Navigation – Plan du site
II. La Gaule : langue et histoire

Notes sur des figurines en terre cuite, témoins d’un culte domestique à Javols-Anderitum

“Notes on terracotta figurines, witness of a domestic cult at Javols-Anderitum”
Sandrine Talvas
p. 177-184

Résumés

Quelques 120 fragments de figurine en terre cuite ont été mis au jour à Javols, antique Anderitum, chef-lieu de la cité des Gabales. Il s’agit d’un lot conséquent constitué de figurines classiques décliné essentiellement sous la forme de Vénus et de déesse-mères. Parmi cet ensemble nous avons sélectionnés trois d’entre elles plus atypiques. Il s’agit d’un personnage masculin nu, d’une tête de figurine féminine et d’un animal ithyphallique. Nous souhaitons à travers ces trois objets tente d’apporter de nouveaux éléments dans l’étude des figurines de Javols par une description et des comparaisons détaillées de ces derniers.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Trintignac et al., 2011, p. 15.

1Un programme de recherche archéologique a débuté en 1996 à Javols dans le département de la Lozère, en Haut-Gévaudan dans la partie septentrionale de la cité. Les recherches ont dans un premier temps été dirigées par A. Ferdière et B. Ode puis poursuivies en 2005 et jusqu’en 2008 par A. Trintignac. Ce travail a permis de faire un bilan des connaissances et de fouiller le site de Javols-Anderitum, chef-lieu de la cité des Gabales1.

2Des fouilles plus anciennes ont été réalisées sur le site dès le début du xixe siècle et ont été menées plus récemment par l’Abbé Peyre de 1969 à 1978 puis par l’équipe de R. Pierobon-Benoît de 1987 à 1994 et de 1996 à 1999.

  • 2 Le cucullatus correspond à une figurine d’enfant vêtu d’une cape avec capuche appelée « cucullus ».

3Ces différentes campagnes de fouilles ont permis de mettre au jour de nombreux fragments de figurine en terre cuite, notamment ces dernières années où nous avons comptabilisé quelques cent vingt fragments en terre blanche ou ocre. Ce corpus contient essentiellement des Vénus (26 fragments) mais également des déesse-mères (19 fragments) auxquelles il faut ajouter des personnages comme trois figurines représentant un cucullatus2, mais également des personnages masculins ou des bustes d’adolescent ou d’enfants rieurs. Nous avons également répertorié un fragment de pomme et de nombreux fragments d’animaux : chevaux, chiens, coq, pigeon, poule.

4Dans le cadre de cet article, nous commencerons par aborder les problèmes de contextes de découverte des figurines à Javols. Dans un second temps, nous porterons notre attention sur trois figurines atypiques représentant un personnage masculin, une tête féminine et un animal ithyphallique.

1. Contextes

  • 3 Peyre, 1974. Ces documents sont consultables au musée de Javols. La carte correspond au document n° (...)

5L’Abbé Peyre, cité précédemment, s’est particulièrement intéressé aux figurines en terre cuite découvertes à Javols. Il a rédigé un inventaire mais également une carte de répartition de ces objets sur le site classés selon leur type (Vénus, déesse-mère, personnages, socle, édicules et animaux)3.

  • 4 Figurine d’un cucullatus dont il manque la valve postérieure, la tête et le bas des jambes. L’enfan (...)
  • 5 Figurine représentant une déesse-mère dont il manque la tête. La déesse est vêtue d’une robe forman (...)

6Cette carte de même que l’étude des différents rapports de fouille récents nous montrent que la majorité des figurines de Javols ont été découvertes en contexte d’abandon dans des remblais souvent tardifs. C’est le cas notamment pour la figurine de l’animal ithyphallique que nous présenterons plus loin et d’une figurine représentant un cucullatus4 (fig. 1) provenant de deux remblais daté du Bas-Empire au Haut-Moyen-Age. Une déesse-mère5 presque intacte (fig. 2) a été mise au jour en 2004 dans le comblement d’une canalisation en bordure du cardo oriental de la ville daté de la fin du iie-début iiie siècle.

