Navigation – Plan du site

Les diasporas grecques du viiie à la fin du iiie siècle av. J.-C.

Laurianne Martinez-Sève
p. 9-14

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le thème des rencontres interculturelles ou celui des constructions identitaires se sont révélés po (...)

1Comme c’est une tradition depuis plusieurs années déjà, la SOPHAU (Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université) a consacré l’un de ses colloques à la nouvelle question d’histoire ancienne des concours de recrutement de l’enseignement secondaire. Il s’est tenu à l’Université de Lille 3 les 11 et 12 mai 2012 et le présent volume en constitue les actes. Le thème retenu porte sur les diasporas grecques entre le viiie et le iiie siècle avant J.-C., question difficile quoique stimulante. L’espace à maîtriser s’étend de la péninsule ibérique à la vallée de l’Indus, dans l’actuel Pakistan. Il est d’une ampleur sans précédent, difficile à appréhender, et suppose de vastes connaissances géographiques. Il est traditionnellement découpé en plusieurs aires qui ont chacune des traditions scientifiques et historiographiques fort différentes et des circuits bibliographiques spécifiques et parfois étanches, même si plusieurs entreprises collectives ont essayé de les faire se rencontrer1. Les spécialistes de la Méditerranée archaïque ont certes l’habitude de travailler ensemble, mais ils fréquentent moins ceux de l’Orient hellénistique, et réciproquement. L’un des objectifs du colloque était de favoriser de telles collaborations. La question est également complexe du fait de son amplitude chronologique mais, pour cette raison, stimulante aussi. Elle nous oblige à confronter des expériences historiques variées, à penser en termes de longue durée, à restituer aux phénomènes historiques leur profondeur chronologique. C’était une difficulté supplémentaire pour les intervenants qui avaient pour mission de prendre en compte, quand c’était possible, l’ensemble de la période considérée. Le contexte socio-politique de la mobilité des Grecs a profondément varié, d’abord entre le viiie et le début du ve siècle du fait de la constitution des cités, mouvement lent et progressif qui, s’il forme effectivement le contexte de la mobilité des Grecs, de leur expatriation, n’en constitue pas moins un facteur d’explication à cette mobilité et un facteur déclenchant ; entre le ive et iiie siècle ensuite, moment de mise en place d’autres structures politiques, les royautés, qui furent à l’origine d’une nouvelle expatriation des Grecs dans des territoires continentaux et difficiles d’accès, très différents des rivages méditerranéens.

2Cette question est également complexe du fait de la multitude des acteurs concernés ; acteurs privés ou publics, individuels ou collectifs, ils avaient chacun leurs propres objectifs, suivaient leurs propres impératifs. Tout cela est fort difficile à appréhender désormais, car nous restons tributaires d’une documentation souvent défaillante. Le plus souvent, elle nous conduit à simplifier, à généraliser, handicap que le recours à des approches théoriques ou à des modèles ne suffit pas à compenser. En outre, c’est souvent une documentation archéologique et l’on sait combien son interprétation est difficile, sujette à débat et conditionnée par des traditions intellectuelles, voire par des modes scientifiques qui, de surcroît, n’évoluent pas au même rythme dans l’ensemble de notre champ géographique, sans parler des influences étrangères à la science. On ne peut donc exclure la possibilité que la compréhension des mêmes réalités archéologiques varie très sensiblement en fonction des différents espaces au programme.

  • 2 Voir notamment la contribution de R. Étienne dans R. Étienne (dir.), La Méditerranée au viie siècle (...)

3Dès que la question sur les diasporas a été rendue publique, il est clairement apparu que tous les domaines de la recherche en histoire grecque n’avaient pas été touchés de la même façon par le renouvellement des problématiques qui avait motivé son choix. L’emploi du terme « diaspora » a cristallisé les discussions et suscité les interrogations. Le sujet portait-il sur la colonisation grecque et dans ce cas pourquoi ne pas rester dans l’emploi d’un vocabulaire habituel, certes assorti de toutes les précautions de langage nécessaire pour le désenclaver de son usage traditionnel qui le relie à la colonisation européenne des époques moderne et contemporaine ? Il y a longtemps déjà qu’ont été mises en évidence les différences fondamentales qui distinguent celle-ci des mouvements de colonisation antique2. Elle résulte de la politique des principales puissances politiques européennes, qui s’emparèrent de vastes territoires, les exploitèrent et considéraient les populations qui les peuplaient comme sauvages ou retardées. Elles présentèrent la colonisation comme le moyen de leur apporter la civilisation et de les faire entrer dans l’ère de la modernité, ce qui lui conférait un vernis de légitimité. Mais elle impliquait aussi des relations très inégalitaires, aussi bien politiques, économiques, sociales que culturelles entre les colonisés et les colonisateurs. Les Grecs étaient certes convaincus de leur supériorité culturelle et intellectuelle, mais rien de cela n’est produit durant l’antiquité.

