 Marganne, 1992.
  • 6 von Staden, 2004, p. 191-194.

1De tout temps, l’Égypte a été renommée pour ses drogues, ses onguents, ses parfums et l’excellence de sa médecine. Déjà, dans l’Odyssée (IV, 229-232), Homère célèbre cette terre « qui produit en abondance des drogues, dont maints mélanges sont bienfaisants et maints autres nuisibles, et où les médecins l’emportent en habileté sur tous les autres hommes, car ils sont du sang de Pæon »1. Au premier siècle de notre ère, Pline l’Ancien reprend à son compte les propos homériques lorsqu’il évoque les « herbes d’Égypte remises en grand nombre à son Hélène par la femme du roi, en particulier ce célèbre népenthès qui procurait l’oubli des chagrins et le pardon, et qu’Hélène aurait sûrement dû faire boire à tous les mortels2 ». Ailleurs il affirme encore que « de tous les pays, l’Égypte est le plus apte à produire des parfums3 » et il recense de nombreuses substances médicinales produites ou commercialisées dans le Pays du Nil4. Dans la Matière médicale, Dioscoride, son contemporain, cite aussi l’Égypte comme lieu de provenance ou de transit d’au moins quarante substances appartenant au règne minéral, végétal et animal5. Galien (c. 129-213/214), qui passa environ cinq ans à Alexandrie vers le milieu du iie siècle, n’est pas en reste. Il y a une dizaine d’années, Heinrich von Staden a montré combien il s’est intéressé aux drogues identifiées comme égyptiennes ou alexandrines6.

  • 7 Marganne, 2006.
  • 8 Joly, 1966, p. 50-51 et 228 ; Jouanna, 1992, p. 606, n. 158.
  • 9 Byl, 1995, p. 230.
  • 10 Cadell, 1970 ; Fournet, 1989 ; Torallas Tovar, 2004.
  • 11 Sur le kyphi, voir not. Ganszyniec, 1924 ; Paszthory, 1988 ; Aufrère, 2003, p. 138-142 et 149 ; Tor (...)
  • 12 Contrairement aux traductions et définitions de la plupart des dictionnaires, y compris étymologiqu (...)
  • 13 Chantraine, 1977, p. 986. Pour l’étymologie égyptienne, voir Baum, 2003a, p. 33.
  • 14 Baum, 2003b.

2Il y a longtemps que la pharmacopée grecque utilise des substances réputées de provenance égyptienne7 comme, dans la Collection hippocratique8, une variété de safran, d’épine, de fève, de gland, d’huile, d’huile blanche, de myrrhe, de myrrhe blanche, de sel, d’alun, de natron, et de terre. D’ailleurs, ainsi que l’a remarqué Simon Byl, l’Égypte est le pays le plus souvent mentionné dans les traités hippocratiques, avec 78 occurrences, dont 56 se rencontrent dans les écrits gynécologiques9. Ajoutons que plusieurs noms grecs de drogues ont été empruntés anciennement à l’égyptien10, comme ἄμ(μ)ι, le cumin, κίκι, le ricin, κόμμι, la gomme, κῦφι, qui désigne une fumigation médicinale11, νίτρον, le natron, στίμμι, la galène (sulfure de plomb), provenant des mines du désert oriental12, σῶρυ, le sory, qui désigne un sulfate de fer en décomposition, ainsi que bien d’autres, sans doute, comme σάμψ(ο)υχον, la marjolaine, dont le nom, d’origine égyptienne, signifie « herbe (sem) de Soukhos », le dieu crocodile honoré dans le Fayoum13. En Égypte, le commerce des drogues, des aromates et des colorants, – substances utilisées à la fois en pharmacologie, en cosmétologie, en peinture, dans les pratiques cultuelles et magiques et dans l’embaumement, sans parler de l’alimentation et de la cuisine pour certaines d’entre elles –, a toujours été très florissant. Il s’intensifie à la période hellénistique, et, plus encore, sous l’Empire romain14.

  • 15 Marganne, 1991 ; Marganne, 1992 ; Marganne, 1998 ; Marganne, 2013 ; Marganne & Koemoth.
  • 16 Oder & Hoppe, 1924.
  • 17 Doyen-Higuet, 2006, p. 22-23. Voir aussi Lazaris, 2010, p. 9-35.
  • 18 McCabe, 2007, p. 1-17.

3Poursuivant nos recherches sur les remèdes d’origine égyptienne utilisés dans la pharmacopée gréco-romaine15, nous présentons ici les résultats de notre enquête dans le Corpus hippiatricorum Graecorum16, non sans être consciente des nombreux problèmes de datation, de composition et d’édition qu’il pose. En effet, loin d’être un écrit en quelque sorte « canonisé », les Hippiatrica rassemblent des collections de recettes classées (ou reclassées) par types d’affections et par auteurs. Comme l’ont rappelé il y a quelques années Anne-Marie Doyen-Higuet17 et Anne McCabe18, c’est une compilation de plusieurs manuels vétérinaires tardifs dont les connexions nombreuses avec leurs homologues latins que sont la Mulomedicina Chironis, l’Ars veterinaria de Pélagonius (c. milieu du ive s.) et la Mulomedicina de Végèce, révèlent des traductions et des emprunts dans les deux sens. Pour notre part, laissant de côté les textes réunis dans l’Appendix, à la fin du volume II de l’édition d’E. Oder et K. Hoppe (p. 314-337), à savoir les extraits de l’Histoire des animaux d’Aristote sur les chevaux, les ânes et les bœufs, et ceux d’Anatolios sur les chevaux et les bœufs (Géoponiques, XVI et XVII), nous avons répertorié, dans les Hippiatrica, tous les produits dont la provenance égyptienne était précisée par l’adjectif, soit « égyptien » (Αἰγύπτιος), soit « alexandrin » (᾽Ἀλεξανδρῖνος), soit « thébain » (Θηβαϊκός), ou dont la provenance égyptienne était indéniable en raison de leur nature et de leur biotope, comme, pour les animaux, le crocodile (κροκόδειλος), parmi les végétaux, le papyrus (πάπυρος), ainsi que son produit dérivé, le papier de papyrus (χάρτης), et, parmi les préparations typiquement égyptiennes, le kyphi (κῦφι).

  • 19 Lazaris, 2010, p. 18.
  • 20 Aps. Hipp. Berol. 20, 2 (CHG, I, p. 96 Oder-Hoppe) : ἀρίστη δὲ θεραπεία ἐστὶν αὐτῶν ἐκτομή, ἥτις (...)
  • 21 McCabe, 2007, p. 134 : « The number of Alexandrians among Apsyrtus’acquaintances is worthy of note  (...)
  • 22 Doyen-Higuet, 2006, p. 28, n. 62.

4Bien qu’elle ne relève pas de la pharmacologie, on notera la référence d’Apsyrtos (iiie ou ive siècle ? ; 2e quart du ive siècle pour Stavros Lazaris19) à une procédure chirurgicale appliquée par les Alexandrins aux chevaux en cas de gourme20, car, comme le remarque Anne McCabe, ajoutée à l’origine alexandrine de neuf destinataires de ses lettres, dont cinq hippiatres, cette référence pourrait suggérer que l’auteur a effectué une partie de sa formation à Alexandrie, à moins qu’elle ne reflète simplement le renom médical de la cité comme centre d’études médicales21. Pour Anne-Marie Doyen-Higuet cependant, faute d’autres précisions, l’origine égyptienne des neuf destinataires alexandrins des lettres d’Apsyrtos n’est pas certaine, puisque plusieurs villes antiques ont été dénommées Alexandrie22. On peut toutefois renverser son argument. À notre avis, la mise en série de tous les contextes où apparaît l’adjectif « alexandrin » dans les Hippiatrica, prouve au contraire que, sans autre précision, l’adjectif « alexandrin » se réfère toujours, par défaut, à l’Alexandrie la plus célèbre, particulièrement dans le domaine médical, à savoir celle d’Égypte, qui était aussi une des plus grandes villes de l’Empire romain et une des plus peuplées.