  • 6 Buste d’une Vénus avec une petite poitrine. La main droite est relevée et doit tenir une mèche de c (...)
  • 7 Peyre, 1975 et 1978.
  • 8 Trintignac, Marot, Ferdière, 2011, p. 93.
  • 9 Talvas, 2007, p. 241.

7Certaines proviennent de contexte plus précis tel que le fragment d’une Vénus6 frustre en terre ocre (fig. 3) qui a été découverte dans la zone JPN 02 us 4031, appartenant à un niveau de destruction d’une cuisine pouvant correspondre à un thermopolium daté du Haut-Empire jusqu’au début du iiie siècle. Pour en terminer avec les contextes, il faut signaler la découverte par l’abbé Peyre7 d’un lieu de culte privé présumé, exhumé dans l’angle sud-ouest de la pièce « à la cheminée » (domus Peyre)8. Dans ce dernier ont été mis au jour deux Vénus, une déesse-mère et des gobelets en terre cuite9.

  • 10 Bémont et al., 1993, p. 128, Tabl. III.

8La fabrication des figurines en terre cuite gallo-romaine débute au milieu du ier siècle de notre ère jusqu’au début du iiie siècle, soit de 50 à 225 après J.-C10. Les contextes de découverte des figurines de Javols corroborent également cette fourchette puisqu’elles apparaissent en contexte dans des couches comprises généralement entre le ier et le début du iiie siècle après J.-C.

2. Personnage masculin (fig. 4)

9Hauteur : 97 mm, largeur max. : 45 mm.
Terre blanche, aspect lisse, dure. L’ensemble est légèrement coloré par l’enfouissement dans un substrat foncé.
Dépôt de fouille de Javols, J98F4 55.12 us.1181.

10Il s’agit d’une figurine représentant un personnage masculin nu dont il manque la tête, le cou, le bas des jambes et les pieds. L’homme est représenté debout, ses pectoraux sont très développés. Le bras gauche se situe le long du corps, la main reposant sur la hanche. Le bras droit est replié et la main droite posée sur l’abdomen au-dessus du sexe modelé. Vue de dos, l’arête dorsale est bien marquée et les fesses sont saillantes. Un trou d’évent a été implanté sur le côté droit du personnage au niveau de la fesse.

  • 11 Vauthey et al., 1968.
  • 12 Gijon Gabriel, 2004, p. 145, n° 178. La figurine mesure 86 mm de hauteur et 40 mm de largeur, elle (...)

11Ce type de figurine masculine est mal connu en Gaule. Il pourrait ressembler aux personnages convalescents comme celles qui ont été découvertes en contexte thermal à Chamalières, à Chassenon ou à Vichy11. Ces figurines, vêtues d’une tunique courte, ont le bras droit plié de la même manière qu’ici mais elles portent une écharpe pour soutenir ce bras. La figurine de Javols ne porte pas d’écharpe ; le personnage est nu et semble en bonne santé. Elle nous fait plutôt penser à un personnage exposé au Museo Nacional de Arte Romano de Mérida12. Les deux figurines sont en effet de la même taille et la posture est très ressemblante. La main de la figurine de Mérida est manquante, mais on peut imaginer qu’elle était posée également sur l’abdomen. À notre connaissance, il s’agit de la seule figurine ressemblante recensée actuellement.

3. Tête féminine (fig. 5)

12Hauteur : 48 mm ; largeur : 29 mm ; épaisseur : 27 mm.
Œuvre moulée creuse.
Terre blanche grisâtre, aspect lisse, dure. Le revers, noirci, a subi l’action du feu.
Dépôt de fouille de Javols, IOR 1695.

13Ce fragment représente la tête d’un personnage féminin. Les cheveux sont tirés sur le haut de la tête et forment des lignes de chevrons. Le visage a des contours réguliers, les yeux sont bien détaillés, des paupières jusqu’à la pupille. Le nez est un peu large et la bouche fine. Le cou est long, large et nu. L’expression du visage est globalement triste.