  • 3 Par exemple dans M. Bruneau, Diasporas et espaces transnationaux, Paris, 2004, p. 23-25.
  • 4 De nombreux travaux seraient à citer. On se contentera de mentionner l’ouvrage de J. Hall, Hellenic (...)

4Le terme de « diaspora » élargit en réalité la question à d’autres problématiques que celles qui se rapportent à la seule « colonisation » grecque de l’antiquité. Son emploi en a désarçonné plus d’un, restés dans une définition relativement classique du terme, qui s’applique surtout aux diasporas anciennes et traditionnelles, la diaspora juive notamment. Dans cette acception, la diaspora est celle d’un peuple, conscient de son unicité, dispersé dans des lieux d’accueil différents, souvent à la suite d’événements traumatiques ; elle implique que les membres de la diaspora aient gardé des liens étroits avec leur terre d’origine et entretiennent l’espoir d’un retour, qu’il soit possible effectivement ou seulement fantasmé, et des liens tout aussi étroits avec les autres membres de la diaspora3. En y réfléchissant bien, cette notion de « peuple » présente pour nous quelques ambigüités. Chaque individu appartenait à des communautés diverses et se définissait à travers son rattachement à elles (familles, clans, phratries, cités, peuples, ensembles fédéraux, communauté panhellénique). Le risque est de les confondre ou de mêler ces différents plans dans notre analyse des phénomènes diasporiques. La cité constituait l’échelon primordial, l’horizon de référence de beaucoup de Grecs, y compris à l’époque hellénistique bien qu’un nombre substantiel d’individus vivaient alors en dehors du cadre civique (en Égypte par exemple), sans compter ceux qui peuplaient les régions de Vieille Grèce où d’autres formes de regroupement communautaire l’emportaient (les ethnè notamment). La cité constitue donc une échelle de réflexion pertinente. Dans certains cas d’ailleurs, nos documents sont suffisamment précis pour mettre en évidence le maintien de liens étroits entre certaines métropoles et leurs colonies et entre leurs colonies elles-mêmes. On pourrait ainsi envisager l’existence d’une diaspora corinthienne ou d’une diaspora mégarienne. Mais, en s’expatriant, les Grecs ont aussi donné naissance à des communautés nouvelles qui avaient leur propre personnalité et leur propre identité, qui prenaient certes appui sur celles de leur cité d’origine mais ne les reproduisaient pas et savaient s’en affranchir, confrontées qu’elles étaient à de nouvelles réalités. S’il a bien existé une diaspora phocéenne, Marseille prit son envol et sut construire son propre réseau. La communauté grecque dans son ensemble constitue une autre échelle de réflexion possible quoiqu’il faille en parler avec précaution. Les Grecs n’eurent que très progressivement la conscience d’appartenir à une même communauté culturelle4, et si nous parvenons en gros à en définir les critères d’appartenance, il n’est pas certain qu’ils l’aient fait eux-mêmes de manière cohérente. Ces critères ont varié en fonction des époques, mais également en fonction des lieux et aussi des usages qu’on en faisait comme le montre l’exemple de l’Égypte lagide qui créa la catégorie fiscale des Hellènes. Bien souvent, la rareté de la documentation nous oblige néanmoins à nous en tenir à ce niveau d’analyse, à traiter des « Grecs » en général, alors qu’eux mêmes se considéraient tout autrement. Rappelons enfin qu’à la différence de bien des communautés diasporiques, les Grecs n’étaient pas en situation de faiblesse dans leurs terres d’accueil et c’est un point commun avec les colonisations européennes. Au contraire, partout où ils s’installèrent, ils s’approprièrent des terres au détriment de populations locales qui n’étaient pas en mesure de leur résister et qui furent leurs victimes.

  • 5 Par exemple C. Mossé, La colonisation dans l’Antiquité, Paris, 1970.
  • 6 Notamment R. Osborne, Early Greek Colonization ; the nature of Greek settlement in the West, dans N (...)
  • 7 G. R. Tsestkhladze (éd.), Greek Colonisation. An Account of Greek Colonies and other Settlements Ov (...)
  • 8 D. V. Grammenos et E. K. Petropoulos, Ancient Greek Colonies in the Black Sea, I et II, Thessaloniq (...)