5Ceci précisé, voici, dans l’ordre alphabétique de leur nom en grec, les produits typiquement égyptiens utilisés dans les recettes répertoriées dans le Corpus hippiatricorum Graecorum.

    • 23 Hipp. Cant. 13, 4 (II, p. 151, 12-13 Oder-Hoppe) ; Hipp. Berol. 95, 6 (I, p. 325, 22) ; Add. Lond. (...)
    • 24 Amigues, 1989, p. 209-210.
    • 25 Thphr. HP IV, 2, 1 et 8 ; IX, 2.
    • 26 Amigues, 2006, p. 66 et 265.

    L’acanthe d’Égypte ou alexandrine (ἄκανθα Αἰγυπτία ou ᾽Ἀλεξανδρίνη)23. C’est l’acacia d’Égypte, Acacia nilotica (L.) Willd.24, déjà mentionné par Théophraste25, qui, dans ses Recherches sur les plantes (IV, 2, 8), précise que « c’est de l’acacia que vient la gomme » (κόμμι, emprunt à l’égyptien qami)26.

    • 27 Aps. Hipp. Berol. 52, 16 (I, p. 235, 15) ; comparer Pelagon. 200 ; Veg. mulom. 2, 48, 2 ; Cass. Fel (...)

    Le sel alexandrin (ἅλας Ἀλεξανδρῖνον)27.

    • 28 Hierocl. Hipp. Berol. 12, 2 (I, p. 75, 14) et 5 (I, p. 76, 19-20).
    • 29 Plin. nat. 31, 113 (aphronitrum). D’après Halleux, 1981, p. 209, « ce sont sans doute des dépôts de (...)

    La mousse de natron alexandrine (ἀφρόνιτρον ᾽Ἀλεξανδρῖνον)28 que, d’après Pline, on importe « en pots, tassée pour éviter qu’elle ne fonde29 ».

    • 30 Hipp. Paris., 137 (II, p. 39, 1-2) : καρδάμου Ἀλεξανδρηνοῦ [sic, iotacisme pour Ἀλεξανδρίνου]. Les (...)
    • 31 André, 1985, p. 49, s. v. cardamum ; Amigues, 2006, p. 294.

    Le cresson d’Alexandrie (κάρδαμον ᾽Ἀλεξανδρῖνον)30, Lepidum sativum L.31

    • 32 Hipp. Berol. 35, 7 (I, p. 194, 12-13) et 104, 16 (I, p. 366, 7-8).

    La noix de galle d’Alexandrie (κηκὶς ᾽Ἀλεξανδρίνη)32.

    • 33 Hipp. Berol. Append. 8 (I, p. 449, 23 : κολοκύνθης Ἀλεξανδρίνης), dans un remède contenant tant d’i (...)
    • 34 Aps. Hipp. Berol. 2, 4 (I, p. 15, 1-2 : κολοκυντίδος Αἰγυπτίας) et 129, 3 (I, p. 385, 20-21 : κολοκ (...)
    • 35 André, 1985, p. 71, s. v. colocynthis.

    La coloquinte d’Alexandrie (κολόκυνθα ᾽Ἀλεξανδρίνη)33 ou d’Égypte (κολοκυνθὶς Αἰγυπτίας)34, Citrullus colocynthis Schrad.35.

    • 36 Hipp. Berol., 129, 54 (I, p. 399, 3) : κόμεως Ἀλεξανδρίνου.

    La gomme d’Alexandrie (κόμ[μ]ι ᾽Ἀλεξανδρῖνον)36, qui, comme on l’a noté plus haut, est récoltée sur l’acacia d’Égypte.

    • 37 Hipp. Paris., 352 et 405 (II, 56, 20 et 61, 8) ; Hipp. Berol., 11, 22 (I, 66, 5). Comparer Pelagon. (...)
    • 38 Pardon, 2003, p. 246, répertorie les références suivantes pour le crocodile : Plin. nat. 28, 108 ; (...)
    • 39 Bardinet, 1995, p. 304 ; 418 ; 441 ; 444 ; 479 ; Nunn, 1996, p. 149 et 201.
    • 40 Herophil. fr. 260 von Staden, 1988, p. 423-426 : Ἡρόφιλος δὲ ἀνάπαλιν ἐν τῷ περὶ ὀφθαλμῶν φησι· πρὸ (...)
    • 41 Plusieurs auteurs antiques mentionnent cette utilisation en cosmétologie, comme Hor. epod. 12, 10-1 (...)
    • 42 Dsc. II, 80, 6 : ἡ δὲ τοῦ χερσαίου κροκοδείλου ἁρμόζει ἐπὶ τῶν γυναικῶν πρὸς εὔχροιαν καὶ στίλβωσιν (...)

    La fiente de crocodile (κροκοδείλου ἀφόδευμα ou κόπρος)37, recommandée dans des recettes de médicaments pour les yeux des chevaux. Comme l’a relevé Muriel Pardon dans sa contribution sur les ingrédients d’origine animale dans la pharmacopée ophtalmologique impériale38, cette substance est déjà utilisée pour le traitement des yeux dans l’Égypte pharaonique39. Il en va de même dans un fragment du traité Des yeux d’Hérophile (c. 325-255) cité par Aetios d’Amida (activité vers le milieu du vie s.)40. Il est vrai que le célèbre anatomiste a effectué la plus grande partie de sa carrière en Égypte, dans l’Alexandrie des premiers Ptolémées. Exporté, ce produit exotique devait coûter très cher. Selon Dioscoride (activité vers le milieu du ier s.), qui mentionne son utilisation en cosmétologie pour donner de l’éclat au visage des femmes41, on n’hésitait pas à le falsifier avec de la fiente d’étourneaux nourris de riz ou avec de l’amidon délayé avec de la terre de Kimôlos et coloré d’orcanette42.

    • 43 Hipp. Berol. 77, 19 (I, p. 298, 15) et 129, 51 (I, p. 398, 3) ; comparer Pelagon. 370 ; Veg. mulom.(...)
    • 44 André, 1985, p. 81, s. v. cuminum ; Amigues, 2006, p. 305.
    • 45 Dsc. III, 59, 1.

    Le cumin alexandrin (κύμινον ᾽Ἀλεξανδρῖνον)43, Cuminum cyminum L.44 D’après Dioscoride, les meilleures variétés sont éthiopiennes et égyptiennes45.

    • 46 Hipp. Berol. 120, 65 (I, p. 412, 22) : κύφης ; Hipp. Paris. 612 (II, p. 76, 20) : βέλτιον δὲ ποιῶν (...)
    • 47 Torallas Tovar, 2004, p. 188.
    • 48 Sur le kyphi, voir les titres mentionnés en note 11, ainsi que Marganne et Aufrère, 2014.
    • 49 Dsc. I, 25 : κῦφι θυμιάματός ἐστι σκευασία κεχαρισμένη θεοῖς· χρῶνται δὲ αὐτῷ κατακόρως οἱ ἐν Αἰγύπ (...)
    • 50 Matthiolus, 1642, p. 29.
    • 51 Plu. Is. 80, 383 Ε-384 C. : τὸ δὲ κῦφι μῖγμα μὲν ἑκκαίδεκα μερῶν συντιθεμένων ἐστί […]. Pour un ess (...)
    • 52 Wellmann, 1901 ; Kudlien, 1979 ; Fabricius, 1972, p. 189-190.
    • 53 Suid. μ 142, s. v. Μανεθώς (III, 318, 6-7 Adler) : Μάνεθως, Μένδης τῆς Αἰγύπτου, ἀρχιερεύς. Ἔγραψε (...)
    • 54 Orib. Syn. III, 220 (κῦφι τὸ σεληνιακόν).
    • 55 Aët. V, 120, 24, et XIII, 116-117 (pour ces deux chapitres, le livre XIII étant partiellement inédi (...)
    • 56 Alex. Trall. I, 475 et 573 ; II, 91 ; 299 ; 595, etc.
    • 57 Paul Aeg. VII, 22, 4 (κῦφι τὸ μέγα τὸ διὰ τῶν λς’, ὃ καλοῦσιν ἡλιακόν) et 5 (ἄλλο κῦφι τὸ διὰ τῶν κ (...)