14Il s’agit de la tête d’un personnage féminin indéterminé portant une coiffure intéressante. En effet, elle ne correspond pas aux canons de la mode classique gallo-romaine visible sur les figurines de déesse-mères, Vénus, mais également sur les bustes des personnages féminins. Ces dernières sont très élaborées et faites de noeuds, mèches libres et chignons.

  • 13 Camuset-Le Porzou, 1984, p. 101, n° 51. Il s’agit d’une tête en terre blanche jaune, d’aspect granu (...)

15Nous avons retrouvé ce type de coiffure avec les cheveux tirés vers l’arrière sur des figurines découvertes dans la nécropole de Tarente et datée du iiie siècle avant J.-C. Une figurine exposée au Musée Carnavalet à Paris appartenant à la collection Capitan présente une chevelure similaire13. La tête est plus complète et permet d’apercevoir un chignon strict situé sur le haut de la tête rassemblant les mèches. Le contexte de découverte n’est malheureusement pas connu. Peut-on penser que la fabrication des figurines de Javols et de Paris ait été influencée par un style hellénistique ?

4. Animal ithyphallique sur socle (fig. 6)

16Hauteur : 78 mm, largeur max. : 39 mm, épaisseur : 40 mm.
Oeuvre moulée creuse.
Terre beige d’aspect crayeux avec présence de dégraissants de quartz.
Dépôt de fouille de Javols, JPN06 6104.13 IOR1253.

17Ce dernier fragment figure un animal ithyphallique. L’animal est assis sur ses larges pattes arrière. Le sexe est représenté succinctement en érection. Le pelage est marqué par des incisions dans la pâte. L’animal se tient sur un socle assez haut, de forme carrée.

  • 14 Rouvier-Jeanlin, 1972, p. 349.

18Nous pensons qu’il s’agit de la représentation d’un singe. Les figurines connues apparaissent sous la forme d’un animal assis sur un socle plat de forme rectangulaire ou rond. Les figurines de singe présentées au Musée des Antiquités Nationales sont toujours figurées accroupis, nus ou vêtus d’un cucullus14. Si l’on considère que la figurine de Javols symbolise un singe, elle appartiendrait au type I des singes de la typologie de M. Rouvier-Jeanlin caractérisant les animaux nus et accroupis. Il s’agirait d’une figurine humoristique.

19Même si elle semble ressembler aux figurines connues de singe, nous restons circonspect face au socle d’une forme particulière, à la taille de l’animal et à son caractère ithyphallique. Cette figurine nous pose donc des problèmes d’interprétation. On peut y voir la représentation d’une figurine ayant un caractère cultuel de fécondité, mais également une sorte de griffon qui ne semble pas appartenir aux bestiaires des figurines en terre cuite gallo-romaines.

  • 15 Notre corpus de figurines en terre cuite est le résultat d’un travail de doctorat réalisé sur ce mê (...)

20Nous avons choisi de travailler sur ces trois figurines en particulier parce qu’elles nous paraissent atypiques. La figurine masculine et la tête féminine restent pour l’instant inédites dans notre corpus15. Il est intéressant de noter des ressemblances avec une figurine hispanique ou hellénistique beaucoup plus ancienne. Dans le cas de ces figurines représentant un personnage anonyme, ne peut-on pas y voir la représentation d’une personne du cercle familial et d’une commande spéciale afin d’honorer cette personne ?

21De plus la couleur des pâtes (beige, grise, ocre) peut nous laisser suggérer une production locale à Javols ou à proximité à moins qu’il ne s’agisse d’échanges réalisés avec la péninsule ibérique. On peut aussi suggérer que certaines figurines comme la Vénus frustre (fig. 3) ont été produites dans le cadre du foyer pour répondre à un besoin immédiat. L’artisan se serait contenté de surmouler une figurine existante.

  • 16 Talvas, 2008, p. 118.
  • 17 Talvas 2007, p. 69-70 ; annexe ii, p. 55-62.