5Dans son acception traditionnelle, la notion de « diaspora » n’est donc pas toujours pleinement adaptée pour nommer les formes qu’ont prises l’expansion et l’expatriation des Grecs. Son emploi témoigne néanmoins du profond renouvellement historiographique qui s’est produit dans plusieurs domaines d’étude couverts par la question des concours et il permet surtout de les associer au sein de réflexions communes. Les anciennes synthèses qui traitaient de ce que l’on hésite désormais à nommer la « colonisation archaïque » et qui firent pendant longtemps autorité, à juste titre, sont désormais vieillies5. L’emploi même du terme de « colonisation » est comme on l’a vu sujet à débats ; on remet en question le caractère maîtrisé et contrôlé de certaines entreprises de fondation, présentées comme la conséquence d’initiatives privées et comme le développement naturel de points de fixation humains dans un monde parcouru en tout sens par des individus mobiles6. Le processus d’installation des migrants, les modalités de cette installation, la part de l’initiative privée, ou le phénomène dit des contacts pré-coloniaux ont partout retenu l’attention. On insiste sur les situations de collaboration ou de coexistence entre Grecs et non Grecs en Italie ou en Espagne. Dans certaines régions, le renouvellement des problématiques est aussi lié à la conjoncture politique. L’ouverture de l’ancien monde soviétique a rendu accessible une grosse masse d’informations et donné naissance à beaucoup de travaux nouveaux sur les établissements des bords de la mer Noire. De manière générale, la matière, la bibliographie se sont tellement accrues, qu’il faut pour arriver à les embrasser des entreprises collectives, comme celles conduites par G. Tsestkhladze pour l’ensemble de la Méditerranée et pour la mer Noire7 ou, pour cette même région, celle conduite par D. Grammenos et E. Pétropoulos8.

6Le thème des contacts interculturels, celui de la construction identitaire, la notion d’ethnicité sont également des questions très discutées, qu’il n’est pas possible d’envisager indépendamment les unes des autres. C’est dans la confrontation avec l’Autre que les individus comme les collectivités ont pris conscience de leur singularité, mais également de ce qui les unissait. Ces domaines ont grandement bénéficié des travaux menés dans le cadre des post-colonialism studies impulsées notamment par Edward Said. Ils nous forcent à envisager autrement les rapports entre Grecs et non Grecs. A longtemps prédominé l’idée d’une hellénisation des seconds par les premiers, dans une relation que l’on imaginait à sens unique. On insiste désormais sur la réciprocité de ces contacts qui entraînèrent la formation de nouvelles sociétés et de nouvelles cultures, marquées par la mixité. Il faut le souligner, car on a parfois avancé que dans les régions où elles étaient en contact les cultures grecques et les cultures non grecques ont évolué en parallèle, sans se rencontrer ou en le faisant seulement sur leurs marges.

  • 9 Voir Cl. Moatti, Les « mobilités » en Méditerranée : approche conceptuelle et historiographique, à (...)
  • 10 Par exemple, W. V. Harris (éd.), Rethinking the Mediterranean, Oxford, 2005.

7Ces réflexions se nourrissent aussi des travaux de plus en plus nombreux qui portent sur les mobilités humaines9. Les échanges entre groupes humains présupposent la circulation d’objets, d’idées ou d’individus et ne peuvent être étudiés sans prendre en compte les déplacements humains. Or dans ce domaine aussi les problématiques ont considérablement évolué. C’est une conséquence de la parution du monumental ouvrage de Peregrine Horden et Nicholas Purcell, The corrupting Sea, publié en 2000 à l’orée du iie millénaire. Fondateur d’une nouvelle approche du monde méditerranéen, il est aussi important par son contenu que par les débats et les réflexions qu’il a suscités10. Il présente le monde méditerranéen comme un monde multipolaire constitué d’un grand nombre de cellules autonomes, néanmoins réunies par la mer qui assure leur mise en contact et facilite les circulations diverses. Le monde méditerranéen se révèle fluide et structuré par les mobilités humaines, réunifié par ces flux incessants et créateurs d’un espace unique. Les travaux d’Irad Malkin ont ajouté une touche à l’édifice. Empruntant à la théorie des réseaux, il fait du monde méditerranéen un vaste espace réticulé, construit autour d’une multitude de points nodaux – les cités –, qui transforment la Méditerranée en un « petit monde » pour reprendre le titre d’un de ses derniers ouvrages, A Small Greek World (2011). Plus les Grecs se sont dispersés et sont allés loin, plus ils prirent conscience selon lui de leur unicité, plus ils sont devenus Grecs. Les distances et la mise en relation des communautés entre elles, justement provoquée par ces distances et rendue nécessaire par elles, auraient donc créé le monde grec, constitué autour d’un ensemble de références communes, l’Apollon de Delphes par exemple. On comprend dès lors combien la notion de diaspora est adaptée pour traiter de ces phénomènes, non pas pris isolément mais combinés dans une même réflexion. Elle rend compte à la fois de la dispersion des individus et des groupes humains, de leur mobilité, mais également des relations qu’ils maintenaient entre eux, et de celles qu’ils entretenaient avec leurs voisins et pour finir des conséquences de ces diverses relations.