    Le kyphi (κῦφι)46, dont le nom est formé à partir de l’égyptien k3pt, de k3p, brûler, encenser, fumiguer47, est d’origine sacerdotale égyptienne48. D’après Dioscoride49, ce parfum agréable aux dieux, utilisé intensivement par les prêtres égyptiens, pouvait également entrer dans la composition d’antidotes et de potiοns pour les asthmatiques. On peut s’étonner, à la suite de Matthiole50, que le médecin grec qui, dans la Matière médicale, ne répertorie en principe que des simples, réserve un chapitre à la préparation de ce produit dont, de son propre aveu, il existe de nombreuses recettes (σκευασίαι δὲ αὐτοῦ ἐμφέρονται πλείονες). De fait, s’il mentionne 10 ingrédients différents entrant dans la composition du kyphi, Plutarque51 en cite 16 dans son traité sur Isis et Osiris (écrit après 120). Quant à Galien, il rapporte la recette, rédigée en trimètres iambiques, de Servilius Damocrate (activité, à Rome, sous Néron et Vespasien)52, dans son traité Des antidotes, II, 2 (XIV, 117, 10-119, 8). À la fin de celle-ci (XIV, 119, 1-8), Damocrate renvoie lui-même à la préparation du kyphi par son maître Rufus. Ajoutons que, d’après la Souda, l’archiprêtre égyptien Manéthon de Mendès (iiie siècle avant notre ère ?) aurait été l’auteur d’un écrit sur La préparation des kyphis (Περὶ κατασκευῆς κυφίων)53. Malgré l’émergence du christianisme, la renommée de ce remède ne semble pas avoir diminué à la période byzantine, puisque des auteurs médicaux comme Oribase (milieu du ive siècle)54, Aetios d’Amida (milieu du vie siècle)55, Alexandre de Tralles (2e moitié du vie siècle)56 et Paul d’Égine (viie siècle)57, en donnent la recette.

    • 58 D’après Halleux, 1981, p. 223, « carbonate et bicarbonate de sodium extrait abondamment des bords d (...)
    • 59 Hipp. Berol. 4, 8 (I, p. 36, 19) ; 22, 35 (I, p. 114, 2) ; 77, 23 (I, p. 299, 14-15) ; Hipp. Paris.(...)

    Le natron égyptien ou alexandrin58 (νίτρον Αἰγύπτιον ou ᾽Ἀλεξανδρῖνον)59.

    • 60 Hipp. Berol. 130, 180 (I, p. 435, 1-2) ; Hipp. Cant. 30, 3, 3 (II, p. 166, 8-12) ; comparer Afric. (...)

    L’opium thébain (ὄπιον Θηβαικόν)60.

    • 61 Hipp. Berol. 55, 5 (I, p. 243, 15-17) ; Hipp. Cant. 100, 7 (II, p. 243, 25).
    • 62 André, 1985, p. 188, s. v. papyrus ; Amigues, 2006, p. 321.
    • 63 Hipp. Berol. 55, 5 (I, p. 243, 15-17) ; Hipp. Paris. 290 (II, p. 53, 17) ; Addit. Lond. 19, 1 (II, (...)

    Le papyrus (πάπυρος)61, Cyperus papyrus L.62, et le papier de papyrus (χάρτης) calciné63.

    • 64 Hipp. Berol. 52, 9 (I, p. 233, 18) ; Hipp. Paris. 137 (II, p. 39, 1-2) : σινήπεως Ἀλεξανδρηνῆς [sic(...)
    • 65 André, 1985, p. 240, s. v. sinapis. Plin. nat. 12, 28, évoque le sinapi Alexandrinum avec lequel on (...)

    La moutarde d’Alexandrie ou d’Égypte (σίνηπι ᾽Ἀλεξανδρῖνον et νᾶπυ Αἰγύπτιον)64, Sinapis alba L. et Brassica nigra Koch65.

    • 66 Hipp. Paris. 1082 (II, p. 107, 4).
    • 67 Dsc. V, 106. Selon Halleux, 1981, p. 230, c’est « notre alun et toute espèce de substances astringe (...)
    • 68 Plin. nat. 25, 184-185 ; 28, 100 ; 164 ; 204. Voir aussi Cels. 5, 28, 12 I.

    L’alun égyptien (στυπτηρία Αἰγυπτία)66 qui, aux témoignages de Dioscoride67 et de Pline68, est le plus prisé.

    • 69 Hipp. Berol. 77, 23. Comparer Cels. 3, 18, 12-13 ; Dsc. I, 127, 1
    • 70 Amigues, 2006, p. 337.

    Les fruits du sycomore d’Égypte (Αἰγυπτία συκάμινος)69, Ficus sycomorus L.70.

  • 71 Hipp. Berol. 130, 129 (I, p. 424, 21) : τὸ λάπαθον εἰς χάρτην εἰλήσας ἕψει ἐν θερμοσποδιᾷ καὶ λειώσ (...)
  • 72 Hipp. Berol. 52, 18 (I, p. 236, 5) : ἐπιδήσας χάρτῃ ἐπιμελῶς ; Exc. Lugd. 30 (II, p. 281, 11) et 18 (...)
  • 73 Hipp. Paris. 17 (II, p. 30, 5) : φυλακτήριον πρὸς μᾶλιν παρὰ τοῦ φιλοσόφου […]. Γράψας ἐν χάρτῃ καθ (...)
  • 74 Hipp. Berol. II, 15, 7 (I, p. 21, 9-10).

6À cette liste, on ajoutera encore plusieurs autres utilisations du papier de papyrus (χάρτης), soit pour envelopper un ingrédient avant de le cuire71, soit, en guise de bandage, pour panser les animaux72, soit pour confectionner des amulettes qu’ils porteront73. Signalons enfin la mention du statère égyptien (στατὴρ Αἰγύπτιος)74 parmi les unités de mesure.

7Au terme de cette recherche dans le Corpus hippiatricorum Graecorum, on a répertorié, parmi les simples, seize produits réputés de provenance égyptienne, dont quatre minéraux (sel, natron, mousse de natron, alun), dix végétaux (acacia d’Égypte, cresson d’Alexandrie, noix de galle d’Alexandrie, coloquinte, gomme, cumin, opium thébain, papyrus et papier de papyrus, moutarde d’Égypte, sycomore) et un d’origine animale (fiente de crocodile), et, parmi les médicaments composés, le kyphi.

  • 75 Voir notamment Fischer, 1993.
  • 76 Voir l’édition de Fischer, 1980, à compléter par les contributions de Corsetti, 1989 (édition diplo (...)
  • 77 André, 1985, p. 170, s. v. nasturtium (-cium).