22La question de la production locale en terre ocre mais également les échanges réalisés avec l’Hispanie avaient déjà été soulevés et suggérés lors de l’étude du mobilier mis au jour à Grépiac16 et à Auterive en Haute-Garonne17. Il serait intéressant de réaliser des analyses de pâte des figurines rencontrées dans le sud-ouest de la Gaule afin de constituer un fond de données par échantillonnage qui permettrait par la suite de comparer ces figurines à celles déjà mises au jour dans la région mais également à celles du Centre de la Gaule et aux céramiques des ateliers locaux comme Banassac ou La Graufesenque. Ce travail nous permettrait, si l’étude est suffisamment étendue, de déterminer l’existence d’atelier locaux ou d’une production directement liée aux ateliers de potiers.

Haut de page

Bibliographie

Bémont, C., Jeanlin, M. et Lahanier, C., 1993, Les figurines en terre cuite gallo- romaines, Paris, Documents d’Archéologie Française 38, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Camuset-Le Porzou, F., 1984, Figurines gallo-romaines en terre cuite, Paris, Catalogues d’Art et d’Histoire du Musée Carnavalet.

Gijon Gabriel, E., 2004, Las terracotas figuradas del Museo Nacional de Arte Romano de Mérida, Mérida, Museo Nacional de Arte Romano.

Peyre, P., 1974, Etudes des figurines en terre cuite, de la céramique paléo-chrétienne et des disques en os, Javols, document n° 29.

Peyre, P., 1975, Les travaux des fouilles archéologiques, Les Cahiers de Javols, n° 1, p. 5-9.

Peyre, P., 1978, Comment pouvait être une maison dans la cité de Javols au iie siècle ? Les Cahiers de Javols, n° 4, p. 19-33.

Rouvier-Jeanlin, M., 1972, Les figurines gallo-romaines en terre cuite au Musée des Antiquités Nationales, Paris, Editions du Centre National de la recherche scientifique, 24e supplément à Gallia.

Talvas, S., 2007, Recherches sur les figurines en terre cuite gallo-romaines en contexte archéologique, Toulouse, Université de Toulouse II, thèse de doctorat (3 volumes).

Talvas, S., 2008, Un couple en terre ocre à Grépiac (Haute-Garonne), Pallas, 76, p. 115-119.

Trintignac, A., Marot, E. et Ferdière, A., 2011, Javols-Anderitum (Lozère), chef-lieu de la cité des Gabales : une ville romaine de moyenne montagne. Bilan de 13 ans d’évaluation et de recherche, Montagnac, Éditions Monique Mergoil, collection Archéologie et Histoire Romaine 21.

Vauthey, M., Moreau, J. H. et Vauthey, P., 1968, À propos de certaines figurines en terre blanche : ex-voto thermal représentant un homme le bras gauche en écharpe, Revue Archéologique du Centre, VII, p. 147-153.

Haut de page

Annexe

Fig. 1.

Fig. 1.

Cucullatus vu de face en terre beige, Javols (Photographie S. Talvas).

Fig. 2.1 et 2.2.

Fig. 2.1 et 2.2.

Déesse-mère en terre blanche vue de face et de dos, Javols (Photographie S. Talvas).

Fig. 3.1 et 3.2.

Fig. 3.1 et 3.2.

Vénus en terre ocre vue de face et de dos, Javols (Photographie S. Talvas).

Fig. 4.1 et 4.2.

Fig. 4.1 et 4.2.

Personnage masculin nu vu de face et de dos, Javols (Photographie S. Talvas).

Fig. 5.

Fig. 5.

Tête d’un personnage féminin vu de face, Javols (Photographie S. Talvas).

Fig. 6.

Fig. 6.

Animal ithyphallique vu de face, Javols (Photographie S. Talvas).

Haut de page

Notes

1 Trintignac et al., 2011, p. 15.

2 Le cucullatus correspond à une figurine d’enfant vêtu d’une cape avec capuche appelée « cucullus ».

3 Peyre, 1974. Ces documents sont consultables au musée de Javols. La carte correspond au document n° 27 intitulé « Javols, répartition des terres de l’Allier ».

4 Figurine d’un cucullatus dont il manque la valve postérieure, la tête et le bas des jambes. L’enfant tient dans ses deux mains une patère. Il est vêtu du cucullus que l’on distingue à la collerette au niveau du cou et d’une tunique courte décorée de plis en « V ».