8Reste à déterminer si ce Small Greek World s’étendait à l’ensemble de l’espace considéré. Englobait-il le Proche et Moyen Orient qui, inclus dans le monde grec à partir du règne d’Alexandre le Grand, ont dilaté sa superficie et lui ont donné une assise très continentale ? Ces territoires, par leurs caractéristiques physiques, ressemblaient fort peu au monde méditerranéen. Ils formaient un monde de forts contrastes, occupé sur de grandes superficies par des déserts et de hautes montagnes. Les déplacements y étaient longs et pénibles, au moins sur de longues distances. Cela n’a certainement pas empêché les mobilités humaines : de vastes espaces constituaient d’ailleurs les terres de parcours de populations nomades ou semi-nomades. Mais ces mobilités n’eurent pas nécessairement le même impact que dans le monde méditerranéen. On laissera la question ouverte.

  • 11 La thématique des réseaux et des mobilités, évoqués ici dans plusieurs articles, a donné lieu à une (...)

9L’un des objectifs du colloque, notamment dans la perspective des concours, était de présenter un bilan historiographique ainsi que l’état actuel des connaissances et des problématiques de recherche pour chaque aire géographique du monde grec. Arianna Esposito et Airton Pollini se sont occupé de la Grande Grèce, Rosa Plana-Mallart et Michel Bats de l’extrême Occident, Adrian Robu, Alexandru Avram et Claire Barat de la mer Noire, François Quantin de la Grèce du Nord-Ouest, Véronique et Andrzej Chankowski de la Thrace, Damien Agut-Labordère et Fabienne Burkhalter de l’Égypte, Laurent Capdetrey, Julien Monerie et moi-même de l’Orient achéménide et séleucide. Il importait aussi préciser le cadre théorique de la réflexion, ce qui fait l’objet de la première partie. Stéphane Dufoix présente les différents usages du terme de « diasporas », M. T. Schettino les représentations mentales et symboliques qui présidaient aux déplacements des Grecs, Madalina Dana s’interroge sur la pertinence du modèle centre-périphérie appliqué à l’étude des diasporas grecques et Nicolas Kyriakidis examine le rôle central que joua pour elles l’Apollon de Delphes. Le sujet est néanmoins très vaste, et il n’était pas possible de le traiter en profondeur dans toutes ses dimensions11. Il a donc fallu faire des choix, même douloureux. Certaines aires géographiques importantes comme la Cyrénaïque, Chypre ou en encore le littoral syro-Phénicien n’ont pas non plus été couvertes.

Remerciements

10Je voudrais pour terminer exprimer mes plus vifs remerciements à plusieurs institutions sans qui l’organisation du colloque et la publication des actes n’auraient pas été possibles. Ils s’adressent d’abord à la SOPHAU, aux membres de son bureau et à son président Bernard Legras, qui nous ont constamment soutenus dans cette entreprise. Ils s’adressent ensuite au Learning Center Archéologie/Égyptologie de l’Université de Lille 3 et à sa directrice Martine Benoit, qui ont fait entrer le colloque dans sa programmation et qui ont apporté une aide financière non négligeable, en association avec le Conseil Régional du Nord-Pas de Calais. La mairie de Villeneuve d’Ascq a également tenu à nous apporter son soutien financier, ce qui témoigne de l’intérêt qu’a suscité la thématique des diasporas auprès des collectivités territoriales de la région. Elle entre aussi en résonnance avec des axes de recherche développés dans plusieurs laboratoires de Lille 3, notamment dans le laboratoire CECILLE dont je remercie la directrice, Catherine Maignant, pour sa contribution. Il me faut aussi particulièrement remercier le personnel administratif de l’UFR des Sciences Historiques Artistiques et Politiques, notamment Sylvie Buyst, et surtout l’UMR Halma-Ipel sans qui le colloque n’aurait pu se tenir, son directeur Didier Devauchelle, et son directeur adjoint Stéphane Benoist, constamment présent lors du colloque et qui fut d’une aide précieuse, ainsi que Christine Aubry et surtout Jocelyne Casène, véritable cheville ouvrière pour tous les aspects pratiques. Enfin, sans le soutien et sans l’aide de la revue Pallas et de son directeur de rédaction, Christian Rico, les actes n’auraient pu paraître dans des délais aussi rapides. Qu’il en soit lui aussi chaleureusement remercié.