8Il en va de même dans les traités d’hippiatrie latins75. Parmi les produits égyptiens ou alexandrins, Pélagonius (milieu du ive s.)76 recommande la coloquinte (20 : cucurbita), le cumin (370 : cyminum), le natron (91, 1 et 19 : nitrum), le sel (200 : sal), la moutarde (194, 4, 200 [?], 203, 252 : sinapi), et peut-être le cresson (203 [?], dans une note marginale : < nasturci Alexandrini >)77, et la gomme (491 [en grec] : κόμι), ainsi que la fiente de crocodile (416-419 : stercus corcodili), le kyphi (138, 2 : cyphi), le papyrus (483 [en grec] : πάπυρος) et le papier de papyrus (483 et 532 [en grec] : χάρτης ; 134, 138 et 344 : charta).

9La Mulomedicina Chironis fait référence à la coloquinte (201 ; 346-347 et 814 : cucurbita) et à la rubrique (586 : rubrica) égyptiennes, ainsi qu’au vinaigre (899 : acetum), au cumin (217 ; 321 ; 419 ; 428 et 992 : cuminum), au miel (872 et 935 : mel), à la marjolaine (853 et 856 : samsucus), à la moutarde (375 ; 608 ; 786 ; 872 ; 894 ; 922 ; 992 : sinapi) alexandrins, à la fiente de crocodile (536 ; 541 ; 802 ; 807 : cocodrilli stercus), au papyrus (88 ; 92 ; 96 : papyrus) et au papier de papyrus calciné (786 ; 789 ; 938 ; 982 : carta combusta).

10Végèce (fin du ive ou début du ve s.), qui s’inspire de Pélagonius et de la Mulomedicina Chironis, mentionne aussi la coloquinte (1, 17, 7 : cucurbita), le cumin (1, 42, 4 et 3, 28, 30 : cuminum), la lentille (2, 134, 4 : lens), le natron (2, 28, 2 et 131, 1 : nitrum), le sel (2, 48, 2 : sal) et la moutarde (2, 110, 3 ; 3, 17 et 28, 15 : sinapi) alexandrins, à côté de la fiente de crocodile (2, 22, 4 et 7 ; 3, 27, 7 : corcodrili ou crocodili stercus), du kyphi (2, 149, 5 ; 3, 8, 6 ; cur., 2, 14 : cyphi), du papyrus (2, 13, 5 ; 26, 1 ; cur., 4, 4 : papyrus) et du papier de papyrus (charta), soit calciné dans un remède (2, 35 : charta combusta), soit utilisé pour une amulette (cur., 26 : charta pura).

  • 78 Cam, 2007, p. 288.

11À titre de comparaison, telle qu’elle est dressée au début du De ueterinaria medicina (2, 2-3) de Palladius (fin du ive ou ve s.), la liste des médicaments simples que le pater familias doit avoir à sa disposition dans son exploitation78 ne comprend, mis à part le papyrus, aucun produit qualifié d’égyptien ou d’alexandrin.

  • 79 Fischer, 2006, p. 203-224 ; Zucker, 2008, p. 63-78.
  • 80 Marganne, 1998.
  • 81 Marganne, 1992.
  • 82 Marganne, 1991.
  • 83 McCabe, 2009 ; McCabe, 2007, p. 15.
  • 84 Voir, par exemple, l’article de Corbier, 1987. Sur l’édit de Dioclétien, voir notamment Noethlichs, (...)

12Tous ces produits de provenance égyptienne mentionnés dans les écrits vétérinaires grecs et latins ont été répertoriés de longue date par les auteurs médicaux tant grecs que latins. Ils sont utilisés depuis longtemps en médecine humaine, ce qui, une fois de plus, prouve combien, dans l’antiquité gréco-romaine et tardive, la frontière entre les médecines humaine et vétérinaire est perméable79. Si Celse ne mentionne que sept médicaments simples et deux médicaments composés d’origine égyptienne, sans doute en raison du dédain, voire de l’hostilité de beaucoup de Romains de son temps envers l’Égypte80, Dioscoride en répertorie quarante81 et Pline l’Ancien évoque au moins trente-trois végétaux, neuf minéraux et divers produits provenant de six animaux égyptiens82. Pourtant, ces substances exotiques, qui impliquent l’existence de réseaux commerciaux étendus, doivent être très chères83. Leur prix reflète non seulement les frais de transport, mais aussi les taxes prélevées par les empereurs. Ainsi, le prix de plusieurs de ces produits, comme la mousse de natron, la coloquinte, le cumin, le papyrus, la moutarde, l’alun, sont répertoriés dans l’Édit de Dioclétien (301)84. Ils doivent être difficiles à trouver, sauf si l’on réside en Égypte. De plus, comme on a pu le constater avec la fiente de crocodile, on court le risque de les acheter falsifiés par des marchands peu scrupuleux. Appliquées à la médecine humaine, ces constatations sont d’autant plus pertinentes en médecine vétérinaire, où, en principe, les animaux n’ont pas le même statut que les êtres humains et où les quantités à utiliser doivent être beaucoup plus importantes. On peut toutefois se demander si la prescription des drogues égyptiennes rares et coûteuses dans les écrits de médecine vétérinaire reflète la réalité. Il semble pourtant que ce puisse être le cas. De fait, dans le Prologue, 5, de la Mulomedicina, écrite au tournant des ive et ve siècles, Végèce se plaint que des vétérinaires prescrivent des médicaments composés d’ingrédients si coûteux que le prix de la cure est proche de la valeur du patient :

  • 85 Lommatzsch, 1903, p. 12-13.

Additur etiam quod studio lucri quaedam ita sunt compositae potiones, ut pretium enorme contineant et curae taxatio aestimationem animalis prope uideatur aequare, ut plerumque aut parci homines aut certe prudentes animalia sua casibus dedant aut damnosam curationem dissimulent85.

« Ajoutez-y encore que par avidité du gain, certaines potions sont composées de telle manière qu'elles correspondent à un prix énorme, et que le coût du traitement semble presque égaler la valeur de l'animal en sorte que, la plupart du temps, les gens économes ou du moins prudents, livrent leurs animaux au hasard ou négligent un traitement ruineux ».

  • 86 Sur cette question, voir Cam, 2007.

13Il est vrai que les chevaux appartenant à des hauts personnages ou que l’on faisait courir à l’hippodrome devaient coûter une fortune86.

Haut de page

Bibliographie

Amigues, S., 1989, Théophraste. Recherches sur les plantes. Tome II, Paris.

Amigues, S., 2006, Théophraste. Recherches sur les plantes. Tome V, Paris.

André, J., 1985, Les noms de plantes dans la Rome antique, Paris.

Aufrère, S.H., 2003, Nature et emploi des parfums et onguents liturgiques, dans M.-C. Grasse (dir.), L’Égypte. Parfums d’histoire, Paris, p. 116-151.

Aufrère, S.H., 2012, Manéthôn de Sebennytos, médiateur de la culture sacerdotale du Livre sacré ? Questions diverses concernant l’origine, le contenu et la datation des Aegyptiaca, dans B. Legras (éd.), Transferts culturels et droits dans le monde grec et hellénistique. Actes du colloque international (Reims, 14-17 mai 2008), Paris, p. 321-352.

Barbara, S., 2008, Castoréum et basilic, deux substances animales de la pharmacopée ancienne, dans I. Boehm & P. Luccioni (éd.), Le médecin initié par l’animal. Animaux et médecine dans l’Antiquité grecque et latine. Actes du colloque international tenu à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux les 26 et 27 octobre 2006, Lyon, p. 121-148.

Bardinet, Th., 1995, Les papyrus médicaux de l’Égypte pharaonique. Traduction intégrale et commentaire, Paris.

Baum, N., 2003a, Les matières aromatiques, dans M.-C. Grasse, L’Égypte. Parfums d’histoire, Paris, p. 16-35.