Terre beige.

Hauteur : 76 mm, largeur : 45 mm.

Dépôt de fouille de Javols, JBN99 us 2532 IOR379.

5 Figurine représentant une déesse-mère dont il manque la tête. La déesse est vêtue d’une robe formant une encolure en « V » se relevant pour permettre l’allaitement. Cette dernière est longue et forme au niveau des jambes des plis souples. Elle nourrit au sein deux enfants emmaillotés, seuls leurs visages et leurs bras sont visibles. La déesse est assise dans un fauteuil en osier sur lequel ses pieds reposent. Le décor du dos du fauteuil est formé de chevrons.

Terre blanche.

Hauteur : 130 mm, largeur : 67 mm.

Dépôt de fouille de Javols, JTD 04 us 3077.

6 Buste d’une Vénus avec une petite poitrine. La main droite est relevée et doit tenir une mèche de cheveux. Le bras gauche est cassé au niveau du poignet. La face postérieure est en mauvais état de conservation, seul le bras droit replié est visible.

Terre ocre avec trace rouge (peinture ou élément métallique en contact avec la figurine).

Hauteur : 44 mm, largeur : 37 mm.

Dépôt de fouille de Javols, JPN02 us4031 IOR876.

7 Peyre, 1975 et 1978.

8 Trintignac, Marot, Ferdière, 2011, p. 93.

9 Talvas, 2007, p. 241.

10 Bémont et al., 1993, p. 128, Tabl. III.

11 Vauthey et al., 1968.

12 Gijon Gabriel, 2004, p. 145, n° 178. La figurine mesure 86 mm de hauteur et 40 mm de largeur, elle est en terre cuite rosée. Provenance inconnue.

13 Camuset-Le Porzou, 1984, p. 101, n° 51. Il s’agit d’une tête en terre blanche jaune, d’aspect granuleux, dure, avec des inclusions noires. Hauteur : 46 mm ; largeur : 38 mm ; épaisseur : 27,5 mm. Inventaire AC 523 ter 8.

14 Rouvier-Jeanlin, 1972, p. 349.

15 Notre corpus de figurines en terre cuite est le résultat d’un travail de doctorat réalisé sur ce même sujet et est alimenté régulièrement. Talvas, 2007.

16 Talvas, 2008, p. 118.

17 Talvas 2007, p. 69-70 ; annexe ii, p. 55-62.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Cucullatus vu de face en terre beige, Javols (Photographie S. Talvas).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/665/img-1.png
Fichier image/png, 798k
Titre Fig. 2.1 et 2.2.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/665/img-2.png
Fichier image/png, 654k
Légende Déesse-mère en terre blanche vue de face et de dos, Javols (Photographie S. Talvas).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/665/img-3.png
Fichier image/png, 736k
Titre Fig. 3.1 et 3.2.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/665/img-4.png
Fichier image/png, 701k
Légende Vénus en terre ocre vue de face et de dos, Javols (Photographie S. Talvas).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/665/img-5.png
Fichier image/png, 731k
Titre Fig. 4.1 et 4.2.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/665/img-6.png
Fichier image/png, 2,1M
Légende Personnage masculin nu vu de face et de dos, Javols (Photographie S. Talvas).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/665/img-7.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 5.
Légende Tête d’un personnage féminin vu de face, Javols (Photographie S. Talvas).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/665/img-8.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 6.
Légende Animal ithyphallique vu de face, Javols (Photographie S. Talvas).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/665/img-9.png
Fichier image/png, 218k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Talvas, « Notes sur des figurines en terre cuite, témoins d’un culte domestique à Javols-Anderitum », Pallas, 90 | 2013, 177-184.

Référence électronique

Sandrine Talvas, « Notes sur des figurines en terre cuite, témoins d’un culte domestique à Javols-Anderitum », Pallas [En ligne], 90 | 2013, mis en ligne le 11 mars 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/665 ; DOI : 10.4000/pallas.665

Haut de page

Auteur

Sandrine Talvas

Chercheur associé
TRACES UMR 5608
sandrintal@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org