Haut de page

Notes

1 Le thème des rencontres interculturelles ou celui des constructions identitaires se sont révélés pour cela particulièrement adaptés ; citons notamment les travaux du Réseau européen Ramses2, publiés par H. Tréziny, Grecs et indigènes de la Catalogne à la Mer Noire, 2010, ou le colloque qui s’est tenu en 2006 à l’Université Toulouse-Le-Mirail et dont les actes ont été édités par J.-M. Luce, Identités ethniques dans le monde grec antique, Pallas, 73 (2007).

2 Voir notamment la contribution de R. Étienne dans R. Étienne (dir.), La Méditerranée au viie siècle av. J.-C., Paris, 2010, p. 3-26. Il faut néanmoins accepter que, par certains côtés au moins, les mouvements d’époque hellénistique ont été de véritables mouvements de colonisation. Ce point est bien mis en évidence par L. Capdetrey dans sa contribution. Mais par d’autres côtés ils en diffèrent aussi (cf. par exemple L. Martinez-Sève, Les Grecs en Orient : portraits croisés, dans P. Rouillard (dir.), Portraits de migrants, Portraits de colons, I, Paris, 2009, p. 129-140).

3 Par exemple dans M. Bruneau, Diasporas et espaces transnationaux, Paris, 2004, p. 23-25.

4 De nombreux travaux seraient à citer. On se contentera de mentionner l’ouvrage de J. Hall, Hellenicity, Between Ethnicity and Culture, Chicago, 2002 et l’introduction historiographique de J.-M. Luce au volume consacré aux identité ethniques mentionné note 1.

5 Par exemple C. Mossé, La colonisation dans l’Antiquité, Paris, 1970.

6 Notamment R. Osborne, Early Greek Colonization ; the nature of Greek settlement in the West, dans N. Fisher et H. Van Wees., Archaic Greece : New Approach and New Evidence, Londres, 1998, p. 251-269.

7 G. R. Tsestkhladze (éd.), Greek Colonisation. An Account of Greek Colonies and other Settlements Overseas vol.1 et 2, Leiden, 2006 et 2008 ; G. R. Tsestkhladze (éd.), The Greek Colonization of the Black Sea Area. Historical Interpretation of Archaeology, Stuttgart, 1998.

8 D. V. Grammenos et E. K. Petropoulos, Ancient Greek Colonies in the Black Sea, I et II, Thessalonique, 2003.

9 Voir Cl. Moatti, Les « mobilités » en Méditerranée : approche conceptuelle et historiographique, à paraître dans L. Capdetrey et J. Zurbach (éd.), Mobilités grecques : migrations, réseaux, contacts en Méditerranée, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, Rennes, 2012.

10 Par exemple, W. V. Harris (éd.), Rethinking the Mediterranean, Oxford, 2005.

11 La thématique des réseaux et des mobilités, évoqués ici dans plusieurs articles, a donné lieu à une étude spécifique lors du colloque organisé à Paris Ouest Nanterre les 1er et 2 juin 2012, dont les actes doivent paraître aux Presses Universitaires de Rennes (L. Capdetrey et J. Zurbach (éd.), Mobilités grecques : migrations, réseaux, contacts en Méditerranée, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, Rennes, 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurianne Martinez-Sève, « Les diasporas grecques du viiie à la fin du iiie siècle av. J.-C. », Pallas, 89 | 2012, 9-14.

Référence électronique

Laurianne Martinez-Sève, « Les diasporas grecques du viiie à la fin du iiie siècle av. J.-C. », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 15 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/619 ; DOI : 10.4000/pallas.619

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org