Baum, N., 2003b, La course aux aromates, dans M.-C. Grasse, L’Égypte. Parfums d’histoire, Paris, p. 37-53.

Boehm, I. et Luccioni, P. (éd.), 2008, Le médecin initié par l’animal. Animaux et médecine dans l’Antiquité grecque et latine. Actes du colloque international tenu à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux les 26 et 27 octobre 2006, Lyon.

Byl, S., 1995, L’aire géographique des médecins hippocratiques, dans Ph. van der Eijk, H.F.J. Horstmanshoff, P.H. Schrijvers (éd.), Ancient Medicine in its Socio-Cultural Context, I, Amsterdam, p. 225-235.

Cadell, H., 1970, Le vocabulaire de l’agriculture d’après les papyrus grecs d’Égypte : problèmes et voies de recherche, dans D.H. Samuel (éd.), Proceedings of the Twelfth International Congress of Papyrology, Toronto (American Studies of Papyrology, VII), p. 69-76.

Cam, M.-T., 2007, Peut-on évaluer le coût des soins et remèdes vétérinaires ?, dans M.-T. Cam (dir.), La médecine vétérinaire antique. Actes du premier colloque international de médecine vétérinaire (Brest, 9-11 septembre 2004), Rennes, p. 277-293.

Chantraine, P., 1977, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris (2e éd. 1999).

Corbier, M., 1987, Dévaluation et évolution des prix (ier-iiie siècles), Revue numismatique, VIe Série, t. 27, p. 69-106.

Cornarius, J., 1542, Aetii medici Graeci contractae ex veteribus medicinae tetrabiblos, Bâle.

Corsetti, P.-P., 1989, Un nouveau témoin de l’Ars veterinaria de Pélagonius, Revue d’Histoire des Textes, 19, p. 31-57.

Doyen-Higuet, A.-M., 2006, L’Épitomé de la Collection d’hippiatrie grecque. Histoire du texte, édition critique, traduction et notes. Tome I, Louvain-la-Neuve (Publications de l’Institut Orientaliste de Louvain, 54).

Fabricius, C., 1972, Galens Exzerpte aus älteren Pharmakologen, Berlin – New York.

Fischer, K.-D., 1980, Pelagonius Ars veterinaria, Leipzig.

Fischer, K.-D., 1993, dans R. Herzog (éd.), Nouvelle histoire de la littérature latine. V. Restauration et renouveau. La littérature latine de 284 à 374 après J.-C., Turnhout, p. 83-93.

Fischer, K.-D., 2006, ῞Ὅνπερ τρόπον οἱ ἰατροὶ ἐν ἀνθρώπῳ, dans C.W. Müller, C. Brockmann et C.W. Brunschön (éd.), Ärzte und ihre Interpreten. Medizinische Fachtexte der Antike als Forschungsgegenstand der klassischen Philologie. Fachkonferenz zu Ehren von Diethard Nickel, München – Leipzig.

Fournet, J.-L., 1989, Les emprunts du grec à l’égyptien, Bulletin de la Société de linguistique de Paris, 80, 1, pp. 55-80.

Ganszyniec, R., 1924, s.v. Kyphi, RE, 11, 1, col. 52-57.

Germond, Ph. & Livet J., 2001, Bestiaire égyptien, Paris.

Giacchero, M., 1974, Edictum Diocletiani et Collegarum de pretiis rerum venalium, I-II, Genova.

Halleux, R., 1981, Les alchimistes grecs. Tome I. Papyrus de Leyde. Papyrus de Stockholm. Fragments de recettes, Paris.  

Joly, R., 1966, Le niveau de la science hippocratique, Paris.

Jouanna, J., 1992, Hippocrate, Paris.

Krauss, R., 1999, s.v. Manetho, DNP, 7, col. 804-805.

Krauss, R., 2006, Manethos Ägyptische Geschichte – Eine ptolemäische oder römische Kompilation ?, dans E. Czerny, I. Hein, H. Hunger, D. Melman et A. Schwab (éd.), Studies in Honour of Manfred Bietak. Volume III, Leuven – Paris – Dudley, Mass. (Orientalia Lovaniensia Analecta, 149), p. 227-234.

Kudlien, F., 1979, s.v. Damokrates, DKP, 1, col. 1375-1376.

Lauffer, S., 1971, Diokletians Preisedikt, Berlin (Texte und Kommentare, 5).

Lazaris, S., 2010, Art et science vétérinaire à Byzance : formes et fonctions de l’image hippiatrique, Turnhout (Bibliologia, 29).

Lommatzsch, E., 1903, P. Vegeti Renati Digestorum artis mulomedicinae libri, Leipzig.

McCabe, A., 2007, A Byzantine Encyclopaedia of Horse Medicine. The Sources, Compilation, and Transmission of the Hippiatrica, Oxford (Oxford Studies in Byzantium).

McCabe, A., 2009, Imported materia medica, 4th-12th centuries, and Byzantine pharmacology, dans M.M. Mango (éd.), Byzantine Trade, 4th-12th centuries : the archaeology of local, regional and international exchange. Papers of the thirty-eight Spring Symposium of Byzantine Studies, St John’s College, University of Oxford, March 2004, Farnham (Society for the Promotion of Byzantine Studies Publications, 14), p. 273-292.

Marganne, M.-H., 1991, L’Égypte médicale de Pline l’Ancien, dans G. Sabbah (éd.), Le latin médical. La constitution d’un langage scientifique. Réalités et langage de la médecine dans le monde romain. Actes du IIIe Colloque international « Textes médicaux latins antiques » (Saint-Étienne, 11-13 septembre 1989), Saint-Étienne (Centre Jean-Palerne. Mémoires, X), p. 155-171.

Marganne, M.-H., 1992, Les références à l’Égypte dans la Matière médicale de Dioscoride, dans Serta Leodiensia Secunda. Mélanges publiés par les Classiques de Liège à l’occasion du 175e anniversaire de l’Université, Liège, CIPL, p. 309-322.

Marganne, M.-H., 1996, La médecine dans l’Égypte romaine : les sources et les méthodes, dans W. Haase & H. Temporini (éd.), Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, II, 37, 3, Berlin-New York, p. 2709-2740.

Marganne, M.-H., 1998, Thérapies et médecins d’origine « égyptienne » dans le De medicina de Celse, dans C. Deroux (éd.), Maladie et maladies dans les textes latins antiques et médiévaux. Actes du Ve Colloque International « Textes médicaux latins de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge » (Bruxelles, 4-6 sept. 1995), Bruxelles (Collection Latomus, vol. 242), p. 137-150.

Marganne, M.-H., 2006, Étiquettes de médicaments, listes de drogues, prescriptions et réceptaires dans l'Égypte gréco-romaine et byzantine, dans F. Collard et É. Samama (dir.), Pharmacopoles et apothicaires. Les « pharmaciens » de l’Antiquité au Grand Siècle, Paris, p. 59-73.

Marganne, M.-H., 2013, L’emplâtre Isis et autres remèdes d’origine égyptienne, dans M. Labonnelie-Pardon (éd.), La coupe d’Hygie. Médecine et chimie dans l’Antiquité, Paris, Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, Palais du Louvre, 24 juin 2011, Dijon, p. 63-82.

Marganne, M.-H. et Aufrère, S., 2014, La question de l’interface entre les sciences égyptiennes et grecques, dans C. Méla et F. Möri (dir.), Alexandrie la Divine, I, Genève, p. 395-401 et II, p. 1113-1114 (bibl.).

Marganne, M.-H. et Koemoth, P., Pharmacopoea Aegyptia et Graeco-Aegyptia : bibliographie générale (http://promethee.philo.ulg.ac.be/cedopal/Bibliographies/!PHARMEG.htm).

Martinetto, P., Anne, M., Dooryhée, E., Walter, P., Tsoukaris, G. et Lévêque, J.-Y., 2003, Les formulations cosmétiques à base de plomb de l’Égypte ancienne, Sciences chimiques. Lettres des départements scientifiques du CNRS. Spécial « Pharmacie et archéologie », 79, p. 7-11.

Matthiolus, 1642, Les commentaires de M.P. Matthiolus, médecin senois, sur les six livres de Pedacius Dioscoride Anazarbéen, de la matière medecinale, traduit de latin en françois par M. Antoine du Pinet, Lyon.

Noethlichs, K.L., 2004, s. v. Edictum Diocletiani, Brill’s New Pauly, 4, col. 805-807.

Nunn, F., 1996, Ancient Egyptian Medicine, London.

Oder, E., 1901, Claudii Hermeri Mulomedicina Chironis, Leipzig.

Oder, E. et Hoppe, K., 1924, Corpus hippiatricorum Graecorum, I-II, Leipzig (repr. Stuttgart, 1971).

Ortoleva, V., 1998, Un nuovo testimone frammentario di Pelagonio e alcune considerazioni sulla tradizione manoscritta e sul testo dell’Ars veterinaria, Res Publica Litterarum, 21, p. 13-44.

Pardon, M., 2003, Œil de lynx pour œil de taupe. Les ingrédients d’origine animale dans la pharmacopée ophtalmologique impériale, dans N. Palmieri (éd.), Rationnel et irrationnel dans la médecine ancienne et médiévale. Aspects historiques, scientifiques et culturels, Saint-Étienne (Centre Jean-Palerne. Mémoires, XXVI), p. 231-250.

Parthey, G., 1850, Plutarch über Isis und Osiris, nach neuverglichenen Handschriften mit Übersetzung und Erläuterungen, Berlin.

Paszthory, E., 1988, Laboratorien in ptolemäischen Tempelanlagen, Antike Welt, 19, 2, p. 3-20.

Torallas Tovar, S., 2004, Egyptian Lexical Interference in the Greek of Byzantine and Early Islamic Egypt, dans P. Sijpesteijn & L. Sundelin (éd.), Papyrology and the History of Early Islamic Egypt, Leiden (Islamic History and Civilization. Studies and Texts, 55), p. 163-198.

Vernus, P. et Yoyotte, J., 2005, Bestiaire des Pharaons, Paris.

Vieillefond, J.-R., 1970, Les « Cestes » de Julius Africanus. Étude sur l’ensemble des fragments avec édition, traduction et commentaires, Firenze – Paris.

von Staden, H., 1989, Herophilus. The Art of Medicine in Early Alexandria, Cambridge – New York (2e éd. 1994).

von Staden, H., 2004, Galen’s Alexandria, dans W.V. Harris et G. Ruffini (éd.), Ancient Alexandria between Egypt and Greece, Leiden (Columbia Studies in the Classical Tradition, 26), p. 179-215.

Wellmann, M., 1901, s. v. Damokrates (8), RE, IV, 2, col. 2069-2070.

Zucker, A., 2008, Homme et animal : pathologies communes et thérapies partagées, dans I. Boehm et P. Luccioni (éd.), Le médecin initié par l’animal. Animaux et médecine dans l’Antiquité grecque et latine. Actes du colloque international tenu à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux les 26 et 27 octobre 2006, Lyon, p. 63-78.

Haut de page

Notes

1 Hom. Od. IV, 229-232 : τῇ πλεῖστα φέρει ζείδωρος ἄρουρα | φάρμακα, πολλὰ μὲν ἐσθλὰ μεμιγμένα, πολλὰ δὲ λυγρά· | ἰητρὸς δὲ ἕκαστος ἐπιστάμενος περὶ πάντων | ἀνθρώπων· ἦ γὰρ Παιήονός εἰσι γενέθλης.

2 Plin. nat. XXV, 11-12 : Homerus quidem primus doctrinarum et antiquitatis parens, multus alias in admiratione Circae, gloriam herbarum Aegypto tribuit, cum etiam tum quae rigatur Aegyptus illa non esset, postea fluminis limo inuecta. Herbas certe Aegyptias a regis uxore traditas Helenae suae plurimas narrat ac nobile illud nepenthes obliuionem tristitiae ueniamque adferens et ab Helena utique omnibus mortalibus propinandum.

3 Plin. nat. 13, 26 : cetero terrarum omnium Aegyptus accommodatissima unguentis.

4 Marganne, 1991 ; Marganne, 1996, p. 2714-2715.

5 Marganne, 1992.

6 von Staden, 2004, p. 191-194.

7 Marganne, 2006.

8 Joly, 1966, p. 50-51 et 228 ; Jouanna, 1992, p. 606, n. 158.

9 Byl, 1995, p. 230.

10 Cadell, 1970 ; Fournet, 1989 ; Torallas Tovar, 2004.

11 Sur le kyphi, voir not. Ganszyniec, 1924 ; Paszthory, 1988 ; Aufrère, 2003, p. 138-142 et 149 ; Torallas Tovar, 2004, p. 188.

12 Contrairement aux traductions et définitions de la plupart des dictionnaires, y compris étymologiques, grecs et latins, les substantifs grecs στῖμι, στίμμι, στῖβι, et latins stibi (um) et stimmi, ne désignent pas l’antimoine, inconnu en Égypte, mais bien la galène (sulfure de plomb), provenant des mines du désert oriental, selon Martinetto et al., 2003, p. 9.

13 Chantraine, 1977, p. 986. Pour l’étymologie égyptienne, voir Baum, 2003a, p. 33.

14 Baum, 2003b.

15 Marganne, 1991 ; Marganne, 1992 ; Marganne, 1998 ; Marganne, 2013 ; Marganne & Koemoth.

16 Oder & Hoppe, 1924.

17 Doyen-Higuet, 2006, p. 22-23. Voir aussi Lazaris, 2010, p. 9-35.

18 McCabe, 2007, p. 1-17.

19 Lazaris, 2010, p. 18.

20 Aps. Hipp. Berol. 20, 2 (CHG, I, p. 96 Oder-Hoppe) : ἀρίστη δὲ θεραπεία ἐστὶν αὐτῶν ἐκτομή, ἥτις γίνεται παρὰ Ἀλεξανδρεῦσι. Δεῖ δὲ ἐκτέμνειν οὕτως […].

21 McCabe, 2007, p. 134 : « The number of Alexandrians among Apsyrtus’acquaintances is worthy of note : there are nine, five of whom are called hippiatroi. Apsyrtus’reference to a surgical procedure practised by Alexandrians may suggest that part of his medical training took place in Alexandria ; or may simply reflect that city’s renown as a centre for medical study ». Pour les hippiatres alexandrins destinataires de ses lettres, voir Hipp. Berol. 47, 1 (CHG, I, p. 221-222 : Antipatros) ; 101, 1 (p. 347-348 : Gaios) ; 82, 1 (p. 301-302 : Hérodiôn) ; 103, 1 (p. 352-353 : Pasicrate) ; 39, 1 (p. 204-205 : Arion ?) ; 10, 9 (p. 60-61 : Apion) ; 35, 1 (p. 192 : Ammônios) ; 24, 1 (p. 121 : Ôriôn) ; 48, 1 (p. 223 : Noumenios).

22 Doyen-Higuet, 2006, p. 28, n. 62.

23 Hipp. Cant. 13, 4 (II, p. 151, 12-13 Oder-Hoppe) ; Hipp. Berol. 95, 6 (I, p. 325, 22) ; Add. Lond. 17 (II, p. 257, 1) ; Exc. Lugd. 205 (II, p. 313, 16-17), où le petit glossaire contient le synonyme suivant : […] ἄκανθα Αἰγυπτία· τὸ γαυδουράκανθον.

24 Amigues, 1989, p. 209-210.

25 Thphr. HP IV, 2, 1 et 8 ; IX, 2.

26 Amigues, 2006, p. 66 et 265.

27 Aps. Hipp. Berol. 52, 16 (I, p. 235, 15) ; comparer Pelagon. 200 ; Veg. mulom. 2, 48, 2 ; Cass. Fel. 35, 2 : sales Alexandrinos (dans un remède contre les luettes gonflées et pendantes).

28 Hierocl. Hipp. Berol. 12, 2 (I, p. 75, 14) et 5 (I, p. 76, 19-20).

29 Plin. nat. 31, 113 (aphronitrum). D’après Halleux, 1981, p. 209, « ce sont sans doute des dépôts de cristaux de carbonates de sodium et de potassium sur les bords des lacs à Natron ».

30 Hipp. Paris., 137 (II, p. 39, 1-2) : καρδάμου Ἀλεξανδρηνοῦ [sic, iotacisme pour Ἀλεξανδρίνου]. Les manuscrits de Dioscoride qui contiennent des listes de synonymes pour les noms des végétaux, donnent, pour κάρδαμον (Dsc. II, 155), le synonyme égyptien semeth : Αἰγύπτιοι σεμέθ.

31 André, 1985, p. 49, s. v. cardamum ; Amigues, 2006, p. 294.

32 Hipp. Berol. 35, 7 (I, p. 194, 12-13) et 104, 16 (I, p. 366, 7-8).

33 Hipp. Berol. Append. 8 (I, p. 449, 23 : κολοκύνθης Ἀλεξανδρίνης), dans un remède contenant tant d’ingrédients que les éditeurs remarquent : ipsa compositio non mulomedici, sed scribae cuiusdam ludentis videtur esse. Voir aussi Hipp. Berol. 4, 11 (I, p. 37, 15 : κολοκύντης Ἀλεξανδρινῆς). Les manuscrits de Dioscoride qui contiennent des listes de synonymes pour les noms des végétaux donnent, pour κολόκυνθα ἀγρία/κολοκυνθίς (Dsc. IV, 176), le synonyme κολόκυνθος Ἀλεξανδρῖνος. Comparer Pelagon. 20 : seminis cucurbitae Alexandrinae ; Veg. Mulom. 1, 17, 7 : remedium proficiens ad omnes generaliter morbos : semen cucurbitae Aegyptiae [i. coloquintidem] […].

34 Aps. Hipp. Berol. 2, 4 (I, p. 15, 1-2 : κολοκυντίδος Αἰγυπτίας) et 129, 3 (I, p. 385, 20-21 : κολοκυντίδος Αἰγυπτίας).

35 André, 1985, p. 71, s. v. colocynthis.

36 Hipp. Berol., 129, 54 (I, p. 399, 3) : κόμεως Ἀλεξανδρίνου.

37 Hipp. Paris., 352 et 405 (II, 56, 20 et 61, 8) ; Hipp. Berol., 11, 22 (I, 66, 5). Comparer Pelagon. 416-419 (quatre recettes de collyres pour les chevaux comprenant notamment du corcodilli stercus). Sur le crocodile du Nil, Crocodylus Niloticus L., voir Germond & Livet, 2001, p. 172-173 ; Vernus & Yoyotte, 2005, p. 209-240.

38 Pardon, 2003, p. 246, répertorie les références suivantes pour le crocodile : Plin. nat. 28, 108 ; 110-111 ; Pelagon. 30, 416-419 ; Chiron 536 ; 541 ; 802 ; 807 ; Veg. mulom. 2, 22, 4 et 7 ; 3, 27, 7 ; Marcell. med. 8, 123 et 208. Voir aussi Barbara, 2008, p. 133-136.

39 Bardinet, 1995, p. 304 ; 418 ; 441 ; 444 ; 479 ; Nunn, 1996, p. 149 et 201.

40 Herophil. fr. 260 von Staden, 1988, p. 423-426 : Ἡρόφιλος δὲ ἀνάπαλιν ἐν τῷ περὶ ὀφθαλμῶν φησι· πρὸς τοὺς ἐν ἡμέρᾳ μὴ βλέποντας κόμμι, κροκοδείλου χερσαίου κόπρον, μίσυ, χολὴν ὑαίνης λείαν μετὰ μέλιτος ὑπόχριε δὶς τῆς ἡμέρας καὶ ἐσθίειν δίδου νήστει ἧπαρ τράγου. Ἐγὼ δὲ τεκμαίρομαι τοῦτο ποιεῖν μᾶλλον τοῖς νυκτὸς μὴ ὁρῶσιν (= Dem. Ophth. apud Aët. VII, 48).

41 Plusieurs auteurs antiques mentionnent cette utilisation en cosmétologie, comme Hor. epod. 12, 10-11 : iam manet umida creta colorque/stercore fucatus crocodili iamque subando.

42 Dsc. II, 80, 6 : ἡ δὲ τοῦ χερσαίου κροκοδείλου ἁρμόζει ἐπὶ τῶν γυναικῶν πρὸς εὔχροιαν καὶ στίλβωσιν τοῦ προσώπου. Καλλίστη δέ ἐστιν ἡ λευκοτάτη καὶ εὐθρυβής, κούφη τε ὥσπερ ἄμυλον ταχέως τε χυλουμένη ὑπὸ ὑγροῦ, διατριβεῖσά τε ὕποξυς καὶ ζυμίζουσα τὴν ὀσμήν. Δολίζουσι δὲ αὐτὴν ψᾶρας ὀρύζῃ τρέφοντες καὶ τὴν ἄφοδον ὁμοίαν οὖσαν πωλοῦντες· οἱ δὲ ἄμυλον γῇ κιμωλίᾳ φυρῶντες καὶ χροίζοντες ἐπʼ ὀλίγον ἀγχούσῃ διʼ ἀραιοῦ κοσκίνου εἰς σανίδας ἀπηθοῦσι, καὶ ξηράναντες τὰ σκωλήκια πωλοῦσιν ἀντὶ ταύτης, « La fiente de crocodile terrestre convient aux femmes pour le beau teint et l’éclat du visage. La plus blanche est la plus belle, facile à amollir, légère comme l’amidon, facile à liquéfier avec de l’eau, une fois réduite en poudre, un peu acide et fermentée à l’odeur. On la falsifie en nourrissant des étourneaux de riz et en vendant leur fiente, qui est d’aspect semblable. D’autres délaient de l’amidon avec de la terre de Kimôlos, la colorent un peu avec de l’orcanette, la passent au moyen d’un crible fin sur des planches et, après avoir fait sécher les vermicelles, les vendent à sa place ».

43 Hipp. Berol. 77, 19 (I, p. 298, 15) et 129, 51 (I, p. 398, 3) ; comparer Pelagon. 370 ; Veg. mulom. 3, 28, 30.

44 André, 1985, p. 81, s. v. cuminum ; Amigues, 2006, p. 305.

45 Dsc. III, 59, 1.

46 Hipp. Berol. 120, 65 (I, p. 412, 22) : κύφης ; Hipp. Paris. 612 (II, p. 76, 20) : βέλτιον δὲ ποιῶν [σ]κῦφι ἐν οἴνῳ λύσας πρόσαγε καὶ εὐθέως ἰάσῃ τὸ ζῷον. Comparer Pelagon. 138, 2 : aut, quod maius est, cyphi cum uino dabis, eadem hora sanabitur.

47 Torallas Tovar, 2004, p. 188.

48 Sur le kyphi, voir les titres mentionnés en note 11, ainsi que Marganne et Aufrère, 2014.

49 Dsc. I, 25 : κῦφι θυμιάματός ἐστι σκευασία κεχαρισμένη θεοῖς· χρῶνται δὲ αὐτῷ κατακόρως οἱ ἐν Αἰγύπτῳ ἱερεῖς. Μείγνυται δὲ καὶ ἀντιδότοις, καὶ ἀσθματικοῖς δίδοται ἐν ποτήμασι […].

50 Matthiolus, 1642, p. 29.

51 Plu. Is. 80, 383 Ε-384 C. : τὸ δὲ κῦφι μῖγμα μὲν ἑκκαίδεκα μερῶν συντιθεμένων ἐστί […]. Pour un essai de préparation de la recette par un pharmacien, voir Parthey, 1850, p. 278-280.

52 Wellmann, 1901 ; Kudlien, 1979 ; Fabricius, 1972, p. 189-190.

53 Suid. μ 142, s. v. Μανεθώς (III, 318, 6-7 Adler) : Μάνεθως, Μένδης τῆς Αἰγύπτου, ἀρχιερεύς. Ἔγραψε περὶ κατασκευῆς κυφίων ; voir aussi Man. Hist., fr. 16 (FGH, III C 609). Il pourrait s’agir du même personnage que le prêtre de Sébennytos, censé avoir vécu à l’époque des deux premiers Ptolémées. Sur cette question, voir notamment Krauss, 1999 et 2006 ; Aufrère, 2012.

54 Orib. Syn. III, 220 (κῦφι τὸ σεληνιακόν).

55 Aët. V, 120, 24, et XIII, 116-117 (pour ces deux chapitres, le livre XIII étant partiellement inédit en grec, on a consulté la traduction latine de Cornarius, 1542).

56 Alex. Trall. I, 475 et 573 ; II, 91 ; 299 ; 595, etc.

57 Paul Aeg. VII, 22, 4 (κῦφι τὸ μέγα τὸ διὰ τῶν λς’, ὃ καλοῦσιν ἡλιακόν) et 5 (ἄλλο κῦφι τὸ διὰ τῶν κη’, σεληνιακὸν καλούμενον).

58 D’après Halleux, 1981, p. 223, « carbonate et bicarbonate de sodium extrait abondamment des bords des lagunes d’Égypte, contenant souvent du chlorure et du sulfate de sodium ».

59 Hipp. Berol. 4, 8 (I, p. 36, 19) ; 22, 35 (I, p. 114, 2) ; 77, 23 (I, p. 299, 14-15) ; Hipp. Paris. 991 (II, p. 94, 20) ; Exc. Lugd. 109, 4 (II, p. 298, 20).

60 Hipp. Berol. 130, 180 (I, p. 435, 1-2) ; Hipp. Cant. 30, 3, 3 (II, p. 166, 8-12) ; comparer Afric. Cest. 1, 5-6 (Vieillefond, 1970, p. 201) : ὀπίου Θηβαϊκοῦ, dans une recette de vin soporifique.

61 Hipp. Berol. 55, 5 (I, p. 243, 15-17) ; Hipp. Cant. 100, 7 (II, p. 243, 25).

62 André, 1985, p. 188, s. v. papyrus ; Amigues, 2006, p. 321.

63 Hipp. Berol. 55, 5 (I, p. 243, 15-17) ; Hipp. Paris. 290 (II, p. 53, 17) ; Addit. Lond. 19, 1 (II, p. 257, 11). Comparer Cels. 5, 8 ; 22, 2B ; 6, 4, 3 ; 15, 1 ; 19, 2.

64 Hipp. Berol. 52, 9 (I, p. 233, 18) ; Hipp. Paris. 137 (II, p. 39, 1-2) : σινήπεως Ἀλεξανδρηνῆς [sic] ; comparer Pelagon. 194, 4.

65 André, 1985, p. 240, s. v. sinapis. Plin. nat. 12, 28, évoque le sinapi Alexandrinum avec lequel on falsifie très facilement le poivre long (piper longum), et, en 19, 171, le sinapi Aegyptium.

66 Hipp. Paris. 1082 (II, p. 107, 4).

67 Dsc. V, 106. Selon Halleux, 1981, p. 230, c’est « notre alun et toute espèce de substances astringentes (sulfates) solides ou en solution ».

68 Plin. nat. 25, 184-185 ; 28, 100 ; 164 ; 204. Voir aussi Cels. 5, 28, 12 I.

69 Hipp. Berol. 77, 23. Comparer Cels. 3, 18, 12-13 ; Dsc. I, 127, 1

70 Amigues, 2006, p. 337.

71 Hipp. Berol. 130, 129 (I, p. 424, 21) : τὸ λάπαθον εἰς χάρτην εἰλήσας ἕψει ἐν θερμοσποδιᾷ καὶ λειώσας αὐτὸ ἔμβαλλε εἰς τὴν κηρωτήν.

72 Hipp. Berol. 52, 18 (I, p. 236, 5) : ἐπιδήσας χάρτῃ ἐπιμελῶς ; Exc. Lugd. 30 (II, p. 281, 11) et 180, 3 (II, p. 309, 12).

73 Hipp. Paris. 17 (II, p. 30, 5) : φυλακτήριον πρὸς μᾶλιν παρὰ τοῦ φιλοσόφου […]. Γράψας ἐν χάρτῃ καθαρῷ κασσιτερίνῳ περίαπτε ; 21 (II, p. 30, 18) : ἐν περιάπτῳ ἵππου […] γράφων ἐν χάρτῃ περίαπτε εἰς τὸ κάπιστρον ; 23, 3 (II, p. 31, 9) ; Hipp. Cant. 10, 5 (II, p. 142, 1) ; 16, 3 (II, p. 154, 16). Le parchemin est également recommandé dans Exc. Lugd. 104, 13 (II, p. 298, 3) : γράψῃ εἰς χάρτιν βεβράϊνον, καὶ νὰ τὸ δένι εἰς τὸν αὐχένα τοῦ πάσχοντος.

74 Hipp. Berol. II, 15, 7 (I, p. 21, 9-10).

75 Voir notamment Fischer, 1993.

76 Voir l’édition de Fischer, 1980, à compléter par les contributions de Corsetti, 1989 (édition diplomatique de l’Einsidlensis 304) et d’Ortoleva, 1998 (Veronensis 658).

77 André, 1985, p. 170, s. v. nasturtium (-cium).

78 Cam, 2007, p. 288.

79 Fischer, 2006, p. 203-224 ; Zucker, 2008, p. 63-78.

80 Marganne, 1998.

81 Marganne, 1992.

82 Marganne, 1991.

83 McCabe, 2009 ; McCabe, 2007, p. 15.

84 Voir, par exemple, l’article de Corbier, 1987. Sur l’édit de Dioclétien, voir notamment Noethlichs, 2004, et les éditions de Lauffer, 1971, et de Giacchero, 1974.

85 Lommatzsch, 1903, p. 12-13.

86 Sur cette question, voir Cam, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Hélène Marganne, « Les remèdes d’origine égyptienne utilisés dans la médecine vétérinaire antique », Pallas, 101 | 2016, 205-216.

Référence électronique

Marie-Hélène Marganne, « Les remèdes d’origine égyptienne utilisés dans la médecine vétérinaire antique », Pallas [En ligne], 101 | 2016, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/3903 ; DOI : 10.4000/pallas.3903

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Marganne

Directrice du Centre de Documentation de Papyrologie Littéraire (CEDOPAL)
Chargée de cours à l’Université de Liège, Département des Sciences de l’Antiquité
MH.Marganne@skynet.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org